Votez
I
II
III
IV
V


Avril 553 AD
 
Partagez
 

 [Mi-mars 553] Les bons contes font les bons amis (Ryme+libre)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
ParosParosArmure :
Pégase

Statistiques
HP:
[Mi-mars 553] Les bons contes font les bons amis (Ryme+libre) G-bleu1200/1200[Mi-mars 553] Les bons contes font les bons amis (Ryme+libre) V-bleu  (1200/1200)
CP:
[Mi-mars 553] Les bons contes font les bons amis (Ryme+libre) G-rouge1050/1050[Mi-mars 553] Les bons contes font les bons amis (Ryme+libre) V-rouge  (1050/1050)
CC:
[Mi-mars 553] Les bons contes font les bons amis (Ryme+libre) G-jaune1050/1050[Mi-mars 553] Les bons contes font les bons amis (Ryme+libre) V-jaune  (1050/1050)
Message [Mi-mars 553] Les bons contes font les bons amis (Ryme+libre)   [Mi-mars 553] Les bons contes font les bons amis (Ryme+libre) EmptyMer 11 Nov - 2:17
Déjà une journée d'écoulée à Camelot, durant laquelle Paros avait parcouru une partie de la ville aux côtés de son mentor. Il y avait tant de choses à voir que le temps était passé en un éclair, et Pégase n'avait pas le sentiment d'avoir découvert ne serait-ce qu'un huitième de la cité. La taille de cet endroit était tout bonnement prodigieuse. D'autres Chevaliers avaient raconté au jeune Pégase à quoi ressemblait Constantinople, et même les récits sur le joyau de l'Empire peinaient à égaler le prodige qu'était Camelot.

A vrai dire, le Bronze en avait presque le vertige. L'échelle de la forteresse des Ligures dépassait tellement le jeune homme qu'il avait des moments où il se sentait mal, dans ces rues bondées. Il ressentait le besoin de revenir à un peu de simplicité, et surtout d'avoir un ancre à ses côtés, un point de repère au milieu de cette tempête de voix. Airôth avait rempli cet office la première journée, mais ils avaient convenu de se séparer pour la seconde. Paros avait ensuite passé une bonne partie de la matinée à réfléchir à l'auberge où ils étaient logés sur ce qu'il pourrait faire... Jusqu'à ce que finalement, au coin de son regard, apparaisse la solution à ses problèmes.
Reconnaissant sans mal Ryme et sa démarche dans la cour de leur résidence, le jeune homme bondit sur ses pieds et l'interpella.

    - Chevalier du Lion! Auriez-vous quelques instants pour parler du bon vieux temps avec un ami?

Les paroles de l'ancien aspirant envers sa camarade étaient respectueuses... Mais le ton n'y était pas. Il avait beau être éternellement impressionné par Ryme, la puissance et l'armure qu'elle avait acquise, leur relation n'allait pas changer de sitôt. Pour Pégase, elle resterait sa camarade de promotion, aux côté de qui il avait passé plus d'une année à trimer pour parvenir là où ils étaient à présent. Et passé quelques bons moments, aussi. Sinon ça n'aurait pas été des souvenirs très reluisant, ni un lien bien solide.
Paros, un sourire ironique aux lèvres, s'approcha donc de la jeune porteuse de l'Or, et en guise de salut lui présenta son poing. C'était, pour les aspirants, le salut le plus conventionnel et familier qui soit. Tout en faisant cela, l'adolescent déclara finalement ces mots ce qu'il aurait voulu lui dire transmettre bien plus tôt, mais que le destin avait trop longtemps retardé.

    - On n'a vraiment pas de bol, Ryme. D'abord on m'envoie en mission sitôt mon armure récupérée, puis à mon retour c'est toi qui est absente... Mais maintenant, des félicitations sont à l'ordre du jour. Bravo pour être devenue l'une des Douze! Ce n'est pas rien, même si ni moi ni personne d'autre parmi les aspirants ne doutait que tu y arriverais.

Bon. C'était faux. Certains avaient douté. Mais ceux-là n'avaient finalement plus trop exprimé leurs opinions une fois que la Lionne leur eut démontré ses capacités, de façon très franche et directe. Dans les dents.
Paros continua sur sa lancée. L'apparition de Ryme lui avait après tout donné une idée, qui se précisait un peu plus à chaque instant passé en sa présence.

    - Il faut qu'on fête ça, à présent! Et j'ai justement fait du repérage, un peu plus tôt... Alors, par quoi veux tu commencer notre tour de Camelot?

Il en fallait finalement peu, pour faire pétiller la jeunesse. Les Saints avaient beau être venus ici pour des raisons politiques, il n'y avait pas lieu plus approprié pour fêter comme il se devait ce qu'ils avaient tous deux à célébrer. Dans la liesse du peuple, la leur se fondrait tout naturellement pour les rendre indécelables. N'était-ce pas, au fond, ce que le Grand Pope leur avait recommandé la veille?

Spoiler:
 


[Mi-mars 553] Les bons contes font les bons amis (Ryme+libre) Parosi10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2029-paros-chevalier-de-b
RymeRymeArmure :
Armure du Lion

Statistiques
HP:
[Mi-mars 553] Les bons contes font les bons amis (Ryme+libre) G-bleu1800/1800[Mi-mars 553] Les bons contes font les bons amis (Ryme+libre) V-bleu  (1800/1800)
CP:
[Mi-mars 553] Les bons contes font les bons amis (Ryme+libre) G-rouge1200/1200[Mi-mars 553] Les bons contes font les bons amis (Ryme+libre) V-rouge  (1200/1200)
CC:
[Mi-mars 553] Les bons contes font les bons amis (Ryme+libre) G-jaune1650/1650[Mi-mars 553] Les bons contes font les bons amis (Ryme+libre) V-jaune  (1650/1650)
Message Re: [Mi-mars 553] Les bons contes font les bons amis (Ryme+libre)   [Mi-mars 553] Les bons contes font les bons amis (Ryme+libre) EmptyVen 13 Nov - 22:16
Chargée de faire un binôme avec son ancien Maître, Ryme ne s'était égarée dans les rues de Camelot qu'une seule fois, le cœur lourd. Son humeur n'était pas au beau fixe, ces derniers temps, et les retrouvailles qu'elle avait faite dernièrement n'avaient pas été des plus agréables. Il fallait donc compenser son regard peu émerveillé par...autre chose.

Le froid et l'humidité n'avaient jamais été son maître mot. La Lionne préférait la chaleur, à bien des égards. Les pierres froides des lieux portaient en eux tout un mystère, mais ce n'était que peu de consolations à portée de main lorsque l'on appréhendait un bal rempli de nobles, de conspirations et d'assassinats. Cette pensée lui serrait déjà la gorge... Cette rencontre, elle le sentait si mal !

En sortant de l'auberge, une voix familière l'interpella. Levant le regard, Ryme vit là une frimousse connue du bataillon ! Dans son amusement, ses deux mains venaient de trouver pour accoudoir ses hanches devenues lisses et musclées à force d'entraînement, mais toujours féminines...

"Ca alors, si j'avais cru tomber sur un petit Cheval. On m'a parlé de toi et de ta récente promotion. Félicitations à toi, jeune recrue. Tu as su prouvé ta valeur en tant que Saint d'Athéna, blablabla."

Suite à quoi, son ancienne collègue l'observa, le nez haut et fier. Ce charme ne dura toutefois pas. Bien vite, un rire lui dévora les joues et les remerciements, eux, s'étaient déjà emparés de ses lèvres rosées.

"Et...Merci pour le compliment, mais je crains que ça ne soit qu'un début ! La route n'a pas été simple, mais j'ai enfin succéder au Vieux Lion. Quant à savoir si j'en serais digne, c'est une autre paire de manche." Ses doigts dérobèrent l'une de ses mèches derrière son oreille, visiblement remise de son fou rire. "Et sinon...J'ai bien vu que tu n'étais pas là, du coup, Tharros a pris ta place pour ma première et dernière mission !"

Il était vrai qu'ils n'étaient plus des aspirant-Chevaliers. Ils faisaient désormais partis de l'Elite d'Athéna. Tout deux avaient vécu différemment l'obtention de leur armure, de leur première besogne en terre inconnus...Qu'avaient vécu Paros ? Le temps n'était pas passé vite, mais la Lionne regrettait de ne pas avoir pu consacrer un peu de temps pour aller à la rencontre de son ancien compagnon d'infortune.

Et puis...Pégase avait choisi Paros. Par la force des équations, cela voulait-il dire que le Chevalier avait changé ?

Ô, ses réflexions l'embrouillaient !! Se redressant, son regard se perdit droit vers elle, près de la porte. Que désirait-elle faire ?

Ryme avait à peu près sa petite idée.

"Je ne sais pas moi...P'tet par une bonne taverne, autour d'une bière bien mousseuse ? Il y a de quoi se restaurer dans le Haut-Lieu... Quoique, tu penses qu'ils ont de la bière, ici ? Certains parlent de...de cidre, je crois ! Et de chouchenn." Le nom de ces spécialités lui étaient inconnus de goût. Il était peut-être temps d'y remédier ? "Ca change pas grand chose, je veux tout goûter !"

Soudain, les yeux de Ryme se firent rieurs. Le Chevalier n'attendit d'ailleurs pas la réponse de Paros : Par le bout de la manche, la demoiselle le dirigea loin, plus loin, beaucoup plus loin. Au cœur de la foule.

Direction: La taverne du "Chat qui Grogne".




[Mi-mars 553] Les bons contes font les bons amis (Ryme+libre) Ryme_s10

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu
ParosParosArmure :
Pégase

Statistiques
HP:
[Mi-mars 553] Les bons contes font les bons amis (Ryme+libre) G-bleu1200/1200[Mi-mars 553] Les bons contes font les bons amis (Ryme+libre) V-bleu  (1200/1200)
CP:
[Mi-mars 553] Les bons contes font les bons amis (Ryme+libre) G-rouge1050/1050[Mi-mars 553] Les bons contes font les bons amis (Ryme+libre) V-rouge  (1050/1050)
CC:
[Mi-mars 553] Les bons contes font les bons amis (Ryme+libre) G-jaune1050/1050[Mi-mars 553] Les bons contes font les bons amis (Ryme+libre) V-jaune  (1050/1050)
Message Re: [Mi-mars 553] Les bons contes font les bons amis (Ryme+libre)   [Mi-mars 553] Les bons contes font les bons amis (Ryme+libre) EmptyLun 23 Nov - 0:08
Le temps et l'or n'avaient pas émoussé le mordant de la Lionne! Voilà qui était rassurant à constater. Devant la fausse provocation de la Lionne, Paros contint partiellement un léger ricanement qui s'échappa de sa gorge. Retrouver un ancien camarade d'entrainement, en particulier Ryme, lui faisait réellement plaisir. Après tout ce qu'il avait pu vivre en un peu plus d'un mois, un visage profondément et réellement amical et apprécié lui procurait un soulagement qu'il n'avait pas soupçonné. L'hilarité des deux jeunes gens se poursuivit quelques instants, avec qu'ils ne reprennent contenance et que Ryme ne réponde à son salut amical. Les nouvelles qu'elle lui donna ensuite ne fit qu'élargir son sourire déjà bien prononcé.

    - Si tu n'en étais pas déjà digne, tu n'aurais pas l'armure sur le dos, ma grande. D'ailleurs, je dois dire qu'elle te va bien mieux qu'au Vieux Lion! Euh.. Attends, Tharros?! Oulaaah... Est-ce qu'il t'a un peu aidé, au moins? Ou il a passé toute la mission à essayer de te défier en duel?

Paros exagérait. Juste un peu. Il savait que le Lionceau qu'il avait affronté à la fin de leur entrainement n'était pas idiot au point de risquer la réussite d'une mission juste pour satisfaire son égo et son ambition. Pour autant, le cas de Tharros était... épineux. Même le Pégase, fier de son empathie, ne parvenait tout à fait à comprendre les motivations profondes de son rival. Celui-ci le surprenait toujours, par sa férocité, par son opiniâtreté... Et rien du temps qu'il avait essayé de passé avec lui n'avait jamais pu y changer quoi que ce soit. Au moins, vu les émotions qu'il lisait sur le visage de Ryme, Paros devinait qu'ils étaient tous les deux rentrés saufs de leur mission. C'était tout ce qui importait. Nul doute que Tharros l'attendait de pied ferme en Grèce. Ils avaient encore des choses à se dire et des coups à échanger, tous les deux.

Mais serait-il exactement le même? Ryme, même si ses tics et son comportement demeuraient inchangés, avait quelque chose de différente. Peut-être la conscience de son nouveau rang la rendait-elle plus mesurée? Quoi qu'il en fusse, la Lionne semblait emballée à l'idée de se faire une petite sortie dans les rues de Camelot. Malgré son masque, malgré l'armure, le cœur sa camarade restait au final le même que celui d'autre fois. C'était là tout ce que Paros avait besoin de savoir pour s'abandonner au courant insouciant de leur jeunesse. Leur première envie s'imposa assez vite.

    - Les grands esprits se rencontrent! Moi aussi, je comptais essayer ce que cette ville avait à proposer comme boissons. Va pour une petite tournée dans les tavernes de Camelot, alors!

Au beau milieu de sa phrase, Ryme lui avait saisit la manche pour l'entrainer dehors. La patience n'avait jamais été un de ses points forts, après tout. Se laissant volontiers entrainé. Visiblement, elle avait déjà une idée précise de là où elle voulait se rendre. Paros la suivit donc jusque dans une taverne dans la partie huppée de la cité. Dès qu'il vit le nom, Pégase ne put s'empêcher de s'esclaffer. Pas étonnant qu'elle ait attiré l'oeil de Ryme, avec un nom pareil! La Lionne avait intérêt à s'y sentir comme à la maison, où le gérant allait entendre le son d'un véritable grondement animal...

Quelques instants plus tard, les voilà qui étaient installés à une table. Ayant laissé leurs armures à l'auberge réservé par les Saints, ils se fondaient plutôt aisément dans la masse de visiteurs qui affluaient en ville pour le couronnement, même si un simple regard restait suffisant pour les identifier comme des étrangers.
Paros se proposa pour se rendre au comptoir et commander deux pintes de ce "cidre" que Ryme avait mentionné et dont il avait également entendu parlé. Il fut surpris de se voir servir, quelques instants plus tard, deux bols en terre cuite avec à l'intérieur un liquide semblable à de la bière, mais étrangement fruité dans son arome. Une fois revenu à la table où se trouvait son amie, il déposa sa part devant elle. Aussi joyeux qu'impatient, il n'attendit pas d'être assis à son tour pour poser les questions qui le taraudaient.

    - Alors, raconte-moi tout... A commencer par cette mission! Dans quel coin du monde es-tu partie? Enfin, si c'est quelque chose que tu as le droit de révéler à un pauvre petite chevalier de Bronze.

Un rictus ironique se glissa sur le faciès de Pégase à cette mention. Il se doutait que la Lionne ne se soucierait pas d'une quelconque différence de statut entre eux... Mais les ordres étaient les ordres. Et le Grand Pope exigeait parfois le secret sur les affaires d'Athéna. Paros lui-même serait bien embêté, en vérité, si Ryme lui retournait la question. Qu'aurait-il le droit de lui révéler sur ce qu'il avait vu à Tolosa?
Le jeune homme porta sa bolée à ses lèvres et dès la première gorgée s'interrompit pour s'exclamer.

    - Eh mais... C'est de la pomme?!


[Mi-mars 553] Les bons contes font les bons amis (Ryme+libre) Parosi10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2029-paros-chevalier-de-b
RymeRymeArmure :
Armure du Lion

Statistiques
HP:
[Mi-mars 553] Les bons contes font les bons amis (Ryme+libre) G-bleu1800/1800[Mi-mars 553] Les bons contes font les bons amis (Ryme+libre) V-bleu  (1800/1800)
CP:
[Mi-mars 553] Les bons contes font les bons amis (Ryme+libre) G-rouge1200/1200[Mi-mars 553] Les bons contes font les bons amis (Ryme+libre) V-rouge  (1200/1200)
CC:
[Mi-mars 553] Les bons contes font les bons amis (Ryme+libre) G-jaune1650/1650[Mi-mars 553] Les bons contes font les bons amis (Ryme+libre) V-jaune  (1650/1650)
Message Re: [Mi-mars 553] Les bons contes font les bons amis (Ryme+libre)   [Mi-mars 553] Les bons contes font les bons amis (Ryme+libre) EmptyVen 27 Nov - 20:29
Le Chat qui grogne.

Une taverne en apparence sympathique, d'où la végétation sur les planches en bois qui longeait les balcons, oscillaient entre les planches rongées par le vent iodé de Bretagne et épousaient les formes élégantes et variées qu'on avait taillé dans leurs cimes. Sur l'enseigne, un félin montrant les dents réveilla un rictus sur les lèvres de la jeune femme. Au moins, elle avait pu mémoriser son emplacement sans aucun mal. Passé le seuil de la taverne, Paros et Ryme trouvèrent de quoi se désaltérer. Bientôt, on leur servit deux verres bien remplis.

Qu'il lui tardait de déguster sa liqueur !

Et puis, ne disait-on pas que l'alcool déliait les langues et désinhibait les moeurs ? Bien assise dans sa chaise, la jeune femme profita pour reprendre leur conversation, d'une voix plus basse.

"Nous serons mieux, ici. Mais pour répondre à tes questions, on ne peut pas dire que j'ai quitté le monde grec...Je me suis rendue près d'Athènes. A Nauplie." Sa destination n'avait pas été des plus exotiques. Et pourtant, il y avait eu une pointe de révélations dans ces recherches. "Les villageois y ont tous été massacrés par "quelque chose". Quelqu'un, plutôt. Ma première mission a donc été d'enquêter sur place."

Enquêter. Débusquer. Déjà, l'odeur des corps brûlés et du bois fumé lui revenait en narine...Soupirant, son regard se perdit sur la surface plane de son gobelet. Elle n'avait pas encore fait son rapport à Childéric et ce dernier lui devait certainement quelques explications. A elle. A Tharros également.

"Mais tu as raison. Tharros a failli me faire faire une crise cardiaque. Ce n'est pas une surprise mais..." Les visions que Ryme avait entrevu près de la tour noire lui revenait en mémoire. Sous ce masque, on la devina bien vite au moins aussi rouge qu'une pivoine. "C'était embarrassant...Je ne sais plus si le destin joue avec moi, ou non...A croire que le Sanctuaire a dissimulé certaines informations en cours de route. Je dois parler à Childéric, je n'ai pas encore pu le faire...Je te dirais la vérité une fois cela fait, ne m'en veux pas."

Etait-ce une simple illusion, ou bien la vérité ? Si tel était le cas, alors Tharros était lié de près ou de loin à elle. Mais il y avait plus, également. Beaucoup plus. Que lui cachait donc le Sanctuaire ? C'était une question qui naissait, grandissait, et prenait racine aussi bien dans ses certitudes que dans ses actions. Camelot voyait déambuler une Lionne maussade et perplexe pour cette raison. Toutefois, la présence d'un ancien ami l'aiderait peut-être à dépasser ces états d'humeur ?

Elle l'espérait...A raison. Contempler les mimiques innocentes et maladroites de Paros ne manquerait pas de lui soutirer un rire.

"T'en fais une tête ! Mais oui, c'est bien de la pomme. Grâce à elle, les locaux produisent un alcool plus ou moins fort, en respectent les règles de la fermentation. C'est une des plus célèbres spécialités du coin ! J'espérais donc avoir l'occasion de goûter un peu tout ça..."

Après tout, n'était-ce pas un moindre plaisir à prendre à Camelot ? Quelque chose émergerait de ce couronnement, mais il était impossible de savoir si les conséquences seraient bénéfiques ou non pour le Sanctuaire. Alors...Autant se forger ses propres souvenirs, aussi fugaces soient-ils ! D'un mouvement de doigt, son masque fut décalé. Ses lèvres purent alors tremper dans le verre à son tour. Silencieusement. Avec délectation. Puis, Ryme se releva le regard.

"Et toi, alors ? Où donc t'as mené notre vénérable Grand Pope, avec tes nouvelles et élégantes ailes de...Pégase, il me semble ?" Joueuse, Ryme se pencha en avant, s'affalant par la même occasion sur la paume de ses mains. En affutant son regard, Paros pouvait déjà voir la couleur mutine, lumineuse et parfois intimidante de ses prunelles luire dans ces ombres, prêtent à sonder les siennes. "Que je ne m'offusque pas de ne pas avoir vu le bout de ta frimousse dans mon temple avant de partir..."

Sa fausse moue était palpable. Ryme était curieuse de savoir ce qu'était devenu Paros, en tant que Chevalier de Bronze.



[Mi-mars 553] Les bons contes font les bons amis (Ryme+libre) Ryme_s10

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu
ParosParosArmure :
Pégase

Statistiques
HP:
[Mi-mars 553] Les bons contes font les bons amis (Ryme+libre) G-bleu1200/1200[Mi-mars 553] Les bons contes font les bons amis (Ryme+libre) V-bleu  (1200/1200)
CP:
[Mi-mars 553] Les bons contes font les bons amis (Ryme+libre) G-rouge1050/1050[Mi-mars 553] Les bons contes font les bons amis (Ryme+libre) V-rouge  (1050/1050)
CC:
[Mi-mars 553] Les bons contes font les bons amis (Ryme+libre) G-jaune1050/1050[Mi-mars 553] Les bons contes font les bons amis (Ryme+libre) V-jaune  (1050/1050)
Message Re: [Mi-mars 553] Les bons contes font les bons amis (Ryme+libre)   [Mi-mars 553] Les bons contes font les bons amis (Ryme+libre) EmptyMar 1 Déc - 2:33
L'ambiance de la taverne était chaleureuse et accueillante. Les boissons qu'on leur avait servi répandaient leur arôme fruité, éveillant en eux une soif presque primordiale. Dehors, la lumière brillait sur Camelot. Pour un observateur extérieur, ils n'auraient été que deux jeunes gens profitant d'une magnifique journée pour badiner en toute innocence. Paros aurait voulu y croire, également, juste pour quelques instants de plus. Mais leurs paroles baissèrent bien vite d'un ton, et il pu voir une ombre qui l'inquiétait se glisser dans la voix de son amie.

A en croire ses paroles, sa mission à Nauplie avait été placée sous les mêmes auspices que la sienne à Tolosa. Ryme resta plutôt évasive, mais Pégase sentit que quelque chose la troublait. Il savait que la Lionne était forte, que ce qu'elle avait surmonté en Italie lui aurait permis de faire face à l'horreur d'un tel charnier. Non, ce qui l'affectait était d'une nature différente. Elle avait des doutes sur ce que lui aurait dis le Sanctuaire? Les paroles de la jeune femme trouvèrent un écho au cœur de Paros. Il repensa à ce malaise qui l'habitait depuis Tolosa. Sa conversation avec Athéna l'avait apaisé mais... Il demeurait.
Ryme ne semblait pas encore prête à en dire d'avantage. Paros comprenait. Lui aussi avait eu besoin de temps pour digérer sa première mission, et tout ce qui en avait découlé. Même s'il avait terriblement envie d'en savoir plus, le jeune homme décida de prendre son mal en patience. Presser sa camarade pour obtenir des réponses qu'elle n'avait surement pas elle-même ne les mèneraient nulle part.

    - Eh bien... D'accord. Comme tu le sens, Ryme. Lorsque tu voudras en parler, je serai prêt à t'écouter. Mais ce village... Merde. C'est pas si loin... Vous avez pu découvrir ce qu'il s'est passé? Qui a pu faire ça?

Pégase ne connaissait pas cette ville, ni ses habitants. C'était surement à peine s'il pouvait la situer sur une carte. Pourtant, leur sort l'affectait. Le récit de la Lionne ne lui rappelait que trop douloureusement ce qu'il avait vu et vécu autrefois, lorsque les Berzekers avaient jugé bon de mettre la campagne autour du Sanctuaire à feu et à sang pendant leur assaut. L'idée que ce soit peut-être les mêmes ennemis qu'autrefois l'inquiétaient, plus surement que ne voudrait l'admettre. Son ton ne trompait cependant pas.

Poussé par la soif et le besoin de se requinquer après avoir abordé ces questions, le jeune homme avait porté son bol à ses lèvres avant d'exprimer sa surprise devant son gout. Ryme, visiblement fine connaisseuse, ne se fit pas prier pour révéler les secrets de ce mystérieux "cidre". La Lionne était bien renseignée! Avait-elle donc planifié cette partie de leur escapade à Camelot aussi soigneusement que son Maître en avait préparé l'aspect politique? Cela ne l'aurait pas étonné. Quoi qu'il en fusse, Paros était heureux de voir que sa mission n'avait pas complètement tué l'enthousiasme de Ryme. Il fut heureux de continuer sur cette lancée.

    - Eh bien voilà qui est fait. J'ai hâte de voir les autres variétés. En fait, je ne sais pas pourquoi ça m'a autant surpris. On fait bien du vin avec du raisin, je suppose que n'importe quel autre fruit pourrait faire de l'alcool... Peut-être qu'en voyageant on en trouvera qui sont faits de façon encore plus exotique encore.

L'idée était séduisante. A présent que Paros avait gouté à la joie de découvrir de nouvelles contrées, il se surprenait à imaginer avec excitation et émotion les autres paysages incroyables que son grand-père lui décrivait dans ses histoires. Peut-être que la prochaine fois, Ryme et lui auraient l'occasion de découvrir une nouvelle destination à deux. Ce n'était pas impossible, puisque le Pope aimait visiblement envoyer les Bronzes en paire aves des Dorés. Ce serait une aventure, celle-ci!
Paros bu de nouveau une gorgée de cidre alors que la Lionne le questionnait à son tour sur ce qu'il avait vécu depuis sur adoubement. Il avait capté l'éclat d'amusement dans son regard, et y répondit par la même. Oh? Lui avait-il manqué tant que ça? Avec un sourire au coin des lèvres, il fit de son mieux pour satisfaire sa curiosité.

    - Crois-moi, j'aurais volontiers préféré monter quelques maisons de plus pour crâner un peu avec ma nouvelle Cloth... Mais mon Maître venait de revenir, et Childéric a demandé à ce qu'il reparte aussitôt en Francie. Je ne pouvais pas le laisser y aller sans moi.

Autant pas ordre que par devoir, il avait suivi la volonté de l'Ancien Lion et du Taureau. Par le hasard qui lui avait fait croiser la route du Pope et du Chevalier d'Or dans la cuisine de ce dernier, Pégase s'était retrouvé embarqué dans une histoire qui, au final l'avait concerné plus qu'il ne l'aurait cru... Ou du moins avait concerné la Cloth qui était la sienne. Mais avant d'aborder cette épineuse anecdote, Paros avait des histoires plus enthousiasmantes à partager avec son amie.

    - L'idée était de retrouver des Oracles pour essayer de calmer les choses avec eux. Airôth était un ami de leur ancien Augure. La dernière guerre lui a beaucoup pesé... On les a trouvé, au final, dans une jolie petite ville du sud. Ce n'est pas aussi grandiose que Camelot, mais c'est une belle cité, paisible, où différentes cultures coexistaient et échangeaient... J'aimais beaucoup l'ambiance qui y régnait.

Pendant une brève période, c'était ce que Tolosa avait été oui. Un havre de paix dans une région épargnée par la guerre. Même si son séjour n'avait été que quelque jour, le jeune idéaliste avait trouvé dans cette région un reflet du Rêve que l'Empire byzantin promettait. Cette terre, pourtant hors de ses frontières, avait séduit le Chevalier de Bronze. Si seulement les choses n'avaient pas finis aussi tragiquement...
Le visage de Paros se tendit au souvenir amères qui affluèrent. Il avait commencé à faire la paix avec ce qu'il avait vécu, mais la hantise continuait. Il ne pouvait pas ignorer aussi facilement une vie dont il avait senti tout le poids dans ses mains. Ses yeux rubis dévièrent, s'attardant dans les formes des cernes qui marquaient le bois de la table. Ce fut presque en marmonnant qu'il évoqua la suite de cette mission.

    - Du reste... Tout ne s'est pas passé comme prévu. Vraiment pas... Je ne sais pas trop par quoi commencer, à vrai dire.

Le fait qu'ils avaient trouvé une personnage mythologique? Qu'il avait eu plusieurs visions étranges? Qu'il avait assisté à la mort d'une légende, bien loin de la fin héroïque qu'elle aurait pu mériter? Paros ne manquait pas d'envie de partager tout cela avec Ryme, mais c'était beaucoup d'un coup. Pour lui, en tous cas, ça l'avait été. Et puis le Grand Pope lui avait demandé de gardé tout cela sous le sceau du secret... Surement que son apprentie, en tant que Chevalier d'Or, était habilitée à savoir tout cela. Mais était-il sage d'en parler ici?
Comme pour gagner du temps de réflexion, Paros se mit à arpenter la selle de l'auberge des yeux. Il espérait peut-être aussi, au fond, que sa camarade lui donnerait un point de départ d'où continuer ce conte bien étrange qu'il avait vécu.


[Mi-mars 553] Les bons contes font les bons amis (Ryme+libre) Parosi10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2029-paros-chevalier-de-b
RymeRymeArmure :
Armure du Lion

Statistiques
HP:
[Mi-mars 553] Les bons contes font les bons amis (Ryme+libre) G-bleu1800/1800[Mi-mars 553] Les bons contes font les bons amis (Ryme+libre) V-bleu  (1800/1800)
CP:
[Mi-mars 553] Les bons contes font les bons amis (Ryme+libre) G-rouge1200/1200[Mi-mars 553] Les bons contes font les bons amis (Ryme+libre) V-rouge  (1200/1200)
CC:
[Mi-mars 553] Les bons contes font les bons amis (Ryme+libre) G-jaune1650/1650[Mi-mars 553] Les bons contes font les bons amis (Ryme+libre) V-jaune  (1650/1650)
Message Re: [Mi-mars 553] Les bons contes font les bons amis (Ryme+libre)   [Mi-mars 553] Les bons contes font les bons amis (Ryme+libre) EmptyJeu 3 Déc - 0:34
Qui, justement ? Qui était coupable du massacre de Nauplie ? C'était la question à laquelle Ryme devait trouver des réponses à rapporter au Sanctuaire. Toutefois, leur enquête avait soulevé en elle une myriade d'inquiétudes. Avec Tharros, les ombres de ces doutes les avaient harasser sans discontinuer. Par où devaient-ils aller ? Quelle était cette brume ? Cette tour ? Etait-ce un souvenir ? Qui étaient ces hommes parés de rouge ? Tout était si compliqué...Soucieuse, la jeune femme livra malgré tout certains de ses secrets au jeune apprenti.

"On avait des soupçons, en effet. Certains ont aperçu des hommes en armure rouge détruire le village. Ce qui m'a interpellé, c'est que la ville était très, très proche d'Athènes."

Et pourtant, elle n'était plus que gravats et poussières. Ses fondations avaient été décimées en totalité. Devenue malsaine à souhait, il faudrait des années avant de regagner un intérêt pour cette ville qui, auparavant, devait jouir des cadeaux offerts par la mer qui la bordait. Cette mission n'avait pas été une partie de plaisir. Toutefois, ses lèvres continuaient à garder son silence. Son soupir chassa sa monotonie et ses discours militaires. Ce n'était pas le moment. Ryme devait se changer les idées. Une taverne devait abriter deux amis et les réunir autour d'un bon verre, après tout ! Fidèle à lui-même, Paros révélait encore une fois que ce petit brin de naïveté ne l'avait pas quitté.

"Manger les autres spécialités, c'est aussi découvrir le pays eh ! Mais c'est certain qu'on trouvera plus exotique que du cidre." On lui vola un ricanement. "Personnellement, je voyage ainsi. En revanche, je crains être la mauvaise personne "

Un jour, sa gourmandise la perdrait. Heureusement, son heure n'avait pas sonnée. La Sainte espérait encore avoir de beaux jours devant elle. De quoi faire ses preuves et peut-être, partager des moments plus sereins avec ses autres frères d'armes. Le reste ? Aux oubliettes. La Lionne n'était pas venue pour faire ami-ami avec l'Ennemi. De toute évidence, ce futur bal serait autant un combat qu'un jeu entre serpents aux langues bien fourchues, à la seule différence qu'on le verrait vêtu de leur plus bel apparat. A cette pensée, ses yeux coulèrent sur Paros. Ironiquement, Ryme céda à son imagination. Avait-il déjà prévu sa tenue ?

"Tout cela, ça me fait aussi penser que je ne t'ai toujours pas vu avec ta nouvelle armure. J'en suis...Curieuse, d'un coup."

Pégase était une armure symbolique. Tout le monde le savait au Sanctuaire. Il n'y avait rien d'anodin dans son obtention. Le Destin frappait de plein fouet ses porteurs et cette idée la laissa pantoise. Les lèvres trempées dans sa liqueur et le nez rivé dans son verre, Ryme se demandait quelles étaient les impressions de son ancien compagnon d'infortune. L'élève sensible et sans cosmos, destiné à porter Athéna loin dans ses objectifs ? Deux années auparavant, cette ascension dans la hiérarchie aurait attisé les flammes de son cynisme. Aujourd'hui pourtant, ce n'était plus le cas. Sa première mission ne lui avait pas été fatale. Paros se tenait là, debout devant elle, en parfaite santé et contait même ses premiers exploits...

"Si t'arrives quand même à la comparer à Camelot, c'est que la ville devait être jolie, au moins. Pas comme mes vieilles ruines de guerre. Je t'envie, d'une certaine manière..."

Penchée -ou avachie sur sa table, tout dépendait des points de vue-, la Sainte écouta le jeune homme, une moue anecdotique aux lèvres. Le voir ainsi hésité et trébuché dans ses débuts fit monter en elle une nécessité, vitale ou primordiale, que tous ressentait en cas d'hésitations : l'art des initiatives.

"Par le commencement, peut-être ? Ce serait une bonne entrée." Ce serait une bonne idée, oui. Un début cohérent, élaboré ou sans chichi. Au choix. Pour autant, la Disciple du Lion semblait se contenter de simples conversations... "Ou alors, par cette gorgée de cidre. Ca ne t'empêchera pas d'apprécier ma présence comme il se doit. T'as de quoi me faire un joli conte."

D'un mouvement las mais exécuté sans retenue, sa main apostropha une serveuse aux cheveux doux et bouclés, que l'on devinait être la créature éponyme et ensorcelante de cette taverne. Par envie plus que par nécessité, Ryme chuchota sa commande. De quoi se sustenter. Quand le plat arriva -quelques petites pièces de viande accompagné de petit pain préparé avec soin et délicatesse, la malheureuse sentit le besoin de se livrer à quelques argumentations.

Un bon verre d'alcool justifiait bien un petit plat préparé avec soin, non ?

"Va pas croire que je mange trop, hein ! J'aime juste le goût...Et puis, ça me fait bizarre." Une à une, ses phalanges jouèrent avec son godet, comme un signe de contentement. Malicieusement, ses yeux se plantèrent dans ceux de Paros, comme pour le plonger à son tour dans ses souvenirs du passé. "Deux chevaliers d'Athéna en train de boire un verre pour oublier nos déboires. A croire qu'on a réussi à surmonter nos premiers soucis d'apprentis. Le cosmos, les autres et puis ma...mon mauvais caractère, je crois."

Un bien triste mot. Proche de la réalité, toutefois.



[Mi-mars 553] Les bons contes font les bons amis (Ryme+libre) Ryme_s10

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu
ParosParosArmure :
Pégase

Statistiques
HP:
[Mi-mars 553] Les bons contes font les bons amis (Ryme+libre) G-bleu1200/1200[Mi-mars 553] Les bons contes font les bons amis (Ryme+libre) V-bleu  (1200/1200)
CP:
[Mi-mars 553] Les bons contes font les bons amis (Ryme+libre) G-rouge1050/1050[Mi-mars 553] Les bons contes font les bons amis (Ryme+libre) V-rouge  (1050/1050)
CC:
[Mi-mars 553] Les bons contes font les bons amis (Ryme+libre) G-jaune1050/1050[Mi-mars 553] Les bons contes font les bons amis (Ryme+libre) V-jaune  (1050/1050)
Message Re: [Mi-mars 553] Les bons contes font les bons amis (Ryme+libre)   [Mi-mars 553] Les bons contes font les bons amis (Ryme+libre) EmptyVen 8 Jan - 17:51
Aucun des deux jeunes chevaliers n'était, au final, apte à parler sans hésitation de leurs premières sorties en tant que Chevalier. Evasif, l'un comme l'autre, l'ambiance de cette sortie aurait pu s'en retrouver minée si boisson et nourriture n'avaient été là pour les réconforter. Laissant pour l'heure de côté les mystérieux meurtriers vêtus de rouge et les secrets de Francie, les anciens aspirants se retrouvèrent à aborder des sujets plus légers. Ce qu'ils avaient dans leurs verres, tout d'abord. Ce que chacun avait manqué pendant leur séparation, ensuite. Lorsque la Lionne aborda la question de l'armure de Bronze, Paros étouffa un petit rire. Cette Cloth attisait décidément toutes les curiosités.

    - Elle ne brille pas autant que la tienne, mais elle a la classe. Je te la montrerai à l'auberge, si tu veux. Une fois de retour au Sanctuaire, on pourra même l'inaugurer dans le Colisée. Enfin, il faudra peut-être que tu fasses la queue. Tharros veut sa revanche aussi, il me semble.

A dire vrai, le jeune homme avait hésité à la porter en permanence dans Camelot, cette Cloth. Les chevaliers en armure ne manquaient pas, ici. Et il n'avait pas sué sang et eau pour l'obtenir, simplement pour la laisser prendre la poussière dans sa boite. Mais après ce qu'il s'était passé à Tolosa, et vu comment tous semblaient avoir Pégase à l'œil... L'apprenti du Taureau avait opté pour l'option la plus sage. Une première, pour lui!

Paros ne put cependant s'empêcher de lever les yeux au ciel lorsque Ryme énonça une évidence, comme si c'était aussi simple. A sa manière, elle l'incitait à prendre son temps pour commencer son récit. Le jeune homme écouta son conseil et prit le temps de finir son cidre avant de se risquer à aborder son conte. Un peu d'alcool pour se donner de la force, ainsi que le sourire de sa camarade en face de lui. C'était là les meilleurs encouragements qu'on pouvait lui offrir. Après un bref silence, durant lequel la Lionne en profita pour commander à manger, Pégase entama le récit.

    - Cette mission... On était partis en Francie parce qu'il y avait des rumeurs qu'un ancien Augure d'Apollon, que mon Maitre connaissait, y était en activité. Sauf que sur place, si on est effectivement tombés sur des Oracles, ils n'avaient pas d'armures. Et au lieu de leur Augure, il y avait... Pâris de Troie. Oui, celui de la légende.

La voix du Chevalier de Bronze avait baissé d'un cran alors qu'il se penchait pour s'assurer que Ryme soit la seule à pouvoir entendre ce nom. Paros craignait tout de même que son amie ne s'esclaffe trop fort à sa mention, faisant tourner tous les regards vers eux. Aussi, sa mains était-elle déjà levée, à l'origine pour bloquée le son, mais prête à venir sceller les lèvres de Ryme si celle-ci manquait d'attention. Paros continua.

    - Je te passe les discussions qu'il y a eu pour arriver à certains accords avec eux. Je n'ai ni tout compris, ni vraiment participé. Mais... Il y a eu des choses bizarres. Des visions. De nous en train de combattre des Spectres aux côtés des Oracles. D'Apollon qui nous transmettait un message.

Passé? Futur? Vérité ou mensonge? Le jeune garçon, à ce jour, ne savait quoi penser de tout ce qu'il avait vu. Son Maître et le Grand Pope en avaient été informés, et Paros espérait que cela serait suffisant pour les préparer à ce qui était à venir. Quant aux Oracles... Des gestes d'apaisement avaient été effectués. Athéna et Apollon n'étaient pas encore alliés, mais Paros voulait croire que cette vision, un jour, se réaliserait. Pour autant, plus que ces visions, c'était le récit qui allait suivre qui pesait le plus dans la gorge de Paros.

    - Et Pâris... Il me parlait comme au Pégase de son époque, Patrocle. Il a voulu me révéler des vérités sur mon armure, sur ma destinée... Mais avant de pouvoir répondre à toutes mes questions, quelque chose... Un pouvoir a affecté sa raison... Il a mis fin à ses jours sans que j'ai le temps de... de l'aider...

C'était la troisième... Non. Quatrième fois. La quatrième fois que le jeune homme relatait ces évènements. Même si l'exercice était devenu plus facile par la répétition -presque mécanique, pour ses lèvres, à ce stade-, il demeurait toujours aussi éprouvant mentalement. Paros laissa échapper un profond soupir. Ses yeux, un instants perdus dans la scène qu'il se remémorait, se focalisèrent sur Ryme. Un sourire désolé fut forcé à apparaitre sur son visage.

    - On dirait que nos premières missions n'ont pas été des plus rayonnantes, hein?

Fort heureusement, comme pour couper court à la morosité induite par le conte de Pégase, la nourriture commandée par la Lionne fut déposée devant eux. Du pain et de la viande. Rien de bien luxueux. Mais juste ce qu'il fallait pour que l'appétit vienne ramener un peu de désir de vivre dans leurs âmes attristées. Devant la quantité qui leur avait été présentée, Ryme ne manqua pas de se défendre de sa gourmandise, arrachant un rire sincère à son comparse. Prise d'un instant de nostalgie, elle évoqua leur temps passé en tant qu'aspirant. Il était vrai qu'à l'époque, peu auraient pu envisager de voir ces deux gamins là où ils étaient aujourd'hui. Enfin... pas tout à fait. Les choses avaient changé, mais quelque part ils étaient restés eux-mêmes. Ils étaient juste devenus... Un peu plus que ce qu'ils étaient avant. Paros, avec un ton faussement réprobateur, entreprit de se resservir dans le pichet de cidre.

    - Tu dis ça comme si on avait survécu à l'enfer! C'était pas simple tous les jours, mais au final je ne regrette pas un seul instant de notre période d'entrainement... Oui! Même les moments passés avec toi et ton caractère! Tu t'es certes bonifiée avec le temps, mais au final la petite Ryme dissidente, grognonne et infatigable n'était pas aussi insupportable que ça. Elle avait son charme, et une sacré fraicheur!

Et voilà que Paros refaisait de son honnêteté une arme. La Lionne devait avoir l'habitude, depuis le temps. Son intuition lui disait que, sans sa franchise désarmante, il n'aurait surement pas fait long feu aux côtés de la tempétueuse aspirante formée par Childéric en personne. Mais il était vrai que la Lionne pour obtenir son armure, avait fait plus d'effort que quiconque pour s'améliorer. Pégase pouvait en témoigner.
Le défi serait à présent, pour elle comme pour lui, de ne pas flancher ni dévier sur le chemin ardu qui était le leur. Ces premières épreuves seraient suivies d'autres. Avoir chacun un soutien sur qui compter pour les affronter ne serait pas de trop. Avec un sourire, Pégase leva son verre.

    - Je suis heureux de voir que ton appétit, lui, n'a pas changé, par contre!

Le Saint eut un léger éclat de rire avant de gouter à nouveau au cidre de Camelot. Il lui semblait plus sucré que lors de sa première dégustation.


[Mi-mars 553] Les bons contes font les bons amis (Ryme+libre) Parosi10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2029-paros-chevalier-de-b
RymeRymeArmure :
Armure du Lion

Statistiques
HP:
[Mi-mars 553] Les bons contes font les bons amis (Ryme+libre) G-bleu1800/1800[Mi-mars 553] Les bons contes font les bons amis (Ryme+libre) V-bleu  (1800/1800)
CP:
[Mi-mars 553] Les bons contes font les bons amis (Ryme+libre) G-rouge1200/1200[Mi-mars 553] Les bons contes font les bons amis (Ryme+libre) V-rouge  (1200/1200)
CC:
[Mi-mars 553] Les bons contes font les bons amis (Ryme+libre) G-jaune1650/1650[Mi-mars 553] Les bons contes font les bons amis (Ryme+libre) V-jaune  (1650/1650)
Message Re: [Mi-mars 553] Les bons contes font les bons amis (Ryme+libre)   [Mi-mars 553] Les bons contes font les bons amis (Ryme+libre) EmptyDim 24 Jan - 3:59
L'humilité de Paros lui tira un rictus léger. Ryme ne s'attendait pas à ce qu'il dénigre la valeur de son armure, bien au contraire. Et puis, qui était-elle pour juger de cette manière ? L'armure forgeait le guerrier, mais la réciproque était également vraie. Bafouer les promesses d'un Chevalier par son rang, c'eut été aller à l'encontre d'un lien précieux. Et pas n'importe lequel : ce lien, c'était celui qui unissait le porteur à sa protection. Alors, elle attendrait. Son ancien compagnon de jeu tout droit sorti de leur bac à sable daignera peut-être un jour se montrer prêt face à elle...

A moins qu'une armure d'Or ne l'intimide ?

"Oh, je suis patiente, mais tu sais, t'as pas besoin de prendre Tharros comme bouclier. Qu'importe le rang, je lâche pas mes petites proies !"

Suite à quoi, son rire raisonna légèrement, laissant la Gardienne se perdre dans son imagination...Et pourtant, son rire cristallin cessa quand elle resongea à Tharros. De son sort, elle n'avait dit mot, et ne dirait mot. Quand allait-elle lui annoncer cette triste nouvelle ? Seule Camelot en avait la réponse. Alors, en silence, Ryme écouta son épopée. Mentalement, elle attribua des images à son voyage, des sensations à ses actions et des visages à toutes ces rencontres faites jusqu'en Francie. Après tout, rencontrer une légende de Troie n'était pas une anecdote à prendre à la légère...

Quelques minutes s'écoulèrent avant que la jeune femme ne réalise la vérité dans ses propos. Pâris ? Avait-elle bien entendu ? Ses questions se multipliant dans un coin de son esprit, la jeune femme retint pourtant de justesse les poser haut et fort. De toute évidence, la main que venait de lui dresser Paros cessa toute initiative allant en ce sens...

Un peu vexée, Ryme n'en prit pourtant pas ombrage bien longtemps et continua à tendre l'oreille, comme elle l'avait fait précédemment. Les informations qui s'ensuivirent ne divergèrent pas dans leur originalité. Après la légende, voilà que Paros lui confiait une imminente coopération avec leur plus récent ennemi. Le fin mot de son récit laissa planer un silence, une réalisation, puis un étonnement. Et tout ce cheminement, ses lèvres ne purent les filtrer.

"Hmmm, tu me fais marcher, non ? Il faut m'expliquer en quoi ils seraient enclin à se battre à nos côtés après toutes ces guerres..." Mentalement, Ryme percevait leur rancoeur. N'avaient-il pas perdu la Tour des Vents à cause d'eux ? "Enfin, si tout cela est bien vrai, alors...je ne sais qu'en penser. Normalement, on ne se situe pas au bon centenaire pour entamer ce genre de guerre, non ?"

Ces mots étant affirmés avec une discrétion honorable pour son tempérament de feu, la jeune femme vit là une incohérence. Ou alors, ses connaissances n'étaient pas peut-être pas encore à jour. Le réveil d'Hadès pouvait-il être troublé ? Les futurs événements allaient-ils les amener à se battre en dehors de leur légende ? Quelque part, l'existence de ces Chevaliers voués à prendre part à la Guerre Sainte et au conflit de la Sagesse et de la Mort était en elle-même une tragédie. C'était une vie, un "quelque chose"...De peu enviable, selon Ryme. Rester dans l'attente n'avait rien d'une partie de plaisir, et la certitude d'un conflit imminent et de morts tous plus nombreux les uns que les autres lui retournait l'estomac.

"Hm, c'est bizarre, qu'il n'ait pu su te révéler son savoir. Plus encore de te lier à cette histoire de..."Patrocle" ? " Le ton que la belle prit ne manqua pas de souligner son manque de connaissances en la matière. "Eh, espérons que tu ne connaisses pas le même sort que ce p'tit bonhomme. Enfin, il faudrait déjà que tu dérobes une armure pour usurper l'identité de quelqu'un...Et avec une telle chevelure..." Son regard coula de la pointe de ses cheveux aux pourtours de ses dents, silencieusement. Quelques secondes, seulement ou au moins selon Paros. "Je me permets d'émettre quelques doutes pour cette génération."[/b]

Plissant les yeux, l'on devina sous son masque un sourire au moins aussi matois que celui d'un chat. En quelques secondes seulement, son naturel était revenu au galop. Ô, parfois, il valait mieux ne rien savoir. Paros avait été nourri en fausses certitudes ou, dans un autre langage, d'inquiétudes...Et sa Compère comprit immédiatement son trouble. Le sourire désolé qui lui était adressé en fut la marque, sinon sa réponse implicite.

"Remarque...Imagine, un "Paros qui vole dans les placards de ses supérieurs". Je trouve le concept très charmant."

Et qui sait, peut-être n'était-elle pas proche de la réalité ? Un énième rire s'échappa finalement de ses lèvres, tandis que lentement mais sûrement, la pauvre Lionne retentait de reprendre son sérieux. Malgré la morosité de Paros, son voyage en Francie avait piqué sa curiosité. Le mystère qui s'en était suivi méritaient certainement un peu d'approfondissement. A cette réflexion, Ryme tenta de l'aider.

"A l'occasion, il faut que tu me décrives ce que tu as vu, ou senti autour de lui. Sait-on jamais. Le diable se cache parfois dans les détails. Une odeur, un élément bizarre et voyant, peut-être ?"

Malgré les effets de l'alcool, ses yeux se plongèrent dans les siens. A la recherche d'un doute, d'une réflexion, ou peut-être d'une autre émotion. Quand le sérieux se mêlait à l'humour, on ne savait véritablement. Certains paradoxes avaient le mérite d'exister, tout comme leur passé. A voir Paros assis à la même table qu'elle, dans le rôle d'un Chevalier, autour de ce poulet et d'un verre bien rempli...

Oui, leur vécu, leur entraînement, leurs péripéties, leur joie et leur tristesse les avaient changé.

Mais au-delà de ça -et Ryme savait que le Destin était joueur-, qu'est-ce que la Vie leur réservait ?

Cette idée la convertit aussitôt dans une passivité singulière. Pensive.

"T'as peut-être raison...On n'est pas chanceux du tout et je crains que mes nouvelles ne soient pas des plus réjouissantes non plus." Evasive, Ryme évita toute forme de confrontation, cachant tant bien que mal la honte qui l'accablait depuis son retour de Nauplie. "A dire vrai, seul mon maître saurait peut-être m'aider à y voir un peu plus clair."

La difficulté n'était pas élevée : le double de son maître hantait encore son esprit, et la jeune femme eut beaucoup de mal à savoir si son cosmos ne la mettrait pas sur un qui-vive imminent. Sa main chassa ses idées. Elle était trop optimiste. Un tel effort lui demanderait probablement une petite semaine. Au moins. Un tel oubli lui demanderait beaucoup de force, ainsi que de la volonté...Si, tout du moins, elle cessait un jour de se frotter les bras pour réchauffer sa peau soudainement transie de froid. Quant à leurs souvenirs...

Les propos de Paros la désarmèrent. Loin de se douter que la conversation reviendrait au galop,

"Ca, c'est parce que t'es peut-être un peu trop conciliant ! Mais qui pourrait t'en vouloir ? T'es toujours là pour aider les apprentis à terre, pour attirer les petites brutes épaisses en ton sillage..." La liste était longue. Si elle devait énumérer toutes les prouesses du jeune Pégase, ils auraient le temps de contempler le soleil se coucher puis se lever. Après quelques secondes de répit, Ryme admit sans mal sa faiblesse. "Moi, je n'étais pas assez patiente, c'est tout. Mais...C'est vrai que j'ai tendance à oublier les bons moments...Je sais pas si je pourrais en citer, maintenant. Ce que je sais en revanche, c'est que j'ai toujours eu hâte de dire adieu aux grains de sable de l'arène. Avec un cosmos éveillé, bien entendu. C'est pas la même chose que de combattre à mains nus, hein ?"

Sous son masque, un clin d'oeil s'envola. Mots chuchotés ou non, Paros comprendrait. Après tout, tout le monde n'avait pas fait le tour du Cercle d'Or pour trouver un maître. Et bien peu encore avait tenu le coup en étant coincé aussi longtemps au stade de l'éveil, à tenter le tout pour le tout. Bien entendu, certaines choses ne changeaient pas, et ne changeraient d'ailleurs jamais. Pégase était voué à être têtu. Quand à sa main -la sienne !-, elle piocha un nouveau morceau de viande avec appétit. Cela non plus, n'avait pas changé. Le Chevalier l'avait d'ailleurs bien justement observé, ce à quoi la jeune femme se contenta d'acquiescer lentement, sans démordre de la saveur qui glissait contre ses papilles...

"Hmhm."

Pensivement, son attention s'égara dans son verre, dans son contenu aux vagues incertaines...

"Tu penses que ça va nous changer ? Ou peut-être même, que ça nous a changé ? Je veux dire, ces armures ?"

Parce que, tout au fond d'elle-même, c'était le sentiment qu'elle avait eu en revoyant Tharros. Paros n'en faisait nullement exception.



[Mi-mars 553] Les bons contes font les bons amis (Ryme+libre) Ryme_s10

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu
ParosParosArmure :
Pégase

Statistiques
HP:
[Mi-mars 553] Les bons contes font les bons amis (Ryme+libre) G-bleu1200/1200[Mi-mars 553] Les bons contes font les bons amis (Ryme+libre) V-bleu  (1200/1200)
CP:
[Mi-mars 553] Les bons contes font les bons amis (Ryme+libre) G-rouge1050/1050[Mi-mars 553] Les bons contes font les bons amis (Ryme+libre) V-rouge  (1050/1050)
CC:
[Mi-mars 553] Les bons contes font les bons amis (Ryme+libre) G-jaune1050/1050[Mi-mars 553] Les bons contes font les bons amis (Ryme+libre) V-jaune  (1050/1050)
Message Re: [Mi-mars 553] Les bons contes font les bons amis (Ryme+libre)   [Mi-mars 553] Les bons contes font les bons amis (Ryme+libre) EmptyMer 24 Fév - 3:30
Paros se doutait que plusieurs éléments dans son récit allaient étonner Ryme. Pourtant il ne s'était pas attendu à ce que ce soit la perspective d'une alliance avec les Oracles qui la surprenne le plus. Avait-elle encore du ressentiment à leur encontre, pour ce qu'elle avait vécu durant la Guerre en Italie? Il était vrai que, contrairement à elle, Paros n'avait pas vu ce conflit de ses propres yeux. Surement la Lionne ne pourrait chasser si vite de ses souvenirs ce qui l'y avait marqué. Pourtant... Quelle autre alternative y avait-il que la réconciliation, à part reproduire une nouvelle fois ces atrocités?
Pensif, tant à ces questions silencieuses qu'aux remarques pertinentes de son amie, Pégase but quelques gorgées de cidre. Il lui livra ensuite le fonds de sa pensée au sujet de ces Spectres, se souvenant d'une discussion qu'il avait eu avec Airoth à ce sujet.

    - Mmmh... Tu marques un point. Mais d'après ce que mon Maître m'a dis, il reste beaucoup de Spectres qui n'ont pas été scellés lors de la dernière Guerre Sainte. Si ces rescapés préparent un sale coup... Est-ce si surprenant que les ennemis d'hier fassent front commun face à une menace bien plus dangereuse? Et si cela peut permettre de guérir les blessures de cette guerre...

Le Chevalier de Bronze ne termina pas sa phrase, se contentant de hausser les épaules. N'était-ce pas mieux ainsi? D'accepter l'ennemi d'hier comme un nouveau compagnon, afin de donner une base commune, un semblant de confiance, sur lequel reconstruire une nouvelle relation? Peut-être même, en temps voulu, réparer les fautes commises de part et d'autre?
Ou était-ce encore la naïveté du jeune homme qui lui soufflait de douces illusions?

A ces questions comme à tant d'autres, les deux jeunes chevaliers n'avaient pas de réponses. Ryme eut fort heureusement tôt fait de les ramener sur un terrain qu'ils maitrisaient d'avantage : l'asticotage entre ex-aspirants. Avec ses remarques sur ses cheveux et l'éventualité que paros puisse marcher sur les pas de Patrocle en empruntant l'armure d'Achille, la Lionne parvint à arracher un sourire aux coins des lèvres de son camarade. Il se prit au jeu et continua sur la lancée de Ryme.

    - Les cheveux, ça se cache... Mais nan, tu peux dormir sur tes deux oreilles. J'ai pas l'intention de te piquer ton armure pendant que tu roupilles. J'ai pas tes abdos! Les gens se rendraient compte tout de suite de la supercherie.

Paros se laissa aller à une léger ricanement, peut-être le premier rire sincère qu'il avait eut depuis un moment. La remarque suivante de Ryme ne fit rien pour calmer son allégresse. Avec un grand sourire, il se contenta de retourner sa petite farce contre elle.

    - Mmmh? Et qu'est-ce que j'y trouverais, dans tes placards? As-tu des choses intéressantes à cacher?

On disait qu'une dame devait toujours avoir ses secrets. Mais Pégase avait du mal encore à se figurer Ryme comme une "Dame". Au sens propre comme au figuré, il doutait de trouver autre chose que du linge propre dans le mobilier du Temple du Lion. Cependant la pensée fugace qu'il puisse en être autrement suffisait à donner un sourire rebelle au Bronze.
La tension était retombée. Paros se sentit porté par un élan de reconnaissance pour sa camarade qui, volontairement ou non, avait réussi à apaiser la peine de ses traumatismes encore récents. Lorsqu'il fut conduit à aborder à nouveau le sujet des mystères auxquels il avait été confronté en Francie, le jeune homme pu sans mal répondre à la question de la Lionne. Il y avait nombre de détails de cette journée gravée dans son esprit, mais un, plus que tout les autres, l'avait marqué.

    - Des fleurs de pavot. Elles se sont mise à pousser partout dans la crypte avant de s'embraser. Leur senteur a rendu mon corps et mon esprit lourds... Comme si j'avait été piétiné par une horde de chevaux. Je pense que c'est ça qui a provoqué les hallucinations.

Mais pour ce qui était de savoir d'où venaient ses fleurs... Amadeus avait semblé avoir une idée de leur provenance, mais l'ancien Oracle avait préféré taire cela pour se consacrer à ses derniers devoirs envers le Grand Diacre. Cette affaire ne le concernait pas, d'après ses mots... Paros avait pourtant le sentiment que tôt ou tard cet évènement prendrait son sens. Et qu'il devait s'y préparer.

La discussion évolua, passant de leurs souvenirs récents à d'autres plus lointain. L'évocation de leur entrainement commun aurait dû être un moment agréable. Pourtant, le Chevalier de Bronze sentait un invisible fardeau peser sur Ryme. Pégase cherchait dans l'éclat de jade derrière les fentes de son masque ce qui pouvait ainsi affecter son amie. Attentif, Paros resta silencieux, à l'écoute. Le masque commençait à la desservir : elle avait beau sourire derrière son rideau de fer... Ce sourire-ci, invisible, ne pouvait cacher sa préoccupation.
Le jeune homme aurait pu se vexer qu'elle ne se souvienne pas de tous les moments sympathiques qu'ils avaient pu passer ensemble, ou avec d'autres. Il aurait aussi pu signifier son assentiment sur le fait que, malgré tout ce qu'ils avaient pu retirer de leurs expériences dans le Colisée, il n'y retournerait à présent pour rien au monde. Mais au lieu de cela, il se contenta d'acquiescer en silence, reprenant lui aussi un peu plus de cette appétissante charcuterie. Jusqu'à ce que finalement, confrontée à ce silence, Ryme confesse la question qui la tourmentait.
Une question qui était la même que la sienne.

Allaient-ils changer? Avaient-ils déjà commencé? Confronté au passé de son armure, de son âme, à Tolosa, Paros se le demandait aussi. Était-ce une inévitabilité? Allaient-ils évoluer pour devenir comme leurs prédécesseur, l'armure n'étant au final qu'un moule auquel ils devaient de conformer? Allaient-ils devoir abandonner leurs valeurs, ce qui les définissait, ce à quoi ils tenaient, pour devenir les parfaits soldats d'Athéna et, comme Pâris l'avait prédit, faire la guerre pour obéir à leur nature?
Au cœur de cette tempête de questions, comme souvent, Paros se réfugiait dans la sagesse des paroles de son grand-père. Une sagesse qu'il partageait volontiers avec son amie.

    - Mon grand-père m'avait dit un jour que... Attend, comment il disait ça? Je crois que c'était... "Les gens ne changent pas. Ils deviennent chaque jour un peu plus la personne qu'ils sont destinés à devenir."

Les mots d'un ancien Chevalier d'Or n'étaient pas à prendre à la légère. Longtemps, comme beaucoup d'autres leçons du noble Alkibiades, le sens de ces paroles étaient restées obscures au jeune Pégase. A la lumière de ses récentes expériences cependant, il avait l'impression de commencer à comprendre... Ou au moins, de leur avoir trouvé une signification qui lui apportait un certain réconfort. Les yeux rubis perdus dans le vide de sa chope, Paros continua.

    - Est-ce que ces armures vont nous changer? Peut-être. Surement. Une partie de moi l'espère, même. Mais... Je ne veux pas y voir une influence contraignante. Plutôt une petite poussée, une impulsion qui nous guide dans la bonne direction. C'est nous qui faisons le reste du chemin.

Le Chevalier fit remonter son regard jusqu'à la Lionne. Sans s'arrêter un seul instant sur son masque, il fixa ses yeux d'un vert intense qui se trouvaient derrière. Ce sujet, des plus étrange, résonna dans l'esprit du jeune homme. Bien que légèrement embrumé par l'alcool, il fut frappé d'une bien étrange lucidité, de celles que ne pouvaient atteindre que lorsque l'homme laissait librement vagabonder ses pensées. Ces paroles, ces craintes, ramenèrent à la surface de sa mémoire les premiers échanges que Paros avait eu avec Ryme. Et l'une des questions qu'il lui avait posé.
Il réalisait, à présent, qu'il l'avait mal formulé à l'époque.

    - ... As-tu peur de changer, Ryme?

Cette fois, ils ne seraient pas interrompus.


[Mi-mars 553] Les bons contes font les bons amis (Ryme+libre) Parosi10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2029-paros-chevalier-de-b
RymeRymeArmure :
Armure du Lion

Statistiques
HP:
[Mi-mars 553] Les bons contes font les bons amis (Ryme+libre) G-bleu1800/1800[Mi-mars 553] Les bons contes font les bons amis (Ryme+libre) V-bleu  (1800/1800)
CP:
[Mi-mars 553] Les bons contes font les bons amis (Ryme+libre) G-rouge1200/1200[Mi-mars 553] Les bons contes font les bons amis (Ryme+libre) V-rouge  (1200/1200)
CC:
[Mi-mars 553] Les bons contes font les bons amis (Ryme+libre) G-jaune1650/1650[Mi-mars 553] Les bons contes font les bons amis (Ryme+libre) V-jaune  (1650/1650)
Message Re: [Mi-mars 553] Les bons contes font les bons amis (Ryme+libre)   [Mi-mars 553] Les bons contes font les bons amis (Ryme+libre) EmptyDim 21 Mar - 16:15
Paros.
Faux Chevalier du Lion,
Etendard de Paix entre Saints et Oracles !

Ryme en riait, mais cet éternel optimisme l'inquiétait profondément. Elle comprenait la volonté de son jeune ami, mais elle savait les ressentiments des Oracles profondément enfouis au plus profond de leurs âmes. En outre, la Lionne connaissait la douleur d'un égo froissé tout court. Un Ego d'après-guerre, une morsure, une plaie béante qui ne cicatrisait pas toujours, même après des années de convalescence. Alors, les Spectres pouvaient bien pointer le bout de son nez, la plupart des Oracles ne serait pas moins dispersé dans leurs propres idéaux. Quelque part, la jeune femme doutait de l'efficacité de l'intiative de Paros, mais elle gardait le silence, pour ne pas froisser les espoirs de son homologue. L'Homme n'était pas toujours rationnelle, et Ryme n'attendait pas que cette rationalité leur soit apporté.

"Je crois que tu prends l'équation à l'envers, Paros. Il faut d'abord soigner la blessure avant de dompter l'animal. Sinon, il te mord."

Mais peut-être. Peut-être que Paros saurait se montrer à la hauteur de ses prétentions. Peut-être que sa douceur naturelle lui permettrait d'approcher directement l'animal aux abois. Tout en restant dans l'expectative d'une telle réussite, Ryme piocha de nouveau quelques tranches sur la planche en bois qu'on leur avait offert. Avec goût et une certaine délicatesse, son palais put de nouveau savourer l'intensité du goût de son jambon dans l'allégresse de leur nouvel hypothèse et métaphore: un vol d'armure inopiné ! Lorsque Paros mit de côté la problématique des cheveux et plaça en avant celle des abdos, Ryme pesta en silence. S'il avait été à ses côtés, elle n'aurait pas donné cher de son épaule ! Heureusement pour lui, sa prochaine remarque amusa davantage la jeune femme. Il était vrai que le jeune Pégase pouvait se poser des questions au sujet des Chevaliers et de leur féminité...

Toutefois, ce n'était pas ce petit jeu qui intimiderait la Gardienne ! Bien au contraire.

"Va savoir...Je laisse ton imagination parler.", souffla-t-elle d'un sourire matois, au moins aussi rebelle que Paros dans ses tonalités. Lorsqu'elle s'arrêta, ce ne fut que pour scruter son vis-à-vis, et, peut-être, lui soutirer une petite rougeur aux joues. "Mais qu'aurais-je donc pu cacher en tant que Chevalier et Dame de ce Sanctuaire, hm ? J'ignorai que tu étais aussi curieux...Remarque, ça peut s'arranger si un jour."

Paros était-il curieux, ou ouvertement maladroit ? Souriante, Ryme ne sembla pas s'en soucier, à en juger le petit clin d'œil minaudeur et furtif qui venait de franchir l'impassibilité de son masque en plâtre blanc. Une paume amusée vint soutenir de son menton, visiblement surprise et intriguée par un tel changement d'état d'âme. Tout en jouant avec le contenu de son verre, Ryme mit de l'eau à son moulin, et songea à l'histoire dans laquelle Paros la transportait dans son récit. Les yeux fermés, son esprit devint le théâtre de son imagination. Elle vit un bref instant la scène et ses acteurs, la scène et ses odeurs également. Leur senteur composait des formes que la jeune femme pouvait aisément imaginer, mais les descriptions de Paros étaient pour le moins désagréable, même dans son esprit. Dans un soupir, ses conclusions n'eurent pas beaucoup plus d'importance que ce qu'il avait déjà pu rapporter, supposait-elle.

"Les pavots... Ce n'est peut-être pas une coïncidence, en effet. Je crois me souvenir qu'il s'agit...des fleurs des dieux jumeaux non? Ca serait bien que tu t'intéresses à leurs origines, on ne manque pas de bouquins à ce sujet. En tout cas, la plante était bien choisie. Idéale pour provoquer des hallucinations, en tout cas. Ou même pour conduire ses cibles dans le pays des rêves et des morts..."

A cette mention, son discours prit fin, ponctué par une pointe d'inquiétude. L'idée de voir Paros frôler la mort, ainsi démuni, la mettait mal à l'aise. Par chance, le jeune Saint semblait avoir encaisser cette première expérience en zone étrangère. Néanmoins, Ryme commençait à songer qu'elle n'était peut-être pas de bonne compagnie pour lui, à en juger l'effet qu'avait eu sa question quant à leur avenir, leur identité, leur personnalité. Fidèle à lui-même, la réponse du jeune homme apaisa son âme et fit resurgir des mémoires plus douces...Celles de son enfance. Cela lui rappelait que Paros avait été en partie éduqué par son grand-père, tout comme elle avait été recueillie par sa grand-mère pendant un certain moment. A l'entendre parler, elle enviait pensivement la douce sagesse dans laquelle Paros avait grandi.

"C'est une bonne vision des choses...Ton grand père était sympa. Aux antipodes de ma grand mère en tout cas ! Cette bonne femme est plutôt du genre à...avoir des dictons un peu plus drastiques, disons. Genre..."Marche ou crève", ou "sois une femme, assume tes actes."" Tandis qu'elle resongeait aux yeux d'argent et à la dureté de sa Nonna, son rire s'échappa de ses lèvres. "Mais bon, t'as peut-être raison. Qu'on évolue, pour prendre la bonne direction. C'est le mieux qu'on puisse espérer."

Finalement, Paros se rapprochait peut-être plus du papillon que du Pégase. Ryme se retint d'affirmer ce fait haut et fort, pour profiter plus longuement de ce silence et du rythme lent de cette conversation. Une retrouvaille sans encombre, sans regret, sans tension. Toutefois, Paros coupa court à cet instant de bien-être et la mine de la jeune femme s'assombrit. Remettait-il en cause ses émotions ou le disait-il, encore une fois, par simple curiosité ? Un soupir et un mouvement de doigts dans ses mèches, sa réponse ut tirée sur le bout des lèvres.

"Je ne suis pas en sucre Paros. Je me débrouille avec mes peurs et moi-même. Au plus haut de la hiérarchie, on n'a pas le choix.", souffla-t-elle, visiblement vexée. Un mouvement d'ongles résonnaient de nouveau contre le bois de la table, synonyme d'une tension palpable. "Mais pour te répondre, oui, j'ai peur de beaucoup de choses. J'ai peur de découvrir des choses du passé, peur du monde...Mais je crois que c'est cette peur qui me prend les tripes, qui me pousse à donner le meilleur de moi-même et de ressentir un peu de fierté quand j'accomplis enfin des objectifs qui me semblaient impossibles à réaliser, en définitive."

Le goût du challenge l'avait mené à braver les obstacles de la guerre et du colisée. Il avait transformé la difficulté de son entraînement en facilité. Mais tout ceci n'était pas le cœur de sa question. Un autre soupir s'envola dans les airs, afin d'exprimer la légère difficulté que Ryme éprouvait à répondre à une telle question.

"Et puis il y a le "changement". Je m'en sors bien pour l'instant, mais je ne sais pas si je pourrais encore l'affirmer d'ici 5, ou 10 ans. Je porte l'armure du Lion. Ce n'est pas l'armure qui t'invite à faire une introspection de façon innée. Et puis...Changer. C'est faire peau neuve, perdre beaucoup de choses qui ont de l'importance. Des choses auxquels on tient vraiment dans la vie. Et tu vois, je ne veux pas perdre ce pourquoi j'ai oeuvré. Pas encore une fois."

Ses yeux verts reportèrent leur attention dans son verre. Son propre ton l'avait surpris, car ce n'était pas souvent qu'elle parlait de ses ressentis. Cette réflexion l'avait ramené à la guerre, et à tout ce qui avait été désagréable dans sa vie.



[Mi-mars 553] Les bons contes font les bons amis (Ryme+libre) Ryme_s10

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu
 
[Mi-mars 553] Les bons contes font les bons amis (Ryme+libre)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Libro Scripturae :: Britannia :: Camelot :: Haut-Pavé-
Sauter vers: