Votez
I
II
III
IV
V


Mars 553 AD (Jusqu'à la fin de l'Event)
 
Partagez
 

 [Février 553] Une froide accessibilité [pv Zvezdan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
LuanLuanArmure :
...
Message [Février 553] Une froide accessibilité [pv Zvezdan]   [Février 553] Une froide accessibilité [pv Zvezdan] EmptySam 5 Déc - 2:51
Une invitation avait été transmise par sa mère, de la part du Pontifex. S’avançait donc, dans les couloirs du Dédale, la silhouette de l’appelée. Une femme d’une grande beauté, la chevelure roux-châtain, dont la longueur s’arrêtait à mi-chemin de son dos. Dans ses prunelles d’ambres baignaient des pupilles ophidiennes. Quelque chose qu’elle avait manifestement hérité de Sin. Portant une robe de haute facture, entre le brun et l’écarlate, cet aspect élégant contrastait avec ses pieds dénudés. Gracieuse dans sa démarche, il s’échappait néanmoins une ombre bestiale dans son aura. Quelque chose de paradoxal.

Doucement, elle s’avançait au cœur d’une immense grotte circulaire. Alentour, des gradins la toisaient, vides de spectateurs. Sous le pont sur lequel elle se tenait, une fosse sans fond. Un abysse vers lequel elle attira un moment son regard, sans émotion particulière. À moins qu’elle ne soit secrètement intriguée par quelque chose ? Progressant pas à pas, la dame arriva finalement à destination, dans les quartiers du Pontifex qui lui avait commandé de se présenter. Le sourire élégant, elle commença par lui adresser une légère révérence. D’évidence qu’elle portait plus d’attention à marquer son respect envers l’hôte des lieux que sa mère, sans que cela ne semble la troubler que quelque manière que ce soit. Se redressant, son regard rencontrait celui de son interlocuteur.

– Pontifex, je me nomme Luan, fille de Sin.

Brève, elle ne s’étendrait pas davantage en paroles, à moins que son vis-à-vis en formule le souhait. Aucune hostilité ne se lisait dans son attitude. Notamment, il ne transpirait pas de son essence de cette menace latente qui caractérisait sa génitrice. Quand bien même, une forme de distance ambiguë, de transparaître. Une froideur que son sourire rendait chaleureux. Accessible, mais sans la curiosité que l’on pouvait attendre d’une nouvelle rencontre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ZvezdanZvezdanArmure :
Pontifex

Statistiques
HP:
[Février 553] Une froide accessibilité [pv Zvezdan] G-bleu1650/1650[Février 553] Une froide accessibilité [pv Zvezdan] V-bleu  (1650/1650)
CP:
[Février 553] Une froide accessibilité [pv Zvezdan] G-rouge1350/1350[Février 553] Une froide accessibilité [pv Zvezdan] V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Février 553] Une froide accessibilité [pv Zvezdan] G-jaune1650/1650[Février 553] Une froide accessibilité [pv Zvezdan] V-jaune  (1650/1650)
Message Re: [Février 553] Une froide accessibilité [pv Zvezdan]   [Février 553] Une froide accessibilité [pv Zvezdan] EmptyDim 13 Déc - 12:02
Roisin Dubh. Les Druides noirs m'ont envoyés un serpent. Une bête à sang froid... Ou presque. Ils m'ont lancé leur proposition, leurs promesses et leurs mots d'alliance, eux qui sont venus voir Velya avant de venir me voir moi, eux qui ont été chercher dans le passé de notre Ordre, à Carthage. Ce serait facile, de simplement balayer leur approche d'un revers de la main, et leur réserver mon animosité, ma violence. Ce serait facile de tomber dans ce petit jeu.
Mais dans le conflit à venir et dans la guerre froide actuelle, des alliés instables sont plus utiles que des ennemis assurés.

Puis... Puis si je veux avoir matière à manœuvrer, apprendre, alors j'ai tout intérêt à les garder au plus proche.
Mais voilà : Les Druides noirs ne m'ont pas envoyé qu'un serpent, ils m'ont aussi envoyés sa progéniture. Et si je peux entendre d'accepter une ambassade entre les murs du Dédale... ça ne sera pas sans savoir qui est-ce que j'invite sous mon toit.

Ma demande a été donc simple : rencontrer la progéniture du serpent. Et elle ne tarde pas à venir au pas de ma porte. Traverser l'Autel des sacrifices, et aller plus loin. Ici, quelques changements depuis que Velya a été châtié, puis chassé dans les murs. C'est rapidement visible : le pont qui mène à mes quartiers, rocheux plutôt qu'organique, des espèces de lierres de chair rouge qui remplacent le sol un instant, puis meurent meurent pour être remplacées par une dalle froide, solide. Une fois arrivé de l'autre côté de ce pont, un arche à traverser. Imposant, ouvragé, des scènes de bataille sont dessinées sur la surface de ce seuil. Un rideau rouge et or pour entrer dans la pièce, une grande salle en longueur, tapissé du même rouge et sculpté de cette même roche. Ici, la chair n'est plus, remplacée par le cœur de la montagne. Des bougies et braseros en guise d'éclairage disséminés ça et là, la pièce est comme un long couloir. Sur les côtés, on devine d'autres pièces, d'autres arches plus modestes qui donnent vers ailleurs. Puis, au fond, quelques marches qui donnent jusque sur un trône de pierre, et moi. Assis, une décontraction tranquille dans l'attitude, bras sur les accoudoirs, poing droit pour soutenir ma joue.

Une tunique rouge sobre mais au tissu de qualité, un pantalon noir, quelques bracelets couleur or aux poignets et le pendentif Vandale à mon cou, je la vois arriver, la darde d'un regard curieux et appréciateur. Quelque chose de familier, à la regarder. Une jolie petite chose, polie et souriante, mais... Mais pas seulement. De ce regard de serpent à cette drôle de froideur animale, contredite par un sourire... Sans doute travaillé. Les paradoxes s'accumulent sur les épaules de cette fille de Sin. S'accumulent sans se contredire.

- Bienvenue au Dédale, Luan. De façon plus officielle. Quelques jours sont passés depuis ma rencontre avec sa mère, alors elle connaît sans doute déjà les lieux au moins en partie. Mais rien n'est encore fait sans la bienvenue du Maître des Lieux. Certains iraient dire que je partage ce titre avec Velya, voire, qu'il en est seul titulaire... Mais Velya dort, caché dans ses murs de pourriture.

À sa place.

- Pas le repaire le plus hospitalier de cette face du monde, j'en conviens, mais assez pour les ambassadeurs du Roisin Dubh, j'espère.

Sur le ton de la conversation, un moyen de s'intéresser à comment le serpent et sa fille s'adaptent à cet endroit. De gratter un peu la surface pour découvrir cette inconnue, aussi... Il me faudra plus qu'une simple première impression pour répondre aux questions qui titillent mon esprit. Alors continuons donc notre petite investigation.

- Votre mère n'a pas été des plus bavardes à votre sujet. Elle n'a pas été très bavarde tout court, en fait. J'avoue être curieux. Une raison particulière à cette venue accompagnée ?

Sans me perdre en suppositions, je lance une question ouverte. Curieux, oui. Puisqu'il ne s'agit pas seulement de garder sa fille auprès de soi par pur instinct maternel, hm ? J'en doute. Un doute peut-être injustifié, mais j'en doute. Alors de quoi s'agit-t-il, Luan ? Un don particulier, un intérêt pour le Dédale ? Une carte à jouer dans les relations entre nos deux ordres ?

Dis-moi donc. Ou donne-moi au moins un indice.
Découvrez-vous à moi, Druides noirs.


Dernière édition par Zvezdan le Lun 14 Déc - 1:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2032-zvezdan-cardinal-de-
LuanLuanArmure :
...
Message Re: [Février 553] Une froide accessibilité [pv Zvezdan]   [Février 553] Une froide accessibilité [pv Zvezdan] EmptyDim 13 Déc - 21:53
Les couloirs du Dédale de chair s’étaient restructurés ces derniers jours, jusqu’à présenter un nouveau visage organique pour ses organisateurs. La chair se faisait de plus en plus minérale, ou n’était-ce qu’une impression ? Étrangement, ce Pontifex donnait l’impression de dominer cet environnement, plutôt que d’être dominé à l’instar de ses prédécesseurs. Nonchalant, il la toisait, la jaugeait, sans doute. Dans son attitude, rien d’antipathique, au contraire. Pour un peu, il lui apparaissait bienveillant, ce qui contrastait sensiblement avec les retours de sa mère.

D’un simple signe de tête élégant, fermant fugacement les paupières, Luan signifiait que le décorum de sa citadelle ne la perturbait pas. Rouvrant les yeux, son regard ophidien sut lire dans l’attitude du maître des lieux qu’il ne s’accommoderait pas du silence. Sa remarque suivante la confortait dans ce sentiment. Se prêtant au jeu des apparences, la Sluagh gardait ce même sourire aux lèvres. Pourtant, l’éclat de ses yeux demeurait terne, inchangé, sans attente particulière.

– Mère se prépare à quitter les lieux avec Bran Ruz, qui recevra les enseignements nécessaires pour devenir un druide noir à part entière. Quant à moi, je serai ici votre première interlocutrice pour représenter les intérêts du Roisin Dubh. Je ne suis pas la plus douée des ambassadrices, j’en conviens, mais assez pour le Pontifex d’Arès, j’espère.

Disait-elle, élargissant de peu son sourire, de manière millimétrée, traduisant un semblant d’amusement ; pince sans rire. Seulement, ce n’était que ce qu’elle donnait à montrer. Cela sautait-il aux yeux ? Tout dépendait de l’attention que l’hôte de ce palais organique lui prêterait. Intuitivement, elle savait ce qui devait être dit et comment. Une intelligence émotionnelle qui devait cacher quelque chose. Du moins, quelque chose qu’une personne n’ayant jamais fait l’expérience d’une certaine sensibilité et empathie ne pouvait connaître. Tournant ses prunelles ambrées vers l’environnement, Luan ne mépriserait pas la curiosité de cet homme.

– Je n’ai pas encore eu l’occasion de discuter avec qui que ce soit entre ces murs, avant vous. Non pas que je craigne ses résidents. À vrai dire, je pense que je peux m’accommoder de ce repaire. J’en ai trouvé de moins hospitaliers.

Le regard perdu dans le vide, son sourire disparaissait pendant quelques secondes, introspective. Après quoi, de le ranimer, pour retrouver les yeux de l’homme qui l’avait convoquée. Elle n’était pas une coquille vidée d’émotions. L’impression qu’elle pouvait laisser était que celles-ci étaient profondément enfouies dans sa psyché.

– Que vous murmure votre curiosité ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ZvezdanZvezdanArmure :
Pontifex

Statistiques
HP:
[Février 553] Une froide accessibilité [pv Zvezdan] G-bleu1650/1650[Février 553] Une froide accessibilité [pv Zvezdan] V-bleu  (1650/1650)
CP:
[Février 553] Une froide accessibilité [pv Zvezdan] G-rouge1350/1350[Février 553] Une froide accessibilité [pv Zvezdan] V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Février 553] Une froide accessibilité [pv Zvezdan] G-jaune1650/1650[Février 553] Une froide accessibilité [pv Zvezdan] V-jaune  (1650/1650)
Message Re: [Février 553] Une froide accessibilité [pv Zvezdan]   [Février 553] Une froide accessibilité [pv Zvezdan] EmptyLun 14 Déc - 4:14
- L'avenir le dira, mais j'ai eu pire première impression.

Un sourire rendu, fin, mais visible. Tu me trouves moins courroucé que lors de mon entrevue avec ta mère, Luan. Tu ne sors pas de nulle part, et tu n'arrives pas devant moi avec des nouvelles agaçantes... Pour l'instant. Tu n'arrives pas devant moi avec le récit d'alliances et manigances menées juste sous mon toit sans que je ne sois au courant. Alors oui : j'ai eu pire première impression. S'il n'y avait que ça qui compte, je pourrais déjà dire que tu es bonne ambassadrice. Mais ces affaires vont plus loin qu'un joli minois, quelques politesses et traits d'esprit bénins, hm ?
Sans compter que les yeux ne trompent pas. Elle est préoccupante, la distance dans ces yeux de bête à sang froid.

Mais à chaque masque, ses bris et ses failles.
Un bris fait d'yeux qui se perdent, une faille faite d'un sourire disparu. Fugace, mais remarqué. Remarqué dans son timing, surtout. Moins hospitalier, hm ? Tsh. Voilà un égarement à garder en tête pour plus tard. Je suis bien placé pour savoir qu'il ne faut pas sous-estimer ce que l'on peut obtenir, en mémorisant ce genre d'errances... Anodines sans l'être.

- Vous trouverez les discussions variées ici, pour peu que vous vous penchiez sur les différentes personnalités locales. Un sarcasme sans malveillance dans la voix, un euphémisme pour parler de l'aspect... Disparate du Dédale. Lorsque le Dieu de la Guerre appelle ses suivants, il amène des gens de tout horizon. Lorsque les Cuirasses s'accroche à une existence, elles parasitent sans discrimination. Alors on trouve des César et des Liv, des Mérion et des Haldor. Le jour et la nuit, encore et encore.

De nouveau, je plonge dans les yeux de serpent. Elle est plus douée que sa mère, à ce petit jeu. Elle cerne mieux les limites, les interdits tacites et les règles silencieuses. En tout cas là aussi... pour l'instant.

- Hm... J'attends un moment avant de lui répondre, un court silence à me masser le menton. Elle me murmure que j'aurais été la première à représenter le Roisin Dubh en ces murs, si j'étais vous. C'aurait sans doute été indiqué pour celle supposée faire le pont avec votre ordre à plus long terme, non? Toi, plutôt que ta mère moins volontaire à l'exercice, visiblement destinée à rapidement s'effacer avec un Bran sous le bras. Pour tout dire, l'exercice a semblé pénible plus qu'autre chose, pour votre mère.

Et ce n'est sans doute pas nécessaire de tourner autour du pot à ce propos. Quelque chose me dit que Sin ne traîne pas une notoriété de grande aficionados des jeux de conversations et négociations... Tseh.

- Mais soit. Si c'est là votre rôle, alors tant mieux, finalement. Profitons-en. Le timing est plutôt arrangeant, à vrai dire, oui... Moi et quelques autres du Dédale allons partir pour les festivités de Camelot, dans les jour à venir. En mon absence, votre correspondant sur place sera Mérion, Cardinal de la Pestilence. Toute requête ou proposition devra lui être adressée, et il sera seul habilité à répondre en mon nom. Avant ce départ, je suis disposé à entendre toute interrogation si vous en avez. Je gage que mon absence sera courte... Mais sait-on jamais.

Profite, tant que je suis là pour écouter et répondre. Parce que Mérion aura ses consignes bien particulières, sur quoi dire et ne pas dire. Donner et ne pas donner.

Une question me titille. Ou plutôt, une remarque. Mais... Mais je la garde pour moi, pour l'instant. D'abord, ces choses importantes à mettre de côté, à gérer. Que chacun soit au courant des termes dictés quant à la marche à suivre pendant ce périple en Grande-Bretagne.

Tu représentes bien le Roisin Dubh, à bien y penser. Attirante et agréable au premier regard, mais nimbée de ce nuage d'ineffable, ce quelque chose de distant. Inconnu. Et donc dangereux, à sa manière. Tsh, tant mieux. En un sens, ça m'aide à ne pas baisser ma garde. À me rappeler l'enjeu vous concernant.

Des alliés instables, à surveiller de prés. Tendre ma pogne pour avoir le luxe de broyer la vôtre, si d'aventure le temps des poignées de main devait être remplacé par celui des couteaux dans le dos.
Un procédé que j'utilise beaucoup en ce moment, finalement. Oracles, Ases, et maintenant vous. Est-ce que je vais seulement m'en sortir dans ce jeu d'équilibriste sur trois cordes différentes ?

Heh. J'suis confiant.


Dernière édition par Zvezdan le Mar 15 Déc - 9:33, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2032-zvezdan-cardinal-de-
LuanLuanArmure :
...
Message Re: [Février 553] Une froide accessibilité [pv Zvezdan]   [Février 553] Une froide accessibilité [pv Zvezdan] EmptyLun 14 Déc - 14:26
Agréablement surpris, mais sans jeter sa méfiance. C’était là ce qui lui renvoyait ce Pontifex. Un homme prudent, très spirituel. Quelque chose qui avait surpris sa mère en le rencontrant. Quelque chose à quoi elle avait pu se préparer, en conséquence. Ce que ce Dédale pouvait lui offrir comme discussions, il pouvait sembler que ça l’indifférait. Tout au plus, rendait-elle toujours ce même sourire de façade. Un petit jeu qui n’allait pas la déranger.

– Une partition doit faire entendre quelques discordances avant d’accoucher de sa forme définitive. Les choses coulent maintenant d’évidence, mais avant d’en arriver là, il a fallu prendre le temps de se découvrir. Ma mère a fait le premier pas en ce sens. A-t-elle eu tort ?

Dans sa voix, on pouvait sentir que son avis balançait entre le oui et le non. Une intonation capable de traduire sa réponse et d’ouvrir aux interprétations. En outre, une question rhétorique.

– Les Sluaghs ont leur propre fierté, indépendamment de l’organisation qui les a pris sous leur aile. Mère en est la meilleure illustration.

Quant à savoir où se plaçait sa propre fierté, Luan laissait ce mystère en suspend. En définitive, c’était là l’occasion d’entendre les droits et interdits de l’hôte du Dédale pour les temps à venir. Son annonce de bientôt quitter les lieux ne parut pas l’étonner à aucun instant. Elle écoutait simplement. Des interrogations à lui adresser ? Il en est bien une, unique.

– Dois-je veiller moi-même à ma protection, ou avez-vous pris des dispositions à cette fin ?

Une question qui lui paraissait légitime, au jugé de la réputation des suivants d’Arès. Pour autant, cette inquiétude était exprimée avec tant de naturel qu’il ne s’en dégageait aucun jugement apparent. N’était-ce pas naturel de s’en soucier, dans la mesure où elle était destinée à trouver ici son nouveau refuge ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ZvezdanZvezdanArmure :
Pontifex

Statistiques
HP:
[Février 553] Une froide accessibilité [pv Zvezdan] G-bleu1650/1650[Février 553] Une froide accessibilité [pv Zvezdan] V-bleu  (1650/1650)
CP:
[Février 553] Une froide accessibilité [pv Zvezdan] G-rouge1350/1350[Février 553] Une froide accessibilité [pv Zvezdan] V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Février 553] Une froide accessibilité [pv Zvezdan] G-jaune1650/1650[Février 553] Une froide accessibilité [pv Zvezdan] V-jaune  (1650/1650)
Message Re: [Février 553] Une froide accessibilité [pv Zvezdan]   [Février 553] Une froide accessibilité [pv Zvezdan] EmptyMar 15 Déc - 11:32
J'observe sa réflexion, sans la relever. Pas par les mots, en tout cas. Un songe, quelques pensées qui font leur chemin... Ce n'est pas totalement un mal, qu'elle ait fait ce premier pas, non. J'ai pu arracher quelques informations précieuses, et les bases de l'entente ont pu être construites. Alors au final, j'ai ce que je veux, eux aussi. Reste simplement le souci qu'avant d'avoir fait un pas vers moi, vous avez fait un pas vers le parasite. Cette simple information me pousse à la prudence, à la méfiance. Parce que ce ver est instable, incohérent. Un faux-dieu tant enfermé dans ses illusions de grandeur qu'il en oublie les bienfaits de la raison.
Trop sûr de sa grandeur, le rat s'est fait brûler. Et ce n'est pas la conclusion de cet arc pour toi, Velya.

- Sluagh? Un terme familier sans l'être, lointain dans ma mémoire, connu mais oublié. Sans doute quelque chose que je n'ai connu qu'en surface, qui reste bloqué à la frontière de mon esprit sans que j'arrive à mettre le doigt dessus. Sin est créature plutôt qu'humaine, ça, l’instinct se suffit pour me l'indiquer sans même avoir la connaissance de sa véritable nature derrière. Et pourtant... Et pourtant, là aussi, une information intéressante. Pris sous l'aile du Roisin Dubh, donc, hm ? Je ne la condamne pas. Les petites choses effacées et fragiles peinent à faire entendre leur voix, dans notre monde. Plus encore de ce côté-ci du monde.

Qu'elle soit fière, je peux respecter ça. Qu'elle joue sur le fil, plutôt que de ramper dans la fosse. Ils n'ont pas mon oreille, les rampants dans la fange. Pas dans le monde des négociations, tout du moins. Les rampants, j'écoute leurs confessions apeurées, leurs louanges craintives. Je les prends sous mon aile, qu'ils servent une cause plus grande que leur petite vie sans importance.
Les rampants, ce sont les espions et la chair à canon, les servants et les aspirants. Pas ceux qui peuvent parler à la table du Roi sur un ton d'égalité.

- Mérion aura la charge de gérer cette question-ci. Une garde sera dispatchée prés de vos quartiers par avance, je lui fais confiance pour aviser si des mesures supplémentaires s'avèrent nécessaire. Une regard, pour jauger sa réaction. Juste le temps d'un silence. Si d'aventure un incident devait survenir dans l'enceinte du Dédale, je me pencherais personnellement sur l'affaire.

Le visage neutre, la voix claire, je lance la phrase sans plus de mots.
Les chiens du Dédale savent à quoi s'en tenir. Celui qui bravera mes ordres paiera le prix, et je déterminerais ce prix selon mon bon vouloir, mes caprices et humeurs. Ils savent aussi le sort réservé à ceux qui mettent en danger l'Ordre.
Quant à l'éventualité d'un incident qui ne viendrait pas d'un des miens... Eh bien, là aussi je me pencherais personnellement sur l'affaire. Mais tu avais compris ça aussi, n'est-ce pas ?

- Oh, tant que j'y pense... Velya sera indisponible un temps, des fois que le Roisin Dubh ait besoin de le contacter. Ses dernières initiatives personnelles ont déplu aux hautes autorités du Dédale.

Un fin sourire sur mes lèvres, l'ombre d'une malice à la lueur dans mes yeux. Une malice satisfaite. Juste assez pour envoyer un message. Et pour laisser filtrer une information : Le parasite n'est pas dans les bonnes grâces du Pontifex. Tout du moins, pour l'instant, là, à court-terme.

Je ne montre rien de la haine plus profonde que je lui réserve. Je ne dis de ces ambitions d'existence à éteindre. Je me contente d'ouvrir le rideau sur un pan de la trame. Petit à petit, vous comprendrez : vous comprendrez qu'à terme, il faudra choisir. Qu'à terme, Velya n'est pas inclus dans mes projets sur la durée.

Vous. Est-ce que vous le serez ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2032-zvezdan-cardinal-de-
LuanLuanArmure :
...
Message Re: [Février 553] Une froide accessibilité [pv Zvezdan]   [Février 553] Une froide accessibilité [pv Zvezdan] EmptyJeu 17 Déc - 2:05
Bien sûr, l’homme sur ce trône n’allait pas passer à côté de cette confidence sur leur véritable nature. De toute manière, il aurait été idiot de s’en cacher. Après tout, n’avait-il pas rencontré Sin ? Comme sa fille, elle n’était pas non plus en reste en terme d’attributs monstrueux.

– Vous avez bien dû saisir que nous n’étions pas humains. Des Sluaghs, c’est ainsi que nous sommes nommés dans la terre d’émeraude.

En tout cas, le Pontifex n’avait pas ressenti d’offense derrière l’attitude de la première « ambassadrice » à s’être présentée à lui. Pour un peu, ses mots laissaient entendre qu’il méprisait la faiblesse, sans forcément y attacher un sentiment négatif. Au moins, Luan était fixée sur un point : ils ne seraient pas sous-estimés aux yeux du serviteur d’Arès. Quand bien même, ce constat ne lui valut pas l’ombre d’une inquiétude sur ses traits, sans pour autant s’aveugler d’une assurance sans fondement. Ce jeu social ne l’affectait pas, tout simplement. Une spectatrice, alors qu’elle se tenait en première ligne.

Au jugé de sa réponse, il apparaissait évident que Zvezdan avait compris que sa question n’était pas parfaitement innocente. Elle visait à jauger ses limites, ses failles. En l’occurrence, sa posture ne souffrait pas de faiblesse évidente. Peut-être même était-elle parfaite. Cela dépendrait d’un facteur précis. Une inconnue dans l’équation. Une piste qui demeurait hasardeuse, car à la fin, l’arbitraire de cet homme reprendrait le pas suivant son humeur imprévisible. Un homme autant capable de prudence que de risquer gros, au besoin. Deux facultés rarement réunies en une même personnalité. Sa ligne était dessinée, et il ne transigerait pas dessus. C’était l’impression qu’il laissait.

S’inclinant légèrement en signe d’acquiescement, la messe était dite. Ce qui suivrait serait une remarque peu anodine sur Velya. Un jeu qui ne la laissait pas dupe. Ce représentant d’Arès affichait clairement ses inimitiés envers cette créature à l’origine du Dédale de chair. Il le faisait, aux yeux d’étrangers qui s’étaient rapprochés en premier lieu de lui. Devant bien se douter que ces paroles pourraient être répétées au premier concerné, cela ne sonnait pas pour autant comme une négligence. Aussi, se dessinait un sombre projet, où deux « autorités du Dédale » risquaient bien de se disputer le pouvoir. Lui annonçant d’entrée de jeu, Luan devinait bien les arrières-pensées de son hôte. Le sourire sans saveur, elle répondrait donc, sans n’avoir marqué aucune hésitation :

– Au moindre besoin, je m’adresserai au Cardinal de la Pestilence.

Lacunaire, elle ne donnait pas d’odeur à ses mots. Elle était la plus détachée, indifférente au sort de Velya ainsi qu’au conflit qui couvait entre les deux têtes couronnées du Dédale. Pourtant, si son regard ne donnait aucune prise à son vis-à-vis, sans réaction, il y reposait une vitalité mystérieuse. Ces yeux n’étaient pas ceux d’une créature sans ambition. Cette dernière n’avait simplement pas été appelée dans cette conversation.

– En avez-vous fini avec moi ?

Et il s’entendait qu’elle ne voulait pas l’être.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
[Février 553] Une froide accessibilité [pv Zvezdan]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Libro Scripturae :: Praeteritum :: Chroniques-
Sauter vers: