Votez
I
II
III


Mars 553 AD (Jusqu'à la fin de l'Event)
 
Partagez
 

 De l'absurde dialectique [PV;Ariane]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
CæcaCæcaArmure :
Balance
Message De l'absurde dialectique [PV;Ariane]   De l'absurde dialectique [PV;Ariane] EmptyLun 28 Déc - 14:57
Les quelques paroles de la Marina témoignaient d'une désinvolture certaine que la Balance ne pouvait cependant pas lui reprocher tant la condition des Tributs ne devait pour elle ne pas constituer chez ces derniers un quelconque sentiment d'infériorité, un manque à s'exprimer ou quelqu'autre phénomène les plaçant en situation plus inconfortable qu'elle ne l'était déjà. Néanmoins, derrière l'aisance d'Ariane -nommons- pouvait être perçue une certaine acidité. Ce n'était sans doute pas recherché, tout du moins nous pouvions l'espérer. Jouer ainsi sur la forme et le fond aurait agacé certains chevaliers moins regardants sur le devoir de patience qui leur incombait.

La pas, lent, de la Sainte aurait irrité qui ne pouvait supporter l'impertinence apparente de la Marina - ou qui n'était pas à l'aise face à la critique. C'est donc derrière le bouclier placide de la mesure que Caeca bouscula les décidément indécises lignes adverses. Alors que le Temple du Bélier était en vue, son armure se figea, rompant le concert de la rhétorique taquine et des cliquetis et laissant place à une excursion orale enveloppée de dérision.

«Il semblerait que le Seigneur des Océans nous fasse grâce de son général le plus... indécis je suppose ? Face à tant de questions... Je n'ai jamais rencontré le Grand Pope, enfin, je crois.»

Il n'empêche que la Balance avait entendu dire que le Pope vouait un dédain certain au genre féminin. Etrange quand on se dit éclairé par le souffle divin. Bien qu'elle ne puisse lui reprocher de baigner dans son temps, Adrianna avait tout de même quelques doutes quant à la réelle compétence du Pope à mener la Chevalerie d'Athéna.

***

Après les quelques marches qui le précédait, le Temple du Bélier s'offrait à la vue des deux élues. Hors de la matière, Caeca apercevait le rayonnement de l'armure qui y résidait. De ce que l'on disait, un élu approchait et viendrait bientôt compléter l'ordre des Gold Saints. Cette première observation comblerait sans doute les jubilations creuses de la Marina. La Iustus s'accorda un second trait de légèreté une fois arrivée face à l'armure.

«J'avoue ne pas connaître le Saint du Bélier.»

Trêve de plaisanterie, la Sainte ne comptait pas laisser s'alourdir l'atmosphère, pour cela il y avait le Cosmos, nul besoin donc d'user de salive. Pour tout dire, la condition des Tributs l'intéressait.

«Les autres chevaliers d'Or ne seront pas réticents face au gage de paix obtenu par leur Déesse. De même qu'on saurait avoir la sagesse de ne pas détruire de si précieux alliés.»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RymeRymeArmure :
Armure du Lion

Statistiques
HP:
De l'absurde dialectique [PV;Ariane] G-bleu1800/1800De l'absurde dialectique [PV;Ariane] V-bleu  (1800/1800)
CP:
De l'absurde dialectique [PV;Ariane] G-rouge1200/1200De l'absurde dialectique [PV;Ariane] V-rouge  (1200/1200)
CC:
De l'absurde dialectique [PV;Ariane] G-jaune1650/1650De l'absurde dialectique [PV;Ariane] V-jaune  (1650/1650)
Message Re: De l'absurde dialectique [PV;Ariane]   De l'absurde dialectique [PV;Ariane] EmptyMar 29 Déc - 11:34
"Indécise? A voir. Je crois qu'on m'a fait part d'un chevalier bien silencieux alors!"

Ariane continuait à marcher à une cadence qui se voulait semblable à la Saint. Lente certes, mais pas forcément irritante selon elle. Ce n'était pas tous les jours qu'un Marina était amené à regarder de près les Temples qui surplombaient de haut la terre sur laquelle des piliers reposaient au loin, orgueil d'un gardien qui lui avait été assigné...Alors l'Atlante en avait profité pour regarder l'environnement qui les avait accueilli en leur sein. Avec un peu de recul, elle aurait pu considérer tout cela d'une beauté à en faire pâlir certains sculpteurs. De nouveau elle continua à entamer une conversation avec celle qui l'accompagnerait jusqu'en haut. Ariane savait désormais qu'elle ne tirerait pas des informations convaincantes de sitôt.

"Je vous rassure, je ne la connais pas moi-même, cette Saint du Bélier. Je n'y ai pas véritablement porté une quelconque attention non plus il faut dire...Ca fait pourtant un certain moment que je l'apercevais de loin, parfois. Pour le Grand Pope, et si ce n'est un bref échange que je n'ose revivre de si peu, je..."
Elle avait pris une pause, le regard hagard et le sourire échangé par une moue perplexe. La dernière fois qu'elle avait vu Bélisaire remontait déjà il y a...Cinq ans, alors qu'elle venait d'obtenir son Ecaille et de vivre une guerre où elle avait endossé un rôle qu'elle avait tant haït. Pourquoi n'était-elle pas une de ces créatures de guerre, violentes et écervelées? Longtemps elle avait considéré cela injuste. Aujourd'hui, c'était une envie bien trop éloignée et beaucoup plus floue. Elle reprit automatiquement une allure dont elle se parait si souvent. Enfin, je suppose que cela va vous permettre de rencontrer finalement le Grand Pope. Il devrait avoir honte qu'un Tribut soit votre première tête en guise de salut, mais je pense être moins fermée d'esprit qu'il ne l'est quand il s'agit de notre condition à nous.

Un rire atténué s'en était échappé. Les femmes n'avaient jamais eu une réputation à tenir pour leur esprit martial, mais tous ces misogynes au Sanctuaire...De vrais numéros. Pourtant le Temple qu'elles s'apprêtaient à traverser se dressait fièrement en face d'elle, si bien qu'elle avait coupé court à l'avis qu'elle avait émis. De toute évidence, c'était toujours la même chose ici. Quand elle n'était pas à Rodorio ou sous la garde d'un Chevalier tel un bambin accroché aux jupons de sa mère, Ariane observait les aller-retours de Chevaliers au Sanctuaire. On aurait probablement pu trouver mieux en guise de passe-temps mais il arrivait, parfois, qu'un Chevalier porte son attention sur sa silhouette effacée, et alors devenait-elle plus apparente. Après tout, n'était-elle pas une ombre, un souvenir d'une guerre fratricide? Une phrase l'avait faite tiqué, réveillant alors quelques pensées contradictoires en elle. Des alliés? C'était un mot bien fort pour les décrire ainsi et un froncement de sourcils s'esquissa dans l'incompréhension. D'une façon, Adrianna était bien l'une des seuls à vouloir parler de sa condition précisément, avec elle. Une voix plus affirmée avait bien vite remplacé la chaleureuse compréhension dont elle s'était parée. En somme, il y avait là un général qui s'exprimait.

"Adrianna, qu'est-ce qui vous fait penser que votre cause est juste? Que les Saints peuvent voir en nous, prisonniers de lendemain de guerre, des véritables alliés qui se lèveraient pour se battre à vos côtés? Je ne dis pas que je n'ai aucune intention à vous aider, le tout n'est que cause perdue car chacun d'entre nous pense suivre une voie noble sous l'Armure...L'Ecaille qu'ils endossent à titre d'exemple. Je suis ici désormais. Par un coup du sort, je n'ai pas eu le choix et je m'en tiendrais au chemin que l'on m'a fait prendre."

Il n'y avait aucun jugement à avoir. Elle-même n'en était pas sûr. La barrière qui séparait une mentalité atlante et une idéologie tout droit venu du Sanctuaire lui avait fait l'effet d'être en face d'une muraille des plus épaisses. Aujourd'hui, c'était simplement aussi solide que du verre. Ariane y voyait à travers, le tout donnait l'impression d'un mélange déformé mais qui n'était pas encore véritablement en contact. Une main fut passé dans ses cheveux alors que la jeune brune s'était montrée purement songeuse. Les alentours d'un Temple où demeurait en temps normal le gardien-forgeron étaient devenus le cadet de ses soucis.





De l'absurde dialectique [PV;Ariane] Ryme_s10



Dernière édition par Ariane le Mar 29 Déc - 18:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu En ligne
CæcaCæcaArmure :
Balance
Message Re: De l'absurde dialectique [PV;Ariane]   De l'absurde dialectique [PV;Ariane] EmptyMar 29 Déc - 17:04
Le juste, les dieux, la guerre, une recette qui ne perdra vraisemblablement jamais de sa saveur à en juger les conversations qu'entretiennent les hommes depuis et pour des millénaires. Disserter sur ces sujets n'intéressait pas la Balance en temps normal, disons que le pragmatisme la conduisait souvent aux portes de la réflexion de son temps. Peut-être était-elle orgueilleuse en pensant qu'elle saurait mimer la clé qui permettrait aux hommes d'enfin se défaire de ces conflits absurdes pour enfin les laisser se pencher sur une traduction plus élevée de l'être. Seulement, la vanité que brandissait le triptyque attaqué apparaissait trop confortable pour qu'on la chassât. De cela les élus des dieux devaient être conscients, mais de cela il fallait se méfier car enfin l'aboutissement apparent de cette dialectique pousserait Armures et Ecailles à se rebeller... se rebeller et mettre les quelques dieux les utilisant à bas.

Dans leur malice, les dieux que nous citions avaient verrouillé les rébellions, Bellisaire, que le Général ne voulait visiblement pas défier, est un exemple éloquent; fanatique tourmenté par ses propres faiblesses mais protégé par la hiérarchie de sa déesse. On ne pouvait lui reprocher son autorité ni même sa place de tyran, cela serait contraire à la raison. N'était-il pas l'avatar de stabilité ? Au moins avait-il cet avantage de donner le verbe à ses détracteurs.

«Il faut comprendre le Grand Pope. Il n'est que le second d'un premier silencieux. Interpréter le silence le place souvent face à sa condition d'autant plus faillible que celle qui l'inspire est imparfaite. Un petit silence qui annonçait la rupture de la bienséance. Tu parlais de juste, comme si agiter un tel concept venait éclairer ton propos. Sa voix se fit plus ferme. Le juste, je laisse cela au philosophe et au chrétien. Phrase cassante, symbole de la rigidité de l'impératif que la Sainte poursuivait. Notre vocation, à nous, Saints, mais sans doute devriez-vous vous l'approprier également, est de protéger la condition de l'Homme, de le libérer du mauvais jeu de certains dieux. En ordonnant tribut, notre Ordre s'est voulu concilier les volontés des divinités en les renvoyant à leurs mondes respectifs. Nous avons les premiers abandonné notre idéal en oubliant après votre défaite le désir de domination totale.»

Encore fallait-il revenir à la condition des Tributs.

«Nos rôles se rejoignent d'ailleurs en ce sens. Nous veillons à la sauvegarde de la paix. Peut-être la méthode est-elle un peu trop brutale, peut-être devrions-nous à notre tour accorder aux vaincus un gage de paix similaire. Mais ne nous méprenons pas, ce n'est pas la volonté des dieux, or, nous ne jurons que par cela et c'est notre plus grande erreur à nous humains qui voyons en eux notre salut. Un autre silence. Bêtise, arrogance, vengeance... voilà ce dont nos protecteurs ont besoin pour nous piéger. Et cela, je pense que le Grand Pope le comprend, d'où sa décision de mater les ardeurs de certains au profit des siens. Si je devais rejoindre la notion de juste, je dirais que nous allégeons son imperfection, ce qui d'emblée le neutralise, certes, mais le rend plus supportable que ceux invoqués par d'autres. Il était temps d'avancer. Voilà le chemin qui t'est offert.»

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
De l'absurde dialectique [PV;Ariane]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Libro Scripturae :: Imperium Byzantinum :: Sanctuaire :: Temple du Bélier-
Sauter vers: