Votez
I
II
III
IV
V


Avril 553 AD
 
Partagez
 

 [Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
RowenaRowenaArmure :
Cygne d'Euros (Est et Automne)

Statistiques
HP:
[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) G-bleu1350/1350[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) V-bleu  (1350/1350)
CP:
[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) G-rouge600/600[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) V-rouge  (600/600)
CC:
[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) G-jaune1200/1200[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) V-jaune  (1200/1200)
Message [Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18)   [Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) EmptyMer 9 Déc - 2:16
C’est à peine si elle gardera des souvenirs de cette marche nocturne jusqu’à l’auberge. Cela semble presque surréaliste, de quitter la salle de bal pleine d’effervescence pour le froid calme des rues de la cité déjà un peu endormie. Mais il n’y a pas besoin de se rappeler d’autre chose que de cette main chaude sur la sienne, de ces pas qui se guident et ces quelques phrases échangées pour savoir où serait leur prochaine destination. C’est comme une fuite dans les ténèbres pour mieux ne pas être remarqué, et il y a ce goût d’interdit délicieux qui vient marquer ces instants. Cela pourrait hanter Rowena par la mémoire d’une autre vie, des souvenirs piquants et douloureux, mais tout cela est loin, mis en sourdine sous un voile de désir grimpant. Elle l’a bien vu, ce regard qui s’est peu à peu changé chez Zvezdan, d’abord à la lumière des lampes du bal, et là sous les rayons de lune alors qu’elle l’emmène à son auberge. Ce sera calme et tranquille, personne pour interrompre ou savoir où ils sont.

C’est égoïste, elle sait.
Mais tant pis.

Car si c’est moins notable dans ses prunelles, c’est là aussi : cette envie, cet appétit.

Et puis, la bulle n’éclate pas mais se tord doucement, quand la porte d’une chambre simple se referme, comme pour révéler l’instant. Plus de retour arrière, et elle n’y pense même pas. Juste une main sur la poignée, s’assurer que c’est bien clos, et ce regard azuré qui observe l’homme dans sa chambre. Un instant, les pensées coupables reviennent, trop vivement peut-être. Elle qui quelques jours avant savait ne pouvoir rien donner de ce genre d’instant voit tout disparaitre. Car il y a quelques jours, ce n’était qu’une rencontre devenue affection. Aujourd’hui, ce soir, il y a l’attraction. Et même si ça ne dure qu’une nuit, ce n’est pas si grave car le souvenir serait agréable. Il lui a fait sentir bien par sa simple présence, ses remarques fines et pétillantes, son humour même ou sa sympathie, ses confidences joyeuses comme les moins plaisantes. C’est juste simple et facile avec lui qu’elle veut continuer d’y goûter. Car elle l’apprécie et qu’il permet de continuer d’oublier ce qu’ils sont, de simples pions.

Un sourire courbant ses lèvres, elle s’éloigne de la porte pour retrouver la main chaude qui a laissé son empreinte sur la sienne. Elle a un regard amusé et attendrit sur la pièce, en se souvenant de ce qu’elle a pu dire la première fois : « Petit mais sans insectes, c’est promis. » Elle taquine un peu, mais ses doigts caressent ceux qui sont à sa portée, et malgré la nuit claire qui a un peu refroidie la chair, elle n’a pas éteint le brasier qui coule dans les veines et sous la peau. Et le corps, lui, connait mieux cette danse que l’esprit un peu engourdi. Il se rapproche imperceptiblement de l’autre pour capter la chaleur. Une chaleur attendue. Une chaleur désirée. « Et… il faut croire que ce marchand a aussi des dons de voyance. » Les mains guident vers les hanches qu’il a déjà tenu et encadré de ses paumes, pour une toute autre danse. Oh, comme elle a savouré le contact de ses gestes sur la peau nue de son dos. Comme elle souhaite qu’il recommence. Le châle léger tombe sans un bruit à leurs pieds, et son regard, plus clair que jamais semble dire « Alors, n’as-tu pas une robe à retirer ? ».


Dernière édition par Rowena le Jeu 10 Déc - 3:04, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t891-rowena-le-paon-de-ceci https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2210-rowena-journal-de-bord En ligne
ZvezdanZvezdanArmure :
Pontifex

Statistiques
HP:
[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) G-bleu1800/1800[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) V-bleu  (1800/1800)
CP:
[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) G-rouge1350/1350[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) G-jaune1800/1800[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) V-jaune  (1800/1800)
Message Re: [Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18)   [Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) EmptyMer 9 Déc - 3:40
C'est si bon d'être idiot.
Et c'est si idiot, un homme.
Si idiot, un Zvezdan qui écoute tout sauf sa raison.

Je me laisse guider, sur ce commun accord. Me laisse guider par Rowena, jusqu'à cette auberge isolée.
Me laisse guider par mes instincts, sur le chemin de cette délicieuse bêtise.
Me laisse guider par mon impatience, tout le long d'une marche fébrile.
Me laisse guider par cette adrénaline qui s'empare du rythme dans ma poitrine.

Plus tard, le pragmatisme froid, la raison, la logique. Plus tard, tout ça. Là maintenant ? Là maintenant, j'aurais toute la peine du monde à être froid. Pas avec ce feu qui me prend le corps, me prend l'esprit. Pas avec ce regard que je lis dans tes yeux, Rowena. Ce regard qui entretient la flamme.

C'est passé vite, tellement vite. Quitter ce bal, faire ce chemin. C'est passé vite, parce que je n'ai pas lancé un seul regard en arrière. Parce que quand j'ai pris ta main pour commencer à nous guider vers la sortie, je me suis condamné. Je Nous suis condamné. Oh, je pourrais y repenser, je pourrais douter. Je pourrais penser au passé. Je pourrais tout ce que tu veux.
Mais le bleu de tes yeux me l'interdit.

Ouais, c'est ça. Mets ça sur le compte de ses yeux. J'vois autre chose qui rime en -eu sur qui tu pourrais remettre la faute, en fait...

J'y songe, sur le chemin. Un instant, mon sourire se sera fait plus plein. Plus idiot, peut-être. Ta gueule, Zvez.
La pensée ne dure pas : c'est comme j'ai dit, non ? Le chemin lui-même n'a pas duré. Rapide, comme ce truc qui me prend sous la peau, qui circule dans mon sang. Ça s'actionne dans mes muscles et jusque dans le fond de ma petite tête trop excitée. Tout ça, ça me prend subitement plus fort, quand j'entends ce simple, si simple son : le son d'une porte qui se ferme.
Le son d'une signature sur le contrat de notre cachotterie sans sagesse.
Je retrouve sa main. Ça semble naturel à force, de l'avoir au creux de la mienne.

- On les a laissés d'où on vient, les insectes.

Un sourire, qui se transforme en rire, juste un moment.
C'est ça. Les rampants sont dans notre dos, maintenant. Loin. Dans le passé.
Parlons plutôt de moi dans ton dos, à la place. Prés. Dans le futur. Proche, lui aussi.

Une caresse du bout du pouce, au creux de ta paume. Puis ce rapprochement. J'écoute, je souris encore un peu plus large une fois de plus, quand vient le sujet du marchand devin. Tseh. Ouais, j'imagine. J'imagine qu'il a su avoir des dons de voyance, à sa manière... Appelle ça l'oeil du commerçant, hm? Ce n'est pas avec un œil de commerçant moi, que je te regarde. Je laisse mes mains guidées, j'entends le son du châle qui tombe. Sans baisser les yeux, je vois tes épaules dégagées. Mais surtout, je capte ton regard.

Alors il y a ce moment. Ce moment de flottement, où les yeux parlent, plutôt que les mots. Où il y a cette espèce de douce appréhension, alors qu'on est tout proche, et que...
Et que je t'attire plus contre moi, depuis cette prise à tes hanches. Que cette prise migre dans ton dos, pour aller chercher ta peau nue. Que je penche le buste, m'approche, avec peut-être un peu de précipitation...
Alors que je te vole ces lèvres, après avoir volé ta main. Et que j'oublie tout.

Tout, sauf cette première main qui reste basse dans ton dos.
Tout, sauf cette autre main qui remonte le long de ta colonne vertébrale, se perd dans tes cheveux jusqu'à trouver sa place dans ta nuque.
Tout, sauf le goût de tes lèvres. Sauf cette envie qui monte, là, tout contre toi.

Je souris contre tes lèvres, une pensée qui me traverse juste une seconde. Et je commence à avancer de quelques pas, sans te lâcher. Juste le temps de progresser dans la pièce, te déposer sur un meuble, rompre le baiser juste un instant.

- Si tu savais comme ça m'a démangé, pendant qu'on dansait au milieu des insectes.

Une voix qui s'emballe. Un air complice, sur mon visage qui en veut plus. Qui en prend plus.
Parce que je reviens sur tes lèvres. Parce que je vais chercher ta langue.
Parce que je me perds sur le tissu de ta robe. Que je commence à le faire glisser.

C'est si bon d'être idiot.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2032-zvezdan-cardinal-de-
RowenaRowenaArmure :
Cygne d'Euros (Est et Automne)

Statistiques
HP:
[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) G-bleu1350/1350[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) V-bleu  (1350/1350)
CP:
[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) G-rouge600/600[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) V-rouge  (600/600)
CC:
[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) G-jaune1200/1200[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) V-jaune  (1200/1200)
Message Re: [Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18)   [Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) EmptyJeu 10 Déc - 2:16
Oh oui ils sont loin, tous si loin ces insectes comme il les appelle. La pensée de Rowena est d’ordinaire moins vindicative, mais elle rit pourtant pour accompagner Zvezdan. Juste un temps qui ancre leur décision et le pas qu’ils s’apprêtent à faire. Le marchand est aussi vite oublié que le sont ceux laissés derrière.

Car il n’y a qu’elle et lui.

Et cette chaleur qui grimpe, brûle même de son intensité quand les regards s’accrochent pour ne plus se lâcher. L’instant flotte, le silence s’impose, et pourtant les mains bougent et les corps se rapprochent. La danse s’entame sur un tempo lent mais sûr. Cela ne prend pas longtemps à se chercher. Lui les mains sur ses hanche, elle glissant ses doigts sur ce torse décidément trop habillé. Elle n’a plus honte de laisser ses pensées vagabonder, aussi lascives soient-elles, et à ce moment précis, la première chose qu’elle pense c’est que ces vêtements sont de trop. Mais c’est bien vite éclipsé à l’arrière plan. Car il y cette prise qui se renforce et ces mains qui glissent sur le dos. Un peau contre peau encore, si léger, mais qui fait s’élever milles frissons en quelques secondes. Elle veut plus, tellement plus, et c’est exaucé. Le corps qui se penche, la précipitation et ces lèvres sur les siennes. Ce vol consenti.

C’est si doux, cette sensation presque oubliée et jusqu’à récemment entaché par une mort éprouvante.
C’est si chaud, ces lèvres qui s’empare d’elle et dévore jusqu’à son souffle, réveillant une nouvelle flamme si longtemps éteinte.
C’est si bon, de se sentir en vie et en sécurité dans les bras de Zvezdan qui la serre et la rapproche contre lui avec envie.

Il n’y a plus que ça à son esprit. Ces sensations qui flambent et l’emportent si bien qu’elle pourrait s’effondrer sur place et en redemander.

En miroir, ses mains remontent le long du corps de Zvezdan, passant par la courbe solide de ses épaules en caressant un instant la fourrure d’une cape trop envahissante, pour se poser autour du cou et tenir fermement cette position pour un meilleur appuie.

Elle sent le sourire contre elle et ne peux s’empêcher de le rendre, cherchant un peu plus à s’abreuver de ce qu’il lui donne en quelques baisers.
Elle sent les mouvements mais rien chez elle ne semblent les rejeter. Quelques pas en arrière qui les emportent, ce meuble sur lequel elle se sent poser.
Et son corps qui danse contre celui qui lui est opposé, ondulant son honte ni crainte avec une certaine pression.

« Je ne peux pas dire que ce n’était pas réciproque. »

Aveux entre les lèvres. Aveux qui mélange les souffles. Il n’y plus rien à cacher. Pas ces pensées, et certainement pas son corps. Les bouches se retrouvent et les langues se caressent aussi surement que les mains de Zvezdan sur ses épaules.

Et puis le premier vrai frisson, quand le tissu de la robe glisse contre elle. Les épaules et une partie du dos sont déjà nus, mais le geste révèle une poitrine bandée. Un tissu lâche qui ne tarde pas à suivre le chemin des autres vêtements pour découvrir des seins tendres et rebondis à la peau pâle. Pourtant, la chair rose et délicate à l’extrémité se fait dur, et c’est surement moins à cause du froid de l’extérieur que la chaleur qui s’empare de son corps. Plus que jamais, elle coule en elle en un brasier inaltérable.

Si ses mains à lui s’égarent sur la peau douce et laiteuse qui s’est dessinée sous ses yeux, celles de Rowena cherchent également, rapprochant à nouveau les lèvres pour un baiser profond. Peut-être même y échappe-t-elle un tout petit bruit satisfait, plaisant, alors qu’ils se goûtent un peu plus sans accorder plus la moindre pensées à la Raison. Tâtonnantes et cajoleuses, les mains fines trouvent enfin à détacher cette cape imposante qui tombe, et cette veste élégante qui ne fait pas mieux. Elle se sépare des lèvres en un souffle, presque un peu chagrinée :

« Est-ce moi où tu es décidément trop vêtu ? »

Ah il était fort beau ce soir, et fort remarquable, mais c’est en cet instant un obstacle déplaisant ! Mais persévérantes, les mains trichent en passant leurs doigts sous le tissu de la chemise, évitant savamment (et exprès) quelque chose caché un peu plus bas sous le pantalon mais qu'elle devine déjà visible. Et puis enfin elle y accède à cette belle peau sombre et ce torse sec et ciselé. Un instant, plutôt que reprendre les lèvres, elle laisse les siennes errer sur cette gorge qui lui est laissée, les mimines osant le rapprocher plus d’elle pour savourer cette chaleur tout en regrettant le manque de peau. C’est rapidement trop peu de ces tendres caresses sur la gorge, et un souffle chaud à l’oreille fini par murmurer :

« Lève les bras… »

Entonne-telle comme une prière qu’elle saura être exaucée, entamant le geste de soulever et retirer cette chemise décidément - oui décidément - en trop.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t891-rowena-le-paon-de-ceci https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2210-rowena-journal-de-bord En ligne
ZvezdanZvezdanArmure :
Pontifex

Statistiques
HP:
[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) G-bleu1800/1800[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) V-bleu  (1800/1800)
CP:
[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) G-rouge1350/1350[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) G-jaune1800/1800[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) V-jaune  (1800/1800)
Message Re: [Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18)   [Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) EmptyJeu 10 Déc - 3:56
Elles l'ont narguées trop longtemps, ces jolies lèvres.
L'idée lui est passée par la tête plus d'une fois. L'envie lui a murmurée à l'oreille à répétition. Son regard a même fini par s'y porter, sans grande subtilité. Elle l'a vu pendant le bal, ce regard Mâle sur ses lèvres. Là maintenant, dans cette petite chambre, l'idée devenue envie, devient finalement acte. Et il s'y perd, s'y plaît, s'y noie, dans ce baiser.

Soumis à cette tentation consommée, sans retour en arrière possible ni envisagé, il embrasse ce moment comme il embrasse Rowena : avec une passion qui ne lance aucun regard par-dessus l'épaule. Une passion déraisonnable, exacerbée par cette proximité, cette danse entre deux corps proches qui... Qui malgré la proximité, sont encore trop lointains à son goût.
Trop de tissu. Un tissu trop épais, entre deux peaux qui aspirent à se rejoindre. Bien assez tôt, les vêtements devront sauter.

Mais avant ça, il y a l'aveu de Rowena, et le sourire complice du Vandale pour y répondre. Parce qu'il n'est pas seul, à s'être laissé grignoter par la déraison, par ce murmure de l'instinct. Parce qu'ils sont deux, à se toucher. Deux, à chercher la langue de l'autre, au cœur de ce baiser qui revient. Deux, à aspirer à plus. Tellement plus.
À force de chauffer d'envie, ils pourraient presque en brûler les étapes.

Et brûler les étapes, ça passe par brûler ce tissu. Le brûler avec des doigts qui le font disparaître, pas dans des flammes de feu, mais dans des flammes de désir. Disparaître, pour dévoiler un peu plus de ce dos. Disparaître, pour dévoiler une poitrine.
Disparaître, pour emporter un peu plus de cette raison qui n'a plus sa place ici.

Plus une barrière pour arrêter leur excès. Ni celle de la bienséance, imposée par le bal, ni celle de la pudeur, imposée par la récence d'une rencontre, et moins encore celle de la sagesse, imposée par leurs vécus respectifs. Plus rien, pour empêcher leurs lèvres de se réunir de nouveau. Une gourmandise commune, un frisson qui se propage d'un corps à l'autre, contagieux. Là, pris dans cette étreinte, Zvezdan reserre sa prise, fébrile. S'approche, et remonte cette main restée au bas du dos, pour progresser le long de cette peau, arriver entre les omoplates.
Il y prend vite goût, à ce jeu de langues. Peut-être trop vite.

Pour peu, il n'aurait presque pas senti cape et veste le quitter, avec tout ça. Quand leurs bouches se délient, Il respire d'un souffle chaud, fixe d'un regard où bien des reflets se lisent. De reflets qui n'ont rien de très innocent, rien de très décent.
Elle pourrait presque les voir se dessiner dans ses prunelles sombres, les choses folles qu'il veut lui faire.

- Beaucoup trop.

Aide moi à changer ça, disent ces yeux sans sagesse.
Il ne tarde pas à être exaucé, ce Vandale éhonté. Il les sent. La caresses de ces mains curieuses, sur la peau de son torse sculpté par la guerre, depuis sa musculature sèche et athlétique jusqu'aux quelques cicatrices disséminées ça et là au toucher. Légères, pouf la plupart, à l'exception d'une large entaille qui traverse son torse en diagonale. Le souvenir d'une hache Vandale.
D'un assaut fratricide.

Finalement, il y a ces douces attentions, déposées dans son cou. Tête doucement relevée, yeux fermés, il offre un sourire grignoté par une lèvre inférieur mordillée, une longue expiration.
Trop de tissu, oui. Définitivement.
Quelque chose à changer, s'il veut continuer de goûter au passage de ces lèvres sur sa peau.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2032-zvezdan-cardinal-de-
RowenaRowenaArmure :
Cygne d'Euros (Est et Automne)

Statistiques
HP:
[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) G-bleu1350/1350[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) V-bleu  (1350/1350)
CP:
[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) G-rouge600/600[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) V-rouge  (600/600)
CC:
[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) G-jaune1200/1200[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) V-jaune  (1200/1200)
Message Re: [Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18)   [Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) EmptyVen 11 Déc - 2:09


Dernière édition par Rowena le Sam 12 Déc - 17:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t891-rowena-le-paon-de-ceci https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2210-rowena-journal-de-bord En ligne
ZvezdanZvezdanArmure :
Pontifex

Statistiques
HP:
[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) G-bleu1800/1800[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) V-bleu  (1800/1800)
CP:
[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) G-rouge1350/1350[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) G-jaune1800/1800[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) V-jaune  (1800/1800)
Message Re: [Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18)   [Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) EmptyVen 11 Déc - 9:25
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2032-zvezdan-cardinal-de-
RowenaRowenaArmure :
Cygne d'Euros (Est et Automne)

Statistiques
HP:
[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) G-bleu1350/1350[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) V-bleu  (1350/1350)
CP:
[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) G-rouge600/600[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) V-rouge  (600/600)
CC:
[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) G-jaune1200/1200[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) V-jaune  (1200/1200)
Message Re: [Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18)   [Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) EmptySam 12 Déc - 17:14
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t891-rowena-le-paon-de-ceci https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2210-rowena-journal-de-bord En ligne
ZvezdanZvezdanArmure :
Pontifex

Statistiques
HP:
[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) G-bleu1800/1800[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) V-bleu  (1800/1800)
CP:
[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) G-rouge1350/1350[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) G-jaune1800/1800[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) V-jaune  (1800/1800)
Message Re: [Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18)   [Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) EmptyDim 13 Déc - 3:29
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2032-zvezdan-cardinal-de-
RowenaRowenaArmure :
Cygne d'Euros (Est et Automne)

Statistiques
HP:
[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) G-bleu1350/1350[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) V-bleu  (1350/1350)
CP:
[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) G-rouge600/600[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) V-rouge  (600/600)
CC:
[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) G-jaune1200/1200[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) V-jaune  (1200/1200)
Message Re: [Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18)   [Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) EmptyJeu 17 Déc - 3:07
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t891-rowena-le-paon-de-ceci https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2210-rowena-journal-de-bord En ligne
ZvezdanZvezdanArmure :
Pontifex

Statistiques
HP:
[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) G-bleu1800/1800[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) V-bleu  (1800/1800)
CP:
[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) G-rouge1350/1350[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) G-jaune1800/1800[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) V-jaune  (1800/1800)
Message Re: [Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18)   [Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) EmptyJeu 17 Déc - 11:14
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2032-zvezdan-cardinal-de-
RowenaRowenaArmure :
Cygne d'Euros (Est et Automne)

Statistiques
HP:
[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) G-bleu1350/1350[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) V-bleu  (1350/1350)
CP:
[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) G-rouge600/600[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) V-rouge  (600/600)
CC:
[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) G-jaune1200/1200[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) V-jaune  (1200/1200)
Message Re: [Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18)   [Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) EmptyDim 20 Déc - 17:28
Un effleurement délicat du bout des doigts.

Et des mots inattendus qui font encore grimper cette chaleur à ses joues. Elle n’a pas l’habitude de ces compliments, mais plus que le sens, c’est la façon dont sont prononcés ces mots qui la touche particulièrement. Cette simplicité tendre et sincère, une passion dans les yeux et une courbure des lèvres qui n’est pas celle de la séduction. C’est plaisant, ce qu’elle peut lire sur ce visage qui dit ces mots, même si elle ne sait guère où se mettre, et c’est grisant, ce petit tambourinement dans sa poitrine qui s’emballe un peu plus et qu’elle voudrait mieux ignorer. Mais c’est difficile, et malgré la rougeur, elle rend un sourire, comblé, touché, et peut-être - un peu - épris. Et plus encore accentué, lorsqu’il se penche vers elle pour un baiser. Baiser donné, tendre et doux, si lent et chaud qu’il lui rappelle tant de vieux souvenirs, ceux d’une autre vie. Ce même genre de baisers qui avaient pris son coeur, il y a fort longtemps. Elle se dit que depuis, elle a certainement appris la leçon. Elle se dit que ce murmure en elle n’est que pour un temps. Juste cette nuit. Alors elle prend le baiser et le rend de cette même façon, presque triste lorsque leurs lèvres doivent se séparer.

Côte à côte, elle blottit un peu contre lui et sa chaleur, ils s’observent. C’est plus intime que tout, après ces instants charnels partagés. Main nouée à la sienne, posée sur ce torse à la respiration qui se calme, elle plisse un nouveau sourire à sa réponse : « C’est un exercice où nous nous sommes inspirés tous les deux. » Oh oui… Elle ne se souvient pas à quand remonte une telle passion chez elle, de cet embrasement sous ses veines, ce feu intense dans ses poumons… Même avec le dieu-loup, cela lui avait semblé différent. Et ça l’était. Là ici, il n’y avait pas eu de retenu, juste une danse de corps et de plaisir, avec un petit quelque chose en plus qu’elle tait au fond d’elle. Un petit quelque chose qui la fait pourtant continuer à observer le Berserker avec ses yeux bleus d’une clarté limpide, un éclat pétillant en eux. Un quelque chose qu’elle n’a pas conscience, mais qui pourrait fort bien s’accorder avec le sourire paisible qui s’affiche sur ses lèvres à lui. Le sait-il lui même, qu’il a l’air si doux et heureux, à cet instant ?

Reproche et culpabilité ? Il n’en est rien. Cela pourrait, mais elle a décidé ce soir de repousser à loin ces pensées. Elle n’a pas été sage cette nuit et la soirée qui l’avait précédé. Elle n’a pas été sage et s’en fiche un peu, tout comme lui rejouerait le même scénario si la chance lui était donné. Elle ne sait pas tout à fait comment prendre la chose, elle sait juste qu’à nouveau, ça fait battre quelque chose en elle, doucement ignoré. Elle fredonne, pas très surprise, et toujours pas très sage elle même, quand le souffle à son oreille cesse de chantonner : « Hmmm vraiment ? » Un mouvement, changement de position sans lâcher cette main accrochée à la sienne, l’oracle roule un peu sur le ventre, pour se lover un peu sur le torse de Zvezdan et ainsi mieux capter son regard. Elle n’est certainement qu’un petit poids plume à cet instant. « Et n’est-ce pas toi qui avait proposé la danse à l’origine ? C’est peut-être toi qui a tendu ce piège à la femme occupée que je suis également. » Cela dit, il n’y a que taquinerie dans les yeux, et mensonge évidemment sur le bout de la langue, car elle n’avait rien d’une personne occupée, et elle lui avait déjà signifié à demi mots lors de leur première rencontre. Elle n’est pas très douée cela dit, pour confier ce que son coeur pense à cet instant : quelque chose comme lui, de céder à la tentation mille fois si la chance lui était donnée. Mais ce serait peut-être trop concéder. Le corps est une chose, le coeur une autre. Et c’est difficile car elle est touchée, car elle partage et à envie aussi de le confier. Mais dans le temple de son esprit, il est déjà compliqué de l’accepter pour elle même.

Oh la vile taquinerie ! Le rappel honteux fait tomber le visage de Rowena loin du regard un peu moqueur qui lui est renvoyé. Elle glisse sa tête dans son bras libre posé sur le torse de Zvezdan, échappant mieux au souvenir de cette bêtise glissée de ses lèvres.

« Va savoir, peut-être que j’en ai eu l’intuition et que ce n’était pas dit hasard ? » Tu t’enfonces non ? Elle éclate d’un petit rire face à elle même et ses mots léger. Elle pourrait avoir honte, et bizarrement avec lui, ça ne la dérange pas tant. Remontant les yeux à son niveau, elle s’en vient capter les abysses sombres. « Mais si tu veux… » Elle bloque un instant, une pensée coupable revenant l’arrêter un instant, et repoussé presque aussitôt. Après tout pourquoi pas ? « Si tu veux ça pourrait ne pas être l’unique fois où tu me la reprends. Le bal n’est pas encore terminé après tout… » Et elle même n’est pas encore partie de cette cité. Alors oui… pourquoi pas ? La perspective lui fait envie, et pas seulement pour ce désir qu’il peut lui inspirer. Simplement une présence qui la réchauffe. Une présence qui lui fait du bien. « Si évidemment tu n’es pas un homme très occupé à ce moment là. » Rictus au bord des lèvres, elle vient capturer celles du Berserker dans quelque chose de doux, rapide, mais apprécié.

Puis elle se recouche sur ce torse sans le quitter des yeux.
Sa main toujours accrochée à la sienne.
Un petit soupir, une petite pensée murmurée.

« Un jour peut-être, il faudra qu’on finisse par se présenter convenablement, non ? »

En vérité, elle n’est pas tellement convaincue elle même. Si elle pouvait rester sur cette scène où ils ne sont que Zvezdan et Rowena, au fond, cela lui convient bien. Mais hors de Camelot, une fois toutes ces fêtes terminées, ils ne seront plus seulement ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t891-rowena-le-paon-de-ceci https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2210-rowena-journal-de-bord En ligne
ZvezdanZvezdanArmure :
Pontifex

Statistiques
HP:
[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) G-bleu1800/1800[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) V-bleu  (1800/1800)
CP:
[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) G-rouge1350/1350[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) G-jaune1800/1800[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) V-jaune  (1800/1800)
Message Re: [Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18)   [Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) EmptyDim 20 Déc - 23:01
- Comme quoi vous m'avez menti madame, avec ces histoires de « je ne suis pas une artiste ».

Une réponse facile, terriblement facile, sur un ton d'exagération, tout sourire. Moi... Tseh. Moi je veux bien être artiste, si c'est pour jouer avec toi. Te peindre, te chanter, te pincer comme les cordes d'une lyre, tout ça et bien d'autres métaphores moins innocentes... Tseh. Pas comme si on pouvait encore prétendre à grand chose niveau innocence, n'est-ce pas ? Ni toi ni moi.
Pas comme si on en avait grand chose à faire, en fait...
Dans quoi est-ce que tu t'embarques au juste, Zvezdan ? Est-ce que t'en as la moindre idée toi-même?

Tseh. Pas vraiment. Je... J'ai pas envie d'y penser maintenant en fait. J'ai juste envie de profiter de cette chaleur. De me noyer encore un peu dans le bleu de ces yeux. Sentir ta peau, ta présence. En fait ? J'ai juste envie de m'enfoncer dans cet espèce d'entre-deux flou où même moi je sais plus trop. Est-ce que j'ai pas envie de te voler une autre nuit en plus de celle là ? Est-ce que je t'ai pas parlé de jouer le guide, d'un autre voyage des sens promis ? Tu sais. Rien qui engage, mais tout pour garder un contact. Une attache. Une attache mais pas trop quand même. Mais... Mais quand même un peu.
Tseh. Ça me fait rire maintenant, cette confusion idiote. Plus tard, ça me prendra la tête, je le sais déjà. Mais on est pas plus tard.

On est maintenant. Et là maintenant, je suis honteusement accusé par cette jolie Demoiselle fort occupée, de son propre aveu.

- Peut-êêêtre... Une fausse innocence sur mes traits, un grand sourire à peine retenu. Peut-être pas. Techniquement, je suis la proie dans tes filets, pas l'inverse non ? T'es un peu à domicile... Une main, pour tirer vaguement sur le drap, façon de désigner son lit. Un silence, puis je pouffe doucement de rire. Moui, bon... Pas très crédible comme alibi, j'imagine ?

Alors soit : donne-moi le rôle du chasseur. Mais tu n'auras jamais autant aimé être la proie.
Ma main à l'épaule vogue pour aller caresser ton dos, tout en même temps que je te fais mon petit coup bas. Mon petit rappel de ces mots, au bal. Ta réaction m'arrache un rire, d'abord. Puis les mots suivent. Et...

- La légendaire intuition féminine, hein?Et j'écoute. Et... Et je ne peux pas m'empêcher d'aimer ce que tu me dis. Dis donc, c'est que ça serait presque indécent comme proposition... Dis-je en te laissant approcher, en avançant doucement mon visage pour accueillir tes lèvres, Dis-je, avec cette lueur joueuse dans mon regard qui te fixe. Je suis un homme qui sait faire de la place dans son emploi du temps... Quand il a de bonnes motivations pour.

Soyons fous. J'ai hésite un moment à l'être, mais si tu m'accompagne main tendue jusque dans cette agréable bêtise... Alors ainsi soit-il.
Soyons idiots, à deux.

Idiots, mais pas amnésiques, pas ignorants. Se présenter convenablement, hein... Tseh. Il faudrait oui. Même si une part de moi appréhende ta réaction, quand tu sauras avoir en face de toi le Pontifex. Même si une part de moi espère pouvoir continuer de te donner ce Zvezdan pétillant et énergique, amusant et joueur, sans que tu découvres... Le reste. Les zones d'ombres. J'appréhende sur des idioties, des « peut-être et des « on verra ». Mais ça suffit à me faire réfléchir un instant, après que tu en parles.

- Un jour. un air songeur sur mes traits. Puis je pense. Puis je ris. Tu sais... Quand je t'ai gentiment fait comprendre que j'étais un Berserker, je m'attendais presque à ce que tu cherches vite à m'esquiver. Je le dis avec ce sourire amusé, sans reproche. C'est marrant. Le « Oh merde » que tu peux lire dans les yeux des gens parfois, quand tu leur dis d'où tu viens.

Un rire plus franc, alors que des souvenirs du genre me reviennent. Ah... Je m'en lasserais jamais.

- Mais j'avoue que ça fait du bien de pas le voir, des fois.

Les yeux au plafond, juste un instant. Toujours, cette caresse machinale du bout du pouce, sur sa main.

J'ai bien envie de rester là comme ça, juste un moment de plus. Juste un tout petit peu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2032-zvezdan-cardinal-de-
RowenaRowenaArmure :
Cygne d'Euros (Est et Automne)

Statistiques
HP:
[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) G-bleu1350/1350[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) V-bleu  (1350/1350)
CP:
[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) G-rouge600/600[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) V-rouge  (600/600)
CC:
[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) G-jaune1200/1200[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) V-jaune  (1200/1200)
Message Re: [Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18)   [Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) EmptyLun 21 Déc - 20:02
« Hmmm peut-être n’avais-je pas envisagé ce domaine artistique, c’est possible. »

Elle ne l’avait même pas envisagé du tout d’ailleurs, lors de leur petite discussion d’un peu plus tôt au bal. Mais évidemment, elle sait qu’il répond pour jouer et qu’elle aussi, elle lui rend la pareille. Car c’est si simple d’être détendu et soit même en cet instant, sans les réalités de dehors et les convenances à tenir. Ils ont choisi ce soir de ne pas être sage, et la sagesse resterait donc à la porte de cette chambre jusqu’à ce que - peut-être - le jour se lève.

Et pour le moment, il fait encore nuit noir dehors, et c’est tant mieux !

Mais n’oublies-tu pas quelque chose, Rowena ?

Grinçante est sa voix qui chatouille le fond de ses pensées. Elle ne le sent pas elle même, mais cela fait remonter de légers tremblements au bout de ses doigts. Tremblements infiniment plus différents de ceux ressentis plus tôt. C’est heureusement vite effacé par le ton exagéré de Zvezdan face à ses accusations lancées de ce même humour. Une fausse innocence, qui le montre aussi coupable qu’elle ne l’est elle même. Et si elle a bien pu remarquer les quelques phrases lancées ici et là lors de leurs premières rencontre, ce charme offert et même ce flirt ouvert, il n’était certainement pas le seul à avoir agit dans ce crime d’indécence. Elle avait joué comme lui, en pleine connaissance de cause. Et voilà qu’ils sont ici, dans cette chambre qui lui appartient, des draps froissés sous leurs corps nus et la pensée que recommencer ne serait peut-être pas si mal. Pas mal du tout même.

« Disons que cela pourrait être crédible, si tu avais effectivement le profil d’une proie. Mais je doute que ça soit le cas. » Frisson quand il passe ses doigts dans le creux de son dos, mais petit rire qui accompagne le sien, car non, définitivement, ça n’a rien de crédible de l’imaginer de la sorte. Le rôle du chasseur lui correspond mieux, même si pour elle même, on ne peut pas vraiment la prétendre proie. Ou alors folle proie entièrement consentante à se jeter dans les griffes de son prédateur. Mais à dire vrai, la métaphore plait moins au Cygne, qui préfère se contenter d’une vérité moins sauvage : deux êtres placés sur une grande scène divine et décidés à oublier le lendemain pour une journée et une nuit.

Et peut-être d’autres, s’ils veulent encore se lier dans cette folie repoussant toute Raison.

Le rouge de ses joues n’est pas totalement descendu quand la proposition audacieuse quitte sa bouche. L’hésitation est loin derrière, le doute à peine présent car le sourire qu’il lui adresse la rassure, malgré les mots taquin qu’il peut lui sortir pour la titiller. « Et les motivations sont-elles suffisantes pour monsieur, doit-on prendre rendez-vous ? » Les pupilles pétillantes observent la lueur joueuse avec un petit défi. « Je te dois toujours un chant et toi un autre voyage d’ailleurs. » Et tant d’autres choses qu’ils se sont proposés une fois loin de Camelot, comme un moyen de se retrouver. Visiter Rome. Visiter la Transylvanie. Des idées folles et presque improbable à cause de leurs devoirs hors de la bulle qu’ils ont construit dans cette chambre, cette nuit. Si elle pouvait y songer plus clairement, sans le voile d’ivresse libre qui occulte ses pensées, elle craindrait de s’attacher trop et de finir par trop en dire. Elle craindrait toutes ces prochaines rencontres, à trop les apprécier et pas seulement pour la promesse charnelle qui en résulterait. Pas juste le corps. Si elle y pensait vraiment, elle voudrait mordre sa langue d’être aussi pendue et bavarde de mots qui d’ordinaires ne seraient jamais aussi irraisonnés. Si elle y pensait…

Demain peut-être. Plus tard surement.

Au moins, il semble aussi convaincu qu’elle à faire ces véritables présentations. Un jour. Oui c’est mieux. Un jour, jusqu’à ce qu’ils ne puissent plus le cacher peut-être. Pas ce soir au moins.

A nouveau, un tremblement s’empare de ses mains, léger. Mais c’est le picotement infime qu’elle remarque avant que tout ne s’arrête.
N’as tu pas oublié quelque chose ? Un souffle lourd traverse sa gorge avant de reprendre normalement. Cette fois, quelque chose la tiraille plus comme un bourdonnement derrière ses oreilles, mais l’esprit est encore concentré sur le Berserker. Elle sourit à ses rires. A ses mots. Songe à sa réaction d’alors avec une douceur amusée. Oui elle s’était posée des questions, mais non, n’avait pas eu peur.

« J’ai l’impression que la fuite ou la méfiance sont arrivées plus souvent, n’est-ce pas ? » Elle ne peut pas vraiment reprocher à d’autres d’avoir craint les rumeurs et on-dits sur les Berserker, qui pour beaucoup doivent être vrai. « J’y ai peut-être pensé une seconde, mais la première impression que tu m’as donné n’était pas celle à laquelle je pouvais m’attendre. Pas que je m’attendais à grand chose en vérité, mais tu as plutôt été charmant. » Plus que ça, il avait été un chevalier servant empêchant le vol de sa bourse et de son argent, tout sourire et charme plutôt qu’une violence animale contenue, ou non. « Et puis, ce ne serait pas juste de juger quelqu’un par ses origines plutôt que ce qu’il est vraiment, s’il ne donne pas raison de penser autrement. » Peut-être est-ce un peu naïf de sa part, considérant le jeu des dieux sur lequel elle exerçait depuis des années. Elle ne dit pas qu’elle aurait fait la même chose avec tous, car sans doute tous les Berserkers ne sont pas aussi agréables, mais Zvezdan ne lui avait-il pas démontré son point de vue ? Même si elle ne doute pas de la violence qui peut se cacher sous ce visage avenant, il n’est pas seulement la bête que l’on décrit chez les Berserker. Tout comme elle, après tout, n’est guère une oracle comme les autres, moins dans la lumière et plus marchant dans les ténèbres. « Et moi, quelle première impression je t’ai faite ? » Qu’est-elle vraiment au fond, si l’on ignorait son statut ? Un esprit piégé entre les mondes, une lâche maudite qui n’a pu qu’observer pendant des décennies, sans rien changer à la toile du monde.

La dernière pensée la traverse en un vif frisson, lui remonte le long du dos. C’est un rappel un peu violent, quand elle se rend compte que les tremblements ont repris dans ses membres. Un concentration qui pourrait lui échapper, qu’elle rattrape du bout des doigts avec dextérité et habitude. Mais cette voix qui chantonne à nouveau à son oreille : Tu avais oublié, Rowena. Elle avait oublié la nuit et le mal qui la ronge. Elle avait oublié, que même sous le dôme de Camelot, rien ne lui fera échapper éternellement à ça. Son châtiment. Ses fautes. Sa malédiction. Fermant les yeux pour ne pas laisser la teinte rosée se laisser entrevoir de trop, le Cygne renforce inconsciemment cette prise sur la main de Zvezdan. Cela dure une poignée de secondes avant qu’elle n’ose rouvrir les paupières et repousser le frémissement de son corps. « Pardon… j’ai un peu froid. » Un mensonge au bord des lèvres mais une explication possible. Car sa peau réchauffée par l’effort c’était peu à peu refroidit.

Tu avais oublié, Rowena.
Oui elle sait. Et ça, elle n'aurait jamais dû l'oublier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t891-rowena-le-paon-de-ceci https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2210-rowena-journal-de-bord En ligne
ZvezdanZvezdanArmure :
Pontifex

Statistiques
HP:
[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) G-bleu1800/1800[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) V-bleu  (1800/1800)
CP:
[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) G-rouge1350/1350[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) G-jaune1800/1800[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) V-jaune  (1800/1800)
Message Re: [Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18)   [Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) EmptyMar 22 Déc - 2:24
- Chasseur, proie... Et si on disait plutôt toi, moi, et un petit vent de folie, hm ? Parce que ça c'est au final, hm ? Un petit vent de « Peut-être que ça serait plus plaisant de danser dans tes bras... » La main caresse dans le dos, la voix taquine à l'oreille. Dans tes draps.

Le sourire complice, mi-malice mi-séduction.

- Une façon un peu moins... Berserker de présenter la chose. Un peu plus Oracle, peut-être?

C'est les paroles de légèreté que je t'ai donné, avant qu'il soit question de ces Autres robes. Ces autres nuits... Ces autres Nous. Quant à la question de ces motivations... Je crois que tu m'as vu bien assez motivé pour pouvoir juger de ça par toi-même, non...? Mais oui. Un chant et un voyage. J'ai déjà quelques idées à ce niveau, d'ailleurs. Un air de mystère qui plane sur mon visage, un suspens dans mon silence. Je ménage mon effet ! Titiller ta curiosité, pour que plus tard la récompense n'en soit que plus délicieuse. Et crois-moi : elle le sera.

Méfie-toi d'à quel point tu t'envoles haut avec elle, Zvezdan. L’atterrissage n'en sera que plus rude. Pour toi, mais surtout pour elle. Tu le sais déjà ça, hein?
Un songe, une pensée. Et presque comme pour y répondre, je sens ce tremblement, dans cette main liée à la mienne. Quelque chose de... D'étrange. De nerveux, peut-être ? Quelque chose de moins plaisant que les jeux d'il y a quelques minutes. Un... Une sale impression qui me prend, un moment. Sans que je puisse mettre le doigt dessus, sur l'origine, le pourquoi.
Hmpf.
Rien de grave, j'espère.

Fuite, méfiance, agressivité, opportunisme. Oh, je force le trait, j'imagine... Mais le monde de Ceux qui Savent aiment nous donner l'étiquette des chiens sauvages. Moi ça m'amuse. Un sourire espiègle. Parfois ça m'agace. Mais ça m'amuse surtout.

Puis, tu m'as donné l'occasion de faire mentir ces idées reçues, à ta façon.

- Je dois donc beaucoup à mon collègue voleur, pour cette première impression réussie...Tu as bien choisi ton heure pour essayer de voler, gamin, je te donnerai ça. Tu es plus juste que le monde ne le saura jamais, de penser comme ça. Fais attention, être juste dans un monde injuste, ça peut jouer des tours. Tu peux sentir que j'apprécie, Rowena. Mais tu peux sans doute aussi sentir la mis en garde sous-jacente. Le conseil. l'Inquiétude ? Tseh. Bref. Tu sais : tu sais qu'il faut se méfier de ce monde et ses gens. Même de moi. Surtout de moi.

- Hmmmmm... une mine songeuse, quand la question m'est posée. Première impression, tu dis ? Distraite, déjà, la cible préférée des jeunes voleurs. un grand sourire, une taquinerie dans la voix. Puis... Puis je me suis perdu dans tes yeux. Puis sur ta silhouette, puis dans ce petit jeu entre nous deux... Un soufflement de nez. Et je me suis dit que le temps passe vite. Trop vite à mon goût.

En dire, mais ne pas trop en dire. Pour ne pas trop t'en dévoiler. Pour ne pas trop M'en dévoiler. M'en avouer. Te dire que tu es belle et de bonne compagnie, que le temps file avec toi, qu'il file si bien que ça me donne envie de te prendre un peu plus de temps, pour... Tseh. Non, ça, c'est ce que je dois garder silencieux. Ça, c'est ce qui est encore flou dans ma petite tête confuse et excitée.

- Bref, je...

Je ne finis pas ma phrase. Je ressens cet espèce de frisson, encore. Plus violent, plus évident. Un tremblent, une prise fébrile dans cette main au creux de la mienne. Hm.

- Eh, ça va? Une pointe d'inquiétude dans la voix. Et je la vois se reprendre, je l'écoute accuser le froid. Hmm... Soit. Le froid. Disons ça et ne creusons pas plus loin pour l'instant. Même si je pense qu'il y aurait matière à approfondir, j'imagine... J'imagine que ce n'est pas le moment.

Un geste.Pour me redresser partiellement, sans trop déranger ta position. Je tend le bras, pour aller chercher la couverture repoussée plus loin par nos excès. Pour la relever sur nous d'un geste sec, et la recouvrir sur nos épaules d'un second plus doux. Sous la chaleur du tissu, je lache ta main, pour pouvoir enrouler mes deux bras autour de toi, t'enserrer un peu plus contre moi et partager cette chaleur. Mes mains passent dans ton dos, mais cette fois-ci pas comme des caresses, plutôt comme des frottements vifs pour chasser le froid.

- Là. Mieux? J'espère. Parait-il que je suis pas trop mauvais pour chasser les coups de froid, autant que ça serve.

Autant que ces grandes mains chaudes puissent prodiguer ce genre de chaleur aussi.

- Eh, Rowena. Je baisse mon menton, pour te regarder dans les yeux. Si t'as besoin d'autre chose...

Dis-moi. Je ne finis pas ma phrase. Je la laisse inachevée, te tend la main sans te l'imposer. Si tu as besoin de parler, j'aurais pu dire. Si tu as besoin de soutien,d'aide, de... Je sais pas. De ces quelques zones d'ombres que je te devine, et qui me préoccupent. Cette maison-prison, ces tremblements. Cette Rome observée dépérir depuis plus haut...

Je sais pas. Mais je sais ce que c'est, de porter quelque chose de trop lourd pour soi.
Quelque chose me dit que tu sais aussi. Appelle ça l'intuition masculine, cette fois-ci.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2032-zvezdan-cardinal-de-
RowenaRowenaArmure :
Cygne d'Euros (Est et Automne)

Statistiques
HP:
[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) G-bleu1350/1350[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) V-bleu  (1350/1350)
CP:
[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) G-rouge600/600[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) V-rouge  (600/600)
CC:
[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) G-jaune1200/1200[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) V-jaune  (1200/1200)
Message Re: [Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18)   [Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) EmptyJeu 24 Déc - 0:16
« Toi, moi, un petit vent de folie… oui, ça me plait. » Elle est aussi complice qu’il ne l’est, imitant en miroir les caresses qu’il fait sur son dos et les posant elle sur son torse, du bout des doigts. Elle est presque moins légère, quand elle conclue ses mots, plus sincère : « Je dirais même… une façon normale de présenter la chose ? » N’est-ce pas ce qu’ils cherchaient un peu, en se rencontrant et bravant les limites du raisonnable pour cette petite folie passagère ? L’oubli du passé et du lendemain, pour un désir et plaisir partagé, comme le seraient deux amants assoiffés de ces contacts tendres et passionnés ? Elle veut le voir ainsi, le fait savoir dans un petit sourire amusé mais troublé d’une pointe d’envie qu’elle sait bientôt disparue.

Qu’ils ne soient pas Oracles et Berserkers cette nuit, même si tout ne peut pas être oublié.

« Ah tu me rends curieuse. Tu me rends toujours curieuse. » Le petit aveux passe la barrière de ses lèvres sans crainte de l’instant. Il sait si bien attiser sa curiosité, nourrir ses pensées et son imagination par ses blagues, ses rires et sa propre vision des choses. Elle a encore en mémoire ce merveilleux voyage des sens, perdus dans les cieux et l’eau, percevant la vie au travers de sens qui n’étaient pas les siens. Une balade qu’elle n’aurait même pas pu rêver, tant ce qu’il lui avait montré n’avait pu peupler ses songes. Oui il la rend curieuse, et elle adore ça.

Le premier coup de semonce est ignoré. Elle a tort. La conversation à meilleur goût que l’amertume de la vérité qu’elle cache.

« Même si je ne pense pas que votre réputation sort de nulle part, je pense que beaucoup doivent être surpris quand tu déments les ont-dis sur les tiens. En tout cas, à première vue. » Les derniers mots se reprennent, car elle sait pertinemment ne pas connaître très bien l’homme en face de lui. Elle ne se le répètera jamais assez sans doute, maintenant qu’elle a trouvé le chemin de ses bras, ses lèvres et son plaisir, mais elle sait parfaitement que la bête se cache en lui comme chez tous les Berserkers. Et que si aujourd’hui, ses mains calleuses sont douces et cajoleuses pour elle, elles ont servit à tuer des vies, peut-être même torturer, et ont été plus que souvent couverte de sang. En vérité, elle n’a jamais ignoré cet état de faits, elle l’a compris dès l’instant où il a révélé à demi mot ses origines. Mais elle l’a dit et le pense, elle ne juge pas à cette simple donnée. Et malgré cette réalité acceptée de guerrier certainement sanguinaire, Zvezdan a démontré qu’il n’était pas que ça. Et que par conséquent, il méritait plus qu’une simple étiquette sans autre considération. « Je sais. » Elle le remercie du regard, de cette inquiétude qu’elle croit lire dans sa voix, et cette mise en garde dont elle a parfaitement conscience. C’est le risque d’attirer les profiteurs et les manipulateurs, que de laisser une chance sans considérer immédiatement le camp des uns ou des autres. Mais qu’arriverait-il, si chacun au fond abandonnait le droit de donner une chance ? Ce monde déjà fort peu juste serait certainement invivable. En vaudrait-il alors la peine ?

Distraite ? La première impression qu’elle donne ? Elle pourrait être surprise, mais considérant ce qu’il s’était passé ce jour là, elle ne peut pas lui en vouloir de lui donner pareille taquinerie. La suite, elle, la met nettement moins à l’aise. Car sous les mots charmants, il y a des airs d’aveux sincères qui font dévier ses pensées vers quelque chose d’encore moins sage. Quelque chose de plus dangereux. Quelque chose qui l’embrouille elle même dans le voile d’oubli qu’elle s’était imposé, et toutes les excuses qu’elle s’est données jusqu’ici pour céder à pareille folie. Elle est embrouillée, si bien que son coeur rate un battement, et que ses yeux dévient un peu. Embrouillée et charmée, touchée, plus qu’elle ne veut se l’avouer à elle même. Et une part voudrait peut-être même rendre une si jolie déclaration. « Oh tu… » Tu es gentil et je pense comme toi. Impossible à dire. Tu ne devrais pas, et moi non plus. Certainement le plus sage, mais ça non plus elle ne peut pas le dire.

Entre folie et raison, elle balance pour trouver une réponse, mais rien ne vient car la réalité s’en vient frapper durement.

Des frissons à peine contenus, une concentration qui s’étiole et un esprit qui veut s’échapper du carcan de chair pour retrouver l’entre deux des mondes, marcheuse de nuit et sans vie. Mais elle retient cette malédiction qui la ronge, comme elle l’a si bien appris sur les routes de Reims. C’est douloureux, fatiguant et même épuisant, mais elle musèle ce qui tente de s’enfuir pour la ramener, l’ancrer en ce monde et dans ces bras qui autour d’elle s’active. Un peu comme dans un demi rêve, elle entrevoit ce qu’elle dit, un peu actrice, un peu spectatrice. Elle le voit, Zvezdan, l’inquiétude pour elle qui prétend craindre le froid. Elle le voit ramener les couvertures et l’enfermer entre ses bras pour la réchauffer. La ramener. Elle tremble encore un peu, mais les mouvements sur ses bras, sur son dos et sur sa chair ramène un peu de vie, font refouler le sommeil maudit. Mais comme une naufragée, elle enroule ses bras autour de lui. Comme il est si doux, de ne pas demander plus. De simplement tendre une main. Comme elle pourrait vouloir la saisir, sans la moindre sagesse, cette main offerte, alors qu’elle se perd dans les prunelles sombres. Elle le regarde l’espace de quelques secondes, perdues sur ce qu’elle doit faire et ce qu’elle voudrait réellement faire. Puis au bout d’un temps, elle se blotti plus profondément vers lui, bras serrant comme si elle craignait qu’on l’abandonne. Encore.

« Juste… reste comme ça s’il te plait. Ne me lâche pas. » Un murmure contre sa peau, presque épuisée de ce poids revenu trop tôt. Trop violemment. « Ne me laisse pas partir cette nuit. » Une prière. Peut-être à Zvezdan. Peut-être à son corps. Peut-être même à Lui. Juste un chuchotement alors qu’elle se plonge dans cette étreinte pour rassembler les brides de concentration, remettre en elle les chaînes sur son esprit et éloigner les faiblesses de son corps. Cela lui prend quelques minutes. Longues. Lentes. Bien moins agréable que tout ce qu’elle a pu vivre en ce début de soirée et début de nuit entre ses bras. Mais ils sont toujours là, l’enserrant comme une ancre, l’empêchant de dériver. Et elle revient, les pensées un peu plus clair, les membres moins lâches. Un respiration, un soupir un peu plus profond lui fait briser le silence. Elle relève enfin les yeux vers lui, sincèrement désolée : « Pardon pour ça. » Pardon de gâcher de si belles étreintes en ayant oublié que la nuit viendrait et emporterait à un moment la merveille et l’insouciance. Il n’était certainement pas venu pour ces choses là. « Je… c’est une sorte de maladie. » Elle a déjà sortie une excuse du genre. Cela y ressemble un peu, si l’on oublie les raisons de tout ça. « Ce mal, je ne contrôle pas vraiment quand ça tombe. Enfin… disons que je sais quand, mais je pensais pouvoir… le chasser un peu ce soir. » Ne plus y penser, se croire une autre et véritablement l’oublier. Elle ne peut pas. Et pire, elle ne sait pas pourquoi elle dit ça, et pourquoi elle voudrait en dire plus. Peut-être pour soulager son coeur, comme elle avait pu le faire avec le Dieu-Loup. Lui qui n’était plus, le poids lui était redevenu lourd. Bien trop lourd. « Je ne pensais ni ne voulais que la soirée tourne comme ça.» Un maigre sourire, mais un sourire quand même.« Mais merci. » Merci de ne pas avoir lâché.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t891-rowena-le-paon-de-ceci https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2210-rowena-journal-de-bord En ligne
ZvezdanZvezdanArmure :
Pontifex

Statistiques
HP:
[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) G-bleu1800/1800[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) V-bleu  (1800/1800)
CP:
[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) G-rouge1350/1350[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) G-jaune1800/1800[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) V-jaune  (1800/1800)
Message Re: [Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18)   [Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) EmptySam 26 Déc - 19:27
- Tsh, oui, oui ! Normal ça marche bien aussi... ça marche mieux, même. ça marche beaucoup mieux. Ça sort parfois de la tête, le principe de normalité. « Normal », le mot prend un tout autre sens, pour ceux qui vivent ce qu'on vit. Tu sais, c'est... étranger. Oublié. Même pour qui fait l'effort de garder les pieds sur terre, la vie se charge de lui rappeler la vérité derrière le mensonge. Enfin... Évitons de se perdre en grands songes du genre, hm ? Pas le moment. J'ai mieux à faire.
Bien mieux.

- Et c'est pas prés de s'arrêter. Une réplique facile, pleine d'une confiance presque arrogante. Parce que ça me plaît, de titiller ta curiosité. Parce que j'entends bien continuer ce petit jeu-ci. C'est ce qu'ils disent, ces mots. C'est ce qu'il dit, ce visage qui sourit.

- Entre les fous et les sauvages, il en faut bien un ou deux qui sache jouer le jeu des apparences... Une réponse sur un ton de mystère. Oui, tu imagines bien, Rowena. Parmi les miens, il y a tout ce que tu peux imaginer d'un Berserker. Au fond de mon cœur, au coin de mes humeurs, sommeille une capacité à la violence que tu prêtes très justement aux enfants d'Arès. La différence, c'est le rapport à cette violence, la façon de gérer ce chaos, dans l'esprit d'hommes tournés vers leurs instincts. Certains s'y abandonnent, sans retenue, certains laissent leurs émotions les gouverner plutôt que l'inverse. Certains convoitent le sang, peu importe sa provenance, sa raison, son Pourquoi. D'autres ont leur code, leurs principes, leur maîtrise. Je suis de ceux là... Parce que celui qui dirige la meute ne peut pas être une bête folle. Enfin. Pas trop.
Pour le moment, celui qui dirige la meute se faufile jusque dans les draps d'une louve de la meute voisine. Se faufile entre ses cuisses, entre ses sourires. Et peut-être qu'il s'y plaît un peu trop, ce chef de meute. Peut-être que... Tseh. Ferme-la, Zvez. C'est que ça serait fatiguant à la longue tu sais, d'être une caricature sur pattes...

Un sourire mutin, un ton de malice. Ce que je pourrais ajouter à ça ? Je pourrais te dire que c'est amusant de lire la surprise, chez ceux qui pensaient rencontrer un barbare impulsif. Je pourrais aussi enchaîner en te disant que c'est plus amusant encore, de leur rappeler quand ils prennent trop leurs aises. Car il y en a beaucoup. Ceux qui pensent que montrer patte blanche, c'est tendre l'autre joue. Ceux qui se sentent pousser des ailes parce que je leur parle sans agressivité, calmement, souriant. Eux parfois, je leur rappelle que je suis Berserker. Je leur rappelle jusqu'à le marquer dans leur âme. Dans leur chair, parfois. Et c'est plaisant.
C'est plaisant, cette réalisation sur le visage, quand ils se rendent compte de leur erreur.

Je pourrais ajouter ça, mais... ça casserait Un peu l'ambiance, je crois.

Puis c'est comme tu dis, Rowena. Tu sais. Tu sais que tu dois faire attention aux apparences. Tu sais que tu dois rester vigilante, malgré que tu sembles vouloir donner sa chance à tout un chacun. Tu sais, alors je n'ai pas besoin de te le dire, de te le répéter. Au lieu de ça, un léger signe de tête entendu, sans relever plus long. Plutôt, donner réponse à cette question. Première impression...

Tu parles trop, me dit une voix quand je finis ma petite réplique. « Trop ». Trop de ce flirt, trop de ces mots. Trop de cette sincérité. Et finalement... Trop de cette inquiétude, quand je le sens. Quand je sens son corps trembler.

***

Il le sent. Il aurait bien du mal à complètement mettre un mot dessus, mais il sent ce pincement au cœur, quand il lit la détresse dans son langage corporel. Il rabats une couette, il offre ses bras et ses mots pour rassurer, ses mots simples qui cachent un flot de pensées complexes. Il croise son regard, lit une confusion... Qu'il partage, à sa façon.

Pas sûr de quoi faire.
Pas sûr de quoi penser.
Pas sûr de...

Pas sûr de quoique ce soit. Et pourtant quand il la voit se blottir contre lui, il renforce l'étreinte. Et les mots. Ils ont quelque chose de fort, ces mots. Quelque chose qui va plus loin qu'un soutien physique le temps d'un moment de faiblesse. Quelque chose qui joue avec le rythme de son cœur, juste un instant, qui lui fait rater un battement.

Les gestes viennent, sans que l'esprit ne pense. Instinctifs, automatiques. Il la prend tout contre soi, d'une étreinte protectrice, chaude. Les bras solidement enroulés autour de sa silhouette, le menton relevé pour offrir un cou où se cacher, un torse où s'échouer. Sans un mouvement de plus, il reste immobile, lui donne ce soutien silencieux. Une douce, légère caresse répétitive, d'un mince mouvement de main à son épaule.
Après les étreintes d'un désir commun qui n'engage aucun lendemain, les étreintes d'une affection protectrice, plus... Intimes, paradoxalement. Plus intimes, malgré qu'elles soient sans indécence.

- T'excuse pas. Une voix basse, douce, moins claire et forte que pendant ces moments de grandiloquence, ces farces et ces traits d'esprit. Un murmure, presque. Tu... Des mots à la porte de son esprit. Qu'il finit par retenir. Des mots pour en apprendre plus. Finalement, ce silence, cette interruption. Et ce sourire. J'aime penser qu'on a réussi à le repousser un petit peu ce soir. Quoique ça soit.

Les regards se croisent, et là encore, paradoxalement, l'échange a quelque chose de plus intime que ces regards d'envie qu'ils ont pu échanger avant. Là paradoxalement, après cette union déraisonné... Il est plus réservé.

- C'est rieeeen. Un retour à quelque chose de plus léger, dans sa voix. Un sourire complice, une attitude qui se veut rassurante. C'est... Rien pour moi. J'ai vu pire. Le sourire reste, mais la voix se perd dans la brume des souvenirs, le regard aussi. Assez rapidement, ils en reviennent. Oublie. Écoute, je... J'pense qu'on a eu une soirée déjà assez haute en couleurs et émotions pour aujourd'hui, non? Tiens, tu sais quoi : mettons ça sur mon dos. Le Zvezdan un peu trop... Énergique qui laisse la pauvre Rowena toute secouée. Sacré maladroit, hm?

L'autodérision, une arme efficace pour détourner l'attention. Pour oublier.

- Alors pour me faire pardonner, disons... Il réfléchit. Pense, puis trouve, puis sourit. Disons moi qui joue la vigie cette nuit, pour m'assurer que ça te revienne pas. Au cas-où.

L'autodérision, une arme efficace pour se faufiler sous la couette d'une jolie jeune femme et y négocier son séjour pour la nuit, l'air de rien.
C'est plus facile d'y penser comme ça, plutôt que de se pencher sur les réelles raisons.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2032-zvezdan-cardinal-de-
RowenaRowenaArmure :
Cygne d'Euros (Est et Automne)

Statistiques
HP:
[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) G-bleu1350/1350[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) V-bleu  (1350/1350)
CP:
[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) G-rouge600/600[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) V-rouge  (600/600)
CC:
[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) G-jaune1200/1200[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) V-jaune  (1200/1200)
Message Re: [Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18)   [Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) EmptyMer 13 Jan - 2:21
Savoir jouer le jeu des apparences… Oui certainement, et ce sont aussi eux sans doute les plus dangereux, car les moins prévisibles. De cette simple idée, Rowena n’en est pas surprise, et cela correspond bien à ce qu’elle a pu entrevoir entre les contours de discussions. Est-ce que cela l’aurait faite reculer si elle l’avait perçu plus tôt ? Il serait mentir de dire que oui, car elle n’était pas folle ni naïve d’une telle vérité, et simplement… simplement il a été plus que tout ce que l’on peut dire des dangers. Il a comme elle joué à ce jeu de « normalité », de l’oubli tant désiré. Ils ont dansé dans cette prétendue ignorance sans rien vraiment ignorer de la réalité. Alors non, même la connaissance d’une bête tapis dans l’ombre de ces sourires qui lui sont adressés n’auraient fait changer sa décision. Ce choix de donner et prendre ce soir, dans cette intimité si particulière qu’elle a la sensation de toucher autre chose que la luxure du bout des doigts. Quelque chose qu’elle ne voudrait surtout pas accompagner d’un coeur ratant un battement à ses propres oreilles. Un quelque chose qui blesserait certainement si elle osait seulement le regarder en face et en prendre conscience.

Mais il y a d’autres sensations, moins douces et plus amères, qui prennent la décision de s’imposer à la place.

Il n’y a plus grand chose qui compte après cela.

Elle n’a plus beaucoup d’emprise sur ce monde qui l’entoure, sinon la ferme étreinte qui lui est donné. Il ne la lâche pas, il reste fermement sans un mot, sans questionner. Et elle s’accroche, une gratitude immense aussi bien dans ses yeux et dans son coeur, quand les vagues de tremblements refluent et qu’elle peut à nouveau, peu à peu, retrouver autorité sur son corps. Elle partage quelques brides, des demies vérités qu’elle trouve finalement maladroites, mais c’est tout ce qu’elle peut lui dire. Un semblant d’explications mérités, quand il mériterait en fait une meilleure vérité. Il ne l’a pas abandonné. Il ne part pas. Il y a toujours ces bras qui l’enserrent, malgré ce chamboulement lisible dans l’abysse de ses prunelles.

Et la douceur. La chaleur dans des mots bas, sans reproches. Cela réveille un tremblement - plutôt un frisson - mais celui là est différent. Il n’a rien à voir. Comme attiré, touché par juste l’intensité profonde qui ne juge pas. Leurs yeux se croisent et dans les siens, elle lui adresse une reconnaissance sincère. Et juste là, elle a l’envie de prendre ses lèvres, soupirer entre deux baisers des remerciements et des excuses, comme elle l’aurait fait pour un amant aim… Une pensée de trop l’empêche de prendre cette décision, et simplement garder son regard dans celui de Zvezdan, et sourire quand il sourit. Elle s’autorise juste une main à glisser sur la joue du berserker, caresser la peau halée avec délicatesse et tendresse.

Il a raison de ramener cette légèreté.

Elle s’est déjà perdue une fois ainsi.

Alors le soupçon d’humour est bienvenue. Une dérision douce qui permet de repousser toute la chaleur intime et cajoleuse qui s’est accumulée après la détresse. Quelque chose qui se refroidit un peu à une remarque qu’elle ne rate pas. Déjà vu pire ? Elle ne relève pas mais elle sait que cela restera gravé dans sa mémoire. Car ce n’est pas anodin. Ce ne sont pas des mots faits juste pour rassurer. Il y a un poids derrière eux, qui pendant une seconde semble voiler le regard de Zvezdan. Et aussi vite que c’est venu, il repart. Jongler entre les émotions et les souvenirs qui hantent. En cela, ils se ressemblent tous deux beaucoup trop. Au moins, il ramène un fragment de sourire doux sur les lèvres du Cygne, même si elle ne peut décemment pas acquiescer dans cette honteuse accusation. Elle réfléchit à une réponse mais il continue, élevant alors plus qu’un sourire, mais un petit rire qui éclaire sa gorge jusqu’alors encore serrée. Elle plonge la tête pour se blottir contre son cou, respirant cette odeur chaude et masculine. Un quelque chose de rassurant qui, étonnamment pour elle même, l’apaise. Elle soupir, là contre sa peau, et il ne peut le voir, mais elle continue de sourire :

« Tu es vraiment gentil avec moi. » Une vérité retenue plus tôt et échappée désormais à ses lèvres. Non pas un reproche, une accusation ou quoique ce soit du genre. Et elle ne veut pas penser à pourquoi elle lui dit ça, ni ce que cela déclenche en elle. Certainement pas un battement de coeur un peu plus rythmé. « Merci. » Encore, murmuré à lui sincèrement. « Ça tombe bien que tu veilles sur moi. Je n’avais de toute façon pas l’intention de te mettre à la porte ce soir. » Doucement, elle reprend un peu de cet aplomb taquin, même si c’est encore léger. Et plus qu’une petite plaisanterie, c’est un aveu qu’elle ne retient pas. Tout comme elle ne retient pas ce qui suit : « Tu sais, même si cela doit revenir d’autres fois… ça ne me dérange pas que tu sois énergique. » Ou même doux. Ou même simplement là, tes bras contre moi, autour de moi, à simplement m’enlacer. Ça elle ne le dit pas. N’ose même pas y repenser une fois que la rêverie l’a traversé.

Le silence qui suit est tranquille. Facile.

Elle ne le veut pas, mais la fatigue accumulée, les vestiges de ce combat contre sa malédiction, commencent doucement à peser sur son corps et son esprit. Elle sait que si elle s’endormait, elle ne s’éclipserait pas, rattachée à quelque chose d’étrangement fort pour la nuit. Elle sait aussi qu’elle aimerait plus que tout ne pas laisser le sommeil gagner, juste pour savourer encore un peu cette étreinte, et quelques mots échangés. Elle sait hélas que la nuit s’avance, que l’heure se fait tardive, et que là, sereinement, elle n’a plus envie de sentir le poids sur ses épaules. Juste se laisser sombrer au bruit d’une respiration et d’un coeur qui bât dans une poitrine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t891-rowena-le-paon-de-ceci https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2210-rowena-journal-de-bord En ligne
ZvezdanZvezdanArmure :
Pontifex

Statistiques
HP:
[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) G-bleu1800/1800[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) V-bleu  (1800/1800)
CP:
[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) G-rouge1350/1350[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) G-jaune1800/1800[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) V-jaune  (1800/1800)
Message Re: [Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18)   [Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) EmptyVen 15 Jan - 22:12
C'est égoïste, c'est peut-être même un peu cruel... Mais j'y resterai bien, là. Dans cette étreinte chaude, plongé dans ton regard qui me parle. J'y resterai bien, là, dans ce rôle de gardien de ta nuit, à apaiser cette crainte, ce quelque chose qui semble te hanter. C'est égoïste, peut-être même cruel, mais aussi et surtout, sans doute inconscient. Mais là, là maintenant tout de suite, c'est très tentant, d'être inconscient... Dans la mesure de quelques petites lignes à ne pas franchir. Je crois.
Je crois. Je... Hmpf.

Ta main. Ta main à ma joue, ton visage tout prés. Tes yeux, et toujours, ce dialogue sans mots. Et tu sais que je peux pas m'en empêcher, hm ? Ou alors tu ne sais pas encore... Alors tu sauras : je te vois, là, toute proche, toute contre moi, je me noie dans le bleu de tes yeux... Et je ne peux pas m'empêcher d'aller embrasser tes lèvres. Doucement, brièvement, le simple temps d'un unique baiser qui ne s'éternise pas. Mais je m'y égare quand même, m'y perd de mon plein grés.

Parce qu'au milieu des blagues et des mots pour te redonner un peu de ce sourire, je... Je sais pas. Ne suis-je pas capable de te soutirer plus qu'un simple sourire apaisé ? Est-ce que je ne peux pas faire plus, après ce drôle d'épisode nocturne ?
Est-ce que je ne veux pas plus ?

Tu te poses trop de questions.

Je sens ton souffle dans mon cou. Un doux frisson, agréable... J'entends ta voix. Je souris.

- Profite, j'ai la bienveillance sélective. Une réplique lancée dans cette malice de juste avant. Une caresse, dans tes cheveux. De rien. Un murmure, prés de ton oreille. Profite, oui. Profite autant que moi, tant qu'on le peut. Bien assez tôt, les choses seront plus compliquées. Le jeu des Dieux reprendra. En attendant... Laisse-moi t'aider à oublier ces tremblements désagréables. J'espère bien. Mais là... Disons que t'as un supplément « avis du médecin ». Une dose de Zvezdan pour combattre les terreurs nocturnes. Je souffle doucement du nez, tout sourire à ma propre bêtise. J'entendais bien rester pour partager ta nuit, Rowena. Mais... Mais ce n'est plus seulement pour le plaisir. Je crois.

- Alors je continuerai de l'être.

ça ne me dérange pas de te garder tout contre moi, comme ça.
La pensée passe, le sourire s'élargi. La pensée passe et s'en va... Mais j'y reste. Là, cette caresse machinale dans tes cheveux, cette chaleur. Je te sens partir, un sommeil lourd qui te vient. Et je sens que je n'en suis plus trop loin, moi non plus.
Des minutes comme ça, à te donner cette caresse douce. Puis les yeux se ferment, la brume se lève, les sens s'engourdissent. C'est l'affaire de quelques minutes avant que je sente le sommeil me prendre le corps.

Il est doux, cette nuit. Ça change d'autres fois.

***

Un sommeil léger, presque trop.
Il s'y sent bien, léger. Un sommeil sans ces songes qui perturbent sa nuit, comme il peut en avoir souvent. Un sommeil sans le poids d'un esprit qui réfléchit trop, sans ces pensées insomniaques qui prennent son esprit dans une insomnie tenace. Un sommeil sans rien que cette présence contre soi. Cette chaleur qui ne l'a pas quitté au réveil.

Il n'ouvre pas encore l'oeil, n'est pas encore totalement éveillé, quand il peut la sentir. Cette forme contre lui, cette odeur , cette douceur sous ses mains. Encore pris dans un demi-sommeil embrumé, sa main reprend naturellement ce jeu de caresse douce contre l'épaule de Rowena. Petit à petit, l'esprit reprend pleinement ses droits sur le corps : timidement, les yeux s'ouvrent. Pris dans la paresse du réveil, il laisse glisser son regard sur le visage de Rowena... L'admire dans son sommeil,un drôle de quelque chose dans ses yeux sombres, encore à moiti fermés. Peu de temps passe avant qu'elle ne se réveille aussi... Et il est là, avec son sourire anesthésié du matin et ses yeux fatigués, mais malicieux même au réveil.

- Hey. La voix plus grave, légèrement enrouée faute au sommeil. Alors, verdict, le choix du médecin t'a offert une jolie nuit?

Même avec cette voix qui chevrote doucement, il ne perd rien du Zvezdan pétillant.
Après tout... Il a de quoi se réveiller de bonne humeur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2032-zvezdan-cardinal-de-
RowenaRowenaArmure :
Cygne d'Euros (Est et Automne)

Statistiques
HP:
[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) G-bleu1350/1350[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) V-bleu  (1350/1350)
CP:
[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) G-rouge600/600[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) V-rouge  (600/600)
CC:
[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) G-jaune1200/1200[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) V-jaune  (1200/1200)
Message Re: [Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18)   [Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) EmptySam 16 Jan - 2:35
Un rythme cardiaque mesuré. Des respirations qui se calment.

C’est sur ces sons que tu t’endors, Rowena, l’esprit tranquille et le corps apaisé. La chaleur est revenue se glisser dans tes veines, et ta peau contre celle de Zvezdan est une douce caresse sur le tempo de vos souffles. Mais c’est surtout le lent et tendre mouvement de sa main, cette paume et ces doigts chauds qui errent dans ta chevelure, qui allège les tensions de tes muscles et te fait basculer paisiblement dans le monde des rêves. Ici, tu ne glisses pas hors de ta réalité et de la chair, tu te sens ancrée à ce corps contre le tient. Même dans les songes, tu es certaine d’entendre le tambourinement lent de son coeur à lui sur lequel tu t’es endormie, comme un bourdonnement en arrière plan. Tu es certaine de ne pas te perdre dans les douloureux souvenirs qui sont les tiens, ni de déranger la conscience à jamais endormie dans ce corps. Pour la première fois depuis longtemps, tu ne contemples pas le monde nocturne ni ne marche entre le voile des deux mondes. Tu dors, accrochée inconsciemment à un homme qui il y a quelques jours encore n’était rien. Tu t’accroches et cela fonctionne, car tes pensées même aux portes de la nuit sont sur lui et sa tendresse bienveillante, ses sourires pétillants et mutins, ses remarques acérées mais jamais méchantes contre toi. Tu n’as sans doute pas conscience qu’il n’y a pas que tes mains qui se sont accrochées à ce corps, et que demain quand tu penseras seule, quand les jeux des dieux reprendrons hors de cette cité, il sera peut-être difficile de reprendre ce petit morceau que tu as cédé.

Est-il encore temps de faire demi-tour vers la limite ? Si tu le voyais, le comprenais, tu n’en serais même pas sûre. Et les rêves t’emportent.

C’est peut-être pour le mieux maintenant.


***

C’était un doux sommeil.

Comme elle n’en avait pas eu depuis longtemps. Quand la conscience refait surface, s’échappant des brumes du repos, elle est presque certaine que Zvezdan est déjà réveillé. Même les yeux fermés, elle sent que la respiration du Berserker n’est pas celle de quelqu’un qui dort, lente et profonde. Elle n’est pas agité non plus, mais elle est plus courte, plus légère. Et puis, une petite voix dans sa tête lui souffle presque qu’elle est observée. Elle a un sourire qui doucement éclot sur ses lèvres, remarquant ces petites caresses éparses sur son épaule. Pendant de longues secondes, elle reste ainsi, savourant juste l’instant de n’avoir aucune autre pensée en tête que la chaleur accueillante qui l’a gardé dans ses bras toute la nuit, et l’envie de ne surtout pas s’en déloger. Mais elle doit bien au moins se manifester, et ce n’est certainement pas à regret qu’elle ouvre les yeux pour presque immédiatement chercher le regard de Zvezdan. Quelque chose qu’elle trouve rapidement et qui la réchauffe encore plus, un sentiment étouffé qu’elle ne veut toujours pas regarder en face. Elle apprécie peut-être trop cette vision au réveil.

« Bonjour. » Un peu engourdie, elle se retourne légèrement sur lui pour mieux l’observer et détendre ses muscles. Les corps sont étroitement collés l’un à l’autre, nus, mais même ça, cela importe peu. Elle savoure juste, même si demain est déjà arrivé. Sourire ensommeillé sur les lèvres, elle laisse ses doigts dériver un peu dans ses cheveux et repousser les mèches qui lui tombent sur le visage et la chatouille. « Certainement une des meilleures nuits que j’ai pu passer. Excellent traitement. » Elle se penche pour prendre ses lèvres dans un baiser doux de salutation, de remerciements encore, et juste parce qu’elle en a l’envie douce et terrible. Hier, elle s’était retenue à cause de pensées fugaces. Ce matin, elles ne sont pas encore là. Et ça fait du bien. « Je dois dire que c’est aussi un des réveils les plus agréables que j’ai eu. » Elle sourit un peu plus, croisant ses yeux, taquine et flatteuse, mais n’en pensant pas moins. C’est si bon, de ne pas penser à l’aurore qui éclaire le ciel dehors, et à ce que ça implique. « Et toi, bien dormi ? Les tours de garde n’ont pas été trop épuisants ? Parce que sinon, je crains devoir te conseiller de rester encore un peu au lit pour te reposer. » En tout cas, elle, elle resterait bien ainsi encore des heures. La bonne humeur perdue de la veille est retrouvée, encore un peu dans les affres du sommeil, le temps de pleinement se réveiller, mais la petite espièglerie est présente dans sa voix et l’azur de ses prunelles. Elle a l’habitude de toujours sourire Rowena, mais jamais trop de cette légèreté enjouée qu’il sait si bien lui inspirer.

En si peu de temps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t891-rowena-le-paon-de-ceci https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2210-rowena-journal-de-bord En ligne
ZvezdanZvezdanArmure :
Pontifex

Statistiques
HP:
[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) G-bleu1800/1800[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) V-bleu  (1800/1800)
CP:
[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) G-rouge1350/1350[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) G-jaune1800/1800[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) V-jaune  (1800/1800)
Message Re: [Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18)   [Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) EmptySam 16 Jan - 21:49
C'est idiot, mais je pourrais y passer un bon moment, à t'observer endormie et te caresser doucement comme ça.
C'est idiot. Parce que j'ai tellement à faire, tellement à gérer, tellement à … Tout. Mais juste là, là maintenant, tout ça ne vaut rien. C'est idiot, oui, vraiment. Mais je laisserai bien la paresse me guider. Je laisserai bien les caresses continuer. Je resterai bien entre les quatre murs de cette petite chambre simple, si simple... Mais tu te doutes que ça n'est pas la chambre qui me tient en otage, hm ?

Croiser ton regard.
Entendre ta voix.
Sentir tes lèvres.

Mon corps se penche vers toi, quand tu y viens. La main reposée sur mon torse se déplace pour aller chercher ton dos, je ferme les yeux et je savoure. Te savoure. Une douceur au bout des lèvres, un sourire à leur coin, et un goût qui se forge dans mes instincts : le goût de t'embrasser.
C'est comme si on s'y était avancé en même temps, en fait.

- Parfait. Parfait, si tu n'as pas eu ces désagréables sensations nocturnes de nouveau. Parfait, si tu as eu le même sommeil que moi : paisible comme rarement. Je t'écoute, et je ris doucement, d'une voix toujours un peu enrouée. Hmmmmm. Je crois que mon occasion d'être épuisé, je l'ai consommée avant de dormir, à vrai dire... L'ombre d'une minauderie, dans cette voix qui s'amuse. Ma main qui remonte le long de ton dos. Très bien dormi. Mais... Mais j'ai quand même bien envie de suivre tes recommandations.

Va savoir pourquoi.
Un regard entendu, l'éclat dans mes yeux sourit. Un peu comme ce que je peux lire dans les tiens, en fait... Je crois. La fatigue du réveil peut bien s'en mêler autant qu'elle veut, elle disparaît bien assez vite au fur et à mesure des minutes. Le reste ? Le reste, c'est toi, moi, ces draps. Juste une petite matinée. Juste une petite matinée loin de ce qui attend derrière la porte... C'est pas trop demander, hein?
Et si c'est trop, eh bien tant pis. Le monde patientera.

- Disons... Par précaution. Un faux prétexte, pour justifier ce conseil suivi. Un faux prétexte, mais toi comme moi, on sait très bien la raison derrière : on s'y sent bien, dans ce lit, dans cette étreinte. Mais ça ne blesse personne de s'inventer de petits scénarios pour faire comme s'il y avait autre chose, hm ? Tseh. Finalement, je me penche doucement, jusqu'à aller chercher ton oreille. Disons que j'ai pas envie de bouger, aussi. Un murmure, comme un ton de confidence.

- Puis c'est important de se reposer avant un combat. C'est que j'ai tournoi cet après-midi moi, madame... Un rappel, à la fois pour moi et pour toi. J'ai gagné le premier combat, et je crois bien me rappeler d'une histoire de venir me voir pour le second, hm ? Heh. Est-ce bien raisonnable ? Après tout... ça va te donner une fenêtre vers le Zvezdan des champs de bataille. Pas tout à fait lui, mais quand même. Tu vas voir l'Ombre, tu vas me voir jouer avec mon adversaire. Et mon orgueil me murmure : tu vas me voir le démolire. Ma prudence devrait me dire que rien n'est encore écrit...
Mais j'écouterais ma prudence une fois au combat. Pour l'instant, j'ai bien le droit d'être un connard arrogant, oui ? Et un oiseau m'a déposé à l'oreille que j'aurais une audience toute particulière pour l'occasion, donc... Je dois être sûr d'offrir un spectacle qui en vaut la peine.

Oh, ne t'en fais pas, Rowena.
Je ne te pense pas très belliqueuse, mais je te ferais aimer ce combat, que ce soit un art qui te plaise ou non. Je m'improviserai Champion de cette dame, avant devenir Champion de ce tournoi, plus tard.

Donne-moi donc une bonne raison de vraiment la vouloir, cette victoire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2032-zvezdan-cardinal-de-
RowenaRowenaArmure :
Cygne d'Euros (Est et Automne)

Statistiques
HP:
[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) G-bleu1350/1350[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) V-bleu  (1350/1350)
CP:
[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) G-rouge600/600[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) V-rouge  (600/600)
CC:
[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) G-jaune1200/1200[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) V-jaune  (1200/1200)
Message Re: [Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18)   [Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) EmptyDim 17 Jan - 1:24
Les corps s’éveillent comme l’esprit, après une nuit de repos. Une nuit sans rêves et sans ces maux. Juste quelque chose de calme, pour gagner un éveil doux, et se permettre d’oublier un peu plus la veille et les peurs qu’elle a inspiré. Quel dommage, quand la soirée avait si bien commencé. Rowena préfère se souvenir de ça, de cette complicité entre leurs rires, cette intimité entre leurs mains liées, cette passion entre les baisers échangés et cette chaleur de leurs corps unis. C’est tout ce qu’elle préfère garder en mémoire en l’instant, et cette douceur qu’il a offert, après l’incident. Ses bras contre elle, ces caresses rassurantes. Il lui a offert une belle nuit, de toutes les façons possibles, et plus qu’il ne peut l’imaginer. Alors elle offre en remerciement ses lèvres, pour une tendresse sincère. Elle savoure ce contact léger, le goût qui n’est qu’à lui pour continuer à l’apprécier. Et à trop l’apprécier, une chose se fait presque certaine : quitter ce lit ne sera pas une mince affaire. Ce n’est certainement pas une envie qui lui tiraille l’esprit, même si en fond de ses pensées, un bourdonnement assez désagréable lui rappelle toujours que dehors, le monde existe. Et qu’à un moment, il faudra songer à redevenir sage.

Mais pas maintenant. Encore un peu, ce n’est pas bien grave. Qui l’attend de toute façon, de si bon matin ?

« Oh tient, Rowena aurait-elle épuisée l’énergique Zvezdan hier soir ? » Elle minaude autant que lui, l’air ensommeillé l’abandonnant peu à peu, du moins du regard. Il s’amuse à nouveau, il pétille. Elle est contente cela dit de savoir que la nuit a été comme pour elle reposante. Et encore plus contente qu’il envisage de ne pas encore la quitter, la journée à peine commencée. Une petite part de culpabilité se rappelle pourtant à elle, au souvenir qu’il est un homme occupé et que des choses sans doute l’attendent déjà à l’extérieur. Pourtant, l’égoïste part d’elle gagne encore la partie, à ne pas soulever ce point à haute voix. Elle ne l’empêcherait pas de partir s’il le voulait, mais elle ne l’empêcherait certainement pas de rester s’il le voulait aussi. Elle préfère même cette solution et le sourire qui en découle sur ses lèvres est doux, rassuré.

A quel moment a-t-elle commencé à aspirer le plus possible à sa compagnie ?

« Oui, par précaution… » Elle répond en miroir à sa voix. Et ils savent tous deux que c’est une excuse pour ne pas retourner à la réalité qui attend dehors. L’oubli qui les entour, la normalité qu’ils désirent tant que ça en devient difficile de s’échapper. Pas même ils y songent, et pas même ils ne veulent y penser. « C’est une bonne raison je crois. » Elle murmure à son tour contre lui, se penchant dans son geste qui rapproche leurs deux corps et leurs deux visages. Juste le temps dans le recule, de frôler sa peau de la sienne, et déposer un baiser sur la joue, caresse légère et tendre, infiniment intime quand les yeux viennent à se recroiser. Un sourire au coin des lèvres, elle l’écoute alors.

Tient le tournoi ! Elle l’aurait presque oublié. Peu à peu, les souvenirs de leurs discussions lui reviennent, et elle se souvient de ce qu’elle a dit, d’aller l’encourager sur place. Si sur le moment, ça lui avait semblé une idée douce et amicale, à cet instant il y a quelque chose d’autre d’indescriptible à son esprit. Elle n’est toujours pas très friande de ces spectacles plutôt violent, mais elle repousse encore moins l’idée d’aller y assister. Peut-être pour voir son amie Célestia également, mais surtout pour observer un certain Berserker qui lui a promis quelque chose de spectaculaire. « Hm c’est vrai. J'ai hâte de voir ça. J’espère que ce match sera aussi fructueux pour toi que le dernier, ce serait dommage de perdre. » Innocente voix qui s’élève, un regard qui s’échappe du sien mais qui rit, qui étincèle doucement au fond de ses prunelles bleus. « Je crois que tu m’as parlé d’une bouteille de vin de chez toi à ton auberge. L’ouvrir serait une belle occasion de fêter une victoire, hm ? » Il y a quelques jours encore, cette perspective l’avait rebuté, repoussé, pour des raisons auxquelles elle avait cédé la nuit dernière. L’idée de retomber, ça ne la dérange plus vraiment. Et elle suppose que c’est une récompense valable - un encouragement à l’avance - pour se donner comme il faut pour son combat. Elle n’y est pas encore, mais elle est déjà curieuse de ce qu’il va montrer.

« Parlant de nourriture et boisson, as-tu faim ? Nous avons quitté le bal un peu tôt hier, et je pense que je peux demander à faire apporter quelque chose dans cette chambre, si tu veux. »

S’ils doivent y rester, dans ce lit et ces draps, se nourrir un peu n’est pas aussi une mauvaise idée. Une petite table est attenante au lit, ils seraient tranquilles ici. Dans cette bulle qui n’appartient qu’à eux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t891-rowena-le-paon-de-ceci https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2210-rowena-journal-de-bord En ligne
ZvezdanZvezdanArmure :
Pontifex

Statistiques
HP:
[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) G-bleu1800/1800[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) V-bleu  (1800/1800)
CP:
[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) G-rouge1350/1350[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) G-jaune1800/1800[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) V-jaune  (1800/1800)
Message Re: [Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18)   [Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) EmptyLun 18 Jan - 0:46
- Hmmm... Je te répondrai simplement en te disant qu'avec mon train de vie, on apprend à cultiver son endurance plus que que de raison... Je laisse le reste à ton imagination. Un éclat dans le regard, une risette au coin des lèvres. Quelques mots pour te laisser songeuse de bon matin... Pas très raisonnable ? Peut-être bien. Peut-être bien, oui. Mais au moins, honnête.
Si tu veux tout savoir, la nuit aurait pu durer encore un petit moment, s'il n'y avait pas eu... ça.

Mais j'ai eu un prétexte pour consommer ma nuit à tes côtés, à la place. Alors ça me convient.

Par précaution. On se le dit, on se le ment, parce que c'est drôle. Parce que c'est facile aussi. Mais au final... au final je ne résiste pas à te dire la vérité à l'oreille. Un prétexte pour m'approcher. Pour m'approcher, pour te sentir un peu plus proche. Convoiter ton toucher, tes baisers, le bleu de tes yeux. J'aime trop le darder, le bleu de tes yeux. M'y accrocher, m'y perdre. J'aime trop descendre mon regard sur tes lèvres qui sourient.

Vraiment trop, oui.
C'est un peu une échappatoire pour moi, en fait. S'échapper de quoi ? De cette chaleur qui me monte au visage, quand il y a ce silence entre nous, cet échange de regards qui s'éternise. Parce que... Parce que j'ai des envies de mots à dire et de gestes à avoir qui me font peur. Qui me font tellement envie, mais tellement peur... Parce que je sens quelque chose qui va trop vite. Et que je me rappelle de comment ça a tourné, la dernière fois que j'ai été trop vite. Je n'y pense pas activement, mais c'est là, au coin de mon esprit. Un rappel, un murmure qui appelle à la prudence. À peine écouté, mais tout juste retenu. Tout juste assez pour parler tournoi, plutôt que parler... Qu'est-ce qu'on est en train de faire en fait, Rowena?
Parler chiffons, plutôt qu'états d'âme.

- Si je gagne le match où tu ne m'as pas vu mais perd celui où tu es là pour regarder... Je dois avouer que je serais un peu agacé. Un signe entre l'index et le pouce, un Un peu avec la main. Mais ne t'en fais pas : j'ai pas prévu de perdre. Mon pronostic ? Tu me verras au moins en finale. À partir de là, advienne que pourra, mais crois-moi... Peu importe qui se pointera en face, je lui rendrais pas la vie facile. Mais en voilà une bonne idée... Je note. Tournoi puis vin dans la foulée, alors. Je signe le contrat entre nous deux, d'une voix qui ne doute pas de sa victoire. Les mots sont limpides aussi : dans ma tête, j'ai déjà gagné.
Un jour je m'en mordrais les doigts... Mais pas aujourd'hui.

- Faim... Hm, je voudrais pas abus- Un début de phrase, interrompu par un gargouilli un peu trop bruyant à mon goût. Pas bien difficile de deviner l'origine, hm ? Je lance un regard vers mon ventre, puis vers Rowena. Puis vers mon ventre, encore. Finalement, un sourire. Bon... Ok, j'ai faim. Un peu.

Peut-être même un peu plus qu'un peu... Mais ça, mon estomac m'a trahi.
Mais si tu veux tout savoir, mon appêtit est pas le truc qui me taraude le plus. Je songe. À force d'y penser, de penser au vin de l'après-midi avec toi, à la danse du soir, à Dieu seul sait quoi d'autre... Je pense au Demain. Je pense à après Camelot. Je pense à ces choses qu'on s'est lancé sur le ton de la conversation il y a quelques jours. Des propositions, des « peut-être », des « on verra ». Des histoires de guider l'autre sur sa propre terre. Des histoires de Zvezdan à Rome, de Rowena en Transylvanie. Et en fait... ça sonne différent à mon oreille, ce matin. Ça sonne plus Vrai. ça sonne comme des « je veux » plutôt que comme des « peut-être ».

Tsh. Plus tard, Zvez. Penses-y plus tard. Demande plus tard.

- Dommage, c'aurait presque pu être une occasion de te montrer mes talents de cuisinier... Un sourire, mi-confiant mi-rieur. « Cuisinier » est un bien grand mot, mais les années passées à survivre en vagabondant souvent seul... On apprend quelques petites choses, si on veut bien manger. Un autre prétexte. Allez. Tu sais quoi, maintenant que j'y pense j'arriverais plus à me sortir l'idée de la tête... Après le match, je prépare quelque chose pour aller avec le vin.

C'est con à dire, mais cuisiner, ça fait partie de ces choses que j'aime faire pour occuper mes moments de tranquillité. Au milieu d'une vie de Trop, d'Excès, de grandiloquent, la simplicité millimétrée d'un bon repas préparé soi-même, ça me... ça me canalise, en fait.
Peut-être que ça pourra marcher ici aussi.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2032-zvezdan-cardinal-de-
RowenaRowenaArmure :
Cygne d'Euros (Est et Automne)

Statistiques
HP:
[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) G-bleu1350/1350[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) V-bleu  (1350/1350)
CP:
[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) G-rouge600/600[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) V-rouge  (600/600)
CC:
[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) G-jaune1200/1200[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) V-jaune  (1200/1200)
Message Re: [Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18)   [Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) EmptyMer 27 Jan - 5:01
« Hm mon imagination me dit qu’il faudra lui prouver ces affirmations. » Il la laisse pensive, rendue à ses songes plus ou moins sages, alors elle lui donnera également du grain à moudre, dans un sourire un peu trop joyeux et plein d’idées. S’il est vrai que la nuit dernière ne lui a pas permise de s’abandonner à l’ivresse de leurs danses plus longtemps qu’ils n’auraient pu tous deux le vouloir, elle n’est pas si mauvaise que ça en endurance non plus. Ça ne serait peut-être pas utilisé à meilleur escient avec de telles rêveries, mais elle préfère ces occasions que celles plus martiales.

Et puis à son sourire taquin se soustrait celui plus doux. Celui doux quand elle observe ce regard qui la détaille et la sonde comme pour la voir vraiment. Un regard qui la caresse autant que des mains, et la réchauffe autant que des bras. C’est si facile de s’y laisser prendre et risquer. Si facile d’offrir de charmantes attentions tendres et câlines du bout des doigts et des lèvres, en se forçant à croire que ce n’est que pour un temps. Que ce n’est que dans cette bulle unique couverte d’une naïve béatitude. Qu’à l’extérieur, ils sauront reprendre leur place en laissant leurs coeurs là où il faut, et calmer leurs tambourinements devenus excessivement imposants. Ils seraient bien plus remarquables, ces battements rythmés, s’ils faisaient mal plutôt qu’enivrer. Mais ils sont là pourtant, dans une bulle cadencée d’un tempo cardiaque pourtant inaudible, à s’observer en se convainquant que tout ça, ce n’est rien.

Juste des baisers sans significations.

Juste une tendresse de situation.

Et certainement pas juste un besoin enfoui de ces contacts chauds qui lui on fait pendant si longtemps défauts.

Et c’est bien tout ça. Car l’ignorance les faits reculer à chaque fois qu’ils avancent trop à se brûler. Le regard timide et trop intime après cette simple confidence de ne pas vouloir partir disparait pour donner place à un sujet plus lointain. Plus sage en somme, et finalement, ce n’est pas plus mal non plus. C’est presque plus facile à attraper pour Rowena, qui se laisse tomber dans cette discussion qui l’amuse. Même si une part d’elle parfaitement ignorée sait pertinemment que c’est moins pour le spectacle qu’elle ira assister au tournoi que pour un certain Berserker en ce moment même dans son lit. En d’autres circonstances, sans lui, elle n’aurait pas songé aller aux arènes. Mais la perspective l’enchante un peu plus désormais, avec plus de légèreté qu’elle ne l’admet.

« Hé bien tu sais ce qu’il te reste à faire : gagner. » Plus facile à dire qu’à faire, bien sûr. Mais c’est un challenge lancé comme un autre, et elle ne serait pas hypocrite à le lancer sans faire miroiter quelques récompenses dans son regard. Ce n’est qu’un jeu. Un jeu entre eux. Une autre excuse pour se voir sans se donner l’air de vouloir le faire. Pas sans raisons. Pas seulement pour les danses des corps qu’ils ont eu la veille, mais aussi pour la présence de l’autre qui est agréable, et la chaleur que cet oubli leur confère. « Alors disons ça. Victoire et bouteille de vin. Ce serait vraiment dommage que tu perdes, j’ai très envie d’y goûter. » Héé l’excuse de la maladresse ou de la timidité ne passe pas, quand le regard se fait faussement innocent. Elle a pu rater quelques sous entendus dans leurs précédentes discussions, mais ici, difficile de manquer la fausse étourderie qui passe par sa langue. Et si elle n’a pas honte, après ce qu’ils ont vécu cette nuit, il est vrai que l’audace fait à nouveau grimper quelques couleurs à ses joues.

Alors elle détourne la conversation, changeant à son tour de sujet si aisément en supposant - à juste titre - que leurs corps réclament à manger. Elle même sent le tiraillement de la faim dans son ventre, et laisse monter un rictus des plus amusés quand celui de Zvezdan exprime plus bruyamment son manque. Elle rit un peu de cette interruption, et de ce regard échangé avec le Berserker un peu pris sur le fait. « Trahit par ton propre estomac. Quelle honte. J’espère que tu t’en remettras. » Elle taquine un peu, caressant le dit ventre du bout des doigts avant de s’éloigner nonchalante. Elle se lève du lit, observe un instant les ruines de leurs vêtements éparpillés au sol avec une certaine tendresse dans le regard. Les souvenirs de ces instants de passion sont encore vivaces dans sa tête, et le plaisir qui en a suivi titille encore un peu sa mémoire et son corps. Nue, elle cherche sa chemise de nuit pour la passer sur son corps, puis par dessus un châle plus épais et plus long pour cacher l’indécence de cette tenue alors qu’elle doit sortir. Mais elle n’est pas encore dehors ou totalement prête, quand la voix de Zvezdan revient après ce qui semble un court silence.

Rowena l’observe avec surprise et curiosité. La première chose qui lui vient, c’est qu’elle ne s’attendait pas à imaginer le Berserker en train de cuisiner. Et pourtant l’idée lui semble agréable, plaisante même. Et la proposition également. Puis la seconde chose qui lui vient, et qui fait à nouveau s’empourprer doucement ses joues, c’est l’idée qu’il prépare quelque chose pour elle. Sans doute quelque chose pour lequel il prend du plaisir, rien de personnel ose-t-elle se dire. Mais elle ne parvient pas à s’ôter l’idée qu’il lui offre cette petite part de lui assez inattendue. Et c’est touchant. Plus touchant qu’une simple excuse à se retrouver pour boire. Plus touchant qu’une danse au coeur d’un bal et entouré de convive. C’est intime et simple. Peut-être trop. Et pourtant…

« J’adorerais. » Répond-elle d’une voix terriblement attendrie et touchée, le tout couronné de ce sourire qui lui est habituel, mais avec ce petit quelque chose en plus qui accompagne le regard. Sur l’instant, elle ne trouve pas le coeur à le taquiner sur le fait qu’il cuisine, lui un Berserker, même si jamais elle ne le jugerait là dessus. Non, c’est l’émotion débridée qui répond, et c’est peut-être trop visible. Quand elle s’en rend compte, elle retourne à sa rapide préparation vestimentaire. « Ça serait un plaisir, vraiment. » Alors qu’elle finit, la réponse non moins sincère mais plus polie vient reprendre le ton de sa voix. Puis dans un dernier sourire, elle lui promet de revenir rapidement et s’éclipse hors de la pièce.

Par chance, il est encore tôt, et elle croise l’aubergiste qui monte à l’escalier vers le couloir. Elle a pour elle un sourire agréable et des mots gentils, et les deux femmes échangent rapidement avant que la demande de nourriture et boisson ne soit faite. La tenancière n’ignore pas la présence nouvelle dans cette chambre après les avoir vu y monter la nuit dernière et ne pose pas plus de questions, promettant d’envoyer rapidement le plateau. Lorsqu’elle revient dans la chaleur de la chambre, à peine quelques minutes se sont écoulées, et presque aussitôt, c’est sur Zvezdan que se repose son regard.

« La nourriture arrive bientôt. Tu pourras faire taire ce traitre bruyant. » Une espiègle remarque alors qu'elle repose sur le bord d'une chaise son châle, sans quitter le Berserker des yeux.

C’est étrange, pendant un instant la voilà sortie de la bulle, et y revenir semble presque trop facile. Réaliser que, un homme dans sa chambre, dans ce petit sanctuaire improvisé, cela la faire sourire. Encore. Et Encore.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t891-rowena-le-paon-de-ceci https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2210-rowena-journal-de-bord En ligne
ZvezdanZvezdanArmure :
Pontifex

Statistiques
HP:
[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) G-bleu1800/1800[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) V-bleu  (1800/1800)
CP:
[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) G-rouge1350/1350[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) G-jaune1800/1800[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) V-jaune  (1800/1800)
Message Re: [Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18)   [Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) EmptyMer 27 Jan - 20:32
- Hmmm... Tu sais ce que tu fais, hm ? Tu sais ce qu'il veut dire, ce sourire sur mes lèvres. Ce regard qui reste dans le tiens. Tu sais pourquoi je m'approche doucement de toi, pourquoi sous la couette, il y cette main qui se pose sur ta cuisse, et qui remonte doucement... Une courbe, une hanche, un bras, une épaule, puis à ta joue... Puis quelques murmures déposés tout prés de tes lèvres. Tu sais qu'à ce rythme, ton imagination et ma bonne humeur matinale risquent de se trouver un terrain d'entente...

Un regard qui brûle, juste un instant. Une proximité plus seulement intimiste, mais doucement gourmande, doucement dangereuse.... Puis la pensée me passe l'esprit.

ça ne me fâcherai pas d'avoir cette bonne humeur plus d'une matinée, ceci dit...
La pensée me perturbe un instant. Pas une perturbation désagréable, non... Juste, une confusion passagère, et un sourire. Un regard plus doux. Et secrètement, un Zvezdan qui se tape sur le dos de la main intérieurement.

Parler tournoi, parler vin. Parler léger, et parler orgueil : parler comme un jeune guerrier trop sûr de soi pour son propre bien. Puis aussi, parler avec les yeux. Les mots, les joues rougies. Tseh... Si j'ai faim ?

Lentement, un corps qui pivote, qui bouge, qui se rapproche encore. Qui se tourne de ton côté, jusqu'à venir m'inviter au-dessus de toi, jusqu'à peser doucement contre toi. Accoudé au lit, mes deux bras pour encadrer ton visage, je te regarde avec des yeux qui trahissent une faim, oui... Mais pas celle de l'estomac.
Une faim de toi.

Et je m'apprête à te sortir des mots qui mentent. Des mots qui disent que je n'ai pas faim, et qui rajouteraient qu'à choisir, c'est toi que j'irais bien dévorer. Des mot qui prétextent de ne pas vouloir abuser de ton hospitalité... Pour ensuite faire exactement ça. Mais je commence ma phrase, et il y a cette interruption du ventre, oui. Il y a un silence, puis... Puis je ris doucement.
Bon, ok, j'ai faim. Un peu.

Je te lance cet aveu, là, tout sourire. Et ça t'amuse, en plus, hein ? Je sens la caresse, sur mon ventre. Mon traître d'estomac. M'en remettre...

Je te souris un peu plus large. Puis, je penche mon visage vers le tiens, et vais chercher tes lèvres le temps d'un baiser. Plus long, moins sage que celui du réveil... Plus gourmand. Je m'y perds un moment, me perds dans ce plaisir simple mais intense, me perds avec toi... Doucement, une mordille au coin de ta lèvre inférieure, et je m'éloigne, pour me plonger dans tes yeux bleus. File avant que je te mange.

Je souffle du nez, amusé, puis me décale pour revenir m'allonger sur le dos. Je t'observe te lever, t'observe t'habiller. Un songe dans le regard, une rêverie à l'esprit... Et une proposition dans la voix. Plus simple, plus sage... Ou pas plus sage, selon un certain point de vue ? Je te lance ça presque comme une façon de calmer la petite voix qui me murmure des indécences à l'oreille, en partie... Mais te le lance parce que l'idée me plaît, surtout.
Eh oui. Le Pontifex sait chasser la viande, mais aussi la préparer. Certains chanceux au Dédale en sont même témoins... Tseh.

Mais sur le coup, je vois ta réaction, surtout. Et... Et je sais pas. Ça me fait bizarre. Là aussi, pas bizarre désgréable... Le contraire en fait.

- Ne te fais pas trop d'espoirs trop vite, qui sait si je cuisine pas comme un pied... Une plaisanterie légère : un quelque chose pour servir d'échappatoire. À qui ? Tseh. Va savoir.

Va savoir de quoi l'avenir est fait.
Là, seul dans cette chambre juste un instant. Quelques minutes de solitude après tout ce temps avec elle... Seul, dans ses draps. Seul, avec le souvenir de son corps, de ses mots, de ses sourires. Seul, avec ce goût sur mes lèvres et ces pensées dans ma tête. Tranquillement, mes bras s'étirent, et je me lève. Vais chercher mon pantalon, mais reste torse nu. Là, je me pose devant la fenêtre, pour regarder les rues du dehors. Camelot. C'est là, en bas, au milieu des passants... Et pourtant c'est si loin. Je pourrais être n'importe où d'autre que je m'en foutrais royalement, là maintenant.
Cet endroit, j'y suis venu pour ses opportunités. Pour prendre la température. Mais je ne pensais pas que c'est ce genre d'opportunité qui attirerait mon attention.

C'est... Si facile, d'oublier la colère, quand on se sent bien.
Si facile, d'oublier les blessures du passé, quand le présent est agréable.
Je t'entends revenir dans mon dos, alors que je garde les yeux rivés sur ce point à l'horizon par la fenêtre, pendant un instant. Finalement, je me retourne, vais chercher l'azure de tes yeux. Une remarque cynique qui me vient à l'esprit, juste un instant.
« Faire taire ce traître bruyant. » Des mots que j'ai pu entendre par le passé. Moins métaphoriques.

Un sourire étrange fait son chemin jusque sur mes lèvres, tandis que mes jambes me guident à me rallonger sur ce lit.

- Mon estomac va finir par croire que tu as une dent contre lui à force, tu sais. Une risette, puis mon bras qui se tend. La main ouverte, comme une invitation. Viens là. J'ai quelque chose à te montrer.

Je n'en dis pas plus, mais mon regard donne la suite. Un regard un peu comme celui de cette première fois, où j'ai tendu ma main pour lui proposer un voyage.
Simplement qu'il est accompagné d'un sourire différent, cette fois-ci.
Simplement qu'il y a cette malice qui brille dans mes yeux, cette fois-ci.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2032-zvezdan-cardinal-de-
RowenaRowenaArmure :
Cygne d'Euros (Est et Automne)

Statistiques
HP:
[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) G-bleu1350/1350[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) V-bleu  (1350/1350)
CP:
[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) G-rouge600/600[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) V-rouge  (600/600)
CC:
[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) G-jaune1200/1200[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) V-jaune  (1200/1200)
Message Re: [Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18)   [Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18) EmptyDim 14 Fév - 3:57
Un petit goût de risque. Il y a cette chaleur qui rougie ses joues avec plaisir quand une main remonte le long de son corps en de légères caresses pleines de promesses. C’est jouer avec les mots et les regards, feindre d’ignorer tout ce qu’impliquent leurs paroles, osciller sur un fil tendu entre eux. Ça la fait sourire, ce regard brûlant posé sur elle, cette étincelle qui s’éveille aussi chez elle dans ses yeux comme dans son ventre, quand tout près d’elle il murmure sans pourtant poser ses lèvres contre les siennes. Elle ne détourne pas ce défi, les prunelles bleutés appuyant cet amusement ressenti avec une voix chaude mais encore assez taquine.

« Nous ne devrions pas tarder à les laisser se mettre d’accord dans ce cas. »

Elle sait que c’est ouvrir une porte. Elle c’est que c’est raviver la flamme, risquer plus de cette proximité dans cette bulle qui grandit et s’épaissit pour mieux les isoler. Au fond, toujours cette petite voix sage qui invite à ne pas continuer, prudence à ne pas se brûler dans ces braises chaudes. Comme les autres fois, c’est plus simple de l’ignorer. Et ce n’est d’ailleurs pas elle qui fait reculer Rowena de cette faim qui gronde, mais un besoin plus trivial qui s’impose après cette longue nuit. Une faim bien réelle qu’appelle le corps, de façon certes moins bruyante que chez Zvezdan. Car aux corps qui se rapprochent, ces échanges de regards qui ne sont pas sans rappeler ceux de la veille sont peu à peu amenuisés par la réalisation. Repoussé contre le lit, encadrée par les bras de son amant, elle n’avait pas reculé ou même éloigné cette nouvelle proximité. Les caresses plus tendre voulaient laisser place à la fermeté sensuelle d’une danse renouvelée. Elle attendra, et s’il y a peut-être un peu de regret pour une seconde, ils savent que ce n’est que partie remise. Le sourire du Berserker trouve une réponse franche en celui de Rowena, et le baiser qu'il lui donne ne manque pas de faire vibrer son corps d’envie. C’est fort et plus intense, marqué de cette intimité développée, mais surtout d’une passion en attente. Il y a un petit soupir qui lui échappe, quand enfin il la libère de l’étreinte de ses lèvres, mais elle sourit, toujours. Et rit même de sa petite remarque.

« Bientôt. » Ne peut-elle s’empêcher de répondre, mais s’éloignant sans hésiter pour s’habiller et ne pas risquer de tomber à nouveau dans ses bras, ou même d’être capturée.

Comme les flammes d’un foyer, l’humeur de l’instant entre eux varie entre la passion qu’inspire les corps, et les envies plus douces de promesse de prochaines rencontres, de vin et de repas préparé. Cela n’a pas le même goût, la même saveur, pas pour Rowena en tout cas dont le coeur est touché. Elle ne sait pas si elle est la seule, si pour elle cela signifie plus que simplement espérer un peu de bon temps et d’oubli. Et pourtant, s’il n’est pas prudent de s’engager à cela, elle laisse les émotions parler sur son visage et dans sa voix. Simplement parce qu’elle y prend plaisir, et parce qu’elle aime cela. « Même si c’était le cas, ce n’est pas grave, je l’apprécierais tout autant. » ce n’est pas ça qui compte. Le coeur le pense, mais cela ne sera pas dit. Mais pas d’échappatoire cependant, juste une émotion illustrée par des mots. Ça en dit trop peut-être, d’envier simplement ce partage qu’il lui propose, et peu importe si cela ne s’avère pas bon ou à son goût. L’intention y est, quoiqu’elle signifie réellement.

Elle s’esquive rapidement après ça, pour la nourriture qui est une bonne excuse pour changer de sujet et faire redescendre un peu la chaleur qui s’est accumulée sur ses joues et sous sa peau. Peut-être. Mais elle revient vite, retrouvant l’air tendre et moelleux de la chambre. C’était à son tour de faire une petite plaisanterie pour éloigner ce qui compte vraiment. Comme ce coeur qui tremble de voir Zvezdan à la fenêtre, simplement parce qu’il est toujours là et qu’elle aime ce qu’elle voit. Une petite ribambelle de tambourinements ridicules à juste l’observer et taquiner. Elle se mord la lèvre cette fois pour retenir une petite réplique qui lui vient à l’esprit. Peut-être que oui, je lui en veux d’avoir interrompu un peu plus tôt. Mais un peu de bon sens et de décence l’empêche de le dire, là où elle ne peut s’empêcher de le penser. « Oh loin de moi l’idée de lui en vouloir, sinon je ne le nourrirais pas. » Dit-elle amusée en déposant le châle de ses épaules sur la chaise, tout en observant le Berserker retourner vers le lit. Elle l’y suit d’un pas tranquille, et quand il tend la main dans une proposition qui n’est pas sans rappeler leur première rencontre, elle l’attrape sans hésitation. La première fois non plus, elle n’avait pas si longuement hésité. Elle avait pesé le pour et le contre, et cette fois, il n’y a plus tant de raisons de le faire. « Tu me prévois un autre voyage ? » Elle est plus sage, en se posant près de lui sur le bord du lit, main dans la sienne, mais curieuse et ouverte de ce qu’il veut lui montrer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t891-rowena-le-paon-de-ceci https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2210-rowena-journal-de-bord En ligne
 
[Mi-Mars 553] Croquer la pomme c’est céder à la tentation [PV Zvezdan] (+18)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Libro Scripturae :: Britannia :: Camelot :: Haut-Pavé-
Sauter vers: