Votez
I
II
III
IV
V


Avril 553 AD (Jusqu'au 5 mai 2021)
 
Partagez
 

 [Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
ChildéricChildéricArmure :
/

Statistiques
HP:
[Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme] G-bleu0/0[Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme] V-bleu  (0/0)
CP:
[Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme] G-rouge0/0[Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme] V-rouge  (0/0)
CC:
[Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme] G-jaune0/0[Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme] V-jaune  (0/0)
Message [Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme]   [Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme] EmptyDim 10 Jan - 3:13
Cette fois, celui qui fut lion avait une idée précise quand il a choisi de se rendre au bal. Un peu de temps avait coulé depuis la grande ouverture. Il n’y était pas paru longtemps tous les soirs mais il avait essayé d’y figurer le plus souvent possible. Tant pour qu’on le voit que pour rencontrer la société de Camelot. Une guerre de velours à laquelle il n’était pas le seul à se livrer. Des alliances se nouaient et se dénouaient. Des guerres démarreraient sûrement suite à des événements plus ou moins importants ayant eu lieu dans ces soirées. Une guerre de velours, encore une fois, loin de celle de la boue et du sang. Mais ces champs de batailles là ne restent pas moins aussi important que les autres. Puis, il y avait aussi cette fameuse piste de danse où il n’avait que peu mis les pieds. Cette soirée par contre, il avait choisi quelqu’un de bien précis pour l’accompagner, celle qu’il avait formé : Ryme du lion.

Il avait été étonné de voir la jeune fille au bras du chevalier de Pégase lors de la première soirée, il aurait aimé pouvoir glisser un mot aux deux jeunes mais les événements ne lui en avaient pas laissé l’occasion. De même que ses responsabilités l’empêchaient encore et toujours de passer autant de temps qu’il aurait aimé avec elle. Oh, c’était maintenant une guerrière accomplie mais c’est justement dans ces baptêmes du feu qu’il aurait aimé pouvoir compter sur des conseils ou sur quelqu’un pour le guider. Peut-être que sa bête ne serait pas devenue l’expression de ces émotions brutales et violentes ? Un autre monde, une autre histoire. Alors il l’avait invité à venir avec lui. C’était là le moment pour les deux fauves d’avoir la conversation que la venue des étrangers avaient empêché dans cette étrange église.

Alors il arriva avec la jeune femme à son bras. Il avait opté pour un autre type de vêtement que celui qu’il avait porté lors de la première soirée, mais dans une esthétique similaire. Longue tunique noirs de soie de Constantinople, entrelacés de motif floraux couleur d’or. Un pantalon de la même couleur et de la même matière, cette fois, sans décoration d’or. La soie, l’or et le noir criaient suffisamment la richesse de la tenue pour qu’il soit nécessaire d’en rajouter. Terminant sa parure, des simples chaussures de cuirs sombres. Peu de bijoux comme à l’habitude, si ce ne sont quelques bagues à ses doigts. Quelques personnes étaient déjà présentes quand les deux saints arrivèrent et le vieux lion dit alors doucement à l’oreille de la jeune fauve :

« - Je crois que je te dois une danse non, petite ? »


“Give as few orders as possible
once you've given orders on a subject, you must always give orders on that subject.”


[Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme] Deric_11
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t231-childeric-chevalier-d- https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1718-childeric
RymeRymeArmure :
Armure du Lion

Statistiques
HP:
[Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme] G-bleu1800/1800[Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme] V-bleu  (1800/1800)
CP:
[Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme] G-rouge1200/1200[Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme] V-rouge  (1200/1200)
CC:
[Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme] G-jaune1650/1650[Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme] V-jaune  (1650/1650)
Message Re: [Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme]   [Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme] EmptyLun 11 Jan - 3:10
Au bras du Grand Pope, Ryme n'eut aucun doute.

Elle entra.
Marcha.
De sang froid.

Des inquiétudes destinées à la foule et à leur regard ne prirent aucune place dans son monde. La Gardienne était consciente de l'image qu'elle voulait renvoyer, et forgeait sa propre réalité à chacun de ses pas.

Cette attitude contrastait pleinement avec celle de la veille. Cette journée-ci, gravée dans sa mémoire, avait réussi à l'étonner. Dans tous les sens du terme. Tout d'abord, la venue de Paros avait chassé ses premières appréhensions, les reléguant par la même occasion au second plan. Puis la rencontre avec un certain Marina avait soulevé un appel vers l'étranger. Ou plutôt, une découverte inattendue. Avec un peu de recul, Ryme aurait pu même y déceler, là, un présage qu'elle avait attendu depuis des lustres. Au sein du Sanctuaire, nombreux étaient les chevaliers à connaître sa l'objet de ses recherches. Endymion avait en partie servi ses attentes, transportant même un, ou peut-être deux ragots en son sillage. Enfin, ce serviteur au poignet tacheté d'une étoile noire s'était imposée dans leurs conversations. La Mort, en avaient-ils tous conclus, venue se présenter en personne...

Etait-ce un funeste présage ? L'un de ceux qui reposait et forgeait le mystère de ce couronnement ? Son apparition n'était pas anodine. La présence des Enfers à Camelot était palpable et réveillait en elle une inquiétude particulière, et malsaine. La boule au ventre, Ryme songea qu'il n'y avait peut-être plus qu'à...Enquêter, dans cette salle de bal où les valses multipliaient les échanges entre couples et intensifiaient la folle intensité de leurs pas.

Dans ses allures du Sud, la robe rappelait exactement la soie qu'elle portait hier. Un châle léger bleu barbeau venait simplement couvrir un peu plus chaudement sa robe aux touches exotiques, verte comme la feuille, en un milieu où les codes différaient. Quant à son masque, il n'avait pas changé : son esquisse était celle d'une neutralité d'albâtre, exempte de couleurs, si ce n'était pour les deux griffes peintes depuis sa mâchoire droite et gauche.

Les crocs du lion.

Perdue dans la contemplation de chacun de ces convives -éveillés comme simples mortels-, Ryme en fut sortie quand on lui adressa quelques mots. Son oreille experte n'eut d'ailleurs aucun mal à reconnaître le timbre de voix de Childéric. Cette conclusion faite, la Sainte se retourna. Puis observa. Vêtu de l'un de ses plus bels apparats, le Grand Pope tentait d'annoncer la couleur en faisant pleinement figure d'autorité. C'était son objectif, sinon son devoir. Et des devoirs, il en avait beaucoup, à commencer par certaines tâches qu'il s'était imposé par le passé, et qu'il devait aujourd'hui supporter : Son apprentie, en quête de réponses.

"Oui. Ca sera l'occasion de discuter un peu. Pour commencer. Si bien sûr, le coeur te dit de continuer en si bon chemin..."

A cette confession, on devina une moue sous son masque. Sous un sourire matois, Ryme poursuivit.

"Comment était ton premier jour de bal, cher maître ?"

Ce ne fut que lorsqu'elle tendit la main qu'elle signa pleinement son acceptation.



[Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme] Ryme_s10

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu En ligne
ChildéricChildéricArmure :
/

Statistiques
HP:
[Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme] G-bleu0/0[Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme] V-bleu  (0/0)
CP:
[Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme] G-rouge0/0[Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme] V-rouge  (0/0)
CC:
[Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme] G-jaune0/0[Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme] V-jaune  (0/0)
Message Re: [Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme]   [Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme] EmptyLun 11 Jan - 18:24
La première pensée de Childéric fut : si elle savait. Sa première soirée au bal avait été catastrophique. Mais, le fait qu’elle pose ainsi la question voulait dire qu’il avait su bien donner le change. Comme il était devenu bon menteur maintenant. Comme il aurait été aussi énervé de voir son supérieur cacher ce genre d’information comme il le faisait maintenant. Mais il comprenait pourquoi désormais. Parler de toute la merde qui allait être remuée, c’était mettre tout le monde sur les nerfs, semer la panique dans les rangs. C’était la dernière chose dont il avait besoin. C’était la dernière chose dont les hommes et les femmes qui dépendaient de lui avaient besoin. Le vieux lion devait être la représentant de la déesse, celui qui les guide dans la tempête et qui règle pour elle les affaires des hommes. Et c’était bien ce que le Franc comptait faire. Néanmoins, il comptait préparer le terrain pour certains fait. Plus de vérité, du moins, distillé, ne ferait de mal à personne.

« - Disons que les choses auraient pu mieux se passer... Et toi, des rencontres intéressantes ? J’ai vu que tu avais passé pas mal de temps aux bras du petit Pégase. »

Alors les pas du lion doucement commencèrent à aller vers la piste de danse, car c’est seulement là qu’il serait véritablement tranquille pour discuter. Il attrapa au passage deux verres que des serviteurs faisaient passer sur des plateaux. C’était aussi quelque chose qu’il n’aimait pas vraiment. Être servi comme s’il était quelqu’un d’important. De tout le temps qu’il avait passé chevalier du lion et même avant avec son propre maître il n’avait jamais eu le moindre serviteur. Il avait eu du mal à s’y faire en devenant Pope et s’y habituait toujours étrangement quand il représentait Athéna ici. Après tout, il avait sous ses ordres le plus grand empire actuellement et il était celui qui ici, représentait ce monde. Il était l’Empire, la couronne. Encore et toujours. Il tendit l’un des deux verres qu’il avait attrapé à Ryme. Le vin d’ici n’était pas mauvais. Il avait un petit goût qu’il n’avait pas l’habitude de trouver dans cet alcool. Sûrement l’effet de la magie des Sidhes.

« - Nous avons une conversation à terminer non ? Aucun gêneur ne viendra nous interrompre ici. Alors je t’écoute, ce n’est jamais facile de perdre quelqu’un en mission... »

Mais la mort est la réalité des hommes servants les divinités. Elle prend trop souvent plus de place que les vivants. Et combien de chevaliers avaient déjà disparu depuis qu’il avait pris la toge sacerdotale ? Trop. Mais c’est une réalité contre laquelle il ne pouvait pas grand-chose. Tout ce qu’il pouvait faire, c’était s’occuper de ceux qui étaient toujours là et d’éviter que ces drames ne se reproduisent trop ou à défaut, qu’ils ne se produisent pour rien… Peut-être aurait-il du envoyer plus de guerrier découvrir ce qui se cachait derrière ce massacre. Sûrement que le petit lion n’aurait pas disparu ou au contraire, que d’autres ne seraient pas revenu avec lui. Après tout, sur une autre mission du même type, il avait envoyé trois chevaliers et aucun d’eux n’étaient revenu.

« - Alors en plus de d’écouter, je vais te faire un cadeau. Pose tes questions et j’y répondrais. Sur ça ou sur autre chose. »

Aujourd’hui était la nuit de la vérité il était d’amener quelques révélations, de préparer la chute inévitable d’un mensonge qui va rapidement se fissurer. Kilian avait commis une erreur et ses conséquences allaient être dures. Mais au moins, il n’était pas pris de cours et il avait le temps de préparer la chute. A voir combien de temps cette dernière durerait et la violence de l’atterrissage...


“Give as few orders as possible
once you've given orders on a subject, you must always give orders on that subject.”


[Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme] Deric_11
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t231-childeric-chevalier-d- https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1718-childeric
RymeRymeArmure :
Armure du Lion

Statistiques
HP:
[Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme] G-bleu1800/1800[Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme] V-bleu  (1800/1800)
CP:
[Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme] G-rouge1200/1200[Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme] V-rouge  (1200/1200)
CC:
[Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme] G-jaune1650/1650[Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme] V-jaune  (1650/1650)
Message Re: [Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme]   [Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme] EmptyMer 27 Jan - 1:28
D'une poigne mesurée mais ferme de nature, Ryme avait saisi le bras de son maître, prête à le suivre dans ses égarements. Ces mots qu'ils s'échangeaient, ces étonnements qu'ils partageaient un peu à la va-vite, comme ça, par pure réflexion...Tout ceci n'était que salutations dans une salle un peu trop petite pour tant de convives. Pourtant, il y avait de la légèreté sous leur apparence pompeuse. Une mine déconfite sous cette visage trop barbue, une moue un peu perplexe sous un masque trop blanc.

Tant d'excès, pour si peu de certitudes...

"Oui, oui, une conversation à terminer..." La lionne remit ses manches improvisées en place. Qu'entendait-il par mieux ? Il en fallait beaucoup pour troubler Childéric."Oui, Paros est un peu devenu mon cavalier. On s'est entraîné ensemble il y a quelques mois alors, on se fait confiance. Mais...oui, Pégase a été de bonne compagnie. Un peu d'optimisme ne fait pas de mal, de temps en temps."

"J'en ai même besoin." Ryme se garda bien de l'avouer. Elle sait pourtant que le quotidien du soldat n'avait rien de surprenant. Au mieux, il était voué à échanger quelques pintes pour oublier les informations gênantes. Un chevalier d'Argent ou de Bronze, c'était un peu pareil. Leur petite arène toute poussiéreuse les avait mené à vivre leur propre épopée et, ensemble, ils avaient triomphé des premiers obstacles, en mettant tantôt ce succès sur le compte de la plus solide des amitiés et tantôt, sur le plus grand malentendu. Ô, le temps passait vite. La plupart de ses camarades d'infortune avait fini par dérober une armure, à force de travail et de perfectionnement. Au final, l'arrivée au sommet de la chevalerie d'Athéna ne faisait que renforcer cette distance qui se formait aussitôt que son armure d'Or entrait en jeu.

Pourtant, Nauplie avait mis en jeu une autre pièce, un autre aspect de sa vie. Un "mais si" qu'elle n'avait pas jamais pris en compte, trop préoccupée par son devoir.

Mais si...l'ombre avait en partie raison ?
Mais si...on lui souriait pour lui cacher quelque chose, par pure méfiance ?

De cette question, d'autres émergent encore à tue-tête. C'était compliqué de faire le tri dans ce cortège d'hypothèses qui continuaient à lui mordre l'esprit. Aussi, la Lionne ne savait pas si Childéric comprendrait. S'il entendrait l'ampleur de sa confusion. Sa main saisit aussitôt la coupe de vin que son cavalier temporaire lui tendait ; elle ne l'aurait jamais refusé. Pas maintenant, et encore moins plus tard.

Ses lèvres gouttèrent la liqueur, troublèrent le miroir en petites ondes rapides, nerveuses.
Finalement, Ryme goutta. Inspira. Expira. Puis se confia.

"Nauplie m'a fait...voir des choses. Sur moi, sur Tharros aussi." Son silence en dit long. Les mots restaient coincé dans sa bouche, sans jamais pouvoir rebondir sur sa langue et formuler le sens tant attendue par la jeune femme. "Je vais aller droit au but. Serait-on lié ? Depuis le début...Je refuse de voir. Je regarde pas autour de moi, je prends pas conscience des évidences...Et je ne sais plus ce que je dois croire. Ou plutôt, qui je dois croire..."

Son regard se releva et révéla toute l'intensité de ses émotions. Un mélange de culpabilité, de frayeur, d'accusation. Si la jeune femme avait peiné à lancer la conversation, les choses devenaient plus évidentes lorsqu'elle s'abstenait d'en garder la forme.

"Me cacherais-tu des choses? De mon passé, je veux dire."

Sa voix tremblotait. Si Childéric tendait bien l'oreille, il sentirait cette émotion qui l'étouffait comme un serpent invisible enroulé autour de son cou. Ce doute s'appelait la crainte. Un sentiment refoulée, inavouée jusqu'au plus profond de sa gorge. Aveuglement, Ryme avait suivi le Sanctuaire. Parfois, elle s'était rebellée. Parfois, elle avait suivi les règles comme des préceptes sacrées. Pour autant, l'occasion d'y trouver sa place avait été alléchante. Mais aujourd'hui et plus que jamais, elle avait froid. Pas parce que l'hiver était encore à leur porte en pleine Britannie, mais bien parce qu'elle redoutait que le Sanctuaire ne soit coupable d'un crime plus odieux encore que celle d'un ennemi : la trahison. Leur domaine, et peut-être même Athéna, considéraient-ils que l'enfermer dans un tissu de mensonge ne soit une réelle nécessité ?



"Et puis, j'ai rencontré quelqu'un qui te connait avec Paros. Un Général de Poséidon." Pleine de compassion, son regard de Jade transperça celui de Childéric, suscitant par la même occasion tout son soutien. "Il m'a avoué...Certaines choses. Je crois savoir ce que tu me cachais. "

Ryme ne jugeait pas ce genre d'orientation. Doutait-il d'elle, de sa compréhension? Il était vrai que la société et le dogme chrétien condamnaient ces choix douteux. Seulement, l'ancienne Disciple n'était pas le reste de la population. Que son Maître se soit entiché d'un pirate ne regardait que lui et ses propres convictions. Cette idylle, la Lionne ne s'y serait pas opposé. De toute évidence, elle n'en eut pas l'occasion : la musique sonna et convia ses invités à...beaucoup de choses.

A s'abandonner, d'une part.
A trouver du réconfort, pour les âmes à peine.
A régler leur conflit, pour les plus belliqueux.

Leur vin promettait un mélange d'un peu de tous ces parfums. Un fin alliage de ce qui peut inciter à révéler la vérité ou à s'enfoncer dans le mensonge. Sous leurs yeux, une danse débuta. Elle mettait un peu de tempo dans ses aveux, dans sa future manière d'aborder les choses comme il se doit. Childéric devait probablement s'en rendre compte, à en juger sa manche qui flottait derrière elle quand il lui prenait l'envie de rabattre sa mèche de cheveux, juste par jeune. Pour autant, elle se devait d'être brave. Comme les autres chevaliers. Parce qu'un lion était brave. Parce qu'une Lionne l'était tout autant. Forte de cette certitude, ses propres encouragements s'ancrèrent pour de bon dans son esprit. Et, tandis que les pans de sa robe et ses manches commençaient à flotter tout autour d'elle, au gré de leur passage, elle se le jura.

Non, elle ne s'y serait pas opposée à pareille histoire. Pas le moins du monde.

"Moi, actuellement, c'est une chose. Je me sens responsable, et ces incertitudes, ces non-dits, ça me pèse. C'est pour une histoire d'amour que t'étais triste, non ? Tu sais, j'aurais pu comprendre...Je le prends pas comme un tabou, moi. Je ne te pensais pas aussi..."audacieux", mais la vie nous surprend souvent, je crois..."

Qu'il aime les hommes ne changeait pas ce qu'il était tout au fond de lui-même : l'ancien Chevalier du Lion, et son maître peut-être un peu trop menteur. Trop, oui. Car il faut bien respecter le climat de la démesure imposé dans cette charmante salle de Camelot...





[Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme] Ryme_s10



Dernière édition par Ryme le Mer 27 Jan - 9:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu En ligne
ChildéricChildéricArmure :
/

Statistiques
HP:
[Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme] G-bleu0/0[Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme] V-bleu  (0/0)
CP:
[Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme] G-rouge0/0[Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme] V-rouge  (0/0)
CC:
[Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme] G-jaune0/0[Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme] V-jaune  (0/0)
Message Re: [Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme]   [Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme] EmptyMer 27 Jan - 3:12
L’optimisme et l’espoir, c’est une ressource trop rare dans leurs vies à tous. Une réalité qui n’a pas grand-chose à faire dans la vie d’un soldat. Dans une vie qui n’est là que pour occuper le temps entre deux combats. Qui n’occupe que le vide entre l’inévitable : celui de la mort. Aucun chevalier ne meurt jamais vieux et entouré de sa famille heureuse. Tous meurent plus ou moins jeune, plus ou moins couvert de sang. Alors oui, une personnalité comme le petit pégase est une chose rare, une chose qu’il faut conserver précieusement. Comme la flamme qui réchauffe les corps lors d’une froide nuit d’hiver. Le vieux lion sourit alors à sa jeune disciple, il savait du moins en partie, sur quoi allait se porter les mots qu’elle avait à lui adresser.

« - Vous ne l’avez pas eu facile tous les deux pour votre première mission moi. »

Les premières missions ne sont jamais faciles. Il s’en est fallu pour la sienne, qu’une nouvelle déclare n’explose entre Asgard et le Sanctuaire. Childéric s’était retrouvé aux prises avec un nom en armure sombre, entouré d’un mystère qu’il n’avait jamais vraiment découvert. Mais c’était du passé et cette interrogation ne le dérangeait plus vraiment. Il en avait des plus urgentes, des plus graves et surtout, des plus vivantes à régler. Il hocha lourdement la tête quand Ryme apporta le sujet qu’il attendait : celui de cette mission italienne. Le rapport était confus, la disparition du petit lion un problème. Il n’avait pas eu de temps à consacrer à cette tête brûlée du Sanctuaire et le regrettait un peu. Le vieux lion savait que son petit lionceau elle, s’était prise d’une affection fraternelle pour cet animal précis. Il avait de la peine pour elle et le sourire compréhensif qu’il lui adressa en était la traduction et l’expression. Mais le Pope pouvait sentir une autre sorte de flamme couver et les émotions contraires se disputer le coeur de la lionne. Il lui laissa le temps de tout sortir.

Mais à défaut de parler, son visage le faisait pour lui. Pas de masque ici, il était lui-même. Alors il fût d’abord surpris, vraiment choqué par les questions de sa disciple. Puis étonné même qu’elle puisse en arriver à ce genre de question, ce genre de doute. Le fruit sûrement des étranges visions dont elle avait parlé évasivement dans son port. Alors doucement, il posa une main sur le bras de la jeune femme, pour lui apporter le soutien dont elle avait besoin. Il était là, presque père devant son père fille.

« - Vous mentir c’est mon travail à moi. Je vous cache des choses pour que vous ne vous inquiétiez pas de tout, comme je le fais. Mais non, sur toi, je ne te cache rien, Ryme. Tout ce que je sais de toi, c’est ce que tu m’as raconté quand nous nous sommes rencontrés. »

Il avait parlé avec toute l’honnêteté dont il était capable, mais bien qu’il n’avait dit que la vérité et rien que la vérité, il se sentait hypocrite. Hypocrite de devoir ainsi se dévoiler après avoir parlé de son masque de mensonge et de la place que ce dernier avait pris dans sa vie. Il devait mentir, à tous. Mais surtout, à lui-même et il n’y a pas pire mensonge que ceux qu’on se raconte à soit même pour échapper à une vérité effrayante mais qu’on ne peut chasser. Mais il n’était pas au bout de ses peines et il blêmit rapidement. Qu’est-ce que cet idiot d’Endymion lui avait raconté ? À qui d’autres en avait-il parlé ? Oh, Ryme aurait le genre de faire croire à ce vieux dragon trop naïf devant un joli visage qu’elle était dans la confidence et lui tirer les verres du nez sans qu’il ne s’en rende compte. De nouveau, son esprit se mettait à carburer à toute vitesse pour éliminer problèmes et ramifications, comme il l’avait fait lorsque le onzième gardien avait fait ses propres erreurs. Pourtant… il n’était pas au bout de ses surprises.

Il porta machinalement sa coupe à sa bouche quand elle continuait de parler. Tant pour s’occuper les mains et avoir l’air détaché que pour donner le change mais il ne fut pas au bout de ses surprises et ce fût là sa plus mauvaise idée de la soirée. Il manqua de s’étouffer en avalant son vin. Alors oui, ce vieux beau d’alcoolique consanguin de Marina lui avait bien raconté des choses mais quoi ? À vrai dire, il se demandait aussi s’il devait se sentir flatter de ce genre de rumeur, amusé ou justement, contrarié ? Savoir ce qu’Endymion avait raconté devenait moins urgent mais peut être un peu plus amusant. Heureusement pour lui et pour Ryme, il s’était légèrement décalé d’elle quand il avait dû cracher son vin et n’avait pas éclaboussé la jeune femme. Par contre, il avait du vin plein sa barbe et serait bon pour bien se laver s’il ne voulait pas que l’odeur ne lui reste dans le nez pendant longtemps. Mais comment pouvait-il penser à ce genre de détails triviaux maintenant ? Il fixa ensuite Ryme, le regard un peu perdu et il finit par exploser de son rire signature. Peut-être un peu plus fort même que d’habitude et sûrement cela attirerait sur eux quelques regards, mais le vieux lion avait l’habitude. Le rugissement de la petite n’avait rien à lui envier alors à deux…

« - Par Athéna, mais quel enfoiré ! »

Le fou rire lui resta pendant une ou deux longues minutes, des larmes perlant sur le contour de ses yeux qu’il chassa d’un geste de la main. Ryme devait être tout aussi perdu que peut être amusé par ce rire qui avait tout ce qu’il y a de plus communicatif et des gens, ne sachant rien du pourquoi ou du comment explosaient également de rire. C’est le problème des mensonges, souvent, ils forcent ceux qui en sont victime à écrire leur propre vérité, qui donne ce genre de… retournement. Parfois bien pire. Après tout, le bon mensonge se tient toujours près de la vérité. Il finit par se calmer et invita d’un geste de la main Ryme à le suivre vers le balcon, il avait besoin d’un peu d’air frais après tout ça. Ils fendirent la foule tranquillement pour trouver la tranquillité du balcon. Le Sanctuaire avait basculé à cet endroit, ce n’était que justice que cela continue.

« - Non, non… Rien de tout ça. Mais, je suis touché par ta prévenance envers moi. J’espère que tu sauras la conserver avec ce que je vais te dire. »

Par acquis de conscience il balaya le balcon de ses yeux de lion pour y chercher une ombre ou une chose qui ne devrait pas s’y trouver. Rapidement, il comprit qu’il était là seul. Le colosse hurlant de rire et couvert de vin avait l’avantage d’avoir fait sortir les curieux et d’éviter justement, que ces derniers ne leur collent trop. Ils étaient là encore plus tranquilles qu’à l’intérieur au final, s’il gardait la voix suffisamment basse. Puis, le cadre n’était pas si mal et parler loin de la musique ne serait pas plus mal, surtout vu la tournure que prenait la conversation. Des masques allaient se briser, des mensonges tomber. Pas tous. Il devait en garder certains. De tous et de tout le monde, car c’était là son plus précieux. Celui pour lequel il supportait ce sacerdoce qui le pesait tant. Celui pour lequel il avait vendu son âme et damné plusieurs fois ses crocs. Pourtant, il avait l’occasion de préparer la tempête à venir.

« - Enfin, je me trouve un peu égoïste de parler de ça maintenant alors que tu as besoin de parler de toi. Mais tu as raison. Cette vérité-là, tu as le droit de l’apprendre. Toi et certains autres. Je te demande juste de tenir ça pour toi et de ne pas en parler aux autres, de nous laisser à tous les deux le soin d’en parler. »

Peut-être aurait-il dû un peu mieux choisir ses mots plutôt que d’entretenir le malentendu qu’avait inventer Ryme ou qu’avait soufflé le dragon. De toute façon, ils étaient aussi retors pour ce genre de chose l’un que l’autre. À vouloir savoir, soulever les tapis et découvrir les secrets. Un point commun à ces deux-là. Peut-être le seul. Ou alors un goût pour Paros. Il faudrait qu’il explicite fermement à l’animal de se tenir éloigné du jeune homme. Le connaissait, il était du genre à la croquer juste à cause de son sourire niais et son air innocent. Après, le chevalier pégase était un grand garçon et s’il voulait se perdre dans les bras d’un dragon après tout. Mais pas seulement, il faudrait qu’il lui explique aussi de ne plus tourner autour de Ryme. Il aimait bien Endymion, mais loin de celle qu’il voyait pour sa fille. Bien qu’elle avait largement les capacités pour lui enfoncer la tête dans l’armure. C’était disons… une question de principe.

« - Comment te dire ça… C’est plus compliqué que je ne croyais. »

De nouveau, il posa ses yeux autour d’eux et s’assura de tourner le dos à la fenêtre pour que, sur un malentendu, on ne puisse lire sur ses lèvres. Le masque des mensonges lui avait au moins appris à faire attention à tout. Trop. Mais c’est quand on ne fait plus trop attention qu’on cède et quand on cède, il est déjà trop tard.

« - Disons qu’il y a en effet une histoire d’amour dans l’air. Pas avec qui tu penses non. Non, ce n’est pas Silas, je te vois venir ! C’est une affaire sérieuse Ryme. Très sérieuse. C’est Athéna en personne qui a marqué tout ça d’un secret total et absolu. Je te fais confiance pour le conserver. »

Et au ton de sa voix, elle pourrait comprendre qu’il ne rigolait pas et que le secret qu’il allait lui partager ici était vraiment sensible. Pas seulement vis-à-vis de sa vie qu’il n’avait jamais aimé partager. Childéric n’aimait pas parler de lui.

« - Tu te souviens de la femme dont je t’ai parlé plusieurs fois ? Celle que j’ai aimée et qui est morte ? Et bien… je l’aime toujours et elle n’est pas morte. J’irais même jusqu’à dire que tu la connais un peu. »

Son ventre se serra alors, tout comme ça gorge. Un secret qui est partagé par plus de deux personnes n’est plus un secret et combien avaient eu vent de cette histoire maintenant ? Trop. Bien trop. Mais fatalement, un masque de moins, un mensonge de moins et déjà, il pouvait sentir un poids en moins sur ses épaules encore trop chargés.


“Give as few orders as possible
once you've given orders on a subject, you must always give orders on that subject.”


[Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme] Deric_11


Dernière édition par Childéric le Mer 17 Fév - 16:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t231-childeric-chevalier-d- https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1718-childeric
RymeRymeArmure :
Armure du Lion

Statistiques
HP:
[Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme] G-bleu1800/1800[Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme] V-bleu  (1800/1800)
CP:
[Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme] G-rouge1200/1200[Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme] V-rouge  (1200/1200)
CC:
[Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme] G-jaune1650/1650[Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme] V-jaune  (1650/1650)
Message Re: [Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme]   [Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme] EmptyJeu 28 Jan - 3:53
Childéric avait mis le doigt sur le bon terme. La difficulté. Un mot souvent récurrent quand le Sanctuaire se mêlait aux cadavres planqués dans les armoires des Chevaliers. A croire que le Cercle d'Or était plus qu'heureuse d'accueillir les commères de Rodorio. Pour laisser éclater au grand jour les passés houleux de chacune de ses Elites, peut-être ? Sûrement. Ryme n'en avait aucun doute à ce sujet : elle était certaine qu'écrire un livre sur leurs prédécesseurs ferait fureur au Colisée...

Alors, quand son maître effleura l'idée qu'ils avaient tous les deux vécus une première mission un peu "houleuse", son souffle laissa vaquer son cynisme. La jeune femme ne lui rendit pas son sourire. Trop grognonne pour s'apparenter à quoique ce soit, les souvenirs de Nauplie la firent grommeler quelques sons indistincts...Heureusement, le vin était bon. Et ils étaient beaux, "charismatiquement" parlant. L'idée de rayonner encore un peu dans cette foule de prédateur lui mettait un peu de baume au cœur.

D'ailleurs, en parlant de prédateur, Endymion eut un effet pour le moins original. Un effet peu attendu. C'est le fou rire qui dévora instantanément le visage de Childéric qui lui insinua qu'elle en avait peut-être trop dit. Enfin non. Les aveux avaient parfois de drôles d'effet sur certaines personnes.

Aussi, Ryme lui sourit, la compassion au cœur.

"Tu peux compter sur moi."

C'était son ancien maître, après tout. Cela valait plus que n'importe quel autre homme titré à garder dans sa poche pour des raisons purement politiques. Et pourtant, sa robe bouffante la ramenait à ses petits souliers : la frontière était très mince entre le Chevalier et l'individu.

Et l'attente...Cette attente, traditionnelle et interminable !

Au-delà du Sanctuaire, des personnes l'attendaient. Ca et là. Tout autour d'elle, et même dans ses pensées. C'était difficile à expliquer, cela aussi. Elle aimerait bien revenir à son village, un jour. Relire la page de son enfance, avec un regard d'adulte. Rassembler également ses pistes, et peut-être revoir sa terrible Nonna.

Bref. Se dédier un peu de temps pour refaire le point sur elle-même. Bien sûr, c'était peut-être trop demandé. Ryme n'était pas certaine qu'un Chevalier ait l'occasion de dédier quelques journées à ses propres envies. Et ces envies ne trouvaient pas de reflets dans ses yeux. C'était si étrange, d'être à la fois une pipelette et garder pour soi une montagne de mystères.

Encore une fois, elle nia ses envies, à l'image- stéréotypée mais véridique dans son cas- d'un chat que l'on appelle et qui, sur un coup de tête et un retard de deux minutes sur ses envies, ne vient finalement pas vers la main qui l'invite. Il passe son chemin, tout comme la Gardienne du cinquième temple recompose ses épaules et propose de finir sur son mal en note finale. Durant, ou après le bal.

"Moi...Ce n'est pas que ça peut attendre, mais tu te doutes bien qu'un bal, c'est aussi...Patienter. Je n'aime pas l'idée d'attendre. J'aimerai prendre un peu de temps pour moi. Pour faire le point et démêler le vrai du faux."

Mais Childéric allait enfin lever un peu le voile sur sa vie de Chevalier. Une révélation que la jeune femme n'était pas prête de manquer de sitôt. Elle reviendrait bien assez tôt au cœur du sujet. Elle pouvait bien lui céder la parole.

Et attendre, en hésitant à voler un petit encas qui trônait fièrement sur le plateau d'un serviteur. Pas aujourd'hui. Ryme le laissa filer, non sans le suivre du coin de l'œil avec une pointe de regret. Malgré son évasion, son oreille appartenait encore à son histoire. Et quelle histoire...Ou plutôt, quel tournant. Lasse, les épaules de la Sainte se soulevèrent et acquiesça, non sans maudir les images qui lui venaient maintenant en tête.

"Oui, je sais que c'est pas un Saint, mais un Marina. Puis Silas et toi...Je ne veux même pas y songer !"

Si la jeune femme avait pu tirer la langue de dégoût, Ryme se serait très certainement exécuté sans demander son reste. A défaut, les doigts qui avaient manqué de rejoindre ses lèvres s'étaient arrêtés à mi-chemin de leur course. Patiemment, elle écouta l'aveu de Childéric, non sans penser un bref instant à quel point elle avait pu être stupide. Il y avait eu cette femme qu'il avait vaguement évoqué, sous l'arbre de son jardin.

"Ah, oui, cette femme... Mais euh, et Endymion ? Il n'était pas jaloux ? Tu me diras...T'as choisi un homme sacrément partageur, et pas timide pour un sou..." La moue qui venait de s'installer sur ses lèvres reflétaient sans mal son exaspération. Clignant des yeux, elle s'aperçut soudainement qu'elle parlait peut-être trop vite. "Oh, désolée. Continue."

Son avant bras resta immobile, mais sa main fit quelques cercle sur elle-même, à mi hauteur, afin d'inviter Childéric à regagner la parole.

Qui était donc cette femme qui, indirectement, lui avait mené la vie dure durant son apprentissage ?





[Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme] Ryme_s10



Dernière édition par Ryme le Ven 19 Fév - 22:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu En ligne
ChildéricChildéricArmure :
/

Statistiques
HP:
[Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme] G-bleu0/0[Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme] V-bleu  (0/0)
CP:
[Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme] G-rouge0/0[Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme] V-rouge  (0/0)
CC:
[Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme] G-jaune0/0[Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme] V-jaune  (0/0)
Message Re: [Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme]   [Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme] EmptyMer 17 Fév - 16:52
Il est difficile de dépasser la mort. Mais pourtant, elle fait parti de notre quotidien. Combien de chevaliers d’or Childéric avait-il vivre et s’éteindre comme des étoiles filants trop rapidement ? Trop. Bien trop. Et il ne parlait là que de ceux qu’il avait côtoyés le plus. Bien plus de chevalier d’argent et de bronze étaient morts si vite qu’ils étaient arrivés. C’était le triste cas de Tharos. Le plus triste dans tout ça, ce n’était pas la mort de soldat, c’était un choix qu’il avait déjà accepté en portant leur armure, non. Le plus triste, c’était qu’on s’habitue à ces pertes, à ces morts. Et que finalement, après un temps, la mort ne fait plus qu’être un soubresaut de dépit, plutôt qu’une profonde tristesse. L’ancien lion eut alors un sourire mêlant amusement et affection pour la jeune femme avant de répondre à sa demande :

« - Et bien, je ne pensais pas te renvoyer en mission tout de suite. Je ferais juste attention de ne pas trop te laisser attendre à l’avenir. »

De toute façon, il était fort probable que dans quelques semaines, quelques mois dans un monde fou, la guerre viendrait frapper à leur porte alors autant qu’elle se repose maintenant, à défaut de ne plus pouvoir. Il pouvait lui accorder tout ça. La conversation dévia de nouveau sur le sérieux de la révélation qu’il avait à lui faire et il cligner rapidement des yeux bougeant sa tête un peu sur le côté, de surprise. Enfin oui, c’était normal que le quiproquo persiste. Pour lui, les choses étaient claires, mais Ryme devait naviguer dans les secrets et les demi-vérités. Après tout, le vieux lion ne s’était jamais vraiment beaucoup étendu sur sa vie personnel et c’était un sujet qui avait animé le goût des secrets de la jeune femme. Alors il explosa de rire de nouveau, à l’idée de lui et d’Endymion. Il arrivait déjà à ne plus vouloir s’entre-tuer, c’est une bonne chose.

« - Non, non, Endymion n’a rien à voir avec ça. Tu sais, il faut partir du principe que, tout ce qu’il peut te raconter est au mieux un mensonge, au pire une frasque grotesque. »

Il rit de nouveau à gorge déployé avant de reprendre son sérieux. Après tout, il allait là partager un secret qui allait, dans l’avenir, sûrement causé une guerre alors…

« - Cette femme, elle a servi dans l’ordre, en tant que chevalier d’or, bien avant que tu arrives, à peu près quand j’ai commencé à porter l’armure puis… elle a rejoint les servants de Poséidon et les choses ont… évolués. Et la voilà maintenant de retour parmi nous. La femme dont je te parle, c’est celle que tu connais sous le nom de Morwenna. Son véritable nom, c’est Nimue. Et nous sommes… mariés. »

Son visage était grave, sérieux. Ses yeux de fauve perçant parcouraient avec rapidité et l’avidité d’un chasseur les alentours, à la cherche d’ombre ou d’espion. Il espérait que Ryme comprendrait qu’il ne s’agissait pas simplement là d’une histoire entre chevaliers d’or, mais de quelque chose de bien plus compliqué. Elle était assez maligne pour, trop même.

« - C’est Athéna qui nous a ordonné de nous livrer à cette mascarade, de mentir à tout le monde. Pour éviter des ennuis et des problèmes. C’est elle aussi qui lui a imposé de reprendre le fardeau des roses et du poison... »

Ce qui la ronge, ce qui la tue. Mais les mots ne pouvaient pas sortir de la gorge de Childéric qui soudain, sentait son coeur pris dans une tornade d’émotion très contradictoire. Le soulagement, d’avoir enfin retiré de ses épaules ce mensonge omniprésent dans sa vie et il se rendit compte brutalement du poids constant et horriblement lourd qu’il pesait. Mais aussi de l’inquiétude, devant la réaction de sa disciple, qui était pour lui, la petite fille qu’il n’aurait jamais. Il vit aussi les morts qui seraient causés par tout ça, par son égoïsme. Regrettait-il ? Pas un seul instant…


“Give as few orders as possible
once you've given orders on a subject, you must always give orders on that subject.”


[Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme] Deric_11


Dernière édition par Childéric le Sam 20 Fév - 22:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t231-childeric-chevalier-d- https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1718-childeric
RymeRymeArmure :
Armure du Lion

Statistiques
HP:
[Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme] G-bleu1800/1800[Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme] V-bleu  (1800/1800)
CP:
[Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme] G-rouge1200/1200[Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme] V-rouge  (1200/1200)
CC:
[Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme] G-jaune1650/1650[Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme] V-jaune  (1650/1650)
Message Re: [Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme]   [Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme] EmptySam 20 Fév - 0:46
Retour mouvementé. Ryme ne sut pas si ces apparitions étaient de mauvaises augures. La veille, Childéric avait été informé de la présence de la Mort et le pire était encore à craindre. Personne n'avait été dupe dans leur petit cercle restreint, surtout lorsque les fantômes s'étaient relevés sous leurs yeux. Rapidement, elle songea alors que la coïncidence n'existait probablement pas en plein couronnement. On choisit ses convives ; c'était du moins ce que la jeune femme croyait. Alors, pourquoi Thanatos ?

"Mais Camelot ne serait pas un endroit sérieux et dangereux, dans le fond ?"

Ce n'était pas un lieu de repos ordinaire en tout cas. Un tel rassemblement de pensées, de noblesses et de rivalités la mettait sur le qui-vive malgré la robe finement nouée autour de sa taille. Elle ressemblait à une invité, agissait comme tel. Toutefois, le Bal ne ressemblait pas n'importe qui, aussi le Convive lambda pouvait, dans certains cas, porter en premier lieu une armure gradé avant de pavaner dans de beaux habits de soie. Ryme n'en faisait nullement exception. Endymion non plus, d'ailleurs. il fallait donc faire le tri entre les bobards et les réalités. Le rire de son maître réveilla sur son visage une interrogation palpable sur son élève, qui peinait à comprendre son hilarité. La tête légèrement penchée, les sourcils légèrement froncés, la Lionne cherchait à savoir le fin mot de ce rire improvisé. Visiblement, le Dragon des mers en était l'origine.

Ou peut-être...
Oh, avait-il simplement joué avec la puissance d'un potentiel scandale?

"Euh...Donc c'était pas ça ? Ce sagouin m'aurait donc menti..."

Les yeux ronds, perdus mais à l'écoute, la Sainte écouta son maître parler d'une atlante. Une autre, Marina comme son collègue mais traîtresse à ses détriments. Dans son silence, les pièces du puzzle s'étaient assemblées une à une et ses premières hypothèses perdirent leur sens, quand elles n'étaient pas grossière. Il était vrai que Childéric avait évoqué l'existence d'une femme, un amour perdu dans leur jardin. Ce fut à cet instant que Ryme sut qu'elle s'était enfoncée dans un quiproquo particulièrement délicat.

Même s'il débutait par la même lettre et résonnait tel un credo composé par un savant musicien, le trio clé n'était pas des plus aisés à assimiler : mariage, mascarade, et malédiction.

Elle déglutit. L'information était pesante, et il lui fallut bien quelques secondes pour peser le pour et le contre de ces révélations. La passion avait toujours été la pièce maîtresse d'un futur drame, et ce que Childéric venait de lui avouer présageait des mois plus sombres. D'une respiration coupée, un soupir inaudible s'échappa de ses lèvres, tranchant également le fin mot de son verdict.

Avec un peu d'honnêteté, Ryme aurait volontiers partagé qu'elle ne savait justement pas quoi en penser. Mariage, mascarade et malédiction. Son maître savait-il ce qu'il faisait ? Certainement. Il y avait probablement songé plus d'une fois.

Du moins, la Sainte préférait le croire avant de plonger son nez dans le cœur du problème.

"J'ai rencontré Morwenna, oui. La femme qui a pris ton bras en entrant dans la salle de Bal..." C'était vague. Bien plus encore que les propos et les échanges qu'elles s'étaient partagées auprès d'un feu de camp. Pourtant, pas un seul instant, Ryme n'avait songé poser son regard sur la future Hélène du Sanctuaire. "Athéna a été clémente."

Le laconisme reteintait ses mots, comme autrefois. Mais parfois, quelques paroles portaient plus de significations que de longues phrases sans issues. Et, si Childéric s'y attardait, il verrait toute l'expression, tout le maelstrom d'émotions, entremêlés à de multiples questionnements, de lassitude et de mélancolie, danser dans ses orbes de jade. Le silence qui s'ensuivit approfondit un instant de tension. Il avait le son d'une eau brûlante qui bouillonnait en son sein.

De son côté, Ryme continuait de l'observer calmement. Quelque part, n'était-il pas sur le point de les trahir ? Elle, eux, tous ?

Alors, la Sainte n'arrivait pas à se décider. Perdue entre son jugement lui présageant le pire au nom d'un désir humain, et la loyauté aveugle qu'elle éprouvait vis-à-vis de ce père adoptif.

"Si tu me le dis maintenant, c'est que je peux m'attendre au pire ? Ou c'est une simple coïncidence ?"

Sa réaction la surprit elle-même. Auparavant, la colère aurait eu raison de la jeune femme. Elle aurait alors mis quelques minutes à se recomposer, près du buffet ou d'une petite fenêtre, afin de souffler ses appréhensions. Mais aujourd'hui, tout était différent : elle ne s'en sentait pas la force. Car, plus qu'hier encore, qui était-elle pour juger et s'énerver, alors qu'elle venait d'envoyer son confrère à l'abattage ? La gorge serrée, son sourire s'était envolé depuis quelques secondes, au profit d'une inquiétude grandissante, mais si composée qu'elle dénotait sur la gravité de ses mots.

"J'aimerai comprendre...Dis-moi qu'il y a plus qu'une simple histoire d'amour pour justifier sa présence. Qu'elle ne risque rien chez nous, que ce retour a été consenti. Pardonné...Ou sinon, dis moi que t'as conscience du danger que ça porte sur...nous tous."

C'était son souhait. De tout son cœur. Mais cette "mascarade" justifiait probablement déjà le début de tous leurs conflits. Pour autant, Ryme connaissait sa condition : celle de l'apprentie qui ne souhaitait pas associer ce mot à son maître.









[Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme] Ryme_s10

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu En ligne
ChildéricChildéricArmure :
/

Statistiques
HP:
[Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme] G-bleu0/0[Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme] V-bleu  (0/0)
CP:
[Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme] G-rouge0/0[Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme] V-rouge  (0/0)
CC:
[Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme] G-jaune0/0[Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme] V-jaune  (0/0)
Message Re: [Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme]   [Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme] EmptySam 20 Fév - 23:22
Le profond soupire du lion qui accueillit la remarque de la jeune femme serait une réponse parfaitement adéquate pour transcrire ce que celui qui fût lion pensait de cet endroit. Childéric avait bien insisté quand il en avait parlé à ses chevaliers et il s’était astreint à cette même logique lors de tout leur séjour à cet endroit : Camelot était un champ de bataille. Les différents ordres sacrés se livraient une guerre d’influence et de politique, un combat dans le velours et la soie, plutôt que la boue et le sang. S’il préférait largement le second, bien plus dans ce qu’il avait l’habitude de gérer, on l’avait après tout, conditionné à être un soldat. Mais oui, les dangers étaient partout et cet endroit avait déjà causé trop de mort. Il n’avait qu’une hâte, que l’ancien dixième gardien montre sur son trône et que la délégation puisse rentrer au Sanctuaire. Et il adressa après son rire, un sourire à Ryme. Elle commençait à comprendre l’animal dont il était question ici.

Pour le reste, il guetta avec une inquiétude dans le coeur la réaction de la jeune femme. Ce n’était pas un petit secret qu’il venait d’avouer là et, mieux que personne, il savait les conséquences que pouvait avoir ce mensonge. À quoi s’attendait-il exactement ? À tout. En temps normal, il aurait sûrement su à peu près comment Ryme allait réagir mais là, il en était incapable. Trop impliqué dans cette histoire et la relation de famille qu’il avait avec celle qu’il avait formée. La lionne de lumière aurait des raisons d’être en colère et de lui en vouloir, il lui avait menti depuis longtemps et les mensonges ne sont jamais bons pour la confiance. Il hocha la tête en réponse quand elle parla d’Athéna. Mais sa clémence avait un prix. Un prix qui était difficile à payer pour Nimue et doucement, Childéric voyait sa femme mourir devant lui, sans pouvoir rien y faire. Sa clémence avait le goût amer du désespoir. Le désespoir est toujours mieux que la mort !

Pour le reste, il ne fut pas étonné de la perspicacité de Ryme. Oui, s’il en parlait maintenant, c’est que des choses avaient changés et que de toute façon, le secret était éventé. Dans une bonne et une mauvaise façon. Mais si tant de personnes extérieur à ses propres hommes savaient ça de lui, il devait le leur dire bientôt. Après tout, la déesse en personne avait déjà donné sa bénédiction et tous ces mensonges n’étaient que l’obéissance à ses ordres. Même si, certains événements venaient peut-être de faire basculer l’univers dans un autre sens bien différent et que la guerre qu’il avait vu s’abattre avec tant de certitude, pourrait bien reculer et reprendre son rythme habituel. Zvezdan après tout, ne tarderait pas à marcher, sûrement sous le couvert des alliances noués vers son objectif de toujours : Constantinople. Tant que d’autres conflits ne venaient pas s’amalgamer sur celui-là.

« - Comme je t’ai dit, tout a été fait dans les règles avec Athéna pour le reste... »

Et il ne rajouta rien d’autres à ce sujet. Il ne savait pas tout lui-même et il ne voulait pas trop en dire non plus. Cela reviendrait à soulever d’autres secrets, d’autres mensonges et d’autres légendes. La formation de Nimue dans l’île aux cieux, et le secret qu’il allait garder même dans la mort : celui de leur enfant. Mais il fallait qu’il revienne à leur mouton :

« - Pour le reste du monde, elle est morte. Mais les morts ne le restent jamais vraiment longtemps dans notre monde. Je sais le danger, nous le savons, Athéna aussi, mais disons… qu’elle n’est pas venue les mains vides et nous en avons appris long sur les secrets de Poséidon à ce moment. S’il doit y avoir une guerre avec les marinas, nous serons près. Mais nous n'en sommes pas encore là. Et ne le seront peut être pas, il existe d'autres moyens que la guerre pour régler les problèmes. »

C'est Endymion qui lui avait dit ça, et il ne l'avait pas cru. Pas plus qu'il ne se croyait lui même, il était chef de guerre, il avait mis en branle les armées de l’empire le soir même où Kilian avait parlé de ce secret à la fille de Mebd. Il était soldat. Il avait la guerre dans le sang mais il ferait ce qu'il pouvait pour que la guerre ne soit pas la solution. Il était près à encore des sacrifices, à son propre sacrifice.

« - Disons que d’autres personnes ont eu vent du secret et dès lors, ce n’est plus vraiment un secret. Je voulais que tu l’entendes de ma bouche, plutôt que de l’apprendre au détour d’un ragot. C’était important pour moi, de te dire la vérité moi-même… »


“Give as few orders as possible
once you've given orders on a subject, you must always give orders on that subject.”


[Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme] Deric_11
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t231-childeric-chevalier-d- https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1718-childeric
RymeRymeArmure :
Armure du Lion

Statistiques
HP:
[Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme] G-bleu1800/1800[Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme] V-bleu  (1800/1800)
CP:
[Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme] G-rouge1200/1200[Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme] V-rouge  (1200/1200)
CC:
[Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme] G-jaune1650/1650[Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme] V-jaune  (1650/1650)
Message Re: [Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme]   [Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme] EmptyDim 14 Mar - 18:27
La légèreté de ses paroles réveillait en elle un volcan chaud, brûlant, ardent. Une émotion qui résonnait n son for intérieur comme un soleil furieux. Ryme était déçue. Déçue de voir que son maître ne correspondait pas à l'image qu'elle s'était faite de lui. Révoltée à l'idée de cumuler autant de mauvaises nouvelles en si peu de temps. Toutefois, c'était aussi le bout de son museau qui avait déniché les non-dits.

Alors, "c'était compliqué". La Sainte n'aurait su dire si elle méritait ou non d'être aussi partagée sur ses impressions, tout comme elle n'aurait su affirmer avec clarté si les méfaits de Childéric était une trahison à son égard ou un simple secret sans aucune répercussion future. Quelque part, sa condition présente l'irritait. Soudainement, ce Bal la dérangeait et sa vulnérabilité également. Elle n'était qu'une invitée parmi tant d'autres, une jeune femme avec une jolie robe qui cachait son rôle et cherchait une distraction susceptible de l'amuser. Pourtant, une vilaine sensation lui collait à la peau, sans qu'elle puisse s'en défaire. Ryme avait la terrible impression d'être la victime indirecte de cette machination politique. Mais qui ne l'aurait pas été, à sa place ? La Sainte venait d'apprendre que le plus grand porteur de guerre au sein du Sanctuaire était probablement son maître et Grand Pope en personne. Et cette réalisation lui faisait mal. Au fil de ses mots, de ses explications, de ces révélations insensées et pourtant "anciennes," à bien y regarder...

Alors oui. Cette histoire lui crevait le cœur, tout en extirpant un soupir et une remarque particulièrement amer, à défaut d'en venir aux agressions.

"Franchement, ces histoires de politique ont le mérite de me saouler."

Il lui fallait regagner son calme. Serrer les dents, ignorer la colère, faire bonne figure. Ryme se retenait de mettre son poing dans la mâchoire de Childéric, car plus que jamais, l'envie se faisait prégnante. Alléchante. Des chatouilles se prolongeaient dans ses phalanges, tandis qu'elle balayait de son mieux l'émotion d'injustice qui obscurcissait ses pensées.

"Je...je ne sais vraiment pas quoi en penser. Je comprends bien qu'on puisse aimer profondément quelqu'un. Qu'on puisse être capable de faire de nombreux sacrifices pour son aimé mais...Je doute que sa venue se justifie par la simple révélation de secrets atlantes. Et quand je pense que plusieurs Chevaliers ont de grandes chances de payer pour votre idylle, votre égoïsme et vos conneries, et que cela peut même mettre le Sanctuaire en péril...Eh bien, ça me dépasse."

Hésitante, la Sainte resta ainsi plusieurs secondes. En grand ponte, le silence défila. Plus que la frustration de cette trahison, elle revit l'ombre de son maître, sa défaite, cette mort évitée de près et la perte de Tharros et ravala quelques larmes qui avaient menacé ses yeux d'une humidité bien distincte : celle d'une tempête oscillant entre rage, fureur et tristesse. La seconde suivante, ses traits se détendirent enfin. Sur ces derniers mots, la jeune femme signa un départ précipité, mais voulu avant de faire l'erreur de trop.

"Je vais avoir besoin de temps pour faire un point à ce sujet. Excuse-moi Childéric, j'ai besoin de me vider l'esprit."

La Disciple fit quelques pas, avant de changer d'avis. Se retournant, les yeux de Jade de la jeune femme scruta Childéric une dernière fois. Ceux-ci se plantèrent dans ceux de son maître, soulignant de leur éclat le poids de ses mots et la violence de ses ressentiments. Elle avait besoin de vider son sac.

"Remarque, t'avais raison au final. Je vais peut-être avoir besoin de me mettre dans la peau d'Hector face à Pâris. Face à Hélène, aussi. Pour oublier tout ça. Pour me dire que ce que je fais a du sens, parce que moi, je ne veux pas crever pour ça. Je ne veux pas crever pour vous. Les autres non plus, d'ailleurs, et je les comprendrais."

Désirait-elle réellement rester seule ? Il lui fallait bien évoquer la proposition du Roisin Dubh et de Mebd, après tout. Toutefois, elle ne s'en sentait pas capable. Qu'importe ce qu'aurait pu dire Childéric en retour, Ryme avait le sentiment que le plus petit mot de sa part ne ferait que rajouter un peu plus de bois à un feu particulièrement colérique.



[Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme] Ryme_s10

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu En ligne
ChildéricChildéricArmure :
/

Statistiques
HP:
[Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme] G-bleu0/0[Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme] V-bleu  (0/0)
CP:
[Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme] G-rouge0/0[Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme] V-rouge  (0/0)
CC:
[Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme] G-jaune0/0[Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme] V-jaune  (0/0)
Message Re: [Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme]   [Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme] EmptyDim 14 Mar - 22:07
Le vieux lion avait l’habitude d’essuyer des tempêtes. Sa femme après tout, n’était pas la dernière pour ça et pour elle, il en avait encaissé beaucoup. Mais il était comme ça, à encaisser, ployer, mais ne pas se rompre. C’est ce qu’on avait fait de lui. Mais la tempête violente qu’il lut dans les yeux de Ryme lui déchira le coeur. Il s’y était attendu, il la méritait mais il ne pensait pas que la voir ainsi, la détestation profonde dans les yeux de celle qu’il considérait de son sang lui ferait si mal. Ce qui lui fit mal aussi c’était de ne pas lui dire toute la vérité. De ne pas lui parler de cet enfant qui, au final, était la véritable raison de tout ça et que c’était pour le protéger lui qu’il avait accepté tout ça. Mais ce secret-là, c’était celui qu’il garderait par-delà la mort. Alors il serra les dents et sûrement que celle qui le connaissait bien pourrait voir qu’il s’en voulait et surtout, qu’il comprenait le sens de ses mots. Alors il laissa le lion feulé et s’attendait à voir un poing volé vers son visage, qu’il n’aurait pas évité.

Il pouvait sentir aussi sa propre tempête naître et sa bête gronder. Profiter du chaos qui venait de naître dans son coeur pour reprendre ses droits. Même dans les pires moment, cette lutte ne s’arrête jamais et le liens de la meute qui les unissaient tous les deux pourrait sentir la violence des émotions du vieux lion et donc, le réveil de sa bête. Il dut faire preuve de toute sa volonté pour la tenir en laisse et ne pas lui laisser prendre le dessus, pas encore, pas face à elle. Il ne pouvait pas la laisser faire plus de mal à la petite. Childéric pouvait sentir la bête ruer et se débattre mais il devait tenir bon. Ses arguments étaient juste et il en avait conscience. Pourtant, si cette guerre là devait exploser et bien… tout allait se dérouler comme elle l’avait dit. Des soldats allaient mourir pour ça, pour eux. Il n’avait jamais été très à l’aise avec cette idée, mais il préférait voir mourir des soldats et lui, que son fils.

« - Tu as raison, je ne peux pas te l’enlever. Mais je peux te rassurer, pour ce que ça vaut… Depuis que nous en sommes là, les choses ne sont pas restées immobiles. Sans que nous n’ayons rien préparer. Cette question pourra se régler par la diplomatie, sans qu’une goutte de sang ne soit versée. Je ne vais pas te le promettre, ni en appeler à ta confiance, pas après tout ça mais je ne peux rien faire de mieux. »

Il y a tant de choses qu’il aurait voulu lui dire sur le moment. La rassurer, chasser ses craintes et ses inquiétudes. Lui offrir la sécurité dont elle avait besoin. Il n’avait jamais été bon pour exprimer ce genre de chose. Il pouvait mener une armée à la guerre, affronter le chaos, la boue et le sang sans blêmir. Faire face à l’infâme et l’innommable, supporter la mort et la donner. Mais trouver les mots justes pour décrire ses émotions, pour venir en aide aux siens, encore une fois et comme toujours : il en était bien incapable. Un goût de bile se fit sentir dans le fond de sa gorge et la bête redoubla de violence. Un instant, il caressa l’idée de s’y abandonner pour ne plus échouer une fois de plus. Mais il refusa de céder et dans une violence rare, balaya la bête dans le chaos de son coeur.

« - Personne ne va mourir. Personne. »

Cette guerre de tout façon, n’aurait pas lieu. La mort du Légat avait dégonflé les risques comme soufflet. Les rats d’Atlantis allaient s’entre dévorer. Mais elle avait raison, le devoir d’Énée, après tout, c’était de faire continuer Troie à travers l’histoire et sûrement, cela serait le rôle de Ryme. De faire continuer les crocs du lion à travers les âges. Il aurait aimé pouvoir la prendre dans ses bras pour la rassurer, mais il ne s’en sentait pas digne, il n’en éprouvait pas le droit. Il avait échoué en tant que maître et… en tant que père ? Et il prit une profonde inspiration et lui dit :

« - Tu n’es pas réponsable de la mort de Tharos. »

Sûrement qu’il n’aurait pas pu, pas maintenant, mais c’était ce que le chaos de son coeur lui demandait de lui dire.


“Give as few orders as possible
once you've given orders on a subject, you must always give orders on that subject.”


[Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme] Deric_11
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t231-childeric-chevalier-d- https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1718-childeric
RymeRymeArmure :
Armure du Lion

Statistiques
HP:
[Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme] G-bleu1800/1800[Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme] V-bleu  (1800/1800)
CP:
[Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme] G-rouge1200/1200[Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme] V-rouge  (1200/1200)
CC:
[Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme] G-jaune1650/1650[Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme] V-jaune  (1650/1650)
Message Re: [Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme]   [Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme] EmptyJeu 18 Mar - 0:06
Mensonges, tout n'était que mensonges! Son maître mentait comme il respirait, pour continuer quelques secondes plus tard à mentir encore et encore, à tour de bras. Le mot se répétait sans cesse, à tue tête, tant et si bien qu'il en perdait son sens. Il était bien difficile de reprendre son calme pour la Sainte qui, cette fois-ci, souffla une vérité amère plus qu'un reproche.

Si, des Chevaliers allaient mourir. Et ils pourraient mourir pour les erreurs de cœur d'un Pope.

"Arrête. Tu sais très bien qu'en disant cela, tu te rends potentiellement encore plus fautif de ce qui peut advenir de nous..."

Tristement, ses orbes de Jade contemplèrent Childéric, bravant son gigantisme et l'intimidation qui aurait pu en naître. Ryme n'osait imaginé cette culpabilité le ronger à l'avenir. Prochainement, peut-être. Le jour où les tambours de guerre viendront cogner aux portes du Sanctuaire, ces mots et ces vérités voilées ne pardonnaient jamais. Mais comment expliquer cela à quelqu'un se bornait à repousser les probabilités au lendemain ? L'idée même d'avoir un mort et un frère d'entraînement sur la conscience, même en pleine possession de ses capacités, était loin d'être une expérience agréable. Childéric ne comprenait pas à quel point la disparition de son frère d'armes en première mission lui importait. Une première mission si infructueuse qu'elle se sentait, aujourd'hui, bien peu méritante de porter une armure d'Or. L'absence du Petit Lion était là pour en attester silencieusement sa faute, et créer un malaise invisible des yeux par son masque, mais bien présent dans ses yeux.

"Si. Si, c'est moi. Tharros serait encore là si je n'avais pas pris une initiative en particulier. C'est moi qui lui ait demandé de m'accompagner dans cette mission. C'est moi qui avait la charge de le surveiller, en tant que Chevalier d'Or. J'ai merdé."

Ces derniers paroles tenaient sur trois mots. Trois petits mots de rien du tout. Trois petites suggestions du quotidien qui, pourtant, valaient bien un témoignage. La gorge serrée, Ryme garda le silence sur ses reproches. Son jugement se faisait bien sec, aussi bien envers elle-même qu'envers Childéric. La Sainte comprenait le raisonnement de Childéric pour se déculpabiliser, pour reléguer ses peurs en second plan. Maintenant et plus que jamais, elle ne pouvait y adhérer sans que l'espoir de son Maître ne réveille la flamme de ses ressentiments. Le menton encore haut, la Sainte trouva encore l'énergie pour révéler ce qui lui pesait sur le cœur.

"J'ai au moins conscience de ça. Si un drame venait à se produire, je ne serais probablement pas en mesure de protéger ce Sanctuaire. Les autres ne seront pas nécessairement là pour recoller les pots cassés."

Toute cette mascarade, tous ces masques l'éreintaient. La fatigue prenait le dessus. Chaque journée présentait son lot de difficultés et Ryme doutait passer un bon moment ne serait-ce qu'une journée dans ce royaume maudit.




[Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme] Ryme_s10

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu En ligne
ChildéricChildéricArmure :
/

Statistiques
HP:
[Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme] G-bleu0/0[Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme] V-bleu  (0/0)
CP:
[Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme] G-rouge0/0[Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme] V-rouge  (0/0)
CC:
[Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme] G-jaune0/0[Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme] V-jaune  (0/0)
Message Re: [Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme]   [Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme] EmptyMar 23 Mar - 0:42
Comment pouvait-il être plus fautif de ce qu’il allait leur arriver à eux, chaque décision, chaque ordre qu’il donnait, chaque personne qui ne revenait pas, pesé sur sa conscience. Et des gens qui n’étaient pas revenu, il y en avait beaucoup. Beaucoup trop. Mais c’est là le poids du commandement, le poids de la couronne. Un poids qu’il avait accepté de porter, et de porter seul. Alors, comment pouvait-il exprimer à Ryme ce qu’il ressentait à ce moment précis ? Que ressentir la colère et le dégoût dans sa voix lui faisait mal. Que de la voir ainsi s’en vouloir pour une faute qui n’était pas la sienne finissait de lui fendre le coeur. Il aurait été plus simple de lui faire ressentir ce qu’il vivait, comme le lien qu’il entretenait avec Nimue. Mais ce n’était pas l’endroit, ni le lieu, ni la personne. À lui de trouver encore une fois les mots et le chemin. À lui de se perdre et d’échouer une fois de plus.

Pour autant, il pouvait comprendre la colère de Ryme face à sa propre puissance. N’était-il pas lui, dans une situation similaire ? Son pouvoir n’avait-il que peut ou pas d’égaux parmi le Sanctuaire ou leurs ennemis. Il n’y a que peut de chevalier qui pouvait égaler sa force : son épouse et celle qu’il voyait comme sa fille. Et parmi leur ennemi, en combat, il craignait la poigne de Zvezdan, l’ancienne guerre et le nouveau pontife d’Arès. Et combien de fois avait-il échoué, malgré son pouvoir ? Systématiquement. Il n’avait jamais pu protéger celle qu’il aimait de ses démons et ses ennemis. Pas plus qu’il n’avait pu armer Ryme correctement pour faire face à ça. Après tout, elle était faite du même moule que lui, la puissance fait naître l’échec. Il aurait dû être là pour l’aider à surmonter ce problème.

« - Chaque mort, pour chaque mission est ma responsabilité. Tharos était capable de venir. Il savait ce qu’il faisait quand il t’a accompagné. Tu n’y es pour rien, Ryme… On ne peut pas sauver tout le monde. Tu n’y es pour rien... »

Il voulait l’aider, il voulait trouver les mots. Mais il en était incapable et il le savait. Il savait très bien qu’il ne pourrait pas arranger les choses vraiment. Mais, vainement, il devait essayer. Il lui devait ça à elle. Il devait être là quand elle avait besoin de lui. Malgré le mensonge qu’il venait de briser. Au final, il faut essayer de se sauver soit même. Ces mots, il était à la fois pour elle et à la fois pour lui. Il avait toujours tenté de sauver les autres à défaut de se sauver lui-même, mais c’était impossible et il fallait l’accepter. Même si c’était sûrement là la vérité la plus douloureuse qui soit. Et pourtant, c’était là le devoir étrange de presque père qu’il s’était imposé.

« - Tout ça n’était pas pour rien, tu le sais… Tu as au moins libéré la région de la menace, tu as aidé les gens. Ça doit compter pour quelque chose non ? Leur vie peut reprendre, continuer, grâce à ton inversion, et grâce à Tharos aussi. Je donne les ordres, c’est ma responsabilité, ma faute. S’il faut blâmer quelqu’un, c’est moi. »

Et c’était là la seule chose qu’il pouvait faire. À vrai dire, il préférait qu’elle porte son ressenti sur lui, plutôt que sur elle-même. Au moins cela lui permettrait d’aller de l’avant, d’avancer, de continuer et non plus de se dévorer de l’intérieur. C’était plus facile pour lui de porter ce poids de plus, que de la laisser faire face sans pouvoir l’aider, sans pouvoir l’atteindre. C’était aussi pour lui le chemin le plus douloureux, celui où il risquait de perdre l’affection de sa fille adoptive. Plus encore qu’en l’état, mais, si c’était là ce qu’il devait faire…

« - Tu es et tu seras une grande guerrière Ryme. Je suis… fier de toi. »

Mais ces mots n’auraient pas le sens qu’il voulait lui porter. Ce n’étaient sûrement pas les bons, mais encore une fois, il était si compliqué pour celui qui avait été fait soldat, formé loin du lien, de faire face à cette bataille. Il échangerait sa place avec celle d’un soldat recevant une charge violente sans hésiter. C’était là sa vraie bataille, ce qui lui faisait vraiment peur : perdre ses liens qui l’avaient sortie de cette logique du soldat, perdre sa raison de vivre. Il avait peur de revenir Achille, alors qu'il n'aspirait qu'à être Hector. Et la force d'Hector, c'était les gens qui l'entouraient : Enée, Andromaque, Astyanax sans oublier Troie.


“Give as few orders as possible
once you've given orders on a subject, you must always give orders on that subject.”


[Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme] Deric_11
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t231-childeric-chevalier-d- https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1718-childeric
RymeRymeArmure :
Armure du Lion

Statistiques
HP:
[Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme] G-bleu1800/1800[Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme] V-bleu  (1800/1800)
CP:
[Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme] G-rouge1200/1200[Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme] V-rouge  (1200/1200)
CC:
[Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme] G-jaune1650/1650[Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme] V-jaune  (1650/1650)
Message Re: [Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme]   [Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme] EmptyJeu 25 Mar - 22:32
Quel sens donner à une situation aussi inattendue ? Ces festivités, ces danses et ces paroles, elles n'avaient pas de cœur, pas plus qu'elles n'avaient de sens. Dans sa tête, certaines règles étaient déjà établies depuis le début de sa formation. Ryme avait eu la conviction qu'elles resteraient à jamais ainsi dans le temps, comme l'on gravait des écrits dans un marbre romain. Childéric n'était donc tenu d'aucune responsabilité que la Sainte qu'il avait envoyé en mission. A aucun moment, Ryme n'avait eu l'intention d'attribuer une quelconque faute à son maître. Excepté...Cet aveu. Ce secret si longuement et jalousement gardé qu'il en était venu à ébranler ses convictions.

Malgré la vie qui régnait dans le salle de bal, cette échange lui importait. Bien plus que d'écouter la dame qui lui promettait quelques petits faits piquants. Bien plus que le fait de s'attarder sur ces jeux de froufrous qui ne cessaient de faire régner le bruit des vêtements plissés. Le son n'avait plus d'importance. Même en mesurant le poids de ses mots, elle savait que rien ne trahirait véritablement le Sanctuaire.

Pas même son masque.
Pas même ses yeux de Jade, brillants d'émotion.

"Cette mission tu me l'as confié. A moi, personnellement. Tu sais très bien que c'est...un raisonnement stupide. Et tu fais des trucs stupides, mais ça, ce n'est pas de ta faute."

Dans un soupir, Ryme parvint à contenir sa mélancolie naissante. Celle qui serrait sa gorge, qui picotait ses yeux et qui oppressait son estomac. Dans ses colères comme dans ses joies, la Sainte maudissait ce trop plein d'émotions qui la faisait paraître si vulnérable et qui, durant la nuit, continuait à la maintenir éveillée. Ce n'était pas le Grand Pope qui l'avait maudit. Dans ses fonctions, Ryme savait son maître et père responsable de beaucoup de décisions tantôt douloureuses et tantôt salvatrices, mais

"Maintenant, je n'ai pas le choix que d'avancer avec ça sur la conscience. Et je le sais."

Ryme était prête à continuer ce grand voyage. Elle avait déjà subi plusieurs pertes par le passé, mais le temps qui s'écoulé entre la disparition et leurs acceptations ne signifiait pas qu'elle les avait toléré ou pardonné. Dans sa volonté, ses mains agrippaient tout simplement ses armes pour continuer à frapper plus fort, à viser plus grand. Ces efforts paieraient un jour, afin de défaire les mailles de l'autre monde. La Lionne savait qu'elle s'emportait, à en juger le ton et la sympathie que lui adressait son maître. Il dédramatisait, tentait de l'encourager, mais elle ne pouvait pas encore partager sa vision des choses.

"Il n'y avait plus personne, dans ce village. Je n'ai pas l'impression d'avoir pu aider qui que ce soit.", souffla-t-elle, visiblement peinée. "Et puis, je n'ai pas su venger Tharros...J'aurais pu. J'aurais dû."

Un fragment de secondes, elle revit l'état de ses mains comme il l'était dans ses cauchemars : ses mains tâchées de sang. Ryme cligna des yeux, dans l'espoir de chasser cette pensée macabre. Le ton encourageant de Childéric ne pouvait que chasser ces pensées et la ramener à la réalité, après tout. Pourtant, la douceur de sa robe lui enlevait les attributs de son armure qui la rendait si fier. Incertaine, elle baissa la tête. Elle n'était pas certaine que les mots de Childéric ait du sens en cet instant présent.

"...Vraiment ? J'ai même pas fait mes preuves. Pourtant, j'aimerai me sentir digne d'être Chevalier d'Or."

Ce n'était même pas son premier rêve. Il y avait des Paros, des jeunes recrues qui suaient sang et eau pour atteindre un tel objectif. Au nom de leur maître, de leur idéal, de leurs valeurs. Et puis il y avait des Tharros, des petites brutes épaisses qui n'avaient pas l'étoffe du rang, mais qui s'était vu doté de la violence innée du poing sans se poser trop de questions.

Et puis il y avait des Ryme. Des petites brutes épaisses, comme le second apprenti, mais qui se posaient beaucoup trop de questions.

Oui, qu'était-elle, à côté ?

Dans un soupir, elle tourna des talons, prête à s'en aller.




[Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme] Ryme_s10

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu En ligne
ChildéricChildéricArmure :
/

Statistiques
HP:
[Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme] G-bleu0/0[Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme] V-bleu  (0/0)
CP:
[Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme] G-rouge0/0[Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme] V-rouge  (0/0)
CC:
[Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme] G-jaune0/0[Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme] V-jaune  (0/0)
Message Re: [Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme]   [Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme] EmptyDim 4 Avr - 22:07
Le vieux lion ne savait pas vraiment comment répondre à ça. Certes, il avait confié la mission à Ryme et il savait bien qu’elle risquait avec elle d’amener sa meute. Les étoiles du lion et du petit lion étaient liées. Comme il avait partagé d’étranges mais fugaces liens avec l’étrange Reba. Bien loin de la relation métaphysique qu’il avait entretenu avec le petit lion de son époque, celle de Ryme et Tharos avait été marqué une étrange rivalité amicale. Il était difficile de voir les gens s’étendre autour de soit. La voir ainsi rongée par la perte le déchiré. Il est toujours difficile de voir les siens souffrir, surtout s’ils sont du même sang ou plutôt ici des mêmes crocs. Passer le cap du deuil du commandement était une étape importante mais difficile. Il aurait dû être là pour l’aider, mais une fois de plus, il avait échoué et il n’arrivait pas à faire passer le goût de bile qu’il sentait lui brûler la gorge. L’échec était toujours si amer.

« - Si ce n’est pas ma faute, alors ce n’est pas la tienne non plus, Ryme. Tharos savait dans quoi il s’engageait. Il savait et il a fait face. Il s’est montré digne du petit lion. »

Des mots faibles, des mots faux, mais des mots tout de même. Des mots d’un maître qui avait déjà fait face à ce genre de situation. Qui devait l’affronter chaque fois qu’il donnait un ordre. Néanmoins, malgré les émotions vives qu’il voyait passer sur le visage de sa petite, il était content de la voir loin de l’emprise de la bête. Peut-être que ça, c’était un succès. Mais il pouvait comprendre ce besoin de faire son deuil par les crocs et le sang. Il l’avait désiré aussi, quand il avait cru femme et enfant perdu. De toute son âme il avait voulu mourir dans le feu de la bataille et chercher à se venger de lui-même. Mais c’est comme ça qu’un lion s’exprime : en plantant ses crocs dans son ennemi. On lui avait enlevé ce droit. Mais il commençait à comprendre un peu mieux ce à quoi avait fait face Ryme. Il avait encore besoin de quelques confirmations, mais…

« - Tu es dignes de l’or. Plusieurs fois ! Et plus que d’autres chevaliers la portant ou l’ayant porté ! Ne doute pas de toi sur ça Ryme ! Ne te laisse pas emporté par ce doute. Tes crocs sont les plus acérés qui ont jamais été forgés pour un chevalier du lion. Tu marqueras l’histoire, comme tu as déjà marqué la bête ! Regarde ce que tu as déjà accompli et tout ce qui te reste à accomplir. »

Il l’avait dit avec toute la conviction dont il était capable dans le moment. Il croyait vraiment à ce qu’il venait de dire. Et s’il y a bien où il devait être un maître et un substitue de père pour Ryme. C’était maintenant. Il espérait malgré tout avoir réussi à trouver quelques mots pour soutenir la petite lionne à défaut d’avoir été capable de l’aider finalement…


“Give as few orders as possible
once you've given orders on a subject, you must always give orders on that subject.”


[Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme] Deric_11
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t231-childeric-chevalier-d- https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1718-childeric
 
[Mi mars 553 - Grande Salle] Faisons pattes de velours ! [PV : Ryme]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Libro Scripturae :: Britannia :: Citadelles de Camelot :: Tour de Logres-
Sauter vers: