Votez
I
II
III
IV
V


Mars 553 AD (Jusqu'à la fin de l'Event)
 
Partagez
 

 [Début Mars 553] Troiade Aristeia (PV ???)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
ParosParosArmure :
Pégase

Statistiques
HP:
[Début Mars 553] Troiade Aristeia (PV ???) G-bleu1200/1200[Début Mars 553] Troiade Aristeia (PV ???) V-bleu  (1200/1200)
CP:
[Début Mars 553] Troiade Aristeia (PV ???) G-rouge1050/1050[Début Mars 553] Troiade Aristeia (PV ???) V-rouge  (1050/1050)
CC:
[Début Mars 553] Troiade Aristeia (PV ???) G-jaune1050/1050[Début Mars 553] Troiade Aristeia (PV ???) V-jaune  (1050/1050)
Message [Début Mars 553] Troiade Aristeia (PV ???)   [Début Mars 553] Troiade Aristeia (PV ???) EmptyDim 8 Nov - 5:31

Jamais Paros n'aurait pensé approcher si tôt le Temple de la Déesse Athéna... Et certainement pas en ces circonstances.
Le Grand Pope lui avait donné son autorisation pour, exceptionnellement, progresser au-delà de son domaine. Pégase avait demandé à aller se recueillir sur la tombe d'Achille, le légendaire héros de la Guerre de Troie. La chose lui semblait une évidence, et ce depuis son retour au Sanctuaire. Il avait été le témoin de la mort d'une étoile, d'un personnage mythique dont le nom avait traversé les génération aussi surement et glorieusement que ceux des Rois et des Conquérants. Les tombes des Saints qui avaient partagé son histoire étaient, à ses yeux, le seul endroit où peut-être le jeune garçon pourrait déposer ces mots qui lui pesaient sur le cœur depuis Tolosa.

Pégase tourna un regard vers la divine demeure de la Déesse de la Sagesse. Là-bas l'attendaient des réponses qui le taraudaient depuis des années. Jamais elles ne lui avaient semblé si proches. Diona aurait pu se trouver ici, quelque part, derrière un coin ou une colonne... Après tout, il foulait à présent le même sol que celui du lieu où elle avait disparu. Là-bas, aussi, se trouvaient l'incarnation de la personne qu'il avait juré de protéger. Celle sur qui son grand-père Alkibiades lui avait tant raconté, alors que dans les yeux du vieil homme s'allumaient une flamme de toute beauté. Que dirait-elle, si elle le voyait, ici, empli de doutes et de questions?
Ses yeux se détournèrent du Temple de Lumière et de l'immense statue qui le bordait. Aujourd'hui, il venait pour honorer les morts. Le temps de faire de même pour les Dieu viendrait bien assez tôt.

Les monuments consacrés aux Saints légendaires étaient, somme toute, assez simple. Y figuraient leurs noms et leurs titres, sans d'avantage de fioritures. Paros s'approcha de celle consacrée à Achille, ancien Chevalier du Lion. Les légendes le dépeignaient comme un guerrier sans égal, mais également avec un tempérament féroce. Une marque qui, semblait-il, se passait de génération en génération sous ce signe... Avec une pensée pour Ryme, qui surement allait le disputer pour être venu ici sans elle, Pégase s'agenouilla devant la tombe de l'ancien héros et se présenta à lui.

    - Seigneur Achille... Je suis Paros, héritier de l'armure de Bronze de Pégase. Pardonnez-moi de troubler votre repos. Je vous apporte des nouvelles.

Par où commencer... Il y aurait eu tellement à dire, sur les conflits de leur époque, sur les raisons de sa mission. Achille aurait-il souhaité un long discours sur ces considérations militaires et politiques? La légende disait plutôt que les conseils de guerre l'ennuyaient. Autant donc, aller directement à ce qui pourrait l'intéresser.

    - J'ai rencontré... L'homme qui, selon les légendes, a causé votre mort, et celle de tant d'autres héros. Le Prince Pâris de Troie a, avec la bénédiction d'Apollon, traversé les âges jusqu'à notre ère. Et c'est entre mes mains que sa vie s'est éteinte.

Les doigts de Paros se serrèrent sur la sacoche qu'il portait auprès de lui. Lentement, à présent que prêt d'une semaine était passée, la sensation du sang sur sa peau commençait à s'estomper. L'idée qu'il puisse être en train de s'habituer à cette sensation l'effrayait, plus qu'il ne voulait se l'avouer, surement. Pourtant, alors qu'il marquait une pause pour se remémorer ce qu'il avait vécu à Tolosa, le jeune Chevalier se força à dépasser le choc de la mort du Grand Diacre pour parvenir à un autre souvenir. Celui de l'homme souriant et calme qui lui avait fait visiter sa ville, avec joie et fierté.

    - Il n'a pas connu une mort glorieuse, telles que celles qui nous ont été contées des batailles légendaires de votre temps. Il s'était éloigné de tout cela. Pâris m'apparaissait comme un homme bon, qui a fait d'une lointaine cité un havre ou des peuples d'horizons multiples pouvaient vivre et partager ensemble le fruit de leurs terres. Pourtant il y avait quelque chose en lui qui le rongeait...

Quelque chose qu'il ne comprenait pas, et qu'il craignait sans savoir tout à fait pourquoi. Un sentiment froid et insidieux comme la mort qui rampait.
La main de Pégase se glissa à l'intérieur de la sacoche qu'il avait emmené. Ses doigts trouvèrent le métal de l'or, et ils tirèrent hors de l'étui une lame à la brillance surnaturelle, semblable à l'or des armures du Zodiaque. Ouvragée comme une œuvre d'art, la lame conservait sur elle le sang désormais séché de l'ancien Prince. La présentait entre ses mains vers la tombe du héros grec, Paros redressa la tête.

    - C'est avec cette dague qu'il a mis fin à ses jours... Dans son tourment, il vous appelait, vous, Chevalier, ainsi que Patrocle qui, selon ses dires, a porté la même armure que je revêts à présent. A l'entendre... Il vous considérait tous comme des compagnons, des amis chers aux côtés de qui il avait affronté la mort...

L'appel de Patrocle, que Pâris lui avait adressé au plus fort de son délire, résonnait encore dans ses oreilles. Sa voix le hanterait pendant longtemps encore. Mais surtout, oui surtout, c'étaient les questions qui le taraudaient depuis qui le tourmentaient le plus.

    - Je ne sais que penser de tout cela. Le Prince Pâris... Qu'a-t-il vécu pour ainsi souffrir au point de vouloir vous rejoindre, vous et Patrocle, dans la mort? Pour quelles raisons a-t-il traversé les âges, tout cela pour s'éteindre devant une vision de son dieu? Et si vous étiez frères d'armes... Pourquoi nos légendes vous dépeignent-elles comme de mortels ennemis?

Paros espérait, peut-être naïvement, que méditer dessus ici lui apporterait un semblant de réponse. Les morts garderaient leurs secrets. Mais peut-être, en se rapprochant d'eux ainsi, pourrait-il mieux les comprendre. C'était tout ce que le jeune homme souhaitait.
Alors qu'il énonçait ses doutes à voix hautes, Pégase sentit un léger soulagement, cependant bien vite remplacé par un sentiment de culpabilité. Ces remises en question des anciennes légendes étaient comme autant de fautes que d'autres Saints plus zélés auraient pu analyser comme des insultes à Athéna et sa Chevalerie. Pourtant, en son cœur, Paros savait sa foi intacte.

    - Je crois au Rêve. Celui de la Déesse Athéna. Pour lequel vous vous êtes battus. Pour lequel je me bats... Mais devant les conflits qui s'enchainent, je ne peux m'empêcher de m'interroger sur la nécessité de tous ces sacrifices, de toutes ces vies perdues. J'ai longtemps admiré les contes et légendes comme les vôtres, comme celles d'Ulysse... Et à présent que je réalise que je marche dans vos pas, je me surprends à rêver à un chemin différent. Pour moi, pour tous... Un destin sans vies brisées.

Le jeune homme souffla. Laissant le silence reprendre ses droits sur ce lieu funéraire, Paros se permit même de fermer les yeux. Devant Achille aux pieds légers, il venait de dévoiler ce que ni son Maître Airôth, ni le Grand Pope Childéric, n'avaient intégralement entendu. Aurait-il dû, plutôt que de s'attacher à la symbolique des défunts? Pégase resserra, sans s'en rendre compte, sa poigne sur le manche de la funeste dague.
Était-ce vraiment trop en demander, que le sang de Pâris soit le dernier qu'elle puisse verser?


[Début Mars 553] Troiade Aristeia (PV ???) Parosi10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AthénaAthénaArmure :
Cloth d'Athéna
Message Re: [Début Mars 553] Troiade Aristeia (PV ???)   [Début Mars 553] Troiade Aristeia (PV ???) EmptyDim 8 Nov - 17:18
Une aura apparu dans le dos de Paros, une onde qu’il n’aurait sûrement pas de mal à reconnaître. Après tout, quel chevalier ne saurait pas identifier la présence de sa déesse quand elle se présente à lui ? Oh, il n’était pas loin de son domaine et, s’il était attentif, la jeune Pégase pourrait comprendre que c’était là l’esprit de la déesse qui venait doucement de prendre forme avec lui dans l’un des salles les plus sacrés du Sanctuaire.

« - Ce sont des nouvelles bien tristes que tu rapportes Paros. »

La déesse ne parle pas beaucoup. Peu sont ceux à avoir eu l’honneur de poser les yeux sur elle, encore moins nombreux sont ceux à qui elle a adressé la parole. C’était là un grand honneur qu’Athéna faisait au jeune chevalier de bronze. Mais après tout, Pégase n’est pas celui qui porte les espoirs les plus fous d’Athéna là où personne d’autre ne peut jamais aller ? N’est-il pas celui qui défie les lois de la causalité et de la destinée, brisant plus que tout autre, les limites de la mortalité ? Ce que les étoiles de ce Pégase allaient le pousser à faire rester encore à déterminer, mais, une fois de plus, il aurait un grand rôle à jouer. Ces étoiles ne choisissent jamais rien au hasard…

« - Il est triste que Paris soit mort de cette façon, jeune Pégase, mais, ce n’est pas ton fardeau. Il est le résultat de vieux choix et de vieilles querelles, qui sont souvent regrettables, mais tristement nécessaires.»

Pourtant, pas de tristesse dans la voix de la déesse mais une forme d’infinie résignation, comme si elle avait vu ou compris des choses, à travers son âge incalculable, qui la poussait à se détacher de ce genre de chose, bien qu’après tout ce temps, ils l’affectent toujours, d’une certaine façon…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ParosParosArmure :
Pégase

Statistiques
HP:
[Début Mars 553] Troiade Aristeia (PV ???) G-bleu1200/1200[Début Mars 553] Troiade Aristeia (PV ???) V-bleu  (1200/1200)
CP:
[Début Mars 553] Troiade Aristeia (PV ???) G-rouge1050/1050[Début Mars 553] Troiade Aristeia (PV ???) V-rouge  (1050/1050)
CC:
[Début Mars 553] Troiade Aristeia (PV ???) G-jaune1050/1050[Début Mars 553] Troiade Aristeia (PV ???) V-jaune  (1050/1050)
Message Re: [Début Mars 553] Troiade Aristeia (PV ???)   [Début Mars 553] Troiade Aristeia (PV ???) EmptyVen 13 Nov - 20:30
Le jeune Chevalier se perdait en méditation lorsqu'une présence dans son dos, bientôt suivie de brèves paroles, le fit sursauter. Sans qu'il sache pourquoi, son cœur se mit à battre la chamade. Son sang, ses os, son âme elle-même, devinrent subitement fébriles. Ce n'était pourtant pas de la peur qu'il ressentait, mais plutôt comme une vague de résonnance, chaude et douce, qui mettait son corps au diapason. Paros se retourna prestement, et perdit alors bien plus que ses mots.

    - Je... Vous êtes..!

Athéna.
Le nom s'imposa à lui, comme une évidence, quelque chose qu'il aurait toujours su. Son grand-père lui avait autrefois décrit la déesse aux yeux pers. Pas physiquement, car l'ancien Chevalier d'Or n'avait pas eu la chance d'officier pendant qu'elle était réincarnée... Mais sa présence, il la lui avait décrit. Puissante mais aimante, calme mais déterminée. Porteuse d'une infinie douceur et d'une infinie mélancolie.
Non. Même sans cette description, Paros aurait su. Quelque chose dans son âme, dans ce picotement qu'il sentait le long de son dos, lui criait devant qui il se trouvait.

Passé un moment d'extase pendant lequel il ne pu s'émerveiller devant l'apparition de cette jeune femme aux longs cheveux noirs nimbés de lumière, Pégase de ressaisit. Avec précipitation, il se retourna et lâcha la funeste dague dorée, qui tomba au sol à côté de lui dans un tintement métallique. Le Bronze mis genoux à terre et baissa la tête, en signe se soumission mais aussi de repentance.

    - Déesse Athéna. Pardonnez-moi si j'ai troublé votre repos par ma présence dans ce Temple! Ce n'était pas mon intention de...

De venir jusqu'ici? De tenir de propos déplacer? De douter?
La voix de Paros n'eut pas la force de continuer cette phrase.

Rencontrer la déesse gardienne de l'humanité... Le jeune Chevalier en avait rêvé. Mais d'aucune manière il n'avait envisagé que cela se ferait en pareil circonstances. Comme de nombreuses autres choses au cours de son parcours, au final. Là semblait être la norme au Sanctuaire. Il avait répété souvent, dans sa tête, ce qu'il pourrait lui dire, ou lui demander, s'il se retrouvait un jour ainsi devant elle... Mais à présent qu'il se trouvait aux pieds de cette projection de la conscience d'Athéna, plus de ce qu'il avait préparé ne lui revenait.
Le silence ne se fit pourtant pas. Athéna avait vu et entendu ce qui tourmentait Paros. De sa voix éthérée, elle le poussa à ne pas faire de la mort un Pâris un fardeau à porter. La faute ne lui revenait pas. Ces paroles sonnaient vraies, et faisaient écho à ce que d'autres lui avaient dis. Cependant quelque chose dans l'âme de Pégase ne pouvait se satisfaire de purement et simplement se dédouaner de tout ce qu'il avait vécu à Tolosa. Après avoir pondéré les mots de la Déesse, Pégase réalisa que les battements de son cœur s'étaient apaisé. Il trouva le courage de lui répondre, avec reconnaissance et franchise.

    - Je vous remercie pour ces mots... Je réalise que me blâmer moi-même pour sa mort ne rime à rien. Cependant, je reste celui qui a assisté à ses derniers instants. En tant que témoin, je me dois de porter ces souvenirs, par respect pour le héros qu'il a été. La mort de personnes telles que lui... Ne doit pas sombrer dans l'oubli.

La Raison avait parlé. Et Pégase comprenait. Mais s'il ne pouvait ni devait porter la responsabilité de la mort de Pâris, celle de l'héritage subsistait. L'héritage de cette vie qu'il avait vu s'éteindre, mais aussi l'héritage de Patrocle, dont le destin avait été lié tant au Légendaire Prince qu'à l'armure de Paros. Là était surement, pour le jeune rêveur, le réel dilemme.

    - Cependant... Je ne sais comment honorer sa mémoire. Alors que nous avons combattu et tué les siens lors de la dernière guerre... Alors que sa vie et celles des guerriers de son époque semblent différer de qui nous a été conté dans les anciennes légendes... Comment le pourrais-je?

Paros voulait comprendre. L'ignorance était, au final, le plus lourd fardeau qu'il avait à porté. Comment faire justice au souvenir de cet homme noble et doux, dont il avait été témoin des derniers instants, s'il ne savait pas la vérité sur ce qu'il avait traversé? Sur ce qui l'avait tourmenté au point de le faire renoncer à la vie? Et comment ne pas se sentir hypocrite d'ainsi souhaiter honorer un homme dont les frères et sœurs étaient traqués et tués par leurs propres troupes?
A toutes ces questions qu'il se posait, Pégase n'avait nulle réponse. Mais en présence d'Athéna, qui le ramenait à la plus simple humilité, il réalisait c'était peut-être là la raison à sa présence. Qui mieux qu'elle pourrait lui apporter de quoi surmonter ses doutes? L'éclairer sur le passé, pour qu'il puisse affronter sereinement l'avenir?

    - Vous qui les avez connu, pourriez-vous me le dire, Ô Déesse Athéna? Ce qui est arrivé à Achille, Patrocle, Hector et Pâris? La cause de ses tourments?


[Début Mars 553] Troiade Aristeia (PV ???) Parosi10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AthénaAthénaArmure :
Cloth d'Athéna
Message Re: [Début Mars 553] Troiade Aristeia (PV ???)   [Début Mars 553] Troiade Aristeia (PV ???) EmptySam 5 Déc - 17:46
Un sourire attentionné se dessina sur son visage à la réaction du jeune Pégase. Comme si, ce n’était pas seulement lui qu’elle voyait en cet instant, mais tous les autres âmes qui s’étaient succédé dans cette armure. Qu’elle regardait le temps passé et le temps à venir en se présentant ainsi devant ce jeune garçon à l’âme si particulière. Brusquement, comme l’espace d’un clignement d’oeil ou plus brièvement encore, un air sombre et renfrogné passa sur le visage de la Sagesse. Elle venait de voir quelque chose qui lui déplut fortement, plutôt qui lui évoquait de sombre pensée. Mais rapidement, elle reprit un visage sans émotion.

« - Fait attention aux objets que tu laisses tomber Paros. Une simple dague a parfois plus de poids que la vie d’une divinité. »

La déesse était cryptique. Volontairement. Elle n’était pas vraiment certaine de reconnaître cet objet mais il y avait, à ses yeux pers, trop de coïncidence. Avec les mortels ou certaines divinités, elles peuvent exister, jamais avec Apollon. Elle laissa ensuite le temps aux jeunes garçons de se remettre de ses émotions.

« - Ne t’en fais pas pour ça, Paros. La vie de ces héros parle pour eux avec plus de lumière que jamais leur mort ne pourrait le faire. »

Un nouveau sourire sibyllin se dessina brièvement sur son visage. Un héros brille autant par sa vie que par sa mort, si ce n’est plus. Paris avait eu une longue vie, une trop longue vie. À ses yeux, il aurait dû mourir depuis longtemps. Oh, imposé l’épreuve du temps au mortel est le privilège des divinités, elle l’avait fait également. Mais pas si longtemps et pas à quelqu’un comme le jeune fils de Priam.

« - C’est le temps qui a ruiné l’esprit de Paris. Il a vécu trop longtemps pour un mortel et le temps n’est pas votre ami. Pour le reste et bien… Patrocle et Achille étaient fait l’un pour l’autre. Le jeune pégase, voulant pousser le lion au combat, a revêtu son armure pour aller se battre et Hector l’a tué. Puis, Achille a tué Hector et ne resta plus que Paris qui à son tour, vengea son frère. Une triste histoire d’amour en somme. Mais la réalité rejoint ici le mythe.»

Elle fit quelques pas, s’éloignant de Paros elle passa doucement une main sur le tombeau d’Achille. Ce dernier avait mérité de reposer en paix, après lui avoir tant donné. Plus que n’importe quel autre, il avait fait le plus grand des sacrifices pour son Rêve et sans lui, Troie ne serait jamais tombé… Sans lui, le monde aurait été bien différent et aujourd’hui, tant de chose n’aurait pas pu se réaliser. Il avait permis à la boule de neige de dévaler la pente et de devenir une avalanche qui ne saurait être stoppée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ParosParosArmure :
Pégase

Statistiques
HP:
[Début Mars 553] Troiade Aristeia (PV ???) G-bleu1200/1200[Début Mars 553] Troiade Aristeia (PV ???) V-bleu  (1200/1200)
CP:
[Début Mars 553] Troiade Aristeia (PV ???) G-rouge1050/1050[Début Mars 553] Troiade Aristeia (PV ???) V-rouge  (1050/1050)
CC:
[Début Mars 553] Troiade Aristeia (PV ???) G-jaune1050/1050[Début Mars 553] Troiade Aristeia (PV ???) V-jaune  (1050/1050)
Message Re: [Début Mars 553] Troiade Aristeia (PV ???)   [Début Mars 553] Troiade Aristeia (PV ???) EmptySam 9 Jan - 4:20
Toujours tête baissée, le jeune Pégase demeurait tendu dans l'attente de la réaction de la Déesse à ses excuses. Si Athéna ne sembla pas prendre ombrage de l'intrusion dans son temple, elle le réprimanda cependant sur sa maladresse. Que la lame d'or eut touché le sol n'avait, dans ses yeux pers, pas été sans conséquence. Bien qu'il ne puisse saisir toute la nuance et les sous-entendus dans les propos de la Sagesse, Paros fit au plus vite pour corriger sa faute.

    - Oh... Pardonnez-moi! J'y ferai plus attention.

Soufflant ces paroles d'excuses, il tendit la main pour récupérer la dague de Pâris et l'envelopper prestement dans le tissu qui l'avait amené jusqu'ici. Les yeux du garçon, dominé par un traque sans commune mesure, allaient de la dague, vers le sol, jusqu'au pieds de la Déesse, avant de prestement revenir au sol. Il ne savait comment se comporter. Mais bien vite, le respect naturel de la divinité tutélaire du Sanctuaire s'imposerait, et avec lui l'attitude que Pégase devait adopter.

Paros fit part de ses questions et de ses doutes à Athéna. Auprès de certains de ces pairs, cela aurait pu s'apparenter à de l'impudence. Pourtant, le jeune rêveur voulait croire que la Déesse lui avait accordé l'honneur de ce moment non pas pour le réprimander, mais pour le guider. Et cet espoir se trouva récompensé.
L'apparition eut des paroles qui se voulurent rassurantes. La mort de Pâris, résultat millénaire d'une chaine d'évènements qui prédatait de beaucoup sa naissance. Une chaine de sang, de guerre, de vengeance, de larmes et d'amour, dont le Prince avait été le dernier maillon. La tragédie de Troie ne pouvait être inventée. Dans les paroles d'Athéna, la vérité transparaissait. Même si des points d'ombre demeuraient encore, Paros n'était pas venu se recueillir sur ces tombes pour réveiller les morts et troubler leur repos avec ses questions. Sous l'égide de la Déesse, il pouvait accepter de laisser les mystères du passer reposer là où ils étaient. Sa tristesse pour le destin de Pâris, cependant, demeurerait.

    - Je vois... C'est un sort bien cruel, d'être laissé pour compte... Laissé seul après qu'une telle tempête nous ait tout arraché. Est-ce pour cela que... Que vous vouliez sa mort? Pour le libérer de son tourment? ... Il semblait persuadé que c'était votre souhait, et la raison de ma présence à Tolosa...

Il avait douté de cet affirmation du Prince. Assurément, pouvait-on mettre ces mots sur le dos de la folie qui l'avait habité. Pourtant, Paros ressentait ce besoin d'entendre de la bouche de la Déesse sa réelle volonté. Avait-elle souhaité mettre un terme à la trop longue existence de Pâris? Par pitié? Par vengeance? Lorsqu'elle l'avait envoyé à Tolosa par l'intermédiaire de son Pope... Avait-elle fait de ce garçon son instrument?

Mais plus que ses inquiétudes sur le rôle qu'il avait joué, sur celui qu'il aurait à l'avenir à jouer... Paros réalisait dans la voix attristée de la Déesse une douleur sincère, partagée, pour le sort de ces anciens héros. Pégase réalisa alors le triste parallèle qui se dressait devant lui. La solitude qui pouvait rendre fous les plus grands des héros... Pouvait-elle également touché une Déesse?
Une inquiétude naquit dans le cœur du Chevalier, qui le repoussa celle d'avoir manqué de respect à Athéna. Son regard rougeoyant remonta enfin pour venir admirer le visage de celle qu'il avait juré de protégé. Au contact de ces yeux bleus dans lesquels il lui sembla un instant se noyer, il ne put tout de suite prendre la parole. Cependant, il se devait de faire honneur à la témérité de Pégase.

    - Déesse Athéna... Vous aussi, vous traversez les époques en gardant le souvenir de ceux qui ont combattu à vos côtés. Comment... Comment parvenez vous à trouver la paix?

Il posait cette question pour elle... Mais également pour lui. C'était, quelque part, ce qu'il était venu trouver auprès de l'esprit d'Achille. La force de continuer d'avancer, de faire face, en portant le poids des vies qu'on avait vu s'éteindre dans nos bras.


[Début Mars 553] Troiade Aristeia (PV ???) Parosi10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AthénaAthénaArmure :
Cloth d'Athéna
Message Re: [Début Mars 553] Troiade Aristeia (PV ???)   [Début Mars 553] Troiade Aristeia (PV ???) EmptyJeu 14 Jan - 22:58
La petite pégase répondit à la mise en garde la déesse et cette derniere lui offrit en guise de réponse un signe de tête lourdement sérieux et solennelle. Comme si planait quelque chose de bien plus important que ce que les mots avaient voulu signifier dans cette mise en garde adresser à celui qui incarne l’espoir dans ce monde si sombre. Puis, quand le jeune garçon reprend la parole, commentant ce qu’elle venait de dire sur le temps et son effet sur les mortels, la déesse fit quelques pas. Tournant autour de la tombe du héros, sa main glissant doucement sur le dernier lit du grand héros qui a su si bien servir son Rêve et marquer l’histoire de son épée. Après tout, ce lion avait été la pierre d’une des plus belles légendes de l’histoire. Un nouveau sourire alors se dessine sur son visage. Celui difficile à lire d’une déesse aux vies innombrables et aux dessins incompressible.

« - Je ne contrôle pas les fils du destin, Paros. Je ne lis ni ne tisse la grande tapisserie. J’aide les mortels à évoluer et à s’épanouir. Je les aide à grandir et à devenir meilleur. C’est le choix de ton maître et le tiens, de t’ajouter à cette mission, qui ont mis en route ces événements. Tu as forgé ton destin. »

La déesse s’était arrêté de bouger alors et son corps était anormalement immobile. Comme si le mouvement et le temps lui étaient superflus. Comme si ce moment, cette vie, n’était qu’un instant d’une éternité sans fin. Elle reprit alors, le visage quasi-inexpressif, quasiment mort.

« - Paris, Achille et Patrocle auraient pu, dans une autre vie se trouver. L'amour a toujours joué un trop grand rôle dans le vie du prince de Troie. Mais personne n'a trouvé personne. Ils ont forgés leur destin. Alors la politique et les guerres ont changés ce qui auraient pu. Mais Achille aurait-il désiré un meilleur destin ? Non. Il a fait ce choix. Celui de la mort rapide, de la guerre et de l’éternité. Mais à la façon d’un mortel. Une éternité qui ne ronge ni l’âme ni le corps. »

Et cette fois, un nouveau petit sourire viens étirer sa bouche et dans ce petit mouvement de ses muscles faciaux se dessine la tendresse infinie d’une déesse dont l’éternité est vouée à l’humanité.

« - Le temps, petit Paros, le temps n’a pas prise sur moi comme il a prise sur vous. Ce corps va mourir un jour. Mais je serais là de nouveau. Encore et encore. Car c’est l’ordre des choses. Le temps n’a pas de prise sur les dieux car nous sommes capables de vivre avec lui, car il est l’un des nôtres. Il n’est pas notre ennemi comme il peut l’être pour les mortels. »

La déesse s’arrête alors brusquement. Retrouvant son immobilité précédente. Le regard figé vers le vide et ce monde qu’elle semble être la seule à pouvoir contempler.

« - Ta sœur s’est inquiétée pour toi, Paros. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
[Début Mars 553] Troiade Aristeia (PV ???)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Libro Scripturae :: Imperium Byzantinum :: Sanctuaire :: Temple d'Athéna-
Sauter vers: