Votez
I
II
III


Février 553 AD (Jusqu'au 31 Octobre 2020)
 
Partagez
 

 [Décembre 538] Le bal des sentiments (Orphéus)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
CalypsoCalypsoArmure :
Ecaille des Hyades

Statistiques
HP:
[Décembre 538] Le bal des sentiments (Orphéus) G-bleu1050/1050[Décembre 538] Le bal des sentiments (Orphéus) V-bleu  (1050/1050)
CP:
[Décembre 538] Le bal des sentiments (Orphéus) G-rouge850/850[Décembre 538] Le bal des sentiments (Orphéus) V-rouge  (850/850)
CC:
[Décembre 538] Le bal des sentiments (Orphéus) G-jaune1200/1200[Décembre 538] Le bal des sentiments (Orphéus) V-jaune  (1200/1200)
Message [Décembre 538] Le bal des sentiments (Orphéus)   [Décembre 538] Le bal des sentiments (Orphéus) EmptyMer 14 Oct - 18:28

La foule s'amassait déjà aux abords de l'immense propriété qui jouait les hôtes pour la soirée. Des dames, des hommes, des jeunes filles et des jouvenceaux, toutes et tous membres des plus hautes strates de la société atlante, et en majorité vassales et vassaux des Merinita, puisque cette réception se tenait dans la zone d'influence du Pilier central.
Les majordomes et la sécurité assignés au domaine bloquaient méthodiquement l'entrée tout en vérifiant les cartons d'invitation, dans la plus grande courtoisie et une efficacité sans faille. A l'intérieur, les différents serveurs, cuisiniers, musiciens et autres artistes se tenaient prêts dans les différents espaces qui leur étaient alloués, tout autour d'une immense salle de bal contre les murs de laquelle s'étendaient de longs buffets garnis de hors-d’œuvres, de plats chauds sous cloche ou frais de quelques minutes.

La tradition voulait que chacun vint avec un ou une cavalière, exceptés les plus jeunes invités que l'on présentait pour la première fois aux éminents habitués de ce type de réceptions. C'est ainsi que Calypso s'était retrouvée à emprunter une entrée un peu à l'écart, le handicap de son père demandant quelques dispositions particulières, dont celle d'éviter de côtoyer trop longtemps la foule. Tandis qu'on les faisait entrer, elle et ses parents à l'intérieur, la jeune Toreador cherchait du regard des têtes connues qu'elle attendait avec impatience. Elle préparait ce bal depuis des mois, depuis la stricte observation de l'étiquette à ses pas de danse, en passant par la confection de sa robe, le déroulement de la soirée, sa manière de présenter. Une écrasante liste de choses à retenir tournait ainsi dans son esprit, à commencer par la première danse, réservée justement aux adolescents qui venaient pour la première fois et dont elle faisait partie.

Une main chaude se posa sur son épaule et la fit se tourner d'un bloc vers le sourire bienveillant de son paternel.

"Tu es anxieuse, ma Lyly ?
-Hm... Non, pas vraiment. Mais j'aimerais quand même voir les autres avant le début... Je saurais mieux où regarder.
-Ils entreront plus tard, quand vous aurez reçu quelques consignes supplémentaires de la maîtresse des lieux.
-Alors tu ne vas pas les voir ? Tu as dit que tu partirais après la première danse, quand la foule sera rentrée...
-Si je les croise, je les saluerai chaudement et je te les enverrai, d'accord ? Mais il y a trop de risques que je fasse une mauvaise chute ici et ta mère me réduirait en morceaux si je gâchais ton premier bal en me faisant remarquer."

Une expression paniquée se peignit sur le visage de la jeune fille tandis qu'elle regardait du côté de sa mère, laquelle ne tint pas bien longtemps avant de délaisser son masque de sérieux pour se mettre à rire discrètement.

"Tu t'en sortiras très bien. Après tout si tu as réussi à t'entraîner sans blesser ton père, tu peux le faire avec n'importe qui. Parole d'épouse.
-Hm... Vous vous êtes passés le mot..."

Le couple adopta le même sourire innocent, désarmant même, contre lequel Calypso ne pouvait absolument rien. Ils déambulèrent un moment dans la grande salle, chaque famille gardant son enfant précieusement tout en lorgnant les autres. Les robes étaient plus resplendissantes les unes que les autres, les costumes de même. Bientôt, une grande femme, élégante et sophistiquée attira l'attention en frappant dans ses mains, et tous lui adressèrent une révérence. Elle sourit, savourant cet égard que l'on avait pour elle en tant qu'organisatrice de la soirée.

"Bien, je vais demander à tous mes jolis parents de bien vouloir prendre place à la table qui leur a été attribuée, pendant que j'explique à nos futures perles de noblesse ce que nous attendons d'elles pour le début de cette soirée. Ne vous en faites pas, je vous les rendrai intactes. Allez allez ! Ne faisons pas trop attendre ceux qui sont encore dehors !"


[Décembre 538] Le bal des sentiments (Orphéus) Ysqc


Dernière édition par Calypso le Jeu 15 Oct - 0:39, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
OrpheusOrpheusArmure :
Légat

Statistiques
HP:
[Décembre 538] Le bal des sentiments (Orphéus) G-bleu1350/1350[Décembre 538] Le bal des sentiments (Orphéus) V-bleu  (1350/1350)
CP:
[Décembre 538] Le bal des sentiments (Orphéus) G-rouge900/900[Décembre 538] Le bal des sentiments (Orphéus) V-rouge  (900/900)
CC:
[Décembre 538] Le bal des sentiments (Orphéus) G-jaune1350/1350[Décembre 538] Le bal des sentiments (Orphéus) V-jaune  (1350/1350)
Message Re: [Décembre 538] Le bal des sentiments (Orphéus)   [Décembre 538] Le bal des sentiments (Orphéus) EmptyMer 14 Oct - 19:41
    - Je comprends qu'il s'agisse là d'une obligation liée à notre nom, Père. Toutefois...

Il regardait son père avec dépit. Il désignait sa tenue, poussant un bref soupir. Un bal. Traditionnel. Mais qui semblait agacer le jeune Merinita de dix-huit ans. Le sénateur ne semblait pas s'offusquer de l'humeur de son ainé. Il l'avait éduqué de sorte à lui faire comprendre qu'il était toujours primordial qu'un Merinita soit reconnu au premier regard. Il fallait que ce soit une évidence pour tous.
    - Tu ne peux rester en permanence plongé dans les livres, mon fils. Et puis les interactions sociales sont importantes, surtout au sein des familles Patriarcales. En digne successeur, tu te dois d'assumer certaines fonctions. Même si elles te déplaisent. Essaie de voir le bon côté des choses : tu as des amies, là-bas. Et nombre de jeunes femmes aimeraient danser avec toi.

Un regard froid répondit à cette affirmation mais qui ne fit pas sourciller son père. Il le connaissait trop bien pour s'en inquiéter. Pis. il s'en amusait. Derrière lui, un éclat de rire féminin. Il se retourna vers elle. Aurora. Sa chère soeur. Dans une robe pourpre magnifique, coiffée comme jamais elle ne l'avait été, avec à ses côtés leur mère. Elle semblait plus femme que guerrière. Ce qui était clairement le thème de la soirée à dire vrai.
    - Tu es magnifique, Orphéus. Alors arrête de bouder un peu. Tu sais bien que nous avons des obligations à respecter. C'est d'ailleurs toi, cher frère, qui ne cesse de me répéter cette maxime. A croire qu'il s'agisse là des premiers mots que tu as prononcés quand tu es né.

Ses parents éclatèrent de rire et laissèrent la fratrie ensemble. Ils seraient eux aussi de la partie ce soir mais avaient souhaités être présents tout le long des préparatifs. Coordonnés, ils l'étaient en tout cas. Pour l'occasion, il portait même quelques bijoux autour du cou, ainsi que des bagues de grandes valeurs. S'il détestait ces tenus d'apparat, il devrait s'y astreindre pour la soirée. Aurora s'approcha, réajustant le col de sa veste. Il lui adressa un petit sourire malgré ses moqueries précédentes.
    - C'est toi qui me surprend le plus, à dire vrai. Une vraie femme de société. Ces dames doivent être craindre qu'un jour la terrible Aurora puisse faire chavirer les coeurs de leurs fils ? Je ne t'aurai presque pas reconnu si tu n'avais pas ouvert la bouche. Cela te fait quoi de ne pas être armé ?

Elle se recula de deux pas, lui tira la langue avant de s'esclaffer.
    - Et qui a dit que je n'en ai pas ?

Et malheureusement, la connaissant comme il la connaissait, elle disait certainement vrai. Il plaignait son pauvre cavalier. Car en plus de devoir se rendre à ce maudit bal, ils allaient devoir jouer le jeu et danser. Pour l'occasion, jouant des privilèges des Merinita et ne souhaitant pas arriver seul à la soirée, Orphéus avait veillé à inviter une jeune femme de leur âge, elle aussi de haute noblesse, et qui jouerait donc le rôle de cavalière provisoire. Il savait que celle-ci l'attendrait à l'entrée des lieux où les festivités débuteraient. Comme lisant dans ses pensées, Aurora reprit :
    - Tu ne m'as pas écouté. Je t'avais pourtant dit de te laisser aller à la surprise, ce soir. Aucune invitation. Et en plus tu me l'as caché. Malheureusement pour toi, Mère est bavarde et ne sait pas tenir sa langue. Je n'ai juste pas entendu son nom. Qui est-ce ?

Il est vrai qu'elle lui avait conseillé de venir seul. Il n'en avait pas compris la raison, évidemment, même si elle avait sous entendu que certaines jeunes femmes auraient appréciés sa compagnie en cette soirée. Mais lui, il ne s'intéressait pas à l'amour à proprement parler. Il aimait les femmes et appréciait leur compagnie. Mais il ne comptait pas épouser celles qui partageaient de temps à autre ses nuits. Ainsi était-il aveugle aux signes évidents pour d'autres.
    - Je sais de qui tu tiens ta curiosité en tout cas. Mais contrairement à notre mère, moi je sais garder un secret. Tu verras bien quand nous serons sur place. Il est l'heure, après tout, et il ne sera pas dit qu'un Merinita arrive en retard à une réception.

Là encore, ce n'était pas totalement vrai. Certains appréciaient le fait d'arriver après les autres pour que l'on puisse plus facilement les repérer. Lui n'était pas ainsi. Et c'est ainsi que la famille se rendit là où on les attendait.

Sur place, il aperçut la jeune femme qu'il avait convié. Les parents se rendaient près de l'hôtesse tandis que Aurora s'était éclipsée elle aussi. Temporairement, il le savait. Qu'importe, en parfait gentleman, il se rendit auprès de la belle afin de lui tendre son bras et de l'inviter à entrer. Quant à sa soeur ? Rapide et sans que personne ne puisse l'intercepter - une véritable ombre - elle s'était glissée parmi les convives afin de se rapprocher de Calypso. Lui tapotant l'épaule, elle murmura :
    - Passage éclair avant que l'on fasse notre entrée "officielle". Je voulais juste te prévenir que mon frère n'est pas venu seul. Qu'est-ce que tu veux. Il ne changera jamais.

Là aussi il y avait un sous entendu que seul Calypso comprendrait. Car Aurora n'était pas aveugle aux signes, elle. Et parfois, s'amusait à chambrer. Mais là, elle préférait l'avertir afin qu'elle ne montre pas trop d'espoir dans cette soirée.

Et maintenant ? L'entrée officielle...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1839-orpheus-merinita-ft#
CalypsoCalypsoArmure :
Ecaille des Hyades

Statistiques
HP:
[Décembre 538] Le bal des sentiments (Orphéus) G-bleu1050/1050[Décembre 538] Le bal des sentiments (Orphéus) V-bleu  (1050/1050)
CP:
[Décembre 538] Le bal des sentiments (Orphéus) G-rouge850/850[Décembre 538] Le bal des sentiments (Orphéus) V-rouge  (850/850)
CC:
[Décembre 538] Le bal des sentiments (Orphéus) G-jaune1200/1200[Décembre 538] Le bal des sentiments (Orphéus) V-jaune  (1200/1200)
Message Re: [Décembre 538] Le bal des sentiments (Orphéus)   [Décembre 538] Le bal des sentiments (Orphéus) EmptyMer 14 Oct - 21:06
Dans le mouvement qui avait suivi, l'Arkantea n'avait pas pu répondre à sa camarade, tant pour s'extasier devant sa robe que pour se rassurer en expliquant que de toute façon avoir une cavalière était mieux vu. Que sans doute Orphéus ne la prendrait pas au sérieux de toutes manières...

Les cadets se mirent en position par paires aux intervalles qu'on venait de leur indiquer : environ deux mètres espacés des uns aux autres, de sorte à pouvoir exécuter de larges gestes sans se cogner ni se marcher dessus. Pendant ce temps, le reste des convives entrait et se dispersait dans la salle, soit près de la nourriture, vers les tables nommées par familles ou groupes distincts tels que les réservations le permettaient. Calypso repéra le couple de ses parents à la deuxième rangée, assez proche de la sortie mais loin du passage continu, de sorte à épargner toute difficulté lors de leur sortie prochaine.

Son cavalier improvisé parmi les jouvenceaux était son aîné d'un an, légèrement plus grand qu'elle, à la chevelure courte et noire, qui contrastait parfaitement avec ses couleurs lunaires. Comme si la maîtresse de maison avait assorti les premiers danseurs de la même manière que les fleurs, les nappes ou les tapis. La jeune fille qui n'appréciait pas particulièrement d'attirer l'attention avait eu le malheur de se retrouver pratiquement au centre de la salle, là où le lustre et les bougies éclairaient le plus. Elle inspira discrètement, tout en balayant les spectateurs du regard.

"Plus qu'un tout petit moment avant d'être libres..."

Surprise, Calypso le dévisagea un instant.

"Vous aussi, vous auriez préféré être discret ? Je me demande si ce n'est pas précisément pour cette raison que nous sommes au centre...
-Le problème, gente damoiselle, est que je suis assez piètre danseur. Je ne vous marcherai pas sur les pieds, mais c'est à peu près tout.
-... Alors laissez-moi guider.
-Pardon ? Mais la tradition...
-... n'a jamais interdit qu'une femme conduise. Il faut juste que cela ne se voie pas. Faites exactement les gestes que l'on vous a appris, mais laissez-moi donner l'impulsion."

Visiblement soulagé, le cavalier sourit et lui tendit le bras pour qu'elle y déposât sa main, tandis que l'autre allait se poser sur sa hanche. L'héritière détourna le regard, réalisant qu'il posait sur elle tout le poids de leur prestation. Si la chose avait de quoi flatter, Calypso finit par se tendre d'angoisse. Une danse se jouait à deux en principe. Elle avait pourtant le sentiment que non seulement elle allait mener, mais que surtout il s'accrocherait à elle, quitte à lui reporter la faute s'ils commettaient un faux pas.


Après un temps qui parut une éternité, la salle pleine à craquer, la musique commença. Dès les premiers pas, il y eut des erreurs, des départs en retard, les jeunes recrues trop tendues pour parvenir à se concentrer correctement. Mais pas chez Calypso, qui avait travaillé d'arrache-pied pour avoir cette musique inscrite jusque dans ses os, et qui aimait danser de nature. Une première salve d'applaudissements encouragea les danseurs, et avec le contrôle de leurs mouvements la belle aux cheveux d'argent prit confiance.
Sa robe légère virevoltait au gré des demi-tours et des séparations, pour mieux revenir épouser son corps tandis qu'ils se rapprochaient de nouveau. Après un temps elle constata même que l'éclairage qui lui déplaisait jusque-là faisait briller les perles bleues cousues dessus, ainsi qu'incorporées à sa coiffure. Le public avait l'impression de regarder une nymphe danser sur l'écume blanche au milieu des vagues, lors d'une nuit de pleine lune.

La musique accéléra un peu, laissant dans son sillage un nouveau lot de jeunes gens qui peinaient à tenir le rythme : c'était là l'un des aspects impitoyables des soirées mondaines. Quand on ne pouvait pas tenir sa prestation, on finissait par s'arrêter avant la fin, jetant une ombre sur la première impression que l'on pouvait donner. Bien sûr, une réputation ne serait pas ruinée pour autant, mais les danses permettaient aussi parfois de nouer des dialogues avec des personnalités inatteignables autrement, de nouer des relations improbables nées de l'art de se mouvoir et de parler sans y faire attention dans le même temps.

Calypso osa un regard autour, découvrit que le cercle des danseurs avait étrangement rapetissé. Cela leur laissait plus de place, et elle commença à entraîner son cavalier dans des gestes un peu plus amples, un peu plus techniques aussi, s'assurant qu'il parvenait tout de même à suivre. C'est alors qu'elle les vit, vêtus de pourpre et de bijoux dans la foule, les yeux sur eux. Sur elle seulement, peut-être. Inéluctable, un sourire se dessina sur les lèvres de la meneuse absolument ravie.

Puis soudain, alors que la musique changeait de nouveau, que l'adolescente tournait sur elle-même, elle s'aperçut qu'on lui enlevait son cavalier, la laissant seule pour le mouvement suivant. Plusieurs autres couples se virent ainsi brisés de la même manière tout autour, les plus maladroits soulagés par cette interruption. Cependant, il en faudrait plus pour ternir l'honneur de sa famille ! Elle releva le défi et improvisa quelques pas comme si elle avait encore un partenaire, ses bras suppléant le vide en formant des arcs et des courbes gracieuses au bout desquels la dentelle de sa robe s'agitait en ondulations hypnotiques.
Au pas d'après, un nouvel homme se glissa dans sa danse, et elle fut surprise que ce fût un adulte. Visiblement on leur avait caché une partie des règles pour tester leur adaptabilité.

"Vous vous en sortez à merveille. Un tiers des danseurs a abandonné, préférant parler politique dans l'ombre d'un verre plutôt qu'en pleine lumière.
-La lumière est le royaume de la danse, mais pas nécessairement la lumière de jour. Il me sied d'être un éclat de lune qui parle de politique avec ses gestes plutôt qu'avec sa voix.
-Bien répondu. Alors parlons."

Au détour d'un demi-cercle, il la souleva par les hanches et la fit s'élever au-dessus de la foule une fraction de seconde. Heureusement qu'il avait pris le contrôle de la danse à son arrivée, autrement elle n'aurait pas su réagir à ce mouvement imprévu. Ce fut le cas également pour d'autres jeunes femmes, et pour les jouvenceaux qui avait pris des dames pour cavalières, n'ayant pas forcément la force physique nécessaire à cette improvisation, des mains se passèrent dans le dos, retinrent les adultes qui penchaient dangereusement vers le bas, toujours avec grâce et autant de maîtrise que possible.

"Tout cela était prévu depuis le départ, n'est-ce pas ?
-La tradition impose ce test aux nouvelles recrues. Même sans être danseur émérite, savoir garder ses nerfs en place et continuer est une grande qualité. Mais notre politique s'arrête ici, damoiselle. Au plaisir de vous recroiser."

Il stoppa l'un de ses demi-tours en retenant sa main, tout comme les autres couples, et ils n'eurent plus qu'à se saluer, qui d'un baisemain, qui d'une révérence. La piste semblait s'être vidée et un tonnerre d'applaudissements salua les courageux qui avaient tenu jusque-là. La maîtresse de maison monta alors sur l'estrade des musiciens et entama un discours de bienvenue pour tous les invités, laissant ainsi aux nouvelles têtes le temps de reprendre leur souffle et calmer leur tension. Calypso comprit qu'il s'agissait du signal pour la fin de la première danse et se dirigea donc vers ses parents, qui allaient quitter les lieux sous peu.

Un large sourire éclairait leurs visages, si bien qu'elle n'eut pas besoin de demander si sa prestation était réussie, si elle faisait honneur à leur nom, à cet entraînement de plusieurs mois qu'elle s'était imposé.

"Parfaite, ma Lyly ! Absolument parfaite !
-Vous êtes sûrs de ne pas vouloir rester un peu ? Un tout petit peu ?
-Ah, tu sais bien que ce n'est pas l'envie qui manque, mais plutôt la santé. Profite bien. Observe tout. Tu nous raconteras ! Nous t'enverrons deux serviteurs vers minuit pour te raccompagner à la maison.
-D'accord. Rentrez bien tous les deux. Et merci !"


[Décembre 538] Le bal des sentiments (Orphéus) Ysqc
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
OrpheusOrpheusArmure :
Légat

Statistiques
HP:
[Décembre 538] Le bal des sentiments (Orphéus) G-bleu1350/1350[Décembre 538] Le bal des sentiments (Orphéus) V-bleu  (1350/1350)
CP:
[Décembre 538] Le bal des sentiments (Orphéus) G-rouge900/900[Décembre 538] Le bal des sentiments (Orphéus) V-rouge  (900/900)
CC:
[Décembre 538] Le bal des sentiments (Orphéus) G-jaune1350/1350[Décembre 538] Le bal des sentiments (Orphéus) V-jaune  (1350/1350)
Message Re: [Décembre 538] Le bal des sentiments (Orphéus)   [Décembre 538] Le bal des sentiments (Orphéus) EmptyJeu 15 Oct - 20:41
La première danse débutait et c'est d'un pas assuré que le Merinita débuta avec sa partenaire du jour. Si certains ne s'en sortaient pas réellement bien, il en était évidemment tout autre de la sœur et du frère qui avaient été éduqués pour justement pouvoir s'en sortir dans ce genre de mondanité. Ne pas apprécier cela n'empêchait pas d'exceller. Ou en tout cas de faire bonne impression. Et visiblement, sa partenaire s'en sortait elle aussi à merveilles, parfaitement entraînée pour l'occasion.

Les changements de rythme et de partenaires ne déstabilisèrent pas Orphéus qui semblait presque s'en amuser. En dehors de quelques œillades vers Aurora afin de voir comment elle s'en sortait - et pouvoir se moquer plus tard si nécessaire - il n'avait guère prêté attention aux autres, s'apercevant à peine qu'ils n'étaient plus aussi nombreux qu'au lancement. Au détour d'un pas de danse, il aperçut également Calypso, qui semblait s'en sortir avec grâce. Il eut un petit sourire. La connaissant, il savait qu'elle s'était elle aussi préparée au mieux.
    - Les épaules sont peut-être un peu trop rigides mais vous vous débrouillez parfaitement bien. Vous êtes aussi bon danseur que l'est votre père. Est-ce lui qui vous a initié ?

Il reportait son attention vers la femme, lui adressant un sourire. Le changement de partenaire l'avait poussé dans les bras d'une amie de son père. Hasard ou choix ? Il s'en moquait.
    - Vous avez vu juste. Mon père a bien été mon professeur. Mais tout le mérite vous revient. Vous avez sublimé ce moment. Je n'ai pas souvent vu une telle aisance et je vous en remercie.

Elle eut un petit rire et ainsi poursuivirent-ils la danse jusqu'à ce que la musique cesse. Baisant la main de sa partenaire, il reprit son souffle et se dirigea vers sa sœur. Ce fut là que sa cavalière se mit sur son chemin. Il l'avait presque oublié. S'inclinant, il lui prit la main et lui adressa un petit sourire.
    - Ah, Chloé. Je te l'ai déjà dit en arrivant mais sous cette lumière, c'est encore plus flagrant. Tu es magnifique. Je n'ai qu'une hâte : pouvoir entendre la musique résonner de nouveau afin de partager ce moment avec toi. Je te prie de m'excuser un instant, je vais rejoindre ma soeur et saluer mes parents. Je reviendrais ensuite vers toi.

Elle s'approcha et déposa un baiser sur sa joue, faisant fi des convenances. S'il en fut agacé, il n'en montrait rien. D'autres faisaient de même et cela ne semblait pas attirer l'attention outre mesure. Toutefois, Aurora possédait un don : chaque moment embarrassant de son frère, elle le voyait. L'enregistrait. Afin de le lui ressortir. Et à en croire le sourire sur son visage, elle n'avait rien manqué de la scène.
    - Bien évidemment. Je vais faire de même, nous nous retrouverons donc après.

Elle s'inclina et partit dans la direction opposée alors que sa soeur approchait. Elle n'allait pas le louper.
    - Je me moquerai plus tard, ne t'en fais pas. Père et mère nous demandent d'aller saluer les différentes familles. Ils se dirigeaient vers les Toreador Arkantea. Tu viens ?

Il opina de la tête. Surprit qu'elle n'en profite pas pour le tacler. Elle avait les joues roses, preuve qu'elle était un peu essoufflé elle aussi. Bras dessous, bras dessus, ils se dirigeaient vers les deux familles. Orphéus remarquait qu'au passage de son père et de sa mère, les autres s'arrêtaient pour les saluer. Pas étonnant. Il en éprouvait une certaine fierté évidemment. Ils arrivèrent au moment même où son père prenait la parole. Alors même que la famille semblait être sur le point de partir.
    - Je suis heureux de pouvoir vous compter parmi les invités, ne fut-ce que brièvement. Permettez-moi de complimenter votre fille. Elle a dansé avec brio et je n'ai entendu que des compliments de la part de ceux qui nous entouraient. Vous avez de quoi être fier.

Il souriait. Le même sourire dont avait hérité Orphéus en vérité. Et si sa mère restait un peu en retrait, son visage illuminait ce moment. Comme il en avait l'habitude, il se plaça aux côtés de son père, saluant les trois personnes. Tandis qu'Aurora faisait comme sa mère, un pas en arrière, attendant elle aussi d'avoir l'occasion de s'exprimer. Se retournant sur lui, son père posa sa main sur l'épaule de son fils.
    - Mon fils. J'espère que tu t'amuses bien.

Il répondit simplement par l'affirmative, avant de saluer les Toreadors à son tour. Aurora était arrivée à sa hauteur afin de faire de même. Prenant les devants.
    - Il s'amuse beaucoup, Père. Et je le sais impatient de pouvoir danser de nouveau.

Lui aussi connaissait parfaitement sa fille. Et comprenait le sous entendu. Mais il n'en dit rien. Orphéus par contre avait une envie folle de lui arracher la langue. Mais qu'importe, il avait un rang à tenir.
    - Et tu me dois encore une danse, chère soeur. Vous alliez nous quitter ?

La dernière question était évidemment pour les Toreadors. Il savait la santé du père fragile. Il n'était donc pas si étonné que cela de les voir quitter la soirée si rapidement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1839-orpheus-merinita-ft#
CalypsoCalypsoArmure :
Ecaille des Hyades

Statistiques
HP:
[Décembre 538] Le bal des sentiments (Orphéus) G-bleu1050/1050[Décembre 538] Le bal des sentiments (Orphéus) V-bleu  (1050/1050)
CP:
[Décembre 538] Le bal des sentiments (Orphéus) G-rouge850/850[Décembre 538] Le bal des sentiments (Orphéus) V-rouge  (850/850)
CC:
[Décembre 538] Le bal des sentiments (Orphéus) G-jaune1200/1200[Décembre 538] Le bal des sentiments (Orphéus) V-jaune  (1200/1200)
Message Re: [Décembre 538] Le bal des sentiments (Orphéus)   [Décembre 538] Le bal des sentiments (Orphéus) EmptyJeu 15 Oct - 21:22
En chemin vers la sortie sans se presser, le trio avait fini par rencontrer leurs suzerains et les adultes s'étaient mis à échanger moult amabilités. Tandis qu'ils devisaient, voire même prévoyaient quelques rencontres ensemble dans un cadre ultérieur plus calme -comme par exemple prendre le thé ou discuter commerce-, l'adolescente avait fini par trouver les jumeaux du regard, passés sur la piste après son tour. Intérieurement, Calypso détestait la pimbêche qui se permettait d'être aussi familière en public avec Orphéus, elle l'avait bien vu cette bise ! Et pourtant... la fille avait sans doute plus d'attraits qu'elle à ses yeux pour qu'il le permît sans paraître sans offusquer.

Vint le moment où les parents parlèrent de sa danse et elle recentra aussitôt son attention sur la conversation. Le rose lui monta aux joues et elle accepta les compliments d'un timide signe de tête. Alors que les jumeaux arrivaient à sa hauteur, elle avait envie d'aller s'enterrer quelque part, et d'y rester jusqu'à ce qu'on l'ait oubliée. Malheureusement, l'objectif du bal visait tout le contraire et elle savait d'office que dès que le champ serait libre, on pourrait la solliciter.

Le couple Toreador sourit en voyant la complicité des Merinita, se demandant parfois si Calypso ne se sentait pas trop seule en tant qu'unique héritière de leur lignée. Mais la santé, une fois encore...

"Je ne voulais pas manquer le premier bal et la première danse, répondit Caladrius à la question, mais comme vous le savez je prends déjà de gros risques en...
-Attention !"

Un éclat de voix suivi d'un bref mouvement de foule survint à leur droite, ce qui dérangea un serveur dans sa course, lequel fut sur le point de bousculer le père Toreador, avec tout ce que cela pourrait engendrer de chute, fracture, et autres accidents. D'un même élan, la mère et la fille s'étaient postées en barricades avant que cela ne survînt, la première stabilisant l'équilibre du malheureux employé, la seconde rattrapant le plateau et les verres qui glissaient dangereusement. Le serveur s'excusa platement avant de déguerpir, et les voisins se dispersèrent sous les regards incendiaires de la future Nymphe des pluies.

"Mon amour, nous n'avons que trop tardé. A chaque minute qui passe j'ai l'impression que tu vas finir en pièces détachées...
-Oui oui... Je suis fort contrit mes seigneurs de devoir vous quitter si cavalièrement, mais comme vous le voyez mes anges gardiennes ont fort à faire pour me prémunir d'un mauvais coup. Nous prenons donc congés.
-Amuse-toi bien Calypso ! Et rappelle-toi, minuit.
-Oui Mère."

Le couple s'éloigna après une ultime révérence, suivi par le regard violet pâle jusqu'à ce qu'ils atteignissent enfin la sortie, où l'un des majordomes les escorta au-dehors. Se rendant compte qu'elle avait retenu sa respiration jusque-là, Calypso laissa échapper un profond soupir soulagé. Elle aurait mal vécu le fait d'envoyer son père à l'hôpital simplement pour avoir voulu lui faire plaisir en l'accompagnant à son premier bal.
Elle se retourna alors de nouveau vers les Merinita, un sourire éclairant son visage encadré d'argent.

"Je me sens plus tranquille maintenant... Et j'en profite pour vous dire que vous êtes tous absolument magnifiques dans ces tenues."

Son regard passa des parents aux jumeaux, s'attardant peut-être une seconde de plus sur Orphéus avant de devenir trop insistant. Elle se sentit obligée d'enchaîner afin de ne pas être démasquée au beau milieu de la foule :

"Je crois que c'est Aurora qui me surprend le plus en fait. Il me semble que c'est la première fois que je te vois avec une robe et un décolleté... Es-tu sûr que c'est bien la même jumelle qui t'accompagne d'ordinaire, Orphéus ??"

Nouvelle occasion d'aller chercher ses beaux yeux bleus, d'entendre sa voix, de profiter de sa présence. Mais dans son esprit se lamentait la triste comparaison entre Aurora et elle-même : elle avait certes 3 ans de différence, mais là où les formes purement féminines de la jumelle prenaient tout leur essor, Calypso affichait à peine plus de courbes qu'un homme, pourtant joliment mises en valeur par la tailleuse de la robe. Oui, elle était jolie, mais pas séduisante. Et tant que ce serait le cas il y aurait ces concurrentes qui lui tourneraient autour et...

"Mais j'y pense ! Aurora, Orphéus, vous avez déjà assisté à plusieurs bals avant... Est-ce que... "l'épreuve" de la danse vous était cachée, à vous aussi ? Les aînés n'ont pas le droit d'en parler ? Ah, je crois si je l'avais su je me serais enfermée encore plus longtemps dans la salle de danse pour répéter... Ce n'est peut-être pas une si mauvaise chose en fin de compte..."


[Décembre 538] Le bal des sentiments (Orphéus) Ysqc
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
OrpheusOrpheusArmure :
Légat

Statistiques
HP:
[Décembre 538] Le bal des sentiments (Orphéus) G-bleu1350/1350[Décembre 538] Le bal des sentiments (Orphéus) V-bleu  (1350/1350)
CP:
[Décembre 538] Le bal des sentiments (Orphéus) G-rouge900/900[Décembre 538] Le bal des sentiments (Orphéus) V-rouge  (900/900)
CC:
[Décembre 538] Le bal des sentiments (Orphéus) G-jaune1350/1350[Décembre 538] Le bal des sentiments (Orphéus) V-jaune  (1350/1350)
Message Re: [Décembre 538] Le bal des sentiments (Orphéus)   [Décembre 538] Le bal des sentiments (Orphéus) EmptyDim 18 Oct - 12:17
L'incident avait manqué de peu le père de Calypso mais les deux femmes s'étaient interposées comme un bloc, unies et solidaires qu'elles étaient. Cette marque impressionnant Orphéus, il dut se l'avouer. Son regard se posa sur sa soeur. Elle aussi était de cette trempe. Alors que les parents de Calypso partaient, ceux des jumeaux s'éloignèrent également pour aller saluer l'organisatrice. Laissant les adolescents entre eux.

Aurora leva les yeux au ciel lors du compliment sur leur tenue. Il est vrai qu'elle était assez agacée de porter des "vêtements de fille" pour en plus se faire rappeler comme elle était belle. N'était-ce pas dans les gênes des Merinita d'être en toute circonstance au dessus du lot ? Cette idée laissait entendre qu'ils étaient imbus de leur personne et pourtant ni Aurora, ni son frère ne laissaient entrevoir cela dans leur conversation. Savoir rester sur la retenue était une force qu'ils entraînaient au quotidien. Il était facile de juger sur le visuel mais peu étaient ceux capables de jauger la psyché. Induire en erreur faisait partie du jeu et Aurora comme Orphéus excellaient.

Quant à Orphéus, il inclina simplement la tête en guise de remerciement, prononçant des compliments également à Calypso pour sa propre tenue. Un échange de banalité habituel au sein de ce genre de réunion même si ici, au moins, il pensait les mots qu'il venait de prononcer.
    - Crois-moi, c'est bien la même. Si je la faisais fouiller, je suis sûr que nous trouverions des armes sur elle. Comme si nous risquions quelque chose ici.

Il poussa un lourd soupir plein de sous entendu. Quant à elle, elle lui tira la langue, prononçant une réplique bien cinglante avant de se reporter sur la Toreador.
    - Essaie de me faire fouiller et tu vas avoir des problèmes. Mais oui. Il n'a pas tout à fait tort non plus. Je ne suis pas à l'aise là dedans. Comme si j'étais emprisonnée.

Une question d'habitude sans doute. Mais contrairement aux autres jeunes filles de la soirée, Aurora n'était pas élevée pour devenir une future personnalité. Bien au contraire, elle était éduquée pour être l'ombre de son frère. De celui qu'il était amené à devenir. Les Merinita n'étaient pas une des familles les plus puissantes sans raison.
    - Il est vrai qu'ils aiment tester les nouveaux. Ce n'est pas toujours sous cette forme toutefois. Ils changent, pour que rien ne puisse fuiter. Et non, ils ne nous préviennent pas non plus. Je pense que si nous nous étions renseigné "à notre manière", nous l'aurions su. Mais cela n'aurait pas été amusant, n'est-ce pas ? Et puis à quoi bon, même pour toi, de rester enfermé à t'entraîner sans relâche. Comme l'a signifié mon père, tu sembles avoir brillé par ta prestance. Le "trop" est l'ennemi du "bien" après tout.

Et puis de toute façon, il s'agissait aussi et surtout de pouvoir vérifier que ces jeunes gents puissent s'adapter. Et s'entrainer en ce sens n'avait aucune logique. Seule l'expérience parlait. Aurora poussa alors un petit gloussement et s'approcha de son frère.
    - Attention. Opération "COLLE" en approche. Un mot de ta part et je nous en débarrasse. Tu aurais pu me dire que c'était "elle".

La lueur qui brillait dans le regard de sa soeur prouvait qu'elle disait vrai. Il tourna la tête dans la direction en question et vit s'approcher l'opération en question. Il eut un sourire évidemment. La colle en question, c'était sa cavalière. Visiblement sa soeur ne l'appréciait pas tellement. Chloé. Membre d'une famille Patricienne elle-aussi. Toutefois une chose l'interpella alors qu'elle approchait. Le regard de la jeune femme semblait se poser sur Calypso, comme si elle était une intrue dans ce triangle étrange. Orphéus se décala et il tendit sa main pour l'accueillir.
    - Calypso, je te présente Chloé de la maison Tremere. Enfin, d'une branche secondaire. Ma cavalière pour cette soirée qui a eu la gentillesse d'accepter mon invitation. Chloé, inutile que je te présente ma soeur, n'est-ce pas ?

Il sentit la main de Chloé tressaillir. Était-ce parce qu'il avait mentionné le fait qu'elle appartienne à une branche secondaire ou bien était-ce à cause de sa soeur ? Il ne le savait pas mais semblait s'amuser de la situation.
    - Inutile en effet. J'espère que tu te portes bien, chère Aurora. Je...
    - "Chère Aurora" ?? Je t'en prie, Chloé. Ne fais pas semblant avec moi. Nous savons toutes les deux ce que je pense de toi. Alors garde tes paroles mielleuses pour qui sauraient les apprécier, veux-tu ?

La main de Chloé serra plus fortement celle d'Orphéus et quand elle s'en aperçut, elle la lâcha en s'excusant. Ce dernier haussa les épaules. Toutefois la lueur mauvaise qu'il perçut ne lui plaisait pas. Elle ne pouvait pas s'en prendre à sa soeur. Impensable, de par son nom et des risques qu'elle prenait même sans ça. Non. Son courroux semblait vouloir se déchaîner sur une autre. Une intrue. Elle l'avait déjà vue, quelques fois. Un peu trop proche des jumeaux à son goût.
    - Oh, Calypso ? Un fort joli prénom. Et de quelle famille appartiens-tu ? Il me semble que ce n'est pas la première fois que je te vois si proche d'eux.

Chloé était une magnifique jeune femme et la tenue qu'elle portait la mettait clairement en valeur. Mais le ton qu'elle prenait et son regard semblaient la plonger dans une sorte de noirceur étrange. Pour le moment, Orphéus ne disait rien. Mais si d'aventure cela dégénérait, il devrait trancher. Avant que sa soeur ne le fasse. Réellement.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1839-orpheus-merinita-ft#
CalypsoCalypsoArmure :
Ecaille des Hyades

Statistiques
HP:
[Décembre 538] Le bal des sentiments (Orphéus) G-bleu1050/1050[Décembre 538] Le bal des sentiments (Orphéus) V-bleu  (1050/1050)
CP:
[Décembre 538] Le bal des sentiments (Orphéus) G-rouge850/850[Décembre 538] Le bal des sentiments (Orphéus) V-rouge  (850/850)
CC:
[Décembre 538] Le bal des sentiments (Orphéus) G-jaune1200/1200[Décembre 538] Le bal des sentiments (Orphéus) V-jaune  (1200/1200)
Message Re: [Décembre 538] Le bal des sentiments (Orphéus)   [Décembre 538] Le bal des sentiments (Orphéus) EmptyDim 18 Oct - 13:45
La jeune fille s'amusa de la mine renfrognée d'Aurora, sachant pertinemment qu'elle préférait les vêtements souples et pratiques, notamment ceux dans lesquels elle pouvait dissimuler ses fameuses armes qu'elle ne chercherait pas à trouver. Sans imaginer combien elle s'en inspirerait plus tard pour son propre entraînement. Pour le moment elle en était à l'étape du maître particulier d'escrime, qui désespérait de voir son élève réussir à se battre en conditions presque réelles avec autant d'efficacité que lors des mouvements théoriques.

Un léger raclement de gorge et elle bomba exagérément la poitrine, un doigt levé en l'air comme pour donner une leçon et l'autre main portée serrée contre sa hanche, imitant là une des enseignantes de l'étiquette féminine qu'elles avaient eu en commun à l'académie :

"La beauté, mes filles, sera parfois votre arme la plus redoutable, voire votre seule arme. Prenez soin de vos personnes et surmontez les embarras superflus, vous pourrez ainsi conquérir n'importe quelle Cour et donner à vos maris le soutien que toute épouse se doit de maîtriser."

Comme elles avaient détesté cette femme, ses airs supérieurs et sa voix stridente ! Calypso relâcha bien vite son imitation, un sourire complice aux lèvres. Aurora savait qu'elle la trouvait belle de nature, mais sa robe renforçait cet aspect et ses mots en ce sens étaient sincères.

En suivant, la Toreador ne put qu'acquiescer aux propos qu'elle trouvait fort sages d'Orphéus. Si elle avait passé brillamment son épreuve, alors cela lui suffisait. Et surtout, elle avait apprécié de le faire le sourire aux lèvres, et que ses proches l'aient approuvée. Son cavalier avait eu l'ouverture d'esprit de la laisser faire, connaissant sa faiblesse, et dans leur intérêt à tous deux il avait mis sa fierté de côté, jusqu'à même se retirer de la danse quand il avait atteint sa limite. Elle décida qu'elle le remercierait si elle le recroisait avant la fin de la soirée. D'autres auraient pu se sentir blessés dans leur ego masculin et ainsi ruiner leur duo par orgueil.

Puisqu'ils étaient lancés sur le sujet de la danse, Calypso songea que le moment était parfait pour inviter Orphéus à son tour. Il savait qu'elle suivrait son rythme sans difficulté et sans jugement, et pourrait ainsi discuter tranquillement de tout et de rien sans se soucier des apparences. Un plan parfait, idéal pour se rapprocher de lui.
Sauf qu'il y avait un hic, qui se dirigeait à présent vers eux. Aussitôt, Aurora sembla sortir les griffes et la tension monta, renforcée par l'arrivée ô combien hautaine de la Tremere. Un frisson courut dans le dos de la toute jeune noble mais elle ne se démonta pas pour si peu. Ses parents l'avaient informée que ce genre de choses pouvaient arriver. Et elle avait au moins une alliée de poids dans cet échange. Quant à sa main dans celle d'Orphéus ?

***Cela ne prouve rien. Les Merinita savent rester humbles, contrairement à elle. Je suis sûre qu'il l'a invitée par convenance, et non par amitié...***

Se sachant absolument incapable de rivaliser avec la nouvelle venue, tant sur le plan social que physique, Calypso décida de passer entre les gouttes. Il y avait bien assez de témoins autour pour confirmer qu'elle n'attaquerait pas la première, et surtout pas une Patricienne. En revanche, elle avait des armes beaucoup plus subtiles, même à quinze ans. S'en servirait.

Elle exécuta une parfaite révérence, légèrement moins marquée que celles qu'elle réservait pour les Merinita, puis sourit poliment, calmement.

"Je vous remercie, Madame. Je suis Calypso Toreador Arkantea, héritière de la branche principale des Toreador Arkantea. Et si je suis proche des Merinita, c'est bien entendu car ils sont mes suzerains. Et vous-même ? Si j'ai bonne mémoire, votre maison est associée à la zone de l'Atlantique Nord, la première couronne d'Atlantis. Voilà qui représente un long trajet jusqu'ici. Je ne puis que vous remercier de nous faire honneur en arrivant de si loin."

Bien sûr, elle avait dû venir dans une calèche ou tout autre moyen de transport peu salissant, sans se mêler aux pauvres qui pullulaient dans les bas-fonds de la cité, mais la brosser dans le sens du poil ne pouvait pas faire de mal. Si elle la trouvait suffisamment insignifiante, elle la laisserait tranquille. Et puis honnêtement... qui prendrait au sérieux une Patricienne qui aurait pour rivale une noble de rang inférieur, même pas encore arrivée au bout de sa puberté, et qui participait à son premier bal ? Quelle menace représentait-elle ?


[Décembre 538] Le bal des sentiments (Orphéus) Ysqc
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
OrpheusOrpheusArmure :
Légat

Statistiques
HP:
[Décembre 538] Le bal des sentiments (Orphéus) G-bleu1350/1350[Décembre 538] Le bal des sentiments (Orphéus) V-bleu  (1350/1350)
CP:
[Décembre 538] Le bal des sentiments (Orphéus) G-rouge900/900[Décembre 538] Le bal des sentiments (Orphéus) V-rouge  (900/900)
CC:
[Décembre 538] Le bal des sentiments (Orphéus) G-jaune1350/1350[Décembre 538] Le bal des sentiments (Orphéus) V-jaune  (1350/1350)
Message Re: [Décembre 538] Le bal des sentiments (Orphéus)   [Décembre 538] Le bal des sentiments (Orphéus) EmptyMar 27 Oct - 12:16
Chloé se tendit en écoutant les paroles de la jeune femme. A ses yeux, elle ne représentait rien. Les familles vassales étaient nombreuses et leurs membres n'étaient pas aussi importants que les familles Patriciennes. Ainsi donc, en dépit de ce statut d'"héritière", elle ne considérait pas la jeune femme comme dangereuse. Pourtant... Quelque chose la dérangeait très clairement. La politique faisait partie de la vie des Atlantes, surtout pour ceux qui appartenaient aux grandes Familles. Ainsi se devait-elle d'être prudente.

Orphéus eut un sourire, quant à lui, en entendant Calypso répondre. Une fois encore, elle faisait preuve d'intelligence en réagissant de la sorte. La connaissant, il se doutait qu'elle n'appréciait pas Chloé. Mais il n'était lui-même pas ici pour arbitrer un match entre ces jeunes femmes. Les présentations officielles étaient maintenant effectuées et chacun savait à qui il parlait.
    - Toreador Arkantea ? Oh, oui. J'en ai déjà entendu parler, en effet.

Elle se retint d'enchaîner sur ce qu'elle avait à l'esprit. Cela se voyait qu'elle en avait envie. Cracher son venin. Faire du mal à Calypso. Mais les regards des jumeaux l'empêchaient de trop en faire. Car ici, leur parole faisait loi, elle le savait. Et en dépit de son propre nom de famille, elle ne pesait pas bien lourd face à eux. Pour autant, elle ne comptait pas se rabaisser devant cette petite gourde.
    - Tu as bonne mémoire. Et il est normal pour moi d'être ici, aux côtés des Merinita. Nos familles sont proches, vois-tu, et j'ai été honoré lorsque Orphéus m'a invité.

Elle eut un sourire. Elle soulignait clairement que la demande émanait du Merinita et non d'elle, ce qui nourrissait clairement son égo. Aurora leva les yeux au ciel alors que Chloé terminait ses propos. Il était assez évident que les deux femmes ne s'entendraient jamais. Et comme elle ne pouvait pas s'en prendre à la jumelle, elle était décidé à atteindre l'Arkantea.
    - Nous sommes habitués à ce genre de petites soirées. Mais je trouve formidable de permettre aussi aux familles plus modestes, comme la tienne, de pouvoir participer de temps à autre. Cela doit te changer, n'est-ce pas ?

Aurora s'approcha de la jeune femme, visiblement courroucée. Orphéus avait lâché la main de la jeune femme pour se rapprocher de sa soeur, posant une main sur son épaule. Elle comprit le message. Toutefois elle ne put s'empêcher de cracher en chuchotant :
    - Toi, je peux te dire que tu as de la chance d'avoir été invité par mon frère. Je m'occuperai de toi plus tard.

Et déjà tournait-elle les talons afin de traverser la pièce et rejoindre un autre groupe un peu plus loin. Orphéus poussa un bref soupir. Il espérait que la situation ne s'envenime pas entre Aurora et Chloé. Sa soeur était capable des pires coups tordus mais Chloé n'était pas en reste, il le savait. Sous ses airs se cachait une femme habituée aux joutes verbales et aux manœuvres politiques. Il le savait. Ils avaient le même professeur.
    - J'apprécierai que la soirée se termine bien. Je parlerai à ma soeur, bien sûr, mais j'apprécierai que tu parviennes toi aussi à te tempérer, Chloé. Il serait bon, un jour ou l'autre, que vous cessiez de vous envoyer des remarques, toutes les deux. Pardonnez-moi un instant, je vais chercher de quoi vous désaltérer.

Il inclina légèrement la tête et fit signe à un homme à peu plus loin pour que celui-ci amène de quoi boire aux jeunes femmes. Laissant un bref instant Chloé et Calypso ensemble, sans Orphéus pour veiller. Prenant d'ailleurs le parti d'essayer de tempérer sa soeur en même temps. Et Chloé comptait en profiter. Elle se pencha doucement vers la Toreador.
    - Tu es comme elle, je le sens. Aurora et toi. Vous n'avez pas votre place auprès de lui. Vous ne pourrez pas l'aider à devenir ce qu'il doit être. Je ne suis pas aveugle, tu sais. Je suis une Tremere, j'ai grandi dans ce monde, parmi l'élite. Et j'ai vu comment tu regardes Orphéus. Ne rêve pas. Jamais un homme comme lui ne s'intéressera à toi. Alors sois gentille. Trouve-toi un cavalier. Profite de ta soirée. Et laisse-moi profiter de la mienne avec lui.

Les mots étaient durs. Acerbes. Mais son visage restait celui d'une jeune femme souriante, prévenante. Ainsi pour les observateurs, il n'y avait aucune raison de croire qu'elle puisse formuler des propos aussi tranchants. Au loin, Orphéus en terminait avec sa soeur. Elle semblait grincheuse. Et sous peu, ils rejoindraient Calypso et Chloé.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1839-orpheus-merinita-ft#
CalypsoCalypsoArmure :
Ecaille des Hyades

Statistiques
HP:
[Décembre 538] Le bal des sentiments (Orphéus) G-bleu1050/1050[Décembre 538] Le bal des sentiments (Orphéus) V-bleu  (1050/1050)
CP:
[Décembre 538] Le bal des sentiments (Orphéus) G-rouge850/850[Décembre 538] Le bal des sentiments (Orphéus) V-rouge  (850/850)
CC:
[Décembre 538] Le bal des sentiments (Orphéus) G-jaune1200/1200[Décembre 538] Le bal des sentiments (Orphéus) V-jaune  (1200/1200)
Message Re: [Décembre 538] Le bal des sentiments (Orphéus)   [Décembre 538] Le bal des sentiments (Orphéus) EmptyMar 27 Oct - 13:29
A chaque coup lancé, Calypso étudiait la gestuelle, le ton, les propos des différents interlocuteurs, exactement comme on le lui avait enseigné à l'académie. Et ce qu'elle en déduisait était que, malgré ses airs supérieurs, Chloé la craignait. Pourquoi cela ? Redoutait-elle à ce point de n'avoir aucune emprise sur Orphéus pour se le faire voler sous son nez ? Si c'était le cas, alors l'adolescente n'avait même pas besoin de l'attaquer, verbalement ou socialement. Chloé n'était rien qu'une prétendante qui n'aurait jamais la moindre chance avec quelqu'un d'aussi brillant que le Merinita. Et si l'argument valait aussi pour elle-même, elle chérissait d'autant plus précieusement leur amitié qui n'avait pas attendu la politique pour pouvoir s'épanouir. Un sentiment sincère, partagé.

Forte de cette victoire silencieuse, l'Arkantea ne pipa mot, ni pour répondre aux provocations, ni pour retenir Aurora et Orphéus qui avaient semblait-il besoin d'un peu d'air. En prime, la Tremere avait reçu son petit sermon sur son comportement avec Aurora, un faux pas dans son attitude de Patricienne invétérée. Car il était sûr que malgré le brouhaha ambiant, il y avait des oreilles autour d'elles, et que ses oreilles auraient tôt fait de poser leurs petits paris et colporter leurs ragots. Calypso ne rajouterait pas d'huile sur ce feu déjà nourri. Elle se contenterait de poser des faits clairs et simples. Si évidents que sa vis-à-vis ne pourrait rien y redire.
Un nouveau sourire para ses traits, sincère celui-ci, car sans le vouloir elle venait de recevoir un compliment de son "adversaire".

"Je n'ai nulle intention de gâcher la soirée de qui que ce soit, Madame. Cependant je me dois de vous remercier une nouvelle fois et d'éclaircir un point dans cette discussion qui peut-être a été mal interprété. Vous remercier tout d'abord pour le simple fait de me comparer à Aurora. C'est un honneur, un plaisir et une fierté pour la modeste vassale que je suis d'être ainsi assimilée à une Merinita, l'un des plus grands que vous puissiez m'offrir ce soir en vérité.

Quant à Orphéus... Je ne serais sans doute jamais capable d'éveiller un intérêt de cette nature, je vous le concède. Sachez toutefois que mon devoir et mon bon plaisir sont de le supporter en toutes circonstances, de lui fournir l'aide qu'il demandera, quelle que soit sa nature. Il ne fait pas que me tolérer, il m'apprécie, m'écoute et parfois me conseille. S'il en vient à me congédier, je partirai. Mais pour le moment, que vous le vouliez ou non, il me garde auprès de lui, et je ne l'y ai forcé en rien. Vous n'avez qu'à lui poser la question, je vous en prie, je suis certaine qu'il vous répondra la même chose.

J'ai foi en son jugement. Il s'entourera de tous ceux qu'il estime aptes et de confiance. Il deviendra quelqu'un d'extraordinaire. Il n'a pas besoin de moi pour cela, mais je me tiendrai prête à lui répondre s'il le désire. Et cela Chloé, ne changera ni en un bal, ni en mille.

Pour ce qui est d'Aurora, il s'agit de sa sœur, de sa jumelle de surcroît. Il est plus qu'évident qu'elle a sa place auprès de lui. Ils sont nés ensemble. Et je suis persuadée qu'ils mourront de la même manière, car leur lien est inaltérable.
"

Le simple fait de posséder cette vérité la réchauffait comme une ambroisie invisible versée directement dans son âme. Orphéus Merinita était son ami, à défaut de plus. Aurora Merinita était son amie elle aussi. Leurs parents, leurs proches, l'acceptaient parmi eux alors qu'elle n'était qu'une noble parmi les autres, avec une envergure limitée. Et la Tremere ne pouvait absolument rien contre cela. Elle aurait beau baver et calomnier sur son compte, ils savaient que ce serait faux. Ils la connaissaient. Alors qui était-elle pour tenter de briser ses rêves et ses espoirs, cette femme incapable de reconnaître son impuissance ?

Mais déjà les jumeaux revenaient. Calypso les accueillit avec un nouveau sourire, plus rayonnant encore que les précédents, et qui leur était réservé. Chloé poserait-elle la question comme suggéré ? Elle l'espérait. Afin que la preuve soit établie qu'elle ne cèderait sa place à personne dans leur cercle. Parce qu'elle l'avait gagné à force de sincérité, de réciprocité, d'actes de confiance, de loyauté, et parce qu'elle les aimait sans avoir à verser dans la partisanerie.


[Décembre 538] Le bal des sentiments (Orphéus) Ysqc
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
OrpheusOrpheusArmure :
Légat

Statistiques
HP:
[Décembre 538] Le bal des sentiments (Orphéus) G-bleu1350/1350[Décembre 538] Le bal des sentiments (Orphéus) V-bleu  (1350/1350)
CP:
[Décembre 538] Le bal des sentiments (Orphéus) G-rouge900/900[Décembre 538] Le bal des sentiments (Orphéus) V-rouge  (900/900)
CC:
[Décembre 538] Le bal des sentiments (Orphéus) G-jaune1350/1350[Décembre 538] Le bal des sentiments (Orphéus) V-jaune  (1350/1350)
Message Re: [Décembre 538] Le bal des sentiments (Orphéus)   [Décembre 538] Le bal des sentiments (Orphéus) EmptyMar 27 Oct - 14:48
Elle déglutit. Pour une fois qu'elle ne prenait pas le dessus dans une discussion, elle avait de quoi être déstabilisée. Mais surtout, elle se savait dans la ligne de mire du Merinita et ne pouvait se permettre d'attirer l'attention de manière trop directe. Elle était une Tremere et la réputation de sa famille restait un élément essentiel de son existence. Elle aurait aimé la faire taire. Mais devait se résoudre à concéder du terrain pour une fois.
    - Aurora, une Merinita ? Elle n'en a que le nom. Ni la prestance, ni le charisme. Et les Atlantes ouvriront les yeux sur elle le moment venu. Il n'y a aucune fierté à avoir d'être comparée à elle. Elle sera un garde du corps, tout au plus. Tsss.

Une prédiction ? Il était connu que la jeune femme passait le plus clair de son temps à s'entraîner et qu'elle était l'ombre d'Orphéus. Mais il était aussi rare qu'une personne puisse émettre ainsi de tels avis sur une Merinita. Prendre un tel risque était dangereux mais Chloé savait y faire. Elle se recula un peu, au moment où les jumeaux étaient en approche, tendant simplement l'oreille à la réponse de Calypso, si elle rétorquait. Aurora bondait clairement. Visiblement la discussion avec son frère avait été houleuse. Ce dernier tendit les verres aux deux jeunes femmes qui étaient restées en retrait.
    - Voici pour vous. Je suis navré de vous avoir fait attendre. Il semble que les danses vont reprendre d'ici quelques minutes. J'espère que vous vous êtes reposés comme il se doit. Je suis curieux de voir la suite des réjouissances.

Il ne se doutait pas un instant que quelques secondes avant, la tension était à son comble. En entendant Orphéus, Chloé passa son bras sous celui de son cavalier du jour, visiblement ravie de pouvoir reprendre là où ils s'étaient arrêtés. Après tout, même si Calypso l'avait quelque peu calmé, elle n'en restait pas moins celle qui était au bras du Merinita. Le reste ne comptait pas.
    - Oh, c'est parfait alors. Je te prie de m'excuser quelques instants, Orphéus. Je vais me refaire une beauté.

Et elle s'éclipsa rapidement, laissant les trois jeunes gens entre eux. Aurora poussa un long soupir et semblait se détendre au départ de la Tremere. Elle enquilla son verre rapidement, se retourna vers son frère et piqua de son index le torse de celui-ci à plusieurs reprises, de plus en plus fort.
    - Tu es un imbécile !!!!

Il n'avait pas envie de répondre. Et il comprenait l'avis de sa soeur. Toutefois elle ne voyait pas le tableau dans son ensemble, comme d'habitude. Il se devait de faire bonne figure et cela passait parfois par des concessions de ce type.
    - Je le sais. Mais c'est ainsi et tu dois te conformer à ma décision. Et puis ce n'est qu'une soirée. N'oublie pas que tu me dois également une danse. Et toi, Calypso ? Est-ce que tu t'amuses au moins ? Je n'ai pas revu ton cavalier. Tu devrais lui remettre la main dessus avant qu'une autre ne le fasse. Ici, c'est pire que sur un champ de bataille visiblement. Le danger peut venir de partout.

Il se mit à rire, imaginant une horde de jeunes filles sur les nerfs, prête à chopper le premier homme venu pour danser. Mais il avait vu la même chose du côté des hommes. Certains s'arrachaient la convoitise des plus jolies, quitte à entrer dans une sorte de combat de coq idiot.
    - Comment se porte ton père ? Il paraissait être de bonne humeur, ce soir.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1839-orpheus-merinita-ft#
CalypsoCalypsoArmure :
Ecaille des Hyades

Statistiques
HP:
[Décembre 538] Le bal des sentiments (Orphéus) G-bleu1050/1050[Décembre 538] Le bal des sentiments (Orphéus) V-bleu  (1050/1050)
CP:
[Décembre 538] Le bal des sentiments (Orphéus) G-rouge850/850[Décembre 538] Le bal des sentiments (Orphéus) V-rouge  (850/850)
CC:
[Décembre 538] Le bal des sentiments (Orphéus) G-jaune1200/1200[Décembre 538] Le bal des sentiments (Orphéus) V-jaune  (1200/1200)
Message Re: [Décembre 538] Le bal des sentiments (Orphéus)   [Décembre 538] Le bal des sentiments (Orphéus) EmptyMar 27 Oct - 15:39
Elle ne sera que le garde du corps, mais pas celui de n'importe qui. Intérieurement, l'héritière s'amusa de la réaction de la Patricienne. Si elle comptait s'amouracher avec Orphéus, pour peu que celui-ci lui rendît ses sentiments, elle devrait compter sur la jumelle, car la "garde du corps" aurait l’œil sur eux. Et cela lui rendrait le quotidien absolument infernal.

Un signe de tête en remerciement pour le verre, elle but à gorgée mesurée et s'en félicita : il semblait que le serveur avait amené de l'alcool, et si boire en société était considéré comme une marque de raffinement, elle se savait loin d'être habituée à en soutenir les effets. Surtout à jeun. Un coup d’œil vers les buffets lui indiqua qu'elle pourrait aller grignoter un peu avant de reprendre le rythme des danses, afin de ne pas laisser l'ivresse lui monter à la tête et faire le plein d'énergie. Elle remercia également en esprit sa mère qui lui avait prêté des chaussures suffisamment confortables et élégantes à la fois pour soutenir la soirée sans avoir les chevilles et la voûte plantaire douloureuses. Sans parler de la robe, aérée et flexible.

Ces atouts en main, le regard de l'Arkantea s'illumina quand l'homme de la soirée parla de retourner danser. C'était l'occasion ou jamais ! La méprisable partit se repoudrer le nez -la vision de son maquillage coulant sur son visage à cause de la transpiration arracha un discret sourire à Calypso-, laissant le champ libre pour attraper le coche en plein vol.

"Dame Chloé ne m'aime pas. Elle m'a comparée à Aurora, et je crois qu'entre ses lèvres ce n'est pas un compliment."

Pourtant l'adolescente souriait et elle fit comprendre à la jumelle par un simple regard qu'elle lui raconterait plus tard si elle le désirait. Que, pour elle, cela n'avait rien de péjoratif, bien au contraire. Franche, elle se tourna alors vers Orphéus et lui tendit la main comme le ferait traditionnellement un cavalier.

"Ne vous en faites pas pour moi. Je suis restée courtoise et honnête, et ce qu'elle pourra dire n'y changera rien. En revanche je me demande... L'animosité entre Aurora et elle n'a pas l'air de dater d'hier... J'imagine que tu te doutais qu'il y aurait des disputes, alors pourquoi l'avoir invitée elle ?
Quant à ce jeune homme, nous avons été appairés pour l'ouverture du bal, mais en tant que nouvelle venue je suis arrivée avec mes parents, pas avec lui. Je n'ai donc pas de cavalier attitré. Si tu veux bien... Orphéus... Quand tu auras dansé avec celles à qui tu l'as déjà promis... Voudras-tu bien... me garder... une valse ?
"

Le choix de la danse n'était pas anodin, les valses étant à la fois sportives et très rapprochées, demandant de la technique et un sens parfait du rythme, comme l'avait prouvé la toute première. Par cette demande audacieuse, la Toreador afficherait donc non seulement sa compétence, mais également son intention de se mesurer dans le domaine à un Merinita. Et leur proximité. Elle sentit ses joues rosir et baissa timidement le regard.

"Ou une autre danse de ton choix... Je serais contente de pouvoir le faire au moins une fois à un bal plutôt que dans nos maisons ! Qu'est-ce que tu en dis... ? Je peux bien satisfaire quelques cavaliers en attendant, j'aime beaucoup danser, tu le sais bien..."

Se sentant devenir maladroite, et pas du tout prête à parler sentiments au milieu de la foule, elle contracta par réflexe les orteils, ravie que sa robe la dissimulât parfaitement. Comme il revenait sur le sujet de son père, elle sauta sur l'occasion pour se calmer quelque peu, son cœur ayant accéléré en attendant sa réponse.

"Oui, il était content d'avoir pu convenir avec notre hôte de ce soir ce départ anticipé. Comme il faut sans cesse s'adapter à sa condition physique, certains événements ne sont tout bonnement pas possibles pour lui... mais tu sais comment sont nos parents ? Les premières fois sont paraît-il les plus importantes à leurs yeux. Et je suis aussi ravie qu'il ait pu me voir un moment. Ce n'est pas la même chose ici ou au manoir. Quand je danse avec lui, je dois faire bien attention. Le rythme est plus lent. Plus tranquille. Ce n'est pas désagréable, loin de là. C'est différent. Et il le sait. Alors ce soir, c'est une petite victoire pour nous. Je compte bien la savourer en honorant les mets, les danses et les personnes à leur juste valeur."


[Décembre 538] Le bal des sentiments (Orphéus) Ysqc
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
OrpheusOrpheusArmure :
Légat

Statistiques
HP:
[Décembre 538] Le bal des sentiments (Orphéus) G-bleu1350/1350[Décembre 538] Le bal des sentiments (Orphéus) V-bleu  (1350/1350)
CP:
[Décembre 538] Le bal des sentiments (Orphéus) G-rouge900/900[Décembre 538] Le bal des sentiments (Orphéus) V-rouge  (900/900)
CC:
[Décembre 538] Le bal des sentiments (Orphéus) G-jaune1350/1350[Décembre 538] Le bal des sentiments (Orphéus) V-jaune  (1350/1350)
Message Re: [Décembre 538] Le bal des sentiments (Orphéus)   [Décembre 538] Le bal des sentiments (Orphéus) EmptyMar 27 Oct - 17:24
Il haussa un sourcil, étonné par la remarque de Calypso. S'il avait conscience du passif entre les deux jeunes femmes qu'étaient Chloé et sa soeur, il n'avait pas pensé que la Tremere puisse prendre le risque de parler de Aurora en mal. Moins encore devant un membre d'une des familles vassales à la sienne. Une bouffée de colère montait en lui alors que par instinct, il cherchait du regard le visage de la femme en question parmi la foule.

Son onde, bien que parfaitement contrôlée, changea d'intensité. En dehors de sa soeur, personne n'entendrait le changement "de mélodie" qui émanait de son corps. Toutefois la jumelle eut un frisson, dardant le regard vers son frère. Ce fut donc elle qui prit les devants. Son rôle n'était pas toujours que de protéger son frère. Il était aussi de préserver les autres des changements parfois brutaux de comportement de celui qu'elle aimait plus que tout au monde.
    - Disons qu'il existe un passif, oui. Je t'en parlerai plus tard mais pour être franc, nous ne serons jamais amies. N'en déplaise à nos familles.

Il est vrai que les familles Patriciennes se devaient de respecter quelques obligations, notamment en terme de lien entre elles. Ce n'était là que les prémices d'un jeu de pouvoir qui les dépassait tous. Au même titre que le Sénat devait veiller à ce que ses membres soient parfaitement capables de s'écouter sans se tirer dans les pattes, les Patriciens veillaient eux aussi à ce que la communication ne cesse jamais. Orphéus reprit doucement, calmant en même temps un peu ses nerfs - ce qui rassura Aurora.
    - Me demandes-tu de justifier mon choix, Calypso ?

Il n'était pas ici pour expliquer le pourquoi de ce choix et entendait à ce que la Toreador le comprenne. Ce sujet dépassait le cadre d'une discussion entre amis et s'il n'en avait rien dit à sa soeur, ce n'était pas pour en parler à Caly.
    - Quant à l'animosité entre elles, et bien disons que j'espérais qu'elles soient toutes deux assez intelligentes pour ne pas faire de vague au cours de cette soirée. Visiblement, j'en espérais peut-être un peu trop d'elles.

Aurora s'empourpra. Il n'était alors pas difficile de comprendre que les jumeaux venaient d'avoir la discussion quelques instants auparavant. Mais il n'était lui-même pas ici pour jeter la pierre sur sa soeur ou sur Chloé - qui commençait à amorcer un retour vers eux apparemment - ainsi reprit-il avec un petit sourire :
    - Je suis content d'avoir vu tes parents en tout cas. Et j'accepte de t'accorder une danse. Tu n'auras qu'à venir me voir le moment venu. Après tout, ne sommes-nous pas là pour en profiter et en mettre plein la vue aux autres ? En attendant, je vais dire deux mots à ma cavalière.

Et déjà s'éclipsait-il lui aussi, pour rejoindre la Tremere. Aurora suivit son frère du regard et se rapprocha de Calypso.
    - Il fait bonne figure mais il ne l'apprécie pas plus que ça, tu sais. Il était en colère d'apprendre ce qu'elle a dit sur moi. Je doute qu'elle recommence dans la soirée. Regarde-les. Elle n'a pas l'air très heureuse de la tournure de leur discussion, hein. Quant à elle et moi... Disons que j'ai eu un "accident" à cause d'elle. Involontaire à l'en croire. Elle était jeune. Nos familles nous ont demandés d'enterrer cette petite affaire mais moi, j'ai la rancune tenace. Et je sais qu'elle est dangereuse. Elle ne souhaite qu'une chose : se faire voir. Malheureusement, elle est très douée dans son domaine. Une future Sénatrice, à n'en point douter.

Il était clair qu'elle ne l'appréciait pas. Au loin, Chloé baissait la tête. Visiblement, le Merinita venait de hausser le ton à son encontre. La musique reprit alors.
    - Tiens, c'est déjà le moment de reprendre. Allons danser ! Ne laissons pas cette garce nous pourrir la soirée.

Sourire aux lèvres, elle entraînait déjà la Toreador vers la piste de danse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1839-orpheus-merinita-ft#
CalypsoCalypsoArmure :
Ecaille des Hyades

Statistiques
HP:
[Décembre 538] Le bal des sentiments (Orphéus) G-bleu1050/1050[Décembre 538] Le bal des sentiments (Orphéus) V-bleu  (1050/1050)
CP:
[Décembre 538] Le bal des sentiments (Orphéus) G-rouge850/850[Décembre 538] Le bal des sentiments (Orphéus) V-rouge  (850/850)
CC:
[Décembre 538] Le bal des sentiments (Orphéus) G-jaune1200/1200[Décembre 538] Le bal des sentiments (Orphéus) V-jaune  (1200/1200)
Message Re: [Décembre 538] Le bal des sentiments (Orphéus)   [Décembre 538] Le bal des sentiments (Orphéus) EmptyMar 27 Oct - 18:14
"Le justifier ? Non, pas du tout. J'essaie seulement de comprendre le cadre dans lequel j'évolue. Si cela ne me regarde pas, tu sais très bien qu'il suffit de le dire et je ne chercherai pas plus loin."

Et donc, puisque l'humeur du futur Légat semblait s'être durcie, Calypso n'insista pas plus sur le sujet. Elle le savait intelligent et méticuleux. Une telle tension entre les deux femmes n'aurait pas pu être oubliée dans ses préparatifs du bal, donc il devait y avoir une raison supérieure. Une raison de Patriciens, devinait-elle, ce qui sous-entendait également pourquoi il ne dirait rien : elle ne faisait pas partie de ce monde-là.

Le voyant amorcer un mouvement un peu vif en direction de la Tremere, et en dépit de l'espèce d'idiote rivalité que Chloé s'imaginait entre elles, Calypso se sentit obligée d'intercéder très légèrement en sa faveur. Pour que le bal demeurât un lieu de divertissement et non de règlement de comptes.

"S'il te plaît Orphéus, ne l'accable pas trop fort. L'alcool commence à monter à la tête de tout le monde, et la décontraction de la soirée pourrait bien faire dire des choses qui dépassent les pensées... Ce n'est pas l'idée que j'ai de mon premier bal, tu comprends ?"

Une révérence appuyée vint souligner sa demande, signe qu'elle se soumettrait bien évidemment au bon-vouloir du Merinita, quoi qu'il s'ensuivît. Elle ne prenait pas le parti de la Tremere de gaieté de cœur, mais s'il fallait vraiment parler politique et rang social ici, au beau milieu de la fête, alors autant ne pas créer plus de troubles qu'il en existait déjà.

Et puis, il acceptait sa danse, alors elle ne pouvait que regarder le bon côté des choses.

Quand Aurora s'approcha pour donner un début d'explication, la Toreador la remercia d'un signe de tête mais posa doucement la main sur son avant-bras afin d'écourter. Ce qu'elle faisait pourrait passer pour un manque de respect aux yeux de n'importe qui d'autre et elle ne se le permettait que parce qu'elle savait qu'Aurora comprendrait sa démarche, et qu'elle était de toute façon de son côté.

"J'ai senti. J'ai compris. Mais ce n'est pas le bon endroit pour en parler, Orphéus a raison sur ce point. Je te propose de venir demain au manoir, prendre le déjeuner ou le thé. Je te parlerai plus en détails de notre conversation, et tu pourras me raconter ce "passif" si le cœur t'en dit. Mais ce soir... ce soir nous sommes là pour le bal. Je veux garder le sourire de mes parents à l'esprit. Et les vôtres."

Agissant alors par l'exemple, elle suivit la Merinita à travers la foule, s'engouffrant dans le sillage de cette femme magnifique de 18 années bien marquées. Sans surprise, les cavaliers se pressaient déjà auprès d'Aurora tandis que Calypso restait un peu timide au bord de la piste. Bientôt pourtant, on lui tendit une main déliée, adulte. L'Argentée accepta l'invitation et la musique emporta alors l'ombre de Chloé loin de son esprit.


[Décembre 538] Le bal des sentiments (Orphéus) Ysqc
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
[Décembre 538] Le bal des sentiments (Orphéus)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Libro Scripturae :: Praeteritum :: Chroniques-
Sauter vers: