Votez
I
II
III
IV
V


Avril 553 AD
 
Partagez
 

 Noah, Général du Kraken

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
NoahNoahArmure :
Général du Kraken

Statistiques
HP:
Noah, Général du Kraken G-bleu1200/1200Noah, Général du Kraken V-bleu  (1200/1200)
CP:
Noah, Général du Kraken G-rouge900/900Noah, Général du Kraken V-rouge  (900/900)
CC:
Noah, Général du Kraken G-jaune1200/1200Noah, Général du Kraken V-jaune  (1200/1200)
Message Noah, Général du Kraken   Noah, Général du Kraken EmptySam 17 Avr - 17:01
Noah
Qui est-il ?


    Nom : Noah
    Date de naissance : Novembre 529 AD
    Âge : 27 ans malgré son apparence juvénile
    Sexe :Masculin
    Armure demandée : Scale du Kraken


Comment est-il ?


    Noah à de la chance, on peut dire que si Dame Nature avait gâté quelqu’un de grâce et de beauté, il pourrait facilement se proposer pour le titre. Un homme bien bâti, à la musculature saillante, forgé par ses années de dur labeur à travailler le métal et à nager pour en chercher les matériaux. Un homme qui respire la fougue. Vous serez sans doute captivé par ses yeux couleur azur, comme le ciel par temps calme sur la mer. Prenez garde, cependant, car une tempête peut facilement se lever dans ses yeux, les assombrissant légèrement.
    Après son regard, ses cheveux viendront sûrement vous attirer, comme de longs fils dorées bercées par le vent, sûrement en pagaille et attachés sommairement en queue-de-cheval avec deux mèches venant encadrer son beau visage et soulignant ses traits assez pointus. Je vous en prie, ne me lancez pas sur son visage si parfaitement taillé et ses fossettes qui feraient chavirer plus d’un cœur.
    Même si son corps est magnifique, les vêtements qui le cache, au grand damne des belles damoiselles, seront souvent sur des teintes bleutées ou verte, ses couleurs favorites. Il aime porter des choses légères, ne gênant que peu ses mouvements et ne lui tenant pas rigoureusement chaud, étant habitué à vivre au bord de la mer. Mais n’est-ce pas plus simple à enlever justement ?

    Si vous le côtoyer, vous trouverez en lui une personne assez heureuse de vivre, aimant profiter un peu de la vie et de ses plaisirs. Malgré sa réputation en tant que forgeron, il n’a jamais changé de comportement, restant une personne simple et à l’écoute. Maintenant, si vous êtes assez proche de lui, il pourrait presque donner sa vie pour vous si cela pouvait vous aider, car pour lui les liens sont précieux. Cependant, prenez garde à ne jamais éveiller la tempête. Si le calme de la mer venait à être remplacé par de grosses bourrasques, alors passez votre chemin, car une nouvelle facette de sa personnalité s’éveille. Si vous le menacer lui ou un proche alors il n’hésitera pas à vous faire taire par la force de ses poings. Il n’use d’aucune arme, mais sa vivacité d’esprit, sa combativité et son sang chaud en font un parfait adversaire. Il saura analyser la situation, la tourner à son avantage et si l’analyse ne marche plus alors il suffira de forcer. Son corps lui permettant certaines prouesses pour esquiver et rendre coup pour coup.
    Maintenant, vous vous dites probablement que c’est un bourrin au grand cœur. Vous n’avez pas tout à fait tort, mais il sait aussi réfléchir pour tirer son épingle du jeu, un forgeron est aussi un marchand quelque part. Il observera toujours une situation avant de se placer d’un côté ou de l’autre, quitte à créer son propre camp.

    Un trait aussi qui fait son charme, c’est sa loyauté, n’allez pas croire une loyauté envers un maître quelconque ou que sais-je. Il s’agit d’une loyauté envers qui il estime pouvoir leur accorder sa confiance, que ce soient des amis, des proches ou des membres plus hauts dans la hiérarchie. Si vous arrivez à vous attacher sa loyauté, alors vous allez acquérir un allié fiable en toute circonstance. Pour Noah, cette notion est très importante, il a appris qu’il pouvait compter sur les autres, même quand ses propres problèmes prenaient le dessus. En revanche, venez à briser sa confiance et non seulement, vous le perdrez, mais pour vous en approcher à nouveau, vous aurez besoin de plusieurs vies.

    Pour vous donner plus de détail sur son art martial, sachez simplement qu’il est un adepte du corps-à-corps, il travaille sur sa capacité à mettre de la distance entre lui et ses adversaires, mais il est loin encore de maîtriser cette forme. Il préfère être au contact, esquiver, parer, observer, puis mettre de gros uppercuts quand il le peut, bien placé. Il mise sur sa rapidité et sa vivacité d’esprit pour faire la différence. De part son armure, il recèle aussi quelques techniques assez nouvelles pour lui, mais il comprend un peu pourquoi l’armure l’a choisi si on parle de style de combat. Un monstre tapit dans les profondeurs qui lorsqu’il s’éveille, laisse un champ de débris derrière lui. C’est complètement son côté bagarreur et sang chaud qu’il tient de sa famille les Bjornaer.

    Voilà Noah, un fier forgeron, heureux de vivre, mais qui cache une bête tapis dans ses abysses, d’une belle loyauté et d’une rigueur sans faille dans son devoir octroyé par l’écaille du Kraken.


Son Histoire


    Beaucoup d’Atlantes rêvent de naître dans une famille patricienne, de faire partie de la haute société d’Atlantis, d’avoir son mot à dire, de pouvoir jouer de son sang. Moi ? J’aurais préféré en avoir un autre, de sang.
    Je suis né chez les puissants Bjornaer, ou plutôt une branche éloignée du tronc principal, mais le pouvoir du sang était quand même présent, deux parents Atlantes, fiers de mettre un nouveau guerrier au monde. Petit dernier d’une fratrie de quatre autres guerriers et guerrières. Ne vous étonnez pas que je ne donne aucun nom, vous comprendrez par la suite pourquoi.
    J’ai grandi au sein de cette famille jusqu’à l’âge de mes cinq ans. Malheureusement pour moi, j’étais né faible, attrapant des maladies infantiles ou n’ayant réussi à marcher que tardivement. Mes autres frères et sœurs étaient gâtés par la vie et par les parents, ils réussissaient ceci ou cela sans trop d’efforts, le médecin les qualifiant de robuste aux maladies. Sept années me séparaient de l’aînée, lui sur qui tout reposait, l’espoir de la famille, moi qu’il fallait cacher en espérant que je devienne suffisamment fort pour porter le nom Bjornaer.

    Comme je l’ai précisé, j’ai grandi auprès d’eux jusqu’à l’âge de mes cinq ans, car un beau jour, ils décidèrent sûrement qu’un enfant de moins n’était pas une chose grave, ou que grandir à la dure me ferait du bien, honnêtement ils devaient juste espérer que je me fasse gober par un ours. Ils me conduisirent à la surface et m’abandonnèrent ici, avec pour derniers mots :

    « Rejoins donc les Vulgaires puisque tu leur ressembles tant. »

    Sympa la famille, pas vrai ? Me voilà maintenant abandonné d’un côté de l’océan Arctique, heureusement pas le plus froid, où je pleurais tout ce que je pouvais sur le rivage, ne pouvant croire que mes parents m’ont abandonné ainsi.
    Mais dans tout malheurs se trouvent un bonheur caché à ce qu’on m’a dit, c’est ainsi qu’un homme d’une trentaine d’années, à la peau tannée par le soleil et aux mains calleuses me découvrit. Il me consola, me demandant ce que je faisais ici, mais tout ce que j’articulais, c’étaient des mots incompréhensibles à travers les larmes. Ne trouvant personne dans les alentours, il décida de me prendre avec lui et me conduisit jusqu’à son petit village pas loin. Il m’expliqua en cours de route qu’il était forgeron et venait souvent ici pour se calmer après une dure journée de labeur. Il m’apprit aussi son nom, Kairon, et celui de sa femme, Zenith. Je réussis à bredouiller le mien tant bien que mal, arrachant un sourire au maître du métal.
    Une fois chez lui, il me fit asseoir et me donna de quoi boire et manger, je me jetai sur la nourriture comme si je n’avais pas mangé depuis des jours. Pendant ce temps-là, Kairon discutait avec sa femme par rapport à ma découverte.

    « Tu te rends compte ? Après les prières que nous avons faites, nous sommes si loin de nos terres d’origines et pourtant Poséidon nous a entendu. Il était au bord de la mer, seul et tu as vu ses vêtements ? Ils ne sont pas d’ici, il était trempé quand je l’ai découvert. C’est l’enfant que l’on n’a jamais réussi à avoir et le dieu des mers et des océans nous l’offrent enfin !

    -Ne dit pas de bêtises voyons ! Ses parents doivent être à sa recherche, je veux bien l’héberger le temps qu’on retrouve ses vrais parents, mais pas d’avantage ! Recherche des informations toi dans le village si quelqu’un ne le connaît pas. »

    Vous vous doutez de la suite des évènements n’est-ce pas ? Ils ne trouvèrent jamais mes véritables parents, fort heureusement, décidèrent de me garder, me nourrir et me considérer comme leur fils.
    C’est ainsi que j’ai trouvé ma véritable famille.
    Je grandis ainsi auprès d’eux, réussissant à d’avantage m’ouvrir, jouant avec les autres enfants du village et je surpris plusieurs personnes par ma facilité d’apprentissage, arrivant rapidement à m’exprimer et aider ma mère à la maison.

    Vers l’âge de mes huit ans, mon père commença à m’apprendre le métier de forgeron pour que je puisse l’aider et plus tard pour prendre sa succession. Ils avaient parcouru un long voyage pour s’établir dans cette zone, au bord de l’océan Arctique, pour installer sa forge. Mon père était venu ici, car il avait entendu parler de minerais rares dans les profondeurs de l’océan, il s’entraînait alors tous les jours pour pouvoir descendre d’avantage, mais l’âge n’aidait pas, ni la fumée de la forge qui s‘est incrusté dans ses poumons aussi d’ailleurs.

    Je me proposai naturellement pour aller les chercher, ce qui fit bien rire mon père au début, mais tous les jours, tous les matins, je rejoignais les rivages où je fût abandonné et je nageais, plongeais, ne restais pas longtemps, mais je retentais après jusqu’à être épuisé. Puis je rentrais aider Kairon à la forge. Les jours passaient au gré des bruit du marteau et aux histoires de mon père, dont une que j’adorais qu’il me raconte, celle selon laquelle reposait un peu plus loin de la côte une grotte vers les quarante mètres voir cinquante mètres de profondeur. Une grotte contenant les minerais le plus précieux qu’on puisse imaginer, qui feraient des œuvres formidables, des plantes pouvant guérir les maux les plus incurables, mais l’entrée de la grotte était gardée par un monstre tentaculaire, séculaire, qui donnerait sa vie pour protéger l’endroit et à couler les navires qui s’en approchaient : Le Kraken.
    Un enfant ne pouvait que rêver devant une histoire de trésor, de monstre et de gardien.

    Les années passèrent, s’écoulèrent, régulées par la forge, l’apnée en eaux glacées et la vie quotidienne. Une belle vie menant à mes dix-sept ans, âge auquel mon père me légua sa forge, devenu trop vieux selon lui pour manipuler le marteau et voulant profiter d’une retraite assez tôt. Je me sentais prêt pour cette tâche et je devins le forgeron du village. Mes apnées m’avaient donné un certain potentiel respiratoire et je pouvais maintenant facilement descendre vers les vingt mètres, voir trente mètres de profondeur pour récupérer des matériaux sans problèmes. Kairon avait raison, il y avait dans ces eaux de superbes minerais dans des cavités, parfait pour orner, compléter ou forger entièrement de nouvelles choses. Ces minerais particuliers avaient donné belle réputation à notre forge, faisant venir même les habitants de village voisin et certain encore plus éloignés. Quand nous ne forgions pas, mon père m’apprit à me battre et me défendre et je me découvris à aimer les combats et que je n’étais pas mauvais à ça. J’avais l’impression que mon sang bouillonnait de plaisir, je voulais vaincre à tout prix et être le meilleur. Sûrement un reste de la famille Bjornaer.
    Malheureusement, toujours rester dans le même endroit commençait à faire stagner ma maîtrise, je décida donc de partir vers mes vingt ans pour parcourir un peu les terres et découvrir de nouvelles techniques, de nouvelles mers et océans où trouver des minerais et ainsi parfaire mes compétences de forgeron. Il m’arrivait d’entendre des bruits parfois sous l’eau ou voir une ombre rapidement disparaître au creux d’une faille. J’avais l’impression d’être surveillé, constamment.

    Je parcourus ainsi le monde avec mes simples outils de forgeron, découvrant la mer de Beaufort, les artisans gravitant autour, apprenant auprès d’eux, négociant aussi certaines techniques contre quelques minerais ou trésor reposant au fond de l’eau. Tous me félicitaient de mon travail fin et pourtant durable. Je passa la mer de Laptev, de Kara et de Barents, toutes ces mers qui gravitaient autour de l’océan Arctique, mon dernier lien avec ma famille Atlante, je ne savais pas vraiment pourquoi, mais je n’arrivais pas à vraiment m’en séparer ou vouloir m’en écarter. Pendant sept années j’appris auprès de plus grands, me forgeant à mon tour une réputation hors du commun, où certains artisans m’attendaient dans les villes, des clients attendaient que j’arrive pour me passer commande exclusivement à moi. Ma réputation me précédait.

    Alors que je me dirigeais vers la mer du Groenland, une missive me parvint de la part de ma mère, mon père était tombé gravement malade et elle ne savait pas combien de temps il lui restait à vivre. Je mis fin à mon voyage et pris un des premiers bateaux pour rentrer dans mon petit village.
    En arrivant là-bas, je retrouvai le village comme je l’avais laissé au départ, ainsi que mon père dans son lit, mourant. Il me confia qu’il avait la preuve que la grotte existait ainsi que le Kraken, un bateau était passé dernièrement et d’immenses tentacules sont venu le couler, ne laissant aucun survivant. Il s’était alors entraîné encore et encore comme moi pour rejoindre cette grotte et me faire parvenir les minerais en cadeau, preuve de la fierté qu’il ressentait à mon égard. Malheureusement les eaux glacées ont eu raison de lui et l’ont conduit au sort actuel.

    Évidemment que je voulais aller dans cette grotte pour le sauver ! Vous auriez fait quoi à ma place ? Le laisser mourir sans rien tenter ? Tous les médecins de la région le condamnaient à une mort imminente ! Aurais-je dû les écouter ? Peut-être, au moins pour que ma mère ne perde pas deux amours pratiquement en même temps. Malheureusement, une tempête se levait en moi, je sentais mon sang bouillir à nouveau, je voulais vaincre cette maladie, je ne laisserais personne s’interposer entre ma famille et moi !
    Je pris un sac que je remplis de roche pour me servir de poids et me rendis sur la berge, de là, je pris une barque et me mis à ramer, ramer, encore ramer, toujours ramer, vers le point que me montrait mon père étant petit, le point où devait se situer la caverne.
    Après plusieurs heures de rames, j’avais enfin atteint le point, je pris du temps pour me calmer, reprendre ma respiration, exercer mon petit rituel avant l’apnée pour tout remettre en place dans le corps et l’esprit. Je me dressai sur la barque, inspira, expira, inspira à nouveau remplissant mes poumons et exécuta un plongeon avec le sac pour me traîner vers le fond.

    Cinq mètres, dix mètres, vingt mètres, quarante mètres, la descente défilait et toujours aucun signe d’une quelconque grotte, j’étais dans le bleu qui perdait progressivement ses couleurs et sa lumière, avant de sentir mon sac rentré en contact avec le sable, j’avais atteint le fond littéralement, près des quatre-vingts mètres, je n’étais jamais allé aussi profond, je ne voyais rien, juste des masses informes qui m’entouraient comme plusieurs petits rochers constituant le fond marin. La grotte n’existait pas, finalement ce n’était qu’un banal conte et les bateaux échoués n’étaient même pas présent. C’est donc ici que j’allais mourir, je n’avais plus assez d’air pour remonter à la surface et l’eau gelé commençait à me tordre les entrailles malgré ma concentration.

    « Tiens, tiens, tiens, qu’avons-nous là ? »

    Une voix résonna, forte, puissante, caverneuse, à l’intérieur de mon crâne. Je regardais autour de moi, paniquant un peu, les hallucinations commençaient.

    « Allons, une hallucination ? Je pensais que les Bjornaer savaient qui reposait en ces fonds, jeune Atlante. Sache que je t’observe depuis fort longtemps, depuis que tu as échoué sur ces rivages, mais avant de poursuivre notre conversation, laisse-moi t’aider. »

    Les rochers autour de moi se mirent à se mouvoir dans la pénombre et je réalisa qu’il ne s’agissait pas de rochers, mais de nombreuses tentacules formant des reliefs épars, que je n’avais pas distingué auparavant à cause de la profondeur. Si les tentacules étaient présente, alors ça ne pouvait dire qu’une chose.
    Avant de finir ma réflexion, un immense œil jaune avec une fente noir au milieu s’ouvrit derrière moi et un de ces appendices s’enroula autour de moi et me traîna plus loin, me faisant remonter, descendre et à nouveau remonter avant d’émerger à l’air libre et me poser sur un sol rocheux.
    Je toussota, cracha l’eau dans mes poumons et grelotta. On venait de me déposer dans une vaste cavité sous-marine, sûrement à travers différents boyaux et la pièce était illuminé par de grands cristaux bleu azur, donnant un air quasi-mystique à la caverne.
    Trois tentacules immenses, atteignant le haut plafond émergeaient du lac sous-terrain, se balançant nonchalamment de gauche à droite, caressant le plus gros des cristaux au-dessus du lac.

    « Bien, nous serons plus à même de parler ici. Comme je le disais, je t’ai observé pendant longtemps, savoir si tu étais digne de ton sang, j’étais là à chaque instant, chaque incursion dans l’eau, je t’observais. Jeune Atlante, je dois dire que tu m’as surpris.

    - Mon sang ? Celui des Bjornaer ? Vous parlez de ce sang-là ?

    - En effet, celui-là même qui parcourt tes veines, savais-tu que la cité d’Atlantide courait à sa perte en ce moment ? Des choses sombres ourdissent en secret des plans, l’Abysse s’éveille également, sans son gardien et le protecteur de la cité, le pilier de l’Arctique court à sa ruine. À mes yeux, tu es le plus digne de prendre la suite de l’écaille et…

    - Attendez une minute, je ne comprends rien à ce que vous dite. Atlantide court à sa perte ? Et alors ? Comme si j’en avais cure ! Ce sont eux qui m’ont abandonné, je vous rappelle, pourquoi je m’en soucierais ?

    - Tu es un Bjornaer, c’est ton devoir que de protéger le pilier de l’Arctique. De plus, regarde, s’ils ne t’avaient pas abandonné, jamais tu ne serais devenu le jeune homme parfait et digne de ta lignée actuelle.

    - Trouvez-vous quelqu’un d’autre. »

    À ces mots, un des tentacules se projeta violemment contre moi, me saisissant sous le ventre et me fit percuter le mur du fond de plein fouet, me faisant cracher quelques gerbes de sang. La voix dans la tête devint plus sombre, plus abyssale, plus dangereuse.

    « Écoute-moi bien jeune impudent. Je comprends ta colère, ta frustration, ton envie de tout dégager, mais tu ne voulais pas découvrir cette grotte à la base pour sauver une personne ? Si tu ne remplis pas le rôle que je t’offre, tout l’océan s’effondrera sur lui-même et causera non seulement la mort de ton père, mais aussi de tous ceux qui vivent sur les côtes autour de cet Océan. »

    Je reconnais que cela me faisait réfléchir, mais il y a surtout quelque chose tapi au fond de moi qui ne demandait qu’à sortir. Une bête s’éveillait d’un long sommeil, grognant, renâclant.

    « Oh ? Tu veux te battre ? Bien, faisons un marché, si je gagne, tu accepteras tout sans condition, si tu gagnes, je me plierais à tes volontés quitte à disparaître à jamais de ton existence. Marché conclu ? »

    Pour toute réponse, je mordis violemment le tentacule et en arracha un bout de chair qui fit siffler la créature me relâchant sous la surprise. Le sol me réceptionna et je me redressa tant bien que mal sur mes jambes, les coins des lèvres avec un filet de sang. Un autre tentacule fouetta l’air dans ma direction, mais je me coucha rapidement sur le dos pour l’éviter avant de rouler sur la droite pour esquiver le troisième qui tenta un coup de massue. Il me fallait un plan et vite, je ne pouvais clairement pas rivaliser en terme de force, il me fallait autre chose avant de mourir écraser et mon esprit possédé par cette chose. Il me fallait une arme.
    Pendant mes réflexions, les tentacules se relevèrent, dont celle qui avait un bout en moins et dont un filet de sang violet s’en échappait et coulait le long de l’appendice géant, les reflets du cristal le transformant presque en rivière. Le cristal ! Il était au-dessus du lac, si je pouvais le faire tomber, ce serait parfait ! Il fallait que je conduise le kraken à s’ensevelir tout seul, malheureusement ça veut dire que j’y passais aussi. Je ne me laisserais pas contrôler, je ne deviendrais pas à nouveau une chose dont on attend des résultats parfaits comme mes géniteurs le réclamaient.
    Les tentacules passèrent de nouveau à l’attaque, mais je savais cette fois où les diriger, tantôt sur un mur, tantôt sur le sol. L’esquive était complexe et plus d’une fois, je faillais me prendre un coup fatal, mais à la place, c’étaient des morceaux de roche qui m’écorchait le bras, le visage ou la jambe.

    Les échanges durèrent au moins vingt minutes, j’étais à bout de souffle, j’y étais presque avant qu’un rocher glissant me fît tomber et un tentacule en profita pour m’attraper. Il s’enroula autour de moi, me coupant presque la respiration.

    « Tiens, tiens, tiens, on dirait que j’ai gagné petit Atlante. Alors prêt à être ma belle coquille vide ?

    - Plutôt crever que de te laisser faire ce que tu souhaites. »

    J’étais si proche du but, s’en était rageant, la bête en moi glapissait et voulait aussi se libérer. Je ne pouvais pas m’arrêter là. Il fallait que je le pousse à bout, sinon j’étais bon pour revoir ces imposteurs.

    « Dit moi, petit Atlante, la colère que je sens en toi, elle n’est pas dirigée vers l’Atlantide, je me trompe ? On dirait qu’elle est seulement dirigée vers ta famille.

    - Qu’est-ce que ça peut te faire ? J’en ai marre de tout ça ! Sers-toi de moi, puisque tu es tellement faible que tu a besoin du pauvre corps d’un humain pour t’en sortir ! »

    Le tentacule vola et projeta contre le plafond que j’entendis craquer pendant que de la poussière retombait, ce n’était pas encore suffisant. Cependant, le Kraken avait raison sur un point. Je n’étais pas en colère contre l’Atlantide, un peuple reste un peuple après tout, il l’avait bien appris au gré de ses voyages, les gens sont tous différents, sa famille n’en fait pas exception.

    « Toujours turbulent, petit Atlante ? »

    Je cracha une nouvelle gerbe de sang et afficha difficilement un sourire.

    « Comme quoi tu as vraiment aucune force »

    Le tentacule partit à nouveau vers le plafond avec fracas, qui céda sous l’impact, libérant l’immense géode bleu-azur qui tomba vers le centre du lac souterrain. Pendant ces derniers instants où le tentacule me lâcha enfin, que j’étais dans une sorte d’apesanteur, je repensais à ce qu’avait dit le kraken. C’est vrai, j’avais envie de redécouvrir mon peuple, de revoir cette cité d’où je proviens. C’est vrai, je veux protéger mon père et ma mère humains. C’est vrai aussi que j’aimerais m’assurer que le cercle Arctique reste en bon état pour que d’autres découvrent ses trésors comme je l’ai découvert.
    Je ne pouvais juste pas accepter d’être obligé de le faire à cause simplement de mon sang, un sang que je n’ai pas choisi.

    Alors que je pensais que tout était fini, quatre autres tentacules surgirent de l’eau et stoppèrent le cristal en pleine chute. Je retomba sur le dos au sol et commença à sentir la vie m’échapper alors que le cristal était posé doucement. Un appendice se posa sur moi et me transmis de l’énergie, suffisamment pour me maintenir en vie.

    « Hahahaha ! Voilà longtemps qu’on ne m’avait pas tenu tête ainsi ! J’avais raison d’avoir eu foi en toi ! Je reconnais ma défaite ! Tu as su utiliser ton cerveau et l’environnement à ton avantage, allant même à donner ta vie pour protéger ce en quoi tu crois et que tu désires. Cette rage de vaincre qui t’habite, tu es décidément un pur Bjornaer et ton épreuve est réussi ! Laisse-moi reformuler ma proposition, veux-tu porter mon écaille ? »

    Je ris tant bien que mal, a chaque souffle, une douleur horrible venant me serrer les côtes, comme des coups de poignards. Alors voilà le véritable but de ce combat, me jauger. Grâce à lui, j’ai réussi à reconnaître pourquoi je tournais toujours autour de cet océan, pourquoi j’étais toujours attaché à ses profondeurs. Oui, j’aimerais le protéger et m’assurer qu’aucune personne dessous ou à la surface n’ai à souffrir.

    « J’accepte. » Dis-je difficilement avant de sombrer dans l’inconscience.

    Des gouttes d’eau me réveillèrent et me sortir de ma torpeur. La grotte normalement détruite était en parfait état, son immense cristal toujours en place. Je me redressa, constatant que je n’avais aucune blessure visible et je me retournai vers le fond de la grotte. Là où il n’y avait rien auparavant, se trouvait maintenant une belle pièce de forge d’un bleu azur. Une sorte d’animal mythique composé de diverses pièces d’armures.
    Lorsque je m’en approcha, elles se séparèrent pour toute venir se greffer sur ma personne, recouvrant mes épaules, mon torse et mes jambes. Je n’entendis plus aucune voix, le Kraken ne me parlait plus, tout ça n’était peut-être qu’un dur rêve ou un vieux sortilège reposant dans cette caverne en guise de protection, je ne le saurais pas tout de suite malheureusement.
    Une porte dérobée s’ouvrit me conduisant encore plus profond. En suivant le chemin, je ressortis vers un immense pilier sous-marin, le pilier de l’Arctique.

    Je vous avais dit que je voulais un autre sang au début. C’est vrai et ça l’est toujours, mais à partir d’aujourd’hui, je ferais en sorte qu’on oublie mes géniteurs qui ne voyaient que le pouvoir au lieu de la protection. L’écaille m’a choisi et j’en serais le fier porteur.
    Je suis Noah, Général du Kraken, protecteur du pilier de l’Arctique.


Et vous, qui êtes vous ?

    Age : 28 ans
    Votre parrain : Si une personne vous a parrainé, mentionnez le ici. Vous pourrez alors démarrer avec un pécule de 30 XP supplémentaires, en plus d'offrir 15 XP à votre parrain.
    Avatar : Le nom du personnage de votre avatar, présenté de cette manière :
    Code:
    [b]The Legend of Zelda[/b] → [i]Link[/i] est [b]Noah[/b].
    Quelle est votre expérience des forums RP : Cela faisait longtemps que je n’avais pas écrit, mais c’est toujours un plaisir.
    Comment avez-vous connu le forum : Je suis un ancien du forum avant sa fermeture, j’étais avant Oz de la Balance.



Pseudo
La suite de son histoire

    Si l'histoire de votre personnage est trop longue pour tenir sur un seul post, vous pouvez la continuez ici.




Dernière édition par Noah le Sam 17 Avr - 17:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2846-noah-general-du-kraken
SelenaSelenaArmure :
Scale des Lyumnades

Statistiques
HP:
Noah, Général du Kraken G-bleu0/0Noah, Général du Kraken V-bleu  (0/0)
CP:
Noah, Général du Kraken G-rouge0/0Noah, Général du Kraken V-rouge  (0/0)
CC:
Noah, Général du Kraken G-jaune0/0Noah, Général du Kraken V-jaune  (0/0)
Message Re: Noah, Général du Kraken   Noah, Général du Kraken EmptySam 17 Avr - 17:41
Hallo,

Bienvenue sur le forum, de manière plus officielle cette fois ! Contente de voir que ton choix final s'est porté sur les Marinas. Du coup, courage pour l'étape de la validation et au plaisir de te croiser IRP (Tu peux d'ores et déjà mettre un RP de côté, d'ailleurs !)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2012-selena-marsyne-les-lyumnades
RowenaRowenaArmure :
Cygne d'Euros (Est et Automne)

Statistiques
HP:
Noah, Général du Kraken G-bleu1350/1350Noah, Général du Kraken V-bleu  (1350/1350)
CP:
Noah, Général du Kraken G-rouge600/600Noah, Général du Kraken V-rouge  (600/600)
CC:
Noah, Général du Kraken G-jaune1200/1200Noah, Général du Kraken V-jaune  (1200/1200)
Message Re: Noah, Général du Kraken   Noah, Général du Kraken EmptySam 17 Avr - 19:32
Yeah encore une fois bienvenue Noah ! Bon courage pour l'étape de la validation ! o/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t891-rowena-le-paon-de-ceci https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2210-rowena-journal-de-bord En ligne
RymeRymeArmure :
Armure du Lion

Statistiques
HP:
Noah, Général du Kraken G-bleu1800/1800Noah, Général du Kraken V-bleu  (1800/1800)
CP:
Noah, Général du Kraken G-rouge1200/1200Noah, Général du Kraken V-rouge  (1200/1200)
CC:
Noah, Général du Kraken G-jaune1650/1650Noah, Général du Kraken V-jaune  (1650/1650)
Message Re: Noah, Général du Kraken   Noah, Général du Kraken EmptySam 17 Avr - 19:36
Bienvenue à toi ! Je sais que t'as déjà fini ta fiche, mais bonne chance pour la validation ! Smile



Noah, Général du Kraken Ryme_s10

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu
NimuëNimuëArmure :
Armure d'Or des Poissons

Statistiques
HP:
Noah, Général du Kraken G-bleu1500/1500Noah, Général du Kraken V-bleu  (1500/1500)
CP:
Noah, Général du Kraken G-rouge1500/1500Noah, Général du Kraken V-rouge  (1500/1500)
CC:
Noah, Général du Kraken G-jaune1800/1800Noah, Général du Kraken V-jaune  (1800/1800)
Message Re: Noah, Général du Kraken   Noah, Général du Kraken EmptySam 17 Avr - 20:10
Bonsoir,

Une présentation très sympathique. Le personnage est intéressant et comme j'ai déjà pu te le dire : j'ai déjà quelques idées pour toi. Un Bjornaer ! De quoi bien s'amuser.

Outre les petites fautes que j'ai pu relever ça et là, c'est nickel. Bienvenue ! o/

Je te valide niveau 5 d'éveil pour le titre de Général du Kraken, félicitations ! Tu possèdes donc 21 PC et 500 points d'XP liés à ton éveil pour ta Fiche Technique. À cela s'ajouter aussi 300 XPs (MàN) ainsi que 50 XPs bonus du camp Marina !


Bon RP !


Noah, Général du Kraken 64j9
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t239-nimue-gold-sainte-des
EndymionEndymionArmure :
Général du Dragon des Mers

Statistiques
HP:
Noah, Général du Kraken G-bleu1500/1500Noah, Général du Kraken V-bleu  (1500/1500)
CP:
Noah, Général du Kraken G-rouge900/900Noah, Général du Kraken V-rouge  (900/900)
CC:
Noah, Général du Kraken G-jaune1500/1500Noah, Général du Kraken V-jaune  (1500/1500)
Message Re: Noah, Général du Kraken   Noah, Général du Kraken EmptySam 17 Avr - 20:17
Oh, oh, un nouveau général !
Bienvenue à toi cheers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t813-endymion-general-du-dr
NessiusNessiusArmure :
Naga

Statistiques
HP:
Noah, Général du Kraken G-bleu1350/1350Noah, Général du Kraken V-bleu  (1350/1350)
CP:
Noah, Général du Kraken G-rouge900/900Noah, Général du Kraken V-rouge  (900/900)
CC:
Noah, Général du Kraken G-jaune1500/1500Noah, Général du Kraken V-jaune  (1500/1500)
Message Re: Noah, Général du Kraken   Noah, Général du Kraken EmptySam 17 Avr - 22:04
Bienvenu, Général du Kraken... Au plaisir de te retrouver au cœur de la tempête Wink


Thème de Nessius:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2565-nessius-capitaine-du-naga#279 https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2562-nessius-du-naga-journal-de-bord#27956
 
Noah, Général du Kraken
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Naos :: Présentations :: Présentations validées-
Sauter vers: