Votez
I
II
III
IV
V


Mai 553 AD
 
Partagez
 

 Un dragon de feu en cage

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
OrionOrionArmure :
Sagittaire

Statistiques
HP:
Un dragon de feu en cage G-bleu220/220Un dragon de feu en cage V-bleu  (220/220)
CP:
Un dragon de feu en cage G-rouge240/240Un dragon de feu en cage V-rouge  (240/240)
CC:
Un dragon de feu en cage G-jaune265/265Un dragon de feu en cage V-jaune  (265/265)
Message Un dragon de feu en cage   Un dragon de feu en cage EmptyVen 18 Déc - 16:48
Un filet d’eau coulait sans fin de l’une des parois de ma cellule. Et ce bruissement avait de quoi me rendre fou. Fort heureusement, le général des mers avait tenu parole et un repas modeste, mais nourrissant, venait de m’être servi.
D’un effort de volonté, j’avais mis au pas l’appel de ma faim dévorante pour me résigner à prendre le temps de déguster ce plat. Par expérience, je savais que le dévorer ne m’apporterait pas grand-chose. Une fois avaler mon repas, je n’avais plus qu’à réfléchir pour m’occuper. Car hormis un somme dont je n’avais ni envie ni réel besoin, il n’y avait pas d’autres alternatives.
J'attendais donc encore et encore. Chaque minute coulait si lentement qu'elle me semblait une heure. Mais que faire ? L'interrogatoire qui allait suivre risquait de ne pas être spécifiquement sympathique. Mais vu le comportement du général des mers, j'espérais qu'il serait aussi avenant et compréhensif que le visage qu'il m'avait montrer jusqu'à présent.
Alors que je continuais à me morfondre, sans autre perspective que l'ennui, un choc d'une violence rarement ressenti me percuta. Un coup de foudre (au sens littéral) ne m'aurait pas sonner à ce point. Une douleur, une souffrance mais aussi un ravissement sans pareil me coupa de toute autre considération.
D'où provenait cet émoi incompréhensible ? Difficile à dire précisément. Pourtant une voix en moi me soufflait qu'elle était de retour. Qu'elle m'attendait quelque part.
Cette révélation pulvérisa l'abattement dans lequel je me vautrais depuis mon arrivée en ce lieu. Tous mes doutes furent balayés pour laisser place à un espoir fou. Tout n'était pas perdu... Elle était non seulement encore en vie mais en plus elle était là, si près et si loin à la fois.
Fort de ce soulagement qui manqua de m'arracher quelques larmes, la gorge serrée et le coeur en feu, je tachais de calmer mon ardeur et de prendre plus que jamais mon mal en patience.
Je devais m'échapper et vite ! Mais pas par la violence. Cela ne mènerait à rien et pourrait même retarder les choses. Non il ne me restait qu'à convaincre de ma bonne foi mes interlocuteurs. A voir, si je saurais être aussi doué pour le combat que pour la diplomatie...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t369-sagitarrius-no-orion
LiaoLiaoArmure :
Protection de Poséidon

Statistiques
HP:
Un dragon de feu en cage G-bleu160/160Un dragon de feu en cage V-bleu  (160/160)
CP:
Un dragon de feu en cage G-rouge240/240Un dragon de feu en cage V-rouge  (240/240)
CC:
Un dragon de feu en cage G-jaune305/305Un dragon de feu en cage V-jaune  (305/305)
Message Re: Un dragon de feu en cage   Un dragon de feu en cage EmptyDim 20 Déc - 3:20
:: L'interrogatoire commence

C’était une journée des plus étranges qui se déroulait pour Atlantis, et plus particulièrement certains de ses habitants. L’émissaire du Sanctuaire avait entraîné quelques émois par les atlantes, et surpris le général de l’Hippocampe. Il ne s’était pas attendu à revoir Nimuë dans de telles circonstances, même si il avait toujours espéré la voir un jour dans la cité sous-marine. Le destin pouvait se montrer parfois bien étrange. La discussion avec le Grand Prêtre avait pris une tournure totalement imprévue pour le général. Liao ne s’était pas attendu à ce que le sujet de l’échange concernant plus la jeune femme envoyée par le Sanctuaire, que les recommandations et ordres du Grand Pope. Finalement le chinois se dit qu’ils n’avaient pas vraiment reçus les ordres de Bélisaire. Le chevalier d’or des Poissons avait été interrompu, puis avait fait de nombreuses promesses sans réellement exprimer le contenu de son message. Le chinois n’était pas dupe et se doutait de son contenu tout comme Hassan. Mais les mots n’avaient pas été prononcés. L’arrivée opportune d’un quatrième participant avait mis prématurément fin à la discussion entre l’émissaire et le grand Prêtre. Liao pensait que c’était pour le mieux vu la tournure des évènements avant l’arrivée de Arbhaal. Après le départ des étrangers, le général avait rejoint son supérieur dans ses appartements et avait demandé des éclaircissements sur la situation. Le prisonnier attendrait son interrogatoire, mais le général comptait en apprendre plus sur le bijou autour du cou de Nimuë. Vu la réaction d’Hassan, cet objet devait avoir une très grande importance et représentait un réel danger pour la cité.

Après un temps considérable à discuter sur le sujet du Stella Rubius, les deux hommes avaient quitté les appartements du Grand Prêtre pour se rendre aux prisons d’Atlantis. Ils devaient s’occuper d’un autre problème tout aussi étrange, lié indirectement à la puissance du bijou porté par Nimuë. Sur le chemin, le chinois resta silencieux écoutant simplement les quelques paroles dont le Grand Prêtre avait envie de lui faire part. Son esprit était occupé par de nombreuses questions au sujet de la jeune femme et de son bijou, et il espérait qu’elle ait pu se mettre à son aise dans sa demeure. Le chinois ne recevait aucun visiteur, et ses quelques connaissances au Sanctuaire ne s’étaient encore jamais proposé pour lui rendre visite. Les geôles furent rapidement en vue. Le général se plaça un pas devant le Grand Prêtre écartant les gardes sur le passage, par la simple présence de son écaille. La précaution précédemment prise était toujours en vigueur tant que l’identité et les objectifs de l’inconnu n’étaient toujours pas éclaircis. D’un pas lent, le général de l’Hippocampe descendit les marches menant aux prisons. Les lieux n’étaient guère accueillant comme le supposait leur fonction. Et elles avaient pour but de saper petit à petit le moral des prisonniers. Liao se présenta devant la cellule.


_ « Arbhaal. » Il marqua une pause autant pour permettre à son interlocuteur de prendre conscience de sa présence, que pour laisser le temps au Grand Prêtre de le rejoindre. « Vous comprendrez que nous ayons des questions, et si nous respectons votre envie de ne pas tout révéler, je vous demanderais de comprendre que nous devons limiter vos faits et gestes pour le moment. »

Liao offrit le loisir à son interlocuteur de répondre ou de réagir, même si ses paroles étaient purement rhétoriques. Il n’attendait ni réponse ni confirmation, dans la mesure où il ne faisait qu’énumérer des faits logiques. Si les positions avaient été inversés, les choses auraient été identiques… Bien que le chinois ait conscience que sa courtoisie n’était pas partagée par l’homme en face de lui ainsi que le Grand Prêtre dans une certaine mesure.

_ « Commençons simplement par le début. Comment avez-vous pu pénétrer dans la cité par les fonds marins et non par les passages ? D’où venez-vous et que cherchez-vous ? »

Des questions générales, mais qui représentaient un début acceptable pour un interrogatoire. Liao conserva le nom prononcé au moment le plus terrible pour lui dans un coin de sa mémoire pour le moment, il jugeait que le moment n’était pas opportun pour cela. L’attitude d’Arbhaal déterminerait son sort et ses restrictions sur la cité sous-marine. Pour le moment il ne pouvait être libéré, mais peut-être que ses déplacements seraient un peu plus libre en cas de coopération. Ils en avaient discuté avec le Grand Prêtre selon ses réponses, son emprisonnement pouvait s’alléger ou s’alourdir.


" We all have inner demons to fight, we call these demons, fear and hatred and anger.
If you do not conquer them then a life of one hundred years is a tragedy.
If you do, then a life of a single day can be a triumph. "
lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t233-liao-general-de-l-hipp
OrionOrionArmure :
Sagittaire

Statistiques
HP:
Un dragon de feu en cage G-bleu220/220Un dragon de feu en cage V-bleu  (220/220)
CP:
Un dragon de feu en cage G-rouge240/240Un dragon de feu en cage V-rouge  (240/240)
CC:
Un dragon de feu en cage G-jaune265/265Un dragon de feu en cage V-jaune  (265/265)
Message Re: Un dragon de feu en cage   Un dragon de feu en cage EmptyMar 22 Déc - 11:34
Ce ne fut que lorsque mon nom fut prononcer de vive voix que je pris conscience de l'arrivée d'un homme devant ma cellule. Il me fallu quelques instants pour reprendre pied dans le temps présent tant ce que je venais de vivre m'avait fortement perturbé. Ressentir de nouveau ce cosmos, même lointain, même diffus, n'était-il qu'un vil tour de mes sens où un espoir naissant ?
Je relevais la tête avec lenteur pour observer d'un air inexpressif le général des mers qui avait fait preuve d'une certaine bonté dès mon arrivée pour le moins remarquée. Ce dernier exposa des faits que je connaissais déjà : collaborer et rendre mon sort plus enviable ou m'entêter dans le mutisme et en payer le prix. Bref, un interrogatoire. Probablement suivi d'une bonne séance de torture si la situation l'exigeait, ou si le marina recevait des ordres allant dans ce sens.
Car de ce que je percevais de cet homme, il me semblait fait du bois des braves, des serviteurs loyaux qui, malgré un fond réellement bienveillant, demeurent prêt à tout pour les leurs.

Je comprends ...

J'appuyais mes mots par un hochement de tête, destiné à montrer que ce type d'échange m'était relativement familiers. Sauf que d’habitude, c'est moi qui me retrouvais en position de force. Une nouvelle expérience donc.
Le général entama "les hostilités" par une série de courtes questions essentielles et prévisibles. Néanmoins, répondre tout de go me paraissait relativement difficile. Que faire ? Révéler toute la vérité, au risque de passer pour un dément ou un ennemi infiltré ? Ou biaiser pour n'indiquer que le strict nécessaire ? Par expérience, je savais que la meilleure chose demeurait un mélange des deux.

Avant toute chose, général des mers, vous devez savoir que je ne suis pas là uniquement de mon propre chef. C'est la présence d'un objet ou d'une personne qui m'a attiré au coeur du royaume de Poséidon.

Pour satisfaire mon interlocuteur, je me devais de conter en priorité le contexte. Si j'avais eu le choix, jamais je n'aurais atterri au beau milieu du saint des saints de l'empereur des mers. Au vu de ma faiblesse en arrivant, et de ma situation actuelle relativement défavorable, cette révélation ne serait pas bien ardue à prouver.

Comme vous pouvez vous en douter, je viens de la surface. Et je suis à la recherche d'une femme. La seule qui compte à mes yeux. Pour faire simple, je suis en quête pour la retrouver saine et sauve.

Pour conserver ses secrets, il ne faut pas craindre d'en dévoiler d'autres. J'espérais que le général se moquerait de l'endroit d'où je venais tant mon but pouvait attirer toute son attention. Certes, je venais bel et bien de la surface, en cela je ne mentais guère, mais autant ne pas préciser de peur d'appuyer sur un fait dommageable pour moi.

Mon seul but est de quitter ce royaume pour reprendre ma course vers elle. Je ne souhaite ni vous faire de mal, ni nuire aux armées de Poséidon. Redonner moi ma liberté, et vous n'entendrez plus jamais parler de moi.

La pierre que je venais de projeter rebondirait-elle sur l'eau dormante ? Cela valait le coup d'essayer. Au fond, je me moquais bien du devenir de Poséidon et de ses sbires, tant que je retrouvais ma liberté de mouvement. Pour l'heure, je n'avais nulle raison de leur nuire, et il était nécessaire que mon interlocuteur en soit persuadé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t369-sagitarrius-no-orion
LiaoLiaoArmure :
Protection de Poséidon

Statistiques
HP:
Un dragon de feu en cage G-bleu160/160Un dragon de feu en cage V-bleu  (160/160)
CP:
Un dragon de feu en cage G-rouge240/240Un dragon de feu en cage V-rouge  (240/240)
CC:
Un dragon de feu en cage G-jaune305/305Un dragon de feu en cage V-jaune  (305/305)
Message Re: Un dragon de feu en cage   Un dragon de feu en cage EmptyMar 22 Déc - 14:24
:: L'interrogatoire commence

Mener un interrogatoire. C’était bien l’une des activités que répugnait Liao dans son rôle de général. Par chance, il n’avait pas eu à en mener très souvent au cours des années ; de toute manière, son approche était généralement courtoise et bienveillante plutôt que d’opter pour la torture. Il ne cautionnerait jamais ce genre de comportement, même si il ne dénigrait pas l’impact de la torture psychologique sur un homme. Le Grand Prêtre connaissait ses préférences dans ce genre de situation, et il en avait toujours tenu compte jusqu’à présent. Il faut dire que les méthodes du chinois s’avéraient généralement efficaces. Pour le moment l’Hippocampe souhaitait en apprendre plus sur les raisons de la présence de cet homme, et le phénomène à l’origine de son arrivée des plus étonnantes. Ce n’était pas chose courante de voir des hommes débarquer du plafond d’Atlantis pour traverser le temple de Poséidon. En tout cas sans avoir une écaille sur le dos évidemment. Cet étranger n’était pas un serviteur du Dieu des Océans, et ce fait était une certitude pour le gardien du pilier du pacifique nord. C’est avec l’esprit ouvert et curieux qu’il se rendit dans les geôles avec son supérieur. Le prisonnier n’avait commis aucun autre méfait que celui de pénétrer sans autorisation sur le domaine de Poséidon, et cela ne posait pas véritablement de problème au général. D’autant plus qu’il s’était montré coopératif, même si il fallait reconnaître que la situation lui avait forcé la main dans ce sens. Et pourtant cet homme respirait profondément la détresse et la tristesse lorsqu’il était apparu. Des émotions difficilement feintes lorsqu’on prenait en compte la fierté transpirant au travers de son attitude et de ses traits.

Liao attira l’attention de l’homme emprisonné avant de lui fournir quelques explications. De simples évidences dont le rappel lui paraissait utile et nécessaire vu la situation. L’Hippocampe tenait simplement à renouveler l’affirmation de ses intentions et de son mode de fonctionnement. C’était donnant donnant de son point de vue. Le confort viendrait avec les réponses, et le silence lui vaudrait une situation encore moins enviable. Les profondeurs des Océans pouvaient offrir des conditions de vie terribles, même pour un homme habitude à vivre dans la cité sous-marine. Une fois que l’étranger confirma sa compréhension des évènements, le général entama les premières questions simples mais importantes. L’attention de l’Hippocampe était totalement acquise à l’homme en face de lui, son regard sombre le fixait détaillant chacun de ses gestes et chacune de ses expressions afin de déceler la moindre trace de mensonge. Ce n’était pas un expert dans ce domaine, mais il comptait sur son instinct et son sens de l’observation pour juger avec justesse. L’expression de Liao resta totalement fermée, arborant la sobriété habituelle de ses traits. Les gens le décrivaient comme imperturbable et insondable. On n’arrivait jamais à savoir ce qu’il pouvait penser, tant qu’il ne s’exprimait pas. Son regard sombre continuait de fixer son interlocuteur. De ce qu’il savait à présent, la lueur du Stella Rubius et l’explication de l’homme correspondaient parfaitement. Rester à savoir ce qu’il pouvait connaître du bijou à présent. Arbhaal se montrait plutôt coopératif, même si le chinois était conscient que des omissions seraient faites de sa part. Il fallait déterminer l’impact de ces non-dits sur le futur pour prendre une décision sage.


Silencieux et immobile, les bras croisés sur le torse, Liao observait Arbhaal tout en écoutant ses réponses. Son origine était évidente. N’étant pas un marina, il venait forcément de la surface. Le fait qu’il ne précise rien de plus confirmait les doutes du marina, et il aurait probablement agi de la même manière dans des circonstances similaires. Ces paroles semblaient sincères pour le moment. Et puis un mensonge aurait paru plus noble et plus probant que ce simple constat de l’homme en prison. Une quête noble et bien étrange pour une homme avec un tel tempérament. Un signe de tête accueillit son dernier constat. Ce n’était pas une approbation mais un simple geste de compréhension.

_ « Je pense que vous dîtes la vérité… même si ce n’est pas toute la vérité. Ce que je peux comprendre. Vos intentions sont claires mais une fois que vous l’aurez retrouvé, que ferez-vous. » Il marqua une pause et décroisa les bras avant de reprendre. « Vous êtes un combattant, et cette nature ne s’évanouit pas avec le temps. Nous ignorons votre allégeance ainsi que vos idéaux. Peut-être que ces détails vous amèneront à vous retourner contre nous à l’avenir et nous regretterons de vous avoir libéré et fait confiance. Votre liberté est pour le moment en suspens, en attendant d’obtenir des signes plus probant de la justesse de cette décision. »

Liao réfléchissait à haute voix, prenant un peu les devants sans forcément attendre de réaction du Grand Prêtre. Hassan interviendrait lorsqu’il le jugerait nécessaire. Pour le moment, le général se disait que l’homme lui offrait la liberté d’agir à sa guise. Sa patience était moins grande que celle du chinois. L’Hippocampe fit quelques pas devant les barreaux, avant de se poser. Il réfléchissait pour le moment, attendant de reprendre la parole.

_ « Cette femme que vous recherchez je suppose qu’il s’agit de Satine. Vous avez prononcé ce prénom tout à l’heure. La surface est vaste et cela me parait être une évidence vu que vous n’êtes ni un atlante ni un marina. Que vous n’ayez pas choisi d’arriver au milieu d’Atlantis est une évidence. Pourriez-vous nous en dire plus sur cette objet ou cette personne dont vous pensez responsable de votre arrivée théâtrale ? »

Liao l’avait encouragé à parler plus clairement de ses origines sans en poser directement la question. C’était un choix qu’il devait faire. Répondre aux questions lui paraissait important, mais fournir des informations de son propre chef serait un signe de bonne volonté de son point de vue. L’objet de sa quête n’avait que pour but de détourner son attention de ses questions. Pour le moment l’Hippocampe ne fermait pas la porte à une éventuelle libération, sans pour autant la promettre. La décision ne lui appartenait pas vraiment, même si il pourrait faire peser son avis dans un sens ou dans l’autre le moment venu. Le résultat de cet entretien était totalement entre les mains de l’interrogé.


" We all have inner demons to fight, we call these demons, fear and hatred and anger.
If you do not conquer them then a life of one hundred years is a tragedy.
If you do, then a life of a single day can be a triumph. "
lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t233-liao-general-de-l-hipp
OrionOrionArmure :
Sagittaire

Statistiques
HP:
Un dragon de feu en cage G-bleu220/220Un dragon de feu en cage V-bleu  (220/220)
CP:
Un dragon de feu en cage G-rouge240/240Un dragon de feu en cage V-rouge  (240/240)
CC:
Un dragon de feu en cage G-jaune265/265Un dragon de feu en cage V-jaune  (265/265)
Message Re: Un dragon de feu en cage   Un dragon de feu en cage EmptyMar 22 Déc - 17:47
Ni lui, ni moi n'étions dupes de ce jeu.
Toute la subtilité de cet échange consistait à donner assez d'informations pour satisfaire mon interlocuteur, sans pour autant dévoiler les données qui auraient pu l'effrayer au point de me laisser enfermer ad vitam æternam.
Ce général des mers était un individu dont il était bien ardu de deviner les pensées. Le masque de neutralité, vaguement teintée de bienveillance, posé sur ses traits avait de quoi impressionner. Une mer calme. Pourtant, je me refusais à le sous-estimer. Non seulement à cause de sa bonté à mon égard, du moins initiale, mais aussi car de lui dépendait la poursuite de ma quête.
Il écouta mes paroles et révélations sans m'interrompre ni montrer de signes de surprise ou d'émotion autre que celles dictées par une oreille attentive.
L'entendre me dire qu'il croyait en mes paroles me rassura brièvement, mais mon interlocuteur se crut également obligé de m'indiquer qu'il connaissait lui aussi les règles de ce jeu d'interrogatoire. Je lui cachais des choses sous couvert d'en révéler, et il comprenait mes raisons, sans pour autant s'en contenter.
La question qu'il me posa en premier me plongea dans une grande réflexion. Car pour une raison ironique, elle ne m'était pas même venue à l'esprit. Que ferais-je après avoir retrouver Satine ? Une seule réponse finit par s'imposer à moi, et je me décidais à en faire part à mon geôlier.

Pour tout vous dire... Je n'en sais rien. Tout ce que je veux c'est revoir son doux visage et entendre de nouveau son rire. A quoi bon me torturer en imaginant une fin heureuse lorsque je désespère tant de la retrouver ?

La détresse qui teintait mes mots porta même à mes oreilles, et je baissais machinalement les yeux, honteux d'en révéler autant sur mon mal-être devant un parfait inconnu. Pourtant, le fier guerrier que j'étais demeurerais incapable de redevenir lui même tant que je ne l'aurais pas revue. C'était un fait. Voilà qu'elle était ma vie, ma voie aujourd'hui. La suite m'était inconnue et je m'en fichais pas mal.

Mon allégeance n'a aucune importance en ce lieu. Pour l'heure, je ne suis qu'un homme sans dieu, ni foi. Et de toute manière que pourrais faire un individu solitaire et isolé pour nuire à Poséidon et à ses armées ? Vous l'avez compris, je suis un guerrier et cela ne changerait jamais. Je n'ai aucune raison de cacher ce fait. Et tous mes talents ne me serviront que dans le but de retrouver Satine, ma bien-aimée. Vraiment, vous n'avez rien à craindre de moi.

Les guerres divines et les manœuvres des dieux m’indifféraient totalement, ce qui certes n'avait pas toujours été le cas. Voilà pourquoi je crus bon d'enchainer, en relevant la tête pour replonger mon regard dénué de mensonges vers celui de mon interlocuteur.

Je n'ai malheureusement pas de réponse franche à vous offrir sur les raisons de mon arrivée. Tout ce que je sais, c'est que vous n'étiez que trois dans la pièce où j'ai atterri. Cela restreint donc les recherches. Je peux juste vous dire que la jeune femme avec qui vous conversiez... Disons pour faire simple que son cosmos m'a paru très similaire à celui de Satine, même si je sais qu'elles sont deux personnes bien distinctes.

Ma réponse sous-entendait une question et j'espérais que le général saurait me faire assez confiance pour y répondre. Qui était-elle ? Quel était son lien avec ma bien-aimée ? Et s'il ne s'agissait pas d'elle, lequel des deux marinas possédait-il un lien avec Satine, la sirène maléfique de mon ère ? L'un de ces hommes était-il l'un de ses ancêtres ? Comment le savoir ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t369-sagitarrius-no-orion
LiaoLiaoArmure :
Protection de Poséidon

Statistiques
HP:
Un dragon de feu en cage G-bleu160/160Un dragon de feu en cage V-bleu  (160/160)
CP:
Un dragon de feu en cage G-rouge240/240Un dragon de feu en cage V-rouge  (240/240)
CC:
Un dragon de feu en cage G-jaune305/305Un dragon de feu en cage V-jaune  (305/305)
Message Re: Un dragon de feu en cage   Un dragon de feu en cage EmptySam 2 Jan - 22:14
:: L'interrogatoire commence

Le jeu venait de commencer. Et l’art de donner des explications sans rien dire allait pouvoir être éprouvé de part et d’autre. Chacun devait maintenir certaines choses secrètes. Bien que la position d’Arbhaal était plus délicate que celle du marina, car sa liberté était l’enjeu de cet entretien. Son avenir dépendait de l’avis que donnerait Liao, et du ressenti du Grand Prêtre. Le général avait été chargé de mener l’interrogatoire dans un premier temps. L’Hippocampe se préparait à une intervention d’Hassan à tout moment. Après tout le Grand Prêtre avait toute autorité, et il pourrait juger que la discussion actuelle ne prenait pas la tournure souhaitée. Ou que le prisonnier se montrait trop réticent à son goût. Son entrée restait encore un détail des plus énervants pour la voix de Poséidon. Et puis son arrivée posait de nombreuses questions concernant les Stella Rubius et d’autres détails de ce type. Silencieux et immobile. Les bras croisés. Une expression neutre et sobre sur le visage. Liao discutait simplement avec Arbhaal faisant preuve de courtoisie et de respect, autant dans les termes utilisés que dans le ton. Ils se sondaient l’un et l’autre, cherchant une ouverture dans l’attitude ou les paroles de l’autre tout simplement. De ce fait Liao en était certains. Même si les règles étaient évidentes, et qu’il était inutile de le rappeler, le chinois se permit d’énoncer simplement ses propres connaissances dans ce domaine. L’amour d’une femme. Voilà ce qui motivait l’homme en face de lui, et de ce détail il ne doutait aucunement.

Arbhaal répondit simplement et honnêtement, en tout cas Liao le pensait sincèrement en cet instant. Aucun signe ne pouvait faire penser le contraire. Son malaise était évident. Le général se doutait que cette histoire devait être aussi complexe que touchante dans son intégralité, mais pour le moment il était question de logique et de raison non de sentimentalisme ou d’attendrissement vis-à-vis de cet homme. Encore une fois les réponses du prisonnier se centrait sur le moment présent, tandis que le chinois évaluait l’avenir tout simplement. Un individu isolé et désespéré pouvait succomber sans aucune difficulté aux belles promesses d’un Dieu quelconque, ou aux paroles doucereuses d’un être suffisamment malin pour exploiter ce trait de caractère. C’était ce qui inquiétait fortement le chinois à l’heure actuelle. La suite de l’interrogatoire s’intéressa de plus près aux circonstances de l’arrivée de l’homme. Un cosmos très similaire à celui de Nimuë. Cette information était étrange et perturbante à la fois. Une autre personne possédant des dons proches de la rousse. Cette réponse le laissa dubitatif quelques secondes, et lorsque son regard se posa sur l’homme. Il comprit l’information attendue au travers de sa formulation.


_ « Nimuë, Chevalier d’Or des Poissons. Il s’agit de la personne dont vous souhaitez connaître le nom. La femme présente lors de votre arrivée. Je ne trahis aucun secret en vous le révélant. » Il marqua une pause et reprit. « Encore une fois, je comprends que vos pensées sont tournées dans un seul et unique but. Louable en soit. Cependant comprenez bien de votre côté que je me dois de penser à l’avenir de mon camp. Votre situation pourrait attirer les manipulateurs de tout bord. »

Liao préféra stopper sa prise de parole sur ces quelques mots, plutôt que d’étoffer le fond de sa pensée. Quelque chose lui disait que l’homme en face de lui comprendrait le fil de ses réflexions. A la rigueur, pour lui laisser une véritable opportunité de liberté, Liao avait à présent besoin d’éclaircissement sur ses origines et certaines circonstances. Un garde vint murmurer quelques paroles aux Grand Prêtre, qui se contenta de faire un signe en direction du général avant de quitter les lieux. Un devoir plus urgent l’appelait ailleurs. L’Hippocampe était à présent seul en charge de l’interrogatoire et de ses conséquences. Son regard suivit la silhouette du grand Prêtre pendant quelques secondes, avant de se reporter sur le prisonnier. Il reprit alors.

_ « Les raisons de votre arrivée ne vous sont pas connues, et vous avez attiré par quelque chose en ces lieux. Nous en sommes conscients, et nous avons notre propre idée à ce sujet. Cependant, pourriez-vous me dire qui était présent lors de votre départ ? Quelles personnes étaient là ? Que s’est-il passé exactement ? De plus vous dites que pour l’heure vous êtes un homme sans Dieu ni foi… Cela signifie donc que vous étiez un combattant au service d’un Dieu auparavant. Lequel ? »

Même si ces détails avaient leur importance, ce ne serait probablement pas suffisant pour autant. Liao avait l’impression cependant que l’homme en face de lui était un homme de parole. Et que tout comme lui, il tiendrait une parole donnée quoi qu’il en coûte. Ce n’était qu’une impression évidemment. Mais son comportement et son attitude laissaient présager ce type de personne. A tort ou à raison.



" We all have inner demons to fight, we call these demons, fear and hatred and anger.
If you do not conquer them then a life of one hundred years is a tragedy.
If you do, then a life of a single day can be a triumph. "
lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t233-liao-general-de-l-hipp
OrionOrionArmure :
Sagittaire

Statistiques
HP:
Un dragon de feu en cage G-bleu220/220Un dragon de feu en cage V-bleu  (220/220)
CP:
Un dragon de feu en cage G-rouge240/240Un dragon de feu en cage V-rouge  (240/240)
CC:
Un dragon de feu en cage G-jaune265/265Un dragon de feu en cage V-jaune  (265/265)
Message Re: Un dragon de feu en cage   Un dragon de feu en cage EmptyMar 5 Jan - 9:59
Le mensonge est un insidieux poison, un vil tentateur qui sait comme nul autre se rendre séduisant dans les situations les plus périlleuses. En de rares occasions, il permet de se tirer de bien des mauvais pas. Mais le prix à payer se fait toujours ressentir, tôt ou tard.
Je me retrouvais donc face à un dilemme de cet ordre. Masquer la vérité pouvait m'éviter tout risque, voire me faire gagner ma liberté. Mais dans le cas où mes errements seraient dévoilés, je perdrais aussitôt toute crédibilité auprès de mon interlocuteur.
Je n'avais jamais été un grand adepte du mensonge ou de la manipulation. Mon histoire m'avait appris que la vérité, parfois abrupte et douloureuse, engendrait souvent le respect et que la parole d'un homme demeurait son ultime bien.
La question concernant ma dévotion était au final prévisible, mais j'en avais appréhender la sinistre venue. Mais cette angoisse ne fut rien comparé au choc que me cause l'énoncé du nom de la femme rousse qui m'avait porter secours.
Pour la première fois durant cet entretien, des flammes s'embrasèrent dans mon regard jadis placide et je dus me retenir à grand peine de me lever pour frapper un mur.

Nimuë, la sorcière des flots...

C'était là un fait impossible, un âpre tour du destin. Mais au vu de la similitude entre cette femme et ma Satine, le doute n'était que peu permis. Une servante d'Athéna ?! Que voilà une folle ironie quand on connaissait la femme qu'elle deviendrait par la suite.
Les propos concernant l'influence que pouvait avoir des manipulateurs sur ma personne me firent brièvement oublier cette troublante révélation. Le sous-entendu n'était pas discret, et je soupçonnais que mon interlocuteur le savait tout autant que moi. Une fois mon calme revenu, je lui répondis donc sans me démonter.

Ma quête ne fait pas de moi un homme désespéré, sachez-le. J'ai affronté bien trop d'épreuves au cours de mon existence pour me vendre au plus offrant. Satine et moi partageons certaines valeurs, et je ne serais plus l'homme qu'elle aime si je devais brader mon âme pour la retrouver.

Pour avoir vécu auprès de Minos, manipulateur hors pair, et pour avoir affronter l'ingénieux Jack O'Bannon, je pensais avoir le cuir assez tanné pour savoir reconnaitre un manipulateur. Même si je me devais de rester sur le qui vive en toutes circonstances.
La question concernant ma loyauté, et mon départ ressurgirent alors, me ramenant à la dure réalité. Que faire ? Mentir ? Tromper ? Louvoyer ? Jamais. Ma franchise m'avait souvent apportée plus de bienfaits que de problèmes. Si je devais être juger à mon tour, soit. Hors de question au final de me renier au pied du mur.
Je pris une longue inspiration pour apaiser les battements de mon coeur, avant de lancer d'un ton franc.

Si vous vouliez une preuve de ma bonne foi, je vais vous en offrir une. Je pense que vous n'êtes pas un homme que l'on peut tromper aisément, et de toute manière on n'attire pas le respect et la confiance par le venin du mensonge. Jusqu'à mon départ, j'étais l'un des trois juges des enfers, au service du sombre monarque : Rhadamanthe de la Wyvern. Ce n'est plus le cas car mon étoile maléfique m'a quittée pour rester là d'où je viens. Je suis un homme neuf, uniquement guidé par la recherche de son âme soeur. Quand à mon départ...

Je fermais brièvement les yeux avant de reprendre dans un souffle.

Je viens de l'avenir. Une sorcière m'a propulser ici pour retrouver ma bien-aimée, elle même perdue en cette époque. Je ne sais pas comment elle s'y est prise, mais c'est ainsi et le fait que je sois redevenu un simple mortel et non plus un spectre en témoigne. Je ne suis une menace pour personne, et je n'ai pas l'intention de me mêler de près ou de loin aux affaires de cette ère. Une fois Satine retrouvée, nous retournerons d'une façon ou d'une autre de là où nous venons. C'est tout ce que je peux vous dire...

La vérité abrupte, difficile à croire, et pourtant je sentais que si un homme pouvait me faire confiance c'était bien celui ci. Je ne voulais aucun tord à son peuple, ni à personne et j'espérais qu'il surmonterait son probable étonnement pour prêter foi en mes paroles. La vérité serait ma clé de sortie ou le signe de ma perte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t369-sagitarrius-no-orion
LiaoLiaoArmure :
Protection de Poséidon

Statistiques
HP:
Un dragon de feu en cage G-bleu160/160Un dragon de feu en cage V-bleu  (160/160)
CP:
Un dragon de feu en cage G-rouge240/240Un dragon de feu en cage V-rouge  (240/240)
CC:
Un dragon de feu en cage G-jaune305/305Un dragon de feu en cage V-jaune  (305/305)
Message Re: Un dragon de feu en cage   Un dragon de feu en cage EmptyMar 5 Jan - 14:13
:: L'interrogatoire commence

La discussion avec cet Arbhaal était intéressante, et Liao ne pouvait nier le respect que lui inspirait ce prisonnier. Son ancienne vie avait dû voir un homme puissant et déterminé, mais aussi un adversaire impitoyable et puissant. En tout cas c’est ainsi que le général voyait son interlocuteur. Et cela présageait un échange et un interrogatoire difficile, car l’homme ne cèderait pas facilement. Le chinois pensait presque impossible de le briser sans appuyer sur certains points qu’il se refusait à utiliser. Ce n’était pas dans ses mœurs ce genre d’attitude qui se rapprochait un peu trop de la torture à son goût. Et puis pour le moment, le prisonnier ne pourrait rien faire. Son avenir était entre ses mains. Il devait comprendre cet était des choses, et il espérait que cela influencerait l’attitude d’Arbhaal dans ses réponses et sa coopération. Dans un premier temps, l’Hippocampe répondit à la question tacite de l’identité de la rousse présente lors de son arrivée sur Atlantis. Aucune raison ne justifiait de maintenir le secret, et la réaction du prisonnier fut plutôt violente et accompagnée de paroles énigmatiques. Pourtant Liao n’esquissa aucun mouvement ni même aucune réaction devant le spectacle qui s’offrait à lui. Ce comportement confirma déjà les premiers doutes sur l’une de ses capacités. La manipulation des flammes. Ce feu avait quelque chose de morbide et d’inquiétant. Une aura de malaise. Afin de permettre à l’homme de retrouver son calme pour continuer l’interrogatoire, Liao changea radicalement de sujet et reprit sur un ton extrêmement calme et posé afin d’exprimer à haute voix ses doutes. Puisqu’Arbhaal choisissait la franchise, le général prit la décision d’oublier la subtilité et les sous-entendus pour parler franchement avec cet homme. Il préférait de toute manière ce genre d’échange, et puis cela permettrait sûrement de continuer l’entretien. En tout cas la réaction de l’homme resta gravée dans la mémoire du marina.

La réponse d’Arbhaal confirma les premières impression du marina sur lui. Un hochement de tête d’assentiment accompagna sa réponse extrêmement clair. Au moins cela réglait les actions éventuels de profiteur. D’ailleurs Liao pensait que cet homme serait capable de détruire ce genre de personne si ils tentaient de le manipuler. Ecartant ces points, le général préféra revenir sur les circonstances de son départ ainsi que l’allégeance de l’homme en face de lui. C’était des points très importants à éclaircir le plus rapidement possible. L’Hippocampe souhaitait savoir si son voyage avait été décidé par lui-même ou faisait partie d’un plan plus grand visant d’autres ambitions. Son amour pour Satine pouvait aussi servir à orienter ses décisions, qu’il le reconnaisse ou non d’ailleurs. Un léger sourire s’afficha sur le visage du chinois quand Arbhaal reprit la parole. Ils se comprenaient comme il le pensait depuis le début. Ils étaient tous les deux des hommes d’honneur, accordant beaucoup d’importance à la franchise quel qu’en soit le prix. Pour la première fois, la surprise gagna le chinois. Une expression naturelle et incontrôlable. Cette information était importante, bien plus que son ancienne allégeance finalement. Un juge des Enfers. Cela confirmait les premières impressions du marina à son égard. Encore une fois, l’Hippocampe ne doutait pas de la véracité des propos de l’homme et resta un moment silencieux retrouvant petit à petit son calme.

_ « Je comprends mieux la situation, et vos révélations m’inquiètent. Vous êtes porteur d’informations importantes et vous en avez conscience. Je ne suis pas homme à croire que le destin est une chose immuable. Bien au contraire. Cependant certaines personnes pourraient prendre vos connaissances pour acquis, et ce serait une mauvaise chose pour tout le monde. » Il marqua une pause et reprit. « Ce qui m’inquiète à présent c’est l’endroit où a atterri Satine, et qui la détient à l’heure actuelle. Si vous l’avez suivi, je suppose qu’elle a dû arriver avant vous dans cette époque. »

Liao posa une main sur son menton, et plongea dans une profonde réflexion pendant quelques instants. Une idée germait dans son esprit. Il devrait en faire part au grand Prêtre, mais cela pourrait être un atout pour eux et un enjeu important pour tous les camps. Le chinois détestait l’idée qu’une personne apprenne des éléments du futurs, et tente de manipuler les évènements ou les personnes. Le destin représentait une force implacable pour certains. Un élément contre lequel il était impossible de lutter. Son éducation lui avait appris que chacun était maître de son destin, et que l’on se forgeait sa propre voie. Après une profonde inspiration, le général reprit la parole.

_ « Votre ancienne allégeance n’a plus court effectivement, puisque le Dieu des Enfers est encore en sommeil à cette époque. En tout cas en l’état actuel de nos connaissances. Peut-être que cet état des choses changera à l’avenir. Pour le moment si vous me donnez votre parole de ne pas quitter Atlantis sans notre permission, vous serez libre de cette prison et vous serez installé en résidence surveillé. » Il marqua une pause et attendit un signe de compréhension ou de confirmation de la part d’Arbhaal. « Pour la suite, il me faudra la permission du Grand Prêtre mais voici comment je l’envisage. Je serais tenté de vous laisser partir à la recherche de votre âme sœur, en échange de votre parole de revenir sur Atlantis tous les deux une fois que vous l’aurez trouvé. Vous pensez que je ne suis pas homme à être trompé, et je pense que vous êtes comme moi un homme accordant de l’importance à sa parole et s’y tenant coûte que coûte. Mes raisons sont simples. Ce n’est pas de la charité, mais comme je vous l’ai dit je pense que le Destin n’est pas une chose immuable et je n’ai aucune envie de voir des informations déterminées la vie de certaines personnes… ou apporter des craintes là où il ne devrait pas y en avoir. Avant de me donner votre parole, laissez-moi vous exposer certaines choses. Votre retour sur Atlantis sera synonyme d’aide de notre part pour vous renvoyer dans votre époque. Nous pensons avoir compris ce qui a permis votre arrivée, et nous allons mener des recherches pour tenter d’inverser le processus. C’est une promesse de ma part sur ce sujet. Ensuite j’aimerais que vous répondiez à trois questions toute simple. » Liao fixa Arbhaal longuement avant de poser ses questions. « Savez-vous où est enfermée l’âme de Poséidon à notre époque ? Nous sommes en 550. Pourriez-vous m’en dire un peu plus sur cette Nimuë sorcière des flots ? Et enfin Satine est-elle aussi une servante d’Hadès ? »

Liao n’avait aucune envie de voir ce type de personne avec des connaissances dangereuses se balader dans son époque, et surtout sans savoir qui accèderait à celles-ci. Le Grand Prêtre n’abonderait sûrement pas dans son sens, mais il comptait bien tout faire pour le convaincre. Quitte à devoir enfreindre un peu les ordres. Si l’Hippocampe faisait une erreur, il en assumerait les conséquences. Mais pour le moment, il préférait les voir retourner dans leurs époques plutôt que de se retrouver dans celle-ci. Le chinois préférait profiter du sommeil, ou de l’inactivité du seigneur Hadès pour le moment. Les révélations du grand pouvoir des Stella Rubius avaient permis au général de resituer certaines choses.


" We all have inner demons to fight, we call these demons, fear and hatred and anger.
If you do not conquer them then a life of one hundred years is a tragedy.
If you do, then a life of a single day can be a triumph. "
lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t233-liao-general-de-l-hipp
OrionOrionArmure :
Sagittaire

Statistiques
HP:
Un dragon de feu en cage G-bleu220/220Un dragon de feu en cage V-bleu  (220/220)
CP:
Un dragon de feu en cage G-rouge240/240Un dragon de feu en cage V-rouge  (240/240)
CC:
Un dragon de feu en cage G-jaune265/265Un dragon de feu en cage V-jaune  (265/265)
Message Re: Un dragon de feu en cage   Un dragon de feu en cage EmptyMar 5 Jan - 16:27
Je me retrouvais au final à l'un de ces croisements de mon existence que je détestais tant. Là où un choix, un seul, pouvait faire inéluctablement pencher la balance du destin vers une direction inconnue.
La surprise sur le visage du général des mers à l'énoncé du lieu, ou du moins de l'époque qu'était la même, ne m'étonna pas et je lui laissais le temps nécessaire pour comprendre et mûrir la situation. Sa tolérance et son ouverture d'esprit m'apaisèrent et je me sentis conforter dans mon choix de franchise à son égard. Sur ce point, lui et moi nous ressemblions, et j'en fus heureux.
Une fois remis de son émoi, mon interlocuteur me fit de nouveau partager ses pensées, et me plaça de son point de vue. Les craintes de voir mes connaissances sur le futur, et celles de Satine, tombaient entre de mauvaises mains demeuraient fondées, mais je tins à le rassurer sur ce point rapidement.

Satine est une femme dotée d'un caractère intransigeant. Je doute que quiconque soit en mesure de lui extorquer des informations contre son gré. Ni elle, ni moi ne tenons à bouleverser l'ordre des choses, et nous nous tairons le temps nécessaire pour ne pas ajouter du chaos au chaos.

J'écarquillais brièvement les yeux en entendant la proposition généreux du général. C'était pour lui un risque certain de m'autoriser à visiter Atlantis et nous le savions lui et moi. Je pris cette preuve de bonté pour une marque de respect et le remerciais sobrement d'un hochement de tête.
Cet homme semblait prêt à me libérer purement et simplement, en défendant ma situation devant le dirigeant des marinas. Je ne m'étais pas attendu à une telle chance, et je me promis de conserver ce souvenir aussi longtemps que nécessaire. Doté d'un naturel revanchard et rancunier, je savais aussi reconnaitre lorsqu'on me tendait la main. Certes, il y trouvait un intérêt certain, mais tout de même...
M'éliminer serait une solution de facilité mais laisserait Satine prisonnière d'un camp adversaire sans garantie qu'elle sache garder sa langue. Le fait de me laisser la chercher revenait au final à nous museler elle et moi. Une tactique pragmatique, dont la logique me suffit. Toutefois, je me refusais à lui mentir une fois encore et à m'engager sans connaitre la situation dans son ensemble.

Si cela ne tenait qu'à moi, je reviendrais à Atlantis une fois Satine retrouvée. Toutefois, ma compagne est une femme libre de ses choix et je ne peux pas parler en son nom. Si elle y consent, je m'engage à revenir ici pour que vous nous aidiez à retourner de là où nous venons, mais je ne peux pas vous promettre davantage.

J'écoutais alors ses questions, en opinant du chef à chacune d'entre elle d'un air pensif. Plus la conversation s'étirait, plus le général des mers semblait avide de connaissances, et je ne pouvais l'en blâmer. Je répondis donc, non sans avoir laisser planer de longues, très longues secondes de silence. Il m'offrait certes beaucoup mais commençait à m'en demander tout autant, voire davantage.

Malheureusement, je ne sais rien sur Poséidon et sa situation à votre époque. Toutefois... Satine était jadis la générale des mers de la sirène maléfique. Elle possédera peut être cette information. Néanmoins, je ne suis pas certain qu'il soit bon pour elle comme pour moi d'influencer sur le déroulé des évènements à venir. Tout ce que je peux vous dire sans risque, c'est que votre faction restera à mon époque une force militaire digne de considération. Quand à Nimue, je ne sais pas grand chose sur elle. Son nom de famille est O'Bannon et elle est la grand-mère de Satine. Je n'en sais pas davantage.

J'appuyais particulièrement sur ma dernière phrase pour tenter de faire réaliser à mon interlocuteur qu'à ce stade de notre entrevue j'avais largement prouver ma bonne foi. Je pensais l'avoir assez rassuré, et il n'était pas utile de trop lui en révéler, pour son propre bien. Même si l'avenir n'est jamais écrit, je ne tenais pas à l'influencer d'une manière ou d'une autre. Plus tôt Satine et moi serons parti, mieux cela vaudra pour tous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t369-sagitarrius-no-orion
LiaoLiaoArmure :
Protection de Poséidon

Statistiques
HP:
Un dragon de feu en cage G-bleu160/160Un dragon de feu en cage V-bleu  (160/160)
CP:
Un dragon de feu en cage G-rouge240/240Un dragon de feu en cage V-rouge  (240/240)
CC:
Un dragon de feu en cage G-jaune305/305Un dragon de feu en cage V-jaune  (305/305)
Message Re: Un dragon de feu en cage   Un dragon de feu en cage EmptyJeu 7 Jan - 11:05
:: L'interrogatoire commence

Finalement Liao se retrouvait seul pour cet interrogatoire. Un détail qui ne le gênait pas. Bien au contraire il appréciait être le seul maître dans ce genre d’exercice compliqué. Quoi que pour une fois, les choses semblaient plutôt simples dans la mesure où le prisonnier avait adopté une attitude de franchise et d’honnêteté. Un fait grandement apprécié par le chinois, qui en fit de même à son égard. Le général préférait une discussion de ce type, à un jeu du chat et de la souris où chacun devait interpréter les paroles de l’autre au mieux. L’Hippocampe fut étonné par certaines réponses mais conserva un calme olympien tout au long de l’interrogatoire. C’était son arme la plus efficace dans cette situation selon lui. Pourtant ce masque s’effrita en entendant la vérité sur les origines de cet homme. Cette information était difficile à croire, mais pas improbable pour autant. Son arrivée était si étrange. Liao mit un certain temps à retrouver son calme et son impassibilité face au prisonnier, et prit beaucoup de temps pour réfléchir à la situation. L’idée que des informations venant du futur viennent perturber le court du temps de cette époque lui était désagréable. Pour lui, le destin était une chose vivante dont on déterminait la route… Mais pour d’autre ce n’était qu’une destination dont ils attendaient la révélation. Que son histoire soit véridique ou non, cela ne laissait guère présager de bonnes choses pour l’avenir. Ce serait courir un grand risque que de laisser ces deux êtres arpentés cette terre librement.

Liao choisit alors de faire une proposition à l’homme en face de lui. Un choix personnel qui ne trouverait probablement aucun écho de compréhension chez ses compagnons, mais il jugeait que c’était la meilleure solution à l’heure actuelle. Malgré sa droiture, le chinois se laissa tenter par des informations du futur. Des paroles qu’il regretta amèrement par la suite. Cette Satine paraissait être une femme intéressante, et il aurait probablement plaisir à la rencontrer… Même si son caractère paraissait assez fort pour qu’il se fasse remonter les bretelles. La proposition du général n’était pas qu’un simple acte de bonté, mais un calcul stratégique par la même occasion. Et pourtant Liao ne pouvait nier qu’il était sensible à la situation de cet homme. Que serait-il capable de faire dans un cas similaire, et qu’aimerait-il que l’on fasse pour l’aider. Ces questions tournaient dans son esprit tandis qu’il parlait. Un hochement de tête fut le signe de sa compréhension. Certes sa parole ne le concernait que lui, dans la mesure où il ne pouvait se prononcer au nom de Satine. Mais peut-être que la perspective de retourner dans son époque serait assez alléchante pour la motiver à suivre Arbhaal. Le prisonnier entreprit de répondre aux questions posées par le marina, et un sourire accueillit la première d’entre elle. Liao le laissa terminer sa phrase avant de répondre à son tour.


_ « Merci pour ces informations concernant la Nimuë de votre époque. En tout cas le terme sorcière que vous utilisez me parait peu élogieux, et ne laisse présager aucun bon sentiment à son égard. Concernant Satine, si c’est une enfant d’Atlantis peut-être sera-t-elle plus encline à vous suivre pour revenir en ces lieux, et je serais ravi de rencontrer l’une de mes compatriotes même venue du futur » Il marqua une pause et ajouta. « C’est un peu honteux, je vous offre mon aide pour éviter aux manipulateurs d’obtenir des informations, et voici que moi-même je tombe dans ce piège. La tentation est une chose complexe et dangereuse. Cela confirme mon idée qu’il vaudrait mieux vous renvoyer dans votre époque le plus rapidement possible. » Courbant légèrement le haut du corps, il ajouta. « Excusez-moi de vous avoir posé cette question, et considérez qu’elle ne l’a finalement jamais été. »

Le général se tourna vers le couloir, et interpella d’un signe l’un des gardes. Ce dernier arriva au pas de course, et posa un lourd regard sur son supérieur quand il lui demanda les clés. Encore une décision de l’Hippocampe qui surprenait un marina. Ces temps-ci elles se multipliaient de plus en plus, mettant en évidence la différence de culture et de point de vue. Malgré les années, le chinois restait un être à part dans ce monde occidental. Liao ouvrit les grilles et invita l’homme à le suivre. Avant de l’autoriser à sortir, il lui tendit la main tout simplement.

_ « Est-ce que vous me donnez votre parole de rester sur Atlantis jusqu’à ce que j’obtienne l’autorisation de vous laisser partir… ou que nous trouvions une autre solution pour vous permettre de retrouver votre âme sœur. »

Un léger sourire s’afficha sur le visage du chinois tandis qu’il prononçait ces derniers mots. Arbhaal dut comprendre le sens caché derrière ceux-ci, aussi sûrement qu’il n’avait pas tenté d’en dissimuler la signification. La décision du général était prise. Pour le meilleur comme pour le pire. Si il commettait une erreur, il prendrait sur lui de la réparer au prix de sa vie si nécessaire. C’était ainsi qu’il concevait son devoir. L’Hippocampe reprit alors.

_ « Pensez-vous que Satine acceptera de retourner dans votre époque ? Ou qu’elle se laissera tenter par un retour sur Atlantis ? D’ailleurs je m’étonne des raisons ayant poussées quelqu’un à l’envoyer dans cette époque. Quelque chose me dit qu’elle doit être moins clémente que la vôtre, bien que je puisse me tromper. » Il marqua une pause, et posa son regard sur le plafond quelques secondes en souriant. « En tout cas il est bon d’entendre qu’Atlantis sera toujours debout dans le futur, et continuera le combat. »

Ce n’était pas tant la perspective de voir les idéaux de Poséidon être mis en place, que le simple fait de savoir que des atlantes survivraient aux guerres actuelles et perpétueraient la mémoire des combattants présents. Lui-même avait-il laissé une empreinte quelconque dans ces années à venir. Les détails qu’il venait d’apprendre le mettait dans une posture délicate vis-à-vis de Nimuë qu’il retrouverait plus tard de retour chez lui. Le chinois ne pouvait concevoir pour le moment de lui révéler ces informations, surtout qu’elle aurait des descendants. Car il était clair que cette coïncidence de nom et de ressemblance n’était pas fortuite. L’envie de l’aider s’imposa encore plus fortement dans l’esprit du marina à cet instant.


" We all have inner demons to fight, we call these demons, fear and hatred and anger.
If you do not conquer them then a life of one hundred years is a tragedy.
If you do, then a life of a single day can be a triumph. "
lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t233-liao-general-de-l-hipp
OrionOrionArmure :
Sagittaire

Statistiques
HP:
Un dragon de feu en cage G-bleu220/220Un dragon de feu en cage V-bleu  (220/220)
CP:
Un dragon de feu en cage G-rouge240/240Un dragon de feu en cage V-rouge  (240/240)
CC:
Un dragon de feu en cage G-jaune265/265Un dragon de feu en cage V-jaune  (265/265)
Message Re: Un dragon de feu en cage   Un dragon de feu en cage EmptyJeu 7 Jan - 13:29
La tentation est un serpent sournois qui peut faire succomber les hommes les plus vertueux. Je venais d'en avoir la preuve sous les yeux. Fort heureusement l'homme qi me faisait face était fait d'un bois rare. Conscient de son erreur passagère, ce dernier me présenta humblement ses excuses, que j'acceptais par un sourire amical et compréhensif.

Il n'y a nulle offense. La lutte contre nos démons est un combat de tous les jours.

Sans autre forme de procès, le général des mers s'empressa d'ouvrir ma prison, me laissant ainsi le champ libre pour une visite solitaire d'Atlantis. Mais avant que je ne puisse saisir cette chance, il me tendit la main en me demandant de renouveler une promesse, dont je perçus le double-sens.
Sans réfléchir plus avant, certain de sa fiabilité autant que de la mienne, je tendis la mienne en retour pour nous offrir une poignée de main franche.

Vous avez ma parole. Et je ne la donne jamais à la légère.

Au cours de mon existence, rare étaient les individus qui avaient fait preuve de bonté à mon égard. Certes, celle de cet homme était teintée d'un intérêt stratégique évident, et je n'en étais pas dupe, et pourtant à sa place, bien peu auraient agi de la sorte. Je me promis de ne pas oublier cette main tendue qui venait de m'apporter une réelle lueur d'espoir.
Ses dernières questions sur les intentions de Satine assombrirent quelque peu mon humeur. Elles firent resurgir dans ma mémoire nos derniers mots, et ces quelques minutes atroces qui avaient précédées son départ, loin de moi.

En toute franchise, je n'en sais rien. La vie à notre époque n'a pas été tendre avec Satine, et je crains qu'elle se mette à souhaité de refaire sa vie, en ma compagnie ou non, durant votre ère. Une sorte de fuite vers un avenir qu'elle pense meilleur. Mais je pense que ses pas finiront toujours par la rediriger vers Atlantis.

J'hésitais avant de prononcer les paroles qui suivirent, tant je me refusais à miner les espoirs que pouvait couver le général des mers. Mais je le respectais trop pour lui mentir.

Notre temps est loin d'être clément. La guerre est omniprésente et les dieux n'ont pas cessé leurs querelles mesquines, croyez-moi. Que ce soit par la volonté du seigneur Hadès ou la victoire d'une déité quelconque, l'espoir d'une paix durable n'a jamais parue aussi éloignée qu'à mon époque. Mais cela ne nous empêche pas, tout comme vous je présume, de tout faire pour qu'un jour les conflits cessent. D'une manière ou d'une autre.

Durant ma diatribe, j'avais machinalement poser la main sur l'épaule de mon vis-à-vis. Un signe d'apaisement et de gratitude. Je lui laissais quelques instants pour digérer mes paroles, avant de quitter les lieux, avide de profiter de cette liberté que j'avais tant craint perdre définitivement.

Arrow Ailleurs en Atlantis
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t369-sagitarrius-no-orion
LiaoLiaoArmure :
Protection de Poséidon

Statistiques
HP:
Un dragon de feu en cage G-bleu160/160Un dragon de feu en cage V-bleu  (160/160)
CP:
Un dragon de feu en cage G-rouge240/240Un dragon de feu en cage V-rouge  (240/240)
CC:
Un dragon de feu en cage G-jaune305/305Un dragon de feu en cage V-jaune  (305/305)
Message Re: Un dragon de feu en cage   Un dragon de feu en cage EmptyLun 11 Jan - 13:01
:: L'interrogatoire commence

Le général s’était laissé prendre au piège de la tentation. Il était aisé, sans forcément penser à mal, de succomber à la perspective d’obtenir des informations importantes et utiles. Et pourtant, le chinois continuait de penser qu’il ne serait guère judicieux de laisser cet homme et cette femme arpenter cette terre de la sorte. L’Hippocampe ne voyait aucune raison pour les mettre à mort. Après tout aucun d’eux ne semblait avoir exprimé un quelconque souhait de se retrouver dans cette situation. Ses décisions pouvaient surprendre, mais il agissait toujours dans l’intérêt des marinas. Ne sachant où Satine avait atterri, les chances étaient plus grandes de laisser Arbhaal partir à sa recherche plutôt que de simplement tenter de piocher au hasard des informations obtenues à Alexandrie. De plus cet homme lui semblait suffisamment posé pour ne pas livrer d’informations inutiles, et sa bévue avait confirmé cette impression. Certes cet étrange pouvait lui jouer une comédie digne des plus grands acteurs, mais Liao était convaincu que ce n’était pas le cas. Et si il ne pouvait plus faire confiance en son instinct, autant arrêter de combattre et de mener des hommes immédiatement. Un hochement de tête accueillit la réflexion du prisonnier sur les démons intérieurs. Effectivement c’était un combat quotidien, et pour ce soir, il avait perdu cet affrontement. De nombreuses choses devaient encore être acquises par le chinois.

Finalement Liao libéra Arbhaal sans autre préambule ni discussion. Il était inutile d’épiloguer sur le sujet, dans la mesure où il avait obtenu les réponses qu’il souhaitait et éclaircit les points les plus épineux de son point de vue. Certains ne cautionneraient pas sa décision, mais l’avantage d’être général, c’est qu’il ne devait s’en justifier qu’auprès du Grand Prêtre qu’il pourrait convaincre de son point de vue et de sa position. C’était un risque qu’il courait, mais un risque calculé et intéressé. Et puis ils avaient échangé leur parole. Nul doute que ce détail avait énormément d’importance pour les deux hommes. Silencieusement, Liao écouta la réponse de l’homme concernant Satine et ses intentions. On n’échappe jamais à ses origines. Ce fut un peu le constat qu’il fit des quelques informations fournies. La main d’Arbhaal se posa sur l’épaule du chinois, et il accepta ce geste avec gratitude et reconnaissance. Il le comprenait pour ce qu’il était. Un signe d’apaisement et de confiance.


_ « Eh bien il ne tient qu’à nous de tenter d’offrir un avenir plus radieux aux générations futures. Vos paroles m’encouragent plus qu’elles ne me minent et me convainquent du bien fondé de ma démarche. Certaines révélations pourraient modifier le cours de l’histoire, d’une manière que nous ne pouvons appréhender pleinement. Certains pourraient être tenté de se dire… à quoi bon… » Il marqua une pause. « Ces gardes vous mèneront vers votre résidence, le temps de votre séjour, et vous surveilleront autant qu’ils veilleront sur vous. J’ai d’autres obligations, mais à la première heure demain matin, j’irais parler au grand Prêtre. »

Un hochement de tête mit fin à la conversation. Ils remontèrent le couloir et les escaliers ensembles, puis se séparèrent une fois arrivé dans la cité elle-même. Le général donna quelques ordres aux gardes, avant de reprendre la route. Il devait retrouver Nimuë, logée dans sa demeure, et donner quelques ordres afin de renforcer la sécurité de la cité et de son entrée. Le chinois serait amené à revoir rapidement cet Arbhaal, en tout cas il comptait bien aplanir sa situation le plus rapidement possible.


" We all have inner demons to fight, we call these demons, fear and hatred and anger.
If you do not conquer them then a life of one hundred years is a tragedy.
If you do, then a life of a single day can be a triumph. "
lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t233-liao-general-de-l-hipp
 
Un dragon de feu en cage
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Libro Scripturae :: Mare Nostrum :: Atlantis :: Pilier du Pacifique Sud :: Geôles d'Atlantis-
Sauter vers: