Votez
I
II
III
IV
V


Mai 553 AD
 
Partagez
 

 [Début Janvier 553] File-moi ta viande ! [PV César]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
TaymTaymArmure :
Ushumgallu

Statistiques
HP:
[Début Janvier 553] File-moi ta viande ! [PV César] G-bleu0/0[Début Janvier 553] File-moi ta viande ! [PV César] V-bleu  (0/0)
CP:
[Début Janvier 553] File-moi ta viande ! [PV César] G-rouge0/0[Début Janvier 553] File-moi ta viande ! [PV César] V-rouge  (0/0)
CC:
[Début Janvier 553] File-moi ta viande ! [PV César] G-jaune0/0[Début Janvier 553] File-moi ta viande ! [PV César] V-jaune  (0/0)
Message [Début Janvier 553] File-moi ta viande ! [PV César]   [Début Janvier 553] File-moi ta viande ! [PV César] EmptyLun 14 Sep - 18:18
Porte des crânes, Dédale de chair, début janvier 553


« Les gars, z’êtes sûrs que c’est par là ? »

Inlassablement, l’errance continue, quand bien même elle semble avoir un but. Notre voyage dure depuis de nombreux mois et nos repas se font rares ; on marche par-delà les dunes, les ruines et les forêts, uniquement pour ça. Ces coins, je les connais pas, mais ils me guident. Je les accepte en partie, par la force des choses. Ça leur convient : tant mieux, si non : tant pis. Dans tous les cas, mes mirettes furètent et s’imprègnent des couleurs, curieuses et aux aguets.

Du blanc, du gris.
Des textures perturbantes.

Tout ça, c’est sinistre. Pourtant, je sens que ce qui nous attend sera bien pire.

Comme à son habitude, Crinière d’Or couvre mes arrières. Ça m’arrange, mais impossible de l’avouer ; j’ai compris qu’il ressentait, alors il sait sans que j’ai besoin de parler et, de toute manière, pas question de lui faire ce plaisir. Cet endroit m’inspire pas. Plus on approche, plus on distingue les matières incrustées dans les murs, sur cette porte. Par réflexe, un grognement m’échappe ; c’est sinistre et ça me plaît pas, tout ça. C’est quoi ? Des restes ? Pas vraiment dégoûtant, mais plutôt surprenant : c’est pas tous les jours qu’on peut voir ce genre de spectacle, même si ça ressemble à de l’après-combat.

Pas le choix, Kâlu n’en démord pas.
C’est par là.

On progresse lentement et, sans raison apparente, ma main se dirige vers ma dague, prête à dégainer au moindre faux pas. Enfin, la chose qui me sert de dague, pour être exact. Juste par précaution. Aucun des deux autres ne se manifeste, alors je me détends un brin. S’ils ne disent rien, c’est qu’ça doit être normal.

Normal, sauf peut-être ce truc qui gît pas très loin de l’entrée. Je vois pas trop ce que c’est, mais mon Monstre s’approche, intrigué. Elle inspecte puis revient vers moi, m’avertis sans crier, préfère attraper mes haillons pour me traîner jusque là-bas. Des caprices et de la fatigue, probablement, faut dire que ça fait un bail qu’on a rien avalé.

« Ça s’mange, tu crois ? »

Une œillade, un geste du doigt pour l’envoyer chercher un morceau de bois ; j’arrive à la hauteur de la masse sombre et m’accroupis, relevant le museau vers Shumi lorsqu’il m’apporte enfin l’objet de mes désirs. Ça a l’air vaguement humain, de c’que je m’en souviens. C’est-à-dire pas grand-chose.

Raté pour mon estomac.

Mais bon, sait-on jamais : si c’est un homme mort, ça nous fera toujours de quoi manger. Alors j’attrape le bâton qu’il tient dans sa gueule et vérifie s’il faut l’achever ou si c’est déjà crevé ; le bout de l’instrument commence à titiller la chose à divers endroits.

Voyons voir si ça bouge encore.

Un, deux, trois. J’insiste pour être sûr. Puis ça bouge un peu, un truc léger. C’est pas très clair, mais ça suffit à me mettre en alerte. Aussitôt, mes pupilles se dilatent, mes paupières se plissent et, instantanément, on bondit en arrière. Une main sur le sol, la seconde prête à sortir ma lame émoussée et les genoux fléchis : je contracte mon corps et entre en position de défense, comme Shumi me l’a appris. L’un et l’autre, on grogne, même si sa voix à lui est plus forte. Paraît que ça dissuade.

« C’est un putain d’humain vivant, Bestiole ! J’te retiens toi et tes vieux plans à la con  ! »

J’engueule quand même mon demi-quelque-chose. C’est en partie ma faute, mais c’est lui qui m’a mis sur la piste du mauvais gibier. Une façon de me dédouaner. Je reporte aussi sec mon attention sur le corps humain et montre les crocs tout en crachant mes mots.

« T’es quoi ? Lève-toi et bouge de là lentement ! »

Sinon, j’te bouffe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2461-taym-berserker-de-lushumgallu https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2701-taym-ushumgallu
CésarCésarArmure :
du Mushmahhu

Statistiques
HP:
[Début Janvier 553] File-moi ta viande ! [PV César] G-bleu1500/1500[Début Janvier 553] File-moi ta viande ! [PV César] V-bleu  (1500/1500)
CP:
[Début Janvier 553] File-moi ta viande ! [PV César] G-rouge750/750[Début Janvier 553] File-moi ta viande ! [PV César] V-rouge  (750/750)
CC:
[Début Janvier 553] File-moi ta viande ! [PV César] G-jaune1350/1350[Début Janvier 553] File-moi ta viande ! [PV César] V-jaune  (1350/1350)
Message Re: [Début Janvier 553] File-moi ta viande ! [PV César]   [Début Janvier 553] File-moi ta viande ! [PV César] EmptySam 26 Sep - 2:20
    Dans le vide, n’existe que la musique. Elle seule arrive à combler le vide que laisse l’absolue entièreté du rien. On pourrait croire, à tort, que le rien est justement vide. Mais le néant au contraire est plein de choses ! Dans l’absolu, on se trouve toujours. On doit faire face à soit même et à cette peur, on doit la laisser passer à travers soit et la laisser remplir le vide. De la peur et de la douleur naît la musique. Le plus compliqué c’est de sortir de là. C’est de laisser le vide s’en aller et de retourner au bruit de l’existence. Finalement, l’autre gros enculé n’est pas si susceptible que ça. Mais je suis sûr que si je lui parle du plaisir que j’ai pris, avant, pendant et surtout après, il serait capable d’arrêter de le faire… ou de recommencer, juste pour être sûr ! Je n’entends que la musique du dragon et le sifflement de ses sept têtes. Mais j’ai le cerveau qui coule, littéralement, mais j’ai mal au bras.

    J’entends quelque chose qui viens troubler mon vide. Oh putain, il faut que je me relève. Je lâche une bordées d’insultes, qui doit plutôt ressembler à des gargouillis informes. Ma mâchoire est doit encore être salement brisé. Mais j'ai pas la force de vraiment me relever, oh puis merde. Pourquoi j'le ferais moi-même ? Je concentre un peu de cosmos et le sang qui a coulé pendant longtemps de mes plaies ouvertes à eu le temps d’imbiber la terre. Par chance, je ne suis pas le seul macchabée du coin et le sang répond donc à l’appel. Comme les fils d’une araignée ou les têtes d’un hydre, elle sang se durcie et me repousse sans ménagement vers le haut, me posant sur mes deux pattes. Je tourne la tête sur le côté pour essayer de comprendre ce qui m’arrive. Je sens qu’elle attend, qu’elle veut venir. Plus tard petite salope, plus tard ! Je repousse brutalement d’une impulsion de cosmos la cuirasse qui voulait s’inviter à la fête. Plus tard j’ai dit !

    « - Oh, petit enculé de merdeux ! Tu crois que ça se mange mon bras ? Non ! Alors va sucer la queue de ton daron et te faire enfiler par ton chien mutant au loin là ! »

    Je sens quelque chose à l’arrière de ma tête, comme un courant d’air… Pourquoi déjà ? Ah oui ! C’est vrai, il me manque des morceaux de crâne encore. Il aurait pu faire attention l’autre sac à merde. C’était pourquoi déjà qu’il m’a fait ça ? Oh, on verra après. Mais je sens le sang qui lui décide de faire quelque chose d’autre que d’attendre que ça passe. Lui ou moi ? Nous plutôt. Oui, nous. Oh et puis merde, pourquoi je cherche des prétextes, l’autre enculé est juste tombé au mauvais endroit au mauvais moment. C’est la loi du dédale, tant pis pour sa sale trogne ! Le sang qui avait commencé à reprendre sa forme liquide et à couler partout commence doucement à prendre de nouveau vie et cette fois, il est animé par la volonté de la musique ! Purement et simplement la musique des cuirasses !

    Et si je le faisais courir le rouquin ? Ca pourrait me détendre. J’ai besoin d’un peu de forme pour refaire les os et les fragments de mon crâne encore en morceau. J’avais pas mal à la mâchoire et la trogne en coin moi ? Si, mais ça se répare vite ce genre de petits trucs. Je me rappelle la fois où j’avais laissé traîna mon bras dans le Dédale et… enfin, c’est du passé tout ça, ça ne compte pas vraiment. D’un dodelinement de tête, les petits gnomes de sang s’élancent à la poursuite de la petite bestiole histoire d’avoir un peu d’amusement pendant que mon crâne ce recolle. Mine de rien, j’ai laissé pas mal de morceau là-bas alors c’est plus compliqué. Et puis les courant d’air ça n’aide pas ! Je vais attraper un rhume de cerveau avec ces conneries !


Cuirasse du Mushmahhu:
 


You needed a touch of madness to do it. You can't have a masterpiece without madness.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1814-cesar-forgeron-centurion-du-m https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1779-cesar-le-chanteur-du-sang
TaymTaymArmure :
Ushumgallu

Statistiques
HP:
[Début Janvier 553] File-moi ta viande ! [PV César] G-bleu0/0[Début Janvier 553] File-moi ta viande ! [PV César] V-bleu  (0/0)
CP:
[Début Janvier 553] File-moi ta viande ! [PV César] G-rouge0/0[Début Janvier 553] File-moi ta viande ! [PV César] V-rouge  (0/0)
CC:
[Début Janvier 553] File-moi ta viande ! [PV César] G-jaune0/0[Début Janvier 553] File-moi ta viande ! [PV César] V-jaune  (0/0)
Message Re: [Début Janvier 553] File-moi ta viande ! [PV César]   [Début Janvier 553] File-moi ta viande ! [PV César] EmptyLun 5 Oct - 22:21
Des marmonnements, des mouvements et, maintenant, voilà que les pulsions assassines s’invitent. Je grogne en conséquence, tandis que Bestiole montre les crocs ; tout va de travers, dans cette situation, et mes sens sont d’autant plus en alerte. On est plutôt loin, donc pas de problème sur le principe. Seulement, je comprends vite que quelque chose cloche, à commencer par l’apparition de ces trucs marrons qui s’accrochent à son dos.

Un état déplorable, c’est certain. Pourtant, il bouge, parle comme si de rien n’était. Je m’interloque, puis reviens rapidement à la raison : en me baladant avec deux bizarreries, j’me dis que tout est possible. Après tout, c’est quoi, la normalité ?

Compte tenu des insultes qui fusent, faut croire qu’il était pas vraiment à l’agonie, au final. Ma main gauche effleure le sol et l’autre reste en arrière, prête à dégainer ma lame. Une mesure de prévention, juste au cas où. La pression sur mes jambes grandit, mon buste part un peu en arrière, aussi. Toujours est-il que Shumi s’approche d’un pas, aux aguets, crocs et griffes bien montrées.

« Évidemment que ça s'mange, c’est d’la viande ! »

Je rétorque et ma bouche se ferme aussitôt, quand je vois que mon supposé repas s’immobilise. Ça sent le truc pas net. Déjà, ce sang qui coule autour de lui, puis ces formes qui se dessinent. Franchement, c’est quoi cette merde ? J’observe la scène, à la fois crédule et sur la défensive. Je sais pas vraiment ce que c’est, mais j’aime pas ça, et Crinière d’or non plus.

Ils arrivent. Mes jambes tremblent l’espace de quelques secondes, peut-être même moins que ça. De son côté, l’animal me regarde, étire son corps menaçant ; il s’approche plus franchement, s’interpose, puis hurle à pleins poumons. On dirait bien que ça fonctionne : ils se décident à le suivre et, lui, court dans tous les sens, envoyant ses griffes dans quelques corps qui se liquéfient.

Il galère, j’le sens bien, mais c’est son problème. Il s’est mis au milieu, c’est lui qui gère. De toute manière, je peux pas faire grand-chose pour l’aider, en l’état. Alors, je lance une œillade au gars qu’on a déniché – et qu’on aurait clairement dû laisser là – qui, visiblement, cherche encore quelques morceaux. Cette vision, ça me provoque un haut-le-cœur, mais ça se calme assez vite. C’est pas tant une question d’habitude, à vrai dire, juste que mon instinct me dit que, tout ça, ça pue.

Comme par hasard, Kâlu ne répond plus.

À l’intérieur, ça me crie de m’en aller, de pas m’approcher. Hélas, je suis têtu autant qu’affamé. Une impulsion dans mes jambes pour me donner de la vitesse, en tout cas suffisamment pour bondir sur lui ; je profite qu’il soit occupé à autre chose pour le dominer : ma lame quitte enfin son étui et frôle le corps de l’autre, alors que mon autre main essaie de l’attraper pour le maintenir à terre.

Une, deux, trois secondes. Il n’en faut pas plus pour que je me souvienne du sang qui bouge à son bon vouloir. Au même moment, Shumi pousse un cri, continue de se débattre. Mon attention se réduit, c’est mon erreur et je sais déjà qu’elle me coûtera cher.

« Putain, c’est quoi cette merde ? »

Mon regard retombe sur lui ; je dois m’éloigner à tout prix.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2461-taym-berserker-de-lushumgallu https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2701-taym-ushumgallu
CésarCésarArmure :
du Mushmahhu

Statistiques
HP:
[Début Janvier 553] File-moi ta viande ! [PV César] G-bleu1500/1500[Début Janvier 553] File-moi ta viande ! [PV César] V-bleu  (1500/1500)
CP:
[Début Janvier 553] File-moi ta viande ! [PV César] G-rouge750/750[Début Janvier 553] File-moi ta viande ! [PV César] V-rouge  (750/750)
CC:
[Début Janvier 553] File-moi ta viande ! [PV César] G-jaune1350/1350[Début Janvier 553] File-moi ta viande ! [PV César] V-jaune  (1350/1350)
Message Re: [Début Janvier 553] File-moi ta viande ! [PV César]   [Début Janvier 553] File-moi ta viande ! [PV César] EmptyLun 12 Oct - 2:31
    Si ce petit sac à merde considère mon bras, qui ressemble encore vaguement et de loin à celui d’un être humain, c’est que cet animal doit de près ou de loin appartenir au monde du Dédale. Dommage pour lui. Un triste destin que celui de finir dans cet endroit à baiser des portes en forme de trou du cul alors qu’on pourrait être ailleurs. Mais cet endroit à quand même un sacré avantage : celui du désespoir. Celui de l’amer goût de la fin qui te pousse à comprendre la vérité sur ton existence. Ce goût fade et brûlant qui te fait ressentir le vide et la vacuité. Ce goût répugnant qui te fait hurler que tu ne vaux rien et que ton existence est un moment fugace est inutile. Oui, fatalement, le Dédale n’est peut-être pas un si mauvais endroit que ça. Du moins, quand on cherche la liberté et une fenêtre sur le monde. Ce qui n’est pas le cas de ce fils de pute.


    « - Très bien ! Alors viens chercher mon bras et je vais te l’enfoncer dans le cul tellement fort par la bouche qu’il va ressortir ! »

    C’est de la peur que je vois dans ses yeux ? Oh oui ! Il a peur ! Parfait ! Parfait ! Il n’existe pas encore non ? Je suis sûr qu’il n’aura rien à redire s’il n’arrive pas. Les règles, c’est pas pour les nouveaux si ? Mais pourquoi je suis là ? Oui, bon d’accord. Je l’ai énervé. Est-ce que je veux l’énerver de nouveau ? Totalement ! Juste peut-être pas maintenant, attendre qu’il décente un peu, quoi que… c’est tentant ! Je suis sûr déjà qu’il sera content de me voir. Mais ça implique de réfléchir. Je devrais peut-être lui trouver un cadeau ? Une bouse séchée ? Non, trop gentil. Et mais, qu’est-ce qu’il fait ce petit connard-là ? Il m’attaque ? Mais il est teubé ! Enfin, j’aurais pu l’éviter facilement. On ne dirait pas comme ça, mais je sais me battre, le problème, c’est que j’aime trop me faire taper dessus.

    Alors voilà, je le laisse glisser et je me laisse mettre au sol. Les petits êtres de sang ont dû commencer leur travail et doivent être en train de faire sortir leur petit frère de sa chose. Oui, elles vont le réduire en charpie bientôt ou du moins, prélever un sacré morceau. Cette bestiole par contre a pas l’air net et je m’y connais en trucs pas net !Trop tard pour te barrer petite merde ! Avec plus de vitesse qu’il ne l’aurait cru, je viens attraper sa main avec son couteau alors que nous sommes tous les deux au sol. Comme ça, on aime être au-dessus hein ? Et j’attire sa lame vers moi, un geste qu’il ne doit pas comprendre et violemment, je laisse le métal glisser entre mes côtes dans un rire de douleur ou bien un rire de plaisir ? Les deux ! Foutrement les deux !

    Je donne alors un bon coup de hanche pour reprendre le dessus et garder son couteau à l’intérieur de moi. Déjà ma peau et le sang commencent à se refermer autour de la lame. Elle va rester là un bon moment et s’il veut pas trop se faire emporter, il va devoir la lâcher ! Oh et puis, j’ai décidé de ne pas lui laisser le choix. Le sang de la plaie va venir attraper sa main et la consolider autour de sa brise. Il va rester là un petit temps. Le temps qu’on s’amuse, le temps qu’on danse et qu’on crie ! Je lui adresse alors mon plus charmant sourire. Celui que je porte à mes amis, ceux qui vont partager une chanson avec moi, ceux qui vont devenir musique. Non ! Pas maintenant ! Dégage salope ! Ce n’est pas ton moment et nous n’arracherons pas sa peau ! Pas encore ! Alors reste de ton côté, serpent ! J’ai quelque chose pour toi qui attend alors chante en silence !


    « - Je vais probablement te tuer. Juste comme ça, parce que. Sans raison véritable. Tu es tombé au mauvais endroit au mauvais moment. Mais c’est un service que je te rends, une leçon pour toi ! Une leçon qu’on apprend par la force et en perdant la tête ! »

    Je me mets à rire de nouveau et au rythme de mes soubresauts bougent les trous béants de mon crâne. Oui, elle est plutôt bonne celle-là !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1814-cesar-forgeron-centurion-du-m https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1779-cesar-le-chanteur-du-sang
TaymTaymArmure :
Ushumgallu

Statistiques
HP:
[Début Janvier 553] File-moi ta viande ! [PV César] G-bleu0/0[Début Janvier 553] File-moi ta viande ! [PV César] V-bleu  (0/0)
CP:
[Début Janvier 553] File-moi ta viande ! [PV César] G-rouge0/0[Début Janvier 553] File-moi ta viande ! [PV César] V-rouge  (0/0)
CC:
[Début Janvier 553] File-moi ta viande ! [PV César] G-jaune0/0[Début Janvier 553] File-moi ta viande ! [PV César] V-jaune  (0/0)
Message Re: [Début Janvier 553] File-moi ta viande ! [PV César]   [Début Janvier 553] File-moi ta viande ! [PV César] EmptyLun 16 Nov - 17:37
Des remarques invraisemblables, des conneries qu’il débite sans cesse ; on en arrive au point où ça m’étonne plus vraiment. J’ai déjà cerné la bestiole mais une question se pose encore : celle des raisons qui le poussent à agir de cette manière, de savoir s’il est naturellement stupide ou s’il s’amuse seulement de la situation. Peut-être les deux, qui sait, pas trop mon genre de chercher trop loin. De toute manière, c’est pas ça qui changera la donne, plus maintenant, en tout cas. C’est trop tard.

Pourtant, mes instincts me crient de partir, de lâcher l’affaire. Qu’importe si je bondis, tente de le dominer, d’exercer une pression avec ma lame rouillée : on me dit de m’éloigner. Ce gars n’est pas normal, je le sens, tout comme ces choses qui poursuivent Bestiole relèvent de l’imaginaire. Trop flou pour moi.

Il me laisse faire et ça m’énerve. J’ai beau avoir faim, je reconnais quand on se paie ma tête, et c’est précisément le jeu auquel il est en train de se livrer. Quelque part, il me prend pas au sérieux. Puis, surtout, il est pas net. Parce qu’il faut vraiment être con, pour attirer une lame et s’éventrer avec. Ou complètement inconscient, mais l’un va de paire avec l’autre. Je comprends pas ce qu’il cherche à prouver. Dire que je voulais juste manger, ça m’apprendra.

Un coup de hanche, et déjà je sursaute de surprise. Qu’est-ce qu’il me fait, là ? La plaie se referme sans attendre plus longtemps, alors j’essaie de dégager l’arme sans succès et me résigne. Opportunité manquée, mon bras est bloqué et Bestiole est occupé ailleurs, si j’en crois les grognements. Il se dispute encore avec les trucs de sang, faut croire, même pas capable de m’aider, celui-là.

« On t’a jamais dit que les leçons servaient à rien une fois mort ? »

Arrête de te foutre de ma gueule et rends-moi mon bras. Finalement, j’insiste un peu, en espérant que l’autre saleté arrive enfin. Un échec, là encore. Plus trop le choix, pour moi. Les options sont peu nombreuses.

« Tu fous quoi ?!? »

Ça, c’est pour l’animal, le vrai, pas celui qui arbore des traits humains. Avec un peu de chance, ça le fera rappliquer bien assez vite. En attendant, soit je me coupe le bras, soit je tente d’ouvrir la plaie pour me libérer, quitte à prendre au passage. C’est vite confirmé ; je ramasse le morceau de bois pour le planter, malmène ma main jusqu’à ce qu’elle ressorte en piteux état.

Ça bouge plus, donc autant la tenir avec l’autre. Comme ça, le bond en arrière sera pas trop galère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2461-taym-berserker-de-lushumgallu https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2701-taym-ushumgallu
CésarCésarArmure :
du Mushmahhu

Statistiques
HP:
[Début Janvier 553] File-moi ta viande ! [PV César] G-bleu1500/1500[Début Janvier 553] File-moi ta viande ! [PV César] V-bleu  (1500/1500)
CP:
[Début Janvier 553] File-moi ta viande ! [PV César] G-rouge750/750[Début Janvier 553] File-moi ta viande ! [PV César] V-rouge  (750/750)
CC:
[Début Janvier 553] File-moi ta viande ! [PV César] G-jaune1350/1350[Début Janvier 553] File-moi ta viande ! [PV César] V-jaune  (1350/1350)
Message Re: [Début Janvier 553] File-moi ta viande ! [PV César]   [Début Janvier 553] File-moi ta viande ! [PV César] EmptyVen 12 Fév - 16:39
Je le regarde se débattre et je me pose alors une question. Une question, simple et pourtant, si compliqué. Qu’est-ce qui définis l’être humain ? Est-ce que fatalement, être Homme n’est pas une chaîne de plus. Une entrave à la liberté que je cherche si désespérément ? Dans cette quête folle et sans fin, j’ai abandonné mon existence passé, mes besoins, mes possessions, mes rêves et mes désirs, mon passé et mon futur. J’ai offert en sacrifice ma raison pour ne plus être entravé par la logique, la morale et ce qui pourrait me gêner dans ma traque. Mais comment me débarrasser de ma carcasse d’Homme ? Est-ce seulement possible ? Pourquoi je pense à ça si soudainement ? Sûrement à cause de ce petit merdeux. Je tourne la tête vers mes enfants qui courent après cet animal. Si c’était lui la clef fatalement ?

« - Qu’est-ce qui fait la différence entre l’homme et la bête ? »

Et de cette réponse dépendra bien des choses petit merdeu. J’entends la chanson du dragon en fond. Il a vu ma mort, il l’a vécu avec moi. Alors je lui dis de se calmer. Une impulsion de cosmos en sa direction. Peut-être qu’il pourra la lire ? Oui, il doit être là pour ça. Je dois entendre sa chanson. Mais comment ? Trop de choses se bousculent dans mon esprit embrouillé. Si je commençais pas réparé mon crâne encore en morceau. C’est vrai que ça fait mal. Un soupir et le cosmos s’anime. Le sang de mes enfants s’arrête et me revient. Il commence à s’animer comme du vif-argent, à cheval entre le solide et le liquide et s’appose sur moi. Il recouvre mes plaies et doucement, je sens la douleur refluer. Enfin… elle ne me quitte jamais. Celle du corps s’en va mais reste celle qui est l’ombre de mes pas depuis ma naissance. Qu’est-ce que je vais faire de lui ?

C’est une bonne question. Il se débat, il se bat. Mais pourrais-je trouver une réponse à ma question à travers lui. Attendre. Écouter. Il a de la chance. Autrement, je l’aurais tué mais mon crâne brisé m’a offert la clarté dont je manquais. Alors explique-moi, ce qui est la différence entre l’homme et la bête. Aide moi à avancer et peut-être alors que je ne te tuerais pas tout de suite, ou alors tu ne souffrais pas trop. Mais ça, je ne peux pas promettre grand-chose. Ce n’est pas moi qui décide, ce sont les chansons. Je lui simplement celui qui traduit leur rythme. Alors, petit merdeux, quelle chanson allons nous jouer ensemble ?


Cuirasse du Mushmahhu:
 


You needed a touch of madness to do it. You can't have a masterpiece without madness.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1814-cesar-forgeron-centurion-du-m https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1779-cesar-le-chanteur-du-sang
TaymTaymArmure :
Ushumgallu

Statistiques
HP:
[Début Janvier 553] File-moi ta viande ! [PV César] G-bleu0/0[Début Janvier 553] File-moi ta viande ! [PV César] V-bleu  (0/0)
CP:
[Début Janvier 553] File-moi ta viande ! [PV César] G-rouge0/0[Début Janvier 553] File-moi ta viande ! [PV César] V-rouge  (0/0)
CC:
[Début Janvier 553] File-moi ta viande ! [PV César] G-jaune0/0[Début Janvier 553] File-moi ta viande ! [PV César] V-jaune  (0/0)
Message Re: [Début Janvier 553] File-moi ta viande ! [PV César]   [Début Janvier 553] File-moi ta viande ! [PV César] EmptyMer 3 Mar - 16:58
Ce qui fait la différence entre l’homme et la bête ? L’autre cinglé me balance ça, comme si c’était normal. Sur le coup, je le regarde, crédule, sans vraiment comprendre le pourquoi. Pourtant, la réponse est simple ; si simple que je me demande s’il ne se paie pas ma tête. Le silence s’installe pour un temps et je reste dans l’attente. Force est d’avouer que je l’avais pas vu venir, ce truc-là, alors, même si je sais quoi lui dire, ça tarde un peu à sortir.

Et, pendant qu’il me fait bosser, voilà qu’il en profite pour refaire ses récupérations dégueulasses. D’abord son crâne, puis ses saletés. Sans prévenir, évidemment. Je m’en rends compte qu’une fois que Bestiole rapplique, grogne encore dans sa direction. Ça recommence. Alors, je l’observe, sans trop réagir. Qu’est-ce qu’il nous fait encore ?

« L’instinct, j’dirais. Les sensations aussi, p’t’être. »

C’est ce que je finis par lâcher, l’air un peu médusé. Finalement, c’était peut-être une mauvaise idée de me laisser guider jusqu’ici. Les gens, c’est trop compliqué pour moi. Ça me réussit pas de les côtoyer, on va dire, et le souvenir flou du groupe me laisse un rictus amer. Ils se sont bien foutus de moi, eux aussi, même si c’était prévisible. J’étais stupide.

« Après, c’est peut-être différent pour les autres, mais, pour moi, c’est ça qui fait la différence. Pourquoi ? »

Comme s’il allait me répondre. Belle tentative, encore et toujours des conneries. Ma règle d’or, c’est de pas m’impliquer plus que nécessaire, et voilà comment ça se termine… Un endroit bizarre, avec un gars bizarre, le creux au ventre.

« Par exemple… Là, mon instinct me dit de chasser pour manger. Sauf qu'y'a rien de comestible, ici. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2461-taym-berserker-de-lushumgallu https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2701-taym-ushumgallu
 
[Début Janvier 553] File-moi ta viande ! [PV César]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Libro Scripturae :: Praeteritum :: Chroniques-
Sauter vers: