Votez
I
II
III


Mars 553 AD (Jusqu'à la fin de l'Event)
 
Partagez
 

 [Mi-Mars 553] Les Loups dans la Bergerie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
ZvezdanZvezdanArmure :
Pontifex

Statistiques
HP:
[Mi-Mars 553] Les Loups dans la Bergerie  G-bleu1650/1650[Mi-Mars 553] Les Loups dans la Bergerie  V-bleu  (1650/1650)
CP:
[Mi-Mars 553] Les Loups dans la Bergerie  G-rouge1350/1350[Mi-Mars 553] Les Loups dans la Bergerie  V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Mi-Mars 553] Les Loups dans la Bergerie  G-jaune1650/1650[Mi-Mars 553] Les Loups dans la Bergerie  V-jaune  (1650/1650)
Message [Mi-Mars 553] Les Loups dans la Bergerie    [Mi-Mars 553] Les Loups dans la Bergerie  EmptyJeu 5 Nov - 22:15
L'on a murmuré à mon oreille, récemment.
L'on a fait couler l'encre à ma destination, aussi.

Des mots parlés, des mots écrits. Des mots de rumeurs, d'informations. D'autres mots de requête, d'invitation. Les nouvelles circulent vite, dans ce monde éveillé.

Ils parlent d'un couronnement, de festivités sur les terres de Britannia. Ils parlent d'un grand rassemblement, de plusieurs des représentants divins qui seront de la partie. Pour peu, j'irais presque croire qu'on nous a oublié... Mais non. Non, quelques amis se sont assurés qu'on ne puisse pas nous oublier si facilement.

Sincères remerciements, bienfaiteurs du Roisin Dubh.

Elle a parlée à mon oreille, oui. Celle qui mène les prêtres noirs. Elle m'a parlée de ces quelques échanges entre Saints et Marinas, des débuts de négociations, diplomaties. Elle m'a dit, et j'ai écouté. J'ai réfléchit. Dites-moi, hommes de l'océan, penseriez-vous à vous allier à Sagesse ? Ce serait dommage. Posez-vous une simple, très, très très simple question, vous, cachés de cette cité sous-marine que vous voulez tant protéger...
Lorsque la Guerre viendra, et elle viendra bien assez tôt... Est-ce avec ou contre vous, que vous souhaitez compter le Dieu de la Guerre Destructrice, violente et conquérante ?

Réfléchissez-y. Mieux : Je vais vous donner matière à réfléchir. Discutons, hm ?
Discutons, vous et tant d'autres encore. Aujourd'hui je lâche les chiens du Dédale – une fois n'est pas coutume, pas pour la guerre.

- Aujourd'hui, l'on ne chasse pas le sang et les batailles. Aujourd'hui, l'on chasse les murmures et les mensonges, les on-dits et les rumeurs... Un sourire à mes lèvres. Et l'on se sert à la table de ceux de Britannia, aussi.

J'ai rassemblé tout le monde dans le Petit Colisée de Chair, dans les Crocs Destructeur. Un Colisée miniature taillé à même le Dédale, dans une chair rocheuse, épaisse, solide comme du rock plutôt que malléable comme de l'organique. De ses gradins à ses colonnades, de son aire de combat aux multiples cavités, grottes et chemins qui parsèment l'endroit, tant d'entrées et sorties, de couloirs sombres... Là, au centre de l'arène, je parle, dos aux autres. Puis je me retourne pour leur faire face. Drapé dans un long manteau rouge sombre, un col de fourrure marron foncée, et sous le tissu, un habit noir brodé d'or. À mes mains, quelques bagues, à mes poignets, quelques colliers, à mon cou un collier, avec l'éternel emblème Vandale qui ne me quitte jamais. Des yeux, je vais chercher chacun de ceux présents dans la pièce, pour les sonder un à un.

- C'est une grande fête qui se profile, un grand évênement. Les grands de l'échiquier divin vont se rassembler, ils vont discuter. Des alliances vont se former, des couteaux vont trouver des dos, des complots vont gonfler... Vous savez, le grand jeu de la politique. Le sourire à mes lèvres se pare d'un sarcasme féroce. Profitez. Profitez de la fête, du tournoi, des rues de Camelot, de leurs tavernes et lupanars, si ça vous chante. Vivez. Mais surtout, écoutez, parlez. Mélangez-vous, d'une façon ou d'une autre. Soyez l'ombre qui écoute dans un coin, le bavard qui parle et fait parler. Ce n'est pas tous les jours que les Ordres Divin se rassemblent autour d'une table plutôt qu'autour d'un champ de bataille. Profitez-en. Chaque avantage, info, opportunité que vous pouvez gratter... Traquez-la. Prenez-la. Rien qui ne va être simple, vu l'assemblée. Prenez-vous y comme bon vous chante. Mais obtenez. Soutirez. Et survivez. N'allez pas penser que là où nous allons, le danger n'existe pas.

Quelque chose de plus sérieux, dans le regard. Puis finalement, une paire d'épaules qui se haussent.

Bref. Essayez de pas crever pour avoir refusé de fermer votre gueule quand il le faut. Si vous devez mourir, ça sera utiles, dans la gloire d'une bataille au nom d'Arès. Pas après le mot de trop dans une cour remplie d'ennemis. Un regard vers Haldor et César, un court instant. soyez raisonnables, pas dociles. Montre patte blanche, ne montrez pas l'autre joue. Et à celui vous provoquera, qui se pensera trop à l'abri derrière les murs de Camelot, rappelez-lui la réalité de ce monde.

Si je risque d'entendre parler des frasques de certains Berserker ? Oui.
Tseh. J'en ai presque hâte. Ça promet d'être divertissant.

À ceux qui doivent en avoir une, je leur ai donné leur consigne particulière, avant ce petit rassemblement. Maintenant ne reste qu'à partir. Alors je ferme les yeux un instant. Me concentre.

Arès, guide-nous à eux. Les Brebis invitent les Loups. Ouvre-nous la porte de l'enclos.

Je rouvre les yeux. Là, une impulsion de Cosmos qui pulse dans le Dédale. Quelque chose qui gronde, puissant, grave. La bouche béante qui sert de toit au Colisée semble grogner, et ce son dans l'air... ça y rassemble presque oui.
Le Dédale grogne. Et la bouche au toit, elle sourit.

Sans un mot de plus, je m'enfonce dans l'ombre d'un des couloirs sombres qui donnent sur le Colisée. Devant chaque autre Berserker, un couloir similaire. Et lorsque tout le monde s'y aventure, quelque chose.

Une sensation, étrange. Familière, pour la plupart des Berserker.
Le Sang. Son odeur, sa texture, son goût. Quelque chose de métallique, dans l'obscurité. Le bruit, comme des gouttes. Ploc, ploc, ploc.
Les lames. Leur son, leur entrechoc, leur symphonie. L'acier tranche, l'acier tue, l'acier rouille. Intimement.
Les cris. Leur rage, leur peur, leur désespoir. Des cris de champ de bataille.
La fumée, les voix, les armes, les odeurs, l'adrénaline. Tout ça traverse un moment... Jusqu'à ce que tout s'arrête.

Au même instant, quelque part en Britannia, un groupe qui apparaît. Il apparaît au milieu du charnier. Là, autour de nous, des corps par dizaines. Les ruines d'une bataille récente, terriblement récente, si récente qu'on dirait presque y avoir participé. L'adrénaline court doucement dans les veines, légère mais présente. Deux clans qui viennent de s’entre-tuer, une bataille, et tout ce qu'il en reste, ce sont les corps au sol. Et nous, c'est comme si l'on était sorti du sol. De cette boue de sang, pâteuse, sale. Pourtant, pas la moindre tâche, pas d'odeur qui accroche.
Juste le rush.

Mon regard se baisse, pour remarquer un survivant. À peine encore en vie, un bras coupé, une expression vide sur son visage. Le sillon de larmes sur ses joues creusées, sans doute a-t-il vu la mort venir et s'est débattu un moment. Maintenant, il la voit de très prés, et il s'est... Résigné. Le soleil dans mon dos, il voit ma silhouette. Son regard s'anime d'une faible lueur.

- V... Vous n'êtes pas un ange, n'est-ce pas … ?
- Non. Mais la Faucheuse suit mes pas de prés.

Une œillade vers Haldor, un regard entendu. Je passe devant l'homme mourant, puis je marche. Au loin prés d'une colline, plusieurs chevaux sombres qui semblent attendre. Parmi eux, la monture de Mort, et la mienne.

Direction Camelot.

***

Une heure de cheval plus tard, ils arriveront. Le Pontifex à leur tête, les Berserkers d'Arès feront leur chemin dans la cité, un quelque chose de prédateur qui suit dans leur sillage, une impression dangereuse, mais seulement latente. Un groupe haut en couleurs, disparate, un groupe qu'on ne rate pas. Sans s'arrêter, ils avancerons jusqu'au quartier marchand, y trouveront une auberge classieuse, qui accueillera les chiens de guerre... Pour le meilleur comme pour le pire.

Que la fête commence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2032-zvezdan-cardinal-de- En ligne
CésarCésarArmure :
du Mushmahhu

Statistiques
HP:
[Mi-Mars 553] Les Loups dans la Bergerie  G-bleu1200/1200[Mi-Mars 553] Les Loups dans la Bergerie  V-bleu  (1200/1200)
CP:
[Mi-Mars 553] Les Loups dans la Bergerie  G-rouge750/750[Mi-Mars 553] Les Loups dans la Bergerie  V-rouge  (750/750)
CC:
[Mi-Mars 553] Les Loups dans la Bergerie  G-jaune1200/1200[Mi-Mars 553] Les Loups dans la Bergerie  V-jaune  (1200/1200)
Message Re: [Mi-Mars 553] Les Loups dans la Bergerie    [Mi-Mars 553] Les Loups dans la Bergerie  EmptyJeu 5 Nov - 23:28
    Bon, il semblerait que le sac à merde en chef décide de se bouger le cul. Enfin, sinon j’aurais dû prendre les choses en main, en bon second du chef, j’aurais dû donner des ordres et aller moi-même au charbon. Il aurait râlé encore, il sait faire que ça. Donc tant mieux qu’il ne puisse pas râler pour une fois. Quoi que, je devrais prendre les paris avec l’autre petit sac à merde pour savoir si Vedan va râler ou non. Je serais curieux de voir s’il sait faire une phrase sans râler… C’est quand la dernière fois que je l’ai vu pas râler ? Quand il m’a tué, oui, là il ne râlait pas trop. Enfin, il faut ramener le petit con, je suis sûr qu’il va apprécier l’événement. Donc, je lui donne deux trois coups de pied, histoire de le réveiller.


    « - Oh, petit merdeux, sors toi les doigts, on a du boulot ! L’autre sac à merde demande des gens et on y va. Tu sais, celui qu’il faut écouter de temps en temps, bah voilà, il est temps d’t’le montrer. De loin. C’est déjà bien pour toi. »


    Bon, il a réuni tous petits enculés qu’il a décidé d’amener et je suis surpris qu’il se soit souvenu de son bon vieux César, mais après tout, c’est la place légitime de son second après tout. Par contre, j’arrête d’écouter rapidement quand il explique qu’on va faire autre chose que d’aller se battre. Non pas que ça m’intéresse pas, mais je m’en cogne comme de ma première branlette de ces affaires. Mais bon, s’il nous amène, c’est qu’il sait ! Il sait lui, c’est pourquoi j’écoute. Il sait utiliser ce que j’offre et il sait ce que je peux faire. Et le dragon danse. Oui, le dragon attend. Et c’est la seule chose que je vais amener avec moi. Le dragon. Le dragon et ses sept têtes. Il veut la peau, mais ce n’est pas le moment, alors je chasse le dragon. Je frappe mon crâne avec force, ponctuant par mes percutions le discours de l’élu de l’attardé divin.

    Puis, s’ouvre les boyaux et le chemin à prendre. Je prends le dragon avec moi et botte le cul du merdeux pour qu’il avance là-dedans. C’est un moment plaisant de se retrouver digérer ainsi par le dédale. Un moment de renoncement où, fatalement, on devient ce qu’on est vraiment : la merde d’Arès. Et nous arrivons sur le champ d’une bataille perdu. Nous sommes naît du chaos, comme toujours. Oui… Comme toujours. Et doucement, à mesure que je fais quelques pas dans le charnier, marchant dans le sang et les entrailles, je sens un poids s’enlever de mes épaules. Un étau libére mon esprit. Oui, nous sommes loin du Dédale et fatalement, je trouve un peu le fil de mes pensées. Je regarde un peu le merdeux, je ne sais pas s’il a déjà vu le charnier d’une bataille, ce n’est pas toujours facile, peut-être qu’il va gerber, ça serait marrant. Je sens toutes les chansons des cuirasses et c’est délicieusement oppressant. Je n’entends plus mes pensées et seulement leur chant. Une paix de métal et de sang.

    Mais nous marchons, nous marchons vers la cité. Une grande cité, plus grande que la capitale de l’empire dégénéré. Oui, cette cité exulte encore plus de problèmes que celle où j’ai grandis. Je monte le cheval qui nous attend et dodeline la tête, silencieux, au rythme de la chanson. Puis nous passons les grandes portes de la cité et c’est le moment ou jamais.


    « - Viens petit merdeux, le restera sera chiant, très chiant, on va aller prendre le large pour s’amuser. On a mieux à faire que sucer la bite de gros sac qui se pensent important, c’est le boulot de Vedan ça, maintenant, se mettre à genoux et d’avaler, même s’il refuse de l’accepter encore je pense, mais il devra. Il est politicien maintenant. »


    Et je crache par terre en disant, ça, je déteste les politiciens.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1814-cesar-forgeron-centurion-du-m https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1779-cesar-le-chanteur-du-sang
LivLivArmure :
Berserker du Kochtcheï

Statistiques
HP:
[Mi-Mars 553] Les Loups dans la Bergerie  G-bleu1350/1350[Mi-Mars 553] Les Loups dans la Bergerie  V-bleu  (1350/1350)
CP:
[Mi-Mars 553] Les Loups dans la Bergerie  G-rouge600/600[Mi-Mars 553] Les Loups dans la Bergerie  V-rouge  (600/600)
CC:
[Mi-Mars 553] Les Loups dans la Bergerie  G-jaune1350/1350[Mi-Mars 553] Les Loups dans la Bergerie  V-jaune  (1350/1350)
Message Re: [Mi-Mars 553] Les Loups dans la Bergerie    [Mi-Mars 553] Les Loups dans la Bergerie  EmptyVen 6 Nov - 23:51
Liv aurait pu aiguiser sa lame et songer aux esprits de sa lanterne, son état d'humeur aurait été le même. Un "nous" tout mou et tout flou, confondu dans ses pensées impersonnelles. La Kochtcheï n'aimait pas le Dédale, mais qui l'aimait ici-même ? Ses prunelles azurées ne prirent même pas le temps de détailler ces faux-frères d'armes dont elle ne connaissait pas même le nom, un dédain ou mépris tout droit issu de sa fierté trop inébranlable pour le vieillard qu'elle incarne. Toutes ces petites mains éphémères, toutes ces petites têtes qui tomberont les unes après les autres avaient une saveur insipide. De la chair à canon sans valeur. Plus Berserkers d'Arès qu'élites de Mars, on ne lui reprochera pas de favoriser les guerriers qui jouaient sous un autre étendard.

Après tout, l'exotisme n'était-elle pas source de rafraichissement et de savoir ?
C'était toujours plus original que de fréquenter l'incarnation même de la déchéance de feu sa Grandeur...

Aussi, l'annonce de ce voyage en terres celtes tomba à pic. De fil en aiguille, leurs pas les rapprochaient de ce royaume de Camelot. Quand vint le discours fatidique, le visage du Centurion ne prit d'ailleurs même pas la peine de voiler son soulagement lorsque le Pontifex daigna enfin laisser éclater au grand jour sa Vérité. Il avait prit son temps, fait son entrée dans le sang. Amusée fut-elle, le temps d'un sourire malgré la lourdeur des événements. Le soleil dans le dos, les paroles accrochées aux siennes...Ce Pontifex était d'un tel dramatisme...

Mais au moins, avait-il le goût pour les conversations. Un moindre raffinement qui lui conférait un tant soit peu d'autorité. Soit. S'ils devaient œuvrer pour tous, au moins travailleraient-ils de concerto. C'était sans compter la présence d'Haldor, dont la présence réveilla la lueur de ses yeux ternes et la flamme de sa Lanterne.

"C'est un plaisir de vous revoir, Cardinal de la Mort."

Ces mots soufflés, la jeune femme reprit sa marche, traversa neige et forêts, portes et allées sinueuses. Un large sourire étira ses fines lèvres et son aura pétilla d'une bonne humeur inédite. Ces histoires de politique, de bonne figure, d'adresse et de subtilités...

C'était tout ce qu'elle appréciait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t750-oropher-cardinal-de-la
TaymTaymArmure :
Ushumgallu

Statistiques
HP:
[Mi-Mars 553] Les Loups dans la Bergerie  G-bleu0/0[Mi-Mars 553] Les Loups dans la Bergerie  V-bleu  (0/0)
CP:
[Mi-Mars 553] Les Loups dans la Bergerie  G-rouge0/0[Mi-Mars 553] Les Loups dans la Bergerie  V-rouge  (0/0)
CC:
[Mi-Mars 553] Les Loups dans la Bergerie  G-jaune0/0[Mi-Mars 553] Les Loups dans la Bergerie  V-jaune  (0/0)
Message Re: [Mi-Mars 553] Les Loups dans la Bergerie    [Mi-Mars 553] Les Loups dans la Bergerie  EmptySam 7 Nov - 13:40
Des coups de pieds me sortent des rêves et s’ajoutent aux grognements environnants. L’animal, une fois de plus, se manifeste uniquement pour la forme, un énième signe de protestation. Grand bien lui fasse. Qui et Quoi ? Les premières questions qui me viennent en tête, pendant qu’il râle. Cet imbécile ne m’explique rien, comme d’habitude, et me voilà à recoller les morceaux tant bien que mal. Son histoire est incompréhensible mais, ça non plus, ça change pas.

D’un geste évasif, j’ordonne à Bestiole de se taire pour soulager ma migraine. Ce genre de réveil, ça fait remonter quelques souvenirs d’avant et ça tend à me mettre de mauvais poil. Preuve qu’il retient pas grand-chose de ce que je lui raconte, celui-là.

Pas besoin qu’ils braillent en même temps.

Alors, je me lève péniblement et attrape quelques affaires, avant de faire un dernier signe à mon partenaire : lui aussi, il vient. C’est déjà l’heure de quitter le dédale, visiblement ; on verra bien où le chemin nous mènera. Comme au bon vieux temps.

Une œillade lancée à la rapide ; la plupart des personnes présentes sont inconnus de mes services. Rien de très important, à vrai dire. Mon expression en dit suffisamment sur ce que je pense de chacun d’eux, sur l’indifférence et la méfiance que certains m’inspirent. Une troupe d’animaux qui boitent, incapables de regarder dans la même direction. D’autres se pensent supérieurs, alors qu’il ne valent pas un grain.

Un soupir et j’acquiesce aux ordres de César. Un enfoiré de plus au dédale. Sans un regard pour les autres, on s’éloigne pour le rejoindre, avec Bestiole. Voyons ce qu’il cherche à faire, qui sait, ce sera peut-être un minimum intéressant.

En attendant, j’attends toujours qu’on m’explique ce qu’on fout dans le coin.
Pas si important que ça, faut croire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AkirAkirArmure :
Cuirasse du tigre

Statistiques
HP:
[Mi-Mars 553] Les Loups dans la Bergerie  G-bleu1050/1050[Mi-Mars 553] Les Loups dans la Bergerie  V-bleu  (1050/1050)
CP:
[Mi-Mars 553] Les Loups dans la Bergerie  G-rouge1200/1200[Mi-Mars 553] Les Loups dans la Bergerie  V-rouge  (1200/1200)
CC:
[Mi-Mars 553] Les Loups dans la Bergerie  G-jaune750/750[Mi-Mars 553] Les Loups dans la Bergerie  V-jaune  (750/750)
Message Re: [Mi-Mars 553] Les Loups dans la Bergerie    [Mi-Mars 553] Les Loups dans la Bergerie  EmptyLun 9 Nov - 15:33
Il détestait le dédalle comme quasiment tous, mais pour l’annonce du pontifex Zvezdan il se devait d’être là. Enfin on allait quitter cet endroit morose et lugubre. Direction une destination encore inconnue pour le Tigre, le grand royaume de Britania.

Sans doute exotique par rapport à tout ce qu’il a traversé, de par sa chaleur justement mais par rapport à son caractère inhabituel et son climat froid et humide en cette période. Et aussi par la nature de la mission qui n’était pas martiale pour une trop rare fois. Sans doute que ça ne conviendrait pas à certains autres, il devrait peut-être garder un œil sur certains qui pourraient faire des vagues, coup d’œil rapide sur César, enfin ce n’était pas son problème il verrait bien sur place.

Sans doute y aura-t-il des saints, il allait devoir faire preuve de sang-froid, mais après tout une faction entière n’est pas responsable des actes de certains une vingtaine d’années auparavant, surtout vu leurs âges sans doute équivalents à Akir pour certains. Une nouvelle sorte de jeu, il sera peut-être meilleur qu’à celui qui frappe le plus fort. On est moins méfiant à se confier à un gars qu’à l’air sympathique et qui a l’air complétement bourré.

En tout cas plus loin il se trouve du dédale, mieux il se porte, même si ça veut dire se balader sous une température négative. Comme celle dont on parle à l’Est d’ici, un véritable enfer.

Il acquiesça aux consignes de Zvezdan, et l’écoutait attentivement sans doute pas comme la plupart des Berzerkers présent, mais bon ils ne devront s’en prendre qu’à eux même.

Le dédale réagit aux injonctions du Pontifex une succession de trucs répugnants et malsain, et puis un tunnel s’ouvre devant le Perse. Ce qui est chouette c’est que le cardinal de la Mort est présent et lui aussi aime la bonne chair, ca ne lui déplait pas l’idée de reboire un coup avec le Boss.

La politique très peut pour lui mais de l’amusement en perspective, en tout retenue bien sûr, il savait encore se tenir il l’avait prouvé il y à quelques années en cachant sa véritable nature à la jeune Romaine, Esmélia ? Oui c’est ça et ça lui rappelait de bon souvenir, peut-être croiserait-il d’autres personnes aussi fondamentalement bonnes.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1811-akir-du-tigre-v-2 https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1729-akir
HaldorHaldorArmure :
Cardinal de la Mort

Statistiques
HP:
[Mi-Mars 553] Les Loups dans la Bergerie  G-bleu1500/1500[Mi-Mars 553] Les Loups dans la Bergerie  V-bleu  (1500/1500)
CP:
[Mi-Mars 553] Les Loups dans la Bergerie  G-rouge1350/1350[Mi-Mars 553] Les Loups dans la Bergerie  V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Mi-Mars 553] Les Loups dans la Bergerie  G-jaune1350/1350[Mi-Mars 553] Les Loups dans la Bergerie  V-jaune  (1350/1350)
Message Re: [Mi-Mars 553] Les Loups dans la Bergerie    [Mi-Mars 553] Les Loups dans la Bergerie  EmptyMar 10 Nov - 21:28
Il avait prit note des consignes et le regard de Védan ne lui avait pas échappé. Pour les autres, il n'avait pas trop d'idées. Ce qu'il savait toutefois, c'est que le premier qui lui parlerait mal, il s'en mordrait les doigts. Et ce n'était clairement pas une métaphore. Car si le colosse savait se tenir, il y a une chose qu'il ne pardonnait jamais : qu'on se foute de lui ou qu'on lui manque de respect. Que l'on soit Général, Seigneur, soldat ou même un dieu, cela ne comptait pas. Qui parle mal, crève ! Une doctrine à laquelle il ne saurait déroger.

Alors qu'ils avaient été recrachés par la terre - une méthode qu'il trouvait vraiment dégueulasse d'ailleurs - il aperçut la charmante Liv parmi les membres de l'expédition. Et tandis qu'il entendait ses salutations, il lui fit un grand signe de main avant de lui répondre.
    - Et moi donc, ma p'tite Liv. C'est top que tu sois du voyage. En plus, j'crois que j'te dois une p'tite discussion.

Il se tapotait le crâne de l'index, espérant qu'elle comprendrait le sens de ce signe. Après tout, il avait en mémoire leur dernière discussion. A l'époque, sa mémoire était encore un problème. Mais il lui avait promis de revenir la voir une fois cela réglé. Et très clairement, c'était le cas. En plus, il avait apprécié le personnage. Ainsi prendrait-il le temps de cette mission pour discuter avec elle. Mais pas de suite. Car déjà son sens du devoir le rappelait aux côtés de Védan. Il serait le seul Cardinal du voyage. Et pas n'importe lequel. La Mort marchait aux côtés de la Guerre. Comme il le lui avait toujours dit.

Au passage, alors qu'ils approchaient des chevaux et notamment de la monture de Mort, le colosse adressa un petit salut à son cher Tigrou. Depuis la dernière mission de ce dernier, il le gardait à l'oeil. Il faut dire qu'il ne s'en était pas super bien tiré et qu'il n'accepterait de fait plus aucun faux pas de sa part. Une mise en garde muette. Et alors qu'il grimpait sur le Boiteux, le colosse ne put réprimer un grand éclat de rire. Posant son regard vers son Boss.
    - Tu veux que j'te dise, Védan ? J'sens qu'on va bien s'marrer. Fais moi confiance, je serai un représentant parfait. Et le premier qui moufte, j'lui arrache la mâchoire. MOUHAHAHAHAHAHAHAHAHA !!

Et bien... Cela promettait d'être intéressant à dire vrai.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1838-haldor-cardinal-de-l
 
[Mi-Mars 553] Les Loups dans la Bergerie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Libro Scripturae :: Britannia :: Camelot :: Haut-Pavé-
Sauter vers: