Votez
I
II
III
IV
V


Avril 553 AD
 
Partagez
 

 [Début Mars 553] Voyage ~ Ft Liv

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
ŻelisławŻelisławArmure :
Cuirasse de la Pestilence

Statistiques
HP:
[Début Mars 553] Voyage ~ Ft Liv G-bleu1200/1200[Début Mars 553] Voyage ~ Ft Liv V-bleu  (1200/1200)
CP:
[Début Mars 553] Voyage ~ Ft Liv G-rouge650/650[Début Mars 553] Voyage ~ Ft Liv V-rouge  (650/650)
CC:
[Début Mars 553] Voyage ~ Ft Liv G-jaune1350/1350[Début Mars 553] Voyage ~ Ft Liv V-jaune  (1350/1350)
Message [Début Mars 553] Voyage ~ Ft Liv   [Début Mars 553] Voyage ~ Ft Liv EmptyDim 8 Nov - 20:30
Les affaires du Dédale sont parfois urgentes. Se libérer du temps, selon les situations, n'est pas un luxe que tous peuvent se permettre. Des choix à faire. Des décisions à prendre. Des rappels à faire. L'unique, le plus souvent. Pour que la machine fonctionne correctement. Que chaque engrenage de cette folie ordonnée tournent au rythme imposé. Pour l'effet recherché le plus efficace. Et la Légion d'Ivoire se doit d'être la plus irréprochable, ainsi est l'objectif de son Cardinal. Peu à peu, développer un aspect important à cette légion.
Oh, il aurait encore le temps d'y penser. Mais bientôt, les Centurions devront jouer un rôle plus important encore que le simple fait d'être les trois championnes de l'armée du Cardinal. Que les Légionnaires – ou plutôt l'unique légionnaire et les potentielles recrues – ainsi que les serviteurs et autres apprentis réussissent à suivre le rythme.

Des choses doivent changer. Oui.
Les choses finissent toujours par changer. Parfois dans le respect des traditions. Parfois en les faisant bousculer.
Les traditions sont autant les racines d'un vieil arbre que les parasites qui viennent ronger son écorce. Trouvez celles qui jouent le rôle de fondation essentielles, et retirez celles qui viennent gêner la pousse de l'arbre. Son extension.

De nombreuses choses fonctionnent ainsi. De nombreux concepts. L'utile et le nuisible. Des mots que le Pontifex porteraient lui-même, avec son assurance naturelle. Des mots que Mérion ne peut se permettre d'utiliser à tort et à travers. Pour le moment du moins. Car comparer les racines et les parasites nuisibles est actuellement sa quête. Non pas à l'intérieur de sa Légion. Non pas à l'intérieur du Dédale – bien que certains nuisibles semblent déjà fort identifiés. Mais bien à travers les frontières formées par sa chair et son sang. Des nuisibles, là aussi il en a identifié. Au moins une chose. Ce murmure. Plus tenace. Plus présent. Qui se mélange en des rêves plus étranges. En des visions fugaces, éphémères. Devenir fou n'est pas dans son objectif. Et il ne voit qu'en cela la preuve qu'Il revient. Cette chose. L'Autre.

Mais aussi cette mélodie. Qu'il ne peut s'empêcher de fredonner.
Puis. Ce sang. Auquel il ne peut s'empêcher de penser.

Le Cardinal avance, à travers les sentiers de la forêt brumeuse. Un temps trouvé, pour s'éloigner de la chair du Dédale. Sans pour autant perdre le visage du Cavalier Blanc. Sans pour autant perdre son titre. Car c'est pour cela qu'il avance. C'est pour rencontrer celle qui a hérité du Héros Immortel. De sa Mémoire. De sa Curiosité. Liv et sa demeure perdue derrière des sentiers chaotiques. Qu'il commence à connaître. Non. Qu'il reconnaît. Par des sons. Par des détails qu'il remarque. Entend. Il avance, donc. Ou plutôt sa monture, qui foule de ses sabots ces sentiers sans crainte.
Un message. Une preuve de son arrivée avait été envoyée au Centurion. Parfois la surprise est un luxe qu'il n'est pas intéressant de profiter. Et dans ce cas, il voulait toute l'attention de la demoiselle. Toute sa connaissance – ainsi que régler une certaine question, en suspend, depuis la réunion des autorités de la Légion des Ossements.

Puis, un souvenir. Lointain – et pourtant récent. Un souvenir qui revient alors à son esprit. Vision éphémère. Sensation dérangeante. Terreur qui parcours son échine. Colère. Dégoût. Attrapant son visage, Mérion laisse entendre un sifflement agacé. « Silence … » Un murmure. Tuez moi. « Silence ! » Sa voix porte. Tout comme, pendant un instant, son cosmos. Des corbeaux se détachent de la carcasse dont ils se nourrissaient pour mieux s'éloigner. Observant sa main. Ses doigts.

Qui qu'il soit. Quelque soit cette chose. Elle doit disparaître.
Mais non sans dire ce qu'elle est. Réellement. Sans souffrir mille maux.
Sentiment de vengeance. Qui naît. Qui se développe. Qui le rend plus humain, peut-être ?
Ou plus monstrueux ?

Il n'en sait rien.
La jument s'arrête un instant à la réaction de son Cavalier. Celui-ci baisse les yeux vers le noble animal blanc. Doucement, sa main vient chercher l'encolure. La caresser. « Là. Tout va bien … » L'homme à la capuche soupire, doucement. « Ne t'inquiète pas. » Il n'y a rien à dire d'autres. Il n'y a pas de raisons de s'inquiéter. L'affliction mentale ne le prendra pas. La faiblesse ne le détruira pas.

Il n'y aura pas de défaite. Pas cette fois.
Il n'y aura personne pour lui dire quoi choisir. Pas cette fois.
Jamais plus. Certains aimeraient dire.

Détermination. Alors que la monture reprend son avancée. L'énergie d'ivoire s'est instantanément calmée, laissant la faune reprendre ses activités. Alors que le regard d'ambre fini par trouver les murs de la demeure de Liv. Deuxième fois qu'il arrive en ces lieux. La première fois, présenté au départ comme un simple voyageur. Maintenant, il n'aura aucun subterfuge qui introduira leur échange.
Juste un besoin. Celui de forger ses propres chaînes. Et pour cela, la Curieuse Liv sera essentielle.

Ainsi, lentement, le noble animal continue sa progression, pour s'extirper totalement du chaos de la forêt et apprécier un instant – tout comme son maître – le calme de ce lieu isolé. Le jeune homme vient porter la main à sa capuche, la retirant, laissant tomber sa tignasse d'argent contre sa nuque. Descendant de cette jument innomée, il lui caresse une dernière fois l'encolure avant d'approcher de l'entrée.
Sa phalange rencontre le bois de la porte. Et un son cristallin résonne à travers le manoir, en un instant.

Mérion s'annonce.


Merci beaucoup Gawa pour l'avatar.
[Début Mars 553] Voyage ~ Ft Liv Mzorio20

I am the Plague you fear. Eternal Infection. A Legacy in Blood, Flesh and Nature. When you pray life, you invoke me.
Embrace me, let my chains of existence grip you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
LivLivArmure :
Berserker du Kochtcheï

Statistiques
HP:
[Début Mars 553] Voyage ~ Ft Liv G-bleu1350/1350[Début Mars 553] Voyage ~ Ft Liv V-bleu  (1350/1350)
CP:
[Début Mars 553] Voyage ~ Ft Liv G-rouge600/600[Début Mars 553] Voyage ~ Ft Liv V-rouge  (600/600)
CC:
[Début Mars 553] Voyage ~ Ft Liv G-jaune1350/1350[Début Mars 553] Voyage ~ Ft Liv V-jaune  (1350/1350)
Message Re: [Début Mars 553] Voyage ~ Ft Liv   [Début Mars 553] Voyage ~ Ft Liv EmptySam 27 Mar - 2:23
Une flamme crépite dans ce froid ambiant. Malgré ce mois de mars, l'hiver ne semblait pas atténuer la rigueur qu'il imposait sur la végétation, sur le bois et la pierre de Transylvanie. Dans la bâtisse, l'ambiance se faisait glacial, au moins autant que la silhouette ébène qui déambulait à travers les couloirs dans un silence religieux, dans le seul et unique but de trouver un peu de réconfort auprès des braseros de la cheminée. Plusieurs idées et pensées continuaient à la hanter, ces derniers temps. Des préoccupations sur sa future mission à Rome ainsi que...le Dédale. Encore, et toujours le Dédale. Les préparations n'en finissaient plus.

Dans son fauteuil, sa main ouvrit le vieux bouquin qu'elle tenait dans sa main. Liv ne savait pas véritablement ce qu'elle devait penser de cette armée décadente. De ces hommes plus habitués à frapper dans le vent, à tirer leur vengeance dans le sang qu'il versait plutôt qu'à s'intéresser à leur environnement. A ce qui fut, ce qui se développe dans l'ombre. Alors, elle avait préféré se retirer dans son manoir, pour continuer à chercher et à créer.

Avec lassitude, ses yeux continuaient à lire entre les lignes avec paresse, avant de tourner la page.

C'était la deuxième fois qu'elle lisait le même livre, qu'elle déchiffrait les mêmes dessins. Etait-il temps d'aller en chercher des nouveaux ? De s'intéresser à d'autres sujets que la région ?

"Ah, Liv ! Quelqu'un a frappé la porte. C'est l'invité d'il y a quelques mois : petit, des cheveux d'argent...

En levant le regard, son œil s'attarda sur les doux cheveux blonds de sa servante. Comme à son habitude, un sourire plein ne quittait pas son visage. La bonne humeur la suivait où qu'elle passe...

"Ah oui ? Accueille-le, et invite-le donc à me rejoindre."

Tout en lui accordant un léger hochement de tête, la jeune femme disparut à petits pas afin de rejoindre l'invité mystère qui, en réalité, n'en était pas un. Elle reconnut sans l'ombre d'un doute le Cardinal de la Pestilence. Et qui d'autre, d'ailleurs ? Le manoir n'était pas si aisé à rejoindre et la description lui semblait trop frappante pour ne pas la faire corréler à l'homme en question. Quelques minutes se succédèrent avant qu'elle ne releva son regard de nuit, lequel s'attarda finalement sur ce dernier. Dans un froissement de soie, de fourrure et de plumes, Liv quitta son siège et fit face à son invité.

"Cardinal Mérion. Quel bon vent vous amène jusqu'ici ?"

Simple politesse, ou ironie ? Impossible d'en tirer une conclusion certaine. On oubliait trop souvent qu'elle n'était là que pour exister. Trancher les désaccords. Et prêcher l'ancienne parole.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t750-oropher-cardinal-de-la
 
[Début Mars 553] Voyage ~ Ft Liv
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Libro Scripturae :: Transylvania :: Forêts ombrageuses-
Sauter vers: