Votez
I
II
III


Mars 553 AD (Jusqu'à la fin de l'Event)
 
Partagez
 

 [Février 553] Ceux qui sont restés en arrière

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
CélestiaCélestiaArmure :
Héron de Notos (Sud et Été)

Statistiques
HP:
[Février 553] Ceux qui sont restés en arrière G-bleu1650/1650[Février 553] Ceux qui sont restés en arrière V-bleu  (1650/1650)
CP:
[Février 553] Ceux qui sont restés en arrière G-rouge750/750[Février 553] Ceux qui sont restés en arrière V-rouge  (750/750)
CC:
[Février 553] Ceux qui sont restés en arrière G-jaune1350/1350[Février 553] Ceux qui sont restés en arrière V-jaune  (1350/1350)
Message [Février 553] Ceux qui sont restés en arrière   [Février 553] Ceux qui sont restés en arrière EmptyDim 11 Oct - 20:33
L'heure était finalement venue de se séparer à nouveau. Après ces quelques semaines à marcher côte à côte, à chercher des réponses, des indices, les Oracles pouvaient relâcher la pression et repartir chacun par son propre chemin pour accomplir leurs quêtes les plus personnelles.

Parmi ces dernières, comme les autres le savaient déjà, la fille d'Apollon avait résolu de retrouver la trace d'Asclépios, ainsi que mentionnée par Marcus, et celle du blond solaire censé ne plus se trouver dans un sommeil éternel. Elle faisait amplement confiance à chacun des autres pour revenir à Rome, et être présent lorsque les événements le nécessiteraient, ou quand Apollon l'ordonnerait. Après tout il avait prouvé que même scellé, il était capable sur la trame du monde.

C'est ainsi qu'après les au revoir la nymphe quitta Reims par la route qu'ils avaient empruntée à l'aller. En théorie les Nordiques ne s'aventureraient pas au sud, mais elle vérifia tout de même qu'on ne la suivait pas particulièrement avant de se rendre dans l'auberge-étape où attendaient les chevaux et les quelques affaires qu'elle avait laissées avec. Elle retrouva avec grand plaisir son ami Julius Equum, rassura les équidés sur le retour proche de leurs propriétaires, paya sa part de la pension, puis monta en selle par une fraîche matinée, moins brumeuse qu'avant lui semblait-il.

Pendant un moment, l'image de Théodoric XIV lui traversa l'esprit. Le colombin avait disparu dans la Lumière, alors qu'elle lui avait promis de prendre soin de lui quelques temps, de l'emmener en un voyage d'Oracle et de découvertes qu'il aurait été fier de ramener à ses proches. Etait-il mort ? Impossible d'être tout à fait sûre. Dans le doute, elle pria pour qu'il connût une existence plus belle encore là où il se trouvait désormais.

Quand enfin la route sur laquelle elle se trouvait devint déserte, la Gardienne sourit et se pencha à l'oreille de sa monture, l'abreuvant au passage de caresses affectueuses. Il était temps pour le coursier de prouver que son pédigrée était mérité.


Allez Julius Equum. Comme le vent ! Nous allons à Toulouse !


Trop heureux d'enfin comprendre ce qu'elle lui disait après tout ce temps de silence, l'équidé inspira profondément par les naseaux, se cabra en battant des sabots comme s'il abattait un mur invisible, puis partit au galop en hennissant joyeusement. La nymphe éclata de rire et se cramponna à la selle et à sa crinière.

***

La première chose qu'aperçut le Héron en arrivant près de la Ville Rose fut la forme distinctive au loin d'une croix élevée vers le ciel. L'édifice, assez grand, se trouvait à l'extérieur des remparts, et elle reconnut la forme d'une basilique une fois proche. Les cloches sonnèrent, onze coups qui firent s'envoler une nuée d'oiseaux et avancer une nuée de pieux croyants. Elle sourit, tandis que Julius Equum lui piaffait quelques mots. Elle pencha alors la tête vers sa selle, puis ses jambes, la croupe de son cheval, son encolure.

"Oui, un bain ne ferait de mal à personne..."

Couverte de la poussière de la route, ses fourrures de moins en moins utiles à mesure qu'elle gagnait le Sud et la vallée où le climat s'adoucissait, en plus du printemps qui arrivait à son rythme, Célestia songea que se présenter ainsi devant Adalrik reviendrait à lui manquer de respect. Il fallait au moins qu'elle se débarbouillât le visage et les cheveux, qu'elle donnât un coup de brosse à son compagnon.
Et puis surtout... elle avait réfléchi à plusieurs moyens de retrouver l'ancien Augure, mais l'idéal aurait été de le faire dans la plus grande discrétion, pour sa sécurité. Elle doutait que le réveil et son retrait du devant de la scène avaient pour but qu'on l'exposât de nouveau aux affaires des Éveillés de plein fouet.

***Faisons les choses une par une.***

Elle n'oubliait pas que selon Marcus, la ville était territoire aphrodisiaque. Autrement dit, les coutumes n'y seraient peut-être pas les mêmes qu'à Rome, et elle devait prendre le pouls de la population tranquillement. Si elle avait de la chance, Adalrik la trouverait même le premier.

Elle se dirigea donc vers la Garonne dans un premier temps afin de se rafraîchir, et de permettre à sa monture d'en faire autant, tout en le brossant longuement.


Ma couleur : #009900
Ma plume de bord : ici
Diei vidi : Thanatos, Phantasos, Hadès, Arès, Poséidon, Athéna, Apollon, Odin
J'ai câliné : Lykeios, Asclépios, Aedan, Childéric, Esmelia, Rowena


Dernière édition par Célestia le Lun 26 Oct - 23:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1827-celestia-eminence-du-heron-de https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1716-celestia-la-princesse-aux-mille-oiseaux En ligne
LykeiosLykeiosArmure :
Epervier de Zéphyr (Ouest et Printemps)

Statistiques
HP:
[Février 553] Ceux qui sont restés en arrière G-bleu1800/1800[Février 553] Ceux qui sont restés en arrière V-bleu  (1800/1800)
CP:
[Février 553] Ceux qui sont restés en arrière G-rouge1200/1200[Février 553] Ceux qui sont restés en arrière V-rouge  (1200/1200)
CC:
[Février 553] Ceux qui sont restés en arrière G-jaune1500/1500[Février 553] Ceux qui sont restés en arrière V-jaune  (1500/1500)
Message Re: [Février 553] Ceux qui sont restés en arrière   [Février 553] Ceux qui sont restés en arrière EmptyLun 26 Oct - 23:10
Le groupe qui avait été fondé par la nécessité et l’importance de leur quête s’était rapidement fractionné dès lors que leur objectif avait été accompli. De ce qu’il pouvait en savoir, Esmelia comptait se rendre à Rome tandis que Veena devait en finir avec l’Ase sur place. Lykeios quelque part s’en voulait un peu de les avoir laissées seules. Une partie de lui aurait voulu pouvoir les protéger, mais celle-ci tendait à s’enfouir, ensevelie sous ses sombres pensées et dérives récentes, ses doutes et son amertume. Et puis… contrairement à Esmelia, il n’estimait pas trouver une demeure à Rome ; là où il n’y aurait sans doute toujours personne pour les guider, les aider à trouver leur voie. Quant à Rowena, s’ils avaient été proches et que quelque part elle comptait toujours à ses yeux, il n’oubliait pas les paroles d’Abrarxès. Elle devait trouver elle aussi son propre chemin. Sa propre puissance. Et cela commencerait sans doute par ce compte qu’elle avait à régler avec le nordique, et qui ne le regardait en rien. Car clairement, l’Épervier n’estimait pas devoir quoi que ce soit à cet homme : il ne lui avait aucunement demandé son aide, ni de foutre le nez dans leurs affaires. Ne s’était engagé à rien par devers lui. Pas de dette à ses yeux, d’aucune sorte.

Dans tout cela, il avait donc pris la décision simple de tenir parole. Cela avait déjà été évoqué, et il en avait confirmé la promesse alors que Célestia guidait une colombe dans les derniers instants : il les conduirait en sûreté à Toulouse, auprès d’Adalrik. D’une certaine manière, cela constituait un roc en ses instincts instables et son insatiable soif. Tenir parole lui donnait l’impression de faire encore partie d’un tout. De n’être pas dans une terrible pente. D’être quelqu’un de valeur, alors qu’il avait bien compris que ce n’était pas le cas. Que le véritable Lykeios n’avait laissé derrière qu’un rebut. Recyclé, certes, mais toujours aussi oiseux. Pourtant, il savait que bientôt, il y serait confronté. À lui-même et ce qu’il était. Seul, face à face. Il n’y aurait plus à assurer de faux-semblant. À tenir bon pour d’autres. À faire bonne figure. Bientôt, il ne resterait plus que lui, véritable et maudit.

Ce processus avait déjà débuté bien sûr. S’était renforcé au fur et à mesure de leur quête, jusqu’à lui exploser au visage alors que la seule difficulté de leur quête avait été remplie par un étranger. Lui qui s’était déjà estimé superflu l’avait forcément très mal vécu. Et c’est avec un rictus mauvais qu’il repensait à cette ombre lupine aperçue… S’il était là, s’il était de retour… Alors Démétrios pouvait-il encore se permettre de porter son nom ? Tenir son rôle ? Tenir un rôle, quel qu’il soit ? Alors il porte son regard vers Célestia. Elle est un bout de lumière qui ne fait pas de mal dans son royaume d’ombres. Elle se rafraîchit au bord d’une rivière, et lui de se poser la question : a-t-elle senti qu’il l’avait suivi ? Que dans les ombres, quelqu’un avait veillé sur elle ? Peut-être. Sans doute. Il n’avait pas usé d’une monture pour sa part, préférant user des capacités surhumaines de son corps. Imiter la vitesse et l’endurance d’un cheval n’avait vraiment rien de sorcier, s’avérait assez simple à reproduire, pour une utilisation de Cosmos réellement minime, presque insignifiante pour qui peut atteindre la vitesse de la lumière à loisir.

Alors il s’approche. Comme si de rien n’était vient s’accroupir au bord du fleuve, recueillant un peu d’eau dans le creux de sa paume pour la porter à ses lèvres. Réitère à plusieurs reprises, avant de s’en frotter le visage. De relever la tête vers le ciel, rabattant sa capuche, laissant tant le vent que le soleil venir flatter sa peau, tandis qu’il pousse un long soupir. Au moins à présent tout était clair, si elle n’en avait pas encore le cœur net, elle ne pouvait plus douter qu’un de ses compagnons de voyage avait poursuivi la route avec elle.
- Tu as toujours le sceau avec toi, n’est-ce pas ?
Simple entame. Façon de parler. Et puis l’on ne savait jamais, que le nordique ait pu mettre ses sales pattes là-dessus également, en sus de l’ampoule. Peut-être aussi qu’il demeurait nécessaire à tout être humain d’entendre sa propre voix de temps à autre pour ne pas sombrer dans la folie, tout simplement...
[Février 553] Ceux qui sont restés en arrière Solaire-dore


[Février 553] Ceux qui sont restés en arrière SSban
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2094-lykeios-epervier-de- https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1715-lykeios-epervier-de-zephyr
CélestiaCélestiaArmure :
Héron de Notos (Sud et Été)

Statistiques
HP:
[Février 553] Ceux qui sont restés en arrière G-bleu1650/1650[Février 553] Ceux qui sont restés en arrière V-bleu  (1650/1650)
CP:
[Février 553] Ceux qui sont restés en arrière G-rouge750/750[Février 553] Ceux qui sont restés en arrière V-rouge  (750/750)
CC:
[Février 553] Ceux qui sont restés en arrière G-jaune1350/1350[Février 553] Ceux qui sont restés en arrière V-jaune  (1350/1350)
Message Re: [Février 553] Ceux qui sont restés en arrière   [Février 553] Ceux qui sont restés en arrière EmptyMer 28 Oct - 15:47
Il était sorti comme de nulle part, en silence, et discrètement même s'il ne se cachait pas. Comme le frère qu'elle avait perdu. Si dans son esprit elle ne put s'empêcher de faire la comparaison, c'était bien pour l’Éminence de l’Épervier qu'elle adressa son regard amical et non le dieu-Loup. Le voyant puiser de l'eau, elle sortit d'une sacoche un petit bol qu'elle déposa près de lui, au besoin. De son côté, elle s'assit un peu plus au bord de la berge et détacha ses sandales pour pouvoir plonger ses mollets dans l'eau fraîche et détendre ses muscles endoloris par la longue chevauchée. Cela lui tira un soupir d'aise et elle ferma les yeux un moment pour mieux en profiter.

"Oui. Il ne m'a jamais quittée."

C'était l'avantage des petits objets, on pouvait les cacher sur soi et se défaire de bagages en même temps. Cela lui rappela l'oiseau alchimique de Marcus, solidement noué à l'une de ses mèches de cheveux et qui pendait généralement contre sa nuque ou sur son épaule, dissimulé par sa longue crinière blonde. Son bec piquait parfois dans sa peau tendre, sans blesser, comme s'il lui confirmait sa présence sans pourtant être animé.

Elle tourna la tête vers son compagnon et l'observa un instant. Depuis Lugdunum, elle lui trouvait sa mine des mauvais jours. Il n'avait rien voulu dire de précis et ne le ferait sans doute pas, mais la rencontre qu'il y avait faite semblait s'être mal passée. Abrarxès du Taureau noir... Le même qu'elle avait soigné en toute hâte à Rodorio des années auparavant. L'envie de demander de ses nouvelles ne manquait pas, mais rappellerait sans doute à Lykeios que leur entrevue s'était révélée infructueuse. Alors elle se tut. Chercha un autre moyen de parler, de trouver peut-être comment lui remonter le moral.

"Je suis contente que nous n'ayons pas été blessés, ou pire... et que tu aies été là quand j'avais besoin de parler."

Des mots qu'elle avait déjà prononcés, mais qui n'avaient peut-être pas porté autant qu'elle l'avait voulu dans le feu de l'inquiétude et de l'empressement. Et puis, il fallait bien trouver une amorce, commencer quelque part. Ils étaient seuls, mais elle baissa tout de même un peu la voix afin d'être certaine qu'aucun Dormeur ne les surprendrait.

"Tu sais, il y a quelque chose que je voulais te dire, mais l'occasion n'est pas venue jusque-là. Je pense que tu étais la fondation de cette mission. Au cas où tu n'aurais pas gardé ce souvenir, laisse-moi te rappeler : lors de la Sol Occurrens, quand Père nous a confiés la fiole, et la mission du même coup, c'est à toi qu'il s'est adressé. Rowena n'était pas là. Esmélia non plus. Et les autres... sont portés disparus à ma connaissance. Ou doivent rester au secret, je suppose. Son regard est toujours porté le temps, je suis sûre qu'Il savait ce qui allait se produire. La Tour, mes frères, l'Itinérance... Malgré tout, Il t'a confié cette mission. A ce Lykeios qui allait devenir toi, le toi d'aujourd'hui. A cet homme qui nous a rassemblées, épaulées, rassurées. Même si tu estimes que tu n'as rien fait d'extraordinaire, je persiste à croire que sans toi, nous ne serions peut-être même pas partis de Rome."

La déclaration allait peut-être remuer le couteau dans la plaie... Comment allait-il prendre la chose ? Le Héron pensait sincèrement ses mots, mais savait aussi que généralement, quand on avait l'impression de ne plus avancer du tout, il pouvait être difficile de réagir positivement aux encouragements des autres. Le doute et l'impuissance avaient la main ferme et l'emprise tenace.

Retirant ses jambes de l'eau, elle se rapprocha un peu de lui, sans le toucher, sans envahir son espace. A peu près à hauteur du bol qu'elle avait déposé plus tôt. Pourquoi l'avait-il accompagnée elle, qui était la plus bavarde et la plus instable du groupe quand elle commençait à broyer du noir ? N'était-ce pas un signe qu'il cherchait aussi d'une certaine façon à ce qu'elle lui dispensât un peu de cette Lumière qui manquait tant depuis qu'Apollon était scellé ?

Elle se promit qu'au moindre signe d'agacement de sa part elle tairait le sujet et n'en parlerait plus, tout comme elle avait promis depuis la basilique de bien faire la distinction entre les deux Lykeios. Mais si elle pouvait tenter une toute dernière fois de crever l'abcès, lui enlever un peu de poids des épaules, il valait le coup d'encourir sa colère. Alors elle demeura près de lui, prête à recevoir un blâme, car même sans être sa sœur elle demeurait son amie, et qu'en tant que telle elle ne le rejetterait pas pour si peu.


Ma couleur : #009900
Ma plume de bord : ici
Diei vidi : Thanatos, Phantasos, Hadès, Arès, Poséidon, Athéna, Apollon, Odin
J'ai câliné : Lykeios, Asclépios, Aedan, Childéric, Esmelia, Rowena
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1827-celestia-eminence-du-heron-de https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1716-celestia-la-princesse-aux-mille-oiseaux En ligne
AmadeusAmadeusArmure :
...
Message Re: [Février 553] Ceux qui sont restés en arrière   [Février 553] Ceux qui sont restés en arrière EmptyVen 6 Nov - 22:28
Le sceau se mit à luire.

Les deux oiseaux de proie étaient en train de discuter quand le petit bijou se mit à luire à intervalles régulières. Soudain, le soleil se fit plus ombrageux, plus froid. Dans l'air, on pouvait sentir que le crépuscule venait de tomber sur eux. Soudain, l'ombre d'un immense rapace apparut dans le ciel et fendit l'air afin d'atterrir à quelques mètres d'eux. Un inconnu aurait eu la sensation de voir un gigantesque épervier. Subterfuge du cosmos, il était de ceux qui savaient triché avec les visions des gens.

L'ancien Epervier, prédécesseur de Lykeios, venait d'entrer en scène. Ses deux prunelles noires ne masquaient aucune émotion, juste une fatigue palpable. Nul besoin d'être devin pour comprendre que quelque chose avait frappé cet homme de plein fouet.

- Voici donc la raison de mon ressenti. Lykeios, Celestia... Mes amis, je vous pensais morts depuis longtemps. Malheureusement, vous arrivez en des heures sombres, le seigneur Paris est mort...

Il s'interrompit brutalement. Il avait oublié. Un filet de sang coula légèrement à la commissures de ses lèvres quand il s'était rendu compte de son erreur. Le seigneur Paris était inconnu des mortels comme des Factions de ce monde. Et Adalrik... Oui, il ne pouvait leur dire que le subterfuge de son nom avait permis de garder unis les artistes de la Tour des vents qui s'étaient réfugiés ici.

- Vous venez pour le seigneur Adalrik je présume ?

Pendant ce temps là.... Alors que le sceau continuait de vibrer par intervalles. Lykeios ressentit quelque chose. C'était légèrement imperceptible, presque inaudible. Il venait d'entendre une voix au plus profond de son être. Cela venait d'où ? Dur à dire mais il connaissait cette voix, c'était celle du Dieu de la Médecine, son frère, Asclépios.

- Mon frère.... M'entends tu ?

Son sang dansait et se souvenait. Quelque chose arpentait ses souvenirs, son gosier s'asséchait. Il entendit alors.

Souviens-toi que le Temps est un joueur avide
Qui gagne sans tricher, à tout coup ! c’est la loi.
Le jour décroît ; la nuit augmente, souviens-toi !
Le gouffre a toujours soif ; la clepsydre se vide.

C'était comme si le vent avait porté ce message du plus profond de sa mémoire.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CélestiaCélestiaArmure :
Héron de Notos (Sud et Été)

Statistiques
HP:
[Février 553] Ceux qui sont restés en arrière G-bleu1650/1650[Février 553] Ceux qui sont restés en arrière V-bleu  (1650/1650)
CP:
[Février 553] Ceux qui sont restés en arrière G-rouge750/750[Février 553] Ceux qui sont restés en arrière V-rouge  (750/750)
CC:
[Février 553] Ceux qui sont restés en arrière G-jaune1350/1350[Février 553] Ceux qui sont restés en arrière V-jaune  (1350/1350)
Message Re: [Février 553] Ceux qui sont restés en arrière   [Février 553] Ceux qui sont restés en arrière EmptyMer 11 Nov - 16:54
Lykeios garda le silence. La petite blonde également, même si elle lisait sur son visage qu'il réfléchissait profondément à ce qu'elle venait de lui dire. Probablement n'y croyait-il pas, ou pas assez. Peut-être avait-il sur la conscience d'autres problèmes, d'autres fardeaux qu'il n'avait pas partagé avec ses compagnes de route. Elle lui laissa le temps. Ce temps dont ils manquaient en vérité, car à chaque seconde supplémentaire d'enfermement, le Soleil pâlissait.

Athéna, insensée de vouloir arrêter la course de l'astre. N'était-ce pas faire le jeu des Roisin Dubh ? Le jeu de Carthage ? Le jeu des Spectres, en fin de compte ?

Presque solennelle, le Héron détourna les yeux vers le petit bol. Son regard ainsi lui laisserait du répit à son tour. N'aurait pas à lui imposer le port d'un masque de bravoure et de force. Craque donc Lykeios. Laisse-toi aller à quelques larmes, ou à quelques noires pensées. Laisse-les sortir afin que le vase se vide, que le poids s'allège. Il n'en fit rien. Lykeios ne craquait jamais. Devant personne.

Après un moment hors du temps, elle releva les yeux, toujours sans réponse. Et elle capta comme un mouvement au bout de ses lèvres, prêt à répondre ou en tout cas à parler, lorsque tout à coup une lumière se manifesta à travers son vêtement. La Gardienne sursauta presque et sortit l'objet qui reposait dans une couture près de son cœur. Le sceau d'Adalrik réagissait à quelque chose. Une seconde. Puis une autre. Et plus tard encore une autre.

Presque aussitôt, le ciel s'assombrit de façon non-naturelle, et un visiteur les rejoignit, brisant tout net cette presque confidence, l'imminence peut-être d'une amorce de guérison. Alors l’Épervier se leva, Célestia à sa suite à la fois amère et stupéfaite par l'identité du nouvel arrivant. Trop vite. Les choses allaient trop vite.

"Eh bien. Il semblerait que tu aies trouvé ce que tu cherchais, Célestia. J'ai tenu ma promesse. Je vais te laisser maintenant."

Solitaire, comme toujours. Il avait prévenu depuis Reims, mais maintenant, de cette manière ? Un instant la nymphe voulut lui courir après, l'empêcher de s'éloigner, rattraper le fil de la situation en train de lui glisser des mains, mais Lykeios avait besoin d'air. Elle le savait. Elle s'était promis de lui en laisser. Alors elle se résigna à le laisser partir.

"Prends soin de toi ! Tu es important ! Irremplaçable !"

Un salut lui répondit et quelque part son cœur se serra. Comme si... Comme si...

Puisqu'ils ne restaient qu'eux, elle dévisagea alors Amadeus. Il avait l'air identique à son souvenir, peut-être un peu plus accablé. Difficile à dire, leur rencontre avait été plus que brève. Ce fut le souvenir de cette rencontre qui la fit se tendre. Ses circonstances. Marcus avait bien dit qu'Asclépios avait réussi à réveiller Adalrik, et donc Amadeus aurait pu l'être aussi mais... quelque chose clochait.

"Ama... Amadeus..."

Elle déglutit. Serra la main qui tenait le sceau. Ce n'était pas lui. Impossible.

"Lykeios n'était pas encore à la Tour quand Amadeus a été blessé. Qui êtes-vous ?"

Se tenait-elle face à Phantasos ? Pourquoi avait-il mentionné le héros Troyen Pâris tout à coup ? Pourquoi ce sang au coin de sa lèvre ? Comment connaissait-il l’Épervier ? Pourquoi possédait-il son apparence ? La présence de Dormeurs à proximité la protégeait relativement contre une attaque-surprise, mais il faudrait qu'elle soit vive et attentive. Un coup de dague était vite arrivé.

Citation :
Vu avec le joueur pour la sortie de Lykeios.


Ma couleur : #009900
Ma plume de bord : ici
Diei vidi : Thanatos, Phantasos, Hadès, Arès, Poséidon, Athéna, Apollon, Odin
J'ai câliné : Lykeios, Asclépios, Aedan, Childéric, Esmelia, Rowena
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1827-celestia-eminence-du-heron-de https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1716-celestia-la-princesse-aux-mille-oiseaux En ligne
 
[Février 553] Ceux qui sont restés en arrière
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Libro Scripturae :: Profana Erunt :: Francia-
Sauter vers: