Votez
I
II
III
IV
V


Mai 553 AD
 
Partagez
 

 [Début Mai 553] L'ombre d'un mauvais rêve (Mission profane vs Alastair)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
ParosParosArmure :
Pégase

Statistiques
HP:
[Début Mai 553] L'ombre d'un mauvais rêve (Mission profane vs Alastair) G-bleu525/1200[Début Mai 553] L'ombre d'un mauvais rêve (Mission profane vs Alastair) V-bleu  (525/1200)
CP:
[Début Mai 553] L'ombre d'un mauvais rêve (Mission profane vs Alastair) G-rouge600/1050[Début Mai 553] L'ombre d'un mauvais rêve (Mission profane vs Alastair) V-rouge  (600/1050)
CC:
[Début Mai 553] L'ombre d'un mauvais rêve (Mission profane vs Alastair) G-jaune650/1050[Début Mai 553] L'ombre d'un mauvais rêve (Mission profane vs Alastair) V-jaune  (650/1050)
Message [Début Mai 553] L'ombre d'un mauvais rêve (Mission profane vs Alastair)   [Début Mai 553] L'ombre d'un mauvais rêve (Mission profane vs Alastair) EmptyMer 29 Sep - 20:54
    - Brrr... Qu'il fait froid ici... J'aurais dû amener des vêtements plus chauds...

Dans les ruelles de Kronstadt, un jeune homme arpentait les rues, l'air un peu perdu, en serrant ses bras autour de son torse pour retrouver un semblant de chaleur. Le jeune grec n'était pas habitué au temps de haute montagne des vallons glacés de Transylvannie. Il avait l'impression d'être en hiver, alors qu'ils étaient pourtant en mai! Le garçon n'osait même pas imaginer ce à quoi devaient ressembler les lieux en décembre. Tout devait être gelé sur place!

Paros n'avait pas vraiment eu le temps de se préparer. Il avait reçu un ordre urgent de la part du Grand Pope afin de faire office de coursier. Sa capacité à voler à grande vitesse dans les yeux faisait de lui un Saint idéal à utiliser pour transmettre des informations. Ici, il devait se rendre dans l'une des citadelle des Siebenbürgen pour recontacter Hénôt de la Table. C'était un Chevalier de Bronze de quelques années son ainé, qu'il avait connu au Sanctuaire pendant ses années d'entrainements. Il y a deux ans, il avait été envoyé pour se mêler aux peuplades germaniques qui s'étaient installées dans la région pour peupler les sept forteresses. Depuis, il avait informé le Sanctuaire de ce qui se déroulait ici... Jusqu'au moins dernier, où les rapport avaient cessé.

La mission devait être simple. Voler jusqu'à Kronstadt, reprendre contact avec Hénôt en suivant les instructions données par le Sanctuaire, puis repartir avec les dernières nouvelles de ce qui se passait en Transylvanie. La première partie s'était déroulé sans accroc. Le voyage dans le ciel avait duré moins d'une journée, et même si Paros avait souffert du froid son Cosmos l'avait plutôt préserver jusqu'à arriver à la citadelle. Sur place cependant, au cœur de la nuit, il devait se faire discret, à moins que trop d'attention soit attirée sur son armure argentée.
La seconde étape était plus compliquée. Paros devait se rendre dans les faubourgs de la citadelle, à l'extérieur des murs de la forteresse, et trouver dans une des rues un symbole en forme de rectangle barré marqué au-dessus d'une des portes. Mais avec la brume glaciale qui emplissait l'air, le Pégase était obligé de presque faire du porte à porte pour espérer distinguer quoi que ce soit. Et bien sur, se dissimuler à chaque fois que la lumière d'une torche se présentait n'accélérait en rien sa recherche.

    - Ca devrait être par ici pourtant... Ils se sont pas trompés? Ah! Voilà.

Après plus d'une heure passée à explorer les rues du village, le Bronze trouva enfin la marque qu'il cherchait. Il la compara à celle dessinée sur la lettre, et confirma qu'il s'agissait à l'identique de celle qui se trouvait sous ses yeux. Paros frappa alors à la porte, espérant que le Chevalier de la Table serait à la hauteur de son nom et qu'il lui servirait un bol de soupe chaude après son long voyage! ... Cependant, le silence fut la seule réponse qu'il obtint. Il en fut de même à sa seconde, et à sa troisième tentative. La quatrième fut plus puissante, et fit s'ouvrir la porte qui au final n'était pas verrouillée.

En s'avançant dans la petite demeure de bois et de paille, Paros plissa les yeux à la recherche d'un potentiel danger. L'odeur de l'alcool emplissait les lieux, lui donnant presque le vertige. Son regard s'arrêta finalement à une table, où plusieurs amphores étaient empilées, vides. Et sous la table... une forme humaine, vers laquelle Paros se précipita.

    - Hénôt? Hey! Debout! Qu'est-ce que tu me fais, vieux? Le Grand Pope attend de tes nouvelles depuis des semaines! Me dis pas que tu...

En relevant le visage de l'homme, Pégase reconnut sans mal son ancien camarade, malgré la barbe imposante qu'il portait à présent. Fort heureusement, Hénôt n'était pas mort. Mais il avait l'air d'être dans un état second, marmonnant des paroles incompréhensibles comme un dément et agitant chaotiquement et faiblement ses bras vers son jeune ami. Avait-il perdu de vue ses responsabilités en se perdant dans la boisson?! Non. Paros refusait de le croire. Il devait y avoir autre chose. Le jeune Chevalier voulu questionner davantage son camarade, explorer les lieux, mais des bruits de pas derrière lui, en provenance de la porte de la chaumière, le firent se retourner.


[Début Mai 553] L'ombre d'un mauvais rêve (Mission profane vs Alastair) Parosi10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2029-paros-chevalier-de-b
AlastairAlastairArmure :
Cuirasse du Dragon-Serpent
Message Re: [Début Mai 553] L'ombre d'un mauvais rêve (Mission profane vs Alastair)   [Début Mai 553] L'ombre d'un mauvais rêve (Mission profane vs Alastair) EmptyDim 3 Oct - 3:29
Sig n’aimait pas travailler de nuit. Il était encore jeune, fougueux, il avait de l’énergie à revendre et de bonnes idées. Il était plutôt beau gosse, et il avait un physique solide. Il aurait pu être affecté à un poste utile. Envoyé combattre les ennemis de la nation. Faire quelque chose qui aurait pu lui valoir la reconnaissance qu’il méritait. Mais non. Coincé à faire de la vieille patrouille nulle dans un coin paumé. Rabaissé au sol par des officiers gras et lâches qui cherchaient seulement à garder leur confort et leur tranquillité. Bah voyons.

Résultat, il se promenait comme un glandu dans les rues à la recherche d’un truc intéressant qui ne se montrerait sans doute jamais. Il se passait jamais rien dans le coin. Ils étaient dans une communauté renforcée, avec un fortin et tout. Personne attaquait ce genre d’endroit, pas sans au moins une petite armée. Et ça, c’est facile de les voir venir. Du coup, bonjour le suspens.

Bref. Il était de mauvaise humeur. Et pour couronner le tout, la vieille carne de la rue voisine était venue le trouver en claudiquant pour lui dire qu’elle avait vu un truc louche. Le problème étant qu’elle voyait toujours des trucs louches. Tous les jours. À n’importe quelle heure. Mais il était de garde, de patrouille. Et il devait vérifier. Oui, la vieille. Quelqu’un était entré par effraction dans une baraque à trois portes de chez toi. Un adolescent blondinet qui avait forcé la porte, habillé comme un type qui venait pas du coin. Il avait sûrement des ailes dans le dos aussi, tant qu’à faire. La vanne lui aurait arraché un rire sarcastique s’il était pas déjà occupé à soupirer.

Tenue en vue, lance sur l’épaule, targe sur le flanc, Sigmund tourne le coin de rue. S’avance un peu, l’air blasé. Un pas, deux pas… trois pas. Son rythme ralentit, puis s’arrête. L’air incertain, il se penche vers l’avant et plisse les yeux. Il fixe une vingtaine de mètres plus loin, la porte d’une maison, ouverte et ballante, quelques sources de lumière faibles qui filtrent à l’extérieur. Fronçant les sourcils, le visage de Sigmund devient un peu plus sérieux. Eh bah merde, est-ce que la vieille a finalement vu autre chose que des hallucinations? Il empoigne sa lance et sa targe, et avance de façon plus prudente, maintenant aux aguets. À mesure qu’il approche, il entend des sons de voix. Il ralentit son rythme, à l’affut, et arrive à proximité de la porte. Il attend une seconde, deux secondes… prend son souffle, et s’avance d’un coup en ouvrant la porte d’un revers de bras.

« Halte! Qu’est-ce qui se passé ic- »

.o0o.

Nuit froide. Nuit noire. Nuit qui appelle aux ténèbres, et se nourrit de la peur. Sème la peur. Sème le doute, la crainte, les cauchemars et les légendes. Quelle nuit magnifique pour la chasse. Pour la traque. Une proie unique. Une proie spéciale. Agent d’ennemis lointains. Ou ainsi on le lui avait décrit. Il n’avait pas tout retenu. On l’envoyait de nouveau dans le monde. La guerre avait dépoussiéré ses rouages, et la machine se mettait finalement en marche. La marche rouge se met en branle et son regard de fer se tourne vers ses propres chaines. Risibles imbéciles qui pensent pouvoir enchaîner la guerre. Étouffer le cor sombre. Enfermer la violence. Un troupeau de chèvres grasses convaincues de leur statut et leur importance au centre de leur enclos.

Il sourit. Le regard tourné vers une scène en contrebas, il sourit. L’ironie de l’humanité lui avait manqué, il ne pouvait que l’avouer. Veulent la paix, font la guerre. Veulent gagner, mais pas combattre. Contradictions et ridicule. L’humanité n’avait pas changé. Mais le monde changeait avec ou sans eux. Et leur monde changeait sous leurs pieds, qu’ils s’en rendent compte ou non.

« Nagez ou sombrez, la rivière pourpre continue sans vous remarquer… »

Mais dans le vacarme de bêtise humaine qui l’entourait, son attention était malgré tout concentrée. Perché sur le toit d’un bâtiment à deux étages, il observait. Figure sculpturale et étrange qu’il était, il observait. Il avait observé la demeure. Il sentait l’ambroisie jusqu’ici. Le miel empoisonné porté par le fourbe messager. Un vice si simple, mais pourtant si infaillible. Il l’avait entendu. Crier, pleurer, tomber et renverser. L’esprit alerte et avisé réduit à néant. Les yeux aveugles. La langue pâteuse. Une chasse presque trop facile. Mais cette chasse n’était pas normale. S’il devait être éviscéré, empaillé et accroché sur un mur, il le serait aux mains du Pontifex. Zvezdan voulait reprendre les terres. Il voulait arracher les yeux d’Athéna. Et il voulait les rassembler dans sa main pour savoir ce qu’ils voyaient. Ambitieux et déterminé. La Guerre lui avait bien servi.

Mais comme par miracle, la providence envoyait un élément inconnu. Une forme. Un homme? Enfant? Une présence. Une aura. Une odeur étrange, lointaine. Une apparence alien, hors de son élément. Vêtements d’été dans une contrée d’hiver. Chevelure blonde dans un pays de slaves sombres. Enjoué et énergique dans une ville morne et désabusée. Du sang neuf. Du sang chaud. Il se présente devant la maison. Cogne. Cogne. Cogne plus fort. Entre, commence à investiguer. Qui était-il? Qu’était-il? Que voulait-il, que faisait-il? La curiosité montait en lui, l’intérêt le faisait se pencher plus avant sur son perchoir. Il voulait voir, il voulait savoir.

Et il n’était pas le seul.

.o0o.

L’espace d’un instant, le vent souffle, figeant le temps en une longue seconde. Un moment, le jeune garde fait irruption à l’entrée de la maison. Le suivant, une forme large et sombre tombe du ciel, comme surgie du néant. Un pied large émerge et cueille le soldat entre les omoplates, continuant son chemin vers le sol sans même ralentir. Un choc sourd, un léger craquement, le bruit étouffé de l’air qui quitte violemment les poumons. Des vêtements amples et flottants, une main longue, aux ongles acérés et à la peau grisâtre descend prestement et englobe une large partie de la tête du jeune garde. Couvrant sa bouche. Contenant son premier râle étouffé. Encapuchonné, tel un faucheur sinistre sorti des ténèbres, Alastair retire son pied pour hisser le jeune homme à sa propre – considérable – hauteur en entrant dans la maison.

Sa seconde main apparait, et pose doucement un index à l’emplacement de la bouche du jeune homme, par-dessus sa propre main l’empêchant de laisser entendre sa douleur manifeste.

« Shhhhhhht… »

Son visage se tourne finalement vers le jeune blondinet une seconde plus tard. Lui et Hénot. Mais même sous sa capuche, il est évident qu’il fixe l’étranger. Son mince sourire sempiternel s’élargit doucement, sa tête se penche légèrement sur le côté dans une posture curieuse. Sa main libre se tend avec lenteur derrière lui, en silence, et referme la porte de la maison avec un grincement à peine perceptible.

« Étrange. Étranger. Blanc nacré sur un décor morne et délavé. Visite les yeux muets à la recherche de réponses. Quel est donc cet oiseau flamboyant, si loin de chez lui? »

En dehors du sort encore incertain du garde – tout juste aux abords de l’inconscience -, rien chez le colosse gris n’évoque agressivité ni violence. Il est curieux. Il le voit maintenant, et il veut savoir d’autant plus. Qui est-il? D’où vient-il? Que veut-il? Que sait-il? Il veut savoir. Il saura d’une manière ou d’une autre. La Table est mise, l’oiseau est dans la cage. Il était curieux de savoir si la volaille devrait être égorgée ou si elle se laisserait approcher sans chercher d’histoires. Le suspens. Il aimait toujours ce moment. Presque autant que ce qui suivrait, si l’oie décidait de battre des ailes.

Allait-il devoir étouffer la volaille avec ses propres plumes?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2972-alastair-centurion-d
ParosParosArmure :
Pégase

Statistiques
HP:
[Début Mai 553] L'ombre d'un mauvais rêve (Mission profane vs Alastair) G-bleu525/1200[Début Mai 553] L'ombre d'un mauvais rêve (Mission profane vs Alastair) V-bleu  (525/1200)
CP:
[Début Mai 553] L'ombre d'un mauvais rêve (Mission profane vs Alastair) G-rouge600/1050[Début Mai 553] L'ombre d'un mauvais rêve (Mission profane vs Alastair) V-rouge  (600/1050)
CC:
[Début Mai 553] L'ombre d'un mauvais rêve (Mission profane vs Alastair) G-jaune650/1050[Début Mai 553] L'ombre d'un mauvais rêve (Mission profane vs Alastair) V-jaune  (650/1050)
Message Re: [Début Mai 553] L'ombre d'un mauvais rêve (Mission profane vs Alastair)   [Début Mai 553] L'ombre d'un mauvais rêve (Mission profane vs Alastair) EmptyMar 5 Oct - 19:18
    - Attendez! Je peux vous expliqu...

C'étaient là les premiers mots qui avaient passé la bouche du jeune Chevalier lorsqu'il vit la silhouette d'un garde germain dans l'encablure de la porte de la chaumière. Cependant, il n'eut pas le temps de la terminer qu'il vit dans le dos de l'homme une large ombre tomber. Avant que Paros puisse le prévenir, le garde fut projeter dans la pièce par un violent coup de pied.
Entra alors dans la petite maison un immense homme aux bras puissants qui se terminaient pas de longues griffes, à la peau de cendre et aux longs cheveux noirs et sales qui lui tombaient tout autour du visage. Pégase se leva immédiatement, et leva les poing pour se mettre en position de combat. Son sang ne fit qu'un tour, et sa respiration s'accéléra. Il ne portait pas d'armure visible, mais Paros reconnaissait ce regard, cette hostilité. Il les avait déjà vu, des années plutôt. Ces deux yeux brillants derrière les longues mèches noires de l'homme étaient ceux d'un prédateur en chasse.

L'intrus à l'allure monstrueuse écrasa le garde de son pied et bloqua sa bouche avec une de ses mains pour le réduire au silence, avant de le soulever par la seule force de ses bras. Il parla alors, récitant des mots brisés, à peine reliés par un fin et fragile fil de cohérence. Le Bronze retint que l'homme lui demandait ce qu'il faisait là. Mais il nota surtout la porte qui se refermait, et la main griffue nouée autour du cou de l'innocent. Les poings de Paros se délièrent lentement. Il présenta ses paumes, en signe d'apaisement, à la créature.

    - Je suis juste venu ici pour voir comment allait mon ami...

Le sourire de l'inconnu lui donnait des frissons dans le dos, mais il ne pouvait pas le quitter des yeux. Il devait protéger Hénôt, et sauver ce garde. Mais la raison parviendrait-elle seulement à toucher cet homme s'il était ce que Paros craignait? C'était prendre trop de risques que d'espérer que tout pourrait se répondre aussi simplement. Mais le jeune Chevalier ne pouvait pour le moment qu'essayer cette approche, en cherchant une ouverture, ou un échappatoire.

    - Cet homme n'a rien à voir avec tout ça. Laissez-le partir.

L'espoir que l'étranger obtempère était bien mince, mais il fallait bien essayer. Pour le moment, les poings de Pégase étaient liés. Mais en son torse, une flamme rassurante se mettait à croitre. Il savait que lorsque l'opportunité se présenterait, son Cosmos lui permettrait de la saisir.


[Début Mai 553] L'ombre d'un mauvais rêve (Mission profane vs Alastair) Parosi10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2029-paros-chevalier-de-b
AlastairAlastairArmure :
Cuirasse du Dragon-Serpent
Message Re: [Début Mai 553] L'ombre d'un mauvais rêve (Mission profane vs Alastair)   [Début Mai 553] L'ombre d'un mauvais rêve (Mission profane vs Alastair) EmptyJeu 7 Oct - 3:32
Farouche, rapide, impétueux. Le moineau avait battu des ailes, la surprise à moitié éclipsée par quelques réflexes bien ancrés. Le garçon savait se battre. Était prêt à se battre. Levait les poings pour se battre. Pendant un instant, il en aurait eu un frisson le long de l’échine. Tant de fougue.

Mais il n’était pas dupe. Il attendait, observait. Il voyait le théâtre du colosse, et analysait ses paroles. Ses gestes. Il réfléchissait. Cherchait un assaut invisible qui ne semblait pas venir. Curieux? Suspicieux? Les poings se desserrent, les paumes s’élèvent. Signe de paix, signe de calme. Décevant et intriguant tout à la fois. N’était-il donc pas de ceux qui fonçaient à l’assaut contre l’éminence impie qu’il était? Il pouvait voir sa méfiance. Sentir la tension dans son regard. Il pouvait presque renifler la peur latente qu’il repoussait derrière un masque de stoïcisme et de civilité. Il avait vu la bête, et avait élu de tenter le dialogue. Quelle idée originale.

Il désignait l’ahuri sur le sol. Chevalier digne en terre ennemie, réduit à l’état d’animal par le plus simple des vices de l’homme. Chien malodorant, à l’haleine presque inflammable et à l’esprit envolé au hasard sur le dos de ses paroles incompréhensibles. Son ami, disait-il. La tête d’Alastair penche légèrement plus sur le côté, suivie en partie par le reste de son corps. Comme s’il prenait un bref instant pour observer plus attentivement l’ivrogne à la suite des dires du jeune moineau. Son sourire, bien présent. Toujours présent.

Le moineau parle de nouveau. Un air curieux sur le visage du colosse gris. Un bref moment d’incompréhension. Une réalisation. Il redécouvre presque le jeune homme au visage enserré dans sa main droite, les yeux révulsés et les pieds battant l’air de plus en plus faiblement. Sa mélodie était à peine présente. Son souffle rauque et faible. Sa conscience ne tenait qu’à un fil fragile. Il regarde son captif. Dubitatif. Perplexe. Puis, une idée. Le sourire s’élargit. Les sons dans son esprit prennent une tournure joueuse. Son visage se retourne vers le moineau. Amusé, intéressé. Mutin.

« Franchi la porte, brandi la lance. Qui saurait dire la raison de sa présence? » Les doigts de sa main libre s’agitent de manière espiègle, battant l’air comme s’ils touchaient une ribambelle de fils invisibles. Le rythme s’accentue autour d’eux, et la musique s’excite. « Le Destin est-il quelque chose de si clair qu’il puisse être affirmé ainsi? »

La main tenant le visage du garde s’abaisse, le laissant poser les pieds sur le sol. Glisser lentement à genoux. S’échoir à moitié. Les doigts glissent et libèrent la bouche du jeune homme, qui laisse échapper un toussement faible, réalisant à peine les évènements. Un index griffu glisse doucement du menton, en remontant en direction de sa tempe. L’autre main lourde se pose sur l’épaule du garde, comme dans un geste paternaliste. Au-dessus du garde, la forme du colosse se penche vers l’avant, fixant son interlocuteur de derrière sa large capuche et ses mèches hirsutes. Son sourire laisse entrevoir les crocs un bref instant. Il veut voir. Il veut savoir.

« Si le Destin est si simple à affirmer... » Un rire bref, sec. Cassant. Dérangeant. Ses épaules sont brièvement secouées, alors qu’il s’amuse d’une blague qu’il semble le seul à connaitre. « Deux âmes perdues. Deux esprits brisés. Deux corps affaiblis, deux vies à sauver. Héros fougueux, héros nacré. »

Le sourire s’écarte de plus belle. Il veut voir. Il veut savoir.

« Qui le héros choisira-t-il à sauver? »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2972-alastair-centurion-d
ParosParosArmure :
Pégase

Statistiques
HP:
[Début Mai 553] L'ombre d'un mauvais rêve (Mission profane vs Alastair) G-bleu525/1200[Début Mai 553] L'ombre d'un mauvais rêve (Mission profane vs Alastair) V-bleu  (525/1200)
CP:
[Début Mai 553] L'ombre d'un mauvais rêve (Mission profane vs Alastair) G-rouge600/1050[Début Mai 553] L'ombre d'un mauvais rêve (Mission profane vs Alastair) V-rouge  (600/1050)
CC:
[Début Mai 553] L'ombre d'un mauvais rêve (Mission profane vs Alastair) G-jaune650/1050[Début Mai 553] L'ombre d'un mauvais rêve (Mission profane vs Alastair) V-jaune  (650/1050)
Message Re: [Début Mai 553] L'ombre d'un mauvais rêve (Mission profane vs Alastair)   [Début Mai 553] L'ombre d'un mauvais rêve (Mission profane vs Alastair) EmptyVen 8 Oct - 0:11
Les yeux écarlates de Paros restèrent fixés sur le mystérieux intrus. Il était à l'affut, d'un mouvement brusque, d'un signe d'hostilité... Du moindre présage qu'il comptait s'en prendre au garde germain ou à Hénôt. L'homme, si c'était véritablement un homme, avait des gestes mesurés, et lents... Si lents qu'ils ne semblaient pas naturels. Comme s'il évoluait dans un autre monde que le Chevalier.

L'être sinistre considéra son prisonnier. Comme Pégase le craignait, il lui vint l'idée de jouer avec la vis du Dormeur qu'il tenait, littéralement, dans le creux de sa main. Les dents du jeune homme se serrèrent en le voyant poser le germain à genoux, avec une douceur dérangeante. Les mots de l'intrus, continuaient de sortir de sa gorge, chaotiques comme les notes d'un instrument désaccordé.
Bien sur. Il lui demandait de choisir entre la vie de son ami, et celle de l'innocent.

Les mains ouvertes de Paros se refermèrent et se serrrèent. Par rage. Par impuissance. Son cœur lui criait de les sauver tous les deux. Choisir de privilégier l'un pour l'autre n'était pas une option. Ce serait trahir toutes les aspirations de sa famille, de ses proches. Mais quels autres choix avait-il? Un instant de silence, aussi pesant que la montagne, passa à l'intérieur de la chaumière. Le Saint réfléchissait. Hésitait...
Puis la seule solution possible lui vint.

    - Désolé, mais je n'échangerai pas une vie contre une autre...

Son regard affronta celui, à peine perceptible, de celui qui avait décidé de jouer au jeu des otages. Mais ce n'était pas un jeu auquel on pouvait gagner. Seul celui qui dictait les règles pouvait se gausser, à la fin. La seule solution était donc... De ne pas jouer selon les règles.
Le poing droit du jeune homme s'illumina. Son Cosmos brulait de détermination.

    - ... A choisir, je préfère vous tuer tous les deux!

Le jeune homme frappa devant lui, déchainant une multitude de météores de lumières qui convergèrent sans discrimination aucune autant vers le mécréant que vers son otage. Rien dans son attaque ne laissait penser qu'il épargnerait le pauvre homme. De toute évidence, il comptait le sacrifier pour attendre la sinistre personne qui se cachait derrière lui. Et c'était bien ce sur quoi comptait Paros.

Après tout, comment son adversaire aurait-il pu savoir? Qu'il faisait face au seul Chevalier d'Athéna qui avait basé toutes ses techniques sur l'idée de ne pas blesser le corps, mais la volonté de ses ennemis?
Les météores frapperaient le garde germain, et son geôlier. Le premier perdrait surement connaissance, et le second serait affaibli. Se rendrait-il compte de la supercherie? Surement, lorsque les frappes le toucheraient sans le blesser. Mais à la surprise, il n'échapperait pas. Et un instant d'ouverture était tout ce dont Paros avait besoin.
Il n'était pas l'élève du plus rapide des douze Chevaliers d'Or pour rien.

Spoiler:
 


[Début Mai 553] L'ombre d'un mauvais rêve (Mission profane vs Alastair) Parosi10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2029-paros-chevalier-de-b
AlastairAlastairArmure :
Cuirasse du Dragon-Serpent
Message Re: [Début Mai 553] L'ombre d'un mauvais rêve (Mission profane vs Alastair)   [Début Mai 553] L'ombre d'un mauvais rêve (Mission profane vs Alastair) EmptyMer 13 Oct - 6:36
Enfin.

Enfin le moineau avait battu des ailes. Bombé le torse. Crié de sa voix aigue et fait montre de sa bravoure et sa défiance. Et devant ses yeux, il voyait le jeune freluquet s’illuminer, comme s’il était éclairé d’une lumière interne qui lui était propre. Une lumière qui s’intensifiait. Prenant forme. Semblait même se solidifier devant lui, comme une pluie d’étoiles vibrantes. Une déclaration pleine d’envergure, et il ouvrait les hostilités.

Pour une fois, il agissait après avoir été agressé. Quelle journée curieuse.

Son sourire ne l’avait jamais quitté. Ni quand le jeune garçon s’était emporté. Ni quand il avait dévoilé son intention. Ni lorsque sa main, posée sur l’épaule du garde, avait soudainement empoigné ce dernier comme un pantin pour le projeter vers l’avant. Bouclier, projectile? Il n’aurait qu’à s’en faire sa propre idée. La musique s’emballait, son sang s’enflammait. Il pouvait sentir ses membres fourmiller, un frisson d’excitation sur son échine. La fureur le guettait, et il savourait chaque instant de son arrivée. Les larges tissus qui l’enveloppent volent à la suite du garde, tels une série de rideaux gris et sales flottant dans l’air derrière lui alors que la lumière même de la pièce semble être aspirée dans une direction inconnue. Car il avait guetté ce moment. Il avait senti la tension monter de seconde en seconde. Et il avait par un quelconque miracle réussi à maintenir sa position jusqu’à ce moment fatidique où le sort s’était dévoilé. Il avait déjà oublié le garde, son otage de si peu de valeur. Il voulait juste une raison. Une excuse. Un prétexte, aussi mince soit-il.

Et il l’avait eu.

Car il arrivait. Surgissant non pas devant, sur le côté, ou dessous. Au-dessus. Maintenant débarrassé de ses vêtements encombrants, il avait bondi avec force, juste pour rebondir d’une autre pression au niveau du toit, faisant craquer une poutre avec son passage. Sa tenue est minimale. Un pantalon ample marqué par une route sauvage manifeste. Un chemisier sans manches avec quelques touches de fourrure pour pallier au climat local. Tout est minimaliste. Tout est gris, ou noir. Sombre. Sombre comme sa peau, maintenant parcourue de veines saillantes. Sombre comme sa chevelure ébouriffée, comme si habitée d’une vie propre. Sombre comme la lueur affamée brillant au fond de ses prunelles d’acier. Il tombe sur sa proie, créature de sauvagerie et d’intention cruelle, encadré d’une aura d’ombres mouvantes semblant aspirer jusqu’à la lumière elle-même.

Son poing s’abat, sans hésitation, sans retenue. Avide, puissant, prometteur de douleur et de danger. Il ne sait même pas s’il a touché. S’il a blessé, brisé, ou si l’air est la seule chose que sa main a franchi. Un état second le saisit alors que son assaut s’achève. Sa main gauche se porte à son visage, alors que son corps entier est secoué d’un frisson saccadé, presque violent. Il rit. Caquette comme s’il était pris d’une toux sèche.

« Et astre brillant, pourchassant les ténèbres avec ferveur... »

Sa chair tremble. Sa peau frémit. Ses chairs semblent se mouvoir, alors que des pans de sa peau se séparent pour laisser apparaitre des plaques pâles, à l’apparence osseuses, qui commencent à prendre rapidement de l’ampleur sur son épaule. Glissant rapidement vers son torse comme un liquide épais qui se durcit en un instant. Bientôt, de nouvelles sources de ces plaques apparaissent. Dans son dos. Sur son ventre. Ses cuisses, ses pieds. La cuirasse s’était éveillée. Elle avait entendu la cloche du repas, et elle était affamée. Elle voulait jouer, déchirer, dévorer. Elle était restée immobile trop longtemps. Elle avait ignoré sa faim trop longtemps. Et maintenant, elle se manifestait avec force, n’attendant aucune résistance ni réticence de sa part.

Et il n’en offrirait aucune.

Les plaques achèvent de se rassembler, durcissant en une forme bestiale dérangeante qui s’achève alors que le crâne du colosse est la dernière chose à être recouverte. Sa carrure déjà impressionnante est devenue à la limite de la logique. Son rire s’alourdit, comme si sa voix dégringolait progressivement de quelques octaves, teintée d’un sifflement de plus en plus présent. Sinistre, guttural, persifleur, son rire achève de résonner dans la demeure alors que ses doigts griffus glissent le long de son visage, pour dévoiler… des yeux inexistants, dissimulés derrière un masque osseux grotesque.

« Créant la furie de la Bête par son hubris et son ignorance. »

Et sur ses lèvres, éternel, immuable. Un large sourire, rempli de crocs acérés.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2972-alastair-centurion-d
ParosParosArmure :
Pégase

Statistiques
HP:
[Début Mai 553] L'ombre d'un mauvais rêve (Mission profane vs Alastair) G-bleu525/1200[Début Mai 553] L'ombre d'un mauvais rêve (Mission profane vs Alastair) V-bleu  (525/1200)
CP:
[Début Mai 553] L'ombre d'un mauvais rêve (Mission profane vs Alastair) G-rouge600/1050[Début Mai 553] L'ombre d'un mauvais rêve (Mission profane vs Alastair) V-rouge  (600/1050)
CC:
[Début Mai 553] L'ombre d'un mauvais rêve (Mission profane vs Alastair) G-jaune650/1050[Début Mai 553] L'ombre d'un mauvais rêve (Mission profane vs Alastair) V-jaune  (650/1050)
Message Re: [Début Mai 553] L'ombre d'un mauvais rêve (Mission profane vs Alastair)   [Début Mai 553] L'ombre d'un mauvais rêve (Mission profane vs Alastair) EmptyVen 15 Oct - 16:52
Une seule préoccupation habitait l'esprit du jeune Chevalier. Être assez rapide pour sauver l'innocent que l'individu tenait entre ses griffes. Que ce type se fasse avoir par son bluff ou non, tout allait se jouer sur sa vitesse de réaction. Du moins, c'était ce que Paros croyait.
Le grand type à l'air plus que louche se déroba à son attaque et lança son otage directement vers lui. Les météores frappèrent le garde germain, le faisant tomber dans l'inconscience alors qu'ils le traversaient. Avait-il cru à sa petite mascarade? Ou l'hirsute n'en avait-il tout simplement rien à faire? Difficile à dire. Mais au moins, le pauvre soldat était sain et sauf. Pégase le réceptionna et s'agenouilla pour faire reposer au sol son corps. Il n'avait pas le temps de faire beaucoup plus : l'ennemi était encore là, et se préparait à frapper.

Le garçon se redressa. Il eut à peine le temps de réaliser que la luminosité de la pièce était en train de s'atténuer qu'une ombre massive tomba du plafond pour la frapper. Paros parvint tout juste à lever les bras pour atténuer un peu l'attaque avec son armure avant d'être violemment projeté à l'autre bout de la pièce. Une violente douleur lui traversa toute la partie gauche du corps. Mais il n'a pas le temps de s'apitoyer sur son propre état. Déjà, le jeune homme aux cheveux d'or et de sang se relève en se tenant l'épaule. Il voit, noyé dans une aura de ténèbres, l'homme se transformer en monstre de chitine et d'os. Plus de doute permis. Il avait bel et bien en face de lui un Berserker d'Arès.

Sur son torse, la cicatrice laissée par l'arme qui avait tué l'ancien Pégase se réveilla. La respiration du nouveau porteur s'accéléra également. Il entendit de loin les paroles de cette bête sinistre, noyées par le son des battements de son propre cœur qui auraient pu lui briser les tympans. Un sentiment amer lui serrait de plus en plus les tripes. De la peur?
Le regard de Paros dévia de la créature dans un mouvement de faiblesse. Mais ses yeux s'arrêtèrent sur les deux corps inanimé qui se tenaient à ses pieds. Hénôt et le garde. Qui allait les protéger de ce monstre s'il faiblissait maintenant? Le Chevalier se Bronze serra ses deux poings et releva la tête, l'éclat dans ses pupilles renouvelé. Il sentait toujours cette crainte lui dévorer le ventre, mais malgré cette sensation, il parla sur un ton mal assuré.

    - Oh, qu-quelque chose me dis que cette Bête-là ne m'a pas attendu pour devenir violente...

Oui. Bon. Ce n'était pas brillant comme trait d'esprit. Mais tant que cela fonctionnait pour faire face à l'horreur de cette situation alors c'était l'essentiel. L'humour était certes une bien mince protection derrière laquelle se cacher, devant toute cette violence. Cela n'allait surement pas tenir longtemps. Cependant, si cela pouvait suffire. Il devait juste se tromper lui-même assez longtemps pour mettre hors de danger ceux qu'il devait protéger.

Le Cosmos du jeune garçon se mit à bruler de plus en plus fort. L'armure qu'il portait répondit à sa volonté de combattre en s'illuminant, assez pour un temps repousser les ombres invoquées par son adversaire et lui permettre de le voir clairement. Le poing droit de Paros recula, et en son sein s'accumula toute la lumière cosmique de leur environnement.

    - Bon. C'est pas que j'ai peur du noir... Mais!
Pegasus Cometa

Pégase frappa devant lui. Un rayon de lumière brut partit de son poing pour fendre l'air et frapper son ennemi pour le repousser contre un mur de cette chaumière. Mais ce n'était pas assez! Il devait forcer ce Berserker à sortir de cet espace réduit, où chaque attaque risquait de toucher les deux hommes qu'il voulait protéger. Le Saint s'élança en avant et bondir, de toute sa vitesse et de toute sa force, pour frapper d'un pied chargé de Cosmos la Bête et lui faire traverser le fragile mur de pierre pour les faire tous deux sortir dans la rue.



[Début Mai 553] L'ombre d'un mauvais rêve (Mission profane vs Alastair) Parosi10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2029-paros-chevalier-de-b
AlastairAlastairArmure :
Cuirasse du Dragon-Serpent
Message Re: [Début Mai 553] L'ombre d'un mauvais rêve (Mission profane vs Alastair)   [Début Mai 553] L'ombre d'un mauvais rêve (Mission profane vs Alastair) EmptyDim 17 Oct - 6:44
Le chant du sang. La mélodie carmine. Les tambours du cœur battant la chamade. Il pouvait l’entendre. Il le ressentait dans tous ses membres. Et il pouvait sentir l’odeur de l’hémoglobine de là où il était.

Il n’aurait jamais cru que ce parfum lui ait tant manqué.

Le Dédale émanait d’odeurs et d’effluves similaires. Les muscles à vif, le sang chaud. Quelque chose d’organique et perpétuel. Mais le Dédale était antique. Une structure impie et intemporelle obéissant aux délires sauvages du dieu de la Guerre personnifié. Ironiquement, jamais le sang coagulé du Dédale ne saurait égaler l’effusion brûlante du sang jeune. La fougue de l’inconscience, et le rouge de la bravoure.

Il l’entendait. Il l’entendait souffler, serrer les dents. Il pouvait entendre la tension causée par sa douleur. Et alors qu’il reniflait l’air, prédateur terrible à l’apparence de cauchemar, il pouvait confirmer le résultat manifeste de sa première escarmouche. Et alors même que son esprit s’enivrait, il entendait le grondement interne de sa cuirasse. Vorace, anxieuse. La bête voulait être nourrie. Elle devait être sustentée, contentée. Elle sortait enfin de torpeur, et voulait jouer avec sa proie. Elle n’avait cure de ses bravades et ses répliques. Elle le voulait lui. Et pour une fois, leurs deux volontés étaient en parfait accord. La largeur dérangeante de son sourire, sous un masque osseux et cornu, en était le plus flagrant témoin. Une langue fourchue siffle entre les crocs, et une série de rires continue de s’échapper de sa forme accroupie, comme s’il s’agissait d’un tic ou d’un hoquet curieux. Gargouille sifflante qu’il était, il ricanait.

Son visage se redresse. Ses ailes membraneuses se figent. Même sans ses yeux, il peut sentir la luminosité se concentrer. Et surtout, il peut presque sentir l’odeur de l’énergie qui s’accumule pour venir l’agresser. Le moineau passe à l’attaque.

Un flash aveuglant secoue la pièce – ou la maison, les deux réponses étant bonnes -, et ses muscles s’activent d’un coup. Ses ailes battent l’air, le projetant vers l’arrière alors que les ténèbres épaisses se lancent sur le projectile lumineux comme tant de serpents noirs et affamés. La lumière brûlait, comme une boule de feu. Il était encore tôt. Il était curieux. Il voulait voir davantage, et pour voir davantage, il devait faire perdurer l’affrontement. Il n’avait qu’à mettre cet effort sur le fait de rapporter à quiconque s’y intéresserait tout détail utile sur ce freluquet et ses talents particuliers. Un nouveau rire. Un rire aigu.

Une seconde plus tard, il glisse de nouveau sur le sol, l’étoile brillante à son assaut achevant de disparaitre sous l’assaut des ténèbres voraces. Derrière lui, la porte qu’il avait fermé quelques instants plus tôt. Un cycle court et concis le ramenait à son point d’origine. Hors, sa proie tentait sa chance. Inconscience ou stratégie, il optait pour un assaut double. Le mystique secondé du physique. La chose avait quelque chose de drôle aux yeux du colosse gris.

Bien peu souvent avait-il rencontré de proie qui vienne de son propre chef à son contact.

« Tsk tsk tsk… »

Un pied propulsé avec force s’approche de lui. Il avance, avance, avance… et n’avance plus. Une main osseuse, griffue, se lève pour agripper le mollet dans une poigne d’acier, alors que la forme bestiale de son possesseur se redresse lourdement de toute sa hauteur. Le visage masqué se dévoile, toujours souriant à pleines dents. Le visage penche sur le côté, comme s’il se munissait d’un air mutin.

« Hubris et Ignorance. »

Un sifflement. Et en un éclair, le bras droit se lève, et se rabat avec sauvagerie, toutes griffes dehors. Ils voulaient voir plus, tous les deux. Ils feraient en sorte de voir plus. Beaucoup plus. Jusqu’à satiété, ils auraient ce qu’ils voulaient. Le sang lui battant les tempes, ses veines étaient brûlantes.

Ils auraient ce qu’ils voulaient.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2972-alastair-centurion-d
ParosParosArmure :
Pégase

Statistiques
HP:
[Début Mai 553] L'ombre d'un mauvais rêve (Mission profane vs Alastair) G-bleu525/1200[Début Mai 553] L'ombre d'un mauvais rêve (Mission profane vs Alastair) V-bleu  (525/1200)
CP:
[Début Mai 553] L'ombre d'un mauvais rêve (Mission profane vs Alastair) G-rouge600/1050[Début Mai 553] L'ombre d'un mauvais rêve (Mission profane vs Alastair) V-rouge  (600/1050)
CC:
[Début Mai 553] L'ombre d'un mauvais rêve (Mission profane vs Alastair) G-jaune650/1050[Début Mai 553] L'ombre d'un mauvais rêve (Mission profane vs Alastair) V-jaune  (650/1050)
Message Re: [Début Mai 553] L'ombre d'un mauvais rêve (Mission profane vs Alastair)   [Début Mai 553] L'ombre d'un mauvais rêve (Mission profane vs Alastair) EmptyLun 18 Oct - 0:35
Paros ne s'en sortait décidément pas. Face à cet ennemi qui semblait contrôler le terrain, aucune de ses tactiques ou de ses attaques ne portait. Et maintenant, alors qu'il avait sauté de toutes ses forces pour donner un coup de pied sauté dans le torse de la Bête, voilà qu'elle ne bougeait pas d'un pouce! Au contraire, le jeune Chevalier eut l'impression que c'était sa cheville qui venait de subir un violent coup. La poigne qui la serrait valait bien celle de son maitre. Et de ce simple geste, il l'avait arrêté! De quoi cet homme était-il fait?!

La rétribution ne tarda pas à suivre. L'énorme poing de l'homme au sourire sinistre se leva. Avec la force d'une ruée, ses griffes s'écrasèrent sur son torse, lacérant ses vêtements, ses chairs, et faisant même fracturer son armure. Paros, le souffle coupé, fut tout simplement encastré dans le plancher de bois. Pendant un bref instant, le Bronze perdit ses repères. Ou était-il? Que faisait-il? Mais lorsque ses yeux se fixèrent un nouveau sur la terreur nocturne qui se dressait devant lui, ses instincts le firent réagir. Il roula sur le côté pour éviter un éventuel nouvel assaut, et sauta de quelques mètres en arrière, butant contre un mur de la pièce.

Tout son torse le brulait. Sa main se porta dessus. Du sang? Une hémorragie? Paros aurait voulu baisser les yeux pour vérifier son état mais... Son regard était incapable de décrocher du monstre qui continuait à le regarder comme une proie, comme un jouet faible et fragile entre ses griffes. Une sensation de peur et d'impuissance ô que trop familière l'envahissait. Toutes ces années d'entrainement... N'avaient donc servi à rien? Était-il toujours le même gamin impuissant, destiné à se faire protéger par la mort des autres?
Alors que ces pensées l'envahissaient, la main du Chevalier se porta à son épaule gauche. Brièvement, il crut y sentir une chaleur rassurante, un poids intime. C'était là qu'ils l'effleuraient tous... Son Maître Airôth. Le Grand Pope Childéric... Athéna.

    - Je ne peux pas... tomber ici...

Cette chaleur familière se répandit dans tout son corps, atténuant la douleur qui le paralysait. Chassant les craintes que le hantaient.
Non. Il n'était plus le même. L'heure était venue de le prouver.

La chaleur de son Cosmos se concentra dans les deux poings de Paros, qui se mirent à briller d'une aura écarlate. L'adrénaline qui pulsait dans ses veines lui donnaient une clarté d'esprit et une rapidité redoutable. Pour combien de temps? Assez pour s'occuper du cas de cette Bête. Poussant un cri, le jeune homme s'élança en avant.

    - RAAAAAAAAH!

Les poings chargés d'énergie du garçon arrivèrent au niveau de la créature. Là, ce fut une furie de coups de poings qui se déchainèrent sur l'immense corps du Berserker. Avec chaque frappe, un météore de lumière partait de sa main pour traverser le corps de l'ennemi. Comme auparavant, aucune blessure n'était causée par ces attaques. Mais avec chaque décharge de son Cosmos, les forces de son ennemi disparaissaient.
Qui cèderait en premier? La détermination du Saint? Ou la vigueur du Berserker?



[Début Mai 553] L'ombre d'un mauvais rêve (Mission profane vs Alastair) Parosi10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2029-paros-chevalier-de-b
AlastairAlastairArmure :
Cuirasse du Dragon-Serpent
Message Re: [Début Mai 553] L'ombre d'un mauvais rêve (Mission profane vs Alastair)   [Début Mai 553] L'ombre d'un mauvais rêve (Mission profane vs Alastair) EmptyMar 19 Oct - 13:33
Il commençait à perdre le fil. L’odeur du sang l’ennivrait. Le râle de douleur de sa proie faisait frissonner même sa cuirasse. Mais surtout, il pouvait sentir ses forces diminuer plus rapidement qu’elles ne le devraient.

Ce moineau avait une stratégie. La chair du colosse était encore relativement intouchée, régénératrice et mouvante comme elle l’avait toujours été. Et pourtant, il sentait le sang battre avec force contre ses tempes. Même à travers le voile rouge de son esprit excité par la chasse, il pouvait sentir que quelque chose de fourbe prenait place. Le jeune moineau tentait de s’en prendre à lui par des moyens détournés.

Il tentait de gagner du temps.

La chose le fit ricaner, alors qu’il faisait un pas, deux pas sur le côté. Comme la créature qu’il était en ce moment, tournant autour de sa proie. Son souffle était plus présent maintenant, sifflant dans l’air. Sa posture devenait plus curieuse et observatrice. Il regarde sa cible au sol, qui se propulse soudain vers l’arrière dans l’effort de reprendre son souffle et ses repères. Il le sentait de nouveau. Le sang. La peur. Ses narines hument l’air avec sonorité, et pendant un bref instant, il en oublie même ce qu’il fait, obnubilé par les effluves qui lui parviennent. Il se penche vers l’avant, et commence à avancer, avide.

Et il le paie rapidement.

Un cri primal le ramène soudain à la réalité. Il abaisse le visage, et voit le jeune moineau, fonçant une nouvelle fois vers lui. Habité cette fois d’une nouvelle volonté, d’une nouvelle force. Et d’une nouvelle énergie qui le percute comme un tison chauffé à blanc. Un éclat de lumière lui éclate sur le torse, et il parvient à se sentir aveuglé même derrière le masque qui est le sien. Il recule d’un pas en laissant échapper un grognement sifflant, brandissant ses bras ailés devant lui pour contenir le reste de l’assaut. La lumière. Toujours la lumière. Encore un des serviteurs de la lumière. Brûlante, aveuglante. N’avait-il pas suffisamment subi aux mains de la Lumière? Apollon, Athéna, peu importe. Ils tentaient tous de l’assommer avec leur damnée lumière, jusqu’à brûler sa rétine et noircir sa peau.

Alors que le reste de l’assaut du chevalier Pégase s’écrase sur le cocon chitineux qu’il a formé pour se défendre, un grondement lourd commence à s’élever du colosse. Un grondement mauvais. Lourd. Sinistre. Il sentait son cœur s’accélérer. Sa respiration s’alourdir. Encore. La Lumière tentait une nouvelle fois de le mettre au sol via un nouvel intermédiaire. Encore. Toujours. Il entendait son cœur battre la mesure. Les tambours sombres, alors qu’il était la cible de cette damnée Lumière. Mais il n’était plus en prison maintenant. Il n’était plus brisé. Il n’était plus oublié, faible, enchaîné.

Mais il était affamé. Et il dévorerait cette lumière jusqu’à ce qu’il n’en reste plus trace.

« Lumière brûlante, astre dévorant… »

L’assaut s’amenuisait. L’un de ses bras s’écarte, se replie au niveau de son propre torse, alors que le second reste levé, préparé à bloquer tout dernier assaut possible.

« Brûlant terre, hommes et bêtes sans honte ni vergogne… »

Les ténèbres autour de lui s’agitent. Les ténèbres autour de lui s’intensifient. Elles sifflent. Elles dansent. Elle l’enveloppent comme un manteau liquide, huileux. Circulant entre ses membres, jusqu’à ses doigts. Tentacules opaques ondulant d’un air menaçant, alors que le bras encore levé s’écarte avec lenteur. Il gronde. Il gronde comme une bête en colère. Il gronde pour lui, pour la cuirasse qui le protège, pour cette tentative du jeune moineau de se jouer de lui avec ses assauts mystiques aux capacités détournées.

« Dévoré par les ténèbres pour son arrogance. »

Sa main droite part en ligne droite, alors même que les ténèbres se lancent comme un rideau noir avec lui. Les ténèbres serpentent autour de sa main, pointée comme une lance pour chercher à se planter dans le bas torse du moineau. Il voulait l’user. Il lui donnerait quelque chose d’autre pour le préoccuper. Qu’il pourfende cet arrogant volatile, ou qu’il finisse à genoux, à bout de souffle par un tour de passe passe mystique, il laisserait sa marque. Une marque large, sombre, et indélébile. Même s’il était dupé par les tactiques fourbes de sa proie, il veillerait à ce qu’elle ne puisse profiter de sa victoire. Vidant son sang sur le sol alors qu’il l’observe, épuisé mais toujours éternel.

Et il lui offrirait un sourire alors que ses yeux se ferment sous la douleur.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2972-alastair-centurion-d
ParosParosArmure :
Pégase

Statistiques
HP:
[Début Mai 553] L'ombre d'un mauvais rêve (Mission profane vs Alastair) G-bleu525/1200[Début Mai 553] L'ombre d'un mauvais rêve (Mission profane vs Alastair) V-bleu  (525/1200)
CP:
[Début Mai 553] L'ombre d'un mauvais rêve (Mission profane vs Alastair) G-rouge600/1050[Début Mai 553] L'ombre d'un mauvais rêve (Mission profane vs Alastair) V-rouge  (600/1050)
CC:
[Début Mai 553] L'ombre d'un mauvais rêve (Mission profane vs Alastair) G-jaune650/1050[Début Mai 553] L'ombre d'un mauvais rêve (Mission profane vs Alastair) V-jaune  (650/1050)
Message Re: [Début Mai 553] L'ombre d'un mauvais rêve (Mission profane vs Alastair)   [Début Mai 553] L'ombre d'un mauvais rêve (Mission profane vs Alastair) EmptySam 23 Oct - 2:40
Ses attaques fonctionnaient! Progressivement, au fur et à mesure que l'assaut du jeune homme se prolongeait, la résistance du géant osseux diminuait. A chaque coup, sa silhouette semblait se faire moins imposante, plus humaine, presque. Pourtant, la crainte qui tiraillait les entrailles du jeune chevalier ne diminuait pas. Le danger de mort était toujours présent. Il rôdait, aux frontières de son esprit, comme un spectre attendant son heure pour frapper.
Paros ne voulait pas lui en laisser l'occasion. Alors qui continuait de frapper. Même réfugié derrière ses ailes de chitine, le monstre ne pourrait échapper aux effets de ses attaques tant que ses coups portaient. Il fallait qu'il ne lui laisse aucune ouverture. S'il continuait ainsi encore un peu plus longtemps, alors, peut-être...
Mais acculer une bête n'était peut-être pas toujours une bonne idée.

Le jeune Pégase ne vit que trop tard l'un des bras de la créature reculer pour s'envelopper de ténèbres insondables, et former un pieu obscur pointé droit vers son torse. Paros tenta de se jeter en arrière, mais c'était trop tard, il avait trop longtemps forcé son assaut pour permettre une telle retraite. La scène se mit à défiler au ralenti sous ses yeux : la lame mortelle formée par le bras de son ennemi, qui arrivai juste sur son sternum. Sa Cloth qui vibra pour le défendre, mais se fractura. Ses vêtement qui se déchirèrent. Sa peau qui se fendit comme du papier. La douleur qui se répandait déjà dans ses veines...
Il voyait tout. Ses pensées s'accéléraient, dans cet instant fatidique...
Et son corps suivit.

L'air autour des pieds de Paros s'électrifia. Les ailes à ses talons s'illuminèrent, et autour de lui, l'espace se plia. Alors même que la main de son adversaire était en train de le transpercer, son corps phasa dans l'air et se volatilisa. Enfin, pas exactement. Il se déplaça instantanément, abaissé, à l'intérieur de l'allonge de la créature qui avait brièvement ouvert sa garde pour porter son assaut à la précision mortelle. Le Bronze était trop proche pour qu'il puisse efficacement contrer cette prochaine attaque. Son poing se planta dans le ventre du Berserker... Puis!

Pegasus Meteorum !

Son poing s'illumina et projeta une série de météores cosmiques à bout portant. En criant le nom de son attaque, le jeune homme y plaça toute son énergie et sa volonté de protéger ceux qui se trouvaient derrière lui. Alors celui-ci voulait dévorer la lumière? Mais la sienne était ce celles que même la mort ne pouvait éteindre. Les espoirs qu'il protégeaient lui avaient été confiés par d'autres, certains qui n'étaient plus de ce monde. Il n'allait certainement pas céder et abandonner maintenant!

    - Vous pouvez essayer! Mais je continuerai de briller! Il n'y a pas de ténèbres assez épaisses pour engloutir cette lumière dont j'ai hérité!

Sur ces mots, un ultime flash fut émit du poing du Chevalier. A nouveau, ses jambières se mirent à luire, et Paros fut transporter plus loin, cette fois en arrière. Il se trouvait à nouveau aux côtés des deux hommes inconscients, poings levés pour continuer à les protéger du monstre assoiffé de sang. Le sien coulait, d'ailleurs. Une chute vermeille qui coulait en un fin filet, depuis la blessure qui lui avait été infligé au torse. Ce n'était par rien, mais au moins avait-il grandement diminué l'impact. Il pouvait encore continuer le combat!
Toujours défiant, le regard du Saint restait rivé sur la silhouette qui demeurait encore dans les ombres.



[Début Mai 553] L'ombre d'un mauvais rêve (Mission profane vs Alastair) Parosi10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2029-paros-chevalier-de-b
 
[Début Mai 553] L'ombre d'un mauvais rêve (Mission profane vs Alastair)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Libro Scripturae :: Transylvania :: Siebenbürgen-
Sauter vers: