Votez
I
II
III
IV
V


Mars 553 AD (Jusqu'à la fin de l'Event)
 
Partagez
 

 [Mi-Mars 553] Enchaîné chez les mortels, ou libre chez les morts [PV César]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
ZvezdanZvezdanArmure :
Pontifex

Statistiques
HP:
[Mi-Mars 553] Enchaîné chez les mortels, ou libre chez les morts [PV César] G-bleu1650/1650[Mi-Mars 553] Enchaîné chez les mortels, ou libre chez les morts [PV César] V-bleu  (1650/1650)
CP:
[Mi-Mars 553] Enchaîné chez les mortels, ou libre chez les morts [PV César] G-rouge1350/1350[Mi-Mars 553] Enchaîné chez les mortels, ou libre chez les morts [PV César] V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Mi-Mars 553] Enchaîné chez les mortels, ou libre chez les morts [PV César] G-jaune1650/1650[Mi-Mars 553] Enchaîné chez les mortels, ou libre chez les morts [PV César] V-jaune  (1650/1650)
Message [Mi-Mars 553] Enchaîné chez les mortels, ou libre chez les morts [PV César]   [Mi-Mars 553] Enchaîné chez les mortels, ou libre chez les morts [PV César] EmptyVen 4 Déc - 6:55
Il me casse les couilles de bonne heure, celui-là.
Tu aurais pu attendre quelques jours, tu sais, César. Ça aurait rien coûté. Juste me laisser m'installer avant de remuer la merde. T'es bien capable de tenir une journée sans être un taré dangereux, hein ? En te contentant d'être un taré tout court. Ou en tout cas, je sais que tu peux, et qu'habituellement, c'est ce que tu es, quand tu es loin du Dédale. Et pourtant...
Pourtant on me parle de gens morts de la plus brutale des façons. Et c'est à peine si on ose me donner des détails tant ça choque les petites âmes innocentes de Camelot.

J'ai vraiment autre chose à foutre de mon temps, tu sais.
Mais bon ! On y est, alors avant de faire quoique ce soit, d'écouter, discuter quoique ce soit avec eux... Il va falloir discuter avec toi. J'ai négocié ça aux Ligures. Parce que je ne veux pas entendre leurs reproches, revendications, indignations, que sais-je... Avant d'avoir entendu ta version. C'est l'un des rares avantages de traiter avec quelqu'un qui n'a aucun instinct de survie. Il ne te mentira pas pour sauver son cul. Oh, César peut mentir, ou au moins essayer... Pour d'autres raisons. Mais pour éviter de voir sa tête qui saute de son cou ? Pas pour ça, non.
Alors parlons. Je suis curieux de ce que tu vas avoir à me dire...
Je suis curieux de si tu vas me donner un prétexte.

Tu le sais au moins oui ? Que si tu as fait ce que tu as fait, comme ils le présentent, je n'hésiterai pas à leur donner ta vie. J'irais même joyeusement te tuer à mains nues de mes propres mains pour leur présenter ce qu'il reste de toi en guise de... Démarche diplomatique, s'il le faut.
Alors convaincs-moi, César. Ou alors... Non. Ne me convaincs pas.

Tseh. Une part de moi aimerais que tu n'aies rien à dire pour te défendre.

Escorté, je m'avance dans les couloirs des geôles de Camelot. Là, dans cette grande forteresse, il y a une grande prison. Là, à un étage réservé aux prisonniers éveillés, j'avance encadré par quelques gardes. Il ne me faut pas énormément de pas pour finir par arriver devant sa cellule. Là, je le vois. Tranquillement, je m'adosse au mur en face de la pièce aux barreaux, puis tourne mon regard vers les gardes. Un regard qui insiste, longuement, sans le moindre mot. Bien assez tôt, ils comprennent le message et s'éloignent, me laissent seul avec lui, dans cette zone des geôles. Pas d'autre issu sauf celle qu'ils gardent, alors j'ai la tranquillité, et ils ont la sécurité. Parfait.
Mon regard reviens vers l'homme derrière les barreaux.

- Je me suis demandé qui ça serait en premier, un moment. Haldor qui ouvre trop sa gueule face à la mauvaise personne, Akir manipulé comme un pantin aveugle... Ou toi qui fait ce que tu sais faire. Une pause, brièvement. Toi et ton nouvel animal de compagnie, plutôt. Je devrais pas être surpris que ça ait fini par être toi... Mais je dois avouer que tu bats des records.


Une pause, plus longue. Un regard qui réfléchit. Un soupir, même si ce n'est pas vraiment de l’agacement sur mon visage, ni même de la lassitude. C'est... Rien, en fait.
Rien, juste le regard fixe d'un homme qui veut des réponses.

- Et si on gagnait du temps tous les deux, hm ? Explique-moi. On est venu me voir avec l'histoire de quatre types tués brutalement dans un coin pourri de la ville. Donne moi ta version. Un regard plus perçant. Je te connais fou, pas idiot. Je te connais sans instinct de survie, mais pas suicidaire. Et la nuance est importante. Alors explique-moi. Je suis curieux.

Explique-moi, que je puisse y voir un peu plus clair dans comment je vais devoir gérer cette affaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2032-zvezdan-cardinal-de-
CésarCésarArmure :
du Mushmahhu

Statistiques
HP:
[Mi-Mars 553] Enchaîné chez les mortels, ou libre chez les morts [PV César] G-bleu1200/1200[Mi-Mars 553] Enchaîné chez les mortels, ou libre chez les morts [PV César] V-bleu  (1200/1200)
CP:
[Mi-Mars 553] Enchaîné chez les mortels, ou libre chez les morts [PV César] G-rouge750/750[Mi-Mars 553] Enchaîné chez les mortels, ou libre chez les morts [PV César] V-rouge  (750/750)
CC:
[Mi-Mars 553] Enchaîné chez les mortels, ou libre chez les morts [PV César] G-jaune1200/1200[Mi-Mars 553] Enchaîné chez les mortels, ou libre chez les morts [PV César] V-jaune  (1200/1200)
Message Re: [Mi-Mars 553] Enchaîné chez les mortels, ou libre chez les morts [PV César]   [Mi-Mars 553] Enchaîné chez les mortels, ou libre chez les morts [PV César] EmptyDim 6 Déc - 18:07
J’ouvre les yeux et je secoue un peu la tête quand j’entends une voix me parler. Je bouge doucement j’entends le bruit des chaînes. Je sens leur morsure sur mes bras. Où est-ce que je suis déjà ? Tout est flou dans ma tête, comme toujours. À vrai dire, ça ne m’intéresse pas vraiment. Comme tout le reste. Je tourne la tête à droite et à gauche, j’ai sûrement l’air perdu. Je me redresse et tout ce que je vois se sont les barreaux de ma cellule. Depuis combien de temps je suis ici ? Je ne me souviens plus, j’aurais dû suivre le fils mais ce n’est pas important. S’ils pensent que c’est en faisant de moi un chien que je ne serais pas libre, ils se trompent. Les chaînes des hommes ne sont que des fardeaux de moins à porter. Mais la voix qui m’a tiré des errances de mon âme me dit quelque chose, je la connais. Ce n’est pas celle de cet endroit. Je cherche devant moi, oh, c’est lui. Oui, c’est logique. Mais je suis surpris qu’il soit venu.

« - Oh Zvezdan. Je ne pensais pas te voir là. »

Qu’est-ce qu’il a dit ? Les quatre types tués brutalement ? J’en ai tué quatre ? Seulement ? Et on fait tout ce foin pour quatre sacs à merde ? Ces Ligures feraient mieux d’enlever le placard à balais qu’ils se sont calés tout au fond du cul ! Quoique, l’autre qui brille a une tête à aimer ça, de s’enfoncer des manches dans le fion. Je serais déçu s’ils avaient tué le merdeux, je ne le vois pas à côté de moi. Si quelqu’un doit le tuer, c’est moi et personne d’autres. Sûrement lui ont ils fait mal aussi, c’est bien ça. J’avance alors doucement, de gauche à droite, longeant les murs de ma cage et observant celui qui s’est déplacé pour moi. Il ne transpire pas de cette colère jouissive. Il est posé, réfléchit. Combien de temps me faudrait-il pour l’amener à glisser de nouveau ? Pas longtemps je pense. Mais résistera-t-il ? C’est un jeu qui me tente. Je ne suis pas bon pour résister à la tentation.

« - Laquelle de mes versions tu veux, Zvezdan ? Celle qui t’arrange ou la véritable ? Celle qui te facilitera la vie ou celle qui te poussera à faire des choix ? Je vois que tu t’es souvenu de ce que je t’ai dit, fie toi à la sagesse du fou. »

J’ai envie d’écraser mon front avec force et répétition sur les barreaux de la cage. Plus tard. Ils ont tendance à m’empêcher de faire ça, comme si tout ça pouvait me tuer. Ces Ligures ont trop longtemps vécu dans leur petit monde idyllique loin de la réalité. Qu’il se sorte les doigts et qu’il décide de leur montrer la réalité de la guerre et nous aurons beaucoup de plaisir. Ils ne pourront plus fuir ou ce cacher ou encore venir me trouver à plusieurs. Ça jacte à propos d’honneur et de courage mais ça brandis ces mots comme des chaînes plus que comme des principes. Des abrutis finis sans aucune logique. Si ce n’est celle du feu brûlant que je sens à l’intérieur de mon propre sang tout au fond de cette cellule. La magie de la grognasse et des siens.

« - Mais, n’oublie pas que tu as besoin d’eux, ils ont ce que tu cherches. Ils ont le moyen de tuer Velya. Du moins, je pense. »

Je passe ma tête entre les barreaux pour scruter sa réaction à ce propos. Je ne suis pas vraiment sûr de moi, mais je me souviens de ce qu’elle m’a fait. Je me souviens qu’il est parti après que je lui aie donné mon sang. On oublie le fou, on pense qu’il ne comprend pas. Mais il sait, c’est juste qu’il s’en fout. Il y a beaucoup de choses que je sais, sur Velya, sur le Dédale et le reste. Des choses que j’ai gardé pour moi car elles n’ont pas d’importance, mais maintenant peut-être… Maintenant que la chanson n’étouffe plus mon esprit, d’autres choses prennent forme. Doucement mais sûrement, ils apprendront à comprendre le fou et à ce moment-là, sûrement, il sera trop tard. Beaucoup trop tard et le dragon mangera leur peau.

« - C’est une histoire de chanson. Alors est-ce que tu veux vraiment m’écouter ou est-ce que tu as déjà décidé de ce que tu allais faire et tu n’es là que pour alléger ta conscience d’envoyer à la mort ton vieil ami ? »

Et je ris. Car quand bien même, je suis sûrement celui qu’il connaît le plus longtemps parmi les chiens qui le servent, il n’en a rien à faire. Il sacrifiera le monde pour arriver à ses fins, sans remords, sans retour en arrière. Si seulement il ne servait pas ses propres chaînes, il serait si proche d’être libre ! Mais il est de fait, le plus loin, tant il s’entoure de chaîne. Une chaîne qu’on choisit n’en reste pas moins une chaîne, Zvezdan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1814-cesar-forgeron-centurion-du-m https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1779-cesar-le-chanteur-du-sang
ZvezdanZvezdanArmure :
Pontifex

Statistiques
HP:
[Mi-Mars 553] Enchaîné chez les mortels, ou libre chez les morts [PV César] G-bleu1650/1650[Mi-Mars 553] Enchaîné chez les mortels, ou libre chez les morts [PV César] V-bleu  (1650/1650)
CP:
[Mi-Mars 553] Enchaîné chez les mortels, ou libre chez les morts [PV César] G-rouge1350/1350[Mi-Mars 553] Enchaîné chez les mortels, ou libre chez les morts [PV César] V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Mi-Mars 553] Enchaîné chez les mortels, ou libre chez les morts [PV César] G-jaune1650/1650[Mi-Mars 553] Enchaîné chez les mortels, ou libre chez les morts [PV César] V-jaune  (1650/1650)
Message Re: [Mi-Mars 553] Enchaîné chez les mortels, ou libre chez les morts [PV César]   [Mi-Mars 553] Enchaîné chez les mortels, ou libre chez les morts [PV César] EmptyLun 7 Déc - 10:03
- Tu pensais mal.

Tu n'es pas idiot, mais ça ne t'empêche pas de te tromper, César. Et je les connais, tes erreurs de jugement. La folie ne te rend pas sage, tu as simplement un semblant de jugeote, derrière les méandres de cet esprit malade. Mais tu reste faillible. Le passé me l'a montré, et tes mots là me le montrent aussi. Enfin... Chaque chose en son temps.

- La facilité a ses avantages. Mais la vérité est plus utile. Et j'imagine que je n'ai pas le choix de concilier les deux sur ce coup-ci, hm? Un sourire mauvais, désabusé, je ferme les yeux, cale mon crâne contre le mur froid dans mon dos, un instant. Non, évidemment, les choses ne peuvent pas être faciles, là non plus.

Le sourire sur mes lèvres change, aux mots qui suivent. Ceux-là aussi, ce sont des erreurs. Mais une erreur qui ne manque pas de m'amuser. Un amusement féroce, et il pourra deviner le fond de ma pensée avant même que je ne lui réponde, en lisant dans mon regard.
Il pourra lire un rire dans mes yeux. Un rire assuré.

- Tu as cette sale tendance à largement surestimer ce dont j'ai besoin ou non, César, tu sais ? Je m'en rappelle, oui. Et à y repenser, mes lèvres s'étirent encore un peu plus. La dernière fois que tu m'as dit que j'avais besoin de quelqu'un, j'ai écrasé un crâne contre le sol. Encore, encore et encore, jusqu'à ce qu'il ne reste que de la mélasse. C'est de ce genre de « besoin », dont on parle?

Les mots sortent d'une voix calme, mais... Mais autre chose. Ma voix aussi elle rit, mais c'est plus discret. Je vois bien à quoi tu penses, César. Mais ce à quoi tu penses, je l'ai déjà. En dehors, en sécurité loin du Dédale. Et si je devais en avoir besoin, comme tu dis ? Eh bien, j'ai l'embarras du choix.
Aux Ligures et à leurs fées, je peux réserver ma part raisonnable. L'on peut négocier, parler, traiter. C'est ce que je préfèrerais, à choisir. Je n'ai pas envie de mener la Guerre à leurs portes... Pour l'instant. Mais s'ils m'y poussent ? Tseh. S'ils m'y poussent, ce « besoin » dont tu me parles, il s'arrache dans le sang. Qu'on me l'offre ou que je le siphonne d'une carcasse vide de vie... Ce n'est qu'une question de moyens.
Mais je ne veux pas leur donner la Guerre, non. Ces Chevaliers, fées, leurs légendes et mythes, leur politique... Je pourrais difficilement en avoir moins à foutre. Oh, ils ont quelques cartes à jouer et points d'intérêts, oui. Leur seule force militaire en fait une donnée non négligeable. Mais la morale de l'histoire, c'est que je n'ai pas d'intérêt immédiat à mettre cette cité à feu et à sang, à m'attirer un nouvel ennemi alors que je suis déjà occupé à préparer la guerre pour un autre.
Au final ? Je n'ai pas besoin d'eux. J'ai juste besoin qu'ils ne m'emmerdent pas.

- S'il ne s'agissait que de ça, on aurait pas cette discussion. S'il s'agissait de te laisser à ton sort, je proposerai plutôt aux Ligures de personnellement leur livrer ta tête pourvu que ça puisse m'assurer la tranquillité. Et tu sais que je le ferais, n'est-ce pas ? Tu sais que je n'hésiterai pas. Pas avec toi. Mais non. Ce serait brûler les étapes. D'abord, il s'agit de t'entendre, pour juger de si ça doit finir comme ça ou non.

Et ça serait plus simple, si c'était le cas. Mais tu m'as posé la question, et je n'ai pas l'intention de choisir la facilité.

- Alors donne moi ta vérité. J'écoute.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2032-zvezdan-cardinal-de-
CésarCésarArmure :
du Mushmahhu

Statistiques
HP:
[Mi-Mars 553] Enchaîné chez les mortels, ou libre chez les morts [PV César] G-bleu1200/1200[Mi-Mars 553] Enchaîné chez les mortels, ou libre chez les morts [PV César] V-bleu  (1200/1200)
CP:
[Mi-Mars 553] Enchaîné chez les mortels, ou libre chez les morts [PV César] G-rouge750/750[Mi-Mars 553] Enchaîné chez les mortels, ou libre chez les morts [PV César] V-rouge  (750/750)
CC:
[Mi-Mars 553] Enchaîné chez les mortels, ou libre chez les morts [PV César] G-jaune1200/1200[Mi-Mars 553] Enchaîné chez les mortels, ou libre chez les morts [PV César] V-jaune  (1200/1200)
Message Re: [Mi-Mars 553] Enchaîné chez les mortels, ou libre chez les morts [PV César]   [Mi-Mars 553] Enchaîné chez les mortels, ou libre chez les morts [PV César] EmptyMar 8 Déc - 4:16
Ainsi il veut emprunter le chemin de l’histoire complexe ? Du moins, c’est ce qu’il dit. Mais est-ce qu’il saura accepter la vérité, c’est une autre histoire. Elle ne lui conviendra pas, je ne sais même pas s’il me croira. Mais il ne trouvera rien, car c’est comme ça. On ne peut jamais trouver le chanteur s’il est déjà loin de sa chanson. Mais il veut chercher, alors qu’il s’amuse, pendant que j’attends. Je suis doué pour ça, attendre que ça bouger et laisser le monde couler sur moi. Attendre que demain se lève et meurt et ainsi de suite. Je n’ai pas besoin de bouger, ces chaînes n’en sont pas. Je suis satisfait ici, le reste n’est que du bonus en attendant la fin. Du bonus agréable, mais tout ce qui est agréable est une chaîne qu’il faut arracher pour la liberté. C’est ma faiblesse, les vices sont ma faiblesse, je m’y vautre comme un chien dans la merde pour passer le temps. Couper mes vices, c’est pousser le chien à la chasse. Je suis le genre de chien qu’on préfère voir se rouler dans sa propre merde que de le voir chasser.

« - Presque. La chanson m’empêche moins de penser ici. Je pourrais te dire des choses sur Velya. Sur leur magie et leur sang qui le tue. Je sens leur présence à l’intérieur de mon coeur, je sens la violence de leur magie qui me ferait brûler comme quand la grognasse m’a empalée. Il a peur d’eux, il a peur du papillon. Et je veux lui faire le cadeau de cette peur, par amour tu vois. Par passion. Et je ne suis pas le seul à partager cet amour du sang pour lui. »

Je passe ma langue sur mes lèvres après avoir dit ça, en me souvenant du goût délicieux du sang et de comment il a explosé mon visage la dernière fois et le plaisir qui en est naît. Il parle, il parle, mais la tentation va le travailler, il va vouloir savoir ou bien me tuer. Dans tous les cas, le résultat me va, le résultat me plaît. Ici, je suis libre de penser, sans les entraves de la chanson et du dédale. Ici, je peux préparer l’amour que je veux offrir à Velya et l’amour passe par la peur et la souffrance. Il l’a trop longtemps refusé, il a voulu s’enchaîner et je ne supporte pas de le voir comme ça, à s’avilir comme un aveugle attardé alors qu’il est bien plus que ça. Alors tu seras mon bras, Zvezdan. Quand tu planteras des doigts dans son coeur et que tu le broieras, ça sera à travers moi, que tu le veuilles ou non. Car je serais ton sang. Mais nous racontons deux histoires en même temps, suivons deux conversations en décalage. Et la putain à tentacule n’est même pas notre principal sujet de conversation.

« - Oh, en réalité, il n’y a pas grand-chose à dire. Disons que je voulais faire connaissance avec les vices de la cité et y planter mes dents. Celui qui contrôle le vice contrôle la cité, c’est toujours le cas, que ça soit ici ou au palais de Justinien. Ils se branlent sur leur honneur et se giclent au visage, avalant tout goulûment, mais ce sont les mêmes porcs que les autres. Alors j’ai trouvé un vendeur d’opium, je l’ai cogné et j’ai attendu ses gros bras pour les cogner. Je crois que ce sont eux que j’ai tué. Je crois. Pour le reste… j’ai entendu la chanson, la même que les cuirasses, la même que le Dédale, mais sur un air différent ou des différents instruments si tu préfères. Je pourrais te montrer mais… tu vas refuser alors il faudra faire avec mes explications. Nous sommes trop loin du Dédale et ni moi ni le merdeux n’avions nos cuirasses. Le dragon n’a pas reconnu la chanson non plus. »

Tout en parlant, j’ai commencé à machinalement gratter mon bras avec répétition pour faire couler mon sang et faire monter la douleur dans mon cerveau. Plutôt, pour chasser celle de ma tête. Mais quand je fais ça, les gardes m’en empêche, comme si ces connards me voyaient me suicider. Décidément, je me demande bien à quoi ressemble leur criminel d’habitude… Un conneau qui a gicler dans l’oeil de son voisin pendant qu’ils s’astiquer tous ensemble dans la joyeusement ou bien quelque chose dans ce goût-là. De toute façon, ils sont trop cons pour comprendre, il n’y qu’à voir à combien ils ont dû s’y mettre pour m’arrêter, et avec leur barrière de merde. Vraiment des abrutis ces Ligures, doublés de lâches. Je me demande le goût de leur sang ou s’ils hurleront comme les autres quand j’arracherais leur peau pour la donner au dragon. Sa peau à lui serait un beau cadeau pour le dragon. Ça sera le dernier oui… Mais c’est encore trop tôt, mais un jour, sa peau rejoindra les têtes du dragon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1814-cesar-forgeron-centurion-du-m https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1779-cesar-le-chanteur-du-sang
ZvezdanZvezdanArmure :
Pontifex

Statistiques
HP:
[Mi-Mars 553] Enchaîné chez les mortels, ou libre chez les morts [PV César] G-bleu1650/1650[Mi-Mars 553] Enchaîné chez les mortels, ou libre chez les morts [PV César] V-bleu  (1650/1650)
CP:
[Mi-Mars 553] Enchaîné chez les mortels, ou libre chez les morts [PV César] G-rouge1350/1350[Mi-Mars 553] Enchaîné chez les mortels, ou libre chez les morts [PV César] V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Mi-Mars 553] Enchaîné chez les mortels, ou libre chez les morts [PV César] G-jaune1650/1650[Mi-Mars 553] Enchaîné chez les mortels, ou libre chez les morts [PV César] V-jaune  (1650/1650)
Message Re: [Mi-Mars 553] Enchaîné chez les mortels, ou libre chez les morts [PV César]   [Mi-Mars 553] Enchaîné chez les mortels, ou libre chez les morts [PV César] EmptyMer 9 Déc - 10:48
- J'en sais déjà bien assez, sur cette magie. Qu'est-ce que tu pourrais me dire d'autre que je ne sais pas, sur l'animal, hm? Qu'est-ce que tu pourrais me dire qui me soit utile ? Car c'est bien ce qui compte, au final. Oh, ne t'en fais pas, Velya. Nous discuterons à ton retour, quoiqu'il arrive. Et je te donnerai un petit aperçu de mon avis sur tes actions récente. Un petit avant-goût de ma politique en tant que Pontifex. Que tu te rappelles que tu n'es pas Tout Puissant, ici. Bien loin de là.

Mais Velya n'est pas ma priorité. Pas pour l'instant. Pour l'instant, je veux tout savoir, pour quand j'aurais à parler aux gens de la Table Ronde. Car je devine déjà la tournure de l'entretien, et que j'entends avoir toutes les armes pour rétorquer. Parce que je veux savoir dans quoi je m'engage. Jouer un jeu de plateau sans tous ses pions, c'est le premier pas vers une défaite assurée.
Et dans le jeu des complots, l'Information est Reine.
Tu ne joues pas sans ta Reine.

J'écoute le récit. Patiemment. Un mélange de dépit et de beaucoup d'autres choses. Tu n'as pas tort cela dit, César : Ils parlent d'honneur, mais je suis curieux de ce à quoi ça ressemblerait, une fois venu le moment de désespérer, plutôt que de parler. Mets un homme honorable face à la défaite assurée, et vois qui il est vraiment. Mets un homme droit face à sa mort, et donne lui une échappatoire en pliant, en se détournant de son chemin de droiture.
Plus souvent que l'inverse, tu verras l'homme devenir un animal. Le plus bas des animaux, même.

Qu'en est-il de vous, Ligures ?

- Pauvre con. Un soupir, désabusé. Entendu la chanson, tu dis, hein. Et pourtant... Pourtant, sans que ça vienne des Cuirasses. Et si ça venait des Cuirasses, je le saurais. Si ça venait d'Arès, je saurais aussi

Un sourire mauvais prend place sur mes lèvres. C'est un sourire, mais mon regard et les micro-expressions de mon visage trahissent une colère froide. Calme, mais présente. Un agacement sans surprise. C'était couru d'avance que les mouches chercheraient à nous tourner autour. Reste à savoir qui.

- Donc, ça ne peut venir que d'un fils de pute du dehors, qui cherche à nous mettre mal avec Ligures. Je l'ai dit : je fais confiance à César pour ne pas mentir. L'instinct de survie ne lui parle pas. Il aurait pu mentir pour attiser les tensions entre moi et les Ligures, pour son petit plaisir sadique... Mais non. Il me parle d'une influence extérieure. Plus compliqué, plus alambiqué, moins immédiat dans les résultats. S'il avait menti, il aurait pris un axe différent. C'est qu'on commence à comprendre la logique des fous, à force de les fréquenter. Mais alors... Qui ? Qui, parmi tous ceux qui pourraient vouloir s'amuser à ça ?
Je dresse une liste, mentalement. Je fronce les sourcils. évidemment, que j'aurais à gérer de pauvres merdes qui frappent en traître depuis les ombres, dans ce nid de guêpes. Ça me fatigue d'avance...

- Tu te rappelles de rien d'autre de bizarre ? Un détail, un truc sur la scène, ou quelque chose dans... « La Chanson ».

Je lève les yeux au ciel. Me décolle du mur puis approche.

- Si tu te rappelles pas, je peux fouiller. Tu n'as pas besoin de me montrer... Je sais jeter un œil par mes propres moyens, s'il faut.

Même si j'aimerais bien qu'il ne faille pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2032-zvezdan-cardinal-de-
CésarCésarArmure :
du Mushmahhu

Statistiques
HP:
[Mi-Mars 553] Enchaîné chez les mortels, ou libre chez les morts [PV César] G-bleu1200/1200[Mi-Mars 553] Enchaîné chez les mortels, ou libre chez les morts [PV César] V-bleu  (1200/1200)
CP:
[Mi-Mars 553] Enchaîné chez les mortels, ou libre chez les morts [PV César] G-rouge750/750[Mi-Mars 553] Enchaîné chez les mortels, ou libre chez les morts [PV César] V-rouge  (750/750)
CC:
[Mi-Mars 553] Enchaîné chez les mortels, ou libre chez les morts [PV César] G-jaune1200/1200[Mi-Mars 553] Enchaîné chez les mortels, ou libre chez les morts [PV César] V-jaune  (1200/1200)
Message Re: [Mi-Mars 553] Enchaîné chez les mortels, ou libre chez les morts [PV César]   [Mi-Mars 553] Enchaîné chez les mortels, ou libre chez les morts [PV César] EmptyDim 13 Déc - 3:59
Oh, si tu savais, Zvezdan, ce qu’il fait et que tu sais pas. Tu penses que tu vois tout, que tu en imposes. Peut-être même que la déesse-pute te souffle dans l’oreille qu’elle va t’aider. Mais tu ne sais pas le mal qu’il est et comment il rampe. Un cancer, voilà ce qu’il est. On ne se débarrasse pas d’un cancer facilement. Mais c’est un cancer négligeant, un cancer fou. Une maladie à l’image de ses enfants. Mais des secrets j’en ai alors lequel je vais te donner. Tu dois pouvoir voir que je réfléchis faussement. Je sais déjà précisément ce que je vais te dire. Je sais déjà les mots qui vont sortir de ma bouche, mais toi, toi tu vas être surpris. Je vais tendre la ligne, et tu vas mordre, l’occasion sera trop belle. Je te connais comme tu es vrai, Zvezdan.

« - Et si je te parlais de sa meuf ? De la jolie brunette qu’il trimbale dans le Dédale ! Je peux mettre une couille à couper que ça, tu ne le sais pas ! Je suis sûr que même la putain du baiseur de chèvre ne le sais pas ça. Pourtant, elle le tient par la queue, comme tout le monde. Je me souviens du dégoût sur son visage quand elle m’a vu. Je crois que j’ai un demi-molle en y repensant. Enfin, tu dois connaître ça mieux que moi, je suis certain que tu connais bien ce qui viens d’Arès !»

Je ris ensuite, quand il reprend la parole. Comme s’il pouvait comprendre… Enfin, il peut, juste qu’il ne veut pas. Il a beau savoir ce qui vient de ce baiseur de chèvre, il ne comprend pas la chanson. Elle ne lui parle pas comme elle me parle à moi. Il refuse de la suivre, de l’écouter, de la vivre. Il refuse la liberté qu’elle offre et l’aliénation qu’elle promet. Mais pour l’instant, nous en sommes au point de la colère et de la colère, tu en as à revendre. Es-tu seulement autre chose qu’une rage contenu, tantôt bouillante tantôt froide ? Sais-tu ressentir autre chose que cette rage qui t’emprisonnes et te force à être moins qu’un homme ? Mais tu refuses de regarder la vérité à ce propos, alors j’attends mon heure, loin de cette cage. De nouveau, je te mettrais face à toi-même et je briserais une nouvelle de tes chaînes mon ami.

« - Je doute que ça provienne des Saints ou des Oracles. J’en ai fait hurler suffisamment pendant la guerre pour savoir. Le reste, je ne sais pas, je n’en ai jamais fait crier leur mère. »

Je passe ma langue de plaisir sur mes lèvres en repensant à l’Italie. Oui, c’était une bonne guerre où beaucoup de sang a coulé pour rien. J’ai pu apprendre beaucoup sur la chanson et les cuirasses. Pour le reste, il est vrai qu’il pose une vraie question et sa demande suivante m’arrache à mon tour un sourire mauvais. Plonge dans ma tête Zvezdan. Noie-toi dans la folie et partageons tout ça. Une entrée peut rapidement devenir une sortie.

« - C’est venu… brutalement. Ce n’est pas comme la chanson de d’habitude qui est toujours là et je fais que gagner ou perdre en intensité. Là, nous étions au plus forts de la symphonie. Je ne sais pas c’est comme si mon corps avait cédé à une pulsion violente et pure. Oui, c’est ça, une pulsion brutale. »

J’hésite et il peut voir dans mes yeux que, s’il force l’entrée, bien qu’il soit une tornade violente, je planterais mes crocs à l’intérieur. Il a déjà vu de quoi je suis capable surtout maintenant que la douleur est oppressante. Surtout maintenant que mon esprit est clame et loin de la chanson.

« - Tu ne tireras rien de plus de mon esprit, si ce n’est la sensation étrange que procure un œil quand il explose entre tes temps. C’est très salé. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1814-cesar-forgeron-centurion-du-m https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1779-cesar-le-chanteur-du-sang
ZvezdanZvezdanArmure :
Pontifex

Statistiques
HP:
[Mi-Mars 553] Enchaîné chez les mortels, ou libre chez les morts [PV César] G-bleu1650/1650[Mi-Mars 553] Enchaîné chez les mortels, ou libre chez les morts [PV César] V-bleu  (1650/1650)
CP:
[Mi-Mars 553] Enchaîné chez les mortels, ou libre chez les morts [PV César] G-rouge1350/1350[Mi-Mars 553] Enchaîné chez les mortels, ou libre chez les morts [PV César] V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Mi-Mars 553] Enchaîné chez les mortels, ou libre chez les morts [PV César] G-jaune1650/1650[Mi-Mars 553] Enchaîné chez les mortels, ou libre chez les morts [PV César] V-jaune  (1650/1650)
Message Re: [Mi-Mars 553] Enchaîné chez les mortels, ou libre chez les morts [PV César]   [Mi-Mars 553] Enchaîné chez les mortels, ou libre chez les morts [PV César] EmptyDim 13 Déc - 8:47
- Hm hm. Tu désespères de trouver un truc à me lancer, César, hm ? Un truc nouveau, surprenant, assez pour me choquer, pour obtenir une réaction. C'en serait presque attendrissant, en fait. Oh, tu veux de la réaction, je t'en donne. Mais ni yeux écarquillés, ni empressement nerveux. Juste un sourire qui rit. Oui, la fameuse. On t'a hélas coiffé au poteau pour le petit jeu des révélations, concernant celle-là.

La femme serpent a été bavarde, sûrement plus qu'elle n'aurait dû l'être. Mais c'est tant mieux pour moi. Donc oui, je sais César. Je sais plus que ce que tu veux bien me donner crédit. Je ne sais pas tout, mais j'en sais assez. Pourquoi est-ce que j'ai accepté le Roisin Dubh sur la simple base de quelques promesses d'aide après une brève discussion, à ton avis ? Si je n'avais pas d'autre intérêt, de curiosité... Je leur aurait rit au visage. J'aurais craché tout mon sarcasme sur la femme serpent, je lui aurait réservé toute mon arrogance, un désagréable orgueil sans rien des jeux de compromis que je lui ait servi. Mais comme le dit le proverbe : garde tes amis proches, tes ennemis plus proches encore... Et ici pour être plus précis, garde tes amis proches, tes variables inconnues et instables plus proches encore.

Les Druides ne sont pas encore des ennemis. Mais ils sont bien, bien lointains d'être des alliés fiables. Ils sont venus voir Velya avant de venir me voir moi, et sur cette simple base, ils sont dangereux. Mais si le parasite a su leur donner droit de passage dans mon dos, alors je ne gagnerai rien à les repousser. Plutôt ? Jouer le jeu, et attendre. Profiter, et peut-être même en apprendre plus. Et les laisser me donner un prétexte. Ils sont utiles, ces Druides, d'une façon ou d'une autre, je m'assurerais qu'ils le soient.
Comme ressources à exploiter dans la Guerre.
Comme poudre à enflammer au visage de Velya.
Peu importe. Et si je m'en mords les doigts à la fin ? Tant pis.

Ça valait le coup d'essayer.

- Sauf si tu peux me dire autre chose que sa présence et ses messes basses avec Velya, alors là aussi, tu ne m'apprends rien. Oh, je serais bien curieux de connaître les tenants et aboutissants concrets de ces fameux murmures. Mais est-ce que t'en as toi-même la moindre idée, ça?

Le regard questionne, mais l'esprit doute. Es-tu seulement à ce point dans la confidence, laquais du ver ?
Au final, tu me parles beaucoup de savoir, mais tu sais bien peu toi aussi. En tout cas jusqu'ici. Tu me parles de cette influence, de ce quelque chose venu de l'extérieur, mais tu ne peux pas le pointer du doigt. Ni Saints ni Oracles tu dis ? Saints, sans doute pas oui. Sagesse a d'autres façons d'être retorse, d'être Garçe. Oracles ? Je n'exclus rien. Parce que je ne reviens par sur mon constat de l'époque : les Oracles sont pour l'instant un agrégat d'individualités plutôt qu'un véritable ordre uni. Et je sais que jadis, tout le monde n'a pas approuvé l'alliance avec nous autres barbares de Transylvanie. Alors qui sait ? Qui sait. Qui sait si un autre électron libre n'a pas cru bon d'attirer l'opprobre sur nous.
Qui sait.

Mais je l'écoute. Je l'écoute et je note, note pour plus tard sans rien exclure. Une pulsion, hein ? Soudaine, brutale, sans crescendo. Juste un pic. De quoi confirmer la piste de l'influence extérieure. Tseh. Oh, que je ne te souhaite pas de finir découvert, toi qui t'amuse à jouer le jeu des images ternies dans mon dos. Je sais le jouer, ce jeu. Je sais parler et médire, manigancer et mentir. Mais à ceux qui font l'erreur de trop me prendre pour un abruti, je ne réserve pas nécessairement mes médisances et mensonges.

Souffrances et sombres songes. C'est une solution alternative qui me plaît, aussi.

- Hm non, si tu veux jouer au jeu de la douleur aujourd'hui, tu joueras en solitaire, effectivement. Un rictus, un songe sur mes traits. Je réfléchis. Je pense aux tenants et aboutissants de cette conversation. J'hausse les épaules. Lentement, je tourne le dos, puis commence à marcher tranquillement vers l'autre bout du couloir, vers la porte de sortie. Profite de ton isolement.

Un signe de la main par-dessus mon épaule, une marche assez lente pour lui laisser le temps, s'il a encore autre chose à dire. Autrement...
Autrement, j'ai une parodie de procès à gérer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2032-zvezdan-cardinal-de-
 
[Mi-Mars 553] Enchaîné chez les mortels, ou libre chez les morts [PV César]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Libro Scripturae :: Britannia :: Citadelles de Camelot :: Chateau des Pendragon :: Geôles de Camelot-
Sauter vers: