Votez
I
II
III
IV
V


Mai 553 AD
 
Partagez
 

 [Début Avril 553] L'Aube d'une nouvelle Mort ~ Ft Morrigan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
ŻelisławŻelisławArmure :
Cuirasse de la Pestilence

Statistiques
HP:
[Début Avril 553] L'Aube d'une nouvelle Mort ~ Ft Morrigan G-bleu1200/1200[Début Avril 553] L'Aube d'une nouvelle Mort ~ Ft Morrigan V-bleu  (1200/1200)
CP:
[Début Avril 553] L'Aube d'une nouvelle Mort ~ Ft Morrigan G-rouge650/650[Début Avril 553] L'Aube d'une nouvelle Mort ~ Ft Morrigan V-rouge  (650/650)
CC:
[Début Avril 553] L'Aube d'une nouvelle Mort ~ Ft Morrigan G-jaune1350/1350[Début Avril 553] L'Aube d'une nouvelle Mort ~ Ft Morrigan V-jaune  (1350/1350)
Message [Début Avril 553] L'Aube d'une nouvelle Mort ~ Ft Morrigan   [Début Avril 553] L'Aube d'une nouvelle Mort ~ Ft Morrigan EmptySam 20 Mar - 17:47

Le silence habite les lieux. Un silence légèrement frais. Qui vient caresser l'échine du Cavalier Blanc. Ses pas l'ont guidé jusqu'ici. Dans ce domaine qui n'est pas le sien. Mais dans lequel il s'est souvent trouvé. Pour une quelconque raison. Parfois, simplement, pour échanger un peu avec le Colosse. L'écouter chanter. Lui qui n'était peut-être pas le meilleur barde que l'on pouvait espérer. Mais qui parfois surprenait son partenaire de voyage. Oui. Haldor pouvait être surprenant. En bien. Avec sa capacité à créer des rimes là où personne n'oserait le faire. Inspiré, il l'était. Pour beaucoup de choses. Jusqu'au combat. Une bête de bataille. Oui. Il avait mérité son titre de Berserker. Une lame aiguisée. Par le froid du Grand Septentrion. Par le Sang de sa Cuirasse. Par la rage qui l'habitait. Oui. Il était surprenant. Agréablement …

Et parfois, moins. Sa plus grande surprise, finalement, aura été de disparaître. De ne plus se joindre aux frontières du Dédale. De ne plus habiter cet endroit. De ne plus être là, simplement. Ses origines ? Peut-être ont-elles parlé pour lui. Peut-être, oui … Et alors, quel choix avait-il ? Celui de les écouter. Ou celui de rester là, à ignorer une chose qui peut-être pourrait le ronger, jusqu'à l'os. Jusqu'à la moelle. Jusqu'au plus profond de son âme.
La Mort au visage d'Ursidé d'Argent, cet Ours mangeur d'Hommes, est partie. Libérant ainsi son trône et sa peau de cendres et d'acier. Pour un autre visage. Différent. Si différent … Pourtant, sûrement qu'il l'apprécierait. Il a toujours apprécié des individus … particuliers. Sûrement car il connaissait sa force. Qu'il savait que si l'un de ses frères, l'une de ses sœurs, venait à trahir sa confiance … il serait le premier à l'écraser d'un mouvement efficace. Violent.

Il était ainsi. Cet ursidé. Capable de beaucoup. Jusqu'à disparaître, sans de véritables explications. Pour n'être qu'un souvenir. Persistant. Présent. Un frère difficile à suivre. Un frère à calmer, parfois. Souvent. Un frère qui a bien failli vouloir, un jour, briser son existence. Car leurs liens étaient tissés par le mensonge. Celui peint par le Sang d'Acamas. Celui effacé par Zvezdan. Un frère qui a accepté de lui offrir une seconde chance – c'est du moins ainsi qu'il le voyait.

Alors, après cette réunion, c'est en ces lieux que ses pas l'ont porté. Dans cette grotte, silencieuse. À la fois poussé par la nostalgie et la curiosité. Car oui, un nouveau visage porte la Cuirasse de la Mort. Un visage avenant. Un visage percé de deux petites cornes. Un visage dont l'énergie mortifère épouse la fine et fragile silhouette.
Oui. Un visage bien différent du tiens. Une pensée qui arrache un léger soufflement de nez à cette silhouette encapuchonnée de blanc. Dans l'ombre du tissu de ce manteau, ses traits semblent difficiles à percevoir. Mais un léger rictus apparaît. Amusé. Par cette différence. Mais par cette ressemblance. Aussi. Cette même aura qui effacerait n'importe quel doute concernant la légitimité de Cardinal. Et pourtant, elle aussi, extrêmement différente de celle de son prédécesseur. Alors … plutôt que de jouer au jeu des sept erreurs. Plutôt que de rester dans le silence de son propre domaine. C'est vers ici que les pas l'ont guidé. Pour observer. Autant l'absence que la présence.

Mêler souvenirs tissés avec une nouvelle soie. Celle de nouveaux souvenirs. Et de curiosité à assouvir, aussi.

Voir à quel point les choses sont différentes. Voir si, comme elle l'a souhaité lors de la réunion, ils pourraient s'entendre. Et si cette entente peut s'avérer des plus fructueuses. D'une certaine façon, il ne doute pas réellement d'une potentielle entente. Est-ce l'ancien lien entre Mort et Pestilence qui parlait ? Ou simplement la première impression ?

Un mouvement. Un bruit qui tente de combler ce silence. Un visage, légèrement connu. Celui d'un soldat de la Mort. Alors, simplement, la voix de Żelisław résonne. Douce. Tranquille. « Ah. Bien. J'aimerai avoir une audience auprès de ta Maîtresse. » Quelques mots. Qui suffisent à donner un ordre. Son nom ? La personne le connaît. Tout comme son titre. Il n'y a plus qu'à attendre.

« Si elle est occupée, je saurai être patient … » De derniers mots. Pour rassurer le soldat. Et tout potentiel désagrément.
La Pestilence est pragmatique. La Mort a reçu des ordres. Précis. Clairs. Des ordres importants. Alors, oui. S'il doit attendre, il le fera. Dans les frontières de son propre domaine, si cela devait arriver.


Merci beaucoup Gawa pour l'avatar.
[Début Avril 553] L'Aube d'une nouvelle Mort ~ Ft Morrigan Mzorio20

I am the Plague you fear. Eternal Infection. A Legacy in Blood, Flesh and Nature. When you pray life, you invoke me.
Embrace me, let my chains of existence grip you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MorriganMorriganArmure :
Cardinal de la Mort

Statistiques
HP:
[Début Avril 553] L'Aube d'une nouvelle Mort ~ Ft Morrigan G-bleu1500/1500[Début Avril 553] L'Aube d'une nouvelle Mort ~ Ft Morrigan V-bleu  (1500/1500)
CP:
[Début Avril 553] L'Aube d'une nouvelle Mort ~ Ft Morrigan G-rouge900/900[Début Avril 553] L'Aube d'une nouvelle Mort ~ Ft Morrigan V-rouge  (900/900)
CC:
[Début Avril 553] L'Aube d'une nouvelle Mort ~ Ft Morrigan G-jaune1800/1800[Début Avril 553] L'Aube d'une nouvelle Mort ~ Ft Morrigan V-jaune  (1800/1800)
Message Re: [Début Avril 553] L'Aube d'une nouvelle Mort ~ Ft Morrigan   [Début Avril 553] L'Aube d'une nouvelle Mort ~ Ft Morrigan EmptyDim 21 Mar - 16:11
Une voix me tira de mes pensées au sortir de la réunion. Une réunion qui m’avait fait rencontrer des personnalités fort intrigantes. Un quatuor capable de porter loin la vision du Pontifex, d’en faire une réalité. C’était la pensée que j’en avais retiré. Mais ces espérances se verraient interrompre par l’irruption d’un soldat. L’un des miens. Il me partageait l’invitation que l’un de ces Cardinaux m’adressait. Pestilence, entendais-je. Et il attendait dans mon domaine. Celui-là même qui avait pu attirer mon attention. Celui dont les yeux me disaient qu’il connaissait. Qu’il avait eu une relation particulière avec l’ancienne Mort. À ma vision, avait-il éprouvé de la tristesse, de la nostalgie ? Je ne pouvais le savoir avant d’avoir échangé quelques mots avec lui, dans un cadre plus officieux que la convocation qui nous avait tous réunis en vue de mener les plans de bataille à venir.

Animée par une vive curiosité, je congédiai le messager afin de me préparer. Quand bien même la Voix d’Arès m’avait confié une mission ambitieuse, je pouvais bien accorder un peu de mon temps aux têtes amenées à commander les Armées de notre dieu. Pour se faire, je ne ferai pas attendre bien longtemps cet étrange occultiste. Outre ce qu’il m’avait montré, je savais de lui qu’il deviendrait plus tard le forgeron du Dédale. En effet, l’ancien dépositaire de cette fonction semblait avoir disparu. Et au-devant des guerres que nous trouverions à mener, nous aurions rapidement besoin d’un remplaçant. Une personne fiable sur qui on pourrait se reposer. D’où le besoin de mieux me familiariser avec lui. Car s’il était un individu avec qui je devais m’entendre, ce serait avec celui qui me permettrait de répéter ma violence autant que faire se peut et ce, en vue de mettre à l’épreuve ce Monde qui m’avait vu naître.

Une chose me rassurait. C’était l’expression que ce soldat m’avait montré. Effectivement, je n’avais lu sur son expression aucune peur particulière. Signe que Pestilence ne cachait pas une personnalité tyrannique. Ce pouvait être le danger de ces élections, que le pouvoir monte à la tête de ses dépositaires. Enfin, pour avoir tenu entre ces murs plus longtemps que tous les autres Cardinaux, je ne doutais pas de trouver une existence qui avait le recul sur ses responsabilités et la portée de ses fonctions.

M’avançant donc vers l’endroit où j’étais attendue, je retrouva le visage que j’avais rencontré plus tôt. À ce dernier, j’adressai un sourire avenant qui contrastait de beaucoup avec l’apparence de mon antre, lugubre. Un terrain qui changerait bien assez tôt pour mieux me convenir, mieux me ressembler. Une Mort chaleureuse, gênée par l’aura de sa Cuirasse, mortifère. Une tension dans l’air capable d’animer dans les autres âmes de ce sentiment de vulnérabilité, cette émotion faisant nous sentir mortels. Un instinct de survie qu’il ne nous plaît pas de reconnaître, nous qui aspirions naturellement à vivre.

– Pestilence, venez-vous consolider l’entente qui nous a réuni tout à l’heure ?

Un amusement transparut dans mon regard. Après tout, je me souvenais de ses mots, et je voulais voir ce qu’ils cachaient, sous ce regard froid, solitaire. Cherchait-il donc de cette chaleur qui lui faisait défaut ? À moins que…

– À moins que vous ne souhaitiez retrouver en moi les fragments de l’Ancienne Mort ? Vous en étiez proche, je me trompe ?


Merci pour l'avatar Gawa !
[Début Avril 553] L'Aube d'une nouvelle Mort ~ Ft Morrigan Morrig12
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2648-morrigan-ft-de-la-mo
ŻelisławŻelisławArmure :
Cuirasse de la Pestilence

Statistiques
HP:
[Début Avril 553] L'Aube d'une nouvelle Mort ~ Ft Morrigan G-bleu1200/1200[Début Avril 553] L'Aube d'une nouvelle Mort ~ Ft Morrigan V-bleu  (1200/1200)
CP:
[Début Avril 553] L'Aube d'une nouvelle Mort ~ Ft Morrigan G-rouge650/650[Début Avril 553] L'Aube d'une nouvelle Mort ~ Ft Morrigan V-rouge  (650/650)
CC:
[Début Avril 553] L'Aube d'une nouvelle Mort ~ Ft Morrigan G-jaune1350/1350[Début Avril 553] L'Aube d'une nouvelle Mort ~ Ft Morrigan V-jaune  (1350/1350)
Message Re: [Début Avril 553] L'Aube d'une nouvelle Mort ~ Ft Morrigan   [Début Avril 553] L'Aube d'une nouvelle Mort ~ Ft Morrigan EmptyLun 22 Mar - 2:59
Encore. Cette douceur sur laquelle se glisse ces jeunes cellules. Depuis combien de temps se divisent-elles ? Elles semblent si jeune. Ce qui lui arrache une légère nostalgie. Un déjà-vu particulier. Un sentiment, une sensation, déjà ressentie. Déjà exploitée. De nombreuses fois. Ses premiers jours. Ses premières semaines. Dans cette petite chambre, installé au creux des ombres du coin le plus éloigné de cette porte.
Mérion parlait encore. Mais Mérion écoutait, aussi. Chaque chose qui le composait. Il ressentait cette faim que son estomac à peine né cherchait à assouvir. Ces besoins les plus primaires. Jusqu'à ses cellules. Qui demandaient les nutriments dont elles avaient besoin. Qu'elles cherchaient parfois en se dévorant, mutuellement. En s'infectant, à travers ce sang. Qui s'écoulait. Le bruit d'une rivière. Le bruit d'un ruisseau. Le plus du cœur battant, entraînant les flots dans son rythme. Écouter. Imaginer. Voir cette machinerie dans ses yeux. Pour mieux savoir ce qu'il entend. Sentir ces frissons. Contre sa peau.

Et regarder. Toujours. Cette porte. Pour qu'elle ne s'ouvre. Que l'on dépose, quelque chose sans véritable goût. Une simple structure. Apprendre le mouvement de sa mâchoire, sentir les dents broyer cette masse. Manger. Avaler. Reproduire, encore, ce schéma mécanique. Pour lentement s'habituer, à tous ces sons. À tout ce Vivant qui parcours sa chair, ses nerfs. Ses veines. Jusqu'à la plus fine pointe de ses cheveux.

Alors, oui. Il reconnaît ce son de jeunesse. Mais sa nostalgie ne semble pas danser dans ses yeux. Plutôt une légère malice amusée, alors que les mots de l'avenante Faucheuse résonnent entre eux. Une malice amusée, oui. Qui bientôt se voit accompagné d'un léger basculement de la tête en arrière, l'Homoncule retirant sa capuche. À nouveau, ce visage. Cette fois, la peau de cendre laisse place à une couleur sable, plus agréable. Chaleureuse. Mais toujours deux éclats d'ambres. Qui viennent chercher à nouveau les yeux de la belle aux deux cornes. « Peut-être un peu des deux ? » Un léger rire. Alors que le jeune homme approche de quelques pas, inclinant légèrement la tête en signe de respect envers la dame des lieux.

« Nous n'avons pas eu l'occasion de nous rencontrer avant le conseil tenu par le Pontifex. Et comme il semblerait que nos souhaits convergent, apprendre à se connaître est déjà un pas en avant vers cette entente. » Un moyen de la rendre efficace, après tout. Mieux se connaître, cela signifie mieux savoir quand laisser la place à l'autre. Si le Sanctuaire se donne le droit d'avoir douze Généraux, en plus des potentiels éveillés dans les plus hautes fonctions de l'Empire … Autant profiter de l'avantage de n'être que quatre Généraux autour de Zvezdan.

Nous apprenons plus vite à nous connaître.
Nous évoluons plus efficacement.
Nous nous adaptons à l'autre. Plus facilement. Plus rapidement.
Sans pour autant perdre de vue notre objectif commun. Que nous réaliserons.


Puis. Un sourire. Un peu plus subtile. Un regard curieux. Qui l'observe. « Je ne recherche jamais à trouver les copies d'une personne, quand bien même cette dernière devait être un ami. » Une légère ironie pour ceux qui connaissent l'ancien Pontifex, dont il partage certains traits. « Mais en effet, l'Ancien Porteur de Mort était bien un ami. Nous avons, durant quelques années, voyagé ensemble. » Une époque révolue. Cela fait maintenant un certain temps que le voyage – au sens physique du terme – n'est plus un luxe dont Pestilence peut se payer. « Alors … Oui, je fais preuve d'une légère nostalgie. Mais … » Un instant, Żelisław hausse les épaules. « La vie continue et avec elle, des choses changent, mutent. De nouveaux visages apparaissent. Tandis que d'autres s'éloignent. » La nature, tout simplement.

« Je tenais aussi à vous présenter mes excuses. » Un certain silence, son regard la quittant un instant, pour observer les environs du domaine. Non pas comme une crainte d'écouter, mais plus comme une simple attention envers elle, son titre, son environnement. « J'aurai dû être présent pour vous accueillir en ces lieux. Mais mes obligations de Régent m'ont tenu fort occupé ces dernières semaines. » Jouer avec de nouveaux pions sur l'échiquier du Dédale le temps que le Pontifex ne revienne …

Voilà qui en effet pouvait paraître compliqué.


Merci beaucoup Gawa pour l'avatar.
[Début Avril 553] L'Aube d'une nouvelle Mort ~ Ft Morrigan Mzorio20

I am the Plague you fear. Eternal Infection. A Legacy in Blood, Flesh and Nature. When you pray life, you invoke me.
Embrace me, let my chains of existence grip you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MorriganMorriganArmure :
Cardinal de la Mort

Statistiques
HP:
[Début Avril 553] L'Aube d'une nouvelle Mort ~ Ft Morrigan G-bleu1500/1500[Début Avril 553] L'Aube d'une nouvelle Mort ~ Ft Morrigan V-bleu  (1500/1500)
CP:
[Début Avril 553] L'Aube d'une nouvelle Mort ~ Ft Morrigan G-rouge900/900[Début Avril 553] L'Aube d'une nouvelle Mort ~ Ft Morrigan V-rouge  (900/900)
CC:
[Début Avril 553] L'Aube d'une nouvelle Mort ~ Ft Morrigan G-jaune1800/1800[Début Avril 553] L'Aube d'une nouvelle Mort ~ Ft Morrigan V-jaune  (1800/1800)
Message Re: [Début Avril 553] L'Aube d'une nouvelle Mort ~ Ft Morrigan   [Début Avril 553] L'Aube d'une nouvelle Mort ~ Ft Morrigan EmptyMer 24 Mar - 15:55
Dans son regard, je lisais de cet amusement, de cette appréciation à mon endroit. Quelque chose que je lui rendais bien, me mettant naturellement au diapason pour mettre en confiance mon interlocuteur. Une attitude permettant de taire progressivement cette aura mortifère traînée par ma cuirasse. Alors, je le vis retirer sa capuche, découvrir davantage son visage. Lui aussi avait quelques particularités physiques qui sortaient un peu de l’ordinaire. Mais je serais bien hypocrite de m’y attarder plus que de raison. Au fond, ce n’était pas cela qui m’intéressait. Autrement, je n’aurais pas prolongé cette conversation avec Alastair, dont l’apparence aurait pu me dissuader à juste titre.

Un peu des deux, donc. Une initiative partagée entre son sens du devoir et la plus naturelle nostalgie, pour l’amitié qu’il semblait avoir gardé de l’ancien Porteur de la Mort. À sa remarque, je ne pouvais évidemment qu’acquiescer, ne cherchant pas à contenir la lueur de curiosité qui habitait mon regard. Vint alors le moment de plus amples explications. Il ne cherchait pas retrouver en moi la copie qu’il avait connu. C’était là une bonne chose. Autrement, il aurait été grandement déçu. Enfin, ça n’allait pas pour autant effacer de son esprit les liens qu’il avait pu tisser par le passé.

Silencieuse, je l’écoutais ne pas se confondre dans son passé. Continuer d’aller de l’avant. En cela, il ne pouvait que se gagner mon intérêt. Peut-être que ce Cardinal se trouvait moins en perdition que le reste des Berserkers. Une supposition qui serait bientôt confirmée ou infirmée, je n’en doutais pas. En règle générale, il fallait peu de temps pour que les serviteurs d’Arès dévoilent leur véritable nature. En revanche, quand tombèrent les excuses, je devais exprimer un certain étonnement, attendant ensuite de voir où cet homme voulait en venir. Lorsque j’en entendus la raison, je ne pus m’empêcher de retenir un léger rire.

– Il est en effet regrettable que sa seigneurie le Régent n’ait pu accorder de son temps à une misérable telle que moi !

Bien sûr, l’intonation que je prenais trahissait mon manque de sérieux. Simplement parce que ces drôles d’excuses n’appelaient pas à ça. Il avait eu ses raisons, ses occupations, que j’ignorais. Et je n’allais pas lui en tenir rigueur. Après tout, parmi les Cardinaux, nous étions égaux.

– Vous avez raison, la Vie se doit de trouver son chemin. Elle est de ces expériences qui se renouvellent sans cesse, agitant en nos âmes les émotions aux fondements de ce que nous sommes.

Mes yeux pétillaient de curiosité alors que je revenais sur ces belles réflexions, qui ne pouvaient que me convenir. Aussi, je m’approcha de deux pas afin d’atténuer un peu la distance qui nous séparait. Pour autant, je veillais à ne pas dépasser certaines limites. Il me fallait encore mieux le cerner.

– Je me demande… Quelles purent-être vos expériences avec l’ancienne Mort ? Je me demande… Jusqu’à quel point ont-elles contribué à faire de vous l’homme que vous êtes aujourd’hui ?

Je tâtais le terrain, tranquillement. Et je verrai bien plus tard où ça me mènerait.


Merci pour l'avatar Gawa !
[Début Avril 553] L'Aube d'une nouvelle Mort ~ Ft Morrigan Morrig12
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2648-morrigan-ft-de-la-mo
ŻelisławŻelisławArmure :
Cuirasse de la Pestilence

Statistiques
HP:
[Début Avril 553] L'Aube d'une nouvelle Mort ~ Ft Morrigan G-bleu1200/1200[Début Avril 553] L'Aube d'une nouvelle Mort ~ Ft Morrigan V-bleu  (1200/1200)
CP:
[Début Avril 553] L'Aube d'une nouvelle Mort ~ Ft Morrigan G-rouge650/650[Début Avril 553] L'Aube d'une nouvelle Mort ~ Ft Morrigan V-rouge  (650/650)
CC:
[Début Avril 553] L'Aube d'une nouvelle Mort ~ Ft Morrigan G-jaune1350/1350[Début Avril 553] L'Aube d'une nouvelle Mort ~ Ft Morrigan V-jaune  (1350/1350)
Message Re: [Début Avril 553] L'Aube d'une nouvelle Mort ~ Ft Morrigan   [Début Avril 553] L'Aube d'une nouvelle Mort ~ Ft Morrigan EmptyMar 13 Juil - 11:16
Un léger sourire vient se poser sur les lèvres de Pestilence. Amusé par la petite taquinerie de la Mort. Le visage, l'apparence et même l'essence n'étaient pas les seules choses qui divergeaient de l'Ursidé Septentrional. l'Homoncule n'imaginait pas cette demoiselle frapper son épaule d'une tape forte, amicale. Ni encore moins modifier son nom selon son bon vouloir.
Dire que ces petites choses ne manquent pas à Żelisław serait un mensonge. Mais, comme le diraient certains : sans le conflit, les éléments de la création ne seraient autant que des pierres dépourvues de mouvements et de sentiments. Cette même logique s'applique au changement, à ce renouvellement perpétuel qui est un conflit contre l'immobilisme. Celui qui ne peut s'adapter à cela. Celle qui ne peut l'accepter, n'a qu'une seule destinée. Être cette statue de sel, de pierre, ou de métal. Incapable d'évoluer. Capable, simplement, de sentir l'eau ruisseler sur son corps. De sentir l'humidité ronger chaque parcelle de cette silhouette, années après années.

Une destinée à laquelle l'homoncule se refuse. Car ce n'est ni du sel, de la pierre ou de l'acier que Pestilence est née. Mais bien avec cette chair. Qui grandit. Change. Vie. Meurs.
Quant aux souvenirs. Eh bien, que les vestiges restent ce qu'ils sont : d'agréables panorama, ou de terribles images, carburant de cette évolution, mais aucunement une cellule dans laquelle la seule chose serait de répéter, sans cesse ce passé. Tu dois avoir du mal à comprendre de quoi nous parlons … N'est-ce pas, Mérion ? Au fond, c'est ce que le héros est devenu. Une statue de sel. Qui se plaint de sa gloire passée. Qui attend son retour. Impatient. Incapable d'accepter les cendres.

Après tout, le changement a du bon. Voilà que deux Cardinaux se retrouvent sur des principes, des valeurs, importantes pour l'un comme l'autre. Mort et Maladie sont deux visages de la Vie. Et entendre ce mot, ce simple mot, entre les lèvres de la demoiselle, arrache un sourire ainsi qu'une lueur d'intérêt à l'homoncule. « Ce mot. Vie. Il est parfois difficile de l'entendre en ce Dédale. Pourtant … » Son regard d'ambre observe l'environnement, un instant. Une légère lueur rêveuse, une innocence relative sur ses traits. « Elle ne fait que nous entourer. À sa façon. Et avouons le … Nous serons de bien piètre Cardinaux si nous n'acceptions pas la Vie comme un élément essentiel à notre existence. » Un léger clin d'oeil amusé en direction de la demoiselle. Maladie et Mort ont besoin, toutes deux, de cette essence. Quant à Guerre et Famine … ? Elles suivent ce même chemin.

Puis vient la question. Tranquille interrogation qui permet de connaître son interlocuteur. Ses expériences hein. Un instant silencieux se pose sur la scène, alors que le regard ambré observe Morrigan. Puis, lentement, le Cardinal d'Ivoire ouvre ses doigts. Dans le même silence se forge une arme impressionnante. Une copie de ce que pouvait être l'ancienne arme du Porteur de Mort. Une lame qu'on pouvait imaginer assoiffée de sang. Une lame qu'on pouvait imaginer puissante. Destructrice. Comme forgée dans le même métal que celle d'Atropos, l'Inflexible Moire. « Comme j'ai pu le dire, nous avons voyagé ensemble. Nous étions trois. Haldor, l'Ancienne Mort. Acamas, l'Ancien Pontifex. Et moi. » Un trio particulier, n'en doutons pas. « Il m'a appris sa vision de la Mort. Puissante. Implacable. Vous pouvez l'imaginer, je pense. En regardant cette arme. Je n'ai pas la prétention de pouvoir reproduire exactement la puissance de ce qu'elle était … mais je reste un assez bon copiste, tout de même. J'y met un peu de mon cœur. Et de mes souvenirs. » Alors. Comme pour lui permettre de ressentir la puissance que pouvait être Haldor, il lui tend cette copie. Qui contient cette essence de souvenirs. De vestige de force. « Vous pouvez aussi prétendre à la ressentir. Sa façon de sentir la Mort. »

Ses yeux se ferment un instant.. Puis, il reprend. Tranquillement. « Il m'a aussi appris ce qu'est de vivre à sa façon. » Un léger rire traverse les lèvres de la Pestilence. Avant que celui-ci ne s'efface. Son regard retrouve les yeux de la Mort. Une neutralité tranquille se posant dans la lueur ambrée. « J'apprends de toutes et tous. De la plus tranquille chanteuse au plus dangereux Ours du Nord. Maintenant, à quel point une existence aide-t-elle une autre à avancer, ou à se construire ? J'imagine que cela commence par prendre conscience de certaines choses, à travers des gestes. Des mots. Des ordres. » Quand votre rôle est d'être l'Ombre de l'Ombre, c'est ainsi que l'apprentissage se déroule. C'est ainsi que l'on regarde les choses. De la façon la plus pragmatique. « Des conflits, aussi. Vous l'apprendrez, peut-être, un jour, mais Haldor est un homme dont le vécu a été fort lié à ce changement. À ce perpétuel mouvement. » Qu'il soit pleinement naturel, ou poussé par certains aspects. « Sur ces différents points … J'imagine qu'il a joué un rôle important. »
Un pas, dans la direction de la jeune femme. L'arme, par une simple impulsion, s'efface. Retournant au corps de son créateur. La distance est moins présente. Alors qu'il l'observe. Un instant.

« De mon côté, je me demande. Quel a pu être le genre d'expérience ayant creusé le sentier entre votre naissance et ce Dédale ? Entre votre naissance et cette discussion. » Une lueur. Tranquille. Mais qui efface sa neutralité ambiante. La curiosité concernant cette petite curiosité. Différente de lui et pourtant … qui lui rappelle, parfois, une condition similaire. La jeunesse de ses cellules. Cette jeunesse qui caresse parfois ses sensations les plus précises.


Merci beaucoup Gawa pour l'avatar.
[Début Avril 553] L'Aube d'une nouvelle Mort ~ Ft Morrigan Mzorio20

I am the Plague you fear. Eternal Infection. A Legacy in Blood, Flesh and Nature. When you pray life, you invoke me.
Embrace me, let my chains of existence grip you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MorriganMorriganArmure :
Cardinal de la Mort

Statistiques
HP:
[Début Avril 553] L'Aube d'une nouvelle Mort ~ Ft Morrigan G-bleu1500/1500[Début Avril 553] L'Aube d'une nouvelle Mort ~ Ft Morrigan V-bleu  (1500/1500)
CP:
[Début Avril 553] L'Aube d'une nouvelle Mort ~ Ft Morrigan G-rouge900/900[Début Avril 553] L'Aube d'une nouvelle Mort ~ Ft Morrigan V-rouge  (900/900)
CC:
[Début Avril 553] L'Aube d'une nouvelle Mort ~ Ft Morrigan G-jaune1800/1800[Début Avril 553] L'Aube d'une nouvelle Mort ~ Ft Morrigan V-jaune  (1800/1800)
Message Re: [Début Avril 553] L'Aube d'une nouvelle Mort ~ Ft Morrigan   [Début Avril 553] L'Aube d'une nouvelle Mort ~ Ft Morrigan EmptySam 24 Juil - 15:15
Tandis que mon regard se posait sur ce jeune homme, je pus ressentir la mesure de son introversion. Par certains aspects, il vivait dans son monde. Je ne le connaissais pas, mais cela m’était frappant lorsque je l’observais se perdre dans ses songes. Sans doute que pour chaque stimulus, un fleuve de pensées devait inonder son esprit. Un rêveur, donc. Cela ne me déplaisait pas. Vie. Ce mot l’avait donc marqué. Une absence de considération qu’il regrettait au sein du Dédale, et qu’il était heureux de retrouver ici. En tant que Pestilence, il y prêtait grand cas. Autrement, il serait un piètre Cardinal. Vraiment ? De mon point de vue, il avait raison. Mais objectivement ?

Que le temps se suspende un moment, Zelislaw finit par prendre l’initiative de faire apparaître de nulle part une arme. Celle de mon prédécesseur, à ce que je comprenais suivant ses explications. Cette arme ne pouvait être plus opposée à celle que j’étais. Pourtant, elle avait aussi incarné la Mort. Une interprétation différente. Le signe que finalement, lui comme moi, nous étions davantage des mortels inspirés par ce concept que leur plus arrogante incarnation. La Mort était une chose. Nous en étions une autre. Mais à l’issue de notre parcours, il nous fallait plonger le regard dans son prisme. Et à cet instant, je plongeais le mien dans cet artefact que mon semblable me confiait.

Selon toute vraisemblance, cet homme connaissait bien celui qui me précéda à ce rôle. Des compagnons voyageurs, donc. Et dans cette petite compagnie, il s’était trouvé un troisième visage que je ne connaissais pas. Le prédécesseur de Zvezdan. Mort, quant à lui, lui enseigna autrefois la vision qu’il portait sur son héritage. Une machine de destruction, en définitive.

– En effet, vous êtes un assez bon copiste de ce que je constate.

Disais-je simplement dans le flot de la conversation. Car je ne pouvais non plus laisser un long silence tandis que mon interlocuteur prenait le parti de se confier à ce point. Je l’écoutais attentivement et le signifiais par cette simple réaction. L’arme dans les mains, je sondais quelle marque l’autre Mort put laisser derrière lui. Oui, je pouvais bien sentir ce qu’il avait été. Sans doute ne nous serions nous pas entendus, s’il avait fallu discuter de notre place dans cette cathédrale de chair. Enfin, nous aurions probablement pu nous entendre sans aborder ce sujet. Car ce prédécesseur aurait-il vraiment été homme à songer si loin à sa place dans cette Vie ? Sans doute que non.

Un rire vint ponctuer les confidences de mon vis-à-vis, à quoi je réagissais d’un simple sourire. J’acceptais qu’il me regarde dans les yeux avec cette étrange lueur qu’il m’était difficile de bien comprendre, il me fallait bien le reconnaître. À vrai dire, à mesure qu’il se découvrait, j’y voyais de plus en plus un chercheur en quête de quelque chose. Quant à savoir quoi, c’était là une grande question. Je le devinais bien. Enfin, du moment qu’il n’enfermait pas sa vision dans les œillères de ses recherches, alors il serait toujours sur la bonne voie.

– Je n’en doute pas, oui. Son héritage vit toujours en vous. Cela me semble limpide quand je vous écoute.

L’arme dans mes mains, de disparaître à ce moment alors que la distance se creusait entre nous. À son tour de me renvoyer sa curiosité. Il s’intéressait à mon parcours. Pour éphémère qu’il fut, je serais évidemment plus rapide à l’exprimer.

– Je suis née voilà peu de temps, vous savez. Il est beaucoup de choses que j’ignore sur mon environnement. Mais heureusement, je suis bonne élève et j’apprends vite.

Disais-je, étirant un peu mon sourire entre malice et assurance. Car oui, le peu de temps que j’avais passé ici, je l’avais consacré à engager de nombreuses rencontres. Et dans ces discussions, j’étais parvenu à brosser un portrait satisfaisant de ce monde dont je ne possédais que les intuitions, à ma naissance. Et puis, il y avait aussi cette mission qui allait me porter bien assez tôt, pour décider de l’avenir des Berserkers.

– J’ai avancé auprès de Ghanima parmi les siens. Nous vivions dans le désert et y avions nos ennemis. De l’affrontement final que nous avons invité, il n’est resté que deux survivantes que vous avez rencontré à cette table, tout à l’heure, avec notre nouveau Pontifex. Sans doute que cet épisode a beaucoup marqué ma chère sœur. Mais comme moi, elle a fait de ses souffrances une force. Aux portes de la mort, nous avons été éveillées pour ensuite suivre cet appel. À présent, elle comme moi veillerons à guider nos semblables, chacune à notre manière.

En ayant terminé avec ma brève histoire, je marquais un léger silence avant de plonger plus intensément mon regard de celui de mon jeune interlocuteur.

– Cette Vie, vous l’appréciez pour ce que vous pouvez y prendre ou pour y laisser ?


Merci pour l'avatar Gawa !
[Début Avril 553] L'Aube d'une nouvelle Mort ~ Ft Morrigan Morrig12
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2648-morrigan-ft-de-la-mo
ŻelisławŻelisławArmure :
Cuirasse de la Pestilence

Statistiques
HP:
[Début Avril 553] L'Aube d'une nouvelle Mort ~ Ft Morrigan G-bleu1200/1200[Début Avril 553] L'Aube d'une nouvelle Mort ~ Ft Morrigan V-bleu  (1200/1200)
CP:
[Début Avril 553] L'Aube d'une nouvelle Mort ~ Ft Morrigan G-rouge650/650[Début Avril 553] L'Aube d'une nouvelle Mort ~ Ft Morrigan V-rouge  (650/650)
CC:
[Début Avril 553] L'Aube d'une nouvelle Mort ~ Ft Morrigan G-jaune1350/1350[Début Avril 553] L'Aube d'une nouvelle Mort ~ Ft Morrigan V-jaune  (1350/1350)
Message Re: [Début Avril 553] L'Aube d'une nouvelle Mort ~ Ft Morrigan   [Début Avril 553] L'Aube d'une nouvelle Mort ~ Ft Morrigan EmptyLun 16 Aoû - 19:56
Un instant, Żelisław observe un peu plus la demoiselle. Son regard, à la révélation de sa jeunesse, perce ce corps. Comme pour caresser de ses prunelles cette composition, ces cellules à la division encore jeune. Une lueur tranquille, ni surprise, ni dérangée. Une lueur curieuse. Sur cette naissance. Sur cette réalité juvénile. Puis, les paupières se ferment. Nouveau sourire. Plus doux. Aussi tranquille que pouvait l'être son regard. Plus discret, aussi. Elle ne cache pas. Elle utilise les termes précis. Naissance. Peu de temps. Ignorance. Apprentissage. Après tout … à quoi bon cacher des faits ? À quoi bon poser un voile sur la réalité ?

Bien entendu, il y a quelques mois, les choses étaient différentes. Le visage qui dominait le Dédale n'était pas celui du Vandale … Ce visage, sans être le sien, lui ressemblait. Dans le pigment de la peau. Dans celui des cheveux. Dans celui des yeux. Nous sommes du même sang, cette excuse suffisait. Pour que certaines oreilles indiscrètes ne cherchent pas à profiter de cela, d'une quelconque façon.

Posant une main sur son flanc, les paupières de Pestilence libèrent ses iris mordorées. Alors qu'il écoute cette histoire. Courte. Mais honnête. L'histoire de deux âmes, qui se sont éveillées. Qui se sont hissées jusqu'à ces places qui maintenant sont les leurs. Courte aventure du point de vue de la Nouvelle Mort … Mais capable de faire pâlir certaines histoires. Baissant doucement la tête, quelques mots s'échappent de ses lèvres. « Vous apprendrez beaucoup ici. » Un fin sourire. La poussière née de la destruction de la copie s'élevant légèrement, les grains se rassemblant, une légère nuée de papillons, cristallins, dansant, l'un venant caresser la joue de la Mort. De ce simple contact … Une sensation. Une vie qui s'épanouit. Et se fige. Avant de se libérer à nouveau. Un mouvement artificiel et vivant à la fois. « Nous apprenons beaucoup dans un lieu où les passions, les désirs se mêlent à la dure réalité de l'existence. Je ne connais pas les détails de votre naissance, Morrigan … » Sa main s'ouvre légèrement. Les papillons se posant au creux de sa main, contre ses doigts. Avant de, lentement, se glisser contre sa peau.

La peau hâlée, maintenant plus grise. Plus sombre. Un rien d'inhumain, dans cette humanité. « Mais, tous, à leur manière, vous apprendront ou vous aideront à appréhender ce nouvel environnement. Si je peux le faire … n'hésitez pas à demander. Après tout … » Pestilence hausse les épaules, un instant. « Ma naissance, elle aussi, est récente. » De quelques années. Plus ? Moins ? Il ne pourrait pas le dire. Mais à côté de ces âmes errantes qui composent l'armée du Belliqueux … tous deux partagent cette jeunesse.
D'une manière différente, l'une de l'autre, sans doute. Sûrement même.

« Nous ressentons. Nous bougeons. La Vie, qu'elle soit physique, émotionnelle, ou spirituelle … est un vaste amalgame en mouvement. Est-ce que je prends quelque chose à cette Vie ? » La tête se penche sur le côté un instant. « Est-ce que je laisse, ou laisserai quelque chose ? » À nouveau, Żelisław hausse les épaules. « Je ressens. Ce Vivant. Car tout résonne. Traverse les sens. C'est ce que j'apprécie. Maintenant. Lorsque vous prenez. Lorsque vous donnez. Des choses traversent le corps. Le cœur. L'âme. Alors sans doute … Que je suis du genre à ne pas choisir l'un ou l'autre. » Un rire, léger. Discret. Amusé, aussi. Puis, secouant doucement la tête.

« Mes excuses. Il m'arrive parfois de m'emporter. J'espère que vous ne m'en tiendrez pas rigueur. » Une main sur son torse, Pestilence s'incline, légèrement. Puis, observant un instant l'environnement du domaine de la Mort, une question vint dans son esprit. « Une jeune naissance. Mais aussi un règne encore jeune dans la Légion des Cendres. Avez-vous déjà pu rencontrer certains des Berserkers de vos rangs ? »


Merci beaucoup Gawa pour l'avatar.
[Début Avril 553] L'Aube d'une nouvelle Mort ~ Ft Morrigan Mzorio20

I am the Plague you fear. Eternal Infection. A Legacy in Blood, Flesh and Nature. When you pray life, you invoke me.
Embrace me, let my chains of existence grip you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
[Début Avril 553] L'Aube d'une nouvelle Mort ~ Ft Morrigan
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Libro Scripturae :: Transylvania :: Dédale de Chair :: Le Jardin aux feuilles rouges-
Sauter vers: