Votez
I
II
III


Février 553 AD (Jusqu'au 30 Septembre 2020)
 
Partagez
 

 [Mi février 553]Recrutement sauvage[PV Tahir]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
HaldorHaldorArmure :
Cardinal de la Mort

Statistiques
HP:
[Mi février 553]Recrutement sauvage[PV Tahir] G-bleu1350/1350[Mi février 553]Recrutement sauvage[PV Tahir] V-bleu  (1350/1350)
CP:
[Mi février 553]Recrutement sauvage[PV Tahir] G-rouge1350/1350[Mi février 553]Recrutement sauvage[PV Tahir] V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Mi février 553]Recrutement sauvage[PV Tahir] G-jaune1350/1350[Mi février 553]Recrutement sauvage[PV Tahir] V-jaune  (1350/1350)
Message [Mi février 553]Recrutement sauvage[PV Tahir]   [Mi février 553]Recrutement sauvage[PV Tahir] EmptyMar 1 Sep - 15:32
Tu parles d'une mission de merde. Mais il ne serait pas dit que le colosse n'obéissait pas aux ordres. Brosse et Tigrou avaient eu leur mission et ils s'étaient donc séparés en deux groupes. Pour arpenter plus de terrain. Pour essayer d'attraper le plus de soldats dans leurs filets. Et aussi pour pas s'emmerder à traîner deux boulets alors qu'il préférait la jouer solo.

Enfin presque solo. Car monté sur "Le Boiteux", il avait aussi fait en sorte d'amener avec lui son ours, "Ration de Survie". Cette fois, son armure le recouvrait de pied en cape. Le destrier de la Mort lui-même portait une armure de combat. Une aura argentée les recouvrait. Il était prêt. Prêt à voir s'accomplir la volonté du Seigneur de la Guerre et de son Pontifex. Les derniers ordres d'Acamas, validés par Védan.

Du haut de la colline sur laquelle ils se trouvaient, Haldor avait une vue dégagée sur le village qui se trouvait plus bas. Pour le moment, nul cri. Seule la brume qui gagnait du terrain pour recouvrir les lieux. Pour le couper du monde afin que nul ne puisse s'échapper d'ici. Tous mourront. Sauf les élus. Et personne n'en saurait rien tant que la brume jouerait son rôle. tant que le Porteur de Mort veillerait. Son casque sur la tête cachait son visage. Mais son épée trônait en maîtresse absolue dans son dos. Sombre présage pour les malheureux qui survivraient à cette matinée de carnage.

Les cuirasses avaient été lâchées. Et trouveraient les cibles sous peu. Il était encore tôt. Et les premiers cris s'élevèrent dans la brume. La partie débutait. Sous son masque, un curieux sourire s'étendit sur son visage alors qu'il ordonnait à son cheval et à son ours d'avancer. Ils dévalaient tranquillement la colline alors que les cris retentissaient de plus bel.
    - Criez, mes oursons. Criez. Mais aujourd'hui, seule la Mort vous entendra.

Il n'était pas sadique mais lorsqu'il était en mission, la Mort n'existait plus en tant que personne. Seule l'entité, la légende, avançait. Et hommes, femmes, enfants, aucune n'échapperait à la morsure du froid. Car la Mort était égale. Elle ne faisait aucune distinction.



Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1838-haldor-cardinal-de-l
TahirTahirArmure :
Cuirasse de l'Urdimmu

Statistiques
HP:
[Mi février 553]Recrutement sauvage[PV Tahir] G-bleu0/0[Mi février 553]Recrutement sauvage[PV Tahir] V-bleu  (0/0)
CP:
[Mi février 553]Recrutement sauvage[PV Tahir] G-rouge0/0[Mi février 553]Recrutement sauvage[PV Tahir] V-rouge  (0/0)
CC:
[Mi février 553]Recrutement sauvage[PV Tahir] G-jaune0/0[Mi février 553]Recrutement sauvage[PV Tahir] V-jaune  (0/0)
Message Re: [Mi février 553]Recrutement sauvage[PV Tahir]   [Mi février 553]Recrutement sauvage[PV Tahir] EmptyMer 2 Sep - 23:33
Lorsque la brume commença à s’infiltrer entre les habitations, aux premières lueurs du jour, l’Immaculé avait terminé son oeuvre. Une nuit d’une dure labeur venait de se terminer, plusieurs heures d’un long sacrifice pour contenter le Divin, en effleurer son essence au travers de ce sang de vierge versé en abondance. Une jeune demoiselle qui n’avait pas atteint la puberté, la peau si douce et le regard innocent. Lui arracher le coeur pour s’en délecter de quelques bouchées lui avait procuré un bonheur si délicat, si pur, qu’il en avait perdu la notion du temps, comme à chaque fois.
Passionné, dévoué, Tahir se laissait guider, glissant entre les corps et les rituels, allant de village en village, d’une région à l’autre. Pour Lui, pour Eux il ferait n’importe quoi. Cette nuit il avait tué, tracé de sa lame une entaille dans la chair de l’offrande, de sa hanche jusqu’à son torse, tout proche du sein. Il l’avait regardé se vider de son fluide vitale pendant qu’il récitait des prières envers le Divin. La Bête, elle, n’appréciait pas ce spectacle. Trop sage, trop propre.

Lorsque les premiers cris s’élevèrent, il n’y fit pas attention, sortant à peine de son état de transe. Enfermé dans la cave de son petit habitacle, encore couvert du sang de la Belle dont il s’était lavé, il entendit la porte de sa demeure claquer et quelque chose s’y engouffrer. Sereinement, des pensées morbides encore plein la tête, il alla voir à l’étage ce qu’il se passait. Persuadé que le Divin lui faisait un signe, le récompensant de sa fidélité, de cette pucelle de qualité qu’il avait déniché cette nuit.
L’obscurité imprégnait la pièce, un coup d’oeil dehors ne lui apporta pas grand-chose, un voile recouvrait la place. A peine sa main refermait-elle la porte qu’une chose vint s’agripper à lui, vint se coller à son corps, à sa peau. Il eut l’impression qu’un corps étranger venait se greffer à lui, avant de commencer à le recouvrir, sa propre conscience s’évanouissant au fur et à mesure qu’il entendait l’autre s’éveiller. Il posa un genou à terre, le crâne vrillé par une furieuse envie de tout démolir, le coeur prêt à exploser et l’autre grondant, appelant au sang.

On frappa à la porte, la voix d’un homme et d’une femme apeurés, appelant à l’aide, tambourinant sur le bois pour que s’ouvre cette porte, permettre de leur offrir un abri. Il ne leur accorda qu’un bref regard, visage déformé par la colère et l’incompréhension. Les coups se répétèrent et les voix s’élevèrent à nouveau. Il poussa une sorte de grognement, de cri agacé, traversé par l’envie de les égorger.
A cet instant seulement il su qu’il ne s’agissait pas du Divin, mais bien de elle. La Bête. Elle se montrait enfin. Prenait les choses en mains, le contrôle.

Enfin.

Spoiler:
 

L’Immaculé n’était plus, équipé de sa Cuirasse, ayant totalement perdu l’esprit, du sang sur le visage et des litres coulant encore dans son esprit, des visions de massacre défilant à toute allure, des champs de macchabées, la mort. Oui. Tuer. La Bête voulait tuer. On tentait d’enfoncer la porte, Tahir se redressa immédiatement, recouvert d’une épaisse armure, une longue épée en main. Une teinte sanguine se mêlait aux reflets sombres des plaques de l’armure. Une armure qu’il pouvait sentir respirer, et surtout, de laquelle il pouvait entendre sa folle soif de sang.
Il y succomba avec un plaisir non dissimulé, un large sourire déchirant ses lèvres sous son casque. Une étrange énergie flottait autour de lui, de la lame de son épée. Sans plus attendre, il s’avança vers la porte pour la faire sauter vers l’extérieur d’un coup de latte puissant. La femme tomba sur le côté mais l’homme fut pris sous le bois, se retrouvant pris au piège. Tahir ne lui adressa aucun regard, seule la pointe de son arme traversa le mobilier, puis le ventre du malheureux.

Il en frissonna d’excitation, exalté. Le premier sang versé. La première victime de la Bête. Et pas la dernière. Sa femme qui hurlait et pleurait la mort de son époux vit sa tête sauter d’un mouvement circulaire de l’acier, tranchant à travers la brume pour répandre plus de sang encore. La Bête procédait à son rituel. Cette terre était son lieu de sacrifice, ces gens les offrandes. Ses offrandes. Chaos et destruction commençaient à envahir le village et pourtant il n’en fut pas déstabilisé. Comme s’il avait toujours connu ça, se laissant simplement guider. Il cherchait et une fois trouvé, se jetait dessus pour supprimer sa proie.

Encore. Bien plus encore. Donne m’en plus encore. Nourris-moi.

Un mouvement sur sa droite, ses sens exacerbés ne loupèrent pas la tentative de fuite du malheureux paysan. Instinctivement, il balança son épée d’un geste habile qui alla sèchement couper la course du fuyard et l’embrocha de part en part, l’épée et le gros morceau de viande humaine allant se planter dans l’écorce d’un tronc un peu plus loin.


Dernière édition par Tahir le Jeu 10 Sep - 15:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
HaldorHaldorArmure :
Cardinal de la Mort

Statistiques
HP:
[Mi février 553]Recrutement sauvage[PV Tahir] G-bleu1350/1350[Mi février 553]Recrutement sauvage[PV Tahir] V-bleu  (1350/1350)
CP:
[Mi février 553]Recrutement sauvage[PV Tahir] G-rouge1350/1350[Mi février 553]Recrutement sauvage[PV Tahir] V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Mi février 553]Recrutement sauvage[PV Tahir] G-jaune1350/1350[Mi février 553]Recrutement sauvage[PV Tahir] V-jaune  (1350/1350)
Message Re: [Mi février 553]Recrutement sauvage[PV Tahir]   [Mi février 553]Recrutement sauvage[PV Tahir] EmptyVen 4 Sep - 0:06
Maintenant que la chasse débutait, que le carnage était en cours, il pouvait franchir la frontière invisible qui séparait ce village du reste du monde. Les cris, la peur, le sang. Ces émotions qui se mêlaient. Et lui, le Faucheur, qui approchait. A l'entrée de la ville, afin de se mouvoir plus aisément, il laissa son cheval et entreprit de parcourir les rues à pied. Dans son armure et avec sa cuirasse de la Mort. Les gens l'auraient certainement évités s'ils n'avaient pas déjà été enclin à courir partout pour sauver leur vie.

Mais voilà. Le spectacle des cuirasses qui dévoraient tout sur leur passage prenait le dessus sur celle du colosse qui avançait sans se sourciller du spectacle un seul instant. Ici et là, lorsqu'il jugeait que le villageois ne pourrait survivre à la possession, il laissait "Hécatombes" mettre un terme aux souffrances du malheureux, avant de reprendre la route. "Ration" avançait juste derrière lui, sur ses quatre pattes, balançant lui aussi de prodigieux coups de pattes afin de virer ceux qui se dressaient sur sa route. Curieuse scène que de voir un tel colosse accompagné d'un des plus gros ours jamais vu dans le coin. Mais la Mort avançait, inexorablement, et l'ours fauchait les vies aussi aisément que si Haldor l'avait fait avec sa faux.

Puis vint cette scène. A laquelle il ne s'était pas attendue. Celle d'une lame perforant un fuyard. L'empalant sur l'arbre le plus proche. Non loin de lui. Le regard rougeoyant porté directement vers celui qui avait balancé l'épée. Ainsi donc il y avait un candidat sérieux ? L'aura du colosse s'accentua. Au point que deux des âmes proches de lui s’effondrèrent dans un râle. Il fit plusieurs pas et leva sa main gauche, celle qui ne portait pas "Hécatombes", dissipant alors la brume autour de lui et autour de celui qui avait frappé.
    - Toi, là ! Sais-tu qui je suis ?

L'apparence parlait pour lui et plusieurs villageois avaient criés "la Mort marche parmi nous". Mais qui sait, peut-être n'y avait-il pas prêté attention. Et surtout... Dans quel état d'esprit serait ce petit nouveau. L'armure corrompait les esprits, il le savait. S'il avait la mauvaise idée de l'attaquer, il s'en mordrait les doigts.
    - Dis-moi qui tu es !

Sa main droite tenait toujours son immense lame. Prêt à se défendre si nécessaire. La Soif de sang enlevait toute raison. Mais il avait apprit une chose avec le temps : les cuirasses reconnaissaient la puissance de leur pair. Elle savait qu'elles étaient celles à éviter. Il en avait eu l'exemple avec la Chimère qui avait tenté d'asservir Brohos avant que ce dernier n'ignore les recommandations et cherche quand même à attaquer la Mort. Il avait failli perdre la vie suite à cet acte et depuis, il se tenait à carreau. Mais l'étranger... Il ne connaissait sans doute rien de ce monde nouveau. N'est-ce pas ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1838-haldor-cardinal-de-l
TahirTahirArmure :
Cuirasse de l'Urdimmu

Statistiques
HP:
[Mi février 553]Recrutement sauvage[PV Tahir] G-bleu0/0[Mi février 553]Recrutement sauvage[PV Tahir] V-bleu  (0/0)
CP:
[Mi février 553]Recrutement sauvage[PV Tahir] G-rouge0/0[Mi février 553]Recrutement sauvage[PV Tahir] V-rouge  (0/0)
CC:
[Mi février 553]Recrutement sauvage[PV Tahir] G-jaune0/0[Mi février 553]Recrutement sauvage[PV Tahir] V-jaune  (0/0)
Message Re: [Mi février 553]Recrutement sauvage[PV Tahir]   [Mi février 553]Recrutement sauvage[PV Tahir] EmptySam 5 Sep - 17:58
La voix du colosse s’élève au milieu du brouillard, attire l’attention de l’Immaculé, dont l’esprit brouillé par la folie furieuse qui l’assaille continue de le pousser à se livrer à un véritable massacre. L’esprit de la Bête. C’est elle qui veut tout ça, elle qui veut égorger, étriper, briser, brûler, tuer. D’abord une voix, puis une aura et enfin une image. Il est là, l’homme à la qui appartient cette voix. Se tient devant lui, le monstre humanoïde possédant cette énergie aussi terrifiante qu’elle est intrigante. Elle excite la Bête, elle s’agite, elle veut mordre.
Il s’adresse à lui et Tahir ne répond pas sur le moment, penchant la tête d’abord à gauche, puis inversement. Est-ce un homme ou un Dieu ? Armure, arme, animal, tout semble exagéré chez lui, démesuré, à l’image de ce timbre de voix qui ne laisse pas de place au doute. Il ne tremble pas, ne vascille pas, ne se reprend pas. Assuré, il fait face à la Bête et ne se trouve pas intimidé, au contraire même. Un ordre, il vient de lui ordonner de se présenter. Il a l’art d’attiser sa fureur.

Tue-le.
Je ne sais pas qui tu es, mais je sais ce que tu es. Tue. Le. Je ne te connais pas, mais elle ne t’aimes pas. Tue-le ! Et elle est très persuasive.

Parler et refréner ses pulsions durant l’espace de ce laps de temps et déjà une torture en soi, mais devoir faire abstraction de cette haine viscérale envers cette autre armure, ce désir déchirant de la dessouder, c’est intenable. Il laisse échapper un grognement à mi-chemin entre de la douleur et de l’agacement, avant de tendre sa main droite à hauteur d’épaule. Sa propre aura se manifeste, à l’image de ce monstre qui l’habite. Déchirante, violente, intrusive, abusive, meurtrière, sanglante. Il se concentre pour appeler sa lame et celle-ci se dématérialise, s’évaporant en volute de fumée rougeâtre avant de réapparaître dans sa main, entière.
Il ne sait pas comment il fait, il le fait simplement. C’est instinctif. Ils se regardent. Celui rougeoyant de la Mort se heurte à celui en croix dessiné par le casque de l’Urdimmu. Elle ne l’aime vraiment pas, la Mort. Sans doute à cause de son passif avec elle, s’étant déjà plutôt intimement côtoyée des années auparavant. Alors elle hurle du fin fond de ses tripes et le son se répercute jusqu’à la gorge de Tahir qui se déchire de ce même hurlement bestial.

QU’ELLE CREEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEVE !

Le Cosmos s'intensifie, semble se canaliser en un point, le long de la lame de l’épée. A mesure que les secondes défilent, la puissance augmente, avant qu’un mouvement du bras de son manieur expulse toute l’énergie accumulée en une lame destructrice fendant l’air pour venir frapper Haldor. La Bête sachant que cela ne viendrait pas à bout d’une aussi grosse proie, elle ordonne de monter à l’assaut et Tahir s’exécute, d’une série de petits bonds. Il fond sur son adversaire, deux mains sur le pommeau de son épée, celle-ci en retrait du reste de son corps, épaules vers l’arrière.
Une attaque frontale, une autre. Stupide, mais bestiale. Idiot, mais violent. Il frappe de bas en haut. Du genou gauche jusqu’à l’épaule droite, espère percer l’armure massive du guerrier d’Ares et d’y laisser une profonde entaille. Désire faire couler le sang, s’en abreuver, se baigner dedans. C’est fou ce qu’elle peut la détester, la Mort. A sa soif de sang s’ajoute une rage aveugle et une perte totale de contrôle.


Dernière édition par Tahir le Jeu 10 Sep - 15:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
HaldorHaldorArmure :
Cardinal de la Mort

Statistiques
HP:
[Mi février 553]Recrutement sauvage[PV Tahir] G-bleu1350/1350[Mi février 553]Recrutement sauvage[PV Tahir] V-bleu  (1350/1350)
CP:
[Mi février 553]Recrutement sauvage[PV Tahir] G-rouge1350/1350[Mi février 553]Recrutement sauvage[PV Tahir] V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Mi février 553]Recrutement sauvage[PV Tahir] G-jaune1350/1350[Mi février 553]Recrutement sauvage[PV Tahir] V-jaune  (1350/1350)
Message Re: [Mi février 553]Recrutement sauvage[PV Tahir]   [Mi février 553]Recrutement sauvage[PV Tahir] EmptyLun 7 Sep - 9:49
Comme il s'y était attendu, la cuirasse communiquait d'une certaine manière avec son porteur. Elle avait donc informé ce petit nouveau ce qui se trouvait face à lui. Un sourire derrière le masque. Haldor étudiait. Haldor attendait. Car l'inéluctable arriverait, comme il s'y était attendu. On n'allait pas contre la nature et les "bébés" d'Arès étaient tous des tueurs-nés. A leur naissance, détruire et massacrer semblaient être les deux maîtres-mots pour tous. Qu'importe, la Mort ne craignait pas un enfant.

La lame dans le tronc disparaissait pour revenir à son porteur d'origine. Voilà un pouvoir curieux et intéressant. Haldor siffla d'admiration mais ce sifflement se perdait déjà dans le cri de rage de celui qui hurlait désormais sa détermination à le détruire. Cette cuirasse n'aimait pas la Mort. Mais qui pouvait se vanter de l'apprécier ? On pouvait ne pas le craindre. Mais l'apprécier était tout autre chose. Tant pis. Il était prêt.

L'assaut fut rapide. Brutal. Une bestialité à l'image de l'homme qui se tenait là, prêt à frapper. Mais voilà, "Hécatombes" n'était pas n'importe quelle lame non plus. D'un geste puissant mais d'une seule main, rapide, le colosse mit sa lame en opposition, empêchant la frappe de l'atteindre. Si l'autre frappait de bas en haut, lui fit le contraire. En l'air, son bras fendit l'espace vers le sol en déployant une force incroyable, projetant la lame de l'attaquant vers l'arrière. Ces quelques secondes semblaient durer tellement plus. Un bref instant, il ne dit rien. Ne dit rien.

Puis son second bras se détendit avec fulgurance, poing fermé. Percutant le torse du Berserker avec une telle force que le résultat ne ferait aucun doute : il serait projeté de quelques mètres en arrière, avec brutalité, tandis que le géant restait droit et fier. Premier assaut. Inutile. Qu'importe la force que l'on mettait dans un coup d'épée si la lame ne mordait pas la chair. Profitant des quelques secondes gagnées, Haldor abaissa son masque. Laissant à l'autre l'occasion de découvrir le visage de la Mort. Des cheveux hirsutes, argentés. Un sourire sur le visage. Et des yeux d'argent, qui faisait écho à l'aura qui se dégageait du colosse. Il faisait jeune. Oui, Haldor paraissait jeune. Et pourtant son expérience était sans comparaison aucune avec celui qui lui faisait face.
    - Personne n'aime la Mort. En cela, ta cuirasse et toi, vous êtes comme les autres. Puisque tu ne sais pas qui je suis, j'vais m'présenter dans les formes mon pote. Je suis le Cardinal de la Mort. Je suis Haldor, le Colosse Argenté. L'Ours Septentrional. Et si tu ne contiens pas tes pulsions face à moi, je suis aussi le dernier visage que tu verras.

La menace claqua l'air alors que l'aura du géant gagnait en intensité. La première joute avait été lancé par l'inconnu. La seconde serait donc à mettre au crédit du colosse. Car d'un bond, il se projetait déjà sur lui. S'était-il relevé ? Avait-il toujours sa lame entre les mains ? Très certainement. Mais il allait avoir du travail pour contenir la charge du géant. Ce dernier cherchant à frapper son adversaire d'une magistrale charge de l'épaule, avant de finir le travail en frappant du plat de sa lame vers le genou du malheureux.

Il ne cherchait pas à le tuer. Juste à lui montrer la différence de puissance entre eux. M'enfin. Ceci tant qu'il ne le poussait pas à bout, à dire vrai. Et tandis qu'il achevait son mouvement de l'épée, il beuglait lui aussi.
    - QUI...ES...TUUUUUUU ?

Chaque mot, un coup. Chaque mot, une frappe de l'épée.

Résistes, l'étranger. Sans quoi ta cuirasse et toi, vous finirez en charpie.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1838-haldor-cardinal-de-l
TahirTahirArmure :
Cuirasse de l'Urdimmu

Statistiques
HP:
[Mi février 553]Recrutement sauvage[PV Tahir] G-bleu0/0[Mi février 553]Recrutement sauvage[PV Tahir] V-bleu  (0/0)
CP:
[Mi février 553]Recrutement sauvage[PV Tahir] G-rouge0/0[Mi février 553]Recrutement sauvage[PV Tahir] V-rouge  (0/0)
CC:
[Mi février 553]Recrutement sauvage[PV Tahir] G-jaune0/0[Mi février 553]Recrutement sauvage[PV Tahir] V-jaune  (0/0)
Message Re: [Mi février 553]Recrutement sauvage[PV Tahir]   [Mi février 553]Recrutement sauvage[PV Tahir] EmptyJeu 10 Sep - 18:08
Le choc est redoutable, repousse la lame de l’assaillant et engourdis ses bras, l’épreuve de force est nettement à l’avantage du colosse. La Mort est redoutable, ce n’est pas une surprise. La Bête grogne sa frustration au fin fond des tripes de son hôte, qui grimace et serre les dents, l’esprit retourné par d’aussi violentes pulsions destructrices. C’est la première fois en autant de temps qu’il ressent aussi fort la volonté de la Bête, de son côté sombre. Jusqu’ici, elle ne faisait que de rares apparitions, aujourd’hui, elle est le maître absolu de son corps. Pourtant, la conscience de Tahir n’a pas disparu, pas totalement.
Une sorte de cohabitation forcée dont il est le spectateur. Le poing de son adversaire frappe et touche au but, le propulse en arrière, lui coupe la respiration et lui fait cracher un mélange de salive et de sang. Une force brute remarquable, qui aurait calmé les ardeurs du fanatique en temps normal. Mais pas elle, pas Elle. Qui ne fait qu’enrager davantage, l’idée de se faire rosser une seconde fois par cette entité lui est insupportable, impensable.

Me retenir ? Il pose les yeux sur sa main tremblante, secouée par la lutte intestine engagée depuis que la cuirasse s’est accroché à lui. Mais je ne fais que ça, essayer. C’est dur, bordel. Transpirant, le regard fiévreux, il affiche un sourire carnassier, en réponse à celui du Cardinal. J’ai déjà compris, mais Elle veut ta mort. Alors que faire ? Il ne contrôle pas ses mouvements, tout juste ses mots. Haldor opte pour la solution brutale, violente, la façon Berserker. Sur ses pieds, il se tient. Son bras s'élève pour placer sa lame en position défensive, en prévision de ce qui va lui tomber sur le coin de la tronche.
Peut-on vraiment affirmer qu’il est préparé pour un tel duel ? Certainement pas. Il déploie son aura comme une barrière contre laquelle l’Ours bute, mais termine pas passer au travers. Tahir est percuté par son épaule et peine à garder ses appuis, il oppose le tranchant de sa lame pour protéger son genou, insuffisant également.

Balayé par l’attaque, il chute et n’a pas le temps de se relever qu’il se fait enchaîner de coups au sol. Trois coups brutaux épée contre épée, mais celle de la Mort est si gigantesque en comparaison de la sienne. Après chaque choc, son arme, son bras entier est envoyé au tapis, claquant sur la terre. Et l’acier qui se fraie un chemin au travers de l’armure, trancha la chair et fait couler le sang. Profondes, mais pas mortelles, la maigre résistance en face ayant tout de même empêché l’inévitable. Sa respiration est bruyante, saccadée, la douleur le grignote de l’intérieur comme un vulgaire rongeur.
DÉGAGE ! Qu’il tente de repousser Haldor du plat du panard, tout en forçant pour se relever. Il peut encore tenir debout, la pointe de son épée ancrée au sol, son ancre. Je vais te découper, je dois le faire. Je DOIS LE FAIRE ! Elle le souhaite si fort, elle le demande avec tant d’insistance, comment résister ? Il concentre à nouveau son énergie dans sa lame, cette fois il ne compte pas la relâcher, mais s’en servir pour découpler la puissance de frappe.

Pire encore, débordé par toutes ces émotions et l’envie dévorante de tuer, il en perd le contrôle et le Cosmos entourant son épée prend la forme vulgaire d’une grosse bête. Quelque chose qui semble à la fois homme et loup, énorme et énervé, enragé. Il va mettre ce qu’il lui reste dans cette frappe, c’est certain. Tenant son épée à deux mains, il la lève un instant au-dessus de sa tête et la bête formée par son énergie cosmique semble prête à bondir sur sa proie. Enfin, le relâchement. La charge. Le monstre fond sur la Mort, prêt à lui déchiqueter la nuque, lui broyer les os, la renvoyer dans son funeste royaume. L’Immaculé observe, l’oeil brillant. Ce cosmos qui déferle sur le Cardinal et cette la lame qui tente de se frayer un chemin au travers de l’épaisse armure du guerrier. Résister, il n’y arrive pas, cher Cardinal de la Mort.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
HaldorHaldorArmure :
Cardinal de la Mort

Statistiques
HP:
[Mi février 553]Recrutement sauvage[PV Tahir] G-bleu1350/1350[Mi février 553]Recrutement sauvage[PV Tahir] V-bleu  (1350/1350)
CP:
[Mi février 553]Recrutement sauvage[PV Tahir] G-rouge1350/1350[Mi février 553]Recrutement sauvage[PV Tahir] V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Mi février 553]Recrutement sauvage[PV Tahir] G-jaune1350/1350[Mi février 553]Recrutement sauvage[PV Tahir] V-jaune  (1350/1350)
Message Re: [Mi février 553]Recrutement sauvage[PV Tahir]   [Mi février 553]Recrutement sauvage[PV Tahir] EmptyMer 16 Sep - 7:19
Alors qu'il écoutait les premières paroles de l'inconnu, il eut un sourire. Il savait que la cuirasse reconnaissait ce qu'il était. Et pourtant, en dépit de la résistance de l'homme, elle parvenait à prendre le dessus. Elle désirait sa mort ? En voilà une qui avait de l'ambition. Mais la Faucheuse n'était pas encore disposée à se laisser abattre. Moins encore par une petite frappe comme celle-ci. Non, il allait devoir apprendre à se dominer. Et cela passait nécessairement par cette petite bagarre. Soit il parvenait à dominer cette pulsion meurtrière, soit il l'assommerait afin de couper court à cet instinct guerrier. Le colosse ne savait pas encore ce qu'il préférait.

Mais en tout cas, il paraissait évident que la cuirasse avait bien choisi. Cette dualité, il l'avait déjà vécu avec Brohos. Il l'avait déjà ressenti, subi. Et là encore, il avait été obligé de prouver avec ses poings qu'il n'était pas si aisé d'atteindre la Mort. Allait-il devoir en arriver jusqu'à cette extrémité. Il en doutait. Et pourtant ne se dégageait de l'homme qu'une aura meurtrière. Il souhaitait clairement l'abattre. Ainsi était-il prêt. Que pouvait faire un simple soldat face à un Cardinal entraîné ? Face à un guerrier-né ?
    - Tant pis pour toi. Et pour elle. S'il faut en passer par là, alors tu ne me laisses pas le choix. Même si c'est en petits morceaux, j'te ramènerai au dédale.

Simples paroles mais qui exprimaient la résolution de l'homme face à lui. Il resserrait sa prise sur Hécatombes. Après tout, même avec un bras en moins, l'autre saurait encore combattre non ?

Il avait reculé de quelques pas suite au premier coup de pied du bonhomme pour le repousser. Il perçut l'aura de puissance qui l'enveloppait. Comment ce genre de chose aurait-il pu lui échapper alors qu'il combattait lui aussi de cette manière ? Comme disait le dicton : "ce n'est pas à l'ours qu'on apprend à déchiqueter". Ou un truc du genre. Ainsi est-il prêt. Ainsi lui aussi laissait apparaître cette étrange aura argentée, qui lui valait son surnom. Il la voit. La Bête. Un loup ? Alors que la créature fond sur lui, alors qu'il sent venir la lame, le colosse pousse son aura à son paroxysme. Mais cette fois, il ne met pas sa lame en opposition. Cette fois, il souhaite sentir la morsure de la Bête. Voir si elle ne sait que gueuler ou si elle sait aussi mordre.

Les coups l'atteignent. Et le font reculer. Mais la Cuirasse contient les assauts. Car la Mort ne se brise pas si facilement. Toutefois, le colosse grimace. Car en dépit de sa protection, il sent que l'homme y a mit de la puissance cette fois. Sans l'armure aurait-il été découpé ? Peut-être bien. En tout cas le sang aurait été versé sans le moindre doute. Mais là, les os qui composent sa protection ont encaissés. Et lui se tient prêt à lui renvoyer l'ascenseur.
    - On aura tout vu, en ce monde. Un loup qui a l'audace d'attaquer un grizzli sans sa meute. T'as aucune chance. Tu le sais. Et elle aussi. Et cependant, tu es trop faible pour contenir les pulsions de cette cuirasse. trop faible pour dominer cette bête. Elle est à ton service, pas l'inverse. T'appelles ça "une attaque" ? T'appelles ça une bête ? Laisse-moi te montrer ce qu'on peut faire quand on s'associe réellement.

Déjà une ombre semblait grossir derrière le colosse alors que son aura s'accentuait. Peu à peu, l'image d'un gigantesque ours apparut. Différent de ce que pouvait être "Ration de Survie", qui s'était éloigné du combat pour ne pas être prit dans les coups. L'ours qui faisait son apparition paraissait plus dangereux. Comme s'il était une Bête cauchemardesque elle aussi. Haldor n'existait plus. Le village non plus. Ne restait que cette créature, aux yeux de feu. Une charge, toutes griffes dehors. Crocs dévoilés. Et une voix, qui perçait les ténèbres. Qui résonnait autour de sa victime.
    Danse, danse avec la Mort.
    Montre-moi que tu es fort.
    Mais si jamais tu m'tournes le dos...
    Alors je te briserai les os !




Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1838-haldor-cardinal-de-l
TahirTahirArmure :
Cuirasse de l'Urdimmu

Statistiques
HP:
[Mi février 553]Recrutement sauvage[PV Tahir] G-bleu0/0[Mi février 553]Recrutement sauvage[PV Tahir] V-bleu  (0/0)
CP:
[Mi février 553]Recrutement sauvage[PV Tahir] G-rouge0/0[Mi février 553]Recrutement sauvage[PV Tahir] V-rouge  (0/0)
CC:
[Mi février 553]Recrutement sauvage[PV Tahir] G-jaune0/0[Mi février 553]Recrutement sauvage[PV Tahir] V-jaune  (0/0)
Message Re: [Mi février 553]Recrutement sauvage[PV Tahir]   [Mi février 553]Recrutement sauvage[PV Tahir] EmptyDim 20 Sep - 8:23
La Mort ne flanche pas face à ses coups, elle ne saigne même pas, ne présente aucun signe de faiblesse. Elle se tient droit devant lui, encaisse son assaut et lui rigolerait presque au nez. Petite bestiole insignifiante qu’il est comparé à toute sa puissance. Des guerriers cherchant à l’abattre, elle en a vu d’autres, en a emporté d’autres. La Bête elle-même a déjà failli trépasser sous ses coups, subsistant à l’époque pour se réincarner dans son réceptacle actuel, Tahir.
Aujourd’hui, elle prend sa revanche, la Bête. La rage et la fureur de vaincre, le coeur qui hurle vengeance et l’odeur du sang qui la rend folle. L’odeur de son propre sang, celui de son adversaire n’a pas coulé d’une goutte. L’un face à l’autre, l’un propre comme au premier jour et l’autre souillé d'hémoglobine et de sueur, c’est à se demander qui est l’Immaculé.

Il est l’Immaculé. Il était l’Immaculé. Il sera l’Immaculé, quand la Bête se taira, se calmera, sera domptée. Au Cardinal de s’en charger, d’y mettre du sien pour terrasser cet être récalcitrant qu’il a tenté de raisonner, en vain. Le ramener au Dédale ? Quel est cet endroit qu’il mentionne ? Sa tanière. La grotte de l’Ours ? Un grizzli, qu’il dit être. Le compare à un loup, oh non non non. La Bête n’aime pas ça, elle n’est pas que ça, pas juste ça.
Un monstre bien plus horrible, bien plus vorace et dangereux qu’une meute entière de loups. Qui n’a pas peur et qui a ce qu’il faut pour s’attaquer à de gros morceaux, du gros gibier. Comme cet ours géant. Du moins, pas cet ours en particulier. Celui-ci est trop gros, trop hargneux, sa peau trop épaisse et ses pattes trop dangereuses. Il cogne plus fort et est plus robuste, c’était perdu d’avance.

Urdimmu ou pas, tu ne peux que t’incliner devant la mort. A lui de serrer les dents, d’endurer le déluge qui arrive et de survivre. Puiser dans ses ressources pour ne pas mourir ici, pas après tout ça. Aura gigantesque, ombre colossale, le final est à l’image de ce combat. Pas de finesse ici, de la bestialité, des crocs et des griffes, du sang et des cris. Sa propre aura n’a pas faibli, continue de se dresser devant la bestiole cauchemardesque aux yeux de sang.
Danse avec la Mort, toi qui la sème depuis des si longtemps. Montre-lui que tu es fort, donne-lui tort. Ne lui tourne pas le dos, affronte-la jusqu’à ton dernier souffle. Elle peut bien te briser les os, tant qu’un souffle de vie subsiste. ELLE N’A PAS PEUR DE TOI, SA DOUCE NEMESIS ! Qu’il hurle juste avant le choc, s’opposant au mieux à cet incroyable assaut.

Balayé comme un fétu de paille, les coups pleuvent sur son corps comme une pluie de grêle, tous avec la puissance et la capacité de lui péter le moindre petit morceau d’os qui composent son squelette. Ses poings en brisent un bon nombre, offrent une symphonie de craquement sinistre accompagné de quelques coups de sa large épée qui découpe sa cuirasse et dessine de longues entailles dans sa chair.
Lorsque l’Ours en a fini avec sa proie, celle-ci retombe sèchement au sol, des mètres plus loin, inanimée. En s’approchant, en se penchant suffisamment près pour pouvoir l’entendre, on remarquera ce si précieux souffle de vie témoignant de l’état du tout nouveau Berserker. Physiquement brisé, découpé, saigné. Psychologiquement épuisé, mais apaisé. Cette soif n’est plus, s’en est allée. Le grizzli a terrasé l’Urdimmu, l’a renvoyé dans son antre, la queue entre les jambes.

Vaincue et humiliée une fois de plus par cette Mort qui n’a de cesse de se dresser sur son chemin.

Citation :
Fin du RP pour moi ! Merci pour le recrutement bien cool ! °°
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
[Mi février 553]Recrutement sauvage[PV Tahir]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Libro Scripturae :: Transylvania :: Siebenbürgen-
Sauter vers: