Votez
I
II
III
IV
V


Mai 553 AD
 
Partagez
 

 [Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
CélestiaCélestiaArmure :
Héron de Notos (Sud et Été)

Statistiques
HP:
[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date G-bleu1650/1650[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date V-bleu  (1650/1650)
CP:
[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date G-rouge750/750[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date V-rouge  (750/750)
CC:
[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date G-jaune1350/1350[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date V-jaune  (1350/1350)
Message [Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date   [Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date EmptyMer 20 Jan - 13:20
Il n'avait pas été bien difficile de trouver l'auberge où séjournaient les Berserkers. Ou ne serait-ce que le plus haut gradé d'entre eux. Elle avait un nom. Et même sans cela, peu de personnes correspondaient à "Zvezdan, l'un des participants au tournoi de Camelot", "Zvezdan, de la délégation étrangère de Transylvanie" ou même "l'homme paré d'une fourrure comme on n'en a jamais vu ici". Célestia avait donc patiemment suivi les indications des uns et des autres, jusqu'à arriver devant un bâtiment somme toute bien entretenu, presque coquet. Restait alors à entrer en contact avec cet homme dont elle redoutait autant qu'elle espérait les réponses, afin de bien mettre au clair cette histoire d'alliance temporaire, ou d'alliance annulée.

La fille d'Apollon entra dans l'établissement et se dirigea directement vers le comptoir, déjà repérée par l’œil critique de l'aubergiste qui jaugeait si elle serait en mesure de payer ou non pour une chambre et combien de temps.

"Bonjour Monsieur.
-Bonjour, que puis-je pour vous ?
-Je souhaiterais parler à l'un de vos pensionnaires. Pourrais-je savoir quelle chambre un dénommé Zvezdan occupe, s'il vous plaît ?
-Je suis désolé, mais on ne donne pas les numéros des chambres comme ça ici.
-Vous me confirmez au moins qu'il séjourne bien ici.
-Euh... Je n'ai pas dit...
-Je pense que peu de gens à Camelot pourraient porter un tel nom et correspondre à la description que j'ai dressée à plusieurs de vos compatriotes. Puis-je l'attendre en bas ?
-Seulement si vous consommez !"

Avec un sourire, Célestia avança une petite pièce et commanda une boisson chaude.

"Je vais envoyer quelqu'un voir s'il est occupé."

Elle remercia le brave homme avant d'aller se placer dans un coin un peu en retrait, mais d'où quelqu'un descendant les escaliers la verrait sans trop de difficulté.


Ma couleur : #009900
Ma plume de bord : ici
Diei vidi : Thanatos, Phantasos, Hadès, Arès, Poséidon, Athéna, Apollon, Odin
J'ai câliné : Lykeios, Asclépios, Aedan, Childéric, Esmelia, Rowena, Abrarxès, Amadeus
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1827-celestia-eminence-du-heron-de https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1716-celestia-la-princesse-aux-mille-oiseaux
PythonPythonArmure :
...

Statistiques
HP:
[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date G-bleu0/0[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date V-bleu  (0/0)
CP:
[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date G-rouge0/0[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date V-rouge  (0/0)
CC:
[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date G-jaune0/0[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date V-jaune  (0/0)
Message Re: [Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date   [Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date EmptyVen 22 Jan - 10:04
Le dialogue était une chose importante, il était de ceux qui le pensaient. Il avait suivi Célestia comme un enfant qui apprenait auprès d'une personne qui savait quoi faire ! Heureux que l'un et l'autre se comprennent un peu, c'était déjà un bon début. Après tout, la création d'Apollon avait certainement plus à apporter à ce monde que ce que lui ou elle pouvait mesurer. Le défaut des artistes était cette sensibilité qui les rendait parfois aussi inoffensif que des enfants, ils étaient la proie de leurs passions et cela pouvait détruire autant que créer. C'était pourquoi Arès avait toujours poussé à la rationalité, aussi crûe soit elle....

Soupirant légèrement, il entrait à son tour dans l'auberge et resta en arrière pendant que le Héron prenait ses dispositions avec les gens présents. Les gens étaient ici assez festifs, il n'avait pas grand chose à voir ou à entendre. Il s'asseyait à côté de la demoiselle et commanda une bière alors que la servante passait. Il ne serait ici que Socrate, Oracle de la Harpe, du moins pendant un temps... Le nom de Zvezdan avait interpellé l'homme au moment où Célestia l'avait prononcé. Adonis l'avait nommé avant son départ, il n'était pas n'importe qui et Python voulait le rencontrer et jauger l'homme.

A bien des égards, il semblait un homme droit et raisonné. Il se demandait si tout cela irait dans le bon sens. Il portait la bière à ses lèvres et prit quelques gorgées, comme une délivrance. A vivre des semaines avec la Corne d'Apollon ne l'avait pas aidé il fallait dire, une sale habitude s'était installée à chaque auberge. Une tradition s'était imposée entre les deux hommes, une auberge, une bière... Il en souriait presque en invitant Célestia à boire à son tour. Il fallait honorer le travail des aubergistes après tout...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ZvezdanZvezdanArmure :
Pontifex

Statistiques
HP:
[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date G-bleu1800/1800[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date V-bleu  (1800/1800)
CP:
[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date G-rouge1350/1350[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date G-jaune1800/1800[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date V-jaune  (1800/1800)
Message Re: [Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date   [Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date EmptyLun 25 Jan - 14:49
Combien de temps avant que cette ville ne puisse plus supporter le poids de ses propres ambitions ?
J'y songe, songeur, allongé sur le divan de ma suite. À l'étage de l'auberge, il y a cette grande chambre faite de luxe et de confort, pensée pour accueillir les dignitaires étrangers pendant leur voyage. Ma chambre, le temps de ce séjour.
De rouge et d'or, de bois et de tapisseries, une chambre adjaçente à un salon. Là, dans ce salon, il y a ce divan prés d'une table basse. Puis il y a moi et mes pensées.

Camelot et ses Ligures, et leur vanité commune. Rassembler tous les puissants de cette face du monde pour célébrer le couronnement de leur roi, étaler leur puissance... Et au final, déjà, les fiascos s'enchaînent et les failles s'ouvrent, dans le conte de fée de cette cité de fantaisie. Et nos hôtes sauront-ils seulement gérer tout ça jusqu'à la fin ? Gérer les terribles Berserkers imprévisibles, les ignobles ennemis cachés parmi leurs invités, les ambitieux et les manipulateurs cachés dans la foule.

Vous vous êtes improvisés œil du cyclone... Mais êtes-vous des maîtres des vents ?

- Pontifex?

Les yeux sur le pendentif entre mes mains, je lève le regard. Une voix, une silhouette qui passe l'embrasure de la porte d'entrée de la suite. Un des chiens de guerre d'Arès, engoncé dans une armure légère. Lui... Oui, je me rappelle à quoi je t'ai assigné, toi.

- Hm?
- Quelqu'un vous demande à l'accueil... Heu... Petite blonde, yeux verts, jolie p'tite chose l'air fragile...
- Et n'a-t-elle donc pas un nom, cette petite chose fragile?

Il me répond d'un signe négatif de la tête. Je souris. Je pense sans trop de soucis deviner de qui il s'agit, vu sa description sommaire... Mais je souris. Soit. C'est bien moi qui l'ait réclamée cette rencontre, hm ? Des mystères à éclaircir, un passé à inhumer de sa tombe.
Du bout du pouce, une caresse sur le pendentif vandale à mon cou.
J'aurais le fin mot de cette histoire. J'aurais dû y être, là-bas.

- Elle vous attend en bas, je crois.
- Tseh. Je pouffe doucement de rire, reporte mon regard sur lui. Mais bien sûr, allons donc deviser de ces choses-ci au beau milieu d'une auberge perdue de Britannia... à voix basse, assez pour qu'il entende, mais assez aussi pour qu'il comprenne que je me parle à moi plus que quoique ce soit d'autre. Amène-la ici.

Doucement, je tends le bras pour aller chercher un raisin à la grappe sur la petite table prés du divan. Autour de cette table, deux fauteuils et un second divan face au mien. Sur cette table, quelques victuailles disséminées dans des plats.

À cet étage-ci de l'auberge, chaque chambre est occupée par un Berserker. Et dans cette chambre-ci précisément, je ne laisse pas trâiner de serviteurs. Il n'y a que moi, et quiconque d'autre je me sens d'accueillir.
L'intimité d'une grande suite, trop grande pour une seule personne.

Et tu sais quoi ? Si j'avais à choisir, c'est avec une autre envoyée du soleil que je la partagerai, là maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2032-zvezdan-cardinal-de-
CélestiaCélestiaArmure :
Héron de Notos (Sud et Été)

Statistiques
HP:
[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date G-bleu1650/1650[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date V-bleu  (1650/1650)
CP:
[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date G-rouge750/750[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date V-rouge  (750/750)
CC:
[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date G-jaune1350/1350[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date V-jaune  (1350/1350)
Message Re: [Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date   [Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date EmptyLun 25 Jan - 19:29
Une moustache de lait rapidement pourléchée, et l’œil de la rapace accrochait la silhouette toute militaire de l'homme qui montait les marches suite à quelques mots de l'aubergiste. Dans la mesure où c'était Zvezdan qui avait lancé l'invitation le premier, par le biais d'Adonis, elle doutait qu'il refusât ici de la voir. Restait à savoir dans quelles circonstances exactement. Un premier indice serait de savoir s'il s'agissait un sujet d’Éveillés, probable, auquel cas il les ferait monter dans son antre, ou bien s'il y avait matière à aborder en public et qu'il se déplacerait donc lui-même.

Sur ce point la jolie blonde et son compagnon n'eurent pas à attendre bien longtemps pour que le militaire -garde, sentinelle ?- redescendît les marches et vînt à leur rencontre. Sans vraiment de cérémonies, il indiqua l'étage. Célestia se leva à sa suite et fit quelques pas, avant de constater que le sbire barrait à demi la route à Python.

"Seulement la demoiselle.
-Il est avec moi.
-Pas mon problème. Le chef a seulement parlé de vous."

Elle adressa un regard désolé à l'Augure, qui fit place à une calme détermination. Il était logique que le Pontifex restreignît l'accès à des étrangers. Plus encore à une personne qu'il n'avait jamais rencontrée auparavant -car si même les Oracles avaient peiné à l'accepter, alors une autre faction aurait sans doute refusé tout de go. Il suffisait de poser la question elle-même. Pas d'exigence, pas d'ordre. Dans le pire des cas elle mènerait l'entretien seule comme elle en avait eu l'intention au départ. Dans le meilleur, "Socrate" l'épaulerait.

"Je lui expliquerai moi-même dans ce cas. Si vous voulez bien me conduire ?"

La nymphe suivit donc son guide improvisé jusqu'à la fameuse suite du Pontifex, entra dans la suite comme un acteur sur une scène qu'il découvre pour la première fois, le regard s'égarant sur le décor, l'odorat sur les parfums exhalés par ce bois, ces tentures, la pointe des pieds dans ses sandales agrémentées de fourrure chatouillée par les poils du tapis. Mais bien vite le point central de cette scène tomba sur la personne installée qui l'attendait désormais. La même carrure que dans son souvenir, les mêmes yeux saisissants, la même attitude décontractée mais féroce. Peut-être un bronzage un peu plus marqué et moins de cernes.

Ses doigts retinrent la porte en silence et elle réfléchit un instant à la manière de saluer Zvezdan. Ils n'étaient pas amis, non. Pas ennemis non plus. Ils avaient juste partagé quelques champs de bataille, le réveil d'un dieu et le poids de la guerre ensemble. Alors elle songea qu'il valait mieux lui laisser donner le ton, puisque de même il avait semblait-il déclaré leur précédente alliance caduque.

"Bonjour, Zvezdan. La fortune semble sourire aux Berserkers."

Plus une affirmation qu'une question, explicitée par la richesse de l'endroit, des vêtements portés au bal. On comprendrait aisément que dans sa simplicité l’Éminence n'avait pas accès à une telle opulence, ou pas envie de l'afficher. Mais le sujet de cet entretien porterait sûrement sur bien autre chose.

"J'ai amené un autre Oracle avec moi, qui attend en bas. Une nouvelle recrue, comme Adonis. Peut-on le faire venir ici, afin qu'il se présente et assiste à cette entrevue ?"

L'idée de mentir sur l'identité de l'Augure, sur l'Augure lui-même, lui déplaisait très fortement. Comme elle l'avait mentionné lors de la petite réunion improvisée dans les ruelles de Camelot, Célestia commençait à en avoir plus qu'assez des mensonges et des secrets. Mais l'ordre venait de la Voix d'Apollon et elle ne pouvait y contrevenir sans risquer de fâcher son père alors... elle laisserait Python dire ce qu'il voulait, tant qu'il ne la forçait pas à affirmer la même chose à voix haute.


Ma couleur : #009900
Ma plume de bord : ici
Diei vidi : Thanatos, Phantasos, Hadès, Arès, Poséidon, Athéna, Apollon, Odin
J'ai câliné : Lykeios, Asclépios, Aedan, Childéric, Esmelia, Rowena, Abrarxès, Amadeus
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1827-celestia-eminence-du-heron-de https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1716-celestia-la-princesse-aux-mille-oiseaux
ZvezdanZvezdanArmure :
Pontifex

Statistiques
HP:
[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date G-bleu1800/1800[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date V-bleu  (1800/1800)
CP:
[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date G-rouge1350/1350[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date G-jaune1800/1800[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date V-jaune  (1800/1800)
Message Re: [Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date   [Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date EmptyLun 1 Fév - 10:38
Je me rappelle un peu mieux, maintenant.
Le souvenir de Kiev était resté flou, dans mon esprit. Les bribes d'un moment de folie, quand la Guerre s'est infiltrée dans tous les esprits. Je me rappelle. La violence, la neige rougie par le sang, les combats sans queue ni tête. La cicatrice sur mon torse, la hache.

Puis elle.

Jolie jeune femme aux cheveux de blé et aux yeux de jade. Je me rappelle, oui. Je me rappelle qu'elle essayait de raisonner avec moi malgré le chaos imposé par Arès. Elle semblait mieux contrôler le phénomène que d'autres autour, pour une raison qui m'échappe. Certains autre comme elle, dans mon souvenir. La plupart des Berserkers n'ont pas eu cette chance.
Comme si la folie d'Arès entrait en raisonnance avec ses guerriers. Quelque chose de plus fort, plus incontrôlé. Plus invasif.

Mais je me rappelle.
Je me rappelle de la colère. Car au final, c'est bien ce dont il s'agissait sur l'instant : de la rage. Folle et irrationnelle, insondable. Je me rappelle aussi avant de tomber. Rage, remplacée par une amertume désabusée. Je n'aime pas ces souvenirs. Mais je n'ai pas d'autre choix que de me rappeler. Aujourd'hui ? Aujourd'hui, la colère n'est plus là. Mais peut-être qu'une pointe d'agacement subsiste... Mêlée à la curiosité.

- Bonjour, Celestia. Un fin sourire neutre sur mes lèvres, une lueur doucement amusée dans mon regard. Disons qu'elle sourit à certains d'entre eux.

Moi le premier.
Le reste peut bien se rouler dans la fange, beaucoup d'entre eux s'y plaisent même... César en tête de liste. Mais rien de très intéressant. D'abord ces salutations simples, ce signe de tête que je lui lance tranquillement. Puis j'écoute. Puis j'entends. Et déjà, j'ai matière à me poser des questions.
Comme souvent avec vous autres du soleil.

- Une raison particulière à ce que cette toute fraiche recrue doive assister à notre conversation?

Car j'ai assez donné au jeu des accompagnateurs passifs qui n'ont aucun réel rôle à jouer dans la discussion, lors de ma discussion avec Adonis.
Pour autant... Une constante. Ils avaient un rôle, tous. Adonis le négociateur, Kyrios le porteur du présent, et Yelo une sorte de support à la pythie. Ils avaient fait un long voyage pour venir jusque vers moi, alors j'ai écouté. Mais le plus important, c'est cette constante : ils avaient un rôle.
Dans ce jeu, les simples spectateurs sont rares. Ceux qui se veulent accompagnateurs ont souvent un rôle caché. Que serait celui de ce mystérieux Oracle anonyme ?

Mon regard questionne, calmement. Je ne ferme pas ma porte, mais je suis encore loin de l'ouvrir. À ce rôle plus encore qu'à celui de Cardinal, je dois être prudent, je dois être curieux. Savoir, c'est pouvoir. Ici, pouvoir refuser ou accepter.
Alors dis-moi, Celestia. Pourquoi au juste est-ce que je laisserai ce fameux Oracle venir s'immiscer dans cette entrevue ?

Allongé sur le côté, accudé au divan, je l'observe. Un simple pantalon de toile blanc, pieds nus, des bracelets d'or à mes poignets et chevilles, et une tunique noire à motifs doré, un col doucement ouvert. Comme depuis le début de Camelot, un tant halé, plutôt que cendré. Du bout du pouce, je caresse l'emblême Vandale à mon cou, et je la fixe. La sonde.

Savoir ce que sa bouche répondra à ma question, mais savoir ce que son visage trahira, aussi.
Souvent, la vérité se lit dans les yeux plus qu'elle ne s'entend dans les mots.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2032-zvezdan-cardinal-de-
CélestiaCélestiaArmure :
Héron de Notos (Sud et Été)

Statistiques
HP:
[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date G-bleu1650/1650[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date V-bleu  (1650/1650)
CP:
[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date G-rouge750/750[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date V-rouge  (750/750)
CC:
[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date G-jaune1350/1350[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date V-jaune  (1350/1350)
Message Re: [Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date   [Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date EmptyLun 1 Fév - 11:06
Une raison. Bien sûr qu'il y en avait. Un certain nombre même. Tout comme le Vandale avait eu ses raisons de souhaiter cette entrevue, avec elle particulièrement.

La jeune Oracle se permit de faire quelques pas en avant, la porte toujours ouverte sur le garde attendant ses ordres, la démarche toujours silencieuse sur ce tapis épais. Elle n'allait pas lui parler comme une étrangère, ni comme un animal apeuré. Parce qu'elle ne l'était pas. Elle hocha la tête, compréhensive. Il était normal, à son rang actuel plus encore que celui d'avant, de s'assurer des intentions de chacun.

"Il y en a plusieurs. La première, et la plus simple, est comme je disais de faire connaissance. Si nous envoyons une nouvelle tête à chaque mission, il serait trop aisé pour n'importe qui de se faire passer pour un Oracle. Pour Adonis nous n'avions pas le choix, la chute de la Tour nous a contraints à nous disperser. Mais pendant que je suis ici en personne, il m'a semblé opportun d'en profiter pour faire cela un peu plus... proprement."

La nymphe avisa l'un des sièges face au Pontifex mais ne bougea pas de sa place, pas encore invitée à le faire. Ainsi allaient les lois de l'hospitalité.

"Il y a aussi, je crois, des raisons précises pour que ce soit moi qui me tienne ici aujourd'hui et pas quelqu'un d'autre, n'est-ce pas ? J'estime qu'il a le droit de les connaître, comme n'importe quel Oracle. Mais je n'impose rien. Il pourra repartir sitôt son nom donné, si besoin."

Dans sa tête, n'importe quel Berserker aurait pu être mis au courant également. Kiev avait depuis longtemps dépassé les limites du secret, si tant est qu'elle en avait un jour été un. Il y avait seulement certaines parties que la Gardienne avait vues au contraire de ses pairs. Elysion. Thanatos. Hadès. Arès... Pour autant, là où Python aurait pu imposer une pointe d'autorité, Socrate ne signifiait rien d'autre qu'un nouveau venu à qui on autoriserait peut-être le droit d'intervenir. Si Zvezdan refusait sa présence, alors il en serait ainsi. Ou bien il devrait jeter aux orties lui-même sa couverture.

"Et je me dis que confronter la vision d'une Oracle ancienne telle que moi avec celle d'un nouveau, tel que lui, pourrait amener plus d'éclaircissements que prévu sur la situation commune entre nos deux Ordres aujourd'hui. Car c'est de cela qu'il s'agit, d'après ce que m'a transmis Adonis."

Le regard du Vandale est rendu à l'identique. Jauger quelle est son attitude, là tout de suite, vis-à-vis d'elle, ou des Oracles en général. Comprendre le pourquoi de cette alliance "temporaire", le pourquoi il devrait refuser cet invité inattendu. Mais quelque chose interpelle les émeraudes un peu plus précisément lorsque Zvezdan a ce geste. Ce bijou. Ce symbole. Elle l'a déjà vu, ce symbole. Sur une terre salée et rendue stérile par la volonté d'une trinité aujourd'hui dissoute. Et fatalement des souvenirs reviennent. Et fatalement des questions, aussi. Triviales peut-être, mais importantes pour le Héron qui se soucie de ses alliés.

"Puis-je demander des nouvelles ? De Ludmila. D'Esther. De Li Mei et... son petit ?"


Ma couleur : #009900
Ma plume de bord : ici
Diei vidi : Thanatos, Phantasos, Hadès, Arès, Poséidon, Athéna, Apollon, Odin
J'ai câliné : Lykeios, Asclépios, Aedan, Childéric, Esmelia, Rowena, Abrarxès, Amadeus
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1827-celestia-eminence-du-heron-de https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1716-celestia-la-princesse-aux-mille-oiseaux
ZvezdanZvezdanArmure :
Pontifex

Statistiques
HP:
[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date G-bleu1800/1800[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date V-bleu  (1800/1800)
CP:
[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date G-rouge1350/1350[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date G-jaune1800/1800[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date V-jaune  (1800/1800)
Message Re: [Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date   [Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date EmptyLun 1 Fév - 11:46
Parce que j'ai que ça à foutre de faire connaissance avec toute votre petite smala, oui.

La pensée me passe l'esprit, mais ne passe pas la barrière de mes lèvres. À la place de ça, j'écoute la suite, simplement. Semblerait-t-il qu'il ait méprise sur plusieurs points. La suite de cette conversation, ça ne concerne qu'elle et moi. Nul autre Oracle ou Berserker a « besoin de savoir », pas pour le moment. Ce qui devra et ne devra pas être su, ce sera quelque chose à considérer une fois arrivé au finir de notre conversation. Lever le voile, et seulement après, décider de s'il est pertinent de partager.

Mais là encore, pour le moment j'écoute. Je réserve mes réactions pour la conclusion de sa tirade, simplement. Ou plutôt, mes réponses. Mes réactions, elle va y avoir droit avant d'avoir fini ce qu'elle a à dire.

Premièrement, un sourcil haussé. Une incrédulité qui se dessine sur mes traits. Hm. En fait, oui. Oui, je pense qu'il y a comme un petit souci, quelque part.

De toute évidence, Adonis a mal transmis. Et je n'ai pas réellement le goût de me répéter, pas réellement le goût de perdre du temps pour rattraper vos erreurs. Rien n'a donc changé, depuis la dernière fois ? Les Oracles restent cet ordre éclaté et disparate où l'information circule mal, disséminés au quatre coins du vent selon les caprices d'un Dieu qui n'est pas même vraiment parmi les siens ? Electrons libres. C'est tel que je le vois depuis plusieurs années maintenant. Plusieurs petites individualités rassemblées sous une même couleur, mais trop éloignées pour pouvoir parler d'une unité. J'espérais qu'on me donne matière à changer d'avis avec le temps. C'est mal parti. La situation commune entre nos deux ordres a été clairement définie avec Adonis lors de notre rencontre préalable. Il n'y a rien à redire ni à refaire... Sauf bien sûr si tu as un Cuchulainn sorti de cellule à me présenter dés maintenant.

Car c'était très simple : Une entraide lointaine, sans trop s'impliquer ni prendre de risque politique... Tant que vous n'avez pas votre Augure pour officialiser les termes d'une alliance plus stable. Parce que je n'ai aucune confiance en les affaires conclues avec un messager de chez vous. Je parlerais à votre chef et à personne d'autre de ces choses-ci. La dernière fois que l'on a conclu une alliance par messagers envoyés depuis Rome, rien n'a été dans le bon sens.
Une fois, pas deux.

Du reste, des noms qui sortent. Des noms qui me surprennent... Qui me surprennent, parce que j'ignorais qu'elle les connaissait. Tous, en tout cas. Des noms qui éveillent des sentiments différents chez moi, selon de qui il s'agit. Une panthère disparue, jamais retrouvée. Une ex-Hyène affiliée à sa garde dans les bois de Transylvanie, tout juste revenue d'entre les murs du Dédale, tout juste revenue d'une mort certaine. Et une Araignée... à la dérive. Faut de meilleur mot.

Li Mei a disparue depuis quelques années maintenant. Sans laisser de traces. Je n'aime pas parler de ça. Vraiment pas. Mais si elle la connaissait, je lui dois bien cet élément d'information, au moins. Ludmila est restée sur nos terres pour l'occasion de cet événement. Elle va bien. Elle va mieux devrais-je dire, mais je n'ai pas envie de m'attarder en détails. Esther n'était pas en état de venir, même si j'aurais aimé qu'elle soit présente aujourd'hui. Les soucis d'une santé vacillante, dira-t-on.

Les soucis d'une Cuirasse parasite et sadique, pourrait-on ajouter...
Mais là encore, je n'ai pas envie de m'attarder en détails.

- Quoiqu'il en soi et puisque visiblement, il y a méprise sur le pourquoi de cette rencontre, je vais en repréciser l'objet. Le sombre de mon regard va cherche le vert du sien, s'y plonger. Plus de sérieux dans l'attitude, malgré ma posture décontractée. Je voulais des éclaircissements quant aux événements de Carthage. Les retours d'Esther sur cette opération se sont avérés flous. Très flous. Trop flous.

Beaucoup trop.

- Selon les dires d'Aubrée à l'époque, elle avait eu le sentiment que tu cachais quelque chose. J'ignore de quoi il en est, mais je sais au moins ça : si nos deux ordres doivent coopérer, je ne tolérerais pas le jeu des non-dits. Alors j'aimerais ta version ce qui s'est passé là-bas, que je puisse comparer avec le rapport que l'on a reçu de notre côté.

Plutôt que de demander un bête « dis nous ce que tu caches », demander un récit. Moins agressif, et plus pertinent. Qui sait ce que je pourrais comprendre en recoupant son histoire et celle d'Aubrée.

Alors, un simple geste de la main, pour désigner un siège où s'assoir.

- Mets-toi donc à l'aise. En ce qui concerne cet Oracle, je le rencontrerais au finir de cette entrevue. Son nom et son visage peuvent bien attendre qu'on en ait fini ici, hm?

Un léger sourire de malice, et cette curiosité dans le regard.
Dis-moi donc. Dis-moi donc tout. Que j'en sache enfin plus sur tout ce qui s'est tramé dans cette Carthage où j'aurais dû être.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2032-zvezdan-cardinal-de-
CélestiaCélestiaArmure :
Héron de Notos (Sud et Été)

Statistiques
HP:
[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date G-bleu1650/1650[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date V-bleu  (1650/1650)
CP:
[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date G-rouge750/750[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date V-rouge  (750/750)
CC:
[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date G-jaune1350/1350[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date V-jaune  (1350/1350)
Message Re: [Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date   [Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date EmptyLun 1 Fév - 13:00
"Adonis a été parfaitement clair. Mais pour être tout à fait honnête, je n'y croyais pas. J'ai beau me pencher encore et encore sur les événements, je ne comprends toujours pas à quel moment cette ancienne alliance a été rendue caduque, et par qui. Mais soit, de ce sujet-là découle cette rencontre alors je veux bien reconsidérer ma position et notre... accord temporaire."

Elle croisa les bras. Aucune ironie dans sa voix, juste cette incompréhension des faits qui avaient mené là où ils en étaient. Sans aucun doute, elle pourrait creuser la question davantage plus tard.

"Je n'ai pas de Cuchulainn, non, mais de nouveaux Oracles. Il faudra bien les rencontrer un jour. Pas pour le plaisir, mais pour la communication."

Sa moue se fit songeuse. Des trois femmes qu'elle avait croisées, aucune n'avait posé le pied à Camelot. Aucune ne pourrait corroborer ses dires dans l'immédiat. Et surtout la femme enceinte... Célestia espérait que "disparue" dans ce contexte voulait dire "à la retraite" plutôt qu'autre chose de plus sinistre. Mais il eut été déplacé de demander, alors elle se contenta de cela et hocha la tête en remerciement de ces quelques nouvelles.

Et la suite s'annonçait joyeuse elle aussi. Des "éclaircissements", c'est bien ce qu'elle avait dit. Zvezdan se contredisait. Il n'avait peut-être pas le même sujet en tête, mais s'il voulait des réponses, il devrait aussi en donner. Ainsi donc elle prit place sur le siège désigné, attentive au contexte d'où il voulait partir pour pouvoir enchaîner directement dans le vif du sujet.

"Aubrée hein ? C'était un pantin elle aussi, n'est-ce pas ? Tout comme ce garde au regard vide et muet. C'est Esther la véritable Berserker... Si tu veux de la franchise Zvezdan, je demande la même chose. Cette femme s'est fait passer pour la mère de la petite... Une petite qui au passage pouvait envoyer son esprit au loin. Je l'ai vue faire."

Mais il y avait eu trop d'incohérences pour que ce masque tînt la route. Du moins... à partir d'Athéna, il avait été flagrant qu'elle mentait sur sa nature réelle. Aubrée ne possédait pas de Cuirasse, pas de pouvoirs à proprement parler. Elle partageait celui d'Esther. A plusieurs reprises, l'impression dérangeante qu'une seule personne se trouvait à l'emplacement ou elle en voyait deux -trois avec le garde-, avait poussé Célestia à se poser des questions. Et probablement Thafnout aussi.

La Gardienne se tut un instant. Par où commencer ? Il y avait beaucoup à dire sur Carthage, et pas uniquement de son côté. Qu'avaient tenté de faire les Berserkers avec cette Aubrée ?

Un instant elle se retourna vers l'entrée, où le garde comprit qu'on viendrait le chercher quand on aurait besoin de lui. Il referma la porte de lui-même, reprit son rôle de sentinelle, tandis que le Héron et le Pontifex se retrouvaient véritablement seule à seul.

"Bien, quitte à redire des choses que tu sais déjà, je pense que je vais reprendre du début. Cela vaut mieux. Cette mission a pris naissance dans la vision de notre Augure, Adalrik, qui a aperçu la ville en flammes et des silhouettes d'un autre temps. Il nous a envoyés, le Condor et moi-même, dans une mission co-menée avec les Berserkers pour découvrir ce que cela cachait.

Lorsque Thafnout et moi-même avons atterri au point de rendez-vous avec les Berserkers, nous y avons trouvé cette fameuse Aubrée, Esther et ce garde sans nom, Li Mei, ainsi qu'un certain nombre de bagages que nous avons dû transporter au-dessus de la Mare Nostrum en même temps qu'eux... pour rien. A quoi servaient-ils ? Je me le demande.
Une fois arrivés en vue de Carthage, nous avons progressé au milieu d'une terre rendue stérile par le sel qu'on y a jadis répandu. Des ruines de toutes parts. Je suppose que tu visualises mieux que moi.
"

Elle désigna son pendentif, qu'elle devinait à la manière dont il interagissait avec de plus de valeur qu'un simple ornement. Loin de vouloir paraître sarcastique ou hautaine, elle lui laissa le temps de fouiller ses souvenirs, probablement plus vivants que ce qu'elle avait pu voir, elle.

"Nous avons trouvé des traces de l'ancienne Carthage, et de ses cultes. Tanit. Moloch Baal. Le Feu et l'Ombre. La suite, Esther a dû te le dire, ne sera pas la même qui t'a été contée car nous nous sommes séparés. J'ai choisi de suivre une colonne de voyageurs là où les autres ont voulu explorer un vieux temple. Sommes-nous d'accord jusqu'ici ?"


Ma couleur : #009900
Ma plume de bord : ici
Diei vidi : Thanatos, Phantasos, Hadès, Arès, Poséidon, Athéna, Apollon, Odin
J'ai câliné : Lykeios, Asclépios, Aedan, Childéric, Esmelia, Rowena, Abrarxès, Amadeus
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1827-celestia-eminence-du-heron-de https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1716-celestia-la-princesse-aux-mille-oiseaux
ZvezdanZvezdanArmure :
Pontifex

Statistiques
HP:
[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date G-bleu1800/1800[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date V-bleu  (1800/1800)
CP:
[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date G-rouge1350/1350[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date G-jaune1800/1800[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date V-jaune  (1800/1800)
Message Re: [Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date   [Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date EmptyLun 1 Fév - 14:19
-  « Comprendre », ça n'est pas ton rôle. C'est celui de ton Augure. Mots sans affect, mots lancés comme une évidence. Tu t'en rendras bien assez vite compte : je n'ai pas l'intention de m'attarder sur ce sujet. Je n'ai pas l'intention D'encore parler avec un envoyé qui Encore ne saura se porter réellement garant au nom de son ordre parce qu'encore, ça ne sera pas l'Augure. Ce petit jeu a assez duré. Et ma patience a ses limites. Mais tu pourras à ce moment demander à Adonis, cela étant. C'est lui le premier à être venu vers moi pour parler de « reprendre contact ».

Et donc le premier a avoir entendu que le contact était rompu.
Du reste ? Si tu ne vois pas les raisons qui poussent à cette situation ? Du reste, je suis Pontifex, pas maître pédagogue. Si tu ne vois pas ce qui a pu mener à la situation telle qu'elle est actuellement, alors peut-être portez vous mal votre nom d'Oracles. Peut-être qu'elle vous fait cruellement défaut, cette supposée clairvoyance.

- Pareillement que votre Augure n'a pas vocation à rencontrer la moindre âme qui vive au Dédale, je n'ai pas vocation à rencontrer tous vos protégés. J'ai autre chose à faire que de rencontrer chaque nouvel éveillé en armure qui pointe le bout de son nez dans les environs.

Et bien avant de se pencher sur la communication entre nos deux ordres, commencez donc par savoir communiquer entre vous.
C'est fou comme ça me fatigue systématiquement, de parler alliances et politiques avec les envoyés du soleil. J'aurais aimé qu'aujourd'hui signe une exception à la règle... Mais je n'aurais pas droit à ce luxe, de toute évidence, hm ? Ok. Soit, faisons avec.

J'écoute la suite. J'écoute Carthage. J'écoute ses déductions, ses mots... J'arque un sourcil, de nouveau.

- Certes? Un silence, un instant. Un regard qui fixe, interrogatif. Je ne crois pas que la nature d'Esther soit un secret qui vaille de s'y attarder... Je pourrais t'expliquer que techniquement, tu as raison et tort à la fois. T'expliquer qu'Aubrée était certes un pantin, mais aussi sa mère. Je pourrais m'attarder sur le sordide de sa condition et crois bien qu'il y aurait matière à s'étendre. Est-ce bien utile?

La voix reste contrôlée, basse, mais un agacement s'entend au ton, se lit sur mon visage. Je n'aime pas parler d'Esther. Si ça ne tenait qu'à moi fut une époque, cette enfant serait morte la gorge tranchée, par ma lame. Pas par colère, pas pour le bien de notre ordre, mais par pitié. Pour elle. Aujourd'hui ?
Elle est condamnée et je ne le sais que trop bien. Alors qu'elle se rende utile dans le sillage de sa descente aux enfers. Un outil. Rien de plus, rien de moins. Je crois.

Un grognement gronde doucement au fond de ma gorge. Je ferme les yeux. Inspire, expire, puis rouvre les yeux. Et j'écoute.

- Hm hm. Je visualise, oui. Pas assez à mon goût, mais je visualise. Tout aurait été plus simple si ça avait été moi plutôt qu'une enfant malade et une femme enceinte. Mais voilà : Arès a décidé. Et les choix d'Arès sont parfois étranges.
Non. Les choix d'Arès sont parfois définitivement débiles et vide de sens. Ce serait plus exact de le dire comme ça.

- Nous sommes d'accord jusqu'ici. Et c'est la suite qui m'intéresse. La partie manquante. La grande ombre au tableau, et les doutes dans son sillage. Et Dieu sait que je suis curieux... Curieux sur cette inexplicable inconscience dont on m'a parlé, curieux sur l'implication du Roisin Dubh, sur tout. Curieux sur ce qui s'est passé dans cette ville que je compte bien reprendre, un jour.

Sans un mot, je la fixe. Un regard qui confirme être attentif à la suite.
Curieux. Mais une pointe d'appréhension dans mes humeurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2032-zvezdan-cardinal-de-
CélestiaCélestiaArmure :
Héron de Notos (Sud et Été)

Statistiques
HP:
[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date G-bleu1650/1650[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date V-bleu  (1650/1650)
CP:
[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date G-rouge750/750[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date V-rouge  (750/750)
CC:
[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date G-jaune1350/1350[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date V-jaune  (1350/1350)
Message Re: [Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date   [Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date EmptyLun 1 Fév - 15:03
"Et ce n'est pas ton rôle de définir le mien."

Là aussi c'est une évidence. Seul Apollon est en mesure de le faire. Lui seul parce qu'il a créé, animé et ordonné ce qu'elle est, qui elle est, où elle doit aller. Si l'Augure peut transmettre et coordonner les Oracles, en aucun cas il n'aura jamais sur elle le pouvoir qu'a son dieu. Alors un Pontifex ? Risible. Mais il n'a pas besoin de savoir, lui non plus, cette partie du discours. Juste que s'il ne tolère pas qu'on mette le nez dans ses affaires personnelles, la réciproque est vraie.

Alors Célestia demande, même si on lui refuse les réponses. C'est sa liberté à elle. C'est ainsi que l'oiseau décide du cap de son prochain vol.

"Ce n'est pas ce que j'ai dit. Si tu veux t'en tenir aux anciens Oracles, libre à toi. Mais nous ne sommes guère nombreuses. J'essaie juste de faciliter la suite."

L'espace d'un instant, la nymphe dévisagea Zvezdan, sans expression particulière. Il sait ce qu'est Esther, sait comment elle fonctionne. Mais il ne sait pas tout. Et cette information va conditionner une partie de son récit. Ce qui s'est passé à Carthage a eu des conséquences. Pour les Oracles, les Berserkers, mais aussi les Saints. C'est en grande partie de sa faute, la nymphe le sait, mais elle est là pour réparer cette erreur. Et avec cette réparation, l'alliance, en partie.

"Oui, c'est utile. Parce que cela rejoint l'alliance caduque, rejoint cette coopération entre nos deux Ordres, et ce qui va suivre dans mon récit."

Elle leva un doigt pour accompagner son explication.

"Je comptais te donner cette information dans le cadre de notre ancienne alliance, or celle-ci n'existe plus. Je serais donc en droit de te la refuser."

Deuxième doigt.

"Le fait qu'Esther ait caché sa nature nous a mis en danger. Elle s'est sciemment affaiblie en dispersant ses forces dans cette parodie de mère et de garde d'une part, et n'a donc pas pu agir pour lutter contre nos ennemis communs à ce moment-là. Tout cela pour une illusion qui n'avait pas de sens entre alliés. Des décisions ont été prises en pensant que nous étions six, là où en fin de compte nous avons fini à trois. Et encore, dans son état de grossesse je ne suis pas bien sûre que Li Mei aurait pu faire quelque chose de plus si Esther n'avait pas menti."

Troisième.

"Cette enfant vous nuit à son insu. Je peux te dire pourquoi, mais comprends bien que dans ma position actuelle cela passe par la garantie que nos petits accords ne vont pas voler en éclats sous prétexte que notre Augure n'est pas... disponible."

Sa main retomba sur ses genoux tranquillement, tandis que Célestia posait sa voix. Elle n'avait pas envisagé de présenter les choses de cette manière en arrivant à l'auberge, mais force était de constater que les Berserkers présumaient peut-être un peu trop de leur supériorité.

"Tu veux cette ville, tu veux mettre à genoux Athéna, mais tu n'y arriveras pas tout seul, Zvezdan. Même avec tous les Berserkers réunis, sinon vous l'auriez déjà fait. Et aussi peu nombreux soyons-nous, les Oracles ont encore des cartes à jouer. Donc cette alliance est importante. Mes informations sont importantes. Nous sommes liés par cet ennemi commun. Il suffit de peu de choses pour que je te raconte la fin de l'histoire."


Ma couleur : #009900
Ma plume de bord : ici
Diei vidi : Thanatos, Phantasos, Hadès, Arès, Poséidon, Athéna, Apollon, Odin
J'ai câliné : Lykeios, Asclépios, Aedan, Childéric, Esmelia, Rowena, Abrarxès, Amadeus
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1827-celestia-eminence-du-heron-de https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1716-celestia-la-princesse-aux-mille-oiseaux
ZvezdanZvezdanArmure :
Pontifex

Statistiques
HP:
[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date G-bleu1800/1800[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date V-bleu  (1800/1800)
CP:
[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date G-rouge1350/1350[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date G-jaune1800/1800[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date V-jaune  (1800/1800)
Message Re: [Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date   [Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date EmptyLun 1 Fév - 16:56
Un sourire indescriptible sur mes lèvres.
Un sourire difficile à déchiffer. Il y a de l'amusement, mais il y a... Autre chose. Poing calé contre ma joue, affalé contre le divan, je l'avise d'un regard à la lueur pétillante. Finalement, je souffle doucement du nez.

Elle est mignonne.

Tu n'as pas réellement la moindre idée de ta situation, n'est-ce pas ma grande ?
Si tu savais.
Si tu savais comme ça serait facile, de refermer mes doigts autour de ton cou, et t'étrangler à petit feu.
Si tu savais comme ça serait facile, de te ruiner sans user du moindre Cosmos... Pour respecter les règles de la cité.
Si tu savais comme tu serais mille fois morte, face à n'importe lequel de mes prédecesseurs.

Ta chance, ou peut-être ta malchance, c'est que je sais être patient quand il le faut. Et quelque part.... Quelque part, tu m'amuses autant que tu m'agaces. C'est un drôle d'équilibre... Mais c'est drôle, vraiment. Ce petit jeu que tu penses pouvoir te permettre de jouer. Alors tu sais quoi ? Je vais te laisser continuer encore un petit moment, avant de t'expliquer les choses à ma façon.
Continue. Divertis-moi. Énerve-moi. Et au finir de tout ça, je pèserai la balance entre les deux.
Et je déciderai ce que je ferais de toi.

Alors je ne réponds pas aux premières répliques. Pas par les mots. Je ne réponds que par ce sourire qui s'accentue, que par ces yeux qui fixent plus intensément. Une info, dis-tu. En droit de me la refuser, dis-tu... Tseh.
Vraiment. C'en serait presque attendrissant.

Et tu penses savoir. Tu penses tant savoir ce qu'est Esther, quand tu ne sais rien. Diviser ses forces ? Tu ne saurais être plus loin de la vérité. Illusion ? Si seulement c'était si simple. Tu t'enfermes dans tes propres petites certitudes erronnées, et tu lances ton petit récit, sûre de toi... Tellement sûre de toi. C'est peut-être le plus drôle.
Le plus agaçant.

- Tu ne m'as pas l'air bien méchante, Celestia. Juste un peu maladroite. Alors écoute bien les mots qui vont suivre, car je ne me répèterai pas. Ma voix est calme, terriblement calme. Basse. Si basse que ça ne peut pas être anodin. Comme un murmure, presque, alors que nous ne sommes que tous les deux dans cette pièce. à essayer si fort de finaliser l'alliance définitive entre nos deux ordres, tu ne fais que fragiliser l'entente temporaire convenue avec Adonis. J'ai déjà expliqué à ton confrère que je ne parlerai des termes d'une alliance plus impliquée qu'avec l'Augure. Ce n'est pas un prétexte, c'est une sécurité : tant que je n'en ai pas la preuve du contraire, je vois votre ordre comme un groupement éclaté, désorganisé et disparate. Si je parle alliance avec un Oracle, je n'ai aucune garantie que le message passera efficacement aux autres. Si j'en parle à l'Augure, il est la Voix. Alors je sais qu'il parlera. Qu'il parlera aux siens.

Première petite leçon, toujours sur ce ton calme, sans reproche.

- à essayer si fort de jouer le rôle de la forte tête arrogante qui répond, tu ne vas réussir qu'à t'atttirer l'agaçement de la voix du Dieu de la Guerre. Laisse-moi te dire un secret : l'homme par qui s'exprime le Dieu de la Destruction n'est pas l'homme dont tu veux attirer la colère. Alors plus que tout ce que je vais te dire ici, retiens surtout ceci : continue de me parler sur ce ton, d'exiger, de demander, de te penser mon égal... Et je briserai ton crâne entre mes deux mains, et je descendrai ensuite répéter l'opération avec ton apprenti Oracle à l'étage du bas.

Des mots de menace, mais une voix sans agressivité. Calme, toujours, terriblement calme, encore. Simplement parce que plus qu'une menace, il s'agit d'un avertissement. D'une leçon. Retiens donc cette leçon : surveille ton langage, quand tu parles des affaires des Dieux avec la Voix d'un Olympien. Car ma voix est calme, oui. Mais l'ombre de mon regard ne trompe pas. Mes yeux le disent à ma place : Va y. Amuse-toi à me défier pour défendre ta petite fierté, si tu penses que je bluff. Amuses-toi, et vois ce qui se passera. Donne-moi un prétexte. J'attends.

- Ensuite. Je vais répondre à quelques points par souci de transparence. La braise dans mon regard perd en intensité. Esther ne s'est pas affaiblie, ce jeu de pantins est la nature-même de son pouvoir. Ce n'est ni une illusion, ni n'était destiné aux Oracles : c'est sa façon de manifester son Cosmos. Cette enfant est victime de ses propres illusions, ses propres démons, et d'une certaine façon, cette mère et ce père factice constituaient ses répères pour ne pas totalement vriller. Accompagnée par ses « parents », elle était au plus fort de ses capacités, justement. Maintenant, vous saurez si d'aventure vous devez de nouveau travailler avec elle, même si elle a... Changé, entre temps.

Mais ça, on y est pas encore.

- ça mis à part, non, tu n'es pas droit de me refuser les informations que je te demande ici, car c'est la principale clause de l'entente convenue avec Adonis. Ou plutôt : oui, tu pourrais refuser, et tu me donnerais raison quant à cette pensée selon laquelle les Oracles dans leur état actuel ne sont qu'un ramassis d'individualités sans cohésion. Que ce que tu conviens avec l'un, n'a aucune valeur avec l'autre, et donc que je n'ai aucun intérêt à me lier plus durablement à des gens si instables. Mon sourire s'élargi, un sarcasme au coin de mes lèvres. Le Berserker qui reproche son instabilité à l'Oracle. Un comble, non?

Et enfin... Enfin, le cas Esther. Fait du tort à notre insu, hein ?

- J'écoute, donc. Ce fameux fin mot de l'histoire. Donne-moi tort et prouve moi que je peux vous faire confiance : Remplis la part du contrat convenu avec Adonis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2032-zvezdan-cardinal-de-
CélestiaCélestiaArmure :
Héron de Notos (Sud et Été)

Statistiques
HP:
[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date G-bleu1650/1650[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date V-bleu  (1650/1650)
CP:
[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date G-rouge750/750[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date V-rouge  (750/750)
CC:
[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date G-jaune1350/1350[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date V-jaune  (1350/1350)
Message Re: [Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date   [Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date EmptyLun 1 Fév - 18:42
Les minutes défilent et le prédateur se réveille, prend la place de l'homme distingué et exubérant qui se tenait sur ce divan quelques minutes avant. Voilà le Zvezdan de Kiev. Voilà la bête sauvage qu'a nommé Arès à la tête de ses troupes. Ses crocs qui se dévoilent lentement à la lumière, sa faim qui gronde de plus en plus fort dans l'air, son regard qui se verrouille sur sa proie.

Il est toujours plus facile d'intimider ceux qui ont l'air fragiles. Ne savent pas se défendre, ou du moins n'en ont pas l'air. C'était sans doute tenter Hadès également que de tenir tête à cet homme, ce Vandale dépossédé de ses terres, mais Célestia n'avait pas le choix et ne flancherait pas sous le poids de simples mots... ou plus violent. Elle avait appris depuis que le marbre avait cédé place à la chair. Les bons diplomates n'ont jamais l'air faibles. Ont toujours des arguments dans leur manche. Des objectifs à atteindre, du poids à rajouter dans la balance. Ils y étaient, à ce tournant de cette fonction qu'elle assumait, mal sans doute, mais de nécessité. Elle avait un choix à faire. Python ou Socrate. Vérité ou mensonge. Vie ou mort.

Tandis que les premières menaces résonnèrent, la Gardienne se remémora l'entrevue avec Ingvarr. Le mépris ouvert d'Aoifé et Morgane. Silas. Akritès. Childéric. Ludmila. Poséidon. Hadès et Thanatos. Le coup d'essai était loin, où elle avait dû convaincre quelqu'un de quelque chose. Mais cet entretien-ci avait bien plus d'importance. C'était peut-être l'avenir des Oracles qu'elle misait. Alors dans cette balance imaginaire, elle décida de poser en contrepartie le poids de sa vie, et de voir si un petit homonculus pouvait changer la donne, pour une fois.

De son visage fait pour sourire, la fille d'Apollon étira les lèvres à son tour. Confiante. Forte. Guerrière. Porteuse de peste, qui répandait la parole de son dieu même dans les endroits les plus sombres et les plus dangereux.

"Méchante, non. Je laisse cela à ceux qui annoncent la mort et l'obscurité. Maladroite, très certainement. Je n'ai jamais été une grande diplomate, et je le sais. Tu le sais. Si tu veux parler à l'Augure, commence par l'homme dans la pièce en bas."

Et j'espère, Python, que vous ne me ferez pas défaut. Ma vie, contre celles de tous nos compagnons.

Elle se leva, toujours légère, s'approcha du Pontifex et se pencha vers lui en une cascade dorée. Sa petite main vint chercher la sienne qui était libre, en écarta les doigts et l'amena à sa gorge directement.

"Je n'ai pas peur de toi, Pontifex Zvezdan. Si c'était le cas, je ne serais pas venue dans cette auberge, où toi et les tiens êtes largement en surnombre. J'ai l'habitude des menaces. Des coups. Mais je crois que tu as oublié un détail me concernant. La mort ne m'a pas empêchée de revenir. La hache ne m'a pas empêchée. Le fouet ne m'a pas empêchée. Les deuils et le chagrin non plus. Tu veux me traîner dans la boue ? A ton aise. Je ferai ce qu'il faut pour que ma voix soit entendue."

Sacré coup d'audace, mais l’Été ne tremblait pas. Elle dévia juste un instant le regard, le temps de se ménager une place sur la table face à lui, la main toujours sur sa gorge s'il le souhaitait.

"Son "père" s'est enfui à la première occasion, sous le coup de sa vraie personnalité. Comme si elle n'avait tout simplement pas pu le maintenir. Et d'après mon partenaire Oracle, elle a pris la poudre d'escampette, quand il a fallu affronter le "Cardinal Ephtal, Général du Feu et Prophète d'Arès", et ses guerriers, revenus d'entre les morts. Si même un aveugle a pu sentir cela, je me demande ce qu'a vu Li Mei de son côté. Aubrée s'est écroulée sur le sol sans un mot."

Les faits, simplement. Esther avait fui. Mais peut-être avait-elle raconté autre chose ?

"Je suis femme de parole et je vais remplir la part du marché qu'a négociée Adonis. Cependant tu te trompes si tu penses que c'est votre instabilité que je vous reproche. Plutôt votre soif de sang et votre recours trop rapide aux menaces. Et avant que tu ne rétorques, oui, je sais qu'il y a des individus similaires chez nous. Mais eux, je les connais, je leur fais confiance, et je sais pourquoi ils sont ainsi. Pas vous, car vous demeurez irrémédiablement opposés à échanger les poignées de mains et la confiance. Considérez-vous cela comme un signe de faiblesse que de s'attacher ?"

Elle soupira, se demandant à quel moment précisément il allait serrer. S'il attendrait tout juste la fin de son récit ou lui poserait d'autres questions. S'il prendrait la peine de faire venir Python ou s'il laisserait les choses ici.

"J'ai suivi ces voyageurs et nous sommes rapidement arrivés dans une zone où avaient été tracés des signes rituels en vue d'offrandes. Les offrandes étant, je ne tardais pas à le découvrir, de jeunes enfants probablement orphelins qu'on avait arrachés à leur misérable vie dans la poussière et la solitude pour en faire des druides noirs ! Les Roisin Dubhs, ainsi qu'on les appelle, cette espèce de coalition entre les Spectres Grecs, quelque chose qui ressemble au pendant noir des druides qu'affectionnent les Ligures, et ceux de Carthage qui vénèrent ces anciennes divinités que j'ai citées plus tôt."

Son sourire se déforma en une grimace douloureuse, tandis que le souvenir de sang trempait ses yeux et accumulait à leurs coins des larmes qu'elle laissa glisser sans honte.

"Ils étaient trop nombreux et préparés, alors j'ai dû agir. Je n'ai eu le temps que d'abréger leurs souffrances et de prier pour leur salut. De prier nos dieux pour que tout cela cesse. Bien mal m'en prit, car des trois divinités qui veillent sur ta terre natale, ni Arès, ni Apollon n'ont voulu se soucier. Mais Athéna si. Athéna a renvoyé les Spectres et les Roisin Dubhs. Elle a scellé notre mémoire concernant son apparition et marqué chacun de nous afin de voir ce que nous voyions, d'entendre ce que nous entendions. Au réveil nous n'étions plus capables d'expliquer ce qui venait de se passer. C'est pour cela que, si Esther est toujours sous le coup de ce sort, elle vous nuit. Partout où tu l'enverras, la déesse sait ce que tu prépareras. Vous ne pouvez pas gagner cette guerre avec cette marque. Concernant Thafnout et moi-même, Apollon l'a brûlée. J'ignore comment, j'ignore s'il pourrait le refaire maintenant que les Saints l'ont scellé, mais en la détruisant, il nous a rendus les souvenirs de ce moment et l'a aveuglée à nouveau. Et je me suis souvenue d'un détail supplémentaire sur la Tarentule. Sais-tu comment Athéna l'a nommée ? Arachnée. Arachnée se cache en elle. Depuis peut-être encore plus longtemps que Carthage, Esther vous maintient sous la coupe d'Athéna. Sans que vous le sachiez. Sans que personne ne sache. Voilà ce qu'elle ne pouvait pas vous dire. Voilà ma part du contrat."


Ma couleur : #009900
Ma plume de bord : ici
Diei vidi : Thanatos, Phantasos, Hadès, Arès, Poséidon, Athéna, Apollon, Odin
J'ai câliné : Lykeios, Asclépios, Aedan, Childéric, Esmelia, Rowena, Abrarxès, Amadeus
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1827-celestia-eminence-du-heron-de https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1716-celestia-la-princesse-aux-mille-oiseaux
ZvezdanZvezdanArmure :
Pontifex

Statistiques
HP:
[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date G-bleu1800/1800[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date V-bleu  (1800/1800)
CP:
[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date G-rouge1350/1350[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date G-jaune1800/1800[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date V-jaune  (1800/1800)
Message Re: [Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date   [Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date EmptyMar 2 Fév - 11:34
Un regard de surprise.
L'Augure, en bas. Je comprends vite ce qu'elle entend, et je cligne un instant des yeux. L'Augure qui se fait passer pour un Monsieur-Tout-Le-Monde, donc ? L'Augure qui s'essaie à passer par la petite porte de mon domaine, qui s'essaie à me parler derrière les habits du petit Oracle tout frais cueilli ?
L'Augure qui joue le jeu des illusions, encore. Tseh.

Surprise. La surprise qui continue, qui grimpe. Je la regarde s'approcher, et je me redresse doucement, me mets en position assise, plutôt qu'à moitié allongé. Je la laisse guider ma main autour de son cou, la laisse mener sa petite mise en scène. La laisse parler. Je souris doucement, au fur et à mesure que ses mots coulent.

- Je crois que tu as oublié un détail concernant le contexte de cette conversation. Il ne s'agit pas que de toi et de ta petite personne fierte, forte et indépendante. Il s'agit des tiens, aussi. Un soufflement de nez. Tu sauras que j'en ai tué beaucoup, qui me tenaient le discours du « je reviens toujours ». Et ils ne sont jamais revenus.

La mort n'est pas un jeu, la mort n'est pas un coup de chance avec lequel on flirt en se pensant totalement en contrôle. Tu te penses immortelle ? Tu penses que la mort ne finira pas par éteindre définitivement ta voix, peut-être ? Ou tu penses accomplir quelque chose dans ta mort ?
Les sacrifiés en font toujours moins que ceux qui survivent pour vivre le lendemain.

Je la fixe, d'un regard qui ne la lâche pas, d'un abysse qui la sonde, qui la perce. Je l'écoute, encore et toujours.

- Esther n'est pas une combattante. Elle est faible, sa force est ailleurs. Mais ne t'en fais pas, nous sommes d'accord sur un point : Le choix des Berserkers envoyés à l'époque était un choix d'abruti.

Et pourtant, le choix d'un Dieu.
Mais et alors, où est-ce que tu vas avec ton numéro, enfant du soleil ? Qu'est-ce que tu veux prouver, avec cette grande bravoure que tu rassembles pour parler et soutenir le regard, pour t'approcher et m'offrir ton cou, pour dire ces mots ? Là encore, des mots qui pensent connaître.

- Tu as mal compris. C'est Moi qui vous reproche Votre instabilité. Tu ne te présentes pas dans la tannière d'un loup avec des mots de défiance et de demandes en t'étonnant à ce qu'il montre les crocs. Tu n'aimes pas mes menaces ? Ne te les attire pas. La confiance ? Elle ne se demande pas, elle se mérite. Le seul Oracle a avoir jamais mérité ma confiance jusqu'à il y a peu, il a déserté votre ordre entre temps. Coquasse, n'est-ce pas? le plus honorable que j'ai pu croiser parmi les votres, c'est un corbeau rouge qui est descendu dans les enfers entre temps. Je ne t'ai pas fait venir pour parler diplomatie avec une ignorante. Tu as du cran, mais tu ne comprends simplement pas les réalités de cet échiquier-ci. Et tu sais ce que donne le courage dans les mains d'une âme mal préparée ? Un suicide.

S'il suffisait d'un peu de courage et de bonne volonté pour que ce monde tourne rond, tout serait plus facile. Mais tout n'est pas plus facile. Alors tu me parleras de ces choses-ci quand tu sauras de quoi tu parles, Celestia. Pas avant. Car plus que te suicider toi-même, c'est ton ordre que tu suicides politiquement, à t'époumoner en âneries. Tu n'es pas la Voix d'Apollon, mais tu reste une représentante du Soleil.
Et tu m'as l'air plus aveugle qu'éclairée, pour l'instant.

Mais j'écoute. J'écoute, des informations parfois connues, parfois anecodtiques, parfois dignes d'intérêt mais sans plus. J'écoute le récit, simplement. Puis....

Puis je me fige.
Ma main autour de son cou se fige. Ferme, mais sans pression.
Mon regard se fige. Je ne la regarde plus. Je regarde au travers d'elle, comme un point à l'horizon.
Mon corps se fige. Un immobilisme soudain, à peine perturbé par ma respiration.
Le son se fige. Un silence. Quand elle arrête de parler, il n'y a plus le moindre son, plus rien.

Il n'y a que ses mots qui tournent dans ma tête, encore et encore. Comme pour les enregistrer. Les confirmer, les digérer. Être sûr que j'ai bien entendu. Ça dure bien quelques secondes. Quelques secondes d'une incrédulité figée, terrible.

Puis, ma main quitte sa gorge. Et je me lève. Et je commence à marcher. Marcher dans la pièce, mains dans mon dos, le regard fixe droit devant moi, toujours. Ma mâchoire serrée, mon visage fermé, un quelque chose d'infiniment rigide dans mon attitude. Les mots me tournent dans la tête. Machinalement, inlassablement. Je me les répète, je les tourne dans tous les sens, j'essaie de... De rationaliser. D'expliquer. De m'expliquer. De comprendre.

Et je la sens. Oh oui, je la sens. Je la sens contre mes tempes, si forte, si désagréable, si forte.
Cette colère qui me prend le crâne. Cet étau qui se resserre sur mes humeurs, sur mes pensées, cette fureur froide, contenue à peu de choses. Et j'ai envie. J'ai tellement envie d'exploser. De simplement me jeter sur elle, et frapper. Frapper jusqu'au sang. Frapper jusqu'à défigurer, frapper jusqu'à ce que son joli petit visage n'ait plus rien d'humain. Frapper jusqu'à ce qu'elle ne puisse plus articuler, frapper et le lui demander : lui demander si elle pense revenir de ça.
La ruiner.
La briser.
La faire souffrir.
La faire souffrir si fort qu'elle ne reviendra jamais. Qu'elle me suppliera d'arrêter. Juste un instant, céder à ces pulsions que je contrôle si bien habituellement.

Juste un instant, être un monstre, et y prendre du plaisir.

- Explique-moi. Mais non. Au lieu de ça, ces deux simples mots, alors que je lui tourne le dos. Deux mots, d'une voix basse, mais différente d'avant. Une douceur de mauvais augure, dans mon ton. Un miel trop doux pour qu'il n'y ait pas d'abeilles non loin. Explique-moi pourquoi.

Doucement, je me retourne. Et j'avance vers elle, depuis les quelques huit mètres qui nous séparent. Un pas lent, sans presse.

- Explique-moi pourquoi c'est seulement maintenant après trois années que tu me dis ça. Deux premiers pas. Explique-moi pourquoi c'est seulement maintenant après mille secrets éventés que tu avoues. Deux autres. Explique-moi donc. Jusqu'à arriver face à elle. Jusqu'à tendre le bras, et aller doucement poser ma main sur sa joue... Comme une caresse, un instant. Comme un moment de latence sans violence.

Jusqu'à ce que je vienne brutalement plaquer ma main contre sa gorge pour l'enfermer entre mes cinq doigts.
Jusqu'à ce que je la soulève du sol, qu'il y ait ce déplacement vif.
Jusqu'à ce que j'arrive jusqu'au mur à côté de la porte, et que je l'y plaque puisamment

- EXPLIQUE-MOI pourquoi tu ne m'en parles que MAINTENANT après des CENTAINES de sacrifiés INUTILES dans cette guerre de MERDE pour sauver vos PETITES VIES MISERABLES. VA Y. EXPLIQUE-MOI.

La haine dans ma voix.
La force dans mon bras, pour la soulever du sol.
La braise dans mes yeux, pour la brûler du regard.
Et ce tambour contre mes tempes. Que je calme pour simplement hurler et violenter...
Plutôt que frapper et dépecer.

- Explique-moi et sois persuasive... Explique-moi et donne-moi une bonne raison de ne pas te tuer à l'instant, et simplement raser les survivants de votre ordre comme des putains d'insectes. La voix plus basse, mais pas plus calme. Pas le moins du monde. Et choisis bien tes mots, ma pauvre. Ta vie et celle des autres Oracles ne tient qu'à une maladresse de plus. Choisis bien tes mots. Parce que je peux te donner de bonnes raisons d'avoir peur de moi, toi qui ne crains pas.

Un sourire mauvais, un regard torve. Ma prise n'est plus douloureuse, mais elle est oppressante.
Tu n'as pas peur pour ta vie ? Tu apprendras. Crois-moi, tu apprendras.
Tu apprendras aussi qu'il y a pire que la mort. Et qu'il y a pire que ce que je peux te faire à toi.
J'ai tout un regroupement de cafards survivants à faire souffrir par ta faute, si tu faillis encore. Et ne t'en fais pas.

Si tu n'as pas peur, eux auront peur pour toi.
Si tu ne crains pas la mort, eux mourront Par toi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2032-zvezdan-cardinal-de-
CélestiaCélestiaArmure :
Héron de Notos (Sud et Été)

Statistiques
HP:
[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date G-bleu1650/1650[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date V-bleu  (1650/1650)
CP:
[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date G-rouge750/750[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date V-rouge  (750/750)
CC:
[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date G-jaune1350/1350[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date V-jaune  (1350/1350)
Message Re: [Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date   [Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date EmptyMar 2 Fév - 13:48

Il y avait eu ce silence. Long. Lourd. Pesant. Elle le laissa parler, menacer encore, faire valoir son autorité menaçante de Pontifex, notant seulement un bref instant ce déserteur, cette confiance. Bran ?

Et puis tout son être jusqu'à la dernière de ses cellules se prépara à la tempête. Car qui mieux que le vent pouvait sentir son approche ? Il la pensait ignorante, mais elle savait parfaitement que les mots qu'il avait réclamés, et qu'elle lui avait versés au visage dans la lumière la plus crûe allaient faire d'elle la cible d'une violence brutale. Elle savait que l'Augure et Apollon seraient probablement son salut, s'Il le voulait bien.

La Gardienne se leva de son siège improvisé en même temps que lui, demeura à sa place tandis qu'il arpentait la pièce en prenant conscience de l'ampleur du cataclysme. Pour le Héron ce fut comme si un sablier venait d'être retourné. Son air lui paraissait empli de soufre, de la même manière que lorsqu'elle s'était tenue face aux deux souverains suprêmes des Enfers et des Océans. Ne pas avoir peur de lui et ne pas avoir peur de mourir étaient deux choses différentes. Conciliables, mais différentes.

***Père... Apollon... Je vous en supplie, aidez-moi. Donnez-moi les réponses sur cette guerre. Sur tous ces morts.***

Plus qu'un vœu, c'était cette fois une nécessité. Comprendre l'ensemble du dessein, les absences, la reddition, la chute.

Est-ce qu'un homonculus pouvait changer les choses ?

De nouveau sa main, son regard, et elle sut. Et la poigne vint. Se sentant soulevée et propulsée vers l'arrière, l'instinct de survie lui ordonna d'invoquer sa chlamyde pour encaisser le choc. Le souffle brusquement coupé, elle battit des ailes frénétiquement pour se dégager, tâcha d'écarter ses doigts avant que sa force l'abandonnât complètement. Surtout, garder conscience. Se laisser aller c'était mourir. Au moins Zvezdan voulait comprendre, et cela lui laissait une nouvelle fenêtre pour parler.

Lorsque sa poigne se desserra un peu, elle inspira à grandes bouffées pour mieux tousser ensuite. Il lui fallut de longues secondes pour pouvoir articuler quelque chose de plus intelligible qu'une espèce de croassements gargouillesques. Être persuasive hein ?

"Mémoire... scellée... puis..."

Elle déglutit difficilement.

"Pouvais... pas sortir... Tour... puis... Jamir... puis..."

A ce stade, valait-il mieux se laisser tuer pour protéger les autres ? Ou se défendre quitte à briser la loi de Camelot ? Cette douleur qu'elle connaissait trop bien, elle n'en voulait pas. Mais les Oracles étaient la priorité, pas vrai ?

"Augure... empoisonné... puis... guerre... partout..."

La succession d'événements l'avait liée par les chaînes du destin. Et le pire arrivait. Elle n'avait rien pu dire, mais les autres non plus. Pour une très simple raison. La plus dure à avouer. Et en même temps il y avait matière à se demander pourquoi Arès n'avait pas réagi lui non plus. Etait-il incapable de voir la marque de sa sœur sur ses propres troupes ? N'avait-il pas désiré cette guerre, qui était l'un de ses attributs ? Pourquoi avoir envoyé, comme justement ils se le demandaient, une femme enceinte et une enfant non-combattante au lieu du Cardinal de la Guerre originaire de ces terres et une guerrière telle que Ludmila par exemple ? Pourquoi n'avoir pas répondu à la prière à la place de la déesse ?

"Des jouets... sans la chair... et le sang... Ce que nous sommes... Arès savait... Carthage..."

Elle toussa de nouveau plusieurs secondes, la gorge en feu.

"Les autres... morts, disparus... ou... savaient pas..."

Elle lui fit écarter un peu plus les doigts afin de respirer davantage, les yeux toujours dans les siens, les ailes dressées autour d'elle en guise de protection immédiate. Sans doute dérisoire.

"Je choisis de le dire... maintenant que j'en ai l'occasion..."


Ma couleur : #009900
Ma plume de bord : ici
Diei vidi : Thanatos, Phantasos, Hadès, Arès, Poséidon, Athéna, Apollon, Odin
J'ai câliné : Lykeios, Asclépios, Aedan, Childéric, Esmelia, Rowena, Abrarxès, Amadeus
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1827-celestia-eminence-du-heron-de https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1716-celestia-la-princesse-aux-mille-oiseaux
ZvezdanZvezdanArmure :
Pontifex

Statistiques
HP:
[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date G-bleu1800/1800[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date V-bleu  (1800/1800)
CP:
[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date G-rouge1350/1350[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date G-jaune1800/1800[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date V-jaune  (1800/1800)
Message Re: [Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date   [Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date EmptyMar 2 Fév - 14:31
- Espèce de connasse VOUS AVEZ EU MILLE OCCASIONS DE CROISER DES BERSERKERS PENDANT LA GUERRE.

Rage.
Ma poigne s'intensifie, ma voix part dans sa colère. Des yeux de fureur pour la fixer, des traits tirés par l'émotion. Tu penses que c'est le bon moment pour me prendre pour un con ? Pour te trouver des excuses bancales ? Trois putains d'années, et tu veux me faire croire que tu n'as eu aucune occasion de transmettre la moindre information ?

- Tu sais, j'ai pas de problèmes à sacrifier des vies pour une cause, pour une guerre... Suivre la guerre, c'est mettre sa vie en jeu. Sacrifier pour un résultat, c'est nécessaire. Tu sais ce qui me dérange un peu plus ?

Ma poigne se resserre encore. J'approche mon visage du sien, j'approche mes lèvres de son oreille. Et je le lui murmure, d'une voix de fiel, de courroux, d'une voix serrée entre mes dents.

- Sacrifier des vies pour putain de rien. Des centaines de morts dans une guerre perdue d'avance... Et tu vas me faire croire que t'as pas trouvée le temps de venir nous prévenir? Se resserre encore. Tu vas me faire croire que tu t'es pas dit qu'un espion chez tes alliés, ça valait le coup de prendre un peu de ton temps pour nous mettre au courant ? Pour éviter que cette pute d'Athéna ait un avantage stratégique TOUT LE LONG DE CETTE PUTAIN DE GUERRE ?!

Derniers mots hurlés prés de cette oreille, et un geste violent pour la balancer au sol dans mon dos. M'approcher, me pencher. L'aggriper par les cheveux. Approcher mon visage du sien... Une colère plus froide, sur mes traits. Moins tiraillée, moins criarde.

- T'es pas capable de me donner la vraie raison ou t'es juste conne, en fait? J'ai juste envie de laisser exploser toute cette violence. D'arrêter de retenir ma main de ne pas trop serrer autour de son cou, retenir mon pied de s'écraser sur son crâne. Et pourtant je me retiens. Va savoir pourquoi, mais je me retiens encore... Yasen!

Ma voix porte fort, un nom. Quelques secondes, et la porte dans mon dos s'ouvre. Un homme en armure, qui se fait petit, qui n'ose pas même me répondre... Qui regarde la scène les yeux ronds, sans rien dire.

- Va chercher le type qui accompagnait cette idiote. Magne.
- O-.... Ok, tout de suite, Pontifex.

Et mon regard, de revenir vers elle. Noir, toujours. Sombre, toujours. Je ferme les yeux, inspire, expire, puis les rouvre.

- J'ai des questions. Et tu vas y répondre du plus précis que tu puisses. Tu vas répondre et tu vas pas tourner autour du pot, tu vas pas me sortir tes excuses de merde. Tu vas me dire ce que je veux savoir, et rien de plus. Et ton Augure sera là pour être témoin des aveux que tu as à me faire. Tu m'as bien compris?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2032-zvezdan-cardinal-de-
PythonPythonArmure :
...

Statistiques
HP:
[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date G-bleu0/0[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date V-bleu  (0/0)
CP:
[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date G-rouge0/0[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date V-rouge  (0/0)
CC:
[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date G-jaune0/0[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date V-jaune  (0/0)
Message Re: [Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date   [Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date EmptyMar 2 Fév - 15:09
Augure, vous êtes demandé par le Pontifex.

Levant un sourcil, Python se demandait comment... Non. cela allait de soit. Célestia avait lâché le morceau pour une raison encore inconnue. Ca commençait bien cette histoire. Faisant un signe approbateur, il se levait et laissait un pourboire à l'aubergiste. Il suivit son hôte de circonstance vers la chambre où il était attendu.

La porte s'ouvrit.

Ses yeux s'ouvrirent en grand en voyant l'une de ses Eminences sous la poigne de celui qui devait être certainement le Pontifex. Visiblement, il y avait eu ici un gros problème et pas qu'un peu. Python était dans une totale incompréhension et il ne le cachait pas.

Bon sang, mais qu'est ce qu'il se passe ici ?

Comme un juron, ces mots sortirent de ses lèvres. Il n'aimait pas du tout ce qu'il voyait. Mais, il avait connu pire et il savait que rien ne devait rien au hasard dans le chemin étroit de la destinée. Tournant la tête vers Célestia, puis vers Zvezdan. Il se râcla la gorge. Il se tourna un instant vers le garde qui l'avait amené ici et lui fit signe de se retirer, pour sa sécurité et la sienne. C'était inutile d'avoir plus de témoin.

Vu comment votre garde m'a appelé, j'imagine que vous savez qui je suis. Le seigneur Apollon m'a appelé que très récemment à prendre les rênes de son royaume céleste, je me nomme Python. J'imagine que vous êtes Zvezdan. Puis je savoir ce qu'il se passe ici ?

Le timbre de la voix ne cachait pas un certain agacement mais l'Augure prenait sur lui pour ne pas en rajouter. Tout le travail d'Adonis ne devait pas être ruiné, non, pas comme cela.

Vous devriez la relâcher. La tuer n'apporterait rien à nos Factions respectives. Si elle vous a manqué de respect, j'aimerai savoir de quelle manière ?

Le ton était glacial et pointait clairement vers Célestia. Mais comment vraiment savoir que dire et que faire ? Il ne savait rien de ce bordel sans nom. Qui était coupable ? Qui avait commencé ? Il venait de tomber du nid pour le bain sanglant des joutes politiques. Tout cela commençait sous de ... sous certains hospices. Mais lesquelles ?

Soupirant. Il attendit les explications.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CélestiaCélestiaArmure :
Héron de Notos (Sud et Été)

Statistiques
HP:
[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date G-bleu1650/1650[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date V-bleu  (1650/1650)
CP:
[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date G-rouge750/750[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date V-rouge  (750/750)
CC:
[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date G-jaune1350/1350[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date V-jaune  (1350/1350)
Message Re: [Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date   [Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date EmptyMar 2 Fév - 17:35
Les insultes pleuvaient et la force dans ses coups augmentaient, sans surprise. Pourtant vaille que vaille la fille d'Apollon tenait le coup se raccrochant à une pensée qui avait tout à coup traversé son esprit entre deux quintes d'asphyxie. Zvezdan écoutait. Il aurait pu mettre en doute les révélations, soupçonner les Oracles de tenter de leur retourner le cerveau ou quelque chose du même acabit, mais non. Il écoutait. Sans doute avait-il de son côté suffisamment de revers inexpliqués pour commencer à se demander comment s'y prenaient les Saints. Ainsi que beaucoup de ressentiment quant à la perte initiale de Carthage, couplé à cette révélation trop tardive.
Le Héron encaissait avec ce minuscule espoir qu'une fois les choses à plat, il comprendrait qu'elle n'avait pas eu le choix. Qu'aucun d'entre eux ne l'avait eu depuis le départ. Le plus difficile résidait dans l'entre-deux : résister à l'appel d'un sommeil réparateur sans recourir à son cosmos, même pour se défendre. Et plus il serrait, plus cette condition devenait difficile à supporter.

Bleus, marques et hématomes apparaissaient en légions sur sa gorge enfin relâchée, tandis que l'Augure entrait dans la salle et posait sur elle un regard qui lui fit autrement plus mal que les coups du Berserker. Sa respiration commençait à se faire sifflante et sa mâchoire tremblait de façon spasmodique, incontrôlable. Elle toussa de nouveau, assez violemment, pendant pratiquement une minute avant de pouvoir à nouveau à la parole, puisqu'il semblait qu'on l'attendait pour reprendre le fil de la "conversation".

"Adonis... négocié... réponses... Carthage..."

Elle ignorait complètement si l'Augure avait connaissance de ces faits-là, et si oui jusqu'à quel point, mais elle manquerait de souffle bien avant de pouvoir lui expliquer les choses si elle se lançait là-dedans. Sans chercher d'excuse, elle se contenta de porter une main à sa poitrine douloureuse et d'aspirer encore les goulées qui lui manquaient tant.

"Ai... donné... réponses... interdites... autrefois..."

Concernant son cas, Zvezdan savait à peu près tout. La punition par mutisme forcé ne servirait qu'à la faire plaindre, mais elle avait été honnête sur tout le reste. Empêchée par les événements, et par son dieu. Tout comme la Guerre avait décidé de rester muette sur Carthage de son côté. Personne n'avait trouvé à redire à cela. Ni Lykeios, ni Asclépios, ni Adalrik, ni Thafnout. Eux avaient en quelque sorte eu la "chance" d'avoir disparu ou d'être enterrés à l'heure, alors elle écopait des pots cassés pour tout le monde, elle qui n'aspirait qu'à la vérité depuis le début.

Puisque cela entrait dans le cadre d'une alliance, elle espérait simplement que son père ne lui tiendrait pas rigueur d'avoir finalement dû parler. Mais l'alliance verrait-elle seulement le jour maintenant ?


Ma couleur : #009900
Ma plume de bord : ici
Diei vidi : Thanatos, Phantasos, Hadès, Arès, Poséidon, Athéna, Apollon, Odin
J'ai câliné : Lykeios, Asclépios, Aedan, Childéric, Esmelia, Rowena, Abrarxès, Amadeus
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1827-celestia-eminence-du-heron-de https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1716-celestia-la-princesse-aux-mille-oiseaux
ZvezdanZvezdanArmure :
Pontifex

Statistiques
HP:
[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date G-bleu1800/1800[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date V-bleu  (1800/1800)
CP:
[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date G-rouge1350/1350[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date G-jaune1800/1800[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date V-jaune  (1800/1800)
Message Re: [Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date   [Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date EmptyJeu 11 Fév - 0:13
- Peut-être pas. Mais ça m'apporterait beaucoup de soulagement, là maintenant.

Je lui réponds avant de me retourner dans sa direction. Cet Augure. Manqué de respect ? Si elle m'a manqué de respect ? J'aimerais que ça soit si simple que ça. J'aimerais vraiment. Non, non. Vous. Vous, l'entièreté de votre ordre nous a manqué de respect. De loyauté. De tout. Votre chance, ou votre malchance... C'est que j'ai bien l'intention d'aller au bout de l'affaire avant de donner ma sentence. Que j'ai bien l'intention de savoir le pourquoi du comment, savoir les acteurs, savoir tout ce qu'il y a à savoir sur cette mascarade. Et après, seulement après, je déciderai de quoi faire de vous.
Je me demande.
Je me demande si les détails précipeteront votre chute, intensifieront sa violence, ou s'ils vous seront salvateurs.

- Et en fait... En fait si, la tuer m'apporterait la mort d'une traitresse, et à vous, celle d'une demeurée. Peut-être que je nous rendrais service, si je lui tordais le cou, en fait.

Doucement, je me relève. Les mots sortent froidement, d'une colère calme, d'une colère qui n'est plus enragée. Une colère qui réfléchit, en somme. Parce que de la suite vont dépendre beaucoup de choses... Beaucoup de choses bien importantes.
Mon regard revient vers elle. J'écoute. Un sourire mauvais. Une lueur de courroux redoublée, dans le noir de mes yeux.

-  « Réponses interdites autrefois », hein...

Une pulsion, qui me traverse. L'envie de l'agripper par les cheveux et la lancer sans considération jusque sur un siège, la violenter encore un peu plus. J'en ai envie. Envie de lui faire mal. Envie de lui donner une vraie raison d'avoir du mal à articuler. Mais au lieux de ça, je maintiens ce regard sur elle, une poignée de secondes supplémentaires. Et je lui tourne le dos, pour m'assoier sur le divan prés de la table basse.

- Savoir ce qui se passe ? Mais tout naturellement.

Un geste de la main, pour désigner ma gauche. Et à ma gauche, une perturbation dans l'air. La trame de la réalité qui se tord, s'ouvre, un portail qui prend vie du néant. Un plutôt, un écho. Une vision des dernières minutes dans cette pièce, de la conversation. Puis de la révélation. Puis de la brutalité.
Il voit tout. Mes actions, les siennes. Mes mots, les siens. Et il pourra juger par soi-même.

J'abaisse ma main au finir de la scène, puis la vision disparaît. Un regard qui sonde cet Augure. Qui le jauge. Et tout en même temps, un regard noir. Un regard qui promet mille sévices encore contenues, mais à la limite du déchaînement. Alors sois persuasif. Augure.
Donne-moi de bonnes raisons de ne pas te raser toi et les tiens.

- Voilà ce qui se passe. Ce qui se passe, c'est les votres qui savent depuis trois ans pour un espion dans nos rangs, et qui gardent le silence. Ce qui se passe, c'est une guerre menée en Italie pour sauver vos pauvres âmes... Une guerre perdue d'avance parce qu'Athéna avait ses yeux chez nous. Des vies perdues dans le vide, un conflit sans saveur, parce que décidé par des dés pipés à l'avance. Une défaite programmée.

Un sourire mauvais, sur mes lèvres.

- Je vais poser deux simples questions à votre Oracle-ci présent.Je la désigne d'un geste de la main, sans même lui accorder un regard.De ses réponses dépendra la suite. Votre suite. Et tu comprends ce que ça sous-entend, n'est-ce pas?Tu vas articuler et répondre clairement à mes questions, Celestia. Tu vas faire ça ou je vais te donner de vraies raisons de suffoquer, de peiner à t'exprimer. Écoute-moi bien.

Toujours sans un regard vers elle.
Comme si elle n'était qu'une voix, là pour relater les faits, donner les informations.
Comme si elle n'était qu'un support, qu'une ressource. Quelque chose qu'on utilise sans y accorder quoique ce soit.

Parce que c'est elle qui va parler, mais c'est à l'Augure que je parle. Ce qu'elle va dévoiler, c'est avec lui que je vais le débattre.

- Qui savait. Je veux tous les noms et toutes les identités de ceux qui savaient. Mon pouce se lève. Pourquoi est-ce que vous avez cachés l'information. Donne-moi une vraie raison, les vrais ordre et de qui est-ce qu'ils venaient... pas une excuse idiote et maladroite. Mon index se lève.

Mon poing se referme, et mon bras descend pendre à ma jambe. Dos voûté, penché vers cet Augure de l'autre côté de la table, un regard d'abysse.

- Parle.

Un unique mot. Autoritaire.
Parle, et prie pour vos vies.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2032-zvezdan-cardinal-de-
CélestiaCélestiaArmure :
Héron de Notos (Sud et Été)

Statistiques
HP:
[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date G-bleu1650/1650[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date V-bleu  (1650/1650)
CP:
[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date G-rouge750/750[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date V-rouge  (750/750)
CC:
[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date G-jaune1350/1350[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date V-jaune  (1350/1350)
Message Re: [Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date   [Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date EmptyJeu 11 Fév - 12:16
Traîtresse. Le mot tonne comme un coup dans un gong, et la colère de l'oiseau d’Été fuse un instant dans ses plumes d'or et d'or blanc. Il sait, lui, que Célestia n'a jamais cherché à nuire. Ni aux Berserkers, ni aux Oracles, ni à qui que ce soit. Il sait et les Muses aussi. Mais comme l'a dit Amadeus... les apparences sont trompeuses. En voilà encore la preuve.

Enfin relâchée, l’Éminence se releva à son tour. Même dans ce moment pénible, cette douleur aussi bien verbale que physique, elle continuerait de briller à sa manière. La différence restait de savoir pour qui.

Elle observa l'illusion reprendre mots pour mots les minutes précédentes et les exposer, crues, à l'Augure qu'elle avait désormais pour mission de servir comme Apollon. Plus de faux-semblants avait dit Zvezdan. Elle avait donc été sincère. Respecté la part du marché négociée à son insu par Adonis, de même que jadis l'ordre de se taire à propos d'Esther et Li Mei. De se taire tout court. Mais aujourd'hui les deux promesses se contredisaient et elle avait dû choisir. Une vérité pour une alliance, ou un mensonge pour... elle ne savait toujours pas quoi. La guerre, elle ne l'avait pas voulue. Et ne savait pas pourquoi Apollon l'avait laissée faire.

A nouveau, le Pontifex l'interpella. A nouveau, la menaça. A nouveau, exigea. Mais cette fois la peur de la nymphe était différente. Sa mort ou sa vie, pour tout ce qu'elle pouvait gâcher, ne changerait pas grand-chose. Celle de l'Augure et des autres en revanche lui était inadmissible. Elle se tourna vers Python, guettant un signe de sa part. Encouragement ou mépris. Puis sa voix sortit, éraillée toujours, mais plus compréhensible :

"Moi. Thafnout. L'ancien Augure Adalrik. Apollon. Et, sauf s'il ignore les prières qu'on lui adresse, Arès savait que quelque chose s'était produit à Carthage."

Et Athéna. Tous ceux qu'Athéna aurait informés. Elle marqua une pause. Fallait-il inclure les Roisin Dubhs ? C'était pousser la spéculation un peu loin, mais il avait bien dit "tous" alors... Non, probablement sous-entendait-il uniquement les Oracles. Tant pis. Zvezdan avait à ses yeux bien des défauts, mais certainement pas celui de ne pas savoir tirer des conclusions logiques.

"Comme je l'ai déjà dit, ils sont tous morts ou disparus aujourd'hui."

Eux ne craignaient plus rien tant que les Enfers s'abstenaient de venir encore fourrer leur nez dans les affaires des Oracles. C'était sans doute mal parti avec Asclépios qui courait après un remède contre le sommeil éternel de Phantasos et Adalrik qui en était la victime... mais cela n'avait aucun rapport avec la conversation présente. Surtout si Arès et les Enfers s'étaient alliés, comme pouvait le laisser supposer la part de conversation à laquelle l'homonculus avait servi de témoin à Elysion. Mais en même temps, si les Enfers et la Guerre s'alliaient vraiment, Zvezdan ne devait-il pas savoir pour les Roisin Dubhs à Carthage ?

Célestia marqua une autre pause, chercha le soutien dont elle avait désespérément besoin chez Python. Non, elle n'était pas une Voix. Et on l'avait forcée à endosser le rôle de celle qui donne les réponses, sans jamais avoir été diplomate, bien éloigné de sa nature première. Pourtant ils étaient là tous les trois et on attendait sa réponse. Alors qu'elle n'en avait toujours pas eu de la part de son père. Qu'on lui avait ôté sa voix en guise d'avertissement.

"Pour ce qui est d'avant... L'Augure a décidé du silence. Et ce n'était pas notre rôle de comprendre pourquoi."

Comme un écho à l'altercation précédente. La Princesse aux mille oiseaux avait tâché de briser le cercle de l'ignorance, de comprendre les actes d'un dieu, afin de pouvoir lui apporter son aide plus efficacement. Que recherchait Apollon en permettant à Athéna d'espionner leurs alliés ? Elle avait échoué à cette tâche, comme à beaucoup d'autres. Mais cette fois le Pontifex ne pourrait pas le lui reprocher, car il l'avait lui-même déclaré. Pas son rôle. Pas sa prérogative. S'il voulait d'autres réponses, alors libre à lui de se confronter directement à Apollon.


Ma couleur : #009900
Ma plume de bord : ici
Diei vidi : Thanatos, Phantasos, Hadès, Arès, Poséidon, Athéna, Apollon, Odin
J'ai câliné : Lykeios, Asclépios, Aedan, Childéric, Esmelia, Rowena, Abrarxès, Amadeus
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1827-celestia-eminence-du-heron-de https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1716-celestia-la-princesse-aux-mille-oiseaux
PythonPythonArmure :
...

Statistiques
HP:
[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date G-bleu0/0[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date V-bleu  (0/0)
CP:
[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date G-rouge0/0[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date V-rouge  (0/0)
CC:
[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date G-jaune0/0[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date V-jaune  (0/0)
Message Re: [Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date   [Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date EmptyVen 12 Fév - 2:03
Bordel de merde.... Mais qu'est ce que c'est que ce bordel ? Je viens ici afin d'unifier les miens, de retrouver un nouveau souffle et je dois déjà gérer une crise de la sorte ? Puis, qu'est ce que ce bordel avec cette Esther ?

Les pensées de l'Augure passèrent de l'incrédulité à une colère contenue. Son regard teintait de multiples expressions et il était difficile de comprendre tout ce qui se passait dans sa tête. Sa tête se tourna vers le Pontifex quand ce dernier posa ses questions à Célestia. Attentif, il écoutait les réponses et la plupart des noms lui était tout simplement inconnu. Il connaissait l'ancien Augure d'Apollon, ayant hérité une partie de ses souvenirs. Il chercha au plus profond de lui même une chose sur cette histoire mais rien ne vint. Apollon avait dû juger cela sans importance.

Maugréant, Python prit de longues secondes afin de jauger de la situation. Si le Pontifex avait voulu déclencher une guerre, ce serait déjà fait. Il n'avait pas de doute là dessus. Toutefois, comme un oiseau protégeant son nid, il faisait face à un de ces serpents qui aimaient s'installer dans les nids pour se nourrir des enfants du ciel. L'incrédulité s'évaporant un peu, la colère contenue, une certaine contenance reprenait forme.

Une demeurée ? Certainement. Révéler ce genre de choses sans jauger de la situation est idiot. Toutefois, l'Eminence a raison sur ce qu'elle dit là, les noms cités n'ont plus aucun lien avec notre domaine sacré. Prenant une longue respiration. Il est clair que cela peut être vu comme de la trahison, n'importe quelle personne en dehors d'un Oracle le verrait ainsi.

Il s'arrêta un instant et observa la pièce dans laquelle il se trouvait. Il s'approcha alors de la table basse et prit une grenade dans sa paume. Elle était belle à n'en point douter, Zvezdan avait du goût.

Cette grenade est merveilleuse n'est ce pas ? Pourtant, si on la laisse, elle va pourrir et elle ne renaitra pas si on ne plante pas ses graines, non ? Alors.... Considérant ce fruit, on peut le comparer aux Oracles. Ils naissent avec une Ere, la font vivre et la détruisent avant qu'elle ne pourrissent. Les Tour des vents connaissent cela depuis toujours. Elle fut au coeur de plein d'empires avant de terminer à Rome dans la dernière Ere. Il posa un silence et prit deux verres et du vin, faisant signe au Pontifex de s'installer. Permettez que l'on s'installe.... Sauf toi Céléstia, laisse les grandes personnes parler.

Le ton était froid, claquant et ne souffrait aucune contradiction. Cette dernière pouvait sentir dans les yeux du Grand Prêtre d'Apollon que se lever équivaudrait à la mort. Son regard se tourna alors vers Zvezdan.

Je n'ai pas dit cela en préambule pour rien. Je comprends parfaitement votre pensée, j'ai fini dans les prisons de Ravenna à cause de cette putain de guerre. Donc.... Si vous transmettre une simple information avait permis de ne pas faire souffrir des centaines d'artistes et d'Oracles, ainsi que les vôtres, je pense que ca aurait une très bonne chose. Les pertes, les morts, n'ont pas été que dans un sens. Vous avez perdu des hommes, une guerre, mais nous aussi et le pire... C'est qu'écoutant cette histoire, je me rends compte que l'on s'est mis nous même la corde autour du cou. Silence. Mais je me suis demandé quel sens avait cela et je pense avoir compris. Apollon voulait la destruction de l'ancienne Rome, de tous les acteurs qui l'ont porté aux nues afin de permettre à la nouvelle génération de naître. Il s'est lui même sacrifié et mon prédécesseur, Cuchulainn, s'est même laisser enfermé. Pourquoi ? Je ne le sais pas. Le "comment", on l'a subi !

Sans le vouloir, il avait l'impression de retourner des mois en arrière. Les questionnements sur son enfermement, pourquoi Apollon ne venait pas le sauver ? Pourquoi laisser les siens à la merci des Saints ? Pourquoi ne pas avoir ordonner la suite du combat ? Python n'avait aucune réponse, il ne se rappelait même plus de son vrai nom. Il était juste Python. Grimaçant, il reprit son explication, enfin la sienne.

Je suis quelqu'un de pragmatique. Vous aussi je pense. Cette histoire est merdique et je ne peux vraiment répondre à toutes les interrogations que vous vous posez. Je n'ai pas les réponses comme je vous l'ai dit. Il me semble normal que vous demandiez réparation de tout cela ...

Il se tourna vers Célestia. Une question le taraudait depuis quelques secondes, il voulait savoir pourquoi, comprendre. Quand à toi, tu dis "Et ce n'était pas notre rôle de comprendre pourquoi". Pardon mais je ne savais pas qu'Apollon imposait le silence à ses sujets, surtout de réfléchir. Toi plus que tout autre devrait savoir que la liberté de conscience est une chose que les dieux nous ont offert... Réfléchir en fait parti, non ?

Apollon était un dieu mystérieux, ne parlant peu. Il était juste une lumière qui montre différents chemins, aux hommes de les choisir à leur convenance. Python sentait en lui la lumière d'Apollon et il comprenait mieux son dessein. Cette histoire était peut-être son premier test, il se posait la question. Célestia était la création d'Apollon après tout, avait elle parlé pour lui afin de le mettre en situation ?

Buvons un peu, toutes ces histoires demandent de se détendre un peu...

Il versa du vin dans chaque verre. Il était pas chez lui mais tant pis, Diogène lui avait appris que boire détendait les moeurs. Sacré Diogène !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ZvezdanZvezdanArmure :
Pontifex

Statistiques
HP:
[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date G-bleu1800/1800[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date V-bleu  (1800/1800)
CP:
[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date G-rouge1350/1350[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date G-jaune1800/1800[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date V-jaune  (1800/1800)
Message Re: [Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date   [Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date EmptyVen 12 Fév - 13:20
- J'ai déjà entendu ce discours dans la bouche d'un précédent Oracle. Je vous répondrais la même chose qu'à lui, à l'exacte mot prés : Il n'y a pas de « eux » et de « nous », à mes yeux. Ceux du passé parlaient au nom des Oracles, vous aujourd'hui parlez au nom des Oracles. Vous êtes des messagers, des voix. Condamner les actions des voix d'auparavant est une chose, mais ça n'efface rien. Le passé n'est pas aussi immuable que vous aimez le présenter. L'influencer, non, certes. L'assumer, c'est un premier pas. Mieux ? Le réparer. Je répète les mots donnés à Adonis il y a quelques semaines de ça. Puis je souris. Un sourire mauvais. L'idiotie première, c'est ce secret, plutôt que de l'avoir révélé, à vrai dire.

Une colère contenue, cachée derrière des mots qui ont perdus en violence, comparé à plus tôt. Remercie-la tout de même, Augure. C'est peut-être une idioté d'avoir parlée, mais son honnêteté pourrait bien te sauver toi et les tiens. Comment penses-tu que ça aurait tourné si c'était moi qui avait découvert ça tout seul ?

Je l'écoute. J'écoute sa métaphore, une neutralité peu convaincue sur mes traits. Je l'écoute parler des siens. J'ai du mal à voir où il veut en venir. Mais soit. Tu veux parler des tiens et de ce qu'ils sont ? Trouver une métaphore ? Soit. Je suis rodé à cet exercice-ci, moi aussi.

Doucement, je me lève. Un pas tranquille, pour contourner le divan où je suis assis, M'approcher d'un coin de la pièce, y trouver une chaise, ouvragée à l'excès, à l'image de la majorité des meubles de cette suite. Une jolie pièce d'intérieur, l'air confortable et agréable à l'oeil. Du bois solide, de l'or qui décore ça et là.

- Cette chaise est magnifique, n'est-ce pas? On la voit jolie, on la présume solide, on irait volontiers s'y penser confortablement installé en s'asseyant dessus. Un geste, pour déplacer la dite chaise. Me placer derrière, et m'accouder au dossier, dos voûté, regard fixe vers l'Augure. Et on se tromperait. Parce que ce joli petit meuble n'est que ça : joli. Il mise tout sur ses apparences, mais ses fondations sont fragiles. Un geste de la jambe. Un coup de pied sec, pour arracher un pied de la chaise, qui devient branlante. Secoue-la un peu, et tu verras qu'elle n'est pas stable. Je me redresse tout en même temps, pour ne pas perdre l'équilibre. Je le fixe. Fais l'erreur de te reposer dessus, et tu verras qu'elle n'est pas fiable. Puis, de mes bras, de mes mains, je désosse la chaise. J'enlève les pieds, j'arrache le dossier, le plie en deux, je tourne un peu sur les ornements dorés, et ils ne tardent pas à se détacher. Là encore, tout ça sans jamais le quitter du regard. Une voix, plus froide. Fais l'expérience de la mettre à l'apreuve, et tu verras qu'elle est fragile. Une concentration. Un Cosmos, faible, mais perceptible, et le cadavre du meuble s'effrite en petits copeaux de bois et en or fondu. Friable. Tu te rappelleras qu'avant d'être une pièce unique, uniforme, c'est un assemblement de pièces indépendantes. Des morceaux de bois, puis d'autres. De l'or rajouté par-dessus. L'illusion d'un Tout, d'un Un. Or, cette chaise est un Tous, un Plusieurs.

Un silence.

- Vous êtes cette chaise. Éclatés, fragilisés, desunis plutôt qu'organisés. La guerre vous a détruits. J'ai eu bien l'occasion de m'en rendre compte, en rencontrant les vôtres. Cycle, ère ? Tseh. C'est vos idées, pas les miennes. Je connais l'histoire, je sais comment ce monde fonctionne. Le nôtre, et le leur. Tombez, si vous pensez que c'est votre heure. Ce n'est pas la notre.

Ce cycle par lequel vous jurez tant, allez donc vous pendre avec.
Tous est écrit à l'avance, hein ? Alors pourquoi vivre ? Pourquoi essayer ? Pourquoi jouer, si les dés sont pipés depuis le début ?

Qu'il aille se faire foutre, le cycle. Et le Destin avec lui, par-dessus le marché. La vérité, c'est que les Hommes sont libres et que les Dieux ont inventés une prétendue Fatalité inélectuable pour nous contrôler, nous faire peur. Les empires tombent et naissent, mais rien n'est écrit. Rien ne dit qui doit tomber quand. Qui doit tomber quand ? C'est les actions qui le décident.
Alors tu m'excuseras, Augure, mais ta théorie sur la volonté d'Apollon...

- Je me fous des desseins cryptiques de votre Dieu. Je contiens mes mots, pour ne pas dire ça plus brutalement. Mais mon ton est brutal, lui. Qu'il vous sacrifie vous et les votres, s'il se fiche tant que ça de ses suivants. Moi et les miens, nous ne sommes pas ses suivants. Nous ne faisons pas la Guerre pour la perdre d'avance. Un rire, acerbe. Alors quoi, Apollon a tout prévu, c'est ça ? Dites-moi. Vous pensez qu'il a vu que j'aurais rien à foutre de ces histoires de cycle, et que je me contenterais de vous faire la guerre jusqu'à ce que la Lumière s'éteigne en guise de réparation ? Vous pensez que c'est sa manière de perpétrer le cycle?

Mon visage sourit. Un sourire désabusé. Quelque chose entre l'hilarité et le dépit.

-  « Cycle », hein. Quelle valeur est-ce que ça peut bien avoir, s'il intervient pour influer le cour des choses? Parle-moi de cycle, tiens. Fais-moi rire, Dieu du Soleil. Tseh. Nah. Non, j'ai pas soif, non. Pas d'alcool, en tout cas. Plutôt de réponses. De solutions. De rétribution.

Je m'approche, et je me rassied sur mon divan, en face de l'homme. Pas un regard vers l'autre Oracle. Elle a fait son œuvre. Le reste, c'est entre lui et moi.
Installé au fond du divan, je croise les jambes, regarde le plafond un instant. Me gratte le menton, pensif... Puis je tourne mon regard vers lui.

- Adalrik. Je veux le rencontrer. Je veux qu'il s'explique. Et selon si ses explications me conviendront ou non, j'arracherai sa tête pour la sacrifier à Arès. Une voix sans affect, un visage impassible. J'en parle comme d'une contrepartie naturelle. Je ne me vengerai pas sur vous pour les erreurs de vos prédecesseurs. Mais puisqu'ils ne peuvent pas payer, c'est vous qui épongerait leur dette.

C'est tentant, pourtant
L'idée de vous raser par simple élan de colère. Après tout, vous ne seriez pas les premiers que je veux raser pour des erreurs vieilles de plusieurs années. La vérité ? La vérité, c'est que ne veux pas d'un nouvel ennemi. J'y réfléchis, maintenant que la colère redescend doucement.
Les Saints, les Ligures, les Ases, le Roisin Dubh.
Tantôt ennemis, tantôt relations tendues, tantôt relations incertaines, tantôt alliés ambigus...
Non. Je dois... Tseh. Je dois être prudent. Mais peut-être que c'est pour le mieux.
Peut-être que je peux en retirer quelque chose.

- Votre Dieu est scellé et votre ordre à la déroute. Jusqu'à récemment, vous n'aviez pas d'Augure actif et vous avez passé des années à ramper dans les ruines d'Italie, désorganisés et dispersés. Les Oracles ont un potentiel, mais pas de structure. Pas de Discipline, pas d'ordre. Je peux vous fournir ça. Un sourire. Quand Adonis est venu me voir, j'ai convenu une entente temporaire avec les votres jusqu'à pouvoir débattre les termes d'une alliance plus concrète avec l'Augure. Vous voici donc. Alors parlons.

Je finis par porter les lèvres à une coupe, boire. Puis le fixer.

- Je suis ouvert à unir nos deux ordres. Mais je ne peux décemment pas vous proposer une alliance sur un pied d'égalité, après tout ça. J'ai besoin de garanties, de sécurités, de contingences, pour m'assurer que plus jamais ce genre d'incident n'arrive. Alors dites-moi, Augure.
Que proposez-vous?


J'ai bien ma petite idée sur la question, à vrai dire...
Mais je suis curieux d'entendre ton point de vue avant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2032-zvezdan-cardinal-de-
PythonPythonArmure :
...

Statistiques
HP:
[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date G-bleu0/0[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date V-bleu  (0/0)
CP:
[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date G-rouge0/0[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date V-rouge  (0/0)
CC:
[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date G-jaune0/0[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date V-jaune  (0/0)
Message Re: [Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date   [Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date EmptyLun 15 Fév - 18:13
Un sourire s'esquissa sur les lèvres de l'Augure alors qu'il entendit les "propositions" du Pontifex. Il comprenait sa colère, il n'aurait pas dit mieux en des circonstances contraires. Il rageait intérieurement de la folie de Célestia, comment avait elle osé révéler cela, sans en comprendre les gains potentiels ? Python était amer mais il gardait le sourire. Dans les geôles de Narsès, il avait appris la patience et aussi à prendre du recul. Les faits étaient là et s'énerver n'allait pas lui permettre de se sortir de la nasse dans laquelle Célestia les avait tous embarqué.

Après avoir laisser Zvezdan lui décrire sa pensée. Il prit le temps de poser ses idées avant de répondre.

Adalrik ne vous sera pas d'une grande aide. Il est sous le pouvoir d'un des enfants d'Hypnos. Il est enfermé dans un profond sommeil suite à une attaque du Dieu des Fantasmes. Je l'ai appris que très récemment. Lui arracher la tête est donc possible mais admettez que ce serait inutile ! Possible que vous pensiez que je mente, ce qui serait le moins, je peux vous conduire à lui. Le visage impassible, aucune trace de mensonge passait sur son visage, il n'avait pas envie de s'amuser à faire de la réthorique avec son interlocuteur. Il était pas comme ses prédécesseurs, il était "né" de la main des Saints après tout.

Dieu Scellé. Oui. Ordre en déroute. Plus aussi vrai qu'avant. Désorganisés et dispersés. Plus aussi vrai non plus. Le retour de la Tour des Vents en était le signe. L'ordre renaissait comme le Phénix mais personne en avait vraiment conscience. Il gardait cela pour lui pour l'instant.

Ces points méritent débat en effet. Avant de parler d'alliance, parlons plutôt du règlement de cette dette. Je ne compte pas m'amuser à laisser une faction nous dominer, on a assez connu avec les Saints. Il est clair que vous bougez vos pions à dessein et je note l'intelligence de la chose mais je préfère vivre comme un chien, plutôt qu'être à nouveau sous la domination de quelqu'un d'autre. Toutefois, oui, il y a eu trahison de la part de certains des nôtres. Les raisons me sont inconnues et demandent pourtant réparation. Posant un silence. Nous disposons d'une chose que bien des Factions veulent récupérer. Ce sera le prix de cette dette, pour nous une perte significative mais je pense que partir sur des bases saines est le plus important. Ce sang sera la compensation de celui que les vôtres ont perdu... Puis, regardant vers Céléstia. ... et aussi une bonne leçon à certains d'entre nous.

Un nouveau silence passa. C'était le prix à payer dans les circonstances actuelles. Les Oracles perdaient un élément important, l'une des trois grandes amphores récupérées lors de la bataille de Jamir. Mais l'inconséquence de Célestia ne laissait plus le choix. Elle avait placé les Oracles dans une position difficile et Python préférait la liberté à de nouvelles chaines, même invisibles.

Je vous le dis avec respect. Je ne suis pas sorti des geôles de Ravenna, connu les pires sévices pour laisser mon peuple subir cela de nouveau. Même de la part d'un ancien allié. Une alliance se construit. D'homme à homme, c'est un rapport de confiance. Si vous n'avez pas confiance, même si je vous donnais les meilleurs sentiments, cela ne servirait à rien. La question n'est pas actuellement de mettre une alliance où l'un commanderait l'autre. Cette forme de vassalisation, notre ordre l'a combattu quand les Saints l'ont souhaité. Si vous vous allez dans ce sens, ce sera non.

Python ne comptait pas entrer dans une alliance de la sorte. Il n'en avait aucune envie et il était déterminé à aller dans ce sens. Célestia et les autres avaient fait d'immenses conneries certes. Cependant, Zvezdan n'avait pas à affaire à un Noble en mal de guerre ou ne comprenant pas ce que voulait dire être soumis à la dictature d'un autre, à ses folies et ses envies du moment.

Nous ne serons plus les esclaves de quiconque...

Le propos était froid. Python comprenait les doutes du représentant d'Arès. Il les comprenait plus que quiconque mais il n'était pas du genre à accepter n'importe quoi.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CélestiaCélestiaArmure :
Héron de Notos (Sud et Été)

Statistiques
HP:
[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date G-bleu1650/1650[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date V-bleu  (1650/1650)
CP:
[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date G-rouge750/750[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date V-rouge  (750/750)
CC:
[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date G-jaune1350/1350[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date V-jaune  (1350/1350)
Message Re: [Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date   [Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date EmptyLun 15 Fév - 19:25
Le sang se retirait peu à peu du visage de l’Éminence, à les écouter monnayer les vies comme on fait son marché sur l'étal du boucher. La colère du Pontifex était légitime, elle l'avait attendue, mais elle avait espéré bander la plaie avec son aveu. Éventuellement, endurer la douleur pour que les autres n'en entendent jamais parler.

Pourtant... la nymphe sursauta en voyant le sort réservé à la chaise. Un simple meuble qui avait autrefois été arbre, minerai, travail. Et le résultat donnait... les Oracles ? Non contente d'être humiliée par son propre Augure, voilà à quoi on réduisait ses efforts ?

Une bouffée de révolte monta en son cœur, qu'elle réprima vaille que vaille. Faire bonne figure tant que la discussion était en cours. Mais rester inactive, non. S'occuper les mains et l'esprit lui permettrait de rester à la surface de sa raison, de ne pas sombrer dans cette colère et cette injustice qui hurlaient en elle. Pourquoi Python ne voulait-il pas comprendre ? Athéna en espionnage chez les Berserkers, c'étaient autant d'adversaires défaits avant même d'avoir affronté ces Saints qui l'avaient jeté en prison et lui avaient infligé "les pires sévices". C'était rendre service à leurs ennemis ! A moins qu'on daignât ENFIN lui expliquer le fond des choses, la jolie blonde ne croirait pas un seul instant aux bienfaits d'avoir gardé ce secret, ce silence.

Cheminant sur le fil d'une douleur mentale écrasante, la fille du Soleil avança vers la chaise détruite et abandonnée. Elle s'agenouilla près des morceaux, les rassembla, les étudia. Une fois la structure à peu près comprise, elle entreprit de les repositionner convenablement et fit appel au bois sous le vernis, à l'essence primaire des matériaux qui un jour avaient crû sous les rayons solaires, le vent, la pluie, les saisons. Sous ses doigts, les cassures furent comblées par de nouvelles branches qui s'enlacèrent comme des frères et des sœurs trop longtemps séparés. La chaise en redevint une, moins belle, mais plus solide, comme si ses différents membres se juraient de ne plus jamais se laisser tomber. Et à chaque pied, qui se dressait de nouveau fièrement, la belle égrenait dans sa tête ce qu'elle souhaitait pour souder aussi durablement les Oracles. Réparer. Guérir. Faire confiance. Communiquer. L'assise de la chaise devint Vérité, et le dossier Compassion.

Quand elle en arriva à ramasser la poussière d'or qui constituait les ornements, elle entendit Python vendre Adalrik sans aucune retenue. Un autre secret de plusieurs années éventé en quelques secondes. Mais lui ne prenait guère de risques : il trahissait la vie d'une personne qui ne représentait rien du tout pour lui. Ne portait aucun poids sur la conscience, aucun souvenir. Du sang, pour racheter encore plus de sang. Où était la Lumière dans tout cela ? En quoi toutes les victimes seraient-elles pardonnées ? En quoi les Oracles répandaient-ils l'élévation de l'esprit, l'amour des arts, et l'amélioration de l'être humain ?

Dos aux deux hommes, les paillettes dorées dans ses mains lui semblèrent tout à coup cendres et os brisés. Encore et toujours.

***Est-ce ce que vous vouliez Adalrik ? Est-ce ce qu'Il voulait ?***


Ma couleur : #009900
Ma plume de bord : ici
Diei vidi : Thanatos, Phantasos, Hadès, Arès, Poséidon, Athéna, Apollon, Odin
J'ai câliné : Lykeios, Asclépios, Aedan, Childéric, Esmelia, Rowena, Abrarxès, Amadeus
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1827-celestia-eminence-du-heron-de https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1716-celestia-la-princesse-aux-mille-oiseaux
ZvezdanZvezdanArmure :
Pontifex

Statistiques
HP:
[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date G-bleu1800/1800[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date V-bleu  (1800/1800)
CP:
[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date G-rouge1350/1350[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date G-jaune1800/1800[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date V-jaune  (1800/1800)
Message Re: [Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date   [Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date EmptyLun 15 Fév - 19:37
- Comme c'est arrangeant.

Un agaçement dans la voix, un sourire acerbe au visage. Endormi, hein... Le hasard est un doux sauveur, pour ceux à qui je devrais couper la tête ici bas. Faenor l'amnésique, Adalrik l'endormi, Velya le comateux... Vont-ils tous trouver un moyen de se défiler ? Des excuses, des prétextes, tout un tas de choses pour qu'ils ne puissent pas répondre de leurs actes, tout un tas de choses pour que je ne puisse pas appliquer sereinement la si simple et si efficace Loi du Talion.
Quelle bonne étoile veille donc sur vous tous ?

Sans plus de mot sur cette affaire, je garde mes pensées pour moi et j'écoute la suite. Je l'écoute parler. J'écoute ce vain orgueil que ni lui ni les siens n'ont le luxe d'avoir. Et je garde mon sourire. Tu ne comprends pas, n'est-ce pas ? Ni toi ni elle. Ni personne d'autre, très visiblement. Peut-être que je devrais arrête de gaspiller ma salive.
Peut-être que ça serait plus simple, de me conformer à ce que ces gens là dehors attendent des Berserkers. Plonger dans le chaos, l'apporter sans raison ni logique, faire couler le sang et hurler les voix. Peut-être que ça serait infiniment plus simple, oui.

- Si je voulais de vous comme esclaves, nous n'en serions pas au dialogue, là maintenant. Nous en serions à une chaîne autour de votre cou et celui de votre sotte de protégée, sans plus de cérémonie.

N'oublie pas qui je suis, Augure. N'oublie pas qui nous sommes. Nous sommes les Berserkers d'Arès. Le jour où la violence sera l'unique solution restante pour régler notre problème commun, il n'y aura pas de dialogue, pas d'honneur, rien. Il n'y a aura qu'une brutalité sans codes ni limite, roublarde et traître, pragmatique et totale. Il n'y aura que le sang coulé pour éponger votre dette, que corps et esprits brisés pour les remodeler selon nos besoins.
Rien de plus, rien de moins.

- L'heure à la confiance est passée depuis bien longtemps. Vous pensez très sérieusement être en position de me demander ma confiance après tout ça ? Poses-toi les bonnes question. Je l'ai dit à votre jouet : La confiance ne se demande pas, elle se mérite. Vous n'en méritez rien, présentement.

Une voix sans affect, une voix de faits froids et concrets.

- Vous méritez toute ma méfiance, à l'inverse. Dans le jeu auquel nous jouons, les enjeux sont trop forts pour que les alliances se construisent sur « une confiance d'homme à homme ». Je le fixe d'un regarde qui perce. Que dira le trahi à ses hommes, quand le traître frappera dans leur dos ? « Je lui faisais confiance » ? Que dira l'abandonné à ses ouailles, quand le faible battera en retraite au lieu de soutenir son allié ? « Je pensais qu'ils nous aideraient » ?

Nous sommes en Guerre. Que penses-tu que je puisse te donner, après ce fiasco ?

- Ce sang ne saurait suffire à éponger la dette. Ce sang ne me garanti rien pour le futur, ne me dit pas que les erreurs du passé ne seront pas répétées. Que pensez vous ? Que le prix de la tromperie et des fautes pourra indéfiniment être payé à coup de présents ? Un bout d'armure par-ci, une amphore par là, on oublie et on recommence? Sourcil arqué, je l'observe en silence un instant. Vous voulez ma confiance ? Elle n'est pas à vendre. Elle ne s'obtient pas simplement à coup de cadeaux. Donnez-moi plutôt des garanties. Des raisons de croire en vous.

Tu veux ma confiance ? Travaille pour l'obtenir. Ne te repose pas sur vos victoires passées pour me refiler un de vos butins de guerre et penser rayer la dette. Ce Sang peut bien être important... Il ne rachètera pas celui de ceux qui se sont battus dans le vent. Il ne rachètera pas la confiance perdue.

- Je veux qu'un Berserker vous suive à Rome et puisse servir d'ambassadeur entre nos deux ordres sur vos terres. Pareillement, je veux qu'un Oracle nous suive en Transylvanie pour avoir un rôle égal par chez nous. Ainsi, deux côtés quelqu'un pour dialoguer, transmettre, assister. Des deux côtés, quelque chose à perdre, pour donner de vraies bonnes raisons à ce que chacun reste honnête et en bon termes.

Tu vois, je fais même un effort pour me mouiller aussi dans cette affaire...

- Cette sécurité dans les deux sens mise à part... Tôt ou tard, vous devrez payer le prix du sang. Non pas du sang sacrifié dans une cause vaine ou dans un récipient, mais du sang pour nos desseins. Vous nous devrez votre soutien total et indéféctible lors d'une de nos entreprises, comme celui que vous avez eu en Italie de notre part. Grand Prince que je suis, je veillerai à ne pas vous lancer tête la première dans la gueule du Loup.

Contrairement à vous.

- La confiance se gagne à coup d'équivalence. Nous avons saigné pour vous, vous saignerez pour nous. Nous avons des intérêts chez vous, vous en avez chez nous.

Rien n'empêche de planter l'homme à qui l'on a fait un cadeau l'an dernier.
L'on y réfléchit à deux fois, quand il s'agit de l'homme avec qui l'on a versé le sang, avec qui l'on travaille la terre. L'homme à qui l'on a confié l'un de nos enfants.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2032-zvezdan-cardinal-de-
PythonPythonArmure :
...

Statistiques
HP:
[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date G-bleu0/0[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date V-bleu  (0/0)
CP:
[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date G-rouge0/0[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date V-rouge  (0/0)
CC:
[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date G-jaune0/0[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date V-jaune  (0/0)
Message Re: [Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date   [Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date EmptyDim 21 Fév - 16:15
Pensif, Python avait écouté le discours de son pair dans les ordres divins de ce monde. Il ne fit rien pour l'interrompre, constatant qu'il répétait ce qu'il venait de dire sur la notion de confiance. Oui, celle-ci ne se méritait pas comme cela et il n'avait jamais dit le contraire. Amusé, il se décidait à ne pas relever cela pour se concentrer sur la suite, beaucoup plus intéressante.

Un chose était à relever. Il demandait un échange d'ambassadeurs. Mais les Oracles n'avaient plus les moyens humains qu'ils avaient auparavant. Ils n'étaient plus aussi nombreux et disposer à mettre en place des ambassades comme cela. Prenant le verre, il le renifla un instant afin d'humer l'air qui s'en dégageait. Il aimait ce doux parfum légèrement sucré et amer en même temps.

Vous vous méprenez. Je ne pense pas que cela lave la faute des nôtres. Pour le reste, cela peut aller dans le bon sens, je dois avouer que mon humeur envers Athéna n'est pas positive. Sang pour sang. Si c'est cela que vous exigez en retour, je suis prêt à l'accorder. Il but une gorgée de vin. Pour en venir à votre proposition d'un échange d'ambassadeurs, je me dois d'émettre une grosse réserve. Comme vous le savez, nous sommes en phase de réorganisation et je souhaite savoir qui ira ou non, selon quelles modalités. Un ambassadeur est là pour défendre le point de vue de la Faction qu'il représente après tout, même si je ne m'y connais guère dans l'art de la diplomatie.

Il se tourna vers Celestia, un sourire aux lèvres. La Chlamyde de cette dernière sentait d'étranges pulsions cosmiques. C'était comme si elle se liait au cosmos de l'Augure, un lien étrange et proche du divin. Communiquant avec elle, Python laissa quelques chants invisibles filtrer de ses lèvres afin de donner des ordres à l'Eminence.

Célestia, je te demande à l'avenir de ne plus jamais parler des affaires de notre Clan. Cet interdit te commande de ne pas parler des secrets de notre Faction sans autorisation de ton Augure. Par ce Geas, je t'impose cette loi. Si par nature tu venais à le briser de ton plein consentement, tu ne serais plus une des nôtres. Tu seras alors jetée au Colisée.

Une marque solaire se posait sur la poitrine de la demoiselle. Une légère radiance scella le tout et disparut. Retournant son attention vers le Pontifex, il continua.

Méfiance, elle est là. On va pas tourner autour du pot pendant des heures. Je vous enverrais mon ambassadeur une fois que j'aurai fait le point sur nos propres forces, je ne le peux. Pour le reste, comme dit, la preuve se fera par les actes. Si vous avez besoin de nous pour faire couler le sang, qu'importe lequel du moment qu'il s'agit pas du nôtre, nous serons là.

La sémantique était importante. Il préférait que les mots soient clairs. Et il n'était pas diplomate, il y avait là un accord potentiel et la possibilité de repartir sur de nouvelles bases. Il embrassait donc cette aide venue du ciel.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
[Mi-mars 553] Un dialogue attendu de longue date
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Libro Scripturae :: Britannia :: Camelot :: Haut-Pavé-
Sauter vers: