Votez
I
II
III
IV
V


Avril 553 AD (Jusqu'au 5 mai 2021)
 
Partagez
 

 [Avril 553] Retour de délégation [pv Zvezdan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
LuanLuanArmure :
...
Message [Avril 553] Retour de délégation [pv Zvezdan]   [Avril 553] Retour de délégation [pv Zvezdan] EmptySam 13 Mar - 3:19
D’évidence, l’absence du Pontifex et de sa délégation à Camelot venait de prendre fin. Les couloirs du Dédale s’animaient de cette activité qui contrastait avec la tranquillité du dernier mois. S’ajoutait à cela que quelques nouveaux noms étaient apparus dans les conversations. Des Cardinaux qui arrivaient en renfort et qui se réunissaient autour du maître des lieux. Luan dans tout ça n’avait guère vraiment reçu beaucoup de visites. Une paix qui lui convenait très bien au jugé du peu d’initiatives réalisées en ce sens pour rencontrer des serviteurs d’Arès.

Seulement, ce temps de flottement allait prendre fin avec le retour de Zvezdan. L’un de ses suivants était venu lui transmettre une convocation. Une nouvelle qui serait reçu sans réaction particulière. Simplement, elle était rappelée à ses devoirs d’ambassadrice. En cette qualité, elle se rendrait vers les quartiers de la Voix d’Arès. Depuis la dernière fois, son apparence n’avait guère changé. Une expression impénétrable, protégée par un sourire agréable à quoi son regard désincarné donnait un air froid. De bonnes manières tant assimilées qu’elles paraissaient naturelles. Pourtant, cette lueur de vie n’existait pas sur son visage. Ce ne serait pas en de telles circonstances qu’elle irait s’animer, si tant est qu’elle en soit dotée.

– Pontifex, vous souhaitiez me voir ?

Contrastant avec le masque sur ses traits, Luan ne s’embarrassait d’aucune formule superflue. Il l’avait convoqué. Elle répondait donc à l’invitation. Son premier réflexe n’était pas d’endormir sa méfiance en le questionnant sur son voyage en Britannia. Pas plus qu’elle ne chercha à ouvrir un sujet qui détournerait son interlocuteur des motivations qui avaient pu le motiver à l’attirer dans son domaine. Peut-être voulait-il faire un point sur les événements passés depuis son départ. À moins qu’il ait une idée particulière en tête. Cette femme aux prunelles ophidiennes ne donnait pas l’impression de cogiter. Mais cela pouvait bien être une fausse impression.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ZvezdanZvezdanArmure :
Pontifex

Statistiques
HP:
[Avril 553] Retour de délégation [pv Zvezdan] G-bleu1800/1800[Avril 553] Retour de délégation [pv Zvezdan] V-bleu  (1800/1800)
CP:
[Avril 553] Retour de délégation [pv Zvezdan] G-rouge1350/1350[Avril 553] Retour de délégation [pv Zvezdan] V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Avril 553] Retour de délégation [pv Zvezdan] G-jaune1800/1800[Avril 553] Retour de délégation [pv Zvezdan] V-jaune  (1800/1800)
Message Re: [Avril 553] Retour de délégation [pv Zvezdan]   [Avril 553] Retour de délégation [pv Zvezdan] EmptySam 13 Mar - 6:25
- Effectivement.

Assis sur le trône en fond de pièce, accoudé, le poing contre ma tempe, j'observe celle qui a répondue à ma convocation. Dans mes yeux, l'éclat d'un regard qui sonde.

Les nouvelles vont vite. Les rumeurs deviennent des faits avérés, qui deviennent des rapports, qui deviennent mes sourcils froncés.

Les créatures, nouvelles, inhabituelles. Affiliées. « Nées du Dédale », paraît-il. « Enfants de Luan », parait-il aussi. Et il va sans dire que cette association me laisse perplexe. La perplexité d'un Homme avec l'impression qu'on a été faire quelque cachoteries dans son dos, sous son toit. Des secrets. Encore et toujours des secrets.

Dis-moi, Luan.
Devines-tu où se situe mon amour des secrets, après avoir découvert celui des Oracles ?
Devines-tu où se situe mon amour des secrets, après avoir découvert ceux de Velya ?

- L'on m'a rapporté quelques nouvelles, lors de mon séjour à Camelot. Quelques nouvelles que j'ai eu le luxe de vérifier lors d'une visite préalable en ces murs, avant mon retour plus définitif.

Ma petite escapade éthérée, pour aller à la rencontre des nouveaux Cardinaux. Là, j'ai pu écouter aux couloirs, questionner aux Berserkers. Entendre ces récits de créature, préciser ce que le rapport de Zelislaw m'a dit.

- L'on m'a parlé de créatures bavardes, étranges et étrangères. L'on m'a parlé de créatures qui réclament un héritage double : nés du Dédale, fils et filles de Luan. En somme, l'on m'a parlé de créature étranges.... Mais finalement pas si étrangères que ça.

Une sérénité paresseuse, dans ma posture. Une curiosité dangereuse, dans mon regard.
Les yeux d'un homme qui attend des réponses. Et au détour de leur éclat, une brillance qui trahit de sombres desseins, s'il ne devait pas obtenir son dû. Quelque chose de subtil, mais de bien présent.
Une lueur de prédation, pour contredire l'attitude de décontraction.

- Sauriez-vous m'en dire plus quant à cette affaire?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2032-zvezdan-cardinal-de-
LuanLuanArmure :
...
Message Re: [Avril 553] Retour de délégation [pv Zvezdan]   [Avril 553] Retour de délégation [pv Zvezdan] EmptySam 13 Mar - 14:07
L’hôte du Dédale n’avait guère vraiment changé depuis leur dernière rencontre. Il présentait la même posture, fiché dans son rôle, décontracté. Pour autant, il y avait dans cette attitude quelque chose qui ne collait pas. Une sensation particulière. Une tension, discrète. Et cette tension venait chercher des réponses, selon toute vraisemblance. Dans un premier temps, il le faisait en jaugeant son ambassadrice. Une ambassadrice qui garda son expression inchangée. Il n’y avait pas de joie ni d’angoisse à se présenter ici. Pour autant, était-il possible qu’elle ne soit pas consciente du danger ? Dans son regard particulier, ce n’était pas la lueur de l’ignorance qui brillait. Alors quoi ?

Alors, tombèrent les premières remarques. Avec elles, les premiers constats, qui n’annonçaient rien de bon. Évidemment, cette convocation n’était pas le lieu des cordialités, et cela n’offusquerait visiblement pas Luan qui écoutait, simplement, attendant de voir où ce Zvezdan voulait en venir, précisément. Cette absence de réaction, cela pouvait-il traduire l’absence de surprise ? Ou alors, qu’elle ne se sentait pas concernée ? Difficile… difficile de deviner ses pensées, pour le mur qu’elle entretenait avec ses interlocuteurs. Pourtant, aux dires de Zelislaw, sans doute avait-il évoqué la chaleur qui avait pu épouser le regard de la Sluagh en présence de l’un de ses fils, dans une scène décrite qui pouvait évoquer le macabre de la monstruosité.

Et ces monstruosités, elles seraient naturellement traduites dans la conversation. Ces créatures bavardes et étranges qui, aux yeux de cet homme, n’avaient pas leur place. À cet instant, une lueur presque imperceptible de surgir dans les yeux ophidiens de cette femme. De cette Mère. Pourtant, c’était toujours le silence qui répondait aux accusations. Un silence qui attendrait que l’ultime question soit posée. Et de surprise, sans doute, la question de Zvezdan n’attendrait pas une seconde avant de trouver une réponse directe.

– Ces créatures sont de mon fait.

Ainsi, il n’y avait pas la volonté de s’en cacher. Et ces mots n’avaient pas été prononcés à la légère. Luan semblait consciente de leur poids. Et sans détourner le regard de celui du Pontifex, elle continuerait de s’exprimer, sans non plus marquer son ton de la moindre hostilité. Elle s’expliquait, plutôt que se justifiait ou condamnait.

– Vous avez demandé à Mère ce que le Roisin Dubh pouvait vous offrir. Plus de puissance, ai-je entendu.

Ses phrases, qui ne s’embarrassaient pas d’enrobage pour en arriver directement au but, s’interrompaient un instant. Le regard de Luan, de se perdre dans le vide en ayant voulu toiser l’environnement.

– Des Vozhd vous protégeaient. Des coquilles vides qui pouvaient écharper plusieurs des vôtres. À ces monstres, je leur ai confié des âmes. Ces âmes en ont fait des soldats malléables qui peuvent être commandés. Des soldats que vous pourrez envoyer sur les citadelles qui enferment vos ambitions.

Ses yeux inhumains, de retrouver ceux de Zvezdan. L’expression, toujours aussi neutre, mais toujours avec ce sourire qui sonnait juste, sans se séparer de cette sensation étrange.

– Aucun d’entre eux n’a blessé ni menacé le moindre de vos suivants. Et il en sera ainsi des monstres qui vous « protégeaient », dorénavant.

Un signe qu’à ses yeux, cette protection de jadis était fort discutable. Des progénitures du Dédale avaient été coupées de leur Créateur Originel. C’était là son sous-entendu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ZvezdanZvezdanArmure :
Pontifex

Statistiques
HP:
[Avril 553] Retour de délégation [pv Zvezdan] G-bleu1800/1800[Avril 553] Retour de délégation [pv Zvezdan] V-bleu  (1800/1800)
CP:
[Avril 553] Retour de délégation [pv Zvezdan] G-rouge1350/1350[Avril 553] Retour de délégation [pv Zvezdan] V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Avril 553] Retour de délégation [pv Zvezdan] G-jaune1800/1800[Avril 553] Retour de délégation [pv Zvezdan] V-jaune  (1800/1800)
Message Re: [Avril 553] Retour de délégation [pv Zvezdan]   [Avril 553] Retour de délégation [pv Zvezdan] EmptySam 13 Mar - 14:50
Un silence attentif. Un silence qui écoute. Et derrière le visage d'une neutralité ferme, un silence qui juge.

J'écoute, j'analyse. Les questions et observations me viennent naturellement à l'esprit.
Cet endroit. Cet endroit et ses acteurs n'ont jamais cessés de travailler dans l'ombre des Cardinaux et Pontifex d'Arès. Derrière les artères du Dédale, une volonté autre. Indépendante, intéressée, une ambition qui n'est pas celle du Dieu de la Guerre. Pas totalement.
L'ambition de Velya. Le Faux-Dieu, le parasite, la vieille sangsue si vieille qu'elle s'invente des illusions de grandeur.

Et crois bien que je n'oublie pas, Luan. Je n'oublie pas la révélation de ta mère. Vos liens ici ont été ceux tissés avec Velya, bien avant d'être ceux tissés avec moi. Dés lors, vous aviez ma méfiance. Ma méfiance intéressée, curieuse, mais ma méfiance tout de même. Je vous ait acceptés ici, à la fois pour retirer les bénéfices à retirer d'une alliance, mais aussi pour vous garder à l'oeil, pour me faire une idée... Pour voir au plus prés nos relations se dessiner. Savoir si à terme, vous serez une épine dans mon pied, une dague dans mon dos. Et pour tout dire ? Je m'attendais à des initiatives de votre part. Tout comme je m'étais attendu à des initiatives de la part de Velya. Le « Prêtre » du Dédale avance son propre agenda, et je n'irais pas le lui reprocher. Or, je m'attendais à ce qu'il soit subtil. Quelques semaines plus tard, il attaquait l'un de mes Cardinaux.
Et maintenant, vous. Maintenant, ça.
Dis-moi, Luan. Entends-tu être aussi grotesquement indélicate que cet espèce de furoncle surhomme ?

- Je me rappelle avoir demandé ce que vous pouviez offrir, oui. Mais je n'ai pas souvenir avoir demandé ce que vous pouviez imposer. Une fermeté cassante, dans la voix. Une voix qui traîne, encore prise par cette attitude composée, mais teintée d'un début plus évident d'agaçement. Je n'ai pas souvenir avoir été consulté. Or, comme votre Mère a fait l'effort de vous introduire avant de demander à ce que vous puissiez séjourner ici, j'attends la même chose de votre part avec quelconque... Invité, que vous pourriez vouloir inviter sous Mon toit.

à croire que malgré les apparences, c'est la mère qui saisit le plus les subtilités de l'etiquette...
Sauf si cet oubli était volontaire, bien sûr. Sauf si ces « âmes » se sont avérées plus bavardes que ne l'espérait leur génitrice.
Sauf si tu as une bonne raison pour justifier tout ça.

- à l'avenir, je ne tolèrerai plus ce genre d'initiative silencieuse. En mon absence, vos requêtes et prises d'actions passent par les Cardinaux. En ma présence, elles passent par moi et moi seul. N'ai-je donc pas été assez clair à ce propos lors de notre première entrevue?

La consigne était pourtant simple : toute requête ou proposition devait passer par Zelislaw.
Courroux. Cette situation m'énerve. Ces manœuvres sous la table me fatiguent. Tous semblent prendre grand plaisir à manigancer dans mon dos. Mais celle-ci, je dois avouer que c'est une première : vouloir me vendre que c'est « pour mon bien ». Alors quoi, améliorer les gardiens du Dédale, donc ?

- Des Vozhd nous protégeaient, sans âme, et donc mués que par leurs instincts chaotiques et la volonté du Dédale. Des choses capricieuses, mais simples. Aujourd'hui, vous me parlez d'une âme. Mais avec l'âme, vient le libre-arbitre, donc la complexité, donc d'autres soucis. Qui plus est... Un court silence, le temps d'aller chercher son regard. De la fixer de deux abysses qui brillent. Des soldats malléables, donc contrôlables, certes. Mais leur allégeance n'est plus toute entière au Dédale, désormais.

Leur allégeance est à « mère ». Et mon regard se charge de terminer cette phrase.
Ma mâchoire se serre, subtilement. Mon poing force contre ma joue, jusqu'à ce qu'une phalange craque. Agaçement. Encore et toujours. Un silence, plus long cette fois-ci. Un silence après mes derniers mots, après quoique ce soit qu'elle ait pu me répondre. Un long silence qui pense. Puis, un unique mot.

- Combien?

Combien d'entre eux. Combien, qui constituent une force armée hors de mon contrôle, tout juste sous mon toit. Combien, que je décide de la marche à suivre.
Choisis bien tes mots, ambassadrice. Tu n'es qu'à une ou deux maladresses de plus de transformer une discussion tendue en quelque chose de beaucoup plus tragique.

Je n'ai plus de patience pour vos secrets, à vous tous.
Tous sans exception.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2032-zvezdan-cardinal-de-
LuanLuanArmure :
...
Message Re: [Avril 553] Retour de délégation [pv Zvezdan]   [Avril 553] Retour de délégation [pv Zvezdan] EmptySam 13 Mar - 16:30
Les mots et les reproches tombaient. Une colère grandissante qui intima à l’ambassadrice de garder le silence, le sourire se dissipant rapidement. Et au sortir de ces paroles, un silence que Luan ne viendrait pas interrompre. Un silence, qui attendait une question tranchante. Une question qui cette fois, appelait pour la première fois chez cette femme incriminée, une sourde hésitation. Son expression s’était teinte d’une gravité, mais cette fois pour trahir l’ombre d’une franche résolution. Une faille dans son masque. Pour autant, demeurait toujours cette distance dans son attitude. Quelque chose de lourd, de viscéral, qui ne ressemblait pourtant pas à du mépris. Une étrangère, c’était bien là une image qu’elle incarnait bien.

– Trois de la puissance de légionnaires. Trois du niveau de centurions. Et des dizaines de soldats.

Ses prunelles ophidiennes, de s’affaisser un peu. L’inquiétude la gagnait. Cet air placide se fendait d’évidence alors que la Destinée de ses « enfants » était mise en jeu. Des émotions enfin visibles. Elle réfléchissait, signe que les mots de ce Pontifex résonnaient dans ses pensées. Des mots ressassés. Des dangers bien identifiés.

– Vous avez raison. Vous êtes en votre bon droit. Je comprends vos mots.

Comment contredire le moindre des points qui avait été soulevé ? Comment le faire sans accentuer l’ire de ce Pontifex ? La discussion en était au stade où il n’était plus possible de s’échapper de cette ambiance hostile. Alors que dire ? Il n’y avait pas de bonne réponse à apporter.

– Vous n’êtes pas sans savoir qui nous a appelé ici à l’origine. Vous n’êtes pas sans savoir qui peut nous entendre. Vous avez parlé de libre-arbitre. De sa complexité. Nous y sommes tous soumis.

Ses yeux, de retrouver ceux acérés de son interlocuteur. Un regard écrasant, mais qu’elle ne fuyait pas.

– Ce lieu n’est pas approprié.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ZvezdanZvezdanArmure :
Pontifex

Statistiques
HP:
[Avril 553] Retour de délégation [pv Zvezdan] G-bleu1800/1800[Avril 553] Retour de délégation [pv Zvezdan] V-bleu  (1800/1800)
CP:
[Avril 553] Retour de délégation [pv Zvezdan] G-rouge1350/1350[Avril 553] Retour de délégation [pv Zvezdan] V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Avril 553] Retour de délégation [pv Zvezdan] G-jaune1800/1800[Avril 553] Retour de délégation [pv Zvezdan] V-jaune  (1800/1800)
Message Re: [Avril 553] Retour de délégation [pv Zvezdan]   [Avril 553] Retour de délégation [pv Zvezdan] EmptySam 13 Mar - 21:00
Trois de la puissance de légionnaires. Trois du niveau de centurions. Et des dizaines de soldats.

Un regard qui fixe en silence, un instant. Qui ne quitte pas, quand elle parle. Quand elle avoue son erreur. Quand elle expose sa crainte. Celle de celui qui écoute aux murs. Intérieurement, un sourire qui ne se retrouve pas sur mes lèvres. Au lieu de ça, mon esprit continue de cogiter.

Trois de la puissance de légionnaires. Trois du niveau de centurions. Et des dizaines de soldats.

Mon esprit qui continue de répéter.
Je ne sais pas quoi en penser. J'ai du mal à dire si je m'attendais à mieux ou à pire. Une force de frappe alternative, là sous mon toit. Des forces armées, qui répondent à une autre autorité. Ni la mienne, ni celle d'Arès. Des électrons libres, plus volages encore que la norme des Berserkers. Des données inconnues, instables.
Des risques.

Mais soit. Tu te penses privée de ta langue, Luan ? Soit. Je comprends. Avant de décider quoique ce soit, commençons par te redonner la parole.

- Les murs ici ne sont pas des murs d'organique. Ici, la roche n'a ni oreilles ni yeux, ni rien. Il ne s'agit que de moi, de vous, et du crépitement des braseros. Un fin sourire. Cet endroit est mon havre. Ici, je ne partage rien. C'est quelques pas dehors, lorsque les murs redeviennent de chair, que je dois... Cohabiter avec Lui.

Lui. Et tu sauas de qui je parle.

- Allez au bout de votre pensée, Dame Luan. Nous sommes entre nous.

Trois de la puissance de légionnaires. Trois du niveau de centurions. Et des dizaines de soldats.
Tseh. Et puis quoi encore.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2032-zvezdan-cardinal-de-
LuanLuanArmure :
...
Message Re: [Avril 553] Retour de délégation [pv Zvezdan]   [Avril 553] Retour de délégation [pv Zvezdan] EmptySam 13 Mar - 23:04
Sondant avec plus d’attention la salle qui les emmurait, Luan remarquait en effet que ce sentiment commun à toutes les artères du Dédale ne transpirait pas ici. Ainsi, le Pontifex était parvenu à constituer un angle mort au milieu de cette Citadelle de chair. Un constat qui devait surprendre la suivante de Mebd. Pour autant, cette surprise ne serait pas visible dans son attitude. Après tout, la situation était telle qu’elle ne possédait pas vraiment le luxe de s’arrêter sur de telles informations.

Non, des enjeux bien plus forts étaient en train de se jouer à cet instant. Des choix qui s’imposaient. Les possibilités qui se réduisaient. Car si elle se trouvait dans un tel angle mort, alors cet homme la dominait d’autant plus. Le réalisant, Luan donnerait à Zvezdan l’impression que pour la première fois, elle le regardait vraiment, sans doute pour mieux le jauger. Finalement, sa voix de rompre le silence.

– Cette puissance, c’est Velya qui l’a commandée avant même que vous rencontriez Mère. Il s’estime légitime à décider au nom d’Arès, au même titre que vous.

Ces mots ne sauraient être entendus. La Sluagh en avait parfaitement conscience, comme en témoigneraient ses prochains mots.

– Je ne vous demande pas de l’accepter. Après tout, les intentions que je vous devine ne me semblent pas suivre la voie de la cohabitation. Et à dire vrai, je ne porte pas de jugement particulier là-dessus.

Puis, son regard de tomber dans le vide qui les séparait. À cet instant, cette femme aux pupilles ophidiennes cessait de soutenir le regard de son interlocuteur. Ses mots étaient francs, mais son assurance se trouvait considérablement malmenée. Pouvait-on dire pour autant que la peur prenait le dessus ? Non, un autre sentiment l’emportait. De l’abnégation ? De la résignation ? Sur son expression, il ne se lisait pas de volonté particulière de lutter.

– Je ne suis qu’un outil. Vous pouvez me briser, ce ne sera pas suffisant pour régler vos problèmes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ZvezdanZvezdanArmure :
Pontifex

Statistiques
HP:
[Avril 553] Retour de délégation [pv Zvezdan] G-bleu1800/1800[Avril 553] Retour de délégation [pv Zvezdan] V-bleu  (1800/1800)
CP:
[Avril 553] Retour de délégation [pv Zvezdan] G-rouge1350/1350[Avril 553] Retour de délégation [pv Zvezdan] V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Avril 553] Retour de délégation [pv Zvezdan] G-jaune1800/1800[Avril 553] Retour de délégation [pv Zvezdan] V-jaune  (1800/1800)
Message Re: [Avril 553] Retour de délégation [pv Zvezdan]   [Avril 553] Retour de délégation [pv Zvezdan] EmptyDim 14 Mar - 6:26
C'est amusant, comme tu sembles perdre de cette indifférence distante, au fur et à mesure que l'étau se resserre. Je mérite ton attention tout entière, quand mes doigts sont refermés autour de ta gorge, n'est-ce pas ?

Tu fais bien de réaliser la situation dans laquelle tu es. Surtout après ces derniers aveux que tu me cèdes.

Velya. J'entends le nom, j'entends l'accord convenu par le passé. Suis-je totalement surpris ? Non. Et pourtant, même alors qu'une part de moi s'en doutait au moins un peu.. La colère monte d'un cran, irrémédiablement. Ma langue claque contre mon palet, mon poing s'ouvre en un index et un majeur qui massent contre ma tempe. Juste un instant, mes yeux se ferment, une grimace courroucée sur mes traits. Le genre de fureur douce encore contenue, mais pourtant forte, sous des traits qui en disent moins.
Mon visage dit que je suis simplement irrité.
Mon esprit me murmure de violentes pulsions.
Mes yeux trahissent ce que mon visage cache, quand ils se rouvrent.

Cette grande larve grossière approche vite de mes dernières réserves de patience.

Ce que je me contente habituellement de penser finit par passer la barrière de mes lèvres, soupir lourd à l'appui. Un soupir qui s'achève en grognement, une lassitude teintée d'une dangereuse saturation. Parce que parmi les patiences les plus hasardeuses à éprouver, celle d'un guerrier figure parmi les pires.
La mienne plus encore.

Nous nous sommes terriblement mal compris, Velya. Peut-être as-tu pensé que les choses sont les mêmes qu'il y a deux ans. Peut-être crois-tu que parce que je suis tout récent Pontifex, je n'opposerais pas résistance à tes grossières manigances sans subtilité. Tu fais erreur.
Tu apprendras les règles du jeu, ou je t'évinçerai du jeu. Quitte à en payer le prix.

 « Outil » n'est pas le terme exact.

Je lui dit ça, mon attention de nouveau toute portée vers elle. Puis, doucement, je me lève de mon trône, puis descend les quelques marches, engouffre les quelques mètres de distance qui nous séparent, jusqu'à arriver au plus prés d'elle.

 « Reine » serait un mot plus approprié, n'est-ce pas?

Je sais où se situent les dernières lubies en date de Velya. Il a essayé de les imposer à Zelislaw. Je savais déjà qu'il avait dans l'idée de se constituer une force de frappe indépendante des Cuirasses, des suivants d'Arès. Mais j'avais pensé que la réprimande suite au cas Pestilence lui aurait mis du plomb dans la tête, au moins un moment.
J'ai visiblement été naïf.

Ma main approche, doucement, sans geste brusque. Une main qui va jusqu'à s'emparer du menton de l'ambassadrice, d'une prise délicate, malgré la situation.
Un geste pour forcer le retour de son regard vers le mien.
Un geste pour qu'elle sente, cette main si douce, mais si proche de son cou.
Cette main qui n'aurait besoin que d'un peu plus de force, un peu plus de distance creusée...

Pour aller chercher sa gorge, et serrer. Serrer. Serrer.

En ça, briser la Reine aurait l'avantage de m'épargner la progéniture du Roi, non? Un silence, juste un instant. Pour jauger sa réaction. Pour lire si j'ai raison, aussi. Parce que je sais que les choses sont plus compliquées que ça, avec la grande Sangsue. Alors sous couvert d'une menace hypothétique, une pêche aux informations. Votre bonne fortune dans cette histoire, c'est que je suis un homme de secondes chances.

J'ai l'impression d'avoir trop eu l'occasion d'expliquer ça, dernièrement.
Et pourtant! Pourtant, ça n'est pas sans bénéfice, d'accepter de tendre la main une fois encore. Parce que les gens revoient leurs options et relations autrement, une fois au pied du mur, une fois confrontés à l'alternative du « amende-toi ou souffres des conséquences ». Certains aiment dire que la pitié est le trait des faibles.
À ceux là, je réponds que la pitié est le luxe des puissants. Seul celui qui domine a ne serait-ce que le pouvoir de pardonner.

Ma main quitte son menton. Un pas en arrière, pour redonner son espace vital à Luan. La même main désigne une table, sur notre droite, à l'écart du chemin qui mène jusqu'au trône. Une table, deux divans qui se font face, quelques victuailles.

Installez-vous.

Je marche jusqu'à aller m'assoir sur le divan, plutôt que m'y allonger. Le reste de cette petite discussion se fera entre quatre yeux, dans l'intimité d'un tête-à-tête à distance de bras... Plutôt que dans la distance des mètres qui séparent un trône du contrebas.
Là, au plus proche, tu n'auras pas le luxe de m'opposer ta froide neutralité.

Je veux les détails, tenants et aboutissants de votre arrangement avec Velya. Je veux que vous n'épargnez rien qui mérite mention. Donnez-moi votre honnêteté, et je saurais être raisonnable en dépit de ce que mes humeurs me murmurent. Une lueur, dans ces yeux noirs qui te dardent. Si vous vous figurez un rôle de mère vis-à-vis de votre progéniture, ne vous méprenez pas sur les intentions de Velya. Pour lui, vous êtes effectivement un outil. Vous, et votre descendance avec. Il vit dans un monde où il n'y a que Lui, ses ambitions, l'essence pour alimenter ces ambitions, et les obstacles.

Suis-je bien placé pour parler ? La question pourrait se poser, oui.
Mais j'ai encore cette... Comment dirait Velya. « Faiblesse humaine » dans mon cœur ?
L'empathie. J'ai vu l'inquiétude dans ton regard, j'ai entendu le récit de Zelislaw. Tu n'as pas peur pour toi, n'est-ce pas ?
Tu as peur pour eux. Et je sais ce que c'est, d'avoir Peur pour eux, peu importe qui peut être cet "eux". à l'empathie, je cumule la faiblesse de compassion. Parfois.
Parfois, oui.

Du bois pour son Feu. Destiné à brûler sur l'autel de ses caprices. Rien de plus, rien de moins.

Je pourrais te proposer mieux, pourvu que tu parles et que tu écoutes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2032-zvezdan-cardinal-de-
LuanLuanArmure :
...
Message Re: [Avril 553] Retour de délégation [pv Zvezdan]   [Avril 553] Retour de délégation [pv Zvezdan] EmptyDim 14 Mar - 15:41
La colère montait, indiciblement. Luan sentait bien comme la tension atteignait son point culminant dans le silence qui s’installait. Elle savait qu’aucun de ses mots ne pourraient désamorcer cette situation, inextricable. Pour autant, à mesure qu’avançait la conversation, paradoxalement, la voie de la résolution ne pouvait s’éclaircir qu’en attisant plus ce feu. C’était inévitable, sauf à gagner du temps et prendre le risque de provoquer une explosion où tous les acteurs en présence dans ce Dédale y laisseraient des plumes, quand il n’était pas question de l’éviction d’acteurs majeurs de cette citadelle qui tenait sur un équilibre fragile. Parlant de larve pour désigner le Père du Dédale, ce Pontifex montrait qu’une guerre intestine était l’unique issue possible.

Puis arriva le moment où cet homme en venait à contester le mot « outil ». Descendant des marches qui les séparaient, la fille de Sin demeurait figée, statique dans la posture qu’elle lui avait laissé à voir. Son expression ne vacillait pas, même lorsque la distance entre eux s’annula pour que le terme « Reine » soit exprimé assez proche pour souffler sur son visage. Un mot qui ne changea rien à son regard, serti de ses prunelles ambrées et de ses pupilles inhumaines. Une main s’approcha plus, jusqu’à attraper son menton. Là encore, aucune réaction de défense. Elle ne souhaitait pas lutter, et même à cet instant où la rage de ce guerrier pouvait éclater violemment contre ses os, Luan demeurait inchangée. Au moins, le Pontifex put-il parvenir à capturer son regard froid.

Vint alors la menace, attendue. Il jetait en l’air sa supposition, qui ne trouva pas la confirmation recherchée. Non, briser la Reine n’entraînerait pas de solution si aisée. Ses traits le contredisaient, et la proximité du danger leur donnaient une aura de sincérité. Suivant cela, la proposition d’une seconde chance. Là encore, pas de soulagement particulier. Plutôt une lueur de méfiance. Car au sortir de cette discussion, il ne pouvait naître qu’une alliance ou une guerre. Pas de demi-réponse. Au point où ils en étaient, une réponse si abstraite semblait impossible.

Finalement, la Voix d’Arès se recula, diminuant un peu de cette ambiance qui pouvait déraper n’importe quand, pour lui offrir de prendre place sur l’un des divans. Luan était demeurée silencieuse tout le long, et attendrait que cet homme s’installe pour y songer. Après quelques secondes, elle s’affranchit de ses hésitations pour s’asseoir devant lui. Ainsi, ils ne seraient plus séparés par cette froide distance. Une proximité qui imposait de nouvelles règles, invisibles. Une proximité où il serait plus difficile, sinon impossible, d’entretenir son masque. Et à ces règles, s’ajoutaient ces paroles qui forçaient de prendre position dans la guerre qui se profilait entre ces murs.

Si son masque avait pu se recomposer jusqu’à maintenant, une faille revint à la mention du rôle qu’il lui prêta, celui de « mère ». Ce mot faisait bien plus écho sur ses traits que celui de « reine ». Elle l’écoutait donc décrire le portrait de cette chose qu’elle avait dû rencontrer, dont elle connaissait moins les particularités que cet homme qui avait eu le temps de « cohabiter » plus longtemps avec lui. Pour autant, ils demeuraient des ennemis. Un état de fait qu’elle ne pouvait pas balayer trop facilement, quand bien même les mots du Pontifex sonnaient justes. Restait que devant cette proximité, Luan pouvait sentir une lueur fort rare. Il regardait, plutôt qu’observait. Et ce simple état de fait parvenait doucement à déglacer ses pupilles ophidiennes.

– « Reine ». Ce n’est qu’un mot. Celui de Velya. Il est le seul à lui prêter autant de valeur.

Non, cet autre mot que le maître des Berserkers avait employé plus tôt. Ce mot était plus juste. Et elle n’avait pas besoin de le préciser pour que son interlocuteur le comprenne. Quant à ce que ces nuances pouvaient signifier, c’était à lui de tirer les bonnes conclusions. Puis, arriva le moment d’un constat fort simple, qui permettrait à cet homme de bien comprendre dans quelle situation il se tenait. Non, la briser ne serait pas suffisant pour régler ses problèmes. Bien au contraire.

– Les âmes que je distribue ne m’appartiennent pas. Si vous me tuez, mes enfants ne disparaîtront pas. Si vous me tuez, ils le sentiront et vous trouverez en eux des ennemis. Et si vous les attaquez, je vous affronterai. Vous pouvez en être sûr. Dans un cas comme dans l’autre, vous gagnerez d’autres ennemis. Le Roisin Dubh se moque bien de mon sort. Mais il n’en est pas de même pour Mère. Les Sluaghs viendront à votre porte verser le sang, peu importe que ça les isole irrémédiablement de Mebd. Dans ce tableau, Velya ne manquera pas d’y trouver une opportunité.

À quoi ? Le pontifex était assez réfléchi pour le comprendre. Au jeu de l’évincement, il pouvait aussi perdre. Et Velya avait pour lui cet avantage : le Dédale était sa chair, son sang et ses os. Dans son Ventre, Zvezdan avait à composer avec un sérieux désavantage. Par ses mots, Luan éclairait dangereusement dans quelle situation il se trouvait à présent. Des mots que la Sluagh avait tout intérêt à taire. Pourtant, elle parlait.

– Le Roisin Dubh répond à une commande, celle de Velya. Je n’ai pas choisi de devenir « Reine ». Pas plus que je n’aspire à quoi que ce soit, si ce n’est me trouver un Refuge. Un Refuge où je ne serai plus trahie.

Libre au Pontifex de creuser plus certaines questions dont les réponses étaient encore incomplètes. Mais avant cela, Luan aborderait un autre point, plus important. Une ouverture. Un champ de possibilités.

– Mes enfants portent en eux des âmes faisant leur singularité. Ils ne sont pas les esclaves de Velya. Pourtant, ils ont hérité de lui sa chair. À chaque nouvelle génération, je m’approche plus du lien spirituel que Velya noue avec le Dédale. La première génération peut-être détruite ou contrôlée d’une simple volonté de sa part. Mais pour la deuxième, il en est déjà incapable, dépossédé de sa propre chair.

Le Pontifex pouvait-il entrevoir ce que Luan lui disait ? La continuité de sa pensée ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ZvezdanZvezdanArmure :
Pontifex

Statistiques
HP:
[Avril 553] Retour de délégation [pv Zvezdan] G-bleu1800/1800[Avril 553] Retour de délégation [pv Zvezdan] V-bleu  (1800/1800)
CP:
[Avril 553] Retour de délégation [pv Zvezdan] G-rouge1350/1350[Avril 553] Retour de délégation [pv Zvezdan] V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Avril 553] Retour de délégation [pv Zvezdan] G-jaune1800/1800[Avril 553] Retour de délégation [pv Zvezdan] V-jaune  (1800/1800)
Message Re: [Avril 553] Retour de délégation [pv Zvezdan]   [Avril 553] Retour de délégation [pv Zvezdan] EmptyDim 14 Mar - 17:01
Tes yeux parlent plus qu'il y a quelques instants. Mieux.

Même si ce qu'ils disent ne me plaît pas nécessairement, de prime abord. Ils disent cette absence de peur, et cette absence de « Oui », quant à cette théorie d'un Roi sans Reine qui réglerait une partie de mes soucis. Tseh. À vrai dire... à vrai dire, s'il y a une tête que j'aimerais couper, ça serait plutôt celle du Roi. Mais nous n'en sommes pas encore là.
Je fais avec ce que j'ai. J'ai une Luan, j'ai de la colère, mais j'ai aussi mon esprit qui cogite.

Prenons la première, ignorons la seconde, et trouvons une solution avec le troisième et dernier élément.

« Mère ». C'est bien ce mot, celui qui importe vraiment, hm ? Tes yeux me le disent. Et cette fois-ci, ce qu'ils disent me plaît. Alors je parle, oui. Je fixe le cadre de cette nouvelle conversation, dans cette bulle que je nous ait créé. Et je te parle du grand parasite. Je te dis mes mots de fiel, mais ultimement, mes mots sincères. Et je te demande les tiens, de mots. Des mots d'aveu, de savoir. Savoir ce qu'il en est, du lâche caché dans ses murs et artères.

- Des enfants plutôt que des sujets, n'est-ce pas?

Les yeux ne mentent pas. La question n'en est pas vraiment une, d'une certaine façon.
Même les créatures ont droit à leur foyer, non ? Leur descendance. Leur famille.
J'ai assez vogué dans les vicissitudes de ce monde fou pour ne plus craindre les monstres comme on craindrait une chose étrange et étrangère. Les monstres font peur parce qu'ils sont insondables, incompréhensibles, aliens. Une dangerosité venu d'ailleurs.

Mais patauge assez dans le rouge des champs de bataille et celui du Dédale, et tu pourrais bien finir par les voir autrement.

Des êtres pensants, avec leur âme, leur pensée et leur conscience. Qualités, défauts, lubies, ambitions. Tout. Tout ce qui fait un Homme. Alors une mère parmi les monstres, pourquoi pas ?

- Velya est un sombre abruti. Mes mots tranchent, un mépris affligé dans la voix. Subtil, en funambule sur le fil de sa place particulière au Dédale, il aurait pu trouver son compte, et j'aurais pu le tolérer. Au moins un temps. Mais c'est un abruti, alorsi il a agit comme un abruti.

Une opportunité, tu dis ? Je ne peux pas m'empêcher de te répondre d'un large sourire. La confiance d'un homme qui ne doute pas. Et pour ne pas douter face à la menace du parasite, il faut soit être fou, soit savoir ce qu'on fait. Soit les deux.
Où penses-tu que je me situe, Luan ?

- Il se pense intouchable, derrière son Dédale, derrière sa puissance, derrière son secret. Sans doute pense-t-il que je n'irais pas le dévoiler. Ça serait de la folie, après tout. Encore un peu plus large, le sourire. Mais si c'est ce qu'il faut pour le faire tomber de haut, alors tous sauront. Tous au Dédale, tous par-delà ses murs. Et le sang coulera. Plus qu'il n'a jamais coulé.

Je me demande si tu sais, toi-même, Luan. Dans tous les cas, je reste sybillin. Mais ma résolution parle d'elle même. La flamme dans mes yeux aussi.
Je leur dirait qui tu es, Velya. Qui tu es vraiment, derrière le flou du « prêtre du Dédale ». Combien te suivront, penses-tu, quand la vérité éclatera ? Les Berserkers auraient pu être tes outils. Mais si les outils se retournent définitivement contre toi ? De la main d'oeuvre perdue, transformée en menaces. Oh, sans doute que tu pourrais faire quelque chose de quelques cadavres exsangues.
Mais tout ne sera plus jamais pareil, si les gens savent. Et j'ai déjà pris mes précautions pour que le secret éclate par-delà ma mort, si je n'avais pas le temps de parler.

Mais... Mais au-delà du parasite, autre chose a titillé mon intérêt, dans tout ça. Ce schisme que je ressens, dans les mots de Luan. Un Roisin Dubh désinteressé de son sort, là où les siens sauront répondre présent. Une dissonance. Une piste à creuser.

- Et pourtant, le sort vous a lié au pire traître que la création ait chiée depuis des éons. Un venin cru, parce qu'il ne mérite que ça. Puis je vais chercher ses yeux de serpent, finalement. Un refuge, hein.

Mes yeux brûlent d'une question que je ne pose pas encore. Mais qui viendra, bien assez tôt.
D'abord, j'écoute les explications. Et dans mon esprits, les début d'idées germent à Vitesse grand V. Une piste. Une délicieuse piste à exploiter, avec ce que tu me dis sur ces générations... Tseh.
Tout ça est décidément très intéressant.

- Je vois. Intéressant. Dans un premier temps, je laisse cette piste là où elle est.. Pour revenir sur autre chose. Pour en revenir à ce Roisin Dubh qui fait peu cas de votre sort, sans doute auraient-ils eu des difficultés à se porter présent dans tous les cas. Cathbad et Aoife n'ont pas survécu à Camelot. Un nouveau regard, une nouvelle pause. De nouveau, sonder.  « Un refuge où je ne serais plus trahie », donc. Dites-moi... Quelle existence a bien pu mener à ne laisser que cette ambition seule chère à votre cœur ?

Curiosité.
Curiosité de Pontifex. Savoir ce qui motive ce pion du jeu des Dieux, encore incertain de sa position sur l'échiquier.
Curiosité d'homme. Savoir ce amène une créature à développer cet instinct maternel. Savoir quelle blessure passée a bien pu forger cette crainte de la trahison.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2032-zvezdan-cardinal-de-
LuanLuanArmure :
...
Message Re: [Avril 553] Retour de délégation [pv Zvezdan]   [Avril 553] Retour de délégation [pv Zvezdan] EmptyDim 14 Mar - 20:49

Subrepticement, le ton de la conversation changeait, s’adoucissait. Fallait-il que tombe le marteau de la colère pour détruire les murs que cette créature avait dressé devant elle ? Dans ce cas présent, il semblait que ça avait été nécessaire, effectivement. Cet homme était désormais disposé à entendre, écouter. Oui, la relation que Luan nouait avec sa progéniture n’était pas celle d’une reine envers ses sujets, mais d’une mère envers ses enfants. En cela, ces derniers étaient fondamentaux pour la saisir. Ils ne soutenaient pas son ambition. Ils étaient son ambition. Ou plutôt, ils constituaient un cadre qu’elle recherchait. Un environnement où elle se retrouvait, possiblement. Une bulle de protection, ultimement. La distance glaciale qu’elle avait posé entre les machinations politiques à l’intérieur de cette cathédrale était assez éloquente de cette réalité.

Seulement, ces intrigues l’attrapaient à la gorge. Si bien qu’elle ne disposait plus du luxe de les ignorer. Velya. Un abruti ? C’était là son opinion. Une opinion qui laissait entendre qu’une cohabitation aurait pu se tenir. Alors, d’après lui, la faute se trouvait en face ? Luan ne trouva pas d’argument à opposer. Qu’est-ce qu’une étrangère pouvait trouver à dire sur ce sujet, de toute manière ? Elle ne pouvait que récolter la réaction hilare de cet homme à la pensée que son adversaire pouvait s’engouffrer dans une faille pour le faire tomber. Ce Velya, n’approchait-il pourtant pas la puissance d’un dieu ? Ne dominait-il pas incontestablement cette bâtisse macabre ? Comment un homme pouvait-il faire preuve d’autant d’assurance au devant d’un tel ennemi ? Autant de questionnements qui pouvaient ronger la Sluagh, d’autant plus qu’elle ne discerna pas dans les yeux de son vis-à-vis cette attitude aveugle qui empêchait de saisir l’essence véritable du danger le menaçant.

Ainsi, selon lui, Velya n’était pas intouchable. Il pouvait avoir raison. Même un dieu n’est pas invincible. Elle avait pu l’observer, bien que rarement. Mais assez pour envisager que les hommes n’étaient pas impuissants. Ils ne l’étaient plus. Après tout, l’humanité ne grandissait-elle pas à un rythme tel que les dieux eux-mêmes s’en trouvaient dépassés ? Ils n’avaient pas même eu le temps de cligner des yeux qu’un Dieu unique s’était trouvé un chemin dans la masse, menaçant leur hégémonie. Luan elle-même était consciente de cette force insoupçonnée de la part de créatures a priori si faibles. Elle-même était en position de les craindre. Mais les craindre ne signifiait pas qu’elle éprouvait plus de sympathie envers les dieux, loin s’en fallait.

Alors… Alors tombèrent les sous-entendus. Des mots-clefs. Son secret. Le dévoiler. À l’intérieur, mais également, au-delà de ces murs. Ces paroles n’étaient pas innocentes. Et Luan viendrait plisser doucement les yeux devant ces remarques sibyllines. Quel secret pouvait bien retenir cette cascade de sang, dont il parlait ? L’interrogation de cette femme pouvait être visible, quand bien même elle ne l’exprimerait pas. Car des mots puissants la frapperaient. Il se pouvait bien que cette histoire telle que négociée ne pouvait s’arrêter que sur son sacrifice. C’était une possibilité qu’elle avait déjà envisagé, et qui pouvait bien la saisir à l’issue de ces échanges.

Parce qu’elle l’avait assimilé, elle avait pu montrer ce visage détaché devant les menaces du Pontifex. Un visage qui savait comme sa vie ne tenait à rien. Et comme la fatalité pouvait la dévorer. Elle connaissait l’odeur latente de la trahison. Au milieu de ces inconnus, dans son altérité, dans sa monstruosité, dans le rôle qu’il lui avait été confié, cette trahison pouvait l’étreindre n’importe quand. Peut-être de façon imminente. Effectivement, ce Zvezdan pouvait fort bien la manipuler pour soutirer un maximum d’informations, avant de baisser le masque. Alors oui, ce sort était bien oppressant. Et encore une fois, Luan ne trouvait pas matière pour le contredire. En tous les cas, il n’était pas passé à côté de ce qu’elle disait rechercher. Un refuge.

À la mention de Cathbad et d’Aoife, une lueur de surprise saisit son regard. Selon toute vraisemblance, elle n’avait pas été mise au courant de leur mort. Comment l’aurait-elle pu, enfermée entre les murs de cette cathédrale ? Malgré tout, la tristesse ne la marquait pas. Tout camarades qu’ils étaient, même là-bas, elle était une étrangère. Et une étrangère ne s’émeut pas de la disparition d’inconnus. Cette révélation tombée, une nouvelle question. Une question fort personnelle, qui valut à la Voix d’Arès de nouvelles hésitations. Des hésitations qui glacèrent de manière éphémère l’ambiance de leur conversation. Mais après tout, qu’avait-elle donc à perdre, dans cette histoire ?

– Je suis l’aînée de Sin et Calatin. Mais aussi, la première à avoir souhaité m’affranchir du poison des relations pourrissantes. Je pensais que le problème, c’était ma famille. Je craignais que les monstres dévorent celle que j’étais. J’ai cru qu’auprès des humains, je trouverais une résolution à mes tourments imbéciles. Des amitiés ont été nouées, mais les décennies ont érodé ces liens, attisé les déceptions. Ce que je recherchais, c’était un attachement plus puissant. Alors, je suis tombée amoureuse d’un humain. Nous nous sommes unis. À cet instant, j’ai touché du doigt le bonheur.

Songeuse, Luan révéla un sourire qu’elle n’avait encore jamais montré, depuis leur première rencontre. Une forme de douceur, de chaleur. De la nostalgie ?

– Nous avons adopté des enfants. Nous les avons vu grandir. Notre vie était simple. Imparfaite, mais pas assez pour nous empêcher d’être heureux.

Ce sourire, bientôt, de se faner. Son expression, de redevenir plus placide. Une distance invisible, de se dessiner.

– Mais ces imperfections ont grandi, au point où il était impossible de voir autre chose. Mon mari. Mes enfants. D’autres humains ont empoisonné mon portrait. Un monstre qu’il fallait châtier. Leur détermination est montée avec le temps, pour finalement me tendre une embuscade.

Le fait qu’elle ait survécu était éloquent sur l’issue qui dut solder cet événement. Pourtant, elle ne l’exprima pas. Elle ne cherchait pas particulièrement à le cacher. Elle ne semblait pas en avoir l’intention, en tout cas. Mais fallait-il que ces drames soient exprimés ? De la pudeur ? L'unique évidence était l'absence de fierté qui la marquait. L'absence de colère, en même temps. Aussi étonnant que ça puisse paraître. Du dépit ? Du désespoir ? Il était difficile de le jauger.

– Je me suis isolée. Mais là encore, ce n’était pas suffisant aux yeux des humains. Ils continuaient de me traquer. Puis, réalisant qu’ils n’y arriveraient pas seuls, ont missionné des chasseurs capables de me briser. Je faillis mourir plusieurs fois, jusqu’au jour où pour survivre, je dus ravaler mes sentiments. Retrouver les miens. Père était mort. Et Mère s’était trouvé une protectrice en la personne de Mebd. Une nécessité, plutôt qu’une volonté. Car les humains sont de plus en plus forts, et nous autres, Sluaghs, sommes de plus en plus faibles, au bord de l’extinction.

Ses pupilles ophidiennes, de retrouver celles de Zvezdan. Marquant une pause, elle reprenait, avec une lueur étrangement intense.

– Ne vous fourvoyez pas sur mes mots, Pontifex. Nous ne sommes pas des martyrs. Ces humains ont leurs raisons de nous chasser. Nous nous nourrissons de leurs âmes, après tout. Quand bien même, dans mon cas, cela reviendrait à manger de la merde. Je n’y prends pas de plaisir. Sans doute est-ce parce que je possède ce dégoût particulier que je suis la seule parmi mes semblables qui finisse par rejeter ces âmes, après que ces dernières aient retenu mon empreinte. Elles me sont étrangères, mais dans le même temps, elles sont Moi. Elles sont mes Enfants. En eux, résonne ce que j’ai toujours recherché. Cet attachement indestructible, bien nécessaire pour supporter mon pire ennemi : le Temps.

Ainsi était dévoilé un autre secret qui conditionnait la nature véritable des Sluaghs. Des prédateurs en puissance. Mais tout prédateurs qu’ils étaient, leur sort les portait vers la survie. Ils n’étaient pas des martyrs, de manière incontestable. Mais ils n’étaient pas non plus des diables. Ils possédaient leur propre complexité, que de simples humains ne pouvaient pas comprendre. Cela, elle le savait. Quand bien même, elle se découvrait devant l’un d’entre eux. Cet homme avait raison. Le sort était bien pervers, ironique. Mais est-ce que cela l’empêcherait de chercher sa voie ? Non.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ZvezdanZvezdanArmure :
Pontifex

Statistiques
HP:
[Avril 553] Retour de délégation [pv Zvezdan] G-bleu1800/1800[Avril 553] Retour de délégation [pv Zvezdan] V-bleu  (1800/1800)
CP:
[Avril 553] Retour de délégation [pv Zvezdan] G-rouge1350/1350[Avril 553] Retour de délégation [pv Zvezdan] V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Avril 553] Retour de délégation [pv Zvezdan] G-jaune1800/1800[Avril 553] Retour de délégation [pv Zvezdan] V-jaune  (1800/1800)
Message Re: [Avril 553] Retour de délégation [pv Zvezdan]   [Avril 553] Retour de délégation [pv Zvezdan] EmptyDim 14 Mar - 23:15
À mon sourire et mes mots qui parlent sans tout dire, répondent tes yeux qui se plissent. Ce qui me suffit à déterminer que tu ne sais pas tout. J'aurais été étonné qu'il se dévoile à ce point, de toute façon... Mais c'est bon à savoir. Alors toi aussi tu sauras, s'il m'y pousse. Toi aussi, tu apprendras comme les autres. Mais nous n'y sommes pas encore.
Toi le Faux-Dieu, tu apprendras la force d'un homme décidé et informé.
Et après, peut-être bien que tu découvriras la force d'un homme pas si lointain du domaine des Dieux, par-dessus le marché.

Loin de ce Dédale, loin de ton avantage de terrain, peut-être bien que j'aurais le luxe de prendre plaisir à te saigner comme la pourriture purulente que tu es.

Mais là aussi, pas maintenant. Je suis quelqu'un de patient. Je dois l'être.
La surprise, quand j'évoque Cathbad et Aoife. Pas une surprise peinée, affectée. Une surprise... Neutre, en fait. Ce qui me conforte dans ma théorie : Les Sluaghs du Roisin Dubh sont sans doute en périphérie de l'organisation, d'une certaine façon. À moins que ça soit Luan en particulier, qui soit en lisière du Roisin Dubh ? Que cette affectation au Dédale ait été une façon de l'éloigner, une forme de châtiment, peut-être ?
Va savoir. Piste à creuser.

En attendant... En attendant, ma curiosité indiscrète.
Besoin de savoir, pour le meneur des troupes d'Arès. Envie de savoir, pour le voyageur avide de vie. Pour autant, ma question... Eh bien. À la fois très ouverte, et très privée. Alors j'aurais pu me prendre un revers de « ça ne vous regarde pas », et j'aurais pu l'accepter, presque. J'aurais peut-être poussé un peu pour obtenir de quoi satisfaire le besoin d'information du stratège que je suis, mais sans plus. Mais... Mais après une hésitation, les mots commencent à couler. Alors je les écoute, attentivement.

Sin et Calatin. Les deux noms mis l'un avec l'autre... Je finis par mettre vaguement le doigt, sur l'origine de la mère et sa fille devant moi. Ma connaissance des mythes celtes n'est pas ce qu'elle pourrait être, alors ce sont des notions lointaines et imprécises pour moi. Mais je me rappelle des vagues contours d'une légende. Des créatures malfaisantes, chassées par Cuchulainn.
Tseh. Lui encore.

Des monstres. Et au royaume des monstres, Luan a préférée s'essayer à celui des hommes. La suite, je l'ai devinée dans les grandes lignes avant même qu'elle ne mette des mots dessus. Je connais les hommes. D'ailleurs... Plutôt que « les hommes », je devrais parler de commun des mortels.
Les dormeurs, la masse. Ceux qui ne savent pas, et ne doivent pas savoir.

Un songe dans le regard, un instant. Les yeux dans le vague.
Une vie simple, imparfaite, à chasser l'amour dans la peau d'une existence qui n'a pas le droit au bonheur simple. Pas selon les lois du fameux commun des mortels. C'est... Tseh.

D'une façon curieuse, je... Je crois que je comprends. Partiellement. Peut-être plus personnellement que ce que j'aimerais. J'ai essayé, moi aussi. Et où est-ce que ça m'a mené? Où est-ce que ça l'a menée? Et où est-ce que je me dirige, depuis cette autre rencontre ?

Les Dieux sont cruels, j'aime souvent dire.
Mais c'est oublier à quel point les hommes le sont aussi. La pomme ne tombe jamais trop loin de l'arbre.

Alors quand cruauté et crainte couvent sous le même giron, ce qui en sort ne peut qu'être funeste.
N'est-ce pas le dénouement tragique, mais logique, à écouter son récit ? Une cohabitation impossible, destinée à montrer ses limites avec le temps qui passe. Puis, après que le dernier grain de sablier soit tombé au bas, l'explosion.
C'est ce que me murmure mon esprit logique.
Mon cœur lui me murmure mon goût de braver les impossibles... Mais il me rappelle aussi toutes les fois où je me suis cassé les dents sur cette ambition. Et toutes les dents n'ont pas repoussées.

Alors au finir de tout ça, Mebd protectrice, une fois revenu parmi les siens. Nécessité, plutôt que volonté. De quoi conforter mes théories précédentes. Tsh. Oui. Oui, maintenant que je me rappelle vaguement de la légende et que j'entends ça... Je crois que je comprends mieux une partie du discours de Sin.

- à cheval entre un monde d'origine qui ne vous sied pas, et un monde d'adoption qui ne saurait totalement vous compléter. Alors au milieu de ça... Un monde votre propre conception. Littéralement. La colère nerveuse d'il y a quelques minutes n'est plus. Au lieu de ça, un calme. Un calme empathique, à sa façon. Un fin sourire, sur mes lèvres. Désabusé. On est jamais mieux servit que par soi-même, n'est-ce pas?

Un sourire qui ne reste pas.
Un regard nouveau, sur l'ambassadrice. Maintenant, je te connais. Maintenant, je sais ce qu'elle cache, cette distance froide que tu entretiens. Et d'une certaine façon... Maintenant, je comprends comment est-ce que tu as pu voir dans le Dédale un potentiel refuge adéquat. Évidemment pour ce qu'il te permet de concevoir, mais... Mais cet endroit, c'est une croisée des chemins, à sa façon.
Là où monstres et humains cohabitent. Dans la même pièce, voire, dans la même peau... Ici où les normes du commun des mortels n'ont pas d'emprise.
Tseh. Quand on y pense sous cet angle, l'endroit pourrait presque paraître charmant.

- Vous n'êtes pas des martyrs, effectivement. Vous êtes des chasseurs-proies. Et à ce deux rôles, votre opposant, c'est l'être Humain. Un soufflement de nez. Je comprends mieux votre mère.

Un silence, un instant. Une réflexion.

- Quel est l'état des relations entre vous autres et le reste du Roisin Dubh, exactement ? Quel est le rapport de force?

Des idées qui germent à mon esprit. Folles et risquées, mais... Mais valables.
Alors je lui pose ma question. Une brillance particulière dans le regard. Une idée qui luit au fond du noir de mes yeux.

Une idée qui chercher sa complice dans son regard à elle. Une pensée silencieuse, comme ce qu'elle m'a donnée plus tôt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2032-zvezdan-cardinal-de-
LuanLuanArmure :
...
Message Re: [Avril 553] Retour de délégation [pv Zvezdan]   [Avril 553] Retour de délégation [pv Zvezdan] EmptyLun 15 Mar - 1:47
Luan trouva sur les traits du Pontifex une expression foncièrement différente avec tout ce qu’il avait pu montrer depuis leur première rencontre. Et pourtant, il lui avait montré un spectre d’émotions très considérable, bien que la passion dominante se trouvait être la colère. Une colère qui possédait elle-même plusieurs visages. Les nerfs à vifs, quand bien même sa position l’intimait de se faire violence pour ne pas laisser exploser ses pulsions. Des pulsions qui auraient bien pu écourter cette conversation mal engagée. Mais au lieu de ça, il avait attendu, et lui avait laissé le temps de s’expliquer. Au-delà même, il lui avait proposé de se confier, et l’avait écoutée sans chercher à l’interrompre. Il l’avait écoutée, pour qu’à la fin, s’esquisse un sourire inattendu. Un sourire qui comprenait. Lui, un humain. Mais non pas comparable avec ceux qu’il lui avait été donné de rencontrer.

Le réalisant, son regard changeait lui aussi. Plus attentive à ce que dégageait son vis-à-vis. Plus attentive à qui il pouvait être. Non pas comme Pontifex, mais comme individu. Pour autant, instinctivement, quelque chose la retenait de vraiment regarder. Comme un blocage, presque impossible à surmonter. La simplicité appellerait ce sentiment : la prudence. Mais la réalité était plus complexe. Cet homme ne l’ignorait pas. Lui aussi, semblait coutumier de ne plus attendre quoi que ce soit d’autrui. Lui aussi, était familier des déceptions. Des déceptions destructrices. Mais des déceptions qui ne devaient pas fermer le couloir des opportunités.

Pour acquiescer à sa question, elle n’avait besoin d’aucun mot, pas plus de signe. Ses confidences se suffisaient à elles-mêmes. Retournant au silence, la Sluagh le laissait distribuer ses remarques, avant qu’une question appelle une vraie réponse. Une question pour le moins surprenante, qui demandait à Luan de la réflexion. La situation n’était vraiment pas simple au Roisin Dubh, après tout.

– Si Cathbad et Aoife ne sont plus là, alors je dirais que le rapport de force est à l’avantage de mes semblables. Certes, nous avons chacun notre identité, mais l’attachement de Mère fait qu’en dernière extrémité, nous sommes unis. Pour survivre, nous n’avons pas eu le choix. Là où les premiers fidèles de Mebd sont individualistes. Ils ignorent trop ce que c’est que de ramper pour échapper à la mort. D’ailleurs, ils sont plus maladroits à ces rituels qui font pourtant leur fierté. Pour cette raison, nous leur sommes utiles. Pour cette raison, Mebd nous a offert son toit. Mais pour ce qui est de nos relations, elles sont superficielles, fragiles. Nous sommes des pions, des outils.

Si elle n’abordait pas l’identité des autres forces en présence sous le giron de la Sorcière, la facilité avec laquelle Luan divulguait ces informations en disait long. Pour autant, la Sluagh s’interrogeait sur les intentions du Pontifex.

– Où voulez-vous en venir ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ZvezdanZvezdanArmure :
Pontifex

Statistiques
HP:
[Avril 553] Retour de délégation [pv Zvezdan] G-bleu1800/1800[Avril 553] Retour de délégation [pv Zvezdan] V-bleu  (1800/1800)
CP:
[Avril 553] Retour de délégation [pv Zvezdan] G-rouge1350/1350[Avril 553] Retour de délégation [pv Zvezdan] V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Avril 553] Retour de délégation [pv Zvezdan] G-jaune1800/1800[Avril 553] Retour de délégation [pv Zvezdan] V-jaune  (1800/1800)
Message Re: [Avril 553] Retour de délégation [pv Zvezdan]   [Avril 553] Retour de délégation [pv Zvezdan] EmptyLun 15 Mar - 13:30
L'être humain est ta proie-chasseuse, oui.
Mais tous les êtres humains n'ont pas à être ça. N'y a-t-il pas assez d'entre nous pour s'offrir le luxe du tri ?

Quand bien même. Ça entend de tendre la main à ceux qui ont longtemps aimer la couper. Et moi. Penses-tu que j'irais trahir, aussi ? Va savoir.

Va savoir où est-ce que je veux en venir. Je note les informations, précieusement gardées au fond de mon esprit. À chaque révélation, je fais le compte des opportunités crées, et de celles condamnées. Je réfléchis à la marche à suivre. Je réfléchis à quoi faire de ce Roisin Dubh fragmenté, et donc instable, lui aussi.
C'est bizarre, j'ai comme une drôle d'impression de déjà-vu.

J'attends un instant, avant de répondre. Un instant mains croisées sous mon menton, le regard dans le vague, comme un point fixé à l'horizon. Une réflexion qui dure. Pour enfin revenir accrocher le regard de serpent.

- Nulle part dans l'immédiat. À contrario de Velya, j'ai la patience de mon côté. Un comble, quand on sait de quelle genre de créature il s'agit. Disons simplement que je prévois pour l'avenir.

Et je ne sais pas encore à quelle vitesse est-ce que cet avenir va se présenter au pas de ma porte.

Le fait est que le Roisin Dubh est lié à Hadès, donc aux enfers. Le fait est que les desseins des enfers ne sont pas les miens. Le fait est que je les soupçonne d'être à l'origine de l'affaire César. Ça serait simple, non? Manoeuvrer pour faciliter l'invitation des Berserkers à Camelot, influencer l'un des sous-fifres d'Arès pour le pousser à la faute, puis profiter du chaos engendré. Profiter, pour avoir quelque chose à ajouter au laïus de fiel de Mebd, lors du couronnement. Parce que tout ça n'est qu'un prétexte, n'est-ce pas ?
Comme toujours.

Mais les coïncidences sont préocupantes. Eux qui nous invitent, eux que je sais adeptes de la manipulation mentale, eux qui auraient tout à gagner à discréditer les Ligures, les embarrasser, les embraser... Je me méfie. Sans compter qu'ils n'ont pas été bien insistants pour une rencontre. Je m'attendais à ce qu'ils viennent me voir avec X ou Y requête, pour m'inviter là-bas...
Mais peut-être que d'une certaine façon, j'ai déjà fait ma part du travail à tes yeux, Mebd. Peut-être qu'il ne s'agissait que de cette petite zizanie à faire courir dans les rues, dans les cours.

- Donc. Un refuge, disions-nous. Un refuge que vous ne sauriez trouver sous la houlette d'un Roisin Dubh affaibli, et très manifestement fragmenté... Ni dans les murs d'un Dédale en proie aux luttes intestines.

Ce terme sonne trop littéral à mon goût, sous un certain point de vue.

- Puis... Mebd saurait-elle continuer à se prétendre votre bouclier, alors même que vous avez le nombre pour vous ? Le nombre, mais aussi la maîtrise des rituels par-dessus le marché... tout ça sonne quand même très précaire, présenté de la sorte, non ? Reste donc le Dédale.

Mon dos se voûte légèrement. Accoudé à mes genoux, je la darde d'un regard qui interroge.

- Un Dédale qui saigne sur lui-même serait problématique. Or, pas de lutte sans soldat. J'ai les miens... Velya a-t-il besoin d'avoir les siens? Vos enfants ont-ils besoin de se jeter dans un combat qui ne les concerne pas ?

Ces jeux ne sont pas les tiens. Alors plutôt que te demander de prendre parti, je peux même t'offrir plus arrangeant : la neutralité.

- Je peux consentir à ce que vous continuiez votre œuvre. En échange de quoi j'attends de vous un refus catégorique si d'aventure Velya vous demande d'agir contre moi ou mes intérêts. Si votre arrangement vous mène à l'aider là où il ne me fait pas d'ombre, grand bien lui fasse. Autrement, rien ne change.

Voilà ce que je te propose, plutôt qu'une alternative où tes enfants mourront pour lui. Parce que crois-le bien : si tu me les envoie, ils mourront.

- à l'avenir, j'exige votre transparence quant à la progression de vos créations, quant à quoique ce soit d'autre que le bon sens vous murmurerai de me rapporter. Le prix de la tranquillité. Vous savez désormais que je n'aime pas découvrir les surprises par moi-même.

Un sourire entendu, une malice doucement féroce au coin de mes lèvres... Puis la fin.

- Si le futur proche me donne raison de procéder de la sorte... Alors votre famille pourra compter sur mon soutien, si d'aventure la protection du Roisin Dubh devait vous faire défaut. Voire, se retourner contre vous. Vous pourrez transmettre ça à votre mère, lui dire que je suis ouvert à discuter des modalités si les choses en arrivent là. Un signe de tête entendu. Rien n'est gratuit, vous savez comment ça marche. Mais j'aime me penser honnête en affaires.

Si. Je te donne tout ça sous la condition d'un Si, parce que je n'ai pas d'intérêt à m'impliquer plus avant Pour l'instant. Mais... Mais qui sait comment les choses vont évoluer.

Je te donne l'occasion de continuer à être Mère, Luan. Pas sans risques ni bémols, mais l'offre est là Que vas-tu en faire?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2032-zvezdan-cardinal-de-
LuanLuanArmure :
...
Message Re: [Avril 553] Retour de délégation [pv Zvezdan]   [Avril 553] Retour de délégation [pv Zvezdan] EmptyMar 16 Mar - 15:10
Le Pontifex se perdit un moment dans ses réflexions. Une attente qui commençait à peser, car la conversation avait pris une tournure où tous deux s’étaient profondément exposés. Un poids qui ne permettrait plus à Luan d’entretenir sa posture confortable de spectatrice. Une ambassadrice amenée à devenir actrice de ces conflits étrangers. Mais si c’était là le prix à payer pour survivre, alors il en serait fait ainsi. Sans faculté d’adaptation particulière, elle n’aurait pas vécu si longtemps là où de nombreux frères et sœurs rendirent leur dernier soupir dans les chasses de plus en plus destructrices organisées par les humains.

Pour le moment, cet homme s’en tiendrait à la patience. Il intégrait simplement les informations qu’il récoltait, comme autant de paramètres qui pourraient influencer plus tard ses actes. Une attitude rassurante, par certains aspects. Car s’il avait dû prendre une décision au-dessus de tels enjeux sur un coup de tête, alors il se serait donné le visage d’une créature au moins aussi capricieuse que l’ennemi qu’il méprisait. Certes, il y avait quelque chose d’angoissant à voir le tracé de son avenir reporté à plus tard. Mais Luan elle-même était un trésor de patience. Aussi parut-elle l’accepter avec facilité.

Pour l’heure, il s’agissait encore de cerner l’autre. Ses intérêts. Ses ambitions. Ses limites. Ses failles. Ce fameux refuge pouvait très bien concentrer tout cela. Un objectif bien simple, mais qui se cassait le nez sur des problématiques presque insurmontables. Zvezdan résumait bien la situation de cette Mère, par ses mots. Et qui ne disait mot consentait. Luan appliquait bien ce principe. Elle n’était pas une créature friande des paroles inutiles. Quand bien même elle dut s’exprimer longuement, plus tôt, elle s’était juste adapté à une nécessité. Les questions posées appelaient un tel développement. Si ce développement avait été réduit, sans doute la tension ne se serait-elle pas autant atténué. Était-ce un succès ? En tous les cas, elle ne lisait plus chez son interlocuteur de cette colère instable qui pouvait la broyer à tout instant.

Une entente durable, ou le recul d’une issue inévitable ? Entre ces deux possibilités, une variable. La sincérité. Mais jusqu’où fallait-il la pousser pour s’épargner d’offrir à son vis-à-vis des armes qui pourraient fort bien la condamner s’il le désirait ? Par certains aspects, tous deux étaient déjà dans cette situation de posséder sur l’autre des informations explosives qui pouvaient changer à jamais le visage du Dédale. Zvezdan pouvait convaincre le Roisin Dubh et Velya de sa traîtrise. Luan pouvait prévenir Velya des plans de Zvezdan pour le faire tomber. Avec ces armes partagées des deux côtés, il n’était plus possible de fuir.

Le laissant continuer dans son cheminement, la Voix d’Arès questionnait la pertinence à entretenir l’allégeance avec la Sorcière. Une idée lâchée comme ça, qui préparait le terrain. En cette qualité, Luan l’intégrerait simplement dans un coin de son esprit, comme son interlocuteur l’avait fait plus tôt. Puis vint une proposition qui pouvait enfin se régler dans l’immédiat. Une proposition inattendue, qui traduit une certaine surprise derrière ses prunelles ambrées. La neutralité ? Il pouvait vraiment se contenter que de cela ? Ou alors, souhaitait-il juste ne pas se précipiter dans ses plans ? Ou plutôt, désirait-il ne pas précipiter la Sluagh dans ses plans ? Encore une fois, la marque de la prudence, symptomatique du soin qu’il entendait accorder pour dessiner leurs arrangements futurs. Ses conditions étaient on ne peut plus raisonnables. Trop, par certains aspects. En effet, il entendait même de lui offrir à terme ce refuge qu’elle recherchait si désespérément. Ce pas en sa direction appelait une réponse honnête.

– Je n’ai besoin que d’une génération pour capturer le secret qui lie Velya à cette cathédrale. Cette génération verra naître deux enfants dont la puissance excédera la mienne. Mais ce sont les ultimes limites que je suis prête à m’imposer. Ces enfants serviront les intérêts d’Arès. Mais ils ne seront pas en capacité d’aller au-delà de la Transylvanie. Ils sont enracinés à cette terre, fondamentalement.

En parlant des intérêts d’Arès, elle signifiait là son entente sur l'accord proposé. Puisque ce Pontifex se présentait comme son représentant légitime, alors il le comprendrait. Et puisque Velya était illégitime à cette allégeance, alors elle ne le suivrait que dans l’intérêt d’Arès et non pas dans ses ambitions personnelles.

– Si vous acceptez, alors je vous promets de retourner ce secret contre le Roi de cette Cathédrale si d’aventure il devait s’écarter de la voie d’Arès. Cela me coûtera trois des miens, mais je suis prête à aller jusque là si je peux trouver ici le refuge que je recherche. Quant à mes enfants, j’assumerai la responsabilité de leurs fautes. Je prendrai alors les décisions qui s’imposent, quand bien même cela me demanderait de commettre le tabou pour une Mère. Mais la cohabitation sera impossible si vous leur retirez le droit de défendre leur vie.

Car dans ce Dédale de chair, les chances que sa progéniture se fasse agresser n’étaient pas moindres, loin de là. Bien sûr, les erreurs pourraient aussi venir de leur côté. Mais alors, elle s’engageait à appliquer une justice qui permettrait de coexister avec les Berserkers. Pour autant, s’il s’agissait seulement d’à terme quitter la Sorcière pour devenir l’outil d’un autre, alors il n’y avait pas grand intérêt. Malgré tout, Luan ne fermait pas la porte. Signe que la proposition ne tombait pas dans les oreilles d’une sourde. Ne venait-elle pas de parler de « cohabitation », après tout ?

– Pour ce qui est de mes semblables, je transmettrai vos mots quand j'en aurai l’opportunité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ZvezdanZvezdanArmure :
Pontifex

Statistiques
HP:
[Avril 553] Retour de délégation [pv Zvezdan] G-bleu1800/1800[Avril 553] Retour de délégation [pv Zvezdan] V-bleu  (1800/1800)
CP:
[Avril 553] Retour de délégation [pv Zvezdan] G-rouge1350/1350[Avril 553] Retour de délégation [pv Zvezdan] V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Avril 553] Retour de délégation [pv Zvezdan] G-jaune1800/1800[Avril 553] Retour de délégation [pv Zvezdan] V-jaune  (1800/1800)
Message Re: [Avril 553] Retour de délégation [pv Zvezdan]   [Avril 553] Retour de délégation [pv Zvezdan] EmptyLun 22 Mar - 23:20
Eh bien, c'est qu'on arriverait à quelque chose d'équitable ? D'intéressant ?
La discussion évolue dans un sens qui dessine les débuts d'une entente plus réelle. Alors même si la méfiance m'oblige un rappel simple – celui que les mots ne sont que des mots tant que les actes ne vont pas avec -.... Même avec ça, les choses évoluent.
Même avec ça, je te vois sous un nouveau jour, Luan. Une ouverture, dans la façade jusqu'ici ouverte qu'en apparence.

Mon regard va chercher les yeux de serpent, quand elle finit de poser ses propositions et conditions. Un regard qui sonde, qui jauge. Qui fixe d'une intensité nouvelle, d'un éclat qui a évolué dans son jugement. Un songe à mes traits, une réflexion dans mon esprit, je soupèse ce qu'on me dit.

- Ravi de voir que nous arrivons à construire quelque chose, finalement. L'ombre d'un sourire, sur mes lèvres. Je peux accepter ces conditions et termes. Vos enfants auront le droit de se défendre, comme n'importe qui d'autre ici. Vous aurez la charge et le pouvoir de faire ce qui doit être fait en cas d'impair de leur part, mais évidemment, je me réserve un droit de regard sur la question si d'aventure j'ai à redire sur ce point-ci. Ira de même dans votre sens si l'un des miens se rend coupable d'une faute envers l'un des vôtres.

Comme je le disais plus tôt : j'aime me penser honnête en affaires.
Oh, je sais aussi être malhonnête et en tirer mon profit. La malhonnêteté efficace : celle qui ne se voit pas, et qui rapporte. Mais ici, je veux mettre les choses à plat, et nous mettre sur une égalité des moyens et ressources, et donc, des implications.
Tous les deux, on a quelque chose à gagner.
Tous les deux, on a quelque chose à perdre.
Tous les deux, nous avons les nôtres à garder sous notre houlette.

Les choses vont dans le bon sens, pour l'instant. Un simple signe de tête en guise de réponse, quant à ma... Proposition aux Sluaghs, je laisse un silence planer un instant. Une poignée de secondes de réflexions. Une problématique.

- Dites-moi, Luan. Seriez-vous capable de me prêter les forces de trois de vos enfants pour une opération à venir ? Trois qui soient disciplinés, capables de comprendre des ordres simples et de se conformer à des interdits basiques. Une lueur dans le regard. La lueur d'un homme qui a de la suite dans les idées. La probématique des Citadelles qui parasitent la région est quelque chose qui dure depuis trop longtemps. Et je me dis que vous pourriez avoir votre part à jouer dans la résolution de ce désagrément. Dire de signer nos nouveaux accords dans un campagne commune... Qu'en dites vous?

Encore s'impliquer un peu plus.
Et tester les limites, forces et faiblesses de ces enfants dont tu me vantes les mérites.
Tu m'as vendu des protecteurs. Sauront-ils être des agresseurs ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2032-zvezdan-cardinal-de-
LuanLuanArmure :
...
Message Re: [Avril 553] Retour de délégation [pv Zvezdan]   [Avril 553] Retour de délégation [pv Zvezdan] EmptyMer 24 Mar - 20:23
Ainsi, tous deux étaient finalement parvenus à un arrangement. C’était revenir de loin lorsque l’on considérait comment s’était engagée cette conversation. Le Pontifex pouvait bien ajouter quelques mentions aux règlements de justice qui ordonnerait leur cohabitation à venir, Luan ne voyait d’évidence pas de problème à cela. Après tout, elle gagnait également un semblable droit de regard sur les Berserkers. C’était là très significatif du poids que lui prêtait la Voix d’Arès dans sa propre demeure. Une manière déjà de rendre son domaine plus avantageux que ce qu’elle connaissait au Roisin Dubh ? Luan gardait de cette vigilance qui l’empêchait d’ouvrir de nouveaux flancs à cet homme dont le regard dégageait une force différente à ce qu’il put montrer jusque là. La Sluagh perçut en tout cas qu’il était parfaitement sérieux dans ses engagements. Restait à voir comment cela se passerait concrètement.

Puis vint le moment d’une dernière proposition. Ou plutôt, une mise à l’épreuve. Cela faisait maintenant un certain temps que les citadelles du Siebenburgen retenaient les Berserkers d’agir librement et il fallait bien qu’à un moment, ces derniers cherchent à s’en libérer. Avec l’arrivée de nouvelles recrues ces derniers temps, l’ambassadrice ne se laissa pas surprendre par les mots de son interlocuteur. Sans doute même s’était-elle déjà préparée à cette fin, à en juger le peu de temps qu’il lui fallut pour formuler une réponse.

– Mes trois derniers enfants en seront capables. Ils ont davantage de cette profondeur d’esprit que leurs aînés et ils vous aideront dans votre entreprise.

Il ne manquait plus qu'à discuter les détails qui confineraient leur organisation future. Des échanges qui allaient durer un certain temps, à l’issue de quoi, l’invitée pourrait retourner à ses quartiers s’occuper des préparatifs.

Citation :
Fin du RP.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
[Avril 553] Retour de délégation [pv Zvezdan]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Libro Scripturae :: Transylvania :: Dédale de Chair :: Autel des sacrifices-
Sauter vers: