Votez
I
II
III
IV
V


Mai 553 AD
 
Partagez
 

 [Fin Avril 553] Le Labyrinthe du Temps

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
DédaleDédaleArmure :
Sagittaire

Statistiques
HP:
[Fin Avril 553] Le Labyrinthe du Temps G-bleu1200/1200[Fin Avril 553] Le Labyrinthe du Temps V-bleu  (1200/1200)
CP:
[Fin Avril 553] Le Labyrinthe du Temps G-rouge750/750[Fin Avril 553] Le Labyrinthe du Temps V-rouge  (750/750)
CC:
[Fin Avril 553] Le Labyrinthe du Temps G-jaune1350/1350[Fin Avril 553] Le Labyrinthe du Temps V-jaune  (1350/1350)
Message [Fin Avril 553] Le Labyrinthe du Temps   [Fin Avril 553] Le Labyrinthe du Temps EmptyDim 10 Oct - 15:00
Mes yeux s’ouvrirent sur une plage paisible. Je me levais avec difficulté, mon armure n’aidant pas la tâche. La mer me faisait face, jetant nonchalamment de l’eau à mes pieds. En me retournant, j’étais sur une île, une île magnifique aux bâtiments grandioses d’un blanc immaculé. Ils me rappelaient vaguement quelque chose, mais je n’arrivais pas à mettre le doigt dessus.
Puis mes souvenirs me revinrent, Kilian, Aoife, l’attaque du sanglier. J’ai été le premier touché, mes flèches ne servant à rien contre cet ennemi. Je suis mort alors ? C’est ça l’au-delà ?

« C’est l’Elysée ça ? Je reconnais que c’est mignon, mais je m’attendais à autre chose. »

Puis un bâtiment en particulier captura mon regard, il semblait m’appeler et puis je devais bien commencer le tour du propriétaire un jour, si je devais séjourner de manière permanente ici.
En arrivant à hauteur, je compris pourquoi j’avais le sentiment de devoir m’y rendre. Il s’agissait d’un immense atelier, mieux que je n’aurais jamais oser imaginer.
Ma mâchoire faillit se décrocher sous l’effet de la surprise et du merveilleux qui se trouvait sous mes yeux. En rentrant dedans des plans et des maquettes attirèrent mon regard.

« Un labyrinthe ? Et cette étrange statuette, on dirait un mino…no…oh oh oh oh ! Nan, ce n’est pas vrai ! Tu te moques de moi ! Je serais dans SON laboratoire ?! Il aurait un laboratoire ici aussi ? Attends, ce n’est pas logique. Le labyrinthe, il l’avait déjà construit à l’époque, pourquoi il serait encore sur ses plans à l’annoter ?
Je me serais planté ? Je ne serais pas mort, mais dans le passé juste avant que le labyrinthe soi construit ? Et les bâtiments, voilà pourquoi ça me disait quelque chose, ils sont de la Grèce Antique !
C’est génial ! Je t’aime le sanglier bizarre !
»

Je commençai à bouger de partout, fouillant chaque parcelle de l’atelier et recoins des tiroirs. Des inventions folles se trouvaient ici. Il y avait tellement plus que ce qu’on lui avait attribué. Des plans semblables à des oiseaux, il cherchait comment reproduire le mouvement de la nature pour le transposer à l’humain. Il y avait aussi de quoi faire arriver l’eau potable dans chaque habitation.

« Dédale, tu es un génie beaucoup trop sous-estimé ! »

J’étais perdu dans ma contemplation de son œuvre et de son atelier, tel un paquet de friandises qu’on ne pouvait pas s’empêcher de dévorer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le ConteurLe ConteurArmure :
Inconnue
Message Re: [Fin Avril 553] Le Labyrinthe du Temps   [Fin Avril 553] Le Labyrinthe du Temps EmptyJeu 14 Oct - 13:54
Des grommellements vont attirer ton attention à n’en pas douter, te faire sortir de ta contemplation et t’amener vers en tout état de cause, celui à qui appartient l’atelier. Le héros dont tu portes toi-même le nom après tout. Tu t’enfonces plus profondement dans ce capharnaüm pour retrouver l’homme à l’origine des bruits qui ont attiré ton attention. Rapidement tu vois une énorme cage, dans un métal et d’une forme inconnu. Le genre de prison dans lequel on pourrait et on a du même enfermer le terrible monstre qui mélange sa légende à celle de l’inventeur. Mais les légendes, dans notre monde, n’en sont pas vraiment. Plus en avant, un métier à tisser. Véritable chef d’oeuvre de technique et d’ingéniosité. Le genre d’objet qui n’aurait pas permis à Pénélope de tenir à distance ses prétendants pendant si longtemps. Mais le plus surprenant que les inventions, c’est l’homme lui-même.

Difficile de deviner son âge à cause de son visage creusé, rongé même. Il ne semble pourtant pas bien vieux. Les cernes et ses traits tirés ne rendent pas son visage très avenant, pourtant, jadis, il devait être bel homme. L’odeur qui se dégage de lui semble aussi indiquer qu’il ne s’est pas lavé depuis un certain temps, de même que ses côtés creusé qui semble être un indiquer du peu d’activité physique qu’il pratique mais aussi et surtout d’une faible alimentation. Devant lui, un appareil particulier et du matériel : des plumes, du bois, de la cire et de quoi travailler le tout… Il semble ne pas s’intéresser à toi, bien qu’un signe de la main et un nouveau grommellement plus agressif cette fois, semble t’inviter à te retirer sans ménagement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DédaleDédaleArmure :
Sagittaire

Statistiques
HP:
[Fin Avril 553] Le Labyrinthe du Temps G-bleu1200/1200[Fin Avril 553] Le Labyrinthe du Temps V-bleu  (1200/1200)
CP:
[Fin Avril 553] Le Labyrinthe du Temps G-rouge750/750[Fin Avril 553] Le Labyrinthe du Temps V-rouge  (750/750)
CC:
[Fin Avril 553] Le Labyrinthe du Temps G-jaune1350/1350[Fin Avril 553] Le Labyrinthe du Temps V-jaune  (1350/1350)
Message Re: [Fin Avril 553] Le Labyrinthe du Temps   [Fin Avril 553] Le Labyrinthe du Temps EmptyLun 18 Oct - 21:05
Il était là, affamé, sale, vieux, je me demande quand il a dormi pour la dernière fois. Quoi qu’il en soit, en face de moi se trouvait un diamant au creux d’un tapis d’immondices. Dédale, celui qui m’a tant inspiré, celui qui est la raison de ce nom qu’on m’a attribué. Il semblait ne pas daigner m’accorder ne serait-ce qu’un mot.
Alors mes yeux furent capturés par son travail actuel. Les matériaux ne firent aucun doute à sa prochaine création. Il construisait les ailes pour Icare. Celles de mon armure frémirent sous le coup de mon excitation qui se propageait dans mon corps.
N’écoutant rien, comme à mon accoutumé, je m’approchai du génie, mon nez fermé pour ne pas sentir ces mauvais effluves et respirant tranquillement par la bouche.

« Dédale, je ne pensais jamais vous rencontrer. Pardonnez mon impolitesse, j’ai été subjugué par votre atelier et je suis rentré à l’intérieur comme si c’était chez moi. Toutes ces merveilles sont tellement excitantes ! Les inventions, le savoir, la connaissance, les rouages, les idées, les plans de fabrications ! Vous regroupez ici tous mes péchés mignons. »

Je m’avançais alors un peu plus vers les ailes en construction et observait le tout.

« Vous êtes en train de les réaliser, pas vrai ? Des ailes pour s’échapper comme un oiseau ! Dire que personne avant vous n’a pen… »

Mon cerveau alors me colla une petite gifle. Il s’agissait du vrai Dédale, donc du passé. Je ne pouvais pas me permettre d’altérer le futur sous peine de créer de potentielles catastrophes dont j’ignorais l’existence. Je devrais être prudent. Je crevais tellement d’envie de tout partager avec lui pourtant, avoir son avis sur les inventions futures, pouvoir échanger sur divers sujets, mais c’était impossible.
Je me ressaisis :

« Des ailes. C’est fascinant ! En revanche, ne pensez-vous pas que de la cire serait dangereuse si on veut s’envoler trop haut ? Du brai végétal ou de la colle d’os ne ferait pas l’affaire ?»

J’étais réduit à des conversations futiles. Pourtant, mon esprit lui voltigeait d’idées en idées sur les plans, apportant des corrections, des nouveaux matériaux, introduisant le cosmos dans le tout. Autant profiter du vieil homme, même s’il ne désirait pas ma présence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le ConteurLe ConteurArmure :
Inconnue
Message Re: [Fin Avril 553] Le Labyrinthe du Temps   [Fin Avril 553] Le Labyrinthe du Temps EmptyVen 22 Oct - 22:27
Tes premiers mots de ne rien lui arracher, si ce n’est un grognement. Le genre de bruit sans véritable sens ou de logique, qui peut tout et rien dire à la fois. Qui est là pour te donner satisfaction, te faire taire surtout. Mais cette indifférence profonde ne sera que de courte durée. Il se retourne brusquement vers toi quand tu rentres dans le jargon technique. Te fixe non plus d’un œil torve mais avec une rage renouvelée. Comme si tu venais de le frapper avec force en plein visage ou d’insulter son existence entière. Il pointe son doigt sec et décharné sur ton torse. Sa voix vibre, comme si elle pouvait se casser à tout moment et il commence à hurler :

« - ET TU CROIS QUE JE N’Y AI PAS PENSÉ ! LA COLLE D’OS EST TROP RIGIDE ! ELLE NE PERMET PAS AUX AILES DE VOLER CORRECTEMENT. QUANT AU BRAI, IL S’ENGLUE TROP FACILEMENT DANS LES PLUMES ! EMPÊCHANT LES AILES DE FAIRE GLISSER L’AIR CORRECTEMENT ! »

Un soupir, des larmes presque de naître dans ses yeux mais d’être ravalé tout aussi vite.

« - Je suis Dédale ! Je suis un génie, un prodige ! L’inventeur qui étonne même les dieux, qui retient les monstres et fait avancer l’humanité et pourtant… je n’ai pas pu le sauver. »

Et cette fois, sa voix de céder bien que ses larmes refusent toujours de couler.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DédaleDédaleArmure :
Sagittaire

Statistiques
HP:
[Fin Avril 553] Le Labyrinthe du Temps G-bleu1200/1200[Fin Avril 553] Le Labyrinthe du Temps V-bleu  (1200/1200)
CP:
[Fin Avril 553] Le Labyrinthe du Temps G-rouge750/750[Fin Avril 553] Le Labyrinthe du Temps V-rouge  (750/750)
CC:
[Fin Avril 553] Le Labyrinthe du Temps G-jaune1350/1350[Fin Avril 553] Le Labyrinthe du Temps V-jaune  (1350/1350)
Message Re: [Fin Avril 553] Le Labyrinthe du Temps   [Fin Avril 553] Le Labyrinthe du Temps EmptySam 23 Oct - 15:11
Un homme brisé par les remords et le deuil, voilà qui j’avais en face de moi. J’étais donc bien arrivé trop tard, après la mort de son fils, Icare. Le vieil homme tentait toujours de perfectionner ces ailes, de les ajuster pour rattraper son erreur. En tant que génie, je pouvais le comprendre, si une de mes inventions venait à faiblir et à causer la mort d’un proche, je ne me le pardonnerais jamais.
Ne demandant aucune permission, je m’assois à côté de lui et me mets au travail, regardant les schémas, dessinant des améliorations pour rendre les plumes plus réceptives à l’air sans que la colle ne vienne l’entraver. Je change le matériau pour les fixer à la structure de bois, optant pour du liège, un bois aussi léger que l’air et parfaitement isolant en cas d’intempéries, résistant au feux et même aux hautes altitudes. Avec un bois plus léger, je pouvais me permettre de rajouter d’avantages de plumes, équilibrant ainsi la potentielle perte due à la colle.

« Je me nomme Dédale également. Je sais qui tu es, car tu as inspiré mes parents pour me donner ton nom. Ne me demande pas plus de détails et fait le chemin dans ta tête.
Le poids d’un génie est parfois bien lourd à porter. On compte sur nous, nous demandant sans cesse de nous renouveler, que nos inventions fonctionnent à la perfection, on sait qu’on en est capable, au plus profond de nous, on le sait, nos proches nous font confiance les yeux fermés.

Malheureusement, la création peut échapper à son créateur et faire quelque chose auquel on ne s’attendait pas…ou qu’on ne voulait pas que ça se produise.
Alors elle nous entache, nous dévore nos nuits, nous coupe la faim, retirant même notre envie de vivre en fonction d’à quel point elle a eu un dysfonctionnement.
»

J’apportais la touche finale au plan en finissant ma phrase et le fit glisser jusqu’à mon patronyme.

« Crois-le ou non, mais j’ai eu vent de ton malheur. Je ne peux pas dire que je te comprends, car la perte est trop grande. Tout ce que je peux faire, c’est t’aider à te libérer de ton démon du passé. Je ne partirais pas tant que ces ailes ne seront pas parfaites.
Si un seul Dédale n’est pas venu à bout d’elles, alors on verra comment elles vont faire les malignes face à deux esprits aussi affûtés que les nôtres.
Regarde le schéma que je t’ai soumis et commence à prendre ta revanche sur cette invention qui te résiste.
»

Une chose était certaine, qu’il accepte ou non, je ne bougerais pas mon postérieur de cette chaise. Je le fixais, droit dans les yeux, ma détermination présente et brûlante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le ConteurLe ConteurArmure :
Inconnue
Message Re: [Fin Avril 553] Le Labyrinthe du Temps   [Fin Avril 553] Le Labyrinthe du Temps EmptyHier à 1:25
Un rictus quand tu parles de ton nom et de l’inspiration qui a poussé tes parents à te le donner. Il est ici méprisant, ouvertement. Mais pas envers toi ni ceux qui t’ont donné ce nom. Mais envers lui-même, envers ses échecs. Ses yeux se posent dans les tiens et s’animent d’une colère froide et néanmoins contenu.

« - Tu ne connais rien de l’échec. Tu ne craches que par ton ego. Finalement, tu portes bien ton nom. Celui de quelqu’un qui s’est vu plus génial qu’il ne l'est vraiment. »

Sa voix cassante semble parfaitement savoir de quoi il parle. Après tout, jusqu’à ces événements fatidique, n’était-il pas l’inventeur génial auréolé de succès auprès de qui le monde s’offrait ? Cette colère froide de doucement grondé, tu souffles là sur les braises d’un feu dangereux !

« - Petit merdeux ! Tu crois vraiment qu’on parle d’une invention comme une autre ? Tu dis que tu connais mon histoire, mais tu ne la comprends pas. Tu n’es pas capable de la comprendre ! J’ai perdu mon fils ! MON FILS ! Mais toi, toi tu ne peux pas comprendre ça ! Ce lien qui t’unit aux autres. Tu es trop loin d’eux, tu ne les comprends pas. Pas plus qu’ils ne te comprennent pas. Ils sont lents, stupides, incapables. Alors, à quoi bon ? Mais là, là… ce n’est pas l’échec d’une nouvelle lubie ! On parle de la vie de la personne la plus importante au monde à mes yeux ! Alors respecte au moins ça, connard ! »

Il fauche alors la chaise sur laquelle tu avais posé ton fondement d'un coup de pied. Un coup partie avec une vitesse à laquelle tu ne t'attendais pas à la vue de son corps marqué par la fatigue. Et il te prend de vitesse sur le coup, toi, porteur d'une armure d'or...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DédaleDédaleArmure :
Sagittaire

Statistiques
HP:
[Fin Avril 553] Le Labyrinthe du Temps G-bleu1200/1200[Fin Avril 553] Le Labyrinthe du Temps V-bleu  (1200/1200)
CP:
[Fin Avril 553] Le Labyrinthe du Temps G-rouge750/750[Fin Avril 553] Le Labyrinthe du Temps V-rouge  (750/750)
CC:
[Fin Avril 553] Le Labyrinthe du Temps G-jaune1350/1350[Fin Avril 553] Le Labyrinthe du Temps V-jaune  (1350/1350)
Message Re: [Fin Avril 553] Le Labyrinthe du Temps   [Fin Avril 553] Le Labyrinthe du Temps EmptyHier à 17:04
Me voilà projeté au sol sans aucun ménagement par un vieillard beaucoup plus fort et plus rapide que je l’aurais pensé, à moins que ce soit moi qui suis devenu trop lent ?
Après m’être relevé, j’époussetais mon armure et vérifiais que rien de grave ne lui étais arrivé. Alors je m’avançais vers le vieillard, le saisi par le col et le collai au mur. Mes yeux s’agitèrent sur tout son corps et se plantèrent à nouveau dans les siens, froids, distants.

« Tu as raison, je ne sais rien de la perte d’un enfant, mais je peux le deviner rien qu’à te voir. Déjà la notion la plus évidente, tu es en deuil, merci ô grand savoir. Deuxièmement, tu te laisses mourir à petits feux rien qu’à voir ce corps rachitique, tu cherches à mourir toi aussi. Troisièmement, rien qu’à voir ta colère, c’est que c’est la seule chose qui comble ton vide que sa mort t’a laissé en toi. Quatrièmement, s’il tu bosse autant sur cette invention, c’est que la culpabilité a pris possession de toi, tu te sens coupable de ne pas avoir réussi et que ton échec soit la mort d’Icare.
Tu veux crever ? Je me ferais un plaisir de te libérer de ta prison de chair. Réfléchis bien par contre, quand tu retrouveras ton fils dans Les Enfers, tu penses qu’il sera heureux de te voir ? Tu penses qu’il sera ravi d’apprendre que tu t’es suicidé juste par culpabilité ? Que son propre père la rejoins dans la mort alors qu’il aurait pu vivre pour vous deux ?
»

Je lâchai ma prise, reculant, le laissant s’effondrer au sol. Mes yeux restèrent durs et froids, tout l’opposé de ce à quoi ils étaient habituellement.

« Je le répète, tu as raison. Tu veux commencer à aller mieux ? Alors relève ce sac à viande qui te sert de corps et met toi au travail ! Cette invention qui a tué ton fils, soit tu l’améliore et la transforme en quelque chose de bien, soit tu la laisse là, à te narguer encore et encore, servant de rappel, venant te dévorer ton cœur comme l’aigle de Zeus à dévorer le foie de Prométhée tous les jours.
Tu peux le faire, t’es capable de tordre le cou à cette infamie et la changer en une chose grandiose qui fera perdurer la mémoire de ton fils auréolée de lumière, au lieu de l’entacher de sang.
Réfléchis bien Dédale !
»

Mon corps resta impassible, prêt à recevoir un coup ou une attaque. Certes, je ne connaissais rien au deuil et à cette perte, mais je savais que pour en sortir, il fallait un bon coup de pied au derrière et j’allais lui en administré autant qu’il le faudrait. Je refuse de voir mon héros rester brisé à jamais, corrompu par ces sentiments.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
[Fin Avril 553] Le Labyrinthe du Temps
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Libro Scripturae :: Imperium Byzantinum :: Provinces byzantines-
Sauter vers: