Votez
I
II
III


Mars 553 AD (Jusqu'à la fin de l'Event)
 
Partagez
 

 [ Fin Juin 550 ] Retour du maître des lieux ( Marinas )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
LiaoLiaoArmure :
Protection de Poséidon

Statistiques
HP:
[ Fin Juin 550 ] Retour du maître des lieux ( Marinas ) G-bleu160/160[ Fin Juin 550 ] Retour du maître des lieux ( Marinas ) V-bleu  (160/160)
CP:
[ Fin Juin 550 ] Retour du maître des lieux ( Marinas ) G-rouge240/240[ Fin Juin 550 ] Retour du maître des lieux ( Marinas ) V-rouge  (240/240)
CC:
[ Fin Juin 550 ] Retour du maître des lieux ( Marinas ) G-jaune305/305[ Fin Juin 550 ] Retour du maître des lieux ( Marinas ) V-jaune  (305/305)
Message [ Fin Juin 550 ] Retour du maître des lieux ( Marinas )   [ Fin Juin 550 ] Retour du maître des lieux ( Marinas ) EmptyDim 20 Mar - 16:39
:: Poséidon libéré...

A son retour, Liao avait dû faire un détour par Alexandrie. La situation l’exigeait même si il aurait préféré rentrer directement sur Atlantis. C’était la première fois qu’il utilisait son pouvoir de cette manière, pour demander à la mer de conduire un navire à bon port. L’ancien compagnon de Nimuë s’était montré particulièrement silencieux accusant la nouvelle, ou trop apeuré devant les capacités de son nouveau capitaine pour dire un mot. Le chinois pensa beaucoup à Nimuë, même si son esprit ne pouvait complètement s’éloigner de l’urne. Qu’allait-il advenir. Que se passerait-il sur Atlantis. Et surtout comment libérer Poséidon de ses entraves. Les pions de chaque camp se mettaient en place, et les marinas allaient devoir entrer dans la partie rapidement. Il espérait que le Légat aurait plus de réponses à ses questions. De plus les récentes découvertes posaient de nombreuses questions sur l’intervention des marinas cinq années auparavant. Poséidon était enfermé depuis bien longtemps dans cet urne, surtout à en croire l’attitude d’Athéna. L’esprit de l’Hippocampe ne cessait d’envisager toutes les situations ou solutions possibles. Les plus farfelues comme les plus évidentes. L’être divin enfermé dans l’objet à ses côtés possédait aussi une partie des réponses. Ces dernières ne tarderaient pas, et il avait le pressentiment que certaines ne seraient pas du tout à son goût.

Arrivé à Alexandrie, Liao donna des ordres pour que le navire soit vérifié et réparé si nécessaire. Old John, l’ami de Nimuë, resta en retrait et attendit que le chinois revienne vers lui avec des ordres précis. Il allait seconder le futur capitaine du navire de la Saint, pour assurer la protection des navires de ravitaillement des marinas. La discussion ne dura guère longtemps. Liao ne fit pas s’éterniser les au revoir, et fournit le minimum d’explication sur la situation. Les autres marins combleraient les vides avec leur appréciation des choses, et certaines rumeurs. Tenant l’urne, le général se dirigea rapidement vers l’entrée du Sanctuaire sous-marin. Cette fois, il en oublia les efforts de discrétion sans pour autant agir de manière ostensible. Les gardes furent surpris de la voir revenir par ce chemin, mais ne posèrent aucune question. De plus l’aura de leur Dieu était perceptible à présent. La puissance du sceau s’amenuisait à mesure qu’il se rapprochait du cœur d’Atlantis. En peu de temps, l’Hippocampe avait pénétré la cité en elle-même et se dirigeait vers le temple de Poséidon. Le cosmos de Hassan était ténu et presque imperceptible. Cela l’inquiétait beaucoup. L’énergie de l’urne avait dû être sentie par les autres généraux, et agirait comme un appel pour eux. Ce détail ne fit que passer dans l’esprit de Liao, qui se dirigeait vers le temple de Poséidon.

Une fois à destination, Liao stoppa son avancée en sentant une grande puissance provenir du temple. Un éclair doré s’échappa des environs du pilier central pour venir se planter dans le sol à un mètre de l’Hippocampe. Le trident de Poséidon. L’arme avait dû sentir le retour de son maître. Posant l’urne, l’Hippocampe resta interloqué devant cet objet sacré. C’était la première fois qu’il le voyait. Le chinois ne savait comment agir ni réagir, mais son écaille semblait plus sûre d’elle à ce sujet. Se laissant guider par son instinct, Liao empoigna l’arme et s’approcha de l’urne. Le trident commença à aspirer son cosmos pour alimenter sa puissance, et l’homme eut l’impression d’être vidé de ses forces rapidement.


_ « Espérons que cela marchera… »

Des paroles murmurées tandis qu’il brandissait le trident au-dessus de l’urne. Ses doutes furent balayés en quelques secondes. Le trident brilla de plus en plus, tandis que la fatigue étreignait le corps du marina. Puis ce dernier frappa le sceau de Thanatos. Une explosion suivit cet acte volontaire. Liao se retrouva projeter contre un mur à plusieurs mètres de là. Le trident chuta à mi-chemin entre l’obstacle et l’urne. De cette dernière sortit une silhouette. Son cosmos envahit rapidement les lieux. L’Hippocampe sombra petit à petit dans l’inconscience, et la dernière image qu’il aperçut fut celle d’un homme ramassant le trident et se dirigeant vers lui.


" We all have inner demons to fight, we call these demons, fear and hatred and anger.
If you do not conquer them then a life of one hundred years is a tragedy.
If you do, then a life of a single day can be a triumph. "
lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t233-liao-general-de-l-hipp
PoséidonPoséidonArmure :
Scale de Poséidon
Message Re: [ Fin Juin 550 ] Retour du maître des lieux ( Marinas )   [ Fin Juin 550 ] Retour du maître des lieux ( Marinas ) EmptyDim 20 Mar - 16:41
L’obscurité et le vide. Voilà ce qui formait le monde du Dieu depuis un temps extrêmement long. Cette notion même disparaissait dans ce lieu coupé de tout. Ses souvenirs étaient ses seuls compagnons durant cette longue attente. Il revoyait les derniers évènements, et surtout le visage de ses geôliers. Un sentiment de vengeance étreignait son âme à chaque fois, et son courroux serait incommensurable une fois libéré de sa prison. D’autres questions étreignaient son esprit. Que devenaient ses enfants. La guerre avait-elle était gagnée ou perdue. Les premiers temps, le Dieu des Océan avait déversé sa colère et sa rage contre les barreaux de sa prison sans succès. Résigné, il attendait à présent le moment où ce sceau serait brisé pour lui offrir la liberté tant convoitée maintenant. Dans cet univers si étroit, peu de sensations lui parvenaient pour ne pas dire aucune la plupart du temps. Et pourtant il le sentait. Le sceau faiblissait. Des cosmos familiers tout en étant différent semblaient flotter autour de sa prison. Le moment serait-il enfin venu pour lui fouler à nouveau la terre, de retrouver sa cité d’Atlantis. Cette impatience le poussa à reprendre la lutte contre ce sceau maudit et nauséabond... Puis il le sentit. Son trident. Son arme l’appelait en réponse à son pouvoir. Quelqu’un allait libérer. Enfin. La déflagration le secoua légèrement, mais il n’y accorda aucune importance. Le Dieu se dirigea vers la liberté à la manière d’un génie sortant de sa lampe.

La lumière l’éblouit pendant quelques secondes, avant qu’il ne s’habitue. Son regard se posa sur sa cité, dont la beauté semblait renouvelée par la présence de son propriétaire et maître. Poséidon était engourdi après tant d’année enfermé. Combien d’ailleurs. Son cosmos envahissait Atlantis par vague. Le ciel semblait plus clair. La lumière plus lumineuse. Les pierres plus neuves. Des embruns balayaient la cité comme pour souhaiter la bienvenue à la divinité. Passé la contemplation de sa cité, l’attention du Dieu se posa sur son trident non loin de là et sur le marina inconscient un peu plus loin. Un sourire paternaliste s’afficha sur les traits de Poséidon, tandis qu’il prenait possession de son arme en observant le général de l’Hippocampe. Son trident dans la main, il partit en direction de l’être ayant participé à sa libération. Ses traits lui étaient étrangers, mais il était l’un de ses enfants. Cet homme avait œuvré pour son retour, et il méritait une part de sa reconnaissance… Même si c’était lui qui avait fait tout le travail par l’intermédiaire de son trident. D’un pas lent, Poséidon s’approcha de Liao et se mit à genou devant lui. L’une de ses mains se posa sur la tête de l’inconscient, à la manière d’un grand frère.

_ « Tu as bien travaillé mon enfant. Reposes-toi à présent. »

Avec des gestes doux, Poséidon porta Liao et le posa à côté de l’urne en l’adossant contre un mur. Le Dieu avait senti ses autres enfants arriver. Les généraux s’étaient réunis à son appel. Dès qu’il avait touché son trident, son pouvoir s’était étendu à toute la cité avec une puissance croissante. Le Dieu récupérait ses forces à chaque instant passé en dehors de l’urne. Avec un sourire ravi, Poséidon observa attentivement les Atlantes rassemblés devant lui. D’un geste sec, le trident frappa le sol devant le temple. Une onde se répercuta dans toute la cité. Le Dieu interrogeait les écailles sur leur passé, afin d’obtenir des informations sur les années passées. Ces dernières étaient floues et confuses, trop nombreuses et trop éparses. Il n’en tira que peu d’informations fiables. Les porteurs sentaient leurs armures répondre à cet appel, et se retrouvaient figés l’espace de quelques secondes.

_ « Cent années. » Poséidon avait murmuré ces paroles, comme plongé dans ses pensées. Ses yeux s’ouvrirent et fixèrent les généraux assemblés devant lui. « Mes enfants. Je vois que mes armures ont choisi avec goût les gardiennes de cette génération. »

Le regard de Poséidon s’était focalisé sur les deux générales face à lui, occultant légèrement le pauvre Lytès. Dont la présence finit par apparaître au Dieu après un laps de temps plutôt long.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RymeRymeArmure :
Armure du Lion

Statistiques
HP:
[ Fin Juin 550 ] Retour du maître des lieux ( Marinas ) G-bleu1800/1800[ Fin Juin 550 ] Retour du maître des lieux ( Marinas ) V-bleu  (1800/1800)
CP:
[ Fin Juin 550 ] Retour du maître des lieux ( Marinas ) G-rouge1200/1200[ Fin Juin 550 ] Retour du maître des lieux ( Marinas ) V-rouge  (1200/1200)
CC:
[ Fin Juin 550 ] Retour du maître des lieux ( Marinas ) G-jaune1650/1650[ Fin Juin 550 ] Retour du maître des lieux ( Marinas ) V-jaune  (1650/1650)
Message Re: [ Fin Juin 550 ] Retour du maître des lieux ( Marinas )   [ Fin Juin 550 ] Retour du maître des lieux ( Marinas ) EmptyLun 21 Mar - 12:48
Une tignasse noire, puis un flash écarlate s'étaient détachés du Pilier de l'Antarctique. Désormais statique, la silhouette se protégeait du soleil en relevant la main au niveau des sourcils tout comme elle profitait de ses rayons chaleureux. Humant l'air qui s'offrait à elle, la salamandre rouge, accrochée à son bras, ne laissait pas l'ombre d'un doute quant à l'identité du général et pourtant, la mine presque insouciante de cette dernière était à l'instant bien loin de celle d'un guerrier attendu en ces lieux. Certes, elle avait ses soucis, mais par un jeu d'apparence auquel Ariane tenait fort bien, ceux-ci demeuraient profondément tapis dans son esprit. Loin des yeux, loin du cœur, souvenirs et personnages se confondaient en une seule et même entité. Les temps se révélaient paisibles en Atlantis, bien plus que ce que la situation actuelle du camp ne laissait pourtant présager dans ses choix politiques.

Or, quelque chose avait troublé ces vies paisibles. Comme des vagues ondulants à la surface de l'eau, cette "chose" avait balayé la gaieté quotidienne en l'espace d'un instant.

Et à son Pilier, Ariane l'avait senti. Cette libération. Ce cosmos gigantesque et pénétrant qui s'était éveillé d'un instant à un autre, réveillant par ailleurs bien des esprits atlantes cachés dans les recoins d'Atlantis. S'en eut été une évidence, alors que l'énergie divine se dispersait tel un ras-de-marée aussi étouffant qu'apaisant. Ou tout du moins, aux yeux bleus de la Lyumnade. Ses pensées secondaires en avaient été aussitôt balayé. La réponse à sa question lui vint bien plus vite que prévue. Poséidon était de retour.

Qu'on lui eut dit ça il y a un mois, peut-être l'ex-Tribut en aurait rit. Mais désormais, la situation était bien différente et c'était ainsi que le général de l'Antarctique s'était mise en route, en direction du Palais fait d'un marbre atlante atypique. Déposant Teigne sur le Pilier, l'amphibien alla mollement trotter du bras de sa maîtresse au Pilier d'Atlantis. Sans nulle doute la chaleur le rendait un peu groggy et contenté. L'Ecaille qui trônait quant à elle fièrement à sa gauche eut automatiquement été endossée pour l'occasion.

La jeune femme s'était ainsi présentée en face des lieux avec une certaine rapidité. Ne pressentant pas les autres généraux à l'intérieur si ce n'est celui de son compère qu'elle pouvait déjà reconnaître, tous répondrait à l'appel. Prenant son courage à deux mains, ses pas l'amenèrent directement à l'intérieur du Temple où siégeait le dieu de la Mer. Ce qu'elle y vit lui plut néanmoins beaucoup moins.

Silencieusement, la générale n'eut pas à se faire prier pour marcher en direction de Liao qui demeurait accolé contre l'urne. Quant à elle, elle fut trop incertaine des événements qu'avaient vécu le jeune homme pour y prendre des conclusions hâtives. Tant et si bien qu'elle accorda sa première attention au général en question. Passant une main rapide sur le front de Liao, Ariane vérifia son état. Vivant, mais inconscient. Mâchouillant sa lèvre inférieure, elle se sentait mentalement coupable. La venue du gardien de l'Océan Pacifique Nord avait été pressentie depuis quelques heures à peine, mais Ariane n'avait pas pris la peine de le questionner directement à son retour. D'une, parce que Nimuë n'était pas à ses côtés, ce qui signifiait en soi une sorte d'inquiétude peut-être bien réciproque. Ou alors une petite déception -quoique la jeune femme ne savait plus ce qu'il en était à l'heure actuelle. Et si discerner les pensées des autres lui semblaient plus simples, les siennes se révélaient trop éparses pour elle-même-. Et de deux, du fait du jeune homme qu'elle avait pressenti pensif. En quelque sorte. La Lyumnades était pourtant bien loin de la vérité. Son retour et celui de Poséidon coïncidaient. Un flash orna ses yeux. Etait-il possible qu'Athéna ait gardé leur dieu chez eux grâce à cette urne?

Désormais, la réponse en était évidente. La présence de Poséidon en ces lieux, juste sous ses yeux, la frappait de nouveau de plein fouet. Devenue blême, Ariane adressa quelques excuses étouffées bien rapidement. Peut-être trop.

Si au départ seule la rousseur de ses cheveux l'avaient frappé, son statut de dieu en était finalement tout aussi évident, ne serait-ce que par cette aura qui se dégageait du bel éphèbe. Et visiblement, d'autres généraux venaient de les rejoindre. Comment avait-elle pu laisser parler son cœur avant sa raison? C'était stupide. Triple crétine oui, c'était ce genre d'actes qu'elle préférait laisser de côté désormais. Ce fut le souffle coupé qu'elle s'exprima en constatant le visage de leur dieu. Rejoignant néanmoins les rangs de ses semblables, délaissant presque à contrecœur son compère inconscient, Poséidon avait parlé. Cent ans...Cela voulait-il dire que cela faisait cent années qu'il n'était pas venu ici? Pour ces guerriers qui avaient fait la guerre auparavant, cette affirmation était invraisemblable. Après tout, ils avaient combattu en son nom il y a de cela cinq ans. La brune s'était alors mise à genoux et baissa la tête en signe de respect.

"Seigneur Poséidon, c'est avec chance, plaisir et fierté que nous constatons votre retour en si belle forme parmi nous. Ces dernières années ont été quelque peu mouvementées, mais l'ère actuelle offre tout de même son lot de réjouissance et votre présence en est la preuve. Je suis Ariane, général des Lyumnades. Ma vie a été vôtre il y a déjà cinq ans de cela, et demeurera vôtre pour le reste des guerres à venir."


Lentement et en attendant l'accord de son dieu, l'ex-Tribut se releva et alla de nouveau rejoindre le reste de l'armée atlante. Presque ravie d'avoir une anatomie au goût de son dieu, la réaction prêta néanmoins à sourire pour la jeune femme. Pas de celui qui eut été moqueur, mais de celui qui s'amusait déjà de la présence du nouvel hôte de la divinité sous-marine. Les dires de la jeune femme, bien qu'enjôleur, étaient également un moyen de venir à ce point qui la tracassait tant à l'intérieur, mais bien peu en apparence. Un regard matois avait été accordé en direction de Nüwa. Poséidon n'était décemment pas un difficile envers la gente féminine, mais elle devait bien avouer que chacune des femmes ici avait leur charme, en quelque sorte. Arellys, quant à elle, était portée en grande absente. La Lyumnade était curieuse d'en connaître la raison. Etait-elle déjà partie à Asgard?

Et puis il y avait Lytès, son nouvel ami. Ce même général que Poséidon avait repéré après les charmantes demoiselle Marinas qui serviraient ses troupes. Ariane étouffa un petit rire silencieux avant de lui donner un coup de coude et de lui chuchoter, mentalement et brièvement, le fond de sa pensée à l'aide de son cosmos.

"Eh bien, il va falloir que tu fasses tes preuves pour t'accorder quelques grâces par notre Seigneur on dirait bien!"


Un clin d'oeil avait été adressé au Kraken avant que ses yeux trouvèrent pour contact le visage du dieu rouquin. De nouveau, toute son attention avait été accordée à Poséidon, ainsi qu'aux autres généraux qui présentaient déjà leurs hommages.




[ Fin Juin 550 ] Retour du maître des lieux ( Marinas ) Ryme_s10



Dernière édition par Ariane le Lun 21 Mar - 15:05, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu
InvitéInvité
Message Re: [ Fin Juin 550 ] Retour du maître des lieux ( Marinas )   [ Fin Juin 550 ] Retour du maître des lieux ( Marinas ) EmptyLun 21 Mar - 14:14
Lytès gardait le pilier Arctique, comme à son habitude, attendant l’heure du départ pour Avalon. Calmement, il se préparait à la mission à venir lorsqu’il releva la tête brusquement. Une sensation étrange venait de parcourir son échine, comme si quelque chose l’appelait, demandait sa présence. Puis il y eu ce Cosmos puissant qui se libéra sur l’ensemble d’Atlantis dont le Kraken pu aisément en reconnaitre l’origine. Il était de retour. Sans un mot, le brun se retourna vers son pilier. Quelque part, un sentiment nostalgique s’emparait de lui et ce, quand bien même il n’avait jamais eu l’occasion de le voir de ses propres yeux. Sans doute était-ce là l’un des « pouvoirs » de cette armure. Il était temps pour lui de partir en direction de la source de cette énergie.

Lorsqu’il arriva sur place, la première chose qu’il vit fût Liao et, non loin de lui, l’urne qui renfermait leur Dieu. Il soupira silencieusement de soulagement. Ainsi, L’hippocampe était revenu en un seul morceau du Sanctuaire d’Athéna. Sans un mot, il fit une courbette à Poséidon et se retourna directement vers Ariane qui était déjà présente. Au vue de sa réaction, il supposa que quelque chose n’allait pas et s’approcha de quelques pas. Une fausse impression, leur camarade semblait inconscient, mais il allait bien. Seule le Général des Lyumnades semblait étrange mais il préféra ne rien rajouter, se contentant de reprendre sa place. Si la jeune femme avait envie d’en discuter plus tard, son pilier lui était grand ouvert et Lytès était persuadé qu’elle le savait. Ce qui l’étonnait, enfin, ne l’étonnait qu’à moitié au final… C’était la présence de l’urne près du Général et cela ne pouvait signifier qu’une chose : L’urne était retenue par Athéna. La raison était pour le moment floue et des dizaines d’hypothèses flottaient déjà dans sa tête, toutes plus farfelues les unes que les autres.

Il reprit place avec les autres Généraux présent afin d’accueillir leur Dieu, enfin de retour parmi les siens. Cent années que Poséidon était dans cette urne, cent années qu’il avait disparu et pourtant, il était bien de retour. Celui-ci semblait davantage se préoccuper des deux femmes de la troupe, ne lui portant aucune attention. Lytès était quelque peu déconcerté face à cette situation, mais sans doute la présence féminine était préférable à celle d’un homme, d’autant plus lorsqu’on est resté endormi durant près de cent ans. Il garda ainsi le silence, lorsqu’ Ariane murmura dans sa direction « Eh bien, il va falloir que tu fasses tes preuves pour t'accorder quelques grâces par notre Seigneur ». Une remarque face à laquelle il dû retenir un rire afin de ne pas faire preuve d’un manque de respect inconsidéré envers Poséidon. Il répondit alors d’un murmure : « Il n'y a nul besoin de reconnaissance, Ariane. Cela n'est pas nécessaire pour accomplir son devoir ». Ce n’était pas une critique, loin de là. C’était simplement une remarque comme une, disant qu’il lui suffirait de bien faire ce pourquoi il est ici, sur Atlantis. Et puis, au final, cela l’arrangeait bien de ne pas être une femme, lui qui n’était pas tactile. En parlant de femme, jetant un œil discret autour de lui, il remarqua qu’Arellys brillait une nouvelle fois par son absence. Plus rien ne l’étonnait avec elle. Après une nouvelle courbette de politesse, il prit la parole « Nous sommes heureux de notre retour parmi nous, Seigneur Poséidon. Bienvenue chez vous. Nous, Généraux, sommes à votre service, et celui d’Atlantis ».

A ces côtés se trouvait également Nüwa, réveillée il y a peu. Cette rencontre dans les Geôles, le Kraken ne risquait pas de les oublier. L’observant, il se pencha discrètement vers elle et murmura « Dis quelque chose Nûwa ». Une petite taquinerie, mais également une légère appréhension face à la langue. Néanmoins, si problème il y avait, Lytès avait d’ores et déjà décidé de lui venir en aide car, quoi qu’on en dise, ils étaient désormais camarades.
Revenir en haut Aller en bas
ÉaÉaArmure :
Circé

Statistiques
HP:
[ Fin Juin 550 ] Retour du maître des lieux ( Marinas ) G-bleu1150/1150[ Fin Juin 550 ] Retour du maître des lieux ( Marinas ) V-bleu  (1150/1150)
CP:
[ Fin Juin 550 ] Retour du maître des lieux ( Marinas ) G-rouge900/900[ Fin Juin 550 ] Retour du maître des lieux ( Marinas ) V-rouge  (900/900)
CC:
[ Fin Juin 550 ] Retour du maître des lieux ( Marinas ) G-jaune1350/1350[ Fin Juin 550 ] Retour du maître des lieux ( Marinas ) V-jaune  (1350/1350)
Message Re: [ Fin Juin 550 ] Retour du maître des lieux ( Marinas )   [ Fin Juin 550 ] Retour du maître des lieux ( Marinas ) EmptyLun 21 Mar - 15:03


Nüwa



La jeune fille et le tigre






[ Fin Juin 550 ] Retour du maître des lieux ( Marinas ) 1455889305-tiger-face-art-painting


Retour



Nüwa et son tigre avaient répondu à cet « appel », cet assaut d'énergie qui s'était déversé dans tout Atlantis, réveillant la nouvelle gardienne de Chrysaor, faisant naître un trouble et un intérêt grandissant pour ce qui venait de se produire. Sans attendre, la jeune chinoise avait rejoint ses frères et sa sœur d'arme, qu'elle reconnut sans mal. De même pour le Général de l'Hippocampe dont Ariane et Lytès avait, rapidement, dressé le portrait. Vêtue de sa Scale, elle s'était postée silencieusement aux côtés du Kraken, demeurant silencieuse alors qu'elle faisait un vague signe à Hua de rester tranquillement assise.

Ariane alla s'enquérir de l'état du chinois tout en présentant ses hommages à Poséidon. De même pour Lytès, du moins, ce fut ce qu'elle supposa après coup, surtout quand, et avec discrétion, ce dernier lui glissa quelques mots à son attention. Ses sourcils se rejoignirent au milieu de son front, dotant à son visage un petit air contrarié et boudeur qu'elle dirigea vers son compagnon. L'air de dire « Je ne suis pas complètement idiote. » Il est vrai que la Générale était impressionnée par l'aura du Dieu, ce qu'il dégageait en plus de l'importance que connotait son retour.

Le moment devait être plutôt heureux, mais Nüwa ne s'en réjouissait pas plus que ça. Son poing alla frapper le plastron de son armure tandis que de l'autre, apparaissait la légendaire lance du fils de Méduse et Poséidon.


- Bienvenue, maison.

Déclara t-elle abruptement, en buttant sur les mots de cette langue qu'elle ne maîtrisait que très peu. Après quoi elle glissa un regard un rien fier dans la direction du jeune Lytès, accompagné par une petite moue taquine. Elle se débrouillait très bien toute seule, c'était une grande fille après tout ! Son regard balaya les alentours. Ils étaient si peu ? Rompant sa posture initiale, martiale et sérieuse, la jeune femme à la longue chevelure blanche s'intéressa à Liao. D'un pas rapide, elle se porta jusqu'à lui, se baissa légèrement pour passer une main nimbée de cosmos vers l'Hippocampe.

- Un peu … étourdit. « ça » faire un peu mal.

D'un geste précis et rapide, la jeune femme appuya contre un point vital, au niveau du cou du Général. Si avec ça il ne se réveillait pas … il ne restait plus que la manière « forte ».




[ Fin Juin 550 ] Retour du maître des lieux ( Marinas ) Xr5s
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t700-sunilda-sainte-du-can
PoséidonPoséidonArmure :
Scale de Poséidon
Message Re: [ Fin Juin 550 ] Retour du maître des lieux ( Marinas )   [ Fin Juin 550 ] Retour du maître des lieux ( Marinas ) EmptyMer 23 Mar - 10:09
Poséidon était enfin libre. Il retrouvait Atlantis dont la beauté était immuable. Sa demeure. Son Sanctuaire. Une valeur sûre qui n’évoluait que très peu au fil des siècles. Les généraux répondirent à l’appel de leur maître. Le Dieu des Océans observa le premier d’entre eux prendre soin de l’inconscient. Cet être aux traits peu courant même sur Atlantis. Silencieusement, il observa la scène avec une pointe d’amusement. Tenant son trident, pour assurer de son identité, le Dieu continuait de fixer cette demoiselle étudiant ses traits ainsi que son cosmos. Se faire une idée sur les forces présentes sur Atlantis était indispensable dans un premier temps. Il avait déjà une petite idée concernant le général de l’Hippocampe, mais il lui restait à découvrir les autres protecteurs de son domaine. Une expression amusée et bienveillante apparut sur les traits du libéré en constatant la réaction de la générale des Lyumnades. Cette dernière avait intercepté ce qui ne devait être qu’une pensée personnelle à l’origine. Il le sentit très rapidement. Les Lyumnades se présentèrent et donnèrent un serment d’allégeance accueillit d’un mouvement de tête approbateur. Son expression s’assombrit à l’évocation des récents évènements. Effectivement les armures lui en avaient appris assez à ce sujet. Pourtant sa colère s’évanouit très rapidement, son intérêt étant centré sur ses nouveaux subordonnés. Le Dieu ne remarqua vraiment la présence de Lytès que lorsque ce dernier prit la parole. Il eut droit au même hochement de tête de la part du Dieu. La dernière à se présenter lui donnait une impression étrange pour le moment, même si ses traits étaient suffisamment originaux pour être beaux. Scylla s’approcha de l’inconscient et tenta de l’aider. Un sourire accueillit ce geste avant que Poséidon ne prenne la parole.

_ « Extrêmement mal même. » Il désigna son trident. « Il peut se montrer gourmand lorsqu’on ne sait pas comment l’apprivoiser. »

Son trident pouvait absorber une quantité impressionnante de cosmos, et si pour un Dieu, ce détail ne représentait rien de dangereux. Pour les mortels, cet acte pouvait leur coûter leur vie et leur essence. Le Dieu des Océans avait œuvré à minimiser l’impact de l’aide du général sur son corps, malheureusement son cosmos avait été pratiquement vidé dans le processus. Pour le moment Poséidon récupérait le sien à mesure que le temps passait. Poséidon s’approcha de la générale et observa Liao.

_ « Laisse-le se reposer pour le moment. Il doit régénérer ses forces. Cet enfant a bien travaillé. Il mérite un peu de repos à présent, et vu ce qui l’attend à son réveil autant le laisser profiter de ce moment de paix. »

Le Dieu se tourna vers les généraux. Son ton avait doux mais ferme, et ne souffrirait aucune remontrance ni opposition. Les Atlantes étaient ses enfants, et en tant que tels ils bénéficiaient d’une certaine clémence de sa part tant qu’ils obéissaient. Après quelques secondes de silence à les observer, Poséidon reprit la parole.

_ « Des temps troublés nous attendent. Le passé se répète avec une ressemblance alarmante et dangereuse. » Il désigna Liao d’un signe de tête. « Cet homme sera le nouveau Légat dès son réveil. Son prédécesseur est perdu pour nous à l’heure actuelle. »

En effet, tandis qu’il prenait soin du général inconscient, Poséidon avait senti la situation particulière de Hassan. Cet homme avait agi comme un père pour ses enfants, en tant que c’était le sentiment transmis par les écailles lors de leur interrogatoire. Malheureusement dans sa quête pour le trouver, il s’était aventuré dans des territoires que même lui n’oseraient franchir à moins d’une raison vitale. Son remplacement était désigné à présent, et Liao représentait déjà le choix le plus judicieux à l’origine. Et l’intérêt des autres marinas pour son état de santé le confortait dans son idée. Rapidement, Poséidon ajouta.

_ « Ariane des Lyumnades. Tes doutes sont compréhensibles ma chère enfant, et tu as entendu des paroles qui ne t’étaient pas destinées. Je comptais voir ça avec ma nouvelle voix avant de vous en parler. Mais soit la situation étant ce qu’elle est. Effectivement j’ai été emprisonné dans cette u… » Il regarda l’objet avec dégoût, et d’une vague de cosmos, il l’envoya plus loin. « Dans cette chose par la ruse et la fourberie de deux êtres maléfiques et noirs comme les ténèbres les plus sombres pendant cent années. Vous avez été manipulé lors de la guerre il y a cinq ans je présume. Vous avez cru me suivre et par cette volonté vous êtes pardonné pour votre erreur. Vous avez été victime de machination dépassant votre entendement. »

Poséidon n’avouerait jamais qu’il avait été piégé par les jumeaux des Enfers. Ces deux sous-fifres faisaient parties de ses priorités à présent. Il ne comptait pas se montrer clément envers eux, ni envers Athéna pour l’avoir maintenu loin de son peuple aussi longtemps en connaissant la situation. Cette femme. Toujours à manipuler et à jouer avec les autres même ses propres troupes. Cette enfant jouant à des jeux d’adultes. Cette simple pensée crispa ses traits, et de légères secousses touchèrent Atlantis. Le Dieu des Océans et des tremblements était de retour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RymeRymeArmure :
Armure du Lion

Statistiques
HP:
[ Fin Juin 550 ] Retour du maître des lieux ( Marinas ) G-bleu1800/1800[ Fin Juin 550 ] Retour du maître des lieux ( Marinas ) V-bleu  (1800/1800)
CP:
[ Fin Juin 550 ] Retour du maître des lieux ( Marinas ) G-rouge1200/1200[ Fin Juin 550 ] Retour du maître des lieux ( Marinas ) V-rouge  (1200/1200)
CC:
[ Fin Juin 550 ] Retour du maître des lieux ( Marinas ) G-jaune1650/1650[ Fin Juin 550 ] Retour du maître des lieux ( Marinas ) V-jaune  (1650/1650)
Message Re: [ Fin Juin 550 ] Retour du maître des lieux ( Marinas )   [ Fin Juin 550 ] Retour du maître des lieux ( Marinas ) EmptyMer 23 Mar - 22:07
« Il n'y a nul besoin de reconnaissance, Ariane. Cela n'est pas nécessaire pour accomplir son devoir ».

C'était ainsi que le Kraken lui avait répondu, comme s'il connaissait déjà les intentions de la demoiselle. Demoiselle qui s'était tout simplement contentée d'hausser les épaules, bien loin de cette réflexion qui ne lui tenait pas à cœur. Cela dit, cette parole avait un sens qu'elle ne manquerait pas de noter. Non pas pour elle, mais pour mieux cerner le Kraken. Le reste des éléments allait de toute évidence prouver qu'Ariane tenait à être considérée, ne serait-ce qu'un peu.

Les événements avaient tout d'abord eu ce quelque chose de redondant, quoique la suite l'intrigua beaucoup plus. Nüwa ainsi que Lytès avaient souhaité haut et fort la bienvenue à Poséidon en cette salle où le cosmos divin résonnait de toute part. De leur côté, les deux généraux semblaient s'être voués à une chamaillerie silencieuse mais amicale. Peut-être en auraient-ils bien besoin pour la suite des événements, mais personne ne le savait à l'heure actuelle.

Et une chose clochait dans ce beau portrait. Tant et si bien que Poséidon avait mis à plat ce qui faisait tant tiquer Ariane, au-delà de cette divinité dont le retour lui tenait autant à cœur que le déni qu'elle lui avait voué au Sanctuaire. Face à Bélisaire. Face à tout le monde. Un déni pour se protéger. Pourtant, son retour lui faisait plaisir au fond d'elle-même, sa fidélité qui ne vacillerait que très peu désormais. Nüwa s'était avancée de façon à réveiller le général de l'Hippocampe, quand Poséidon l'intercepta en sommant de le laisser se reposer. D'un œil silencieux, dans une certaine appréhension qui la concernait, elle attendait le reste, tapie dans son silence.

Liao fut déclaré Légat d'une minute à l'autre, balayant alors un ancien vestige comme une bourrasque marine, trop forte, aussi violente que le temps qui courait à vive allure. L'étonnement gagna chacun des traits de la générale. Comment? Pourquoi? Pour celle qui fut de l'ancienne génération, la perte était impalpable; elle ne pouvait compter que sur ses souvenirs pour se remémorer d'Hassan. Pourtant ses souvenirs avaient fait office d'espérance jusque-là. Ariane avait la gorge sèche, les pensées volatiles. L'atlante faisait preuve d'une froideur temporaire qu'on ne lui connaissait pas. Car après tout, Hassan, aussi perdu soit-il, fut probablement l'une des seules personnes encore en vie qui aurait pu la comprendre en ce bas monde, sans la juger. Perdu, était-ce réellement suffisant? Certainement que non. Et si en apparence la gardienne de l'Océan Antarctique demeurait légèrement souriante, à la limite de l'insouciance, son for intérieur lui donnait bien plus l'impression d'être chaotique. Une sensation qu'elle n'avait pas éprouvé depuis...Le Sanctuaire lui-même. Les mots lui manquaient. Ce fut le seul indice de la détresse qu'éprouvait la petite fille toute aussi perdue que cette perte annoncée.

Poséidon lui montrait son regret. Il était bien beau ce dieu, mais comment pouvait-elle se fier uniquement à sa pitié? Honorable, mais pas forcément suffisant. Le regard de la brune fuyait celui du bel éphèbe.

Relativise Ariane. Relativise
. Penser l'aidait tout de même un peu. Suite à cette conclusion si amère, la Lyumnade n'avait plus tant cette gaieté innocente qui la caractérisait de nouveau depuis son retour. Se raccrocher aux derniers souvenirs d'Eva lui vidait l'esprit. Ou plutôt lui aurait vidé l'esprit, si Poséidon n'avait pas poursuivi sa grande lancée tout en balayant d'un geste de la main cette urne qui lui faisait tant d'ombre.

Le monde de la gallo-romaine venait de s'écrouler à chacune de ses paroles. De A à Z.

Parce que cela voulait dire qu'elle s'était comportée en pure garce avec beaucoup d'autres personnes pour tout et rien. Pire encore, son crime lui pèserait désormais plus que ce fardeau qu'elle avait crû porter. Ces nombreuses années passées au sein du Sanctuaire n'étaient basées que sur un malentendu. Enfin, Eva...Avait été tuée de ses propres mains pour une guerre où la "manipulatrice" avait été manipulée comme une vulgaire poupée de chiffon. Cela l'amenait à une dernière grande douleur, celle qui l'avait tant mordu depuis qu'elle avait véritablement commencé à apprécier toutes ces nuances de caractère, à l'image de ces grands gourmets qui se délectaient d'un assaisonnement particulier sur un met précis. Pourtant elle entendait son prédecesseur dans la pénombre. Elle le revoyait raconter son histoire en tant que Lyumnade. L'homme mort en solitaire, tout comme ses victimes.

La jeune femme tentait de se calmer, de garder ce sourire arboré avec un peu plus d'ardeur. En vain. Ariane secouait la tête dans un profond déni qu'elle ne pouvait pas fuir.

"Tout ça...Ce n'est pas "vrai". Je ne peux pas..." Les mots ne lui venaient pas. Son impuissance était telle qu'il exigeait qu'elle puisse se calmer davantage pour continuer à prononcer ces paroles sans les hurler par colère. Une vraie. "Je ne peux pas avoir fait tout ça pour rien, je ne peux pas croire que d'entre nous tous, je sois la seule à avoir survécu pour des...des conneries!"

C'était qu'elle s'emportait pour cette fois-ci, la Lyumnade. Ses yeux brillaient avec tant de vérité que cette constatation en devenait presque touchante. Habituellement, ils ne partageaient pourtant pas autant de peines, et ces dernières ne sonnaient pas aussi justes. C'était des larmes de lucidité. Même Eva venait d'être balayée d'un revers de la main. L'instant était trop douloureux, la culpabilité trop grande pour que son remord puisse disparaître d'une seconde à l'autre. Sa voix fut forte mais les mots qui sortirent de ses lèvres tremblantes étaient chargés de tristesse.

"Le Sanctuaire pendant cinq ans, tous les autres généraux...morts!...Et ma sœur, Eva aujourd'hui décédée, tout ces événements...dus à un simple mensonge? Et vous nous dites que ça "dépasse notre entendement"? Mais je le sens, cet entendement. Je la sens cette erreur, cette machination. Vous n'avez pas le droit de nous dire que nous sommes incapables de comprendre tout ça parce qu'effectivement, on a cru en vous à ce moment-là, ou plutôt qu'on a cru vous suivre alors que vous n'étiez pas parmi nous."


Ce n'était même pas un reproche, une simple constatation vis-à-vis d'eux-mêmes. De tout Atlantis dont le deuil se ferait avec d'autant plus de force par ce général. Quelle consolation y avait-il à nommer un nouveau Légat et à se tenir face à dieu qui déclarait haut et fort ce mensonge si bien gardé? Celui qui avait bien failli la rendre folle? Ses poings s'étaient si contractés que le sang avait bien fini par couler en compte goutte.



[ Fin Juin 550 ] Retour du maître des lieux ( Marinas ) Ryme_s10

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu
InvitéInvité
Message Re: [ Fin Juin 550 ] Retour du maître des lieux ( Marinas )   [ Fin Juin 550 ] Retour du maître des lieux ( Marinas ) EmptyJeu 24 Mar - 13:59

Nüwa prononça quelques mots sous le regard prudent de Lytès puis, tandis que le Dieu reprit la parole, le brun se retourna brusquement dans sa direction, interpellé par une phrase bien précise. Profiter de ce moment de paix… C’était la une façon de signaler discrètement que la suite serait bien plus sombre qu’elle ne l’était actuellement. Posant à nouveau un œil sur l’Hippocampe, fraîchement nommé Légat, de nombreuses questions filaient dans la tête du Kraken. Il n’était pas question de remettre en cause sa nomination au titre puisque, selon lui, Liao était le meilleur choix possible pour ce rôle, mais plutôt le contexte dans lequel tout cela se faisait. Qu’était-il advenu du Grand-Prêtre ? En quoi était-il perdu pour eux? La façon de parler du Dieu le déconcertait, non seulement par les mots utilisés mais également par la manière de les annoncer. Il se passait des choses étranges ici, et cela intriguait fortement le Kraken qui n’appréciait que très moyennement toutes les informations passées sous silence.

Les demi-révélations de Poséidon ne plaisaient guère au Général. Il n’avait pas connu cette guerre d’il y a cinq ans, mais cela ne l’empêchait pas de se sentir concerné par le problème et cela en était d’autant plus vrai depuis qu’il avait eu cette discussion avec les Lyumnades au pilier. A l’écouter parler, tout cela n’était qu’une machination, que manipulation mais en réalité, lorsque l’on y prêtait attention, on se rendait compte qu’il n’y avait aucun sens à ces paroles, probablement parce qu’il manquait des informations. Mettre l’accent sur deux êtres maléfiques, sans pour autant en donner des détails… Quelque chose gênait le Général.

Toujours stoïque, il se tourna légèrement vers Ariane. Elle avait vécu la précédente guerre, et Lytès n’avait nul doute que les paroles de Poséidon allaient être un coup dur pour elle. Qui aimerait entendre des mots signifiant la mort inutile de camarades. Ce qu’il craignait était pourtant en train de se produire. Quand bien même la jeune femme semblait garder le contrôle, une tension mêlée à de l’incompréhension s’était faiblement élevée autour d’eux. Regardant ses poings quelques instants, il releva les yeux. « Calmez-vous, Général des Lyumnades ». Une simple phrase prononcée d’un ton ferme, presque froid. Ce n’était pas que Lytès était insensible à tout ce qui se passait, seulement, ce n’était pas le moment de se laisser aller. C’était d’ailleurs ce que signifiaient le ton et les mots employés, notamment l’appellation de la jeune femme par son grade, et non pas par son nom comme il l’aurait fait en temps normal. « Retiens-toi, Ariane » murmura-t-il finalement au Général, les yeux fixés sur Poséidon. « Seigneur Poséidon, pardonnez ces mots » Dit-il en s’inclinant. « Cependant, j’ai l’impression que vous cachez certaines informations, que vous êtes au courant de bien plus de choses. Au vue des événements passés et présents, nous avons besoin d’en savoir plus afin de défendre Atlantis comme il se doit. S’il vous plait... » Il s’inclina à nouveau « Donnez-nous les informations en votre possessions. Qui sont ces êtres maléfiques dont vous parlez ? Ont-ils un lien avec le retour d’Hadès ? Que s’est-il passé ? Qui est à l’origine de tout cela? Et qu'est-il arrivé au Grand-Prêtre? ».

Il sentait la pression grandir également du côté de Nüwa, mais ne fit aucune remarque. Seulement un regard discret, lui signifiant de ne pas rajouter de problèmes supplémentaires. Il pensait que cela suffirait, peut-être à tord.
Revenir en haut Aller en bas
ÉaÉaArmure :
Circé

Statistiques
HP:
[ Fin Juin 550 ] Retour du maître des lieux ( Marinas ) G-bleu1150/1150[ Fin Juin 550 ] Retour du maître des lieux ( Marinas ) V-bleu  (1150/1150)
CP:
[ Fin Juin 550 ] Retour du maître des lieux ( Marinas ) G-rouge900/900[ Fin Juin 550 ] Retour du maître des lieux ( Marinas ) V-rouge  (900/900)
CC:
[ Fin Juin 550 ] Retour du maître des lieux ( Marinas ) G-jaune1350/1350[ Fin Juin 550 ] Retour du maître des lieux ( Marinas ) V-jaune  (1350/1350)
Message Re: [ Fin Juin 550 ] Retour du maître des lieux ( Marinas )   [ Fin Juin 550 ] Retour du maître des lieux ( Marinas ) EmptyJeu 24 Mar - 14:38


Nüwa



La jeune fille et le tigre






[ Fin Juin 550 ] Retour du maître des lieux ( Marinas ) 1455889305-tiger-face-art-painting


Retour



D'abord, il y eut de l'incompréhension. Un léger fourmillement, presque imperceptible. Un regard un peu perdu, dénaturé. Le corps de Nüwa ne répondait plus, Hua à ses côtés fut la première à comprendre qu'en cet instant où la vérité, terrible et impensable avait éclaté, par la bouche même de leur Dieu, que quelque chose s'était brisé en elle. Un gémissement plaintif de la bête, mais il était déjà trop tard. Consternation. Les yeux bleus, polaires de la chinoise se braquèrent vers Ariane qui se décomposait, peu à peu. Alors elle comprit. Elle comprit que cette « Guerre » n'avait été qu'une vaste farce.

Face à la douleur des Lyumnades, Chrysaor y fit écho. Se dressa à ses côtés, sombre dans une sourde et dangereuse colère. Son cosmos explose en une myriade de petites étoiles carmines qui dansèrent autour des deux jeunes femmes. La lance de Nüwa, par trois fois, frappa le sol.


- Qu'est-ce que vous dites ! Vous dites que tout cela … ces morts, ce sang, tout ça … pour rien ?! Mon maître !

Elle rugit sa rage à la face du Dieu tempétueux. Tant pis si par cette bravade elle rallume une rage qui les consumerait tous.

- Et qu'avez-vous fait pour votre peuple ?! Rien ! Vous n'étiez pas là !

Nüwa ne cherchait pas à comprendre. Tout lui échappait et cette vague, cette tempête qu'elle apportait avec elle risquait de soulever un raz de marée. Elle s'exprimait dans sa langue natale, faisant peu de cas de savoir si oui ou non elle était comprise. La jeune femme en avait cure.

-Et vous dites cela, comme ça ! Comme si ce n'était rien ! Nous avons grandement souffert de votre absence.

La tigresse à ses côtés feula, commença à se recroqueviller, déstabilisée par l'énergie que sa maîtresse déployait. Vindicative, furieuse. Son réveil avait été brutal. Or sa prise de conscience avait fait germer cette graine de discorde que son maître Hao, s'était employé à faire périr. Cinq ans de sommeil. Cela avait été suffisant pour balayer ces efforts. Mort pour rien. Blessée et précipitée vers un Destin qu'elle n'avait jamais voulu. Nüwa s'y refusait. Son énergie issue des étoiles atteint un niveau tel qu'elle plongea dans le septième sens. Dans un cri, la chinoise s'élança, sur le Roi des Mers.

Perdition. C'était la fin de la Lancière. La petite fille de la Lune et du Soleil. Elle n'existait plus.





[ Fin Juin 550 ] Retour du maître des lieux ( Marinas ) Xr5s
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t700-sunilda-sainte-du-can
PoséidonPoséidonArmure :
Scale de Poséidon
Message Re: [ Fin Juin 550 ] Retour du maître des lieux ( Marinas )   [ Fin Juin 550 ] Retour du maître des lieux ( Marinas ) EmptyVen 25 Mar - 12:01
Le Dieu avait parlé sans avoir eu le temps de combler ses nombreuses lacunes sur la guerre cinq années auparavant. Et la seule explication logique était que les atlantes avaient été manipulés pour participer aux côtés des Berserkers à ce combat inutile selon lui. Certes son animosité avec Athéna était toujours présente, mais pour le moment, les Jumeaux représentaient une menace bien plus importante à ses yeux. Ses paroles avaient un peu dépassé ses pensées sur le moment. Ses pensées tentaient toujours d’analyser plus clairement ce que les écailles lui avaient transmis. Pardonner n’était pas le mot juste, et probablement un choix peu judicieux. Et pourtant l’intéressé ne comptait pas revenir sur ses paroles, car il était un peu vexé de voir que ses enfants s’étaient laissé berner aussi aisément. La générale des Lyumnades fut la première troublée, mais Poséidon sentit que ce changement provenait surtout de l’annonce du nouveau Légat. Son lien avec le précédent semblait très fort selon sa protection. Un élan de compassion étreignit les traits de la divinité tandis qu’il observait Ariane combattre des démons puissants. Cette sympathie subite s’évanouit aussi rapidement qu’elle était apparue, dès qu’elle aborda le sujet de sa captivité. Le Kraken intervint à son tour apaisant un peu la situation. Ses questions étaient légitimes, et lui rappelaient à quel point les mortels avaient besoin de justifications et d’explications pour tout.

_ « Tout ceci n’est pas l’œuvre d’Hadès, mais des Dieux jumeaux à son service. Ils tentent de faire aboutir leur plan commencé il y a cent ans d’après mes maigres informations. Et si je suis aussi vague avec vous, c’est que pour le moment j’ai cent ans d’histoire et d’évènement à rattraper avant de pouvoir appréhender le problème dans son ensemble. Pour le Grand Prêtre, il s’agit sur… »

L’explosion du cosmos de Chrysaor interrompit le Dieu dans son discours. Pour le moment, le Dieu avait contenu sa colère et son impatience dans la mesure où les questions de ses enfants étaient légitimes et compréhensibles. Mais l’attitude de cette générale l’agaçait au plus haut point. Qu’elle frappe le sol avec sa lance le vexa profondément. Il était le seul à pouvoir agir de la sorte quand il était présent dans la pièce. Le regard de Poséidon se durcit. Ses traits se fermèrent. Son expression montrait une profonde et puissante colère à l’égard des paroles prononcées et de cette enfant. La folie le guettait. Des frémissements furent les premiers signes de son état d’esprit. Ils grandirent en amplitude très rapidement. La cité d’Atlantis fut ébranlée par des secousses de plus en plus puissantes. Le cosmos du Dieu s’éveilla brutalement, comme un souffle puissant. Les généraux ressentirent sûrement une pression importante, comme le poids de tout un océan sur leurs épaules. Nüwa fut plaquée sur le sol par cette simple force. Le trident de Poséidon frappa une fois le sol, et l’écaille protectrice quitta la représentante de Chrysaor.

_ « Petit fille égarée. La prison sera ton remède. Médites sur tes actes et repends-toi d'avoir osé lever la main sur ton père. »

Ses paroles étaient froides, et le Dieu avait utilisé la langue natale de la jeune femme. Son regard était froid et haineux. Les tremblements de terre continuèrent d’augmenter comme si ils étaient prêts à engloutir toute la cité. Poséidon frappa une deuxième fois de son trident sur le sol, et les vents marins balayant la cité se rassemblèrent autour de lui et entourèrent la malheureuse. Cette dernière fut emportée directement vers les profondeurs de la prison atlante, où elle y resterait un temps indéterminée pour le moment. Tandis qu’elle s’éloignait, Poséidon reprit la parole sur un ton belliqueux.

_ « D’autres volontaires pour un séjour dans les profondeurs de la prison. Quiconque prononcera son nom en ma présence sera châtié de la même manière, quiconque osera lui rendre visite sera invité à rester à ses côtés. » Il observa attentivement ses interlocuteurs. « Le jugement des océans est rendu. »

Poséidon frappa une troisième fois son trident sur le sol, et l’écaille de Chrysaor retourna sur son autel attendant son prochain porteur. Nüwa n’existait plus à ses yeux à présent. La tuer représentait une punition trop douce. Il préférait la laisser pourrir dans les geôles dépourvue de tout cosmos, à la merci des monstres marins. Les secousses continuaient à ébranler la cité jusque dans ses fondations. Un bruit attira l’attention de Poséidon à ses côtés. Cette distraction apaisa légèrement sa colère, et son regard se porta vers Liao qui reprenait petit à petit conscience. Poséidon en avait assez de cette entrevue, et il était impatient maintenant de connaître les éléments manquants de la part de son nouveau Légat. Le Dieu s’approcha, et pointa le trident vers la poitrine du chinois. Tout en reprenant la parole à l’attention des deux autres généraux, il déversa une partie de son cosmos dans l’inconscient.

_ « Cette réunion s’achève à présent. J’ai des sujets importants à évoquer avec le Légat, qui répondra à toutes vos questions par la suite. Je dois recouvrer mes forces. » Une fois son acte accompli, Poséidon s’approcha de Ariane et reprit la parole en posant une main sur son épaule. « Nous nous verrons plus tard si tu le souhaites, et nous discuterons tous les deux. Quand à toi Général du Kraken, Liao aura en sa possession toutes les réponses à tes questions après notre entrevue. »

Poséidon avait utilisé beaucoup de pouvoir, et après autant d’années dans l’urne, il était un peu épuisé. L’incident avec Chrysaor lui tiraillait le cœur. Il détestait devoir punir ses enfants. Le Dieu partit en direction des profondeurs du temple. Entre temps, Liao s’était éveillé et avait observé la scène sans réellement comprendre la situation. Il pouvait deviner certaines choses. Le général fit un signe de tête vers ses compagnons.

_ « Vous devriez peut-être aller vous reposer. Je vous tiendrais au courant. »

Après ses quelques mots, et un signe de tête à leur attention, Liao emboîta le pas à Poséidon en ayant pris soin d’emporter l’urne avec lui. La discussion à venir s’annonçait tendu. Poséidon semblait être le genre de personne à changer d’humeur rapidement, du peu qu’il avait pu voir et comprendre… ainsi que des sensations ressenties pendant son inconscience. Atlantis avait retrouvé la paix et sa beauté en quelques secondes, baignant dans le cosmos de son propriétaire. Comme pour le Sanctuaire, la présence de la divinité changeait radicalement l’atmosphère des lieux.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RymeRymeArmure :
Armure du Lion

Statistiques
HP:
[ Fin Juin 550 ] Retour du maître des lieux ( Marinas ) G-bleu1800/1800[ Fin Juin 550 ] Retour du maître des lieux ( Marinas ) V-bleu  (1800/1800)
CP:
[ Fin Juin 550 ] Retour du maître des lieux ( Marinas ) G-rouge1200/1200[ Fin Juin 550 ] Retour du maître des lieux ( Marinas ) V-rouge  (1200/1200)
CC:
[ Fin Juin 550 ] Retour du maître des lieux ( Marinas ) G-jaune1650/1650[ Fin Juin 550 ] Retour du maître des lieux ( Marinas ) V-jaune  (1650/1650)
Message Re: [ Fin Juin 550 ] Retour du maître des lieux ( Marinas )   [ Fin Juin 550 ] Retour du maître des lieux ( Marinas ) EmptyVen 25 Mar - 18:22
La peur avait envahit la salle. Une peur silencieuse mais belle et bien présente. Et à peine Ariane avait parlé au dieu dans tous ses reproches que Lytès l'avait directement sommé de se taire en citant son rang. Sourcils arqués en direction du général du froid, la brune détenait pourtant actuellement un bien mauvais tempérament. Avec toutes ces révélations, une rancune certaine parlait d'elle-même. Alors le Kraken avait demandé son pardon en son nom. Énervée, Ariane ne comprenait pas ce geste, pas plus que la Lyumnade n'avait réellement pris attention aux questions posées par la suite. Pourtant, ces dernières étaient toutes aussi nombreuses que celles qui tambourinaient avec fermeté son esprit. Ces doutes s'imposaient telles des gardes munis des meilleures boucliers qu'on aurait su leur donner, alors à l'image de son homologue masculin, On ne pouvait les défaire, au mieux les poser.

Le Kraken était après tout un être plus mesuré et moins passionné. Poséidon semblait prendre cela en considération, puisque la conversation prit une étrange tournure. Les dieux Jumeaux venaient d'entre dans cette sombre et macabre danse d'une vérité lancinante.

Et si la tension demeurait moins persistante à leur encontre, le Chrysaor n'eut pas cette chance. L'intonation des mots prononcés dans sa langue maternelle lui confirmait que la chinoise connaissait certainement la même douleur qu'elle. Brillants mais sans larmes, les yeux de la brune le percevait très bien, pour leur porteuse qui la vivait actuellement. Après tout, elle-aussi avait été présente à Atlantis lorsque la guerre avait éclaté. De leur dernière conversation, la jeune femme savait que Nüwa y avait perdu un être cher à ses yeux, ainsi que cinq années de sa vie. Son maître et une partie de son enfance étaient désormais loin derrière elle, sans aucune possibilité de retour en arrière. Sa langue claquait son injustice alors qu'elle s'était dressée à ses côtés, la lance à la main, prête à foudroyer Celui qui n'était pas allé jusqu'au bout de ses explications. Dans toute sa rage, toute cette beauté qui glorifiait la douleur d'une humanité bernée, Chrysaor s'était élancée afin de se venger de cet affront. Contre Poséidon lui-même.

Et la punition en eut été immédiate. Le garant de ces lieux avait prononcé son jugement. Aussi rapidement que sa révolte avait éclaté, Nüwa fut déchu de son rang. Tout atlante était resté abasourdi face à cette sanction arrivée sous forme de bourrasque marine, d'une violence qui ne pouvait représenter que la colère de l'un des Trois. Poséidon, dans toute son autorité. Et quand bien même certains réfractaires voudraient rendre visite ou venir en aide à Nüwa, personne ne le pouvait. Les monstres marins des geôles se chargeraient d'elle. Le message avait été clair, amer. La gorge sèche, ne serait-ce que par tout le poids de ce monde qu'elle avait senti peser sur ses épaules, la brune tentait d'avaler sa salive. En vain. Encore une fois, Ariane était incapable de faire quoique ce soit face au courant du destin. Celui de Nüwa venait de s'arrêter temporairement en prison alors qu'elle venait de la libérer en compagnie de Lytès. Une pensée fut accordée à son ancienne compère, un dernier regard sur cette jeune femme avant qu'elle ne disparaisse pour une période indéterminée. Le retour de Poséidon annonçait ainsi autant d'espoir que de changements bouleversants.

Plus personne n'avait osé poursuivre les protestations. Pas même Ariane, qui demeurait pour l'heure trop indécise sur ce qu'il venait de se passer. Non pas qu'elle avait eu véritablement le temps de partager une amitié complète pour cette jeune femme, mais son sort rappelait le sien. Pour peu, la brune aurait pu connaître cette même punition. Il s'agissait là d'une prise de conscience pour l'atlante, elle qui aimait probablement trop jouer avec l'autorité.

Pour l'heure néanmoins, le silence illustrait son mépris envers ces événements antérieures, tout comme elle traçait sa tristesse d'aujourd'hui et de demain.

L'Ecaille du fils de Poséidon était alors revenue trôner sur son autel sous le commandement du Trident de Poséidon, sous le regard averti de la gallo-romaine et de ses pairs.

Poséidon s'était alors levé. Avec beaucoup d'appréhension, elle avait vu la divinité marine marcher en sa direction. Elle n'avait pas cillé en apparence, mais les questionnements fourmillaient dans sa tête. Que désirait-il ? C'est alors qu'une main vint se caler sur son épaule. Les orbes bleutés, à la couleur foudroyante de l'ancien Tribut, croisèrent alors ceux du dieu rouquin infiniment plus impérieux. Si la mesquinerie n'était plus à jour, leurs lueurs dansantes demeuraient cependant plus détachées dans ses iris. La mesure qui en émanait n'était non pas irrespectueuse, mais on ne lui connaissait pas à proprement parler cette émotion. Pas sur elle en tout cas, ni en ces lieux. Pourtant Poséidon avait parlé, et peut-être même avait-il deviné. Il lui tendait la main pour quelques explications ainsi qu'une aide presque paternelle.

Du côté du général, tout était clair. Elle s'en voulait d'abord à elle-même pour ne pas avoir été plus lucide. Pour avoir pris des décisions qui l'avait mené tout droit vers ce début de solitude qu'elle avait tant fuit et tant recherchée au Sanctuaire à la fois. Et puis, il y avait également le cas Eva. Faire face à Poséidon plutôt qu'à Liao était probablement la meilleure solution.

Ariane avait pourtant brisé le contact. Lytès avait réagi à une chose qui lui avait quelque peu échappé. Liao venait de s'éveiller et regardait la scène d'un œil...En partie conscient des faits. A dire vrai, à peine l'Hippocampe nouvellement nommé Légat avait repris ses esprits que Poséidon avait sommé leur départ, exténué de ces efforts suite à un réveil bien soudain que ceux-ci avaient été congédiés directement. Le général des Lyumnades, elle, avait pris son temps pour décider si elle allait suivre le mouvement ou non. Discuter de tout et de rien...Avec un dieu qu'elle découvrait à l'instant. La situation lui paraîtrait bien cocasse pour cette première image qu'elle véhiculerait par la suite. A l'instant de vérité. Pour l'heure, elle mesurait silencieusement les gestes. Ariane taisait cette culpabilité qui la rongeait. Son regard était tantôt tourné vers le sol tremblant, tantôt vers la sortie. Puisant suffisamment de force pour suivre Lytès, elle suivit alors la troupe.

Avait-elle réellement fait tout cela pour perdre absolument tout semblant de repère à son retour?



[ Fin Juin 550 ] Retour du maître des lieux ( Marinas ) Ryme_s10

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu
InvitéInvité
Message Re: [ Fin Juin 550 ] Retour du maître des lieux ( Marinas )   [ Fin Juin 550 ] Retour du maître des lieux ( Marinas ) EmptySam 26 Mar - 11:25

Lytès attendait les réponses à ses questions, afin de compléter les différentes hypothèses qui s'offraient à lui. Le Dieu n'en disait que trop peu à son goût, et autant dire qu'il ne croyait pas un seul instant qu'il n'en sache pas plus. Commença alors un début d'explication sur des Dieux jumeaux au service d'Hadès. Pourtant, si cela ne semblait pas être le cas pour Poséidon, le lien entre les trois personnages était déjà bien suffisant pour penser que le Dieu des Enfers avait bien et bel été, de près ou de loin, impliqué. Les quelques éléments donnés laissaient le Kraken penseur, peut-être même un peu déçu. Puis arriva la discussion sur l'ancien Grand-Prêtre, jusqu'à ce que son regard se dirige subitement sur Nüwa, guidé par l'explosion de son Cosmos et ses cris. Le brun ne comprenait pas ce qu'elle disait, mais la tension était-là et, quelque part, il sentait que les choses allaient mal tourner. Il se contentait de la regarder en silence, incapable de calmer la situation. Elle ne semblait pas apte à écouter, perdue dans ce qui ne semblait être que colère.

Les paroles fusaient et l'ambiance était de plus en plus lourde jusqu'au moment où le point de non-retour fut atteint, le moment ou la Gardienne de pilier s'élança sur le Dieu. Il n'avait pas besoin de regarder Ariane ou d'attendre la suite pour comprendre que c'était la fin pour la jeune femme. Lever la main sur un Dieu, peu importe la raison, elle n'en sortirait pas indemne. La punition fût d'ailleurs immédiate, un aller simple pour les profondeurs des Geôles. Dans un tremblement, elle avait disparu. C'était à la hauteur de son crime, si l'on pouvait utiliser ce mot, mais pourtant les paroles qui suivirent eurent un écho déplaisant dans l'esprit de Lytès. Peut-être était-ce pour lui, injustifié mais pour l'instant il était dans l'incapacité de dire quoi que ce soit. La tension était bien trop présente bien que le regard du jeune homme en disait long sur ces pensées.

Se retournant vers eux, il déclara la fin de la réunion. Au final, Lytès n'avait pas obtenu les informations qu'il attendait de la part du Dieu. Cependant, il comptait bien les reposer plus tard au nouveau Légat, lorsqu'il en aurait l'occasion. Il se tourna d'ailleurs vers lui brusquement, se demandant depuis quand il était réveillé. S'il avait été témoin de tout ça, l'heure des réprimandes allaient sans doute sonner bientôt pour les autres Généraux. Après qu'ils aient tous deux disparus de son champ de vision, Lytès prit silencieusement la direction de la sortie.
Revenir en haut Aller en bas
RymeRymeArmure :
Armure du Lion

Statistiques
HP:
[ Fin Juin 550 ] Retour du maître des lieux ( Marinas ) G-bleu1800/1800[ Fin Juin 550 ] Retour du maître des lieux ( Marinas ) V-bleu  (1800/1800)
CP:
[ Fin Juin 550 ] Retour du maître des lieux ( Marinas ) G-rouge1200/1200[ Fin Juin 550 ] Retour du maître des lieux ( Marinas ) V-rouge  (1200/1200)
CC:
[ Fin Juin 550 ] Retour du maître des lieux ( Marinas ) G-jaune1650/1650[ Fin Juin 550 ] Retour du maître des lieux ( Marinas ) V-jaune  (1650/1650)
Message Re: [ Fin Juin 550 ] Retour du maître des lieux ( Marinas )   [ Fin Juin 550 ] Retour du maître des lieux ( Marinas ) EmptyDim 27 Mar - 20:12
Avertie par un messager à son Pilier, Ariane s'était rendue au Temple comme il lui avait été indiquée. Mouillant ses lèvres séchées, une aura aussi colérique qu'effacée représentait la jeune femme pour l'heure. Une différence demeurait néanmoins: Si l'atlante avait rejoint avec une certaine rapidité le lieu de la divinité, l'entrain n'y était désormais plus. Mais aujourd'hui était un jour qui ne prêtait pas à ce que les Marinas traînent des pieds. Face au Temple, le général le savait, tout comme elle voulait éviter d'être complètement inutile dès son retour. Ariane estimait que ce "cadeau" se méritait. Ayant rejoint cette maison qu'incarnait Atlantis depuis deux semaines, il était hors de question de montrer ses faiblesses qu'elle avait tant exhibé et caché en cinq années. Il lui fallait désormais prouver sa valeur, comme autrefois. Du temps où l'insouciance prêtait même à vénérer quelques Marinas peu scrupuleux pour ce qu'ils étaient parfois. Rêver n'avait jamais été complètement bannie de l'esprit de la gallo-romaine. Et ce malgré les tremblements que connaissaient Atlantis.

Et tout compte fait, le paraître ne lui était pas inconnu. La tête haute, Ariane semblait davantage marcher sans remords, en adressant quelques regards contentés aux différents Marinas croisés, plutôt qu'avec ses émotions d'antan. Tristesse, colère. Les quelques heures passées à son Pilier afin de récupérer ses esprits lui avaient permis de réfléchir à l'attitude à adopter. Une vieille habitude prise au Sanctuaire, qui lui servait à distinguer ce qu'il lui était possible de laisser apparaître ou non. Pourtant, elle savait que ce n'était que provisoire et non incassable. Une duperie, aussi mesquine soit-elle, demeurerait toujours dans cet état éphémère. Pourtant, les déceptions subsistaient, et si cela ne paraissait pas être un défaut pour la Lyumnade, elles le demeuraient certainement pour le camp atlante. Poséidon l'avait-il sommé de venir en raison du problème que le général représentait à cet instant, ou faisait-il acte de bonté?

Elle était alors entrée, certainement en recherche de réponses face à ce nouveau dieu qui n'avait su véritablement la convaincre que sous une menace particulière. Nüwa bannie. Dépassant les colonnes sculptées avec grâce, la petite forme qui se faisait néanmoins sentir sous un cosmos enflammé et électrifiant avait bien vite atteint la salle. Celle-là même où trônait la divinité pour qui Ariane avait pensé sacrifier presque tout. Son regard bleuté se fraya un chemin en direction de celle de la divinité. Constatant que Poséidon avait feu de sa présence, un nouveau hochement de tête avait été présenté au chef de ces lieux. Un respect bien timide en proportion des derniers événements. Probablement était-elle un peu fermée sur les détails qui lui seraient révélées. Déjà, Ariane pensait qu'elle en avait trop vu et que la vie l'amenait néanmoins dans un courant lui signifiant toute son ignorance. Rien n'avait balayé ses espérances et sa tristesse finalement. Continuer d'avancer malgré les douleurs rencontrées.

Pourquoi n'y avait-il plus personne? Pourquoi avait-elle dû faire tout ça pour rien? Ces questions subsistaient malgré ce masque. Ariane avait décidé de ne plus laisser ce silence la rendre muette. Etrangement, Ariane avait cessé d'aborder cet aspect enfantin. Cette rigueur, quoiqu'elle ne différait point à celle que la Lyumnade portait au cours des missions, était emprunté dans ses souvenirs à une personne qu'elle eut connu. Et ce, parfaitement désormais. L'amertume parlait ainsi et si son visage laissait parler ses doutes par eux-mêmes, elle préférait savoir ce que Poséidon lui voulait, en abordant une pointe d'ironie.

« Vous m'avez sommé de venir alors je suis venue. Que voulez-vous? Pour être honnête, j'espère que ça n'exigera pas la geôle... »


Fâcheux amusement, Ariane ne se prêtait pourtant pas véritablement aux rires.



[ Fin Juin 550 ] Retour du maître des lieux ( Marinas ) Ryme_s10

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu
PoséidonPoséidonArmure :
Scale de Poséidon
Message Re: [ Fin Juin 550 ] Retour du maître des lieux ( Marinas )   [ Fin Juin 550 ] Retour du maître des lieux ( Marinas ) EmptyDim 27 Mar - 21:16
L’entrevue avec le nouveau Légat avait été intéressante à plus d’un titre. Cet homme s’avérait être un choix judicieux, même si le Dieu se fit la réflexion qu’il allait soit l’accepter et l’écouter ou le tuer au vue de son aplomb. D’un autre côté, Liao lui rappelait le précédent Légat du siècle précédent. Un homme avisé et courageux, n’ayant pas peur de discuter les ordres afin d’émettre son point de vue. Pour le moment, Poséidon attendait de voir la manière dont leur relation tournerait. Après son départ, le Dieu avait réfléchi à de nombreuses choses. Il avait aussi senti que son interlocuteur avait compris certaines choses, sans qu’il n’ait besoin de les dire. C’était un détail appréciable dans sa situation. Pour le moment la divinité s’était installée en attendant son prochain invité. Ariane des Lyumnades. Poséidon avait compris au travers des discussions avec Liao, qu’elle avait particulièrement souffert et que son lien avec Hassan était très grand. Dans des proportions que personne ne pouvait appréhender d’après les dires du chinois. Une pointe de regret étreignait le Dieu des Océans après sa sanction envers Nüwa. La colère avait parlé. Ses actions avaient justifié une telle réaction, mais peut-être avait-il été trop dur. Cependant le Dieu ne pouvait se permettre de se montrer faible, d’autant plus dans une période difficile comme celle-ci. Elle méritait une explication supplémentaire, et de la reconnaissance pour son sacrifice pendant ces cinq dernières années. Athéna. Cette pensée faillit le mettre dans une colère noire, mais l’approche du général interrompit toutes pensées belliqueuses.

Le Dieu resta assis sur son siège et observa l’approche de ce petit bout de femme. Sa tentative pour dissimuler ses émotions était louable, mais il était capable de lire dans l’écaille même à cette distance. Plus que l’énervé son attitude l’amusait un peu. Tant de dureté chez un si petit être. Des traits souillés par tant de poids à porter. Accoudé, et tenant son trident dans une main, Poséidon lui fit un signe de tête et observa le silence laissant l’honneur à l’invité de prendre la parole la première. Des réponses seraient fournies, mais les questions ne viendraient que d’elles pour cet échange. La crainte était perceptible dans son attitude, et il en reconnaissait la légitimité après sa démonstration, excessive, plus tôt dans la journée. La prise de parole d’Ariane soutira un léger sourire au Dieu. Ce dernier la fixa longuement, et c’est dans un silence olympien qu’il se leva et fit signe à Ariane de le suivre. Poséidon ne prit même pas la peine de vérifier si elle le suivait, et il prit la direction de pièces réservées aux appartements des résidents du temple. Il pénétra en premier dans une pièce, et vint se poster à côté d’un lit.

_ « Tu pourras venir le voir quand tu le souhaites pour veiller, ou tenter de lui parler afin qu’il retrouve son chemin. »

Sur ce lit reposait Hassan. Poséidon l’avait fait transporter dans cette chambre. Le Dieu ne pouvait rien faire pour l’aider, sans prendre le risque de se perdre à son tour. Aussi paternel et protecteur qu’il pouvait être, il n’avait aucune envie de se lancer dans ses quêtes. On avait besoin de lui dans ce temps et cette époque. Et puis de toute manière cet homme avait fait un choix, peu judicieux, mais cela en restait un malgré tout. Le Dieu observa longuement l’homme couché sur le lit, et il reprit la parole sur un ton très doux.

_ « Quand je dis qu’il est perdu pour nous, c’est la vérité. Pour tenter de me retrouver, il s’est enfoncé dans des lieux que même les Dieux évitent car ils se perdraient. Tu imagines bien que pour un mortel les conséquences ne peuvent être meilleures. Même moi je ne peux le retrouver ni l’aider. » Il marqua une pause et posa son regard sur Ariane. « Je suis navré. Il peut revenir à lui dans un jour, comme dans un mois voire un siècle… Comme jamais. »

Cette conclusion tomba comme un couperet, afin de rendre plus réalistes les espoirs qui pourraient naître chez Ariane. A présent elle avait des éléments de réponses supplémentaires. Poséidon aurait aimé que les nouvelles soient meilleures, mais il ne pouvait modifier la réalité ni remonter dans le temps. A présent il attendait patiemment la réaction de son enfant, et ses questions. Ariane bénéficiait d’un peu plus d’attention et de compassion de sa part en remboursement de son sacrifice auprès Saints, et Poséidon s’était juré de se montrer posé et plus tolérant au moins pour cet entretien. Bien que cette promesse n’était pas écrite dans le marbre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RymeRymeArmure :
Armure du Lion

Statistiques
HP:
[ Fin Juin 550 ] Retour du maître des lieux ( Marinas ) G-bleu1800/1800[ Fin Juin 550 ] Retour du maître des lieux ( Marinas ) V-bleu  (1800/1800)
CP:
[ Fin Juin 550 ] Retour du maître des lieux ( Marinas ) G-rouge1200/1200[ Fin Juin 550 ] Retour du maître des lieux ( Marinas ) V-rouge  (1200/1200)
CC:
[ Fin Juin 550 ] Retour du maître des lieux ( Marinas ) G-jaune1650/1650[ Fin Juin 550 ] Retour du maître des lieux ( Marinas ) V-jaune  (1650/1650)
Message Re: [ Fin Juin 550 ] Retour du maître des lieux ( Marinas )   [ Fin Juin 550 ] Retour du maître des lieux ( Marinas ) EmptyLun 28 Mar - 1:07
Poséidon l'avait accueilli avec douceur plutôt qu'avec colère. A dire vrai, Ariane ne s'attendait pas à ce que leur divinité, décrite par tant de craintes dans les plus anciens récits helléniques, ne devienne aussi compréhensif vis-à-vis d'elle-même. Le dieu des Océans ne tenait pas rigueur de son comportement, et probablement pas de ses actions non plus. Pourtant, il savait probablement. Comment aurait-il deviné l'attachement soudain qu'elle accordait aux atlantes du passé sinon ? Un souffle, puis deux s'étaient échappé de ses lèvres alors que l'atlante suivait Poséidon dans une chambre. Tout deux s'arrêtèrent près d'un lit où se tenait cet homme qu'elle eut considéré comme un père.

Désormais, Ariane comprenait. Ce qu'elle voyait sur le lit n'était pas véritablement Hassan. Le général le savait. Son œil ne voyait rien en cet homme. Une coquille vide. Ce n'était que peu de personnes que de constater une présence sans la voir réellement. Ainsi, Poséidon n'avait pas menti sur cela...Et peut-être même sur tout ce qu'il avait dit lors de la réunion. Aussi difficile que ces paroles eurent été emmagasinées, la réalité la rattrapait désormais. Quatre pas s'étaient fait en la direction de l'ancien Légat égaré quelque part, dans un monde paradoxalement dangereux pour ce chef armé pourtant si raisonné. Un bien éphémère étonnement puis une tristesse étouffée avaient laissé place à un léger sourire des plus étranges. Une expression qu'elle avait déjà arboré lorsque les Saints l'avaient retrouvé au milieu de nulle part à Atlantis. Ses orbes s'étaient tournés vers l'auteur de ce tourment passager. Une part d'elle était attristée face à Hassan, il n'y en avait nul doute. Et d'un autre côté, elle l'était beaucoup moins en revanche. Retenu. Sa main hésita à prendre celle de l'ancien Légat, avant de se retirer bien subitement. Bien froidement. Son regard se détournait de cette personne, comme si elle n'eut pas été là. Elle n'avait pas le droit de souiller ce souvenir.

« Un fort homme, je ne comprends pas son erreur... Pourquoi me montrez-vous ça Seigneur Poséidon ? »

Les mots avaient été prononcés par autant d'indifférence que de retenus vis-à-vis de ce surplus d'émotions. Ariane redevenait cet être un peu plus colérique que la Grande Salle avait accueilli... Un feu contrôlé, de celui qui s'apparentait plus à l'image d'une flammèche qu'à cette chaleur explosive dont leurs utilisateurs pouvaient faire preuve. Assise sur le rebord du lit, sa main alla se plaquer sur l'une de ses cuisses, alors qu'une seule et unique question s'apprêtait à franchir le cap de ses lèvres à cet instant. Le Légat devait savoir l'origine de son attristement, et elle aurait préférer s'entretenir avec lui. Mais elle n'était pas dupe. Yeux dans les yeux, comme un défi, la gardienne de l'Océan Antarctique s'apercevait bien que Poséidon savait plus de choses qu'il n'en laissait paraître.

« Pourquoi me pardonnez-vous ? »


Ses poings se serrèrent bien plus fortement. Sa punition en tant que Tribut était aussi justifiée qu'elle ne s'y était condamnée volontairement. Son autre main ne quittait pourtant pas le drap sous sa paume. Tant de souvenirs pour cette guerre. Et elle devait son rôle à cet ancien Légat, à sa sœur, à toutes ces personnes qui n'avaient sû demeurer dans leur état les plus vivants aujourd'hui.

« C'est de ma faute si on a perdu. J'ai vu ces morts saigner la mer petit à petit. Et je les ai probablement renié en les oubliant avec un peu plus de fermeté à chaque jour qui défilait au Sanctuaire. Et puis...On m'a demandé pardon à mon retour. Encore hier, le chevalier des Poissons m'avait parlé de sa rencontre avec le Lég-...L'ancien Légat. Non vraiment, quel sens y a-t-il dans tout ça? »


L'ironie rayonnait sur ses traits alors que ses mémoires avaient été involontairement partagées. De ce dernier combat mené au Pilier de l'Océan Atlantique à ce dernier sourire adressé à Eva, Ariane avait combattu l'équivalent d'une traîtresse à cette époque. Une traîtresse bien connue puisqu'il s'agissait de son propre sang. Son Ecaille devait bien contenir quelques traces de ce fratricide à n'en pas douter.

Pour elle, ce moment où Eva était tombée -et où Ariane avait eu le temps d'y prendre, du fond de ses pupilles, l'ensemble de son passé et de son comportement- avait marqué sa vie au fer rouge. Ce geste adressé à sa sœur détenait une visée bien particulière néanmoins; il avait été exécuté afin de préserver la mémoire, l'existence de sa sœur et de se détacher du massacre qui avait eu lieu plus loin. Et accessoirement, un talent caché s'était réveillé. La cohésion n'avait pas été présente jusque-là, alors s'ils avaient été sous l'emprise des dieux Jumeaux...Eva avait-elle eu raison de s'opposer à elle alors qu'elle tentait de défendre de faux idéaux ? Mentalement, son regard parlait comme un message prononcé trop haut.

« Jusqu'où seriez-vous prêt à me pardonner ? »

Ironiquement, le général des Lyumnades testait le dieu autant qu'elle ne testait Hassan, ce Légat qui n'était pourtant pas ici. Peut-être pour tenter de le réveiller inconsciemment et lui faire perdre patience, comme autrefois? Néanmoins, Ariane ne se laisserait pas démonter par les événements à venir, peu lui importait ce qu'il adviendrait par la suite. Elle s'était levée et avait accordé une dernière révérence à cette vieille connaissance. Une révérence plus officielle et respectueuse.

"Merci bien pour ses années passées à nous diriger avec sagesse."

Un rapide coup d'œil avait été adressé au Légat alors que sa tête restait baissée. Rapide, timide. Un dernier hommage en sa personne. Le deuil vis-à-vis d'Hassan serait très certainement silencieux. Elle attendait de Poséidon davantage d'explications.



[ Fin Juin 550 ] Retour du maître des lieux ( Marinas ) Ryme_s10

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu
PoséidonPoséidonArmure :
Scale de Poséidon
Message Re: [ Fin Juin 550 ] Retour du maître des lieux ( Marinas )   [ Fin Juin 550 ] Retour du maître des lieux ( Marinas ) EmptyLun 28 Mar - 15:20
Poséidon avait emmené Ariane dans la pièce où reposait Hassan. Un geste de bonté et surtout parce qu’il sentait qu’une discussion s’imposait entre eux. Après l’incident de Nüwa et la discussion avec Liao, le Dieu se rendait compte qu’il avait peut-être été un peu léger dans sa démarche. Même si il ne le reconnaîtrait jamais. Son regard ne quitta pas la jeune femme, étudiant son comportement et ses réactions en présence de cette coquille vide et sans vie. Le Dieu avait agi de manière à conserver le corps de cet homme dans le meilleur état possible, juste par précaution. Sa longue existence lui avait appris que les évènements pouvaient parfois prendre des tournures étonnantes. Il avait expliqué de manière plus précise ses paroles énigmatiques de leur rencontre précédente, diminuant au maximum l’espoir de son interlocutrice. Ces expressions humaines l’amusaient et l’intriguaient beaucoup. Il tentait de comprendre cet attachement qui pouvait lier deux êtres de la sorte, ou plutôt d’en appréhender toutes les subtilités. Ariane semblait perdue. Sa question n’était finalement que le reflet de ses propres pensées qu’il avait deviné en l’observant. Silencieux, Poséidon observa l’homme couché dans le lit pendant quelques secondes. Il avait simplement reçu le conseil de son Légat, et l’avait écouté. Peut-être aussi était-ce un geste de pure bonté pour trancher avec sa colère précédente. Voire même un simple caprice de sa part. Il était même fort possible que cela soit un mélange de toutes ses possibilités.

_ « Il n’y a eu aucune erreur de sa part, mais simplement de l’imprudence et de l’empressement. Liao m’a parlé de l’attachement particulier qui te liait à cet homme, et j’ai jugé préférable de te le montrer. Pour son bien comme pour le sien. »

Son ton était toujours doux, presque paternaliste dans cette situation. Le Dieu était parfaitement capable et posé. Le sommeil de cet homme ne devait être troublé sous aucun prétexte. C’était la moindre des choses compte tenu des services rendus à Atlantis. Poséidon soutint le regard de son interlocutrice. D’une certaine manière, il comprenait ce qui pouvait se passer dans son esprit. Tant de souffrances pour ses enfants à cause d’Athéna. Sa colère envers elle était très grande, même si la situation imposait la neutralité pour le moment. Sur ce point, il ne pouvait qu’être d’accord avec le Légat. Trop de questions demeuraient sans réponse, et il devait confirmer quelques doutes avant d’avancer ses propres pions. Ce n’était pas par envie de stratégie, mais plus par esprit de revanche et désir de vengeance en écrasant ses ennemis. Il devait reconnaître cette subtilité à Liao. Finalement les mots d’Ariane tombèrent comme un couperet. Silencieux, le Dieu laissa son enfant continuer son laïus. Un léger sourire s’afficha sur ses lèvres quand elle prononça des mots bien présomptueux de son point de vue. Le Dieu jeta un dernier regard vers l’homme couché sur le lit, et prit la direction de la sortie. Il se tourna pour s’adresser à Ariane.

_ « Marchons. »

Ce n’était pas une demande mais un ordre. La discussion qui allait suivre devait se dérouler ailleurs, dans un lieu plus propice à ce sujet épineux. Poséidon laissa son interlocutrice saluer l’homme couché sur le lit, et démarra une marche lente et posée. Toute la dignité du Dieu se ressentait dans ce simple geste. Perdu dans ses pensées, le silence fut sa première réaction. Puis il finit par prendre la parole.

_ « Tout d’abord je te trouve bien présomptueuse de croire que la défaite ou la victoire ne dépendait que de tes actions. Un être seul peut compliquer ou simplifier un combat, mais il ne peut déterminer l’issue d’une guerre aussi puissant soit-il » Il lui lança un regard lourd de sens, indiquant qu’il ne supporterait aucune opposition à ce sujet. « Je sais ce que tu as fait. Les rapports et ton écaille m’en ont appris suffisamment pour combler les vides liés à cet incident, et Hassan était un homme ordonné malgré tout. »

Un long silence suivit cette simple parole. Poséidon réfléchissait à ce qu’il allait dire. Il n’avait pas prévu de discours, et se contentait de réagir selon les mots et les questions de son interlocutrice. Le Dieu n’était pas homme à prévoir ou piéger. Il affrontait les choses directement et agissait comme il l’entendait tout simplement. Un défaut comme une qualité dont il avait conscience. C’était probablement la raison pour laquelle il choisissait toujours des hommes comme Liao pour prendre le poste de Légat. Des êtres capables de s’opposer à lui.

_ « Pourquoi te pardonner… Juges-tu que je doive te punir pour ton acte ? Certes avec les informations en ta possession, ton geste était inapproprié. Mais sur le moment tu as simplement combattu pour tes convictions en croyant me suivre. Et ce que je peux lire dans l’écaille c’est aussi que tu te flagelles pour un acte qui ne le mérite pas. » Il se tourna vers Ariane et reprit la parole sur un ton ferme. « Je te pardonne tes actes, et à mon sens ces cinq années au Sanctuaire sont une pénitence bien exagérée pour le crime. Tu as affronté une personne pour le bien de tes frères et sœurs atlantes. »

Poséidon fit face à Ariane et l’observa longuement. Il pensait chaque mot prononcé durant cette conversation. Si l’incident se produisait actuellement, un général refusant de combattre pour défendre Atlantis serait jeté en prison à la manière de Nüwa. La mort ou la victoire. C’était ainsi que les marinas devaient concevoir le combat quand leur cité était attaquée. La reddition n’était pas une solution acceptable. Cette pensée était cependant moduler par le fait que les marinas avaient combattu pour une personne ayant usurpé son identité… ou pire ayant manipulé le Légat de l’époque.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RymeRymeArmure :
Armure du Lion

Statistiques
HP:
[ Fin Juin 550 ] Retour du maître des lieux ( Marinas ) G-bleu1800/1800[ Fin Juin 550 ] Retour du maître des lieux ( Marinas ) V-bleu  (1800/1800)
CP:
[ Fin Juin 550 ] Retour du maître des lieux ( Marinas ) G-rouge1200/1200[ Fin Juin 550 ] Retour du maître des lieux ( Marinas ) V-rouge  (1200/1200)
CC:
[ Fin Juin 550 ] Retour du maître des lieux ( Marinas ) G-jaune1650/1650[ Fin Juin 550 ] Retour du maître des lieux ( Marinas ) V-jaune  (1650/1650)
Message Re: [ Fin Juin 550 ] Retour du maître des lieux ( Marinas )   [ Fin Juin 550 ] Retour du maître des lieux ( Marinas ) EmptyMar 29 Mar - 1:04
Dans cette chambre où Hassan dormait, Poséidon avait répondu à sa question. Ainsi, si le lien n'avait pas cette intensité décrite, il équivalait bien celui d'un maître en la matière. De toute évidence, Ariane avait pris cette forte habitude de s'attacher au moindre nouveau venu, du temps où elle ne dépassait pas les quinze ans. Ses yeux avaient refusé de rester plus longtemps à observer l'ancien Légat endormi. Ils s'étaient simplement fermés en guise de réflexion. De prières légères pour ce Légat. Peut-être irait-elle le revoir de temps en temps...Peut-être.

Imprudent et empressé. Voilà qui était bien drôle à écouter: Qui donc pouvait targuer ce Légat d'être "imprudent et empressé"? Mais probablement était-ce le cas, sinon Hassan n'aurait pas été présent sur un long, perdu elle ne savait où. C'était presqu'un sourire amusé qui avait orné ses lèvres.

"Vous me décrivez une facette si différente du Papy, Seigneur Poséidon."


Que pouvait-elle bien y faire à l'état d'Hassan désormais? Peu de choses si ce n'est éventuellement attendre ou ne pas espérer. Pourtant, Ariane savait que ce deuil allait être dur à mener. Son long laïus parlait de lui-même après tout, et probablement avait-il eu le mérite de faire rire le dieu des Océans intérieurement. A peine avait-elle eu le temps de demander, avec le plus de politesse qui lui eut été possible de donner, les raisons de cet amusement fugace qu'un ordre avait été émis. "Marchons". Un dernier coup d'œil adressé en la direction du Légat fut donné avant qu'elle ne suive les pas lents et imposants du créateur de ce Sanctuaire. Un bien brusque revirement de situation. Il ne fallait pas être devin pour remarquer que Poséidon répondait bien plus à ses envies qu'à un esprit tacticien. Haussant les épaules, cette caractéristique n'était pas plus mal à constater à son goût. Finalement, le général des Lyumnades la comprenait plutôt bien, à défaut de ne pouvoir prétendre à l'étiquette des dieux. L'éternité ne devait de toute façon pas être bien appréciable.

A travers les couloirs et en-dehors de ce lieu trop serein, Poséidon et son général marchaient le long des couloirs. Quelques minutes s'écoulèrent avant que la divinité des Océans ne se mit à se prononcer. Il la considérait présomptueuse, et remettait en question cette défaite qu'elle devait en partie. Guidée par ses émotions, Ariane allait répondre quand un regard lourd de signification lui avait été adressé. La jeune femme fronça les sourcils suite à cet abus de pouvoir, mais elle préférait pour l'heure garder son calme, et probablement s'en tenir à sa Raison. L'avenir lui donnerait certainement le loisir de protester contre bien d'autres choses après tout. Et puis, inconsciemment, l'ancien Tribut avait tendance à rejeter le poids de cette défaite sur ses deux épaules. Il n'avait pas tord pour cela. Peu avait survécu, peu avait été aussi inexpérimentée qu'elle-même. Et si elle avait fait cela? Et si un autre général avait été là? Avec des si elle aurait refait le monde. Le plus étonnant fut néanmoins qu'Hassan aie couché des informations à son propos sur un papier. Du moins à ses yeux. Un long silence avait suivi les paroles de la divinité avant que son pardon fut prononcé. Dans toute sa culpabilité, le général avait du mal à comprendre les motivations quant à une telle issue. Elle s'en voulait, pour son geste, pour son hérésie, pour cette indifférence passagère qu'elle avait ressenti autrefois. Pour tout et pour rien. Le cœur serré, elle s'était postée devant le dieu bien soudainement, recherchant de ses yeux des raisons qu'elles seraient décelées. Elle comprenait le point de vue de son dieu, et qu'il n'en tienne pas plus de rigueur l'avait surprise.

"Seigneur Poséidon..." Elle pesait ses mots. Le temps avait prouvé qu'un assassin pouvait connaître le remord. "J'ai été dangereuse, pour mes frères et sœurs d'armes. Mais votre pardon...Me va droit au cœur et me soulage. Mes prétentions ne portaient pas à agir à l'encontre de votre volonté lors de cette guerre, pas plus qu'ils n'étaient voués à porter Atlantis à sa perte. Mes excuses quant à ce malentendu demeurent sincères. "

Atlantis tout entier avait souffert de cette guerre. Ses préjudices n'étaient pas uniques et la brune devait bien le reconnaître. Légèrement inclinée mais toujours débout, l'espace de quelques instants probablement trop rapides, la gallo-romaine avait présenté ses excuses. Et ces remerciements allaient de paires également, lorsqu'il était possible de suivre sa logique.

En levant les yeux à hauteur de son visage, le dieu avait été particulièrement pensif le long de leur marche. Observatrice, elle l'était suffisamment pour copier ce qu'elle croisait ou pour tenter d'y déceler quelques informations. En particulier sur ce qu'elle pouvait concevoir pleinement. Peut-être n'était-ce pas une bonne question, mais il lui fallait savoir quelles étaient les raisons de cette précédente guerre. Un sourire fugace avait orné son visage, tout aussi rapidement qu'il ne s'était perdu en un visage un peu plus stoïque. Aborder le sujet qui allait suivre était toujours bien plus judicieux que de prononcer le nom de Nüwa ou de discuter sur cette punition. Pauvre Nüwa, mais probablement l'avait-elle cherché. Il fallait être inconscient pour se jeter dans la gueule du Loup tout en le frappant avec sa propre patte. Mieux valait être plus patient. Ou en tout cas, le temps que l'objectif soit atteint.

"Seigneur Poséidon...Que s'est-il réellement passé pour que le Sanctuaire Sous-Marin se retrouve aux mains des dieux Jumeaux?"


Oui, que s'était-il passé pour qu'ils aient été aussi bernés par autrui? Son regard se posa en direction du dieu et non plus sur l'Océan qui les berçait tout autour d'eux. Atlantis était aussi beau qu'à ses souvenirs, mais tout aussi terrifiant selon son opposé. Ariane repensait également à Liao, dont la charge avait doublé. La générale ne l'avait pas connu général qu'il devenait déjà Légat. Si elle avait acquis son rôle d'aujourd'hui à un jeune âge grâce aux entraînements fermes -peut-être trop- de son ancien Maître, Liao avait désormais un vécu aussi beau que pesant.

"Vous avez rencontré le général de l'Hippocampe pour son premier jour en tant que Légat, n'est-ce pas?"

Une façon d'aborder ce sujet comme il se devait. Si Liao avait une certaine autorité, Ariane cherchait à savoir, malgré tout, les origines de ce choix. Le pauvre général venait à peine de revenir du Sanctuaire qu'un autre problème venait de s'entasser à ce Pilier. Non pas que Poséidon était un problème, mais que gérer le Sanctuaire Sous-Marin relevait d'un défi, en particulier suite aux longues années tenues avec une main de fer par le Légat précédent. Un léger rire s'était échappé de ses lèvres à cette vaine idée. Quand on connaissait certains Marinas, tout cela n'allait pas être de tout repos. Ô les responsabilités sans fins, ce n'était certainement pas pour Ariane, mais cela ne l'empêcherait pas d'y jouer dans le futur. C'était d'un regard aussi malicieux qu'enjoué que ces soucis d'antan avaient été soudainement balayé de son esprit.



[ Fin Juin 550 ] Retour du maître des lieux ( Marinas ) Ryme_s10

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu
PoséidonPoséidonArmure :
Scale de Poséidon
Message Re: [ Fin Juin 550 ] Retour du maître des lieux ( Marinas )   [ Fin Juin 550 ] Retour du maître des lieux ( Marinas ) EmptyMar 29 Mar - 13:28
Poséidon préféra ne pas s’attarder dans cette pièce. La discussion à venir nécessitait un lieu plus propice aux échanges, et puis l’homme couché à leur côté méritait un peu de considérations de leur part. La réflexion d’Ariane concernant l’ancien Légat l’amusa. L’homme possédait de nombreuses facettes tout comme les Dieux évidemment. Il en était le parfait exemple. Sur son ordre, ils marchèrent dans les couloirs du temple tout en continuant leur discussion. La divinité exprima son avis sur les impressions de la jeune femme. Croire qu’elle était la cause d’une défaite. Il trouvait cette perspective amusante et extrêmement présomptueuse. Seuls les Dieux pouvaient se vanter de posséder une telle faculté, et non une simple mortelle. Par la suite, Poséidon interrompit sa marche et se mit face à son interlocutrice. La défiant légèrement du regard. Il exprima le fond de sa pensée sur ce qu’il savait de cet incident, et au vue des informations, le Dieu se jugeait à même de comprendre toute l’étendue de l’évènement ainsi que son déroulement. Ariane allait pouvoir enfin répondre, mais elle devait surveiller ses paroles. Poséidon pouvait se montrer compréhensif et aimer ses enfants atlantes, mais il ne supportait pas que l’on remette son jugement ou ses ordres en question. Bien que sur ce dernier point, une bonne argumentation pouvait le faire changer d’avis comme l’avait fait le Légat peu de temps auparavant.

Le général des Lyumnades sembla prendre le temps de réfléchir ou d’assimiler cette situation. Compréhensible mais un peu agaçant. Quand elle prit la parole, un hochement de tête satisfait du Dieu accueillit les quelques mots prononcés. Il préférait ce genre d’attitude. Le Dieu faisait toujours face à ce petit bout de femme. Forte et dangereuse. C’est ainsi que son écaille l’avait présenté, et il appréhendait un peu mieux cette vision à présent. La question d’Ariane amena une colère sourde sur les traits du Dieu des Océans. Son trident irradia en même temps que son cosmos. Son ton fut ferme et incisif lorsqu’il prit la parole.

_ « Les Dieux jumeaux n’ont jamais été en possession de mon territoire, et ne le seront jamais. »

Cette discussion était close pour lui, et son regard ainsi que son expression en disait long sur cet état des choses. Transgresser cette volonté entraînerait un déchaînement de colère de sa part. Il avait été absent trop longtemps. Même les marinas doutaient de son pouvoir, et on croyait pouvoir l’évincer aussi facilement. Ses pensées colériques étaient toujours tournées vers les Jumeaux. Leurs souffrances seraient infinies si il venait à mettre la main dessus, et l’urne en sa possession serait une magnifique punition de son point de vue. Finalement Ariane eut la présence d’esprit d’aborder un nouveau sujet, ou peut-être possédait-elle simplement ce même caractère changeant que le sien. Un large sourire accueillit la question de la jeune femme, effaçant la colère précédente des traits et de l’esprit de Poséidon. Il capta d’ailleurs l’amusement dans les traits de son interlocutrice.

_ « Liao. Un homme étrange et intéressant. J’ai hésité à le nommer, mais votre sollicitude à son égard m’a convaincu que je faisais le bon choix. Il est aisé d’être suivi par ses subordonnés, mais beaucoup plus difficile d’être apprécié par eux. » Il marqua une pause et ajouta avec espièglerie. « Et vu mon caractère changeant comme l’Océan, j’ai toujours préféré choisir des Légats calmes et posés. Capable de s’opposer à moi si nécessaire. C’est un risque que je cours et que je leur fais courir »

Certes Poséidon jouait beaucoup avec la vie des Atlantes, mais ses paris s’étaient toujours avérés plutôt juste. Hassan avait été désigné par la force des choses, et parce qu’en son absence, il fallait un homme de poigne campé sur ses positions afin de maintenir l’ordre et la cohésion. Le choix de Liao s’imposait pour la suite des évènements. La guerre. Chaque Légat possédait ses propres qualités, et les temps en demandaient certaines plus que d’autres.

_ « Il me semble que vous le connaissez un peu. Cet homme sera capable de faire ce qui doit être fait tout simplement. Son détachement de ses émotions et sa froideur nous seront utiles, autant que ton impulsivité ma chère enfant. » Une nouvelle pause avant qu’il ne continue. « Il se peut aussi que je commette une erreur, dont nous paierons tous le prix un jour ou l’autre. »

Cette perspective lui soutira un simplement sourire. Cela rendait les choses bien plus intéressantes de cette manière, mais au vu du rapport de l’Hippocampe et de son avis sur Bélisaire et Athéna, Poséidon pensait avoir fait le choix le plus judicieux. De toute manière, parmi les généraux restants, il ne pouvait envisager aucun d’entre eux dans ce rôle. Lytès était calme et posé mais encore jeune. Ariane était aussi instable que lui, et Poséidon avait toujours préféré choisir des représentants ayant un caractère différent du sien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RymeRymeArmure :
Armure du Lion

Statistiques
HP:
[ Fin Juin 550 ] Retour du maître des lieux ( Marinas ) G-bleu1800/1800[ Fin Juin 550 ] Retour du maître des lieux ( Marinas ) V-bleu  (1800/1800)
CP:
[ Fin Juin 550 ] Retour du maître des lieux ( Marinas ) G-rouge1200/1200[ Fin Juin 550 ] Retour du maître des lieux ( Marinas ) V-rouge  (1200/1200)
CC:
[ Fin Juin 550 ] Retour du maître des lieux ( Marinas ) G-jaune1650/1650[ Fin Juin 550 ] Retour du maître des lieux ( Marinas ) V-jaune  (1650/1650)
Message Re: [ Fin Juin 550 ] Retour du maître des lieux ( Marinas )   [ Fin Juin 550 ] Retour du maître des lieux ( Marinas ) EmptyMar 29 Mar - 17:11
A mieux observer le comportement de Poséidon, mieux valait aller dans son sens plutôt que s'opposer à ses idées. Ariane savait pertinemment que les dieux avaient tendance à être particulièrement caractériels et celui-ci ne faisait pas exception à la règle. Ce hochement de tête et cette savante colère qu'il avait exhibé suite à la simple mention de Thanathos et Hypnos en était une démonstration des plus efficaces. Le dieu des Océans était en colère, et ce trident parlait de lui-même. Fermant les yeux, Ariane attendit la fin de cette rage...Ou tout simplement qu'elle n'explose pour de bon. Ce n'était pas le moment pour elle de reculer ou surenchérir sur son absence face au dieu.

Tapie dans son silence, le Légat devenait subitement une bien meilleure source pour converser. Et cela l'apaiserait probablement. Certainement même.

Certes, une erreur avait été commise par toute l'ancienne génération. Certes, Poséidon avait été emprisonné depuis plus d'un siècle. Mais ces dieux Jumeaux avaient forcément un rôle dont eux, généraux, n'étaient pas forcément été mis au courant. Tout au mieux pouvaient-ils émettre quelques suppositions. C'était là une bien meilleure perspective que celle d'interroger plus longtemps ce dieu sur un sujet aussi piquant. Son autorité ne devait pas être remise en cause.

Rien que pour cela Liao allait avoir du pain sur la planche. Si cela ne gênait que très peu Ariane -ou seulement dans la mesure où Poséidon pouvait se révéler particulièrement violent lorsque faits prononcés et gestes n'étaient pas synchrones avec ses idées-, un caractère aussi tiraillé par tant de fierté devait forcément entrer en collision avec celui de l'actuel Légat, plus mesuré que son dieu. Les paroles de Poséidon à son égard confirmaient simplement ses pensées. Liao était un choix particulier. Ces souvenirs n'en faisaient qu'un général comme les autres, probablement plus avisé que la jeune atlante qu'elle était. Poséidon avait parlé d'une sollicitude qui l'avait bien fait sourire, puisqu'elle n'existait pas véritablement dans son cas. Ca n'aurait pas été pour Hassan, Ariane n'en aurait pas cillé sur ce choix. Une sorte d'indifférence sur la personne élue régnait en maître dans sa conception, tout simplement. Elle attendait simplement des preuves.

"Apprécié ou détesté, tant qu'il ne laisse pas indifférent, c'est ce qui compte. Dans l'un ou l'autre cas, ce sont des situations où il est aisé d'utiliser ces émotions à sa façon, si tant est que cela ne soit pas généralisé. Cela dit, Liao est un certain choix pour ce que vous recherchez, il faut dire qu'il a fortement tendance à tout contredire."


C'était comme un très lointain reproche, et une simple taquinerie de sa part à la fois. Une chamaillerie presque familiale. Ariane n'avait pas eu l'occasion de le voir plus de fois que cela, mais elle connaissait le général. En grande partie. Leur conception différait très certainement et ce n'était pas plus mal. Utiliser des avis qui divergeaient étaient néanmoins un point de rencontre. C'était une ruse qu'elle concevait bien pour ce rôle de Légat vis-à-vis de ses subordonnés. Un compromis entre cette qualité et la force de caractère nécessaire à une bonne gouvernance. Et c'était bien cela qu'il lui arriverait probablement de tester. Si Hassan avait connu quelques soucis, Liao aurait toutes ses preuves à faire. Néanmoins, elle percevait ce choix comme un doute du dieu des Océans, ou comme une mesure de précaution sur sa propre façon d'agir. Ses dernières paroles parlaient d'elle-même.

"Erreur ou pas Seigneur Poséidon, ça ne nous empêchera pas de lutter jusqu'au bout et qu'importe les manières utilisées. Au-delà de mes reproches, vous pensez bien que je me fiche royalement de ce qui pourrait arriver du premier ennemi frappant à nos portes. Au mieux cet incident se révélera divertissant, et au pire je ne me ferai pas prier pour y remédier sans trop y prendre de risques. Mais pensez-vous...Que le Sanctuaire soit une erreur? Je ne sais pas ce qui s'y est passé...Du moins pas en totalité"
Ariane se pinça légèrement les lèvres. Trop observatrice, elle avait fouiné là où elle aurait probablement dû prendre plus de retrait. Tant pis, Liao n'avait qu'à prendre plus de précautions sur les éléments qu'il laissait traîner ça et là. "Je veux dire...Votre retour coïncide parfaitement avec celui de Liao alors même qu'il rentrait du Sanctuaire. Je me doute bien qu'un compromis a dû avoir lieu. Et les acteurs ne me sont pas inconnus, ce qui me laisse une certaine marge d'appréciation sur leurs idées respectives. Est-ce de cela dont nous devons nous inquiéter? Cet accord avec les Saints ou ces ennemis qui se rapprochent à petit pas?"


Leur marche avait été mené depuis déjà un certain moment. Ariane espérait qu'elle n'avait pas été trop rapides quant à ses questions, mais elle n'avait pas été mise au courant et apprécier la fourberie Saint ne lui était pas inconnu. De toute évidence, Ariane aimait supposer et confirmer certaines réactions, quand bien même elle avait été tenu légèrement à l'écart. Les Marinas avaient préféré rester en retrait lorsqu'ils avaient senti une colère étouffée en provenance du Pilier de l'Océan Antarctique. "Le Tribut revenu a besoin de calme". Les habitants d'Atlantis préféraient rester prudents vis-à-vis de cette nouvelle personne et seul le messager avait perturbé sa méditation alors qu'elle prenait fin.

Un soupir, puis deux s'échappèrent de ses lèvres. A leur passage, quelques petites sculptures déjà délabrées avaient été littéralement transformées en véritables vestiges de pierres entassées sur le sol. Sans doute n'avaient-elles pas résister aux violentes secousses qui eurent lieu. Au fond d'elle-même, Ariane se demandait si le poteau calciné près de la volière était toujours sur place. Voilà qu'elle s'était mis en tête d'aller inspecter ces débris qui trônaient ça et là. Bientôt, les pierres qu'elle eut pris dans sa main n'était devenu que poussière. La constatation avait été très simple et amusante. On ne pourrait plus lui reprocher de brûler certaines choses sous les eaux.

"Eh bien, on a eu le droit à des tremblements d'une certaine ampleur aujourd'hui."
Haussant les épaules, la brune avait repris sa marche à ses côtés. Un regard en la direction de Poséidon...Et elle sut que sa réflexion avait peut-être besoin d'être approfondie. Même si elle savait pertinemment que cela avait eu lieu lorsque les Marinas avaient quitté le Temple tous ensemble, laissant le chinois et leur divinité vaquer à leur débat."Oh ne vous inquiétez pas trop pour cela, c'était vieux et les atlantes ont l'habitude de ce genre de délabrements effectués avant l'heure."

Poséidon était d'un caractère qu'elle concevait plutôt bien, finalement. Au-delà des geôles qu'elle avait peut-être frôlé lors du cas Nüwa. Ariane souriait à pleines dents, d'un air plutôt joyeux et très certainement taquin.



[ Fin Juin 550 ] Retour du maître des lieux ( Marinas ) Ryme_s10



Dernière édition par Ariane le Mer 30 Mar - 10:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu
PoséidonPoséidonArmure :
Scale de Poséidon
Message Re: [ Fin Juin 550 ] Retour du maître des lieux ( Marinas )   [ Fin Juin 550 ] Retour du maître des lieux ( Marinas ) EmptyMer 30 Mar - 8:57
Cette discussion commençait à l’ennuyer, surtout depuis l’évocation d’une éventuelle faiblesse de sa part. Qu’on puisse croire que d’autres divinités pouvaient usurper son territoire l’avait énervé au plus haut point. Surtout ces deux-là pour qui sa haine était très grande. Le maître des Océans avait mis à ce débat très rapidement. Une décision unilatéral car il en avait le pouvoir et l’envie. Ariane eut la présence d’esprit de changer de sujet en évoquant Liao. Cela eut le mérite de détourner totalement son attention. C’était le genre d’homme qu’il acceptait et respectait ou tuait selon les cas et l’évolution de leur relation. Cette partie de son discours montra rapidement un petit côté joueur chez le Dieu des Océans. Il jugeait plus intéressant de prendre la situation dans ce sens, plutôt que de trop se centrer sur la sécurité et les solutions faciles. Le général des Lyumnades exprima à nouveau son avis. Cette petite n’avait pas sa langue dans sa poche, et pour le moment il appréciait cette qualité tout simplement. Un léger sourire de la part du Dieu accueillit la remarque sur la propension de son Légat à toute contredire. C’était la vérité, mais il voyait ceci comme un atout dans certains cas. Leur discussion lui avait appris que cet homme voyait les choses d’un point de vue intéressant. Sa culture d’origine lui apportait une vision des choses différente, et ce serait autant un atout qu’un défaut dans les combats à venir. En tout cas Poséidon en avait la conviction. Après tout ce choix n’était pas aussi impulsif que la situation le laissait penser.

Son interlocutrice aborda un sujet plus délicat. Poséidon l’observa en souriant, car comme l’avait supposé Liao, son impulsivité n’était pas sa seule nature. Le Légat avait émis des doutes sur la possibilité que cela soit parfois un jeu afin d’obtenir ce qu’elle souhaite. Le Dieu l’observa et reprit sa marche tout simplement. Leurs pas les menaient irrémédiablement vers la sortie du temple de Poséidon. Une manière courtoise d’annoncer la fin de leur entrevue. Ils leur restaient encore un peu de temps pour aborder quelques points. Avec un sourire joueur, la divinité reprit la parole.

_ « Les sujets d’inquiétude sont nombreux en cet ère, comme dans toutes celles qui l’ont précédé… et comme toutes celles qui la suivront. Les menaces peuvent prendre des formes bien diverses, et les alliés d’hier peuvent devenir les ennemis de demain. Et inversement. »

Le Dieu n’avait aucune envie de détailler plus ses explications pour le moment. Liao gèrerait ça si l’envie lui en prenait, mais lui n’en éprouvait ni le besoin ni le désir pour le moment. Ses pensées et ses décisions ne regardaient que lui. Ils continuaient de prendre la direction de la sortie du temple. Poséidon observa Ariane récupérer quelques débris, lors d’une pause imposée par la jeune femme. De petites sculptures avaient subi le courroux involontaire du Dieu. Un nouveau sourire accueillit la remarque sur les tremblements de terre. Les Atlantes allaient devoir s’y habituer, car c’était un pouvoir qui se manifestait souvent de manière indépendante et imprévisible.

_ « Ai-je l’air inquiet ?... J’en doute. Ces objets seront vite remplacés, et d’autres prendront leur place. De toute manière, je suis maître en ma demeure. Cette cité m’appartient, et si l’envie m’en prenait de la raser, je ne vois pas qui pourrait s’opposer à moi ou me le reprocher. Comme cette armure sur ton dos. » Le Dieu s’approcha et posa la main sur l’écaille. « Elle m’appartient, même si elle possède une certaine forme de libre arbitre et de conscience. J’en suis le propriétaire et en cela, elle fera ce que je lui dirais de faire. »

Le regard de Poséidon s’était posé sur le visage de la jeune femme, et ses yeux s’étaient noyés dans les siens révélant un océan infini dans le fond de ses prunelles. Son cosmos bouillonnait en lui. Qu’elle ne se trompe pas sur sa gentillesse et sa bienveillance durant cette conversation, il pouvait accepter certaines choses et en passait d’autres sous silence par nécessité. Mais il restait l’absolu en ces lieux. Le Dieu se redressa et sourit simplement effaçant cette aura pesante de secondes précédentes, redevenant cet homme un peu fantasque et léger.

_ « Bien je pense que la discussion touche à sa fin. Comme je te l’ai dit, tu es libre de venir voir Hassan quand tu le souhaites… Mais les oreilles indiscrètes seront être châtiées si cela s’avérait nécessaire. Bon retour à la maison mon enfant, et tiens-toi prêtre, je serais faire appel à ta loyauté et ta dévotion en temps venu. »

Poséidon n’attendit pas la réponse de son interlocutrice qu’il commençait déjà à rebrousser chemin vers la partie du temple réservée à ses appartements. Il était satisfait de cette entrevue, et il pourrait enfin se concentrer sur la résolution de certains mystères. Maintenant le reste était entre les mains de son Légat tout simplement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RymeRymeArmure :
Armure du Lion

Statistiques
HP:
[ Fin Juin 550 ] Retour du maître des lieux ( Marinas ) G-bleu1800/1800[ Fin Juin 550 ] Retour du maître des lieux ( Marinas ) V-bleu  (1800/1800)
CP:
[ Fin Juin 550 ] Retour du maître des lieux ( Marinas ) G-rouge1200/1200[ Fin Juin 550 ] Retour du maître des lieux ( Marinas ) V-rouge  (1200/1200)
CC:
[ Fin Juin 550 ] Retour du maître des lieux ( Marinas ) G-jaune1650/1650[ Fin Juin 550 ] Retour du maître des lieux ( Marinas ) V-jaune  (1650/1650)
Message Re: [ Fin Juin 550 ] Retour du maître des lieux ( Marinas )   [ Fin Juin 550 ] Retour du maître des lieux ( Marinas ) EmptyVen 8 Avr - 3:06
La fin de cette entrevue s'approchait dangereusement, mettait quelque peu Ariane mal-à-l'aise. Leur discussion n'avait pas été véritablement brutale mais tout ce qu'elle connaissait demeurait néanmoins bel et bien balayé de son ancien quotidien. Poséidon ne l'avait pas véritablement rassuré sur son sort, mais au moins avait-il eu la décence de l'informer un peu mieux sur leur situation actuelle: Athéna n'était ni une alliée, ni une ennemie.

Quelques pas plus loin, Poséidon s'était rendu compte que ses colères créaient quelques ravages. Ses paroles néanmoins l'avaient mises en garde sur l'appartenance des Ecailles endossées par chaque Marina. Haussant les sourcils, l'atlante se demandait bien où la divinité de la mer voulait en venir avec cette possessivité exacerbée. L'honnêteté de ses mots avec ce dieu n'avait probablement rien de mâcher et ce regard qu'il lui adressait désormais s'était accompagné d'un silence. Ses minutes sans paroles lui avaient simplement permis de sonder en ce dieu de quoi se montrer souciant pour certains; blasés pour d'autres. La dernière catégorie touchait de plein fouet la jeune femme. Après tout, combien de personnes avaient été testé par ce toupet parfois trop franc? Trop sûrement, mais son regard à elle se faisait toujours joueur, volontairement soumis par une malice inconsciente, sans honnêteté réelle en revanche. Ariane était ainsi avec un trop plein d'autorité...Et dire qu'il avait réagi pour un simple tic de langage. Cette réaction avait fait sourire Ariane alors que celui-ci lui souhaitait de nouveau la bienvenue à Atlantis.

"Merci bien Poséidon, vous pouvez compter sur moi pour porter une attention particulière à l'ancien Légat."


De ses yeux, elle avait suivi la divinité s'en aller de nouveau dans les profondeurs de son Temple. Quelque chose coupa pourtant court à cette attention; le Légat s'éloignait d'Atlantis en direction d'Alexandrie. Dans une certaine incompréhension, Ariane était retournée à son Pilier de façon à rejoindre Teigne, la salamandre qui l'accompagnerait pour cette route qui s'annonçait longue. Etait-ce...Un cosmos qu'il suivait? Surement, elle-même avait senti, au fur et à mesure que l'atlante s'approchait de la ville protégée par Poséidon, des présences éveillées et puissantes. Son sang s'enflammait déjà à l'idée d'avoir à se défendre. Le sourire aux lèvres, la Lyumnade réagirait que si la situation s'annoncerait mauvaise.

Spoiler:
 



[ Fin Juin 550 ] Retour du maître des lieux ( Marinas ) Ryme_s10

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu
 
[ Fin Juin 550 ] Retour du maître des lieux ( Marinas )
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Libro Scripturae :: Mare Nostrum :: Atlantis :: Temple de Poséidon-
Sauter vers: