Votez
I
II
III


Mars 553 AD (Jusqu'à la fin de l'Event)
 
Partagez
 

 [Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
RowenaRowenaArmure :
Cygne d'Euros (Est et Automne)

Statistiques
HP:
[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] G-bleu1350/1350[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] V-bleu  (1350/1350)
CP:
[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] G-rouge600/600[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] V-rouge  (600/600)
CC:
[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] G-jaune1200/1200[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] V-jaune  (1200/1200)
Message [Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan]   [Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] EmptyDim 8 Nov - 19:28
Il y a une belle cité. Une cité est forte et grande. Brulante d’une effervescence grandiose qui fait envie.

Et puis il y a l’épée. L’épée qui est tout l’inverse, nimbée d’une lumière froide et sombre, soulevant un sentiment de mort qui ferait presque froid dans le dos.


Sur le bord du sommeil, le Cygne s’était éveillée dans un sursaut grinçant. Ce n’est pas un rêve, Rowena le savait parfaitement. C’est une vision, brillante comme la lumière d’un phare à suivre dans la nuit sombre, une balise claire et précise sur la route que le divin l’enjoignait de poursuivre. Et c’est ce qu’elle avait fait, les pas guidés par ce devoir et consciente que si ces images étaient venues jusqu’à elle, ce n’était pas par le plus grand des hasards, ni sans le moindre lien avec son ordre. Sans doute d’ailleurs ne serait-elle pas la seule à se diriger vers la cité de Camelot, dont elle même ne savait rien. Elle avait donc laissé sa tâche personnelle qu'elle s'était donnée - quelque peu ardue - de chercher ces éveillés Oracles qui peut-être n'auraient pas trouvé le chemin de la Tour. Finalement, malgré son premier apriori à la vision de la Renaissance, elle n'avait pu se résoudre à la laisser sans guide. Mais là, quelque chose d'autre l'appelait. C’était plus l’instinct et cette connaissance intérieur qu’elle ne pouvait pas toucher du doigt qui la menait peu à peu vers sa destination. Que ferait-elle là bas ? Elle l’ignorait, mais à force de questions, d’interrogations sur sa route une fois la mer traversée, elle avait commencé à entendre des bruits et rumeurs. Le couronnement d’un nouveau souverain. Une épée à tirer de son rocher. La paix et la prospérité à venir. De bien belles espérances pour l’avenir et quelque chose que le Cygne partageait. La vision avait alors eu des airs d’invitation, lorsqu’elle avait entendu dire que de nombreux guerriers de toutes horizons s’étaient eux aussi dirigés vers la cité en liesse. La guerre ici n’avait pas lieu, les mésententes non plus et peut-être serait-ce une autre voie à de nouvelles ententes.

Les portes passées de la cité, après de longues journées de voyage, le Cygne se laissa happer par l’activité grouillante. Une préparation qui ressemblait à Reims, mais avec encore plus de force et d’imagination. Ici, la ville entière vivait d’une force surnaturelle, presque mystique, et Rowena senti même une partie de son énergie lui échapper quelque peu lorsqu’elle entra pleinement dans la cité. Peu importait, si les règles demandaient la politesse et la paix, alors elle saurait parfaitement en faire preuve.

Et c’est à peu près là que le sentiment grinçant de ne pas savoir le but de sa présence ici se fit ressentir. En ce lieu, elle n’avait ni ordres ni directives. Ni objectifs ni buts particulier pour donner aux siens un peu plus de crédits. Malgré la renaissance de la Tour des Vents, leur maison et havre, les Oracles demeuraient toujours sans chef à leur tête et sans dieu pour veiller sur eux. Ils étaient seuls et Rowena ne pouvait pas dire ce qui serait un avantage aux desseins d’Apollon. La grandeur immuables des cycles et guider l’humanité vers une perfection demeurait bien clair à ses yeux, mais ensuite ? Quelle alliance serait la meilleure pour eux, ou au contraire allant contre ces objectifs ? Trop de choses étaient laissées sans indications, et c’était bien là l’infériorité des Oracles par rapport aux autres… La seule chose qui pouvait ressortir de cette venue à Camelot était peut-être un poids politique à gagner auprès des Ligures. Après tout, les manoeuvres d’Apollon semblaient aussi liées à eux…

Préoccupée et quelque peu sombre dans ses pensées, la jeune femme se laissa néanmoins à observer la ville et les merveilles proposées pour l’occasion dans ce qui semblait être l’un des marchés. Assurément, bien des choses posées sur les étales brillaient pour attirer les regards des curieux et potentiels acheteurs. Et bien entendu, la jeune femme n’avait de toute façon pas grand chose à dépenser si d’aventure quelque chose avait attiré son oeil. Mais la beauté avait toujours attiré les ouailles d’Apollon, aussi continua-t-elle a déambuler entre les étales divers et variés. Un voile un peu épais d’une couleur pâle couvrait sa chevelure, et sa robe - comme beaucoup d’autres lui appartenant ou lui ayant appartenue - n’avait rien de très exceptionnel, cachant néanmoins bien son dos et les sceaux du soleil qui marquait ses épaules et ses bras. Le froid du mois de mars n’était pas encore totalement éclipsé et l’humidité, malgré la journée, trainait dans l’air, et la jeune femme avait resserré la cape sur ses épaules. Ici, rien ne semblait l’attendre et elle même n’attendait rien. Sinon un signe peut-être, ou une simple occasion de penser à autre chose.


Dernière édition par Rowena le Sam 21 Nov - 14:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t891-rowena-le-paon-de-ceci https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2210-rowena-journal-de-bord En ligne
ZvezdanZvezdanArmure :
Pontifex

Statistiques
HP:
[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] G-bleu1650/1650[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] V-bleu  (1650/1650)
CP:
[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] G-rouge1350/1350[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] G-jaune1650/1650[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] V-jaune  (1650/1650)
Message Re: [Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan]   [Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] EmptyDim 8 Nov - 21:17
Pfew, que cette cité est grande. J'aurais aimé m'y perdre encore un plus long moment, sans ces tâches à accomplir en filigrane de mon tourisme improvisé... Mais eh, j'ai encore du temps devant moi, de la curiosité à rassasier, et des choses à faire... Alors aujourd'hui encore, il va s'agir de déambuler au travers des rues de Camelot.

J'ai beaucoup été seul jusqu'ici. La sagesse commanderait de me déplacer avec d'autres Berserkers, mais... Tseh. Mais j'ai pas envie. J'ai plutôt envie de profiter de ma solitude, et la tromper avec d'autres qu'avec des chiens d'Arès. Eux, je peux les voir à tout moment, eux, je peux leur siffler d'arriver prés de moi quand ça me chante. D'autres ici, je ne les croiserais plus jamais après.
Les locaux.
Les éveillés d'ici et d'ailleurs.
Ceux qui je vois ici dans un cadre contrôlé, et que je croiserais à l'avenir que sur un champ de bataille.

Bref. Vous voyez l'idée.
Alors entre ça et mes quelques découvertes récentes dans les rues marchandes, dans les réceptions et ailleurs... j'ai de quoi faire. Découverte toute autre : j'aime le vin local. Dur à dire que je suis en mission en tant que Voix du Dieu de la Guerre et de la Destruction, avec ce genre de préocupations, hm ? Encore et toujours : mélanger travail et plaisir.
Un jour ça me perdra. Ça m'a déjà perdu, jadis.

Mais le jadis et le demain attendront. Ce qui m'intéresse, c'est le Maintenant. Et ce nouveau petit coin de marché que je viens tout juste de découvrir...
Drapé dans mon épaisse cape rouge sombre, je me gratte doucement le menton. Le geste déplace un pan de cape, pour dévoiler la tunique blanche brodée d'or en-dessous, et le pantalon blanc cassé. Mes bagues se sont volatilisées, mais les bracelets d'or restent, et le pendentif Vandale à mon cou n'a jamais quitté sa place. Et comme depuis le début de mon séjour ici, ce détail qui démarque : la peau doucement halée, plutôt que cendrée, pour mieux me fondre dans la masse, et éviter l'effet... Eh bien, l'effet « amène trop de questions dans son sillage. »

Mais donc. Un marché, disais-je, oui ? Eh bien, pourtant, cette fois-ci, ce n'est pas les marchandises sur les étales qui iront attirer mon regard.
Au lieu de ça, une silhouette qui dénote au milieu des autres, alors que je laisse traîner mes yeux sur les différentes échoppes, à la recherche d'une curiosité, d'un objet qui en vaut la peine... Une femme drapée dans sa robe, une cape resserrée autour d'elle comme pour combattre le froid d'aujourd'hui. Une joliesse fragile, quelque chose de... D'étrange, sur les traits fins de son visage. Ça arrive, parfois... Cette impression d'un quelque chose sous la surface, sans réussir à mettre le doigt dessus. Un sentiment, un instinct. Perdue ? Désœuvrée ? Hm... je dirais que je suis proche, mais j'ai pas le mot exact. Je ne suis pas devin non plus. C'est plutôt l'apanage des Oracles ça, parait-il.
Mais c'est comme je disais la dernière fois : heureusement que je ne sais pas tout. Autrement, je n'aurais pas le luxe d'être curieux. Et ça tombe bien, je suis curieux, là maintenant.
Entre autre.

- C'est fou comme tout est joli sur ce marché, hein? à quelques pas d'elles, à côté, je suis planté devant la même échoppe qu'elle, un regard scrutateur sur les différents tissus. Tseh. La qualité peut bien être au rendez-vous, vu le prix. J'en ai fait les frais. Tout est négociable, mais le prix de base tend à être haut, dans ce coin-ci du marché. À l'échoppe en face, différentes capes de bonne facture, en bazars selon les envies et les besoins. Des sobres et des plus ouvragées, des épaisses et des plus fines, des qui descendent jusqu'aux chevilles, d'autres qui s'arrêtent au bas du dos. Beaucoup de choix, beaucoup de variations, avec pour seules constantes ces deux chose : la qualité et le prix.

J'observe les tissu un instant de plus de mes yeux noirs, puis je finis par déporter mon regard vers elle. C'est fou comme tout est joli sur ce marché, hein? Tseh. La pensée m'arrache un sourire. Puis doucement, mon regard glisse. Pour s'attarder sur la nuque de la petite forme qui vient de passer non loin de la femme, peu avant que je reviennes vers elle. Il a été discret. Plutôt habile. Mais j'ai eu à survivre comme ça, fût un temps. Alors je sais vous repérer.

- Tu devrais attendre que tout le monde soit trop occupé autour de toi pour remarquer avant d'agir, gamin. La voix un peu plus forte, visage tourné dans sa direction, il se fige, alors qu'il commençait à doucement s'en aller, sans geste brusque. Se fige, juste une demi-seconde, puis reprend son chemin, un peu plus vite. Joue pas ce petit jeu, mon grand. Je te rattraperai. Crois-moi.

Une sévérité dans la voix, sans pourtant que mon sourire léger s'en aille. De nouveau, il se fige. Et cette fois-ci, il risque une œillade craintive par-dessus son épaule. Il croise mon regard. Il sait.

- Sois gentil et va rendre sa bourse à la demoiselle, tu veux bien ? Je parle assez fort pour qu'il m'entende, mais pas assez fort pour faire une scène, pour attirer les regards sur lui. Hésitant, une douce panique sur ses traits, l'adolescent hésite. Une petite tête brune aux cheveux ébouriffés, une grimace au visage. Il grogne un peu, puis s'approche d'elle... Pour lui tendre l'objet.Bon garçon.

D'une pichenette, j'envoie quelque chose voler dans sa direction. Un bruit métallique, et quelque chose qui cogne contre son torse, qu'il rattrape au creux de ses deux mains jointes. Il regarde, et il voit une pièce. Une pièce joliment dorée. Et tu connais ce doré, n'est-ce pas garçon ?

- Tire-toi. Et fais moi plaisir de dépenser ça intelligemment.

Du bout de la main, je lui fait signe de partir. Il me regarde un moment, une confusion certaine au regard, puis il finit par s'exécuter. Tsh. Il me rappelle moi plus jeune. En moins adroit.
Quelques autres secondes, et je reporte mon attention sur la presque-détroussée.

- C'aurait été dommage de plus rien pouvoir acheter sur un coup de malchance, non?

Je lui souris, une espièglerie sur les lèvres. T'es bien tombé finalement, gamin : Toujours sympa de pouvoir jouer le coup du type classe qui prend le voleur sur le fait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2032-zvezdan-cardinal-de- En ligne
RowenaRowenaArmure :
Cygne d'Euros (Est et Automne)

Statistiques
HP:
[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] G-bleu1350/1350[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] V-bleu  (1350/1350)
CP:
[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] G-rouge600/600[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] V-rouge  (600/600)
CC:
[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] G-jaune1200/1200[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] V-jaune  (1200/1200)
Message Re: [Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan]   [Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] EmptyDim 8 Nov - 22:25
C’est certainement le risque qui existe à se laisser perdre dans ses pensées en plein milieu du marché : se faire surprendre. Et il y a de nombreuses manières pour cela. En très peu de temps, Rowena en est la victime trois fois, à son grand regret. Elle d’ordinaire si attentive à son environnement s’était laissé si profondément étreindre par ses pensées qu’elle en avait oublié qu’elle n’était pas simplement seule, que le monde continuait de tourner et le temps continuait d’avancer. La voix avait retentit à proximité d’elle et ses sens avaient aisément captés les sons et le ton pour comprendre que cela lui était adressé. Le léger sursaut qui traverse son corps est infime mais bien présent, mais il a le mérite de la ramener pleinement à l’instant présent. Son interlocuteur ne la regarde pas, mais la posture et la distance à ses côtés désigne parfaitement qui est la cible de ses mots. Si le regard de l’Oracle s’est posé quelques secondes sur l’homme pour l’observer, elle ne tarde pas à suivre son regard pour le déposer sur les étales devant elle. Un sourire doux mais amusé fleurit sur ses propres lèvres devant la remarque, et elle ne tarde pas à acquiescer :

« Oui. Ainsi sont les belles choses, et ils auraient tord de ne pas en profiter vu la situation. »

De nombreux visiteurs, des touristes même jamais venu un jour sur ces terres… Oui, les marchands de la cité n’étaient pas idiots de gonfler leurs prix sur des marchandises rares et de qualité. Si elle n’avait pas beaucoup avec elle pour se permettre de dépenser son argent dans autre chose qu’un logement pour la nuit, l’envie ne lui manquait pas sur certaines parures ou tissus. Plus elle y repensait, et plus elle se rendait compte que depuis toujours elle avait vécu au service d’Apollon, sans jamais profiter de son existence à elle. Il n’y avait pas de regrets à ce sujet, puisque la seule fois où elle l’avait fait, le malheur s’était abattu sur sa vie et celle de ses descendantes. Mais le simple fait de contempler les marchandises et de faire l’état de ses possessions à elle soulevait un sentiment d’envie. Car elle n’avait rien. Pas même assez pour se faire plaisir en ces jours de fêtes et grandeurs. Un instant, alors qu’elle attend de voir si l’homme va chercher à lui en dire plus, elle observe les étoffes avec une mélancolie envieuse, sans néanmoins montrer le désir de céder. Elle ne le pouvait.

Un instant passe, et les regards finissent cette fois par se rencontrer. Le Cygne alors le détail, cet homme qui sort de l’ordinaire. Avec sa peau halée, il est loin de se fondre dans la masse des habitants de cette île. Ses vêtements également, ainsi que les bijoux qui habillent ses poignets ou son cou. Il y a un port noble derrière ce sourire. Elle pourrait se laisser prendre par le charme, si la voix qu’il prend pour s’adresser à quelqu’un derrière elle ne fait pas grimper un petit frisson.

C’est la seconde fois que Rowena se fait surprendre.

La tête de la jeune femme se tourne, elle voit l’adolescent qui s’est figé dans l’angoissante posture du « j’ai été pris sur le fait ». Il n’en faut pas plus pour qu’elle comprenne et instinctivement sa main se glisse à sa sacoche et bien évidemment, la bourse est manquante. Comment… ? Un peu choquée de sa propre bêtise, elle retourne un regard vers le jeune garçon, frissonnant avec lui de cette sévérité que l’homme échappe dans un sourire qui n’est plus si amusant. Il y a quelque chose de dangereux et de puissant. Pourtant, ce n’est que fugace et elle doit bien remercier l’homme d’avoir perçu ce qu’elle même n’a pas su faire. L’échange n’est pas long et c’est silencieuse que Rowena y assiste avant de récupérer ce qui lui appartenait déjà. De maigre économie, c’est fort visible, et rien qui aurait apporté beaucoup de succès à un jeune voleur. Il s’enfuit déjà avec la récompense donnée par son étrange sauveur, un geste qu’elle regarde avec un haussement de sourcil mais sans jugement.

C’est la troisième fois qu’elle est surprise.

Mais celle-ci est plus agréable et le coeur tendre de la jeune femme s’y laisse un peu prendre, même si ce n’est jamais trop. Voler n’est certainement jamais un plaisir pour un si jeune adolescent. Et si ce n’est pour lui, c’est peut-être pour de la famille ou un groupe supérieur qui lui ferait la misère sans un butin à rapporter. Elle ne lui en veut pas, même si elle est bien contente d’avoir récupéré son argent. Malgré le précédent sentiment un peu inquiet à son propos, le sourire espiègle de l’homme est communicatif, et enfin la voix revient à sa gorge, les mots à sa bouche :

« Oh, comme vous pouvez le voir, je n’ai pas grand chose à dépenser malheureusement. » Elle s’amuse un peu de sa propre situation. Il vaut mieux sourire d’un petit manque d’argent pour des achats de plaisir que pour ceux qui sont nécessaires. « Mais je vous remercie pour votre aide. Ainsi que votre générosité pour ce jeune garçon. Peu seraient ceux à récompenser la reconnaissance de son erreur et beaucoup auraient appelés la garde. » Combien de fois avait-elle assisté à ce genre de scène dans les rues de Rome ? Des enfants courant dans les rues pour dérober les bourses mal surveillées, et ceux attrapés qui se faisaient condamner sur place et flageller aux yeux de tous ? Même si elle avait été victime de ce presque vol, elle préfère ne pas voir l’horreur sur le visage d’un si jeune enfant. D’autres choses plus difficiles l’attendront certainement dans la vie d’adulte. « Seriez-vous pour quelques présentations ? Après tout, je dois bien savoir le nom de mon sauveur. » Le ton se fait plus léger. Quelque chose qui permet d’oublier les doutes et les sombres pensées, un instant au moins. Malgré le froid, un petit geste de la main fait glisser le voile de ses cheveux pour découvrir un peu mieux ses traits, car ainsi préfère-t-elle discuter. « Je m’appelle Rowena. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t891-rowena-le-paon-de-ceci https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2210-rowena-journal-de-bord En ligne
ZvezdanZvezdanArmure :
Pontifex

Statistiques
HP:
[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] G-bleu1650/1650[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] V-bleu  (1650/1650)
CP:
[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] G-rouge1350/1350[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] G-jaune1650/1650[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] V-jaune  (1650/1650)
Message Re: [Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan]   [Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] EmptyDim 8 Nov - 23:44
Marrant, je pensais la même chose, à peu de choses prés.
C'est les mots qui me sont arrivés à l'esprit, à la première phrase qu'elle m'a accordée. Peu de temps après ça, il y a eu cette petite scène, celle du jeune chapardeur qui échoue à chaparder... Par malchance plus que par incompétence : comment pouvait-il savoir qu'il tentait son coup à quelques mètres de distance à peine d'un homme qui a passé des années à survivre comme il l'a fait. Le vagabondage après que je me sois séparé de la troupe Vandale, les années d'errance, et les différents moyens de subsister... Aujourd'hui encore, ça n'arrête pas de me servir.
Aujourd'hui, ça sert même quelqu'un d'autre plutôt que moi, en fait.

D'une certaine manière, ça a même servi à deux personnes. La jolie inconnue, et sa bourse épargnée. Le jeune chapardeur, et ses mains conservées. J'ai vécu ta vie, le jeune. Cette période-ci de ta vie, en tout cas. Alors je sais. Et je sais aussi ce qu'ils réservent aux voleurs, dans la plupart des cités de ce monde. Et je ne le souhaite à personne.
Tsh. Écoute-moi parler. Foutu Pontifex d'Arès qui fait dans le sentimentalisme. Des bons sentiments et de bonnes actions entre deux massacres, la belle affaire, hein ?

Une grande loterie de la vie. Tu es né dans une ville où je suis touriste plutôt que conquérant, alors tu rencontres le jeune insouciant bon vivant, pas le guerrier.

D'ailleurs, et si le jeune insouciant continuait ses activités de jeune insouciant, hm ? Genre, jouer les beaux parleurs.

- Raison de plus pour ne pas finir les mains vides. Plus l'argent manque, moins il peut se permettre de manquer. Observer plutôt qu'acheter, hein ? Ça y ressemble. Toucher avec les yeux, ça peut suffire à qui sait se contenter d'admirer les belles choses, sur un marché du genre. J'y pense, et encore une fois, une phrase fait écho à mes pensées, mentalement. Encore une fois, ça me fait doucement sourire. Disons que je préfère ne pas prendre le risque de savoir ce qu'ils réservent aux voleurs dans cette cité. Je lui répond ça d'un mince sourire, un regard entendu qui s'occupe de finir ma phrase. Parce qu'elle sait sans doute aussi bien que moi ce qu'on réserve aux voleurs dans la plupart des cités. Tout le monde le sait. Tout le monde ne trouve pas à y redire, par contre. Mais il est loin maintenant, ce jeune voleur. Loin et en sécurité. Des gardes pour l'instant, et du besoin pour un petit moment. Profite.

Moi aussi, je profite. J'observe le geste qui dévoile la longueur de ces cheveux sombres, leur joli contraste avec le pâle de la peau. Rowena. Le nom roule dans mon esprit un moment, mémorisé. Puis je réponds, sans plus un regard vers les étales alentour, pris par la conversation.

- Zvezdan, sauveur de petites économies à ses heures perdues. Une révérence doucement exagérée, sorte d'autodérision légère, tout en même temps que je me présente. J'écoute, et je n'entends pas l'accent local dans sa voix. Je me redresse, puis vais chercher son regard. Je vais prendre un risque et parier que vous êtes aussi de passage en ville... J'ai bon?

Les voyageurs sont foule, après tout. Éveillés comme moins éveillés, des gens de tout part sont attirés par le grand événement. Le couronnement. Toi aussi, Rowena ?

- Tseh. La moitié de la ville est de passage en ville, j'ai l'impression... donc j'imagine que mon pari n'est pas très risqué, à vrai dire. Je souffle doucement du nez, lance une œillade aux alentours. Entre les marchands étrangers et les touristes, il y a foule parmi ceux qui ne semblent pas être des locaux. « Moitié » est peut-être une exagération... Mais vous voyez l'idée.

- 'Parlant de petites économies, ceci dit... Je vais prendre un second second risque et parier que l'intention est plus à la découverte qu'à l'achat, sur ce petit marché. Je penche légèrement la tête sur le côté, et de nouveau, je lance ma question, un sourire de malice sur mes lèvres. J'ai bon aussi?

On peut pas dire que je prenne beaucoup de Réels risque avec mon travail de détective, mais eh, chaque chose en son temps. La journée est encore jeune... Cette rencontre aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2032-zvezdan-cardinal-de- En ligne
RowenaRowenaArmure :
Cygne d'Euros (Est et Automne)

Statistiques
HP:
[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] G-bleu1350/1350[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] V-bleu  (1350/1350)
CP:
[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] G-rouge600/600[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] V-rouge  (600/600)
CC:
[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] G-jaune1200/1200[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] V-jaune  (1200/1200)
Message Re: [Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan]   [Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] EmptyMar 10 Nov - 0:21
« Non...non en effet. »

La réponse est tacite et les jeux de regards font comprendre qu’ils partagent un avis semblable : ils savent tous deux ce qui serait arrivé à ce voleur si quelqu’un d’autre l’avait attrapé et fait preuve de moins de discernement sur la situation d’un si jeune adolescent. Assurément elle est rassuré que l’homme devant elle ne soit pas de ceux à prendre plaisir à punir un enfant dont le crime était certainement celui de vouloir survivre. Elle ne pouvait certes pas définir quelqu’un à cette seule réaction, mais il lui plaisait néanmoins de savoir qu’elle avait en face quelqu’un d’un peu sensé, plutôt charmant et un peu preux chevalier sur les bords. Une pensée qui la fit sourire, devant les belles paroles qu’il avait à son encontre. Très différent des regards insistants d’un certain nordique quelques mois plus tôt, sur l’affaire d’une rencontre malheureuse. Elle n’y pensa pas vraiment longtemps, plutôt intriguée par les présentations et la révérence esquissée avec exagération. Un rire lui échappe, juste clair et sincère d’un amusement doux, et elle ne peut s’empêcher de rendre la révérence de ce même ton, non sans une certaine grâce. Comme ils doivent avoir l’air étrange au milieu de cette foule intéressée par les marchandises, mais qu’importe car l’instant est à cette discussion qui capte toute leur attention.

« Et bien je suis ravie de faire votre connaissance, Zvezdan mon sauveur. » Pour quelques économies plus que précieuse pour elle. Et pour cette rencontre pour le moins fortuite. Elle le détaille un peu plus lorsqu’il se met à jouer quelque peu, et le sourire du Cygne s’accentue d’un air de défi simulé. Il y a bien longtemps qu’elle n’a pas laissé les sombres pensées pesant sur elle lui échapper. Il semble ne rien y avoir, nulle attente pour alourdir son coeur et la ramener à la vérité douloureuse sur sa présence en cette belle cité. « C’est un risque dangereux, attention. » Elle sourit à nouveau, taquine un peu avant de reprendre : « Mais il paye. Vous avez raison, je suis de passage pour l’événement qui attire tout le monde ici je suppose. Mais puisque vous pariez, puis-je retourner le défi en supposant qu’il en est de même pour vous ? » Après tout, n’a-t-il pas dit « aussi », dans sa phrase ? Et non sans juger son apparence, elle doit reconnaître qu’il n’a guère le profil des habitants de la région. Mais elle peut à nouveau être surprise.

Cela dit il a raison, et la moitié des gens présents à Camelot ne sont que de passage pour le bal et le couronnement qui aura lieu très bientôt. Aussi le pari n’est pas très risqué pour elle ressemblant à un jeune papillon intrigué par les marchandises comme s’il s’agissait de la lumière. « D’où venez-vous ? » Cela pourrait paraitre une simple curiosité innocente, mais elle espère qu’une réponse pourrait lui donner une idée plus précise sur ce charmant interlocuteur. Elle s’interroge, après tout, si lui même est un Eveillé. Si tel était le cas, elle ne pourrait pas prétendre être réellement choquée. Beaucoup semblaient avoir été invité.

Il est joueur, ce Zvezdan au nom si étranger. Elle ne saurait dire d’où cela vient, tout comme elle ne saurait exactement placer les origines de cet homme sous ses yeux. Mais il est charmant, joyeux et cela suffit à cet instant sans trop penser à l’après. Peut-être cela viendrait plus tard - ou plus tôt qu’elle ne veut bien le croire - mais elle aime ce petit jeu qui ne ressemble à rien de ce qu’elle a vécu ces derniers temps. Moins de pression… moins de tout ce qui l’a fait avancer jusqu’ici. Un souffle nouveau comme ce qui semble s’installer dans cette belle cité.

« Quel dommage de ne pas avoir misé, vous auriez été gagnant. » Mais le pari n’avait rien de très compliqué, en sachant qu’elle n’avait guère trop d’argent à dépenser. Bien des choses attiraient son oeil, mais rien qui ne ferait céder la raison, comme toujours. Même si… Non il valait mieux rester raisonnable ! « Même si toutes ces choses sont très belles, les regarder est suffisant. » Elle ne fera à nouveau mention à son manque d’argent, il le sait fort bien, et même si elle en avait rit un peu plus tôt, il n’était pas nécessaire de le mentionner encore. Pas plus que ses quelques envies d’achats qui attiraient son oeil et son coeur, mais qu’elle taisait. « Et vous ? Avez-vous cédé à l’attrait de ces belles choses et fait le bonheur de quelques marchands ? » Elle sourit de nouveau, imaginait fort bien cet homme se prendre à quelques beaux achats. Elle l’a bien remarqué, la facture de qualité de sa cape, ou la joliesse des quelques bijoux à ses poignets.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t891-rowena-le-paon-de-ceci https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2210-rowena-journal-de-bord En ligne
ZvezdanZvezdanArmure :
Pontifex

Statistiques
HP:
[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] G-bleu1650/1650[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] V-bleu  (1650/1650)
CP:
[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] G-rouge1350/1350[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] G-jaune1650/1650[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] V-jaune  (1650/1650)
Message Re: [Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan]   [Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] EmptyMar 10 Nov - 1:57
- Plaisir partagé. Je lui réponds ça tout en même temps que je me redresse, toujours amusé par ce petit jeu. Alors imaginez bien que si on m'y suit... Tseh.  Appelons ça un risque calculé. Et gagnant, du coup. Quant à moi... Hm, j'imagine qu'entre le teint et le Léger accent, je suis démasqué, oui.

La peau halée et le parler différent de celui des locaux... Disons que c'est les principaux éléments qui me trahissent, j'imagine ? Même s'il peut y avoir d'autres choses pour l’œil aguerri, ou le renseigné. Savoir que les broderies dorées sur ma tunique sont dans la langue Vandale, par exemple. Mais pas besoin d'aller si loin pour savoir que je ne fais pas vraiment couleur locale.

Puis viens la question. La provenance, l'Où, et donc d'une certaine façon, le Qui... En tout cas, pour certains. Pour certains, savoir ça, ce sera savoir beaucoup. Et par « certains », je veux dire encore une fois les éveillés... Hm. Bon, au point où j'en suis, autant continuer sur la route de l'honnêteté, non ? Ni de raison de mentir ni de me cacher.
Tout au plus, j'ai une éveillée en face de moi, elle fera le lien, et à ce moment, je suis curieux d'avance de la tête qu'elle fera.

- J'ai fait le voyage depuis un petit coin perdu de Transylvanie. J'ai une petite troupe avec moi, mais je me balade seul, dire de profiter un peu de la cité... De souffler, aussi.

Non pas que je ne veuille pas me mélanger avec les miens, mais certains coins de Camelot, je ne me vois pas les visiter avec certains résidents du Dédale. Les étales exotiques du quartier marchand plein d'honnêtes citoyens ? Je me passerais de la compagnie de César ici, merci bien. Mais bref. Je donne l'information, puis guette la potentielle réaction. Selon ce que ce joli visage me donne à voir comme expression, j'aurais déjà un élément de réponse... Mais autant creuser moi aussi, au final.

- Et vous?

Continuer l'escalade de la curiosité, tant qu'elle n'a pas de raison de s'arrêter. Continuer de s'amuser, tant que je n'ai pas de raison de déchanter. C'est pour ça que j'embraye sur mes suppositions faciles, que je demande. Miser... Heh. En voilà une idée.

- Hmmmm... Entre nous, est-ce que ce discours serait le même avec une bourse un peu mieux remplie? Un quelque chose de complice sur le visage, vaguement taquin. Je connais le rôle de celui qui doit regarder plutôt qu’acquérir. Admirer, c'est un plaisir en soi. Mais un plaisir traître. Parce qu'avec lui vient souvent l'envie. Pourquoi se contenter de regarder, quand c'est là tout prés à portée de main, quelques pas à faire, quelques pièces à déposer au creux d'une main, et l'objet est à soi ? Quelques pièces ou autrement, d'ailleurs, hein... enfin, détail. Quelques-uns, oui. Deux trois tissus, et quelques petites pièces exotiques que je ne pensais pas voir ici... Un plateau de jeu venu d'Orient, entre autre. Il trouvera une place de choix dans... Je sais pas où en fait, quand on rentrera. Mais il trouvera une place de choix, ça pour sûr.

- 'Permettez que je pose une question ? Admettons... Admettons que je suis un jeune ahuri insouciant avec trop d'argent pour son propre bien, et trop peu d'idées sur quoi le dépenser. Admettons qu'au détour d'un coin de marché, je croise une jolie jeune femme qui aurait inversement des idées de dépense – éventuellement - mais pas l'argent qui va avec. Admettons que je me sente d'humeur bon prince, et que je lui propose un petit tour d'étales, pour lui acheter un quelque chose qui lui ferait plaisir. Que me répondrait la jolie jeune femme?

J'en fais trop ? Tseh. N'est-ce pas ma spécialité, « en faire trop » ? Trop théâtrale, trop Tout.
Mais au final, pas de mensonge, dans ma petite mise en scène : l'argent ne me manque pas, mais j'ai assez dépensé pour moi. Alors... Alors je pose ma fameuse question. Je dirais bien « question innocente, » mais ça serait un mensonge, et j'ai dit que je serais honnête aujourd'hui.
Ça me fait sourire beaucoup plus que ça ne le devrait, mes propres âneries.

- La flatterie ne me mènera nulle part, je sais, je sais. Mais je n'en suis plus à ma bonne action prés, après le coup de la pièce d'or au gamin voleur, non?

Alors dis-moi, Rowena : aider ce jeune ahuri qui se sent l'envie d'oublier le rôle de Pontifex le temps d'une après-midi au marché... Est-ce que ça te tente ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2032-zvezdan-cardinal-de- En ligne
RowenaRowenaArmure :
Cygne d'Euros (Est et Automne)

Statistiques
HP:
[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] G-bleu1350/1350[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] V-bleu  (1350/1350)
CP:
[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] G-rouge600/600[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] V-rouge  (600/600)
CC:
[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] G-jaune1200/1200[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] V-jaune  (1200/1200)
Message Re: [Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan]   [Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] EmptyMer 11 Nov - 16:18
« Un peu oui. Mais le risque n’était pas très grand non plus. » Dit-elle dans un petit rire qui accompagne si bien cette discussion légère. Il a raison, son apparence sur les détails extérieurs le montrait tout droit venu d’une autre contrée que les habitants de cette cité. La question était de savoir où. Et à dire vrai, elle est étonné de la réponse de ce jeune homme, car s’il y a bien un endroit où elle ne l’aurait pas placé, c’était les terres reculées de la Transylvanie. Une précision qui fait lever un sourcil surpris sur le visage doux du Cygne. Le doute n’y est plus, c’est un Eveillé devant elle. Un Eveillé qu’elle soupçonne sans trop de difficulté d’être un Berserker. Elle ne sait pas si elle doit mal prendre cette information. Après tout il n’a montré que visage charmant et sympathie, il lui a permis d’oublier ce pourquoi elle se trouvait dans cette ville et les poids qui pèsent sur ses épaules. Il n’est en rien commun à ce que l’on dit des bêtes d’Arès, pas qu’elle en ait rencontré beaucoup elle même lors de l’alliance de la dernière guerre. L’avait-il connu, cette guerre ? C’étaient-ils croisés de loin sur le champ de bataille de Rome ? Elle l’ignore, et les souvenirs de ces instants sont devenus flous. Mais si les mots ont prouvé dans son regard qu’elle a compris ce qu’il était certainement, elle ne recule ni ne s’offusque. En vérité, le sourire reprendre place sur son visage, dans une compréhension nouvelle de la situation.

« C’est une région très loin d’ici, vous avez dû faire un long voyage. J’en ai un peu entendu parler, mais je ne l’ai jamais vu de mes yeux. » Aurait-elle jamais le besoin de s’y rendre ? Les alliances du passé étaient-elles toujours actives ? Là non plus, elle n’en sait rien, et les Oracles ne sont rien non plus en ce moment. Juste quelques oisillons éparpillés qui ont retrouvés un nid. Mais c’est trop peu. « Pour ma part j’étais en Francia avant de recevoir l’invitation et venir ici, mais je viens en réalité de Rome, même si j’ai quitté la ville il y a quelques mois. » Quelques mois… La fin de la guerre. La défaite. Lorsque tout s’est effondré et qu’il n’est resté que des cendres de la Tour des Vents. Saurait-il comprendre ? Oui, elle en est persuadée. Mais dans son regard à elle, quelque chose comme un silence à maintenir :

Pas maintenant… Juste, restons ainsi. Sans rien dire.

Alors la discussion embraye sur quelque chose de plus léger et elle espère que cela continue. S’amuser comme si de rien n’était. Profiter de l’effervescence d’un marché et la sensation de n’être qu’un touriste dans cette ville pleine de vie. Dans cet environnement, Rowena se sent si différente, comme si les éclats de vie pulsait à nouveau dans sa chair qui n’est pas la sienne. Une jeunesse perdue qu’elle retrouve avec un compagnon charmant, même si c’est l’espace de quelques heures… Oui juste un instant.

En tout cas, il la cerne bien dans ses paroles et elle détourne un peu le regard dans un léger roulement des yeux, le tout accompagné d’un sourire. Puis un soupir résignée de celle vaincue par l’évidence :

« Je ne peux pas nier en effet. Après tout il serait malheureux de repartir sans un souvenir. » Elle répond de ce même ton malicieux, un échange de regard qui se comprend. Oui certainement que si l’argent n’avait pas manqué entre ses mains, elle se serait laissé tentée par quelques marchandises. Des tissus de qualité qu’elle n’avait pas porté depuis longtemps. Ou un bijou, qui sait. Mais pour le souvenir, il faudra attendre, ou espérer autre chose qu’un bien trop cher.

Tout du moins jusqu’à ce que Zvezdan entre dans le jeu.

Il en fait trop. Un peu. En vérité elle ne saurait pas dire exactement ce qu’elle ressent à mesure que le dialogue se fait tirade, le tout joliment adressé à elle avec en conclusion une étrange - étonnante ? Agréable - proposition. Elle se sent redevenir cette jeune femme, il y a bien longtemps, charmée par les beaux mots d’un sympathique garçon. C’était il y a si longtemps, avant qu’elle ne s’enferme dans les méandres de la Tour des Vents pour la garder… Elle n’a pas en mémoire un instant qui ressemble à celui-ci. Et elle n’est pas idiote ni naïve au point d’ignorer qu’il y a peut-être intention derrière cette proposition, et qu’une demoiselle moins jolie n’aurait pas eu cette chance. Mais va-t-elle refuser ? Le veut-elle seulement ? Elle n’a pas envie qu’on lui fasse la charité… et pourtant elle sent que ce n’est certainement pas pour ça que Zvezdan lui offre cette proposition.

Somme nous juste à continuer d’oublier pour s’amuser ?

Oui au diable ces considérations Juste un instant.

« Beaucoup de supposition dans cette histoire, n’est-ce pas ? » Un petit rire, fugace, devant tous ces « admettons ». « Elle répondrait, je pense, qu’elle n’est pas certaine de mérité pareille générosité après seulement quelques minutes à discuter, mais qu’elle apprécie grandement la proposition et est même touchée. » Bien sûr, elle ne peut pas être certaine à 100% de tout, et ajoute quelque chose avec un petit haussement de sourcil scrutateur mais plus fait pour le côté théâtrale de cette scène qu’une véritable suspicion. Bien que la question se pose : « A moins bien sûr que le jeune homme attente quelque chose de la jeune femme ? » Elle ne le croit pas. Tout du moins l’espère, mais ses mots ne sont pas porteurs jugements. Il y a encore ce ton plutôt léger de leur discussion, permettant d’oublier la situation. « Je vous taquine. Mais je préfère la flatterie à l’impression d’avoir mendié quelques pièces. J’espère que je ne vous ai pas donné cette image, car si c’est le cas, ce n’est pas voulu. » Le ton demeure doux, et à dire vrai, il n’est pas ferme ni fermé à la possibilité. Mais vraiment, elle ne veut pas qu’il fasse ça parce qu’elle manque ou quoique ce soit d’autre. Si l’envie de dépenser y est, certainement qu’elle saura se retenir. « Marchons et regardons ce que les étales ont à nous proposer avant de décider ? » Même si bien des choses sont belles, elle ne cherche pas à céder si aisément. Si quelque chose doit-être acheté - offert - elle veut être certaine d’un choix.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t891-rowena-le-paon-de-ceci https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2210-rowena-journal-de-bord En ligne
ZvezdanZvezdanArmure :
Pontifex

Statistiques
HP:
[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] G-bleu1650/1650[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] V-bleu  (1650/1650)
CP:
[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] G-rouge1350/1350[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] G-jaune1650/1650[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] V-jaune  (1650/1650)
Message Re: [Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan]   [Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] EmptyMer 11 Nov - 17:56
Elle a un beau rire.
La pensée fait son chemin jusqu'à mon esprit, sans me demander mon avis. Et juste un moment, je me fais la réflexion que ce beau rire et ce joli sourire, ils risquent de disparaître tout net, si les choses sont telles que je le soupçonne. Si c'est une éveillée, et qu'elle comprend. Qu'elle comprend qui je suis, ou plutôt, d'où je viens et ce que ça veut dire sur mon allégeance. Et je lis qu'elle comprend, oui. Je lis la surprise. Mais... Mais le sourire revient. Et je n'arrive pas à empêcher le mien de redoubler. Rassuré, heureux.
C'est con à dire, mais je crois que sur le coup, j'aurais été plus embêté que mon statut me déserve que si ça avait été le cas pendant des négociations sérieuses. Disons... disons que j'ai une aisance à faire mentir les on-dits sur les Berserkers, face aux autres. Aux politiciens, aux seigneurs, à tout le monde. Mais là ? Là, j'ai pas réellement envie d'être Berserker.
Juste d'être moi. Et visiblement, je serais jugé pour Moi, pas pour d'où je viens.
Alors... Alors je souris, oui.

- J'ai pris un raccourci. Mon sourire se fait complice. Parce qu'on se comprend sans doute, sur cette notion de raccourci, maintenant qu'on sait tous les deux. Et que je sais pour elle aussi finalement. Rome. Tseh. Le destin est toujours aussi joueur. J'ai croisé des gens de Rome en voyage par chez moi, il y a peu. Sympathiques. On a même pu faire affaire.

La double lecture continue, mais elle ne dure pas beaucoup plus longtemps. Je me contente de dire ça, pour convoyer l'information dans cet espèce de non-dit, où l'on parle sans dire les mots. Sans dire Oracle, Berserkers, Dieux, Guerre. Parce que ni elle ni moi n'avons envie.
Ça, je le comprends. Et ça, ça se lit dans mon regard aussi.

Plutôt parler de cette bourse vide, hm ? De ces envies d'achat frustrées par le manque de monnaie. Tsh. Sa petite réaction attendrissante fait revenir le rictus de malice sur mon visage. C'est à ce moment là que j'ai commencé à réfléchir. Penser. Peser le pour et le contre, faire le compte de cet argent à ma bourse, abondant, bien plus que ce que je n'ai besoin. Faire le compte du temps que j'aimerais encore prolonger cette rencontre... Et trouver un prétexte pour.
Trouver quelque chose, pour s'oublier encore un petit moment. Pour garder ce quelque chose qui me fait sourire plus sincèrement que d'habitude, et le garder.

Alors j'ai posé mon cadre, proposé mon prétexte. J'ai donné mes mots de flatterie, fait ma petite scène de charmeur grandiloquent. Puis j'ai répondu, une assurance sur mes traits. Communicative, j'espère.

- Parait-il que je suis doué au jeu des « Si ». Je tente ma chance. Je ne ris pas, mais ma voix rit, à sa façon. Et ça ne va pas en s'arrangeant. Attendre quelque chose ? Hm... Peut-être bien... Mais rien de très intimidant, à vrai dire. Juste un peu de temps loin des affaires. « Les affaires ». C'est la même formulation que j'ai utilisé, pour faire allusion à l'arrivée des Oracles par chez nous, et les négociations qui ont suivies. « Les affaires ». Ce qu'on gère toi et moi, en somme. Cette autre vie, cachée des Dormeurs. S'il faut parler de quelque chose que j'attends, alors c'est du temps loin de ça, oui. Que j'attends, mais que j'offre aussi. Quant à ça... Mendier ? je n'ai pas eu cette impression, non. Simplement que j'ai assez pour me permettre quelques extravagances, quelques générosités.

Simplement que je triche, pour tromper la solitude.

- Faisons ça. Ce n'est pas le choix qui manque, après tout.

Doucement, je m'approche jusqu'à rabattre un pan de ma cape, pour lui offrir mon bras gauche. Orienté dans le sens des étales à tissu et vêtements divers et variés, j'accroche son regard un instant, profitant d'être plus prés.

Tseh. Savoir que je suis Berserker, c'est une chose... Je paierai pour voir ta tête, si tu savais quel Berserker j'étais, précisément.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2032-zvezdan-cardinal-de- En ligne
RowenaRowenaArmure :
Cygne d'Euros (Est et Automne)

Statistiques
HP:
[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] G-bleu1350/1350[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] V-bleu  (1350/1350)
CP:
[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] G-rouge600/600[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] V-rouge  (600/600)
CC:
[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] G-jaune1200/1200[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] V-jaune  (1200/1200)
Message Re: [Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan]   [Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] EmptyMer 11 Nov - 20:25
Faire affaire ? Tient donc. Voilà une chose que Rowena ignorait, mais qui avait aussi de quoi rassurer. D’autres Oracles que ses compagnons de Reims avaient effectués des choses à travers le monde et tenté des « affaires » avec les alliés d’hier. Etaient-ils toujours des alliés aujourd’hui ? Elle veut croire que la réaction toujours joyeuse de Zvezdan alors qu’il comprend son allégeance est un bon signe. Il est difficile de juger le statut de l’homme devant elle, bien qu’elle ne le soupçonne pas être des jeunes soldats aux rangs les plus bas. L’inverse aussi doit-être vrai la concernant. Cependant elle préfère repousser ces pensées loin de son esprit. Elle n’a pas besoin d’en savoir plus pour le moment, car comme elle il ne questionne pas plus en avant. Ils savent et taise l’évidence. Un moyen de repousser les jeux de la guerre, de la politique et même des dieux, pour n’être que soi même juste quelques heures.

« Oh j’espère qu’ils vous ont fait bonne impression en ce cas. »

Elle sait que les oracles n’ont peut-être pas toujours été les plus honnêtes des alliés, mais à l’époque elle n’avait pas la moindre autorité pour donner son avis devant l’implacabilité d’Apollon, son Augure ou les Évêques. Aujourd’hui elle revêtait le titre d’Eminence, mais sur une faction éparpillée et sans chef, et peut-être même sans soldats. Ou trop peu. Elle n’avait pas remis un pied à la nouvelle Tour des Vents et ignorait si beaucoup de personnes avaient répondu à l’appel des Muses, mais elle n’avait pas la sensation que leurs rangs se remplissaient. Zvezdan, curieusement, était le premier à lui dire que d’autres Oracles avaient œuvré pour le Soleil. En tous les cas elle espérait que le point de vues des Berserkers sur les Oracles n’étaient pas trop négatifs. Du reste, est-ce que cela importait vraiment ? Sa présence devant la vérité ne semblait pas repousser son interlocuteur, comme elle même ne l’avait pas été.

Les affaires. Assurément quelque chose qu’ils semblent vouloir éviter tous les deux. Elle l’avait déjà deviné à force de jouer ce jeu à deux sur des non dits tacites, mais le sourire du Cygne se fait encore plus doux, emprunt d’un sympathie envers Zvezdan devant ce sentiment qu’ils partagent tous deux.

« Je pense que je peux vous accorder cela oui. Oublions les affaires pour quelques temps ensemble. Et quelques achats peut-être. » Un ton amusé, une nouvelle taquinerie qui n'est certainement pas sa priorité. Car en vérité, c’est certainement oublier que recherche le plus Rowena, plutôt que les achats qui ne sont qu’une excuse pour laisser le temps s’écouler et éviter de penser à demain. Alors sans hésitation, avec un sourire franc qui se dessine sur ses lèvres, elle prend le bras offert avec beaucoup de soin. La main délicate du Cygne se pose sur la manche, la peau découvert laissant entrevoir les arabesques tatouées qui s’enroulent et convergent vers l’intérieur de sa paume. Le geste les rapproche, et la jeune femme remarque à nouveau quelque chose que ses yeux avaient d’ores et déjà perçu lors de sa première observation de son sauveur. Un très beau collier autour de son cou, un cercle de métal qui n’est somme toute pas très grand et qui tiendrait au creux de sa main, mais dont la joliesse intrigue aussi bien qu’elle questionne. L’or incrusté révèle des symboles qui lui sont inconnus. C’est après quelques pas seulement entre les étales à marcher côte à côte que la jeune femme interroge :

« Je n’ai pu m’empêcher de le remarquer, vous avez un très joli collier à votre cou. Puis-je demander d’où cela vient ? » Elle espère qu’il ne sera pas ennuyé du sujet, mais elle suppose que s’il ne souhaitait pas en parler, il aurait caché le bijou, ou saurait très vite éluder la question. Peut-être aussi n’y a-t-il rien à dire à ce sujet, mais peut-être est-ce son instinct qui à guidé sa question, car elle n’a pas l’impression que ce bijou est sans histoire et sans vie. Quelque chose entre les deux mondes, ce voile que ses yeux peuvent percevoir, semble s’attacher à cet object, comme un sentiment rémanent plus fort que d’autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t891-rowena-le-paon-de-ceci https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2210-rowena-journal-de-bord En ligne
ZvezdanZvezdanArmure :
Pontifex

Statistiques
HP:
[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] G-bleu1650/1650[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] V-bleu  (1650/1650)
CP:
[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] G-rouge1350/1350[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] G-jaune1650/1650[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] V-jaune  (1650/1650)
Message Re: [Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan]   [Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] EmptyMer 11 Nov - 21:34
- J'avais mes à-priori, mais ils ont su me faire voir les choses sous un autre angle, dira-t-on.

Réponse équivoque, pour en dire sans trop en dire, là encore. S'il ne fallait pas jouer le jeu des double-sens, je te dirais ça, Rowena : je te dirais qu'un long moment, je me suis méfié de vous. Énormément. Que je vous ais trouvé instable, indignes de confiance, dangereux. Mais que les émissaires ont réussi à me faire voir les choses sous un nouvel angle. Certains parmi les vôtres valent la peine d'être écoutés. Mais votre Ordre est éclaté, éparpillé, si bien que vous êtes une multitude d'individualités plutôt qu'un groupe à part entière, en l'état actuel des choses. Alors je dois vous juger, un à un. Je dois me faire mon avis, et je dois traiter précautionneusement, tant que vous n'aurez pas un Augure à votre tête.
Mais je ne te dirais pas ça. Pas maintenant en tout cas.

Nous avons d'autres chats à fouetter, après tout.

- Et quelques achats peut-être. Je répète tout en même temps que je tends le bras, quelque chose de malin sur mes traits. Et lorsqu'elle me donne sa main, je vois les tatouages, fugacement. Quelque chose qui attire mon regard peut-être deux petites secondes, avant que je revienne vers ses yeux, puis vers le chemin devant nous. Et je pense. Mon visage reste paisible, mais je pense, d'un murmure bas que seul mon esprit entend.

Tu devrais faire attention au jeu que tu joues, Zvezdan.
Cette voix que j'entends, c'est la mienne. C'est ce quelque chose de craintif terré au fond de mes humeurs. Ce quelque chose qui me dit de faire attention, de ne jamais plus trop me mélanger. De garder une distance. Garder une réserve. Rester ce beau parleur enjoué, mais vivre cette vie soit sous les traits d'un jeune hédoniste qui écoute ses désirs et instincts, soit sous ceux d'un conquérant vengeur qui mène à bien ses ambitions et représailles. Plus jamais, oh non plus jamais quoique ce soit d'autre. Cette voix, je l'ai entendue ailleurs. Avec d'autres, en d'autres occasions.
Cette voix, elle m'énerve.

C'est furtif, sous la peau, sous le reste. Un agacement léger, envers soi-même, quelque chose qui ne dure pas. Je me contente de fermer les yeux un instant... Puis les rouvrir. Chasser la voix. Chasser la peur.
C'est là que j'entends la question.

- Oh. Mon regard s'abaisse vers le pendentif, puis revient chercher le sien. Pas de doute, dans mes yeux. Une réflexion, cela étant. Un petit moment à penser sur comment tourner la chose. Bien sûr. Peut-être que le plus simple ce serait de me présenter plus assidûment.De ma main droite libre, j'empoigne le pendentif, puis le caresse du bout du pouce. Discrètement, je m'éclaircis la gorge. Zvezdan Nebojša, noble héritier de la Carthage Vandale du roi Gélimer. D'un Royaume révolu, en somme. Il n'y a pas si longtemps que ça, ça m'aurait coûté, d'aborder le sujet. Mais les choses ont changées. L'amertume est toujours là, bien évidemment. Mais j'ai dédié ma vie à ce passé. Alors je dois pouvoir le conter sans perdre mes moyens. C'est mon emblème familial. Il était incrusté dans une dague ouvragée qui était transmise dans ma famille. Aujourd'hui, la dague n'est plus, mais j'ai pu récupérer l’emblème incrusté prés de la garde pour en faire un pendentif.

Mon regard fixe l'horizon tandis que je parle, comme un point que je suis le seul à pouvoir voir. Puis, je reviens vers elle, un fin sourire sur mes lèvres, une plaisanterie dans la voix.

- Je viens de Transylvanie, mais... eh bien, je pense que ça n'était pas bien compliqué de deviner que ce n'est pas là-bas que je suis né non plus, n'est-ce pas? Ma peau ne saurait mentir... Même si elle ment, justement. Mais sans mentir, puisque cette couleur doucement sombre, doucement halée, c'était celle de ma peau avant que la Cuirasse impose sa cendre, sa marque. Mensonge, alors ? Non, pas vraiment. Retour aux sources, plutôt. Ce joli petit bout de métal m'a suivi toute ma vie. Il a vu le meilleur et le pire de ma modeste existence. C'est un rappel. Il y a des choses ici-bas que je m'interdis d'oublier.

Paradoxal, hein ?

- Hm, désolé, ça faisait très sérieux tout ça d'un coup. Je me gratte la nuque de ma main libre, un peu gêné. Mon côte Transylvain, j'imagine! C'est bien ma chance dans cette affaire, ma capacité à retourner dans la peau du Zvezdan léger et insouciant rapidement.

En filigrane de la marche et discussion, mon regard a glissé sur les étales, ça et là. Des tissus intéressants, des choses qui auraient pu m'intéresser pour le bal si je n'avais pas ma tenue déjà préparée depuis des semaines... Des choses qui lui iraient bien à elle aussi, sûrement. Je me demande si elle y va, tiens.

- Sur un autre sujet... J'ai des chances de vous retrouver au bal à venir dans quelques jours?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2032-zvezdan-cardinal-de- En ligne
RowenaRowenaArmure :
Cygne d'Euros (Est et Automne)

Statistiques
HP:
[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] G-bleu1350/1350[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] V-bleu  (1350/1350)
CP:
[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] G-rouge600/600[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] V-rouge  (600/600)
CC:
[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] G-jaune1200/1200[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] V-jaune  (1200/1200)
Message Re: [Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan]   [Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] EmptyJeu 12 Nov - 2:19
Des à-priori. Elle ne peut pas dire qu’elle ne s’y attend pas. Mais si Zvezdan a des à-prioris, c’est qu’il connait ou a entendu des choses à propos des oracles qui remontent au moins à avant la guerre et la défaite. Des expériences passées, tout du moins, avec certains membres de son ordre. Mais voir les choses sous un autre angle ? Lequel, elle se garde bien de le demander et ne le souhaite de toute façon pas. Plus tard, peut-être, ou une autre fois. Une autre rencontre sous d’autres auspices qui les ramèneront à ces devoirs qu’ils cherchent à éviter. Ou au moins faire taire.

Elle a les yeux sur le collier ou sur les étales, lorsqu’elle pose la question. Elle ne voit pas cet instant où les yeux du Berserker se ferment, et où elle pourrait certainement y lire quelque chose, même fugace. Au lieu de ça, elle questionne et continue de marcher à son bras entre la foule, parfois dense, parfois éparses. Les yeux scrutent ces marchandises qui font de l’oeil, mais rien encore qui n’attire autant l’envie et le désir. De la beauté, oui, mais une soif de posséder ? Pas encore.

Puis vient la réponse, après un instant de songe. Après un regard échangé. Elle ne pousse pas, la belle Rowena, et attend simplement qu’il parle s’il le souhaite. Nulle offense à ne pas obtenir le fin mot, elle garde juste les yeux sur ce visage à la peau halée et cette expression emprunt de réflexion. Ses pupilles suivent le geste de la main qui saisit le pendentif, puis remonte vers les yeux sombres du jeune homme. Un souffle se coupe dans sa gorge, comme l’attente tendue même si rien ne la menace. Elle craint que le charme se rompe de ces révélations, ou que son avis change contre ce qu’elle veut. Mais rien de tout cela, et elle écoute avec attention.

Elle s’y serait attendu, qu’il ne soit pas nativement originaire des terres de Transylvanie - oui la peau halée est une bonne indication - et lui aurait donné une origine plus au sud. Mais un Vandale ? L’histoire donne pour vainqueur les byzantins, dans cette guerre qui a déjà presque vingts ans. Les souvenirs de sa précédente incarnation sont frais encore, de cet événement qui a fait grand bruit et donné à l’empire sous la houlette d’Athéna et des Saints encore plus de pouvoir. Un héritier fort jeune, qui a du vivre la guerre dans cette même jeunesse. Cela il ne l’évoque pas, mais elle suppose qu’il en est ainsi. Peut-être ne le sait-il pas, mais l’amertume se perçoit dans un petit éclat de voix. Presque rien, mais le corps parle avant tout pour lui, et il y a fort à parier que des souvenirs sont ancrés profondément dans ce pendentif. Un symbole familial, une ancienne dague, mais surtout un rappel. Un rappel que le passé est ici, que le passé guide et qu’il sera toujours là malgré tout. Un instant elle pense à elle même - situation très différente - mais marqué au plus profond de sa chair par le passé qui est le sien, et auquel elle ne peut échapper. Il y a de la sympathie pour lui dans ses yeux, mais la pitié ne lui sied pas. C’est plutôt de la compassion, juste un instant, dans le creux de ses prunelles.

C’est le passé qui forge l’avenir. Et on ne peut l’oublier si aisément.

L’humour revient un peu dans le ton, et elle rit à nouveau de sa remarque vrai, ne peut s’empêcher de dire d’une petite voix « Oui, je l’avais deviné. » Et le laisse continuer. Et ce qu’elle suppose est vrai. Et au fond, c’est très humain de ne pas oublier. Et c’est un malheur aussi, pour ceux qui ne peuvent pas s’en détacher. Elle s’attendrit un peu, de cet air tout à coup gêné derrière ce masque confiant et charmeur. Il n’est pas que ça, il n’est pas simplement un visage, il y a une âme. Quelqu’un qui partage. Elle aurait aimé pouvoir le faire plus simplement pour elle même.

« Ne soyez pas gêné, c'est moi qui suis désolée si le sujet était peut-être un peu sensible. » Elle lui sourit, quelque chose de plus tendre qu’amusé. « C’est un malheur pour nous parfois de porter le poids du passé, mais c’est aussi celui qui nous défini, n’est-ce pas ? » Le passé qui forge et guide. Le passé qui impose parfois. « Je trouve que ce petit bout de métal très joli a donné un bon héritage. Vous aidez un jeune voleur et une inconnue, et proposez à celle-ci une balade au coeur du marché. » Certes, elle ne juge que les actions dont elle a été témoin, et c’est peu. Mais combien de suivants d’Arès auraient eu ces mêmes gestes ? Car la réputation n’est certainement pas usurpée à bien des égards. Non elle n’est pas naïve et se doute qu’un Berserker d’Arès suit les préceptes de la guerre, de la violence même. Qu’une part de l’instinct prend le dessus parfois. Et ce qu’il ne dit pas, de cette Carthage Vandale tombée et sa noblesse également, elle suppose qu’il y a une douleur qui l’a guidé jusque dans les rangs de la Guerre. La seule ancre qu’il a su peut-être trouver. Qui est-elle pour le reprocher ? « Pardon, je ne veux pas supposer de quoique ce soit. Mais j’apprécie le partage de ce petit fragment de vous, Zvezdan Nebj…N.. » Elle rougit, détourne les yeux et s’y reprend, plus lentement. « Nebojša. » La presque seconde fois est la bonne, mais elle n’ose pas regarder son interlocuteur, un peu honteuse, et préfère se concentrer sur les étales.

Elle le remercie sincèrement d’apporter ce nouveau sujet, et s’empresse d’y répondre :

« Oui, j’ai reçue l’invitation pour le bal et je comptais m’y rendre en effet. C’est l’événement à ne pas manquer pour les affaires, mais j’avoue que profiter de la fête et danser me manque aussi. » A nouveau, elle ne parvient pas à retrouver un souvenir d’une semblable réjouissance. Les yeux sur les tissus de l’étalage juste devant eux, elle reprend. « Il va seulement me manquer une robe pour l’occasion. » Ce n’est certes pas dit pour profiter de quoique ce soit, mais elle ne nierait pas cette fois que ses yeux s’attardent sur une étoffe d’un bien joli bleu nuit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t891-rowena-le-paon-de-ceci https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2210-rowena-journal-de-bord En ligne
ZvezdanZvezdanArmure :
Pontifex

Statistiques
HP:
[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] G-bleu1650/1650[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] V-bleu  (1650/1650)
CP:
[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] G-rouge1350/1350[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] G-jaune1650/1650[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] V-jaune  (1650/1650)
Message Re: [Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan]   [Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] EmptyJeu 12 Nov - 11:20

- Malheur, raison de vivre. Malédiction, source de pouvoir ; identité et héritage. C'est un passé capricieux.

Le mien. Je pense au mien, précisément. Car au finir de tout, chacun son passé. Ceux qui sont portés par lui, ceux qui se laissent traîner vers le bas à cause de lui, ceux qui parviennent à s'en délier, ou croient y être parvenu, ceux qui en tirent leur résolution... Tseh. Je pense bien être passé par toutes ces étapes.

Je lui dit tout ça d'un ton neutre, sans dévoiler le fond de mes pensées, sans laisser les émotions filtrer sur mon visage. Pour ne pas le lui imposer, pour ne pas Me l'imposer. Mais la vérité, c'est que derrière ce visage qui reprend ses couleurs, sa mine enjouée, la machinerie de l'esprit roule à plein régime. Que ses mots résonnent, que leur sens retenti. Un écho.

Un bon héritage. Tseh. J'aurais presque envie d'afficher un sourire mauvais. Désabusé.
J'aide un jeune voleur, parce qu'il me rappelle mes jeunes années difficiles, que j'ai une empathie pour lui, un lien par le vécu. Sans doute que j'aurais réservé mon froid et ma sévérité dans une autre situation, face à un autre profil.
J'aide une inconnue, parce que c'est agréable de plonger dans son regard et écouter son rire, parce qu'elle est belle et qu'elle parvient à m'arracher quelques sourires. J'aide parce que l'inconnue plaît à mes instincts et qu'elle parle à mon esprit : cet esprit qui veut du temps en tant que Zvezdan, pas en tant que Pontifex. En gros ? Dans les deux cas, j'aide par intérêt ou par biais. Un bon héritage ?

Va dire ça à ceux dans les villages pillés de ma jeunesse, morts ou ruinés parce que moi et le miens devions survivre, et qu'il n'y avait que la violence pour obtenir notre dû.
Va dire ça à ceux dans les campagnes d'Italie que j'ai massacrés quand la Cuirasse est venue à moi, que la folie s'est mêlée à tout.
Va dire ça à aux dommages collatéraux dans le sillage de ma vengeance, de mes ambitions. À eux et à tant d'autres.

Eux ils n'ont pas vu le charmeur. Ils ont vu le Vandale, le Berserker... L'Autre. Eux, ils ne parleraient pas d'un bon héritage.

Tseh. Ca faisait un moment que je ne m'étais pas lancé toutes ces phrases, toutes ces pensées. Tout est tellement plus facile quand la morale s'envole des préoccupations quotidiennes.
Est-ce que tu as tort ? Non. Non, malgré tout ça, il reste un bel héritage. Sombre, nuancé. Gris. Mais il n'y a pas que les morts et les malchanceux, dans cette histoire. Simplement... Simplement, c'est toujours plus facile de ressasser le Noir, dans ce jeu de couleurs où il s'agit de se remémorer de ce qu'il y a de bon et de mal.

- Heh. Un bon héritage, oui. En tout cas j'essaie !

Et là encore, je ne partage pas mon dialogue interne. Je souris, et réponds ça d'un ton décontracté. Je ne mens pas, mais j'élude. Je me suis trop enfoncé dans cette vie pour continuer de regretter quand je regarde en arrière. Mais je n'oublie pas. Et aujourd'hui, je sais comment je traite le monde : Tu ne peux pas sauver tout le monde, et tu ne le pourras jamais. Alors choisis les quelques rares personnes et causes qui comptent réellement pour toi. Soucie-toi d'elles et d'elles seules. Le reste n'est que nuisance, futilité ou divertissement.

Je m'attarde juste encore un petit moment sur ces songes. Puis... Puis je tourne le regard vers elle. Je l'écoute batailler sur ce nom, sur une prononciation qui a du mal. J'observe sa réaction, et je souffle doucement du nez, un grand sourire qui peine à ne pas se transformer en rire, sur mon visage. Je ne la reprends pas. Je la fixe plutôt avec cet air amusé, cherche son regard malgré qu'il soit perdu sur les étales. Tseh. Juste Zvezdan ira très bien, Rowena. Ne va pas te prendre la tête sur un nom difficile. C'est ce que disent mes yeux, avec une pointe de taquinerie.
Peut-être plus tard, je te dirais la racine de ce nom. L'histoire autour.

Pour le moment... Pour le moment parlons plutôt de cette jolie robe, des convoitises autour. Parce que c'est ce que je vois dans tes yeux, n'est-ce pas ?

- Peut-être bien qu'un inconnu plus totalement inconnu viendra se proposer pour combler ce manque, qui sait. Qui sait. Une fausse innocence dans ma voix, je lance ça tout en même temps que j'accroche son regard, une invitation dans le sombre de mes yeux. Mais chaque chose en son temps, hm ? Occupons-nous d'abord de ce manque de robe.

Brièvement, je reporte mon attention vers le tissu qui semble lui avoir tapé dans l’œil. Une jolie robe bleu nuit, sobre mais élégante. Oui... Oui, je vois pourquoi est-ce qu'elle attire ton regard, Rowena.

- C'est une jolie pièce. Mon attention revient vers celle qui vient de Rome. Les mots qui suivent sortent avec un léger rire accompagné d'un regard entendu. Je paierai pour vous voir avec...

Littéralement.
Oui, c'est un trait d'esprit facile. Encore.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2032-zvezdan-cardinal-de- En ligne
RowenaRowenaArmure :
Cygne d'Euros (Est et Automne)

Statistiques
HP:
[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] G-bleu1350/1350[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] V-bleu  (1350/1350)
CP:
[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] G-rouge600/600[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] V-rouge  (600/600)
CC:
[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] G-jaune1200/1200[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] V-jaune  (1200/1200)
Message Re: [Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan]   [Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] EmptySam 14 Nov - 0:34
Il y a peu à lire sur le visage de Zvezdan, lorsque les paroles font chemin dans ses pensées, mais Rowena y soupçonne plus une maîtrise impressionnante qu’un désintérêt à ce qu’elle dit. Au contraire, elle voit à ses prunelles qu’il a entendu et que les mots convergent, sans y donner un nouveau sens certainement mais en faisant réfléchir. Elle espère simplement qu’il ne prenne pas mal ce qu’elle venait de dire. Elle sait parfaitement qu’elle ne peut guère donner de conseil sans savoir grand chose du passé de cet homme - et ce n’est pas ce qu’il recherche - et à tout aussi conscience que trop de chose manquent à sa propre connaissance, tout en supposant des horreurs ou actions qu’elle aurait fortement réprouvées si elle avait été sur place. Mais était-il cruel ? Etait-il fou et inconscient ? Sciemment monstrueux ? La violence cachait bien souvent une blessure qui n’avait pas cicatrisée ou qui l’avait fait mal. Cela cependant, elle ne pouvait certainement pas jouer de supposition. Après tout, peut-être était-il également maître manipulateur et se fichait bien de tout cela. Mais peut-être était-ce l’instinct. Peut-être était-ce l’empathie et la sympathie s’élevant doucement pour Zvezdan, mais elle voulait pas le croire profondément mauvais ni sans coeur, simple manipulateur froid pour obtenir des autres ce qu’il désir. Peut-être était-ce également cet éclat sentimentaliste qui pendait autour de son cou et qui n’était pas que vecteur de vengeance.

Il essaie. Et au fond, n’est-ce pas ce qui compte ? De ne pas chercher à n’être que l’éclat vide d’un passé ? S’accrocher sans ne garder que le mauvais ? Il y avait un peu de bon, une lumière même si elle voulait parler avec ses propres croyances, mais jamais dans cette discussion où ils ne sont qu’eux elle n’en ferait mention. Elle sourit juste en réponse, quelque chose de profondément doux et lumineux. Sans jugement d’aucune sorte. Juste un sourire et un regard reconnaissant la personne qu’elle a en cet instant sous les yeux. Peut-être couvert de sang, peut-être assoiffé de violence… Mais ce n’est pas la seule chose.

« Essayer et ne pas oublier. » Elle voudrait lui dire également de ne pas oublier d’être lui et pas juste son passé. Mais cela… c’est un conseil qu’elle même n’est pas capable de suivre, alors qui est-elle pour le prodiguer ? Elle n’a jamais su vivre autrement qu’à travers ce passé depuis qu’elle a été maudite et marquée. Le sacrifice a été librement consentie, mais après des années, elle en ressent le poids si lourdement quand elle se permet d’y penser. Cette chair qu’elle n’ose parfois simplement pas regarder car elle n’est non seulement pas la sienne, mais celle de la chair de sa chair prisonnière. Un instant, la pâleur naturelle de sa peau s’accentue et un frisson glacée lui remonte le long du dos… Oh comme elle déteste y penser… Comme elle hait ce qu’elle est parfois. Comme elle pleure, certaine nuit, sa liberté perdue…

Oublier est une chose. Passer la douleur du passé, un cap, c’en est une autre. Il est plus facile de repousser les souvenirs qui sont douloureux que les accepter. Et pour elle qui ne peut s’en détacher, c’est la seule solution pour épargner un coeur blessé. Alors elle laisse ses pensées tomber sur les étales et tissus. Un sujet autrement plus simple et plus agréable. Une vague de chaleur dans le froid qui s’est lentement immiscé.

Danser avec Zvezdan ? Si ce n’est pas une proposition clairement établie, le regard de la jeune femme retrouve celui du jeune homme. Elle ne s’était pas spécialement attendu à ce qu’il lui fasse cet honneur, car la soirée serait plus propice aux jeux politiques qu’à l’amuse entier. Mais en vérité… Peut-être auraient-ils ce temps. Qui sait ce que le bal réserverait. « Oh en ce cas je dois me souvenir de guetter un jeune inconnu au bal. » Puis ses yeux à lui sont sur le tissus qui attardent son propre regard. Le bleu nuit irait si certainement à sa silhouette pâle et ses cheveux sombres. A nouveau, l’idée de profiter de l’argent d’un autre est si terriblement gênant, mais la sincérité de Zvezdan semble réelle. Ses traits d’humour facile mais malin lui arrachent un nouveau petit rire. « Vraiment, vous êtes impossible ! » Mais l’attendrissement amusé accompagne dans son ton accompagne ses mots. Elle approche du marchand qui a bien remarqué les regards appuyés de deux potentiels clients et s’empresse d’alpaguer avant même toute question :

« Ah je vois que la dame a très charmant goût ! Ce tissu est d’une grande qualité. Venez, touchez ! Regardez la broderie ici, et là. » Effectivement, c’est encore plus joli vu de près, et au toucher, elle en apprécie la texture, la douceur et la chaleur pour la saison. La coupe également, qu’il faudra un peu ajuster certainement, mais il reste quelques jours avant le bal.

« Je ne sais pas… »

Est-ce le bon choix ? Serait-ce trop cher également ? Elle s’en inquiète un peu à nouveau, mais la remarque du marchand suffit pour lui faire voler l’inquiétude plus loin pour y placer l’étonnement. Le plus grand et gênant étonnement : « Il ne faut pas hésiter ! Avec cela, monsieur ici présent ne détournera pas les yeux, j’en suis certain. » Peut-être est-elle laissée sans voix quelques secondes. Mais curieusement, moins longtemps qu’elle n’aurait pu l’être il y a quelques années, restée enfermée dans la Tour et loin du monde. « Hé bien… Il parait que monsieur est prêt à payer pour ça, je crois ? » Ce même regard entendu et taquin à Zvezdan. Est-elle vraiment celle à avoir dit ça ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t891-rowena-le-paon-de-ceci https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2210-rowena-journal-de-bord En ligne
ZvezdanZvezdanArmure :
Pontifex

Statistiques
HP:
[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] G-bleu1650/1650[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] V-bleu  (1650/1650)
CP:
[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] G-rouge1350/1350[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] G-jaune1650/1650[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] V-jaune  (1650/1650)
Message Re: [Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan]   [Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] EmptySam 14 Nov - 1:51
Libéré de mes songes plus sombres et des questionnements internes, mes sens retrouvent le monde réel, plus attentifs. Alors je le remarque, cet espèce de frisson tout proche de moi, qui traverse ce corps à ma gauche. Pas longtemps après... Pas longtemps après ces mots échangés. Répétés. Des mots dont j'ai eu l'impression qu'ils n'étaient pas Que pour moi.
Hmpf... Sale pressentiment. Ce quelque chose que je connais, cette théorie qui me plaît pas. Quelque chose que je connais, alors je le redoute... Vous savez : Les vieilles blessures et les fantômes du passé ont cette façon de communiquer. Parler ses démons, même en surface... ça suffit parfois à réveiller ceux des autres.

Mais je ne sais pas. Je ne sais pas, j'ai juste ce sentiment désagréable, et le fond de culpabilité qui s'y invite par-dessus, sur une simple hypothèse... Je ne parle pas. Pour ne pas briser l'instant. Mais il y a cette main libre, qui va chercher la sienne sur mon bras pour l'enserrer d'un geste qui se veut rassurant. Présent. Un regard fugacement différent, vers elle. Quelque chose qui dit Je suis là, pour le peu que ça vaut.
Je ne me sens pas le droit de plus. Pas ici, pas pour l'instant. Pas encore.

Les yeux se croisent de nouveau, après ma proposition. La légèreté refait surface, et avec elle mon sourire.

- Mon petit doigt me dit qu'il ne devrait pas être difficile à repérer.

Une pointe d'orgueil, dans la voix autant qu'au coin des lèvres. C'est peu de choses de dire que j'ai déjà quelque chose de très précis en tête, pour ma tenue du bal. Quelque chose qui me plaît plutôt bien, et qui plaira autour, m'est avis... Quelque chose d'exotique, pourrait-on-dire ? Tseh. Oui, en quelque sorte. Ça me paraît plutôt dans le thème, au sein de cette ville où le mystique pulse dans chaque rue.
Mais eh. N'en disons pas trop, surprise pour le bal.

Moi, je m'offre le luxe de l'avant-première en ce qui concerne Rowena, avec cette robe déjà sous mes yeux avant-même l’événement. Au tissu répond ma verve, à ma verve répond un rire, et j'y répond de la même façon. Le marchand arrive, et j'admire le tissu encore un moment avant de reporter mon attention sur lui. Un marchand et ses mots de marchand, qui incite et joue sur les envies de dépense. J'observe la robe un instant. Jolie. Vraiment jolie. Mon attention reviens sur Rowena, quand j'entends ses mots.

Oh, mais moi je sais.

C'est ce que mes yeux disent. Et je n'en perds pas une miette, à sa réaction aux autres mots du marchand. Monsieur ne détourne déjà que bien peu les yeux, à vrai dire... Mais la robe ajoutera sans doute à ça, n'est-ce pas ? Tseh.

- J'ai bien dis ça, moi? Une fausse interrogation sur mon visage, l'espace de quelques secondes... Puis, ma main part chercher au fond d'une bourse. Quelques secondes plus tard, des pièces d'or passent de ma main à celle du vendeur de tissus. Veillez à ce que la robe soit prête d'ici la fin de semaine, Vu ? Que la qualité du service soit à la hauteur de la qualité du tissu.
- ça va de soi, monsieur !

J'échange les mots avec le marchand d'un ton léger, souriant, quelque chose qui tient plus de la formalité que d'une réelle inquiétude sur la qualité de son travail.
Voilà une bonne dépense de faite.

- Mais je ne m'inquiète pas ma dame, je suis sûr que monsieur ne détournera pas les yeux non plus une fois le tissu ôté !

Attends.
Hein.

Je cligne des yeux un moment, pris de cours par la remarque. Pas dérangé, non... Mais vraiment, vraiment surpris ! Il nous regarde avec un air affable, sans ciller... Tu ne manques pas d'air, commerçant, je veux bien te donner ça. Ou alors tu es maladroit. Il finit par réaliser, au bout de quelques secondes.

- Oh, trop loin, peut-être...
- Juste un tout petit peu.

Je lui réponds ça, mais mes yeux rient, et je peine à retenir mon sourire de s'élargir sous un début d'hilarité. Finalement, un simple rictus franchement amusé, puis je reviens vers Rowena.

- Comme quoi tout est payant dans la vie.... Une œillade vers la robe. ce qui ne coûte pas de l'or coûte un peu de gêne. Un rire. Beaucoup?

Moi... Moi ça me fait marrer plus que ça ne devrait. Il en faut plus pour me secouer, même si dans le genre surprenant, ça se pose là. Puis, j'imagine que dans le scénario hypothétique d'un tissu ôté, il aurait pas totalement tort.

Je souffle du nez, une risette particulière sur mes lèvres... Et moi seul pour en savoir l'origine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2032-zvezdan-cardinal-de- En ligne
RowenaRowenaArmure :
Cygne d'Euros (Est et Automne)

Statistiques
HP:
[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] G-bleu1350/1350[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] V-bleu  (1350/1350)
CP:
[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] G-rouge600/600[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] V-rouge  (600/600)
CC:
[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] G-jaune1200/1200[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] V-jaune  (1200/1200)
Message Re: [Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan]   [Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] EmptySam 14 Nov - 17:30
Une main. Un geste chaud sur sa peau qui s’est glacée des pensées qui la traverse. Une attache douce et rassurante qui la ramène aussi bien que le brouhaha des visiteurs et commerçants au coeur de ce marché. Mais c’est d’autant plus agréable que c’est inattendu. Elle ne s’imaginait pas, Rowena, qu’elle percevrait dans ce simple geste quelque chose d’aussi important qu’un soutien silencieux. Un signe qu’il a vu comme elle, et que même s’ils ne se connaissent que peu, ils sont là, à cet instant. Ensemble pour n’être qu’eux même. Et c’est si plaisant de s’y laisser porter.

« Les yeux sont-ils trop occupés pour que l’esprit oubli ce que la bouche a dit ? »

Rires, échange de regards et remarques taquines. Là où elle hésite, il s’amuse et confirme plutôt rapidement. C’est cela qui fait du bien et ce qui est certainement remarqué par ce marchand plus qu’aventureux à la langue un peu trop pendue. Elle ne lui en veut certes pas, Rowena, mais cela n’empêche pas la gêne de venir de nouveau peindre d’un rouge timide la peau laiteuse de son visage. Heureusement, elle n’en est plus à perdre ses moyens et préfère répondre, jouer sur les mots sans totalement entrer dans le jeu. Mais il faut croire qu’une fois les pièces d’or tombées dans sa paume et l’ordre donné pour livrer la robe, la langue joue encore, passant une limite plus encore surprenante. Elle allait pour se tourner vers son compagnon quand les mots arrivent à ses oreilles. Il y a un monde entre sous entendre être courtisé, et un autre pour parler de vêtements ôtés. Il lui en faut plus pour être choqué, et ce n’est pas tant les propos que l’audace même du commerçant qui fait s’élargir le regard de la jeune femme.

Un peu trop loin en effet.

Pourtant, la situation fait plus sourire que pleurer. La gêne devient celle du maladroit vendeur, et le rictus d’hilarité de Zvezdan ne manque pas d’être suivi par celui de Rowena. Il en faudrait peu pour qu’elle éclate de rire mais elle se maintient. Une main légère se lève devant sa bouche vient étouffer un petit gloussement.

« Vous obtenez votre dû en me voyant mortifiée ? Vous devez être déçu. » Cette fois, elle éclate plus franchement de rire. Elle sait qu’il ne l’est pas. Elle a vu les regards, et elle pourrait parier qu’il préfère certainement la voir s’amuser et sourire que détourner le regard. Un pincement des lèvres chez lui, un retroussement sur le bord de la bouche cache un nouvel éclat, elle en est certaine ! D’un geste du doigt sur son torse, pointé comme accusateur, elle reprend avec toujours plus d’amusement. « Vous ! Cachez donc ces pensées, je pourrais les lires dans vos yeux ! »

Le pourrait-elle ? Oh elle… elle pense le deviner.

Et peut-être ne serait-elle pas si gênée qu’elle le pense…

« Merci en tout cas. Pour la robe et pour tout ça. » Dit-elle une fois l’hilarité calmée et les deux s’éloignant de l’étale vers une autre destination qu’ils ignorent encore. Elle ne s’était pas rendue compte qu’elle avait autant besoin de ces instants, assoiffée comme une voyageuse perdue dans le désert. Parlant de soif… « Je sollicite peut-être beaucoup votre temps, et je me doute que les affaires finiront par revenir, mais je me demandais si vous souhaitiez m’accompagner boire quelque chose ? Je n’ai certainement pas assez pour me payer une robe ou une marchandise sur cet immense marché, mais j’ai tout à fait de quoi payer quelque chose à boire. Si vous le voulez. » Audacieuse à son tour, elle laisse son regard se poser sur le visage de Zvezdan, sa question dans les yeux. C’est peut-être une façon aussi de le remercier, de continuer cette journée pour ne pas revenir à la réalité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t891-rowena-le-paon-de-ceci https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2210-rowena-journal-de-bord En ligne
ZvezdanZvezdanArmure :
Pontifex

Statistiques
HP:
[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] G-bleu1650/1650[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] V-bleu  (1650/1650)
CP:
[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] G-rouge1350/1350[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] G-jaune1650/1650[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] V-jaune  (1650/1650)
Message Re: [Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan]   [Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] EmptySam 14 Nov - 18:44
- Les yeux ont matière à être occupés après tout, non?C'est la réponse donnée, en même temps que je commence à délier la bourse d'or attachée à mon vêtement. Le regard vers l'objet, je relève finalement les yeux vers elle, et mon sourire se fait plus malin. Comment est-ce que je disais, déjà ? « C'est fou comme tout est joli sur ce marché ».

Et le regard qui ne la quitte pas, tout en même temps que je lui dis ça, que je commence à déposer les pièces d'or au creux de ma main. Compliment minaudeur caché derrière une allusion joueuse ? Mes préférés, je plaide coupable.
Surtout quand le courant passe bien.

Mais donc, oui : l'esprit n'a pas exactement oublié ce que la bouche a dit, là aussi je plaide coupable. Alors bien assez tôt, l'or va chercher la main du marchand, les consignes sont données, la transaction scellée. Et le reste n'est qu'une affaire de jours à écouler avant la nuit du Bal... Ou presque. Presque, puisque avant ça, notre brave commerçant se décide à enfiler ses plus beaux atours de Gros lourdaud et... Et dire tout haut ce qui est Certes une vérité tout bas... Mais que la décence ordonne de laisser aux pensées plutôt qu'aux mots, hm ?
Une jolie phrase pour dire : Tu n'es pas très subtil, derrière ton grand sourire de marchand ventripotent.

Mais.
Puisqu'il y a un mais.
Tu auras le mérite de m'avoir fait rire.

Parce que je souris grand finalement, quand je le vois se rétracter, sûrement déjà en train de regretter ses mots maladroits... Et je ne suis pas le seul. Échange de mots et de regards avec Rowena, et je vois un sourire pas bien différent sur ses lèvres. Tseh, je le vois même avec cette main qui tente de le masquer, à vrai dire...

- Ma déception est immense, vraiment.

Je ris doucement, plein d'ironie sur mon visage qui joue. Puis elle approche, pointe ce doigt qui devine, parce qu'elle devine, oui... Elle devine ce quelque chose de pas tout à fait innocent, au coin de mon sourire. Elle devine et accuse, s'amuse et m'amuse. Lire dans mes yeux, dis-tu, hm ? Les mots ne répondent pas, dans un premier temps. Au lieu de ça, un léger soufflement de nez, et mon regard qui ne quitte pas le sien, là, au cœur de cette proximité plus concrète.

Et est-ce que ça te déplaît, ce que ces yeux te donnent à lire?
Une part de moi à envie de les lui dire, ces mots. Pas la plus sage, pas la plus éclairée. Celle menée par des instincts plus bas. Ça m'est arrivé plus d'une fois de l'écouter, celle-là... Parfois l'embrasser, parfois la rejeter, parfois faire un compromis avec mon Soi plus composé.

Aujourd'hui ? Aujourd'hui, plutôt que de dire ces mots, il y a ce léger silence, où mes yeux sombres vont chercher les siens. Il y a ce rictus doucement séducteur, et enfin ces mot mais surtout cette voix...

- Je n'ai pas la moindre idée de ce dont vous parlez, Ma Dame.

Cette voix qui ment, et qui le sait.
Mais un mensonge honnête. Parce que le visage lui ne ment pas. Alors une fois la réplique lancée, doucement exagérée à dessein, je présente de nouveau mon bras, et j'entame une marche qui s'éloigne.

- Oh. Tu as un nom, marchand?
- Vincent, Monseigneur ! Je souris.
- Tu m'es sympathique. Si cette Demoiselle me rapporte être satisfaite de ton travail, peut-être aurais-je une autre commande à te soumettre.

Les derniers mots que je lui réserve en un regard par-dessus mon épaule, avant de définitivement quitter les lieux, plus léger. C'est après quelques mètres plus loin, que j'entends Rowena à mes côtés, et que je lui adresse un simple hochement de tête.

- Mais de rien.Merci à toi, aussi. Pour... Tseh. Pour la robe et pour tout ça, aussi, j'imagine?Tout ça, et plus à venir, visiblement. Puisque la belle venue de Rome m'invite donc à boire... Sur le coup, l'ombre d'une surprise à mon visage, bien assez vite remplacée par le contentement. C'est bien la première fois, je dois avouer... Qu'on me coiffe au poteau comme ça. Si j'avais l'idée de proposer quelque chose de ce goût-ci moi-même ? Va savoir. Tseh. Ce sera avec plaisir.

Suite du programme toute trouvée, les prochains pas sont engouffrés en direction d'une taverne non loin d'ici. Bon timing, à vrai dire.
C'est vrai qu'il commençait à faire soif.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2032-zvezdan-cardinal-de- En ligne
RowenaRowenaArmure :
Cygne d'Euros (Est et Automne)

Statistiques
HP:
[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] G-bleu1350/1350[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] V-bleu  (1350/1350)
CP:
[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] G-rouge600/600[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] V-rouge  (600/600)
CC:
[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] G-jaune1200/1200[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] V-jaune  (1200/1200)
Message Re: [Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan]   [Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] EmptyLun 16 Nov - 3:04
« Vous mentez monsieur. Éhontément ! Mais cela me convient. »

Il flatte encore et encore, ne se cache guère des pensées qui sont les siennes et qui, pour certaines, sont aussi visible que le nez au milieu de la figure ! Juste un instant quand les mots maladroits du marchand font chemin jusqu’à l’esprit, et qu’au delà de la gêne, il y a l’amusement d’une telle situation. Alors elle concède et se laisse emporter. Rit sincèrement et avec un plaisir intense comme jamais elle n’avait souvenir d’avoir vécu. Pourtant, d’autres qu’elle - plus timides, plus timorées, ou plus coincées - auraient certainement pris mal la remarque et se seraient enveloppées d’excuses aussi bancales que malhabile, sabotant toute chance de crédibilité plutôt que l’inverse. Aussi mieux vaut-il en rire, ne démentir ni approuver. Après tout, qui serait juge de cette conduite ? Personne n’a à guider son geste ni l’affection qu’elle rend, et sa seule retenue serait peut-être celle - fort lointaine - d’un rapprochement entre un Berserker et un Oracle. Mais il n’y a rien. Juste une douce rencontre qui efface des poids de tous les jours pour quelques heures. Juste des rires, des regards taquins et des confidences. Un peu d’argent aussi, un cadeau des plus jolis, et bientôt une boisson pour soulager la soif. Serait-ce raisonnable ? Elle sait au fond d’elle qu’il n’est plus aussi bon de s’attacher après tant de perte. Et en vérité, c’est ce qu’elle se dit encore : qu’après aujourd’hui et le bal, elle ne le verrait sans doute plus, et qu’il vaut mieux en ce cas ne pas laisser les attaches se faire et le coeur parler.

Être soi un instant. Mais ne plus se blesser.

Elle à son bras, ils quittent le commerçant encore penaud de sa maladresse, mais bien content de la vente qu’il vient de faire et de la promesse d’un futur achat qui lui rend le sourire aux lèvres. Un semblable sourire demeure sur les lèvres de Rowena, alors qu’ils reprennent la marche et que la jeune femme s’ose à la proposition. Elle est bien heureuse qu’il l’accepte, et toute aussi heureuse de l’avoir devancé. Elle ne s’attendait pas elle même à le surprendre, mais en est bien aise. C’est idiot certainement, cette joie de jeune demoiselle, mais cela fait du bien. Elle sait qu’elle ne revivra pas cela en d’autres situations. Mais le jour est loin d’être couché et sa malédiction c’est un peu calmée en ces lieux et après tant de jours à devoir museler l’échappement de son esprit. Elle ne craint plus la nuit, même si elle sait que ce serait sans doute un signal pour devoir mettre fin à cet instant. Il ne faut pas y penser.

« Oh, j'ai réussi à vous surprendre, je m'en sens gagnante. En cela, je vous laisse le choix du lieu alors. »

Peut-être connait-il déjà quelques noms dans le quartier, quelques bonnes tavernes qui offrent aussi bien une agréable ambiance que des boissons de qualité pour un prix raisonnable. Il ne faut pas longtemps pour qu’ils trouvent quelque chose, un endroit plus que joli avec des places à l’extérieur qui offrent vu sur une rue passante mais pas surchargée par la populace. Le brouhaha reste acceptable et ils entendent même depuis l’intérieur de la musique. Assurément la fête s’en ressent dans tous les coins de rue et nuls doutes que d’ordinaire, les choses sont moins animées et si agréable. A peine assit, le tavernier vient à leur rencontre pour prendre leur choix. Du vin pour la jeune femme, et ce que désir monsieur pour cette heure, et avec en prime, quelques collations pour manger avec. Aucune remarque gênante ou maladroite cette fois, c’est redevenu plus doux.

« Je dois dire que cela faisait vraiment longtemps que je n’ai pas connu une telle effervescence et paix. Enfin, d’une certaine manière. » Ces choses ne durent pas pour des gens comme eux, ils le savent tous deux, mais ils peuvent néanmoins savourer le peu qui est donné maintenant. « Et aussi un peu de confort ! Dernièrement j’ai beaucoup voyagé et tous les jours ne me donnaient pas la chance de m'arrêter dans une auberge. » Elle sourit un peu à ces souvenirs, même si pour rien au monde elle n'aurait échangé cela. Mais il trouvera certainement amusant qu’elle fasse remarquer cela, lui qui a certainement connu cela de façon pire. Dormir à la belle étoile pour les campagnes militaire, ou choses de ce genre. « Cela dit, je ne saurais même pas dire si Rome me manque. » Elle soupir très légèrement un peu songeuse, voire mélancolique. Et au fond il y a une confidence à demi mot. La Tour est revenue - cela il l’ignore - mais elle ne sait pas si l’envie d’y retourner finira par la traverser. Ce n’est pour le moment pas tellement le cas. « Et vous ? Comment est-ce en Transylvanie ? » Les boissons arrivent sur la question, laissant le temps de réfléchir, ou de refuser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t891-rowena-le-paon-de-ceci https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2210-rowena-journal-de-bord En ligne
ZvezdanZvezdanArmure :
Pontifex

Statistiques
HP:
[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] G-bleu1650/1650[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] V-bleu  (1650/1650)
CP:
[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] G-rouge1350/1350[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] G-jaune1650/1650[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] V-jaune  (1650/1650)
Message Re: [Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan]   [Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] EmptyLun 16 Nov - 12:58
- Juste un tout petit peu.

Je reprends les mots adressés au marchand, mais avec un ton différent, avec toujours cette fausse innocence un peu surjouée sur le visage. Mensonge, mensonge... Un bien grand mot, non ? Tseh. Allons bon Zvez,, tu n'as pas besoin de jouer le jeu du mensonge jusque dans tes pensées.
Après tout, tu sais ce qu'il en est, de ce qui se reflète dans tes yeux.

- Je prends note de me réserver la prochaine victoire, alors. Je baisse mon regard pour lui répondre ça d'un ton mutin, équivoque. Gagnante parce que tu m'as supris, Hm ? Très bien, à moi de savoir t'arracher la prochaine surprise, donc. Quand ? Comment ? C'est là toute la question... Tout le jeu. Même si j'ai bien quelques idées, oui.

Mais pour l'instant, trouver une taverne, donc... Pas besoin de chercher bien longtemps pour trouver quelque chose à mon goût : Un joli petit bout de bâtisse à l'air accueillant, bien rempli et bien animé, grouillant de musique et de clientèle à l'intérieur... Peut-être un peu trop, en fait. C'est là que les places en extérieur trouvent leur utilité, les rues restent assez peuplées, certes... Mais tseh.
Mais si on rentre là-dedans, je ne vais pas pouvoir m'empêcher de t'inviter à danser, Rowena. Et ça serait dommage de ne pas se réserver ça pour le soir du Bal, non ?

Alors oui, ces places en extérieur, là où c'est plus calme sans être désert. Tranquillement s'installer, tranquillement commander le même vin, et tranquillement poser mon regard sur elle, penser ses mots. Paix... Oui. J'imagine que la paix est... Compliquée par chez vous, D'une certaine manière.

- J'ai toujours pris sur moi de me garder quelques moments de paix, au milieu du chaos de ces temps-ci. Un peu de confort aussi. Disons... Une façon de ne pas se perdre. Une façon de ne pas dérailler. De ne pas m'enfoncer dans les travers sombres du Dédale, eux et seulement eux, ne pas devenir ce que certains sont déjà là-bas. Une façon de continuer à vivre. Trouver mon plaisir dans les choses simples d'une vie simple, parce que ces moments-ci sont précieux, dans la vie d'un éveillé. Pour moi en tout cas... C'est ce que cette puissance nous vole : le droit à une vie normale. En tout cas, définitive. Alors ces moments où l'espace d'un instant, je peux être l'anonyme qui profite de la vie... Je les garde prés de moi. Précieux. Rome. Belle cité, malgré les temps troubles. J'ai toujours eu dans l'idée d'y revenir, tôt ou tard... Peut-être aurais-je droit à une guide sur place ? En échange, je tâcherai de lui redonner goût à la cité. Petit à petit, le jeu du double-discours refait gentiment surface. Et avec lui, cet aveu à demi-mot : Rome m'intéresse. Ce n'est pas pour rien que j'y envoie Liv, et en temps voulu, j'entends bien m'y déplacer moi-même. Choses à voir, à s'approprier. Affaires passées à régler... Puis, surveiller, s'informer. Et qui sait, plus encore. Après tout, les Saints n'ont pas finit de rôder, aux dernières nouvelles.

Le vin arrive, et avec lui, une question épineuse. Non pas qu'elle me dérange, non... Juste que... Tseh. Juste que je pourrais lui dire tellement de choses différentes. Alors je réfléchis un moment aux mots. À quoi lui dire, et quoi ne pas lui dire. Parce que certains détails n'ont pas leur place dans cette rencontre. Puis après un moment à jouer avec mon verre, je relève le regard vers elle.

- Sauvage. Pour le meilleur comme pour le pire. Un sourire simple sur mes lèvres, je laisse planer un court silence, pour jauger sa réaction... Puis j'enchaîne. On y trouve bien des choses sinistres que vous pouvez sûrement imaginer, mais aussi de jolies surprises. Mon sourire s'étire, une malice d'orgueil au coin des lèvres, une lueur joueuse dans le regard. Moi, par exemple. Ton Ego te perdra un jour, Zvezdan. Teh, plus sérieusement... S'y aventurer sans expérience est hasardeux, mais c'est une terre qui recèle de bien des merveilles, pour celui qui sait la parcourir. La forêt autour du Dédale a son quelque chose de lugubre oui... Mais d'autres alentours sont plus agréables. Entre les villes et villages, la nature est reine. Une jolie reine, mais une reine dangereuse. Dans les cités et communautés... ça dépend. Surtout depuis que quelques nuisibles se sont invités dans la région. Le sourire reste, mais se fait mauvais, acerbe. Byzantins, et avec eux derrière, les Saints qui nous surveillent depuis leurs tours. Mais ces invités ne sont que ça : des invités.

Et un invité par essence finit toujours par quitter les lieux.

- Oh, on a quelques très bons vins, aussi. Et je refuse de quitter la ville avant de vous en avoir fait goûter au moins un. Un retour à ce naturel plus décontracté, de cet éclat espiègle, et un regard vers mon propre verre. En parlant de vin... Une main pour aller le chercher, et le lever. Santé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2032-zvezdan-cardinal-de- En ligne
RowenaRowenaArmure :
Cygne d'Euros (Est et Automne)

Statistiques
HP:
[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] G-bleu1350/1350[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] V-bleu  (1350/1350)
CP:
[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] G-rouge600/600[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] V-rouge  (600/600)
CC:
[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] G-jaune1200/1200[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] V-jaune  (1200/1200)
Message Re: [Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan]   [Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] EmptyJeu 19 Nov - 1:37
Une façon de ne pas se perdre. Pour Rowena, le confort n’était guère synonyme de paix. La Tour où elle avait vécu toute sa vie n’avait jamais manqué de rien, elle n’avait pas été malheureuse de pauvreté, mais en manque cruel de liberté. Oh cela elle l’avait cherché, réellement. Elle avait offert toute sa personne et même plus à la cause du dieu soleil. Mais cela ne voulait pas dire que dans son coeur, la paix existait. Même en cet instant où elle peut oublier un peu les réalités, il y a une vérité chaotique qu’elle ne pourra jamais mettre de côté. C’est une sensation qui ne la quitte jamais et qui lui rappel toujours, dans un petit grincement lancinant, ce qu’elle a fait et donné. Même ne serait-ce qu’observer sa main, ses doigts ou sa peau suffit à la ramener au simple fait qu’elle n’est pas vraiment là. Qu’elle n’est qu’un esprit dans un corps. Une âme en peine au fond, comme ces feux-follets qui dansent à la nuit venue. Le confort rappelle la Tour. Et si la paix extérieur existe, la paix intérieur l’a déserté depuis de nombreuses décennies. Ainsi doivent être les choses.

Cela dit, la paix pour un Berserker, ce doit être tout aussi rare que celle que le Cygne recherche. Mais d’une toute autre façon sans doute.

Rome l’intéresse. Le demi mot est compris, et bien vite la curiosité donne l’envie de questionner. Serait-ce aller trop en avant dans leur jeu, briser la limite, et revenir sur les « affaires » que de demander plus de précision ? Elle suppose que oui mais il y a peut-être cette pointe de frustration qui titille. Elle musèle la question au fond d’elle, pour peut-être une prochaine rencontre, qui sait. Le bal, oui. Et après ? Peut-être, et cette fois sous les atours de leur rang… Elle ne sait pas comment envisager le futur alors qu’elle semble si ancrée dans le présent.

« Je serais curieuse de savoir comment vous comptez-vous y prendre, hm. » Songeuse mais pas réfractaire, au contraire, peut-être même un petit air de défi dans la voix. Un jour viendra où elle devra y retourner. Tôt à n’en pas douter, mais une part de son nouveau statut, soufflé par sa Chlamyde plus que sa propre volonté, lui murmure qu’elle n’a pas à poser un nid à la Tour, et que le monde est ouvert au désir du soleil. Sa volonté à lui. Une chose qu’elle n’a pas encore totalement identifié, même si sa vision de Lyon ne la quitte elle non plus jamais vraiment. « Mais peut-être que vous aurez cette chance en effet. » Et quelle chance d’avoir un Oracle pour guider en la cité qui leur appartenait depuis de très nombreuses années maintenant. Pas la plus influente d’entre eux, mais pas la moins ignorante des tours et contours de la ville.

La question plus légère de Rowena laisse sans doute à songer. Elle s’attend peut-être un peu à une description du territoire qui appartient aux guerriers d’Arès, avec une certaine appréhension. Elle a entendu des choses sur… cet endroit. Et elle ne peut s’empêcher de penser que ce qu’elle a entendu ne correspond guère à l’homme qu’elle a devant ses yeux. Une fois encore, elle ne le connait pas non plus, mais ses manières et, ce qu’il a pu laisser entendre, par les mots ou les sous entendus, tend à donner à l’Oracle une telle pensée. Un instinct peut-être. Aussi quand vient la réponse, c’est avec une sincère attention qu’elle écoute, et n’est pas non plus déçue de ce qu’il prêche. Car elle n’a pas menti sur sa curiosité ni son envie d’en savoir plus sur une terre qu’elle n’a jamais foulée. Un jour peut-être le ferait-elle. Les quelques paroles fières de Zvezdan la font sourire mais elle n’interrompt pas, se contente juste de lever les yeux au ciel d’une manière entendue. Elle capte ce regard sombre, cette piqure dans la voix. Elle a entendu des rumeurs, mais laisse les mots lui échapper :

« Des nuisibles ? » Elle n’est pas certaine, mais elle devine à ce sourire mauvais que c’est quelque chose qui pose grand problème aux Berserkers. Un petit pas dans les affaires, juste un instant pour comprendre. Puis plus doucement elle reprend : « C’est en tout cas une belle description. Moi qui suis plus un oiseau des villes que des sauvages étendues, je ne sais si mes pas un jour me mèneront là bas, mais si c'est le cas j’espère y être la bienvenue. » En alliée comme une oracle, si les alliances se nouent plus profondément. En amie pour Zvezdan qu’elle pourrait retrouver là bas si Rome n’est pas leur prochaine destination. Il y a un peu de rappel à ce qu’il a dit quelques minutes avant, ils jouent à se renvoyer cette balle, mais elle continue. « Et vous aimez cet endroit ? » Elle même à confié plus tôt sa mélancolie de Rome et aussi ce sentiment de ne plus savoir où elle en est à ce sujet. Mais Rome est une ville, pas un territoire entier, fait d’une nature sauvage. Au contraire, tant de choses ont été dominées. Et dans une partie de son corps, elle revenait à désirer ces instants après la guerre et la défaite, dans cette Itinérance à se perdre dans les natures sauvages, l’esprit évadé entre le voile des songes et de la réalité.

« Santé. » En miroir, elle lève la main pour trinquer son verre avec Zvezdan. Une gorgée est suffisante pour étancher la petite soif et même réchauffer ses joues pâles. L’air décontracté du Berserker est toujours assez communicative, et Rowena n’est elle même pas spécialement tendue : « Oh ? Dois-je comprendre que vous avez amené l’un de ces vins ici et que c’est une nouvelle proposition à se revoir pour partager cette coupe ? » Il y a pourtant déjà le bal. Et ça ensuite ? Il y une légèreté réelle à ses propos, un rictus mutin qui se demande ce qu’il entend par là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t891-rowena-le-paon-de-ceci https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2210-rowena-journal-de-bord En ligne
ZvezdanZvezdanArmure :
Pontifex

Statistiques
HP:
[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] G-bleu1650/1650[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] V-bleu  (1650/1650)
CP:
[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] G-rouge1350/1350[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] G-jaune1650/1650[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] V-jaune  (1650/1650)
Message Re: [Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan]   [Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] EmptyJeu 19 Nov - 2:53
- à l'image de la terre d'où je viens, je suis plein de surprises. Et il ne tiens qu'à toi de les découvrir, termine mon esprit. Termine mon regard, à sa façon... Heh. Mais tu sais, je le pense sincèrement. Grivoiseries mises à part, j'ai la prétention d'être quelqu'un de bonne compagnie... Quand j'en ai envie. C'est ma petite certitude orgueilleuse : je saurais te redonner goût à cette Cité, si je t'y croise. Je saurais te soutirer un peu plus de ce sourire rayonnant, de ces rires, de tout ça. Et va savoir, peut-être que je saurais de soutirer plus encore. à la bonne heure. À bientôt à Rome, alors. Je lui lance ça comme s'il s'agissait d'un contrat signé, une façon de sceller la promesse qui n'a pas totalement été faite. Une façon de lui dire que je veux l'y voir, si je m'aventure dans cette cité. Un éclat joueur dans mon regard, j'y songe... ça me donnerait presque plus envie de gérer les affaires Romaines, tout ça.

Mais avant les affaires Romaines, les affaires de Transylvanie. La description de Transylvanie, aussi, son petit tour d'horizon en quelques phrases de la part de celui qui en vient, sans y être né, de celui qui appelle la région sa Terre... à défaut de pouvoir continuer de dire la même chose de celle où il a vu le jour. Alors je décris, j'ellipse les détails dérangeants et glauques, sans les démentir... Je parle plutôt des mystères et merveilles de cette région, ses choses plus positives. De ça, mais aussi du reste. Des Saints. Les nuisibles, oui. Le mot me paraît approprié.

- Quelques Citadelles construites en un temps record, dans la région. La logistique Byzantine a quelque chose d'assez impressionnant, hm? Je le dis sur le ton de la conversation, ma joue soutenue par ma main, le bras accoudé, un sourire désabusé sur mes lèvres. Byzantins, et j'imagine que tu devines qui est derrière, n'est-ce pas ? Alors tu sais : Les nuisibles. Eux, encore et toujours. Je préférerai d'autres visiteurs moins envahissants, à choisir. Plus... Tseh. Mon regard s'arrête sur Rowena. Évidemment. La bienvenue, guidée, et tout ce qui pourrait faire plaisir à Mademoiselle. de nouveau, un retour de cette révérence doucement exagérée, qui a quelque chose d'un peu ridicule, exécutée assis... Mais je ne suis plus à ça prés, non ?

La question suivante me laisse pensif, quand je me redresse. Est-ce que j'aime cet endroit... ? C'est une bonne question, à vrai dire.

- Parfois je l'aime, parfois je le déteste. Ce n'est pas la Terre où je suis né, mais au finir d'une longue période de vagabondage, c'est la Terre qui m'a adoptée. Pour le meilleur comme pour le pire, là aussi. Car avec cette terre, viennent les Berserkers. L'avantage, c'est que c'est grand. Alors j'ai l'embarras du choix, quand il s'agit de s'accorder ces moments fameux de paix. C'est grand. Nombreuses forêts, cités, villages, tous avec leurs spécificités. Parfois, cette superficie est un défaut plutôt qu'un avantage... Mais pour ces questions-ci, la diversité a du bon. Mais... J'aurais tendance à dire que je l'aime plus que je le déteste. C'est mon échappatoire d'un lieu autrement plus détestable.

Ai-je besoin d'expliciter ?
Non, je n'ai pas besoin, je préfère enchaîner sur le vin. Le vin, en voilà un bon sujet de conversation, non ? Plus intéressant que le Dédale, en tout cas. Alors parlons vin.
Parlons prétexte.

Deux verres qui trinquent, et l'alcool coule, agréable, doucement dégusté. Un bon vin, à une belle table, en belle compagnie, il n'en faut pas beaucoup plus pour que les langues se délient. Pour que les propositions se lancent.

- Peut-être. Mon sourire rejoue sa comédie de fausse innocence. Un jeu qui perd tout sa crédibilité, à cause de mon regard de malice, doucement charmeur. J'aurais bien trouvé un autre prétexte pour ce qui est de se revoir... Mais oui. J'ai effectivement de ce vin, stocké à attendre sagement dans l'auberge où je séjourne.

Mais cette auberge, est-il bien sage d'y amener qui que ce soit ?

- à propos d'auberge... On parlait confort, plus tôt, et ces quelques fois où vous n'en avez pas trouvées. Tout s'est bien passé ici, pas de sommeil à la belle étoile j'espère, hm ? J'imagine que vous n'êtes pas seule, donc ça n'a pas dû être difficile à trouver, mais sait-on jamais...

Sait-on jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2032-zvezdan-cardinal-de- En ligne
RowenaRowenaArmure :
Cygne d'Euros (Est et Automne)

Statistiques
HP:
[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] G-bleu1350/1350[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] V-bleu  (1350/1350)
CP:
[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] G-rouge600/600[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] V-rouge  (600/600)
CC:
[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] G-jaune1200/1200[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] V-jaune  (1200/1200)
Message Re: [Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan]   [Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] EmptyVen 20 Nov - 2:54
« Et j’imagine qu’il ne tient qu’à moi de les découvrir, hm ? » Après tout, n’a t-il pas promis d’être le prochain apporter la surprise chez elle ? Si ce qu’elle peut lire dans le regard pourrait l’inquiéter des intentions du Berserker - et par certains côtés, elle ne se fait pas d’illusions - elle a le sentiment qu’il pourrait parvenir à éloigner la mélancolie. Il a été force de changement, en moins de quelques heures à ses côtés, même si ce n’est que pour un temps. Une compagnie agréable. Un souffle nouveau dans les courants du vent. Et si ils en reviennent à ces affaires, alors ce ne serait plus une simple rencontre à espérer. Mais il y a aussi chez Zvezdan une assurance que Rowena a déjà pu constater à plusieurs reprise. Et peut-être même une fierté qui s’est faite égo, mais qui jusqu’ici parait à la jeune femme plus charmant que problématique. Mais elle sait aussi que si ce n’est pour lui pas juste un jeu d’apparence et de remarque, alors peut-être faut-il s’en méfier. A terme, l’orgueil est porteur de malheur plus que de victoires. Mais elle préfère ne pas s’y attarder ou même s’en inquiéter - pour l’instant - et lève un sourcil amusé à cette assurance qu’à Rome, ils se reverraient. Un sourire et bientôt un verre de vin pour sceller un accord sincère.

Puis cela s’éclipse un peu. Le plissement des lèvres se fait plus grinçant, le regard plus sombres et quand le doute est confirmé par Zvezdan, l’Oracle ne peut s’empêcher de suivre légèrement. C’est fugace et cela ne lui ressemble pas, mais il y a un éclat de colère qui illumine ses pupilles bleus si calme. Un éclat de vengeance qu’elle sent soufflé par sa Chlamyde, colère sourde qui voudrait apporter le fléau d’Apollon. Puis en un clignement cela s’estompe, laissant la jeune femme à sa pensée, certes grave, mais moins courroucé. « L’or, les ressources et la domination supporte bien les avancées ambitieuses. » Elle ne déteste personne, Rowena, et certainement pas le peuple byzantin d’être du bon côté de la guerre, celui des gagnants. Mais les têtes pensantes, et surtout les Saints qui se cachent derrière l’empire, à eux elle peut certainement un peu leur en vouloir, en la mémoire des Oracles tombés et des romains frappés par leurs charges. Elle sait hélas que si son coeur saigne, elle ne pourra pas être guidée par la haine. Pour le moment. « Mais j’imagine qu’il y a toujours moyens de s’en débarrasser. » Nuisibles. Invités. L’un est repoussé voire détruit. L’autre destiné à repartir. Elle ne doute pas que les Berserkers ne laisseraient pas éternellement les Saints sur leur territoire. Tout comme il en serait de même pour les Oracles, si l’Ordre n’avait pas été presque exterminé. Le renaissance a eu lieu, mais Narsès demeurait un grand risque sur Rome pour eux, encore trop peu nombreux. A cette pensée, peut-être qu’un tour en Transylvanie serait une solution. Peut-être pas moins dangereux, mais plus accueillant s’il tenait promesse. « A bientôt chez vous alors ? » Répète-t-elle sans la moindre once de honte, comme un autre voeux qui se forme. Elle le voudrait. Changer d’air. Continuer sa route et ne plus se poser si aisément. Un sentiment de liberté qui est sien.

Curieuse elle l’est, et d’ordinaire pourtant elle ne s’imposait jamais trop auprès des gens si elle sentait de la gêne aux questions. Elle même n’était pas très friande des questions plus profondes sur elle même, celle qui pourraient la blesser. Mais est-ce que savoir si le domaine d’Arès déplaisait à Zvezdan ? Cela pouvait en apprendre beaucoup plus que ça n’en laissait paraitre, et au delà de tout ça… elle voulait simplement savoir. Savoir si comme elle, il y avait un sentiment mitigé sur cet endroit qu’ils appelaient leur maison. Cela semble plus défini chez lui que pour elle d’ailleurs, car son sentiment sur Rome est tout récent. Comme si la renaissance avait provoqué un changement inquiétant sur ce qu’elle était censé être. Pas une gardienne. Et si elle était parfaitement honnête avec une petite part de son esprit très silencieuse et bien cachée, elle pourrait considérer la Tour - ou l’ancienne du moins - comme une cage dorée.

« Hm je peux imaginer. Il y a des rumeurs et je ne peux pas vous en vouloir de ne pas me les confirmer. » Tous deux savent de quoi il s’agit. Ce domaine d’Arès tout particulièrement, qui même sans être vu peut faire peur. « A Rome, je n’ai pas eu cette même chance. Je crois que toute la vie, je suis restée… à la maison. » C’est le meilleur mot qu’elle peut trouver pour ne pas évoquer la Tour et rompre le charme de leur jeu à mieux oublier. « Même si je ne peux pas dire que de récents et terribles événements ont été une chance pour voir d’autres horizons. » Tout au contraire, si elle avait pu choisir, elle aurait volontiers sacrifié cette nouvelle liberté acquise pour toutes les vies perdues à ce moment. Mais les choses ne fonctionnent pas ainsi.

Telles des vagues, les discussions oscillent entre cette légèreté joyeuse et insouciante et la profondeur de quelques souvenirs passés. Le sujet du vin est de ces premiers et ils y arrivent avec aisance, comme si ce n’était pas la première fois qu’ils se rencontraient. Et si l’Oracle ne prétend pas déjà lire les mensonges de Zvezdan, ce qu’il veut bien lui montrer dans des mimiques terriblement peu discrètes et ouvertement coupables n’est pas difficile à lire. Impossible de rester de marbre face à l’expression si peu innocente et un petit gloussement lui échappe. Ce qui ne lui échappe pas en revanche, c’est ce que peuvent signifier les derniers mots de cette phrase, et qu’un assentiment serait tout sauf un acte de sagesse.

Et il n’est pas sage de jouer ainsi.

Autant elle apprécie sincèrement le Berserker et envie l’idée de le revoir. Autant se rendre à son auberge pour y boire plus encore ? Elle sait sans l’ombre d’un doute qu’elle ne pourra donner quoique ce soit à ce qui pourrait suivre. Pas maintenant. Pas si vite après ce qui est arrivé au Dieu-Loup et pèse encore dans son coeur. Les blagues des marchands, les sous entendus et le flirt léger sont une chose. Plus, prendre et donner… c’en est une autre.

« Oh je vois, le remède au mal du pays en bouteille. » Sciemment, elle évite une première réponse, et écoute la suite dans un petit sourire devenu presque plus sage. « Non nullement, c’est l’une des premières choses que j’ai cherché ici quand je suis arrivée. » Elle n’était pas là depuis bien longtemps cela dit, mais effectivement, c’était ce qu’elle avait cherché avant tout, pour du repos et y déposer ses quelques affaires. « Ça n’a pas été difficile non, mais je suis arrivée seule de mon côté. Je pense que d’autres sont venus du leur. » Ce n’est pas une certitude, mais pas un aveu non plus surprenant. Les Oracles sont éparpillés aux quatre vents, il n’est donc pas surprenant d’entendre qu’ils ne se sont pas rassemblés en un point pour tous venir ensemble. Au fond, Camelot est ce point focal. « Oh cela dit, rien de bien exceptionnel concernant l'auberge, mais c’est simple et agréable, et je dors au chaud dans un lit sans petits insectes. Je pense que je ne pouvais pas demander mieux. » Un petit rire ponctue ses mots, et son regard se fait tendre à la pensée de l’aubergiste qui l’a accueilli. Une femme sincère qui lui avait été tout de suite adorablement sympathique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t891-rowena-le-paon-de-ceci https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2210-rowena-journal-de-bord En ligne
ZvezdanZvezdanArmure :
Pontifex

Statistiques
HP:
[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] G-bleu1650/1650[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] V-bleu  (1650/1650)
CP:
[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] G-rouge1350/1350[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] G-jaune1650/1650[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] V-jaune  (1650/1650)
Message Re: [Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan]   [Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] EmptyVen 20 Nov - 14:53
- Mais c'est vous lisez dans mes pensées, en plus. Tu te fais prévisible avec le temps, Zvezdan, tu le sais ça ? Mais... Mais ce n'est pas comme si tu essayais de te cacher, j'imagine. Tu ne fais que renvoyer la balle, lancer ta réplique, tout sourire, sans masquer ce qu'elle dit, dans ces mots qui ne sont pas prononcés.
Finir ses phrases avec des regards et des attitudes. Il n'en faut pas beaucoup plus, souvent.

C'est vrai en flirt innocent – ou moins innocent -, et ça l'est aussi en affaires plus sombres. Alors quand il faut parler des Saints, je parle plutôt des Byzantins. Et le temps d'un regard, je partage quelque chose, avec Rowena : Cette brève note de courroux, au cœur d'un instant léger. Un rappel à une amertume commune, j'imagine... J'imagine bien, oui. Très bien. La Guerre n'a pas été facile pour vous non plus. Je suis bien placé pour le savoir.

- Moui. Mais, au géant trop ambitieux dans la taille de sa toile, je lui apprendrais bientôt que tisser trop loin peut lui coûter. Cher. Je. Le mot n'est pas anodin. Cette affaire est personnelle, et cette affaire, je la gère depuis le haut de la chaîne de commandement. Juste un instant, j'oublie partiellement le jeu des non-dits. C'est fugace, puisque après tout, la colère n'est pas restée longtemps dans mon regard. Mais elle survit dans mon cœur, dans mes pensées, juste un peu plus longtemps. Finalement, remplacée par une malice moins lumineuse que celle démontrée jusqu'ici. Une malice prédatrice, celle que j'affiche, quand il est question de Se débarrasser. Oh, oui. Toujours. Contrairement à la croyance populaire, les gens de Transylvanie savent être patients. Je souris, mais mon regard, ce n'est pas un regard qui sourit. C'est un regard qui se projette. Qui pense. Qui, juste un instant, ressasse ces plans et démarches imaginées dans mon esprit, pour faire tomber les Citadelles. Juste un court instant.

- Mais eh, justement, on sait être patients, donc autant pas trop s'en faire pour tout ça maintenant! Une gorgée de vin, un peu plus franche, un peu moins dégustée, savourée. Yeux fermés, puis rouverts en un retour à une expression plus décontractée. Les prochains échanges, sur un ton calme, tout sourire. A bientôt chez moi. De nouveau, verre levé, comme pour sceller le pacte. Guider chez soi, se laisser guider chez l'autre.

Guider chez moi, mais pas jusqu'au Dédale. Dans l'idéal. Plutôt dans ces endroits plaisants que je connais, ces villages où je passe mon temps libre à oublier, parfois. Ces forêts verdoyantes, pas les sinistres, plutôt les autres, moins moroses. Les monuments, les vestiges du passé, les cités éparpillées ça et là. Pourquoi pas les Citadelles construites par l'Empire, même ? Tseh. Ces chiens construisent jusque chez nous, ils ont l'amabilité de lever villes, tavernes et lieux de vie sur nos terres. Boire, manger et dormir sous leur hospitalité, ça a quelque chose de... J'sais pas. Une ironie assez tordante, si on me demande mon avis.

- Jeeeee pense qu'on y gagne tous les deux à ne pas trop s'attarder sur ces rumeurs, oui. Je souris, amusé, mais sincère. Peut-être que ton chemin te mènera jusqu'à nos portes un jour, Rowena. Ce jour-ci, l'on pourra en reparler. Pas avant. Pas inutilement.

- Hm.La suite de la conversation me fait plisser les yeux. Parce que sans en deviner les contours exacts, sans savoir précisément les tenants et aboutissants de ce que ça sous-entend... Je pense deviner l'idée globale de être restée toute sa vie à la maison. Et mon petit doigt me dit que ça n'a pas exactement été un plaisir, hm ? Pas un choix même, peut-être ? Je me mord la lèvre, un instant. Frustration. Envie d'en demander plus, mais... Mais c'est tôt. Trop tôt. Et ça n'est pas le moment. Puis... Puis pourquoi est-ce que ça m'intéresse, au final ?

Ce serait facile, tu sais, Zvezdan. De faire comme tu fais depuis que c'est arrivé. Jouer le jeu du flirt, charmer, prendre et donner une nuit à quelques conquêtes, quand l'envie y est, puis... Puis rien de plus. Simplement partager un instant d'Oubli avec une inconnue, et ne jamais se soucier de plus, ne jamais aller plus loin, simplement continuer sa route.
Combien d'étrangers et étrangères charmés au détour d'une rencontre ?
Combien de soupirs de plaisir soutirés entre quelques draps ?
Et pourtant, jamais, plus jamais... Se risquer à plus.

Alors fais comme d'habitude. Joue et souris, charme et laisses-toi charmer. Trouves-y une conversation plaisante, une alchimie éphémère, et si les parques le veulent, un corps à posséder. Mais jamais, plus jamais, se risquer à plus. C'est ce que tu fais, non ? Depuis ça. Pour ne plus...

Une main à mon crâne. Un flot de pensées qui s'interrompt, une sensation désagréable à la tempe. Sourcils froncés, yeux fermés, je me masse un instant la tempe... Rapidement, je me reprends, un sourire un peu gêné.

- Pfoula, désolé, j'ai bu un peu trop vite je crois... Ouais, c'est ça, on va dire ça. Disons ça pour ne pas parler du reste. Je... J'pense que ni vous ni moi n'avons eu beaucoup de chance, avec les récents événements. Mais c'est fait. Ce que ça a amené dans son sillage, ce n'est plus à refaire. Sans doute que ça a amené plus de mal que de bien... Je relève le regard vers elle, un sérieux encore inédit dans cette rencontre. Mais le peu de bien que ça a pu éventuellement amener, prends-le comme le reste. Le tutoiement m'échappe, pris entre mes pensées parasites et ce petit conseil sincère que je lui donne. Prenez-le comme le reste.

Si tu veux tout savoir Rowena, je parle d'expérience.
On m'a pris ma cité, mon peuple, mes parents, frères et sœurs, tout ce que j'ai connu, arraché par la guerre. Morts, réduits en esclavage, forcés à l'exil... La liste est longue. On m'a pris mon enfance, j'ai vécu mes jeunes années comme un soldat plutôt que comme un enfant, comme un guerrier prêt au pire pour survivre, plutôt que comme un jeune noble. J'arrêterais jamais de détester, de regretter de... D'haïr.
Mais au final, cette vie, c'est ce qui m'a forgé maintenant, non ? Est-ce que je suis fier de ce que je suis aujourd'hui ? Tsh. Oui et non. J'sais pas.
Je suis Guerre. J'ai tué, je tue et je tuerai au nom de la vengeance, d'ambitions, et parfois, de caprices. J'ai appris à aimer ça. Cette adrénaline, ce rush, pendant la bataille. J'ai appris à revoir la valeur de la vie. À voir les gens comme des ressources. Ceux qui valent quelque chose, et le reste. La masse. Ce vécu, il a fait de moi un surhomme. Il m'a forgé en combattant, en leader, en stratège. Et tu sais quoi ? J'aime ça. J'aime ce pouvoir. J'aime ce que j'ai appris. Pour autant que je déteste la guerre, j'aime la mener. C'est con, hein ?
Je suis Zvezdan. J'ai voyagé, j'ai appris, je me suis instruis sur les cultures d'autour du monde. J'ai dansé, ris, parlé, chanté, mangé, baisé avec des gens des quatre coins du monde. J'ai eu de bonnes, de mauvais expériences, j'ai développé ce tempérament de jeune tout fier, plein d'orgueil et de projets, d'énergie et de malice. Et putain, qu'est-ce que je l'aime, cette énergie. Je me vois pas sans ça. Je me vois pas... Vide. Privé de ce panache qui me permet de pas sombrer. De ne pas être que Guerre.
Est-ce que je hais ce qui est arrivé à Carthage ? Bien sûr.
Est-ce je renie ce que cette vie a fait de moi ? Jamais.
Même si ça m'arrive de douter.


Un moment hors du temps. Le regard dans le vide, un sourire nostalgique sur mon visage. Dont on aurait du mal à dire s'il est heureux ou amer. Tseh. Je devrais pas trop me perdre dans le passé au milieu de notre discussion, hm ? Désolé. Je me suis emporté, j'crois.

- Bref. Vin, on disait, hm? Revenons plutôt là-dessus, oui. Vin et auberge. Solitude, ou multitude. J'écoute tranquillement, un peu surpris qu'elle soit seule... Et à la fois, pas totalement. Je sais que les Oracles sont éclatés. Mais je pensais qu'ils étaient au moins organisés en petit groupes. Oh. Bien, bon, tant qu'il y a un lit et qu'il n'y a pas d'insectes, c'est qu'il n'y a pas à se plaindre.

Un silence, un instant. Introspectif. Des questions qui se posent dans mon esprit... Un doute. Tseh.
'Puis merde à la fin.

- Hm... C'est peut-être encore un peu tôt pour vous proposer un vin de chez moi à peine sommes-nous en train d'en partager un verre ici... Doucement, je tends ma main de son côté de la table ; sur le dos, ouverte. Mais je peux vous proposer un avant-goût de chez moi. Un voyage. Je la fixe, un sourire de malice à mes lèvres, quelque chose qui pétille dans le regard. Par contre, ça implique de me faire confiance. J'en demande pas trop, j'espère?

Jamais plus se risquer à plus, tu disais, hein Zvez ?
Foutu menteur.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2032-zvezdan-cardinal-de- En ligne
RowenaRowenaArmure :
Cygne d'Euros (Est et Automne)

Statistiques
HP:
[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] G-bleu1350/1350[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] V-bleu  (1350/1350)
CP:
[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] G-rouge600/600[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] V-rouge  (600/600)
CC:
[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] G-jaune1200/1200[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] V-jaune  (1200/1200)
Message Re: [Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan]   [Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] EmptySam 21 Nov - 19:57
Je. Malgré elle, elle perçoit la nuance. Et c’est plus que des représailles d’un camp envers un autre. C’est personnel et cela prend un contour tout à fait différent. Quelque chose de plus fort et intense. Quelque chose pour lequel elle pourrait avoir de l’empathie et de la sympathie. Quelque chose sur lequel il ne vaut mieux pas questionner et qu’elle laisse tomber dans l’oubli. Le retour de bâton viendra, l’impunité ne restera pas éternelle pour ceux qui se sont cru les souverains de ce jeu divin et de guerre. Elle ne doute pas, Rowena, que quelque chose viendra, pas seulement de la hargne des Oracles, mais des nombreux ennemis des byzantins. Une pensée qui se fait plus prégnante et qu’elle n’aime pas, sombre et douloureuse, mais qui pourrait se fondre en elle comme une réalité. Elle ne s’était pas rendu compte qu’une flamme brûlait en elle.

Mieux vaut l’éteindre pour l’instant, d’une gorgée de vin et d’un sourire qui se reforme sur les visages comme si l’instant n’était rien.

« La patience a plus d'une vertu en effet. » Et pourtant ce n'est pas dit de façon si anodine. Quelque chose brille dans ses yeux. Brûle peut-être. Patience. Cela viendrait.

Et ici, ils sont là pour oublier, rire et s’amuser. Du moins, cela pourrait en revenir à ça, mais il semble que quelque chose dans ses paroles ait été capté par le Berserker. Un manque de répartie. Un silence qui s’étire sur quelques secondes et ce regard… Ces yeux qui se plissent et ces lèvres qui se pincent dans ce qui ressemble à de la frustration. Elle ne saurait dire d’où vient le sentiment, mais rien n’est perdu de son regard et elle se demande un instant si quelque chose a mal été interprété. Ou une confidence assez légère sur elle qui interroge ? Elle sait qu’elle laisse échapper quelques brides ici et là sans insister, juste ce qu’il faut pour rendre le partage de la conversation, mais rien qui n’est susceptible de la blesser. Rien, si l’on ne pose pas de questions, et jusqu’ici aucune n’avait été lancé. Rien de personnel et elle ne peut que l’avouer à demi mot : elle préfère. C’est ce qu’il faut pour ne pas s’attacher. Ce qu’il faut pour ne pas se perdre et trop donner…

Tu l’as déjà trop fait. Son esprit à raison. Sage pensée. Pourtant, le goût du vin pourrait être doux, le touché d’une main caressant, la confidence serait rassurante, l’épaule solide pour soutenir… et les baisers enivrant pour s’abandonner. Trop douloureux. Maudite. Elle le sait.

Et pourtant quand elle voit ce regard se faire plus flou, cette main se porter au crâne comme un instant de douleur, elle ne peut s’empêcher de s’inquiéter. Son coeur trop doux, et l’affection naissante qui parle et donne envie au geste de poser une main sur cette peau pour apaiser. Rien n’est fait, juste un regard soucieux sans artifice, incertain de l’excuse qui est lancé avec un sourire gêné. La bouche de l’Oracle s’entrouvre mais aucun son ne parvient à former de mot. La question est pourtant là, au bord des lèvres, avec l’envie d’en savoir plus et de démêler la vérité. Mais elle ne peut pas. Elle sent que ça serait de trop. Elle ne peut pas et sous la table sa main se resserre de frustration en même temps que sa bouche se referme.

Où est-elle, cette légèreté d’avant qui permet d’oublier ? Où est-elle cette douceur tant recherchée ?

Le sourire revient peu à peu sur le visage de Rowena, mais il n’est soudainement plus aussi lumineux qu’avant. Un point de mélancolie lorsqu’elle entend Zvezdan lui parler de prendre le positif - même infime - dans le négatif vécu. C’est ce tutoiement passager, familier, qui la fait sourire amusé mais sur lequel elle ne dit rien, qui réchauffe un peu son coeur et éloigne les sombres pensées. Car elles sont nombreuses, à vouloir refaire surface, établir combien il y a eu si peu de positif pour elle véritablement, dans le malheur de tout ce qu’elle a vécu, et surtout le moins récent. Qu’a-t-elle gagné en revenant au Soleil ? Et perdu ? Tant de souffrance pour une loyauté qu’elle possédait toujours et des convictions profondément ancrées. Mais aussi des pertes lourdes qu’elle ne pourrait jamais se pardonner. Et pourtant elle sait qu’il a raison, et qu’il faut prendre le peu qui est donné. Mais ce n’est pas aussi facile à saisir qu’elle le voudrait. « Vous… vous avez raison. Même si parfois, ce n’est pas facile. » Surtout quand ce qu’on a perdu est de son propre fait. Que la culpabilité ronge et empêche de s’emparer du peu de lumière qui en ressortirait. Qui es-tu, sinon le fantôme de tes propres fautes ?

Tous deux laissent trop de place à la nostalgie, au passé et certainement quelques petites choses lourdes qui empoisonnent l’âme. Mais lorsque Zvezdan réengage le sujet sur ce quelque chose de léger, c’est sans hésiter que Rowena s’y laisse plonger. Il est plus agréable de repousser à loin ce qui tourmente, et c’était pour ça que tous deux s’étaient trouver. Ni les affaires, ni le passé.

« Il me semble que c’était notre sujet en effet. » Il est plus simple d’aborder l’instant présent, les sujets du moment. Et comme un rayon quelques temps caché par les nuages, la lumière revient sur le visage de la jeune femme. Plus doux et mesuré, mais bien présent et non perdu dans les pensées. C’est banal comme conversation et c’est pour le mieux, quand à nouveau le silence s’empare du Berserker, une réflexion visible dans les yeux. Elle n’ose pas l’interrompre, prenant une autre gorgée de ce vin qui lui semble tout à coup un peu moins agréable. Une sensation triste, mais seulement passagère. La main tendue est invitante et semble sans danger. Et pourtant elle se souvient de ce que ça lui a coûté autrefois - il y a bien longtemps dans une autre vie - de faire confiance et prendre une main. Mais alors les choses étaient si différente. Alors elle n’avait rien pour se défendre et croyait en une folie. On ne lui promet pas l’abandon de ses croyances, juste une confiance à donner et la visite d’une contrée. La malice est présente sur le visage de Zvezdan mais elle reconnait celle joueuse et sans méchanceté. Elle ne le connait pas depuis longtemps, mais elle l’a vu doux et gentil, avec elle et un enfant alors qu’aucun ne méritait vraiment. Il a offert et ne s’est pas détourné en mensonge…

« Allez savoir. Un voyage vous dites ? Hm... comme c’est intriguant. » Le rictus mutin est là, mais le regard ne suit pas tout à fait. Elle hésite, les yeux posé sur cette main et alternant vers le visage souriant devant elle. Et puis à nouveau, ce sourire est communicatif et c’est doux chez Rowena. Elle est curieuse et se doute que le voyage n’en sera pas véritablement un. Alors doucement, tâtonnant encore un peu avec elle même, elle finit par poser sa main délicate sur celle de Zvezdan. Le bout des doigts d’abord puis la paume. « Je pense que je peux vous accorder ça, oui. » La confiance d’un instant, pas entière et totale. Car l’avenir est incertain et qu’ils ne se connaissent que peu. Qu’à part des noms et un jeu à ne rien dire des affaires, ils déduisent certaines choses à demi mot mais en savent peu.

Et pourtant… elle peut lui accorder ça.

« Surprenez moi. »

Où est-elle, ta sagesse ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t891-rowena-le-paon-de-ceci https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2210-rowena-journal-de-bord En ligne
ZvezdanZvezdanArmure :
Pontifex

Statistiques
HP:
[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] G-bleu1650/1650[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] V-bleu  (1650/1650)
CP:
[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] G-rouge1350/1350[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] G-jaune1650/1650[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] V-jaune  (1650/1650)
Message Re: [Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan]   [Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] EmptyDim 22 Nov - 0:26
- N'est-ce pas?

Patience. J'ai souvent été guidé par son inverse, mais finalement, c'est la patience que j'ai le plus écoutée, au finir de tout. C'est grâce à elle que je continue de survivre, et avec moi mes ambitions. Patience, de ces années écoulées à penser ma vengeance contre l'Empire, contre les Saints, contre Athéna. Patience, pour ne pas céder en un grand assaut suicide, en un grande rage inutile, soufflée comme une bougie par le géant Byzantin, par la démesure des Dieux.
Celui qui entend se venger d'un Olympien est déjà fou.
Celui qui entend se venger d'un Olympien toute lame sortie en hurlant sa haine, est un idiot en plus d'un fou. Un idiot mort, bien assez tôt.

Alors attendre. Attendre et planifier, jouer et patienter. Car pour s'improviser joueur sur l'échiquier des Dieux, il faut savoir au moins voir un peu le temps à leur façon. Tout peut se faire en quelques secondes, oui. Mais tout met des siècles à se mettre en place. Est-ce que j'ai des siècles devant moi. Je ne sais pas. Mais j'ai au moins des décennies. Je peux les dépenser, celles-là.
Tant que la flamme ne quittera pas mon regard, comme je peux la lire dans ton regard, Rowena. C'est... Agréable, presque. De lire ce quelque chose de commun chez toi et moi.
Agréable, et amer à la fois. Parce que je ne souhaite à personne de vivre pour une revanche.

Mais je devine un vécu. Tu as vécu, Rowena, comme n'importe qui. Et le vécu de nous autres éveillés tend à toujours être plus mouvementé encore que la normale. Plus tragique. Parce qu'on ne s'improvise pas Pion des Dieux sans inviter une dose de tragique dans sa vie, hein ? Tseh. Un écho. C'est cet écho qui me fait penser à mes propres tragédies, à mes propres démons. Qui me fait plonger dans ce songe désagréable juste un instant... Qui devient un songe pensif. Qui devient un songe déterminé. Au fur et à mesure des pensées, des mots dits par ma voix et murmurés par mon esprit, ça évolue. Jusqu'à ce conseil. Ce « tu » qui glisse. Je te regarde, et je devine que je ne suis pas le seul à être encore perdu dans mes pensées, Rowena...
Hmpf. C'était une mauvaise idée.

- Je sais. Je sais que ça n'est pas facile. Crois-moi, je sais... 'Chier. Pourquoi j'ai envie de lui demander ? Envie de savoir. Savoir pour quoi ? Savoir, par espoir de pouvoir faire quelque chose. Savoir, pour pouvoir être là... L'idée me caresse l'esprit, me tiraille les tripes, et surtout, me titille les lèvres. Parce que les questions ont envie de passer la frontière de ces lèvres. Mais c'est une mauvaise idée. Pour moi, et surtout pour toi. Et je ne voudrais pas blesser la jolie inconnue de Rome rencontrée il y a peu, hm ? C'est ça. Juste la jolie inconnue. Juste ça.

Qu'est-ce que je déteste penser, des fois.

- Je sais. C'est pour ça qu'on a besoin de moments faciles comme ça, hm? Je répète, et signe, de cette réplique plus enthousiaste, pour marquer le retour à ce moment simple. J'enchaîne sur le vin, sur le reste. Je lui dis avec une complicité bienveillante, sincère : C'est pour ça qu'on en a besoin, oui. Qu'est-ce que je serais aujourd'hui, si je n'avais pas ces rires et ces plaisirs simples pour rester moi-même ?

Qu'est-ce que tu serais aujourd'hui, si tu n'avais pas de ces moments pour t'arracher un peu de bonne humeur ?
Tsh. J'en sais rien. J'en sais rien, au final. Mais derrière toute la montagne d'Ego mal placé que j'ai, j'ai cet orgueil-ci : J'ose espérer qu'il met autant de lumière dans ton quotidien que dans le mien, ce moment partagé. Autrement, à quoi est-ce qu'elles peuvent bien servir, mes minauderies et plaisanteries ?

- Un voyage mais promis, on revient vite ici finir nos verres, je ne vous le vole pas. Première réponse, pour appuyer cette main tendue, cette invitation. Je lui laisse le temps de réfléchir, d'hésiter. De douter ? Je ne pourrais pas lui en vouloir... Mais au finir de ce temps que je lui laisse, elle tend cette main, rejoint la mienne. Mon sourire s'élargit. Ça a quelque chose de plaisant. Ce message tacite qui signe une confiance partagée, au moins à minima. Délicatement, je referme ma main sur la sienne.

- Merci. Un merci qui sonne étonnamment réservé. Il me surprend moi-même en fait, quand il sort de ma bouche. Tsh. Je... J'imagine que ça me touche, d'une certaine façon. Un peu. Mais bref. J'ai promis un voyage, alors je dois tenir ma promesse.

Un regard à accrocher. Longuement, fixement. Le noir de mes yeux vient chercher l'azur des siens, sans détourner, sans décrocher. Qu'elle s'y noie, dans cet océan sombre. Quelques secondes vont passer, et elle pourra le sentir. Quelque chose, un Cosmos, faible, mais bien présent. Et si elle ne fait rien pour le bloquer, alors l'abysse de ce regard prendra de la place, de l'importance. Un éclat qui brille dans le sombre, les traits de mon visage vont s'effacer pour laisser place au nocturne. Le paysage va finir engouffré par cette nuance, tout. Puis... Un battement de paupière. Suivi d'un battement d'ailes.


Ses yeux. Ses ailes.
C'est comme si elle y était. Transportée. Passagère d'un voyage au travers d'un aigle qui trace dans le ciel. Le ciel. Bleu, parsemé de quelques nuances, un ciel où elle se sentira libre, où elle volera comme un poisson nage dans l'eau. Les ailes battent, tous les sens sont immergés. Alors elle le sentira, quand il y a ce piquet vers le bas. L'aigle Rowena qui descend, et alors, une vue. Une vue que les Dormeurs ne peuvent pas obtenir : une vue du ciel, d'une des vallées verdoyantes de Transylvanie. Un coin de pays fort dans mémoire, un que j'aime dévaler quand je recherche le calme plutôt que l'agitation de la ville.
Les montagnes, sculptées par Mère Nature, blessées par l'homme, cicatrisées par le temps. De grands sommets, majestueux, dominants.
Les forêts, leurs racines profondes sous terre, leurs branches hautes dans le ciel. L'Aigle descend vers l'une d'entre elles. À toute vitesse, et cette vitesse, Rowena la ressentira, sans qu'elle soit agressive ou déstabilisante. Progressivement, passer d'au-dessus des arbres à parmi les branches.

Ici, une nature sauvage, indomptée, magnifique mais pleine de ronces invisibles. Au détour d'un regard, elle pourra voir : loups et sangliers, écureuils et renards, ours et raton-laveurs. La faune, croisée au détour d'un trajet trop précis pour être anodin, comme un tour des créatures de la forêt. Et ça et là, des exotismes jamais vu : Un Cerf, avec des bois gigantesques, qui brillent comme un reflet de lune, un regard de Jade brillant. Un Sanglier, énorme, plus grand encore qu'un éléphant d'Afrique, bardé de défenses hors-normes, qui fait trembler le sol de la forêt de ses pas. Une meute de loups, aux yeux ambrés et au pelage blanc neige, un blanc trop pur pour être... Normal. Un plus gros à leur tête, l'Alpha. Une lueur d'intelligence presque humaine dans son regard captivant, capté un instant par l'aigle.
Une à une, il croise leur chemin. Un échantillon des Bêtes éveillées de Transylvanie.

Et il vole. Il continue, jusqu'à longer une rivière un instant... Et soudainement y plonger.
Ce n'est plus un aigle, c'est un poisson d'eau douce. Elle peut sentir l'eau, l'humidité. Elle peut tout sentir, mais n'étouffe pas. Un poisson n'étouffe pas sous l'eau.
La nage rapide dans une eau claire – je n'allais pas lui montrer un de nos marécages -, le poisson croise d'autres comparses. Il croise un grand brochet, taille alligator, qu'il esquive prestement. Il croise une tortue aux airs hippopotame, lente et tranquille. Le poisson s'enfonce dans ls profondeurs, vogue au travers de grottes sous-marines creusées par le temps, l'érosion et les animaux. Dans ces fonds, des algues qui brillent comme des coraux, changent de couleur quand on les approche, tantôt rouges, tantôt bleutées. Autour, des présences cachées, qui ne se dévoilent pas... Et qui ne se dévoileront pas. Bien assez tôt, le poisson remonte. Vite, très vite.

Pour sortir de l'eau et devenir un chat. L'eau, plutôt que celle d'une rivière, est celle d'un puits. Autour, les rues nocturnes d'une petite ville... Ou d'un grand village, difficile à dire ? Une musique qui se fait entendre, rythmée, endiablée, le genre de celle des festivités locales. Ça et là, des locaux qui semblent heureux, parlent et festoient. Plus loin, quelques pas félins pour approcher d'un grand feu, et d'un cercle d'une vingtaine de gens qui dansent autour, accompagnés par les musiciens.
Une ambiance de fête, endiablée. De celles où l'alcool et les rires se joignent. Parfois des choses plus sombres... Mais je ne vais pas montrer ça ici, hm ?
Le chat finit par lever le regard au ciel. Une pleine lune.
Qui devient un éclat. Tandis que le ciel devient les contours d'une pupille.
Les traits de mon visage réapparaissent, les rues de Camelot aussi. Nous, assis sur cette table, sa main au creux de la mienne.

Ni ailée, ni mouillée, ni féline. Pourtant, c'est comme si elle avait traversée ces trois existences, le temps d'une errance peut-être un peu idéalisée.

- Je n'ai montré que ce que je voulais bien montrer... Mais je pense que les images valent mieux que les mots, finalement. Non? Je lui souris, plutôt fier de mon effet. Comme promis, les verres sont toujours là.

Je lance un coup de menton vers les fameux verres, non loin de nos mains encore liées. Je remarque, et rouvre ma main, pour la laisser libre de ses mouvements.

- Verdict?

Tu t'en donnes du mal, Zvez. Ton côté théâtrale, hein ? Tseh.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2032-zvezdan-cardinal-de- En ligne
RowenaRowenaArmure :
Cygne d'Euros (Est et Automne)

Statistiques
HP:
[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] G-bleu1350/1350[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] V-bleu  (1350/1350)
CP:
[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] G-rouge600/600[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] V-rouge  (600/600)
CC:
[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] G-jaune1200/1200[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] V-jaune  (1200/1200)
Message Re: [Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan]   [Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan] EmptyHier à 2:18
Un simple oui de la tête. Un petit sourire sur les lèvres qui n’est pas accompagné du regard. Une petite douleur inconsciente au niveau des pupilles. Oui, c’est pour ça qu’ils ont besoin de moment facile comme cet instant. Et si seulement ils pouvaient rester éternellement. Mais retourner à la vie d’avant n’est plus chose possible. Elle ne le sera jamais pour elle, fille entre deux mondes, un corps et un esprit liés mais pas identiques, marchant sur la limite de deux mondes comme une funambule sur son fil, prête à basculer dans l’un ou l’autre sans pouvoir réellement choisir lequel. Jour pour la vie. Nuit pour la mort. Un conte presque sordide qui est sa réalité. Oui, même dans les instants faciles qui appellent à oublier, elle ne parvient pas totalement à le faire. Qu’importe la compagnie plus qu’agréable qui lui est apportée. Mais pour rien au monde elle ne changerait ça. Pour rien au monde elle n’abandonnerait ces minces morceaux de paix et d’oubli. Et plus cela avance, plus elle se dit que pour rien au monde, elle n’échangerait ces minutes de rencontre avec le Berserker. Car il est quelque chose de nouveau sur la tapisserie de son existence. Quelque chose qui ravivent les couleurs des fils, même s’ils peuvent devenir rouge sang à tout instant. Alors elle sourit et se laisse simplement porter, même si les pensées obscurcissent leurs regards à tous deux. Au moins sont-ils là pour repousser ces nuages pour l’autre. Juste pour un moment.

Et puis la main tendue. L’offre d’un voyage et d’une échappée. De découvertes et paysages différents. Elle ignore comment mais c’est tentant. Et comme il est doué pour tenter, ce Zvezdan plein de charme et à la langue pendue. Tentateur et sincère, pour ce qu’elle peut lire dans son regard et, même si une petite partie d’elle résiste en étant parfaitement logique, elle veut pouvoir accorder un peu de cette confiance. Un premier pas pour aujourd’hui, et peut-être pour plus tard ?

« Oh, en ce cas si je peux revoir mon verre ensuite… »

Un suspens voulu, qui cache aussi bien son petit jeu que sa propre hésitation. Puis finalement la main qui se pose, des doigts qui se resserrent, un sourire et un merci. Elle pourrait y entendre des nuances inattendues, et elle sent qu’elle a peut-être touché quelque chose. Alors en retour, elle remercie elle même d’un regard plein de douceur. Et plus que jamais, les yeux se croisent, les regards se dévisagent sans animosité. Accrochés pendant quelques secondes, Rowena finit par sentir ce qu’il veut faire. La chair est traversée par un cosmos étranger. Il veut pénétrer l’esprit et, à nouveau le choix lui est laissé de lutter et refuser l’intrusion. Elle n’aime pas vraiment qu’on vienne fouiller et s’immiscer dans sa tête mais… mais elle a fait confiance. Alors lentement, les barrières s’abaissent et…

Elle ne se souvient pas d’avoir fermé les paupières, mais la noirceur envahi son champ de vision. C’est court et bientôt, un éclat pour attirer les yeux. Mais quelque chose à changé.

Tu as déjà volé. Mais jamais de cette façon. Tes ailes sont parties intégrantes de ton corps, et tout est différent. Pas des yeux humains. Pas un corps humain. Tu sais bien que ce n’est pas réel, mais ça le semble vraiment et c’est là toute la magie de l’illusion. Le vent sur tes plumes, l’air dans tes petits poumons, et sous toi l’immense étendue que tu pourrais d’ores et déjà connaître si tu étais un oiseau de ces contrées. Tu ne l’es pas, et tu admires par le regard d’un aigle la beauté de ce que Zvezdan consent bien à te montrer. L’a-t-il déjà vu de pareil point de vue ? Tu ne saurais dire et au fond peu importe. Il y a certainement de l’embellissement dans ce que tu vois, comme une histoire que l’on raconterait en grandissant certains détails et diminuant d’autres. Ce n’est pas grave. C’est tacite et deviné, et ça n’empêche nullement le plaisir du voyage et les sensations que cela t’apporte.

D’abord la nature, belle et sauvage comme l’avait décrite Zvezdan si justement. Et puis la faune, du normal au plus étonnant. Tu es impressionnée par ces créatures immenses que seuls les contes peuvent décrire. Mais elles sont là sous tes yeux, certainement pas montrées pour le défi d’une extravagance, mais bien pour donner une idée de ce qui est dangereux en ces lieux.

Les airs laissent place aux eaux. Sous la forme d’un poisson, nageoires et branchies font l’outillage de cette forme rapide. Ici aussi, un tour d’horizon de créatures hors normes, comme quoi la terre seule ne cache pas toutes les étrangetés. Au fond, quelque chose d’encore plus sombre se cache mais le voyage ne s’arrête pas pour autant. Tu n’es pas maitresse des mouvements que l’esprit à un autre propose. Non pas voyageuse mais spectatrice. C’est bien également.

La forme de chat t’amuse, elle est plutôt douce et gracieuse à déambuler dans un domaine qui déjà te correspond mieux. Ville et village, rues animées et fêtes à l’horizon, comme le meilleur jour que l’on peut montrer. Tout n’est pas aussi lumineux dans la vie mais n’est-ce pas le meilleur moyen de donner envie, de voir des sourires et entendre des rires ?

C’est un pari bien réussi, et le sourire demeure sur tes lèvres, quand enfin, l’illusion prend fin.


Une ancre à laquelle se raccrocher, le visage du Berserker est la première chose qu’elle voit, comme elle fut la dernière chose qu’elle avait aperçu avant de se plonger dans l’illusion. Rien n’a changé, comme si cet instant qui n’avait appartenu qu’à son esprit seul n’avait duré que quelques secondes. Et pourtant ils sont comme des souvenirs désormais en elle.

« Et bien… je dois dire que les mots étaient pas mal à la hauteur de ce qui m’a été montré. Mais oui, le voir c’est tout autre chose. » Elle n’a pas de mots sur le moment pour décrire ce qu’elle ressent, ce qu’elle pense vraiment. Ce serait bien peu de chose, elle est simplement émerveillée parce que c’est quelque chose de nouveau, de rafraichissant, quand bien même elle sait bien qu’il y a un peu d’embellissement. Alors avant d’ajouter quelque chose, elle reprend plutôt conscience avec elle même, laissant son esprit bien s’ancrer comme d’ordinaire dans sa chair. C’est là qu’elle ressent toujours la chaleur sur la main liée à celle de Zvezdan. Doucement, elle reprend celle-ci, mais ce n’est certainement pas signe de rejet ou d’éloignement. « C’était très beau à voir, vraiment merci. Même si je me doute qu’il n’y a pas eu tous les côtés sombres, j’y ai vu beaucoup de beauté et de liberté. » Une terre bien indomptée encore par les forces de l’empire. « Et je comprend pourquoi on peut s’y attacher, même si je sais que me concernant, je n’y aurais sans doute pas ma place. » Oiseau de ville, oiseau en cage. Bien trop longtemps enfermé pour un jour retrouver le chemin de la liberté et du sauvage. Même si elle le pouvait, comme elle serait ridicule et hors propos, dans cet environnement. « Mais vous avez gagné sur un point, ça ne change pas mon avis de venir voir de mes propres yeux. » Là dessus, c'est une envie bien égoïste et personnelle, et elle ne sait quand elle pourra le faire. « Par contre… Sommes-nous d’accord pour dire que votre faune locale est particulièrement hors norme ? Ou alors, il manque une franche documentation sur ce que vous avez dans vos forêts. » Là dessus, l’Oracle est curieuse et un peu amusée. Elle se demande si tout cela est bien naturelle, ou si là encore certaines rumeurs jouent sur cette faune étrange... mais après tout, s’il lui a bien montré, c’est certainement aussi pour qu’elle le remarque et s’interroge. En vérité, elle sait que peu à peu, ses questions finiraient par se forger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t891-rowena-le-paon-de-ceci https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2210-rowena-journal-de-bord En ligne
 
[Mi-Mars 553] Ce que veulent bien dire les signes [Zvezdan]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Libro Scripturae :: Britannia :: Camelot :: Haut-Pavé-
Sauter vers: