Votez
I
II
III
IV
V


Mai 553 AD
 
Partagez
 

 [Mi-Mars 553] Rien ne pèse tant qu'un secret [PV Selena]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Le ConteurLe ConteurArmure :
Inconnue
Message [Mi-Mars 553] Rien ne pèse tant qu'un secret [PV Selena]   [Mi-Mars 553] Rien ne pèse tant qu'un secret [PV Selena] EmptyLun 8 Fév - 9:41
Depuis l'annonce de la nomination de ce fameux Conseil, aucune vague n'avait été faite au Pilier de l'Antarctique. Le calme plat régnait faisant présager aux vétérans l'approche d'une tempête. Partout ailleurs, des tensions émergeaient alors que les différents Conseillers se rendaient aux Piliers à leur charge. Parfois, les Généraux déjà en poste sur place leur tenaient tête. Ailleurs, là où ces postes étaient vacants, les hommes étaient à la fois heureux de voir la hiérarchie militaire restaurée, mais aussi méfiants de constater que ce n'était plus un membre de l'Amirauté qui s'occupaient d'eux.
Mais le Sénateur Rodolpho Marsyne? Personne ne l'avait vu en Antarctique.

On l'avait vu au Pilier d l'Océan Indien, à s'entretenir avec le Primus Senator Ahran Sefirot. On l'avait vu faire des aller-retour entre le Sénat et la demeure des Marsyne, à demander certains documents, à rencontrer certaines personnes. Sa mission de contrôler l'activité du Général Cassandra semblait être partie aux oubliettes. Il fallait dire que pour beaucoup, ce Sénateur était une figure énigmatique, venue du lointain domaine des Marsyne dans les eaux glaciales du Sud. Un lieu reclus et isolé volontairement des affaires de l'Empire, où mille et unes superstitions subsistaient.
Certains cependant dans les rangs des officiers l'avaient connu. Le jeune homme avait intégré l'académie militaire d'Atlantis il y a plusieurs années. C'était de cette époque qu'il connaissait Ahran Sefirot. La relation entre ces deux hommes pré-datait de beaucoup leur entrée au Sénat. Rodolpho était cependant bien plus discret que son ami. Prudent et mesuré, il était la glace opposée aux flammes du Sefirot. On disait également sa conversation aussi envoûtante que déroutante. Un véritable caméléon qui se fondait dans n'importe quel environnement social. Avec lui, personne ne savait sur quel pied danser.

Les gardes de l'Antarctique furent donc pris de court de le voir, un beau matin, sur le pas de leur porte, avec un groupe de gardes du Sénat.
Il était un Sénateur, un Marsyne, un membre du Conseil. Ses mots ne souffraient pas de remise en question. Rodolpho exigea que le Général Cassandra soit averti promptement de sa présence, et qu'il souhaitait la rencontrer pour s'entretenir avec elle dans les plus brefs délais. Pour éviter que la jeune Sedna n'ait le temps de se préparer, il insista pour accompagner les membres de la Capitainerie de l'Antarctique jusqu'à l'intérieur du Pilier. Son pas sonnait, assuré, sur le marbre des couloirs du domaine. Il savait où il allait, et ce qu'il voulait.

Cassandra pouvait se rappeler de lui. Oui, ce jeune garçon des Marsyne, un cousin de plusieurs degrés de Séléna. Il venait, parfois, du lointain domaine familial, lors des réceptions et célébrations d'importance à Atlantis. Mais Rodolpho était assez souvent mis à l'écart. On parlait de sombres histoires de famille, murmurées à demi voix, d'une spécificité qui le mettait à part... Un mouton noir. Une déception. Il n'avait jamais réussi, malgré son entrainement à la maîtrise de l'Onde, à hériter d'une Scale. Il avait ignoré les vœux de ses parents pour se consacrer à la politique. Tant et tant de déconvenues que, jusqu'à récemment, son nom avait été subtilement retiré des registres et des conversations chez les Marsyne. Comme s'ils souhaitaient oublier jusqu'à son existence.
Mais lui n'avait pas oublié. Et a présent qu'il était de retour chez les siens, ceux-là même qui avaient si longtemps détourné le regard de lui, plus aucun ne savait ce qu'il pouvait bien préparer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SelenaSelenaArmure :
Scale des Lyumnades

Statistiques
HP:
[Mi-Mars 553] Rien ne pèse tant qu'un secret [PV Selena] G-bleu0/0[Mi-Mars 553] Rien ne pèse tant qu'un secret [PV Selena] V-bleu  (0/0)
CP:
[Mi-Mars 553] Rien ne pèse tant qu'un secret [PV Selena] G-rouge0/0[Mi-Mars 553] Rien ne pèse tant qu'un secret [PV Selena] V-rouge  (0/0)
CC:
[Mi-Mars 553] Rien ne pèse tant qu'un secret [PV Selena] G-jaune0/0[Mi-Mars 553] Rien ne pèse tant qu'un secret [PV Selena] V-jaune  (0/0)
Message Re: [Mi-Mars 553] Rien ne pèse tant qu'un secret [PV Selena]   [Mi-Mars 553] Rien ne pèse tant qu'un secret [PV Selena] EmptyMer 10 Fév - 10:01
Les doigts frôlaient les pages avec douceur, précautionneux, soucieux des trésors conservés en ces lieux. Comme à son habitude, le Roselin s’abreuvait de leurs savoirs, s’enivrait des histoires d’autrefois ; cet échappatoire naissait d’une fascination débordante, dépourvue de toute fissure. Ce repos de fortune représentait bien plus que n’importe quelle maisonnée, des gloires après lesquels certains s’évertuaient à courir.

Un vase, somme toute, fragile.

Absorbée par cette lecture maintes fois parcourue, la demoiselle resta sourde aux premiers appels externes. Ce retour à la réalité entachait, sans l’ombre d’un doute, les rêves cachés. Pour autant, l’ordre s’éleva aussitôt, accordant ainsi le droit d’entrée ; une tanière dans un pilier. Nulle stupéfaction ne se greffa sur ses traits, alors que le sénateur pénétrait dans la pièce sous les regards inquiets.

Une visite surprise ; un presque guet-apens qui ne l’embarrassait aucunement. Cette rencontre ou, plutôt, ces retrouvailles, Cassandra le présageait depuis un moment, sans en connaître le quand : le Conseil prenait les premiers pions. En outre, la masse roussâtre se releva, quittant sa chaise, et déposa l’ouvrage sur une planche. Délicate, là encore. Les Lyumnades épousant son corps, elle s’abandonna aux salutations d’usage, avant de l’inviter à prendre place.

— Soyez le bienvenu. Installez-vous.

D’un regard, d’une tête hochée, Cassandra intime aux accompagnateurs de s’en aller. Sa présence, pour unique garde, suffisait amplement et rien de se produirait sur ses terres, car les siens veillaient au grain.

— J’imagine que vous êtes pas venu jusqu’ici pour prendre, voire donner des nouvelles, mais comment vous portez-vous Rodolpho ? Cela fait plusieurs années que nous ne nous sommes plus croisés, après tout.

Derechef, la porte s’ouvrit sur une servante, bientôt rejointe par la générale. Un échange de plateau, des remerciements, et déjà quitte-t-elle la pièce, laissant seuls les deux connaissances. Les breuvages déposés, elle reprit alors :

— Je vous écoute, sénateur.

Parce que si l’un et l’autre n’étaient qu’une même personne, il subsistait une différence entre Rodolpho, l’enfant prostré dans un coin, et le sénateur qui l’approchait pour des raisons politiques évidentes.

À lire:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2012-selena-marsyne-les-lyumnades
Le ConteurLe ConteurArmure :
Inconnue
Message Re: [Mi-Mars 553] Rien ne pèse tant qu'un secret [PV Selena]   [Mi-Mars 553] Rien ne pèse tant qu'un secret [PV Selena] EmptyJeu 11 Fév - 19:02
Dès son entrée, Rodolpho posa un regard tout particulier sur le Général qui se tenait devant lui. Ses pupilles à l'étrange teinte améthyste détaillèrent la silhouette de la jeune femme qui portait la Scale des Lyumnades. Imperceptiblement, ses pupilles se firent plus dures. Ses sourcils, imperceptiblement, se froncèrent. Il cherchait quelque chose, et déjà n'aimait pas ce qu'il avait trouvé.

La gardienne des lieux invita le Sénateur à s'installer. Ce dernier le fit, non sans avoir pris son temps pour observer les alentours. Il avait répondu à la salutation de la Sedna d'un simple mouvement de tête. Par mépris du protocole ou simple manque d'intérêt? Difficile de l'affirmer. Une fois seuls, Rodolpho finit cependant par faire entendre sa voix pour répondre à la question de son interlocutrice. Signe que, malgré tout, les notions de politesses n'étaient pas entièrement perdues avec cet homme.

« J'apprécie votre sollicitude, Cassandra. Ces dernières années n'ont été tendres avec personne, mais les circonstances sont ce qu'elles sont... Il nous faut en faire abstraction pour accomplir notre devoir. Je gage qu'il en est de même pour vous? »

La porte s'ouvrit pour laisser entrer une servante avec des rafraichissements. Rodolpho ne prononça pas la moindre parole avant que celle-ci n'ait bien fermé la porte de l'étude où cette réunion informelle prenait place. Il remercia d'un hochement de tête Cassandra lorsqu'elle déposa devant lui de quoi se rafraichir, mais ne fit cependant aucun geste pour saisir sa boisson. La méfiance restait le maitre mot, de part et d'autre.
Puis vint le moment de commencer les hostilités.

« J'ai de nombreuses question à vous poser... Mais à présent que vous vous tenez devant moi, l'une d'elles dépasse toutes les autres par son importance. »

Les yeux du Marsyne transpercèrent ceux de Cassandra. Ses iris étaient dansantes, luisantes. Un éclat irréel les habitait en cet instant. Et alors que ce troublant regard faisait naitre une désagréable sensation dans son torse, le couperet tomba.

« Qui êtes-vous? »

La seule question qui méritait d'être posée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SelenaSelenaArmure :
Scale des Lyumnades

Statistiques
HP:
[Mi-Mars 553] Rien ne pèse tant qu'un secret [PV Selena] G-bleu0/0[Mi-Mars 553] Rien ne pèse tant qu'un secret [PV Selena] V-bleu  (0/0)
CP:
[Mi-Mars 553] Rien ne pèse tant qu'un secret [PV Selena] G-rouge0/0[Mi-Mars 553] Rien ne pèse tant qu'un secret [PV Selena] V-rouge  (0/0)
CC:
[Mi-Mars 553] Rien ne pèse tant qu'un secret [PV Selena] G-jaune0/0[Mi-Mars 553] Rien ne pèse tant qu'un secret [PV Selena] V-jaune  (0/0)
Message Re: [Mi-Mars 553] Rien ne pèse tant qu'un secret [PV Selena]   [Mi-Mars 553] Rien ne pèse tant qu'un secret [PV Selena] EmptyMer 3 Mar - 19:59
D’une main habile, la Générale empoigna l’anse du contenant, versa les herbes diluées de l’Antarctique dans les tasses précédemment apportées, tandis qu’une oreille attentive captait l’intégralité des remarques. En ces heures sombres, ils n’aborderaient pas les souvenirs des jeunes années, passées dans quelques banquets, mais entreraient, sous peu, dans le vif du sujet.

Lui et elle.

— Nous agissons dans l’intérêt d’Atlantis et de sa population, en effet.

Comme à l’accoutumée, les mystères planaient sur la maisonnée. Une caractéristique connue des rares qui s’y intéressaient d’un peu trop près, se risquant à les approcher. En qualité de Marsyne, le Sénateur Rodolfo n’y faisait guère exception ; les rejetons d’une famille stricte, renfermée et conservatrice ne pouvaient aller que dans deux directions. En cela, Selena acquiesçait dans ses propres pensées, tout comme elle supposait le sens de cette question incongrue. L’origine de cette information possiblement donnée restait, toutefois, une ombre persistante et, à celle-ci, deux réponses venaient à son esprit.

Une capacité, une taupe dans les environs.

La Gardienne délesta la tasse de son breuvage, le savourant par la même occasion, avant que la céramique ne tinte en rencontrant la table. Si Rodolfo avait des questions, elle y répondrait, autant qu’elle espérait qu’il éclaircisse les points qui méritaient de l’être selon ses propres critères.

Chaque chose en son temps.

De ce contact visuel, la demoiselle conserva l’une de ses hypothèses, reléguant l’autre à la seconde position. Pour l’heure, rien n’était gravé dans le marbre et les intuitions ne faisaient, fort heureusement, pas tout. De surcroît, les interrogations baignaient dans une clarté factice.

— Je suis l’actuelle gardienne du pilier de l’Antarctique, porteur des Lyumnades, et des Telchines jadis. Contrairement à mes compères, mes tâches sont vouées à me salir les mains pour assurer la protection d’Atlantis. J’arpente les ombres, en somme. Nous ne sommes pas tous faits pour vivre dans la lumière.

Une tête penchée sur le côté, à peine perceptible, signe d’une incompréhension probable ; son regard ne lâchait, cependant, pas le sien, inquisiteur à ses heures. Elle qui, d’ordinaire, dansait avec les souvenirs et les trépassés, traitait dernièrement avec des êtres bien singuliers.

— Mais ces informations apparaissent dans les documents que vous avez, sans doute, en votre possession. Que voulez-vous savoir exactement ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2012-selena-marsyne-les-lyumnades
Le ConteurLe ConteurArmure :
Inconnue
Message Re: [Mi-Mars 553] Rien ne pèse tant qu'un secret [PV Selena]   [Mi-Mars 553] Rien ne pèse tant qu'un secret [PV Selena] EmptySam 6 Mar - 23:18
Les paupières de Rodolpho Marsyne se plissèrent à la réponse du Général des Lyumnades. Les faits qu'elle lui livrait pouvaient difficilement être contestés. Pourtant, même la vérité pouvait servir le faux. Quoi de mieux qu'une couche de vernis pour cacher la pourriture qui rongeait un bois? Mais si c'était à ce jeu-là auquel elle voulait se livrer, le Sénateur risquait de fort rapidement renverser les rôles. Ses prunelles violacées restèrent plantées dans celles de Cassandra, pendant que ses paroles filaient, jouant le jeu de la mascarade comme son hôte le souhaitait.

« Votre nom n'est pas inconnu, ni à moi, ni à Atlantis. Je suis bien au fait de vos états de service. Il est difficile d'ignorer vos faits d'armes lors des combats à Ker-Ys... Et à titre personnel, je me souviens encore de brèves conversations que nous avons eu, par le passé, dans le domaine des Marsyne à Atlantis. A l'époque, la jeune fille qu'était Cassandra m'intriguait. »

L'enquête purement factuelle à laquelle Rodolpho s'était livré ces derniers jours lui avait déjà appris tout ce qu'il avait besoin de savoir sur l'énigmatique figure de Cassandra. Ou du moins tout ce à quoi on lui avait donné accès. Insuffisant, pour le perfectionniste qu'il était. Mais un regard avait suffit à avouer ce que mille mots et lettres n'auraient pu lui livrer. Une certitude dont il ne tarda pas à user pour asséner un coup décisif.

« Mais vous n'êtes pas Cassandra Sedna. »

Les doigts du Marsyne se serrèrent sur les accoudoirs de sa chaise. Une vérité, redoutée, qui laissait entrevoir davantage. Rodolpho savait qu'il tentait ainsi le sort, en demandant à ce que s'ouvre cette boite de Pandore. Mais la prudence avait été, pour une fois, laissée au pas de la porte de ce domaine. Peut-être la témérité d'Arhan avait-il influencé son vieux compagnon. Ou peut-être cette affaire le touchait-elle plus particulièrement que d'autres.
L'air dans la pièce commençait à se refroidir. Le Cosmos de Rodolpho s'élevait, lentement, comme un avertissement de la déferlante glaciale qui pouvait s'abattre, au prochain faux pas. Un mensonge. Une dérobade. La porteuse de la Scale était agile de son verbe. Mais le Sénateur n'avait pas le temps de jouer au jeu du chat et de la souris.

« Je vous pose donc à nouveau cette question. Qui êtes-vous? »

La question ne serait pas posée une troisième fois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SelenaSelenaArmure :
Scale des Lyumnades

Statistiques
HP:
[Mi-Mars 553] Rien ne pèse tant qu'un secret [PV Selena] G-bleu0/0[Mi-Mars 553] Rien ne pèse tant qu'un secret [PV Selena] V-bleu  (0/0)
CP:
[Mi-Mars 553] Rien ne pèse tant qu'un secret [PV Selena] G-rouge0/0[Mi-Mars 553] Rien ne pèse tant qu'un secret [PV Selena] V-rouge  (0/0)
CC:
[Mi-Mars 553] Rien ne pèse tant qu'un secret [PV Selena] G-jaune0/0[Mi-Mars 553] Rien ne pèse tant qu'un secret [PV Selena] V-jaune  (0/0)
Message Re: [Mi-Mars 553] Rien ne pèse tant qu'un secret [PV Selena]   [Mi-Mars 553] Rien ne pèse tant qu'un secret [PV Selena] EmptySam 13 Mar - 19:30
Les orbes smaragdins s’embrumèrent aux remembrances de Ker-Ys. Subito, les propos prenaient une autre tournure et le Sénateur s’embourbait dans un monologue absurde ; ces informations n’étaient pas conformes et, superflues de nature, elles fardaient les raisons de sa venue. Une profonde amertume s’inscrivit dans ses pupilles, oubliant jusqu’au contact des Lépidolites maintenu en face. Elles se fixaient, toutefois incapables de, mutuellement, se percevoir.

— Mes actions lors des combats de Ker-Ys ne sont pas aussi louables que vous l’insinuez, Sénateur. Ce que vous considérez comme des faits d’armes ne sont que des échecs à mes yeux. Les Lyumnades venaient de me choisir, peut-être parce que cette bataille approchait, qui sait. Toujours est-il que je n’étais pas à la hauteur et que mes échecs ont coûté des vies.

Une pause, une demi-seconde ; les cadavres, les déformations et le grenat qui s’éparpille n’avaient jamais quitté sa tête, pas même une seconde. C’était précisément pour cela qu’elle s’était enfermée, s’était infligée les images du passé : pour en tirer des leçons, des solutions.

— Vous devenez Général, protecteur et guide des vies sous vos ordres, outre vos anciennes attributions. Vous avez des responsabilités et, pourtant, vous restez immobile et laissez le sang des vôtres couler dans une bataille dont vous ignoriez tout. Ces images, leurs noms et leurs visages sont gravés, alors je vous prierai de ne pas qualifier ce désastre de fait d’armes.

C’était frustrant, douloureux. Cette faute, elle en avait conscience : la Sentinelle ne pourra pas l’effacer. Une sonorité tranchante, glaçante, autant que ces visions glaçaient son propre sang ; la mention d’une prouesse lors de ce conflit ne revenait qu’à fermer les paupières, à oublier ceux qui avaient été laissés derrière.

Inspire, expire.

Membranes closes, la demoiselle remplit ses poumons d’air ; une respiration froide, commandée par l’aura de Rodolpho. Cet avertissement arrivait à son destinataire désigné, mais certaines choses ne devraient pas être dites, et force était de supposer que le Marsyne n’y était pas étranger.
Derechef, elle ouvrit les yeux, esquissa les prémices d’un sourire, tandis qu’elle se remémorait la silhouette enfantine que tous évitaient, lors des rares évènements de la maisonnée.

— Je me souviens également du garçon discret que vous étiez, que personne n'approchait pour des raisons idiotes, des quelques discussions que vous avions à l’époque.

Enfin, vint un soupir.

— La petite fille aux brèves conversations n’a pas changé, Rodolpho. Elle a toujours vécu en tant que Cassandra Sedna et tout cela est bien son histoire. Cette petite fille, elle est devant vous aujourd’hui. Désormais, elle a des responsabilités et a déjà fait des erreurs par le passé, à commencer par les pertes humaines à Ker-Ys. Elle ne peut cependant pas agir de manière inconsidérée, parce que cela compromettrait ce pour quoi elle se bat, ce qu’on lui a confié. Certains secrets sont faits pour le rester, je pense que vous le savez. Sachez seulement que je suis toujours cette petite fille qui veillait en silence à l’époque et que je reste proche.

D’un geste lent, la tasse remonta à portée de ses lèvres, trempant dans le breuvage avant de reprendre sa place. Cette réponse que l’homme espérait entendre au point d’en devenir menaçant, Cassandra n’y apporterait aucune solution véritable, car, dans cette question ne gisait qu’une curiosité personnelle. Cela n’entrait pas dans la sphère de leurs présentes affaires.

— J’espère que vous saurez vous contenter de cette réponse, aussi maigre soit-elle, car je ne prendrai pas le risque de mettre en danger la sérénité de la cité… Maintenant que vous êtes rassuré sur la femme qui vous fait face, peut-être pourrions-nous entrer dans le vif du sujet ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2012-selena-marsyne-les-lyumnades
Le ConteurLe ConteurArmure :
Inconnue
Message Re: [Mi-Mars 553] Rien ne pèse tant qu'un secret [PV Selena]   [Mi-Mars 553] Rien ne pèse tant qu'un secret [PV Selena] EmptyJeu 18 Mar - 22:35
Rodolfo ne s'était visiblement pas attendu à une telle réaction de la part de Cassandra, à la mention de Ker-Ys. La réalité est bien sur toujours bien différente des rapports écrits aux lendemains de telles batailles... Le Marsyne n'ignorait pas cette vérité. Et, au travers de sa méfiance, il sentait de la sincérité dans les propos de celle qui se tenait devant lui. Ses paroles résonnaient en lui, qui connaissait également le poids des morts qui, parfois, refusaient de lâcher prise sur les survivants du charnier.

Alors il resta silencieux. Il écouta, avec respect, même après son ultimatum. La température de la pièce, qui avait chuté, remonta progressivement. Mais un dilemme demeurait. Pouvait-il se fier à cette étrange impression? Même si cela allait à l'encontre de la mission que Arhan lui avait confié? Contre ce qu'il tenait de plus cher? Un choix devait être fait. Entre le cœur et la raison.
Et Rodolfo Marsyne avait déjà fait ce choix, il y a bien longtemps.

Après un silence, le jeune homme ferma les yeux et prit une profonde inspiration. Lorsqu'il les rouvrit, toute trace de doute s'était volatilisée de ses améthystes étincelantes.

« Non. C'est inutile. Il n'y a plus rien à discuter. »

Le membre de Conseil se leva sans avoir touché à son breuvage. De sa hauteur, il observa le Général des Lyumnades. Surement n'était-ce pas là la réponse qu'elle espérait. Mais pour la paraphraser... C'était la seule qu'il pouvait lui donner.

« Je suis venu ici en quête de vérité. Pour savoir si les actes du Légat avaient eu des répercussions jusqu'en Antarctique. Pour savoir si je pouvais me fier à vous, qui portez sur vos épaules l'héritage de mes ancêtres... Et vous vous présentez à moi sous le couvert d'une illusion. En me demandant de croire qu'il s'agit là de votre devoir, avec votre seule parole comme garantie. Mais même si cela est vrai... Alors votre mission est tout simplement incompatible avec la mienne. »

Une certaine amertume transpirait de la voix de Rodolpho. Un regret qu'il ne pouvait tout à fait réprimer. Pas pour son choix, non. Mais pour les conséquences qui allaient surement en découler. Car si le Marsyne pouvait avoir la patience d'attendre et d'observer jusqu'à ce que sa cible fasse un faux pas... Il ne pouvait en dire autant du conseil. Et en particulier, d'Ahran Sefirot.

« Par égard pour ceux qui ont donné leur vie sous vos ordres, et par respect pour votre famille... Vous aurez un répit de quelques jours pour mettre vos affaires en ordre. Le Conseil prendra ensuite les dispositions qui s'imposent vous concernant. »

Le Sénateur s'écarta du siège qu'il avait occupé pour se diriger vers la porte de sortie de ce bureau. Avant de la pousser pour quitter les lieux, il adressa ses dernières paroles à Cassandra, aussi froides que douloureuses à prononcer.

« Merci de m'avoir reçu, Général. »

Citation :
A moins d'une reprise de la part de Cassandra, Rodolfo quittera ce sujet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SelenaSelenaArmure :
Scale des Lyumnades

Statistiques
HP:
[Mi-Mars 553] Rien ne pèse tant qu'un secret [PV Selena] G-bleu0/0[Mi-Mars 553] Rien ne pèse tant qu'un secret [PV Selena] V-bleu  (0/0)
CP:
[Mi-Mars 553] Rien ne pèse tant qu'un secret [PV Selena] G-rouge0/0[Mi-Mars 553] Rien ne pèse tant qu'un secret [PV Selena] V-rouge  (0/0)
CC:
[Mi-Mars 553] Rien ne pèse tant qu'un secret [PV Selena] G-jaune0/0[Mi-Mars 553] Rien ne pèse tant qu'un secret [PV Selena] V-jaune  (0/0)
Message Re: [Mi-Mars 553] Rien ne pèse tant qu'un secret [PV Selena]   [Mi-Mars 553] Rien ne pèse tant qu'un secret [PV Selena] EmptyLun 22 Mar - 18:27
Les températures fluctuaient et le temps, suspendu, se remit en marche. Le Sénateur, du haut de ses nouvelles attributions, s’enfermait dans une besogne qui ne lui appartenait pas : elle n’était pas de son fait, mais on la lui dictait. Toutefois, Cassandra ne s’en formalisa nullement, consciente du caractère effrayant que revêtait la solitude, lorsque l’on ignorait comment l’apprivoiser. Les rapports qu’il entretenait avec Arhan Sefirot n’étaient pas complètement inconnus ; Rodolpho s’accrochait, péniblement, aux branches de ceux qui l’acceptaient.

Cette impression, véridique ou faussée, ne la quittait pas.

Dès lors, une masse redressée. Au-delà d’un simple regard, aucun mouvement de fût adressé. Un regard qui, somme toute, s’obscurcit à mesure que les raisons de sa venue étaient développées. En outre, durant une fraction de seconde, des sourcils froncés et déjà les mots se voyaient-ils décortiqués.

Par égard pour la mémoire, la silhouette d’un enfant esseulé, l’Atlante ne l’interrompit aucunement, quand bien même cela la démangeait fortement. En revanche, si ce droit de parole avait été accordé, nul ne lui permettait de quitter sa propriété de la sorte, une fois son venin éjecté.

Furtive, une ombre grisée, comme décolorée, glissa jusqu’à la porte. Personne ne passerait, pas tant qu’elle n’en autorisera pas l’accès.

— Cassandra !

Un fracas provenant de l’autre côté de la porte, sourd, recouvrit l’appel précipité d’une jeune fille. Aussitôt, une seconde voix s’éleva, incertaine, pour réprimander l’origine des perturbations ; celle-là même qui reprit, quelques instants plus tard.

— Navrée de vous déranger, Général, Nellie Marsyne souhaiterait vous voir…
— Dites-lui de s’installer dans la bibliothèque et laissez-lui l’accès à tous les ouvrages qui l’intéressent, je l’y rejoindrai après.

D’une œillade vers l’invité, un soupir feutré ; la demoiselle reporta son attention sur les points à régler en urgence. La situation n’était pas optimale, mais, avec la bibliothèque à sa disposition, Nelle pouvait bien attendre un moment.

— Je vous ai informé que mon devoir, ma mission, consistait à protéger ce pilier, Atlantis et ses habitants. Ces illusions, comme vous les appelez, sont un outil nécessaire au bon déroulement des opérations. Ce à quoi vous me répondez que votre mission est incompatible avec la mienne. J’ai de l’affection pour vous, pour ces souvenirs, mais sachez que mon devoir prime sur tout : je ne laisserai pas le moindre danger pénétrer la cité, qu'importe d'où il provient.

Nulle menace dans ces quelques lignes, uniquement des faits énoncés. Un ton neutre, qui ne laissait aucune place aux détours, pas plus qu’à l’hésitation ; il était question de sa précieuse cité, celle sur laquelle elle veillait, dans l’ombre, depuis des années.

— Je vous demande de bien vouloir vous rasseoir, Séna… Non, Rodolpho, et de m’expliquer quelle est cette mission si incompatible avec celle qui est d’assurer la sécurité de notre territoire et de ceux qui y vivent.

Citation :
L'ombre grisée n'est pas agressive et n'a aucune mauvaise intention. Rodolpho peut aisément ressentir qu'elle ne lui veut aucun mal et qu'elle ne le menace pas.

Nellie (Nell) Marsyne:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2012-selena-marsyne-les-lyumnades
Le ConteurLe ConteurArmure :
Inconnue
Message Re: [Mi-Mars 553] Rien ne pèse tant qu'un secret [PV Selena]   [Mi-Mars 553] Rien ne pèse tant qu'un secret [PV Selena] EmptyMar 30 Mar - 22:56
Sitôt la porte de sortie bloquée, le poing de Rodolpho se serra. Le Sénateur n'était pas surpris par ce barrage. Il était prêt à se battre. Après tout, quel conspirateur aurait laissé fuir la seule personne au courant de l'existence d'une supercherie? Mais l'attaque à laquelle il se préparait ne vint pas. A la place, de l'agitation de l'autre côté de la porte détourna l'attention du Marsyne et des Lyumnades...

Rodolpho apparut perplexe en entendant la voix de sa cousine de l'autre côté de la porte. Son regard d'améthyste se retourna, interrogateur, vers Cassandra. Qu'attendait-elle? Voulait-elle éviter les témoins? Mais malgré le départ des deux éléments perturbateurs, toujours nul trace d'assaut. Le Général voulait donc continuer à discuter? Soit. Mais le Sénateur demeurait malgré tout sur ses gardes. Avant même qu'elle puisse reprendre, il se permit un avertissement.

« Attention à ce que vous allez dire. »

L'invitation présentée de reprendre place fut ignorée. A présent qu'elle lui forçait la main, qu'elle faisait de lui un captif, il ne fallait pas compter sur une conversation cordiale. L'ambiance resterait aussi glacial que l'air polaire dans lequel le bureau était plongé. Rodolpho se tint droit, à mi-chemin entre le bureau et la sortie bloquée par la créature de Cosmos. Il fit face aux incompréhensions de la jeune Sedna et lui expliqua plus simplement, puisqu'elle refusait de voir l'évidence.

« Si votre devoir est de protéger Atlantis de tous les dangers qui pourraient s'y immiscer, alors le mien est de trouver et neutraliser ceux qui sont déjà dans nos murs. Le mensonge et les illusions sont leurs armes. Alors je révèle les mensonges, et je déchire les illusions. Et lorsqu'ils n'ont plus rien derrière quoi se cacher... »

La phrase fut laissée en suspend. Le Général n'ignorait rien de la punition réservé aux traitres, à Atlantis.

« Y a-t-il plus à dire? L'incompatibilité de nos missions me semble évidente. »

Son travail ne pouvait pas laisser la moindre place au doute. Et puisqu'il fallait soulever des pierres pour écraser la vermine qui se terrait en dessous, Rodolpho ne comptait pas se reposer avant de les avoir toutes retournées. Même Cassandra ne pouvait, par la seule force de leur passé commun, être au-delà de tous soupçons. Le Marsyne était venu ici pour obtenir la vérité, et il comptait y parvenir. Par tout moyen.

« Vous avez donc un choix à faire. Soit vous prouvez ici et maintenant votre allégeance en cessant de vous cacher... Soit vous refusez, et je n'aurai d'autre choix que de recourir à d'autres méthodes. »

A ses pieds, une plaque de glace commençait à recouvrir le dallage du bureau. Toutes les autres options étaient désormais épuisées. Si Rodolpho devait être capturé, ce ne serait pas sans combattre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SelenaSelenaArmure :
Scale des Lyumnades

Statistiques
HP:
[Mi-Mars 553] Rien ne pèse tant qu'un secret [PV Selena] G-bleu0/0[Mi-Mars 553] Rien ne pèse tant qu'un secret [PV Selena] V-bleu  (0/0)
CP:
[Mi-Mars 553] Rien ne pèse tant qu'un secret [PV Selena] G-rouge0/0[Mi-Mars 553] Rien ne pèse tant qu'un secret [PV Selena] V-rouge  (0/0)
CC:
[Mi-Mars 553] Rien ne pèse tant qu'un secret [PV Selena] G-jaune0/0[Mi-Mars 553] Rien ne pèse tant qu'un secret [PV Selena] V-jaune  (0/0)
Message Re: [Mi-Mars 553] Rien ne pèse tant qu'un secret [PV Selena]   [Mi-Mars 553] Rien ne pèse tant qu'un secret [PV Selena] EmptyLun 12 Avr - 11:07
Il ne regardait pas dans la bonne direction ; pas complètement, tout du moins. Ce simple fait, un coup d’œil succinct suffisait à le remarquer et Cassandra ne passait aucunement à côté de telles informations tacites, d’autant lorsqu’elles étaient si perceptibles. Ce poing resserré, cet avertissement dévoilé sans détour et l’aura glaciale autour ne laissaient nulle place au doute. Pourtant, une paire de secondes aurait contenté toute la défiance dont faisait part Rodolfo : cette ombre ne l’attaquerait pas, pas plus que les Lyumnades ne le feraient.

À la place, ce dernier s’empêtrait dans des justifications sans queue ni tête, ou, plutôt, étaient-elles incomplètes. Cette vision étriquée qu’il abordait, brandissait comme le meilleur des boucliers, n’était pas une mince affaire, mais qu’importe : ils n’étaient plus à une difficulté près.

Il se fourvoyait sur un point.

En effet, si une partie des affirmations s’avérait vraie, elle ne l’était pour autant pas en totalité : preuve en était sa présence. Cela, et la venue d’un Sénateur, des propos tenus avant qu’ils ne changent de bord.

— Permettez-moi de vous corriger sur un point : mon devoir est de protéger Atlantis de tous les dangers, qu’ils soient internes ou externes à la cité. Ou plutôt, notre devoir, et c’est également ce sur quoi je travaille.

Il ne savait, vraisemblablement, par quel bout prendre les informations, pour se sortir de ce bourbier.

— Les mensonges et les illusions sont leurs armes, mais pensez-vous véritablement qu’un infiltré se dévoilerait à votre seule demande ? Dans ces cas-là, Rodolpho, il est nécessaire de les déloger par d’autres moyens et c’est là que j’interviens.

Cette plaque de glace, à ses pieds, ne la surprenait guère, tant il se présentait sous une défensive remarquable.

— Je n’ai pas l’intention de me battre contre vous. Je ne cherche qu’à comprendre les raisons pour lesquelles vous croyez si fortement en cette incompatibilité, alors qu’elles sont, au contraire, complémentaires à mon sens. Je vous l’ai dit : j’arpente les ombres, je me salis les mains pour Atlantis et ses Lumières. Vous êtes de ceux qui se tiennent dans la lumière, mais si l’ombre n’existe pas sans lumière, la lumière brille davantage si une ombre se tient derrière elle.

Une pause, brève, avant que les prunelles ne fixent, derechef, les améthystes.

— Dans tous les cas, je vais demander un entretien auprès d’Arhan Sefirot prochainement. Puis-je compter sur votre présence ?

Des éléments ne tournaient pas complètement rond, dans cette affaire, et Rodolpho ne pourrait, certainement, rien y faire. Pas plus qu'il ne pourrait éclairer davantage ses lanternes.

Citation :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2012-selena-marsyne-les-lyumnades
Le ConteurLe ConteurArmure :
Inconnue
Message Re: [Mi-Mars 553] Rien ne pèse tant qu'un secret [PV Selena]   [Mi-Mars 553] Rien ne pèse tant qu'un secret [PV Selena] EmptyJeu 15 Avr - 3:14
L'air était glacial dans la pièce. La tension, devenue comme une lame acérée, pesait sur la gorge des deux protagonistes. Plus ils échangeaient, plus ils semblait évident que, malgré tout ce qui aurait pu les rapprocher, Cassandra et Rodolpho n'auraient pu être plus différents. Au point qu'aucun ne parvenait à comprendre l'autre. Motivations, justifications, missions... Tout était flou. Inaccessible. En témoignait les paroles de la jeune femme, qui n'avait pas interprété ses mots de la bonne manière. Le Sénateur s'employa à la corriger.

« Vous vous méprenez sur moi, sur ma démarche. Je suis venu vous confronter directement car je refuse de croire que les Lyumnades accepteraient comme porteur quelqu'un qui n'aurait pas à cœur la cause de Poséidon. Sinon croyez bien que cette rencontre se serait déroulée bien différemment. »

Il était venu ici, surement naïvement, en espérant entendre de explications de la part de la protectrice de l'Antarctique qui balayeraient ses craintes. Il n'en avait rien été. Peut-être Rodolpho était-il effectivement en tort. Peut-être n'aurait-il jamais dû se laisser aller à une telle imprudence, par pure fierté pour sa lignée.
Ombres et lumières, hein? Contrairement à ce que Cassandra semblait penser, le Marsyne se tenait bien loin du feu des projecteurs. Il était au contraire de ceux qui marchaient le long de cette ligne, ô combien fine, qui séparait les deux. Son regard améthyste se durcit. Il fit un pas dans la direction du Général, et la glace craqua sous ses pieds.
Elle voulait donc jouer les donneuses de leçon? Soit. Ils joueraient à ce jeu.

« Mais les sentiments personnels n'ont pas leur place dans un travail comme le notre. Si vraiment nous partageons la même mission, vous devriez le savoir. Nous nous basons sur des faits, des certitudes. Pas sur des mots ou de crédules espoirs. Or, depuis le début de cette rencontre, la seule certitude que vous m'avez donné, c'est de ne pas être celle que vous prétendez. Pourquoi donc devrais-je croire le moindre mot sortant de cette fausse bouche? »

Il n'y avait ici, en cet instant, aucune lumière. Juste des ombres. Et des yeux habitués à l'obscurité.
Rodolpho fit un nouveau pas, plongeant son regard dans celui de Cassandra. Les étoiles luisaient dans ses pupilles, leur donnant la couleur du Cosmos.

« C'était un beau discours que vous m'avez donné. Mais ce n'était que cela : un discours. Pas de preuves, pas de garanties... Rien qui ne puisse instaurer une réelle confiance entre nous. Vos intentions pour agir ainsi sont peut-être louables. Je le découvrirai bien assez tôt... Mais même si c'est le cas, vos méthodes me sont inacceptables. Là est l'incompatibilité. Il doit y avoir un juste milieu. Un juste équilibre. Et trop d'ombres, trop de secrets, ne mènent qu'à une impasse. »

Rodolpho avait déjà vu trop de fois ce schéma se répéter. Il ne laisserait pas cette obsession du secret dévorer Atlantis comme elle avait déjà dévoré sa famille.
Le Sénateur recula alors de quelque pas, faisant retomber la pression qu'il avait un instant fait peser sur les épaules de Cassandra. Sur un ton presque désinvolte en comparaison, mais néanmoins sec, il répondit à la dernière inquisition de la jeune femme.

« Non. Il n'y aura aucune rencontre avec le Primus Sénateur. Pas tant que vous ne serez lavée de tous soupçons. Je ne permettrai pas que ce qui est arrivé au Légat à Camelot puisse se reproduire. »

Comment aurait-il pu en être autrement? Le Légat était mort depuis quelques semaines à peine des mains d'un être capable de changer son apparence. Il était inconcevable de sciemment exposé l'un de ses leaders au même danger. Pas sans que de lourdes mesures soient prises, du moins. Des mesures qui, Rodolpho s'en doutait, ne plairaient pas à Cassandra. Finalement, l'homme se détourna de la conversation pour tourner le dos à la Sedna, et fixer l'ombre qui lui bloquait la sortie.

« Et puisque vous refusez de me donner les réponses que j'espérais, je les obtiendrai ailleurs. »

Une main se leva et un souffle polaire frappa l'ombre et la porte, dissipant la première et gelant la seconde. Rodolpho claqua ensuite des doigts, le gel éclata, libérant la porte de ses gonds et la faisant lourdement tomber à terre. Sans un regard en arrière, il s'engouffra dans le couloir... Mais pour emprunter la direction de la bibliothèque, par de la sortie. Surement la Général chercherait-elle à le poursuivre. Mais à ses pieds, Rodolpho avait gelé le sol lorsqu'il s'était rapprochait d'elle, bloquant discrètement ses jambes. Cela ne la retiendrait surement que quelques secondes... Et c'était tout ce dont il avait besoin.

Filant dans les couloirs du domaine qu'il avait déjà visité, le Marsyne ignora voix et gardes pour atteindre la bibliothèque. Là, il chercha des yeux la silhouette de sa cousine éloignée que, comme Séléna, il n'avait pas revu depuis des années. Lorsqu'il la repéra, ce fut pour l'aborder sans prendre la moindre formalité. Il n'en avait pas le temps.

« Nellie! As-tu conscience de prendre tes ordres auprès d'un imposteur? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SelenaSelenaArmure :
Scale des Lyumnades

Statistiques
HP:
[Mi-Mars 553] Rien ne pèse tant qu'un secret [PV Selena] G-bleu0/0[Mi-Mars 553] Rien ne pèse tant qu'un secret [PV Selena] V-bleu  (0/0)
CP:
[Mi-Mars 553] Rien ne pèse tant qu'un secret [PV Selena] G-rouge0/0[Mi-Mars 553] Rien ne pèse tant qu'un secret [PV Selena] V-rouge  (0/0)
CC:
[Mi-Mars 553] Rien ne pèse tant qu'un secret [PV Selena] G-jaune0/0[Mi-Mars 553] Rien ne pèse tant qu'un secret [PV Selena] V-jaune  (0/0)
Message Re: [Mi-Mars 553] Rien ne pèse tant qu'un secret [PV Selena]   [Mi-Mars 553] Rien ne pèse tant qu'un secret [PV Selena] EmptyJeu 15 Avr - 17:03
Cette tension, Rodolpho la maintenait, l’alimentait autant qu’il sombrait dans des justifications dépourvues d’intérêt. Or, Cassandra ne plierait pas face aux menaces, pas lorsque cela touchait à son devoir ; à l’instar des Légendaires dans les histoires de son enfance, elle continuera d’agir, de réfléchir, de préparer, et cela avec un unique objectif en tête.

Le reste trépassera derrière.

Je commence à comprendre, Eachann. Je ne cautionne pas pour autant ta décision, mais, lentement, je crois que ma colère s’estompe. Cependant, je persiste à dire que tu n’aurais pas dû t’en aller. C’était ton erreur, à tort ou à raison.

Les paupières se refermèrent un instant, sereines. En effet, les Lyumnades n’accepteraient aucun porteur de la sorte et, pourtant, le Sénateur remettait ce choix, cette confiance, en question. Peu à peu, l’Atlante mettait le doigt sur l’un des problèmes qui dérangeaient la pérennité de la cité.

Ais-je seulement mentionné les sentiments personnels ?

Une maigre rassurance en ces quelques mots prononcés, glacials, par le prétendu supérieur hiérarchique. Sans doute avait-il peur, préférait dissimuler ses propres sentiments derrière ses appellations. D’autant que les raisons de ce refus étaient futiles. S’il était également présent, quel serait le risque ? Ne serait-ce pas une opportunité de, au contraire, découvrir la vérité tant recherchée ?

— Quel est le rapport entre notre affaire et la prétendue mort d'Orpheus ? Quoi qu’il en soit, vous pouvez enquêter à mon sujet si vous le souhaitez, le pilier de l’Antarctique reste votre demeure.

Après tout, avait-on seulement la confirmation véritable de sa mort ? Ces derniers temps, les morts avaient une fâcheuse tendance à revenir mystérieusement à la vie. Hélas, Rodolpho n’écoutait pas, fit volte-face et se dirigea vers la porte. Ce froid polaire ne servait à rien, si ce n’était pour se prétendre énième représentation de force, et il en allait de même pour ces gelures sur ses pieds. S’en suivit un long soupir, tandis que la Générale demeurait sur sa chaise, immobile, dont seul son bras attrapa de quoi s’abreuver.

Il aurait suffi de me le demander, pour la retirer et partir.

****

Les prunelles Célestine, absorbées par les récits, se figèrent un instant, avant de se redresser dans la précipitation. Ces dernières accompagnaient un sursaut que la demoiselle peina à maîtriser, lorsqu’une voix familière et lointaine fût captée. Aussitôt, elle se redressa, lâchant tout d’abord l’accoudoir, puis le livre sur le guéridon.

— Rodolpho ? Qu’est-ce que tu fais là ?

Cette précipitation dans son avertissement rendait la conversation incompréhensible. Les yeux ronds, Nellie mit quelques secondes à se reprendre. Probablement était-il la raison pour laquelle elle était indisponible, elle qui trouvait toujours un moment à accorder à sa cadette. Une main tapota le siège à proximité, l’invitant à s’installer.

— Raconte, qu’est-ce qui ne va pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2012-selena-marsyne-les-lyumnades
Le ConteurLe ConteurArmure :
Inconnue
Message Re: [Mi-Mars 553] Rien ne pèse tant qu'un secret [PV Selena]   [Mi-Mars 553] Rien ne pèse tant qu'un secret [PV Selena] EmptySam 24 Avr - 21:47
Les bruits de poursuite que le Sénateur avait redouté ne vinrent pas. Malgré les derniers mots échangés avec la porteuse des Lyumnades, Rodolpho ne parvenait pas à croire à sa sincérité. Après tout, l'écart entre ses paroles et ce qu'il avait constaté était trop grand pour ne pas cacher une facette plus sombre. Mais alors qu'il pensait pourtant tout savoir de ce genre de dilemme, le mouton noir des Marsyne s'en retrouvait surpris. Il ne parvenait pas à comprendre cette femme -si femme elle était réellement-. Et cette frustration en lui ne faisait que grandir.

A son arrivée dans la bibliothèque, le visage de Nellie, l'inquiétude qu'il put lire dans ses yeux, le poussa à retrouver son calme. Il ne voulait pas alarmer sa cousine plus que de raison... Mais l'urgence l'avait poussé à la hâte. Hâte qui n'était, dès lors l'urgence infondée, plus nécessaire. Rodolpho prit le temps de respirer. Nellie était une adulte à présent, et une porteuse de Scale. Converser avec elle dans l'état dans lequel il était arrivé en ces lieux n'aurait été qu'un manque de respect envers sa cousine. Il ne reprit donc qu'après un instant de silence.

« J'ai été chargé de m'assurer que personne, au Sénat comme à l'Amirauté, n'œuvre en secret pour porter atteinte aux intérêts de la cité. J'aurais préféré que nos retrouvailles se déroulent sous de meilleurs auspices, chère cousine... Mais je suis à la recherche de vérité et de certitude, et je ne vois que toi en cette enceinte pour m'en apporter. »

D'un simple geste du bras, Rodolpho invita la sœur de Séléna à retourner avec lui vers les rayons de livres dont il l'avait abruptement tiré. Il était inutile de se donner davantage en spectacle aux gardes et autres éventuels observateurs qui se trouvaient actuellement sur les lieux. Le regard améthyste du jeune Marsyne en profita pour observer avec plus d'attention la Capitaine, et remplacer par ses traits actuels l'image qu'il avait encore de la petite Nellie. Il ne tarda pas, après ça, à reprendre la discussion à voix plus mesurée qu'auparavant.

« Cette Cassandra... Tu as forcément dû le remarquer, toi aussi. Elle cache quelque chose. Elle n'est pas celle qu'elle prétend être. J'ai bien conscience que c'est là la nature des Lyumnades, mais je ne peux tolérer qu'elle empreinte le visage d'une de nos vassales. Il y a quelque chose de... faux, immoral, là-dedans. »

Là était peut-être le point qui le préoccupait le plus. Si cette femme portait le visage de Cassandra Sedna, qu'était-il advenu de celle-ci? D'ordinaire, une telle imposture se faisait au prix de la capture ou de la mort de la personne pour qui l'on se faisait passer. Rodolpho avait du mal à imaginer des options plus optimistes. Mais peut-être Nellie pourrait-elle l'y aider.

« Que peux-tu me dire sur elle? As-tu une idée de ce qui se trame ici, à l'ombre de l'Antarctique? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SelenaSelenaArmure :
Scale des Lyumnades

Statistiques
HP:
[Mi-Mars 553] Rien ne pèse tant qu'un secret [PV Selena] G-bleu0/0[Mi-Mars 553] Rien ne pèse tant qu'un secret [PV Selena] V-bleu  (0/0)
CP:
[Mi-Mars 553] Rien ne pèse tant qu'un secret [PV Selena] G-rouge0/0[Mi-Mars 553] Rien ne pèse tant qu'un secret [PV Selena] V-rouge  (0/0)
CC:
[Mi-Mars 553] Rien ne pèse tant qu'un secret [PV Selena] G-jaune0/0[Mi-Mars 553] Rien ne pèse tant qu'un secret [PV Selena] V-jaune  (0/0)
Message Re: [Mi-Mars 553] Rien ne pèse tant qu'un secret [PV Selena]   [Mi-Mars 553] Rien ne pèse tant qu'un secret [PV Selena] EmptyDim 25 Avr - 17:06
Son arrivée abrupte dans la bibliothèque m’inquiète. Cela faisait un long moment, depuis notre dernière rencontre, alors il ne peut pas en être autrement. Je me reprends tant bien que mal, l’invite à me rejoindre, à m’expliquer ce qui le dérange à ce point. Pourtant, il refuse cette place et reprend son calme. Je me doute qu’il est question d’apparence seulement, j’ai l’habitude maintenant, avec elle. Ce qui me rassure, c’est qu’il n’hésite pas à discuter, même s’il préfère qu’on s’éloigne de l’entrée et des gardes. Une attention compréhensible, compte tenu des éléments qu’il me donne déjà, mais je me demande pourquoi toutes ses précautions semblent aussi nécessaires. Ce n’est pas grave, si ça peut le rassurer de procéder comme ça, alors allons-y.

— Pas de problème, si je peux t’aider sur quoi que ce soit…

Une lueur curieuse se mêle aux émotions déjà présentes et je quitte mon siège pour suivre Rodolpho un peu plus loin, entre deux étagères. Si mes hypothèses sont correctes et qu’il est bien celui qui l’accaparait plus tôt, alors sans doute qu’il veut me parler d’elle. J’ai vaguement entendu ce qu’il se passait dernièrement et ça aussi, je dois bien avouer que ça m’inquiétait.

Bonne pioche : Cassandra est le premier nom qui ressort. La suite de son discours ne me surprend pas plus que cela. Plutôt, je comprends ce qui le dérange, dans une certaine mesure, d’autant qu’il n’a que très peu d’éléments pour la juger. Faux et immoral, je note ces deux mots dans un coin de ma tête pour le questionner un peu plus tard à ce sujet. Je n’apprécie pas forcément plus que lui l’idée de se cacher autant qu’elle le fait, mais ses réactions me paraissent un peu démesurées de prime abord. Que pense-t-il donc pour en arriver à ces qualificatifs ?

— D’aussi loin que je me souvienne, elle a toujours vécu en tant que Cassandra et les Telchines l’ont aussi connue sous ce nom-là. Je ne pense pas qu’elle ait été remplacée entre temps, si c’est la question que tu te posais.

Je me détourne de lui quelques secondes, le temps de chercher un ouvrage. J’ai l’impression de marcher sur des œufs avec eux, et ça me dérange assez pour dire vrai.

— Tu sais, moi ça m’agace quand elle joue les filles froides et distantes, comme si rien ne pouvait l’atteindre. C’est ça, parfois, j’ai l’impression qu’elle est inatteignable… J’ai presque envie de lui mettre une bonne claque, comme ça, je me dis qu’elle va se mettre en colère et qu’elle va redevenir humaine.

Je marque une pause, le temps de poursuivre mes recherches.

— C’est frustrant, non ? Je ne cautionne pas forcément ses méthodes non plus, mais je me dis qu’elle a ses raisons et ça m’énerve un peu de me dire que, au final, tu serais peut-être le mieux placé pour comprendre le fond du problème… Tout à l’heure, tu disais qu’il y avait quelque chose de faux et d’immoral dans tout ça, pourquoi selon-toi ?

Finalement, j’attrape deux bouquins et me retourne vers lui. Le premier est un recueil qui retranscrit les légendes des Lyumnades, des Telchines. Quant au second, il raconte le calvaire de Daphné. Nos livres de références, à toutes les deux.

— Enfin, j’imagine qu’elle n’a pas voulu te répondre quand tu lui as demandé, c’est ça ? Qu’est-ce qu’elle t’a donné comme raison ?

Ça nous permettrait peut-être d'avancer.


Citation :
Tu auras un peu plus de révélations au prochain tour, désolée !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2012-selena-marsyne-les-lyumnades
Le ConteurLe ConteurArmure :
Inconnue
Message Re: [Mi-Mars 553] Rien ne pèse tant qu'un secret [PV Selena]   [Mi-Mars 553] Rien ne pèse tant qu'un secret [PV Selena] EmptyMar 11 Mai - 20:13
La surprise du cousin de Nellie fut discrète, mais évidente pour quiconque y prêtait attention. Dès ses premières paroles, lorsqu'elle révéla que Cassandra était déjà lorsque les Marsyne l'avaient connu en train de se livrer au jeu des masques, Rodolpho fut frappé du choc de cette révélation. Ce dernier entrouvrit la bouche, mais ne parvint pas à articuler ses mots. Il fronçait ses fins sourcils, raisonnant, questionnant cette affirmation lors d'un étrange débat interne. Finalement, il leva doucement la voix pour confirmer qu'il comprenait bien ce que Nellie venait de lui dire.

« Tu veux dire que... Même à l'époque, lorsque nous étions enfants, elle était déjà ainsi? A se faire passer pour une autre? Je... Je ne l'avais pas envisagé. Je n'osais pas l'envisager... »

Les yeux de Rodolpho se perdirent un instant dans le vide, alors qu'il se remémorait la conversation qu'il avait tenu avec les porteuse des Lyumnades. Cette révélation le forçait à regarder Cassandra sous un nouveau jour, et à regretter certaines de ses paroles... Mais, eut-il été au courant, les décisions qu'il avait pris seraient restées inchangées.

Les explications qui suivirent de la part de Nellie lui confirmèrent ce qu'il avait à savoir. Rodolpho, quelque peu troublé, ne fit rien pour cacher son étonnement. Surpris de cette vérité inquiétante. Surpris que Nellie soit au fait de ce secret. Surpris de la voir aussi à l'aise avec cela. Il sentait même de la part de sa cousine une certaine intimité avec toute cette affaire. Mais il lui manquait encore des pièces du puzzle.
Nellie le questionna en retour. Elle voulait en savoir plus sur ce qu'il avait voulu dire. Sur sa vision qui rendait les méthodes de Cassandra aussi terribles à ses yeux. Rodolpho demeura un instant pensif. Il n'y avait pas de réponse simple. Autrement, le jeune Marsyne n'aurait pas eu besoin de ce long voyage pour trouver la solutions à ses tourments.

« Le secret est parfois nécessaire au bien de tous. C'est une vérité que je ne peux nier. Notre famille en est le parfait exemple... Mais les Marsyne exemplifient également la face plus sombre de cette réalité. En s'enfermant dans la loi du secret, dans l'art du mensonge, on finit par perdre de vue la réalité. D'oublier qui nous sommes. Quel et notre devoir. Pourquoi nous agissons comme nous le faisons... Nous vouons un culte au secret, parfois plus qu'à Poséidon lui-même... Et ainsi, lorsque l'on ne peut plus distinguer la vérité du mensonge, que nous reste-t-il? Juste la coquille vide et fragile de ce que nous pensions certitude. »

Finalement, Nellie se retourna présenta deux ouvrages. Des recueils d'histoires, de légendes, sur les fées et les Naïades. Les Lyumnades, les Telchines, Daphné... Des récits familiers, réels, et pourtant inexacts. Des récits liés, également, par certains aspects. Mais pourquoi ces choix? Rodolpho sentait qu'il se rapprochait de quelque chose. Ses yeux brillèrent un instant en ce posant sur les livres, d'un éclat surnaturel. Il sentait comme une trace, un souvenir...
La question de Nellie interrompit l'écho que Rodolpho ressentait. Il prit un instant pour se remémorer quelle était la principale raison qui avait été opposée par Cassandra à ses demandes. La chose pouvait, somme toute, se résumer assez simplement.

« Elle a parlé de ses secrets comme des outils nécessaire à l'accomplissement de sa mission. Son devoir, donc... Mais ce n'est pas là la bonne manière de procéder. J'ai déjà vu ce schéma se reproduire mille fois, chez nous, en Antarctique. Cette Cassandra s'engage sur la même voie. Il suffit d'un rien pour que la loyauté devienne obsession. »

Les doigts du Sénateur effleurèrent la couverture du livre sur les légendes des Lyumnades. Il la sentait, oui, cette présence... Une présence nostalgique. Pour lui, mais pas uniquement lui.
Rodolpho poussa un soupir audible et ferma les yeux en suspendant son geste. Il fit le choix de ne pas pousser son inquisition plus en avant. Les contours de cette tragédie commençait, même sans cela, à se dessiner dans son esprit. Il reporta son attention sur Nellie, et lui livra ses sincères pensées en cet instant.

« Je suppose que j'aurais dû faire preuve de plus d'empathie... Mais devant tant de mystère et de défiance, et alors que les enjeux sont si importants, la sympathie ne peut suffire à acheter la confiance. »

C'était après tout les biens les plus rares dont les prix étaient les plus hauts.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SelenaSelenaArmure :
Scale des Lyumnades

Statistiques
HP:
[Mi-Mars 553] Rien ne pèse tant qu'un secret [PV Selena] G-bleu0/0[Mi-Mars 553] Rien ne pèse tant qu'un secret [PV Selena] V-bleu  (0/0)
CP:
[Mi-Mars 553] Rien ne pèse tant qu'un secret [PV Selena] G-rouge0/0[Mi-Mars 553] Rien ne pèse tant qu'un secret [PV Selena] V-rouge  (0/0)
CC:
[Mi-Mars 553] Rien ne pèse tant qu'un secret [PV Selena] G-jaune0/0[Mi-Mars 553] Rien ne pèse tant qu'un secret [PV Selena] V-jaune  (0/0)
Message Re: [Mi-Mars 553] Rien ne pèse tant qu'un secret [PV Selena]   [Mi-Mars 553] Rien ne pèse tant qu'un secret [PV Selena] EmptyDim 16 Mai - 12:37
— Je pense, oui.

Ce n’était que son avis et il n’appartenait qu’à Rodolpho de l’admettre ou de le contester. Nellie connaissait la vérité, sans pour autant avoir toutes les cartes dans sa main ; elle n’avait jamais approfondit la question, probablement parce qu’elle savait que Cassandra refuserait de répondre à ses interrogations. Elle la préservait.
En outre, la révélation ne tomba pas dans l’oreille d’un sourd, à en croire les absences momentanées de ce dernier. Les suivantes, également. La demoiselle prenait la générale pour modèle, certes. Toutefois, cela ne changeait rien à sa vision des choses, à ce qu’elle pensait de la situation et de l’acrimonie qui résultait de ce qui l’avait menée à tout cela. Pour cause, un nom dont elle ne supportait plus la mention.

Eachann, pour ne pas le citer.
Eachann et les Marsyne, pour gagner en précision.

Des apparences, des fantômes et des monstres ; elle mesurait ses paroles en présence d’autres, mais cela n’enlevait rien à cette rancœur omniprésente. Ces façades la fatiguaient, peut-être était-ce d’ailleurs l’une des raisons pour lesquelles elle s’inquiétait autant. Les secrets faisaient partie intégrante des Marsyne et tous deux en étaient bel et bien conscients. Lui plus qu’elle, d’ailleurs, qui passait, en quelque sorte, à travers les mailles du filet.

— On connaît bien leurs travers, toi et moi. En fait, j'ai même dans l'idée que tu connais mieux que moi la pression qu’ils instaurent, les Marsyne et ce pilier. Ça et leur poids.

Et c’est pour cela que j’affirmais que, toi, tu comprendrais le fond du problème. Qu’importe… Tu poses le doigt sur ce qui m’inquiète.

— Je ne pense pas qu’elle ne perdra pas son devoir de vue, si c’est ce qui t’inquiète : elle est bien trop obsédée par ses responsabilités pour ça. Elle utilise toutes ses ressources pour ça. Quant au fait de se perdre elle-même…

Une phrase qui resta en suspens un court instant, obscurci par ses propres réflexions. Pouvait-elle seulement aller plus loin dans ses remarques ?

— Disons que c’est plus probable. Comme dit, parfois, j’ai l’impression qu’elle n’est plus humaine. Sûrement que l'humain passe après, va savoir ?

Ou qu’il s’effaçait. Cette question, Nellie ne la posait pas à Rodolpho, mais à elle-même, parce qu’elle n’envisageait certaines de ses décisions, à commencer par celle-ci. La suite ferait presque rire la demoiselle, qui étouffe les prémices d’un éclat. Typique Cassandra, bien qu’elle s’attendait à ce qu’il reste sans élément.

— Bon, elle t’a donné une réponse au moins, c’est déjà ça ! Mais elle est obsédée par son devoir de gardien d’Atlantis, oui, c’est aussi l’impression que j’ai : elle enchaîne les missions sans s'arrêter, quitte à tomber sur des demandes ou des enquêtes retords et s'épuiser en chemin. Mais bon, il faut protéger Atlantis qu'elle dit.

Elle reprit un ton plus sérieux.

— Quel schéma ?

Celle qui n'avait jamais vécu en dehors du pilier ne comprenait pas les références de son aîné.

— Tu sais, c’est une mauvaise manière pour toi, mais il y a autant de bonnes et de mauvaises manières qu’il y a de gens, au final. Vous avez juste vos critères, non ? Je comprends ce souci de confiance et de sympathie, il faut dire qu’elle se rend facilement détestable, mais pourquoi ne pas vous confronter autrement, dans ce cas ? Je veux dire, si je comprends bien le problème, tu veux une preuve qui justifierait que tu puisses lui faire confiance et elle veut garder ses secrets puisqu’elle les estime nécessaires à sa mission. Pourquoi ne pas juste trouver un moyen qui vous permettrait à tous les deux d’obtenir ce que vous voulez et de conserver ce que vous souhaitez garder sous clef ?

Pour expliciter ses propos, Nellie joignit les indexes de ses deux mains en un seul point. Évidemment, cela s’avérait plus facile à dire qu’à faire, mais pourrait possiblement débloquer la roue coincée dans la boue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2012-selena-marsyne-les-lyumnades
Le ConteurLe ConteurArmure :
Inconnue
Message Re: [Mi-Mars 553] Rien ne pèse tant qu'un secret [PV Selena]   [Mi-Mars 553] Rien ne pèse tant qu'un secret [PV Selena] EmptySam 29 Mai - 20:10
Cette réunion de famille, toute imprévue qu'elle fusse, avait été rafraichissante. Le Sénateur Marsyne avait trouvé plus qu'il ne cherchait, de bien des manières, et cela pouvait se lire sur son visage qui avait retrouvé le calme glacial qui le caractérisait davantage. Les pensées de sa cousine et celles de Rodolpho se rejoignaient sur de nombreux points. Et lorsque ce n'était pas le cas, au moins chacun pouvait faire preuve d'une certaine sincérité pour échanger, et comprendre.
Pourquoi n'avait-il pu en être ainsi avec Cassandra? En raison du poids de leurs titres? De leurs secrets? De leur passé? Il s'interrogeait, mais quelque chose lui échappait encore.
Lorsque Nellie mentionna ce qu'elle redoutait le plus vis à vis de la porteuse des Lyumnades le second Marsyne hocha la tête d'un air sombre.

« Je comprends tes craintes. Les tiennes et les miennes vont de pair. Après tout, perdre de vue sa propre humanité revient souvent à perdre de vue son devoir, lorsqu'on a la charge de protéger autrui. »

Les yeux du Marsyne sondèrent le visage de sa parente pendant quelques instants. Nellie témoignait de l'affection pour cette Cassandra. Naturellement, elles avaient grandis ensemble. Les deux devaient se considérer comme des membres d'une même famille. Peut-être même la jeune Marsyne l'avait-elle substitué à Séléna, son ainée si souvent absente? Lui en voudrait-elle, si dans un futur proche, il se retrouvait forcé de prendre des mesures contre la protectrice de l'Antarctique?
Rodolpho n'était pas certain de vouloir connaitre cette réponse.

Nellie avait mérité une réponse. Ou au moins un début de réponse. Son cousin ne résista pas. Il parla, comme pour ce soulager de ce passager sentiment de culpabilité qu'il avait ressentis en effleurant ce funeste présage.

« Ce schéma devrait t'être familier. Celui des fous qui bâtissent des murs pour protéger ce qui leur est cher. Des murs de pierre. Des murs de secrets. Toujours plus. Couche après couche. Sans réaliser qu'à la fin, ils ont simplement construit autour d'eux une prison dont ils ont oublié la sortie. C'est la triste histoire de notre famille. »

Rodolpho eut une hésitation. Il aurait pu continuer cette phrase. Donner des explications concises... Ce n'était pas encore le moment, ni l'endroit. Après la tempête, peut-être...
Les tentatives de Nellie de l'encourager à chercher une autre solution arrachèrent un sourire amusé au Sénateur. Cette bonne volonté, et cette naïveté, étaient attachantes. Qu'il aurait été bon d'ainsi parvenir à une entente en faisant des concessions pour trouver un juste milieu. Mais le parcours pour arriver à une telle réussite n'avait rien de simple. Et il était parfois des choses qu'on ne pouvait pas -qu'on ne devait pas- concéder. Avec un soupir, il ferma les yeux et secoua la tête.

« S'il existait une telle solution, tu penses bien que je l'aurais privilégié dès le début... »

Lorsque ses paupières se rouvrirent, son regard se perdit un instant. Rodolpho n'était pas tout à fait honnête... Il avait bien une idée, à présent qu'il y voyait plus clair. Mais oserait-il prendre ce risque? Cassandra et Arhan y consentiraient-ils? Nouveau soupir.

« Mais à présent que tu m'as ouvert les yeux sur la nature de Cassandra, j'ai peut-être... Oui. Une autre option. Cela dépendra d'elle, toutefois. Tu as ma gratitude, Nellie. »

Son regard se reporta sur elle. Il était sincère dans ces dernières paroles. Trop rarement les Marsyne avaient-ils l'occasion de parler avec honnêteté. Regrettable. Il pouvait pourtant en ressortir tellement de bien...

Rodolpho prit une inspiration, et fit finalement quelques pas vers la sortie du rayon dans lequel leur conversation avait trouvé refuge. Avant de le quitter, il se retourna pour adresser une expression reconnaissante vers Nellie et lui signifier son départ. Cet interlude avait été conduit à son terme. Il appartenait à présent aux acteurs de retourner sur scène pour reprendre leur rôle. Pour un jour peut-être faire fi de ces masques.

« Je vais te laisser. Il me semble que tu voulais rencontrer ta supérieure, non? ... Excuse-moi de mettre ainsi fin à cette entrevue aussi... brutalement qu'elle a commencé. J'ai à présent une rencontre inhabituelle à organiser. Je reviendrai te voir en une autre occasion pour me faire pardonner. Surement pourrai-je alors t'en dire davantage. Porte toi bien... »

Ses pas le portèrent ensuite vers la sortie de la bibliothèque. Chacun lui semblait plus lourd que le précédent. Ils n'avaient finalement pu n'échapper qu'un instant au poids de ce Pilier, et de ce qu'il représentait.

Citation :
Rodolpho Marsyne quittera à moins d'une interruption le domaine de l'Antarctique. Cassandra recevra quelques jours plus tard un courrier scellé par le sceau du Sénat, l'invitant à une rencontre au niveau le plus profond de la Prison d'Atlantis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SelenaSelenaArmure :
Scale des Lyumnades

Statistiques
HP:
[Mi-Mars 553] Rien ne pèse tant qu'un secret [PV Selena] G-bleu0/0[Mi-Mars 553] Rien ne pèse tant qu'un secret [PV Selena] V-bleu  (0/0)
CP:
[Mi-Mars 553] Rien ne pèse tant qu'un secret [PV Selena] G-rouge0/0[Mi-Mars 553] Rien ne pèse tant qu'un secret [PV Selena] V-rouge  (0/0)
CC:
[Mi-Mars 553] Rien ne pèse tant qu'un secret [PV Selena] G-jaune0/0[Mi-Mars 553] Rien ne pèse tant qu'un secret [PV Selena] V-jaune  (0/0)
Message Re: [Mi-Mars 553] Rien ne pèse tant qu'un secret [PV Selena]   [Mi-Mars 553] Rien ne pèse tant qu'un secret [PV Selena] EmptyDim 6 Juin - 16:50
Des craintes comprises, affirmait Rodolpho. Pourtant, ces compréhensions pourraient aisément avoir un arrière-goût d’interprétations. Quoi qu’il en soit, une fois la porte franchie, Nellie n’envisageait pas de lui mentir, pas plus que de dévoiler tous les aspects de son aînée. Tous, ici, avaient leurs propres secrets. La seule chose qu’il devait savoir en l’état, c’était que Cassandra n’oubliera jamais son devoir. De cela, elle en était profondément convaincue.

— Comme dit, je ne pense pas qu’elle oubliera son devoir, mais je comprends ton point de vue. C’est plutôt délicat, on connait ça tous les deux, avec eux. Mais bon, je pense pouvoir t’affirmer qu’elle n’est pas eux, et tu t’en rendras sûrement compte aussi avec un peu de temps. Même si j’imagine que le temps manque…

Même si c’est plus compliqué que cela, se retint-elle d’ajouter. Après tout, n’avait-elle pas été engendrée par cette même rancissure ? Elle protégeait, à l’inverse de cette famille engloutie. Disons que les raisons mussées derrière les actions s’avéraient à une éternité les unes des autres.

Nell Marsyne arqua toutefois un sourcil, prenant note du silence soudain imposé par son cousin. Les solutions n’arrivent pas comme un cadeau, comme un dû ; il est nécessaire de prendre le temps, le recul et d’y repenser à maintes reprises, tout en l’observant sous toutes les coutures et, en dépit de son affection pour lui, la demoiselle doutait de cette affirmation.

— On ne voit pas forcément tout dès les premières secondes, parfois ça prend un peu de temps et de recherches. C’est bien pour ça que c'est aussi important de discuter comme on le fait maintenant, non ?

Sans autre, elle lui offrit un sourire, avant qu’il ne lui signifie son départ proche. Plus taquine que Selena, bien moins qu’Eachann ; en elle résultait un certain équilibre. Si Rodolpho titillait sa curiosité, notamment vis-à-vis de cette soi-disant option, elle n’en fit rien d’autre que de le saluer.

— Tant mieux si ça a pu t’aider un peu. La prochaine fois, invite-moi plutôt à manger un bout ! Disons que, comme ça, on sera quitte !

Dès lors, l’adolescente retourna à ses livres, tandis que Cassandra, toujours dans sa pièce, œuvrait sur des projets, des rapports retors.

Citation :
Sujet terminé, merci à toi !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2012-selena-marsyne-les-lyumnades
 
[Mi-Mars 553] Rien ne pèse tant qu'un secret [PV Selena]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Libro Scripturae :: Mare Nostrum :: Atlantis :: Pilier de l'Antarctique-
Sauter vers: