Votez
I
II
III


Février 553 AD (Jusqu'au 30 Septembre 2020)
 
Partagez
 

 [Février 553] Ad Normalis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
LesathLesathArmure :
Scorpion

Statistiques
HP:
[Février 553] Ad Normalis G-bleu160/160[Février 553] Ad Normalis V-bleu  (160/160)
CP:
[Février 553] Ad Normalis G-rouge180/180[Février 553] Ad Normalis V-rouge  (180/180)
CC:
[Février 553] Ad Normalis G-jaune245/245[Février 553] Ad Normalis V-jaune  (245/245)
Message [Février 553] Ad Normalis   [Février 553] Ad Normalis EmptyLun 7 Sep - 19:28
L'esprit de l'Ibère bouillonnait. Il avait beau être revenu a la normale - à "sa" normalité du moins - il n'en avait pas fini de jouer quelques tours au Scorpion d'Or. Disons que le voyage au berges de la rivière de la Folie avait laissé quelques empruntes sur son âme.

Tout bonheur se fait suivre irrémédiablement par une peine. C'est la loi de l'équilibre cosmique. Le Ying et le Yang. Le bonheur parfait n'existait pas. N'existe pas. N'existera sans doute jamais. Un nuage finit toujours par cacher le soleil tout comme le calme suit toujours l'orage. Et dans le cas du Scorpion c'était une douleur dans le torse qui venait perturber la toute nouvelle quiétude qui l'embaumait. Il avait repris des couleurs, certes, mais ces dernières provenaient sans doute du sang qui pulsait dans son corps, bougeant au rythme d'un coeur que la douleur lacérait. Mais n'était-ce pas là le lot de tous les étranges. De tous les étrangers. Après tout, le peu qu'il avait entendu au sujet des Chevaliers d'Or l'avait convaincu qu'il n'avait rien à voir avec ces derniers. Et pourtant l'armure ne l'avait jamais abandonné, même lorsqu'il avait emprunté le titre de Roi de Poussière. Peut-être s'était-elle cru au dela des lois et des coutumes ? C'était ... possible à dire vrai.

L'Ibère avait toujours été en avance sur son temps. Lesath était deja au jugement que les autres n'étaient pas encore prêts d'affronter le trépas. Le premier Scorpion qui s'était, l'espace de quelques années, pris pour le mauvais Gémeau. Le seul dont le silence parlait plus que les paroles. Un homme en avance sur les siens vous dis-je. C'était donc tout naturellement que, porté par des pensées aussi denses qu'improbables, il avait fini par se retrouver, à une heure indue sur le perron du temple du Grand Pope. Comment diables avait-il traversé un bon tiers des temples ?

Et ce dernier ne dormait pas. Ou du moins c'est ce que l'Ibère supposait. En effet, avec l'intégralité des torches allumées comme c'était le cas, soit Childéric avait des paupières particulièrement larges, soit il dormait avec son masque. Hideux le masque d'ailleurs tant qu'on y était. Il ne manquerait pas de lui dire. Enfin, s'il ne dormait pas, bien évidemment.

Il passa sous l'arche du temple sans sourciller. Après tout il était en avance sur son temps. Sans doute sur l'heure où le Franc - ou était-il Celte, déja ? - avait prévu de le recevoir. Celui-ci était face à lui.

"Hé bien ? Vous m'avez convoqué, Grand Pope Childéric ?" Lui demanda-t-il.

Ce n'était absolument pas le cas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t268-lesath-gold-saint-du-s
ChildéricChildéricArmure :
/

Statistiques
HP:
[Février 553] Ad Normalis G-bleu260/260[Février 553] Ad Normalis V-bleu  (260/260)
CP:
[Février 553] Ad Normalis G-rouge330/330[Février 553] Ad Normalis V-rouge  (330/330)
CC:
[Février 553] Ad Normalis G-jaune216/216[Février 553] Ad Normalis V-jaune  (216/216)
Message Re: [Février 553] Ad Normalis   [Février 553] Ad Normalis EmptyMar 22 Sep - 1:33
    Le sommeil était une ressource rare quand on dirige une partie du monde connu. Le sommeil est une ressource rare quand on doit décider pour la sagesse et la guerre. Il avait appris à vivre sans beaucoup de sommeil, ses nuits n’avaient jamais été longues et il avait été forgé pour endurer ces conditions. Le soldat se repose quand il peut. Mais parfois, il aimerait simplement être ailleurs. Dans son lit principalement, mais ailleurs était quelque chose de tout à fait désirable. Tant de choses qui demandait son avis ou ses ordres directement ou indirectement. Pourtant, il n’était pas souverain à vouloir mettre le nez et régner sur tout. Il savait bien s’entourer et avait trouver des personnes compétentes à mettre à des postes clef. Il savait recycler les ressources qui se perdaient et savaient mettre en route la machine compliquée de l’empire Byzantin. Il avait le pouvoir de souffler les bons mots dans l’oreille de l’empereur et l’avait fait plus d’une fois.

    Mais tout ça n’était rien dans la gestion des secrets et des mensonges. Oh, il en avait plein dans son escarcelle. Certains terriblement lourds et qui pourraient faire trembler l’empire de ses endroits les plus reculés à Constantinople, d’autres bien plus personnelles mais aux conséquences tout aussi dramatique. Et les secrets sont une part importante de l’exercice du pouvoir. Les contrôler et les obtenir, les empêcher surtout de partir et enfin, en posséder plus que ceux avec qui nous voulons discuter. Des secrets, il n’en aurait jamais assez sur les autres mais il y en avait toujours trop sur lui. Pourtant, les siens n’étaient pas nombreux : deux en réalité. Et c’étaient deux de trop qu’il devrait protéger avec la violence d’un fauve. L’un de ses deux secrets pourtant, avait été ébruité d’une bien étrange façon. Et c’est à ce propos qu’il avait convoqué l’Ibère dans le temple du Pope, pour discuter de secret et de mensonge.

    Il était difficile de juger à premier vu si l’homme qu’il avait en face de lui avait quitté la poussière et son royaume. Il était sorti du temple, mais il avait dans ses yeux toujours cette lueur de l’étrangeté, de l’insaisissable, de l’incompressible. Mais elle s’était toujours trouvée dans les yeux du scorpion. Il était pourtant l’un des plus vieux chevaliers d’or en exercice, l’un des survivants qui avait vu devant ses yeux défiler la mort de nombreux des siens. L’un de ceux qui avait failli succombé aux sirènes de l’oubli et de la poussière. Mais il était là. Il avait été sauvé par l’armure et jugé par les crocs. Il était là et s’était présenté à lui. Il avait retrouvé ce qu’il avait égaré. Mais à quel point ? Childéric regarda l’homme qu’il avait devant lui, le scrutant sans gène aucune, pour déceler les traces de la folie.

    Il n’était pas sur le trône du Pope, se trouvait dans la grande salle. Il venait de terminer une longue session de travail avec son chambellan et il avait fait sortir une table et de confortables fauteuils pour ça. Le masque du Pope posé sur la table. Il se leva et fit quelques pas pour s’étirer avant d’inviter le scorpion à prendre place sur le siège s’il le souhaitait. Il avait besoin d’un peu se dégourdir les jambes. Il pris ensuite la parole et posa une simple question :

    « - Oui, Lesath du scorpion. Je t’ai convoqué car nous avons à parler. J’ai entendu dire que tu avais retrouvé la raison que tu avais égaré il y a peu. Parle-moi de ça. »

    La grande salle était vide et ne restait que les deux hommes, ainsi, il pourrait parler sans crainte d’être écouté. Dans le doute néanmoins, il manifesta un peu de son cosmos et ses yeux changèrent de forme. En l’espace de quelques instant se furent des yeux de félins qui se posèrent de nouveau sur le huitième gardien. Il attendait sa réponse avec attention et ne raterait pas un de ses mots. Encore une fois et comme toujours, il était là question du poids des mensonges et des secrets !


“Give as few orders as possible
once you've given orders on a subject, you must always give orders on that subject.”


[Février 553] Ad Normalis Deric_11
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t231-childeric-chevalier-d- https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1718-childeric
LesathLesathArmure :
Scorpion

Statistiques
HP:
[Février 553] Ad Normalis G-bleu160/160[Février 553] Ad Normalis V-bleu  (160/160)
CP:
[Février 553] Ad Normalis G-rouge180/180[Février 553] Ad Normalis V-rouge  (180/180)
CC:
[Février 553] Ad Normalis G-jaune245/245[Février 553] Ad Normalis V-jaune  (245/245)
Message Re: [Février 553] Ad Normalis   [Février 553] Ad Normalis EmptySam 26 Sep - 19:18
Le Grand Pope était un félin. Il l'avait sans doute toujours été, et le serait ad vitam. Il avait beau arborer un nouveau pelage, ses gestes ne mentaient pas. Il marchait, s'étirait, respirait comme un Lion. Pas en cage, pour une fois. Ou bien une cage qu'il ne pouvait discerner, ce qui était loin d'être impossible. Lesath ne fut donc pas surpris de le voir prendre les devant et se lever, s'étirer et s'avancer, comme un gros matou devant une souris. Il se demanda si un lion, aussi dangereux était-il se frotterait à un Scorpion. Après tout, le venin tuait, quelle que soit la taille de la cible.

L'ibère rejoint ses mains, chaque doigt venant toucher son homonyme de la main opposée. Il esquissa un sourire lorsque son interlocuteur, fidèle à sa réputation, fonça droit au but. « Oh vraiment ? Certains ne seraient pas d'accord avec toi, Childéric. Certains diraient que je n'ai jamais été des plus sains, et que ces dernières années n'ont été qu'une sombre agonie. Agonie que tu n'as su abréger, et dieu sait que j'aurais accueilli cette libération comme un présent. »

Il jouait sans doute quelque peu sur les mots. La plupart ne pensaient pas ça, ils pensaient simplement qu'il était totalement givré. Et quelque part, ils avaient raison. Il avait été temporairement zinzin. Temporairement ? Ne l'avait-il pas toujours été d'ailleurs ? Certains pensaient que ses piques, ses mots d'esprits, son manque de respect du protocole n'étaient pas que des traits de caractère mais carrément des marques de folie – passagère ou non. Il avait toujours laissé couler. Après tout, il n'avait pas particulièrement envie de pisser face au vent. En général, on se mouillait.

« D'autres diraient que j'ai toujours eu la langue bien pendue,et que cet état léthargique n'était rien d'autre qu'une punition divine. Et moi je n'ai jamais été d'accord. L'importance est d'être. D'exister. Cogito Ergo Sum. Ce que je pense ceci dit, n'engage que moi. J'ai peut-être une mauvaise gestion de la colère, ça, je te l'accorde... » Continua-t-il.

Il était temps de reconstituer ce qui s'était passé. Il expliqua, à sa façon, les faits. « A vrai dire, la réalité est bien moins intéressante. J'ai récupéré une partie de moi même. Elle était en possession de qui tu sais, et l'extirper a été sans doute aussi douloureux pour moi que pour elle. C'est tout. Les voix se sont tues. Ou alors elles sont encore là mais je ne les entend que si je le désire, peu importe. »

« Pourquoi ? Cela ne doit pas changer grand chose, si ? » Demanda-t-il très sérieusement. Il ne considérait même pas que le secret sur lequel il avait mis la main pouvait être une raison pour sa présence en ces lieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t268-lesath-gold-saint-du-s
ChildéricChildéricArmure :
/

Statistiques
HP:
[Février 553] Ad Normalis G-bleu260/260[Février 553] Ad Normalis V-bleu  (260/260)
CP:
[Février 553] Ad Normalis G-rouge330/330[Février 553] Ad Normalis V-rouge  (330/330)
CC:
[Février 553] Ad Normalis G-jaune216/216[Février 553] Ad Normalis V-jaune  (216/216)
Message Re: [Février 553] Ad Normalis   [Février 553] Ad Normalis EmptyLun 12 Oct - 19:55
    Le rire-rugissement de l’ancien lion retentit dans la salle du trône où il recevait le scorpion. Fou… oui, à sa façon, il l’avait toujours été et le serait toujours. Mais il était le fou qu’on peut utiliser, à défaut d’être celui sur lequel on peut vraiment se reposer. Lesath avait déjà fait ses preuves et avait plus ou moins bien porter l’or jusqu’à récemment. Il avait failli devant la violence et la guerre, mais peut-on vraiment lui reprocher ça ? Non, ce qu’il pourrait alors plaider contre lui, c’est d’avoir mis tant de temps à se relever ou pire, comme le soupçonnait Childéric, de ne pas avoir voulu se relever. D’avoir préféré le confort de la poussière et du règne à la dure réalité de l’or et du devoir. Bientôt viendrait le temps pour le scorpion de piquer et au moins, de tenir le rôle qui avait été un temps le sien : celui de gardien.

    « - L’armure veut encore de toi. Sans elle, tu serais mort. J’ai frappé pour te tuer et je ne t’ai fait aucun cadeau ce jour-là. Ton devoir n’est pas terminé encore et tu devras donc continuer de servir, j’en ai peur. Et pour le reste, ne t’en fait pas, il est des usages qu’on peut trouver à un fou. »

    Tant qu’il ne mord pas la main qui le nourrit, mais il ne pensait pas Lesath pour ce genre de fou là. Du moins… pas encore. Il avait en lui ce qu’il fallait pour le devenir et à défaut de pouvoir le tenir sain d’esprit, Childéric devrait essayer de l’empêcher de se mordre lui ou de mordre le Sanctuaire. Une tâche de plus a rajouter à sa longue, très longue liste. Longtemps, l’Ibère avait aussi laissé son esprit se faire dévorer par les drogues et sûrement devait-il en rester une trace quelque part. Bref, il était plus ou moins imprévisible. Si ce n’est pour les valeurs qu’il avait et qu’il tenait en haute estime. Ces mêmes valeurs qu’il avait crachées au Pope lorsqu’il l’avait confronté. Sans ça, il n’aurait vraiment eu aucune assurance en son scorpion.

    Et il rit de nouveau lors de la réplique suivant du chevalier d’or. La gestion de la colère était quelque chose de compliqué et longtemps, il avait eu du mal à juguler ses émotions fortement lié à ses crocs et son cosmos. Un trait commu, qu’il partageait tous les deux. Childéric avait longtemps géré ses émotions dans la violence et la douleur qu’il cherchait à s’infliger indirectement. Par le combat et ses blessures. Sûrement un chemin qu’avait suivit à sa façon le scorpion, ou du moins, il avait dû arpenter une route qui s’en rapprochait. La suite de la conversation par contre, serait plus sérieuse. Le scorpion avait mis le doigt dans un engrenage auquel il n’aurait pas vraiment dû appartenir et il courrait ainsi des risques. Oh, pas seulement pour lui, mais pour ceux qui étaient également pris dans cette boucle et ça… celui qui fût lion ne pouvait le laisser passer.

    « - Cela change au contraire beaucoup de choses, Lesath. Je pense que tu sais ce qu’implique tout ça et le fait que le silence doit être conservé à tout prix. »

    Conservé le plus longtemps possible. Fatalement, un jour il serait éventé et les conséquences en seraient terribles, mais pour le moment, il fallait gagner du temps. De gagner du temps pour ça et pour tout le reste. Il n’était pas vraiment certain de Lesath sur ce genre de chose, mais il avait été trempé dans des choses plus compliqués encore et avait suivit Nimue là-dedans alors… Alors il voulait croire qu’il pourrait compter sur lui.

    « - Et pour le reste et bien… il va falloir te remettre au travail Lesath. J’ai du travail pour toi. »

    Le soleil ne peut rester coucher pour toujours et il fallait préparer son retour. Et surtout, faire en sorte que sa lumière baigne le Sanctuaire plutôt qu’elle ne le brûle.


“Give as few orders as possible
once you've given orders on a subject, you must always give orders on that subject.”


[Février 553] Ad Normalis Deric_11
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t231-childeric-chevalier-d- https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1718-childeric
LesathLesathArmure :
Scorpion

Statistiques
HP:
[Février 553] Ad Normalis G-bleu160/160[Février 553] Ad Normalis V-bleu  (160/160)
CP:
[Février 553] Ad Normalis G-rouge180/180[Février 553] Ad Normalis V-rouge  (180/180)
CC:
[Février 553] Ad Normalis G-jaune245/245[Février 553] Ad Normalis V-jaune  (245/245)
Message Re: [Février 553] Ad Normalis   [Février 553] Ad Normalis EmptyJeu 15 Oct - 21:56
Encore du travail ?

Il se serait bien gardé d'être venu, au final, si c'était pour se ramasser une mission. La dernière qu'il avait faite avait manqué de lui coûter la vie. Ceci dit, peut-être était-ce là son destin filé par les moires, que de se mettre en danger sans jamais ne tomber au champs d'honneur ? Cette idée le fatigua en un instant, et pendant quelques fractions de seconde, il se sentit d'une lourdeur invraisemblable, comme si tout son corps pesait des tonnes. Lesath ne savait pas bien s'il était un incorrigible feignant, ou s'il s'agissait plutôt d'une question de sommeil. Car cette fatigue était bien réelle, mais d'un autre côté, il revenait de quelques mois où il s'était à peine nourri et n'avait pas dormi. Du tout. On pouvait comprendre la source de son mal-être...

Childéric le regardait, comme s'il attendait une réponse. Mais qu'avait-il dit, déjà ? Ah oui. Que les secrets ne restaient jamais enfouis jusqu'à l'éternité. Qu'ils finissaient par resurgir, parfois au pire moment, pour rendre la vie impossible à certains d'entre eux. Pas lui, mais eux. Il hocha les épaules. « A tout prix ne veut pas dire à jamais, mais je n'ai pas besoin de te l'expliquer, à ce que je vois. » Si l'Ibère avait des (nombreux) défauts, il n'avait pas celui de divulguer les secrets. Sa parole avait, jusqu'à preuve du contraire, une certaine valeur, et il comptait bien que cela reste ainsi. Bien entendu, son côté pragmatique voulait qu'il évite de mourir pour empêcher que le mystère ne s'ébruite, mais le Scorpion était convaincu qu'il ne serait pas obligé d'en arriver là. Ou du moins, il l'espérait.

« Du travail, tu dis ? » répondit-il, alors qu'il se passait la main sur la barbe drue qui poussait sur sa joue. Il devrait se raser en rejoignant son temple, pour peu qu'il en ait le temps. Cela n'aurait pas été la première fois qu'un Pope lui demande de partir immédiatement régler quelque affaire...

Il n'avait pas la moindre idée de combien de chevaliers d'Or étaient encore en activité. Il avait eu l'impression que, depuis qu'il avait endossé son linceul doré, ils s'étaient enchaîné. Et c'était sans prendre en compte ceux dont il n'avait même pas appris l'existence entre leur arrivée et leur trépas. Leur rôle demandait apparemment un bonne dose de maîtrise du cosmos, mais aussi des prédisposition à la mort ou à la disparition soudaine... Dans tous les cas, il ne connaissait pas l'intégralité des chevaliers de son rang. De ce fait, il ne pouvait pas vraiment deviner ce que Childéric pouvait bien vouloir qu'il accomplisse en mission.

En tout cas, il était fort probable qu'il ne s'agisse pas de diplomatie. Il eut un sourire en s'imaginant négociant avec des gens d'autres camps. Ce n'était clairement pas ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t268-lesath-gold-saint-du-s
ChildéricChildéricArmure :
/

Statistiques
HP:
[Février 553] Ad Normalis G-bleu260/260[Février 553] Ad Normalis V-bleu  (260/260)
CP:
[Février 553] Ad Normalis G-rouge330/330[Février 553] Ad Normalis V-rouge  (330/330)
CC:
[Février 553] Ad Normalis G-jaune216/216[Février 553] Ad Normalis V-jaune  (216/216)
Message Re: [Février 553] Ad Normalis   [Février 553] Ad Normalis EmptySam 17 Oct - 19:01
    Le meilleur moyen de tenir un secret, c’est de ne pas en parler. Hors, peut on qualifier de secret ces mystères partagés par trop de personne ? Le problème était là, et il était, au fond, insolvable. Il devait s’en remettre au bon vouloir et surtout, au sérieux de ceux avec qui il partageait ce nœud pour qu’il reste insoluble. Mais toujours, quelqu’un fini toujours par perdre patience tout comme Alexandre et plutôt que de démêler le nœud, il préfère le trancher. Il fallait juste éviter que cette personne soit un ennemi trop zélée ou trop puissant. Oui, il fallait éviter que ça soit Atlantis. Alors il ne dit rien, il ramena pas plus que ça le sujet et pris le silence de Lesath pour ce qu’il était, du moins, ce qu’il voulait croire qu’il était. Comme une volonté de conserver ce secret de son côté alors il ferait confiance au scorpion et espérait qu’il serait meilleur pour le garder que pour régner sur la poussière.

    Pour le reste, il fallait qu’il parle travail avec l’Ibère et il savait que ce n'était pas le sujet préféré de dernier. Il ne faisait pas parti des chevaliers zélée, à réclamer leur mission à la chaîne. Il était plutôt du genre à les éviter au mieux et à se faire tout petit, ou fou, pour les éviter. Mais l’or implique des responsabilités, auquel même le plus ingénieux des tirs au flan ne pourrait échapper pour toujours. Pour le reste, il fallait avant de lui donner ses ordres qu’il s’assure qu’il était au courant de certaines informations.

    « - Lors de la guerre contre les oracles et les berserkers, nous avons fait certains prisonniers. Certains de grandes valeurs, et deux en particulier : la voix d’Apollon d’un côté qui se trouve dans nos prisons ici et leur dieu. Qui se trouve en Italie. »

    A mesure qu’il se mettait à parler, ses yeux prient la forme de ceux d’un félin et glissa délicatement une partie de sa conscience dans le cosmos. Il était à cheval entre les deux mondes, entre deux plans ! Mais maintenant rien ne pourrait échapper à sa vue et personne n’écouterait cette conversation sans qu’il ne soit au courant. Personne n’aurait le culot de le faire, surtout si près d’Athéna mais, il valait mieux prévenir que guérir.

    « - Il a été confié à la garde de quelqu’un qui s’avère disons… problématique et surtout, semble bientôt de retour. J’ai laissé des hommes sur place, le temps de changer de gardien, mais j’aimerais qu’un chevalier d’or s’en occupe provisoirement. »

    La situation avec l’actuel maître des lieux était... complexe.

    « - En somme, ce que tu as à faire est simple : tu vas sous peu, te rendre à Ravenna et t’occuper de surveiller les lieux. Cela ne sera pas long. Le soleil est en mouvement, mais je préfère avoir des yeux et un dard sur place. Pour le reste, si par aventure, tu venais à… fouiller, les lieux et faire quelques découvertes intéressantes, n’hésite pas à m’en faire part. Et, évidemment, tout ça est marqué du sceau du secret absolu ! »

    Il attendit la réaction de Lesath, et surtout, s’il avait des questions. Peut-être voudrait-il savoir certaines choses sur Narsès, mais ce n’était pas trop le genre du scorpion. Oui, on peut trouver des usages à un fou. On peut surtout trouver un usage à celui qui sait garder les secrets et il espérait bientôt pouvoir s’occuper correctement de Narsès.

    « - Mais… tout ça dépend de l’arrivée du seigneur Narsès. Je devrais être fixé rapidement. »

    Oh oui, il serait fixé rapidement sur le sort du général et si sa tête serait amenée à rouler sur le sol ou non. Mais il n’avait que peu d’espoir pour la survie de ce sinistre individu.


“Give as few orders as possible
once you've given orders on a subject, you must always give orders on that subject.”


[Février 553] Ad Normalis Deric_11
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t231-childeric-chevalier-d- https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1718-childeric
 
[Février 553] Ad Normalis
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Libro Scripturae :: Imperium Byzantinum :: Sanctuaire :: Temple du Pope-
Sauter vers: