Votez
I
II
III


Mars 553 AD (Jusqu'à la fin de l'Event)
 
Partagez
 

 [Début Mars 553] Ombre et Lumière, dansons ensemble

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
NebuNebuArmure :
Chevalier du Bélier

Statistiques
HP:
[Début Mars 553] Ombre et Lumière, dansons ensemble G-bleu0/0[Début Mars 553] Ombre et Lumière, dansons ensemble V-bleu  (0/0)
CP:
[Début Mars 553] Ombre et Lumière, dansons ensemble G-rouge0/0[Début Mars 553] Ombre et Lumière, dansons ensemble V-rouge  (0/0)
CC:
[Début Mars 553] Ombre et Lumière, dansons ensemble G-jaune0/0[Début Mars 553] Ombre et Lumière, dansons ensemble V-jaune  (0/0)
Message [Début Mars 553] Ombre et Lumière, dansons ensemble   [Début Mars 553] Ombre et Lumière, dansons ensemble EmptyJeu 5 Nov - 1:54

L'oud résonne dans la salle, une musique mélodieuse, douce. Tranquille. Les doigts de Valens pincent harmonieusement les cordes, élève studieux, artistique, à ses heures perdues. Installé au sol, près de la banquette sur laquelle son maître est allongé, il joue, tranquillement. Nebu, lui, observe, une pièce. Un or légèrement carmin, tel celui de son armure. Une vieille pièce, trouvée dans un tombeau, lors d'une exploration. Le crâne d'un animal chimérique dessiné dessus. Un léger sourire, sur ses lèvres. Alors qu'il se laisse bercer par la musique tranquille de l'oud.
Valens a toujours été meilleur joueur que lui dans cet art, bien que le Bélier d'Or ne pouvait nier avoir certaines … compétences en la matière. L'art, la musique, l'hédonisme. La guerre. La politique. Il a toujours trouvé un moment pour vivre pleinement chacun de ces plaisirs. Curiosité d'un homme en quête … de quoi ? La grande question que tous ont pu se poser un jour. Un rire traverse ses lèvres à cette pensée. Doux. Enfantin. Certains secrets doivent rester enfouis, dans des tombeaux plus profonds que ceux de la Vallée des Rois.

Une note est pincée, alors que le jeune homme tourne les yeux vers lui. Réaction à ce rire, tranquille. « J'ai fais une erreur ? » Un mouvement de tête, et Nebu le regarde alors. Valens. Gamin récupéré sous un pont de Constantinople. À l'histoire misérable. De tous les apprentis du Sanctuaire, il est peut-être le seul à être certain de ne pas être porteur d'armure. Oh, bien entendu, demandez lui ce qu'est le cosmos et il vous récitera les rares textes parlant de cette énergie. Il vous parlera de cette énergie, qui va d'atome en atome. Il pourrait même, à l'image de son maître, vous raconter cela sous forme d'image. De vers. Ou peut-être simplement va t-il jouer de la musique, tout en vous l'expliquant.

Éveillé, Valens l'est. Mais jamais il ne sera l'enfant soldat que Nebu a pu être. Que Set et Athéna lui pardonnent, mais l'être humain a le choix d'exister comme il l'entend. Selon les propositions qu'on lui fait. Selon les opportunités qu'il peut voir.

« Du tout. Je pensais, simplement. Au fait. As-tu terminé ce que je t'ai demandé de faire ? » L'apprenti hoche alors la tête, posant tranquillement l'instrument de musique contre le mur. Instrument que Nebu récupère. Pinçant quelques cordes, il regarde Valens aller chercher quelques ouvrages. Une musique claire, avec un certain rythme accompagne lentement la scène. Tandis qu'il observe. « Peux-tu poser ceci près du parchemin scellé avec un sceau du lion ? L'apprentissage de cette lionne est important. Quant à ça … » Il tourne les yeux, vers une statuette d'art égyptien, représentant Apis. Le Taureau Sacré. « Tu ajouteras cela pour notre Taureau Blanc. » Des notes plus lentes. Une mélodie par personne.
Les Saints sont pourtant nombreux. Mais, finalement, il n'en connaissait que peu. Il n'était pas suffisamment proche de Silas pour lui offrir quelque chose. Mais ces deux là … La Lionne en quête de savoir et d'apprentissage. Et le Taureau, lumière qui l'a guidé dans la nuit. « Un serviteur du Sanctuaire va bientôt chercher cela. Il devrait arriver sous peu. » Le jeune homme hoche la tête, préparant ainsi chaque chose.

Et le serviteur arrive. Et Nebu sourit, lorsque son apprenti explique que chaque chose doit être donnée à la bonne personne. Qu'une erreur n'est pas acceptée. Ambitieux gamin. Amusant gamin. Qui a pour le moment survécu à ses voyages avec son mentor. Survivra-t-il aux autres ?

Et à cette idée, la musique s'arrête. Les yeux s'ouvrent, pour venir chercher la lune. Posant l'oud à ses côtés, Nebu attrape alors le narguilé près de lui, laissant quelques vapeurs toxiques venir envahir ses lèvres, son être. Un silence. Tranquille. Alors qu'il se demande ce qui se passera, maintenant. Il observe, oui. Ce paysage. Celui du Sanctuaire. Paysage qu'il ne reverra sûrement plus. Et à cette pensée, l'armure du Bélier apparaît, lévitant légèrement face à lui, au milieu de ce petit jardin aménagé. « Nous avons fait un petit bout de chemin toi et moi. » Un petit sourire. Un léger rire, même, comme s'il comprenait cette armure qui vibrait légèrement. « Je ne reviendrais pas sur ma décision. » Valens entre alors, doucement. Voyant cet échange. Le regardant, silencieusement …

Le départ a été prévu. Suite à une discussion entre le Grand Pope. Un rapport détaillé. De tout ce qu'il a appris chez Poséidon. Une analyse, aussi, de comment l'avenir pourrait se transformer. Peu de détour, bien que quelques mots n'avaient pas été lancé.
Mais Childéric sait sûrement ce que le Premier Gardien pense de cette situation. L'Empire s'est bien trop étendu. Et des yeux inutiles ont été forgé dans les terres de l'Est Slave, permettant à d'autres forces d'agir. L'histoire est ainsi forgée : à trop continuer ainsi, un nouveau Narsès reviendra.

Le Chaos est fait pour exister. De cela, Nebu en est certain. Mais si Set existait, c'était bien pour apporter, de ses conflits, une défense envers Râ. Finalement, ce n'était pas une question de manichéisme. Mais bien d'opportunités. D'intérêts. Et Narsès, par sa faiblesse et son fanatisme immodéré, est devenu un parasite qui a lentement rongé les bases d'un équilibre déjà fort instable. Et il serait une insulte, un sacrilège, de dire que l'instabilité est, finalement, en partie la cause de la déesse elle-même. Qui a laissé faire. Qui n'a pas su regarder, malgré son souhait de frontières étendues. Cette bêtise, cette erreur, coûtera beaucoup.

De cela aussi, Nebu en est certain.
Quand ? Que faire pour éviter que cet unique terrain de jeu ne sombre pas ?

Ses mains s'appuyant sur la banquette, l'homme bascule un instant son corps en arrière. « Elle trouvera bien meilleur porteur que moi. N'est-ce pas, Valens ? » Un sourire espiègle. Un léger rire. Alors que le jeune ne répond pas. Puis, lentement, il se redresse. Pour approcher de l'armure. Poser un instant sa main contre ce métal. « La Première Lance. Sentinelle du Cercle d'Or. Des titres un peu ronflants pour simplement parler d'un humain capable de porter un morceau de métal. Sans te manquer de respect, ma chère. » Un léger sourire. « Tu trouveras quelqu'un qui t'apprécieras à ta juste valeur. »

La main quitte le métal. Qui disparaît, alors, lentement. « Je me suis bien amusé avec toi. Mais … » Il s'incline doucement devant le Bélier d'Or qui disparaît. « Mes jeux ne sont pas pour tout le monde. » Le vide. Le silence. Alors qu'il se redresse. La Maison du Bélier est silencieuse. Oui. Une simple brise traverse le patio pour faire voler les fragrances parfumées de l'hédoniste.

Une pièce. Lancée. L’Égyptien la rattrape alors, tout en se retournant. Une légère larme coulant le long de sa joue, le surprenant un instant. Tel un lien naturel, rompu. Tel un manque qui se fait sentir, naturellement. Sans réelle tristesse de la part de l'Ombre. « Maître … ? » Il approche de quelques pas, Nebu posant une main sur la tignasse noire. « Joue encore. »
Doucement, il s'allonge. Profitant des derniers instants dans la Maison du Bélier. Alors que ses yeux se ferment. À nouveau, les notes s'élèvent. Par Basile, il est entré dans cet ordre. Basile, et son armure. La seule chose qui restait de lui, outre les résidus brûlés entre des rochers. Que pense un Saint lorsqu'il quitte son armure par la mort ? À cette armure ? Ou à celui qu'il a élevé comme un fils – ou un frère ?
Pense-t-il qu'il deviendra lui aussi comme lui. Que voit-il, avant de devenir de simples résidus de chair ? Un avenir ? Ou simplement les étapes du voyage de Râ ?

Et lui. Sous ses paupières. Que voit-il ?
L'Ombre. Qui va de nouveau l'avaler. Et un sourire se pose sur ses lèvres.
De l'Ombre à la Lumière, la frontière est mince. Danser sur celle-ci a toujours été un jeu auquel il s'est amusé. Retourner à cela. Finalement … peut-être est-ce rassurant.

Car, même s'il est finalement fait de ce bois sombre appelé chaos, ce n'est pas maintenant qu'il compte laisser son terrain de jeu s'écrouler.
Il y a tant à faire. À transformer. À investir. Pour rendre les nouvelles parties plus passionnantes.

« Une pièce apporte la chance. » Il la lance, à nouveau. La rattrape. Avant de tourner les yeux vers l'ombre qui se forme. « Suis-je porteur de chance ? Ou est-ce toi, cher Grand Pope ? » Qu'est-ce que le salopard sans armure peut faire pour toi ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ChildéricChildéricArmure :
/

Statistiques
HP:
[Début Mars 553] Ombre et Lumière, dansons ensemble G-bleu0/0[Début Mars 553] Ombre et Lumière, dansons ensemble V-bleu  (0/0)
CP:
[Début Mars 553] Ombre et Lumière, dansons ensemble G-rouge0/0[Début Mars 553] Ombre et Lumière, dansons ensemble V-rouge  (0/0)
CC:
[Début Mars 553] Ombre et Lumière, dansons ensemble G-jaune0/0[Début Mars 553] Ombre et Lumière, dansons ensemble V-jaune  (0/0)
Message Re: [Début Mars 553] Ombre et Lumière, dansons ensemble   [Début Mars 553] Ombre et Lumière, dansons ensemble EmptyJeu 5 Nov - 16:01
    Le moment était venu de se séparer de cette ombre et, ce n’était pas une sensation agréable. Non pas qu’il fasse particulièrement confiance au premier gardien, mais d’une certaine façon, il appréciait la conversation de cet homme ? Amitié ? C’était bien plus complexe que ça, mais une forme de respect mutuel oui. Une forme de loyauté ? Aussi. Et c’est important dans ce genre de position et avec le genre d’animal qu’est… qu’était le premier gardien. Mais après tout la garde n’est jamais terminé. N’avait-il pas envoyé Aegis servir d’une autre façon qu’avec l’or sur le dos. Pourrait-il faire de même avec l’ancien premier gardien ? Oui. Accepterait-il de servir ? Oui. Il savait que c’était dans son intérêt il savait aussi qu’il avait été modelé pour servir, qu’importe l’habit. Il restait serviteur du Sanctuaire, plutôt maintenant, serviteur du Pope. Ainsi, quelques heures après avoir entendu le rapport de Nébu et la volonté de ce dernier de se voir libérer de son serment, il s’enfonce de nouveau dans les étoiles pour rejoindre le temple du bélier.

    « - Et si nous laissions le sort décidé ? Pile, tu es le porteur de chance, face, c’est de moi qu’il s’agit. Ça me semble approprié comme façon de faire non ? »

    Il regarda l’égyptien et le laissa donc maître de cette facette du destin. De même que de son résultat, après tout, avec un peu de doigté, un peut faire retomber la pièce sur le face qu’on veut non ou plus simplement, truquer la pièce ! C’était bien le genre de Nébu, mais après tout, il fallait être sot pour laisser son sort aux mains du destin sans avoir le moindre contrôle dessus. Oui, définitivement, le bélier n’était pas du genre à laisser le fil se tisser sans qu’il n’ait son mot à dire sur le motif. Le Pope regarda le jeune apprenti du bélier. Il donnerait sûrement le même genre d’homme que son maître, cependant lui, il resterait loin de l’or et de ses problèmes. Une chance pour lui, plutôt que de briller il serait pour toujours l’ombre à qui on confie ce sur quoi la lumière ne peut briller. Un destin, triste à sa façon, mais loin de la tragédie de l’or. Fatalement, personne ne reste longtemps dans cet ordre.

    Childéric s’assit donc face à Nébu et commença à parler. Il avait une dernière mission pour le bélier. Un ordre final, avant qu’il ne puisse goûter à un repos bien mérité. Mais cet ordre-là serait sûrement le plus difficile et le plus compliqué à exécuter pour le bélier, pourtant, il était nécessaire. Il pourrait, dans l’avenir, s’avérer être un pari payant. Mais, comme tout le reste, c’était un pari, on n’est jamais certain de pouvoir gagner sa mise dans ces situations. Pour autant, il faut contrôler son destin et l’ancien bélier était la pièce truqué du Pope. Et les odes que l’égyptien allait devoir défier serait à la hauteur de ses talents. Comment pourrait-il refuser l’idée de partir sur ce qui serait, sûrement, le plus gros coup de sa carrière ?

    « - Je sais que je te demande beaucoup là, Nébu, mais tu n’es pas sans savoir à quel point il est nécessaire que tu fasses ça. Je sais que tout ça ne durera pas longtemps, mais je veux avoir cette carte dans ma manche jusqu’à la fin, je veux garder le quand et le comment. Et ce qui viendra après pour toi devrait combler les désagréments. Je t’offre presque la retraite dorée dont tu as toujours rêvé. »

    Le Pope aurait pu rire, mais là, il n’avait pas envie. C’était aussi sa façon de faire ses adieux à cet homme si particulier et ses conseils feraient défaut à l’avenir mais il n’aurait pas de mal à imaginer la petite voix d’un Nébu dans sa tête lui indiquer les chemins fourbes et tortueux qui se dessinaient devant lui après tout.


“Give as few orders as possible
once you've given orders on a subject, you must always give orders on that subject.”


[Début Mars 553] Ombre et Lumière, dansons ensemble Deric_11
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t231-childeric-chevalier-d- https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1718-childeric
NebuNebuArmure :
Chevalier du Bélier

Statistiques
HP:
[Début Mars 553] Ombre et Lumière, dansons ensemble G-bleu0/0[Début Mars 553] Ombre et Lumière, dansons ensemble V-bleu  (0/0)
CP:
[Début Mars 553] Ombre et Lumière, dansons ensemble G-rouge0/0[Début Mars 553] Ombre et Lumière, dansons ensemble V-rouge  (0/0)
CC:
[Début Mars 553] Ombre et Lumière, dansons ensemble G-jaune0/0[Début Mars 553] Ombre et Lumière, dansons ensemble V-jaune  (0/0)
Message Re: [Début Mars 553] Ombre et Lumière, dansons ensemble   [Début Mars 553] Ombre et Lumière, dansons ensemble EmptyJeu 5 Nov - 17:37
« Tu as été à bonne école. »

Un rictus amusé vient doucement se poser sur les lèvres de l'Ombre, alors que son regard abyssal observe le Grand Pope. Une lueur mutine, alors qu'il joue un instant avec la pièce, la faisant danser entre ses phalanges avec dextérité. Un regard vague, légèrement perdu, sur ce mouvement. La bonne école. Le Vétéran de la Guerre et celui de la Politique. Deux animaux, connaissant leurs mouvements sur cet échiquier. Mais de Soldat, le Vétéran du Lion d'Or est devenu Voix. Celui qui se tient au-dessus du Cercle d'Or. Veillant à la fois sur l'Ordre, la Déesse, tout en devant jouer son propre jeu. À la fois un soldat et un Seigneur de guerre.
Des épaules solides. Un corps robuste. Un mental d'acier. Une harmonie capable de vaincre le mélange d'administration, de stratégie, de règne mais aussi de secrète subtilité. Une harmonie permettant de tenir face à cette fonction, à ce qu'elle impose. À ce qu'elle développe.

Face, le Grand Pope. Un masque, sertie de la crinière d'un Lion.
Pile, l'Ombre. Le visage chimérique de l'animal sethien.
Les deux côtés dansant à intervalle régulier. Entre ses phalanges.

Jusqu'à ce que la pièce cesse tout mouvement. Elle patiente, contre le pouce. Une petite impulsion. Et simplement, elle tourne, virevolte un instant. Un mouvement habituel. Une activité naturelle. Quelque chose qui occupe les mains, par habitude. Un mouvement qu'il connaît, sur le bout des doigts. Sentir le métal être lancé, la pression à ajouter à cette impulsion. Puis elle retombe dans la main. Apposée sur le dos de l'autre. « Mais je suis toujours le plus malin. » Un sourire, alors qu'il enlève ses doigts. Deux pièces. L'une face, l'autre pile. « Du moins à ce jeu-là. » Jusqu'au bout, le prestidigitateur saura faire parler les objets à sa façon. Ainsi que la chance.

Et dans cette situation, c'est mutuellement qu'ils doivent apporter une chance.

Un regard, en direction de Valens, dont les cordes de l'Oud se sont arrêtées. Hochant doucement la tête, le jeune apprenti se redresse, pour quitter les lieux. Le temps de la musique n'est plus. Le temps de préparer la suite est plutôt venu. Pour tous. Lui, le page. Son Maître. Et Sa Sainteté Childéric. Bien entendu. Qui parle. Explique. Ce qu'il souhaite. Désir.
Et l'Ombre écoute. Tranquillement. L'abysse restant calme entre ses paupières, ouvertes. Alors qu'il observe ce Grand Pope aux idées claires. Audacieuses. Risquées. Mais qu'est le monde sans un peu de risque ? Qu'est-ce que l'humanité sans cette sensation de tout perdre d'un simple faux pas ? Les dieux ne comprendront jamais cela. Qu'ils soient affiliés au Chaos, à la Sagesse, à la Guerre. Ils ne comprendront jamais cette notion de mortalité.

Tragédie, finalement. Car ils doivent exister, à jamais, avec leurs propres afflictions. Leurs propres errances. Leurs colères. Leurs envies inassouvies. À ce niveau-là, déesse, nous sommes meilleurs que vous, finalement.
Du moins, jusqu'à ce que la foi s'efface. Jusqu'à ce que les dieux perdent ce qu'ils ont de plus cher : le lien qui les unis aux êtres humains. Car c'est ainsi que Nebu observe la divinité. Une dépendance à l'être humain. À son besoin spirituel d'expliquer les choses. Quant à la chair de l'humanité … elle fait de très bons hôtes, dit-on.

Silence, lorsque le Franc termine sa plaidoirie. Des yeux qui se ferment. Un sourire qui vient se dessiner sur ses lèvres. « Je suis né pour ce genre de jeux, mon cher. » Les deux pièces volent légèrement par impulsion de sa main. Puis, alors qu'elles viennent danser un instant sur les phalanges, ses doigts se referment dessus. Pour s'ouvrir de nouveau, vide. « Comme j'aime à le dire, que serait la vie sans ce pari permanent. Et je suis suffisamment réaliste pour savoir que même après cela, aucune réelle retraite ne me sera accordé. » Sa deuxième main s'ouvre, laissant apparaître une pièce, différente. Électrum. L'objet glisse rapidement sur le bout de son index, se stabilisant à ce sommet qu'il relève. « Du moins, si tu entends retraite dorée par investissement de mon temps dans certaines activités essentielles au bon fonctionnement de mes intérêts. Et peut-être les tiens. »

L'avenir. C'est comme si cette mission, cette affaire, malgré toute cette difficulté, était un pari qu'il se voyait déjà gagner. Faux. Perdre faire partie de tout bon jeu. Les règles de ce monde sont immuables. Et si cela doit arriver … il faut juste préparer cet avenir en circonstance. Ainsi prépare-t-il la victoire … Et la défaite a elle aussi été préparée.
La pièce est lancée, en direction de Childéric. Alors qu'il se redresse. Qu'il approche. « Je le ferai. Je vais même te donner un dernier coup de pouce. Une petite chance supplémentaire. Valens restera à Athènes jusqu'à ce que tu utilise cet atout. Bien entendu, cela te demandera de garder un œil sur lui … bien qu'il est suffisamment entraîné pour être capable de se défendre seul, avec brio. Mais on ne gagne pas à tous les coups … alors tu seras son atout. Tandis qu'il sera celui qui fera tourner, avec une autre associée, mon organisation. »

Lentement, il passe à côté de lui. « Un des vins de ma cuvée personnelle t'attend aussi. J'espère que tu l'apprécieras. » Il s'éloigne, légèrement. Avant de s'arrêter. Il observe, cette pièce. L'extérieur, ce jardin aménagé. « Ce lieu me manquera, tout de même. Enfin, j'ai fais en sorte que le prochain propriétaire n'ait vent d'aucune de mes affaires. » Quelle bénédiction de pouvoir faire disparaître les choses d'un claquement de doigts. « J'espère que le prochain Premier Gardien saura te contenter. Autant en matière d'efficacité que de discussions. » Ses mains glissent dans son dos. Alors qu'il observe maintenant ce Grand Pope.
Un soupir. Léger. « Un dernier conseil. Je ne passerai pas par quatre chemins pour celui-ci. » Il le fixe. Sérieux. « Les derniers événements vont compliquer ta tâche. Je ne suis pas aussi optimiste que certains sur la stabilité actuelle de l'Empire. » Narsès, bien entendu, fait partie des problèmes. Mais pas seulement. Il est grand. Et les risques que d'autres faiblesses apparaissent sont grands. « Il est temps de faire le ménage à certains niveaux. À mon humble avis. »

Lentement, alors, l'Égyptien s'incline. Avant d'avancer dans ce jardin. Inspiré l'air, avant de siffler. Surgissant de nulle part, à l'image de son maître, Valens arrive souplement sur l'herbe. Il incline la tête, en direction de Childéric. Une lueur, la même que celle de l'ancien Premier Gardien. Celui-ci, dont les mains sont dans son dos, observant une dernière fois le ciel étoilé.
Qui laisse un sourire se poser contre ses lèvres, alors que le jeune Byzantin lève les yeux vers lui.

Une brise traverse alors le patio, laissant simplement entendre un son cristallin. Portant les fragrances d'encens et d'opium.

« Bonne chance, Childéric. »

Des mots, prononcés par une silhouette qui n'est déjà plus là. Bien que son ombre semble encore se détacher dans l'obscurité. La forme d'un animal sethien, qui disparaît totalement dans la nuit. Le Maître et l'Apprenti sont finalement partis. Ne laissant derrière eux que Childéric et ce lieu sacré, débarrassé de leur présence.

Le tout vers un avenir inconnu.
Un pari. Oui. Finalement tout n'est que cela.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
[Début Mars 553] Ombre et Lumière, dansons ensemble
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Libro Scripturae :: Imperium Byzantinum :: Sanctuaire :: Temple du Bélier-
Sauter vers: