Votez
I
II
III
IV
V


Avril 553 AD (Jusqu'au 5 mai 2021)
 
Partagez
 

 [Début Avril 553] Dans les bras d'une mère [PV : Taym]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
GhanimaGhanimaArmure :
Cuirasse de la guerre
Message [Début Avril 553] Dans les bras d'une mère [PV : Taym]   [Début Avril 553] Dans les bras d'une mère [PV : Taym] EmptyDim 7 Mar - 13:42
Il m’a été donné d’explorer cet endroit sans dieux. Et plus j’y passe du temps, plus je sens grandir à l’intérieur de moi la haine du Dédale. Le besoin de plus en plus impérieux de la conquérir. Mais les mots de Zvezdan résonnent dans mon esprit : domine plutôt que d’être dominé. Et je sais que ce besoin n’est pas vraiment le mien. C’est celui de la cuirasse alors je dois le repousser, lutter contre lui. Cette haine par contre, elle vient bien de moi. La cuirasse ne fait qu’appuyer dessus. Les mères me guident et leurs voix m’aident à affronter ses tourments. Il est important de connaître son environnement et le monde dans lequel on vit. Alors j’ai entrepris de faire le tour de cet endroit damné. Il y a des endroits pire que d’autres, que je déteste plus, qui me révulsent plus. Mais celui-là, étrangement, me rappelle certains endroits dans lesquels j’ai pu vivre. Ces grottes sombres et obscures dans le désert profond…

La cuirasse de la guerre ouvre bien des portes et personne ne semble trouver rien à redire à ce que je fais. Je ne m’intéresse pas à ceux qui sont sensés servir une famine absente. Ils ne sont pas mes enfants après tout, mais ceux d’une mère absente. Ils sont la responsabilité de Zvezdan. Mais la cuirasse impose le respect. Je me demande ce que cet endroit est véritablement, je veux dire, sans la chair qui se mélange à la pierre et semble la dévorer ou à défaut, l’assimiler. Mais, mon errance n’est pas innocente. On m’a parlé d’un fou, du genre qu’il faudrait tuer et c’est ce que je ferais quand il sera de retour de là où il est parti, avec Zvezdan. Mais on m’a parlé de celui qu’il avait fait son chien, autre centurion sous mes ordres. Or, sauvage mais pas bête, il me fallait trouver ce jeune homme. Les soldats m’ont dit l’avoir vu rôder ici la dernière fois.

Ils n’ont pas su me dire grand-chose sur lui avant que je me mette en quête de ce dernier, pas même son nom. Il semblerait que ce César n’ai fait que l’appeler merdeux et que, de toute façon, ce dernier ne s’est jamais vraiment mélanger aux restes des hommes. À vrai dire, ce César non plus, il semblait plus les terroriser qu’autres choses. J’ai entendu certains sous-officiers menacer des troufions mal dégrossie d’aller faire un tour dans la forge du dégénéré et cette simple mention a suffit à calmer les plus indisciplinés. Une menace qu’ils n’ont pas trouvé seuls, sûrement quelque chose d’ancien officier. Il faudra que j’en parle à la peau grise. J’espère ne pas perdre mon temps dans cette affaire et que je vais trouver ce petit homme rapidement. Je n’aime pas perdre mon temps…


cuirasse de la Guerre:
 



Ils viendront à l'appel de la violence: leurs visages s'offriront au vent d'est et ils recueilleront le sable captif.
[Début Avril 553] Dans les bras d'une mère [PV : Taym] Ghanim16
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2670-ghanima-memoire-de-guerre
TaymTaymArmure :
Ushumgallu

Statistiques
HP:
[Début Avril 553] Dans les bras d'une mère [PV : Taym] G-bleu0/0[Début Avril 553] Dans les bras d'une mère [PV : Taym] V-bleu  (0/0)
CP:
[Début Avril 553] Dans les bras d'une mère [PV : Taym] G-rouge0/0[Début Avril 553] Dans les bras d'une mère [PV : Taym] V-rouge  (0/0)
CC:
[Début Avril 553] Dans les bras d'une mère [PV : Taym] G-jaune0/0[Début Avril 553] Dans les bras d'une mère [PV : Taym] V-jaune  (0/0)
Message Re: [Début Avril 553] Dans les bras d'une mère [PV : Taym]   [Début Avril 553] Dans les bras d'une mère [PV : Taym] EmptyLun 8 Mar - 7:16
L’Hypothalamus. Étrangement, cet endroit est l’un de ceux qui me rappellent le plus les temps d’avant. Autour, tout est en accord avec le reste de ce qu’on peut voir au Dédale et, même s’il reste dans cette même lignée, il me renvoie aux grottes dans lesquelles on se cachait parfois. Un peu comme un abri, j’y retrouve des caractéristiques similaires, pour peu que j’accepte de faire abstraction de certains détails. Si j’oublie la chair dans la pierre, ce qui me rattache au Dédale, alors il n’est pas si mal, oui.

Pourtant, depuis quelque temps, un élément perturbateur s’empresse de ruiner ce territoire. Je me demande bien comment j’ai pu penser qu’on me laisserait tranquille, parce que c’est pas trop dans les habitudes, ici. Paraît-il qu’on me cherche, sans doute cet attardé de César qui est finalement rentré. Pas plus mal : on a des comptes à régler, mais pas tout de suite.

Adossé au mur, je m’étire comme un félin, alors que, à côté, Bestiole fait de même. Pas de trace du perturbateur, pour le moment, alors j’en profite tant que je peux, avant de me lever, calmement, pour continuer mon exploration. Le principal inconvénient, ici, c’est d’éviter les gardes qui s’y baladent. C’est sans compter que j’ai acquis quelques petites techniques, comme on s’y attend des gars dans mon genre, qui ont passé leur vie à fuir la présence des hommes.

J’espionne sans vraiment espionner, en gros. Je me fous bien de leurs racontars, de toutes les histoires sans importance qu’ils se partagent pour passer le temps. De toute manière, j’y comprendrais probablement pas grand-chose. Tout ce qui m’intéresse, c’est cette saleté qui me poursuit depuis quelques jours. Ce elle qui devrait être lui. J’arque un sourcil : une faute de formulation, je présume. Dans tous les cas, personne ne viendra me gaver dans mon antre. Auto-décidée, certes, mais antre quand même. C’est le seul qui semble correspondre.

J’en ai suffisamment entendu. Je rebrousse chemin pour retrouver l’animal qui m’attend sur place. Il attire un peu trop l’attention, moi aussi, puisqu’il paraît qu’on se ressemble, mais je reste moins gros, plus facile à dissimuler. Tandis que j’approche, je perçois un je-ne-sais quoi d’inconnu dans les parages et, aussitôt, je me cache au détour d’un couloir. Un bout de ma tête dépasse, juste le temps de voir ce qu’il se passe, notamment que la queue de Bestiole dépasse d’un rocher.

Bravo, meilleure cachette…

L’autre présence s’approche. Je peste en silence, avant de rentrer ma tête derrière le mur, de m’éloigner un peu, de changer de cachette. C’était bien le moment… Dans cette configuration, impossible de récupérer Bestiole, mais il me retrouvera bien quand il pourra. Il est fort pour ça.

Citation :
J'espère que Ghanima aime jouer à cache-cache °°
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2461-taym-berserker-de-lushumgallu https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2701-taym-ushumgallu
GhanimaGhanimaArmure :
Cuirasse de la guerre
Message Re: [Début Avril 553] Dans les bras d'une mère [PV : Taym]   [Début Avril 553] Dans les bras d'une mère [PV : Taym] EmptySam 13 Mar - 23:49
Il est difficile de voir quelque chose dans le désert, alors, ceux qui vivent dans le sable et sa fournaise apprennent à voir. Et même là, il ne fut pas vraiment difficile de repérer le monstre qui accompagne l’enfant-soldat. Il se cache avec la subtilité de ceux qui savent à moitié. C’est presque amusant de le voir ainsi penser échapper à ma vue. Comme une souris qui espère échapper au faucon qui plane haut dans le ciel. Pourtant, le rongeur ne peut éviter ses serres quand ce dernier décide de les refermer sur lui.Alors j’avance, comme si je n’avais vu ni la bête ni l’enfant et je laisse repartir. Ce n’est pas lui qui m’intéresse pour le moment. Qu’il court si cela l’amuse. Qu’il fuit s’il le désire. On n’échappe jamais vraiment à ce qu’une mère veut dire à son enfant. Et toi, petit, tu ne m’échapperas pas longtemps. Les mères me glissent dans l’oreille une légion de façons dont je pourrais m’occuper de ce petit, et elles sont, pour certaines, de bons conseils.

Alors j’avance, faucon qui tourne autour de la petite souris qui pense s’être caché à la vue de l’oiseau. Je la laisse se faufiler un peu et, quand elle se sent en sécurité, elle fait ce que n’importe quel animal acculé aurait fait à sa place. Fuir. Simplement. Une réaction normale, une réaction sage. Après tout, on ne peut rester face simplement au lion qui va nous dévorer. Il ne me faut pas beaucoup de temps pour lancer la course et manger la distance. Mon corps a toute une vie d’entraînement derrière lui et la vie hostile dans le désert en a fait une lame froide et aiguisée. À mon image. Nous courrons un peu, mais pas bien longtemps, avant que je ne pose ma main sur le cou de la bête pour la retenir. Quelle petite créature étrange. Qu’est-ce que je devrais en faire, lui tordre le cou ? L’envie de l’écraser d’un coup de talon, car j’ai simplement la force, me traverse. Cette envie me tente comme un murmure séducteur dans mon oreille. Un murmure de la cuirasse.

Je balais sa présence de mon esprit et je me contente de tenir ma prise sur l’animal par le cou que je maintiens au sol pour l’empêcher de continuer sa course. Doucement, je soulève par la peau de ce cou que je tiens et que je pourrais briser. La guerre ne se termine jamais vraiment et elle n’abandonne donc pas. Mais nous sommes plus fortes qu’elle. Alors je la chasse de nouveau et je regarde cet animal gigoter. Je ne sais pas s’il est énervé ou s’il a peur, peut être un peu des deux. Je pose mes yeux noirs sur lui et un sourire vient étirer mes traits durs.

« - Alors… qu’avons-nous là, quelle étrange petite chose... »


cuirasse de la Guerre:
 



Ils viendront à l'appel de la violence: leurs visages s'offriront au vent d'est et ils recueilleront le sable captif.
[Début Avril 553] Dans les bras d'une mère [PV : Taym] Ghanim16
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2670-ghanima-memoire-de-guerre
TaymTaymArmure :
Ushumgallu

Statistiques
HP:
[Début Avril 553] Dans les bras d'une mère [PV : Taym] G-bleu0/0[Début Avril 553] Dans les bras d'une mère [PV : Taym] V-bleu  (0/0)
CP:
[Début Avril 553] Dans les bras d'une mère [PV : Taym] G-rouge0/0[Début Avril 553] Dans les bras d'une mère [PV : Taym] V-rouge  (0/0)
CC:
[Début Avril 553] Dans les bras d'une mère [PV : Taym] G-jaune0/0[Début Avril 553] Dans les bras d'une mère [PV : Taym] V-jaune  (0/0)
Message Re: [Début Avril 553] Dans les bras d'une mère [PV : Taym]   [Début Avril 553] Dans les bras d'une mère [PV : Taym] EmptyJeu 18 Mar - 12:49
Elle arrive, la Dame en noir. Elle persiste à me faire sortir de ma tanière, à moins que ça ne soit Bestiole qui, au fond, l’intéresse. Je peux comprendre, dans une certaine mesure, même si je ne lui trouve rien d’extraordinaire. Il paraît que les animaux font toujours un grand effet auprès des gens. En peu de temps, il se fait rattraper, plaquer au sol, et je retiens un soupir désespéré. Désabusé, plutôt.

La situation me dépasse complètement. Bestiole n’agit pas aussi bêtement, d’habitude, alors peut-être que quelque chose cloche. Ou qu’il a juste décidé d’être énervant, ça marche aussi. Les deux, éventuellement.

C’est qu’il est pénible, quand il s’y met, et cette apparition m’a l’air autant dérangée. Un frisson parcourt mon échine, une sensation qui ne m’est pas inconnue. Dissimulé, je lance un œil rapide dans leur direction, pour voir si la situation à changer. Rien. Crinière d’Or n’a même plus l’air de se débattre. Il attend, simplement. Il montre les crocs, parce qu’il déteste être attrapé par le cou. C’est un truc que j’ai appris à mes dépens, à l’époque, et j’en garde les traces aujourd’hui encore.

Silencieusement, je balaie la zone aux alentours pour dénicher quelque chose. Pour dire vrai, je le laisserai bien se débrouiller, mais cette idée me révulse aussi, pour des raisons inconnues. Alors, j’attrape une pierre, pas bien certain de ce que je vais en faire.

Qu’est-c’que tu me fais pas faire…

Finalement, la pierre balance, part dans sa direction, et déjà je sors ma tête, puis mon corps, et le reste. J’en garde quelques-unes en réserve, ma lame émoussée fera l’affaire aussi, si nécessaire. Je m’accroupis, me place en posture défensive, prêt à bondir au moindre faux pas. Là encore, mes instincts me disent de foutre le camp, mais tant pis. Je les enferme un instant.

« Pas touche, c’est à moi. Lâche ça. »

On touche pas ce qui m’appartient.
Les traits durs, la voix glaciale, l’odeur menaçante, je l’interroge, presque animal.

« C’est toi qui demandes partout et qui nous suis tout le temps ? Arrête ça. Retourne sur ton territoire. »

Dégage. Si tu m’as pas trouvé jusqu’à présent, c’est précisément parce que je veux pas voir ta face. Juste mon antre, ma tranquillité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2461-taym-berserker-de-lushumgallu https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2701-taym-ushumgallu
GhanimaGhanimaArmure :
Cuirasse de la guerre
Message Re: [Début Avril 553] Dans les bras d'une mère [PV : Taym]   [Début Avril 553] Dans les bras d'une mère [PV : Taym] EmptySam 20 Mar - 17:03
Il ne faut pas longtemps pour que la bête sorte de son trou. Et s’annonce d’une manière fort peut protocolaire. C’est le genre de comportement qu’on pardonne à un enfant, pas à un soldat. Alors voyons à quel point tu combines les deux, toi qui fus le jouer d’un fou damné que je devrais sûrement un jour tuer. Sans lâcher la bestiole que je tiens par le coup, qui se démène et griffe dans le vide, j’attrape de l’autre main la pierre qu’il m’avait lancée au visage. Cette bête n’est pas plus compliquée à maintenir en place qu’un scorpion du désert. Je lui adresse alors un sourire amusé quand il me demande de lâcher la bête que je tiens. Je broie la pierre en refermant mon poing et au contraire, affermi ma poigne sur la créature qui couine un peu.

« - Alors viens me le prendre, si tu veux que je le lâche. »

Il est face à moi, comme un chat qui feule et qui bombe le dos. Les poils hérissés, il est près à mordre. Je lui offre simplement le sourire affectueux de celui qui malgré ses hurlements, apprécie le chat. N’est-ce pas là le rôle d’une mère d’aider ses enfants, même les plus difficiles. Je doute que celui-là soit le plus problématique des miens. Le chien fou qui ne vit que pour le son de sa voix sera plus gênant. Lui, il me fait penser à un enfant capricieux, qui aurait manqué d’une bonne éducation.

« - Non. Ce n’est pas ton territoire. Par contre, tu es le mien. »

La chose dans ma main profite de ce moment inattention pour essayer de me mordre. Mais de mon autre main je viens la frapper de deux doigts sur le haut du crâne. Elle pleure brièvement, se débat encore, montre ses dents mais elle n’essaie pas de mordre encore. Du moins, pour le moment. Je fais alors un pas vers le petit garçon.

« - Sais-tu où nous sommes ? Sais-tu ce que cet endroit implique et surtout, petit homme, sais-tu qui tu es ? »

Raconte moi ce que tu sais de cet endroit sans dieux. Grogne et montre les crocs si cela t’amuse. Mais tu n’es pas le genre d’animal qui peut me faire peur, petit homme. Je suis sûr que tu as l’instinct pour le voir, dans le regard que je te porte. Pourras-tu aussi lire dans le noir de mes yeux que je te veux aucun mal. Sûrement que c’est une chose que tu ne connais pas. Tu te comportes comme ceux qui n’ont connu dans leur vie que les coups et la survie. De toi, il sera possible de faire quelqu’un de fort. Mais tu ne dois pas te laisser dévorer par ta peur, par ta volonté de fuir. Tu dois faire face. Et je serais celle qui t’aidera à affronter ce monde. Que tu le veuilles ou non. Car c’est là le devoir d’une mère, le devoir d’un cardinal. Tu m’appartiens doublement.


cuirasse de la Guerre:
 



Ils viendront à l'appel de la violence: leurs visages s'offriront au vent d'est et ils recueilleront le sable captif.
[Début Avril 553] Dans les bras d'une mère [PV : Taym] Ghanim16
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2670-ghanima-memoire-de-guerre
TaymTaymArmure :
Ushumgallu

Statistiques
HP:
[Début Avril 553] Dans les bras d'une mère [PV : Taym] G-bleu0/0[Début Avril 553] Dans les bras d'une mère [PV : Taym] V-bleu  (0/0)
CP:
[Début Avril 553] Dans les bras d'une mère [PV : Taym] G-rouge0/0[Début Avril 553] Dans les bras d'une mère [PV : Taym] V-rouge  (0/0)
CC:
[Début Avril 553] Dans les bras d'une mère [PV : Taym] G-jaune0/0[Début Avril 553] Dans les bras d'une mère [PV : Taym] V-jaune  (0/0)
Message Re: [Début Avril 553] Dans les bras d'une mère [PV : Taym]   [Début Avril 553] Dans les bras d'une mère [PV : Taym] EmptyMar 23 Mar - 11:46
Bons réflexes.
Finalement, à défaut d’atterrir directement dans sa tête, la pierre aura au moins eu le mérite d’être utile pour m’en apprendre un peu plus à son sujet. Ce cadavre-là n’est définitivement pas comme les gardiens de l’antre ; pas de la même espèce, c’est sûr et certain, mais elle pue autant la mort et le sang. Elle porte l’odeur de la suffisance, du mépris et transpire de toute son assurance démesurée. Ces comportements, ça tend toujours à me mettre mal à l’aise : Nadin était aussi un gars de ce genre-là, en plus stupide.

Pire qu’une maladie.

Mes pupilles se rétractent et, sans attendre, les ressentiments m’envahissent. Pas tant contre elle en particulier, mais contre les gens comme elle, qui prolifèrent et qui s’immiscent l’air de rien. Ils s’imposent, je passe mon temps à les fuir.

Je reste sur mes gardes, la main droite sur le manche de ma lame émoussée, toujours rangée. Même s’il est encore petit, Bestiole pourrait sûrement se dégager de lui-même s’il y mettait vraiment du sien. C’est ce qu’on m’a dit, un jour, qu’il grandira. Plus, je tends à croire que celui qui me suit à la trace, soi-disant pour protéger, n’est pas aussi faible qu’il veut bien le montrer. Une bonne blague !

Son territoire, qu’elle rétorque. On dirait qu’ils se donnent le mot : d’abord une chose, puis un territoire, et après, ce sera quoi ?

« Trouve-t’en un autre. »

Un autre endroit, un autre jouet. Moi, là, je suis fatigué. Pourtant, mon instinct me hurle de ne pas la quitter des yeux. Bestiole tente une morsure, en vain, puis se prend un coup sur la tête. Je retiens une moquerie, tant l’ambiance est pesante : il a toujours aimé en rajouter.

Elle ignore ouvertement mes avertissements. Elle est vraiment comme eux, pas de doute à avoir là-dessus. Si j’en avais encore, c’est terminé. Notamment, ce pas est une insulte à mon territoire et mon retrait prend une tout autre forme, à commencer par mon corps qui se tend plus encore.

« Toi, tu bouges pas ! »

Si elle est vraiment de ce genre-là, elle s’en foutra royalement. C’est le risque que je prends, en sachant pertinemment qu’il me faudra bien assez vite une autre solution. Et, comme d’habitude, le vrai guide est absent, hein, Kâlu ? T’es étrangement silencieux, depuis qu’on est arrivé ici.

« C’est une grotte. Ma grotte. Alors dégage. J’ai rien pour les hommes comme toi. »


Choses aurait été plus approprié, vu l’odeur, mais Morrigan est quelqu’un, même si son odeur indique l’inverse. Je suppose donc qu’il en va de même pour l’autre. Puis, bon, elle lui ressemble, à ce débile de Nadin : ils transpirent les mêmes caractéristiques.

Et déjà ma main libre récupère une nouvelle pierre en chemin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2461-taym-berserker-de-lushumgallu https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2701-taym-ushumgallu
GhanimaGhanimaArmure :
Cuirasse de la guerre
Message Re: [Début Avril 553] Dans les bras d'une mère [PV : Taym]   [Début Avril 553] Dans les bras d'une mère [PV : Taym] EmptyMar 23 Mar - 15:06
Ainsi, la bête se débat. Cela montre qu’il a au moins, du caractère. Le genre qui pourrait vite l’amener à rencontrer une fin précoce, mais c’est une qualité que je sais apprécier. Il se débat, comme la bête que je tiens dans l’étreinte de ma main, mais l’un comme l’autre ne pourront pas fuir plus longtemps. Ils sont déjà faits le choix qui leur impose de rester et de servir. Il faut juste qu’il s’en rende compte. Il est difficile parfois, et je le conçois bien, de comprendre l’étendu d’un tel choix. Il est même parfois impossible de comprendre qu’on est face à ce choix tant il est violent, imposé même. Mais c’est bien de ça qu’il s’agit. Un choix. Celui de céder à l’élection ou celui de la suivre. Alors de ma main libre, l’autre toujours serré sur le cou de la petite bête, qui ne peut plus trop bouger sa tête, je viens chercher le casque qui couvre ma tête dévoiler mon visage. Je cale le casque sur l’une des excroissances de l’armure.

« - Pas tant que tu porteras mes couleurs. »

C’est pour ça que m’appartiens. Que tu fais partis de mes enfants, car tu portes les couleurs de la guerre. Tu es même sensé m’aider à la tête de mes armées mais tu ne sais pas te commander toi-même alors comment peux-tu espérer commander les autres ? Enfin, comme la bête immonde que j’ai croisée plus tôt, je saurais te trouver une utilité pour tes compétences. Un sourire amusé se dessine sur mes lèvres quand, vainement, il me demande de ne pas bouger. Je le regarde, droit dans les yeux, et simplement, je fais un nouveau pas vers lui. Rien de plus. Les mains toujours visibles, sans signe d’agression si ce n’est le cou de la chose que je pourrais briser facilement. Elle couine un peu. Je serre suffisamment pour la tenir à ma merci, mais pour ne pas l’étouffer. Cela ne me demanderait pas plus d’effort, peut être même moins.

« - Les hommes comme moi ? »

C’est donc ça la seule chose que tu désires, petit être ? Une grotte pour te cacher, un endroit pour fuir ? Mais ici, tu ne peux pas fuir. Cet endroit damné sans la lumière des dieux ne pourra pas t’offrir ce dont tu as besoin. Tu n’es pas fait pour vivre seul, tu as besoin d’une mère pour t’aider. La patience d’une mère pour ses enfants est grande. Alors je fais semblant de ne pas voir la nouvelle pierre que tu viens de saisir. Mais nous savons tous les deux ce qu’il va se passer. À moins que tu me surprennes. Mais je ne pense pas que tu prennes le risque que j’étouffe finalement ta petite chose non ? Tu sembles l’aimer, ta bestiole… Pourtant, sa vie ne tient qu’à mes deux doigts.


cuirasse de la Guerre:
 



Ils viendront à l'appel de la violence: leurs visages s'offriront au vent d'est et ils recueilleront le sable captif.
[Début Avril 553] Dans les bras d'une mère [PV : Taym] Ghanim16
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2670-ghanima-memoire-de-guerre
TaymTaymArmure :
Ushumgallu

Statistiques
HP:
[Début Avril 553] Dans les bras d'une mère [PV : Taym] G-bleu0/0[Début Avril 553] Dans les bras d'une mère [PV : Taym] V-bleu  (0/0)
CP:
[Début Avril 553] Dans les bras d'une mère [PV : Taym] G-rouge0/0[Début Avril 553] Dans les bras d'une mère [PV : Taym] V-rouge  (0/0)
CC:
[Début Avril 553] Dans les bras d'une mère [PV : Taym] G-jaune0/0[Début Avril 553] Dans les bras d'une mère [PV : Taym] V-jaune  (0/0)
Message Re: [Début Avril 553] Dans les bras d'une mère [PV : Taym]   [Début Avril 553] Dans les bras d'une mère [PV : Taym] EmptyJeu 25 Mar - 11:38
L’intrus retire enfin son masque, il dévoile son visage. Ce n’est pas pour montrer patte blanche, je le sais pertinemment : il me cherche juste différemment, me montre qu’il ne craint rien de moi. Pas la peine de le notifier, je sais déjà tout ça. Mon instinct me le crie suffisamment depuis un bon moment. Bestiole aussi, s’en est sûrement rendu compte, parce qu’il est moins stupide qu’il en a l’air. Ou, plutôt qu’une question d’intelligence, le Dédale n’a pas encore tout dévoré de nous.

Lorsqu’elle ouvre la bouche, mes doigts se resserrent d’eux-mêmes sur mon petit couteau. Je m’implante plus fortement encore sur le sol, lance un regard noir à celle qui empiète sciemment sur mon territoire. Et puis quoi encore ? C’est la première fois qu’on se croise, on a aucun lien, elle et moi. C’est très bien comme ça, d’ailleurs, parce qu’elle a la même odeur. De ce que j’en vois, les méthodes sont aussi similaires et, les hommes comme ça, ça m’insupporte assez fortement. Ce bon vieux César est un bon exemple du genre ; le genre qui ne respecte pas ses engagements, le genre qui déçoit et dont on ne devrait rien attendre. Pourtant, j’attends toujours ses explications, moi, sur toute cette mascarade. J’attends qu’on reprenne notre vrai combat.

C’est pas son cas, faut croire. Alors, je peste en silence et l’enfouie dans ma mémoire pour me recentrer sur l’autre énergumène en face, tout en regardant mes vêtements rapidement pour voir si quelque chose rappelait lesdites couleurs dont elle parle.

« Pourtant, j’vois rien de similaire à tes couleurs ici. »

Cette fois, ce n’est plus Bestiole qui grogne, mais moi. Elle s’amuse de la situation, même moi je peux voir ça, et ça tend à renforcer mes impressions. Je l’aime pas. Elle m’agace encore plus que Bestiole, que je pensais être au plus haut de ma liste. Enfin, en deuxième ou troisième position, je sais plus trop.

« Les hommes comme toi. »

Qu’elle s’étonne, s'offusque, que sais-je ; je n’irai pas plus loin dans mon explication. J’en ai pas envie, puis ce serait avouer ce que je refuse moi-même d’admettre. Je le sais, ce qui manque, les pourquoi – ou certains, en tout cas, mais si j’accepte ça, il se passera quoi ? Rien ne changera, au-delà des déceptions supplémentaires.

Mon animosité, elle, ne change pas. Les odeurs sont similaires et pourtant différentes à d’autres, et ça ne me dit rien qui vaille.

« Tu veux quoi ? »

Dis-moi ce que tu veux tant, pour me chercher partout, pour prendre Bestiole en otage et espérer que ça calme ma colère. Pour faire différemment et ne pas me laisser dans mon coin, comme d’autres l’ont fait avant toi. Ceux-là, ils m’ont laissé, et toi aussi tu le feras. Tu verras.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2461-taym-berserker-de-lushumgallu https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2701-taym-ushumgallu
GhanimaGhanimaArmure :
Cuirasse de la guerre
Message Re: [Début Avril 553] Dans les bras d'une mère [PV : Taym]   [Début Avril 553] Dans les bras d'une mère [PV : Taym] EmptySam 27 Mar - 14:23
Je te regarde d’un sourire, sans lâcher ta bête de ma main ferme. Il sera bien assez tôt pour toi d’apprendre ta leçon. Et c’est mon devoir de l’apprendre, vu qu’il semblerait que personne n’ait jugé bon de le faire jusqu’alors, ou plutôt, qu’on t’a laissé croire que tu puisses vivre ici comme tu l’entends. Il est temps de corriger ça. C’est après tout, le devoir d’une mère que de faire l’éducation de ses enfants. Mes yeux te parcourent alors de haut en bas et commencent alors ta première leçon :

« - Tu es porteur de l’Ushumgallu. L’une des cuirasses de la guerre, centurion de cette armée. Tu portes les couleurs de la guerre et je suis guerre. Mais je suppose que personne ne t’a jamais expliqué ça, pas plus que tu n’as cherché à la comprendre par toi-même, n’est ce pas ? »

Le lien entre cette bête et son maître semble grand, elle qui ne peut grogner dans ma poigne, seulement geindre pitoyablement, le voilà qui prend le relais. Un enfant-fauve ? C’est ça que tu es, petit homme ? Le genre qui n’a vécu que par lui-même, loin des hommes et de la communauté. Pourtant, ici, tu devras apprendre, j’ai la patience mais, beaucoup ne l’auront pas. Je prends le temps avec toi, pour t’expliquer ce qui n’a pas été fait. Pour t’aider à respecter tes droits et accomplir ton devoir. C’est mon rôle, celui de la mère de cette légion, mais le chef de guerre n’a pas la patience que je peux t’offrir et cette leçon de renoncement, tu devras l’apprendre vite ou t’en mordre amèrement les doigts, petit homme. Je fais ensuite un nouveau pas vers toi. Avant de répondre à ta question.

« - Je te l’ai déjà dit. Je t’ai déjà posé la question. Tu refuses de voir, pourtant, tous ne cherches pas à te blesser. Je suis là pour t’apporter certaines réponses. Je suis là pour te guider. Mais je suis là aussi pour que tu accomplisses ta part du marché, tu as déjà accepté de recevoir la cuirasse, il te faut maintenant payer pour ce que tu as déjà obtenu. »

Une vie, un foyer, un objectif, une raison de mourir. Voilà tant de choses parmi d’autres que ces cuirasses offrent, mais le prix de ces cadeaux est lourd, amère même parfois, pour ceux qui l’acceptent sans vraiment savoir. Alors, dit moi ce que tu as obtenu en devenant moitié de lion dans l’armée des fauves. Dit moi ce que tu as obtenu et je pourrais te dire ce que tu as perdu et par ce que tu as perdu, je verrais quelque genre de personne tu es. Mais, choisis bien tes mots, petit homme, une mère, bien que patiente, sait aussi quand punir un enfant qui désobéit, elle sait comment le ramener à la raison, comme un général ramène dans le rang, un officier récalcitrant. Tristement, avec le chien qui chante, vous êtes les deux à porter les centuries des armées de la guerre. Mais je saurais te rendre utile. Et, comme un autre type de pas vers toi, je relâche mon étreinte sur le cou de ta bête. La tenant cette fois, comme une mère tiens ses enfants, par la peau du cou.


cuirasse de la Guerre:
 



Ils viendront à l'appel de la violence: leurs visages s'offriront au vent d'est et ils recueilleront le sable captif.
[Début Avril 553] Dans les bras d'une mère [PV : Taym] Ghanim16
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2670-ghanima-memoire-de-guerre
TaymTaymArmure :
Ushumgallu

Statistiques
HP:
[Début Avril 553] Dans les bras d'une mère [PV : Taym] G-bleu0/0[Début Avril 553] Dans les bras d'une mère [PV : Taym] V-bleu  (0/0)
CP:
[Début Avril 553] Dans les bras d'une mère [PV : Taym] G-rouge0/0[Début Avril 553] Dans les bras d'une mère [PV : Taym] V-rouge  (0/0)
CC:
[Début Avril 553] Dans les bras d'une mère [PV : Taym] G-jaune0/0[Début Avril 553] Dans les bras d'une mère [PV : Taym] V-jaune  (0/0)
Message Re: [Début Avril 553] Dans les bras d'une mère [PV : Taym]   [Début Avril 553] Dans les bras d'une mère [PV : Taym] EmptyVen 9 Avr - 10:38
Je me décompose. Continuer à brandir Bestiole de la sorte n’est pas un problème outre mesure, parce qu’il est loin d’être fragile, mais une mention me glace le sang. Elle m’intrigue, me pousse à revoir mes défenses. Plus que tout, elle m’interpelle ; les traces infimes de curiosité se mélangent à la méfiance déjà présente. Elle grandit, simplement. Alors, c’est toute ma posture qui change, mon regard qui s’obscurcit instantanément. Il suffit d’un mot pour que l’ancien temps refasse surface et, si les silhouettes n’ont plus de visages, je les entends rire de là.

Ushumgallu.
C’est tout ce dont elle avait besoin, pour m’agacer au plus haut point.

Ses questions, je ne les entends pas. Je ne veux pas les entendre, parce que j’attends d’autres réponses pour ma part. Ma patience est limitée, et les instincts reprennent leurs droits bien plus qu’auparavant. Alors, le ton se fait plus agressif, plus dur, plus fort, aussi glacial que l’est, très certainement, mon regard.

« Comment tu connais cette histoire ? »

Des légendes stupides et farfelues de Pépé aux craintes des autres, les bribes du passé me reviennent en tête. Si ses affirmations sont vraies, alors, il est temps pour elle de le prouver, là, maintenant.

Tout de suite, réponds à mes questions. Affirmer ton avancée vers moi, relâcher Crinière d’Or ne changera rien à ce que j’attends de toi. Ne te défile pas, réponds-moi, parce que t’as l’air un peu plus calée que Pépé. Tu suis son délire, et je veux savoir pourquoi.

« Si t’es vraiment là pour m’apporter des réponses, alors parle-moi de lui. D’Ushumgallu, j’veux dire. Tu sais quoi de lui ? »


Et de Bestiole, par la même occasion. Pour moi, l’un et l’autre, c’est tout comme. Après tout, lui aussi a changé son comportement en conséquence : il observe comme jamais, silencieux, prêt à écouter, les yeux rivés sur elle. Il attend.
Pour le reste, ces histoires de cuirasse, de marché, de paiement, on aura tout le temps de voir ça après. Je ne compte pas me défiler, tu le sais, alors réponds-moi clairement, pour une fois.

Ne tourne pas en rond, ne mens pas.
Surtout pas.

Je ne laisserai fuiter aucune autre chance que celle-là, pour espérer m'attraper.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2461-taym-berserker-de-lushumgallu https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2701-taym-ushumgallu
GhanimaGhanimaArmure :
Cuirasse de la guerre
Message Re: [Début Avril 553] Dans les bras d'une mère [PV : Taym]   [Début Avril 553] Dans les bras d'une mère [PV : Taym] EmptyVen 9 Avr - 22:57
JIl semblerait que finalement, mes mots aient trouvé leur chemin vers ce petit être perdu. Mais il joue un jeu dangereux. Celui d’une bête qui n’a jamais vraiment connu de prédateur. Celui d’un enfant capricieux, qui pense que son avis a de l’importance. Mais je ne sais pas ce qui a pu marcher pour lui avant, mais ça ne marchera pas ici. Alors certes, il faut prendre du temps pour remettre dans le droit chemin un enfant perdu. L’éducation n’est pas une course de vitesse, mais un marathon de patience. Patience qu’il ne faut pas non plus sur-estimer, petit être. Et si ton instinct de conservation est aussi aiguisé que tu ne le penses pas, tu devrais ressentir dans mon regard que tu commences doucement à l’effriter. Je suis peu encline au pardon, même sur le chemin de l’éducation.

« - Avant d’exiger, tu devrais d’abord apprendre à écouter. »

Cette fois, ma voix de se faire cassante, comme celle d’une mère qui reprend son enfant après qu’il eût fait une erreur. Je suis curieuse de voir le résultat quand il tiendra le même genre de discours face à quelqu’un qui ne prendra pas le temps de le supporter. Je connais d’avance le résultat et il serait dommage que cette âme perdue soit renvoyée rejoindre les dieux avant qu’il n’ait pu comprendre l’endroit dans lequel il évolue. Au final, il est victime des termes d’un contrant qu’il n’a pas compris mais dans lequel il s’est plongé corps et âme. Je fais un nouveau pas vers lui, constant que cette créature a suivi son maître, miroir l’un de l’autre. Intéressant. Il ne s’agit donc pas simplement d’une bête de compagnie ?

« - Ushumgallu… Le dragon-lion, fils de Tiamat, la première des mères. »

Des vieilles légendes, des vieux souvenirs. Tiamat n’appartient pas au sang des mères, mais ce mythe ancien a naturellement trouvé écho dans le peuple du désert. Après tout, si elle se trouvait dans notre nature profonde, j’en aurais trouvé trace lors de ma communion avec les premières mères. Elles m’ont révélé le secret de la première mort. Mais maintenant, je suis devenue la guerre, le lion ailé qui commande aux armées. Nous partageons ce lien et comme Tiamat, je suis la mère des trois serpents.

« - Et Ushumgallu compte parmi les enfants de la guerre, comme Mushmahhu et Mushrushu. Les miens donc. Ceux qui accompagnent la guerre et marche à ses côtés. Mais tu devrais le savoir non, le dragon te suit n’est ce pas ? Il te guide même, vers ici. Vers sa mère. »

Une idée me vient, pas vraiment la mienne, soufflée par une mère dans mon oreille. Doucement, comme un hurlement attendant la réponse d’un écho dans le vide d’une caverne, je laisse la cuirasse, à travers mon cosmos, lancer un appel au dragon-lion. L’écho de se faire à travers cette petite créature, dont le cou se trouve toujours dans ma main. Il est temps qu’ l’enfant perdu retrouve sa mère pour que commence le chemin de son éducation. Et s’il ne peut être sauvé et bien, le désert prend toujours ce qui lui est du.


cuirasse de la Guerre:
 



Ils viendront à l'appel de la violence: leurs visages s'offriront au vent d'est et ils recueilleront le sable captif.
[Début Avril 553] Dans les bras d'une mère [PV : Taym] Ghanim16
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2670-ghanima-memoire-de-guerre
TaymTaymArmure :
Ushumgallu

Statistiques
HP:
[Début Avril 553] Dans les bras d'une mère [PV : Taym] G-bleu0/0[Début Avril 553] Dans les bras d'une mère [PV : Taym] V-bleu  (0/0)
CP:
[Début Avril 553] Dans les bras d'une mère [PV : Taym] G-rouge0/0[Début Avril 553] Dans les bras d'une mère [PV : Taym] V-rouge  (0/0)
CC:
[Début Avril 553] Dans les bras d'une mère [PV : Taym] G-jaune0/0[Début Avril 553] Dans les bras d'une mère [PV : Taym] V-jaune  (0/0)
Message Re: [Début Avril 553] Dans les bras d'une mère [PV : Taym]   [Début Avril 553] Dans les bras d'une mère [PV : Taym] EmptyHier à 21:03
Écouter avant d’exiger ; c’est qu’elle me ferait presque éclater de rire, celle-là, avec ses belles paroles vides. Cependant, la seule réponse est un surplus de méfiance, au-delà même du scepticisme déjà présent. Elle n’est pas apte à tenir des discours de ce genre et j’ai dans l’idée qu’elle en a conscience, sans pour autant l’accepter, le reconnaître. Celui qui exige, ici, ce n’est pas moi. Et, ça, c’est un autre problème.

Pour le moment, elle gronde vaguement, s’avance encore, Bestiole en main. Elle raconte, sans trop en dire vraiment. Une garce, en somme, qui me tend un morceau de viande pour mieux le retirer par après. Un animal qui cherche à asseoir sa domination sur les autres, ni plus, ni moins.

Dans tous les cas, elle ne m’apprend rien, au final. Ces trois informations, je les connais : la faute aux élucubrations de Pépé. C’est autre chose que j’attends, et c’est une autre chose qu’elle refuse de toute évidence de me donner.

Mais encore ?

Le reste, c’est incompréhensible, comme d’habitude. Je perçois quelques éléments, ici et là, mais uniquement parce que j’ai pu m’entraîner un peu avec… Morrigan, je crois qu’elle s’appelait comme ça. Trop de concepts pour moi et, au dédale, c’est un peu comme si tout le monde se ressemble, en dehors de quelques nuances qui sortent de temps en temps.

« Guerre ? »

Si je me souviens bien, Morrigan utilisait Mort, pour se définir. Un code, ou quelque chose du genre ? Elle me perd, avec toutes ses histoires. Elle comme les autres, d’ailleurs. Encore un coup de ce maudit César !

« Un dragon… Donc Kâlu serait un dragon ? »

Je m’interroge, un peu crédule. C’est qu’il n’a pas trop la tête d’un dragon, pour tout dire, mais bon, faut dire que j’y connais pas grand-chose non plus en dragons, alors forcément… Une fois de plus, je passe une main dans ma nuque, éclipse une grimace. Bon, elle le lâche quand ? C’est que ça commence à bien faire, là…

Puis, sans raison, ça commence à me lancer dans le crâne. Dans un premier temps, Bestiole reste calme mais, subitement, commence à se tortiller puis s'agiter plus franchement. Il grogne, essaie de se défaire de sa prise, grogne encore alors que je suis accroupis dans un coin, la tête dans les mains. Ça gratte, ça résonne, ça brûle, je sais pas trop comment définir ça. Juste que c’est chiant, insupportable, et que j’aime pas particulièrement l’effet. Ça se répercute sur Bestiole, sans grande surprise, et ça a l'air de le déranger pas mal aussi.

« C’est quoi ce bordel ? »

Je ne maîtrise plus le volume, et je me redresse brutalement, aussi vite que je m’approche de l’autre pour attraper son bras d’une main libre. Celle qui tient Bestiole et, l’autre, elle reste sur mon crâne, évidemment, tout en faisant quelques allers et retours sur mon cou, encore.

« Lâche ça ! »

Et, sans rien dire de plus, je lui arrache pour virer cette sensation dans ma nuque qui m'agace depuis un bon moment déjà.
Sans rire, ça fait mal.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2461-taym-berserker-de-lushumgallu https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2701-taym-ushumgallu
 
[Début Avril 553] Dans les bras d'une mère [PV : Taym]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Libro Scripturae :: Transylvania :: Dédale de Chair :: Hypothalamus-
Sauter vers: