Votez
I
II
III
IV
V


Mai 553 AD
 
Partagez
 

 [Mi-mai 553] Retrouver le temps de l'être après le paraître [PV Ghanima]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
MorriganMorriganArmure :
Cardinal de la Mort

Statistiques
HP:
[Mi-mai 553] Retrouver le temps de l'être après le paraître [PV Ghanima] G-bleu1800/1800[Mi-mai 553] Retrouver le temps de l'être après le paraître [PV Ghanima] V-bleu  (1800/1800)
CP:
[Mi-mai 553] Retrouver le temps de l'être après le paraître [PV Ghanima] G-rouge900/900[Mi-mai 553] Retrouver le temps de l'être après le paraître [PV Ghanima] V-rouge  (900/900)
CC:
[Mi-mai 553] Retrouver le temps de l'être après le paraître [PV Ghanima] G-jaune1800/1800[Mi-mai 553] Retrouver le temps de l'être après le paraître [PV Ghanima] V-jaune  (1800/1800)
Message [Mi-mai 553] Retrouver le temps de l'être après le paraître [PV Ghanima]   [Mi-mai 553] Retrouver le temps de l'être après le paraître [PV Ghanima] EmptyMer 22 Déc - 15:31
Cardinal était décidément un titre lourd à porter. De ces responsabilités chronophages au point que depuis mon arrivée, je n’avais pas encore trouvé l’opportunité de partager une conversation en privé avec ma mère. Bien sûr, il y avait bien eu cette réunion qui avait vu se réunir tous les membres importants de l’armée d’Arès. Enfin… c’était là différent des habitudes que nous nous étions forgées avant de recevoir cet Appel. Plusieurs visages étaient passés entre temps. Autant de rencontres que j’avais pris grand soin de travailler afin de poser les premières pierres de ma propre armée. Une armée que je voulais différente, davantage motivée par la perspective d’un avenir stimulant que par les ressentiments d’un passé encombrant.

J’avais ma vision et pour lui donner une réalité, il me fallait donner une identité à mes plus proches suivants. Et puis, il y avait également ces officiers ayant chacun leur part d’égarement et qui reçurent mon attention afin de – je l’espérais – prendre conscience du champs de possibilités qui pouvait se dessiner devant eux. Il ne manquait plus que cette mission autour des citadelles du Siebenburgen pour achever de m’occuper. Des renseignements collectés en vue de faciliter les sièges à venir. Bientôt, les Berserkers s’échapperaient de leur prison de chair pour se forcer une place dans ce Monde. Une voie de violences qui représentait à mes yeux une nécessité pour ne plus enfermer les marginaux dans la fange que les autres puissances leur avaient réservé.

Pour autant, à présent, je me trouvais à un moment où ces missions de reconnaissance étaient enfin arrivées à leur terme et où les germes de mes plans sur mon armée avaient été semées. Dans quelques jours, nous serions tous mis à l’épreuve. Mais avant d’y arriver, j’espérais renouer avec ce qui fut autrefois mon quotidien. Un échange entre une fille et sa mère. Cette mère, j’en avais quelque fois entendu parler par le concours de quelques officiers du Dédale. Mais qu’en était-il pour la première concernée ? Était-elle parvenue à se trouver une place ? Des rêves avaient-ils pu naître entre ces murs ? Des espérances capables de lui faire oublier ses vieux démons ? Tout cela m’intéressait, ce pourquoi j’eus envoyé l’un de mes subordonnés en vue de l’inviter dans mon domaine.

Beaucoup de changements s’étaient opérés depuis mon arrivée et je souhaitais lui montrer ces réalisations éloquentes sur mes aspirations. L’attendant non loin de l’entrée, seule, la première vision qui lui viendrait serait un jardin singulier s’ouvrant sur une côte rocailleuse composée de plusieurs tours d’ivoire s’apparentant à de colossaux stalagmites. À l’intérieur se tenaient les parties résidentielles, comme en témoignaient les scènes de vie des membres de mon armée. Oui, le jardin aux feuilles rouges portait en son sein une ambiance ambiguë partagée entre une atmosphère chargée d’une angoisse ineffable, et le fourmillement de situations banales entre Dormeurs qui ici, n’étaient pas simplement des soldats.

Pour ma part, j’observais simplement ces groupes constitués à gauche à droite. Certains s’entraînaient. D’autres partageaient un repas. D’autres encore tuaient le temps en quelques loisirs de nature à évacuer la tension. La Vie faisait son chemin sous le regard bienveillant de la Mort. Un calme qui précédait la tempête. Une tranquillité qui serait partagée avec la Guerre.


Merci pour l'avatar Gawa !

[Mi-mai 553] Retrouver le temps de l'être après le paraître [PV Ghanima] Morrig12
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2648-morrigan-ft-de-la-mo
GhanimaGhanimaArmure :
Cuirasse de la guerre
Message Re: [Mi-mai 553] Retrouver le temps de l'être après le paraître [PV Ghanima]   [Mi-mai 553] Retrouver le temps de l'être après le paraître [PV Ghanima] EmptyVen 24 Déc - 11:25
Son armée… voilà les ordres que m’avait donnés Zvezdan. Et discipliner une légion entière n’était pas une tâche facile. Surtout quand on cherche à y accomplir quelque chose. N’importe qui peut donner des ordres, mais il est plus difficile de le faire bien. Il est plus difficile de le faire en ayant à coeur l’accomplissement de ceux qui composent cette armée. Mais la tâche qui m’attend et colossal. Par chance, cette légion n’était pas la pire de celle d’Arès. Elle a longtemps disposé de son cardinal, contrairement aux autres et ce dernier semble avoir fait du bon travail. Bien qu’il ne soit pas le chef le plus apprécié, il est du moins le plus respecté. La poigne de fer semble avoir longtemps été sa signature. Une base de travail convenable. Surtout avec la bataille à venir et la guerre qu’il désirait de toute la force de son ambition.

Les grottes dans lesquelles je vivais me rappelaient le désert. Mais je ne pouvais m’empêcher d’éprouver ce sentiment étrange d’incomplet. Comme si tout ça ne m’appartenait pas vraiment. Bien le lien qui unissait mon âme à cette partie du Dédale était bien réel. Je ne savais vraiment comment l’expliquer. Peut-être que la cuirasse n’était pas encore entière mienne et à travers elle, ce lien avec mon endroit. C’était l’hypothèse que j’avais retenue en tout cas. Mais je fut surprise de recevoir une invitation cordiale de la part de ma fille en son domaine. Je pris donc quelques-unes de mes filles et me mis en route au moment opportun pour répondre à sa demande. Une mère ne saurait faire attendre ses enfants.

Mes filles et moi traversâmes sans mal cet endroit infâme et nous finîmes donc par arriver à l’orée du domaine de la mort. Que cet endroit était différent et il me fallu quelques secondes pour assimilé l’étrangeté du lieu. Il devait sûrement s’agir de l’endroit le plus vivant du Dédale de chair et l’endroit le vivant sur lequel je pu poser les yeux de mon vivant. Les plus luxuriantes oasis du désert profond ne sont rien comparées à cette étrange endroit. Que Morrigan doit en être fière. Je suis contente d’enfin pouvoir le contempler de mes propres yeux. J’ordonne simplement aux filles qui ont fait le déplacement avec moi d’aller par elle-même et de me laisser. Il est important qu’elle découvre ça seule et qu’elle en retire quelque chose. Elles sont le futur de la légion de la guerre, après tout.

Je m’avance donc vers ma fille, un sourire simple sur les lèvres. Elle sait que je ne démontre jamais beaucoup mes émotions, mais elle qui me connaît si bien car elle fait partie de moi saura ce que veut dire ce petit sourire. Mes yeux ne savent pas vraiment où se poser le temps que je la rejoigne tant il semble y avoir de choses ici. Je me demande si ces plantes ont besoin d’eau ou si elles survivent par une magie étrange. Puisent-elles dans l’âme de ma fille ? Sinon, d’où vient toute cette eau si sacrée ? J’espère qu’elle ne s’est pas émoussée et qu’elle n’a pas ici oublié les coutumes du désert.

« - Je suis contente de te voir, ma fille. »


cuirasse de la Guerre:
 



Ils viendront à l'appel de la violence: leurs visages s'offriront au vent d'est et ils recueilleront le sable captif.
[Mi-mai 553] Retrouver le temps de l'être après le paraître [PV Ghanima] Ghanim16
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2894-ghanima-cardinal-de-la-guerre https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2670-ghanima-memoire-de-guerre
MorriganMorriganArmure :
Cardinal de la Mort

Statistiques
HP:
[Mi-mai 553] Retrouver le temps de l'être après le paraître [PV Ghanima] G-bleu1800/1800[Mi-mai 553] Retrouver le temps de l'être après le paraître [PV Ghanima] V-bleu  (1800/1800)
CP:
[Mi-mai 553] Retrouver le temps de l'être après le paraître [PV Ghanima] G-rouge900/900[Mi-mai 553] Retrouver le temps de l'être après le paraître [PV Ghanima] V-rouge  (900/900)
CC:
[Mi-mai 553] Retrouver le temps de l'être après le paraître [PV Ghanima] G-jaune1800/1800[Mi-mai 553] Retrouver le temps de l'être après le paraître [PV Ghanima] V-jaune  (1800/1800)
Message Re: [Mi-mai 553] Retrouver le temps de l'être après le paraître [PV Ghanima]   [Mi-mai 553] Retrouver le temps de l'être après le paraître [PV Ghanima] EmptyDim 26 Déc - 0:46
J’accueillais la vision de ma chère mère avec une profonde joie. Une légère adrénaline qui portait le nom d’une innocente excitation. Cela ne faisait guère très longtemps que nous ne nous étions vues. Cependant, j’avais tant à lui montrer. Et je voulais l’entendre sur ce qui l’avait traversée depuis son arrivée dans cette Citadelle de chair. Sans doute cherchais-je également un peu de reconnaissance pour me conforter sur la voie que j’avais choisi. Une voie de laquelle je serai une guide. Une forme de promotion, après avoir simplement été la confidente de Ghanima. Mais aussi, son soutien moral.

– Et moi donc ! Il est tellement de choses que j’aimerais te montrer !

Pour un peu, on pouvait me donner la réaction d’une adolescente. Peu importe l’expérience ineffable qui m’appartenait, j’étais encore une nouvelle née et les habitudes n’étaient pas encore parvenues à tuer l’éclat dans mes yeux. Ouvrant la paume vers la nouvelle porteuse de Guerre, je l’invitais à saisir ma main. Puis, ce faisant, j’allais ensuite la guider vers ce lac duquel s’échappait une brume de nature à transformer la teinte de la lumière en quelque chose de plus orangé. L’environnement empruntait ainsi à une ambiance aussi lugubre que merveilleuse. Là encore, un entre-deux qui pouvait déstabiliser. Sur le chemin, j’adresserais quelque questions.

– La veille, je suis finalement arrivée au bout de mes missions. J’espère être arrivée à augmenter nos chances avec ça. Si je dois me fier aux rencontres passées jusqu’à présent entre ces murs… je peux te dire qu’il est grand temps que nous leur sortions la tête de l’eau !

En parallèle, les soldats de mon armée dirigèrent leur attention vers nous de différentes manières d’un individu à l’autre. Deux cardinales qui partageaient une relation singulière entre tous. Bien sûr, je m’assurais de garder une attitude digne de mon rang ainsi que de celui de Mère. Je connaissais après tout le soin qu’elle portait à sa fierté. Elle était une meneuse comme je ne le serais jamais. Avec ce titre qui m’avait été attribué, je m’étais simplement forgé une posture qui pouvait me ressembler.

Quoiqu’il en soit, nous finirions par atteindre les eaux du lac où nous attendaient une embarcation. D’un geste, j’invitais Ghanima à me rejoindre à bord de cette barque. D’un signe de tête, je congédiais les gardes qui surveillaient les transits vers l’île centrale que la brume empêchait de bien discerner. Le temps de nous installer me donnait également celui de m’intéresser plus avant à ce qu’avait vécu Guerre depuis que nous nous étions séparées.

– T’es-tu bien familiarisée avec ton armée ? Le reste des Berserkers ? Le Pontifex ?


Merci pour l'avatar Gawa !

[Mi-mai 553] Retrouver le temps de l'être après le paraître [PV Ghanima] Morrig12
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2648-morrigan-ft-de-la-mo
GhanimaGhanimaArmure :
Cuirasse de la guerre
Message Re: [Mi-mai 553] Retrouver le temps de l'être après le paraître [PV Ghanima]   [Mi-mai 553] Retrouver le temps de l'être après le paraître [PV Ghanima] EmptyDim 26 Déc - 16:01
Ce sourire étouffé de s’étendre sur mon visage, un peu malgré moi, devant la réaction de ma fille. Je ne suis pas de celle qui se laisse aller dans l’expression d’elle-même. Mais la joie de retrouver celle qui fait partie de moi est forte et de la voir ainsi réagir fini de faire fondre mes dernières résistances. C’est l’éclat plein de vie et de cette enfantine éternité qui a fini d’avoir raison de moi, comme à chaque fois. Je saisis ensuite sa main et la laisse me guider dans son propre domaine. Quel spectacle étrange devons nous donner alors au reste du monde. Deux cardinales ainsi main dans la main. Mais nous sommes unis par un lien bien plus puissant et il en faudrait bien plus pour l’émousser. Il en faudrait bien plus pour émousser mon autorité auprès de mes propres hommes et de ceux que je serais amenée à guider. J’espère qu’il en sera de même pour ma fille.

Ainsi elle a terminé de profiter de ses talents particuliers pour repérer les faiblesses dans les défenses des ennemis de Zvezdan. Bien, très bien. Il est grand temps que cette guerre commence et que le sang coule. Depuis trop longtemps, ces gens n’ont pas vu la lumière des dieux et il est temps qu’il se baigne dans cette dernière. Le moment parfait pour se débarrasser de ceux qui sont trop faibles et incapables de s’accomplir. J’adresse alors un sourire à ma fille :

« - Bien, je suis contente que tu aies pu mettre ainsi en avant tes talents. Et les informations que tu ramènes nous serons précieuses pour mener cette bataille. Il est en effet temps que nous partions en guerre. »

Je vois qu’elle se souvient de ce que je lui ai appris. Comme à l’époque où nous étions au centre de notre famille. Elle n’oublie pas son rôle malgré l’affection qui nous unit. Nous ne nous appartenons plus tout à fait à nous-même. C’est le rôle de la mère, du commandant. Nous sommes plus aux autres et ceux qui dépendent de nous qu’à nous-même. Je t’appartiens plus que je me possède moi-même, ma fille.

Je perds sur le trajet dans l’observation de cet endroit. Il te correspond tant moitié de moi-même. Un mélange de beauté et d’innommable. D’horreur et d’humanité, de vie et de mort. Ton lien à cet endroit est fort, plus encore que celui que j’entretiens avec mon antre. Mais quel chemin alors dois-je emprunter ? Le mien ? Le chaos des voix me guide dans des directions diverses. Chacune des mères de jadis allant de son avis mais je suis celle qui sait, celle qui vit. Pourtant, je suis la première à être confronté à ce genre de problème. Qu’allons-nous devenir ? Une question sans réponse. Si je venais à mourir, tout avec moi serait perdu. Je suivis ma fille à bord de cette embarcation et pris place face à elle.

« - Plus avec l’armée qu’avec l’endroit. J’ai eu la chance de récupérer les restes de la légion de la guerre. Zvezdan a bien tenu son armée. »

Un silence léger où je me perds dans les reflets étranges de ce liquide que nous traversions. La fascination de l’eau. Je me retourne ensuite vers ma fille et réponds à la suite de ses questions :

« - J’ai commencé à former de nouvelle sorcière et à imposer ma propre conception dans la légion. Les choses se passent bien, malgré quelques… cas particulier. Je ne sais quoi penser du reste des porteurs de cuirasses à vrai dire. Aucun, à part toi, n’a vraiment trouvé grâce à mes yeux pour le moment. Quant à Zvezdan... »

Un silence d’un battement de coeur de se faire entendre encore. Le temps pour moi de choisir mes mots :

« - Il est dévoré par l’ambition. »


cuirasse de la Guerre:
 



Ils viendront à l'appel de la violence: leurs visages s'offriront au vent d'est et ils recueilleront le sable captif.
[Mi-mai 553] Retrouver le temps de l'être après le paraître [PV Ghanima] Ghanim16
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2894-ghanima-cardinal-de-la-guerre https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2670-ghanima-memoire-de-guerre
MorriganMorriganArmure :
Cardinal de la Mort

Statistiques
HP:
[Mi-mai 553] Retrouver le temps de l'être après le paraître [PV Ghanima] G-bleu1800/1800[Mi-mai 553] Retrouver le temps de l'être après le paraître [PV Ghanima] V-bleu  (1800/1800)
CP:
[Mi-mai 553] Retrouver le temps de l'être après le paraître [PV Ghanima] G-rouge900/900[Mi-mai 553] Retrouver le temps de l'être après le paraître [PV Ghanima] V-rouge  (900/900)
CC:
[Mi-mai 553] Retrouver le temps de l'être après le paraître [PV Ghanima] G-jaune1800/1800[Mi-mai 553] Retrouver le temps de l'être après le paraître [PV Ghanima] V-jaune  (1800/1800)
Message Re: [Mi-mai 553] Retrouver le temps de l'être après le paraître [PV Ghanima]   [Mi-mai 553] Retrouver le temps de l'être après le paraître [PV Ghanima] EmptyDim 2 Jan - 22:56
J’étais parvenue à arracher un sourire à ma mère. Une observation rassurante, car elle prouvait que peu de choses avaient changé depuis que nous avions franchi le seuil de ce Dédale de chair. Que ce soit nos cuirasses, nos titres ou même cet environnement qui aurait eu raison de nous transformer… tout cela était impuissant à écorner notre relation. Au contraire, nous en jouions pour offrir à cet endroit plus de force afin de nous offrir la victoire. Bientôt, nous allions partir en Guerre. Ainsi, Mère trouverait l’occasion de se réaliser comme Cardinale.

Arrivées à bord de ce navire de fortune, je prenais l’initiative de saisir les rames afin d’ordonner le mouvement sur ces eaux. Ainsi, nous gagnions ensemble notre tranquillité. Une bonne opportunité pour prendre plus de hauteur sur cette Vie qui était désormais la nôtre. Ghanima, pour sa part, était satisfaite de l’armée que le Pontifex avait laissé derrière lui. Oui, il était vrai qu’avant de porter la Voix d’Arès, il portait la cuirasse de la Guerre avant ma mère. De quoi nous rappeler que Mort et Guerre n’étaient pas véritablement le fond de nos identités. Tout au plus, des héritages que nous arborions désormais parce que la Destinée en avait décidé ainsi.

Seulement, quand je regardais mon interlocutrice poser les yeux sur le moment des vagues avec une forme de fascination silencieuse, je perçus bien que son essence allait bien au-delà de cette Guerre qu’elle incarnerait dorénavant. Elle m’avait précédé dans le rôle de guide et s’était laissée commander par le besoin de trouver le trésor bleu dans les étendues de sable infinies. À partir de maintenant, ce combat n’était plus le sien. Sans doute cela irait-il la troubler. Il faut un certain temps à nos âmes pour s’acclimater de nouvelles expériences.

Malgré tout, ce n’était pas comme si elle allait simplement oublier d’où elle venait, comme en témoignait son action de former de nouvelles sorcières afin de la seconder dans ses combats à venir. À chaque nouvelle épreuve, elle devenait plus forte. La première personne que je suivis. Une personne qui n’était pas infaillible. Mais qui pouvait bien prétendre à l’être, ici bas ?

– Tes mots sont sévères… mais ils possèdent leur justesse. J’ai moi-même rencontré de nombreuses âmes en perdition. Si ce n’est toutes. Taym, Alastair, Aelinor, Akir, Zelislaw… Je ne suis pas sûre d’être parvenue à en éclairer un seul. Ces cuirasses que nous portons ne sont certainement pas étrangères à cela. Moi-même, lorsque j’eus affronté Zvezdan, je me suis sentie momentanément dépossédée de moi-même. Une réalisation qui m’a fait prendre conscience d’un autre combat que nous devrons mener. Sans doute, le plus difficile de tous.

Je n’allais pas mentir, ces émotions qui ne m’appartenaient pas me dérangeaient. Ils le faisaient au point de mordre mon assurance. Par moment, je me demandais jusqu’à quel point j’étais moi-même dans le courant de mes pensées, de mes sentiments. N’avais-je pas couru vers la Mort pour un simple entraînement ? J’avais simplement la conviction que je devais me faire violence pour ne pas céder à des pulsions enfouies dans le sang de ma cuirasse. Ghanima l’avait-elle réalisée ? Lorsqu’elle évoqua Ghanima, je pus lire une forme de méfiance. Ainsi, à ses yeux, Zvezdan s’aveuglait dans son hybris ?

– Il est vrai qu’à l’issue de notre passe d’arme, Zvezdan m’a fait sentir une puissante foi en lui-même. À l’inverse, je n’ai pas discerné en lui une telle foi envers ses prochains. C’est un homme qui a été déçu de nombreuses fois, désabusé par cette Citadelle. Un homme qui a soif de liberté et qui, à l’entendre, voudrait la partager avec d’autres du moment que nous nous tenons sur sa route. Ce que tu appelles : son ambition.

Arrivée à ce stade de mes réflexions, j’en arrivai à devenir plus introspective tandis que nous nous trouvions à mi-chemin d’atteindre notre destination. Au loin, Ghanima pouvait déjà percevoir un arbre majestueux aux feuilles rouges. Une vision à l’origine du nom que l’on avait fini par attribuer à mon domaine.

– De là à dire si c’est un bien ou un mal… Je ne saurais dire à ce stade. Je veux croire qu’il reste en lui de cette volonté à guider. Seulement, plutôt qu’une vision, je n’ai pour le moment perçu qu’une volonté de s’émanciper de quelque chose. Oui… au final, je n’ai que ça comme certitude : Zvezdan cherche sa liberté. Je souhaite simplement que cette liberté ne le change pas en ce contre quoi il entend lutter : un nouveau dieu.

Pour éviter cette réalisation, il me faudrait lui montrer une autre voie où il pourrait s’accomplir tout en tirant les siens vers le haut. C’était là son rôle. C’était là mon souhait.


Merci pour l'avatar Gawa !

[Mi-mai 553] Retrouver le temps de l'être après le paraître [PV Ghanima] Morrig12
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2648-morrigan-ft-de-la-mo
GhanimaGhanimaArmure :
Cuirasse de la guerre
Message Re: [Mi-mai 553] Retrouver le temps de l'être après le paraître [PV Ghanima]   [Mi-mai 553] Retrouver le temps de l'être après le paraître [PV Ghanima] EmptyMer 19 Jan - 20:34
Un sourire amusé de se dessiner de nouveau sur mon visage. Une expression néanmoins acide, que ma fille saurait comprendre sans mal. Elle y verrait là que malgré mon opinion, j’ai pesé mes mots. Il aurait pu être plus dur encore. Et nombre de ceux que j’ai croisé n’aurait pas survécu dans la violence du désert. Ils sont là ici sans vraiment savoir pourquoi, des âmes sans buts, des corps sans tête. Mais ces bons à rien finiront bien par devenir quelque chose ou par mourir pour que quelqu’un d’autres y parvienne ? Une bonne chose ? Pas vraiment. Mais des noms qu’elle évoque, j’en ai moi-même rencontré certains et ces derniers vont amplement parti des âmes qui n’ont pas su trouver grâce à mes yeux. En particulier ceux censé avoir à tenir des responsabilités dans mon armée, par le droit de leur cuirasse, mais qui sont déjà incapable de correctement s’occuper d’eux même. Un soupire alors…

« - J’ai croisé Taym et Alastair oui… après tout, ils sont censés être sous mes ordres. Le premier est un enfant qui se cache derrière une fausse stupidité et j’ai donné l’ordre au second d’en finir avec sa vie, si elle lui semble si insupportable. Il ne fait qu’attendre et je n’ai que faire d’une chaise peu pratique et repoussante. »

Pourtant, ma fille a dit là quelque chose d’intéressant. Si pour certains, la cuirasse joue un rôle dans leur étant pour d’autres… la réalité est plus compliquée. Je doute qu’Alastair soit influencé par sa cuirasse et que son immobilisme est dû à sa façon d’être. Pour Taym… il refuse simplement d’accepter la vérité. Des deux, c’est celui que je ne peux pas vraiment blâmer.

« - La cuirasse n’est pas une excuse. »

Mes mots avaient été prononcés d’une voix cassante. Car, plus qu’aux autres, ils étaient plutôt adressés à moi. J’avais souffert de la cuirasse et je savais cette lutte violente qui m’opposait à elle. Mais je suis résiliente. Je sens la victoire approcher. Pour le reste, j’avais pu voir la pestilence lors de la réunion des cardinaux et Aélinor avait attiré mon attention suite à quelques rumeurs de soldats. Le premier était ce qu’il incarnait : une maladie et le suivant n’était ici pas à sa place. Mais les deux, bientôt, trouveraient sûrement leur mort ou leur place.

« - J’ai combattu contre lui également. Il a l’ego égal à son pouvoir. Reste à savoir s’il saura être catalyseur ou s’il sombrera dans ses propres travers. Il n’a que peu de considération pour ses troupes. »

Et les derniers mots de ma fille étaient justes. Il avait l’ego et la proximité d’une divinité. Il est difficile de résister à ces sirènes quand on entend les voix divines. J’ai longtemps parlé pour la lame et commandé aux miens. Pourtant… je ne suis qu’une parmi la multitude. J’ai toujours les voix des mères pour le rappeler et en tête et au cœur leur projet pour notre peuple. Parfois, pour grandir et s’accomplir pleinement, il faut se confronter à la lame.

« - Que penses-tu de cet endroit ? »

Car cette place maudite, loin de la lumière des dieux, forgeait un genre d’homme tout à fait différent. La violence et la force étaient ici au rendez-vous mais… il manquait la nécessité du désert. Les endroits durs font les Hommes forts.


cuirasse de la Guerre:
 



Ils viendront à l'appel de la violence: leurs visages s'offriront au vent d'est et ils recueilleront le sable captif.
[Mi-mai 553] Retrouver le temps de l'être après le paraître [PV Ghanima] Ghanim16
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2894-ghanima-cardinal-de-la-guerre https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2670-ghanima-memoire-de-guerre
MorriganMorriganArmure :
Cardinal de la Mort

Statistiques
HP:
[Mi-mai 553] Retrouver le temps de l'être après le paraître [PV Ghanima] G-bleu1800/1800[Mi-mai 553] Retrouver le temps de l'être après le paraître [PV Ghanima] V-bleu  (1800/1800)
CP:
[Mi-mai 553] Retrouver le temps de l'être après le paraître [PV Ghanima] G-rouge900/900[Mi-mai 553] Retrouver le temps de l'être après le paraître [PV Ghanima] V-rouge  (900/900)
CC:
[Mi-mai 553] Retrouver le temps de l'être après le paraître [PV Ghanima] G-jaune1800/1800[Mi-mai 553] Retrouver le temps de l'être après le paraître [PV Ghanima] V-jaune  (1800/1800)
Message Re: [Mi-mai 553] Retrouver le temps de l'être après le paraître [PV Ghanima]   [Mi-mai 553] Retrouver le temps de l'être après le paraître [PV Ghanima] EmptySam 22 Jan - 13:54
La rencontre avec les officiers de son armée ne s’était pas passé de la meilleure des manières, selon toute évidence. Pour avoir moi-même discuté avec ces deux Berserkers, je n’exprimerai pas de surprise particulière. Je pouvais bien avoir des nuances dans mon jugement à leur endroit, ce n’était pas comme si je m’en détournais véritablement. Le premier se retenait de grandir. Quant au second… eh bien, moi-même, je l’avais invité à mettre fin à ses jours. Enfin, cette suggestion trouva une réponse que Ghanima ne trouva pas, visiblement. Avec Alastair, j’étais parvenue à arriver plus loin dans sa psyché. Étais-je parvenue à construire quelque chose pour autant ? Il m’était permis d’en douter. À la fin, sans doute demeurera-t-il prisonnier de ses démons, impuissant à évoluer. Par certains aspects, comme Taym, Alastair refusait de grandir.

Fallait-il alors rejeter la faute sur cette cuirasse. Aux yeux de ma mère, non. Et je n’allais pas la contredire. Car il nous était possible de lutter. De ne pas nous laisser dévorés par ces parasites. Avant d’être Mort et Guerre, nous étions Morrigan et Ghanima. À quoi bon céder à la complaisance de ne plus être nous-mêmes ? À quoi bon stagner ? À quoi bon vivre, en ce cas ? Rien ne pouvait plus entrer en contradiction avec mes convictions. Cette terre était stérile, et j’en venais à penser que rien ne pouvait en naître. Quelque chose que je repoussais dans un coin de mon esprit. Oui, je voulais croire que je n’avais pas encore tout vu. Qu’il me manquait un quelque chose pour considérer que la Vie pourrait trouver son chemin, même ici.

Au sujet de notre Pontifex, il semblait une nouvelle fois que Ghanima portait un regard plus dur que le mien. Tout au plus étais-je inquiète. Mon interlocutrice, quant-à elle, montrait signes de déception. Encore qu’elle attendait de voir. Sans doute, si nos craintes devaient se vérifier, tomberais-je de plus haut qu’elle. Je voulais voir en autrui le meilleur. Ghanima commençait pour discerner ce que les gens pouvaient avoir de pire en eux.

C’était là notre plus grande différence. La différence de l’âge, peut-être. Ma mère regardait en arrière. Quant à moi, je portais les yeux vers l’avenir. Devions nous ne plus nous entendre, auquel cas ? Au contraire, cette femme qui m’avait vu naître était ce qui pouvait me remettre les pieds sur terre lorsque je m’égarais trop loin dans mes élans d’espérance. J’étais plus naïve que je voulais le penser. Tandis que nous approchions de l’île ornementé par cet arbre merveilleux qui recelait un miroir de mon âme, elle m’interrogeait sur ce que cet endroit pouvait m’inspirer.

– Quand je suis arrivée, j’étais désemparée. Je ne me voyais pas vivre ici. Je préférais encore songer aux traversées que nous avons partagé dans ce désert. La Mort nous narguait à tous les instants, mais quand nous trouvions de cette eau, ces doutes qui nous écrasaient disparaissaient soudainement. Avec suffisamment de patience et d’efforts, nos espoirs pouvaient être récompensés. Ici, je ne sais pas… ce que je ressens est plus ambiguë.

Disais-je alors que je cessais de ramer pour effleurer la surface de cette eau abondante qui nous avait tant manqué dans ce désert. Ici, nous ne risquions pas de mourir de soif. Ici, nous n’étions pas obligées de nous livrer à une vie nomade. Ici, nous pouvions bien demeurer là, éternellement.

– J’ai le sentiment qu’à cet endroit, je pourrais mourir sans n’avoir jamais vécu.

L’expression introspective, mon geste avait suffi à compléter le peu de mots que j’avais utilisé pour traduire ce que je pensais de cet endroit. Nous nous connaissions assez pour ne pas avoir à en dire davantage. Et dans ces quelques paroles, Ghanima pouvait discerner l’inquiétude latente qui me mordait. Une inquiétude qui serait interrompue par cette barque arrivant aux côtes de cette île. D’un sourire, j’invitais ma mère à me suivre.

Nous arrivions au devant d’un escalier qui précédait un tronc s’ouvrant en une porte sculptée de nombreux ornements autant raffinés qu’insondables dans les symboles qui apparaissaient. Deux statues féminines en gardaient l’entrée. L’une d’ébène et l’autre d’ivoire, à l’instar des deux faces d’une même pièce. Montant les marches, je continuais de partager mes pensées.

– Pourtant, ce n’est pas comme si cet endroit était vraiment mort, bien au contraire. Il est même capable de nous retourner ce que nous sommes, ce que nous possédons en nous.

M’approchant de la statue d’ivoire, j’approchais ma main vers elle doucement, m’arrêtant avant de l’atteindre.

– Mais n’est-ce pas justement le signe que cet endroit a tout à nous prendre, rien à nous offrir ? J’aimerais croire que non. J’aimerais que cette impression ne demeure que ça. Après tout, c’est ici que nous allons vivre, n’est-ce pas ?


Merci pour l'avatar Gawa !

[Mi-mai 553] Retrouver le temps de l'être après le paraître [PV Ghanima] Morrig12
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2648-morrigan-ft-de-la-mo
 
[Mi-mai 553] Retrouver le temps de l'être après le paraître [PV Ghanima]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Libro Scripturae :: Transylvania :: Dédale de Chair :: Le Jardin aux feuilles rouges-
Sauter vers: