Votez
I
II
III
IV
V


Avril 553 AD (Jusqu'au 5 mai 2021)
 
Partagez
 

 [mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
RymeRymeArmure :
Armure du Lion

Statistiques
HP:
[mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair] G-bleu1800/1800[mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair] V-bleu  (1800/1800)
CP:
[mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair] G-rouge1200/1200[mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair] V-rouge  (1200/1200)
CC:
[mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair] G-jaune1650/1650[mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair] V-jaune  (1650/1650)
Message [mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair]   [mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair] EmptyJeu 10 Déc - 17:30
Cette robe ne lui avait pas porté bonheur. Au mieux avait-elle attiré le regard de drôles de lurons. Toutefois, Ryme s'était surprise à apprécier ce bal, plus qu'elle ne l'avait prévu. Bien sûr, Paros y était pour quelque chose. Sa bonne patte et son optimisme avaient suffit pour réchauffer bien des cœurs et ce, à bien des égards.

Peut-être même un peu trop, à bien y resonger.

Dans la Salle de bal, la jeune femme s'avançait, seule cette fois-ci. Plus le temps s'écoulait, et plus Camelot et ses entourages commençaient à lui sembler familiers. Petit à petit, elle anticipait les tournants d'un couloir et prenaient des raccourcis plus que bienvenue. Quelques têtes pouvaient même se faire attribuer leurs noms exacts ; un miracle pour celle qui privilégiait le fer plutôt que la diplomatie. Pour autant, dans cette troupe, Ryme continuait à sonder les traits et la stature de chacun des convives. Chevelure après chevelure, la grosse crinière de son maître était encore une inconnue dans cette foule de démons.

Suite à quoi, Ryme décida de s'enfoncer dans une autre salle. Un endroit de piété, un endroit de culte. La fresque de l'un des murs attira toute son attention : face à la représentation d'Athéna, se dressaient par la même occasion Poséidon et Apollon, représentés par des couleurs et des symboles les représentant avec justesse et sobriété. Cette même sobriété n'en finissait d'ailleurs pas de s'étendre : statues et silence religieux imposeraient même au plus turbulent des soldats le respect. Avec un R majuscule. Bien moins fréquenté que la salle de Bal, Ryme y repéra finalement une tête familière.

Des cheveux longs, ponctués par une légère préférence pour la discrétion. Etait-ce elle? S'avançant, la Sainte entreprit le premier pas, comme à son habitude.

"Findabair", se présenta-t-elle, fièrement. "Un plaisir de te revoir."

Leur première et dernière rencontre n'avait pas quitté sa mémoire. Pour bien des raisons, en réalité. Terrée sous le mystère de son masque, Ryme reprit ses présentations, avec plus de curiosité cette fois-ci.

"Même si, je m'attendais tout de même à vous revoir ici, tôt ou tard ! Après tout, n'y a-t-il pas de toutes les personnalités, par ici ? D'honnêtes gens comme de...eh bien, de moins honnêtes gens." Le temps de sonder les réactions de la jeune femme, et peut-être même de la mettre à l'aise, Ryme laissa la jeune femme s'accommoder de sa présence. "Que penses-tu de ce bal ?"

En réalité, l'état d'humeur de Findabair était encore un mystère. Là encore, il était difficile de savoir par avance quelle personne l'un des convives pouvait rencontrer dans la Tour comme dans cette ville. Léodagan en savait quelque chose. Endymion également.

Quels étaient donc les petites anecdotes de l'Irlandaise?


Dernière édition par Ryme le Lun 21 Déc - 19:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu En ligne
FindabairFindabairArmure :
...
Message Re: [mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair]   [mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair] EmptyVen 11 Déc - 17:10
Les festivités avançaient à leur rythme, se banalisaient dans la cité, pour suivre le long cours de l’histoire. Dans le bal, une princesse s’enfermait elle-même dans de nouvelles habitudes. Quelle bénédiction que cette salle, moins étouffante que les autres. Un espace où il lui était possible de méditer en paix. Autant de phases qui lui permettaient de mieux profiter des rares conversations qui se présentaient à elle en soirée. Des rencontres, puis des retrouvailles.

Une voix familière, de lui venir, d’attirer son attention. Se retournant, surprise, Findabair trouva nichée devant elle la jeune personne rencontrée en ville. Mais bientôt, le moment de flottement se dissipa pour dessiner sur ses traits un sourire amical. La joie spontanée, cela tenait sans doute à ce tutoiement inhabituel. Une manière de parler percutante, qui ne la dérangeait pas. Amusée, elle lui rétorquerait :

– Vous m’en voulez si je vous dis que je ne m’attendais pas à vous trouver ici ?

Son sourire chancelant brièvement, la princesse du Connaught réalisait sa maladresse. Aussi se reprit-elle aussitôt, un peu embarrassée :

– Pardon… je devrais te tutoyer aussi. C’est… Enfin, je n’ai pas vraiment l’habitude.

Le sourire embêté, Findabair se massa un instant l’autre main. Il était temps de rebondir sur l’échappatoire offerte sur un plateau. Levant les yeux au coin de ses orbites, elle réfléchissait. Oui, ce bal, qu’en pensait-elle ?

– Eh bien, il est différent de ceux que j’ai connu. Est-ce parce que la plupart des invités ne sont pas coutumiers de l’exercice ? Je ne sais vraiment. À vrai dire, je m’attendais à me faire cuisiner. Je crois que c’est pour cette raison que j’ai choisi un coin plus tranquille. Les personnes que j’y ai trouvé sont bienveillantes, intéressantes. Même si… enfin, l’empathie peut-être plus dangereuse que l’antipathie.

Grimaçant légèrement, Ryme pouvait remarquer les œillades de la jeune dame à droite à gauche. Selon toute vraisemblance, elle était vigilante à son environnement. De l’inquiétude ? Cela pouvait être étonnant, pour une personne de sa qualité.

– L’autre soir, j’ai rencontré un jeune homme dont la peine m’a touchée. J’espère qu’il se porte bien… Je ne l’ai pas revu depuis…

Soucieuse, elle finit par se laisser aller à des sentiments plus agréables. De la curiosité adressée à sa chère amie.

– Et toi-même ? Tu te plais ici ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RymeRymeArmure :
Armure du Lion

Statistiques
HP:
[mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair] G-bleu1800/1800[mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair] V-bleu  (1800/1800)
CP:
[mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair] G-rouge1200/1200[mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair] V-rouge  (1200/1200)
CC:
[mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair] G-jaune1650/1650[mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair] V-jaune  (1650/1650)
Message Re: [mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair]   [mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair] EmptySam 12 Déc - 4:05
Oh oui. Parfaitement, même. Ryme lui en voulait pour l'avoir prise pour le dernier des pécores existants ! Outrée, la Sainte croisa des bras et montra son mécontentement. Ce petit coup de théâtre fut heureusement de courte durée : En vérité, cet aveu fut bien loin d'être prise pour une offense dans ses petites oreilles de contrebandière. Excepté ses obligations auprès du Sanctuaire, elle-même ne savait pas ce qu'elle faisait ici.

"Pas coutumier ? Tu parles. Ca réunit des pirates, des contrebandiers, peut-être même des brigands...Alors oui, tu vas rencontrer des gens beaucoup plus communs."

Aucune insulte ne ponctuait le ton de sa voix. Ce n'était qu'une simple constatation ou tout au mieux, une mise en garde. L'instant suivant néanmoins, Ryme sourit sous son masque et abandonna ses opinions personnelles. Pour une fois, Findabair se montrait pipelette, comme si elle avait quelque chose de précieux à raconter de sa nuit précédente. Ce genre d'anecdotes eut toutefois la capacité de réveiller la curiosité de la Lionne qui, étonnée par les propos de l'Irlandaise -elle ne savait comment les traduire : était-ce synonyme d'une mauvaise rencontre autour d'une bonne entente ?-, poursuivit ses questions le plus naturellement possible.

"Un jeune homme ? Il ne t'a rien fait de mal, j'espère ? Il était...Blond, peut-être ? Avec quelques mèches rousses ? Un air naïf, lent à la détente et un peu mollasson parfois ?", fit-elle malicieusement en se massant le menton de son masque, avant de se raviser dans ses conclusions hâtives... "Quoique, non. Ce jeune homme-ci n'a pas quitté mon bras, et il s'en est fallut de peu pour qu'un démon masqué vienne le faire frire aux petits oignons dans des idées mesquines et...et sournoises aussi ! "

Un rire léger s'échappa de ses lèvres, atténua par son poing mais révéler à la lueur du jour par les yeux de jade de la jeune femme, aussi vivants que rieurs. En définitive, l'homme était encore une inconnue dans son grand échiquier. Sous ses grands airs, Ryme n'en mena pas large lorsque la jolie brune lui adressa sa première question. Pertinente, qui plus était. Se plaisait-il ici ? Tout bas, elle réfléchit. En arrivant sur les lieux, elle s'était vue jeté dans une fosse aux lions. Pourtant, au fil des événements, elle avait pris beaucoup de plaisirs à passer d'aventures malencontreuses à d'autres découvertes, beaucoup plus agréables, quant à elles. Alors, comment résumer toutes ces impressions en peu de mots ?

Peut-être en allant juste à l'essentiel...

"Plus que prévu. Je suis arrivée la mort dans l'âme, mais j'en suis ressortie amusée grâce à quelques amis. Je me demande quand est-ce que nous verrons les fameux combattants de cette Cour. Je dois bien avouer ne pas avoir envie de mêler aux embrouilles de la politique, et...Ca m'intéresse davantage. Je veux dire, de voir la chevalerie de Camelot."

Qui ne le désirait pas, après tout ? Ils étaient là pour assister au couronnement du Roi...



[mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair] Ryme_s10

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu En ligne
FindabairFindabairArmure :
...
Message Re: [mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair]   [mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair] EmptyDim 13 Déc - 13:41
Avec plaisir, Findabair retrouvait le caractère pétillant et malicieux de la jeune Ryme. À sa taquinerie, la Sainte de jouer sa partition de convive outrée. Intuitivement, la princesse vit instantanément à travers la comédie, portant elle-même le masque hautain que l’on prêtait aux membres de la haute noblesse en réaction au mécontentement de la gueuse. Là aussi, sans s’y attarder, juste suffisamment longtemps pour renouer avec cette complicité gagnée l’autre jour. La raison de la singularité de ces festivités était éclairée avec justesse. Cette fois, les dalles du bal n’étaient non pas essuyées par les habituels courtisans et courtisanes ayant fait des bonnes manières leur métier, mais aussi par des individualités à qui on prêtait couramment de basses vertus.

Observant son interlocutrice s’étendre en caractérisations peu flatteuses qui ne sonnaient toutefois pas comme des critiques dans sa bouche, la princesse du Connaught se demandait quelle image elle pouvait bien se prêter. Celle d’une guerrière, comme elle l’avait laissé entendre l’autre jour ? Quant au portrait qu’elle dessinait du vil prédateur que la suivante d’Athéna se faisait, la fille de la Sorcière plissa les yeux. Une circonspection spontanée, qui précéda un rire qui lui était cette fois difficile de bien contenir suivant ses enseignements de bonne conduite.

– Rien de tel fort heureusement ! Tu te doutes bien que je n’en mènerais pas large si je m’étais trouvée sur le chemin d’un tel foudre de guerre ! Ce mignon prédateur… ton cavalier ? Je serais curieuse de le rencontrer !

Inclinant légèrement la tête sur le côté, la jeune femme aux prunelles d’émeraude s’étonnait de la suite. Quelqu’un était venu le malmener ? En soi, rien de très étonnant en de tels événements. Derrière les fars et les beaux déguisements, se cachaient couramment les vautours et les harpies.

– Oh… Et es-tu venue à la rescousse de ton prince en détresse ? À ce que j’entends, il avait grand besoin d’être libéré de sa tour, séquestré par ce vil dragon que tu me dépeins !

Se livrant au jeu du relâchement avec son amie, Findabair s’évadait de son quotidien étouffant, révélant une personnalité en demande de ces petites scènes de simplicité, d’égarement. Cela dit, il lui parut que l’expression de son interlocutrice s’assombrissait un peu. Une ombre d’inquiétude lorsqu’elle délivra le début de son sentiment. En ce qui concernait sa soif qui n’attendait que d’être étanchée, la princesse d’y répondre d’une pareille impression.

– Hm, il est vrai que nos hôtes ne se sont pas faits très présents jusqu’à maintenant. J’en viens à me demander si le jeune Artorius n’est pas en fait un homme de paille. Tu imagines le scandale si ça s’apprenait ?

Disait-elle, comme pour repousser à son tour le début de mélancolie de l’italienne. Après quoi, de reprendre plus sérieusement :

– À vrai dire, je ne sais vraiment ce qu’il se passe. J’ai le sentiment que la cour de Camelot s’est laissée surprendre par des imprévus encombrants. Notre représentante au tournoi n’y a pas aidé, avec son dernier coup de sang… mais j’ai entendu dire qu’une autre affaire d’ampleur couvait avec les guerriers d’Arès. L’un d’eux aurait été arrêté. Un participant du tournoi encore en lice. En outre, une histoire embarrassante pour les Ligures.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RymeRymeArmure :
Armure du Lion

Statistiques
HP:
[mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair] G-bleu1800/1800[mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair] V-bleu  (1800/1800)
CP:
[mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair] G-rouge1200/1200[mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair] V-rouge  (1200/1200)
CC:
[mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair] G-jaune1650/1650[mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair] V-jaune  (1650/1650)
Message Re: [mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair]   [mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair] EmptyDim 13 Déc - 18:31
S'il y avait bien une chose qu'elle, la grande, fameuse, terrible Disciple du Lion, appréciait lors de chiches mais naturelles réunions, c'était de lever les verres et raconter des anecdotes absurdes. "Ce genre de choses", comme il lui plaisait à affirmer. Aussi, ces histoires de prince-princesse, de dragon-Marina et de foudre de guerre ne purent que l'inspirer dans ses odieuses démarches...Hésitante, le doigt tapotant sur ses seules lèvres apparentes et libérées par son demi-masques, la vérité éclata au grand jour.

"Eh bien, oui, j'en ai bien peur. Mon cavalier a agité un mouchoir blanc à sa manière."

Sans aucun mal, Ryme l'imagina agiter son tissu à dos de cheval et retint de justesse son fou rire. Etait-ce cela, le fardeau d'un Chevalier de Bronze ? D'être ainsi malmené par les siens ? Plutôt qu'une question de hiérarchie, la belle avoua ses petits crimes amicaux.

"Le pauvre, il s'est retrouvé face à un diseur de bonne aventure venu des mers qui ne cessait de le dévorer du regard et de lui faire des offres un peu..."frontales", disons. "Vous avez un coeur si pur", "j'aime ce que disent les étoiles sur toi", etc. Je crois que j'ai trouvé la pire façon de faire la cour à quelqu'un. Je note la méthode atlante." en finit-elle avec ses imitations, toujours aussi amusée par les circonstances. "Il a fini par décliner poliment l'offre, le rouge aux joues. Tu imagines bien que c'était, oh, très amusant à observer !"

Son rire conclut définitivement ce doux portrait. Ô tendre Paros, qu'il ne lui en veuille pas de se confier à une amie proche ! Mutine, Ryme releva les manches improvisées de son élégante robe de soie, comme pour enfoncer les derniers clous du cercueil.

"Mais il s'est débrouillé comme un grand garçon. Après tout, c'était moi la demoiselle en détresse en arrivant dans la cour. Il y avait tellement de monde...Et puis il est venu. Je ne peux pas lui enlever ça."

Son cavalier avait ses qualités. C'était indéniable. Il savait entrer dans les bonnes grâces de ceux qu'il croisait. Les mains jointes, Ryme écouta, intéressée. Les hypothèses délivrées sur le futur Roi venaient tout juste de gagner toute son attention. Pour autant, la Sainte nia une partie de ces fabulations avouées.

"Oh non, Artorius n'est pas un homme de paille. En théorie, du moins. Quand à savoir s'il est véritablement motivé à organiser toute cette réception, c'est autre chose."

Un regard vers la statue en bois et les tapisseries. Apollon, Athéna et Poséidon réunis. Tous ensemble, pour veiller sur Camelot. Peut-être était-ce le moment de faire parler les peintures et représentations de cette salle ? De révéler leur froide vérité ?

" Je ne suis pas étonnée. Les guerriers d'Arès ont toujours été ainsi. Et je crois comprendre que d'entre toutes nos divinités, leur présence ici n'est pas justifiée. Cela étant, il me plait d'avance de voir comment les Ligures vont rendre justice et défendre leur honneur." Son regard rejoignit celui de Findabair. "Avez-vous rencontré notre "Sainteté" Grand Pope, ou un autre Chevalier ?"

Avec un peu de chance, Findabair ne l'appellerait pas "notre Sainteté", justement. Or, la Sainte du Lion ne laissa aucun indice à ce sujet. Elle se plaisait d'avance à découvrir les lieux. La jeune femme était-elle capable d'éclairer ses chandelles ?




[mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair] Ryme_s10

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu En ligne
FindabairFindabairArmure :
...
Message Re: [mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair]   [mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair] EmptyLun 14 Déc - 2:22
Décidément, ce pauvre cavalier devait éprouver un bourdonnement strident à l’oreille avec ces discussions qui se portaient sur son dos. Heureusement, les plaisanteries se voulaient bienveillantes. Quand bien même il n’était pas présenté à son avantage, ces descriptions avaient déjà gagné la sympathie de la princesse du Connaught, comme le montrait l’étincelle sur ses prunelles d’émeraude. Le malheureux avait visiblement attiré l’attention d’un obscur personnage, de quoi inspirer de la compassion à la dame de cour. C’était bien là l’un des risques les plus embarrassants de ces bals, que de croiser le chemin d’un individu s’essayant à la courtoisie sans le talent afin de partager le lit de sa proie.

Lorsque Ryme cita les différentes répliques du bougre en question, Findabair ne put s’empêcher d’étouffer quelques rires avec un air qui disait assez clairement : non, sérieusement ? Et dans le fil de ces confidences, il apparaissait que le courtisan était un atlante. Une information qu’elle garderait dans un coin de la tête. Il ne faudrait pas qu’elle soit à son tour victime de ces coutumes gênantes. Après tout, l’observer plutôt que le vivre, c’était tout de même préférable.

Quant à ce que le jeune homme trouva d’évidence de réaction pour taire les ambitions cavalières du Marina, la jeune femme se laissa attendrir. Décidément, il devait être bien jeune pour faire preuve d’autant de candeur… Une caractéristique qui ne lui apparaissait pas vraiment comme un défaut. Au contraire, elle ne désirait que davantage de le rencontrer.

– Sa personnalité semble des plus rafraîchissantes ! Me donnerais tu son nom ?

Après tout, il serait dommage de ne pas apprécier la bête à sa juste valeur si elle devait le croiser par hasard. Pour ce qui concernait le futur roi de Camelot, la surprise marqua un instant ses traits.

– Comment ? Tu l'aurais déjà rencontré ?

Une curiosité sincère, car après tout, en dépit de leurs longues conversations, Findabair ignorait encore beaucoup de choses sur son interlocutrice. Tout au plus en avait-elle assez vu et entendu pour à présent bien cerner l’essentiel de sa personnalité, qui lui était toujours très agréable. Le genre à mettre le doigt sur les plaisirs simples de la vie, sans pour autant s’aveugler des réalités de ce monde. Une manière d’exorciser ce qui rendait l’existence si difficile à aborder. Une prouesse dont elle était bien incapable seule, mais qui pourtant, lui apparaissait évidente en présence de cette trépidante guerrière. À sa question, de réfléchir un moment, portant le doigt sur ses lèvres.

– Je ne crois pas avoir déjà rencontré aucun de ces Grands Popes. En revanche, l’autre soir, le chevalier du Verseau est passé me voir. Un nommé Kilian. Une personne d’une grande sensibilité. Un peu trop, peut-être. Il m’est apparu si triste, si égaré lorsque nous nous sommes quittés. Et je ne l’ai pas revu depuis… J’espère qu’il se porte bien. Peut-être le connais-tu ?

Demandait-elle, une lueur soucieuse dans le regard. Ryme pouvait y lire une forme de culpabilité, mêlée à de l’inquiétude. Ce même regard qu’elle avait pu montrer dans les phases où elle observait alentour, au début de la conversation. Jetant à son tour une œillade vers les tapisseries, il apparaissait qu’elle ne s’y retrouvait pas vraiment. Une ombre sur l’expression, qu’elle veillait à dissiper rapidement pour montrer un visage plus neutre.

– Pour ranger sous une même bannière trois dieux s’étant si souvent affrontés, ces représentations sont au moins aussi cavalières qu’un atlante. À se demander ce qui peut bien les réunir aux yeux des Ligures.

À cet instant, de rencontrer le regard de son interlocutrice, traduisant une intensité aussi soudaine qu'étonnante. Comme si elle cherchait à exprimer quelque chose. L'exprimer, sans vraiment le pouvoir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RymeRymeArmure :
Armure du Lion

Statistiques
HP:
[mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair] G-bleu1800/1800[mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair] V-bleu  (1800/1800)
CP:
[mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair] G-rouge1200/1200[mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair] V-rouge  (1200/1200)
CC:
[mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair] G-jaune1650/1650[mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair] V-jaune  (1650/1650)
Message Re: [mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair]   [mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair] EmptyMar 15 Déc - 3:28
Une personnalité rafraîchissante. Il était vrai que Paros avait tendance à forger cette réputation auprès des Chevaliers qu'il croisait. Aussi, Ryme ne contredit pas Findabair sur ce point, et l'encouragea même d'un hochement de tête. Il était amusant de voir qu'une envie ne se fondait qu'en quelques éloges de valeurs et de maladresses rassemblées en un si petit brin d'homme. Ses pensées se faisant furtives, la Sainte du Lion songea que son confrère pourrait sûrement aider la jeune femme à oublier cet air si triste qui mûrissait sur son visage. Tant d'enthousiasme ne put que réveiller une malice amicale. Un peu fourbe, également.

Une idée germa alors dans son esprit.

Celle-ci lui parut bonne et, faisant appel à son éloquence, Ryme renchérit immédiatement. Enjouée.

"Tu veux son nom ? Bien entendu...Même si, entre nous, tu reconnaitras sûrement un tel homme de loin !" Forcément. Son regard malicieux roula, pour se planter dans celui de Findabair. "C'est "Sire Paros". Mais tu le verras bien vite arriver. Il est très connu, plus que la moitié d'entre nous, même. Au Sanctuaire, c'est même un enfant prodige !"

D'un enthousiasme mesuré, Ryme reprit pourtant son laïus, comme inspiré par une Muse. Fière de son masque, les traits de son visage étaient totalement masqués, à son plus grand bonheur. Sa voix ferait le reste du travail et demeurait ainsi son seul enjeu actuel.

Il était d'inventer "le mythe de Pégase".

"Malgré ses airs naïfs, il a gagné contre de nombreux autres Chevaliers avec aisance, une vraie terreur, que dis-je, un héros ! L'un des meilleurs d'entre nous, au même titre qu'un Chevalier d'Or." Malgré son bobard, Ryme garda un air sérieux et convainquant. Sa main levée, figée dans une démonstration de puissance, traduisait encore la force de son récit. "Mais bon, vu qu'il est très humble, il faut le ménager ce jeune homme. Le respecter également. Ce serait une chance énorme qu'il vous ferait, s'il venait à vous parler en personne ! "

Avec un peu de chance, cela intimiderait ou impressionnerait sa jeune amie. Suffisamment pour manigancer une rencontre cocasse, si ce n'était planifié dans un avenir proche. La Sainte imaginait déjà sans mal les paroles respectueuses et mesurées que l'Ecossaise adresserait à Paros. Mentalement et intérieurement, un fou rire éclata et il fut bien difficile de contrôler ses mensonges !

Ô grand Chevalier Poney. Puissez-vous écouter les histoires que l'on conte sur vos légendes !

Au moins autant que ce futur roi couronné...

"Mais sinon, personnellement, non. Je ne connais pas Seigneur Arthur. Mais mes collègues l'ont souvent vu." De légende en légende, il n'y avait qu'un pas. Cette transition était la bienvenue pour introduire l'épineux souci du Roi absent. "Mais je crois, en effet, que nous ne nous sommes pas présentés correctement, à Camelot. Je suis la Sainte du Lion, disciple de Childéric. J'ai...été récemment nommée, je dois bien l'avouer. Mais les miens ont eu l'occasion de l'entrevoir par le passé."

Laconique, ses mots s'arrêtèrent à mi-chemin sa pensée. Ryme ne savait pas l'étendue des connaissances politiques de Findabair à ce sujet. D'ailleurs, elle-même se gardait bien d'en expliquer les tenants et aboutissants. C'était là un savoir que la jeune Italienne ne pouvait se vanter de connaître. Kilian, en revanche, était une donnée autrement plus familière, qui méritait dès lors toute son attention.

"Le Chevalier du Verseau ? Ce n'est pas un grand ami mais une connaissance, oui. De notoriété, il est surtout...distant. Timide. Un peu naïf. Et craintif, aussi. Enfin, c'est un homme, donc il est beaucoup de choses. Tu sais comment ils sont !" Cette question lui mit la puce à l'oreille. Qu'avait-il fait pour que Findabair elle-même en épreuve de la pitié ? "Il semblait douter de mes futures capacités d'alchimiste. Je me demande pourquoi. Pourquoi donc cette question ?"

Le Chevalier du Verseau n'était pas l'homme le plus amical. Toutefois, sa réputation était encore anecdotique, peut-être trop pour en parler en bien ou en mal. Ce n'était visiblement pas le cas de Findabair néanmoins, qui en gardait des mémoires pour le moins...Particulières.

"Aussi cavalières qu'un atlante, hm? " La comparaison lui soutira un sourire. La main sous le menton, Ryme continua à observer les tapisseries en laissant libre court à ses commentaires. Le fait de laisser s'égarer son imagination vers diverses hypothèses la motiva plus encore à comprendre cette histoire muette et, de prime abord, incompréhensible. "Peut-être s'agit-il là d'une brève coopération. Peut-être que certains Ligures ont indépendamment une sorte de lien avec ces trois dieux ?"

Après tout, Artorius était familier avec les Saints. Quel motif pouvait bien destiner ses suivants à respecter cette alliance inexistante, dont tous les objectifs personnels semblaient les séparer sur chacun des tableaux ?





[mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair] Ryme_s10

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu En ligne
FindabairFindabairArmure :
...
Message Re: [mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair]   [mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair] EmptyJeu 17 Déc - 1:03
Cet éclat dans le regard de Ryme… Ce sourire… Il y avait un quelque chose qu’elle reconnaissait. Quelque chose que l’on peut retrouver couramment dans les grandes cours d’Europe. Le plaisir des potins. L’amusement à grossir le trait, à créer des situations rocambolesques pour le divertissement de tous. « Sire » Paros, donc. Un guerrier qui recevait les meilleures éloges de la suivante d’Athéna. Un angle de jeu qui ne déplut pas à la princesse. Aussi, se laissa-t-elle entraîner, découvrant un visage étonné à son interlocutrice. Oui, comment ne pas être impressionnée en prenant conscience d’une existence si admirable ?

– Oh…

Paros se voyant dresser une réputation redoutable, Findabair prit une expression inquiète. Après tout, ce guerrier, si naïf soit-il, pouvait apparaître comme une personne bien dangereuse pour une princesse vulnérable du Connaught. Heureusement, la suite devait la soulager. Un homme modeste, méritant la plus grande des intentions.

– Eh bien… je ne sais si je suis vraiment digne…

Marmonnait-elle, peu confiante. La jeune femme aux prunelles d’émeraudes avait grandi au milieu des harpies. De fait, elle avait eu l’occasion d’exercer son sens de la comédie. Tout de même… si intimidant apparaissait-il, Ryme en avait assez dit pour que la curiosité prenne le dessus.

– Tu accepterais de m’accompagner lorsque nous le verrons ? Seule, je crains de ne pas oser…

Car après tout, pour investir autant d’efforts à esquisser ce portrait, c’est que cela devait mener à cette rencontre cocasse. Un moment qui lui permettrait de rompre un peu avec son quotidien. Oui, il fallait bien s’amuser, de temps en temps.

Ce petit jeu terminé, sa vis-à-vis en revenait au sujet des hôtes de ces festivités. Ainsi, le roi était un ami de ses amis. Quelque chose qui put l’interpeller, traversée cette fois d’une surprise plus sincère. La Sainte du Lion, élève du Grand Pope. Trop contente de lire derrière le subterfuge de sa comparse, la jeune dame avait négligé les indices sur sa loyauté vraisemblable. Après tout, n’était-elle pas la cavalière d’un chevalier d’Athéna ? Soucieuse, Findabair chercha à cacher son trouble. La peur du jugement. La peur que quelque chose se brise. Enfin, elle lui devait bien… D’un sourire craintif, elle lui renvoyait donc la politesse :

– Quant à moi, je suis la princesse du Connaught… fille de Mebd.

Sur sa dernière confidence, la jeune femme avait hésité, la voix peu affirmée. Mais à présent que le moment était venu de se découvrir, il valait mieux ne pas chercher à la tromper, ne fut-ce qu’un instant. Pour un peu, on pouvait lire sur son visage une forme de honte. Au minimum, un manque d’assurance.

Bien sûr, comme servante d’Athéna, Ryme connaissait le Verseau, sans être particulièrement proche de lui. Qu’elle cherche à détendre l’atmosphère parlant des hommes, Findabair apparut moins réceptive.

– Je suis seulement inquiète… Je ne peux expliquer pourquoi. Je ne souhaite pas lui nuire…

Lorsque l’attention de ces deux invitées se reporta sur les tapisseries, le regard de l’enfant de la Sorcière se fit plus introspectif.

– Je ne pense pas. Leur lien me semble être plus profond, bien éloigné de nos réalités humaines. À Rome, trois dieux étaient liés par un Rêve. Ici, je ne saurais dire.

Évasive, elle laissa planer un silence. Faisait-elle bien de rester ici ? Levant les yeux vers son interlocutrice, l’Irlandaise jaugeait son expression. Lirait-elle du rejet ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RymeRymeArmure :
Armure du Lion

Statistiques
HP:
[mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair] G-bleu1800/1800[mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair] V-bleu  (1800/1800)
CP:
[mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair] G-rouge1200/1200[mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair] V-rouge  (1200/1200)
CC:
[mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair] G-jaune1650/1650[mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair] V-jaune  (1650/1650)
Message Re: [mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair]   [mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair] EmptyVen 18 Déc - 3:51
Un large sourire naquit sur les lèvres de Ryme.

Parfait !

Qu'elle la croit ou non, Findabair avait mordu à l'hameçon. Et, comme tout petit poisson docile, son assaisonnement n'en serait que plus...que plus terrible et épicé ! Fière de son astuce, la jeune femme se délecta de cette acceptation à venir. Elle hocha même vivement de la tête lorsque la petite dame lui proposa de l'accompagner. Ses mains se réchauffaient et s'énorgueillissait de sa victoire, à première vue. Son plan marchait à la perfection. La Sainte commença ainsi sa journée de bonne humeur, prête à surmonter tous les défis que ses fans lui proposerait d'adopter.

"Volontiers, je vous mènerai à lui. Même si...Je suis certaine que lui, oserait sûrement aborder une si jolie jeune femme !

Un rire amusé et expressif éclata un bref instant dans la salle de bal, quand la Sainte se rappela subitement que le Silence y était maître. Aussi, étouffa-t-elle tant bien que mal son petit délit sous son masque albâtre.

"Enfin, tout ça pour dire que "Sire Paros" aime bien les compliments, mais il est très timide avec. Promettez moi seulement de faire preuve de la plus grande des politesses..."

Ces derniers mots et conseils donnés, la dure réalité et ses politiques frappèrent de nouveau. La vérité revint au galop et dissipa la gaieté qui avait précédé leur véritable présentation. D'entre toutes les allégeances possibles, celle de Findabair fut imprévisible. Sa surprise fut telle que les mots lui manquèrent dans un premier temps. La Princesse n'avait pas fait preuve d'hostilité envers les Saints, bien au contraire.

Alors, pourquoi l'avouait-elle seulement maintenant ?

"Oh. Je vois...Je ne m'éloignais peut-être pas de la réalité, finalement. Mais du coup, tu es bel et bien une princesse." En un temps record, un silence un peu inconfortable s'installa. Ryme ne savait réellement où se placer et, quand bien même elle devinait l'inconfort éprouvé par l'Irlandaise, la jeune femme ne fut ni déçue, ni indifférente. Elle était simplement perdue. Ses prunelles de jade interrogèrent ainsi la jeune femme à ce sujet. Une dernière fois. Juste pour être sûre. "Hm, t'as pas l'intention de me jeter un sort funeste de nul part juste parce que je suis une Sainte, hein ? Si c'est non, alors je n'y vois pas de mal...de mon côté, en tout cas ?"

Vainement, ses tentatives pour alléger l'ambiance n'étaient pas aussi réussies que prévues. Hors de ses pensées, ses doigts initièrent leur dernière danse, a capella, sur son bras, avant de cesser toute forme de gestuelle trahissant son engouement. Ryme venait de se rendre compte d'une évidence, et pas des moindres.

Findabair devait être au courant.

"D'ailleurs, tant que j'y pense, tu devais le savoir depuis un moment que j'étais Sainte, non ? Le masque, la tradition, tout ça...Tssss, maintenant je me sens presque crédule."

Dodelinant de la tête, Ryme désapprouva dans la plus grande ironie les subterfuges macabres et sournois de Findabair. Ô, c'était de bonne guerre. Les masques ne faisaient pas des femmes Chevaliers des cibles faciles, après tout ! Quant au Chevalier du Verseau, la jeune Lionne ne sut qu'en penser. Tout comme les autres sains, il devait prendre ses responsabilités et traverser les obstacles à sa manière, de façon à ne pas inquiéter une personnalité déjà elle-même trop impliquée dans ses propres affaires...Haussant des sourcils, forte de cette méditation, la jeune femme soupira. Et tint son discours avec flegme.

"Tu sais, le Verseau est un grand garçon. Il peut encaisser quelques coups, comme tous les autres Chevaliers. Et, dans le pire des cas, si nous sommes faibles ou que nous fautons, nous en payons le prix...On sert pour ça. Puis bon, une bonne mandale, c'est aussi parfois un bon rappel."

C'était là une règle d'Or respectée par tout chevalier. Restait maintenant à savoir si dieux comme hommes respecterait leur serment. Leurs promesses également.



Dernière édition par Ryme le Lun 21 Déc - 19:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu En ligne
FindabairFindabairArmure :
...
Message Re: [mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair]   [mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair] EmptyVen 18 Déc - 14:06
Les flatteries innocentes de la Sainte avaient l’effet d’amuser la princesse, en plus d’attiser son envie de rencontrer cette légende du Sanctuaire. De même, l’éclat de rire de cette jeune femme, suivie de sa gêne après avoir réalisé le lieu dans lequel elle se trouvait, eut l’effet d’attirer un franc sourire à Findabair.

– Je t’en fais la promesse !

L’Irlandaise aurait voulu que cette complicité dure toujours, détachée des imbroglios de la politique, toujours si volontaire pour court-circuiter les atomes crochus. Comme attendu, la suivante d’Athéna apparut sonnée à la suite de sa confidence. Suivait alors un moment de malaise, pesant, où il était difficile de savoir quelle attitude montrer. Non, à cet instant, il n’était possible que de trahir des signes de nervosité.

Acquiesçant silencieusement d’un signe de tête, Findabair se prit soudain de l’impression d’avoir piégé sa vis-à-vis, trompée. À cette réalisation, de trahir une grimace fugace. À cet instant, elle voulait se tenir ailleurs, quelque chose qui pouvait se voir. En effet, le regard fuyant devant l’incompréhension de son amie, elle fut cependant surprise par sa réplique. Une tentative de détendre l’atmosphère, laquelle la fille de la Sorcière serait réceptive.

– Je ne sais pas… Je t’ai peut-être déjà maudite sur dix générations. Je ne fais plus attention maintenant. Je rencontre une personne, je lui jette un sort et des poils lui poussent du nez. C’est comme de dire bonjour ou merci. La politesse des sorcières, tu comprends ?

Elle-même s’essayait donc à rentrer dans le jeu de sa comparse, bien qu’elle manquait un peu de conviction dans sa voix. Pouvait-elle se permettre d’ironiser ainsi ? En tout cas, il apparaissait évident à la regarder que le découvrement de leurs titres respectifs n’attirait en elle aucune antipathie particulière. Tout au plus, restait-il de cette culpabilité. Comme attendu, son amie se posait des questions sur ses intentions. Baissant les yeux, elle se grattait les ongles.

– Pour être honnête, je ne voulais pas y penser. J’espérais seulement m’adresser à une amie. M’évader de la politique, aussi longtemps que possible. Maintenant, je me sens idiote. Je suis désolée…

Il était rare que la princesse ne voit pas au travers d’un subterfuge. L’empathie aiguisée, elle était désormais la plus émoussée, incapable de lire l’ironie de Ryme. Aveuglée par le sentiment de sa trahison, les mots pour Kilian n’allaient pas la rassurer.

– Oui, je comprends…

Dirigeant son regard par-delà l’épaule de la Sainte, la dame aux prunelles d’émeraude vérifiait qu’aucune de ces personnes n’était présente. Ce qui n’était manifestement pas le cas, à son grand soulagement. Repensant aux mots précédents de la jeune femme, elle esquissa un sourire réservé, qu’il lui était difficile de montrer.

– À ma défense, n’importe qui peut porter des masques, non ? Oui, bon… d’accord, c’était stupide…

Décidément, la voilà maintenant qui s’enfonçait. Quelle imbécile…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RymeRymeArmure :
Armure du Lion

Statistiques
HP:
[mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair] G-bleu1800/1800[mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair] V-bleu  (1800/1800)
CP:
[mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair] G-rouge1200/1200[mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair] V-rouge  (1200/1200)
CC:
[mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair] G-jaune1650/1650[mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair] V-jaune  (1650/1650)
Message Re: [mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair]   [mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair] EmptySam 19 Déc - 17:05
Brièvement, l'atmosphère s'était alourdie, écrasée sous le poids des révélations qui fâchent. Mebd. Mes Masques Rouges. Des mythes qui n'en étaient plus au Sanctuaire. A bien des reprises, la mère de Findabair s'était opposée au Rêve de la Déesse. Cela, même Ryme le savait. Malgré le caractère conciliant et affable de Findabair, la Sainte prit quelques secondes de réflexion. De méfiance également. Après toutes ces minutes et ces heures passées à papoter dans l'insouciance comme deux amies l'auraient fait, les informations étaient plutôt lourdes à digérer. Un arrière goût de petite trahison lui avait pris le palais. Un tout petit, riquiqui, mais gros mensonge venait de voler en éclat.

Et pour autant, une seule question dévalait ses pensées fracassantes : ce non-dit méritait-il de se mettre en colère ?

Il fallut bien crever l'abscès, d'une façon et d'autre...

Et si tout cela commençait par une plaisanterie ?

"Sans façon. Si c'est pour me transformer en grenouille...Attend plutôt l'arrivée de Sire Paros."

L'on devina, sous son masque, des yeux rieurs et un sourire malicieux. Nul rancœur de sa part : sa déception semblait s'être envolée aussi vite qu'elle n'était apparue.

"Je pense comprendre...Ou plutôt, je crois comprendre, oui." Ce n'était pas la même chose. Pas le même aspect. Elle en était consciente. "Etait-ce pour cela que tu semblais aussi triste en arrivant ici ? A cause de la politique, de ta fonction, et du fardeau qui t'incombe en tant que princesse ?"

Ce n'était qu'une supposition. Leur milieu différait tant que seule son imagination l'aidait à se mettre dans la peau de la Princesse. Tout en posant ses mots, elle détailla ce point de vue qui les séparait.

"Je n'ai jamais éprouvé les entraves de la richesse, mais la pauvreté...Ca, oui. Ce monde, cette salle et même ce bal, ça me parait si lointain...Quelques années auparavant, si on m'avait dit que je me retrouverais ici à faire amie-amie avec une princesse dans une robe de soie, je n'y aurais pas cru ! Je veux dire, certains se font appeler "fille ou fils de". Je ne connais même pas le nom de mon père..."

Façon implicite d'affirmer : "Je n'ai pas de bonnes origines. Mais qu'importe." Ryme avait bourlingué et façonné son propre chemin. "Ses propres crocs", pour reprendre le savoir et les méthodes des Chevaliers du Lion. De toute évidence, au Sanctuaire, l'origine et le nom n'importaient que très peu. Cet état d'esprit lui convenait parfaitement. La force ne se mesurait pas sur ces critères. Ces visées élitistes destinées à l'humanité, elle les laissait volontiers aux Oracles et aux Marinas.

Oracles, Marinas et Berserkers qui ne comprenaient que peu souvent le choix et le sacrifice dont les servantes d'Athéna faisaient preuve. Aussi, Ryme haussa les épaules et ne crut pas un seul instant Findabair, fut-elle une simple princesse ou non.

"Vu comment les autres guerrières réagissent face à mon masque, j'ai quelques doutes à ce sujet et tu devines que...Eh bien, cette excuse ne trompera personne ! La seule chose que je déplore, c'est qu'on soit si facilement repérable..." Et encore. Pour elle, ce n'était qu'une sanction bien moindre. Cette façade et nouvelle identité inexpressive était la représentation et l'expression de tous les efforts dont elle avait dû faire preuve afin de devenir l'une des Douze. "Enfin, certaines femmes-Chevaliers le détestent cordialement sous tous les aspects...."

Ce qui, heureusement, n'était plus le cas de la jeune Lionne.




[mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair] Ryme_s10

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu En ligne
FindabairFindabairArmure :
...
Message Re: [mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair]   [mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair] EmptyDim 20 Déc - 14:18
De surprise, Findabair chercha un instant les pupilles de son interlocutrice. Son attitude, comme si elle ne lui en voulait pas. Ou alors, était-elle trop prise de court pour réagir comme d’accoutumée en de telles circonstances ? Toujours enfermée dans son sourire réservé, elle acquiesçait d’un simple signe de tête. Et quand fut abordé le cas de son spleen à leur rencontre, la princesse du Connaught baissa simplement les yeux, silencieuse, un voile ineffable couvrant son regard.

Alors, Ryme partagea sa propre expérience, se livrant aux confidences, pour finalement ironiser sur le sort l’ayant placée là, devant le far des grandes cours, alors qu’elle appartenait autrefois à la fange. Une considération qui ne parut troubler à aucun moment la dame de cour, même après l’aveu de bâtardise. Qu’est-ce que ça pouvait bien faire ? La fille de la Sorcière n’avait pas la même odeur que ses compères quant à l’étiquette. Après tout, n’avait-elle pas retardé au plus tard la présentation de son titre ?

Puis revint le doute, voire l’ombre d’une défiance. Elle n’avait pas pu ignorer de quoi il retournait. Et à présent que son masque était également levé, de nouvelles questions faisaient leur apparition, entre les lignes. La Sainte parut regretter à ce titre de ne pas lutter à arme égale, trop facilement exposée par les traditions de son Ordre. Certaines femmes-Chevaliers… en comptait-elle ? Lui poser la question lui parut trop déplacé. D’autant plus maintenant qu’il n’était plus possible de faire semblant. Introspective, Findabair se prit alors de répondre à la première interrogation de son amie.

– Je n’ai pas tant de poids aux yeux de mes parents. Seulement, ce qu’ils portent, je dois aussi le porter, que je le veuille ou non. Cela est difficile au quotidien, d’autant plus quand il faut rencontrer ces regards… Bien sûr, cela participe à ce que je ressens… mais, enfin…

Hésitante, Ryme pouvait sentir qu’autre chose brûlait les lèvres de l’Irlandaise. Sa volonté de se confier semblait sincère. Mais cela ne tenait-il pas à l’expérience de sa condition dans la noblesse ? À ce rang, les individualités étaient parfaitement capable de tromper leur entourage par le recours à des artifices sophistiqués. Les lèvres fugacement crispées, elle reprit la parole, sans plus chercher à renouer le contact visuel avec sa vis-à-vis. Ce mur invisible qui s’esquissait entre elles, signifiait-il qu’elle avait renoncé à exprimer ce qu’elle avait besoin de dire ?

– Tu ne pouvais pas savoir. À ce titre, tu n’es coupable de rien. J’ai abusé de ta confiance, mais je ne tiens pas à ce que l’on t’accuse de connivence.

Relevant son visage, il s’en dégageait quelque chose de terne. Comme si la princesse avait perdu de sa vitalité, pour ne plus que montrer le visage placide de la politique. Un contraste marqué, au point de rendre bizarre cette nouvelle attitude. Quelque chose qui ne sonnait pas vrai, quand bien même son subterfuge était parfait. Le contre-coup pour s’être autant livrée, avant d’en venir à cette sombre conclusion ?

– Qu’est-ce qu’une suivante d’Athéna pourrait bien avoir à me dire ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RymeRymeArmure :
Armure du Lion

Statistiques
HP:
[mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair] G-bleu1800/1800[mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair] V-bleu  (1800/1800)
CP:
[mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair] G-rouge1200/1200[mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair] V-rouge  (1200/1200)
CC:
[mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair] G-jaune1650/1650[mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair] V-jaune  (1650/1650)
Message Re: [mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair]   [mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair] EmptyMer 23 Déc - 20:21
Un masque. Une preuve flagrante de son allégeance, un insigne qui sonnait le tocsin de sa première mais incomplète identité. Chevalier d'Athéna, Sainte du Lion : tant de titres bien différent de la fille de Mebd. Une fois couché sur le papier, ils perdaient tout leur sens, les opposaient toutes deux. L'humanité n'avait jamais été unis dans leur diversité, craignant la différence plus que ne l'acceptant à bras ouverts. Néanmoins, l'histoire répétait en boucle le même discours. Et, très jeune, une petite fille aux cheveux verts l'avait appris : Opposition rimait avec dissonance. Comme tout enfant, sa vision avait d'abord associé des lettres à d'autres lettres, puis des formes à d'autres mots. Forte de ses conclusions, beaucoup en avait déduit que le Monde était probablement semblable à une fourmilière, où l'on nommait "fourmi A" et "fourmi B" avec beaucoup d'efforts pour ne pas prendre le groupe en tant que tel. Pourtant, l'humaine qu'elle est a un nom.

Elle s'appelle Ryme.

Pas de titres, pas de noblesse de sang apparente, une contrebandière issue d'un champ. Une paysanne débrouillarde malgré ses ascendants. Seulement, voilà : elle s'appelait Ryme. Une rime qui, à petits pas, avait fini par se frayer un chemin entre les vers d'un poème afin de forger l'exclamation de sa propre vie. L'existence dont elle était l'actrice. Semée d'embuches, jalonnée tantôt de rires, tantôt de larmes. Bien des fois, comme tout bon élu, le Malheur avait tenté de saboter ses prouesses, ses promesses également. Et pourtant. Elle avait tenu bon, pour le meilleur...

Comme pour le pire. Findabair se trouvait-elle dans un cas similaire ? Tout comme la Comédie, la Tragédie faisait feu de tout bois. Entre une Princesse ou une Paysanne, laquelle des deux serait le combustible adéquat d'ici une, ou deux années ? Seul le Destin détenait une telle réponse. Pour autant, leurs attitudes ne trompaient personne, fut-ce par spontanéité ou par maladresse. Et l'une d'entre elle, comme une mèche de bougie, faisait déjà brûler quelques braises écarlates à sa surface, mordue par son inquiétude ou par une obscure raison qu'elle ne faisait qu'exprimer à demi-mot...

Ryme haussa les épaules. Sa venue avait toujours été explicite. La question de la petite Dame n'avait aucun sens.

"J'sais pas, moi. La servante d'Athéna veut peut-être te parler, comme il y a de cela quelques minutes auparavant ?"

Un sourcil haut, sa confusion éclata au grand jour. Son regard, lui, jugea brièvement sa comparse afin de sonder ses intentions, les vraies. Un moment, quelques secondes seulement. Puis sa remarque fusa aussitôt que la Sainte eut identifiée le stratagème de Findabair qui, de manière évidente, était bien loin de faire honneur à la froideur légendaire des nobles. Conclusion : son hostilité tomba à plat et l'ironie chanta de plus belle.

"Tsssss tu vas encore me refaire le coup de la dernière fois ?"
Pourquoi ne pouvait-elle tout simplement pas être plus explicite ? Pourquoi ne pouvait-elle pas laisser éclater ses réelles pensées plutôt que de s'enliser dans des mécanismes de défenses incohérents et timides à souhait ? Peu patiente, la Lionne brisa finalement le silence et la froide barrière qui s'étaient dressés entre elles. Théâtralement, ses doigts frottèrent son menton tandis que son regard
émeraude, unique face visible de son masque métaphoriquement digne d'un iceberg, se planta dans le sien. Tels des étoiles dansantes dans une nuit illuminée, sa malice scintillait en une myriade d'éclat joueuse.

"Hmmm, est-ce que ça veut dire que je vais devoir te chatouiller pour briser cette affreuse mine austère qui ne te sied absolument pas ? Brrrr !!!"

Aussitôt, ses doigts tentèrent de taquiner les côtes de Findabair, fort heureusement protégée d'un tel assaut. Un bref instant, un rire digne des Lions éclata, quand un invité à ses côtés lui signifia encore une fois de faire moins de bruit. Une prouesse, ou plutôt, un miracle exigé. Quand on connaissait la jeune femme, on s'imaginait sans mal qu'un duo amical ne l'aidait pas à rester silencieuse. Quand ce convive tourna le dos, il n'eut alors pour seule réponse qu'une imperceptible grimace. Ceci fait, Ryme reporta toute son attention vers Findabair. un tapotement amical et léger sur le bras de l'Irlandaise trancha net la tension et la versatilité de leur situation.

"Allez, ce n'était pas une invitation à te voir te refermer comme une petite coquille ! Je veux juste discuter, il n'y a pas que marqué "Athéna" sur mon front ou mon masque...Je suis une personne, moi."

Faussement outrée par le ton condescendant, la jeune femme aimait tirer sur la corde sensible. L'empathie de la jeune femme était un atout comme un fardeau, une faille dans laquelle la Lionne appréciait déjà planter ses crocs...Ou alors, un tout petit peu. Seulement en mordillant. Un éclat dans les yeux continuait à briller dans ses orbes de Jade : une idée fugace, mais amusante. Plus que la politique actuelle.

"Je me disais : t'as l'air de connaître les lieux, ce qui n'est absolument pas mon cas, pour être très honnête. Je me demandais si tu apprécierais être mon guide ?"

Si Findabair lui avait bien expliqué qu'elle n'était pas une locale, nulle doute que ses connaissances l'aideraient à tuer le temps. Et puis, sa compagnie était appréciable quand cette princesse aux abois ne tentait pas vainement de se lamenter toute seule dans son coin. Restait maintenant à savoir si cette dernière continuerait à bouder ou si le fait d'ignorer ses menaces constituait une bonne stratégie pour la détourner de ses démons du Spleen.




[mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair] Ryme_s10

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu En ligne
FindabairFindabairArmure :
...
Message Re: [mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair]   [mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair] EmptyMer 30 Déc - 17:04
Ses prunelles d’émeraude tremblaient. La circonspection de son interlocutrice l’incitait encore à fuir son regard, à préserver tant bien que mal son masque de placidité. À s’être tant rapprochées, il était temps de marquer la nécessaire distance que leur commandait leur allégeance respective. Seulement, pareille nécessité sonnait comme une discordance, et la jeune femme qui lui faisait face ne s’y laissait pas tromper. Ne pouvait-elle pas simplement tout simplifier et consentir à son invitation d’en rester là ? Non, il fallait que ce timbre de voix revienne, loin de la froideur ordonnée par la matière politique. Au final, c’était bien Ryme qui recherchait la simplicité. La simplicité d’une relation, au mépris des qu’en dira-t-on. C’était là un jeu dangereux, mais si on respectait certaines prudences, n’était-ce pas l’attitude la plus évidente à porter ?

À son contraire, la Sainte n’était pas timide. Elle pouvait bien l’avancer pour se dédouaner de son sang chaud d’italienne, sa personnalité la plaçait aux antipodes de la timidité. Pour cette raison, Findabair qui ne manquait pourtant pas d’expérience pour les vices de la sociabilité en cour se laissait désappointer pour le regard authentique de la suivante d’Athéna. Ces yeux ne mentaient pas, et ne cherchaient pas même à le faire. Ils n’y voyaient aucun intérêt. De la malice, peut-être, mais sans arrière-pensée manifeste. Tout ce qui pouvait déstabiliser une dame coutumière des faux-semblants. D’ailleurs, de cligner des yeux à la menace énoncée.

– Pardon ?

La princesse du Connaught voulut penser que ce n’était là qu’une image. Une plaisanterie. Du second degré. Comment pouvait-ce être autre chose ? Fatale erreur… Sa barrière intime balayée. Sa posture digne, de se crisper brusquement sous les assauts de Ryme.

– Mais… Non ! Arrête ! Arrête je te dis !

Plutôt que des ordres impérieux, des supplications, car Findabair confirmait son impuissance physique. Elle ne pouvait se soustraire aux assauts gentillets de sa vis-à-vis. Et il semblait qu’au cours de sa vie, elle n’avait pas dû être souvent taquinée de la sorte. En témoignaient les rires incontrôlés qui vinrent briser l’indifférence qu’elle avait voulu marquer. Elle comptait dans le rang des chatouilleuses, ça ne faisait pas un pli. Et cette fois, nulle retenue n’avait pu la garder de montrer au reste des invités cette scène enfantine.

Quand les petites attaques de la lionne cessèrent, les regards de jugement du reste de l’assemblée eurent l’effet de la rendre honteuse. Gênée, elle s’étonnait cependant de moins y prêter d’attention qu’elle l’aurait cru. Était-ce l’influence de cette personne ? Rencontrant son regard, il semblait que la lueur dans ses yeux était plus sincère. Le voyant grimacer à l’homme qui s’imaginait l’avoir remise à sa place, Findabair passa la main sur ses lèvres, étouffant un léger rire. Baissant les yeux sur cette main qui venait tapoter son bras, elle l’écoutait en trahissant quelques tremblements à la commissure de ses lèvres.

– Je suis désolée… je ne voulais pas te réduire à ça… C’est juste… C’est juste que je ne voulais pas t’attirer des problèmes.

Décidément, elle avait bien du mal à lire au travers des taquineries de la lionne. Était-ce d’avoir été désarçonnée à ce point ? À moins qu’autre chose l’enferme dans des craintes qui n’avaient visiblement pas lieu d’être. À son invitation, de se gratter fugacement le bas de la nuque.

– Je t’ai pourtant dit que je n’étais pas une habitante de Camelot… Enfin, il est vrai que j’ai maintenant passé de nombreuses soirées à apprécier les qualités artistiques de l’endroit. Veux-tu bien me suivre ? Je vais voir ce que mes connaissances peuvent faire de miracles pour compenser mon ignorance d’étrangère en ces murs.

Ce faisant, Findabair dirigeait la marche, passant devant les nombreuses décorations christiques de cette chapelle improvisée en salle de bal. Dans ses explications, la princesse montrait sa grande érudition en matière religieuse, capable de réciter les différents épisodes bibliques à quoi faisaient références les différentes figurations. Pourtant, il semblait qu’elle était détachée de ces connaissances, qui appartenaient simplement à la culture de la noblesse.

Son intérêt, en revanche, parut plus authentique lorsqu’il fallut commenter les mouvements artistiques des sculptures, tapisseries et peintures. Elle mentionnait quelques artistes à quoi les différents choix manifestes lui faisaient penser. La jeune passionnée traduisait alors ce que ces courants pouvaient avoir de signification au-delà de ce qui était immédiatement visible, notamment, en matière de sensibilité. Comment l’art pouvait diriger l’émotion, la conditionner, l’exorciser. Une manière de s’oublier, au moment de la contemplation. Un loisir qui lui tenait à cœur, pour l’évasion que ces scènes lui accordaient de son quotidien.

Oui, ces figurations encourageaient à une saine méditation, bien qu’elle regrettait l’influence visible des puissants, prompts à travestir le talent des artistes pour y insuffler une intention politique. Cette femme n’était pas dupe que l’art pouvait être une arme, capable de manipuler les mentalités, de les faire évoluer dans le bon ou le mauvais sens. Quels messages elles pouvaient adresser également aux ambassadeurs, amicaux ou hostiles. Décidément, la perfection n’existait nulle part. Quant à savoir si c’était un mal ou non… Findabair semblait l’accepter pour ce qu’elle caractérisait l’humanité dans sa sincérité : ni bon ni mauvais.

Jetant une œillade vers son amie, la princesse s’assurait qu’avec toutes ses explications, elle ne l’avait pas perdue. Après tout, une guerrière pouvait à juste raison s’ennuyer de ce déballage d’érudition. Mais n’était-ce pas elle qui l’avait demandé, au final ? En tous les cas, avec cette visite guidée, il apparaissait que l’Irlandaise était plus détendue, plus réceptive aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RymeRymeArmure :
Armure du Lion

Statistiques
HP:
[mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair] G-bleu1800/1800[mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair] V-bleu  (1800/1800)
CP:
[mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair] G-rouge1200/1200[mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair] V-rouge  (1200/1200)
CC:
[mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair] G-jaune1650/1650[mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair] V-jaune  (1650/1650)
Message Re: [mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair]   [mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair] EmptyJeu 14 Jan - 5:36
"Si tu veux ne pas m'attirer des soucis, évite de me toiser de haut devant tout le monde. Ca serait déjà pas trop mal.", murmura Ryme en caressant doucement le bout de l'une de ses mèches pendantes.

Le sourire qui bouscula sa mine autrefois déconfite adoucit ses traits en un dernier reflet de son intrépidité. Ces taquineries furent toutefois de bonnes guerres : nombreux étaient les Chevaliers à considérer les défenses de Findabair comme une insulte, sinon une source d'agacement. Toutefois, le jeu d'acteur de la jeune femme était au moins aussi douteux que celui de Ryme en la matière. Et si la demoiselle avait la prétention de lui affirmer que Camelot lui était un mystère, la jeune femme n'en dit pas plus. Pivotant mollement vers le haut, menton incliné, ses yeux crièrent l'évidence avant même ses propres paroles.

"T'en sauras toujours plus que moi en tout cas."

L'instant d'un rire, la main de la jeune femme indiqua la direction à prendre. Devant. La suite fut pour le moins intéressante, à la hauteur d'une princesse ! De tableaux en sculptures, le savoir des artistes et de l'Histoire délivrait quelques informations que Ryme écouta d'une oreille tendue. Mi attentive, mi lasse, le visage de la gardienne gardait quelques traces de scepticisme.

"Hmmm, je crois voir de quoi tu parles. Je ne suis pas certaine de tout retenir, mais c'était très intéressant ! J'aurais voulu écouter. J'aimerai savoir...Il y a un sujet que tu préfères, par ici ? Un conte, une légende, une simple histoire ? "

La politique et ses rudiments étaient une chose, la religion en était une autre. Et si dans le premier cas, il s'agissait d'une inconnue totale, le second cas faisait office de nostalgie, et de colère. Enchaîner les pas l'un après l'autre dans chacun de ces couloirs amenait d'autres connaissances, et ranimait la conversation. Conversation qui malgré les aléas et la divergences des techniques artistiques, venait petit à petit compléter le tableau qu'elle se faisait sur cette population du Nord. Le tissu de sa robe cessa de traîner au sol quand la Lionne se stoppa, et se retourna.

"Tu ne m'as pas dit qui tu préférais voir dans ce bal, en définitive ! D'après toi, il y a une personnalité intéressante à rencontrer ici ?"

Ryme était curieuse d'avoir une idée, un point de vue sur sa propre faction, ainsi que celles des autres. Mais quitte à avoir un écho, la découverte de nouvelles têtes était pour le moins alléchante.

Et puis, Findabair pouvait être un bon indicateur : sa gentillesse pouvait également mener à de belles rencontres.





[mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair] Ryme_s10

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu En ligne
FindabairFindabairArmure :
...
Message Re: [mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair]   [mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair] EmptyDim 28 Fév - 2:23

À la première remarque de Ryme, il apparaissait sur les traits de Findabair qu’un profond sentiment de culpabilité la marquait. Était-ce donc ce qu’elle avait laissé transparaître ? De la condescendance ? Confuse, elle serait rassurée par le sourire taquin de son amie. Décidément, cette lionne était très douée pour jouer avec sa proie, se rire de son éducation. Heureusement, ce qu’elle apprit à la cour, et des quelques conversations qu’elle avait pu tenir dans la salle de la Mère Sombres avec quelques invités, lui permit de capter son intérêt. Sa passion pour la matière artistique était-elle assez communicative ? Intérieurement, elle l’espérait, encore trop retenue par le manque de confiance qu’elle avait déjà pu montrer plusieurs fois. Au sortir de cet exposé, la princesse se laissa prendre de court par la question de la Sainte. Une histoire qu’elle préférait ? Cela méritait qu’elle y réfléchisse à deux fois. Et ce faisant, une lueur d’illuminer ses prunelles d’émeraude.

– Il y a bien un sujet oui. J’ai un attrait particulier pour les histoires amoureuses, même si la plupart que je connais trouve souvent une issue fort tragique. Cela m’attriste assez… Pourquoi faut-il toujours que s’abandonner à la passion inscrive sur nos destinées les augures du malheur ? Importe-t-il donc toujours de s’en tenir au rôle qui nous a été attribué à la naissance ? J’aurais aimé pouvoir au moins m'évader dans une vie où je pourrais être heureuse.

Un lapsus qu’elle ne sembla pas réaliser, dessinant sur ses traits l’ombre de la mélancolie. Mais comme cherchant à combattre le sentiment de perte qui l’étreignait couramment, elle chercha le regard de son interlocutrice, animant sur son visage un sourire curieux.

– Et toi, Ryme ? Quel genre d’histoire préfères-tu ?

À son autre interrogation, une réponse spontanée de lui venir. De cette spontanéité qui transpirait la sincérité.

– La personne que j’ai préféré rencontrer, depuis que je suis arrivée à Camelot… elle se trouve devant moi. En venant ici, je ne m’attendais pas à trouver une amie. Bien au contraire… Cela dit, de personnalité intéressante à rencontrer ici… Il n’est pas grand monde parmi les personnes que je côtoie que je vous conseillerais d’aborder...

Elle exprimait là une nette réticence à l’endroit des siens. Était-il possible que sa relation ne soit pas la plus fusionnelle avec ses parents ? Très certainement. La lionne serait peut-être capable de le lire sur son expression. Son statut devait faire d’elle une personnalité attirant dans son entourage de nombreux curieux. Hors, il n’y avait à sentir dans ses mots qu’une âpre solitude, qu’un sourire artificiel cachait tant bien que mal.

– Quant aux autres… Je n’ai pas eu la chance de rencontrer aucun des chevaliers de Camelot. À vrai dire, je ne leur en veux pas. Mes filiations ne font pas de moi une personne que l’on veut connaître, toute princesse que je suis. De personnalité qu’il me serait intéressant de rencontrer… Oui, il y en a bien une ! Ce Paros dont vous m’avait dit tant de bien !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RymeRymeArmure :
Armure du Lion

Statistiques
HP:
[mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair] G-bleu1800/1800[mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair] V-bleu  (1800/1800)
CP:
[mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair] G-rouge1200/1200[mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair] V-rouge  (1200/1200)
CC:
[mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair] G-jaune1650/1650[mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair] V-jaune  (1650/1650)
Message Re: [mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair]   [mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair] EmptyMer 3 Mar - 2:58
Ryme arqua un sourcil, peu surprise par la réponse de sa vis-à-vis. Quand Findabair lui avait avoué qu'elle aimait les histoires d'amour, la Lionne avait arrêté sa marche et cessé de surveiller la salle. Ainsi, l'insouciance qui planait sur son visage s'était décomposée. De quoi ? La passion ? Les augures du malheur ? Comme on se le permet mentalement mais jamais véritablement, un soupir invisible, inaudible et secret gagna la Sainte un bref instant. Ses efforts, mis à néant. Pourquoi fallait-il toujours que l'Irlandaise se ressaisisse puis, l'instant suivant, finisse par retomber inévitablement dans un plat de tristesse les pieds joints ? Et surtout : quel genre d'amour lui promettait-on, pour qu'elle en tienne des propos aussi durs ? Pour qu'elle s'identifie à des mythes évoquant si peu d'estime ? Une part de la Lionne ne préférait pas le savoir. C'était toutefois sans compter son autre part d'elle qui, elle, ne résista pas à l'envie de nuancer son affirmation.

"Je dirais...Que ça dépend des histoires d'amour qu'on a pu te conter. Personnellement, j'ai tendance à croire qu'on retient mieux les fins de merde, et qu'on oublie malheureusement les "ils vécurent heureux et ils eurent beaucoup d'enfants". Même si c'est satisfaisant..." Ryme les préférait, mais se garda bien de l'avouer. Il fallait bien conserver son image, après tout. "Le contrecoup de la tragédie, le traumatisme, tout ça."

Interdite, ces quelques images clôturèrent ses impressions. Ryme non plus, elle n'appréciait pas véritablement les tragédies. Pourtant, Findabair marquait un point. Certaines histoires avaient bel et bien retenu son attention. N'était-ce pas elle qui avait nommé quelques unes de ses techniques selon l'histoire de Samson? Prise dans ses réflexion, le bout de ses ongles tapotèrent son demi-masque, avant de conclure sur ses préférences.

"Eh bien...Je n'en sais rien. Je ne me suis jamais posée la question. Mon Maître faisait une fixette sur Achilles, alors, ça m'a un peu dégoûté des histoires épiques, des gros muscles et des soldats qui tombent vaillamment au sol pour faire perdurer leur histoire...Et j'ai fini par m'intéresser par d'autres mythes. Dont l'histoire de Samson. Mais lui aussi, il a un coup de coeur qui fini mal." Une moue au visage, elle hésita. Balbutia dans sa barbe, mais répondit finalement après un sursaut de raison, comme si un tonnerre venait de la foudroyer sur place. "Alors, je dirais..Des histoires de rédemption, peut-être ? Ou alors...de vengeance, pour débusquer le mystérieux traître ! Avec une pointe d'amour, pour corser les choses. Mais bon, on le sait toutes les deux: tant qu'il y a un beau gars dans la narration, c'est toujours intéressant."

Ce à quoi, Findabair venait peut-être bien de subtiliser un léger clin d'oeil entendu sous ce masque énigmatique. Par complicité féminine, la Princesse du Connaught saurait déchiffrer ce message, dépourvu de mystère quant à lui. A en juger la malice qui étincelait dans une étoile de jade, la voir ainsi s'éclipser pendant une fraction de secondes sonna le début des taquineries. Taquineries qui firent pourtant pas long feu sitôt les proches de la jeune femme évoqués. Il lui arrivait d'oublier que les siens pouvaient aussi être les ennemis du Sanctuaire, et ses pensées la firent retomber dans ses murmures...

"Oh, je devine bien..." L'ironie aurait pu lui tirer un sourire aux lèvres. Cette conversation oscillait entre joie et mélancolie comme un lapin saute et retombe sur terre. Quand la condescendance des Chevaliers fut évoquée, Ryme remonta ses manches, faisant par la même occasion virevolter le tissu de soie en quelques vaguelettes sauvages, décisives. "Bah, ils loupent quelque chose. Il faut être aveugle pour ignorer la grande, superbe, magnifique princesse de Connaught. Pleine de confiance, sans peur ni reproches. L'intrépide, la téméraire !".

Ce fut dans cet élan d'inspiration que Ryme accompagna ses propos par quelques gestes théâtraux, rappelant la femme forte, exagérément sûre d'elle. A son sens, Findabair n'était pas de celles à faire le premier pas vers un inconnu. Ce n'était là ni un faute ni une raison de sa part, et la Lionne n'entendait pas affirmer qu'elle avait le dernier mot. Seulement, plus qu'auparavant, elle aimait croire que la jeune femme saurait gagner en caractère. Aussi, lorsqu'elle affirma vouloir faire la rencontre de Paros, la gardienne de la Cinquième maison ne put retenir un large sourire qui, aussitôt, fleurit sur ses lèvres rosées. Après tout, elle venait de lui épargner la terrible recherche de "personnalités intéressantes" dans son propre entourage...

"Ah, le célèbre Paros ! Hélas, je ne saurais dire où il est, présentement. Sûrement est-il occupé, avec toute cette renommée qui le poursuit!" Son regard darda à gauche et à droite la moindre mèche écarlate, en vain. Dans un soupir, Ryme abandonna ses recherches, avant de confier sa nouvelle idée. "Remarque, on peut également le chercher ensemble. Ca tuera le temps, et ça nous fera un jeu. La première qui le trouve recevra...une récompense. Mais je ne sais pas encore laquelle ! Pour rappel : cet homme a des cheveux très rouges et des mèches dorées. Un air naïf, lent à la détente et mollasson. N'oublie pas."

Restait maintenant à savoir si la Princesse était partante pour un tel défi.



[mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair] Ryme_s10

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu En ligne
FindabairFindabairArmure :
...
Message Re: [mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair]   [mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair] EmptyVen 5 Mar - 15:58
– Oui… En effet… Je ne peux pas vraiment le nier…

Répondait-elle à l’affirmation comme quoi l’on tendait à mieux retenir le négatif que le positif. C’était là une observation qui pouvait être encourageante, car elle incitait à regarder plus sur ce qui pouvait remonter le moral. Toujours est-il qu’un sourire amical s’afficha sur ses traits à la remarque de la lionne, qui l’éclairait encore davantage sur sa personnalité. Et lorsqu’elle se prit de répondre à sa question, Findabair apparaissait comme la plus attentive. Une forme de résonance se lisait sur son visage à la mention de ce maître inconnu ayant pu raconter toutes ces histoires guerrières populaires à la plupart. Là-dessus, il semblait que la princesse du Connaught rejoignait l’avis de la Sainte.

À la mention de cette histoire sur le nommé Samson, une lueur de curiosité allait gagner en intensité derrière ses prunelles émeraudes. Hélas, l’hésitation allait paralyser un temps son interlocutrice, avant de l’amener sur un tout autre registre qui ne l’intéresserait pas moins. Cela dit, un léger rire gêné prendrait la jeune femme à la mention du « beau gars ». Alors oui… elle pouvait pas vraiment la contredire… Mais tout de même, exprimé comme ça… Et l’attitude de Ryme n’arrangerait rien à son embarras, son clin d’œil ayant l’effet de faire monter quelques rougeurs sur ses joues, une grimace fugace et le regard momentanément fuyant. En définitive et en dépit de ces menus troubles, Findabair reprenait une mine plus rêveuse. Sans doute se remémorait-elle quelques histoires dans le goût de ce que son amie lui avait décrit.

– Vous avez raison, ce sont également des histoires qui me plaisent beaucoup. Mais oui, une pointe de romance est toujours indispensable.

Ainsi dépassait-elle un peu sa timidité, se prêtant au jeu de complicité que lui proposait la lionne. Et l’envolée lyrique de cette dernière ne serait certainement pas impuissante à amuser la jeune princesse.

– Oui… C’est tout à fait moi… Du moins, c’est là un portrait qui me plaît assez ! Que j’aimerais trouver dans mon miroir !

Encourageant par là sa vis-à-vis qui s’emportait dans sa théâtralité, Findabair se prit d’un rire… car il fallait bien dire que la suivante d’Athéna possédait de grands talents de comédienne ! Et une telle personnalité n’allait certainement pas laissait passer la timide proposition de la fille de la Sorcière. Voyant la belle dessiner un large sourire, un frisson lui monta le long de l’échine. Comme un lapin s’amusant d’une situation, qui se voyait soudainement jeté dans le bain. Heureusement, l’homme en question ne semblait pas se trouver dans les parages. Mais c’était sans compter la détermination de sa comparse qui l’inviterait sans détour à le chercher ensemble. Une proposition qui aurait pu la prendre de court, pour être rassurée par l’ultime trait d’humour qui dessinait son apparence. Un jeune chevalier à l’apparence naïf, lent à la détente et mollasson, ça ne pouvait décemment pas être un exercice intimidant. Aussi se prêta-t-elle au jeu avec moins d’hésitation qu’elle put le marquer jusqu’à présent. Signe que depuis le jour de leur rencontre, la fille du Connaught avait grandement gagné en confiance en compagnie de l’impétueuse lionne.

– C’est une riche idée ! J’ai grande hâte de voir quel visage peut se cacher derrière la légende que vous m’avez conté de lui !

Ce faisant, elle consentait à la suivre. Une recherche qui allait prendre quelques minutes. Hélas, ce ne serait pas pour trouver la personne attendue, loin s’en faut… En effet, plutôt que le vaillant Paros, une autre silhouette se mettrait sur leur chemin.

[mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair] 1448565906000322100

Une femme qu’une servante d’Athéna n’apprécierait de rencontrer, qui pouvait rompre avec l’ambiance bonne enfant que ce bal avait pu montrer. Une existence qui rappelait durement les lois de ce monde, assombrissant irrémédiablement les traits de Findabair. Cette personne était Mebd. Une Sorcière dont le regard s’éclaira à la vue du duo qui s’était dessiné dans ces festivités, de manière fort inattendue.

– Findabair ? Tu tombes bien, cela fait un moment que je te cherche.

Son regard perçant de dériver vers Ryme, lui présentant un sourire froid, qui pouvait donner à la première intéressée une drôle d’impression.

– Et je vois que tu es en bonne compagnie, mon enfant. La détentrice de l’armure du Lion, succédant au Grand Pope actuel. Rien de moins... À quoi jouez-vous, toutes les deux ?

À cet instant, une grimace se dessina sur l’expression de la princesse du Connaught. Se tournant vers la Sainte, l’air désolée, elle revint chercher le regard de la Sorcière.

– Je peux vous assurer que Ryme n’a aucune mauvaise intention. Nous faisions simplement connaissance, mère…

Et Mebd, d’enchaîner avec circonspection, sondant l’expression de la lionne.

– Hm… Vraiment ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RymeRymeArmure :
Armure du Lion

Statistiques
HP:
[mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair] G-bleu1800/1800[mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair] V-bleu  (1800/1800)
CP:
[mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair] G-rouge1200/1200[mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair] V-rouge  (1200/1200)
CC:
[mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair] G-jaune1650/1650[mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair] V-jaune  (1650/1650)
Message Re: [mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair]   [mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair] EmptySam 13 Mar - 20:13
A la recherche de Paros, Ryme scruta la foule, ses visages et ses ambitions. Hélas, dans cette salle de bal, le trouble se substitua à la quiétude. Pas de cheveux blonds, pas de sourire éclatant ni d'habits fringants, mais une silhouette calme, lugubre et austère. Cette mégère venait de s'imposer, de dévorer leur humeur bon enfant. La confiance de Findabair, au moins aussi fragile qu'une petite flamme, chuta aussitôt. Circonspecte, la Lionne ne s'avança pas, et se contenta d'observer celle que sa compère venait d'appeler "Mère". Les lèvres plissés et dans un acte d'ennui, ses yeux de Jade soutinrent ceux de la Reine. Mebd. Ryme n'apprécia pas beaucoup les sous-entendus de la Dame de Connaught, et croisa des bras avec simplicité, mais agacement.

"Oui, vraiment. Puis, entre nous, je ne vois pas ce qu'on pourrait faire d'autres dans cette salle. N'est-ce pas, Findabair ?", ajouta-t-elle d'un sourire amusé, avant de s'emparer d'un verre de vin à la volée, en buvant une petite gorgée sous l'œil étonné du serveur. Un acte plus naturel que calculé, comme le soulignait ses paroles. "Il y a beaucoup de langues de vipère par ici, j'entends bien, mais je vais le clarifier avec tout le respect que je vous dois : c'est pas mon truc. Il n'y a pas de ça avec moi. En fait, il n'y a pas de ça avec une Lionne tout court. Et votre fille...Bah je crois que vous la connaissez déjà."

Mebd. Langue de vipère, ou simple Reine qui ne cachait pas son jeu ? Sa question était si rhétorique que la Lionne ne put qu'en voir l'ironie. Après tout, n'était-ce pas elle, la grande Intrigante aux intentions voilées ? Dans toute cette problématique, Ryme ne sut si elle devait laisser un peu d'intimité aux nobles Irlandaises. Et, pour être honnête, elle s'en fichait. Quelque chose lui disait que la timidité de Findabair revenait au galop sitôt que sa Mère refaisait surface. Un peu...Comme si les souris cessaient de danser une fois le chat dans les parages. Ryme prit alors une gorgée supplémentaire. Elle croyait entendre la situation, désormais...Ce rictus glacial l'agaçait déjà. Toutefois, la Sainte comprenait désormais les mots peu élogieux de son Maître à son égard, et se contenta de sourire en guise de réponse.

"Enfin, moi aussi je suis enchantée, Reine de Connaught ! Je tenais à vous dire que votre Findabair est une jeune femme avec beaucoup de qualités, vous avez de quoi être fière d'elle en tant que mère..."

Pas d'insulte. Seule une phrase de sincérité fut transmis dans ses messages. Le mépris de Mebd relevait de l'évidence, mais Ryme l'avait fait passé aux oubliettes. Ce n'était pas un problème, ni même une priorité. Cela l'affectait autant que les petite petites vaguelettes crées dans son verre de vin, eux-mêmes n'ayant pour seul destin que de venir s'écraser contre les parois d'une coupe. Certes, c'était là une opinion un peu triste selon la Sainte, mais c'était la vie. Et la Vie exigeait de la Force et du courage pour admettre qu'on ne pouvait pas plaire à tout le monde. Et que tout le monde ne pouvait entretenir de bonnes relations. Pour autant, loin d'elle l'envie d'être l'épicentre de toutes les tensions lors du couronnement du Roi des Ligures.

Pour autant, pour celle qui avait perdu sa mère très tôt, elle espérait que Findabair serait entre de bonnes mains. Mais quelque chose en cette Reine lui conseillait de ne pas trop en attendre. La brune était une femme de pouvoir, une noble préoccupée par son titre avant toute autre chose.



[mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair] Ryme_s10

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu En ligne
MebdMebdArmure :
-

Statistiques
HP:
[mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair] G-bleu200/200[mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair] V-bleu  (200/200)
CP:
[mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair] G-rouge300/300[mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair] V-rouge  (300/300)
CC:
[mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair] G-jaune428/428[mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair] V-jaune  (428/428)
Message Re: [mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair]   [mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair] EmptySam 13 Mar - 21:34
Un léger sourire en coin apparut un instant alors que la jeune lionne s’était mise en tête de soutenir son regard. Son regard glacial s’était réchauffé d’une lueur d’amusement tandis que Ryme prenait son attitude de lassitude. En parallèle, Findabair s’était renfermée sur elle-même, en proie à une vive inquiétude, prête à intervenir si la discussion venait à dégénérer. Mais étonnamment, la reine du Connaught laissa la Sainte s’exprimer librement, sans traduire à aucun moment l’ombre de la colère. À la question adressée à la princesse, cette dernière acquiesça penaude, impuissante à trouver ses mots.

Un serveur passant hasardeusement par là se laissa également prendre de court par le comportement d’une invitée qui donnait à apprécier beaucoup de tension, en dépit des traits forcés de la décontraction. La pique sur les langues de vipères, le ton insolent, sans parler de cette expression encore plus éloquente que ses mots. Une expression qui ne pouvait échapper à une personne habituée aux grandes cérémonies de cour, se trouvant à traiter des affaires politiques faisant de la présente scène une récréation fort distrayante.

– Oh ! Vous m’en voyez ravie ! En effet, j’éprouve beaucoup de fierté envers ma fille, au point de me montrer parfois trop protectrice. C’est un défaut que je m’évertue à corriger, vous savez.

Une réponse qui n’avait pas attendu le moindre flottement, exprimée avec beaucoup de naturel. Était-ce l’habitude de ces petits jeux ? Toujours est-il qu’elle ne passa pas à côté de ce timbre de voix qui sonnait juste, contrairement au reste de ses insultes voilées. Une observation qui lui permettait de mieux jauger la situation, ainsi que la relation qui semblait être née entre cette Sainte et sa fille. Posant le regard sur les deux, tour à tour, Mebd continuerait sur sa lancée avec beaucoup d’aisance.

– Mais vous avez raison, jeune lionne. À vrai dire, vous m’intriguez. Toute vindicative que vous êtes envers la matière politique. Ce sont là des paroles fort rafraîchissantes, qui ne manquent pas de cette candeur agréable à l’oreille. Cela dit, vous auriez tort de négliger le poids de votre rang.

Quant bien même cette combattante n’entendait pas se prêter à ses jeux, elle ne devait pas s’aveugler sur les réalités inhérentes à l’héritage qui lui avait été confié. Restait cette franchise qui, pour naïve pouvait-elle apparaître, ne représentait pas moins une forme d’atout. Une authenticité ayant fait qu’elle n’avait pas hésité à entrer en connivence avec une ennemie. Enfin… les notions d’ennemi et d’allié étaient fort fragiles, en bout de ligne.

– Je ne vous apprends pas les inimitiés que j’entretiens avec votre maître. Cependant, les mots peuvent sauver des vies, même entre ennemis. Une froide entente vaut parfois mieux que de chercher à anéantir l’autre au mépris des dommages collatéraux. Vous comprenez ?

La Sorcière faisait preuve de beaucoup de pédagogie envers cette suivante d’Athéna, pour l’ignorance que cette dernière avait traduit envers la matière politique. En toutes circonstances, il fallait être disposé à mettre de l’eau dans son vin. Car les opportunités de négociations fragiles valaient toujours mieux que ces guerres aveugles qui ne faisaient pas de détail.

– Si je devais consentir à accepter une ambassade du Sanctuaire en mon royaume, je serais prête à accepter à la condition que vous la dirigiez, pour l’amitié que vous portez à ma fille. Je n’attends pas de vous que vous acceptiez, mais il ne sera pas dit que le Roisin Dubh aura fermé la porte de la diplomatie.

Si l’amusement l’avait gagné plus tôt, il apparaissait cette fois que, dans son regard, cette reine était parfaitement sérieuse sur cette proposition. Une proposition qui attirerait le plus vif étonnement de la part de Findabair, qui était bien démunie devant la tournure qu’avaient prises les choses. Mebd, d’étirer son sourire sans que ses yeux n’accompagnent cette marque de sympathie.

– Acceptez-vous au moins de transmettre ces mots à votre maître ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RymeRymeArmure :
Armure du Lion

Statistiques
HP:
[mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair] G-bleu1800/1800[mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair] V-bleu  (1800/1800)
CP:
[mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair] G-rouge1200/1200[mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair] V-rouge  (1200/1200)
CC:
[mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair] G-jaune1650/1650[mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair] V-jaune  (1650/1650)
Message Re: [mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair]   [mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair] EmptyDim 14 Mar - 2:57
Mâcher ses à priori. Tourner trois fois de la langue avant de parler face à la Reine de Connaught. Ryme faisait avec les moyens du bord. C'était bien là la seule forme de sagesse qu'elle se contentait de suivre, d'ailleurs. Elle avait bien envie de rabrouer la femme avec sa protection toxique, mais elle ne pouvait bien juger que ce que ses yeux pouvaient percevoir à l'instant présent. Des cheveux noirs, une peau pâle, et ces sourires froids. Un ton vaguement hautain, également. Fronçant les sourcils, la Lionne l'écouta, elle et ses conseils, elle et ses connaissances...Poliment, Ryme réaffirma pourtant ses convictions lorsque Mebd termina son discours, comme piquer au vif sur des valeurs sacrées.

"Eh bien... je ne néglige pas le poids de mon rang, ma Dame. Je suis un Chevalier, pas un énième invité ou courtisan perdu dans la foule. Je ne recueille pas les propos des autres guerriers au coin d'un oreiller pour les extrapoler. Je crois qu'on l'oublie un peu trop souvent..."

Autant rappeler les exigences de son rôle et de sa fonction, pour qu'une Reine ne s'égare dans des hypothèses erronées à son sujet, bonnes à la mener vers une impasse. Quant à son rôle, ou Aucun ordre ne lui avait été donné pour se montrer hostile et rabrouer tout ceux qui étaient liés de près ou de loin aux Roisin Dubh. Pour autant, rien ne la poussait à collaborer à bras ouvert avec l'ennemi. En définitive, Ryme comprenait, oui. Haussant un sourcil sous son demi-masque blanc, Mebd se fit comprendre avec une facilité déconcertante, malgré ses propos et le titre qu'elle lui collait désormais au front. Etouffant un sourire dans son vin, sa première exclamation en dit pourtant long sur son opinions. En particulier lorsqu'une question, moins innocente, plus directe, affirma haut et fort le fond de sa pensée dans sa surprise quand son nez quitta encore l'odeur alléchante de son vin...

"Moi, ambassadrice ?", réagit au quart de tour la jeune femme, pointant au préalable sa propre petite personne d'un doigt invectif. L'instant suivant, elle ne tint plus. La pauvre Lionne partit dans un rire innocent, loin, très loin de leur réalité, perdue dans une dimension où elle s'imagina être "l'Elue" parmi les autres Chevaliers dans cette affaire improbable. "Ah, on peut dire que vous êtes sensible à l'humour au moins, ma Dame.", ajouta-t-elle ironiquement. Quand personne ne cilla, Ryme tilta. Son sourire s'effaça, se décomposa, tout écrasée qu'il fut sous le poids de la réalisation. Abasourdie, la réalité revint frapper Ryme de plein fouet. Telle une flèche décochée de son carcan, l'alcool parla de lui-même. "Ah, mais...vous étiez sérieuse ?"

Quand elle sonda enfin le visage de Mebd, la réponse lui parut évidente. Quelle gaffe ! Gênée et peinée par sa propre réaction, la pauvre Lionne se racla la gorge et recomposa les pièces de sa fière stature qui pouvaient encore l'être.

"Ahem. Je transmettrais ces mots, oui. J'ignore ce qui vous motive à agir ainsi, ou à proposer une telle offre après autant de temps passés à entretenir des relations pour le moins "houleuses", ainsi qu'une réputation sulfureuse... Ou même, pourquoi vous me choisissez moi en particulier pour cette proposition d'entente. Mais...je ferais passer ces mots à l'oreille de mon maître."

Un regard fila de Mebd à Findabair, afin de sonder ses impressions. Au moins dans ses yeux : Ryme ressentait bien ce genre d'explications. Ryme comprenait bien que ce n'était pas une affaire commune. Findabair avait-elle une idée quant à la signification d'un tel revirement ?

La Lionne doutait que cette invitation à Connaught ne fut là que la volonté d'une mère désirant faire plaisir à sa fille...Et au fond d'elle-même, elle doutait que Childéric accéderait à sa requête dans la seconde.





[mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair] Ryme_s10

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu En ligne
MebdMebdArmure :
-

Statistiques
HP:
[mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair] G-bleu200/200[mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair] V-bleu  (200/200)
CP:
[mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair] G-rouge300/300[mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair] V-rouge  (300/300)
CC:
[mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair] G-jaune428/428[mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair] V-jaune  (428/428)
Message Re: [mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair]   [mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair] EmptyDim 14 Mar - 18:33
La lionne semblait bien troublée. Désarçonnée ? Pas véritablement. Peut-être, un peu déséquilibrée. Mais elle trouvait tout de même matière à se défendre. Un nouveau sourire en coin apparut sur les lèvres de Mebd à la mention des confessions tirées sur l’oreiller. Après tout, elle n’en était pas arrivée au stade où elle la traitait de catin. Une bonne manière pour mener à bien quelques opérations d’espionnage. Mais bon, ce n’est pas de ça dont il était question. Enfin, si la lionne ressentait le besoin de le préciser, alors la reine du Connaught n’irait pas l’en empêcher. Pas plus qu’elle ne cherchait à la contredire.

Demeurait le constat que ses paroles, en substance, n’avaient pas trouvé de réelle opposition. Si Ryme n’était pas une catin, elle ne pesait pas pour autant le poids de son rang, ainsi que la valeur de sa place sur l’échiquier politique. La naïveté l’avait menée vers des choix significatifs, ne lui en déplaise. Avait-ce été une erreur pour autant ? Ce n’était pas ce qu’avançait la Sorcière. Puis vint sa réaction à la suite de sa proposition. Une réaction qui n’avait pas de prix et qui aurait pu également faire rire Mebd. Mais alors que la suivante d’Athéna s’esclaffa, prenant ses paroles pour une étrange plaisanterie, la maîtresse du Roisin Dubh lui renvoya une expression placide. Non, l’humour n’appartenait pas à ses traits de caractère. Elle était on ne peut plus sérieuse et attendait que son interlocutrice le réalise.

Et ce temps venant, il apparaissait que la Sainte se trouvait quelque peu désemparée. Ou embarrassée ? Il était trop tard en tout cas pour bomber le torse. Aussi, le semblant de fierté que la lionne voulut arborer glissa sur la Sorcière, qui était renforcée dans son impression de s’adresser à une enfant. Une enfant bien sympathique, cela dit. Assez sympathique pour que son regard ne laisse pas entendre que la proposition jetée à l’instant était remise en question. Au moins, elle avait gagné de sa vis-à-vis que ses mots seraient transmis à l’homme qui la commandait. Ce dernier se chargerait de réfléchir à sa place, et ce ne serait pas un mal. L’intelligence n’était pas la première qualité de Ryme. Mais heureusement, elle en possédait d’autres, fondamentales, qui feraient d’elle une ambassadrice convenable à sa cour.

Ainsi, la jeune femme était curieuse de ses motivations. Comme elle était curieuse des raisons qui en avaient fait l’heureuse élue. Une curiosité attendrissante, s’il en était. À la seconde, Mebd de simplement poser les yeux sur sa fille, avant de revenir à Ryme. Et pour la première, une simple remarque :

– Il faut savoir être proche de ses amis, et encore plus de ses ennemis.

En définitive, Mebd se doutait bien que cette pauvre enfant avait besoin d’être rassurée. Car le visage grave de Findabair n’irait pas pour l’aider à ce niveau. Une princesse qui ne savait visiblement pas où sa mère voulait en venir. Pour autant, l’idée n’était pas d’organiser un guet-apens. Un piège aussi grossier ? Allons bon, c’était l’insulter.

– Si vous deviez vous présenter à ma cour en tant qu’ambassadrice, veillez à ce que l’information parvienne à toutes les factions. Si je devais attenter à la vie d’une personne protégée par les lois de la diplomatie, alors je perdrais toute crédibilité aux yeux des autres acteurs qui participent à ce gigantesque échiquier. La politique a ce poids. Vous comprenez ?

Un autre sourire amusé mais en même temps, fugace. Décidément, ce petit jeu lui plaisait bien. Et à cette fin, elle ne donnerait pas à Ryme le luxe de soutirer des explications à Findabair. Aussi, se tourna-t-elle vers sa fille.

– Bien, j’en ai terminé avec cette discussion. Findabair, suis moi. J’ai à te parler.

Une invitation qui fit subtilement grimacer la première intéressée. Jetant une œillade désolée envers la personne qui lui avait tenu compagnie pendant si longtemps, elle finit par rejoindre sa mère. Toutes deux iraient deviser ensemble, à l’abri des regards.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RymeRymeArmure :
Armure du Lion

Statistiques
HP:
[mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair] G-bleu1800/1800[mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair] V-bleu  (1800/1800)
CP:
[mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair] G-rouge1200/1200[mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair] V-rouge  (1200/1200)
CC:
[mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair] G-jaune1650/1650[mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair] V-jaune  (1650/1650)
Message Re: [mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair]   [mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair] EmptyMar 16 Mar - 2:52
Une invitation maquillée ou une simple tentative d'apaiser les tensions? Lorsque Mebd lui annonça la couleur, Ryme ne put qu'émettre une réserve sincère à l'écoute de ses mots, de sa confession qui n'en était qu'à moitié une. Son dicton arborait la simplicité que l'on attribuait à toute politique engagée dans le mouvement de ses pions sur le grand échiquier que l'on appelait vie. "Etre proche de ses amis, plus encore de ses ennemis". Ce concept avait fait ses preuves à travers le temps, véritable symbole du poignard que l'on continuait à garder en main en partageant avec autrui un verre de vin. Mais c'était aussi un concept qui n'avait rien pour rassurer la jeune Lionne. Après tout, l'antinomie qui séparait les Saints des Roisin Dubh était au moins aussi enracinée qu'une plante coriace.

Toutefois, Mebd semblait tenir à coeur les voeux qu'elle prononçait, mais qui pouvait donc lui reprocher cette initiative ? La réputation de Connaught se forgerait sur la base de cette potentielle alliance. Alors, son oreille chaparda les précieux détails dont elle lui avait cédé la charge. La protection, le rôle d'amabassadeur. Et puis l'information véhiculée, la crédibilité. Ce n'était pas de son ressort de négocier de tel terme, pourtant quelque chose lui échappait...Mais quoi ? Etait-ce en rapport avec la situation de Connaught? Sa localisation? Son accessibilité? Ses réelles intentions ?

Peut-être bien tout, tout compte fait. Toutefois, les éléments lui échappaient trop entre les doigts pour tenter d'extirper les connaissances de la Reine à ce propos, et cette dernière semblait des plus...Pressées.

"Je comprends. Ne vous en faites pas. Vous voulez garder votre crédibilité..."

Sa condescendance méritait probablement quelques coups de crocs, mais Ryme n'en fit rien. Medb décèlerait d'autres signaux de sa part. Son ton léger mais affirmé signifia que sa patience avait pourtant des limites. Après tout, son prénom n'était pas "stupidité", n'en déplaise à cette noble dame ! Pourtant, l'heure des adieux annonçait ses premières notes. A en juger le regard de la femme de Connaught, la Reine ne comptait pas rester en ces lieux bien longtemps.

"Au revoir Findabair. J'aurais souhaité avoir plus de temps pour te parler."

Ryme imagina que Findabair avait dû observer son mouvement de main d'adieu avait dû s'effacer à petit feu, alors que sa mère la perdait dans la foule. Ce constat l'agaçait. Plutôt que de connaître la terreur auprès de sa mère, il aurait été préférable que la jeune femme passe du bon temps ailleurs.



[mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair] Ryme_s10

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu En ligne
 
[mi-mars 553] Comme un air de déjà-vu [PV Findabair]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Libro Scripturae :: Britannia :: Citadelles de Camelot :: Tour de Logres-
Sauter vers: