Votez
I
II
III


Février 553 AD (Jusqu'au 30 Septembre 2020)
 
Partagez
 

 [Fin février 553]Mon Seigneur ![Cinead/Poséidon]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
OrpheusOrpheusArmure :
Légat

Statistiques
HP:
[Fin février 553]Mon Seigneur ![Cinead/Poséidon]  G-bleu1350/1350[Fin février 553]Mon Seigneur ![Cinead/Poséidon]  V-bleu  (1350/1350)
CP:
[Fin février 553]Mon Seigneur ![Cinead/Poséidon]  G-rouge900/900[Fin février 553]Mon Seigneur ![Cinead/Poséidon]  V-rouge  (900/900)
CC:
[Fin février 553]Mon Seigneur ![Cinead/Poséidon]  G-jaune1350/1350[Fin février 553]Mon Seigneur ![Cinead/Poséidon]  V-jaune  (1350/1350)
Message [Fin février 553]Mon Seigneur ![Cinead/Poséidon]    [Fin février 553]Mon Seigneur ![Cinead/Poséidon]  EmptyMar 13 Oct - 21:20
Citation :
Ce rp se déroule juste après le rp avec les Saints. Je vais donc anticiper sur une ou deux choses mais ne ferait aucune extrapolation "au cas où"



Maintenant que le problème des Saints était résolu et qu'il savait désormais comment il pourrait les intégrer dans sa vision à moyen terme, Orphéus pouvait s'occuper d'un autre cas d'importance. L'onde qu'il avait perçu, cette sensation ressentie. Il ne pouvait en être autrement : le Seigneur Poséidon était de retour. Son devoir était d'aller à la rencontre du corps physique de ce dernier. Il n'en avait pas touché un seul mot, ni à sa soeur, ni à Deukalyion. Car il l'avait deviné : il avait été l'un des seuls à percevoir son aura. Lui et sans doute un autre, qui avait porté le même titre que le sien quelques années auparavant : Cinead. Ainsi s'était-il déplacé en personne pour aller chercher son cousin. Les ordres données à Aurora avaient été clairs : qu'importe la raison, nul ne devait approcher du temple de Poséidon et de l'endroit où son corps reposait. De par la confiance entre le frère et sa soeur, elle avait simplement hoché de la tête sans poser de question et avait entreprit de sécuriser les lieux en amont.

Alors qu'il apercevait enfin Cinead, il comprit à son regard que lui aussi avait perçu quelque chose. Cela confirmait évidemment les suspicions du Légat : en dehors de ceux qui avaient été les voix du Seigneur des Mers, personne n'avait perçu son réveil. Le visage grave, Orphéus saluait donc le Primus Senator avant de l'inviter à le suivre vers les quartiers où résidait leur dieu. Finalement, cela ne faisait pas si longtemps qu'ils s'étaient recueillis auprès de son corps physique, priant pour que son réveil survienne prochainement. Visiblement, cela avait fonctionné. A moins qu'un danger grave pèse encore sur Atlantis, accélérant le retour du Roi de cette cité ? Le Merinita ne pouvait négliger pareil détail. Pas après les récentes informations qu'il avait obtenu. Asgard. Les traîtres qui travaillaient pour les Muiens. Narsès. Les Saints qui souhaitaient une alliance. la flèche d'Or qui perdait de son pouvoir. Beaucoup trop d'événements finalement, et chacun pouvait entraîner Atlantis dans une guerre totale.

En dehors des banalités d'usage, Orphéus n'avait pas dit un mot à Cinead pendant qu'ils s'éloignaient des quartiers du Sénat. Et pour cause : le Merinita se méfiait de ceux qui pouvaient tendre l'oreille en ces lieux de secret. Mais tandis qu'ils approchaient du temple de Poséidon, regagnant la sécurité du sanctuaire, il tourna son visage vers son comparse.
    - J'ai cru à une illusion lorsque je l'ai perçu. Mais cette puissance, cette volonté... Le doute n'était plus possible. J'ai prié chaque jour pour que son éveil ait lieu. Quel symbole que les premiers qui aient l'honneur de le voir soient le Maître du Sénat et le Légat en charge de l'Amirauté.

Deux membres d'une des familles les plus puissantes de tout Atlantis. L'ancien Légat et son successeur. Mais désormais restait une chose à voir : quel serait l'avenir de cette nation qu'il chérissait tant ? A mesure qu'ils approchaient, Orphéus ressentait le pouvoir affluer dans son bracelet d'Orichalque. Quand enfin ils franchirent les portes, Orphéus s'approcha et perçut la silhouette de celui qui représentait tout à ses yeux. Le symbole ultime de la puissance des Atlantes. Le Dieu des Sept Mers. Le seul qui méritait une absolue obéissance, quelque que soit les sacrifices demandées. Il avait offert un oeil et était capable de bien plus pour servir Poséidon. Il posa un genou à terre, humblement, laissant sa cape retomber doucement derrière lui.
    - Seigneur ! Quel honneur de vous voir de nouveau parmi nous. Permettez-moi de vous renouveler mon allégeance. Commandez et j'exécuterai vos ordres sans l'ombre d'une hésitation. C'est un grand jour pour Atlantis et tout les royaumes sous marins. Mais pour l'heure, j'ai veillé à ce que nul ne sache pour votre réveil.

Car seul Poséidon déciderait de ce qui serait dévoilé aux autres ou non. Il attendrait que son maître lui ordonne de se redresser. S'il appartenait aux Merinita, il avait justement appris à respecter cette entité à qui ils devaient tout. Ce bracelet d'Orichalque n'était pas que le symbole de son allégeance. Il était aussi une marque de respect et un lien entre lui et le dieu marin.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1839-orpheus-merinita-ft# En ligne
CineadCineadArmure :
Aucune
Message Re: [Fin février 553]Mon Seigneur ![Cinead/Poséidon]    [Fin février 553]Mon Seigneur ![Cinead/Poséidon]  EmptyDim 18 Oct - 17:32

Un murmure lointain. Piaillement presque oublié. Lorsque la volonté divine s'était imposé à lui le Primus Senator était en simple discussion avec sa sœur dans leur demeure du Pacifique Sud. Il s'était tétanisé, ses pupilles flamboyantes semblaient s'être taries l'espace de quelques secondes. Une chance qu'il ait été ici, à l'abris des regards. Calista se mit sur ses gardes, scrutant les alentours tout en demandant à son frère ce qu'il se passait. Son souffle s'était arrêté depuis lors, mais il repris en soupirant un grand coup, fermant les yeux pour reprendre contenance.

    Tout va bien Calista. Un affaire urgente à régler, rien de plus.


Il aurait pu lui mentir, mais ce n'était pas dans son tempérament... Et puis, la jeune femme aurait su le deviner facilement. Elle était consciente que tout ne pouvait lui être révélé. Pour son propre bien, pour celui d'Atlantis. Elle faisait confiance à celui qu'elle avait juré de protéger toute sa vie. Il se leva donc, retrouvant une certaine détermination dans le regard. Le temps de la surprise était fini. Celui des questions, lui, commençait à peine. Pourquoi ? Pourtant, la pensée première qui devait assaillir son esprit ne devait être celle-là. Le soulagement, plutôt. Alors en de grands pas, attrapant sa cape au passage, il sortir de la résidence Atlas, trouvant non loin d'elle son Cousin. Rien de surprenant.

    Je ne pensais pas ressentir cela à nouveau, quand bien même l'heure serait venue. Je suis étonné d'être sur cette route, Orpheus. Pas toi ? Ta place y est une évidence après tout...


Mais la sienne... Elle ne pouvait signifier que deux choses. Le devoir, le plus probable après tout, une tâche pour un serviteur qu'il savait dévoué et placé stratégiquement au sein de la cité. Et puis... La colère. De celle qui déchire les terres, qui retournent les flots. Et la probabilité de cela était toute aussi grande, car il pouvait aisément en connaitre la raison. Ainsi durant cette route silencieuse il marchait un bras en travers de son buste servant s'appui au second pour placer son index en travers de ses lèvres, en pleine réflexion. La réponse viendrait d'une Voix qu'il ne connaissait que trop bien. Et alors qu'il pénétraient dans la demeure sacrée au pied du support d'Atlantis, les deux Mérinita ployèrent le genou simultanément, fermant les yeux et baissant le visage.

    Nous avons souvent prié pour votre réveil, Seigneur Poséidon. C'est un grand jour, oui, pour Atlantis et le monde entier.


Un espoir nouveau alors qu'au dehors et à l'intérieur les troubles ne cessaient de surgir. Seulement, une chose était sûre. Il avait quitté sa torpeur et ce n'était pas là la place du hasard. Il s'agissait là de Poséidon, un Dieu.



[Fin février 553]Mon Seigneur ![Cinead/Poséidon]  Cinead-s
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PoséidonPoséidonArmure :
Scale de Poséidon
Message Re: [Fin février 553]Mon Seigneur ![Cinead/Poséidon]    [Fin février 553]Mon Seigneur ![Cinead/Poséidon]  EmptyLun 19 Oct - 0:18
Ses longs cheveux noirs légèrement ondulés tombaient sur ses épaules. De dos, on pouvait le voir dans une grande toge cérémoniel de soie et de broderies d'argent. Une aura bleutée se dégageait de lui, la mer semblant danser au rythme des flots du monde. Deux présences. Il se retourna vers son nouveau Légat et son ancien. Il leur témoignait un profond amour et de peine pour la tâche qu'il leur avait donné pendant ces longs mois de sommeil. Il le sentait, les membres de sa Famille avaient commencé leurs mouvements et il ne savait qu'en penser.

Ses pupilles saphiréennes donnaient la sensation d'être happé dans des tempêtes et des flots calmes et limpides en même temps. Comme si tous les aléas des flots se concentraient dans ses deux ouvertures sur le monde terrestre. Il tourna alors légèrement la tête vers le parvis de son temple, celui qui permettait de voir au loin les piliers de son domaine, de sa ville. Il sentait la vie la plus douce et la quiétude. Orphéus et Cinead avaient travaillé avec sagesse et cela le rendait heureux.

D'un geste de la main, il invitait des deux "Mains" à se relever. Ils étaient dignes de lui parler face à face.

- Voilà bien des mois que nous n'avons pas eu l'honneur de se parler... Compagnons ! Vous avez agi avec sagesse pendant notre absence et je plussoie vos décisions. Je sens un vent mauvais venant du nord de l'Atlantique, près d'Avalon. Il faudra dépêcher le Dragon des Mers afin qu'il veille sur cela, au moins d'un point de vue extérieur. Pour ce qui concerne Avalon même.... Une personne de notre connaissance souhaite y prendre part et vous donnera les consignes adéquates le moment venu. Il posa alors un silence avant de prendre une voix plus sombre. Cinead... Veillez à renforcer nos positions dans nos ports terrestres... Je connais ma nièce, elle est aussi rapace qu'un autre de mes neveux. En outre, je ressens que Dionysos s'est enfin éveillé après des siècles d'absence, il a envoyé un messager auprès de notre personne. Cinead, vous serez à mes côtés pour le recevoir.

Puis, se tournant vers son Légat.

- Mon ami, pour vous, la partie sera de taille. Nous savons les efforts diplomatiques accomplis. C'est une excellente chose. Mais, là, ce sont vos talents plus sombres que nous aimerions voir mis en pratique. Alors que les Saints et les Oracles se faisaient la guerre, Apollon nous a envoyé un étrange message que nous avons reçu pendant mon absence. Il disait simplement :

Quand la Douzième heure sera éteinte, l'heure de notre disparition viendra.

Pas plus sibyllin que ça... On ne changera pas la façon de faire du disciple de Chronos. La seule référence que j'ai avec ceci, c'est le Sanctuaire d'Athéna. Je ne sais ce que cela veut dire. Nous voulons que vous enquêtiez dans ce domaine. Pour les héritiers du Peuple de Mu, vos plans nous conviennent parfaitement et nous voulons que toute cette histoire avec les O'Bannon soient régularisés. Convoquez Emrys O'Bannon ici même pour qu'il réponde des actes de sa Famille !


La Voix du Dieu se tut dans un profond silence, comme si un violent ressac venait d'avoir lieu. Le cosmos de Poséidon avait laissé passer par moment des pointes d'agacement évident, surtout à la fin. Il n'aimait pas le désordre entre les grandes Familles, c'était l'héritage de son propre sang.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
[Fin février 553]Mon Seigneur ![Cinead/Poséidon]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Libro Scripturae :: Mare Nostrum :: Atlantis :: Pilier central-
Sauter vers: