Votez
I
II
III
IV
V


Avril 553 AD (Jusqu'au 5 mai 2021)
 
Partagez
 

 [Mi Mars 553] Couronnement & Rivalités [Conclusion d'event]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
MebdMebdArmure :
-

Statistiques
HP:
[Mi Mars 553] Couronnement & Rivalités [Conclusion d'event] G-bleu200/200[Mi Mars 553] Couronnement & Rivalités [Conclusion d'event] V-bleu  (200/200)
CP:
[Mi Mars 553] Couronnement & Rivalités [Conclusion d'event] G-rouge300/300[Mi Mars 553] Couronnement & Rivalités [Conclusion d'event] V-rouge  (300/300)
CC:
[Mi Mars 553] Couronnement & Rivalités [Conclusion d'event] G-jaune428/428[Mi Mars 553] Couronnement & Rivalités [Conclusion d'event] V-jaune  (428/428)
Message [Mi Mars 553] Couronnement & Rivalités [Conclusion d'event]   [Mi Mars 553] Couronnement & Rivalités [Conclusion d'event] EmptyVen 5 Mar - 19:23
Une série d’événements marquants avait bousculé cette cérémonie de couronnement d’Artorius à Camelot. Dès le début, l’une des suivantes de la Sorcière avait marqué les mémoires pour l’affront jeté envers la sécurité des Ligures. En effet, Aoife n’avait-elle pas méprisé les convenances au moment de sa défaite, blessant le vrai corps de Célestia sans prêter attention aux nombreux spectateurs venus assister à un tournoi censé entrer dans la légende ? Une affaire qui aurait pu mal tourner pour la première intéressée, mais le lendemain, la lancière avait été libérée des geôles de Camelot pour s’afficher ostensiblement au bal, suscitant l’étonnement de plusieurs personnalités sur place. Pour quelle raison ? Des accords avaient-ils été passés entre les Ligures et le Roisin Dubh ? Personne n’était parvenu à lever le mystère derrière cette affaire ambigu.

Toujours était-il que cet accident ne serait pas le dernier. En effet, les rumeurs allaient bon train pour souligner le climat d’insécurité qui régnait dans la cité. Les éveillés avaient notamment pu apprendre qu’un participant du tournoi s’était rendu coupable de meurtre envers des habitants de Camelot. Un assassinat qui ne l’avait pas empêché d’aller jusqu’en finale. Si à l’origine, un voile de mystère empêchait de préciser son identité, à l’issue de ces festivités, il apparaissait clair que le criminel en question était le nommé César, un suivant d’Arès. Heureusement, Endymion était parvenu à l’empêcher de remporter le tournoi, s’attirant les acclamations de la population. Le châtiment de ce Berserker pouvait enfin être dûment appliqué. Du moins, c’était là ce qu’on en aurait attendu. Hors, nulle nouvelle ne vint à ce titre. Pire, de nouvelles rumeurs laissaient entendre que César était parvenu à s’échapper, créant plus de désordre sans que les autorités ne puissent rien y faire. À moins que ce n'ait été prémédité ?

Dans les rues de la ville, les théories du complot allaient bon train. Mais était-il si évident de les balayer ? Rien n’était moins sûr. Après tout, un autre fait remarquable s’était rapidement imposé. Le Légat de Poséidon avait été assassiné dans des circonstances troublantes. Après tout, les Ligures n’avaient-ils pas imposé un sceau devant empêcher ces débordements ? Museler les éveillés invités ? Quand bien même des failles pouvaient subsister, pouvait-on pardonner que l’identité des coupables n’ait pas été mise à jour ? Comme pour l’affaire avec César, d’évidence que les Ligures n’étaient pas les plus zélés à enquêter sur des désordres qui ne pouvaient que nuire à la Superbe de leur roi nouveau couronné. Ces chevaliers de légende, n’avaient-ils dont à cœur que le prestige, au mépris de l’honneur ? Ce faisant, ils s’étaient aliénés la délégation des Marinas, qui n’avaient pas attendu la conclusion des festivités pour quitter la cité. Il en avait été de même pour la délégation des Berserkers.

Ne restait plus que les Oracles et les Saints qui entendraient de nouvelles rumeurs allant jusqu’à incriminer les chevaliers de la table ronde. Trop d’histoires troubles pesaient sur les différents événements. Trop d’affaires réglées en sous-main. Plusieurs signes de corruption. Une volonté manifeste d’étouffer ce qui pouvait être gênant. Au final, plutôt que victimes des débordements des invités, n’en avaient-ils pas été les acteurs ? Ces accusations étaient graves. Mais l’alignement de ces tâches sombres leur donnaient une aura de crédibilité. Les différentes délégations, n’avaient-elles pas été piégées, au final ?

Le jour du couronnement d’Artorius, Mebd attendrait le moment de gloire du jeune roi, le seul où il pouvait briller et inscrire son nom dans l’Histoire pour des siècles. Ce moment, précis, elle attirerait sur elle l’attention, pour porter la voix du Roisin Dubh :

– Artorius, vous voilà devenu roi. C’est là un fait indéniable. De cela, je vous en félicite. Comme reine de Connaught, je ne pouvais mépriser votre invitation à assister à cet événement… le meilleur pour exprimer la Grandeur de Camelot.

Une tension avait pu se sentir dans le timbre de sa voix. Une colère sourde, qui allait maintenant s’exprimer le plus crûment.

– Du moins, ce sont là les félicitations que j’aurais aimé vous adresser. Seulement, je ne le puis. Non pas par basse mesquinerie. Mais parce que j’ai appris récemment la perte de deux membres importants de mon ordre : Cathbad et Aoife. Tous deux étaient des guerriers de renommée. Cathbad fut le premier druide du royaume d’Ulster, mais également le tuteur de Cuchulainn. Aoife quant à elle sut rivaliser avec sa sœur Scatach, de son temps. Ces deux légendes se sont éteintes ici, sous votre protection. Cela, je ne puis l’accepter. Je le puis d’autant moins que l’identité des coupables est demeurée inconnue. Et pourtant… nous ne sommes pas venus sans consentir à vos contraintes, vos règles. Avec le recul, j’ignore quel en fut l’intérêt, si ce n’est pour tracer sur une carte nos localisations respectives dans la cité. Je ne formule aucune accusation. Je constate des faits. Comme je constate que nous ignorons toujours qui a pu assassiner le Légat.

Marquant un silence, évoquer cet assassinat ne saurait faire autre chose qu’animer le souvenir de la guerre passée entre les Marinas et le Roisin Dubh. Mebd en avait parfaitement conscience. Ce sujet la desservait. Mais elle ne pouvait pas l’ignorer. Elle n’en avait pas l’intention.

– Je ne ferai pas l’hypocrisie de compatir au sort d’anciens ennemis. Je suis lasse de ces masques, ces convenances que j’ai pu arborer à la cour… Seulement, qu’Orpheus meurt sur une terre de paix, plutôt que dans le charnier d’une bataille, cela n’est pas acceptable. Pas plus que ne le fut cette affaire scandaleuse avec le nommé César, que vous avez veillé à étouffer par tous les moyens. Je dessine là le visage de votre règne naissant, Artorius. Ne vous en déplaise, ce visage m’est le plus hideux. À ce titre, ne comptez pas sur mon amitié, à l’avenir. Je sais à présent ce que vaut votre honneur. Je sais qu’avec vous, les mots sont inutiles. Pour autant, je vous confie les miens, sans détour. Et vous ne serez pas surpris de la position que le Roisin Dubh portera à votre encontre. Je déclare, ici, qu’aucun Ligure ne sera toléré dans le royaume du Connaught. Quant à ce que j’ai laissé ici… Ce qui m’a été arraché… Puisque j’ai échoué à obtenir réparation, je veillerai à trouver par moi-même la compensation adéquate. Vous verrez alors quelle valeur je prêtais à Cathbad et Aoife.

Sur cette déclaration, de quitter l’assemblée. La messe était dite. La position du Roisin Dubh, la plus claire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AsherAsherArmure :
/

Statistiques
HP:
[Mi Mars 553] Couronnement & Rivalités [Conclusion d'event] G-bleu0/0[Mi Mars 553] Couronnement & Rivalités [Conclusion d'event] V-bleu  (0/0)
CP:
[Mi Mars 553] Couronnement & Rivalités [Conclusion d'event] G-rouge0/0[Mi Mars 553] Couronnement & Rivalités [Conclusion d'event] V-rouge  (0/0)
CC:
[Mi Mars 553] Couronnement & Rivalités [Conclusion d'event] G-jaune0/0[Mi Mars 553] Couronnement & Rivalités [Conclusion d'event] V-jaune  (0/0)
Message Re: [Mi Mars 553] Couronnement & Rivalités [Conclusion d'event]   [Mi Mars 553] Couronnement & Rivalités [Conclusion d'event] EmptyVen 5 Mar - 19:24
Il y avait bien des rois et des reines présent à cet endroit. C’est presque comme s’il n’avait qu’à tendre la main pour saisir et arranger pour son bon plaisir les fils des intrigues qui se dessinaient dans cette salle. Mais ce genre d’endroit était vraiment son élément, le domaine sur lequel il était maître. La situation comme les circonvolutions des différents acteurs, à vrai dire, l’amusait plus qu’autre chose. Tout aurait pu être si simplement, pourtant, tout avait été si compliqué. L’homme aux cheveux de cendres avait pris fait attention à soigner sa mise. Impeccable, sa pompe n’avait rien à envier à celle même du roi sur le point d’être couronné. Après tout, à ça façon, il était aussi roi, bien qu’il n’eut besoin de nulle couronne pour régner. Il avait ça dans le sang, en quelque sorte. Il n’était pas venu seul et les différents guerriers, toujours vêtus de leur armure ne faisaient qu’accentuer son propre rôle dans cette assemblée. Rappel peu subtil mais nécessaire de la puissance du Grand Nord.

Petit point de détail, pour parfaire le tableau, la voix des dieux du nord semblait porter un bras en écharpe et une grimace de douleur se dessinerait sur son visage quand il viendrait, par inadvertance, à faire des gestes un peu trop brusques. Il n’était pas mécontent de voir cet exercice diplomatique se terminer, trop de sang avait déjà coulé à cet endroit et il en faudrait bien moins pour déclarer des guerres. Les silences des absents étaient d’autant plus de hurlements d’insultes jeté à la face des Ligures. Après tout, ces derniers l’avaient mérité. Néanmoins, restait encore les chevaliers d’Athéna dans leur toute-puissance militaire et les quelques représentants éparses de cet ordre perdu que sont les oracles d’Apollon. Il aurait été humain de la part de la déesse de la sagesse de les achever, mais l’humanité n’avait jamais été le fort d’Athéna et elle aimait voir les autres se dandiner à ses pieds. Mais, un Grec de moins ne pouvait qu’être bon pour ses propres affaires à lui.

Et en parlant de Grecque, la personne qu’il détestait le plus venait de se manifester. Qu’il aurait pouvoir la voir clouer sur une planche de poids, une lame dans chaque main et dans chaque pied, à servir de cible d’entraînement à des archers avinés. Il se perdit un instant dans les tortures qu’il avait imaginé pour cette femme qu’il haïssait tant. Pourtant, il resta de marbre et il eut été impossible pour ceux qui poseraient les yeux sur lui de voir les abysses de haines qui animaient son coeur. Pourtant, et cela lui fit mal de l’admettre, la putain d’Hadès avait raison sur bien des points. Il laissa la sorcière parler et attendit qu’elle soit sortie pour prendre la parole à son tour, avançant de quelques pas et adressant une ironique révérence au petit dragon :

« - La reine de Connaught parle juste, bien que cela me coûte de lui reconnaître la moindre qualité. »


Avait-il presque craché, un discours teinté d'un mépris apprent. Le nord et les druides noirs ne s'étendaient guère.

« - L’honneur des Ligures et de leur roi ne vaut rien. Plus occupé à se féliciter les uns les autres qu’à agir à respecter vos engagements ! Que récoltent ceux qui vous ont fait confiance seigneur ? Le sang et l’acier ! »

Il leva alors sa main en échappe et laissa son visage être foudroyé par une décharge de douleur.

« - J’étais présent quand feu le Légat a été tué sur vos terres, dans votre ville, sous votre protection par l’un des vôtres ! Un guerrier à l’armure de noir et d’argent, brandissant le dragon comme emblème… cela en dit long ! Très long ! Et voyez comment ont été traité les victimes, comme des coupables ! Comment vous avez traité les envoyez d’Atlantis ? Comme des chiens, et vous avez accorder le même respect à Asgard. Alors à mon tour d’annoncer les augures pour votre règne. »

Il laissa une seconde ou deux de silence, balayant l’assemblée de son regard froid. Roi des cendres, maître des rats.

« - Aucun des vôtres ne sera le bienvenu sur les terres des glaces. Et puisque l’un des vôtres à attenté à ma vie, vous ne trouverez dans le nord que ce que vous m’avez offert : le sang et l’acier. »

Sur ce, il fit volte-face et précédé par ses guerriers, quitta la pièce la tête haute et le regard acéré. Les promesses de sang et d’acier sont les plus faciles à tenir.


- And I wish I could trust you...
- If you did, you'd be the fool I always took you for.
[Mi Mars 553] Couronnement & Rivalités [Conclusion d'event] Griffi10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t296-asher-dorana-guerrier-
ChildéricChildéricArmure :
/

Statistiques
HP:
[Mi Mars 553] Couronnement & Rivalités [Conclusion d'event] G-bleu0/0[Mi Mars 553] Couronnement & Rivalités [Conclusion d'event] V-bleu  (0/0)
CP:
[Mi Mars 553] Couronnement & Rivalités [Conclusion d'event] G-rouge0/0[Mi Mars 553] Couronnement & Rivalités [Conclusion d'event] V-rouge  (0/0)
CC:
[Mi Mars 553] Couronnement & Rivalités [Conclusion d'event] G-jaune0/0[Mi Mars 553] Couronnement & Rivalités [Conclusion d'event] V-jaune  (0/0)
Message Re: [Mi Mars 553] Couronnement & Rivalités [Conclusion d'event]   [Mi Mars 553] Couronnement & Rivalités [Conclusion d'event] EmptyVen 5 Mar - 19:25

La bataille touchait finalement à sa fin et avec elle, sûrement le compte des morts. Bien que souvent, après un conflit il faut compter ceux qui ne survivent pas à leur blessure. Des morts, il y en avait eu. Plusieurs mêmes et la chance semblait avoir plus ou moins épargné les chevaliers d’Athéna. La seule disparition à notée n’en était pas vraiment une. Le deuxième gardien, Airoth, avait eu le besoin de retrouver son bras et c’était une volonté à laquelle personne ne s’était opposé. L’armure avait retrouvé le chemin du Sanctuaire et peut-être un jour se retrouverait-elle entière. Mehry également avait quitté Camelot pour retourner au Sanctuaire et Kaleb les avaient rejoints en cours de route, et il ne semblait pas être le seul vu qu’étrangement, le chevalier d’or semblait avoir décoté une jeune apprentie locale. Une histoire à creuser pour le retour au Sanctuaire car nul doute qu’elle finirait dans les valises de Kaleb, pour le meilleur et pour le pire.

Mais le Pope devait préparer ses hommes à cette dernière confrontation : le couronnement tant attendu. Il s’était longue entretenu avec la déesse avant, pour régler les derniers détails qui devaient l’être. Après tout bien des choses avaient changé et l’échiquier politique avait été bouleversé. En bien et en mal par Kilian. Mais aussi par le sacrifice de Japeth qui avait calmé ce que le lion avait prévu pour l’ordre qui avait attaqué le Sanctuaire. Son sacrifice venait corriger certaines des actions des sbires de Pséma, mais pas tout. Alors un peu avant ça, il avait pris soin de convoquer tous les chevaliers encore présent dans la grande salle de l’auberge pour les passer en revu avant la bataille. Pour les motiver avant la guerre. Tous, ils étaient resplendissants dans leurs robes et leur grandes tenus.

Avant de commencer son discours, Childéric avait pris le temps d’échanger avec chacun d’entre eux, sans trop s’attarder car il avait beaucoup à dire. Et fatalement, il prit de nouveau la parole. Il expliqua alors aux siens que le moment tant attendu était venu, l’ancien chevalier d’or du Capricorne allait monter sur son trône. Néanmoins, il dut les mettre en garde contre les soucis qu’ils pourraient rencontrer lors de cette cérémonie. Il prit le temps qu’ils furent tous devant lui pour faire le point sur les rumeurs et les informations récoltés par chacun. Oui, les Oracles étaient de retour, les Asgardiens avaient reprit contact avec le monde, pour le meilleur et pour le pire mais surtout, il avait pris soin de parler de l’assassinat d’Orpheus. Un contact chez les Marina qui avait assisté à la scène avait trouvé le chemin de l’auberge des saints pour les mettre en garde et le secret avait été gardé pour donner la primeur aux Ligures de la situation mais…

Mais tout cela était obscure et nébuleux. Trop pour Childéric car, quand il s’agit d’un problème dans un tel panier de crabes, rien n’est jamais vraiment tout noir ou tout blanc. Mais une fois ceci terminé, il reprit sur un sujet plus important. Ce couronnement, c’était là le moment pour le Sanctuaire de sceller une alliance d’une importance capitale. Il était plus que nécessaire, d’un point de vu politique, de se montrer en force et d’apporter du soutien aux forces du futur souverain. Si les Ligures et le Sanctuaire pouvaient s’entendre et bien les Saints ne seraient simplement plus autant isolé. Une fois ces rappels politiques fait, il félicita chacun pour le travail accompli ici et donna enfin l’ordre pour la délégation de se mettre en marche vers le palais où aurait lieu le couronnement. Les Prétoriens ouvrant la marche, le vieux lion s’était mis en tête de la délégation.

Une fois sur place, rapidement, il remarqua le vide laissé par l’absence de certains des invités. Les séides des mers, notamment et surtout il ne voyait pas certains des guerriers d’Arès qu’il avait pu croiser. Alors rapidement, il recommanda à ses troupes d’occuper l’espace, de se montrer car après tout, eux étaient là, et ils étaient là en force pour apporter leur support à leur ancien frère d’armes. Après un temps, la cérémonie commença et le silence se fit dans l’assemblée. Tranquillement, le rituel suivait son cours et le vieux lion et l’ancien chevalier d’or purent échanger un rapide coup d’oeil. Dans ce dernier, il lui assurait de son soutien et peut-être qu’à l’avenir, ils auraient le temps d’échanger plus encore mais ce jour n’était que le premier d’un règne que Childéric espérait long et paisible. Néanmoins… l’ancien pupille d’Athéna dut rapidement faire face à sa première tempête.

Childéric resta silencieux, sombre et droit quand la prêtresse des enfers pris la parole. Ici, elle n’était pas seulement la voix d’Hadès, mais aussi la reine d’un des royaumes appartenant à cette sphère d’influence. Ici, sa parole pesait lourd et visiblement elle avait à en dire. Elle commença par parler de la disparition de deux des membres de son cercle privé. Il n’y avait que lui et Kilian qui était au courant, oubliant Aoife mais cette dernière n’irait pas vendre la mèche. Visiblement, la reine sombre n’était pas au courant des détails de cet événement. Childéric doutait fortement qu’elle eût gardé cette information pour elle, se privant d’enfoncer les guerriers d’Athéna dans cette affaire. Surtout après avoir pris soin d’afficher son chien de garde à l’armure du gémeau. Un affront aux morts que celui qui fût lion n’oublierait pas et qui s’était simplement rajouter à la longue liste des raisons qu’il avait de détester cette femme et ses sbires. Le vieux laissa la sorcière allait à ses grandes envolés et il avait suffisamment insisté auprès de ses chevaliers pour qu’ils fassent de même.

Le vieux lion fut surpris de la voir amener le sujet de la mort du Légat. Après tout, il avait été mis au courant, pourquoi pas elle ? Cependant, sa source à lui était… fiable. Et il doutait qu’Endymion ou la petite qui lui avait fait mauvaise impression lorsqu’il l’avait croisé furent allé parler à la Sorcière. Alors comment ? Puisqu’elle semblait si bien renseignée. Un début de réponse vint aiguiller Childéric. Quand, ensuite, se présenta un homme aux cheveux de cendre que Childéric avait déjà croisé quelque part, sans pour autant le remettre vraiment. Sûrement de loin ou au coeur d’une mêlée, et les combats du genre avec les hommes du nord, il n’en avait pas eu beaucoup. Cet homme avait dû être présent à Jamir. Pour le reste, il savait de lui ce que Silas et Kaleb lui avaient rapporté.

L’antipathie qu’il crachait envers la Sorcière avait l’air… vrai. Il comprit mieux certains des commentaires de ses chevaliers d’or envers cet homme mais sa réaction, dans un sens, s’expliquait s’il avait été victime de la même tentative de meurtre qu’Orpheus. Mais, quelque chose n’allait pas juste dans tout ça, sans qu’il ne put néanmoins savoir quoi. Pourtant, les graines du chaos et de la discorde avaient été semé et c’est ce moment qu’il choisit pour faire un pas en avant, baisant la tête mais ne ployant pas le genou, pour présenter ses respects au nouveau roi de Logres.

« - Et bien, il est facile d’attendre le dernier moment pour cracher son venin alors qu’on aurait pu agir avant… Il est vrai que les éléments qui sont présentés là sont très problématiques, on ne peut plus grave. Mais les choses ne sont jamais ce qu’elles semblent être dans ce genre d’affaire. »

Il avait parlé d’une voix forte et n’avait pas besoin de pousser beaucoup pour qu’on puisse capter sa voix dans la pièce. Tourné vers l’assemblée, il reprit :

« - Surtout quand on est la première à agiter ses trophées pour insulter ses ennemis. La reine a peut-être été victime de ses propres complots, après tout... »

Et cette fois, il se tourna vers le roi :

« - Mais vous n’avez pas que des ennemis, Seigneur Artorius, et l’Empire vous assure de son amitié et souhaite sincèrement le succès de votre règne. Vous êtes l’ordre qui chassera le chaos. »

Il s’inclina une nouvelle fois respectueusement vers le souverain nouvellement sacré. Il ne voulait pas non plus en faire trop pour ne pas raviver la possible cicatrice ouverte des liens déjà existant entre le roi et le Sanctuaire. Mais il voulait faire comprendre à tous, que la main était tendue vers les Ligures et Camelot. À eux de la saisir ou non… Au vu des derniers événements, il espérait vraiment que ces derniers attrapent sa main.


“Give as few orders as possible
once you've given orders on a subject, you must always give orders on that subject.”


[Mi Mars 553] Couronnement & Rivalités [Conclusion d'event] Deric_11
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t231-childeric-chevalier-d- https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1718-childeric En ligne
ZvezdanZvezdanArmure :
Pontifex

Statistiques
HP:
[Mi Mars 553] Couronnement & Rivalités [Conclusion d'event] G-bleu1800/1800[Mi Mars 553] Couronnement & Rivalités [Conclusion d'event] V-bleu  (1800/1800)
CP:
[Mi Mars 553] Couronnement & Rivalités [Conclusion d'event] G-rouge1350/1350[Mi Mars 553] Couronnement & Rivalités [Conclusion d'event] V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Mi Mars 553] Couronnement & Rivalités [Conclusion d'event] G-jaune1800/1800[Mi Mars 553] Couronnement & Rivalités [Conclusion d'event] V-jaune  (1800/1800)
Message Re: [Mi Mars 553] Couronnement & Rivalités [Conclusion d'event]   [Mi Mars 553] Couronnement & Rivalités [Conclusion d'event] EmptyVen 5 Mar - 19:25
D'autres priorités. D'autres questions, pour amener les Berserkers restants au Dédale, d'autres arrangements, pour en amener d'autres ailleurs. Là, au cœur des terres des chiens de guerre, quelque chose couve, quelque chose s'active. Quelque chose qui mérite de s'y pencher immédiatement. Quelque chose qui n'a pas laissé le luxe de rester pour assister au dénouement de cette Mascarade.

Pas directement, en tout cas.

Là, bien au-dessus des têtes de la foule, une silhouette assise contre un vitrail, ethérée, indistincte. Perceptible par les sens du Cosmos, mais floue au regard, environnement oblige.
Moi.

Un regard en contrebas, mais surtout, une oreille. Car plus que ce qu'il y a à voir, je m'intéresse à ce qu'il y a à entendre. Et.. Tseh. Et je ne tarde pas à être servi.
Je l'entends qui fait son grand laïus, cette Prêtresse, cette Reine. Accusatrice, venimeuse, encolérée. Je me demande. Je me demande où commence la colère et où s'arrête le mensonge, dans ta partition. C'est que tu es bien renseignée, Mebd. Sur cet assassinat. Toi aussi, l'Ase est venu te voir ? Ou peut-être est-ce plus compliqué que ça. Ou plutôt... Plus simple. Infiniment plus simple.

Qui de mieux placé que des natifs de Britannia, pour savoir usurper les signes et armoiries de la Couronne ?
Qui de mieux placé que le Roisin Dubh, pour vouloir assassiner un Légat ?
Que de mieux placé qu'une Mebd, pour vouloir investir le Chaos dans la cour de Bretagne ?

Une oeillade vers l'Asher du Nord. Tseh. Les mêmes mots. La même rancoeur indigniée. Est-ce que je peux leur en vouloir ? Non. Non, parce que vous autres Ligures, vous avez mérités chaque seconde nerveuse et pleine de tension de ce couronnement.
Vous n'avez pas su encadrer, alors que c'est bien vous qui avez proposés ce carde.
Vous avez été trop gourmands, et d'autres ont payés pour votre orgueil vaniteux.
Vous avez voulu vous montrer, et le feu s'est propagé aux poudres sous votre ville.

Boom.

Qu'il est grossier, le jeu d'échecs de cette ville. Grossiers mensonges, qui passent à l'audace. Grossière illusion, qui passe parce que la masse ignore. La masse ignarde, ne voit pas plus loin ce que les mains de maîtres marionnetistes veulent mettre en scène.
Une Mascarade, disais-je.

Elle me fait sourire, cette scène, il me fait sourire, ce couronnement. Un Childéric qui apport son soutien, d'autres qui plaignent et expriment un courroux, une foule autour, des gens, des ignorants. Comme je suis content de ne pas être resté.

Tout ça est infiniment plus divertissant, du point de vue d'un spectateur sans intérêt dans l'affaire.

Pourtant, les choses auraient pu dégénérer, avec les Ligures. Ils peuvent remercier leur propre corruption : s'ils ne s'étaient pas laissés... Persuader d'aller en mon sens, alors on aurait pu avoir un problème ? Maintenant ? Maintenant, tout est à refaire. Je n'oublierai pas, Ligures. Je sais qui vous êtes. Et très honnêtement ? Je me suis fait un avis arrête sur une bonne partie d'entre vous. Un avis qui me dit que vous êtes de petites choses fragiles à l'ego trop lourd pour leurs frêles épaules. Qui me dit que vous manquez de jugement, de clarté. Qui me dit que vous êtes aveugles.... Mais que rien n'est perdu.

Va savoir ce que l'avenir pourrait nous réserver.

J'aurais pu. J'aurais pu me joindre aux propos de la Reine, y ajouter mon grain de sel. Mais n'est-ce pas plus intéressant de se laisser quelques contingences ? Se donner le luxe de la neutralité, ne pas s'impliquer.
Puis si le Roisin Dubh s'avère être un allié trop incertain, alors je saurais vers qui me tourner.
Si les Ligures deviennent une gêne trop importante, là aussi je saurais.

Au jeu des Dieux, il se donner le luxe de jouer réactivement a une certaine valeur.

Cette cité aura été utile, quoiqu'il en soi. Avec ceux du Nord, la diplomatie. Avec ceux de Rome, la découverte, puis, la colère. Puis encore après, l'idée. La malice. Retorse et fourben mais efficace. Tôt ou tard, je devrais aller voir l'Empire sous l'eau, aussi. Rencontrer ceux dont je devais normalement rencontrer le Légat.

J'ai perdu un Cardinal, rongé par sa propre guerre personnelle.
J'ai perdu un Centurion, libéré de ses chaînes, mais jamais revenu.
J'en ai échangé une autre, l'ait déplacée pour surveiller les oiseaux, puis pour attirer une autre jolie créature ailée dans les filets de mes ambitions.
Et peut-être un peu pour d'autres raisons, aussi.

Au final ? Cette cité a remplie son rôle. Elle a simplement essayée d'être plus grande qu'elle ne l'est, plus grande que ce dont l'homme est capable. Invités et hôtes finissent par y payer le prix.

Votre fierté vaniteuse à vouloir célébrer aux puissants de ce monde votre Roi... comme un trophée.
Tout ce que vous pourrez empailler à votre mur de chasse, c'est le corps sans vie de votre crédibilité, à jamais entâchée auprès de nombreuses puissances étrangères.

L'avenir dira si vous saurez vous rattraper. En attendant...

Un bruit. Un bruit métallique, répétitif. Une pièce, tombée du plafond, jusqu'à rebondir et rouler jusqu'aux pieds du Roi. Là par terre, une pièce de monnaie Vandale, tâchée d'un rouge metallique.

- La Guerre arrive. Bien assez tôt, il vous faudra choisir entre l'utopie d'un Rêve irréaliste, ou la réalité d'un monde qui appartient aux Hommes.

Un murmure, audible que par le Roi et son proche entourage.
Si les yeux se lèvent au plafond, il n'y aura rien. Personne.

Un simple mirage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2032-zvezdan-cardinal-de-
PythonPythonArmure :
...

Statistiques
HP:
[Mi Mars 553] Couronnement & Rivalités [Conclusion d'event] G-bleu0/0[Mi Mars 553] Couronnement & Rivalités [Conclusion d'event] V-bleu  (0/0)
CP:
[Mi Mars 553] Couronnement & Rivalités [Conclusion d'event] G-rouge0/0[Mi Mars 553] Couronnement & Rivalités [Conclusion d'event] V-rouge  (0/0)
CC:
[Mi Mars 553] Couronnement & Rivalités [Conclusion d'event] G-jaune0/0[Mi Mars 553] Couronnement & Rivalités [Conclusion d'event] V-jaune  (0/0)
Message Re: [Mi Mars 553] Couronnement & Rivalités [Conclusion d'event]   [Mi Mars 553] Couronnement & Rivalités [Conclusion d'event] EmptyVen 5 Mar - 19:26
L'assemblée des seigneurs et des évêques de Camelot était présente afin de faire hommage au nouveau Roi de la Fédération de Bretagne. Python avait été annoncé par le premier valet de cérémonie du Sacre. "Socrate, Représentant de sa Sainteté l'Evêque de Rome." Derrière lui, plusieurs personnes le suivaient, Célestia, Diogène... Pourvu que ce dernier se tienne pendant la cérémonie, l'admonestation avait été assez clair avant d'arriver ici. Les pupilles sombres du nouvel Augure observaient les alentours, il savait parfaitement que son titre officiel ne pourrait obscurcir son titre officieux.

Tous ceux qui connaissaient les quelques Oracles derrière lui ne pourraient être leurrer. Mais, d'une certaine façon, Socrate respectait ici les lois de Zeus, sacrées normalement au regard du monde des Eveillés. Mais, ce ne fut pas le cas à sa grande surprise. Alors que la cérémonie se déroulait et que le jeune Roi saluait ses vassaux et ses invités. Cuchulainn, Aoife... L'Augure notait ce qu'il entendait avec une certaine surprise. Cette femme connaissait donc son rapide prédécesseur. Après avoir interroger Célestia, il apprit qu'il s'agissait de Mebd et qu'elle était à la tête d'une faction appelée les Roisin Dubhs. Poussant un soupir, il se contenta de baisser les épaules et suivit la suite de cet étrange manège.

Alors que les trompettes sonnaient, les chants ecclésiastiques se faisaient entendre partout. Il était difficile d'entendre les conversations suivantes avec les seigneurs de cette contrée. Socrate, car il était sous ce nom actuellement, observait plus avec attention celui qui était le Grand Pope de cette époque. Voici donc le bourreau, le maître de Narsès. Un gant de soie entourait sa main ensanglantée de la chair de ses compagnons, ensanglantée par la barbarie de Narsès. Une colère palpable émanait de l'Augure. Il n'avait pas actuellement les moyens de satisfaire sa vengeance mais, par Apollon, il promettait d'agir afin de laver l'honneur des siens. Le temps était avec lui.

Soudain, comme un parfum de mort se fit sentir. Socrate connaissait ce cosmos. Sa tête tourna de droite à gauche afin de voir Zvezdan mais personne... Ou étaient les troupes d'Arès ? Cette non présence était mauvais signe pour le nouveau Roi, il n'était point bon de se fâcher avec eux. Ca n'en valait pas la peine. Cette ville lui avait appris son rôle bien plus qu'il ne l'aurait pensé en mettant les pieds ici. Au clair obscur de sa conversation avec Zvezdan, il avait compris qu'il ne pouvait tourner le dos au passé des oiseaux du ciel.

Puis, alors que le Roi saluait encore ses invités. Le Pope prit la parole. Ecoutant avec attention, Socrate comprit que les Saints soutenaient ouvertement le nouveau Roi. Il avait appris après tout que ce dernier était un ancien membre de leur ordre, il aurait été étrange que ce soit différent. Bestiale comédie que tout cela ! Il voyait le Roi monter les marches de son propre destin, animal civilisé dans un monde de parades et de mondanités !

Ce fut alors le moment où le destin tomba du ciel. Sous la forme d'une pièce sombre, de couleur acier, elle reflétait le pouvoir des hommes face à leur propre destin. Socrate leva les yeux et vit une ombre dans les corridors au dessus du Choeur de la Basilique. Il était clair que quelqu'un était là. Socrate en était sûr... Ce genre de pièces.... Au gré de son voyage avec Diogène, il avait pu en voir quelques unes. Une pièce vandale. Le rouge. Le sang.

Comment allez vous réagir Artorius... Vous devez paraître pour tous ceux qui vous ne vous aiment pas, vous plier au regard d'autres... Quand vous détournerez la tête, elle tombera. Trop de contradictions, trop d'antagonismes au milieu des regards qui gravitent autour de vous.

Il chuchota. Sans s'en rendre compte, ses amis avaient pu entendre ses propres mots. Une vision du futur ? Non, juste un sentiment de la part de l'Augure, tous ces gens se préparaient à la guerre et s'observaient à la hauteur de leurs propres erreurs et de leurs grandeurs oubliées. Socrate était d'une toute autre nature. La guerre n'était point son domaine. Il savait qui saurait s'en charger.

Ce fut alors le moment où le Ri vint face à lui. D'un geste théatrâle, conquérant, Socrate fit une révérence au seigneur de Bretagne.

Toutes mes félicitations Sire. J'espère que les mirages de votre Rêve sont une simple parabole de ce qui s'annonce ? Je vous le souhaite. Rome sera à vôtre côté pour vous protéger des ombres lointaines, mais, ne serait soutenir la Geste du message de cette pièce.

Enigmatique ? Pas vraiment. Oui, les Oracles seront là pour combattre à nouveau contre les Abysses, si le besoin se faisait sentir. Mais, pour le reste, d'homme à homme, la chose se présenterait sous d'autres auspices, bonnes ou mauvaises ? Socrate ne le savait pas lui même. Il laissait donc le Roi continuer ses salutations. Rester debout, ne plus baisser la tête. C'était déjà une chose que l'Augure se promettait de tenir.



Dernière édition par Python le Ven 5 Mar - 20:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ArtoriusArtoriusArmure :
Capricorne
Message Re: [Mi Mars 553] Couronnement & Rivalités [Conclusion d'event]   [Mi Mars 553] Couronnement & Rivalités [Conclusion d'event] EmptyVen 5 Mar - 19:27
Au sein de la Basilique de Camelot, les genoux sur un coussin de velours brodé des armoiries draconniques, je n'en menais pas large. J'allais devenir Roi. L'épée avait été retiré, en présence des grands de ce royaume, dans le plus grand secret, après les évènements concernant le Légat de Poséidon. Ancien chevalier d'or du Capricorne, vagabond pendant des années, j'étais arrivé au point où la destinée m'avait mené.

Rassuré, je ne l'étais pas. Soudain, on posa sur mes épaules le lourd manteau rouge doublé de fourrures d'hermine. Tout autour de moi, je ne voyais que des chevaliers qui levaient leurs épées en signe de soumission. Je ne pouvais voir leurs visages. Curieux, je levais un sourcil afin de voir les membres présents. Le premier regard que je vis fut celui qui allait devenir mon beau père, Léodagan de Carmélide.

Ce dernier portait son armure de pied en tête, lumineuse grâce à son cosmos. Personne ne pouvait douter de la majesté de cet homme. D'un certain côté, j'enviais son charisme et me demandais si le destin aurait dû le nommer à ma place. Soudain, je sentis son regard plus dur, il observait au loin derrière moi. Quelque chose avait l'air de le tracasser mais ce n'était pas le lieu pour cela... C'était lui que Myrddin m'avait conseillé des le premier jour, il serait la base même de mon règne, de sa stabilité.

A sa droite, un autre chevalier avait son épée levée au dessus de moi. Le chevalier Lancelot. Ses origines étaient mystérieuses... Deux jours auparavant, j'avais entendu Myrddin et Léodagan parler entre eux de lui. Les propos étaient sévères mais il était vrai que ses deux mentors détestaient cette forme de fanatisme de la part de Lancelot. Il était droit, fier et honorable en toute circonstance. Je pensais qu'il allait devenir mon meilleur atout dans le règne qui s'ouvrait pour moi.

A la gauche de Léodagan se trouvait le Roi d'Armorique. Le terrible Gradlon. Il était connu pour suivre plus l'ancienne religion que celle du Christ. Cela me faisait sourire, moi qui avait été un serviteur d'Athéna avant de quitter son domaine sacré afin de venir ici. Le vieux Roi semblait renfrogné comme d'habitude. Il empestait l'alcool et la marée à des centaines de lieues et j'imaginais au fond de moi même la tête de Léodagan et des autres chevaliers à côté de lui. Reste que ce dernier était un des gardiens des anciennes traditions et aussi des portes d'Avalon, il était un suivant de Poséidon et méritait en cela toute la meilleure diplomatie possible.

Soudain, on me posa sur la tête une couronne. Elle représentait le Dragon chevauchant sur les mers, le soleil et la Sagesse. Beaucoup n'en comprendrait pas le sens mais c'était une évidence pour moi. Ce signe de l'ancienne alliance était aujourd'hui à remettre en question ? Les alliances d'autrefois n'étaient plus aussi sûres.

D'un signe, on m'indiqua que je devais me lever. Je me retournais alors en ouvrant les mains vers mes invités. Deux chevaliers apparurent de chaque côté. Le premier, Gawain, portait le sceptre de ma justice. Le second, Perceval, portait l'orbe de la Sagesse sur le monde. Mon regard s'ouvrait sur la vaste assemblée qui était présente. Des personnes venues de tous les royaumes, alliés comme ennemis de demain... J'allais arpenter un chemin solitaire, au dessus du commun des mortels et des chevaliers que j'avais connu.

Une des premières choses que je remarquais, c'était la non présence des Berserkers et celle des Marinas. Etais je surpris ? Oui et non, je devais bien admettre que les derniers rapports de Léodagan étaient de nature à créer des problèmes. C'était là une chose normale pour les guerriers d'Arès. Les Marinas avaient perdu leur Légat. Comment apprendre à exister à leurs yeux alors qu'ils avaient perdu la voix de Poséidon en personne ? Je ne savais que répondre. Je n'étais plus maître de mon destin en cet instant.

Face à la représentante d'Hadès ou de cet Ase, je choisissais de répondre par le silence. Ce n'était ni le lieu ni le moment de se comporter de mauvaise manière. Le poids du sacré était sur mes épaules et l'irrespect du leur. Cependant, je notais dans un coin de mon esprit l'ensemble de leurs récriminations. Les Ligures n'étaient pas responsables de tous les drames de ce monde. Encore moins dans leur ville ! Ils avaient travaillé à créer une cité où le Verbe supplantait l'usage du cosmos. C'était une chose qui lui tenait à coeur. Mais le Légat mort, Aoife, Cathbad... Oui, la liste était longue et certaines personnes demandaient déjà réparation. Je ne pouvais occulter ce fait et me préparais déjà à la guerre.

Une fois ces personnes parties, j'avançais et arrivais vers un ami. Il était un homme qui avait été un compagnon, puis le Représentant d'Athéna sur Terre. Je savais que je pourrais lui demander de m'aider dans ce chemin. Il suivait après tout la Déesse qui m'avait sauvé des griffes des ennemis de mon père. D'un simple sourire, je lui indiquais mon amitié. Un frisson me parcourut alors, Léodagan qui passait à ma droite avec son épée avait vu cette œillade. Je comprenais. Je n'étais plus un chevalier d'Athéna mais mon coeur avait été là bas pendant tellement d'années, apprenti de la déesse elle même. Je ne pouvais me résoudre à la renier d'une façon ou d'une autre, malgré les demandes de mon protecteur à Camelot.

Je vous remercie Childéric. C'est un grand plaisir de vous revoir, cela fait tellement longtemps et nous aurons maintes occasions de parler maintenant. Ceci dit, oui, vous avez raison. Un mal tente de briser Camelot et on en voit déjà les premiers pourfendeurs. Présentez mes hommages à votre maîtresse, dés votre retour à Constantinople ! Elle aura toujours mon amitié et ma loyauté envers nos idéaux communs.

J'avançais alors sur ce long chemin pavé de pétales de roses. Saluant nos invités, je faisais des signes amicaux pour chacun, faisant mon premier devoir de premier gentilhomme de ce royaume. Soudain, une pièce tomba sur le sol. Mes voyages me permirent de comprendre sa provenance. Sa symbolique ne m'était pas étrangère... Le sang, les Vandales. Serrant les dents, je posais le pied sur la pièce en continuant mon chemin. Un pressentiment passait sur mon visage alors que je saluais le nouveau représentant de l'Evêque de Rome.

Tout le monde, au sein du monde occulte, savait que les Augures se paraient de ce titre de Légat de Rome au gré de leurs voyages en dehors de la cité éternelle. Toutefois, j'étais surpris. Je pensais que Childéric l'avait entre ses mains, dans son Sanctuaire. Sans m'en rendre compte, je tournais la tête vers le Grand Pope afin d'avoir une explication dans son regard. Un léger grognement de Léodagan me fit revenir à mes pensées et je repris mon chemin en remerciant Socrate.

Je vous remercie. Nous veillerons à ce que tous les mirages soient dépassés pour établir la vérité de notre Rêve. Je sais que je peux vous compter à nos côtés contre les soucis du Nord, enfin des mers sombres.

Je décidais de ne pas parler de la pièce. Cela n'en valait pas la peine après tout. Sur le parvis de la basilique, il allait falloir apprendre à exister sous cette couronne déjà bien lourde.

Citation :
Nous déclarons ici la fin de l'Event.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
[Mi Mars 553] Couronnement & Rivalités [Conclusion d'event]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Libro Scripturae :: Britannia :: Camelot :: Rouges-crocs-
Sauter vers: