Votez
I
II
III


Février 553 AD (Jusqu'au 30 Septembre 2020)
 
Partagez
 

 [Novembre 551] Tête dans les nuages, pieds dans l'arène, poing dans la gueule [PV Ryme]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
SalimSalimArmure :
Corbeau

Statistiques
HP:
[Novembre 551] Tête dans les nuages, pieds dans l'arène, poing dans la gueule [PV Ryme] G-bleu1200/1200[Novembre 551] Tête dans les nuages, pieds dans l'arène, poing dans la gueule [PV Ryme] V-bleu  (1200/1200)
CP:
[Novembre 551] Tête dans les nuages, pieds dans l'arène, poing dans la gueule [PV Ryme] G-rouge1500/1500[Novembre 551] Tête dans les nuages, pieds dans l'arène, poing dans la gueule [PV Ryme] V-rouge  (1500/1500)
CC:
[Novembre 551] Tête dans les nuages, pieds dans l'arène, poing dans la gueule [PV Ryme] G-jaune1050/1050[Novembre 551] Tête dans les nuages, pieds dans l'arène, poing dans la gueule [PV Ryme] V-jaune  (1050/1050)
Message [Novembre 551] Tête dans les nuages, pieds dans l'arène, poing dans la gueule [PV Ryme]   [Novembre 551] Tête dans les nuages, pieds dans l'arène, poing dans la gueule [PV Ryme] EmptyJeu 10 Sep - 23:24
- Ne t''amuses pas à voler ici, Salim. Et tache de bien te tenir, compris ?

« Mwai ouais, j'ai compris... » Lui a-t-il répondu, la tête dans les étoiles, le regard ailleurs, une main qui gratte dans les cheveux. C'était il y a quelques jours de ça : Daskalos qui présente le Sanctuaire à son élève. C'est une expérience particulière pour Salim. L'apprenti est un enfant de la ville, né dans l'enceinte de Damas, et avant ce voyage, il n'est jamais parti bien loin de ces murs. Quelques sorties en dehors des murs de la ville, aux alentours de rocaille et de sable, dans des villes et villages voisins... Mais il n'a jamais réellement quitté cette ville. Les ruelles de Damas, et les dunes de sables qui entourent ses murs, ça a été son paysage le temps de toute une enfance. Là où il a vécu, survécu, là où il s'est construit, là où résident ses souvenirs...

Et pourtant, le voici ici, sur ce bout de montagne non loin d'Athènes, à ce... Sanctuaire. Un grec à l'accent d'Orient pour s'exprimer, des traits d'enfant du désert et malgré tout, une peau pâle... Ici et pour la première fois de sa vie, Salim est l'étranger. Il n'est pas chez lui. Pourtant il devrait vite s'habituer à s'y sentir chez lui. Prendre le fil.
Pourtant il devrait vite s'habituer à être l'étranger. Daskalos lui a dit : ils ne resteront pas ici. Bien assez tôt, ils partiront. Ils voyageront, et il s'entraînera ça et là, au travers de leur voyage. Le grec ne lui a pas donné de détail, un drôle de sourire dans sa barbe, quand il a parlé de cet entraînement... D'ici là, la consigne est simple : profiter du Sanctuaire, apprendre ses gens, s'entraîner ici tant qu'il le peut.

***

- Saliiiim ? Salim!
- Hmmmm...

Troisième fois maintenant, qu'il se fait interpeller par l'instructeur qui gère les exercices du Coliseum aujourd'hui. La journée a été longue, l'entraînement rude, et maintenant que le crépuscule tombe sur le Sanctuaire, la dernière épreuve de la journée bat son plein entre les colonnades de l'Arène : les combats d'entraînement. Une idée de l'instructeur, qui a voulu rassembler les apprentis et en prendre une demi-douzaine au hasard pour organiser trois combats un contre un à la suite, sous le regard de tous. Une le leçon pour tous, tandis que l'homme dispense ses conseils et remarques à la fin de chaque combat, pour que tous apprennent. Un combat est déjà passé, et... Et Salim est dans les gradins, oui. Et il n'a pas réellement été attentif. L'ennui au visage, la tête dans les étoiles, perdu dans ses pensées, le jeune homme était plus occupé à cogiter sur comment les choses doivent se passer en ce moment,à Damas...
Et pourtant, on l'appelle. Alors il grogne doucement, au bout de la troisième fois, lève la tête, cherche l'homme du regard.

- C'est à toi de rentrer dans l'arène, Salim. Tâche d'être plus attentif dans le feu de l'action, tu n'auras pas le luxe de bailler aux corneilles en plein combat.
- 'Chier...

Un soupir qui traverse les lèvres du fils de Damas, tandis que l'instructeur le regarde se déplacer au centre de l'arène avec cet air intransigeant sur son visage, et pourtant, avec un certain sourire. L'homme a remarqué cet élève inattentif... Alors il a eu cette petite idée.

En face de Salim, un grand gaillard, à peu prés aussi grand que lui, mais plus large, plus imposant. Le Syrien observe son adversaire d'un regard désintéresse, sa main passe gratter dans sa nuque... Il roule les yeux jusque vers l'instructeur. Il attend.

- Bien messieurs, vous devez vous battre jusqu'à ce que je vous dise d'arrêter, ou que votre adversaire ne puisse plus se défendre. Vous êtes prêts?
- Prêt.
- Hm.
- Commencez!

La suite fut un spectacle sans doute inattendu. Pour tous, et surtout pour cet instructeur.
La suite, ce fut un combat peut-être pas à sens unique, mais clairement à l'avantage de Salim tout le long. Jusqu'ici, personne ne l'avait vu se battre, puisqu'il a intégré les entraînements communs du Sanctuaire que depuis peu. Jusqu'ici, il a toujours eu ce comportement nonchalant, paresseux, un peu tête en l'air... Alors certains s'attendaient à un grand mou. Oh, de sa taille aux muscles qui se devine derrière les habits, on se doute qu'il soit fort. Mais la force n'est que peu de choses dans des mains sans maîtrise. Et tous s'attendaient à ça.
Sans doute Salim a-t-il sculpté son corps dans une jeunesse à travailler les champs, certains pensaient. Travailleur, mais pas combattant. Fort de corps, mais pas d'esprit, d'instinct, d'expérience.

C'est sans compter ces années au service d'Issam. Forcé à participer à ces combats clandestins. À servir le criminel.
C'est sans compter ces mouvements, lors du combat. Rapides et puissants, précis : ceux d'un combattant.
C'est sans compter la paresse de son attitude, disparue à l'instant où le combat a commencé.
C'est sans compter son Cosmos, déjà bien développé, à vrai dire...

- Très bien, arrêtez là, arrêtez !

Et de s'arrêter. La sueur au front, Salim freine son geste, se redresse, puis salue son adversaire. L'adversaire, sueur au front, sang au nez, dos courbé, rend le geste, même si son regard est mauvais. Dés lors, chacun revient vers sa place dans les gradins.

- Salim... Qui t'as amené ici, déjà?
- Hm ? Qui ? C'est Daskalos qui m'a ramené. Pourquoi?

Une lueur, dans le regard de l'homme. Puis un sourire désabusé.

- Heh ! Ceci explique cela. Très bien, merci, tu peux te rasseoir.

Et il ne se fait pas prier. Sans même réellement faire attention à qui est à côté de lui – il n'avait pas fait attention de base -, il retrouve sa place, croise les mains derrière sa tête, puis s'allonge à moitié sur le morceau de roche, yeux vers ce ciel qui perd son soleil, pour retrouver peu à peu ses étoiles.
La rêverie le reprend.

J'me demande comment ils vont, tous...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
TharrosTharrosArmure :
Lion Mineur.

Statistiques
HP:
[Novembre 551] Tête dans les nuages, pieds dans l'arène, poing dans la gueule [PV Ryme] G-bleu1050/1050[Novembre 551] Tête dans les nuages, pieds dans l'arène, poing dans la gueule [PV Ryme] V-bleu  (1050/1050)
CP:
[Novembre 551] Tête dans les nuages, pieds dans l'arène, poing dans la gueule [PV Ryme] G-rouge1350/1350[Novembre 551] Tête dans les nuages, pieds dans l'arène, poing dans la gueule [PV Ryme] V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Novembre 551] Tête dans les nuages, pieds dans l'arène, poing dans la gueule [PV Ryme] G-jaune750/750[Novembre 551] Tête dans les nuages, pieds dans l'arène, poing dans la gueule [PV Ryme] V-jaune  (750/750)
Message Re: [Novembre 551] Tête dans les nuages, pieds dans l'arène, poing dans la gueule [PV Ryme]   [Novembre 551] Tête dans les nuages, pieds dans l'arène, poing dans la gueule [PV Ryme] EmptyJeu 17 Sep - 5:47
Journée d’entraînement longue et ennuyeuse, Tharros contemplait le sol de l’arène la mine boudeuse, l’air renfrogné. Oui, encore. Comme toujours, il trouvait à redire sur tout. Sur cette fin de séance qui traînait en longueur, sur ces apprentis qui étaient toujours aussi pathétiques selon lui. Sur ce professeur qui ne l’intéressait pas et qui du coup, n’avait que la moitié de son attention. Même les combats ne l’emballaient pas, le niveau était faible. Aussi, le cul posé sur les gradins, à grommeler et se moquer des participants, il n’accorda que peu d’intérêt au type assis pas loin de lui. Un nouveau venu, il ne connaissait ni son nom ni d’où il pouvait venir. Sa tête lui disait rien, d’autant plus qu’il semblait être à l’ouest comme garçon. Un peu comme lui, mais différent. Le jeune sauvage préférait rester dans son coin que de se mélanger à tous ses abrutis. Quand l’étranger est appelé à se battre, le blondinet ricane, sentant venir le massacre arriver. Y’en a un qui va se faire tataner la tête ça va être sympa, qu’il se dit tandis que le dénommé Salim descend de son perchoir.

Pour l’occasion, on lui a réservé un gros dur. Tharros le connaît, il a déjà dû se mettre sur la tronche avec ce con. On lui avait réservé pour l’occasion où il avait trop ouvert sa gueule, qu’il s’était aussi trop montré enthousiaste à l’idée de dessouder un de ses petits camarades. Un solide morceau qui lui avait donné du fil à retordre, un bon mal de crâne et du sang de versé. On partait donc sur une punition, une leçon destiné à corriger le rêveur. Souriant, soudainement intéressé par l’action, l’originaire de Constantinople suivi le duel d’un oeil intéressé.
« Vas-y ! Casse-lui la bouche ! » Pris par l’action, s’enflammant au fur et à mesure que le gars prenait le dessus sur le grand gaillard, il avait terriblement envie de voir ce dernier y laisser quelques dents. Lorsqu’il fut déclaré perdant, Tharros ne manqua pas d’applaudir bruyamment, adressant une vanne à l’encontre du vaincu, qui avait suffisamment la haine d’avoir perdu comme ça.

Il laissa retourner à sa place le rêveur, qui avait montré une facette de sa personnalité bien plus intéressante lors de son combat. Aussitôt assis, il se rapprocha de lui pour capter son attention avant que son cerveau ne s’envole loin de la Grèce. « Eh Salim ! Tu colles de sacrés coups toi, t’es un bon. C’était marrant de voir l’autre mongole se faire laminer ! » Il rigola, moqueur, étrangement de bonne humeur. Il prenait un malin plaisir dans le malheur des autres. Ce type venait de lui offrir de quoi jubiler pour la prochaine heure. « Tharros ! Au lieu de te moquer de tes camarades, viens plutôt nous montrer ce dont de quoi tu es capable !» Il grimaça, non pas parce qu’il ne voulait pas aller se battre, mais parce que le moment était très mal tombé. Il tenta d’ignorer l’ordre de l’instructeur, mais celui-ci se montra plus insistant et le sauvageon n’eut d’autre choix que de se résigner. « ‘Faut que j’y aille sinon il va jamais me foutre la paix… »

Il revint prendre sa place dans les gradins quelques minutes plus tard. Son combat avait été un poil plus long que celui de Salim, pour cause une supériorité d’allonge de son adversaire à laquelle il avait dû trouver une faille. La bouche fendue en coin par un coup bien placé, les phalanges des poings ne se portant pas mieux, il s’écroula sur la pierre, soupirant un grand coup. « Le mien était un plus chiant que le tiens, peuh… » Il avait eu un peu de mal, mais comme souvent avec lui lorsqu’il s’agissait de combat pur, le duel s’était terminé en sa faveur. Lui sur son adversaire plaqué au sol, à le rouer de coups jusqu’à ce qu’il cède. La brutalité de ses frappes et la violence de ses assauts lui permettaient généralement de s’imposer ici. Même si il devait batailler plus longtemps à cause de son manque de technique qu’il apprenait à palier petit à petit. « C’est où que t’as appris à te battre comme ça toi ? » Pour un nouveau, il surpassait déjà tous les autres.



Armure du Lion Mineur:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2114-tharros-bronze-saint
 
[Novembre 551] Tête dans les nuages, pieds dans l'arène, poing dans la gueule [PV Ryme]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Libro Scripturae :: Praeteritum :: Chroniques-
Sauter vers: