Votez
I
II
III
IV
V


Mai 553 AD
 
Partagez
 

 [Fin mai 553] Une malédiction de renaissance

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
MorriganMorriganArmure :
Cardinal de la Mort

Statistiques
HP:
[Fin mai 553] Une malédiction de renaissance G-bleu1500/1500[Fin mai 553] Une malédiction de renaissance V-bleu  (1500/1500)
CP:
[Fin mai 553] Une malédiction de renaissance G-rouge900/900[Fin mai 553] Une malédiction de renaissance V-rouge  (900/900)
CC:
[Fin mai 553] Une malédiction de renaissance G-jaune1800/1800[Fin mai 553] Une malédiction de renaissance V-jaune  (1800/1800)
Message [Fin mai 553] Une malédiction de renaissance   [Fin mai 553] Une malédiction de renaissance EmptyVen 19 Nov - 1:16

Une discordance se ressentait dans le lien que j’avais effleuré chez mon frère à l’instant de notre rencontre. Il ne comprenait pas mon choix ? Sans doute cela avait-il à voir avec le fait que moi-même, je ne pouvais poser de mot pour l’expliquer. Je refusais déjà de voir… alors regarder ? Et il me faisait confiance sur le bien-fondé de ce choix ? Non, à sonder son expression, je lisais toute son incertitude dans le bien-fondé de la voie que j’ouvrais devant moi. Un chemin de douleurs, duquel je pouvais bien ne plus retirer aucun bonheur.

Pour autant, il consentirait à me donner ce que je semblais désirer malgré moi. Seulement, ce cadeau ne me serait pas adressé sans que je ne doive en payer le prix. Et quel prix c’était… Ce que j’avais refusé d’accepter tout le temps des échanges passés dans l’outre-tombe… Tout cela allait me revenir au visage, si bien qu’il ne me serait plus possible d’en faire fi. Un habit maudit qui emprisonnerait dorénavant mon âme damnée. Une malédiction suivie d’une promesse… celle qu’à la fin, je retournerai à ma place, dans les enfers. Une vérité que j’appréhendais parfaitement, pour le songe que m’inspirait ma vie passée. Je pouvais bien rêver, m’attacher à mes cauchemars… à la fin, je serais réveillée.

Il pouvait bien me passer une dernière marque d’affection, celle-ci portait un sentiment insidieux d’angoisse. Il aurait fallu que je trouve la force de lui répondre que oui, nous nous reverrions bientôt… Mais là encore, je ne l’acceptais pas. Je n’acceptais plus cette Mort que j’étais censée personnifier, et que je continuerais d’incarner pour la brève respiration qui constituerait cette vaine existence. Et comme pour le souligner, je commençais à me sentir dépossédée de moi-même, bousculée dans des rafales de vent propres à tourmenter mon esprit. Une vive affliction me saisissait dans l’instant, paralysant momentanément ma pensée… jusqu’au moment où je reviendrai à la Vie que j’avais si désespérément appelé… alors que j’étais venue convaincue que j’étais impuissante à la supporter davantage.

Ce vent… bientôt, il viendrait réveiller mes sens, fouetter ma peau. Un air glacial venant souffler le sable froid sur lequel je me tenais. Que je rouvre les yeux, comme sortie d’un songe pénible… je redécouvrais le désert par lequel j’étais née, toisée par cette voûte céleste que la nuit embrassait. Cet endroit… pour aride et vide pouvait-il apparaître… m’était le plus familier. Un sentiment que je ne pouvais chasser. Une première fois, j’étais déjà née ici. Et cette première fois, je n’étais pas seule. Cette première fois, j’avais cette étreinte pour me réchauffer de la froideur de la naissance. Cette première fois, je possédais une mère.

Levant les yeux au ciel, je scrutais l’immensité étoilée… persuadée que s’y cachait leurs regards… Ceux de mes sœurs. Celles qui viendraient à me dévorer lorsque je serais amenée à les retrouver, ultimement. Non… cette impression… Elle se trouvait autre part. Considérant à nouveau mes sens, je me pris de la surprise d’être invitée par une volonté ineffable de regarder en moi. Levant les mains pour les observer, je discernais dans l’écoulement de mon essence une empreinte qui suffit à me terroriser.

– Non…

Une réalisation cruelle qui m’inspira brusquement une vive nausée. Aussi porterais-je cette main envers ma bouche. J’eus alors l’impression que le haut de mon visage brûlait. Quelque chose d’insupportable… Sans que je sois capable de le contrôler, les larmes vinrent s’écouler de mes joues. Non pas de ces pleurs gracieux… Mais plutôt, de ceux qui défiguraient les figures, précédant la laideur de la Vie. M’appuyant au sol comme si un poids invisible venait m’écraser le dos, je me retrouvais à vomir avec la sensation de recracher mes boyaux…

– Non… Non… ça ne peut pas être vrai…

Ma voix était fébrile, brisée tandis que j’épuisais mon souffle dans des halètements fréquents. Une souffrance que j’avais mésestimé… si bien que je serais incapable de contenir mes hurlements. Des cris qu’aucuns n’entendraient, esseulée dans ce vaste désert plus habitué à célébrer la Mort qu’autre chose. Étais-je vraiment revenue à la Vie ? Il se pouvait bien que tout cela n’ait toujours été qu’une illusion… une illusion qu’il ne me serait plus permis d’ignorer.

Soudain, je perçus que toute force m’abandonnait. M’effondrant sur le côté, je faisais l’impression d’un cadavre à la merci des vautours. N’était-ce pas ce que j’étais, au fond ?


Merci pour l'avatar Gawa !

[Fin mai 553] Une malédiction de renaissance Morrig12
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2648-morrigan-ft-de-la-mo En ligne
MorriganMorriganArmure :
Cardinal de la Mort

Statistiques
HP:
[Fin mai 553] Une malédiction de renaissance G-bleu1500/1500[Fin mai 553] Une malédiction de renaissance V-bleu  (1500/1500)
CP:
[Fin mai 553] Une malédiction de renaissance G-rouge900/900[Fin mai 553] Une malédiction de renaissance V-rouge  (900/900)
CC:
[Fin mai 553] Une malédiction de renaissance G-jaune1800/1800[Fin mai 553] Une malédiction de renaissance V-jaune  (1800/1800)
Message Re: [Fin mai 553] Une malédiction de renaissance   [Fin mai 553] Une malédiction de renaissance EmptyVen 19 Nov - 2:59
Est-ce que je rêvais ? Je n’avais plus vue sur ce désert. Je n’avais plus vue sur ce ciel étoilé. Je n’avais plus vue sur la lune. Non, je n’avais de vue que pour cette solitude. Quelle belle mascarade… à quoi bon chercher encore à me leurrer ? Il ne demeurait plus qu’un rêve unique. Celui qui me plaçait dans ce monde de Vie. Je ne pouvais rêver au-delà de ces limites. Et si je voulais me réveiller, je savais ce qu’il me restait à faire. Et quelle sinistre comédie cela ferait… de retrouver mon frère et mes sœurs après tout ce que je leur avais dit. Demeurait malgré tout cette obscurité à la clôture de mes paupières.

Combien de temps s’était écoulé de mon existence depuis que j’étais partie rechercher le sommeil ? M’abandonner à l’épuisement ? Mes sens étaient affaiblis, comme si j’étais vivante sans vraiment l’être. Tout ce que je pouvais faire à ce stade, c’était de rouvrir les yeux et d’observer amorphe ce paysage aride qui portait mon corps étendu. Ce faisant, les réminiscences me gagnaient progressivement. Mon imagination n’était donc pas encore morte ? Sans m’embarrasser davantage de cette réalisation, je laissais simplement les murmures de ma mémoire résonner dans mon esprit et me dessiner ses images.

Celles de ma naissance. Celles de son étreinte. Celles de notre combat. Il fallait qu’à la lueur de ces souvenirs sanglants, je sente la froideur de cette cuirasse. Ainsi, elle m’était revenue ? Pourtant, je lui trouvais quelque chose de changé. Il lui manquait quelque chose. Cet appel qui m’avait autrefois attirée dans l’antre du Dédale. Comme si Arès n’était plus réellement le maître de la Mort. Cette belle mascarade… Que j’en effleure le métal, je songeais à mes rencontres. Cette armée que j’avais constitué. Ces idéaux que j’avais voulu leur inculquer. Restait-il quelque chose de cela ? Je me souvenais de ma ferveur d’antan, éphémère. Une conviction autant inébranlable que fragile. Inébranlable aux regards de mes soldats ainsi que de mon Pontifex. Fragile à celui de mes ennemis.

Je songeais encore… Il fallait au moins cela pour que me revienne mes derniers moments. Ceux qui précédèrent mon abattement. J’avais confronté mon idéal, persuadée de leur authenticité. Et maintenant… Et maintenant quoi ? Qu’est-ce qui avait survécu à cette épreuve ? Moi ? Toujours, cette belle mascarade… Qu’étais-je censée faire à présent que je n’étais plus appelée ? Oublier ? Mais n’était-ce pas le fond de ma malédiction d’en être incapable ? Quelle alternative me restait-il alors ? Un long silence viendrait peser sur mes pensées à cet instant. De ces silences éternels jusqu’à l’aube de ce soleil venant transpercer la nuitée.

Et dans ce rayonnement qui m’atteindrait finalement, je réalisais cette autre réalité aussi évidente qu’absurde. J’étais à nouveau vivante. Cette chaleur ne mentait pas. J’appartenais une nouvelle fois à ce Monde. Je pouvais m’estimer comme une intruse après m’être toujours présentée comme une simple spectatrice… mais je ne pouvais dénier cette Vérité. Aussi, à la lueur du soleil, je me relevais doucement, tournée vers cet horizon d’infini. À cet instant, des mots me revinrent. Des mots qui ne m’appartenaient pas, mais qui m’avaient été offert par un ennemi.

– Ce n’est pas la peur qui me guide… Tu le penses vraiment ?

De tout ce qui avait sombré dans l’abysse, c’était l’unique pensée fertile qui faisait présentement tenir ma raison. Une inspiration qui ne serait pas confrontée à cet appel absent. Alors… pourquoi résister ? Si j’étais demeurée aveugle à tout… n’avais-je pas au moins accepté de laisser mon avenir entre les mains de cette existence intimidante ? Tandis que je me mettais en marche, j’avançais sans savoir vers quoi je me dirigeais. Une marche qui me permettrait d’oublier artificiellement mon désespoir. De simplement rêver.

N’était-ce pas là l’unique souhait que je m’étais adressée ? Alors pourquoi douter ? Pourquoi ne pas juste me laisser porter par le courant de mes sentiments ?

De ces questionnements fragiles, j’allais donc marcher vers cette destination inconnue qui pouvait bien m’offrir ce qu’une Mort ne pourrait jamais me proposer.


Merci pour l'avatar Gawa !

[Fin mai 553] Une malédiction de renaissance Morrig12
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2648-morrigan-ft-de-la-mo En ligne
 
[Fin mai 553] Une malédiction de renaissance
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Libro Scripturae :: Profana Erunt :: Persia-
Sauter vers: