Votez
I
II
III


Mars 553 AD (Jusqu'à la fin de l'Event)
 
Partagez
 

 [Fin Juin 550] La première marche

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
OrionOrionArmure :
Sagittaire

Statistiques
HP:
[Fin Juin 550] La première marche G-bleu220/220[Fin Juin 550] La première marche V-bleu  (220/220)
CP:
[Fin Juin 550] La première marche G-rouge240/240[Fin Juin 550] La première marche V-rouge  (240/240)
CC:
[Fin Juin 550] La première marche G-jaune265/265[Fin Juin 550] La première marche V-jaune  (265/265)
Message [Fin Juin 550] La première marche   [Fin Juin 550] La première marche EmptySam 27 Fév - 15:52
Arrow Entrée du Sanctuaire

On ne pouvait pas dire que j'avais rencontré grande résistance pour parvenir jusqu'au premier temple du zodiaque : celui du bélier. Pour un peu, je me serais attendu qu'un chevalier d'or en manque d'action, ou désireux de préserver la vie des gardes du Sanctuaire se soit arrangé pour que j'arrive sans encombres sur le parvis de cette demeure.
Dans les deux cas, je n'étais pas mécontent d'avoir éviter à des soldats inexpérimentés ou trop braves pour me laisser passer, malgré une évidente différente de force.
Je me trouvais donc sur le seuil de cette splendide demeure, réputée pour être la plus éprouvée lors d'un assaut digne de ce nom. En tant que premier gardien du Sanctuaire, le Bélier d'or portait sur ses épaules le rôle de rempart, et sa sagesse pouvait en général lui faire discerner ceux qui méritaient le passage, ou non.
En l’occurrence, je me présentais pour une fois, il fallait bien le noter, sans volonté de combattre, ni animosité. Je n'étais là que pour retrouver ma bien-aimée, et non pour me mêler d'un éventuel conflit. Ce n'était pas le cardinal de la mort ou l'ancien juge qui allait s'exprimer mais juste un homme inquiet pour celle qui anime son coeur. La seule âme susceptible de me rattacher à cette humanité pathétique qui m'avait si souvent déçue.
Sans cuirasse, je m'avançais jusqu'à la limite du parvis et élevais mon cosmos de manière à lancer un appel au gardien des lieux. Je savais cette précaution bien inutile, car n'importe quel chevalier d'or digne de ce nom aurait déjà dû me repérer. Mais je tenais à faire preuve de courtoisie. Preuve s'il en est de mon désir de ne pas m'attirer l'ire des Saints d'Athéna. Pour une fois.
Actuellement, ma route n'avait croisée que celle de Nimue des Poissons et j'espérais que tous les chevaliers d'or étaient fait du même bois. Non des guerriers sans cervelle ou imbus de leur cause sacrée, mais des hommes ou femmes capables d'être toucher par mon histoire. Par le passé, ou le futur, j'avais côtoyé quelques chevaliers d'or et j'en gardais un souvenir en demi-teinte. Certains m'avaient réellement écœurés par leur hypocrisie, leur violence gratuite et leur fanatisme, d'autres... étaient devenus des amis, ou du moins des rivaux pour qui je gardais une affection sincère.
Fort de cette expérience mitigée, je m'attendais donc à tout.

Je te salue, chevalier d'or du Bélier. Moi, Arbhaal, je t'implore de bien vouloir me laisser traverser ta demeure pour que je puisse gagner celle de ton homologue du Scorpion, Lesath. Selon Nimue des Poissons, ce dernier héberge actuellement une jeune femme que je recherche et qui m'attend.

Voilà, je ne pouvais pas faire plus clair. Ni menaçant, ni désireux de combattre, j'attendis une éventuelle réponse avant de me risquer à traverser ce temple, dans le cas où son gardien serit absent ou non éveillé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t369-sagitarrius-no-orion
SaadyrSaadyrArmure :
Bélier

Statistiques
HP:
[Fin Juin 550] La première marche G-bleu120/200[Fin Juin 550] La première marche V-bleu  (120/200)
CP:
[Fin Juin 550] La première marche G-rouge184/210[Fin Juin 550] La première marche V-rouge  (184/210)
CC:
[Fin Juin 550] La première marche G-jaune217/325[Fin Juin 550] La première marche V-jaune  (217/325)
Message Re: [Fin Juin 550] La première marche   [Fin Juin 550] La première marche EmptyDim 28 Fév - 13:08
Que voilà donc une bien étrange surprise. De toute celles auxquelles il aurait pu s’attendre, Saadyr fut étonné que celle-ci se présente. Un étranger venu d’ailleurs, marchant sans peur au travers du Sanctuaire d’Athéna. Qui ne l’avait pas ressenti ? S’il s’était tenu en place, c’était bien parce que l’état de guerre était lancé et qu’il n’était pas question de quitter les temples pour quelques autres raisons que ce soit. Puisqu’il était le premier rempart pour arrêter tous intrus, un acte dissident de sa part aurait été impardonnable. Et puis, il n’était pas tout à fait seul. Accompagné d’Ainia, ils avaient tous deux perçus cette présence notoire sans s’en inquiéter mais en gardant tout de même une certaine attention. De toute évidence, c’était par ici qu’il allait, et aux yeux de Saadyr, ce n’était pas une bonne chose. Quand bien même était-il du genre à s’amuser de biens des situations, jouer de celles-ci et même en profiter à sa manière, il ne voyait en cette intrusion qu’un contretemps qui risquait d’être difficile à régler. Ce n’était qu’une intuition, mais peut être pas aussi infondée. Puisqu’il était le gardien de cette maison, il préféra indiquer à Ainia son avis sur la question. Il l’autorisait à rester, mais il préférait qu’elle n’intervienne pas dans ses décisions. Ce qui tombait à vrai dire sous le sens.

Bien qu’il gardait son léger sourire et cet air taquin, une certaine sévérité et une attention toute particulière marquaient ses traits juvéniles. Vêtu de l’armure d’or du Bélier, il approcha alors que l’homme entrait sur le parvis du temple sans montrer la moindre agressivité. C’était en soi un bon point, mais certainement pas suffisant pour arrêter le fougueux Chevalier. Sa démarche légère, l’air mystique, l’odeur sucrée de l’encens l’accompagnant et l’aura de braise furent ce qui accueillit en premier l’étranger. Il était fort étrange. Ce genre d’homme n’avait pourtant pas l’air de ceux suppliant ou implorant et pourtant déjà, ses mots ne trompaient pas. Une certaine vérité qui se décelait sur son visage. Saadyr le voyait clairement. Son regard rubis frappa avec curiosité l’homme nommé Arbhaal, sans que son sourire ne disparaisse. Sa simple présence dévoilée suffit à faire stopper l’étranger qui s’était risquer à esquisser un premier pas. Puis avec une semblable courtoisie, plus légère et chantante, il répondit :

« Je te salue aussi, Arbhaal. Malheureusement, je ne peux permettre une telle chose. Je n’ai entendu aucun mot concernant une jeune femme au temple du Scorpion et tu ne disposes d’aucune autorisation qui te permettrait de franchir ce temple. En l’absence de plus d’informations, je ne peux te laisser passer. »

Son sourire taquin, cet air impertinent sur la frimousse pouvait être accueillit comme de la méchanceté, de l’amusement au dépend d’un homme qui venait sans agressivité. Ce n’était pas tout à fait le cas, même si la situation ne déplaisait pas totalement à Saadyr malgré le danger qui pouvait régner. Pourtant, le Bélier ne montra pas plus d’agressivité, et de ce même ton léger continua :

« Cependant, je pourrai faire chercher le Scorpion ou les Poissons pour confirmer tes dires et répondre à ta demande, toi qui sembles les connaître. A défaut de pouvoir monter jusqu’à eux, peut-être descendront-ils jusqu’à toi. Mais avant cela, il va me falloir en savoir plus sur toi, Arbhaal. Personne n’ose venir jusqu’ici de cette manière et avec autant de confiance, qui es-tu réellement ? Et qui est cette femme que tu viens chercher ? »

Il faisait-il preuve de curiosité. Trop peut-être. Mais malgré les apparences, Saadyr n’était pas un gamin idiot et totalement irréfléchi. Il était loin de la sagesse qui seyait au bélier, mais il était malin, observateur. Un homme venu sans crainte et qui connaissait pourtant le Sanctuaire pour être arrivé jusqu’ici n’était pas normal. Il n’était pas n’importe qui. Quand bien même nulle agressivité ne transparaissait de son être qu’il ne fallait pas s’y fier. En ce qui concernait les apparences, Saadyr en connaissait un rayon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t471-saadyr-chevalier-d-or-
OrionOrionArmure :
Sagittaire

Statistiques
HP:
[Fin Juin 550] La première marche G-bleu220/220[Fin Juin 550] La première marche V-bleu  (220/220)
CP:
[Fin Juin 550] La première marche G-rouge240/240[Fin Juin 550] La première marche V-rouge  (240/240)
CC:
[Fin Juin 550] La première marche G-jaune265/265[Fin Juin 550] La première marche V-jaune  (265/265)
Message Re: [Fin Juin 550] La première marche   [Fin Juin 550] La première marche EmptyLun 29 Fév - 22:45
Je n'aimais pas cet homme. Pas du tout même.
Quelque chose chez lui me hérissait le poil. Je ne le sentais pas franc et ce type de personnalité avait le don de me mettre dans une rage folle. Aimable, mielleux mais sérieux, ce guerrier sembla bien prompt à m'observer et à en tirer des conclusions. Je n'étais vraiment pas en terrain connu et favorable.
Sans réelle surprise, le bélier d'or, paré de ses atours, m'interdis le passage au delà de sa demeure. Sans preuve de mes dires, son légitime réflexe demeurait la méfiance.
Il est vrai qu'à ses yeux je n'étais qu'un vulgaire étranger, attestant bénéficier de l'aval d'un autre chevalier d'or, dont j'ignorais si elle était en bons termes avec celui qui se trouvait devant moi.
Je conservais un air impassible, refusant de montrer ma déception ou mon début de colère. Non, je ne pouvais me permettre aucun écart. Pas maintenant, pas après tant de sacrifices.
A une autre époque, doté d'autres habits et avantages, j'aurais raillé cet homme avant de lui intimer de me laisser la voie libre, sous peine de lui ôter la vie. Mais la violence ne résoudrait rien ici.
Battre un chevalier d'or m'était surement possible, mon histoire le prouvait, mais pour quel résultat ? M'attirer l'ire du suivant ? Et de celui encore après ? Seul, je n'irais pas bien loin sur la route des douze maisons.
Et oui, mon petit Arbhaal... Même toi devais apprendre l'humilité. Ah Satine, que ne ferais-je pas pour toi...
La proposition du bélier semblait pertinente, et malgré son air, peut être trop moqueur ou impertinent, j'en notais le bon sens. A sa place, je n'aurais peut être pas fait preuve de tant de dialogue et de bonne volonté. Néanmoins, je devais me méfier. Un homme rusé et avisé se servirait d'une alléchante promesse pour me tirer les vers du nez. Autant entrer dans un jeu où j'en offrais assez pour satisfaire cet homme, sans aller trop loin dans la confidence.

Et bien, soit. Je te suis gré d'envoyer chercher Nimue des Poissons dans un premier temps. Je la connais relativement... bien.

D'un expiration, je relâchais la tension qui menaçait mes muscles raides, et fit le tri dans les informations que je pouvais librement communiquer.

Cette femme est ma promise, tout simplement. Elle est même la seule personne qui compte à mes yeux en ce bas monde. Ceci explique ma présence en ces lieux sacrés dont je sais l'accès plus que restreint. Pour une raison inconnue, elle s'est retrouvée dans le temple du Scorpion, selon les dires de Nimue, et donc me voici... Quand à moi, je me présente devant toi qu'en tant que simple guerrier en quête de sa lumière.

Avais-je menti ? Cela m'étonna intérieurement mais je n'en eu pas l'impression. Je n'étais pas spectre d'Hadès en ce monde, et ne me sentais nulle loyauté envers Arès hormis durant les batailles nécessaires à sa cause. C'était donc Arbhaal qui se montrait au Sanctuaire et non un ex-juge des enfers ou un cardinal.

Si je puis me permettre, tu sembles bien jeune pour endosser une telle armure et les responsabilités qui vont avec. Tu dois être vraiment précoce et disposé de talents innées. Ce n'est pas trop ardu d'être le premier gardien ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t369-sagitarrius-no-orion
SaadyrSaadyrArmure :
Bélier

Statistiques
HP:
[Fin Juin 550] La première marche G-bleu120/200[Fin Juin 550] La première marche V-bleu  (120/200)
CP:
[Fin Juin 550] La première marche G-rouge184/210[Fin Juin 550] La première marche V-rouge  (184/210)
CC:
[Fin Juin 550] La première marche G-jaune217/325[Fin Juin 550] La première marche V-jaune  (217/325)
Message Re: [Fin Juin 550] La première marche   [Fin Juin 550] La première marche EmptyMar 1 Mar - 19:05
Ca semblait n’être qu’une impression, mais Saadyr était presque certain que son attitude énervait d’ores et déjà son interlocuteur. C’était bien rapide songea-t-il, surtout qu’en l’état, il n’avait pas particulièrement cherché à l’irriter. Mais force était de constater que l’attitude du jeune Bélier avait le don de ne pas plaire à tout le monde. Cette insouciance, ce ton impertinent et audacieux, ce sourire presque mesquin, cela pouvait presque se comprendre. Soit, c’était ainsi. Et à vrai dire, ce n’était encore qu’un pressentiment, son interlocuteur n’avait pas l’air de montrer la moindre colère ou quoique ce soit du genre sur son visage. Saadyr fut satisfait de constater que cet étranger était raisonnable et n’insista pas plus sur un quelconque droit de passage. Cette voix toujours chantante, il répondit plutôt gentiment, sans faire preuve de la taquinerie qui le caractérisait tant.

« Sage décision. »

A ces mots, le jeune garçon ferma les yeux, puisa un instant dans son cosmos et ses pouvoirs pour faire appel à l’esprit du chevalier des Poissons qu’il capta plus haut dans les douze maisons. La télépathie les connecta tous deux. « Nimuë, pourrais-tu descendre au premier temple s’il te plais ? Un dénommé Arbhaal s’est présenté et t’a nommé. Il semble te connaître. » Il n’insista pas plus puis rouvrit son regard perçant sur l’homme devant lui. Son sourire légèrement tarit durant un instant, il reparut bien vite en observant à nouveau le guerrier étrange. En attendant qu’arrive les Poissons, ils pouvaient amplement discuter, ce qui semblait en un sens intéressant.

Ainsi donc, cette femme n’était pas n’importe qui pour lui. Saadyr ne pouvait jurer sur la véracité des propos de cet homme, après tout, il n’avait véritablement pas entendu parler d’une quelconque personne au niveau du temple du Scorpion. Mais à l’inverse, il n’avait pas eu l’occasion de vraiment parler avec le gardien de celui-ci et il n’était passé qu’une seule fois par ce temple sans avoir fait plus que ça attention à ce qui s’y trouvait. Néanmoins, il nota la tournure de la dernière phrase d’Arbhaal. Il se présentait devant lui qu’en tant que simple guerrier. Cela pouvait sous entendre qu’il ne venait pas au nom du camp qu’il pouvait possiblement soutenir en d’autres circonstances. A nouveau, ce n’était que supposition, mais cela collait avec les connaissances qu’il avait sur le Sanctuaire. Saadyr n’en fit pas la remarque et garda cette possibilité à l’esprit. Il cessa d’observer l’homme devant lui, coupant cette intenable et malsaine curiosité qui mettait sans aucun doute mal à l’aise toutes personnes qui croisait ses pupilles. Son sourire lui aussi se fit doucement plus calme, moins mesquin.

« Je vois. Je dois dire que c’est un acte courageux et honorable que de se battre pour retrouver l’élue de son cœur. Je ne puis te promettre que tu la retrouveras, mais je l’espère pour toi. Tu sembles réellement sincère. »


Et cette sincérité, qui n’était pas l’adage de Saadyr, le toucha. Il trouva ça presque adorable, sans y attribuer une quelconque niaiserie. Quelque chose, dans les paroles d’Arbhaal dégageait une force de conviction. Pas que l’amour était quelque chose qui plaisait particulièrement au jeune Bélier – surement parce qu’il n’en connaissait pas tous les tenants – mais son caractère taquin et mesquin n’était pas insensible. Il ne pouvait promettre de l’aider, sa tâche première était de protéger ce temple, mais il était sincère quand il disait l’espérer. Etre séparer d’une personne qu’on aime – que ce soit par l’amour familiale ou non – n’était pas agréable.

La question le prit légèrement au dépourvu et lui arracha un petit rire. Sa jeunesse était-elle donc si surprenante ? Il n’était pourtant pas si différent des autres en terme d’âge. Son attitude, parfaitement assumée, jouait contre lui, ce qui sur l’instant lui importa peu.

« Qui sait. C’est une tâche importante, mais je m’en accommode plutôt bien je crois. »

Il adressa un nouveau sourire mais se garda bien d’en rajouter plus. Il n’était pas nécessaire de parler de sa tâche à un homme qui restait malgré tout un étranger, surtout s’il s’agissait de la première fois qu’il interceptait quelqu’un de la sorte.

« Je ne voudrais pas ternir tes espoirs Arbhaal, néanmoins, même si je te laissais passer, six autres chevaliers vont se dresser face à toi avant que tu n’arrives jusqu’au Scorpion. L’un d’eux pourrait ne pas être aussi conciliant ou sympathique que moi. Je suppose que tu en as conscience, mais que ferais-tu si le droit de passage t’était définitivement refusé ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t471-saadyr-chevalier-d-or-
OrionOrionArmure :
Sagittaire

Statistiques
HP:
[Fin Juin 550] La première marche G-bleu220/220[Fin Juin 550] La première marche V-bleu  (220/220)
CP:
[Fin Juin 550] La première marche G-rouge240/240[Fin Juin 550] La première marche V-rouge  (240/240)
CC:
[Fin Juin 550] La première marche G-jaune265/265[Fin Juin 550] La première marche V-jaune  (265/265)
Message Re: [Fin Juin 550] La première marche   [Fin Juin 550] La première marche EmptyMar 1 Mar - 21:15
J'étouffais un soupir de soulagement lorsque je perçus le cosmos du jeune bélier lancer un appel. Chose promise, chose due. Malgré son attitude première, un peu trop désinvolte à mon gout, l'homme qui me faisait face venait de faire preuve de bienveillance et d'un bel esprit de conciliation, ce dont je lui fus reconnaissant.
Plus apaisé, moins tendu par une nervosité pénible, je lui adressais un sourire de reconnaissance. Maintenant, je ne pouvais que me contenter d'attendre.
Les paroles suivantes me touchèrent, malgré ma carapace. Si j'étais sincère, ce jeune homme semblait l'être tout autant. Bon sang, me serais-je fourvoyé concernant les saints d'Athéna ? Certes, la majorité d'entre eux m'avaient toujours fait très mauvaise impression, et se disputaient entre hypocrisie, arrogance, intérêt personnel et lâcheté.
Pourtant quelques rares élus restaient dans les souvenirs comme des individus dignes de mon respect. Peut être que ce jeune homme en ferait parti.

Je le suis. Rien ne m'importe davantage que sa sécurité. J'ai traversé bien trop d'épreuves pour la perdre aujourd'hui. Et même si cela peut paraitre niais, je suis persuadé qu'elle et moi avons droit au bonheur. Nous aussi.

Cette conversation ranimait une certaine frustration mais aussi un souhait qui me menait à la baguette. Moi, l'impitoyable guerrier sanguinaire, le juge impitoyable et incorruptible... Trop humain à cause d'une femme. Satine faisait de moi un être faible et pathétique et pourtant je refusais de cesser la lutte pour la retrouver. Sans elle, je savais que seules les ténèbres seraient mon devenir.
Saadyr esquiva bien vite ma question sur son statut, preuve que le sujet demeurait sensible, ou qu'il s'en désintéressait totalement, pour rebondir sur un sujet assez brûlant. Et le pire, c'est qu'il ne faisait que m'évoquer un futur immédiat. J'ignorais le nombre de chevaliers d'or d'éveillés, mais nul doute que la route serait bien longue avant de parvenir à ma destination.
Toutefois, les choses restaient limpides...

Je combattrais, tout simplement. J'ose croire que si elle se déplace Nimue m'escortera jusqu'au temple du Scorpion. Mais si ce n'est pas le cas, et si tes pairs refusent le dialogue, je n'aurais pas beaucoup de choix. Je viens vers vous dans un esprit de dialogue et de non-violence, ce qui, tu peux me croire, est un réel exploit pour moi. Mais celui qui me tiendra à distance de ma seule chance de trouver le salut n'est pas encore né.

Je restais le plus neutre et naturel possible, mais autant dire les choses clairement. Si un chevalier d'or se mettait volontairement sur ma route, il devrait en payer le prix. Et puis bordel ! On me bassinait à longueur de temps sur la prétendue humanité d'Athéna, sur son amour pour les hommes et leurs faiblesses ! S'il y avait une once de vérité dans ces foutaises religieuses, j'en voulais la preuve !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t369-sagitarrius-no-orion
MorwennaMorwennaArmure :
Armure d'Or des Poissons

Statistiques
HP:
[Fin Juin 550] La première marche G-bleu1500/1500[Fin Juin 550] La première marche V-bleu  (1500/1500)
CP:
[Fin Juin 550] La première marche G-rouge1500/1500[Fin Juin 550] La première marche V-rouge  (1500/1500)
CC:
[Fin Juin 550] La première marche G-jaune1800/1800[Fin Juin 550] La première marche V-jaune  (1800/1800)
Message Re: [Fin Juin 550] La première marche   [Fin Juin 550] La première marche EmptyDim 6 Mar - 16:15
Sourde colère






Sur la demande du premier gardien, Nimuë s'était exécutée. Ainsi donc, et comme Lesath l'avait parié, le voyageur du temps ne l'avait pas écouté. Pire, il la confrontait devant tous ses pairs, dans cette sordide histoire qu'elle aurait voulu garder secrète. En faisant fi de ses recommandations, Arbhaal venait de s'attirer les foudres de la O'Bannon. Et lui plus que quiconque, connaissait leur colère légendaire et ce qu'elle entraînait. Avait-il oublié qu'il était un Berserker désormais ? Et qu'à ce titre il était un ennemi ? L'impliquer de la sorte ne ferait qu'éveiller davantage la suspicion de ses pairs et, déjà vacillante et chamboulée par son passé, voilà que le futur venait planter une nouvelle graine de discorde ! Non, Nimuë n'avait pas besoin de ça, pas maintenant. Pas après ce qui venait de se passer au temple du Lion.

Telle une tornade carmine, la jeune femme s'était ruée en bas du Sanctuaire, laissant son aura de sang s'exprimer pour elle. Alors des ténèbres, surgirent l'éclatante couleur flamboyante de sa chevelure de feu, l'immaculé de son masque de fer. Froid, inexpressif. Implacable. Dans sa main gauche, sa fine lame luisait d'une lueur assassine et tenait déjà Arbhaal en respect, la pointe de son arme tournée vers le guerrier. Dans la pénombre, l'éclat de jade de son regard pers ne laissait aucun doute sur son humeur et ne serait pas sans lui rappeler celui que lui jetait sa bien-aimée dans ses moments de colère.

- Comment oses-tu ?! Siffla t-elle en réduisant à néant la distance qui pouvait bien les séparer encore. - Es-tu à ce point égoïste pour ne pas voir tout le mal que tu sèmes, Arbhaal ? Ne t'avais-je pas prévenu des conséquences ?

Brièvement, elle se tourna vers le témoin de cette scène qu'elle n'avait pas imaginé vivre. Nimuë rengaina son arme, poussa un long soupir dans l'espoir de faire taire le chaos qui régnait dans son esprit.

- Saadyr je suppose ? Ravie de te rencontrer, même si j'aurais préféré que notre première rencontre se passe autrement, crois-moi. Puis, désignant Arbhaal. - Je connais effectivement cet homme, Arbhaal, Cardinal de la Mort. Si tu le permets je voudrais l'escorter en dehors de ces murs. Il n'a rien à faire ici.

Un nouveau coup d’œil appuyé dans la direction du guerrier.

- Puisque tu agis selon ton bon vouloir en faisant peu de cas de ce que l'on te conseille, je n'ai pas d'autres choix. Tu es au Sanctuaire ici, et tu es un ennemi, les règles s'appliquent à toi aussi, quand bien même nous sommes … liés.

Elle fit un nouveau pas, puis un second, plus menaçant, laissant son aura empoisonnée tournoyer vers le jeune impudent.

- Je te laisse une dernière chance de regagner la raison et de faire demi-tour ! Si tu t'entêtes … tu devras me prouver une nouvelle fois la force de tes convictions ! Mais cette fois-ci … je serai bien décidée à ne pas retenir mes coups. Te tuer ne me poseras aucun problème. Vu le peu de respect que tu me portes à moi et Satine …

Sourde colère.






© Never-Utopia


[Fin Juin 550] La première marche Cxyl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t239-nimue-gold-sainte-des
SaadyrSaadyrArmure :
Bélier

Statistiques
HP:
[Fin Juin 550] La première marche G-bleu120/200[Fin Juin 550] La première marche V-bleu  (120/200)
CP:
[Fin Juin 550] La première marche G-rouge184/210[Fin Juin 550] La première marche V-rouge  (184/210)
CC:
[Fin Juin 550] La première marche G-jaune217/325[Fin Juin 550] La première marche V-jaune  (217/325)
Message Re: [Fin Juin 550] La première marche   [Fin Juin 550] La première marche EmptyJeu 10 Mar - 17:33
C’était presque une tempête qui déboulait dans son temple, dont l’odeur de rose déborda sur l’encens qui d’ordinaire embaumait les lieux. Saadyr n’eut pas besoin de se retourner pour reconnaître l’arrivée du chevalier d’or des Poissons, mais néanmoins, il ne cacha pas sa surprise quant-à la réaction de celle-ci. Ainsi donc, Arbhaal avait mésestimé les conseils de Nimuë, qui confirmait d’ailleurs le connaître, ce qui avait déclenché la colère de celle-ci. De toute évidence, les choses allaient se compliquer pour l’étranger venu en quête de sa bien aimée. Si le Bélier ne s’offusqua pas d’apprendre que l’homme devant lui était un Cardinal d’Arès – bien qu’il n’apprécie guère la découverte, il maintint ses positions quant-au fait qu’il ne laisserait pas passer cet homme. D’une parce qu’apprendre son allégeance était un poids suffisant pour lui refuser le passage et suffisait même à déclencher un combat – ce qui risquait de ne pas tarder aux vues de la colère des Poissons -, de deux parce que ce n’était pas son rôle, il était le gardien de cette maison, et de trois car sans l’aide de Nimuë, espérer franchir ces portes d’une quelconque manière était à oublier. Sans se départir de son sourire, gardant néanmoins un regard sur Arbhaal, il répondit à sa collègue, ce ton toujours léger dont on pouvait malgré tout y sentir une légère touche viciée. S’amusait-il ou prenait-il plaisir de ce genre de retournement de situation ? Ce n’était peut être pas totalement faux. Il n’avait pas menti quand il disait croire le Cardinal sur son désir de retrouver cette femme, néanmoins, le Bélier était de ceux à s’amuser de bien des situations et trouver croustillant ce genre de contretemps.

« Tu as ma permission, Nimuë. J’ai prévenu cet homme que sans ton consentement pour jouer en sa faveur, il n’aurait pas l’autorisation de passer ce temple. J’en juge par ta réaction que… les choses ne vont pas exactement se passer comme il l’avait imaginé. »

Son regard s’appuya un peu plus sur le Cardinal, qu’il toisa avec un certain amusement. Le mensonge n’avait pas plus à Saadyr, mais il reconnaissait pouvoir agir de la même manière en omettant des détails, aussi n’en tint-il pas plus rigueur à Arbhaal. Hélas, il l’avait prévenu, cela ne changerait rien à cet état de fait.

« Si néanmoins vous devez combattre, prouver ce que vous avez à prouver, auriez vous l’aimable obligeance de le faire hors de mon temple ? »

Le regard toujours souriant, quoique taquin, voire même plus, il posa ses yeux sur le chevalier d’or des Poisson.

« Si bien sûr tu as besoin d’aide Nimuë, n’hésite pas. »

Citation :
Bon déjà, désolé du temps de réponse et de ce post tout pourri...
Sinon, vous avez le choix, soit vous continuez ici (notamment si Arbhaal insiste pour rester), en ce cas Saadyr va rester à côté mais n'interviendra pas sauf si vous décidez de vous battre ici (soutien de Nimuë évidemment, même s'il appréciera pas que ça se passe dans son temple).
Soit vous partez comme l'a demandé Nimuë et auquel cas Saadyr vous laissera vous barrer.

Voilà voilà !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t471-saadyr-chevalier-d-or-
OrionOrionArmure :
Sagittaire

Statistiques
HP:
[Fin Juin 550] La première marche G-bleu220/220[Fin Juin 550] La première marche V-bleu  (220/220)
CP:
[Fin Juin 550] La première marche G-rouge240/240[Fin Juin 550] La première marche V-rouge  (240/240)
CC:
[Fin Juin 550] La première marche G-jaune265/265[Fin Juin 550] La première marche V-jaune  (265/265)
Message Re: [Fin Juin 550] La première marche   [Fin Juin 550] La première marche EmptyJeu 10 Mar - 18:30
J'étais las. Épuisé. Découragé devant une situation qui, malgré mes réels efforts, tournait au cauchemar.
La brusque arrivée de Nimue me décontenança, mais ce furent ses paroles aussi acérées que des coups de poignards qui m'achèvent. Etais-je dévoué à faire le mal ? A me comporter en monstre sans coeur ? C'était probable tant chaque fois que j'esquissais un pas vers l'humanité, elle me rejetait en bloc.
Je dévisageais cette femme comme je l'aurais fait d'une étrangère, sans prononcer un mot durant de longues secondes de stupeur.
J'entendis machinalement le bélier soutenir sa pair, tout en se moquant légèrement de ma déconvenue. Je ne pouvais lui en vouloir vu le spectacle lamentable que j'offrais.
Le poing serré, le regard de braise, je parvins à lancer d'un ton amer.

Où vois-tu un cardinal ?

Je levais alors les bras pour désigner ma tenue simple. Pas de cuirasse, pas de surplis, rien d'autre que du tissu. Fallait-il une autre preuve de ma bonne foi ? Arbhaal se présentait aux portes du sanctuaire et personne d'autre.

Tu veux me tuer ? Ne te gênes surtout pas. Même si tu me défie, je ne porterais pas la cuirasse qu'Arès m'a offerte. Car je suis ici en mon nom propre !

Le souffle court, je fermais les yeux quelques secondes pour reprendre mon calme, chose relativement inhabituelle chez moi. Ce fut d'un d'une voix apaisée, maitrisée que je repris à l'attention de Nimue.

Si je suis ici, ce n'est pas pour te mettre dans l’embarras. J'ai juste... réfléchi. Pour la première fois depuis très longtemps, je ne veux plus être le jouet des dieux. Nimue, j'ai renoncé à un pouvoir que tu n'imagines même pas, à l'influence, à l'immortalité pour elle. Si je suis ici, c'est parce que je réalise que la violence ne sera pas la clé.

Ces propres mots sonnaient si étranges à mes oreilles. Moi l’impulsif, le destructeur, le terrible ancien juge des enfers, actuel cardinal rejeté par les siens. Et pourtant, aussi stupéfiant que cela paraisse, je croyais profondément en ces paroles.
Mais comment réagir face à une telle colère ? Relever le gant ? Combattre encore et toujours ? Non, pas cette fois. Je ne pouvais plus, je ne voulais plus. Cette situation était sans issue... Qu'avais-je encore à perdre ? Avec une infinie lenteur, luttant contre le hurlement de mon égo, contre l'insulte faite à mon honneur et mon orgueil de guerrier, je me baissais pour poser un genou à terre, puis le second. La tête baissée vers le sol d'abord, puis la relevant tout en tachant de conserver un air entier. Pour la première fois je pliais l'échine.

Satine est la seule personne qui fait de moi un homme. Qui me raccroche à la lumière. Si tu me rejette aujourd'hui, c'est pour me renvoyer dans les ténèbres. Tout ce que je veux c'est partir avec elle... Aller vivre dans un havre de paix, loin des guerres et des conflits.

Sans me soucier d'une posture que j'aurais juger pathétique voilà encore quelque heures, j'avalais ma salive, les mains tremblantes de peur. De terreur même. Si j'échouais maintenant, seul un sillage de sang me mènerait à Satine, et tout recommencerait encore et encore.

Si le seul moyen de vivre à ses cotés est de renoncer à retourner chez nous, alors soit. C'est la seule et unique chose qui me lie à Arès. La promesse de sa part d'un retour de là où nous venons. Je suis un paria pour les Berzekers, je n'ai donc rien à perdre. Si c'est le seul moyen, fais de moi un prisonnier, mais autorise Satine à me rendre visite.

Comme l'amour m'avait changé... Je l'avais cru morte une fois, et je refusais de revivre une telle douleur, de tels regrets. Une seconde chance m'était offerte, et j'étais bien décidé à tout faire pour la saisir. Quelque soit le prix à payer.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t369-sagitarrius-no-orion
MorwennaMorwennaArmure :
Armure d'Or des Poissons

Statistiques
HP:
[Fin Juin 550] La première marche G-bleu1500/1500[Fin Juin 550] La première marche V-bleu  (1500/1500)
CP:
[Fin Juin 550] La première marche G-rouge1500/1500[Fin Juin 550] La première marche V-rouge  (1500/1500)
CC:
[Fin Juin 550] La première marche G-jaune1800/1800[Fin Juin 550] La première marche V-jaune  (1800/1800)
Message Re: [Fin Juin 550] La première marche   [Fin Juin 550] La première marche EmptyJeu 10 Mar - 19:34
Sourde colère






Elle reconnaissait, dans les mots et l'attitude de l'homme qui lui faisait face, l'être démuni et désemparé qu'elle avait contemplé pour la première fois, à Atlantis. Perdu dans les limbes du temps et de la Mort, oscillant entre lumière et obscurité, cet Arbhaal paraissait devenir un reflet d'elle-même. La force de ses mots percuta la barrière de colère pour la mettre à mal, laissant une Nimuë pantoise et déstabilisée. Était-il réellement sincère ? Cette pensée fit se raffermir sa main contre la garde de son épée toujours pointée vers sa gorge. La remarque de Saadyr n'était pas tombée dans l'oreille d'un sourd, aussi acheva t-elle de rengainer sa lame. Si il se présentait en tant qu'Arbhaal et simplement Arbhaal, comme elle avait fait non pas en tant que Sainte mais en tant que femme lors de sa visite diplomatique au Sanctuaire sous-marin, alors l'espoir n'était pas perdu.

Elle échangea avec le premier gardien, un regard entendu, avant de se concentrer sur le Berserker. Ou plutôt, l'apatride. À genoux devant elle dans une position soumise, elle devinait l'importance de ce geste. L'orgueil et l'honneur chez cet homme étaient deux notions fortes. Elle ne manqua pas de lui envoyer une petite pique afin, peut-être, d'attester de sa bonne foi.

- Un grand et ancien Juge des Enfers à mes pieds ! Je pourrais prendre la grosse tête en pensant avoir vaincu la Mort. Elle étouffa un rire de sa main contre ses lèvres de fer, froides et inanimées. - Je n'ai même pas eu besoin de lever le petit doigt pour te faire ployer l'échine, tu vois, Saadyr, toute l'étendue de ma puissance ! Ah ah ah …

Un soupir. Elle s'agenouilla à son tour devant le pauvre hère, torturé, vaincu par la douleur et la fatigue. Lentement, la jeune femme alla cueillir entre ses doigts, le menton de cet homme qui, comme il l'affirmait lui même, n'avait plus rien à perdre. Ce qui le dotait d'une certaine … dangerosité qu'elle n'allait pas nier.

- Regarde-moi. Lui commanda t-elle d'un ton radoucit. - Je te crois. Je vois bien que tu ne me mens pas. Je m'excuse pour … cet éclat. J'étais … hors de moi, je pensais vraiment que tu en avais rien à foutre. J'en ai assez de voir le monde qui m'entoure s’auto-détruire.

Tout en l'aidant à se redresser, la jeune femme continua.

- Mais tu demeure un danger pour les miens, pour le Sanctuaire. Je vais donc, comme tu me l'as suggéré, te constituer prisonnier. La Déesse de la Sagesse décidera de votre Destin … à toi et à Satine.

Puis, tournant la tête vers le Bélier.

- Je vais aller me charger de prévenir le Grand Pope en personne et m'occuper de Satine. Pourrais-tu … l'emmener dans les geôles ? J'avoue ne pas savoir où elles se trouvent. En cinq ans de service, crois le ou pas, je n'ai presque jamais foutu les pieds au Sanctuaire.

Peut-être en demandait t-elle un peu trop au Saint qu'elle ne connaissait même pas. Mais elle n'avait pas vraiment d'autres choix que celui-là. Avant de partir, comme elle était venue, la pirate glissa une dernière fois, quelques mots à l'attention du renégat.

- Satine a vraiment de la chance d'avoir un homme tel que toi à ses côtés. J'aimerai pouvoir m'attacher autant à quelqu'un, un jour, sans avoir peur de le perdre. Je reviendrais te voir dès que possible. Ne perds pas espoir, je serai ta voix auprès de notre Grand Pope.

HRP:
 





© Never-Utopia


[Fin Juin 550] La première marche Cxyl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t239-nimue-gold-sainte-des
 
[Fin Juin 550] La première marche
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Libro Scripturae :: Imperium Byzantinum :: Sanctuaire :: Temple du Bélier-
Sauter vers: