Votez
I
II
III


Février 553 AD (Jusqu'au 30 Septembre 2020)
 
Partagez
 

 [Mai 550 - PV Artorius] Rituel & Devoir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
JelanJelanArmure :
Chrysaor

Statistiques
HP:
[Mai 550 - PV Artorius] Rituel & Devoir G-bleu200/200[Mai 550 - PV Artorius] Rituel & Devoir V-bleu  (200/200)
CP:
[Mai 550 - PV Artorius] Rituel & Devoir G-rouge240/240[Mai 550 - PV Artorius] Rituel & Devoir V-rouge  (240/240)
CC:
[Mai 550 - PV Artorius] Rituel & Devoir G-jaune215/215[Mai 550 - PV Artorius] Rituel & Devoir V-jaune  (215/215)
Message [Mai 550 - PV Artorius] Rituel & Devoir   [Mai 550 - PV Artorius] Rituel & Devoir EmptyMar 10 Nov 2015 - 11:50
Ici, il n'y avait que le silence. Au cœur de ce qui était aujourd'hui ses appartements, nulle autre vie que la sienne ne subsistait. Sa vie et le froid qui sévissait, l'enveloppait entre ses bras. Ses doigts nus vinrent glisser sur son visage, effacer les traces de fatigue qui y subsistait encore. Un instant, les prunelles azuréennes vinrent se perdre dans l'onde miroitante qui lui faisait face et de laquelle s'échappait une buée blanchâtre, évanescente. Sa chaleur lui paraissait chaque fois inconnue, incongrue, et dès lors que ses paumes viendraient plonger dans l'eau, cette dernière se refroidirait inexorablement. De la cuve, son regard vint détailler ses mains avant qu'un muet soupire ne vint se faufiler en dehors de ses lèvres. Plongeant ses mains dans le récipient, le chevalier s'aspergea brièvement le visage, effaçant de ce liquide se glaçant les marques de son sommeil. Les gouttes glissèrent et s'échappèrent, se figèrent finalement alors que bien vite, un tissu vint les déloger. Une habitude. Un rituel. Tous les jours, chaque matin à la même heure ou peu s'en fallait, le chevalier agissait ainsi. Un moyen de s'ancrer, d'oublier ce que la nuit avait laissé - le froid et le silence seuls demeuraient.

Laissant de côté ces pensées, la fleur des glaces vint récupérer ses gants de cuir abandonnés sur sa table avant de les enfiler. S'avançant jusqu'au totem de l'armure d'or du verseau, le chevalier en effleura le métal du bout de ses doigts gantées. Une hésitation. Un frémissement. Sur son visage vint glisser une indéchiffrable expression. Lentement, habituellement, le chevalier vint déposer le masque d'argent sur son faciès qui fit disparaitre ses traits sous son carcan, ne laissant que sa chevelure d'or venir égayer le froid métal. Et puis comme un familier désireux de plaire, l'armure d'or vint recouvrir chaque parcelle de son corps, apposer sur son pouvoir un scellé moindre. Le froid parut se faire moindre, le verseau jouant son rôle de catalyseur quand bien même son aura demeurait glacé - trop pour que cela ne soit contrôlé. De cela aussi, le chevalier d'or en était coutumier. Bien vite, sa cape brune et épaisse rejoignit ses épaules, et c'est seulement ainsi paré que la fleur des glaces s'échappa des lieux. Sa destination était toute trouvée. Sa présence discrète ne laissait nul bruit filtrer si ce n'était son cosmos glacial. Coutumier des ombres malgré l'éclat d'argent du givre naissant sur son passage, la silhouette glissa jusque dans la bibliothèque de son temple sans croiser la moindre vie. Les servants ne s'attardaient que peu ici - sous ses ordres qu'ils respectaient au moins.

Les précieux ouvrages s'alignaient comme autant de porte sur le monde. Tant de monde différent même que le chevalier d'or n'effleurait qu'à peine du bout de son esprit. Depuis que l'armure l'avait choisi et l'avait confiné en ces lieux, la fleur des glaces passait ses journées ici pour y lire les ouvrages anciens d'un monde parfois oublié. Peut-être pour trouver une réponse. Peut-être seulement pour tromper l'ennui. La question ne faisait que l'effleurer sans jamais s'attarder plus que de raison. S'installant sur l'unique table présente, le verseau rouvrit le précieux manuscrit commencé la veille. Ses mains ne s'attardèrent guère sur le cuir, juste un instant pour tourner les pages, éviter que le froid ne vienne abimer le précieux écrit. La mémoire d'Alexandrie demeurait ici, au cœur de cette bibliothèque inaccessible aux communs. Le silence y était ici paisible, serein, le froid semblant se faire également plus lointain, comme apaisé, presque distrait. Combien de temps cela dura t-il avant qu'une présence ne vienne altérer sa concentration ? Cette réponse lui était inaccessible, tout autant qu'elle était inutile. Que faire ? Son rôle était de garder les lieux, d'en vérifier le passage, lentement, abandonnant son livre ouvert sur la table de bois, la silhouette engoncée dans ses atours s'échappa. Sa retraite attendrait, son devoir, lui, ne le pouvait.

Sa présence seule suffirait. Nul autre bruit si ce n'était cette aura glacial qui l'enveloppait, semblait imprégner le temple lui même à la merci de cette froideur. Juste attendre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1337-jelan-general-de-chr
ArtoriusArtoriusArmure :
Capricorne
Message Re: [Mai 550 - PV Artorius] Rituel & Devoir   [Mai 550 - PV Artorius] Rituel & Devoir EmptyDim 29 Nov 2015 - 19:51
Avançant d'un pas lent mais quelque peu justifié par le devoir qu'il lui était incombé, le Capricorne avait entreprit sa route vers un édifice capital situé au Sanctuaire même. L'orgueil d'une chevalerie avait su résister aux assauts belliqueux de ses opposants et de ce fait, il avait privilégié la construction d'un endroit où siégeait un homme important, dans un lieu de réunion que l'on appelait dore et déjà "le Temple du Pope"...L'endroit même dans lequel demeurait l'ancien Chevalier du Scorpion, qui avait dès lors pris cette fonction depuis quelques années. Des années de tensions que n'avait pas connu Artorius, trop jeune pour manifester une quelconque souffrance et un mépris envers ses années tumultueuses, où sang et plaintes de douleur avaient éclatés dans un champ de combat désolé et fratricide.

Proche d'Athéna, le jeune homme n'avait pourtant pas bénéficié des meilleures prédispositions pour tenter de voir en ses compagnons de guerre une quelconque utilité. A dire vrai, le but ultime qu'on lui avait conféré et le souhait d'Athéna que représentait le jeune homme parmi cette chevalerie lui avait permis de bénéficier d'une certaine protection. De cela, et de beaucoup plus finalement: un entraînement drastique mené d'une main de fer par sa déesse lui avait été octroyé. Mais rien n'était joué d'avance, car Artorius était jeune, inexpérimenté, et seul. Pour l'instant. Pas que cela ne l'avait véritablement gêné après tout, il n'avait jamais montré le moindre intérêt à se montrer présent dans ce grand empire qu'il formait eux, les guerriers vengeurs, les guerriers qui répandaient la Justice en sanctionnant. C'est ainsi qu'il parvenait à voir les choses selon une philosophie qu'Athéna lui avait inculqué, même si tout jeune, il aimait déjà voir en ce monde un sentiment d'équité, de justice, de tout ces principes qui prenaient leur importance en société. Ces notions, il les aimait certes, mais sa populations beaucoup moins.

Là était le problème et il le percevait: Lui n'en faisait pour l'instant pas partie et il n'en avait pas senti le besoin, jusqu'à cette réunion qui l'avait introduit devant l'ensemble des Saints, ou presque. Son pied se posait déjà en dernier mouvement, claquant d'un bruit sourd et dur contre la pierre qui le menait déjà en face du Onzième Temple. Le Verseau. Curieux, c'était un léger haussement des sourcils qui accompagnait la réflexion du Capricorne. Il lui semblait ne pas avoir vu le chevalier, ni même avoir présenté une quelconque estime à laquelle il s'était senti obligé de répondre pour chacun des chevaliers. Par devoir, par nécessité, pour une cohésion qui profiterait à tous. Aussi, se fut d'un regard soutenu et dubitatif qu'il observait le temple de ce dernier.

Les pierres blanches arboraient déjà le signe de son gardien, et c'est avec une vague curiosité qu'il entreprit de le traverser. Du peu d'attention qu'il portait à ce moment précis quant au gardien qui veillait certainement jalousement sur sa Maison, le cosmos qu'il parvenait à ressentir...Etait bel et bien présent. Pas véritablement affecté par cette nouvelle, il entra dans la maison, tout en étant persuadé que sa venue ne serait pas une surprise pour le Verseau. Ainsi, il lui faudrait donc rencontrer son hôte avant de pouvoir en ressortir, pour finalement être guidé chez le Pope avec qui...Le Cancer devait s'entretenir, s'il jugeait correctement la nature du cosmos qui s'y trouvait.

Et pourtant, quelque chose le coupa bien vite de ses pensées. Ce n'était pas quelqu'un qui l'avait intimé de ralentir sa cadence, à laquelle sa cape répondait rapidement par un mouvement solennel qui compensait presque de justesse les traits juvéniles du Saint. Son passé lui avait fait prendre une certaine maturité qui se traduisait par son regard, mais il n'en paraissait pas plus jeune et ne devait son aura qu'à cette personnalité affirmée, sinon restait-il un humain comme les autres en apparence. Certes, il en avait un corps qui le fragilisait, comme toute autre personne car déjà il ressentait le froid ambiant mais faible qui régnait dans cette salle, sans aucune forme de compassion. D'après ce que le chevalier juvénile avait pu lire, le guerrier qui y habitait était un homme froid, et Artorius pouvait aisément dire que le Verseau excellait dans ce domaine-là. Voilà qui était intéressant. Sur ces pensées, il poursuivit son chemin, s'enfonçant encore un peu plus dans le Temple où les ombres s'étaient parfois fortifiés et bâtis en l'absence d'un Soleil étouffant.

Ce froid n'était pourtant pas étranger, pas plus qu'il n'y démontrait une forme d'hostilité: celui-ci était parfaitement...naturel. Par curiosité, Artorius se concentra davantage sur la localisation de son compagnon d'armes. A quoi pouvait-il bien ressembler? Qui était-il? Quels étaient ses intentions au sein de la chevalerie? Les questions étaient nombreuses et écloraient dore et déjà bien plus rapidement dans l'esprit d'un jeune chevalier au ton sec et ferme que dans celui d'un adolescent trop curieux. Après tout, il était temps pour le Capricorne de prendre sa misanthropie à deux mains et se montrer un peu plus juste en saluant brièvement le Chevalier. Peut-être était-ce pour cela qu'il se sentait incomplet? Il avait du mal à y croire, mais il cherchait cette réponse depuis l'acquisition de son armure. Alors un minimum de décence vis-à-vis de ses collègues, on ne lui demanderait pas plus, de toute façon. Il s'aventura alors dans une pièce du Temple remplie de livres. Une bibliothèque dans laquelle froideur et connaissance étaient liées. Ses yeux observèrent intensément les livres, alors que ses pupilles semblaient déjà plus habituées que l'habituel froideur d'une justice vengeresse qu'il dégageait du haut de ses quinze ans. Quand on savait à quel point il pouvait adorer les livres, on ne doutait finalement pas bien longtemps qu'il pouvait sommeiller un amoureux de la littérature qui s'émerveillait déjà intérieurement de cette bibliothèque qui s'offrait devant lui.

Son attention fut pourtant rapidement détournée. Il n'était pas ici pour rester lire, mais bien pour faire connaissance avec son voisin, silencieux mais présent par les morsures de son mutisme. Artorius avait pourtant du temps à tuer. Pourtant bien plus intéressé par un bouquin que le jeune homme en armure qui siégeait dans son propre temple, il prit son temps pour adresser un premier mot à son voisin, et c'est ainsi qu'il feuilleta tout d'abord un livre intitulé "corpus iuris civilis", qu'il referma pourtant après avoir feuilleter quelques pages le gardant néanmoins toujours entre ses mains.

"Voilà une bibliothèque fort intéressante, chevalier du Verseau. Je ne peux m'empêcher d'avouer que j'en reste impressionner, plus particulièrement quand on considère les ouvrages aussi récents qu'anciens qui œuvrent à promulguer la diversité de votre collection. Est-ce vous qui l'avez rassemblé ici même? Ou alors, est-ce l'ouvrage de vos prédécesseurs ayant contribué à cette noble tache?"


Lentement, il se retourna pour faire face à une...personne blonde arborant une armure dont il pouvait certainement être fière pour la signification qu'elle prenait. Le Verseau n'était pas bien vieux, de quelques années son ainé. Pourtant, Artorius hésita à la vue d'un masque qui trônait sur le visage alors qu'il avait relevé les yeux. Le chevalier était une femme? Pendant quelques secondes, c'était une expression quelque étonné qui avait tiré les traits peu expressifs du visage de l'adolescent. Pour couronner le tout, Artorius ne s'était pas présenté de la meilleure des façons, aussi il tenta de se rattraper.

"Mes excuses mademoiselle. Artorius du Capricorne, récemment promu. Il ne me semble pas vous avoir vu lors du Crusos Sunagein, aussi suis-je venu vous rencontrer."

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JelanJelanArmure :
Chrysaor

Statistiques
HP:
[Mai 550 - PV Artorius] Rituel & Devoir G-bleu200/200[Mai 550 - PV Artorius] Rituel & Devoir V-bleu  (200/200)
CP:
[Mai 550 - PV Artorius] Rituel & Devoir G-rouge240/240[Mai 550 - PV Artorius] Rituel & Devoir V-rouge  (240/240)
CC:
[Mai 550 - PV Artorius] Rituel & Devoir G-jaune215/215[Mai 550 - PV Artorius] Rituel & Devoir V-jaune  (215/215)
Message Re: [Mai 550 - PV Artorius] Rituel & Devoir   [Mai 550 - PV Artorius] Rituel & Devoir EmptyLun 30 Nov 2015 - 12:17
Finalement, nul besoin d'aller au devant de l'étranger pour aller à sa rencontre, ce dernier prenant la peine de le faire à sa place. Debout à quelques pas de la silhouette du nouveau venu, le chevalier d'or prit la peine de détailler son comparse vêtue de cette armure sœur. Une certaine jeunesse émanait de sa personne, pour autant, il y avait dans les traits encore juvénile de son visage, une certaine maturité - dureté peut-être même. Une chevelure sombre et un regard déjà captivé par les feuillets précieux d'un ouvrage l'étant tout autant qui pourtant bien vite fut de nouveau refermé. La voix du jeune homme vint troubler le paisible silence de la sainte bibliothèque. Des paroles pleines de questions qui pour l'heure, demeuraient pleines et entières. Le silence et le froid seuls y répondirent alors que finalement, le visage du saint vint se détourner sur la silhouette engoncée dans la lourde cape brune du Verseau. La surprise marqua ses traits, légère et évanescente, avant que sa voix finalement, ne vienne rompre l'étonnement, briser l'hésitation. Ce masque dissimulant ses traits devaient probablement être la raison de son trouble. Ne devrait-il pas en être coutumier pourtant ? La question resta muette alors que le jeune homme ne se présenta finalement. Artorius, chevalier d'or du Capricorne. Le gardien de la dixième maison. Son voisin, donc. Le silence s'installa, un instant ou une éternité avant que le Verseau ne réponde à son confrère.

« J'étais en mission en dehors du Sanctuaire lorsqu'il a eut lieu. » Une simple phrase déclamée de cette voix atone habituelle - absente, lointaine. Une unique justification qui, en un sens, n'avait pas lieu d'être mais qu'il était sans doute préférable de préciser. Peut-être. « Je suis Échô. » Un grincement à ses oreilles. Un battement qui n'existe déjà plus. Nul besoin d'y accoler le nom de l'armure qui recouvrait son corps puisque son interlocuteur la connaissait déjà. Qui plus est, il n'était pas dans son habitude de parler plus que de raison. Non pas pour entretenir un quelconque mystère mais seulement parce que cela lui paraissait inutile - si futile parfois. Les prunelles voilées par son carcan de métal vinrent se poser sur les étagères sur lesquelles demeuraient entreposées les divers ouvrages de cette bibliothèque sacrée. Dans ces lieux étaient gardés maintes écrits d'horizon divers, de cultures différentes et d'auteurs variés. Chacun refermait en lui un précieux savoir qu'il fallait préserver des affres du monde - garder en lieu sûr dans ce temple consacré dont le verseau se faisait gardien. C'était là, l'une de ses obligations, tout comme l'était celle d'y compiler l'Histoire du Sanctuaire de sa main, comme cela le fut par les générations précédentes. Un héritage. Une responsabilité pour tout ceux endossant cette armure au métal précieux. Ses pensées s’échappèrent un instant. Une image rémanente qui vint s'enfuir aussi vite qu'elle ne lui était apparue. Tromperie.

Un pas qui l'éloigna. Léger. Discret. Silencieux comme l'était sa personne - fantôme glacé hantant les murs de ce temple. « Les chevaliers du Verseau sont les gardiens de ces lieux mais c'est au Sanctuaire qu'appartiennent ces ouvrages. » Le masque d'argent vint glisser sur la silhouette de son comparse paré de son armure d'or blanc. Son scintillement était plus semblable à l'éclat de la lune qu'à celui de son pendant. Il n'en était pas moins précieux pourtant. Plus peut-être même. « Cela fait cependant également parti de leur prérogative que de réunir ce savoir et de le rassembler ici. » Dans son cas, la fleur des glaces n'y avait que bien modestement contribué, mais cela, elle n'en fit pas part. C'était bien inutile. « L'Histoire du Sanctuaire y est également consigné. » C'était là leur rôle, l'une de leur tâche tout du moins. En ce qui concernait les autres, elles ne différaient pas de celles des autres chevaliers. Servir Athéna et protéger ce temple, se faire barrière et étendard... C'était pourtant dans cette bibliothèque que le Verseau se sentait le mieux. Son froid, quand bien même demeurait-il mordant, semblait pourtant moindre que de coutume - ce que le Capricorne ne pourrait savoir cependant. Ils n'étaient que des inconnus.

Des mots prononcés d'une voix atone. Nulle émotion ne paraissait étreindre l'être de glace qui demeurait à l'écart, le givre glissant avec langueur sur le sol égal. Lentement. Ce savoir à présent partagé était-il sien ? Répéter ce qui avait été murmuré à une oreille attentive, captivée. Ce n'était rien de plus qu'un froid écho. Juste un écho.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1337-jelan-general-de-chr
ArtoriusArtoriusArmure :
Capricorne
Message Re: [Mai 550 - PV Artorius] Rituel & Devoir   [Mai 550 - PV Artorius] Rituel & Devoir EmptyLun 30 Nov 2015 - 22:14
Il avait posé une affirmation simple face au gardien d'une Maison voisine. Pourtant, celui-ci lui avait répondu bien facilement. Trop peut-être, s'il avait été une personne qui aimait les formalités, la sociabilité et les subtilités du contact humain, alors il s'en serait probablement senti mal-à-l'aise. Mais de ce qu'Artorius pouvait en déduire, c'était que l'homme qui lui faisait face n'était pas un amateur des laïus travaillés avec soin pour toucher un public qui se présenterait à l'occasion. Non, lui semblait privilégier les faits directs, sans laisser passer une pointe de mystère qui ne laisserait qu'un amer goût de subjectivité. Le tout tombait finalement peut-être bien, car le Capricorne était lui aussi bien plus enclin à utiliser ce genre de procédés. Finalement, écouter cette personne serait peut-être plus plaisant que ce qu'il avait pu imaginer, n'en déplaise son agacement vis-à-vis de toute cette communauté parfois trop attachée aux valeurs sentimentales.

Echo. C'est ainsi que le chevalier du Verseau se présenta, sans pour autant développer plus longtemps son identité. De toute façon, chacun connaissait respectivement le rôle qu'il leur était attribué, aussi ne s'en formalisa-t-il pas vraiment. Artorius avait eu l'occasion de tenir beaucoup de livres, mais bien souvent ne s'était-il contenté que de ceux qui trônaient uniquement et seulement au sein même du Temple d'Athéna, une collection composé majoritairement d'ouvrages qu'on daignait lui amener pour parfaire ses connaissances. Mais au-delà de ce concours de circonstances qui lui paraissait clair comme de l'eau de roches, il avait affaire à l'heure actuelle à une énigme à laquelle les informations capitales étaient dévoilées petit à petit. Ainsi, la Bibliothèque dans ce Temple était chose commune du Sanctuaire. Plus précisément, il s'agissait d'un devoir qui avait été attribué à son collègue, fier chevalier qui, visiblement, veillait dore et déjà à remplir cette tache si précieuse pour la Sagesse. Un fin et imperceptible sourire vint s'esquisser sur les lèvres du Capricorne. Le tout se déroulait dans une parfaite procédure; Athéna n'était elle pas la représentation de la Sagesse? On éveillait là deux grands intérêts du Capricorne.

"A défaut de montrer de la simplicité, cette tache doit être fascinante à tenir. Depuis combien de temps suivez-vous les traces de nos ancêtres, les exploits d'antan qui ont façonné notre légende?"

Rapidement, il prit appuis sur l'un des murs, attendant patiemment une réponse, ou même la simple envie de parler. Il faisait pourtant un effort en se faisant violence, en affrontant toutes ces choses qu'ils détestaient. Mais pour rester fort, il fallait être uni, et ça lui suffisait amplement pour honorer des promesses internes que ses gestes et son dos droit ne sauraient trahir. Le Capricorne n'était pas le seul à tenter de respecter ses engagements visiblement, et la simple mention de son absence lui avait mis la puce à l'oreille.

"Une mission dites-vous. A quoi ressemble cet extérieur dont vous parlez?"

Dans le fond, femme ou homme, Artorius se fichait pas mal des considérations de son époque. Il n'aimait pas le contact, certes, mais on ne pouvait lui reprocher une misogynie trop prononcée. Ce n'était pas dans ses manières, en particulier quand celui-ci avait été éduqué et forgée en combattant par une femme. N'en déplaise au Pope. Pourtant, cette information l'intéressait bien plus que ce qu'il laissait percevoir, alors qu'il remettait un chef d'œuvre de la Justice ordonné par Justinien même dans l'une des étagères qui formait le milieu vivant de l'Ecrit. Une question était dissimulée derrière cette phrase, pourtant elle n'en était que plus affirmée: Quel était cette dernière fois? Celle qui lui avait permis d'arpenter le monde extérieur qui l'avait vu naître orphelin et presque ignorant de sa propre ascendance? Athéna ne le savait que trop bien, mais lui ne se laissait pas troubler par son passé. L'instant présent était bien plus important, et il avait quant à lui bien trop de problèmes à résoudre pour s'occuper des détails triviaux.

"Chevalier Echo, pouvez-vous me conseiller un ouvrage, ou même me donner quelques informations à titre personnel sur les dieux celtiques?" Depuis le début, il avait compris que son Armure, rayonnant d'un blanc pur, réclamait quelque chose. Lui-même le savait, car Artorius se sentait depuis ce jour de prédilection, depuis le Crusos jusqu'à cette instant même, littéralement "incomplet". En somme, Artorius avait à faire ses preuves. Pour le Sanctuaire, pour Athéna surtout, mais peut-être aussi pour lui et ses successeurs. "Une chose me dérange depuis l'acquisition de mon Armure, mais je ne parviens pas à y mettre le doigt. Je ne puis vous expliquer mon ressenti, mais les livres sauraient peut-être à eux seuls me conseiller le juste chemin à prendre pour résoudre l'énigme qui me ronge à cet instant."


PS: Non non, Artorius ne sait pas lui, d'où le mademoiselle, mais j'aurais très bien pu prendre Echô pour une fille. Je préférais signaler ça, j'avais peur de faire une bourde, mais un masque, je ne pouvais pas rater cette occasion. xD
Sinon ne t'inquiètes pas, c'est moi qui en fait toujours des caisses pour rien en terme de longueur, mais je demande rien en retard (enfin on se comprend) x)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JelanJelanArmure :
Chrysaor

Statistiques
HP:
[Mai 550 - PV Artorius] Rituel & Devoir G-bleu200/200[Mai 550 - PV Artorius] Rituel & Devoir V-bleu  (200/200)
CP:
[Mai 550 - PV Artorius] Rituel & Devoir G-rouge240/240[Mai 550 - PV Artorius] Rituel & Devoir V-rouge  (240/240)
CC:
[Mai 550 - PV Artorius] Rituel & Devoir G-jaune215/215[Mai 550 - PV Artorius] Rituel & Devoir V-jaune  (215/215)
Message Re: [Mai 550 - PV Artorius] Rituel & Devoir   [Mai 550 - PV Artorius] Rituel & Devoir EmptyJeu 3 Déc 2015 - 20:55
Fascinante. Sans doute. Une responsabilité avant toute chose qui pour autant, se révélait à sa manière bien agréable. S'enfermer ici et se laisser bercer par la quiétude de ces lieux emplis de savoir, se laisser distraire par une lecture prise au hasard, attiré par un titre, une impression. Ici, la solitude était seule à demeurer, pourtant, elle lui paraissait moindre, comme si les ouvrages se faisaient muettes présences. Apaisante. Sereine. Une sérénité que l'humanité ne parvenait à dégager à ses yeux. Le masque vint se poser sur le chevalier du capricorne après avoir laisser son regard dériver sur les étagères. Ici, son pouvoir paraissait se faire moindre. Une réalité ou une illusion ? La réponse restait trouble. « Peu de temps en comparaison. » Des paroles vagues qui ne prêtaient que peu à un étalement de sa part, ou même de la part de son comparse ayant posé cette question. Nulle précision ne vint étayer ces quelques mots. A quoi bon ? Il n'était pas dans ses habitudes d'en dire plus que nécessaire, surtout lorsque cela concernait sa propre vie.

L'extérieur. Une question qui lui parue quelque peu étrange quand bien même la fleur des glaces n'en fit pas mention. Comment était cet extérieur ? Un monde de glace et de neige. Un extérieur qui se faisait tapi immaculé. Un lieu froid qui lui ressemblait tout à fait. « Asgard. » Simplement. Juste un nom qui signifiait tout et rien. Tout pour celui qui connaissait ses paysages et ce qui recelait en son sein, rien pour celui qui en était étranger, aveugle à sa glaciale beauté. Le Verseau ne savait ce que son confrère connaissait de ce lieu, tout comme il ne cherchait visiblement pas à en dire plus. Pas par mépris, tout du moins dans sa voix atone ce dernier semblait absent - tout comme d'autres émotions - mais davantage par incompétence en la matière. Ses dires étaient toujours ainsi, aussi clairs et concis que possible, quand bien même des exceptions existaient. Répondre à des questions en soi ne gênait nullement le chevalier d'or, puisque ce dernier s’acquittait de sa tâche si nécessaire, mais le vague demeurait sur certain point.

A la question suivante, le Verseau se décala de nouveau, son masque venant se tourner sur les étagères comme à la recherche de quelque chose. Un livre. Les dieux celtiques. Il n'était pas aisé de trouver des informations sur eux pour un être étranger à leur culture la raison principale étant que cette dernière était transmise oralement. Lentement, la fleur des glaces s'échappa pour parvenir à une étagère non loin - à l'opposer de celle à laquelle était accoudée le jeune chevalier. Se détournant sur ce dernier une fois que son regard eut trouvé ce qu'il y recherchait, la silhouette engoncée dans sa lourde cape lui intima d'un geste muet de venir jusqu'ici. Discret. Presque imperceptible. Seulement un regard fixe avant que ce dernier ne s'éloigne de quelques pas des étagères en question. Le capricorne comprit pourtant et s'approchant, il put lire sur la tranche de livre ancien Commentarii de Bello Gallico. Sept volumes étaient alignées les uns à côté des autres sur cette étagère soigneusement organisée. Un héritage du passé. « Les celtes n'ont pas d'écrit sur leur culte. » Une certitude. En ce qui concernait ses propres connaissances en la matière, elles demeuraient floues sorti de cela et ce, malgré son propre sang. La culture ne se transmettait pas aussi simplement.

« Mais d'autre en ont fait. » César en l’occurrence, quand bien même ne devait-il pas être seul, mais pour l'heure, il était le seul à se rappeler à sa mémoire. « Je ne peux vous dire si vous trouverez de quoi répondre à vos questions cependant. » Ne les connaissant pas qui plus est, le chevalier des glaces ne pouvait que difficilement éclairer son vis à vis avec ses bien maigres connaissances. L'Empire avait fait de nombreux dégâts sur les cultures des vaincus.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1337-jelan-general-de-chr
ArtoriusArtoriusArmure :
Capricorne
Message Re: [Mai 550 - PV Artorius] Rituel & Devoir   [Mai 550 - PV Artorius] Rituel & Devoir EmptyMar 22 Déc 2015 - 13:32
Le Verseau lui avait répondu un bref "Asgard" en guise de réponses. Ni plus, ni moins. Il ne s'était pas étalé dessus, et ce n'était certainement pas le Capricorne qui allait l'en obliger. Il sentait, de tout façon, que le temps était bientôt à l'heure d'une retrouvaille deux maisons plus hautes. Avec qui en revanche, il s'en fichait pas mal. Seul le contenu parlerait de lui-même, car un attachement avec un de ses collègues, il n'en avait aucun à l'heure actuelle et le regret n'avait pas encore corrompu son cœur.

"Asgard donc."

Le Capricorne s'était bien rendu compte que son voisin du onzième n'était pas un grand bavard, et lui-même ne pouvait décemment pas se vanter de tenir une conversation des plus longues. Il fallait dire qu'il n'avait pas à y réfléchir davantage pour savoir que ce lieu correspondait certainement à un chevalier des glaces. Le silence flottait dans des côtés, mais il n'y avait pas une once de reproches faîte à l'un et l'autre. Ou tout du moins pas dans son sens à lui.

"Ce n'est pas grave. C'est précisément ce dont j'avais besoin. A dire vrai, je ne m'attendais pas non plus à trouver ne serait-ce que la moindre information sur ces divinités-ci. Je vous remercie pour ces conseils, je suppose que c'est à moi de les vérifier dans un premier temps."

Inutile d'insister sur ce qu'il recherchait, Artorius supposait déjà être en mesure de continuer ces propres recherches. La guerre de Gaule, évidemment. Qui donc du côté romain pouvait se vanter d'avoir guerroyé de cette façon avec ce peuple aussi fier? La réponse lui paraissait désormais plus qu'évidente. Les témoignages sauraient parler de façon partielle sur ce qu'il tentait de redécouvrir, et c'était d'un sourire bref et très léger qu'il montrait sa satisfaction passagère. Aujourd'hui, il détenait une armure d'un Or blanc dont il devait la couleur à un dieu celte, et ce depuis désormais plusieurs siècles. Il avait besoin d'en savoir plus, sur ça, sur son origine et sur cette armure qui réclamait une chose dont il n'en connaissait pas l'objet.

"Etes-vous au courant de ce qu'il se passe au Temple du Pope? J'ai senti le chevalier du Cancer traverser ma maison, et mes pas me mènent en cette direction. J'y suis convié, en cela je n'ai aucun doute, mais je me sens quelque peu intrigué par ces évènements."


La tête relevée en direction de le Temple du Grand Pope, il ressentait précisément leur Cosmos. Quelle était donc cette charge que le chevalier du Cancer avait transporté sur son dos? Il n'en savait rien, mais c'était bien pour cela qu'il le demandait actuellement à son voisin. Malgré tout, c'était aussi une autre façon de déguiser la chose et d'avertir que le Verseau aurait certainement à retenir une prochaine mission. Advienne que pourra.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JelanJelanArmure :
Chrysaor

Statistiques
HP:
[Mai 550 - PV Artorius] Rituel & Devoir G-bleu200/200[Mai 550 - PV Artorius] Rituel & Devoir V-bleu  (200/200)
CP:
[Mai 550 - PV Artorius] Rituel & Devoir G-rouge240/240[Mai 550 - PV Artorius] Rituel & Devoir V-rouge  (240/240)
CC:
[Mai 550 - PV Artorius] Rituel & Devoir G-jaune215/215[Mai 550 - PV Artorius] Rituel & Devoir V-jaune  (215/215)
Message Re: [Mai 550 - PV Artorius] Rituel & Devoir   [Mai 550 - PV Artorius] Rituel & Devoir EmptyVen 8 Jan 2016 - 18:29
La fleur des glaces se contentait de peu de mot, de peu d'explication également malgré les maigres connaissances possédées. Les dieux celtes étaient tout aussi nombreux que ceux du Panthéon qu'ils protégeaient aujourd'hui, ils en étaient une facette infime, semblable et différent, liés, indubitablement. C'est tout du moins ce que son maître lui avait enseigné à demi-mot, sans particulièrement s'attarder. Bias n'avait toujours eut que dédain pour les autres panthéons - les autres croyances. Une habitude qui pour autant, ne s'était pas faite sienne. Si ce n'était une curiosité mesurée à propos de ces différentes histoires étrangères, cela permettait également de trouver en l'étranger une faiblesse à exploiter. Au cas où. Ce n'était qu'une prudence méfiante de sa part mais qu'il était probablement préférable de garder. Les souvenirs vinrent se glisser dans son esprit. Ces livres, le Verseau en avait lu de nombreux alors que pourtant, ce droit aurait dû lui être refusé. Une transgression parmi tant d'autre dont il n'était à présent plus question.

« Cette bibliothèque est ouverte aux chevaliers d'or à leur convenance. Vous pouvez venir quand il vous plaira, ou bien emprunter les livres qui vous intéressent tant que vous me le signaler. » Ce n'était là que logique à ses yeux. En tant que gardien des lieux, le Verseau se devait de savoir qui empruntait quoi, sans cela les ouvrages finiraient par se perdre dans les différentes maisons - ou ailleurs. Dans le pire des cas, ils pourraient même tomber entre des mains étrangères voir dangereuses, et si certain ouvrage ne craignait que bien peu, d'autres cependant recelaient des mystères qu'il était préférable de garder bien à l'abri. Cela, la créature de glace l'avait bien vite appris. « Je n'ai que peu de connaissance en la matière. » Peut-être est-ce là une façon de s'excuser pour son manque d'éloquence à ce sujet. Un silence qui s'étire quelques instants alors qu'une pensée vient en émerger. Un murmure discret qui se fait presque inaudible derrière le masque d'argent. « Peut-être que vous pourrez en savoir plus en feuilletant des mémoires... » Un silence réflexif avant que le verseau ne vienne étayer ses propos. « Certains chevaliers couchent sur le papier leur propre histoire ainsi que des informations qu'ils souhaitent transmettre aux prochaines générations. » Certain. Ceux déjà qui en avait la possibilité.

Les Verseaux en avaient fait une tradition. Sans doute qu'en leur qualité de gardien des lieux, cela leur avait paru indispensable. « J'ignore cependant si un ancien chevalier du capricorne en a écrit un. » Pour l'heure, la fleur des glaces n'avait pas consulté tous les ouvrages de cette bibliothèque... C'était là une tâche bien ardu, pour autant, le chevalier essayait d'en combler l'écart.

Le sujet se transforma. Se fit soudain plus grave. Le chevalier du cancer. Il était vrai que ce dernier avait traversé son temple sans que le Verseau ne l'arrête. L'émanation même de son cosmos lui avait fait comprendre que ce n'était pas l'heure des bavardages - quand bien même n'était ce pas ce que Échô appréciait le plus. « Je l'ignore. » Et y portait un intérêt poli plus qu'une curiosité intrigante. Tôt au tard, il lui faudrait consigner ces faits mais pour l'heure, il était préférable que sa présence demeure en sa propre maison. Le froid l'entourant risquait de malmener plus encore des esprits l'étant bien suffisamment. « Une étoile a du tomber. » Une sentence. Une impression.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1337-jelan-general-de-chr
ArtoriusArtoriusArmure :
Capricorne
Message Re: [Mai 550 - PV Artorius] Rituel & Devoir   [Mai 550 - PV Artorius] Rituel & Devoir EmptyVen 15 Jan 2016 - 9:17
"Merci"

Ainsi l'avait-il remercié pour cette invitation. Artorius n'en perdrait pas ses manières, quel que soit la teneur de la conversation. Une première éducation, aussi courte avait-elle été, ne s'oubliait pas si facilement, et ce n'était pas les enseignements d'Athéna qui lui avait fait oublié ces choses intuitives. Echô était polie et finalement plutôt facile à écouter, c'était même probablement quelqu'un qu'il estimerait pour son silence avec un peu de patience et d'ouverture. Le chevalier du Verseau ne parlait pas pour rien, il n'hurlait pas inutilement. Il ne demandait pas particulièrement à tirer de lui un sourire ou une autre chose qu'un devoir sur lequel le Capricorne se fixait. En bref, Echo n'était pas gênante et d'une compagnie intelligente. Quelqu'un à écouter. L'adolescent n'avait pas besoin de faire de gros efforts, et c'était déjà beaucoup. Ses mains avaient refermé le livre et les avaient déposé sur une étagère tout en regardant d'un œil attentif le chevalier masqué. Le regard n'avait rien d'insistant, car sa volonté n'était pas de reposer ce qu'on lui avait conseillé mais bel et bien de tenir compte de ses devoirs. Un peu gêné d'avoir à laisser de côté, il ne pouvait cependant pas apparaître devant le grand Pope avec un livre sur la guerre des Gaules.

"Je repasserais les chercher si cela ne vous gêne pas mademoiselle. J'avoue ne pas en savoir plus que les simples échos que j'ai pu entendre ou lire sur la précédente guerre. Je pense...Qu'un certain Capricorne a dû laisser quelques traces écrites. Ca me paraitrait logique." Peu d'hésitation à cela. La réponse paraissait évidente à ses yeux, pour lui qui avait été garant d'une armure qui l'avait choisi alors qu'il ne s'y attendait pas. "Celui qui a coupé la main du dieu celte forgeron. Mes doutes sont peut-être fondés d'avance, mais je pense que je l'aurais probablement fait...Je veux dire, je m'y serais intéressé."

C'était une légère hésitation, mais une hésitation qui voulait tout dire pour lui. Il y voyait un intérêt qu'il n'avait pas encore pensé, qui avait réveillé en lui quelques mimiques plus naïves. Certainement, l'idée d'écrire un héritage aux successeurs à venir était une idée alléchante. Mais encore fallait-il trouver l'archive correspondant, pourtant là n'était pas le problème actuel. Il devait aller chez le Grand Pope, il sentait qu'il s'y passait quelque chose. Un éclat doré se faisait sentir. Le chevalier du Verseau avait une théorie intéressante...

"Une étoile vient de tomber" avait-il dit. Un silence avait suivi sa déclaration, pour lequel Artorius ne pouvait qu'approuver succinctement. Il n'espérait pas véritablement se tromper tout comme il n'osait dire qu'il n'avait pas envie d'avoir tord, mais la perte d'un des leurs amenait toujours sa dose de problèmes. En regardant sur le côté et en se dirigeant vers la sortie de la pièce, il s'était finalement retourné pour laisser part de son avis et de ses pas fuyant.

"Certainement. Je suppose qu'on ne le saura que lorsqu'on en aura l'annonce. Je m'excuse de partir aussi rapidement, mais je pense m'être déjà trop perdu parmi ces livres et ces questions alors qu'on m'attendait."

Un léger sourire avait été adressé au chevalier succinctement. Il n'était pas insistant mais il signifiait simplement qu'Artorius accordait à cet échange un certain intérêt. L'idée d'en connaître plus sur le Verseau avait traversé son esprit mais le temps pressait et il l'avait déjà perdu au profit d'une curiosité fraternelle. Passé la porte, il avait adressé quelques mots avant de rejoindre le Temple du Grand Pope.

"Je repasserais probablement après une entrevue. Encore merci pour cet accueil."

Il avait repris sa route, en prenant les pas d'un chevalier du Cancer chargé d'un poids très lourd: la mort d'un ami pour lui, la mort d'un inconnu mais d'un frère d'armes pour le Capricorne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JelanJelanArmure :
Chrysaor

Statistiques
HP:
[Mai 550 - PV Artorius] Rituel & Devoir G-bleu200/200[Mai 550 - PV Artorius] Rituel & Devoir V-bleu  (200/200)
CP:
[Mai 550 - PV Artorius] Rituel & Devoir G-rouge240/240[Mai 550 - PV Artorius] Rituel & Devoir V-rouge  (240/240)
CC:
[Mai 550 - PV Artorius] Rituel & Devoir G-jaune215/215[Mai 550 - PV Artorius] Rituel & Devoir V-jaune  (215/215)
Message Re: [Mai 550 - PV Artorius] Rituel & Devoir   [Mai 550 - PV Artorius] Rituel & Devoir EmptyLun 1 Fév 2016 - 21:18
Un simple acquiescement répondit aux premières paroles du capricorne. « Ça me convient. » Commenta sobrement la fleur des glaces, se permettant de détailler un instant de plus le livre que ce dernier venait de ranger. La guerre des gaules. Ce n'était là qu'une base sur laquelle avancer, cependant, il n'était pas certain que son comparse de la dixième maison ne trouve dans ce dernier de quoi satisfaire sa curiosité - et surtout de quoi répondre à sa question. Une question bien plus précise que les généralités sur le peuple celtes qu'allait lui offrir cet auteur. En ce qui concernait cette dernière, les écrits du responsable seraient probablement plus éclairant... Mais existait-il un tel ouvrage en cette bibliothèque ? Celui qui avait coupé la main du dieu des forgerons celtes... Le dieu des forgerons... Quel était son nom déjà ? Ses connaissances en la matière n'étaient probablement guère suffisante. Enfin, c'était plutôt là une certitude. Une certitude qu'il lui faudrait combler. Quelques recherches ne seraient probablement pas de trop pour pouvoir répondre à la demande du capricorne. Des recherches que le verseau entreprendrait par lui même. Par curiosité peut-être. Pour la satisfaction de ne serait-ce que savoir, pouvoir répondre à une demande telle que celle ci. Une autre tâche qui prendrait le temps qu'il faudrait. Le taire et s'y consacrer, seul cela suffisait.

Le silence de nouveau reprit ses droits. Semblable et pourtant différents des précédents, il pesait sur eux tel un linceul sinistre. Une étoile a du tomber. Une étoile dorée.

Prendre congé. Simplement. Un acquiescement de nouveau répondit aux premiers mots. Il n'y avait nulle excuse à présenter. Chacun pouvait bien partir comme bon lui semblait, le Verseau n'emprisonnait nul autre que lui entre ces murs glaciaux. « Comme il vous plaira. » Il n'y avait nulle morgue dans ses propos, rien de plus que ce ton usuel que la fleur des glaces usait depuis le début de leur conversation. Habituel. La présence calme du chevalier du capricorne s'échappa à ces quelques mots, rejoignant la place qui lui avait été désignée en cet instant, là où son voisin demeurerait à l'abri de son temple - de ces étagères multiples emplies de connaissances. Le masque figé de la créature de glace demeura tourné vers l'extérieur. Le saint du capricorne possédait une aura discrète. Non pas qu'il semblait faible ou impuissant, loin s'en fallait, il se dégageait seulement de lui une certaine sérénité appréciable. Sans jugement. Sans altération. Sans brusquerie. Il ne s'imposait pas. Peut-être... est-ce qu'il lui ressemblait un peu plus que les autres, en fin de compte. Ses paupières s'éteignirent. Peut-être. Un peu.

Ses prunelles lentement vinrent se détourner sur les étagères, fort nombreuses, qui s'alignaient les unes à côtés des autres. La fleur des glaces avait saisi l'organisation générale des lieux, néanmoins, il semblerait que chacun des porteurs de l'armure recouvrant aujourd'hui son corps avait fait quelques exceptions. Il lui faudrait probablement un peu de temps pour trouver ce que le saint du capricorne désirait trouver... néanmoins, le chevalier savait où chercher. Après tout, c'était là sa mission.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1337-jelan-general-de-chr
 
[Mai 550 - PV Artorius] Rituel & Devoir
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Libro Scripturae :: Imperium Byzantinum :: Sanctuaire :: Temple du Verseau-
Sauter vers: