Votez
I
II
III
IV
V


Mai 553 AD
 
Partagez
 

 [Avril 553] Une lumière dans les ténèbres

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
ArhanArhanArmure :
...
Message [Avril 553] Une lumière dans les ténèbres   [Avril 553] Une lumière dans les ténèbres EmptyDim 11 Juil - 18:55
Tu connais cet endroit. Si ce n'est d'expérience, au moins de nom. Le Sixième niveau de la prison d'Atlantis. Celui réservé à ceux qui trahissent le pacte millénaire unissant le sang Atlante au Dieu Poséidon. Condamné à être jetés dans le puit du haut de la prison, il ne peuvent qu'attendre de mourir d'asphyxie et d'épuisement alors qu'ils tente de se maintenir à flot dans un lac d'une eau noire comme l'encre... Ou pire. Car on raconte également que des créatures peuvent remonter des profondeurs de la terre pour dévorer le corps et l'âme de ces traitres à leur peuple.

Il y a pourtant des cellules, ici. Séparé du fond du puits par une paroi de plusieurs mètres de pierre, pourtant encore trop mince pour étouffer les cris des âmes perdus qui se noient toujours de l'autre côté. Des prisons, pour retenir les criminels jusqu'à leur sentence. Des salles de tortures, pour leur arracher leurs aveux, et leurs secrets. Et d'autres salles et couloirs, aux finalités plus obscures encore. Mais cela fait bien des années que rien de tout ceci n'a trouvé utilité. La désuétude suinte des murs.
L'Onde qui anime l'âme des Marinas est plus tenue, ici. Quelque chose dans ces profondeur l'étouffe. Tu peux sentir ce poids invisible sur tes épaules, sur ton esprit. Sans la protection de ton Ecaille, même maintenir tes illusions serait impossible. Fort heureusement, même dans ces profondeurs, l'autorité des Lyumnades persiste. Comme le Kraken, ces Abysses lui sont familiers. L'esprit de l'armure émet pour toi comme une mélodie, distante et infime, mais rassurante.

Tes pas sont guidés jusqu'à l'une de ces anciennes salles d'interrogatoire. C'est là où une lettre qui t'a été adressée t'a invité à te rendre. Le sceau qui l'accompagnait, celui du Primus Sénateur, t'a incité à suivre cet étrange convocation. C'était, après tout, ce que tu avais demandé à ton cousin, Rodolpho. Une rencontre avec Arhan. Le lieu de cet entretien avait-il réellement une importance?

Finalement, tu arrives sur les lieux. Une salle d'une dizaine de mètres carrés, tout au plus. Une simple table de bois est placée en son centre, deux tabourets placés de part et d'autre. Les torches qui peine à éclairer l'endroit te permette de voir deux hommes présents. L'un se tient de l'autre côté de la pièce, où une porte semble donner sur un autre couloir parallèle à celui par lequel tu es arrivé. Tu reconnais les pupilles violacées de Rodolpho.
Le second homme, assis face à toi à la table, est reconnaissable par le masque de fer qui barre la partie supérieure de son visage. Arhan Sefirot, le Primus Sénateur. Loin des vêtements d'apparat qu'il revêtait souvent lors de ses apparition au Sénat, il porte à présent une tenue de cuir sombre, renforcée par endroit par des plaques d'un métal doré. De l'orichalque. Appuyée sur son épaule, une lance ouvragée, forgée dans ce qui ressemble à de l'obsidienne, attire ton œil. Mais bien qu'armé, le prétendu usurpateur n'apparait pas menaçant. Ses yeux de jade te transpercent. Tu étais attendue.

    « Vous avez demandé à me rencontrer, Général des Lyumnades. Voilà qui est chose faite. A présent, parlons. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SelenaSelenaArmure :
Scale des Lyumnades

Statistiques
HP:
[Avril 553] Une lumière dans les ténèbres G-bleu0/0[Avril 553] Une lumière dans les ténèbres V-bleu  (0/0)
CP:
[Avril 553] Une lumière dans les ténèbres G-rouge0/0[Avril 553] Une lumière dans les ténèbres V-rouge  (0/0)
CC:
[Avril 553] Une lumière dans les ténèbres G-jaune0/0[Avril 553] Une lumière dans les ténèbres V-jaune  (0/0)
Message Re: [Avril 553] Une lumière dans les ténèbres   [Avril 553] Une lumière dans les ténèbres EmptyVen 30 Juil - 16:17
Le cœur des prisons d’Atlantis. Semblait-il que les routes menaient, inlassablement, vers cet endroit ; ce presque territoire, en retrait et central à la fois. Sans mot dire, Cassandra traversait tout cela sans sourciller, sans un regard concret. Nulle réflexion amère ne traversait ses pensées : elle n’avait pas le temps pour celles-ci, pas plus qu’elle ne leur accordait le moindre crédit. Entre traquenards et secrets, le doute était d’ordinaire permis : elle ne s’en souciait, d’apparence pas. Ainsi, entre les murs une unique mélodie retentissait : celui des clapotis provenaient des solerets azurés sur les dalles.
Ce poids n’était guère surprenant, et ne l’inquiétait d’ailleurs pas. Qu’importait leur éventuel départ, ce n’était au final qu’une énième carotte sur un crochet. Elle y était préparée Alors, la main quitta son poitrail et l’Atlante pénétra dans la salle d’interrogatoire, la balayant des yeux. Cette droiture, dont elle faisait encore preuve aujourd’hui, ne l’avait jamais véritablement quitté, en dépit de cette définition particulière.

Dans ce monde bercé de sang et de politique, le hasard n’existait pas.

Dès lors que leur présence supposée fût confirmée, les Lyumnades stoppèrent leur avancée, saluant les deux hommes conformément à l’étiquette due à la cité ainsi qu’à leurs rangs. Une politesse, sobre, dépourvue de toute fioritures, comme on l’attendrait de celle pour qui toute chose est un outil ; sa discrétion, sa concentration et son silence ne sont plus des inconnues.

— Primus Sénateur, Rodolpho.

Cependant, avant d’entamer ces discutions, éventuelles négociations et transmissions d’informations, il convenait de s’assurer des entités rassemblées. Là encore, la Générale ne divergerait pas, parce que ce n’était simplement pas pour des raisons futiles qu’ils étaient là, réunis : tourner autour du pot ne leur servirait en aucun cas.

— En effet. Cependant, avant d’aller plus loin dans nos échanges, devrions-nous assurer d'autre chose ?

La présence des originaux, et non pas des usurpateurs prenant leurs apparences respectives, dans cette pièce comme aux alentours. Compte tenu des évènements récents, les deux membres du conseil comprendraient assurément ce dont il est question, qu’il n’y avait rien dont il faille s’offusquer à titre personnel. La concernant…

— Cette scale ne peut être portée que par la personne en charge de sa région, donc vérifier son authenticité confirmera ce point.

Son identité en tant que Lyumnades. Cassandra. Quant à d’autres doutes éventuels à son sujet, ils étaient tous deux libres de proposer des alternatives.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2012-selena-marsyne-les-lyumnades
ArhanArhanArmure :
...
Message Re: [Avril 553] Une lumière dans les ténèbres   [Avril 553] Une lumière dans les ténèbres EmptyLun 2 Aoû - 21:36
Tes salutations adressées aux deux hommes sont remarquées. Rodolpho y répond par un hochement et un poing sur le cœur, signe discret et efficace du respect qu'il te porte, réel mais fragile. Le Primus Sénateur, lui, n'a aucun geste envers toi. L'étiquette et les politesses, même les plus basiques, n'ont pour lui pas de place ici. S'il avait voulu alourdir cet rencontre avec du protocole, il n'aurait assurément pas opté pour un lieu aussi désolé. Derrière les fentes de son masques, ses pupilles continuent de te dévisager. Tu en sentirais presque la marque brulante sur ta peau.

Aucun des deux hommes ne marque de réaction particulière à tes paroles. Ce sujet était prévisible. Peut-être même avait-il été discuté entre eux à l'avance. Arhan n'a même pas à échanger le moindre regard avec son frère d'arme pour obtenir une quelconque confirmation à travers ses yeux capables de voir au-delà de l'irréel. La voix du Primus Sénateur s'élève en réponse, sèche et directe.

    « Inutile. Si vous ne bénéficiiez pas de la protection de Poséidon, vous ne pourriez vous déplacer ici avec tant d'aise. Les profondeurs de cette prison agissent sur l'esprit, et sur les perceptions. Seuls les porteurs de Scales, ou ceux qui sont en possession d'un sceau de Poséidon, comme Rodolpho et moi-même, peuvent échapper à cette emprise. »

Te faire venir ici était donc un test. S'ils ne pouvaient s'assurer de ton allégeance, ils pouvaient au moins être certains de l'authenticité du totem qui t'offrait sa protection. Quant à eux, les sceaux qu'ils portaient sur le torse portaient bien le nom de Poséidon, et l'Onde qui s'en dégageait t'étais bel et bien familière, à toi qui était l'un de ses fidèles Généraux. Mais la seule possession de bouts de papiers pourrait-elle apaiser tes craintes?
Le Primus Sénateur se redressa. La lance qui reposait sur son épaule se tint droite, et tu parvins à voir qu'alors que la prise du Sefirot se resserrait sur le manche de métal, les symboles sur la lame d'obsidienne se mirent à luire d'un feu rougeoyant. A peine attisée, et malgré ce qu'il venait de dire, sa colère couvait. Elle était présente dans les paroles qu'il t'adressa.

    « Rodolpho m'a rapporté ce qu'il a appris lors de votre précédente entrevue. Il m'a assuré que, malgré l'identité que vous cachez, nous pourrions trouver un terrain d'entente pour coopérer et protéger Atlantis... Mais j'ai pour ma part du mal à accorder tout crédit à quelqu'un qui use d'illusion pour cacher son véritable visage. Donnez-moi une seule bonne raison de ne pas vous placer dans l'une de ces cellules pour enfin obtenir de vous la vérité? »

Tu avais jugé Rodolpho difficile, lors de votre première entrevue, au point de ne pas parvenir à trouver de compromis avec lui. Tu avais à présent le sentiment, devant le Primus Sénateur, de comprendre pourquoi. C'était de cet homme-ci que la volonté intransigeante du Marsyne trouvait sa source. Arhan était direct, et ne souffrait pas de céder le moindre terrain face à ce qu'il jugeait indigne de lui et de ses idéaux. Pour cela, on pouvait autant l'admirer que le mépriser. Mais cette volonté avait trouvé écho chez certains, qui lui portaient assistance.
Le Sénateur Marsyne s'éclaircit la gorge après un court silence imposé par les paroles du Sefirot. Rodolpho s'avança de quelques pas, faisant circuler son regard d'améthyste entre toi et son camarade.

    « Du calme, mon ami. Nous n'aurons pas à en arriver là... Cassandra, il n'y a ici personne d'autre que nous. Et nous sommes dans un domaine soumis entièrement au pouvoir du Seigneur des Océans. Refuserez-vous, même ici, de nous dire qui vous êtes réellement? »

Tu commençais à entrevoir où il voulait en venir. Il avait mis en place ce cadre, au plus profond d'Atlantis, où leurs secrets et les tiens pourraient demeurer dans l'obscurité. Où jamais ni la lumière du jour, ni les regards indiscrets, ne pourraient les atteindre. Tout cela pour répéter cette même question, et obtenir cette réponse que tu lui avais pourtant déjà refusé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SelenaSelenaArmure :
Scale des Lyumnades

Statistiques
HP:
[Avril 553] Une lumière dans les ténèbres G-bleu0/0[Avril 553] Une lumière dans les ténèbres V-bleu  (0/0)
CP:
[Avril 553] Une lumière dans les ténèbres G-rouge0/0[Avril 553] Une lumière dans les ténèbres V-rouge  (0/0)
CC:
[Avril 553] Une lumière dans les ténèbres G-jaune0/0[Avril 553] Une lumière dans les ténèbres V-jaune  (0/0)
Message Re: [Avril 553] Une lumière dans les ténèbres   [Avril 553] Une lumière dans les ténèbres EmptyMer 25 Aoû - 20:28
Face à ces premières vérifications, les deux hommes ne paraissaient guère surpris ; selon leurs affirmations, seuls les porteurs de scales et les possesseurs du sceau de Poséidon conservaient la raison, dès lors qu’ils s’enfonçaient dans cette prison. Or, cela ne répondait pas à ses questions. Les rapprochements de ce type étaient trop simplistes au goût des Lyumnades, conscientes des figures qui se tenaient dans la salle. À ses yeux, ce test n’avait donc rien de crédible, mais Cassandra conserva le silence un moment, jusqu’à ce qu’ils terminent leurs échanges.

Un débat qui ne l’était pas.

De manière évidente, le Sénateur confirmait la position de Rodolpho, ses différents rôles. L’inverse se vérifiait également. Pour autant, Arhan pouvait bien brandir son arme, extirper les flammes de sa lame : Cassandra n’avait pas demandé cette rencontre pour cela, elle n’avait pas de temps à accorder à ce genre d’idioties. Son indifférence se traduisait dans son regard, autant que le sérieux qu’elle mettait dans cette tâche. Personne, ici, ne se déplaçait pour plaisanter et, au final, la présence même du Sefirot prouvait qu’ils ne s’arrêteraient pas sans en avoir obtenu davantage. À côté de cela, leurs tentatives pour vérifier son identité paraissaient dérisoires.

— Je vous ai répondu, lors de votre visite.

Entre ses paroles et les informations données par Nellie, l'interrogation de Rodolpho n’était, depuis longtemps, plus légitime. Son regard s’ancra, ensuite, dans les prunelles grenat du Sénateur, répondant sans détour.

— Vous perdriez les yeux et les oreilles d’Atlantis, celle qui cherche l’invisible et l’insoupçonné. Je ne doute pas que vous me remplacerez, le cas échéant. Cependant, vous perdriez également les raisons de ma présence dans cette prison, les dossiers sur lesquels j’enquêtais, les informations que j’en ai tiré.

Arhan et Rodolpho devaient, tous deux, accepter de prendre ou non ce risque. Il n’y avait que comme cela qu’ils pourraient avancer. Étaient-ils seulement prêts ?

— J’ai demandé cette rencontre pour connaître vos intentions vis-à-vis de la cité, Arhan Sefirot. Des intentions plus précises que le mot protéger, tout en étant consciente de ce que cela impliquerait me concernant. Si nous marchons effectivement dans la même direction, mes informations pourraient alors être utiles. Ma question serait donc de savoir si vous seriez prêts à les entendre, à vous en servir, qu'importe ceux qui se trouvent en face.

La décision lui revenait, mais la force n'apporterait pas ce qu'il attendait.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2012-selena-marsyne-les-lyumnades
ArhanArhanArmure :
...
Message Re: [Avril 553] Une lumière dans les ténèbres   [Avril 553] Une lumière dans les ténèbres EmptyDim 29 Aoû - 15:34
Ta réponse expéditive sembla plonger Rodolpho dans la confusion. Il ne s'était pas attendu à ce que ses efforts soient balayés aussi simplement. Face à cette délusion, le Marsyne ne pouvait qu'essayer une nouvelle fois de te convaincre.

    « Vous ne comprenez pas... Vous êtes en sécurité ici. Vos secrets seront gardés. Vous pouvez... »

    « Il suffit, Rodolpho. Tu lui as donné sa chance. »

L'intervention sèche d'Arhan interrompit le plaidoyer de Rodolpho, dont le visage se décomposa quelque peu. En pinçant les lèvres, il inclina la tête et s'écarta devant toi pour te laisser débattre à loisir avec le Primus Sénateur. Blessé par ce refus catégorique et par cette perspective qui mettait en danger toute coopération future, il retourna s'adosser à un mur de la salle en t'observant toi et le Sefirot échanger.

Ce dernier resta de marbre alors que tu lui expliquais tes attentes et ce que tu pouvais lui offrir. Il ne prononçait rien, mais tu pouvais percevoir que tes paroles n'arrangeaient en rien ses dispositions à ton égard. Toujours une main sur sa lance, il te transperçait de ses deux pupilles de jade, scellées derrière son masque de fer. Lorsque tu eu finis de faire valoir ta cause, la réponse fut immédiate.

    « Ridicule. Vous pensez être en position de sonder nos motivations avant de nous révéler quoi que ce soit? J'ai prêté serment de défendre cette cité. Et on m'a fait Primus pour me donner les pouvoirs et l'autorité de chasser les traitres d'Atlantis, qu'il s'agisse des Mérinita que se sont égarés, ou des Muiens qui se cachent parmi nous. Si vous avez la moindre information pouvant aider à cet office, il est de votre DEVOIR de me les transmettre! Cela ne devrait même pas être un sujet ouvert à discussion! »

Le manche de sa lance frappa le sol, et le son se réverbéra à travers toute la pièce. Le Primus Sénateur s'était levé, et marchait lentement vers toi. Son regard rivé dans le tiens, il continua.

    « Mais ai-je vraiment besoin des yeux d'une aveugle et des oreilles d'une sourde? Vous avez observé et écouté, dites-vous, mais aucune action n'a été prise alors même que le mal qui gangrénait la cité s'étendait. Vous êtes donc une incapable dans le meilleur des cas, ou une traitresse dans le pire. »

Ces derniers mots furent prononcer avec son visage juste devant le tiens. Il voulait clairement que le message rentre : sans montrer ni résultats, ni identité, tu n'avais rien qui pouvait supporter ton arrogante déclaration. Après tout, prétendais-tu pouvoir juger des motivations du Primus Sénateur? Alors que tu lui refusais, à lui et Rodolpho, la même chose? Aurais-tu fait preuve de la même hardiesse face à un Légat de Poséidon?

Arhan, après avoir affronté ton regard quelques secondes, se détourna pour retourner auprès du siège sur lequel il se tenait un peu plus tôt. Posant sa main libre sur le dossier, il te toisa. Le Sénateur se tenait prêt à se rasseoir... Mais uniquement si tu acceptais de jouer selon ses règles.

    « C'est à vous, ici, de prouver que vous servez véritablement Atlantis. Révélez donc ces informations que vous détenez, prouvez-moi qu'il y a quelque chose de concret derrière ce masque de secret, et nous pourrons travailler ensemble. Persistez dans votre démarche, et je ferai en sorte de vous retirer toute autorité sur l'Antarctique. »

La balle était dans ton camp.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SelenaSelenaArmure :
Scale des Lyumnades

Statistiques
HP:
[Avril 553] Une lumière dans les ténèbres G-bleu0/0[Avril 553] Une lumière dans les ténèbres V-bleu  (0/0)
CP:
[Avril 553] Une lumière dans les ténèbres G-rouge0/0[Avril 553] Une lumière dans les ténèbres V-rouge  (0/0)
CC:
[Avril 553] Une lumière dans les ténèbres G-jaune0/0[Avril 553] Une lumière dans les ténèbres V-jaune  (0/0)
Message Re: [Avril 553] Une lumière dans les ténèbres   [Avril 553] Une lumière dans les ténèbres EmptyJeu 23 Sep - 22:48
Une surprise momentanée s’empara de Cassandra qui, d’ordinaire, restait de marbre ; une stupéfaction si peu visible qu’elle balaya son visage sans même s’y attarder. Pour cause, les interrogations de Rodolpho, identiques aux précédentes, n’avaient plus aucune raison d’être depuis déjà un moment. Inlassablement, il revenait à la charge, sans prendre un instant pour réfléchir aux paroles échangées quelques semaines auparavant. Des paroles échangées avec elle, certes, mais surtout avec Nellie, pourtant sa jeune cousine. Or, à la place, les Lyumnades ne reçurent que des menaces. Sans voile, le Primus Sénateur grondait, mais cela n’inquiétait guère la gardienne – ou, plutôt, cela ne l’impressionnait aucunement. Il était caractériel, mais il n’était de loin pas le premier à l’avoir été.
Brandir les serments, ici, ne mènerait à rien. Pour autant, Arhan souhaitait s’aventurer sur ce terrain glissant. Soit, ainsi avanceraient-ils ensemble, ou reculeront-ils encore. Derechef, les deux hommes se fourvoyaient, aveuglés par une trop grande confiance, un égo blessé. D’une certaine manière, Cassandra aussi, connaissait cela. Pas ici, pas dans le cas présent, cela dit.

Lui qui tenait d’interminables discours, tenait cependant la clef entre ses doigts. Seulement, il ne semblait pas s’en rendre compte, à moins qu’il ne faisait que jouer le rôle d’un imbécile au sang chaud.

— Ce serment, je l’ai prêté également, Primus Sénateur. Mon devoir est de protéger la cité, sous l’autorité de la voix de Poséidon. Or, il semble que nous n’ayons désormais plus de Légat, et personne pour reprendre officiellement le flambeau.

Oui, actuellement, personne ne portait ce titre. Sans pour autant manquer de respect à celui qui se targuait de posséder l’autorisé, par cette mise en situation, Arhan devrait assimiler par lui-même que rien n’obligeait Cassandra à partager les informations apprises. D’autant plus lorsque…

— Comme vous l’avez mentionné, les Muiens se cachent parmi nous. Parmi des civils, certes, et parmi ceux qui, comme nous, ont pourtant prêté serment de défendre Atlantis. Comprenez que je n’entretiens pas le secret, pas plus que je ne sonde vos intentions, dans le but d’entreprendre des actions contre vous, mais parce que la présence des Muiens est un fait, tout comme celle d’espions officiant dans leur intérêt. Des traîtres qui, selon toute logique, pourraient se trouver dans l’armée, mais également dans les hautes instances, dans les entourages. Sans compter que d’autres fantômes se profilent à l’horizon. Vous prétendez que je n’ai pris aucune mesure, soit. C’est votre droit. Vous n’avez pas besoin de mes yeux et de mes oreilles, soit. Dans ce cas, je continuerai de m’occuper seule de ces problèmes et de faire barrière entre le chaos et la cité, avec ou sans l’autorité sur l’Antarctique, avec ou sans mon écaille, et avec ou sans mon statut de Général. Cependant, posez-vous les bonnes questions : sur les personnes qui avaient connaissance d’une affaire pourtant tenue au secret, qui l’ont ébruitée. Sur les raisons pour lesquelles nous ne parvenons pas à nous défaire de l’emprise des Muiens, à les attraper, ou, dans les rares cas éventuels, où nous ne parvenons pas à en obtenir quoi que ce soit de concret. Quant à celui qui aurait attaqué Orpheus…

Son regard, jusqu’à présent ancré dans les Jades du Primus Sénateur, glissa brièvement vers Rodolpho – qui l’avait prévenue de l’existence de ce meurtrier, avant de le relâcher, tout en réaffirmant la pression dans son propre poing.

— J’ai quelques pistes à ce sujet. Là encore, j’en fais mon affaire.

Un sourcil froncé ; le creux de sa main effleura son armure, se remémorant la sensation étrange d’une rencontre. Elle s’en occupera, quitte à les perdre, elle et ce qu’il restera éventuellement des Naïades.

— Je n’ai rien à ajouter, pas sans connaître mieux le fond de vos pensées et, plus encore, pas sans avoir l’assurance que rien d’indésirable ne gravite autour de vous deux.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2012-selena-marsyne-les-lyumnades
ArhanArhanArmure :
...
Message Re: [Avril 553] Une lumière dans les ténèbres   [Avril 553] Une lumière dans les ténèbres EmptySam 25 Sep - 19:46
Le Primus Sénateur te transperça du regard tout du long de ton discours. Son masque ne laissa que peu transparaitre ses émotions. Mais tu parvins à distinguer ses yeux se plisser en plusieurs occasions derrière le rideau de fer qui les abritait. Déjà, tu sentais plusieurs point de ton discours qui déplaisaient au Séfirot. Lorsque tu terminas, les lèvres pincées d'Arhan te signifiaient déjà tout ce que tu pouvais savoir. La réponse n'allait pas être plaisante.

    « Vous en êtes donc toujours au stade où vous vous posez des questions. Nous en sommes à celui où nous trouvons des réponses! Épargnez-nous votre vain questionnement. Et puisque le concept de "preuve" vous est de toute évidence étranger, nous ne perdrons pas plus de temps ici. »

Le Primus repoussa de sa main posé sur son dossier la chaise placée devant lui. Le temps des discussions touchait déjà à sa fin. Ce moment avait été bref, mais sur certains aspects... décisifs.
Arhan s'exprima ensuite avec une profonde lassitude dans la voix.

    « Je ne vais pas vous retirer votre statut ou votre armure. Poséidon s'en chargera, si tel est sa volonté. De plus, vous n'avez commis aucun crime qui pourrait justifier une telle mesure... Je vous crois, quand vous dites respecter vos serments. Vous n'êtes pas une traitresse. Vous êtes juste la preuve vivante de la défaillance de l'ordre illusoire instauré par les Mérinita! »

Un relent de colère déborda de la voix du dirigeant du Conseil. Malgré ses émotions qui toujours couvaient, l'homme avait tiré profit de cette rencontre pour se faire un avis définitif à ton sujet. Et tu avais, malheureusement, été à la hauteur de ses attentes. Ou plutôt de ses craintes?
Il pointa sa lance vers toi. Malgré l'agressivité que ce geste pouvait sous entendre, celle-ci resta inerte. Nulle flamme de violence ne s'allumerait ici. Arhan rendit le jugement dont tu étais l'objet.

    « Cassandra Sedna! Vous êtes à partir d'aujourd'hui assignée à résidence! Vous pourrez continuer à gérer l'Antarctique depuis vos quartiers, mais Rodolpho supervisera les entrées et sorties de votre demeure. Je ne prendrai pas le risque de voir votre inaptitude saboter nos efforts. »

Sur ces mots, le Primus Sénateur se détourna et se dirigea vers la sortie de la pièce opposée à ta position. Rodolpho fit quelques pas vers lui, mais s'interrompit lorsque son camarade lui lança un regard sans équivoque. Arhan quitta les lieux, te laissant seul avec le Marsyne. Celui-ci resta un instant immobile, contemplant silencieusement son échec, avant de partir à son tour en te laissant ces quelques mots.

    « Je suis désolé que les choses se soient passées ainsi... »


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SelenaSelenaArmure :
Scale des Lyumnades

Statistiques
HP:
[Avril 553] Une lumière dans les ténèbres G-bleu0/0[Avril 553] Une lumière dans les ténèbres V-bleu  (0/0)
CP:
[Avril 553] Une lumière dans les ténèbres G-rouge0/0[Avril 553] Une lumière dans les ténèbres V-rouge  (0/0)
CC:
[Avril 553] Une lumière dans les ténèbres G-jaune0/0[Avril 553] Une lumière dans les ténèbres V-jaune  (0/0)
Message Re: [Avril 553] Une lumière dans les ténèbres   [Avril 553] Une lumière dans les ténèbres EmptyLun 11 Oct - 19:11
La dévisager ne modifierait en aucun cas ses propos ; Cassandra en assumait chaque mot, chaque signification, aussi tortueuses que toutes pouvaient l’être. Le Primus Sénateur pouvait bien se rider, s’offusquer, cela ne changerait rien, car elle ne portait que peu d’intérêt pour ses états d’âmes. Cependant, ses réactions étaient sans équivoque. Choisir de croire ou non en ces points ne concernait que lui-même, dissimuler des informations, en revanche, c’était une autre affaire.

Communiquer avec un mur serait plus productif, bien qu’elle n’irait pas jusqu’à mentionner la mule qu’était Nessius, le situant à un certain niveau sur le seuil de la bêtise, des cachotteries et de la mauvaise foi. Malgré cela, durant toute sa tirade, Cassandra ne cilla pas ; elle l’écoutait tandis qu’il s’agitait, l’observait tandis qu’il sombrait. L’assigner à résidence ne règlera rien, au contraire, pour peu qu’ils y parviennent.
En somme, il n’y avait rien à ajouter, et pourtant, lorsqu’il se dirigea vers la porte, une dernière remarque s’échappa à l’attention du Séfirot.

— Encore faut-il se poser les bonnes questions, prendre le temps de voir au-delà de ce que nos yeux veulent nous montrer, si l’on souhaite trouver des réponses correctes, Primus Sénateur. Cela vaut pour chacun de nous.

Lui y compris.
Sans en attendre quoi que ce soit, parce qu’il n’en ferait qu’à sa tête. Elle n’en doutait pas un seul instant, et personne ne parviendrait à le raisonner, pas même Rodolpho. Rodolpho à qui elle s’adressa finalement, une fois qu’Arhan eût quitté la pièce.

— Rodolpho, que pensez-vous de toutes ces histoires ?

Un avis sincère concernant cet entretien avorté, d’une part, mais également de tous les sujets abordés, des problèmes sous-jacents, de leurs raisons, de ce timing plus que précis. De tout ce qui, au final, avait causé cette crise. Une expiration s’ensuivit, puis elle reprit :

— Quoi qu’il en soit, il semble se faire engloutir, alors essayez de maintenir sa tête hors de l’eau.

La maintenir hors de l’eau, autant que possible, pour qu’il ne succombe pas complètement, qu’il ne perde pas le contrôle de lui-même, de la situation, quitte à le surveiller. Qu’importe. Cassandra savait que Rodolpho n’y parviendra peut-être pas. Elle en avait eu la preuve aujourd’hui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2012-selena-marsyne-les-lyumnades
 
[Avril 553] Une lumière dans les ténèbres
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Libro Scripturae :: Mare Nostrum :: Atlantis :: Pilier du Pacifique Sud :: Geôles d'Atlantis-
Sauter vers: