Votez
I
II
III


Mars 553 AD (Jusqu'à la fin de l'Event)
 
Partagez
 

 [La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
KilianKilianArmure :
Armure d'or du Verseau

Statistiques
HP:
[La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre G-bleu220/220[La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre V-bleu  (220/220)
CP:
[La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre G-rouge180/180[La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre V-rouge  (180/180)
CC:
[La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre G-jaune285/285[La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre V-jaune  (285/285)
Message [La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre   [La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre EmptyJeu 19 Nov - 22:22
Aveu









Après mon intense discussion avec la princesse Findabair, j'avais rapidement regagné la salle de bal, où j'avais pu adressé un signe discret au Grand Pope.
Les pensées confuses, les émotions contradictoires menaçaient de me déclencher une vive migraine, et je décidais de gagner la salle dite "des Vents" en quête d'air frais pour apaiser mon malaise.
Avais-je fait le bon choix ? Un sourire de dépit m'échappa. En avais-je d'autre ? Non. Donc les regrets étaient inutiles.
A peine le pied posé sur le balcon, je détectais la présence de deux compatriotes : Airoth, le taureau blanc et une jeune femme déjà aperçue au Sanctuaire. L'envie de me joindre à eux me tentait, mais ce plaisir devrait attendre.
Retrouvant mes réflexes d'antan, je me fondis donc dans les ombres, en sachant pertinemment bien que Childéric pourrait me trouver sans grand mal.
Le corps caché dans l'obscurité nocturne, je m'appuyais sur la rambarde pour contempler le ciel.
Une nouvelle épreuve m'attendait. Probablement la pire. Une confrontation avec une divinité. Encore...
Nul doute qu'Hermès serait enchanté de me revoir, après avoir compris son dernier message. N'étais-je qu'une marionnette entre ses mains ? Possible. Mais tant que cela sauvait Morwenna... Le coût en valait la chandelle.
Après un temps raisonnable, je vis enfin la haute et massive silhouette du Grand Pope s'approcher de ma position. J'attendis qu'il soit à portée de murmure pour entamer mon rapport.

Je serais direct... Il ne faudrait pas que votre absence soit remarquée. J'ai... Une excellente et une très mauvaise nouvelle, Grand Pope.

Malgré l'ombre qui nimbait ma silhouette, je tournais un regard brillant vers mon supérieur. J'étais partagé entre un espoir fou et la culpabilité.

Je sais comment sauver Morwenna de façon certaine, sans avoir à tuer quiconque... Mais pour obtenir cette information, j'ai pris malgré moi d'énormes risques. Pour nous tous. Quelqu'un sait qui elle est...

Nimue. Un prénom qui m'était encore inconnu, voilà moins d'une heure, et qui risquait de me plonger dans un terrible engrenage mortel. Tel était probablement le prix des secrets.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ChildéricChildéricArmure :
/

Statistiques
HP:
[La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre G-bleu0/0[La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre V-bleu  (0/0)
CP:
[La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre G-rouge0/0[La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre V-rouge  (0/0)
CC:
[La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre G-jaune0/0[La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre V-jaune  (0/0)
Message Re: [La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre   [La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre EmptyJeu 19 Nov - 23:45
Il avait beau se cacher derrière un masque taciturne, il n’échapperait pas au Pope et à ses questions. Le moment venu, il parlerait à tous les membres de cet ordre étrange et il leur poserait ses questions, auquel il entendait bien des réponses. Mais le moment n’était pas encore venu pour ça, il saurait attendre son heure. Alors merde, simplement. Pendant le temps d’un verre au moins, il oublierait ce genre de chose et penserait à autre chose. Mais ça ne dura pas longtemps... Il avait remarqué, au hasard de son regard qui se posait sur la grande salle que le Verseau semblait avoir quelque chose à lui dire. Ou du moins, qu’il adoptait cette attitude mystérieuse et complotiste qui était la sienne quand il avait affaire avec les ombres. Il s’avança donc près du banquet, saluant les gens au passage et se dirigea, un verre à la main, où il avait vu ce dernier se diriger pour la dernière fois, la salle des vents. Ne le trouvant pas, il se douta qu’il devait être à l’extérieur. Et ça ne manqua pas.

À peine eut-il fait quelques pas à l’extérieur que la voix du Verseau, alors caché dans les ombres se fit entendre. Il se doutait que personne ne pouvait le voir, caché qu’il était. Mais on ne pouvait tromper les yeux du fauve et du rêveur. Il scruta les alentours et s’assurera, pendant qu’il parlait, que les deux Saints d’Athéna étaient seuls. Relativement. Il n’avait croisé que le deuxième gardien et le serpent du coin de l’oeil. Il hocha la tête quand il mentionna une bonne et mauvaise nouvelle. Soit. Il avait sûrement capté des choses ou entendu des bruits et il pourrait là retrouver des informations intéressantes. Childéric l’invita d’un signe de la tête à continuer. Tout en scrutant les alentours, appuyés sur le balcon, comme s’il profitait de l’air quelques secondes. Et il parla…

S’il était attentif, il pourrait voir l’iris du Pope prendre toute la place sur la cornée, sa pupille verticale gagner en importance. Comme un animal près à fondre sur sa proie. Il pourrait ressentir la violence contenue de son supérieur. D’un geste fulgurant et brutal, il saisit le chevalier du verseau par le poignet et l’amena vers lui d’un coup sec. Le ton de sa voix ne laisser aucun doute quand à la façon dont il recevait cette information et un seul et unique mot sorti de sa bouche :

« - Qui ? »

Il eu besoin de toute la maîtrise de lui qu’il avait acquis avec l’expérience acquise par l’exercice de sa fonction pour ne pas simplement attraper le chevalier d’or par le cou et le jeter dans le vide et se livrer complètement à sa colère. Non, il était plus pondéré et avant de prendre des décisions, il devait avant tout savoir qui était au courant de secret qui aurait du en rester un et qu’il avait, visiblement, vendu. Mais pourquoi ? De l’espoir, ils en avaient, des solutions aussi, et du temps, ils étaient là pour en trouver. Alors qui, il devait savoir qui…

Citation :
Utilisation du passif présent sur le niveau 5 de l'historique Rêve, qui permet de rendre nul et non avenu les utilisations de l'historique Arcane, qu'importe son niveau - De même, alerte à ce que personne n'écoute la conversation.


“Give as few orders as possible
once you've given orders on a subject, you must always give orders on that subject.”


[La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre Deric_11
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t231-childeric-chevalier-d- https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1718-childeric
KilianKilianArmure :
Armure d'or du Verseau

Statistiques
HP:
[La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre G-bleu220/220[La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre V-bleu  (220/220)
CP:
[La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre G-rouge180/180[La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre V-rouge  (180/180)
CC:
[La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre G-jaune285/285[La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre V-jaune  (285/285)
Message Re: [La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre   [La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre EmptyVen 20 Nov - 0:02
Détermination









Jamais, je ne l'avais vu dans un tel état.
Jamais.
Le Grand Pope pondéré, bienveillant, venait de laisser place à la bête qu'il gardait scellé en lui.
D'un geste brutal, il me saisit le poignet pour m'attirer à lui, comme il l'aurait fait d'un pantin prêt à être balancer par dessus la rambarde. Vers le vide.
Si un autre que Childéric avait eu le cran d'agir de la sorte, il se serait retrouver une dague de glace plantée dans la main. Ou sous la gorge. Mais le choc émotionnel me fit perdre toute contenance.
Cette figure rassurante venait de se fissurer, pour me montrer une facette qui aurait de lourdes conséquences.
Mais chaque chose en son temps.

La... La princesse Findabair. La fille de... Mebd. Elle... Connaissait Lucius et son histoire. Et elle a fait le rapprochement avec une certaine Nimue, qui selon elle, devrait être morte.

Comment aurais-je pu savoir que Nimue... Morwenna, bref qu'importe son nom, était une seule et même personne ? Ma soeur avait voulu garder ses secrets, et je la comprenais. Mais aujourd'hui, c'était le manque d'informations qui avait fini par éventer son jeu.

Elle ignore ce qu'est devenue Nimue. Elle a juste déduit que je la connaissais... Je suis donc le seul lien avec elle, et non le Sanctuaire. Mais... Childéric... Cette jeune femme... Est digne de confiance, j'en suis persuadé. Elle ne dira rien à personne.

Je posais une main douce sur celle, bestiale, du colosse que j'avais appeler par son prénom à dessein.

C'est elle qui m'a librement donné la clé de la survie de celle qui nous importe à tout deux. Et je suis en mesure d'agir, plus que quiconque. Elle vivra... Je vous le promets.

Allait-il s'apaiser ou me tuer ? Honnêtement, j'étais bien incapable d'en avoir la certitude.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ChildéricChildéricArmure :
/

Statistiques
HP:
[La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre G-bleu0/0[La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre V-bleu  (0/0)
CP:
[La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre G-rouge0/0[La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre V-rouge  (0/0)
CC:
[La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre G-jaune0/0[La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre V-jaune  (0/0)
Message Re: [La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre   [La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre EmptyVen 20 Nov - 2:26
Cette fois, le masque trembla et l’aura du Pope se fit sentir un instant, un bref instant. Loin de son paroxysme guerrier ou de sa bestialité, pourtant, elle n’était pas porteuse de bons augures. Et à travers cette aura, ce n’était pas seulement celle de Childéric qui filtra. Il y avait une trace de l’aura d’Athéna dans sa propre colère. Il n’avait pas lâché la main du verseau et serra avec plus en plus de force à mesure qu’il parlait. La seule chose qui brisa le masque de colère du Pope fut sa stupeur, son incrédulité. Il ne pouvait pas vraiment avoir entendu ça. Il devait rêver, le onzième gardien lui faisait une mauvaise blague et il allait lui en annoncer la chute à la fin.

Mais non. Non ! Il avait donné les informations les plus secrètes aux pires ennemis du Sanctuaire pour… rien. Sur une simple impression ? Mais comment avait-il fait pour tenir si longtemps dans les ombres, lui qui n’en comprend pas la langue. Un masque se porte facilement, lui plus qu’un autre devrait le savoir. Il est si simple de prêcher le faux pour savoir le vrai et d’avoir l’air de ce qu’on n'est pas.

S’il avait été le poignet d’un homme normal, il aurait été brisé, voir même aurait-il broyé simplement sa main au point de pouvoir l’arracher sans mal à son corps. Le chevalier d’or n’aurait pas l’occasion d’ainsi lui fausser compagnie. Et par-dessus le marché, il voulait faire quoi d’autres ? Agir ! Mais que pouvait-il faire de pire que… Oh non ! Oh non, il ne pouvait pas penser à ça, il n’était pas si crédule, si… naïf. Il n’avait pas parlé d’eux, du Sanctuaire ou de Morwenna, mais simplement de lui. Il n’allait pas jouer l’ombre, ni le docteur, il allait faire autre chose. Et la seule chose qu’il pouvait faire serait… Non, non, pas possible… Childéric ne pouvait pas concevoir que ce genre d’idée eut traversé son esprit. Alors, toujours sans libérer son bras le Pope lui glissa, cinglant et autoritaire :

« - Tu ne vas rien faire Kilian. Rien du tout. Tu vas quitter cette fête. Retourner à l’auberge, et prier Athéna. Tu as livré le Sanctuaire dans les griffes des spectres et de la prêtresse d’Hadès. Tu nous as vendus par naïveté. En voulant bien faire, tu vas ouvrir les portes à une guerre. Et de ça, combien de morts ? Des dizaines, des centaines ? Voilà le tribut que nous allons payer. »

Fatalement le Pope relâcha son bras et fit un nouveau pas vers lui. Et lui glissa dans l’oreille :

« - Et si tu penses qu’Hermes est une solution, je devrais te tuer sur-le-champ pour que d’autres ne meurt pas à cause de toi. N’oublie pas qu’avant tout, il est le dieu des marchands et des voleurs. »

Il fit un pas en arrière.

« - Je t’avais pourtant ordonner garder ça secret... Je t’aime beaucoup Kilian. Tu es un brave homme, mais… tu n’es ni assassin, ni un espion. Tu es un médecin. Ta place est loin des complots et de ce genre d’endroit. Pour ton bien, et tout ceux que tu condamnes en voulant les aider. Toi aussi, tu voulais bien faire et tu as parlé, alors qu'est-ce qui l'empêcherais de faire de même ? Tu avais donné ta parole toi aussi. Et pourtant... »

Le Pope fit demi-tour, s’adossa à la rambarde et se frotta les yeux. Il n’avait pas la moindre idée de comment il allait gérer ce merdier dans lequel l’avait plongé le verseau. Il faudrait qu’il contacte Athéna dans les plus brefs délais. Le temps jouait désormais contre eux et il devait être plus rapide, d’une façon ou d’une autre… La sorcière d’Hadès finirait par le savoir et Kilian ne pouvait l’ignorer. Mais le temps des explications viendrait après. La seule chose qu’il aurait pu faire de pire, cela aurait été de trouver le Légat de lui avouer la vérité. Mais était-se vraiment pire que ce qu’il avait fait ? De ça, Childéric n’en était pas certain.

Citation :
Utilisation du passif présent sur le niveau 5 de l'historique Rêve, qui permet de rendre nul et non avenu les utilisations de l'historique Arcane, qu'importe son niveau - De même, alerte à ce que personne n'écoute la conversation.


“Give as few orders as possible
once you've given orders on a subject, you must always give orders on that subject.”


[La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre Deric_11
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t231-childeric-chevalier-d- https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1718-childeric
KilianKilianArmure :
Armure d'or du Verseau

Statistiques
HP:
[La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre G-bleu220/220[La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre V-bleu  (220/220)
CP:
[La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre G-rouge180/180[La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre V-rouge  (180/180)
CC:
[La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre G-jaune285/285[La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre V-jaune  (285/285)
Message Re: [La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre   [La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre EmptyVen 20 Nov - 12:16
Chute









Je restais spectateur de ma propre déchéance.
La vie pouvait décidément se défaire par une parole, en une seconde. J'avais le sentiment que le sol se dérobait sous mes pieds pour m'engloutir dans des ténèbres trop longtemps avide de se repaître de moi.
Seule la poigne du Grand Pope me retenait encore de chuter. M'enserrant comme une griffe implacable. Témoin de son état d'esprit à mon égard.
Ainsi donc, j'étais un vendu. Un traître au yeux de la Voix d'Athéna. J'ouvris la bouche pour me défendre, mais rien ne vint. Rien.
J'étais las. Résigné. Ne pouvait-il joindre le geste à la parole ? Cela aurait été plus charitable de sa part.
Me voici donc congédié, comme un enfant puni. Renvoyé à l'auberge pour y faire pénitence.
Je dévisageais Childéric, d'un air vide.
J'avais envie de lui rétorquer une chose. Un fait que le Grand Pope semblait bien vite oublié. Je m'étais retrouvé avec une histoire parcellaire face à quelqu'un qui savait tout. Comment jouer sur un pied d'égalité dans ce cas ? Comment aurais-je pu savoir que le lien unique entre Lucius et cette... Nimue ? était à ce point connu ? Et qu'il était susceptible d'éventer sa couverture.
Et mon souhait de faire appel à Hermès me valait une ultime condamnation. Mais que voulait donc Childéric ?! Attendre que Morwenna achève de se consumer ? Rester les bras croisés à ne rien faire et à subir les évènements ? Un début de colère commença à naître en mon for intérieur avant d'être soufflé par une brise glaciale. A vouloir me confronter à un dragon avec un bouclier troué, j'avais fini par me brûler.

Le corps d'Emer repose au sein des fleurs éternelles, en Enfer. Elle porte entre ses mains une rose de vie, aussi appelé l'amour d'Emer. On la dit capable de soigner toutes les maladies ou de ramener un mortel à la vie, parait-il...

Voilà, j'avais accompli mon devoir. Il ne restait qu'un dernier détail à régler.

Deux autres personnes sont au courant pour ma sœur, qu'importe son nom réel : Japheth et Morgane. Lui le savait déjà, j'ignore comment. Elle a deviné au premier regard que nous étions les enfants d'Aoden O'Bannon, sans avoir eu besoin d'entendre le moindre mot. Durant l'entretien qui suivit, j'ai repéré qu'un Fomoire espionnait notre conversation. J'ignore ce qu'il a eu le temps d'entendre avant que je ne donne l'alerte.

Car le problème majeur était là : En nous amenant en ce lieu, Morwenna et moi, le Grand Pope avait pris un terrible risque. Et j'avais été la mèche embrasée. Qu'au moins mon inconscience puisse sauver ma sœur.

Je suis sincèrement désolé.

Que dire d'autre ? L'accablement voûtait mes épaules, voilait ma conscience.
Sans un mot de plus, je quittais le balcon et cette fête, où je n'avais plus ma place.
En avais-je encore une ailleurs ? Là était désormais la question qui hantait mon esprit.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SilasSilasArmure :
Gémeaux

Statistiques
HP:
[La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre G-bleu1650/1650[La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre V-bleu  (1650/1650)
CP:
[La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre G-rouge1250/1250[La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre V-rouge  (1250/1250)
CC:
[La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre G-jaune1500/1500[La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre V-jaune  (1500/1500)
Message Re: [La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre   [La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre EmptyVen 20 Nov - 14:02


Silas avait suivi le servant de Camelot jusque dans la salles du vent. Il avait donc quitté Orpheus et Myrddin et leur discussion. Il avait regardé furtivement les danseurs, il aurait bien dansé lui aussi, mais pour le moment il n'avait pas le temps. Il avait marché assez vite, pressant le pas sans en paraître trop pressé pour ne pas divulguer trop de chose à la vue des gens du bal. Il agrippa même une coupe de vin en entrant dans la salle, la porta à sa bouche pour en avaler un bon tiers. Il devait bien faire comme tout le monde. Il salua certaines personnes présentes, quelques saluts et révérences de politesse et se dirigea vers l'endroit de la salle où le Pope l'attendait. Il faisait bon sur cette énorme balcon, l'air faisait du bien. La température n'était pas trop froide malgré le plein air et le temps rude de Britannia, sûrement un coup de magie d'un druide de Camelot ou un effet du à un artefact. Peut-être c'était les trois cristaux? Point de temps pour les rêvasseries, il était là pour le Grand Pope.

_ Childéric je suis venu le plus vite que j'ai pu. Que se passe-t-il?

Childéric avait un air grave. Il était perturbé. Cela faisait un moment qu'il n'avait pas vu son ami ainsi. Quel événement le mettait dans cet état? Et pourquoi l'avait-il fait venir? Beaucoup de questions se bousculaient dans son esprit. La guerre allait-elle être déclarée malgré l'armistice? Un problème en Perse? Il allait laissé le Pope lui dire tout cela.







Lorsque j'engage un combat, il ne me vient pas à l'idée que je puisse le perdre.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1825-silas-gold-saint-des https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1723-silas-gold-saint-des-gemeaux
AoifeAoifeArmure :
...
Message Re: [La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre   [La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre EmptySam 21 Nov - 15:50
Childéric qui était attentif à ce qu’aucun n’écoute les conversations capitales ayant cours sur les affaires de sanctuaires, il put remarquer qu’une silhouette venait d’apparaître dans la salle des Vents. Ayant succédé à Silas de quelques secondes, elle restait à distance, hors de portée de voix. Était-ce parce que le Grand Pope et son chevalier semblaient occupés ? Il était difficile de croire qu’à cette distance, elle puisse les entendre ; à moins de posséder un don particulier. S’adossant à un mur, elle les observait au loin, sans vraiment chercher à s’en cacher. L’une de ces deux personnes l’intéressaient, selon toute évidence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ChildéricChildéricArmure :
/

Statistiques
HP:
[La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre G-bleu0/0[La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre V-bleu  (0/0)
CP:
[La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre G-rouge0/0[La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre V-rouge  (0/0)
CC:
[La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre G-jaune0/0[La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre V-jaune  (0/0)
Message Re: [La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre   [La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre EmptySam 21 Nov - 16:57
Il laissa le Verseau partir d’un simple signe de tête, l’air toujours dur, l’esprit ailleurs. Déjà, il planifier ce qu’il avait à faire. Préparer l’après. Il avait cette chance. Sa seule et son unique chance sûrement. Celle d’avoir un peu de temps. De se préparer pour essuyer la pire tempête à venir. Il avait lutté depuis des mois, qui pesaient sur lui comme des années, pour éviter que la cité ne soit assiégé. Mais c’était trop tard. Maintenant, l’histoire reprendrait sa boucle et Troie se répéterait de nouveau. Le Sanctuaire subirait le siège de tous et il n’avait que trop peu d’alliés à leur disposition ? Sur qui pourrait-il compter ? Personne. La seule chance qui s’offrait à eux, serait de nouer quelques alliances avec les Ligures et compter sur la montée sur le trône de l’ancien chevalier d’or. Et de compter sur la sympathie pour l’ordre de ce dernier. Mais, en deux ans, les choses avaient pu changer. Le reste, la fleur des enfers était une solution pire que le reste. S’aventurer dans le domaine d’Hadès… Au moins, il pourrait jouer cette carte-là, le cas échéant. Il pourrait toujours… Négocier.

Il attrapa un page et lui demanda d’aller chercher le chevalier d’or des gémeaux. Il pouvait compter sur lui pour ce genre de chose. Il se déplaça de quelques pas, pour ne plus être adossé à la rambarde, mais à un mur. Là, visible malgré tout, il attendit la venue de son ami. Il prit ce temps pour la réflexion. Déjà, des pistes de dessinaient, non pas pour empêcher la venue du vent, mais pour retarder sa violence. Il fut sorti de ses pensées par la venue du troisième gardien. Il se redressa un peu et lui répondit d’une voix basse mais calme :

« - Je te remercie Silas. Je dois contacter Athéna maintenant, veille sur mon corps, je n’en ai que pour quelques minutes. Fait en sorte que ça ne se remarque pas trop. »

Il faisait entière confiance au Gémeau et se plaça de façon à ce qu’on voit le dos de Silas plutôt que lui. Certes, sa taille l’empêcher vraiment de disparaître, mais il aurait simplement l’air, adosser ainsi contre le mur, d’écouter le gémeau. Il devrait donc être le gardien du Pope pendant quelques longues minutes et dans une grande inspiration, le Pope s’enfonça dans le cosmos et son esprit quitta son corps. Il irait vite. Il apparut devant l’entrée du temple d’Athéna et demanda en urgence une audience à la déesse qui le reçut. Il l’informa de ce qu’il venait d’apprendre et cette dernière, silencieuse, le remercia. Elle savait maintenant ce qu’elle avait à faire et à n’en pas douter qu’elle mettra aussi ses propres plans en branles, et qu’elle s’occuperait du verseau à sa manière. Il était trop loin d’elle pour être le réceptacle de son cosmos et de son châtiment comme il l’avait fait avec Facthana.

Il retourna alors à son corps et ouvrit brusquement les yeux. Silas était toujours là, et il se redressa rapidement, s’étirant un peu. Regardant çà et là dans la pièce si les choses avaient changé. Il remarqua la présence d’Aoife, qui semblait attendre quelque chose, lui ? Il aurait sa réponse bientôt. Il posa sa main sur l’épaule de Silas :

« - Je te remercie mon ami. Tu peux retourner vaquer à tes occupations pour la soirée. Tu as déjà pu discuter avec des gens intéressants ? »

Il finirait sa conversation avec Silas, mais il jeta à Aoife un regard entendu, il avait repéré son jeu et bientôt, il pourrait parler avec cette femme étrange. On lui avait fait part de son coup d’éclat au tournoi et il était curieux de voir pourquoi et surtout, comment elle avait déjà été relâchée.

Citation :
Utilisation de la projection astrale de Rêve, pendant quelques minutes, gardé par Silas
.


“Give as few orders as possible
once you've given orders on a subject, you must always give orders on that subject.”


[La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre Deric_11
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t231-childeric-chevalier-d- https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1718-childeric
SilasSilasArmure :
Gémeaux

Statistiques
HP:
[La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre G-bleu1650/1650[La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre V-bleu  (1650/1650)
CP:
[La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre G-rouge1250/1250[La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre V-rouge  (1250/1250)
CC:
[La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre G-jaune1500/1500[La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre V-jaune  (1500/1500)
Message Re: [La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre   [La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre EmptySam 21 Nov - 21:40


Ainsi donc le Pope l'avait quémandé pour qu'il lui serve de protecteur. Childéric avait besoin de converser avec la déesse. Pour cela il devait se rendre dans le monde astral pour se déplacer mentalement au Sanctuaire. Silas se demandait bien quelle urgence il y avait pour que son ami lui demande de venir aussi vite. Il s’exécuta donc en silence pour le moment laissant le Pope prévenir la déesse d'on ne sait quoi. Ils bougèrent, Silas se mettait devant Childéric pour le cacher au maximum du monde. Coupe à la main, il fit semblant de discuter, parlant du Pope du vin, de sa robe et de la douceur qu'il laissait dans sa bouche. Puis des marchés de Camelot et de l'architecture du palais. après quelques minutes Childéric sortit de sa stase.

_ Je suppose que je ne saurai pas de quoi il en était question? Discussion entre Pope et Déesse c'est cela? Dois-je juste être encore plus sur mes gardes? Dois-je m'attendre à ce que ça parte en vrille dans la soirée?

Il regarda Childéric, il savait qu'il n'aurait sûrement pas de réponse, ni ici, ni après. Il détestait cela, il avait l'impression d'avoir perdu la confiance de son ami lorsque ce dernier avait accédé au pouvoir. Silas lui répondit alors.

_ J'étais en grande discussion avec Myrddin et Orphéus quand le servant est arrivé si tu veux le savoir. Rien de bien pertinent, j'étais entrain de leur parler de mon futur domaine viticole, chose dont je te parlerai plus tard. Je dois aussi te dire que dans la salle du dragon s'y trouvait aussi cette satanée Mebd ainsi qu'un possible ancien Gémeaux... Il portait une armure noire, assez semblable à la mienne. D'après ce que je sais, ce n'est pas Corda, vu que ce dernier était chauve d'après les descriptions de Darius...

Nul doute pour Silas que cet homme portait sûrement un surplis des gémeaux, les couleurs était celle des guerriers d'Hadès, pas celle de l'ordre du Soleil Noir, ordre disparu pour laisser place aux Thuathas justement d'après ce qu'il avait compris. Childéric semblait attendre quelqu'un. Silas se tourna et vit Aoife qui l'attendait?

_ Tu veux lui parler? J'ai combattu à ses cotés au tournoi. Tu nous as vu? Tu veux que je reste?







Lorsque j'engage un combat, il ne me vient pas à l'idée que je puisse le perdre.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1825-silas-gold-saint-des https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1723-silas-gold-saint-des-gemeaux
ChildéricChildéricArmure :
/

Statistiques
HP:
[La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre G-bleu0/0[La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre V-bleu  (0/0)
CP:
[La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre G-rouge0/0[La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre V-rouge  (0/0)
CC:
[La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre G-jaune0/0[La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre V-jaune  (0/0)
Message Re: [La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre   [La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre EmptyDim 22 Nov - 1:37
Il ne fut pas étonné de voir Silas lui parler du vin et garda pour lui son sourire. Il aurait pu apprécier ce genre de conversation ou ce genre de passion assez prévisible chez son ami si la situation n’était pas si grave. Les choses n’ont pas le même goût quand on est au bord du gouffre. Pour le reste, il essaya de donner le change mais il savait qu’il n’y arriverait pas vraiment, du moins, pas avec sûrement avec l’un des hommes qui le connaissaient le mieux. Il devait éviter de croiser l’autre à tout prix, du moins ce soir. Pour le reste, il eu un petit sourire un peu désolé pour le troisième gardien. Il posa une main sur l’épaule de Silas pour le remercier. Il esquissa un petit rire amusé quand il lui parla des secrets. Si seulement il savait. Mais il saurait bientôt, tous, sauraient bientôt. Et il devait préparer le terrain pour que son propre camp survive à la vague. Bon nombre des chevaliers n’en aurait pas grand-chose à faire. Mais serait-il près à le suivre à la guerre pour ça ? Pour un mensonge ordonné par Athéna ?

« - C’est le rôle du Pope de faire des secrets. Il te faut toujours être sur tes gardes, mais ce soir, ça devrait aller, ne le soit pas plus que de raison. Attention à qui et de quoi tu parles, c’est tout. Comme toujours. »

Cette fois, il se força à donner le change dans un petit élan amusé et un début de rire, mais on était loin du rire-rugissement habituel du Pope. Définitivement oui, quelque chose se prépare, la tempête gronde, le siège commence et nous livrons là notre première bataille. Il nous fallait garder l’Hellespont. Pour le reste, Childéric écouta le petit rapport rapide de Silas. Le Légat et Merlin ? Ce n’était pas étrange que ces deux-là se parlent et visiblement c’était une conversation sans importance vraiment, pour le moment. Mais le druide faisait parti de ceux avec qui le Pope voulait s’entretenir. La liste était longue. Très longue. Trop longue même. Il se demandait bien s’il pourrait voir tout le monde ? La question était délicate. Sans compter ces guerriers en armures dont il ne savait pas grand-chose, il faudrait qu’il se renseigne. Pour la suite, une moue emplie de mépris fut ce qu’offrit Childéric à la mention de la prêtresse d’Hadès. Oui, il avait vu la reine entrer avec son pantin, une offense, une insulte et tant de message dans cette simple forme. Il n’avait pas reconnu ce chevalier, mais, avec un peu de chance, si Japeth avait décidé de lui adresser la parole, lui, saurait. Pour le reste, il leva les yeux aux ciels.

« - Il semblerait plutôt que ça soit elle qui désire me parler. Enfin, si tu ne sais pas quoi faire, essaie de voir ce que tu peux apprendre sur ces guerriers en armures que j’ai vus çà et là. J’ai peur de savoir qui ils sont mais j’aimerais que tu découvres ça pour moi. Ou que tu demandes, discrètement, à quelqu’un de s’en charger. »

Il se redressa alors, prit une grande inspiration et une grande expiration. Ferma et ouvrit les yeux. Il devait être le Pope. Pas l’homme qui avait peur pour les siens, l’ami qui craignait pour ses proches, l’époux qui voit sa femme mourir ou le maître qui craint la réaction de sa disciple. Non, il devait être l’inflexible voix d’Athéna. Cette couronne qui, plus que jamais, serait difficile à porter. Mais c’était son devoir.

« - Je te remercie, Silas. Merci d’être là. »

Et il dépassa son ami, le laissant vaquer à ses occupations, pour se diriger vers la jeune femme à la mine sombre. Il laissa une pointe du cosmos qu'il avait utilisé pour raisonner avec le Rêve, pour retrouver ses yeux de fauve et scruter les ombres. Il se plaça à au niveau d'Aoife. Abordant envers elle une étiquette sommaire, un salut plus martial que révérencieux. Après tout, s’était une guerrière tout de ce qu’il savait d'elle. Une guerrière avec un sacré tempérament.

« - Dame Aoife, puis-je faire quelque chose pour vous ? »

Dit-il, comme il l’aurait fait avant tous ces événements, à l’identique de ce qu’il avait été quand il l’avait approché pour la première fois.

Citation :
Utilisation du passif présent sur le niveau 5 de l'historique Rêve, qui permet de rendre nul et non avenu les utilisations de l'historique Arcane, qu'importe son niveau - De même, alerte à ce que personne n'écoute la conversation.


“Give as few orders as possible
once you've given orders on a subject, you must always give orders on that subject.”


[La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre Deric_11
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t231-childeric-chevalier-d- https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1718-childeric
AoifeAoifeArmure :
...
Message Re: [La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre   [La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre EmptyDim 22 Nov - 2:54
Pendant plusieurs minutes, la voix d’Athéna était étrangement passive envers Silas. Était-ce l’opportunité attendue pour l’aborder ? Grimaçant, cette idée ne la mettait pas à l’aise. Son caractère faisait que le commun se tendait lorsqu’elle prenait les devants. Aussi, était-il plus simple d’engager une conversation quand l’autre venait à soi. Aoife ressentit d’autant plus le besoin de demeurer en retrait qu’elle n’avait aucune idée de comment s’y prendre avec les personnes qui concentraient dans leurs mains autant de pouvoir. Oui… elle n’aurait jamais le talent de certains de ses compagnons… qui n’avaient pas été requis pour les mondanités de cet événement.

Le regard perçant, elle pouvait souvent manquer d’empathie. Cependant, quand l’objet de son attention dégageait une émotion particulière… ses sens étaient les plus aiguisés. En l’occurrence, la balafrée ressentait chez cet homme une colère contenue. Quant à savoir si son intuition était correcte… Pour le moment, elle ne pouvait que le pressentir. Déjà, depuis quelques secondes, le Pope avait retrouvé de sa loquacité. Quand se croisèrent leurs regards, Aoife comprit qu’elle obtiendrait bien assez tôt son entrevue. Et en effet, quand son partenaire pour le tournoi fut congédié, le représentant d’Athéna vint à sa rencontre.

À sa salutation modeste, la « dame » renvoya le même niveau de politesse, basique. Si cet homme avait laissé le plus petit indice de préciosité et autre tare des gens de la cour, ses pas ne l’auraient jamais porté sur ce balcon. Lorsqu’il l’avait abordée avec Morwenna dans la grande salle du bal, il avait montré un aspect martial qui ne lui avait pas déplu. Avec lui, peut-être était-il possible de se comprendre.

– Avant d’en venir là, je dois mieux vous cerner.

Elle aurait aimé être directe dans son approche, mais la prudence lui commandait de mieux jauger ce nouvel interlocuteur.

– Plusieurs signes m’ont intrigué. La femme qui vous accompagnait en venant ici. Le mot que vous avez porté à Célestia. Votre réaction envers… comment s’appelait-t-il déjà ? Cet homme taciturne aux cheveux blancs… Ah, peu importe ! Et puis…

S’arrêtant en cours de route, Aoife hésita en prenant le temps de considérer son vis-à-vis. Non… il serait stupide de le questionner sur cette lueur sauvage qui brûlait dans ses yeux. Après tout, il n’aurait aucune raison de lui répondre. Ce qu’il savait d’elle était ce que lui-même ainsi que Silas en avaient vu. Soit, rien de flatteur. Elle était décidément la reine des mauvaises premières impressions. Pestant intérieurement, elle se demandait si ce qu’elle tentait de faire n’était pas qu’une perte de temps. Mais maintenant qu’elle se trouvait devant lui, il était trop tard pour faire demi tour.

– Vous n’êtes pas vraiment hostile aux Oracles, n’est-ce pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ChildéricChildéricArmure :
/

Statistiques
HP:
[La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre G-bleu0/0[La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre V-bleu  (0/0)
CP:
[La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre G-rouge0/0[La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre V-rouge  (0/0)
CC:
[La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre G-jaune0/0[La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre V-jaune  (0/0)
Message Re: [La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre   [La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre EmptyDim 22 Nov - 3:33
Ainsi, elle semblait vraiment avoir besoin de lui pour quelque chose ? Mais quoi ? À vrai dire, c’est ça qui l’intriguait plus que tout le reste. Peut-être avait elle voulu le cacher mais le sous-entendu était pour lui évidant. C’était une façon de faire étrange, peut-être que ce qu’elle avait demandé était particulier ? Mais après tout, pourquoi pas. Il est toujours bon de comprendre à qui on fait face et à qui on parle. Surtout si on doit demander quelque chose à quoi on tient ou de très sensible. On évite éventuellement ainsi de se laisser abuser par l’apparence et le masque de la bienveillance. Ainsi, il répondit d’un signe de tête et d’un sourire à la demande de la femme balafrée. Il écouta donc avec attention ce qu’elle voulait savoir et en soit, elle voulait comprendre pourquoi il avait réagi de cette façon lors de son entrée en scène. Elle n’en avait pas pris ombrage, ce qui en disait long sur elle. Elle n’était pas à s’offusquer de ce genre de chose. Il resta silencieux pendant quelques secondes, le temps de ramasser ses pensées et il commença :

« - Que voulez vous dire par ma réaction vis-à-vis de Morwenna, la femme qui m’accompagnait ? »

Il aurait bien pu un grand trait de vin à ce moment-là, mais tristement, il n’en avait pas à disposition. Enfin, il réussissait à mettre de côté les événements qui s’était passé plus tôt avec presque de la facilité. La pression, le stress. Fatalement, tout ça, c’était ce qu’il savait faire de mieux. Survivre sur un champ de bataille. Loin de la boue et du sang. Mais c’était la même idée : se lever, combattre, et passer au suivant. Un à la fois, pour vivre un jour de plus. Alors après, avoir lancé un œil sur le côté pour voir s’il ne pouvait pas trouver le vin dont il aurait eu besoin, déçu, il revient à sa conversation.

« - Pour le reste, c’est plus clair pour moi, alors je peux mieux vous répondre. Je ne suis hostile à personne. La guerre, ça n’implique pas forcément de détester celui qu’on combat. Je pense, que dans l’histoire, les oracles sont plus victime qu’autre chose. J’ai de la peine pour eux oui. Mais la guerre implique de se salir les mains, de faire couler le sang. Le rôle du soldat, le mien. »

Il avait livré cette vérité avec beaucoup de naturel. Tout roi qu’il était, il n’en restait pas moins un roi-soldat. C’était une vérité ancrée en lui, au plus profond de son être. On avait fait de lui cette réalité. Celui qui pouvait tremper ses mains dans le sang sans en éprouver le moindre remord ou être hanté par les horreurs de la guerre. Il l’avait dans l’âme et le sang. Il était le fauve et, en fonction de l’attention qu’elle portait à ce détail. Peut-être qu’Aoife pourrait voir la bête vibrer dans les yeux du Pope.

« - Quant à Japeth, le petit homme taciturne, de vieilles affaires nous lies, avec lesquels je ne vais pas vous embêter. J’espère juste qu’il ne cherche pas à les éviter, car il ne le pourra pas. Je respecte sa volonté de ne pas me parler. Seulement pour le moment, mais il ne pourra pas s’esquiver pour toujours. Il devra parler. »

Et il n’aurait pas le choix. L’ancien chevalier d’or et le nouveau Pope avait trop de chose à se dire, sur trop de thème. Lui, et tous les autres. Il parlerait à chacun d’entre eux.

« - Puis-je vous demander pourquoi vous avez attaqué Celestia justement ? »

Il était curieux d’avoir sa réponse à cette question. Même s’il avait déjà sa petite idée.


“Give as few orders as possible
once you've given orders on a subject, you must always give orders on that subject.”


[La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre Deric_11
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t231-childeric-chevalier-d- https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1718-childeric
AoifeAoifeArmure :
...
Message Re: [La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre   [La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre EmptyDim 22 Nov - 12:55
Manifestement, la jeune femme à la chevelure de jais avait manqué de clarté, à en juger la légère incompréhension de son vis-à-vis. Enfin, rien de vraiment dramatique. Pour corriger ce menu quiproquos, Aoife porta la main devant la figure pour imager ce à quoi elle faisait référence.

– Ce masque que Morwenna portait, il n’était pas innocent. Je m’étonne de ne jamais avoir entendu parler de cette femme, quand les signes portés font d’elle une personne partageant la même origine que moi. Il doit bien y avoir une explication à ça, j’imagine.

Ou alors, était-ce une provocation envers Mebd ? Au jugé des actions que cette dernière pouvait mener, souvent très pervers, ce n’était pas chose impossible. Après tout, la soldate du Connaught n’était pas dans la confidence de toutes les intrigues menées par les autorités. Au sujet du regard que le Pope portait sur la guerre, Aoife se retrouvait assez dans ses paroles. Non pas qu’elle éprouve la moindre compassion pour ses cibles. Simplement, il ne fallait pas s’étonner que les partis antagonistes fassent ce qu’il faut pour remporter la victoire.

L’organisation de ce monde faisait que l’essentiel des participants à ces conflits n’étaient que des exécutants. Ainsi, le représentant d’Athéna était de ceux-là. Une révélation qui avait de quoi surprendre. Encore, qu’à bien y réfléchir, la guerre ayant opposé le Sanctuaire à la Tour des Vents n’avait pas été engagée par lui-même, mais son prédécesseur. Considérant cela, son discours faisait sens, et permettait de mieux le cerner. Cela voulait-il dire qu’il souhaitait enterrer la hache de guerre ? Jusqu’où était-il prêt à aller pour se faire ? Silencieuse, les mots de son interlocuteur lui laissaient entrevoir l’intuition que quelque chose pouvait finalement ressortir de cette conversation.

Ce qui suivit, au sujet de ce Japheth, l’intéressait moins. Car en effet, ces affaires ne la concernaient pas, et à ce titre, ne l’intéressaient pas vraiment. En tout cas, elle avait la confirmation qu’une tension existait entre les deux hommes. Mais si elle avait pu bénéficier d’un peu de temps pour mieux sonder ce roi-soldat, la balafrée se verrait demander de renvoyer l’amabilité qui lui permettrait de mieux la comprendre. Grimaçant, elle savait que ses mots ne joueraient pas en sa faveur. Cela dit, elle ne se défilerait pas.

– Si j’étais restée impitoyable envers cet homme assez fou pour me provoquer, l’issue de ce combat aurait été bien différente. Mais je me suis laissée entraîner par l’invitation de cette Célestia à engager un combat honorable. Au fond, cela m’arrangeait bien car il n’y aurait eu aucun mérite à abuser des règles absurdes de ce tournoi pour remporter la victoire. Cependant, j’ai été naïve sur les intentions de cette personne. S’en est suivi une forme d’acharnement à mon encontre que Silas a peiné à contenir. J’ai bien senti à ce titre qu’il n’a pas pu exprimer la moitié de son potentiel. À partir de là, le combat était déjà joué.

Regardant vers l’arène de combat depuis les hauteurs de ce balcon, la lancière donnait à voir dans ses yeux de jais la même lueur sauvage que ce roi-soldat. Cette humiliation ne la quitterait jamais, mais il était trop tard pour y changer quoi que ce soit. De dépit, elle allait au bout de sa réponse.

– Je pense que ce qui a fini par me mettre hors de moi, c’était de voir que cette gamine s’illusionnait sur le caractère honorable de ses actions. Comment peut-on être aussi hypocrite… S’il n’y avait pas eu cette farce en place, je l’aurais tuée plutôt qu’esquintée au cou. Par deux fois, je l’ai épargnée de l’impitoyable d’un combat à mort.

De quoi faire écho avec l’impitoyable de cette guerre entre Oracles et Saints. Quelque chose que cette suivante d’Apollon peinait à accepter, selon toute évidence. Un sourire cynique, elle reprendrait après une légère pause.

– Après avoir discuté avec cette fanatique, je me suis rendu compte qu’elle ne réalisait pas le poids de ses paroles ni de ses actions. Cette gamine se fuit elle-même et refuse de regarder la réalité en face. Une réalité qui pourrait bien fissurer les mièvreries qu’elle s’est construite pour juger de ce qui est bon ou mauvais. Comme si le monde était aussi simple… Une créature pathétique, en somme. Quand j’ai compris ça, je me suis dit que j’avais été stupide de m’emporter ainsi. Ce tournoi n’en valait pas la peine. Enfin… je n’ai jamais été très douée pour me contenir.

Contre toute attente, cette femme qui n’aimait pas s’étendre d’ordinaire avait bien plus parlé qu’elle ne l’aurait cru. Décidément, cet homme dégageait quelque chose qui la sortait de sa réserve habituelle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ChildéricChildéricArmure :
/

Statistiques
HP:
[La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre G-bleu0/0[La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre V-bleu  (0/0)
CP:
[La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre G-rouge0/0[La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre V-rouge  (0/0)
CC:
[La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre G-jaune0/0[La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre V-jaune  (0/0)
Message Re: [La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre   [La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre EmptyLun 23 Nov - 1:16
La compréhension se marqua sur le visage du Pope quand elle parla du masque et de ce qu’elle voulait dire par là. Il était tellement habitué au masque des femmes chevaliers qu’il ne le voyait plus vraiment. D’une façon ou d’une autre, cela faisait parti des habitudes de tous ceux qui vivent dans le monde d’Athéna. Mais ailleurs, c’est quelque chose d’étonnant. La déesse de la sagesse est la seule à demander ça à ses guerrières. Une tradition vis-à-vis de laquelle le Pope avait un avis partagé, mais les traditions ont ça qu’elles sont parfois un mal nécessaire. C’était le cas du masque. Quand bien même il ne forcerait pas une sainte démarqué à épouser ou tuer son adversaire. Si la question se présentait à lui, il savait déjà comment gérer ça. L’honneur se regagne par le devoir, il se lave dans le sang. Celui qu’on verse au service d’une cause ou en prenant une vie. Pour lui, il y avait plus de solutions. Ainsi, il répondit à la jeune femme aux cheveux sombres simplement :

« - Oh, le masque. C’est une tradition du Sanctuaire. Notre déesse l’impose aux femmes qui la serve. Elles doivent avancer le visage masqué. J’ai laissé le choix libre aux guerrières ce soir de le porter ou non. Le devoir implique parfois des sacrifices. Rien de plus. Pour le reste, je suppose que cela n’est pas forcément étonnant, avant d’arriver ici, je n’avais jamais entendu parlé de vous. »

Celui qui fût lion observa la réaction de la jeune femme et visiblement sa question la dérangeait. D’une façon ou d’une autre, elle ne s’était pas attendue à se voir renvoyer la pareille ou, tout du moins, à se voir questionner sur cette action précise. Toujours est-il que sa réponse intéresserait véritablement le Pope. Ainsi, il écouta ce qu’elle avait à dire avec attention. Aoife semblait comprendre la réalité d’un combat à mort et le poids qui en résulte. Le fait de voir sa vie ne tenir qu’à rien, ne pas forcément être dans ses mains. De survire dans le sang et surtout, le poids du survivant. Il avait vu bien des hommes avoir du mal à se relever de ce genre de chose. Pas lui. Il était soldat, la mort était son métier. Il se détachait de la mort, car elle faisait parti de lui. Il faisait son devoir, ce qu’on attendait de lui. Ce pourquoi on l’avait formé, élevé et conditionné. Ainsi oui, épargner cette violence à ceux qui ne sont pas près à y faire face est leur faire un cadeau.

Il pouvait aussi comprendre les reproches qu’adressait Aoife à Celestia. Il se souvenait des deux conversations qu’il avait eu avec elle. Avant et après la guerre et toujours, elle était pétrie de cet idéalisme aveugle loin des réalités des conflits des dieux. Elle ne voyait que la lumière d’Apollon alors qu’il était bien plus sombre que l’astre le représentant. Quant à la gestion de la colère et de la présence de la rage, mieux que personne, il pouvait la comprendre.

« - Il est difficile de regarder la réalité en face. Surtout dans une guerre, surtout dans un combat à mort. Il est plus facile de se cacher derrière une lumière que de faire face à la violence. Il faut être fait d’un bois différent pour faire face à tout ça. »

Un bois dont il était fait tous les deux ? Peut-être. Le Pope lui, savait que le Rêve d’Athéna, aussi beau que soit cette idéale et aussi attaché à ce dernier qu’il soit. Il savait que la réalité impliquait des sacrifices, des morts, du sang. Il savait que cet idéal ne convenait pas à tout le monde et qu’il faudrait sûrement l’imposer. Ce qu’avait la déesse de la guerre jusqu’alors. Trop, sûrement.

« - Et je pense que, plus que jamais, après la guerre, elle a eu besoin de ça pour survivre. Nous n’avons pas été tendres avec les oracles. Longtemps, ils ont été traqués comme des animaux, mais, c’est une mesure à laquelle j’ai mis un terme récemment. »

En tranchant la tête du serpent.

« - Je suppose aussi que vous disposez de puissant allié pour être sorti rapidement de la prison des Ligures et pour figurer au bal. À moins qu’il ne supporte pas, eux aussi, l’idéalisme niais ? »

Savoir les ombres, visiblement puissantes, qui planaient derrière elle, c’était faire un pas vers les informations dont il avait besoin pour comprendre cette femme en face de lui.


“Give as few orders as possible
once you've given orders on a subject, you must always give orders on that subject.”


[La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre Deric_11
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t231-childeric-chevalier-d- https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1718-childeric
AoifeAoifeArmure :
...
Message Re: [La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre   [La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre EmptyMar 24 Nov - 1:29
Lorsque cet homme partit sur une explication des coutumes du Sanctuaire à propos des masques que devaient porter les guerrières d’Athéna, Aoife se dit qu’il valait mieux abandonner. Obtenir des réponses sur les raisons de cette femme à porter sur elle des attributs laissant supposer qu’elle était originaire de l’Irlande était devenu trop pénible. Pour bien faire, il lui faudrait rencontrer directement la première concernée afin d’enfin voir de quoi il retournait. En attendant, la balafrée ne réserva aucun commentaire aux propos de son interlocuteur, lui renvoyant une expression neutre.

En revanche, le Pope visait juste lorsqu’il était question de discuter du rapport à la violence qu’avait construit la nommée Célestia. Ces mots, elle les comprenait bien, comme une évidence eu égard son expérience. Voilà bien longtemps qu’elle avait cessé de chercher des excuses, faisant simplement ce qui devait être fait. Cette résignation ne l’empêcherait pas cependant de se tracer sa propre voie. En était-il de même pour son vis-à-vis ? Le changement de politique qu’il semblait avoir impulsé envers les Oracles laissait penser que oui. Quant à sa question, l’Irlandaise lui répondrait sans détour, sans particulièrement réagir au trait d’humour du Saint.

– Sa Majesté le roi du Connaught a intercédé en ma faveur. Autrement, à l’heure où nous parlons, je serais vêtue de haillons, plutôt que ces vêtements… comment pourrais-je dire ? Je m’y sens fragile. Ce n’est pas une sensation qui me plaît.

Baissant les yeux pour toiser un moment l’élégante robe noire qu’elle portait, sa main effleurait le chignon qui coiffait sa chevelure de jais. D’une grimace fugace, cette dame improvisée n’était visiblement pas à l’aise dans cet accoutrement, un peu rustre dans ses gestes. Rien à voir avec les courtisanes saturant les dalles du bal.

– La Princesse Findabair a insisté pour que je m’habille ainsi, plutôt que de me présenter armée avec une tenue mieux capable de dissuader les requins. C’est idiot… comment pourrais-je réagir si des assassins sortaient de l’ombre ? Ces personnes qui n’ont jamais fait l’expérience de la violence ignorent trop la nécessaire prudence qu’il faut toujours tenir en ces temps troublés.

Retrouvant le regard du chevalier d’Athéna, la jeune femme à la chevelure de jais continuait de le jauger, le regard perçant. Une bête sauvage comme lui devait la comprendre. Devait-elle être soulagée qu’il ne partage pas, ceci dit, cette soif de sang qui pouvait parfois l’aveugler ? S’il désirait être débarrassé de la menace des Oracles, un homme si conscient des affres de la guerre pesait certainement que sa mesure politique ne suffirait pas à éteindre la rancœur des serviteurs d’Apollon.

– Si vous cherchez à enterrer la hache de guerre avec les Oracles, vous devez vous douter que cesser de les pourchasser ne fera que donner à la vengeance l’espace pour s’épanouir avant de vous sauter à la gorge. À moins de faire un pas vers eux. Vous avez une telle carte à jouer, n’est-ce-pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ChildéricChildéricArmure :
/

Statistiques
HP:
[La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre G-bleu0/0[La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre V-bleu  (0/0)
CP:
[La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre G-rouge0/0[La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre V-rouge  (0/0)
CC:
[La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre G-jaune0/0[La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre V-jaune  (0/0)
Message Re: [La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre   [La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre EmptyMar 24 Nov - 22:41
Il avait botté le sujet de Morwenna suffisamment loin que la jeune femme aux cicatrices ne le remettent pas sur le terrain. Quoi qu’elle voulait savoir, aborder ce sujet ne lui plaisait pas. Surtout après ce que venait de faire Kilian. Moins il en dirait et plus le Sanctuaire pourrait garder de temps pour se préparer à la guerre ou à une tentative futile de sauver ce qui pouvait l’être. L’un comme l’autre, il n’avait, à ce moment précis, que peu d’espoir. Mais il devait garder cette crainte, cette rage et tout ce que ces sentiments, parfois contradictoires, faisaient naître en lui enfoui au plus profond. Devoir être à la frontière de sa bête l’aiderait. Il n’aurait qu’à ouvrir un peu plus la vanne. Cela ne reviendrait qu’à rendre le fil sur lequel il évoluait tout le temps plus fin, mais si c’était le prix à payer… Ce risque était moindre, sa maîtrise plus affûtée que jamais. Mais même le plus habile des équilibristes peut chuter rapidement. Il suffit que le vent souffle dans le bonne direction.

Et la première remarque de la balafrée lui donna raison. Sa question lui en apprit beaucoup plus sur elle que tout ce qu’avait pu lui dire Silas. Ainsi, elle était directement au service de la reine des enfers. La coïncidence était presque trop grosse pour être vrai mais… Non. Elle était là pour autre chose. Sa rage et son impulsivité en faisaient une personne fort peu à propos pour venir menacer ou discuter de ce genre de chose avec lui. La reine serait venue en personne, trop satisfaite d’enfin le tenir. Mais il espérait simplement que ce qu’il savait réussirait à… Neutraliser son pouvoir de nuisance. On ne s’entendant jamais aussi bien que dans la peur de l’anéantissement mutuelle. De plus, la maison de Connaught, bien que sulfureuse, semblait toujours jouir d’une très large influence dans cette cité.

Il lui répondit alors d’un signe de tête, lourd du sous-entendu. Il partageait son avis, désignant ses propres vêtements. Un artifice nécessaire, une autre sorte d’arme. Il n’est pas aussi dérangé que la jeune femme, mais il serait plus heureux ailleurs. Loin de la couronne. Le nom qu’elle évoqua ensuite intrigua celui qui fût lion. Il avait l’occasion d’en savoir un peu plus sur celle qui sonnerait son glas. Était elle aussi fiable et douce que le pensait Kilian. Les fruits ne tombent jamais très loin des arbres. Mais, s’il avait en sa possession quelque chose à lui offrir, il pourrait, à n’en pas douter, faire tourner la roue dans un sens plus favorable à leur propre survie.

« - Il est des réalités que seuls ceux qui portent les armes et pataugent dans le sang peuvent comprendre. Comment défendre cet endroit en cas d’attaque, où se trouvent les sorties, combien de personnes sont présentes et surtout, quelque chose se cache-t-il dans les ombres ? Des questions nous nous posons pour eux. Pour qu’ils ne nous rejoignent pas dans le sang. Pouvez-vous me parler un peu plus de Dame Findabair. Elle a rencontré quelqu’un qui m’est cher. Ryme du lion, ma protégée, ma disciple. Je suis donc… curieux. »

Ses yeux vinrent alors ponctuer sa phrase d’un éclat de sauvagerie dans son iris. Il scrutait les ombres justement et aucune ne lui échapperait ce soir. Du moins, aucune à portée d’homme. Ainsi, il avait glissé sa question tout naturellement dans la conversation. Ce n’était pas un jeu avec lequel il avait été très familier jusqu’à peu. Mais son prédécesseur avait commencé à le former et il avait continué d’apprendre sur le tas. Un soldat s’adapte ou meurt. Et il avait réussi à s’adapter plutôt correctement. La question sur les oracles le surprit aussi. Elle semblait… Insistante sur le sujet ? Pourquoi ? Devait-il voir une mission donnée par sa maîtresse pour savoir de quel côté souffler les braises. Le croyait-elle vraiment si stupide ? Après ce que venait de faire Kilian, c’était légitime après tout…

« - Les oracles ont été détruit et ils ne sont plus que l’ombre de ce qu’ils furent. Beaucoup de temps leur sera nécessaire avant de se reconstruire. Ils sont très loin d’être mon véritable ennemi et l’adversaire dont il faut vraiment se méfier. Ainsi oui, je garde quelques cartes dans ma manche, dame Aoife. Mais, comprenez, vous servez l’ennemi dont je me méfie. Ainsi, il m’est… délicat de discuter de ça plus en amont avec vous. »


“Give as few orders as possible
once you've given orders on a subject, you must always give orders on that subject.”


[La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre Deric_11
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t231-childeric-chevalier-d- https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1718-childeric
AoifeAoifeArmure :
...
Message Re: [La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre   [La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre EmptyMer 25 Nov - 2:34
Si la jeune femme à la chevelure de jais avait semblé acquiescer aux premières remarques de son interlocuteur qui abondaient en son sens, bientôt, ses sourcils vinrent se froncer. Faisant mention de Findabair, ce qu’il rapporta à son sujet eut l’effet de l’étonner.

– Elles se sont rencontrées ? Je l’ignorais.

Cependant, cette circonspection serait de courte durée. Son réflexe faillit être de lui demander où s’était passée leur rencontre et comment cela s’était passé. Mais bien vite, l’intérêt la quitta. Parfois, il était plus sage de ne rien savoir. Et paradoxalement, malgré sa position, il apparaissait que cette personne ne cherchait pas à trop en savoir. Jetant une œillade vers l’entrée qui menait aux salles intérieures, Aoife lui répondrait naturellement :

– Notre Princesse est une personne pour qui ces robes conviennent le mieux, car elles donnent à sa fragilité une grâce qui ne la fait pas céder à l’arrogance du titre. Rien à voir avec les harpies que j’ai pu croiser à gauche à droite depuis le début de la soirée.

Croisant les bras, le regard songeur, elle reprenait :

– Lorsque je l’ai rencontrée pour la première fois, son attitude m’exaspérait. Comme si une femme née avec une cuillère d’argent dans la bouche pouvait prétendre porter toutes les souffrances du monde sur ses épaules. Quelle suffisance… quelle immaturité… m’étais-je dit. Seulement, maintenant que je la connais mieux, je dirais que je la comprends un peu.

Sur ces dernières paroles, les prunelles noires de la balafrée s’étaient assombris, comme si un voile d’abattement venait l’embarrasser. Sans doute devait-elle porter en son âme une blessure plus profonde que celle qui avait marqué sa chair. Retrouvant le regard de son vis-à-vis, ses traits se durcissaient aux dernières paroles du Pope. Des ennemis… À vrai dire, il n’avait pas vraiment tort. Sans doute aurait-elle dû brouiller les pistes…

Le sourire cynique, cette pensée qui venait de la traverser était des plus stupides. Si elle n’y était pas allée franchement, posant clairement son allégeance quand la discussion s’y prêtait, alors le serviteur d’Athéna se serait braqué. Et partant de là, son initiative aurait été bien vaine. Et puis, il était des limites aux jeux de l’esprit, qui n’étaient pas son domaine d’expertise. Tout au plus était-elle douée pour frapper là où ça faisait le plus mal. Ce qui lui avait attiré de nombreux problèmes… Et ce défaut n’était pas près de disparaître, à en juger ce qui l’avait amené sur ce balcon. Le sourire prenant un air plus ironique, elle reprit.

– Je ne suis pas comme cette fanatique d’Apollon. Simplement, une exécutante. Vous plus que personne devez comprendre ce que cela signifie.

Le regard entendu, Aoife avait eu raison de prendre le temps de jauger ce roi-soldat. Ainsi, elle ne se risquerait pas à défier frontalement sa maîtresse, mais ses mots prêtaient à des interprétations qui pouvaient être lourdes de sens. Alors qu’approchait enfin le moment le plus décisif de ces échanges, le fond de ses pupilles prenaient une lueur d’une grande intensité, quand bien même son expression cherchait vainement à cacher la vive passion qui l’animait en son sein.

– Je vais être clair. Je suis ici de ma propre volonté. Je ne cherche qu’à voir s’il m’est possible de vous convaincre de rendre à Cuchulainn sa liberté. Autrement, du sang sera versé.

Des mots qui pouvaient être interprétés comme une menace. Cependant, la détermination sauvage dans sa voix et derrière ses yeux montrait simplement qu’à défaut de parvenir à un arrangement, elle serait prête à mettre sa vie en jeu pour retrouver cet homme. Que pouvait-il représenter à ses yeux pour la tirer vers de telles extrémités ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ChildéricChildéricArmure :
/

Statistiques
HP:
[La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre G-bleu0/0[La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre V-bleu  (0/0)
CP:
[La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre G-rouge0/0[La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre V-rouge  (0/0)
CC:
[La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre G-jaune0/0[La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre V-jaune  (0/0)
Message Re: [La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre   [La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre EmptyMer 25 Nov - 3:31
Soit donc, elle n’avait pas vent des allées et venus de la princesse de Connaught soit, cette dernière n’en avait pas fait mention. La rencontre avec Ryme n’impliquait rien de grave et aucun mot n’avait été échangé. Cela ne devrait mettre personne sur la piste de la véritable conversation problématique, du moins, l’espérait-il. Il écouta la suite avec attention. L’avis d’Aoife sur cette princesse voudrait dire beaucoup de choses pour lui. Elle avait, fatalement, avec celui qui fût lion, de nombreux traits de caractère en commun, c’était une évidence. Dans une autre vie, ils auraient parfaitement pu être compagnon d’arme. Et sa description de la fille de Medb lui en appris beaucoup. Elle semblait dotée d’une profonde empathie. D’une étrange façon, elle semblait faire vibrer Aoife et sa loyauté d’une façon bien particulière, du moins, le ressentait-il ainsi. Un soldat ne choisit pas toujours son maître, mais il peut choisir ceux qui sont importants dans ces combats. Il est difficile pour le soldat de comprendre l’humain.

La mention de leur opposition sur l’échiquier divin semblait avoir fait tiquer la jeune femme. Et pas forcément en bien. Mais c’était un fait. Pourtant, il est possible de discuter avec un ennemi. Même quand ce dernier caresse le désir profond de voir votre monde brûler et n’en laisser que des cendres. Alors oui, il pouvait comprendre. Il comprenait aussi bien qu’un exécutant souvent, se doit d’agir pour son maître et de partager avec ce dernier les informations qu’il réussirait à récupérer. L’exécutant oui, n’était pas le fanatique. Mais il n’en restait pas moins une pièce sur l’échiquier. Avec le temps, peut-être, pourrait-il faire confiance à cette femme mais pas maintenant. Pas si près de la prêtresse des morts, pas après tout ce qu’avait fait Kilian.

« - Et je vous reconnais comme une exécutante dangereuse, qu’il ne faut pas sous-estimer. L’exécutant est celui qui fait penser la balance dans un sens ou dans l’autre. Et j’aimerais que la balance penche dans mon propre sens. »

La suite par contre, l’étonna vraiment et brièvement, elle pourrait lire la surprise sur son visage. Il ne s’était pas du tout attendu à ce genre de demande, surtout venant d’elle, surtout à titre personnel. Encore que, il émettait quelque chose doute quant à ça, mais, il était tenté de la croire. La fougue dans son regard, la rage dans ses mots. Il est difficile d’y voir là un service commandé. Surtout… l’Augure enfermé faisait les affaires de Mebd. C’était l’un des hérauts d’un protecteur d’Avalon en moins et surtout une faction de leurs plus féroces adversaires hors d’état de nuire. L’état de la situation l’incitait à la croire, mais avec méfiance. Pourquoi, c’était ça qui déterminerait s’il allait croire ses mots ou non. Et il était curieux de connaître la motivation de la jeune femme. Il faudrait surtout qu’elle eût des arguments… Percutants. Pour le moment, il était plus utile à Childéric mort que vivant alors… Mais il n’aimait pas les menaces et la jeune femme pourrait lire dans ses yeux de fauves qu’il n’hésiterait pas une seule seconde à lui arracher la gorge, ici et maintenant, s’il le devait. Elle pourrait lire la colère sourde et la rage qui l’habitait et à quel point il ne faudrait qu’une toute petite étincelle pour la faire exploser. Les animaux se comprennent mieux que les hommes.

« - Avant de voir ce que vous pourriez amener dans la balance pour m’amener à considérer la libération d’un de mes opposants directs, de me séparer d’un de mes atouts majeurs, j’aimerais que vous m’expliquiez pourquoi il semble être si… important à vos yeux. Important au point d’aller contre les vôtres, d’aller seul dans un combat que vous ne pourrez pas gagner. Important au point de vous risquer dans un jeu que vous détestez dans lequel vous n’êtes pas à l'aise. Un grand risque que vous avez pris ce soir. Une chose que je respecte. Alors je vous écoute, Dame Aoife. Mais pesez vos mots. »

Il avait parlé d’une voix calme et détachée. Il était vraiment décidé à écouter ce qu’elle avait à dire et pourtant, l’avertissement qu’il avait lâché à la fin de sa phrase était lourd de vérité. Si c’est du sang qu’elle cherchait, il lui en donnerait. Mais pas tout de suite. Même si la frontière peut-être mince et qu’importe le bal et l’endroit. Si ça devait être fait, alors il le ferait.


“Give as few orders as possible
once you've given orders on a subject, you must always give orders on that subject.”


[La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre Deric_11
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t231-childeric-chevalier-d- https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1718-childeric
AoifeAoifeArmure :
...
Message Re: [La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre   [La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre EmptyMer 25 Nov - 13:29
Selon toute évidence, cet homme n’avait pas la naïveté de Célestia. Le contraire aurait été surprenant, de la part du premier serviteur d’Athéna. Cette déesse qui incarnait la sagesse ne pouvait trouver comme représentant un individu sans discernement. Il avait raison. Raison de l’estimer dangereuse. Raison de penser qu’elle pourrait porter un coup fatal aux siens s’il devait baisser sa garde. Aussi ne prit-elle pas ombrage de cette confession franche. Quant à la suite, Aoife put ressentir que l’atmosphère devenait électrique. De ces ambiances où les esprits sont à couteaux tirés. Combien de fois s’était-elle retrouvée dans cette situation ? Et plutôt que d’étouffer l’impulsion de la menace, l’adrénaline montait de sorte à la préparer à une confrontation directe. Deux bêtes s’intimidant l’une et l’autre, sans qu’aucune n’accepte de reculer. La conversation ne pouvait se finir sans que l’un des deux ne vienne attraper la gorge de l’autre.

Comme pour tromper la bestialité de ses pulsions, Childéric lui confrontait la barrière de la politique. Du moins, dans un premier temps. Car bientôt, son attention se porta sur les intérêts personnels que la jeune femme pouvait trouver dans l’affaire. Son observation pour caractériser ses actions était la plus juste. Suicidaire. Si sa maîtresse l’apprenait, le pire des châtiments lui serait réservé. Et quand bien même, le moindre faux-pas envers les Saints l’amènerait à se faire écraser par ses guerriers. Seule, elle ne pesait pas grand-chose. Mais loin d’être intimidée par cet état de fait, sa détermination demeurait intacte. Voulait-elle donc mourir à ce point ?

– Cuchulainn représentait autrefois mon univers. J’ai porté son enfant. Mais ce monde m’a tout arraché, et m’a abandonnée avec des questions à en perdre la raison… Lorsque je suis revenue, je n’avais plus rien. Jusqu’à ce que j’apprenne qu’une ultime ancre se tenait encore là, m’offrant une raison de vivre. Si je ne peux le retrouver, alors autant mourir de vos mains.

La balafrée avait bien senti que son interlocuteur se trouvait à un rien de l’attaquer, au mépris de tous les invités en présence sur le balcon. Pour autant, plutôt que de chercher à l’apaiser, de lui opposer la brutalité de la franchise, comme un défi. Celui-là, elle était prête à s’y confronter, même si ses chances de réussites étaient ridicules. Avant même d’engager la conversation, elle s’était préparée à cette possibilité. Et sa préparation pouvait enfin être mise à contribution.

– Si nous nous affrontons ici, un homme de votre rang ne saurait trouver que des ennemis supplémentaires. Cela dit, je connais un endroit où vous pourrez déverser votre rage en toute liberté. Faire tomber une exécutante dangereuse de Mebd… laisseriez-vous passer une telle opportunité ?

Faire d’une faiblesse rhétorique son fer de lance. C’était bien là le signe de cette folie sanguinaire qui l’animait. Mais si elle l'emportait, les gains seraient exponentiels.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ChildéricChildéricArmure :
/

Statistiques
HP:
[La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre G-bleu0/0[La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre V-bleu  (0/0)
CP:
[La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre G-rouge0/0[La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre V-rouge  (0/0)
CC:
[La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre G-jaune0/0[La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre V-jaune  (0/0)
Message Re: [La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre   [La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre EmptyJeu 26 Nov - 22:58
Il écouta en silence ce que la jeune femme avait à répondre et de cette réponse, beaucoup de chose allait naître. L’onde de ce ricochet pouvait se répercuter avec plus de violence que le chaos qu’avait crée Kilian, il en était certain. Il fut surpris par sa première réponse. Ainsi, il s’agissait d’une amante du passé du fils de Lug. Une chose à laquelle, à vrai dire, il aurait dû s’attendre. Mais pourquoi elle ? C’était une question à laquelle il n’aurait sûrement pas de réponse. Pourquoi était-elle au service de la reine sombre ? Elle n’aurait pas eu de mal à mettre sa lance au service des oracles et, elle n’aurait pas fait de différence dans la guerre, pas seule. Son prisonnier était vieux, bien plus que la vie d’un homme et il était peu probable qu’elle ait vécu si longtemps. Du moins, pas sans la grâce divine du soleil et elle devait plutôt faire parti de ces âmes ramenés de leur repos par la sorcière. Une pratique tant répugnante qu’effrayante. C’était sûrement là le but. Mais quelque chose d’autre l’intrigua plus que le reste.

« - Et qu’est-il devenu de votre enfant ? »

Si, juste avant, le lion s’était fait prédateur, à cet instant précis, il était vraiment concerné par son histoire. Par cette histoire qui d’une façon étrange, faisait écho à la sienne propre. Il savait très bien jusqu’où des parents pouvaient aller. Après tout, s’il faisait tout ça, s’il portait cette couronne bien trop lourde et glissé doucement de plus en plus vers son oubli, s’il regardait Nimue s’imposait une mort lente et douloureuse, c’était pour que leur fils vive loin de tout ça. Loin du monde des dieux et de leur complot. Loin du devoir et de la guerre. Alors oui, il pouvait comprendre sa souffrance. Le reste, sa compassion fut rapidement balayés. Sans ces mots, il aurait cédé à sa provocation avec une facilité déconcertante. Elle ne pouvait pas le savoir, mais que ça soit elle ou n’importe qui, il y avait de grande chance que quelqu’un fasse les frais de sa colère. Mais plus tard. Elle lui avait offert l’opportunité de se contrôler encore un peu.

Mais il hésita, et elle pourrait le voir, qu’il sous pesait avec soin ses propos. L’idée était tentante… très tentante. Presque trop. Mais la raison aurait le meilleur sur lui. Après tout, n’était-il pas la voix d’Athéna ? Non, il y avait trop d’inconnu, trop de zone sombre, trop de chose qui hurlait au grand jour que c’était un piège dans lequel il n’avait qu’à courir tête baissé. Il hésita. Et fatalement, il avait pris sa décision. Il fit un pas sur le côté, invitant la jeune femme d’un long geste du bras à avancer, si elle voulait, vers le vide.

« - Et bien allez y, Aoife. Allez-y. Je ne vous retiens pas. Si ce n’est que ça, si vous désirez mettre fin à vos jours, faites. Mais ne m’emportez pas dans vos pulsions suicidaires. »

Laissant alors le silence planer, il ne bougea pas et elle pourrait voir dans ses yeux qu’il avait fait ce pas de plus sur le fil. Que sa colère avait été refoulé un peu plus. Elle n’était pas loin. La bête pouvait se sentir, sa présence, plus que jamais pour quelqu’un partageant la même nature pourrait être discernable. La faim infinie l’habitant également. Mais il attendait sa réponse et observait la moindre de ses réactions. Il n’avait pas peur. Qu’elle se jette avec lui et il tomberait ensemble. La chute ne lui faisait pas peur. Le reste ils avaient une conversation à finir.

« - Maintenant je comprends pourquoi. Et je respecte vos motivations. Les liens sont une chose précieuse. Alors je vous écoute, avez-vous quelque chose à offrir ? Jusqu’où êtes-vous vraiment prêtes à aller pour revoir votre ancre ? Que me donneriez-vous si je vous ameniez à lui au Sanctuaire ? »

Plus qu’un combat sombre dans une ruelle sordide sans un piège plus que probable, il avait préféré là l’estocade du combat de mot. Un art qui pouvait s’avérer tout aussi violent que celui de la lutte armée. Après tout, la guerre de velours qui se livrer ici n’est pas plus douce que celle du fer et du sang.


“Give as few orders as possible
once you've given orders on a subject, you must always give orders on that subject.”


[La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre Deric_11
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t231-childeric-chevalier-d- https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1718-childeric
AoifeAoifeArmure :
...
Message Re: [La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre   [La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre EmptyVen 27 Nov - 0:27

Les mots peuvent être plus tranchants que l’épée, plus corrosifs que l’acide, plus effrayants que la mort elle-même. Ce guerrier que l’allure rendait plus intimidant pour sa carrure que pour son verbe brisait à cet instant le pire des tabous.

– … Mon enfant ?

Un spasme au niveau de son œil droit. Comme si son esprit n’intégrait pas encore que cette question, entre toutes, venait d’être posée. Mais quand alors elle le réalisa, balaya le dernier de ses doutes, de ses protections, ses yeux devenaient exorbités. Des veines rougeâtres se dessinaient à même son regard. Une fureur intérieure sans commune mesure. Non plus seulement de la rage, mais une ombre de folie. La raison, dangereusement consumée par le désespoir.

En parallèle, cet homme de lui montrer le vide. De l’inviter à sauter. Ses os, de s’écraser contre la pierre. Sa chair, de se déchirer. Ses organes, de sortir de son enveloppe. Le sang, de s’étaler en une mare. Se donner la mort. Se moquait-il ? Comme si une fin aussi douce pouvait lui permettre d’apaiser son affliction ? Le hurlement de ses passions que la mort elle-même avait échoué à taire ? Comment osait-il ? À cet instant, son expression donnait à voir une grimace instable, oscillant entre plusieurs extrêmes.

– Mon fils… ils l’ont tué… Ils l’ont tué alors qu’il rejoignait Cuchulainn dans cette guerre… Ces fous… ces fous ont prétendu que Cuchulainn était l’assassin… Notre enfant… Notre trésor… Ces fous… Comment ont-ils pu oser ? Ces pourritures…

Un sourire nerveux, ses prunelles de jais regardant le vide avec une intensité démente, ses ongles arrivèrent sur sa figure. Se gratter la blessure… de plus en plus fort… frénétiquement… les griffes, de déchirer la croûte. Le sang, de commencer à filer. Cette douleur physique… si insignifiante à côté de cette agonie en son âme torturée.

– J’ai rêvé… rêvé de répandre leurs boyaux… leur arracher la langue… leur crever les yeux… massacrer leurs amis… dévorer le cœur de leurs parents… faire crépiter la chair de leur progéniture dégoûtante dans les flammes incandescentes…

Sa mâchoire de se crisper. Les tremblements de la marquer. Qu’elle se taise… cette douleur… Elle implorait intérieurement qu’elle se taise enfin. La libère. Mais non… les réminiscences… ces images, de la torturer, irréversiblement gravées dans ses pensées.

– Mais j’ai échoué… échoué… Ils m’ont… ces porcs… J’ai… c’était… Non…

Brusquement, la démente porta la main à la bouche. Une violente nausée. Son genou, de claquer contre le sol. Une main de la retenir de s’effondrer totalement. Elle toussait, de ces sensations où elle se sentait vomir, sans que rien ne sorte. Une profonde sensation d’écœurement. Un œil unique, de verser des larmes qui se mêlèrent au sang des entailles qu’elle venait de se faire à même la balafre. Son souffle se faisait haletant. Le teint plus pâle. Elle transpirait. Se traînant misérablement contre le rebord du balcon, elle attrapa la rampe pour se relever. Ainsi, la suivante de Mebd laissa-t-elle la brise caresser ses plaies. Pendant un moment, elle se prit de regarder au plus loin qu’elle pouvait, vers l’insondable de l’horizon. Cette vision invisible lui permettait de recouvrer son calme, doucement. Le rythme de sa respiration, progressivement. Finalement, sa voix tremblante, de rompre le silence ;

– Je ne peux pas… Je dois l’entendre de ses mots. L’entendre me dire que ce n’était que des mensonges. Cela ne peut pas être vrai… C’est impossible… Tant que je ne l’aurai pas entendu de ses lèvres, je ne pourrai pas…

Des phrases décousues, parfois sans sens. Évidemment, elle avait été totalement aveugle à tout ce que son interlocuteur avait pu lui montrer, ce qu'il avait pu trahir de ses pensées véritables, le poids des non-dits. Lorsque enfin, son regard retrouva celui de ce guerrier, il put y lire une forme de fatigue, approchant de près de l’abattement.

– Qu’est-ce que vous pourriez bien vouloir que je vous offre en échange ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ChildéricChildéricArmure :
/

Statistiques
HP:
[La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre G-bleu0/0[La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre V-bleu  (0/0)
CP:
[La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre G-rouge0/0[La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre V-rouge  (0/0)
CC:
[La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre G-jaune0/0[La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre V-jaune  (0/0)
Message Re: [La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre   [La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre EmptySam 28 Nov - 14:27
Il regarda la jeune femme sombrer dans la folie. Que devait-il faire à ce moment précis ? Il savait qu’il fallait laisser de l’espèce à une bête blessée. Sinon, il y aurait de forte chance qu’ils s’entre-tuent ici et maintenant. Cette option avait ses avantages et pourrait toujours en tirer quelque chose, mais c’est mesquin et loin de ce qu’il voulait faire. Il écouta donc ses lamentations, se plaça entre elle et le reste de l’assistance, offrant à sa déchéance la barrière de son corps. Il ne pourrait pas empêcher tout le monde de la voir ainsi mais au moins, il ferait en sorte que la foule n’assiste pas à ça. Il écouta le récit décousu d’Aoife. L’histoire tragique de son enfant. La voir ainsi raviva en lui de vieilles douleurs. Il se souvenait du vide incommensurable qu’il avait ressenti quand on lui avait appris la mort de Nimue et de leur enfant. Il se souvenait de cette douleur qui l’avait presque dévoré. Qui l’aurait même dévoré si fatalement, la mort n’avait emporté ni l’un, ni l’autre.

Il comprit ensuite d’où venait la blessure d’Aoife. Ces balafres n’étaient pas dues aux armes ou aux ennemis non. C’était le signe d’un esprit blessé, d’une créature qu’on devrait achever ou plutôt, à qui on devrait donner le repos qu’elle avait déjà mérité et non pas aller la chercher dans les ombres d’où elle n’aurait jamais dû sortir. Plus que jamais, il se sentait profondément révulser et dégoûter par la façon qu’avait la prêtresse d’Hadès de traiter la mort. Ramener les gens à la vie pouvait avoir bien des attraits, mais la mort était la délivrance de toutes les souffrances. En revenir ne le faisait que renaître. Voir même pire : service d’accélérateur à ces flammes. Il ne comprenait pas bien le délire de la jeune femme mais, il avait saisi l’essentiel. Childéric avait beau, parfois, avoir envie de cogner le visage de Cuchulainn contre un mur car il était aussi têtu que ce dernier, il était, pour lui, trop droit pour s’abaisser à tuer son propre enfant…

Le pire, dans cette crise de démence, se fut ses derniers mots. La réponse fatidique à ce qu’il lui avait demandé. Il était tiraillé entre les deux facettes de lui-même : l’homme et la couronne. En tant qu’homme, en tant que père d’un enfant qu’il ne verrait jamais mais qu’il n’aimait pas moins, il avait envie de lui tendre la main et de l’amener avec lui au Sanctuaire sans rien demander. En tant que Pope, la couronne le poussait à la presser comme un citron et en tirer toute la substance. Car vu son état, vu le moment, vu ce qu’il avait à lui offrir, il pourrait s’en servir et la jeter après l’avoir poussé à se briser une nouvelle fois. Que faire alors ? Il ne se pardonnerait aucune des deux solutions, alors… Alors la vérité devait se trouver au milieu des deux. Il inspira et expira profondément, tendant une main à la jeune femme pour l’aider à se relever.

« - Relevez vous, Aoife. J’ai beaucoup parlé avec Cuchulainn, je ne le connais pas aussi bien que vous, mais… je serais surpris qu’il soit capable de ce genre d’horreur. Du moins, capable en pleine possession de ses pensées. Vous savez trop bien qu’il est facile de se voir retirer son libre arbitre... »

Elle était la poupée de Mebd. Elle, mieux que n’importe qui, saurait comprendre ce qu’il voulait dire, du moins, l’espérait il. Le Pope avait des connaissances lacunaires du mythe de Cuchulainn, le nom l’avait tout de suite intrigué et il avait lu les copies que possédaient les registres de Constantinople.

« - Vous avez bien des choses à offrir, Aoife. Mais ce que j’aimerai plus que tout, c’est la tête de la sorcière. Je ne sais pas si c’est en votre pouvoir. Pour le reste… qu’est-ce qui vous retiens au côté de cette dernière ? Qu’est-ce qui retiens tous ceux qui la serve à ses côtés ? Elle n’est pas le genre à gagner votre loyauté, votre affection, votre respect. »

Pouvait-il débaucher la jeune femme ? Il en doutait, mais du moins, s’il pouvait laisser le temps aux graines de la discorde de naître cela pourrait à terme le servir.

« - Je maintiens ce que j’ai dit, Aoife. Je veux vous aider. »


“Give as few orders as possible
once you've given orders on a subject, you must always give orders on that subject.”


[La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre Deric_11
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t231-childeric-chevalier-d- https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1718-childeric
AoifeAoifeArmure :
...
Message Re: [La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre   [La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre EmptyHier à 1:45

Une main tendue. Cet homme consentait à faire un pas vers elle. Dans cet état d’esprit, Aoife ne pouvait que suivre le courant. Saisir cette aide. Il lui avait parlé… Ses informations se confirmaient. En son sein, pouvaient enfin se relâcher ses muscles. Un las soulagement. Sa tension qui tenait sa méfiance, de presque s’évanouir. Sa faiblesse, terrible faiblesse qui faisait d’elle la parfaite marionnette. Une félonie qu’elle méprisait. Car si elle pouvait parvenir à ses fins, alors peu importe les moyens.

Que valent les promesses ? Que vaut la loyauté ? Les liens se distordent sans cesse. Se rompent. Disparaissent, ou plutôt se changent en souvenirs évanescents. Une chaleur imaginaire, palpitant dans un désert glacial. Si froid… Combien de fois vit-elle ce cycle se répéter ? Les fleurs se libérer de leurs bourgeons pour offrir à ce paysage spirituel une composition magnifique ? Combien de fois, ces splendeurs se virent-elles dépérir, dans l’attente que ce sol se repose, fasse germer la vie dans son ventre avant de la libérer à nouveau ?

Seulement, vient un stade où l’œil éveillé se rend compte d’une sombre réalité. Cette terre s’éteint, de cycle en cycle, perd de sa fertilité, toujours plus stérile. Les pétales découlant des floraisons deviennent de plus en plus ternes. Les plants dans l’horizon, de moins en moins nombreux. Meurt, l’émerveillement de la découverte. Meurt, l’espérance de la pérennité. Meurt, l’étincelle d’envie. Au lieu de ça, prolifèrent la déception, l’écœurement et l’abattement. Quand bien même, l’aridité de son existence voyait couler une rivière providentielle lorsque les fantômes de ses passions passées reprenaient chair. Cette chaleur, pouvait-elle toujours la ressentir ?

Dans ses prunelles de jais, se lisaient cette lueur très intense. Il confirmait ses pensées. Bien sûr, cela était impossible… Quelle bêtise que de douter… Des mensonges, rien de plus que des mensonges. À moins que… Dans son esprit, Aoife laissait soudain germer la graine de soupçon du Grand Pope. Son aimé, avait-il été possédé ? Enragée à cette idée, cette perspective animait en elle la plus profonde des injustices, le pire crime qu’il soit possible de commettre, à ses yeux. Se faisant violence pour recouvrer son calme, elle s’était maintenant entièrement redressée. Se tournant de l’autre côté du balcon qui donnait une vue magnifique sur la cité, l’Irlandaise cachait ainsi au reste de l’assemblée les blessures qu’elle s’était elle-même assénée. Réfléchissant aux mots de son interlocuteur, il apparaissait sur son visage que sa proposition n’était pas réaliste.

– C’est impossible. Je ne peux pas la tuer.

Dans sa réponse, aucune trace d’affection permettant de justifier son affirmation. La limite se plaçait autre part. Quant à sa question… il lui était difficile de trouver quoi répondre. Pour autant, la jeune femme ne pouvait pas se permettre de faire volte-face à présent qu’elle avait gagné tant de terrain, arrivée si proche de son objectif.

– Un rituel. Parmi les premiers. Un « échec », par certains aspects. Quant aux autres présents par choix… ce serait une erreur de considérer le Roisin Dubh comme un groupe uni. Je ne crois pas qu’il existe d’assemblée plus disparate. Au-delà de ça, nombreux sont ceux à agir dans le dos de la sorcière. Pour la plupart, Mebd n’est qu’un Refuge. Le moins pire qu’ils aient trouvé. Car partout ailleurs, ils seraient pris en chasse, anéantis jusqu’au dernier.

Rencontrant le regard de ce serviteur d’Athéna, elle voulait le croire. Mais le pouvait-elle vraiment ?

– Qu’est-ce que je peux espérer gagner de vous ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ChildéricChildéricArmure :
/

Statistiques
HP:
[La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre G-bleu0/0[La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre V-bleu  (0/0)
CP:
[La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre G-rouge0/0[La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre V-rouge  (0/0)
CC:
[La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre G-jaune0/0[La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre V-jaune  (0/0)
Message Re: [La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre   [La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre EmptyAujourd'hui à 1:39
À la façon dont elle commença à répondre, il savait qu’il aurait pu faire d’elle une poupée de chiffon qu’il aurait pu balader jusqu’à ce qu’elle ne soit d’aucune utilité, ou jusqu’à ce qu’elle soit brisée. C’est sûrement ce qu’aurait fait Bélisaire. Akrites lui, aurait peut-être hésité, mais pour Childéric, il aurait fini par prendre cette option. Il n’était pas meilleur que les deux autres mais il n’avait pas encore cédé entièrement son âme à la couronne. Il savait qu’en demandant la tête de la sorcière, il ne l’aurait pas. À vrai dire, si c’était possible, il gagnait beaucoup, si ça ne l’était pas, il pouvait jauger avec facilité où allait la loyauté de cette femme : à son passé ou son présent. Pour lors, elle était complètement prisonnière de ce qu’elle était. Rongé par le venin du deuil. Elle était, fatalement, ce qu’il aurait pu devenir quand il avait cru son épouse et son fils mort. Ombre de passion. Il avait de la peine pour elle, une peine sincère et il espérait qu’elle pourrait le lire sur son visage.

Mais un visage est comme un livre. Quand on sait écrire, on peut y inscrire ce qu’on veut. Surtout dans une bataille de velours et de soie comme celle qui a court en ce moment. Mais le reste lui en appris plus que des années d’espionnage et d’enquête. Il avait mis le pied dans la porte et il devait le maintenir avant qu’elle ne se referme. Il y avait tant de faille à exploiter dans le groupe de Mebd. En avait-elle seulement conscience ? Ces failles avaient-elles des gardes fous prévu pour les empêcher de devenir des ouvertures trop béantes ? Ou au contraire, n’était-se que des feintes pour attirer l’ennemi. Après tout, feindre un flan affaibli pour forcer l’infanterie dans un assaut perdu d’avance est une vieille tactique. Elle demande simplement que le flan qui se fait enfoncer de tenir. À quel point les flans de Mebd étaient solides ? À en juger par les cicatrices de la jeune femme, il ne l’était pas vraiment. Mais elle n’était qu’une partie du flan, elle n’était pas seule.

« - A défaut de pouvoir tuer la sorcière, pouvez vous tuer Ferdiad pour moi ou trouver un moyen que nous puissions le faire ? Pardon, peut être que le nom de Lucius vous est plus familier. Il est un traître de trop dans le giron de la sorcière. Pour le reste, je pense que nous devrons continuer cette conversation loin des oreilles et des ombres. »

Il déboutonna un ou deux boutons de sa tunique et, d’un geste aussi rapide qu’habile en déchira un petit morceau. Les boutons refermés, pas de trace de son propre forfait et il donna le morceau de tissu, rouge, à la jeune femme devant lui, pour qu’elle puisse essuyer de son visage le sang qui coulait des plaies qu’elle avait de nouveau creuser et de nouveau rouverte. Il reprit alors calmement après lui avoir donné de quoi éponger son sang.

« - Je pense que si quelqu’un a poussé votre aimé à ce genre d’infamie : c’est lui. Quant à la réponse à votre question. Je ne peux vous promettre la libération de Cuchulainn. Il y a trop de poids sur ses épaules, trop de choses qui dépendent ou non de lui. Mais je peux vous promettre une chose pour le moment Dame Aoife, et l’avenir nous verra peut être allé vers une meilleure solution, pour vous comme pour moi. Mais je peux vous promettre cette conversation. Je peux vous promettre de vous laisser le regarder droit dans les yeux et lui demander à propos de votre enfant. Voilà ce que vous pouvez gagner. Du moins dans un premier temps. »

Il la regarde cette fois différemment. Ni avec pitié, ni avec mépris. Mais avec la fierté d’une bête qui reconnaît un semblable. Avec la dignité d’un soldat qui traite avec un pair. Mais aussi, il la regarda avec le poids de la meute et des bêtes. Il espérait qu’elle comprendrait qu’il était vraiment sincère. Il ne pouvait pas lui donner gratuitement cette rencontre, mais il pouvait au moins lui promettre et lui donner ça. Et il pourrait sûrement arriver à bien d’autres choses encore, s’ils arrivaient à s’entendre. Comme loup et lion qui chassent ensemble.


“Give as few orders as possible
once you've given orders on a subject, you must always give orders on that subject.”


[La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre Deric_11
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t231-childeric-chevalier-d- https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1718-childeric
 
[La salle des vents] Une lueur d'espoir dans l'ombre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Libro Scripturae :: Britannia :: Citadelles de Camelot :: Tour de Logres-
Sauter vers: