Votez
I
II
III
IV
V


Mars 553 AD (Jusqu'à la fin de l'Event)
 
Partagez
 

 [Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
RymeRymeArmure :
Armure du Lion

Statistiques
HP:
[Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros] G-bleu1800/1800[Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros] V-bleu  (1800/1800)
CP:
[Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros] G-rouge1200/1200[Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros] V-rouge  (1200/1200)
CC:
[Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros] G-jaune1650/1650[Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros] V-jaune  (1650/1650)
Message [Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros]   [Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros] EmptyMar 29 Sep - 2:16
Ses yeux furetèrent. Un coup à l'Ouest ; Un coup à l'Est. Ce trajet, pour rejoindre l'immensité des eaux qui s'étalaient droit devant elle : l'Horizon. Comme un diamant, le Bleu s'était emparé du Ciel et de la mer, à en perdre la tête. La pierre érodée des falaises et le sable chaud de la ville renvoyaient étrangement Ryme vers les paysages de son enfance. La chaleur latine et la présence furtive d'une petite souris vivace et intrépide -qui venait de plonger dans l'obscurité d'un minuscule trou dans l'un des murets - achevèrent tous ses doutes. Le Péloponnèse portait bien son nom. Un bras de mer par ci, pour un air de sagesse par-là. Soudain, l'odeur iodée de l'Océan chatouilla ses narines et la Sainte reconnut en cette brise un appel peu joyeux.

Un écho aussi triste que familier...

Comme s'ils étaient chez eux, sans être chez eux pour autant...

"Ce territoire est normalement placé sous la juridiction d'Athéna...Dis-moi, tu aimes l'histoire ?" Ces mots, la jeune femme les laissa s'échapper ces mots, sans douceur aucune. Amicalement, une main malicieuse finit par ébouriffer la chevelure de blé du pauvre Chevalier de Bronze... "Tu te souviens encore des enseignements historiques et mythiques qui faisaient s'endormir le petit "chatounet Tharros" ? Moh, c'est adorable, j'espère que oui ! Jusqu'à preuve du contraire, un petit rappel ne nous ferait pas de mal..."

Un faux sourire transpira sous le masque de la jeune femme pour finalement retomber comme un soufflé. Sa taquinerie de court terme, pur et simple esprit de camaraderie et de rivalité entre le Lion et son cadet, laissa place à son scepticisme. La mission était d'ores et déjà à portée de mains, mais la vision d'un village, probablement en fumée il y avait de cela au moins deux bonnes semaines, chassa de suite ses blagues potaches et sa bonne humeur. Progressant méthodiquement sur le sentier, Ryme déroula enfin le fil de ses pensées, sans briser le charme de sa marche.

"Mon maître adorait Achille, quand il était chevalier. Silas, quant à lui, adulait probablement un peu son maître... Aujourd'hui, je me dis que chaque petit garçon et petite fille doit finalement avoir son héros ou son héroïne... "

Au sol, une poupée en chiffon prenait la poussière ; précieux butin d'une fillette qui n'était probablement plus de ce monde. Courbée, le dos de la Gardienne céda à sa curiosité et sa main saisit ce bien abandonné qui suscitait en elle tant de doutes. Son esprit imaginait difficilement que la ville ait pu être le spectacle d'une telle barbarie. Après tout, il était si facile d'oppresser un esprit humain. Qui pouvait bien savoir quel genre d'animal Tharros et elle rencontreraient à l'avenir ? Des bêtes du chaos, oui. Suffisamment indomptées pour ravager toute trace de vie. Ses phalanges blanchirent un bref instant et, laconiquement, Ryme rappela les mots-clés.

Ils avaient déçu les enfants de ce village en arrivant trop tard ; un second échec n'était pas de mise...

"Je ne répéterai pas les mots qu'on s'est prononcé devant les portes. Restons sur nos gardes..."

Un pas. Deux pas. Arrêt sur image. Menton dans l'une de ses mains, son regard félin scruta cette fois-ci droit devant elle. S'esquissant, la silhouette de son Alter Ego - un peu plus grande et grosse que le mois dernier - caressa et frotta ses cuisses, pour finalement se blottir contre sa maîtresse et sa main apaisante. La guerre était cruelle, et ses conséquences amplifiait l'intensité de l'amer arrière-goût qui hantait son palais. Au moins aura-t-elle le mérite de lever le voile sur ce mystère, et ces débris de village naguère en feu...

Un demi-sourire. L'enquête pouvait débuter. Le feu avait tracé son chemin ça et là, mais il n'avait pas tout englouti. Si Fortuna était avec eux, son Flair pourrait peut-être faire ses preuves par la même occasion.

Une chance...

La Lionne fit la promesse silencieuse de débusquer les intentions du rat tapi dans les cendres de Nauplie. Au même moment, son apparition devint aussitôt un fantôme perdu dans le vent.



[Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros] Ryme_s10



Dernière édition par Ryme le Mer 30 Sep - 11:06, édité 2 fois (Raison : Coquilles)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu En ligne
TharrosTharrosArmure :
Lion Mineur.

Statistiques
HP:
[Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros] G-bleu1050/1050[Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros] V-bleu  (1050/1050)
CP:
[Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros] G-rouge1350/1350[Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros] V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros] G-jaune750/750[Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros] V-jaune  (750/750)
Message Re: [Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros]   [Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros] EmptyMer 30 Sep - 10:50
Elle recommençait… à croire qu’elle le faisait exprès pour le mettre en rogne, ou qu’elle était trop stupide pour comprendre qu’il n’aimait pas ça, le contact humain. C’était pourtant pas compliqué à comprendre, ne pas poser cette foutue main sur lui. C’était quoi son problème au juste ? Elle était en manque d’attention ces derniers temps ? Elle souffrait cruellement d’un besoin de toucher humain, de chaleur tactile ? Lui clairement pas, alors si elle pouvait juste garder ses doigts loin de lui, il s’en porterait pour le mieux. Il la gratifia à ce propos d’une grimace, et d’un bruit de langue heurtant le palais à l’intérieur de sa bouche. Petit son traduisant son mécontentement, mais aucune parole. Il gardait toute agressivité verbale comme physique pour d’éventuels adversaires. Aussi agacé pouvait-il l’être par le comportement de la lionne, il ne réagirait pas autrement. Ils étaient en mission, l’heure n’était plus à la chamaillerie futile.

« J’aime bien oui, ‘fin ça dépend des histoires. Celles sur les dieux ou les batailles oui, mais les histoires d’amour et autres conneries je m’en cogne un peu. » Toujours aussi franc et direct, il ne cachait pas son intérêt pour l’épique et le sanglant, les armes et l’affrontement. Les romances de ces mêmes divinités en revanche, il n’y accordait aucun intérêt. D’autant que c’était un casse tête sans nom, de parvenir à suivre toutes leurs aventures sexuelles. Ils couchaient tous entre eux, de gré ou de force, puisque souvent la femelle dans l’histoire n’avait pas son mot à dire. Il l’écouta déblatérer sans vraiment lui porter un grand intérêt, les yeux rivés sur cette immensité bleue qui s’étalait à perte de vue derrière le village vers lequel ils se dirigeaient. C’était un paysage renversant, captivant, il n’aurait pu le nier. Le nom de Silas lui chatouilla l’oreille, attirant un peu plus son attention afin d’écouter ce que son maître avait à voir au milieu de cette affaire.

« J’ai pas besoin d’un héro dans ma vie, c’est pas pour lui que je me bats. C’est pas lui non plus qui m’a filé cette armure. » Il ne partageait pas le raisonnement de Ryme, pourquoi avoir un héro à aduler quand on servait une déesse ? Elle pouvait bien ramener n’importe lequel de ses héros qu’elle adorait tant, Athéna n’en ferait qu’une bouchée. Il l’observa du coin de l’oeil ramassait une poupée à l’abandon, certainement que sa ou son propriétaire ne reviendrait jamais ici la récupérer. Il ne comprenait pas pourquoi elle s’infligeait cela ou même comment cela pouvait bien l’affecter, si comme lui elle venait de la rue, cela ne devait pas être la première poupée abandonnée qu’elle croisait. Lui-même avait dû se débarrasser ou faire le choix de perdre des choses, privilégiant sa survie. La mort, il lui avait fait face à de nombreuses reprises, quand elle emportait ses camarades ou venait directement le confronter.

« Pas d’état d’âme, je sais. » Il était déjà sur ses gardes, depuis le départ du Sanctuaire, plus ou moins. Chaque fois qu’il quittait ce lieu, qu’il plongeait dans le grand monde, il reprenait ses anciennes habitudes. Méfiance et surveillance mène à la survie. Se laisser surprendre et se faire poignarder dans le dos, très peu pour lui. Le ton employait et l’attitude affichée après avoir franchit les limites du Sanctuaire ne laissait aucune place au doute, il prenait les choses très au sérieux. Il se recula d’un pas lorsque l’animal fait de l’énergie cosmique du Gold Saint vint se coller à sa maîtresse. C’était la première fois qu’il la voyait. Il posa un regard sur le village, attendant les ordres. Armure encore dans sa box qu’il portait sur son dos, il connaissait l’importance de passer inaperçu, chose qu’il savait faire. On ne sort pas vivant des rues de Constantinople en comptant seulement sur la rudesse de ses poings, il pouvait faire profil bas quand il le fallait.



Armure du Lion Mineur:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2114-tharros-bronze-saint
RymeRymeArmure :
Armure du Lion

Statistiques
HP:
[Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros] G-bleu1800/1800[Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros] V-bleu  (1800/1800)
CP:
[Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros] G-rouge1200/1200[Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros] V-rouge  (1200/1200)
CC:
[Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros] G-jaune1650/1650[Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros] V-jaune  (1650/1650)
Message Re: [Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros]   [Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros] EmptyDim 4 Oct - 17:29
Soupe au lait ou non, Tharros restait fidèle à ces lettres de non-noblesse. Une caractéristique que Ryme partageait néanmoins dans son soupir parfaitement explicite. Dans ce duo, il n'y avait jamais eu de finesse, ni même de tact. Les rues les avaient déjà trop marqué au fer rouge pour faire marche arrière. Toutefois, d'après les propres conclusions de la Sainte, Tharros était comme tous ces petits lions durant l'une des périodes-clés de leur vie : ses dents de lait tombaient au profit des crocs qu'il avait aiguisé depuis déjà deux ans. Quant à savoir l'objet sur lequel le Bronze se défoulerait, Athéna seul savait qui en serait la prochaine victime...

A cette jeune femme, il ne lui vint pas à l'idée d'être un défouloir vivant. Sous son masque, sa voix s'éleva et trahit dans son ton une point de cynisme, à la fois blasée et exaspérée.

"Je retrouve bien là le fameux "Saint rabat-joie". Je ne suis même pas étonnée."

Son Alter Ego a ses côtés signa sa présence quelques secondes, les pourtours de sa silhouette s'estompant en un léger halo lumineux. Puis, sans prévenir la créature disparut de nouveau. Etait-ce un mirage, ou laissait-elle seulement planer derrière elle la pensée d'avoir perçu un fantôme ?

"Bien, alors allons-y."

La créature demeura. Les mètres se succédant dans leur marche, ses pupilles azurées s'étaient perdues sur ce qu'il restait des charpentes de la ville. Sans pour autant dissimuler totalement sa présence -après tout, ces ruines étaient désertes -, la jeune femme n'en resta pas moins sur ses gardes. Le ravage des maisonnées, les couvertures et les vivres décomposées mais encore à terre laissait planer une atmosphère trop étrange pour se permettre le luxe de prendre cette mission à la légère.

Comme l'on affuterait sa lame, la jeune femme dardait les coins, droit devant elle également. Tactile comme à son habitude, ses droits effleurèrent le bois brûlé et inspectèrent quelques éraflures faites dans les poutres.

"Il n'y a plus de feu, le bois n'est pas chaud, mais c'est comme si c'était hier vu l'odeur et la sensation. Il n'y a plus personne, a priori. Enfin, pas de villageois en vue."

Croisant les bras, Ryme céda à un moment de réflexion avant d'entamer les premières recherches. L'endroit n'était pas aussi grand qu'Athènes, mais une citadelle ainsi qu'une forteresse au loin interpellèrent ses sens. Peut-être leur manquaient-ils un peu de recul afin de considérer la ville et ses endroit-clefs.

Que faire ?

"Ma Lionne va faire un tour dans ma ville. Si une trace de cosmos ou une odeur particulière croise son chemin, je le saurais.", soulagna finalement la Sainte du Lion. A peine eut-elle prit cette décision que le félin de cosmos s'éloigna, le nez au sol puis dans les airs, en flairant les traces de cosmos dans une grimace, les résidus imprégné d'odeurs humaines qui pouvaient subsister encore ça et là dans la ville. "Au cas où, elle n'a pas de nom, et elle n'en aura jamais car elle n'est pas un animal de compagnie, mais si tu prononces le mien, elle viendra sûrement à toi."

Dans une dernière inspection des lieux, enjambant les objets et les débris sur son chemin, sa quête se poursuivit.

Jusqu'à la prochaine initiative...



[Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros] Ryme_s10

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu En ligne
TharrosTharrosArmure :
Lion Mineur.

Statistiques
HP:
[Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros] G-bleu1050/1050[Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros] V-bleu  (1050/1050)
CP:
[Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros] G-rouge1350/1350[Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros] V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros] G-jaune750/750[Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros] V-jaune  (750/750)
Message Re: [Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros]   [Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros] EmptySam 10 Oct - 0:14
« Pfeuh. » Elle pouvait bien le gratifier d’un surnom ridicule et agaçant, cela ne changeait pas sa vision des choses. Il n’était pas comme elle, la bonne humeur et le rire ne faisaient pas partie de son arsenal, lui qui aimait tirer la tronche à longueur de journée. On prenait plus au sérieux un lion à la mine sérieuse et fermée, qu’un lion à la blague facile et au sourire niais s’étalant sur sa petite face ensoleillée de joie. De toute façon, être Chevalier n’impliquait pas d’être heureux, l’important était ce qu’il accomplissait, la façon dont il œuvrait pour les projets de leur déesse Athéna. Ce n’était pas avec de la joie et de la bonne humeur qu’il lui botterait les fesses pour prendre sa place en tant que gardien du temple du Lion. Rester concentré sur son objectif principal, sur la voie empruntée, redoubler d’efforts pour s’améliorer et gagner en puissance. Une fois la Gold Cloth tant convoitée sur ses épaules, il aurait tout le loisir de s’amuser de la situation, une Ryme pleurnichant et vaincue à ses pieds.

Ils pénétrèrent dans le village et l’ambiance changea radicalement, l’odeur de brûlé et le spectacle de nombreuses habitations ravagées par le feu y étant pour beaucoup. Sans y avoir assisté, l’on pouvait deviner le drame qui s’était joué ici. Quand elle avait mentionné un massacre total de la population, elle ne plaisantait pas. Il n’y avait pas une trace d’une âme vivante à l’horizon, juste le duo de lions se tenant debout au milieu des décombres. Si rescapés il y avait, ce dont il doutait fort, ils avaient pris la fuite dans la foulée. Certainement pour ne pas être achevé par leurs bourreaux. D’ennemi, il n’en ressentait pas la présence, mais sur ce point il ne pouvait se fier qu’à ses sens naturels. Sa manipulation du cosmos et la perception de ce dernier restait encore un gros point noir, aussi ne pouvait-il pas compter dessus. Sur ce point, il s’appuyait sur sa supérieure, bien plus douée dans le domaine. D’après elle, la voie semblait sûre. Il ne relâchait pas son attention pour autant, guettant le moindre signe suspect.

Il acquiesça aux consignes, observant le félin fait d’énergie cosmique s’éloigner, partant sur les traces des coupables. Il se foutait bien de savoir qu’elle n’avait pas de nom, mais nota l’information dans un coin de sa tête. Il saurait faire appel à elle en cas de besoin. S’éloignant quelque peu de Ryme, il s’assura de garder le contact visuel avec elle. Important dans ce genre de moment, à l’époque où il menait son groupe de sauvageons il avait instauré cette règle. Ne jamais rompre le contact visuel. En cas de danger, on était ainsi immédiatement alerté et plus facilement en capacité de réagir. Il s’approcha des entrées de maisons, observant à l’intérieur, jetant des regards par les fenêtres. Qui sait, peut-être y trouverait-il quelqu’un ou quelque chose les aidant dans leur mission. La cramé embaumant l’air faussait son odorat, mais la vue et l'ouïe se révélaient tout aussi efficaces dans ces conditions. Au fil de leur progression, il ne pouvait s’empêcher de songer à ce lieu qui il y a peu, transpirait de vie et qui par la stupidité des uns, avait croulé sous les flammes.

Cherchant la moindre trace de lutte, d’une arme relâchée dans le chaos ambiant des événements, la moindre piste pouvant les renseigner sur la faction des responsables, il sentait la colère grondait au fond de lui. Qu’importe les motivations de ces gens, les ordres auxquels ils répondaient, la divinité derrière tout cela, ils ne méritaient pas une mort douce et honorable.



Armure du Lion Mineur:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2114-tharros-bronze-saint
RymeRymeArmure :
Armure du Lion

Statistiques
HP:
[Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros] G-bleu1800/1800[Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros] V-bleu  (1800/1800)
CP:
[Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros] G-rouge1200/1200[Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros] V-rouge  (1200/1200)
CC:
[Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros] G-jaune1650/1650[Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros] V-jaune  (1650/1650)
Message Re: [Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros]   [Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros] EmptyDim 11 Oct - 12:08
L'un de l'autre, Tharros et Ryme n'étaient jamais très loin. Tout juste à quelques mètres de distance. C'était pour le mieux : la Lionne ne désirait pas être séparée du Petit Lion, sans se douter que leur solitude éclaterait d'une seconde à l'autre. Au loin, un bruit alerta la jeune femme. Le grincement d'une roue et le son chaud d'une cargaison montée sur un chariot en bois flattèrent ses oreilles, brisant le silence pesant de la ville morte.

Etait-ce un signe de vie ?

La créature de cosmos releva la tête. Ses yeux d'un blanc aveugle se rivèrent immédiatement vers la source de bruits et observèrent, détaillèrent la silhouette nouvellement présente dans le village. Un, puis deux tics nerveux au niveau de ses oreilles. Quelques hommes ; des marchands itinérants pour la plupart. Sans doute n'avaient-ils jamais été informé de la destruction de Nauplie. Une nouvelle des plus fâcheuses...

Ryme pria pour qu'ils ne soient que de passages. Pour leur propre bien, d'une part. L'endroit était encore dangereux jusqu'à preuve du contraire. D'une autre part, s'ils venaient à rester trop longtemps dans cet endroit, ils dérangeraient leur mission. Heureusement, aucune armure ne recouvrait encore le corps de la jeune femme. Emmitouflée dans son capuchon, sans plus de manières, les épaules à la fois droites et débonnaires, la Gardienne s'interposa et signa sa présence. La seconde suivante, Tharros put entendre des cheveux hennirent. Quelques exclamations s'ensuivirent : sans chichi, la Lionne venait de se présenter face aux charettes.

"M-Madame. Je ne m'attendais pas à...Qui êtes vous ?
- Ni un brigand, ni un cul royal. Juste une itinérante de passage, appelez-moi Ryme.
répondit-elle simplement, en resongeant à une formule du passé maintes et maintes fois utilisées parmi les "Petites Mains". Bien consciente du choc que venaient de vivre ces villageois, la jeune fille était prête à répondre, sans pour autant perdre la fermeté et l'urgence de leur bien être. Que venez-vous faire à Nauplie ? C'est devenu un endroit...dangereux, vous savez ? La ville a été attaquée il y a de cela quelques jours. Je suis venue voir si je pouvais trouver des survivants, comme cela se fait régulièrement pour aider aux premiers soins. Le lieu n'est pas sûr pour des marchands."

Les bras croisés, ses yeux verts -dissimulés sous son masque et l'ombre de son attirail-, ne manquèrent pas de constater la détresse de ces hommes. Et si ces hommes n'étaient pas de simples marchands ? Et s'ils s'agissaient d'anciens Naupliens ?

"Des...Des survivants ? Mais nous ne sommes pas vraiment marchands..." La mine du chef de bande se décomposa. Toutefois, les ruines alentours avaient déjà éclairci son jugement, aussi amer fut-il..."Vous insinuez que les autres ont péri depuis quelques semaines ? Pendant qu'on est parti ? Pourtant, à part une ou deux présences insolites, il n'y avait pas d'armée, pas de voleurs sur le chemin..."
"Nous avons quitté Nauplie pour faire du commerce dans les villes alentours...Le printemps arrive bientôt et il nous fallait rapporter des couvertures, mais surtout des vivres. Nous venons tout juste de rentrer mais...Il y a des survivants, j'espère ?, résonna une autre voix, plus bas, sur le point de craquer.
- M-Ma femme ! Je dois la chercher !
- Non, monsieur, restez-ici avant de...

En titubant, en manquant de déraper, un jeune homme descendit de la charrette pour aller en direction d'une bâtisse un peu brûlé. Sa silhouette s'effaça au pas de la porte mais, au-delà de ces murs, tous pouvait deviner la détresse du pauvre veuf. La guerre était sale et, dans l'oubli qui leur était destiné, les villageois étaient meurtris et délaissés. Pourquoi les Hommes devaient-ils toujours souffrir pour les fautes et les démons d'autrui ? Dans son silence, Ryme jura d'y remédier.

C'était l'œuvre de toute une vie, dans son cas ! Une forteresse portuaire ne demandait qu'à être explorer...Si tout du moins, ils arrivaient à rediriger les marchands à bon port. Le Petit Lion avait peut-être son mot à dire.






[Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros] Ryme_s10

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu En ligne
TharrosTharrosArmure :
Lion Mineur.

Statistiques
HP:
[Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros] G-bleu1050/1050[Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros] V-bleu  (1050/1050)
CP:
[Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros] G-rouge1350/1350[Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros] V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros] G-jaune750/750[Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros] V-jaune  (750/750)
Message Re: [Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros]   [Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros] EmptySam 17 Oct - 7:49
Ils captèrent presque au même instant le son du chariot que l’on tirait jusqu’au milieu du village, les roues se frayant un chemin sur le sol alertant immédiatement le binôme d’une potentielle présence humaine. Les chevaux se firent également entendre, sans doute ressentaient-ils la présence des fauves. Ils allèrent à la rencontre des inconnus osant mettre les pieds ici, au milieu d’habitations abandonnées et dévorées par les flammes il y a peu. Tharros comprenait qu’il pouvait autant s’agir d’un piège que d’un groupe de villageois rentrant chez eux. Il préféra rester en retrait et laisser parler la Lionne, qui s’en sortirait bien mieux que lui dans cet exercice. Ils semblaient être des marchands, tous des hommes. Si en apparence ils semblaient innocents, le jeune lion gardait en tête que l’humain était doué pour cacher son jeu. Manigancer dans le dos et enfoncer le couteau au moment où la garde était baissée, révélant ainsi sa vraie nature.

Des semaines qu’ils étaient parti de chez eux, abandonnant femmes et enfants pour ramener de quoi tenir, de quoi subvenir à leurs besoins. Est-ce qu’ils s’attendaient à trouver la mort et la désolation à leur retour ? Probablement pas, à en juger les mines atterrées qu’ils arboraient. La mort était une sacrée pourriture, peu étaient ceux qui pouvaient la défier et en ressortir indemne. Prudent, Tharros s’avança de quelques pas en direction des marchands, s’assurant de garder une distance suffisante en cas de coup tordu de leur part. Ils n’avaient peut-être pas envie de répondre à ses questions, mais il devait essayer. Ces hommes avaient emprunté le chemin du retour, peut-être avaient-ils croisé les coupables en chemin. « Vous n’avez croisé personne de louche en rentrant ? Pas besoin d’être armé ou de ressembler à un guerrier pour être un tueur, mais ils dégagent tous quelque chose. » Les deux Chevaliers en étaient la preuve, ils n’étaient pas armé et les armures demeuraient dans les Cloths Box et pourtant, l’un comme l’autre avait du sang sur les mains.

« Pour les survivants, on sait pas, mais vous êtes les premières personnes vivantes que l'on croise ici. Et rester dans le coin est sans doute dangereux, c'est peut-être mieux pour vous si vous ne restez pas. » Ils ne savaient pas si les responsables de ce massacre rodaient encore en ville, guettant les pauvres malheureux qui s'aventureraient jusqu'ici à la recherche de survivants, creusant de cette façon leur propre tombe. Si un combat devait éclater à Nauplie, ils avaient tout intérêt qu'il n'y ait pas de spectateurs pour témoigner de leurs réelles identités.



Armure du Lion Mineur:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2114-tharros-bronze-saint
RymeRymeArmure :
Armure du Lion

Statistiques
HP:
[Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros] G-bleu1800/1800[Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros] V-bleu  (1800/1800)
CP:
[Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros] G-rouge1200/1200[Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros] V-rouge  (1200/1200)
CC:
[Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros] G-jaune1650/1650[Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros] V-jaune  (1650/1650)
Message Re: [Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros]   [Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros] EmptyMer 21 Oct - 21:07
Le petit Lion venait de sortir de sa tanière. Les villageois, auparavant intriguée par leurs conversations, terminèrent par se concentrer sur leur récent interlocuteur. L'un d'eux aussi un sourcil, par intrigue. Ses questions furent d'ailleurs furent si pertinentes qu'il s'était emparée de toute son attention. Elle y compris. Bien conscient du sombre et funeste lieu dans lequel ils avaient mis les pieds, les marchands nièrent toute les idées.

"Je...Je ne crois pas, non. Ca ne me revient pas là, maintenant...On a croisé quelques personnes, mais vous savez..."

En silence, la Lionne demeurait. Ces hommes ne semblaient pas mentir. Trop paniqués pour leur donner la moindre réponse convaincante, la Sainte baissa les bras. Tant pis.

"Mon jeune frère a raison. Vous trouverez probablement un meilleur refuge en vous dirigeant vers... Athènes.", approuva Ryme, en désignant la direction d'un geste de doigt. "La nouvelle s'y est répandue, et vous y serez peut-être aidés, d'ici quelques jours."

Cette proposition était une aubaine; de quoi garder un œil sur ce qu'il restait encore de la petite Nauplie. Soit des marchands...longtemps absents. Avec peu d'informations. Mais une tripotée de marchands tout de même. Ryme songea qu'à leur retour de mission, il lui faudrait tendre l'oreille pour dérober une ou deux anecdotes quant au devenir de ces braves hommes.

"Je...J'aimerais vous remercier. Les mots me manquent, mais ce que je vois..."Une hésitation éclata, ponctuée par une vois brisée par l'émotion. "...me rend confus.
-A raison, monsieur. Nous comprenons. Bon voyage, et restez prudents."

Les yeux émeraudes du Chevalier d'Or suivirent lentement le départ de la charrette. Au même moment, alors que les roues coulissaient sur le sol et soulevaient derrière eux un nuage de poussières, l'image de plusieurs mines déconfites fut gravée dans sa mémoire. La mission pouvait reprendre.

"Bien, dirigeons nous vers les ruines en pierre maintenant. Il est possible que les soldats aient voulu y défendre le cœur de la ville durant l'invasion."

D'un mouvement de menton, l'ordre fut donné. Tharros comprendrait. Et, slalomant entre les ruines des maisonnées villageoises, Ryme gagna le centre de Nauplie ; le début de la chute et la fin du grand brasier.



[Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros] Ryme_s10



Dernière édition par Ryme le Lun 2 Nov - 1:34, édité 1 fois (Raison : Coquilles)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu En ligne
Le ConteurLe ConteurArmure :
Inconnue
Message Re: [Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros]   [Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros] EmptyMer 28 Oct - 16:14
Horloge! dieu sinistre, effrayant, impassible
Dont le doigt nous menace et nous dit "Souviens-toi!
Les vibrantes Douleurs dans ton cœur plein d'effroi
Se planteront bientôt comme dans une cible

Ruines étranges, oh combien étranges ! Les Saints entendirent comme un tic-tac. Ils n'avaient jamais entendu un tel phénomène mécanique, sauf dans quelques clepsydres qui avaient cette singularité. Tout était étrange ici. Une brume sombre était présente depuis très longtemps certainement et attendait de happer les curieux.

Soudain, pendant un bref instant, Tharros eut l'impression de voir quelque chose dans l'ombre. Qui était ce ? Il le connaissait, il pouvait en être sur. Comme si le passé revenait à lui. Un compagnon, un ennemi ? Un adversaire ? Il avait le loisir de chercher alors que les ruines approchaient. On pouvait voir dans ces dernières une tour sombre construite par les anciens Romains.

La brume se laissait bercer par le vent, leur ouvrait-on le chemin ?

Citation :
Lancement de dé 10 pour le Groupe, vous laisse choisir !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
TharrosTharrosArmure :
Lion Mineur.

Statistiques
HP:
[Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros] G-bleu1050/1050[Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros] V-bleu  (1050/1050)
CP:
[Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros] G-rouge1350/1350[Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros] V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros] G-jaune750/750[Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros] V-jaune  (750/750)
Message Re: [Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros]   [Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros] EmptyDim 1 Nov - 12:48
Ils ne savaient rien, ou alors étaient-ils de très bons menteurs, puisque ni lui ni Ryme ne trouvait à redire. Ils n’étaient que de pauvres marchands partis à temps et ayant pu échapper au pire, mais revenu trop tard pour l’éviter à leurs proches. La situation était déjà suffisamment douloureuse pour eux, Tharros n'insisterai pas. La lionne était de cet avis également puisqu’elle les invita à regagner Athènes, afin qu’ils y soient en sécurité, rares survivants de ce funeste drame. Ils ne se firent pas prier, naturellement, et prirent la route peu de temps après, laissant le duo de Chevaliers de nouveau seuls dans la ville.
« D’accord. » Le Lion Mineur retrouvait cet air renfrogné, colérique, qui le caractérisait si bien. La situation l’agaçait, l’énervait, lui donnait envie de vomir. Si par le passé, il avait dû se salir les mains et verser le sang, jamais il ne l’avait fait à si grande échelle. On ne pouvait pas parler de question de survie dans le massacre d’une ville entière, rien ne pouvait expliquer et pardonner cet acte. Il désirait plus que tout retrouver la trace des coupables, pour leur administrer la punition méritée.

Progressant jusqu’au centre de Nauplie, ils ne tardèrent pas à se rendre compte que quelque chose clochait ici. Une nappe de brume recouvrait la zone, tandis qu’un son étrange, que le jeune homme à la chevelure hirsute ne parvenait pas à identifier, se faisait entendre à leurs oreilles. Instinctivement, il se crispa, et jeta un œil à sa camarade afin de s’assurer qu’il n’était pas fou. Il y avait quelque chose ici, ou quelqu’un, il aurait pu le parier. Quelque chose de sombre, malsain.
Intrigué par le bruit qui se répétait de manière régulière, presque attiré par ce dernier, il s’avançait prudemment vers ce qu’il jugeait être sa position. il aurait pu s’attendre à tout et n’importe quoi et pourtant, fut quand même surpris de croiser la silhouette d’une personne qui lui était familière. Il amorça un mouvement de recul, écarquillant les yeux, trop dérouté pour faire entendre sa voix. Il ne rêvait pas, là à l’instant il venait d'apercevoir… « Paros ? » Il chercha du regard autour de lui, quelqu’un, quelque chose.

« Qu’est-ce qu’il fout là ce sac de merde ?! » Ne prenant pas le temps de réfléchir à la situation, ni même d’envisager l’illusion comme piège pour l’attirer dans les filets d’une bête ou d’un adversaire, il avança dans la direction prise par la silhouette du Cheval Ailé. Son rival depuis ce match terminé en un pathétique nul, depuis la moindre occasion de lui mettre des patates dans la gueule était bonne à prendre. Il désirait si fort sa revanche contre ce type qu’il en oubliait presque le sujet de la mission.
Presque, mais pas totalement. Difficile d’effacer de sa tête la vision de ruines et d’habitations calcinées. De retirer de ses narines l’affreuse odeur de chair brûlée. « Ryme. » Prononça-t-il tout de même, dans son élan, se souvenant des consignes du Chevalier d’Or du Lion. S’il prononçait son nom, alors la lionne viendrait à lui, immatérielle ou humaine. Lui, désireux de mettre la main sur Pégase, continua de progresser jusqu’à son emplacement. « Je sais pas pourquoi t’es là gros mauvais, mais si je te chopes, je te casse la bouche ! »

Proposé de manière si avenante, Paros ne devrait pas trop traîner à sortir de sa cachette, pensait-il.



Armure du Lion Mineur:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2114-tharros-bronze-saint
RymeRymeArmure :
Armure du Lion

Statistiques
HP:
[Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros] G-bleu1800/1800[Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros] V-bleu  (1800/1800)
CP:
[Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros] G-rouge1200/1200[Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros] V-rouge  (1200/1200)
CC:
[Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros] G-jaune1650/1650[Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros] V-jaune  (1650/1650)
Message Re: [Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros]   [Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros] EmptyLun 2 Nov - 1:10
Un nuage sournois s'était levé. Le cliquetis d'une myriade de petites aiguilles sonnait les secondes et lui rappelait à quel point le temps pouvait être menaçant. Grisant. Leur présence venait d'activer...quelque chose. Ryme le sentait : une atmosphère encore pesante subsistait dans les ruines de Nauplie. Alertée, sa voix tenta tout d'abord de prévenir son collègue...

"Tharros, ne pars p-" Trop tard. Il était déjà loin. Ennuyée, la Lionne ne termina pas sa phrase et se contenta d'une insulte pour refroidir son sang déjà bouillant. "Mais quel crétin..."

N'avait-elle pas dit "pas d'état d'âme" ? Hélas, le dicton l'énonçait fort bien : ce qui est fait, est fait. Devait-elle maintenant le laisser seul en tant qu'appât ? En guise de punition pour son intrépidité ? Tiens, bonne idée ! Avec discrétion, la Sainte fit donc son chemin sans l'ombre d'une anxiété sur son visage. Calmement, son esprit calcula ses prochaines actions en se remémorant les dernières paroles du Petit Lion. Il était impossible que Paros se soit frayé un chemin jusqu'ici. Childéric l'avait averti de l'absence du Disciple du Taureau.

« Ryme. »

La Sainte craqua. Elle n'eut pas le cœur de laisser son compagnon miroiter dans ces brumes telle une brebis égarée : en quelques mouvements de doigts, la jeune fille devint marionettiste de son instinct...

Et, dans l'angle mort de Tharros, son Alter Ego vint le rejoindre à grand pas ; aussi silencieuse qu'un prédateur. Son pelage effervescent traduisait déjà une colère sourde et féline. Sa menace n'était visiblement pas un plat qui se mangeait froid : sitôt cette dernière passa sa tête contre la main du petit Lion qu'un mépris foudroyant rappela intérieurement le jeune homme à l'ordre. Bien qu'inoffensive, les mots que ce contact Homme-Bête venait de soulever en lui devaient bien valoir une sacrée mandale, que seul Tharros eut pu déchiffrer le contenu...

"Petit lion stupide ! Réfléchis !"

L'apparition disparut alors dans la brume. La Gardienne du Cinquième temple était courroucée. Mais pas suffisamment pour que l'Humaine ne délaisse son objectif, d'ores et déjà en ligne de mire : une tour en ruine, sombre et lumineuse tout à la fois. Intéressant. Faute de mieux, Ryme s'en approcha discrètement, sur ses gardes. Distante. En inspectant une ultime fois à l'aveuglette sa gauche et sa droite...





[Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros] Ryme_s10

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu En ligne
Le ConteurLe ConteurArmure :
Inconnue
Message Re: [Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros]   [Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros] EmptyLun 2 Nov - 16:28
Le plaisir vaporeux fuira vers l’horizon
Ainsi qu’une sylphide au fond de la coulisse ;
Chaque instant te dévore un morceau du délice
A chaque homme accordé pour toute sa saison.

La brume allait et venait. Dans son sillage, des chuchotements se faisaient entendre, des rires... Peut-être. Le lionceau entrait donc l'antre, paré de ses atours courageux et colériques. La menace était présente mais diffuse. Soudain, un flux dans l'air vint frapper la Lionne, trop occupée à sermonner son compagnon.

Le coup avait été comme une claque. La peur du vide était réelle, inconnue certainement, mais Ryme pouvait se demander à quoi elle servait, peut-être à rien. Cette fièvre augmentait dans ses veines, des cris, des larmes.... Soudain, dans la pénombre, les deux Saints virent une brebis en train de les observer, elle bêlait. Perdue. Puis, la brume se retira pour laisser apparaître des ruines de l'ancienne Rome. Une petite fille était en train de fixer les deux étrangers.

Deux petits yeux de biche, une peau recouverte de cendres, des cheveux verts gras et épais....

Astra.... Pourquoi tu m'as abandonné... Mère.... Pourquoi elle est morte ? C'est par ta faute ?

Une couleur bestiale traversa les reflets de son regard. L'air était nauséabond. Soudain, dans les tréfonds des ruines, un homme en armure d'or s'avançait avec un corps entre ses mains. Il avait les larmes aux yeux, l'ancien Lion de Némée était comme un navire perdu parmi les fêlés de la guerre. Calamité. La petite fille se tourna alors vers lui, horrifiée.

Astra...
Désolé...

La petite fille était devenue adulte, belle et brutale. Une copie de Ryme venait de prendre place, dans un décor que cette dernière ne connaissait pas. Pourtant, au fond d'elle même, elle sentait qu'une vérité se dessinait, incontrôlable lueur de l'âme. Un craquement. La Ryme des origines hurla et bondit sur Childéric, ce dernier a une vitesse exceptionnelle frappa sa nuque et la laissa sur le sol. Un autre homme entrait en scène derrière l'ancien Lion de Némée, Silas des Gémeaux.

Mon ami, cette femme était son amie. On peut pas lui laisser cela en tête ! Que fait on pour son fils ?
Tharros c'est ca... Silas, tu peux effacer leurs souvenirs ? Rendre cette histoire plus belle ?
Si c'est ce que tu désires... Mais tous les sceaux mentaux ont leur limite. Que feras tu si cela se libérait ?
J'aviserai.

La réponse était chaude et humide. L'ancien Lion avait encore Astra entre ses bras.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
TharrosTharrosArmure :
Lion Mineur.

Statistiques
HP:
[Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros] G-bleu1050/1050[Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros] V-bleu  (1050/1050)
CP:
[Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros] G-rouge1350/1350[Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros] V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros] G-jaune750/750[Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros] V-jaune  (750/750)
Message Re: [Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros]   [Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros] EmptyMar 10 Nov - 1:58
Il ne pensait pas faire une connerie, il ne réfléchissait pas tout court sur le moment. Il avait aperçu la silhouette du seul homme dans tout le Sanctuaire à qui il rêvait de coller une mandale cosmique. Sa fougue prenant le dessus, sa stupidité et son inexpérience faisant le reste, il s’était élancé à la poursuite de Paros, ne se doutant pas un seul instant que cela pouvait être le fruit d’une illusion. Cherchant des yeux son rival à la hâte, les poings serrés et l’esprit confus, il fut brusquement rappelé à l’ordre par une sorte de décharge d’énergie venant le frapper à la main. Il avait immédiatement reconnu la signature de Ryme, qui semblait en colère contre lui. L’insulte qui accompagna la réprimande fut accueilli dans une grimace traduisant son incompréhension. Certes, il avait agi trop vite, mais ce n’était pas une raison pour le traiter de la sorte. La prochaine fois, il ne prendrait même pas la peine de la prévenir si c’était pour se faire rabaisser. Il fut tenté de répliquer, mais elle reportait déjà son attention ailleurs, vers cette mystérieuse tour sombre.

Tharros s’était rapproché, pour venir presque se coller à elle et éviter une seconde baffe cosmique. Ce qu’il découvrit en revenant le laissa sur les fesses. Une putain de chèvre. Une putain de chèvre se tenait au milieu de la brume, mais qu’est-ce que c’était que ce bordel ? L’espace de quelques secondes, le petit lion se fit la réflexion qu’ils étaient dans la continuité. Il avait commencé par voir Paros, puis une chèvre. Paros étant une chèvre à ses yeux, tout cela n’était pas si anormal finalement… Lorsque l’animal sembla disparaître pour laisser place à une gamine, la mine du Bronze Saint se décomposa, abasourdi. « Oh merde ! Cette chevelure dégueulasse, me dit pas que… » Il ne connaissait qu’une personne qui portait une telle couleur de cheveux, ce vert qu’il trouvait si laid et dont il se moquait régulièrement. « Après l’autre glandu et la chèvre, voilà que c’est toi ! On est encore dans le ton eh… » Pour un peu, Tharros en croirait que quelqu’un tentait de retracer l’arbre généalogique de Ryme.

Bien évidemment, il ne connaissait même pas ce mot. Et la scène à laquelle il assista avec les yeux d’un spectateur passionné par ce qui se jouait devant lui, lui laissa un goût amer en bouche sur la fin. Un des types avait prononcé son nom. « Mais c’est quoi cette merde… ? » Le mal de crâne n’était plus très loin tant il avait le cerveau en feu, réfléchissant à toute allure. Il n’était pas certain d’avoir bien compris, mais cette scène ne concernait pas seulement Ryme, mais lui aussi. Il y avait sa mère, leur mère, ce qui devait représenter leur mère en tout cas. Or, d’aussi loin qu’il se souvenait, sa mère était morte de la peste, pas dans ces conditions. Morte aux côtés de son père, certainement pas d’un de ces types. Il ne reconnaissait rien de ces images et encore moins la présence de la lionne à ce moment-là de son histoire. La désagréable sensation qu’on jouait avec lui, avec sa tête, mettant le désordre dans ses souvenirs. Forcément, la colère pointait déjà le bout de son nez, tandis que ses mâchoires se crispaient à n’en plus pouvoir.

Cherchant du regard quelqu’un contre qui diriger sa colère, il ne trouva que sa coéquipière, et fit un lourd effort pour ne pas lui sauter au cou. « J'ai envie de tout casser... » Elle n’y était pour rien dans tout cela, mais cette mascarade commençait sérieusement à le gonfler.



Armure du Lion Mineur:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2114-tharros-bronze-saint
RymeRymeArmure :
Armure du Lion

Statistiques
HP:
[Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros] G-bleu1800/1800[Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros] V-bleu  (1800/1800)
CP:
[Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros] G-rouge1200/1200[Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros] V-rouge  (1200/1200)
CC:
[Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros] G-jaune1650/1650[Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros] V-jaune  (1650/1650)
Message Re: [Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros]   [Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros] EmptyMar 17 Nov - 1:37
Quelque chose s'était fanée dans le cœur de Ryme : ses certitudes. Sa pensée-brebis se matérialisa dans cette épaisse brume qui les encerclait pour s'y dissiper aussitôt. Bientôt, sa vue se troubla. La Sainte ne sut qu'en penser...

"C'est...Moi?"

Cette petite fille...Triste, perdue dans cet endroit trop vaste pour un petit comme le sien....Elle faisait écho avec la jeune femme qu'elle était devenue. Cette vision nostalgique la prit de cœur. Qu'il était étrange d'observer son propre regard enfantin et pourtant, déjà animal..Ryme en fut si troublée qu'elle en demeura pantoise. Puis là, devant elle, la silhouette assassine de son maître dans son ancien habit d'Or lui soutira un frisson. Dans ses bras...Etait-ce Astra, son ami d'enfance ? Ses poings se serrèrent. Pourquoi Childéric aurait tué son ami ? Il n'avait jamais...Ou l'avait-il fait ? En temps normal, la Sainte aurait chassé ces souvenirs de son esprit pour les enterrer au plus profond de ces souvenirs sans importance. Mais quelque chose l'empêchait d'être aussi catégorique dans ses opinions. Pire encore, la suite lui fit du mal...

"Arrêtez..." Sa voix était si petite. Comme celle d'un enfant.

A ses côtés, une autre Ryme s'était frayée un chemin, prête à engager un combat de poings contre Childéric, la rage au ventre et les larmes au cœur. Hélas, ce fut un combat de courte durée. Evanouie et à la merci de son Maître et de son plus vieil ami, on lui apprit l'existence d'un frère. Sa gorge se serra sous le poids de la confusion. Un goût de trahison lui prit le palais, sans que la Lionne ne put s'en débarrasser. C'était trop pour elle. Après toutes ces années à rechercher de qui elle était la fille bâtarde...Après toutes ces années à rechercher qui était l'assassin de sa mère...La vérité éclatait au beau milieu d'une cité en ruine pour lui affirmer que toutes ses fondations, toutes ses croyances n'étaient qu'illusions ? Que ses victoires étaient un mensonge ? C'était incompréhensible. Elle n'y comprenait rien. Absolument rien !

"C'est ridicule !"

Childéric l'avait-il consciemment manipulé ? Si tel était le cas, s'était-il joué d'elle, de son avenir et de ses convictions en l'amenant au Sanctuaire ? Eternellement perturbée, la Sainte demeura silencieuse, immobile. Perdue. Traîtres !

« J'ai envie de tout casser... »

Cet aveu tira la Lionne de sa détresse.

"Et moi donc.", protesta Ryme, avant de reprendre tout bas. "Astra n'est pas mort...C'est faux !"

Et pourtant. La réalité était-elle plus pernicieuse encore que ces simples visions ? Pourquoi pressentait-elle un fond de vérité dans ces visions ?

"Viens. J'ignore ce que notre invité mystère nous veut, mais il doit bien y avoir quelqu'un pour tenter de fouiller dans nos têtes."

Si cette brume s'était dressée, alors Ryme comme Tharros ne bénéficiait plus de leur couverture. Têtue, chamboulée mais décidée, la Sainte d'Or prit sur elle-même tandis qu'à chacun de ses pas, se formait la plus martiale et inébranlable conviction.

Et pourtant. Une partie d'elle ne voulait pas quitter ces apparitions des yeux...



[Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros] Ryme_s10

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu En ligne
Le ConteurLe ConteurArmure :
Inconnue
Message Re: [Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros]   [Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros] EmptySam 12 Déc - 17:28
La brume devint sanguine. Le souffle devenait plus dur, la tête résonnait étrangement au point où plusieurs langues parcouraient leurs pensées. Soudain, Tharros n'était plus visible, happé par la brume ensanglantée. L'ancien Chevalier du Lion et Silas levèrent la tête vers Ryme, un sourire aux lèvres. Le corps d'Astra tomba sur le sol comme une pièce cassée.

Ah voilà des Oracles en plus. Silas, tu n'aurais pas dû user de tes capacités psychiques pour envoyer le plus jeune dans une autre dimension. La plus vieille a vu ce qui s'est passé ici, laisse moi m'en débarrasser. Serrant son poing, une pluie de foudres dorées dansèrent dans les airs, balayant les brumes ensanglantées. Ryme avait l'impression de prendre de violentes décharges électriques dans tout le corps. Son corps fut balayée et vola dans les airs afin d'atterrir contre une colonnade présente là. Elle avait l'impression de voir une bête enragée qui s'avançait paisiblement devant elle.

Alors Oracle, comme tous les autres, vous êtes faible. Bientôt je serai Pope, l'ancien était trop faible et trop bon. Une nouvelle Ere s'ouvre maintenant et hors de question de laisser une personne s'opposer à moi.

Une violente décharge électrique partit brutalement de Childéric.

Citation :
Ryme est défiée.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RymeRymeArmure :
Armure du Lion

Statistiques
HP:
[Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros] G-bleu1800/1800[Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros] V-bleu  (1800/1800)
CP:
[Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros] G-rouge1200/1200[Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros] V-rouge  (1200/1200)
CC:
[Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros] G-jaune1650/1650[Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros] V-jaune  (1650/1650)
Message Re: [Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros]   [Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros] EmptySam 12 Déc - 19:14
Garder son sang froid. Durant toutes ces années d'entraînement, cet état d'esprit n'avait jamais été innée pour la jeune femme. C'était là un travail de tout instant, un labeur de longue durée. Aussi, quand les tables tournèrent enfin et firent place à des intentions bien plus sombres, Ryme peina à se considérer comme étant une cible potentielle. Grave erreur néanmoins : avec horreur, elle vit le mirage s'épaissir une buée sanguine, rouge aveuglante. Violemment, son regard se posa sur Astra et son corps mutilé. Dans cette triste vision, tout du moins. Quand bien même elle la savait fausse, la Gardienne peinait à poser son regard vers la dépouille de son ami. Cela lui serrait le cœur et invoquait en elle une ire grondante. A ses côtés, sa main chercha, mais ne sentit rien.

Tharros s'était perdu dans la brume sans qu'elle ne le remarque.

"Tharros !"

Aucune réponse. Prise de panique, La Sainte ne montra pourtant pas sa détresse. Aux aguets, ses réflexes l'aidèrent à encaisser les assauts du Lion sans trop d'égratignures. Pour autant, une idée lui vint en tête : et si cette brume ne répondait qu'à sa volonté ? Qu'à ses pensées les plus personnelles ?

"Une illusion..."

Fallait-il qu'elle songe à des choses plus positives ? Le regard rivé droit vers cette apparition, la Sainte ne flancha pas. Droite dans ses bottes, Ryme était prête à faire face à ces démons. Fort heureusement, cette chimère n'était pas très réussie. Pourtant, le sort du Petit Lion l'inquiétait. Le temps pressait. Ce combat serait déterminant et, nul doute à ce sujet : Perdre le jeune homme dans cette brume incertaine allait être un très gros souci. Au moins autant que les éclairs qui venait de la frapper, elle et sa stupéfaction. Le souffle couplé par sa chute, l'adrénaline et ses bénéfices l'aidèrent pourtant à se relever bien vite. Acéré, son regard se figea sur l'Ancien Lion. L'heure n'était pas à relâcher son attention. Comme pour donner de l'élan à ses futures pas rapides, Ryme étira discrètement ses chevilles.

Toutefois, cela ne résolvait pas encore la question principale, la plus épineuse : Comment la briser ? Etait-ce seulement suffisant de vaincre ce faux Childéric ? Dans ces champs désolés, Ryme n'avait qu'une seule certitude : cette apparition n'était pas son maître. Il ne le connaissait pas, et arborait les traits d'une ambition que son ancienne Disciple ne lui aurait jamais prêté.

" Childéric ne se serait jamais targué d'une quelconque ambition à prendre le pouvoir. Ce n'est pas son genre."

Si les éclairs de son usurpateur continuaient à crépiter, la jeune femme darda sa silhouette de ses prunelles de jade, un air de défi et féroce sur son visage. Sa mise en scène était si grossière que Ryme n'y crut plus...

"Allez. Je n'ai pas de temps à perdre, on règle ça maintenant."

Son armure brilla de plus belle. A ses côtés, le spectre de sa Lionne s'esquissa en silence. Ses yeux blancs et aveugles reflétant toute l'intensité de ses émotions. De la détermination, saupoudrée d'une pointe d'impatience.

Une pensée positive. Testons. Une auberge vide avec seulement les odeurs de poulets et le goût de la bière en bouche ? Le rire gras de son maître, vêtu d'une tenue qu'elle trouvait ridicule ? Une victoire fêtée dans un chariot aux produits détournés par elle et d'autres contrebandiers ? Un temps ensoleillé, digne d'une danse ?

Tout cela, cette brume pourrait-elle en convoquer leurs formes et leurs couleurs ?


Citation :
Sans grande suprise, Ryme accepte le défi bien sûr.










[Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros] Ryme_s10

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu En ligne
Le ConteurLe ConteurArmure :
Inconnue
Message Re: [Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros]   [Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros] EmptySam 12 Déc - 21:36
L’image de celui qui fût lion éclata dans un très long rire de mauvaise augure, ramenant ses bras en arrière. Un rire emprunt d’une férocité mauvaise. Comme si, ce rugissement, si caractéristique de Childéric avait lui-même été perverti. Pourtant, son cosmos, bien que sauvage, plus que tu ne l’as jamais vu, ressemble à celui de ton maître. Les traits, les postures, les mouvements. Toi qui t’es battu avec lui plusieurs fois, toi qui as subit son poing lors de ta formation. L’imitation est diablement convaincante. Tu sens aussi l’impression de prédation qui se dégage de lui quand il appelle sa bête pour combattre. Autour de toi, tu ressens son aura de chasseur, son impulsion de guerrier. Pourtant, un je ne sais quoi ne saurais briser cette illusion, l’écho de la bête ? La tienne semble réagir différemment qu’en face de ton maître.

Et sans attendre, après avoir étendu son cosmos, ton maître fond sur toi pour frapper de ses poings. Tu connais ses enchaînements, ses techniques. Ses failles aussi. Et elles sont toutes là. Ses crocs sont tout aussi difficile à éviter qu’ils le sont habituellement frappant la moindre faille dans tes défenses, qu’elle soit physique ou cosmique. Qui mieux que toi pour comprendre cet adage qu’il répète à longueur de temps : on n’échappe jamais aux crocs du lion ! Puis, profitant de la proximité du corps tu vois le bras qui ne te frappe pas commencer à vibrer, les éclairs qu’il a utilisé précédemment se présente de nouveau et vont s’abattre sur toi avec une violence rare.

« - Je vais commencer par vous, chien puant d’Oracle ! Puis je briserais les marinas ! Et avec la force ces armées combinaient, j’irais briser les consanguins d’Arès ! Et suite, le nord et les bêtes du Nord ! L’orient tombera ensuite, puis enfin l’ouest ! Et je dominerais le monde et après le monde, je tuerais les dieux pour prendre leur place ! »

Et un nouveau rire parodique secoua la poitrine de ton maître.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RymeRymeArmure :
Armure du Lion

Statistiques
HP:
[Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros] G-bleu1800/1800[Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros] V-bleu  (1800/1800)
CP:
[Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros] G-rouge1200/1200[Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros] V-rouge  (1200/1200)
CC:
[Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros] G-jaune1650/1650[Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros] V-jaune  (1650/1650)
Message Re: [Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros]   [Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros] EmptyLun 14 Déc - 0:12
Son compagnon avait disparu. Et que faisait-elle à la place ? Elle combattait un adversaire. Elle faisait face à des chimères qui n'avaient pas lieu d'être.

"Tais-toi."

Son expérience n'avait pas porté ses fruits. Il y avait bien une potentielle influence, mais cette allégation s'arrêtait à un bref rire gras, ainsi qu'à ce Childéric plus vrai que nature. Seulement, cette représentation était grotesque. La Sainte du Lion vit d'un mauvais oeil cette parodie. Ses arguments étaient figés dans le temps. Une seule nuance, un seul tempo dans ces propos qui n'avaient ni queue ni tête. Ce fantôme ne l'aiderait pas. Cet affrontement était-il seulement utile ?

Dans quel pétrin venait-elle de se fourrer ?

Les bras tendus, Ryme fit appel à son cosmos. A sa bête. Son sang ne fit qu'un tour et, dans sa détresse invisible, dans sa colère palpable, ses yeux dardèrent le géant franc, analysant ses pas et ses réactions dans un premier temps. Ses sens étaient à l'affût. Ces éclairs et ces jeux de poings n'avaient rien d'une inconnu. Pourtant elle subissait, tant bien que mal. En serrant les dents, sans jamais flancher.

Quand vient le temps de riposter, son corps retomba agilement sur ses pieds, s'évadant de la plus grande menace en une roue agile et fluide. Puis, faisant appel à son cosmos, la jeune femme fit dresser tout autour d'elle un filet lumineux. Telle une toile, Ryme plaçait sa confiance dans ses filets : solide comme sa volonté, ces cheveux de feu étaient la force de Samson.

Cette passivité ne serait pourtant pas suffisante et ses griffes ne se résumaient pas à une simple entrave. Chargée de cosmos, Ryme fit appel au Croc. La trajectoire de son poing fusa vers l'avant, à l'image de ces rayons de lumières qui ricochait déjà dans la plaine en une trajectoire folle.

"THARROS !", s'époumona-t-elle. En vain.

Elle ne pouvait pas croire qu'il avait disparu. D'ailleurs, ces récentes apparitions n'avaient aucun sens. Il lui fallait gagner du temps et analyser cette situation insensée. Pouvait-elle seulement observer autre chose ? Dans les parages ?

Où était Tharros ?





[Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros] Ryme_s10

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu En ligne
Le ConteurLe ConteurArmure :
Inconnue
Message Re: [Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros]   [Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros] EmptyMar 15 Déc - 20:06
Bête contre bête, tu pouvais sentir une différence flagrante. Bien que l’imitation de ton maître et de son aura était parfaite, n’importe quoi aurait pu s’y laisser prendre sans soucis. Toi ou plutôt, la bête à l’intérieur de toi, n’étais pas dupe. Leur opposition avait quelque chose de différente, comme si, contrairement à celle qui arpente le Rêve de ton maître, cette dernière semblait cette fois, faire partie intégrante de cette essence particulière qui émane de la bête de ton maître.

Mais au final, vous étiez fait du même moule et ton maître reste, comme tu l’avais fait, stoïque devant tes assauts. Il regarda les fils de cosmos se tisser avec un peu de surprise mais le reste, il connaissait ton attaque par coeur, il avait les mêmes crocs après tout. Il savait qu’on ne pouvait pas y échapper, alors il n’essaya pas. Il porta simplement ses bras devant son visage pour se protéger de l’impact, prenant soin de ne pas exposer son coeur, le cou de ses bras de même que son estomac protégé par la pointe de son coude. Il éclata ensuite d’un long rire sardonique.

« - Tu penses pouvoir m’abattre avec mes propres techniques, oracles ? Mais ton dieu pathétique n’est qu’un pantin devant mon pouvoir ! »

Et comme pour répondre à ta supplique précédente, tu eu l’impression que s’ouvrit devant toi une tornade de brume qui te montra Silas en train de défaire Paros. Aussi simplement qu’on se débarrasse d’un enfant impertinent. Il était en train de… l’étrangler ? Pourtant, il n’avait plus son armure d’or sur le dos et ce n’était plus vraiment lui qui avait ses mains autour du cou de ton petit frère mais, le prêtre qui te terrorisa durant ton enfance. Il éructé de rage et de satisfaction à l’idée de punir cet enfant de démon et d’accomplir les œuvres de Dieu !

C’est un puissant coup de poing dans ta foi qui te ramena à la réalité, plus vite qu’il n’en faut pour cligner de l’oeil, ton maître avait fondu sur toi et déjà, ses poings trouvaient le chemin des faiblesses de ta garde avec une vitesse et une précision redoublé. Ce n’était plus l’homme qui frappait mais la bête dans toute sa barbarie et sa bestialité. Puis, après t’avoir frappé d’un violent crochet, tu pus sentir le cosmos de Childéric se matérialiser dans son bras et, comme tu venais de le faire, une légion d’éclairs de fuser dans ta direction, aussi imprévisible que douloureux.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RymeRymeArmure :
Armure du Lion

Statistiques
HP:
[Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros] G-bleu1800/1800[Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros] V-bleu  (1800/1800)
CP:
[Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros] G-rouge1200/1200[Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros] V-rouge  (1200/1200)
CC:
[Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros] G-jaune1650/1650[Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros] V-jaune  (1650/1650)
Message Re: [Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros]   [Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros] EmptyLun 21 Déc - 2:18
S'il y avait des Bêtes à Nauplie, il y avait aussi des Hommes. Le Sanctuaire d'Athéna ne différait point du monde en la matière. La frontière entre ces deux notions était délicate à cerner, suffisamment pour frôler le ridicule et se dire, qu'en fin de compte, les dissocier pouvait être une tâche peu aisée. C'était précisément la situation que vivait son maître, partagé entre la beauté de son devoir et l'horreur de ses actions. Ce rire sardonique, ces quiproquos tout droit issus de ses cauchemars...

Ryme le vit tel un miroir alternatif. Comme une représentation corrompue, ou perverti de l'homme qu'elle connaissait. Hélas, la fuite n'était pas une issue. Plus maintenant. Et de toute évidence, pouvait-elle seulement se permettre de laisser tomber Tharros alors que la brume faisait naître des adversaires aussi expérimentés que le Grand Pope lui-même ?

Ce Childéric se défendait bien. Une imitation fort convaincante, en dépit de cette dissonance corrosive, nuisible et malsaine qui résonnait à chaque fois plus intensément entre ses poings et celle de son adversaire. Ses réactions étaient imprévisibles. Il était coincé dans le temps et prisonnier de sa Bête. Quant à Silas...

Il avait disparu. Il n'y avait plus que le fanatique de son village pour prêcher la parole de Dieu et choisir les brebis galeuses à abattre. L'homme l'avait torturé, discrédité, traité comme un monstre durant toute sa jeunesse.

Alors, que faire lorsque son fantôme s'en prenait à son compagnon d'infortune et camarade du Sanctuaire ?

Oh...Ses visions étaient si incertaines et tout s'enchaînait si vite désormais. Tharros avait cédé sa place à Tharros, et sa peur de la religion avait putrifié et rongée celle de la trahison. Une félonie qu'elle paya au prix fort sous cette pluie de poings et de tonnerre qui n'en finissait plus. Lorsque la douleur d'un poing logé dans son estomac lui coupa le souffle, il n'y eut personne pour la rattraper dans sa chute. Les secondes devinrent minutes et ses paroles devinrent monologues.

Tout était faux. Que racontait-il ? Cela n'avait aucun sens.

Pourquoi jouer un tel jeu ? Grinçant des dents, elle rétorqua sa vérité avec une passion agressive, pleine d'émotions, entremêlée à une touchante sincérité...

"Apollon n'est pas mon dieu ! Je sers Athéna, comme tous ses chevaliers." Relevant le regard, sa déception fut grande. Perdue dans son trouble et sa lucidité, la Sainte ne savait comment réagir. "Souviens-toi Childéric, ces techniques sont transmises de génération en génération. Je suis le Chevalier du Lion actuel, celle que tu as formé !"

De son cosmos rugissant, bondit une Bête. Ce n'était pas n'importe quelle créature : lumineuse, les yeux blancs, d'une profondeur infinie, le corps souple de sa Lionne s'élança contre les éclairs pour en briser totalement leurs assauts noires, obscures et malintentionnés de Childéric. Telle une esquisse, son Alter Ego se dissipa dans le vent...

...Pour finalement surgir dans l'angle mort du prêtre, et bondir sur l'homme, prêt à défendre ou à dissiper l'illusion d'optique à laquelle elle s'attaquait... De ses poings, une déferlante salvatrice s'éleva en plusieurs éclairs. Ce fut à ce moment précis que ces silhouettes se figèrent, et que tout devint plus clair à ses yeux.

"Je me fiche de savoir si c'est une hallucination...Ou une semi-réalité. Je ne vous laisserai pas me torturer inutilement sans savoir au moins une fois ce que vous me voulez !"

Le rugissement du Roi s'empara de l'atmosphère, continua à déboussoler ces chimères. A ses côtés, la douce Lionne zigzaguait dans la brume, prêtant à cette dernière l'odeur de la saison pendant laquelle elles étaient nées : l'hiver, aux senteurs de pins, de bois et de verveine. Et quelle meilleure, ou plus délicieux adage, que la voie empruntée par sa propre âme quand les temps se faisaient obscures et désespérés ?

Doux comme le Miel, Fort comme le Lion.




[Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros] Ryme_s10

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu En ligne
Le ConteurLe ConteurArmure :
Inconnue
Message Re: [Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros]   [Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros] EmptyVen 1 Jan - 22:33
Le raisonnement de ta bête est différent, comme si elle entrait en harmonie avec quelque chose. Une partie reliée à ce qu’elle est. Un autre fragment d’elle ou de ce qu’elle fût. Tu sens la résonance vibrer à travers ton armure. Comme une petite sœur qui appelle à l’aide. Et cette vibration se fait plus grande à travers ton cosmos. Un lien qui s’effrite, une relation qui s’effondre. L’armure du petit lion explose dans un maelstrom d’énergie, une assemblée de fauve s’échappant dans toutes les directions, certains semblant venir dans ta propre direction. L’assemblé distord la réalité et sous tes yeux se baladent les champs de batailles et les villes d’Italie. Pas simplement celle que tu as connu mais une version bien étrange par rapport à tes souvenirs. Une version marquée par la mort et le temps. Comme si ce que tu voyais n’était qu’un reflet mort d’un rêve révolu. Le songe d’une vie passée. La forme de l’homme face à toi oscille entre celle de ton maître, celle du prêtre et celle d’une ombre, tuant aussi régulièrement que rituellement.

Mais la lutte n’est pour autant pas terminé. Le chaos du petit lion continue d’exploser et une violente décharge de cosmos vient déchirer le tissu de ce réel discordant. Vous laissant, toi et l’ombre face à toi, l’espace d’un instant, face à face. Difficile de discerner les contours de la forme qui se trouve face à toi. Mais le grognement de ta bête se fait plus fort, elle n’agit plus sur l’impression et les ressentis de la détresse du petit lion, mais sur ses propres émotions se bousculant peu à peu. Et après cet instant entre la vie et la mort, le théâtre se met de nouveau en scène et l’ombre devient de nouveau ton maître. Et ce dernier, dans un nouveau rire dément, reprend son assaut.

C’est sa propre bête qui t’attaque de nouveau et elle est l’opposé de celle que tu lui connais. Comme s’il avait pris un autre chemin dans le Rêve dont ton maître t’as déjà parlé. Mais les crocs de la bête sont réels, ils n’ont rien à envier à la bête que tu connais bien. Il se plante non seulement dans ton cosmos mais aussi dans celui de ton avatar qui sûrement, hurlera sa douleur si les crocs portent. Ce qui mord déchire et l’énergie absorbée est dévorée de la même façon que tu as vu Childéric le faire si souvent. Puis, c’est le nouveau balai des poings et des griffes. La bataille continue… Et dans un hurlement dément, la même voix hurle :

« - Et quand tu seras à genoux, je pourrais boire le sang de ton dieu, dévorer son âme, pour mettre à genoux le monde et régner comme je le dois ! »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RymeRymeArmure :
Armure du Lion

Statistiques
HP:
[Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros] G-bleu1800/1800[Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros] V-bleu  (1800/1800)
CP:
[Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros] G-rouge1200/1200[Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros] V-rouge  (1200/1200)
CC:
[Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros] G-jaune1650/1650[Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros] V-jaune  (1650/1650)
Message Re: [Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros]   [Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros] EmptyMar 12 Jan - 3:05
Le temps s'arrête. Un instant. Une seule seconde.

Ryme peinait à discerner la nature de sa cible. L'armure du Petit Lion y était sans doute pour quelque chose : sa détresse était perceptible et, l'espace d'un instant, son poing douta. Une horde de lions venait de surgir de nul part et foulait désormais la terre de leurs pattes meurtries. Elles soulevaient le sable derrière et devant eux et leur panique fut palpable. Leur message était cinglant, vindicatif.

La jeune femme avala sa salive, avant d'hurler une dernière fois.

"THARROS ? OU ES-TU ?!"

Aucune réponse. Le cycle se répétait. Les lions continuaient à danser, valser autour d'elle. Ryme les voyait déjà l'encercler dans leurs mouvements dynamiques, si ce n'était inquiétants. Ces apparitions s'effacèrent pourtant aussi rapidement qu'elles n'étaient apparues, et laissaient déjà place à une forme incertaine, familière. Un maître, un prêtre, une ombre.

Ce constat lui glaça le sang et Ryme demeura interdite. Elle était perdue. Comment réagir lorsque le cours des événements lui sommait de stopper ses assauts ? Que tout était peut-être bien une illusion ? La renvoyant tantôt au présent, tantôt dans le passé, ces assauts étaient dénués de sens. Il fallait pourtant bien se défendre : battre en retraite n'était pas une option.

Etait-ce une ombre ?
Un fantôme du passé ?
Peut-être était-il temps de mettre en lumière l'identité de son assaillant.

Son étoile protectrice, Dénébola, illumina aussitôt sa détermination et réveilla le cosmos de la jeune femme. Frappée d'adrénaline, sa silhouette esquiva les crocs corrompus de l'imposteur et ce, avec une rare agilité. Son armure commençait à présenter quelques fissures, mais résistait loyalement aux poings de la Bête. Agacée par les circonstances, ses orbes froides se relevèrent en direction de son adversaire, cinglant de leur couleur de houx un jugement méprisant. Cette fois-ci, Ryme était bien décidée à avoir le dernier mot. Une épaisse crinière de cosmos se tissa, mèche après mèche, dressant dans son esquisse une élégante collerette autour de ses épaules. A la voir ainsi se rebeller contre cette étrange situation, la Gardienne en était devenue une beauté sauvage. Tout son corps crépitait d'impatience et laissait entrapercevoir sa lumière foudroyante. Son cosmos se fit de plus en plus insaisissable, chargée d'une férocité comme on en voyait rarement...Puis les éclairs s'abattirent finalement en direction de leur cible.

Froidement.

Pas très loin d'ici, son Alter Ego réapparut, amplifiant l'attaque cosmique par sa présence, tout en se focalisant sur un plan de sortie. Une odeur, une piste à suivre...




[Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros] Ryme_s10

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu En ligne
 
[Février 553 - Mission] Moi j'aime le danger ! Je me ris du danger ! [PV Tharros]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Libro Scripturae :: Imperium Byzantinum :: Provinces byzantines-
Sauter vers: