Votez
I
II
III


Février 553 AD (Jusqu'au 31 Août 2020)
 
Partagez
 

 [30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
DeukalyionDeukalyionArmure :
Écaille du Kraken

Statistiques
HP:
[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) G-bleu1350/1350[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) V-bleu  (1350/1350)
CP:
[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) G-rouge850/850[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) V-rouge  (850/850)
CC:
[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) G-jaune1600/1600[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) V-jaune  (1600/1600)
Message [30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission)   [30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) EmptyLun 21 Mar - 18:30
Il paraissait bien louche cet Egyptien dans les rues animées de Rome. Il était grand, tellement grand, portait sur le dos un immense cube de cuir et était trop bien habillé pour être un esclave. Il faisait tâche dans cette ville et il le savait, il le sentait. Quand il vivait à Athène au moins ce n'était qu'en guenilles et sans sac, ici il paraissait plus pour un riche marchand qu'autre chose. Et encore ! Heureusement qu'Ileana, sa fidèle servante, lui avait conseillé de couvrir l'urne sacré contenant son armure, s'il s'était trimbalé ici avec un aussi gros lingot les autorités auraient eut vite fait de tenter de l’arrêter. Oui tenter, car à moins qu'ils ne furent ceux qu'il recherchaient leurs pauvres lames n'auraient pu l'effleurer, lui qui était devenu un Chevalier Sacré d'Athéna.

Pendant tout le voyage il avait songé à bien des choses mais pas à la plus importante : comment trouver efficacement des informations sur les Oracles d'Apollon. Non, car notre fier Taureau ne s'était posé la question qu'une fois le pied à terre devant la cité. Normal. Causer du trouble en usant de son Cosmos était une solution viable, à coup sûr les défenseurs sacrés auraient rappliqué. Malheureusement, ou plutôt heureusement, Airôth n'était pas ce genre d'homme et puis il représentait officiellement le Grand Pope durant son séjour et donc indirectement Athéna. Pas question d'apporter la confusion ici, il devait effectuer sa mission qui était simple : avoir des informations. Et pourtant il était là, limite perdu dans cette vaste cité aux monuments tous plus impressionnants les uns que les autres à se demander comment faire.

Sa première idée, pas des moindres, fut d'aller demander dans les temples antiques restant dans la ville s'ils connaissaient les Oracles, demandant comment les trouver. Tous le regardèrent limite en le prenant pour un fou, lui le géant d'Egypte aux cheveux d'or. Il patinait un peu dans la semoule pour l'instant mais ne désespérait pas, il avait une mission et il ne pouvait pas revenir là bas en disant simplement qu'il ne les avait pas trouvé. Si le Grand Pope l'envoyait en mission c'était pour une bonne raison.

Heureusement, parfois, il réfléchissait et cette fois son idée était bonne, il en était convaincu ! Quel meilleur moyen pour trouver des Chevaliers, quelle que soient leur allégeance que d'user de sa propre énergie pour débusquer la leur ! Il le savait que la Cosmos énergie était à la base de tout, il l'avait appris, il en était sûr, elle lui premettrait de trouver son chemin vers ceux qui répondraient à son appel. Il était donc là, près du fameux Colisée Romain, assis sur son urne dissimulée par un mince morceau de cuir. Il se concentrait, cherchait à intensifier sa Cosmo-énergie pour visualiser dans son esprit un semblant d'espace dans lequel son propre univers pourrait rentrer en résonance avec celui d'un autre chevalier. Sauf qu'à part faire gonfler son pouvoir et faire craquer les pavés l'entourant il n'avait pas fait grand chose de plus...

- Merde... je sais même pas faire ça....



[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) Signature
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1707-deukalyion-algos-gen https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1714-deukalyion-algos-general-du-kraken
DrystanDrystanArmure :
-

Statistiques
HP:
[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) G-bleu200/200[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) V-bleu  (200/200)
CP:
[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) G-rouge210/210[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) V-rouge  (210/210)
CC:
[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) G-jaune275/275[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) V-jaune  (275/275)
Message Re: [30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission)   [30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) EmptyMer 23 Mar - 20:32
Assis aux abords d'une fontaine, au coeur même des Jardins Sacrés, l'Augure réfléchissait calmement aux prochaines étapes de leur stratégie. En d'autres circonstances, il se serait appuyé sur ses songes, ceux-ci permettant bien souvent de démêler de nombreuses situations complexes pour celui qui se montrait capable de les interpréter. Mais ces derniers temps, il n'y parvenait pas. Les forces étaient bien trop nombreuses et les rouages beaucoup trop fragiles. Un simple grain de sable suffisait à en modifier totalement le fonctionnement et nul ne pouvait savoir quand la tempête allait se déclencher. Ni même s'ils seraient balayés par celle-ci ou s'ils parviendraient à déployer leurs ailes au bon moment pour se laisser porter vers l'avant. Une nouvelle fois, Adalrik souleva le parchemin qu'il tenait dans ses mains afin de parcourir distraitement les mots qu'il venait d'y inscrire. Non, la mélodie ne parvenait pas à prendre forme dans son esprit. Peut-être manquait-il encore certaines notes pour que l'oeuvre puisse être menée à son terme.

Il est trop tôt... Cela ne me plait guère mais je vais devoir faire preuve d'encore un peu de patience. Bientôt, la lumière parviendra à percer le brouillard qui nous entoure. Bientôt.


L'Augure se releva finalement, lâchant le parchemin qui avait commencé à s'embraser entre ses doigts. Portée par une légère brise qui soufflait sur le Mont Palatin, la feuille s'envola tel un trait de lumière s'échappant du représentant d'Apollon tandis que celui-ci avait levé son regard vers le ciel, prenant une profonde inspiration. Chaque chose en son temps, la précipitation n'était pas nécessaire. Lorsque le temps serait venu, son Seigneur ne manquerait pas de l'en avertir. Mais pour l'heure, d'autres missions requéraient son attention. Se remettant en marche en direction de la sortie des Jardins Sacrés, Adalrik murmura quelques mots qui ne cessaient de hanter son esprit depuis qu'il avait quitté le domaine de Morphée, quelques heures auparavant.

Au coeur de la tanière, des dorures et du sang
Piétinant les pavés, de ses sabots ardents
Prédateur ou gibier, qui donc le saurait
Aurum ou airain, un alliage éclairé?


A trois reprises, l'Augure prononça ce poème alors qu'il quittait les Jardins. Tentant de percer les mystères de cette vision énigmatique, de voir au delà du premier alexandrin. Perdu dans ses pensées, il ne se rendit même pas compte que ses pas l'avaient mené jusque dans les rues de Rome. Qu'à cela ne tienne, il avait des affaires à gérer au sein de la Ville Éternelle. Progressant lentement dans ses différentes artères, saluant d'un signe de la tête les personnes qui se retournaient pour l'observer, Adalrik profitait de cet environnement qu'il ne fréquentait que trop peu souvent. Demeurer caché et travailler dans l'ombre, une douce ironie pour ceux qui servaient le Dieu de la Lumière.

Soudain, le représentant d'Apollon stoppa ses pas. Non loin de lui trônait le majestueux Colisée dont la grandeur rappelait à tous un art qui ne tarderait probablement pas à se réveiller. Ne restait qu'à espérer que les Hommes sauraient lui réserver un meilleur destin, cette fois. Pourtant, ce n'était pas ce monument qui avait attisé la curiosité de l'Augure mais bel et bien cet homme qui venait de laisser éclater son énergie, abimant par la même occasion plusieurs pavés autour de lui. Un instant, son poing se crispa en imaginant les conséquences si son énergie avait abîmé le Colisée mais il balaya rapidement cette pensée pour se rapprocher de lui.

Vous ne devriez pas vous énerver ainsi mon ami. Il serait dommage d'abîmer davantage cette magnifique cité pour des raisons qui n'en valent pas la peine. Peut-être puis-je vous aider à trouver ce que vous recherchez? Il ne fait aucun doute que vous n'êtes pas habitué à ce lieu et j'y réside moi-même depuis un certain temps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DeukalyionDeukalyionArmure :
Écaille du Kraken

Statistiques
HP:
[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) G-bleu1350/1350[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) V-bleu  (1350/1350)
CP:
[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) G-rouge850/850[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) V-rouge  (850/850)
CC:
[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) G-jaune1600/1600[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) V-jaune  (1600/1600)
Message Re: [30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission)   [30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) EmptyVen 25 Mar - 9:54
Après avoir été très poli en constatant son incompétence l'Egyptien tourna la tête frénétiquement autour de lui pour vérifier que rien n'avait été abîmé par cette soudaine montée d'énergie. Par chance il n'avait pas touché l'imposante bâtisse, étant à une assez bonne distance à l'échelle de l'homme. Non, seulement les pavés autour de lui avaient été fissuré. Alors qu'il soupirait, tant par son acte que par son incapacité totale à sonder autour de lui. Et c'est à cet instant qu'un homme se présenta à lui, empli de lumière et d'élégance tant par son verbe que par son apparence et sa stature. Un blond bien plus puissant que celui d'Airôth et des yeux tout aussi brûlants. Mais ce n'était pas tout, non, il y avait autre chose, quelque chose qu'il semblait dégager en dehors de la prestance...

- Pardonnez-moi, ce n'était pas mon intention loin de là, la colère n'est pas ma meilleure alliée. Je suis heureux de n'avoir pas plus âbimé ce lieu, cette cité... En effet je ne viens pas d'ici et suis perdu, tant par l'intensité de cette ville que par la raison de ma présence.

J
usqu'à présent il n'avait pas vraiment su comment aborder le sujet et lorsqu'il l'avait fait auprès de certaines personne, notamment celles présentes dans les quelques temples antiques qu'il avait pu croiser. Et pourtant rien et pour ne rien arranger Airôth semblait totalement insensible en ce qui concerne le ressenti du Cosmos. Après tout cela ne faisait qu'un mois qu'il était entré dans le monde des affrontements divins, comment l'en blâmer ? Et malgré tout ça le Taureau d'Airain semblait perplexe... Comment a-t-il pu deviner que je suis perdu... Comparé aux autres personne autour d'eux qui avait plus été surpris par les craquement, lui s'était rapproché et avait prit la parole. Avait-il... sentit quelque chose ? Ressentit son Cosmos ? Capter une sorte de... détresse ?

- Ce que je recherche donc... Difficile à dire, je commence à me demander si cela existe bel et bien. Personne n'a su répondre à mes questions. Je recherche des personnes, une caste, vénérant... hum... comment l'appelez-vous ici déjà... Phoebus ? Je crois que c'est ça oui.



[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) Signature
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1707-deukalyion-algos-gen https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1714-deukalyion-algos-general-du-kraken
DrystanDrystanArmure :
-

Statistiques
HP:
[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) G-bleu200/200[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) V-bleu  (200/200)
CP:
[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) G-rouge210/210[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) V-rouge  (210/210)
CC:
[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) G-jaune275/275[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) V-jaune  (275/275)
Message Re: [30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission)   [30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) EmptyDim 27 Mar - 18:19
Lorsque l'étranger prit la parole pour répondre à sa proposition, Adalrik demeura quelques instants à le contempler, une certaine bienveillance sur le visage. La volonté de l'homme n'était clairement pas de détruire ces lieux ni même de leur causer le moindre dégât, il n'y avait pas à douter de ses paroles. Un simple accident auquel il tenterait de remédier lorsque la rencontre serait terminée. Mais alors que recherchait cet homme en laissant ainsi son Cosmos s'échapper de façon aussi évidente et primale? Un guerrier ou peut-être un artisan à en juger par son apparence. Pourquoi pas un forgeron. Car sa simplicité ne reflétait pas celle d'un homme recherchant le combat. Pas aujourd'hui en tout cas. Adalrik fit quelques pas en direction des pavés abimés avant de laisser glisser une de ses mains le long de ses fissures. Puis il se releva, répondant au malaise dont avait fait preuve son interlocuteur.

Ne vous inquiétez pas, les artisans de cette ville feront merveille pour remettre ces quelques dalles en état. Je déteste moi-même imaginer que sa beauté puisse être ternie. Mais je vois bien que votre intention est toute autre. Et je vous remercie d'avoir parlé de l'intensité de cette ville car je me plais moi-même à penser qu'une des raisons pour lesquelles on la surnomme la ville éternelle est la lumière qui s'en échappe inlassablement. Tentant d'éclairer les hommes et de les conduire sur la meilleure voie. J'espère qu'elle vous mènera vous-aussi sur la voie que vous recherchez.

Une voie que l'Augure ne tarderait pas à comprendre puisque le visiteur venait de reprendre la parole pour expliciter les raisons de sa présence à Rome. Au nom de Phoebus, Adalrik plissa un instant les yeux, laissant glisser son regard en direction de l'objet recouvert de cuir sur lequel il était assis. Ne pouvant distinguer précisément son contenu, il soupira avant de finalement lever les yeux en direction de l'astre du jour, comme recherchant des réponses au travers de ses rayons. Finalement, après s'être laissé baigner quelques instants par sa lumière, il répondit calmement à celui qui était perdu.

Phoebus, Lug, Apollon. Nombreux sont les noms que les gens décident d'employer de nos jours. Même si je pensais certains oubliés depuis bien des années. Vous avez de la chance mon ami car il semblerait que la lumière ait décidé d'éclairer votre chemin. Je me présente à vous, Adalrik, Prêtre au service du Lumineux Seigneur Apollon. Et j'espère faire partie de ceux qui le vénèrent avec la plus grande ferveur. Avant de poursuivre, permettez-moi de vous demander de vous présenter à votre tour et de m'expliquer les raisons qui vous poussent à rechercher, au sein de Rome, des suivants du Seigneur Apollon?

Un brin de méfiance inondé par une vague de curiosité, les yeux dorés de l'Augure fixaient maintenant l'inconnu en attente de plus d'informations.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DeukalyionDeukalyionArmure :
Écaille du Kraken

Statistiques
HP:
[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) G-bleu1350/1350[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) V-bleu  (1350/1350)
CP:
[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) G-rouge850/850[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) V-rouge  (850/850)
CC:
[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) G-jaune1600/1600[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) V-jaune  (1600/1600)
Message Re: [30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission)   [30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) EmptyLun 28 Mar - 18:01
La lumière. C'était là ce qu'il cherchait tant indirectement que pour sa mission. Son départ avait été houleux et il tentait tant bien que mal de se plonger dans la tâche que lui avait confié le Grand Pope, il espérait oublier au moins pendant un temps et savait consciemment qu'une fois cela terminé le présent reviendrait frapper à sa porte. Pour le moment il se laissait guidé, éclairé par les paroles de l'homme brillant qui tentait de le rassurer sur la pseudo gravité de son accident. Tant mieux, un poids en moins, Airôth et son armure possédait de larges épaulières mais la chute d'un monument aussi beau n'avait pas assez de place pour s'y poser. Après, il ne comprenait pas toutes ses paroles. Il semblait bien plus sage que lui et possédait certainement un savoir qui dépassait celui d'un ancien recouvreur de dettes.

Malgré tout il l'avait remarqué, cet instant où il posa son regard sur le colis qu'Airôth avait posé au sol et sur lequel il était assis. Intriguant forcément et difficile pour l'Egyptien d'imaginer que la personne face à lui pouvait distinguer son contenu et surtout le comprendre. Lui même ayant encore du mal à dire vrai. Comment aurait-il pu savoir que... Bon OK il aurait pu s'en douter, le fait qu'il vienne de la sorte vers lui après l'émission involontaire de son Cosmos, le fait qu'il énonce toujours la lumière ou l’éclaircissement dans ses phrases... Ses cheveux ses yeux... Sa soutenance... A l'instant où il se présenta comme un prêtre d'Apollon cela ne fit qu'un tour dans son cerveau : c'était logique. Étonné, cela se lisait certainement sur son visage, le grand Taureau ne put que répondre par la positive quant aux questions que lui posait celui qui le guiderait certainement vers ces fameux Oracles d'Apollon.

- Bien sûr pardonnez-moi. Ma situation est si étrange ici que j'en ai oublié les bases. Je suis Airôth, Chevalier d'Or du Taureau au service d'Athéna et émissaire du Grand Pope. Je suis venu en ces terres sacrées pour rencontrer les Oracles d'Apollon.

T
out en parlant le Taureau d'Airain s'était relever avant de ployer genou à terre pour ainsi montrer patte blanche. Oh il ne savait pas exactement qui il avait en face de lui, certainement un prêtre parmi tant d'autres comme il y en avait à Rodorio, l'important était de montrer qu'il venait ici en paix, en tant qu'émissaire comme il l'avait énoncé. Il souleva un des morceau de cuir entourant l'urne sacré pour prouver ses dires, lui montrant la face gravée d'une tête de Taureau. Aillait-il le guider sur un chemin aussi lumineux que ses paroles ?


[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) Signature
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1707-deukalyion-algos-gen https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1714-deukalyion-algos-general-du-kraken
DrystanDrystanArmure :
-

Statistiques
HP:
[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) G-bleu200/200[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) V-bleu  (200/200)
CP:
[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) G-rouge210/210[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) V-rouge  (210/210)
CC:
[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) G-jaune275/275[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) V-jaune  (275/275)
Message Re: [30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission)   [30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) EmptyMar 29 Mar - 21:47
Sa présentation avait eu l'effet escompté au vu du regard que lui jetait maintenant l'inconnu. Néanmoins, il ne pouvait déterminer si ce dernier était simplement satisfait de rencontrer un prêtre du Seigneur de la Lumière ou s'il avait anticipé sa véritable identité. Après tout, à moins de s'estimer touché par une chance insolente, il était plutôt facile d'imaginer que cette rencontre n'avait rien de fortuite. Ou du moins, pas totalement. Adalrik se plaisait à penser qu'une partie des évènements était déjà écrite, raison pour laquelle il obtenait régulièrement ses visions. Pas la totalité bien sur sinon quel intérêt les Hommes pourraient-ils trouver au coeur de leur existence? Mieux valait plutôt voir l'avenir comme un ensemble de rayons entremêlés dont il était bien difficile de percevoir lequel menait à la lumière.

Si la réponse de l'homme permit à l'Augure d'Apollon de satisfaire partiellement sa curiosité, elle ne l'autorisa pas à lever les barrières que la méfiance le forçait à lever. Un Saint d'Athéna. Si toutes les informations en sa possession s'avéraient véridiques, la prudence était la moindre des réactions à adopter en cet instant peu commun. Pourtant, si l'esprit d'Adalrik se voulait partagé quant à l'attitude qu'il devait adopter, la surprise le saisit de plein fouet lorsqu'il aperçut le Chevalier d'Or du Taureau poser genou à terre devant lui en signe de paix et de respect. Son regard se détourna en direction de son urne, une partie de sa curiosité retrouvée, lorsque le représentant d'Athéna souleva un morceau de cuir pour en dévoiler une partie. Laissant la majeure partie de sa tension s'échapper, l'Augure posa une main sur l'épaule de l'Homme pour l'inciter à se relever.

J'apprécie le respect et l'humilité dont vous faites preuve à mon égard, Airôth du Taureau, et je ne l'oublierai pas. Je vais donc me montrer honnête à mon tour. Prêtre d'Apollon est en effet un de mes titres mais les plus proches suivants de mon Seigneur et Dieu m'attribuent d'ordinaire celui d'Augure, celui qui a reçu l'honneur de représenter le Dieu de la Lumière sur cette Terre. Si vous êtes venu pour rencontrer les Oracles, alors vous pouvez considérer que je parle en leur nom. Mais je vous en prie, discutons en marchant. Si vous êtes étranger à cette ville, il serait dommage que vous ne preniez pas le temps de découvrir quelques unes de ses merveilles. Je pourrai aussi vous indiquer quelques adresses où vous reposer et restaurer.

Le visage parfaitement serein, Adalrik vérifia que le Taureau était prêt à le suivre avant de l'entrainer lentement dans les rues de Rome. Pendant les premières minutes de cette marche, l'Augure s'affaira à un simple rôle de guide, présentant les richesses de la ville éternelle. De ses multiples Temples - tout particulièrement celui d'Apollon -, des Thermes de Constantin en passant par le Forum Romain, l'Augure ne tarissait pas d'éloges au sujet des monuments de cette ville, observant régulièrement la réaction de son "invité" devant ses présentations. Finalement, alors qu'ils traversaient un marché où de multiples biens et mets étaient exposés, Adalrik retourna sur un sujet plus adapté à la situation.

Pardonnez moi pour cet intermède mais je n'aurais su me montrer digne de ces lieux si je n'avais pris quelques instants pour vous présenter une infime part de sa beauté et de sa majesté. Néanmoins, je ne pense pas que là soit le but de votre visite. Le dernier Saint que nous avons croisé, un certain Silas si je ne m'abuse, a déclaré vouloir la mort de tous les ennemis de la Déesse Athéna. Même potentiels. Êtes vous ici pour savoir si nous faisons partie de cette catégorie?

Marquant une courte pause pour repenser à quelques mots récents

D'aurum ou d'airain, un alliage éclairé... Troublant... Je ne ressens pas du tout une telle agressivité chez vous. Plutôt une certaine noblesse. Me tromperais-je?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DeukalyionDeukalyionArmure :
Écaille du Kraken

Statistiques
HP:
[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) G-bleu1350/1350[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) V-bleu  (1350/1350)
CP:
[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) G-rouge850/850[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) V-rouge  (850/850)
CC:
[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) G-jaune1600/1600[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) V-jaune  (1600/1600)
Message Re: [30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission)   [30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) EmptyMer 30 Mar - 8:52
En réelle réponse, plus que par ces mots, c'étaient les gestes de l'Augure que le Taureau avait accepté. Cette main sur son épaule. Il le remerciait ainsi à la fois de sa franchise et de sa confiance. Un geste. Simple prêtre, bien que ce ne soit pas déshonorable, ou Augure peu l'importait, sa mission était ce qu'elle était et il devait la remplir de la meilleure des manières : comme un preux chevalier. C'était la le titre qu'il s'était vu remettre par elle. Ils étaient plusieurs à croire en lui tant directement que de manière plus lointaine. Le Grand Pope, Ainia, Silas, Saadyr... Il n'avait eu la chance d'en rencontrer plus mais aujourd'hui il les représentait tous. Il ne pouvait les décevoir. Aucun d'eux car plus encore que les raison de sa venue en ces lieux c'était là la mission qu'il s'était fixé lui même.

La chance, ou plus certainement la lumière, avait fait en sorte que les chemins croisés furent ceux du Taureau et de l'Augure d'Apollon, représentant direct du Dieu. La première question que se posa l'Egyptien était, forcément, de savoir si cela était de la même manière que Bélisaire et les dires d'Adalrik tendaient en ce sens. Comment refuser du coup sa proposition de le guider dans la ville qui était sienne ? De plus la curiosité naturelle d'Airôth le poussait à accepter sans que son devoir vienne n'interférer. Chaque pas dans cette cité étaient accompagné des paroles éclairées de son compagnon de route, le Taureau d'Airain arrivait à ressentir toute la passion qui brûlait en cet être toujours aussi fasciné face aux merveilles de Rome alors qu'il devait certainement les côtoyer depuis des années. Lui aussi était un être pleinement dévoué. Le grand homme lui était de nouveau spectateur, découvrant avec l’innocence d'un enfant le sourire aux lèvres tout ce qu'il ne connaissait pas. Encore.

Ils s'arrêtèrent alors, il était évident qu'ils n'avaient arpenté là qu'une infime partie de la cité mais le retour à la réalité devait se faire. Leurs fonctions propres reprenaient le dessus et il aurait été indécent que le représentant d'un Dieu puisse l'oublier. Le but de sa visite. A l'instant où il entendit le nom de son voisin gardien du troisième temple son regard s'aggrava. Silas... Qu'avait-il pu bien faire ? Alors que l'Augure dictait des paroles étrange il lui fit part de son ressenti, de ce qu'il percevait chez le l'Egyptien. Noblesse...

- C'est bien trop d'honneur que vous me faites, je ne pense pas être noble et n'ai aucune raison d'être violent en cet instant et ne serai pas heureux de l'être. Pour en revenir à Silas... Je suis perplexe, je ne connais pas les conditions dans lesquelles votre rencontre a eu lieu, aussi je ne permettrais aucun jugement à ce sujet. Tant sur lui que sur vous. Quant aux faits, je suis ici en tant qu'émissaire, le réveil des Oracles a attisé la curiosité de notre Déesse. Je pense que la raison de ma venue ici, à Rome, n'est pas de savoir si vous êtes ou non des ennemis mais... plutôt de comprendre pourquoi après tant d'années les serviteurs du Dieu Soleil arpentent de nouveau le monde.

I
l n'avait pas la prétention d'être un représentant comme son interlocuteur ou comme Bélisaire non, il ne pouvait se permettre de condamner des actes dont il ne savait rien, bien qu'au fond de lui il était tiraillé. Si les Gémeaux avaient agit de la sorte ce n'était certainement pas sans raison... Mais à côté de cela l'Augure d'Apollon lui semblait d'une intense sincérité et l'avait accepté de la plus belle des manières. Dans tous les cas il préférait laisser parler sa sincérité, comme toujours, n'ayant pas d'ailleurs la sagesse d'esprit d'essayer de mentir.


[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) Signature
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1707-deukalyion-algos-gen https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1714-deukalyion-algos-general-du-kraken
DrystanDrystanArmure :
-

Statistiques
HP:
[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) G-bleu200/200[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) V-bleu  (200/200)
CP:
[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) G-rouge210/210[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) V-rouge  (210/210)
CC:
[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) G-jaune275/275[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) V-jaune  (275/275)
Message Re: [30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission)   [30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) EmptyJeu 31 Mar - 22:30
Lorsque l'Augure prononça le nom du Chevalier d'Or dont Célestia avait eu le malheur de croiser la route et entendre les menaces, il nota le léger changement dans le regard doré de son interlocuteur. Peut-être s'agissait-il là de la simple inquiétude de voir le nom d'un de ses compagnons d'armes cité ou peut-être le Taureau avait-il sa propre expérience de ce personnage, il lui était malheureusement impossible d'en connaître la signification exacte à l'heure actuelle. Pourtant, à en juger par le comportement de son interlocuteur, le respect profond qu'il lui accordait, il lui était difficile d'imaginer qu'Airôth puisse être un proche de celui qui se faisait appeler Silas. Mais après tout, pouvait-il réellement se fier à une impression obtenue après l'échange de seulement quelques phrases? Pas seulement. Car si son instinct pouvait parfois le tromper, il en était tout autre de ses visions. Si elles avaient choisi de le conduire en ces lieux, en cet instant, c'est qu'il y avait forcément un bénéfice à en tirer. A titre personnel ou pour la gloire d'Apollon.

Plongeant son regard dans celui du Taureau, Adalrik ne cacha nullement son intérêt pour les réponses qui lui étaient apportées. Pas plus qu'il ne dissimula son sourire lorsque le Saint démontra à nouveau son humilité devant le compliment qu'il venait de lui faire. Pourtant, ce furent les mots suivants qui résonnèrent immédiatement dans l'esprit de l'Augure. "En cet instant et ne serai pas heureux de l'être". Volontairement ou pas, le Taureau n'avait aucunement tenté de nier son potentiel combattif comme certains auraient pu s'y aventurer mais s'était plutôt attardé à souligner sa simple décision d'agir autrement. Soit. S'il appréciait bien souvent les marques de respect et la déférence, la situation actuelle ne se prêtait nullement aux propos doucereux, pas plus qu'ils n'auraient probablement convenu à son interlocuteur.

Si Adalrik s'amusa légèrement de la réponse d'Airôth au sujet de dénommé Silas, cet état se matérialisa totalement dans le regard de l'Augure alors qu'il entendait les motifs de la venue du Taureau. Athéna s'étonnait du réveil des Oracles en ces temps troublés? Tiens donc. Ainsi était donc la preuve que cette dernière n'avait pas abandonné son surnom de Déesse de la Sagesse.

Votre sagesse vous honore tout autant que votre franc parler. Vous faites un émissaire de choix. Vous avez raison de ne pas vouloir porter de jugement avec si peu d'informations. Peut-être en sera-t-il tout autre si nos routes se recroisent à l'avenir. Nous verrons alors si vous acceptez de partager vos jugements ou si vous pensez vous-aussi que tout ennemi potentiel doit être éliminé. Je ne vais moi-même pas condamner votre ami car je n'ai pas non plus eu la chance d'assister à cette scène. L'avenir montrera si nous avons eu raison.

Tendant deux pièces au marchand d'un petit étal après avoir saisi deux petites miches de pain, il en offrit une au Taureau avant de poursuivre sa marche.

Bien vous en fait de ne pas chercher à connaître notre allégeance car je ne pense pas que nous soyons les amis ou les ennemis de quiconque. Bien que je puisse vous assurer, pour reprendre vos mots, que je ne suis nullement votre ennemi, en cet instant. Nous sommes là pour permettre aux Hommes de traverser les cycles de ce Monde et les guider au travers de ses changements. Quels qu'ils soient. Pourquoi sommes nous là aujourd'hui précisément? Difficile de le savoir vraiment car l'avenir demeure toujours aussi imprévisible. Mais il semblerait que nous soyons au crépuscule d'un cycle et à l'aube d'un autre. Peut-être le Seigneur Apollon a-t-il aussi jugé que la lumière de Rome commençait à se ternir et qu'il était temps de l'aider à retrouver sa splendeur. Qu'en pensez-vous? Comment trouvez-vous Rome depuis que vous y êtes arrivé? Et que pensez-vous de ce monde?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DeukalyionDeukalyionArmure :
Écaille du Kraken

Statistiques
HP:
[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) G-bleu1350/1350[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) V-bleu  (1350/1350)
CP:
[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) G-rouge850/850[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) V-rouge  (850/850)
CC:
[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) G-jaune1600/1600[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) V-jaune  (1600/1600)
Message Re: [30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission)   [30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) EmptyVen 1 Avr - 8:36
La force des mots. Il était étonnant de voir à quel point de simples paroles pouvaient avoir tant d'impact sur le psyché d'une personne, tant en bien qu'en mal. Avant de porter son armure Airôth n'avait jamais vraiment parlé aux personnes l'entourant et ces dernières ne lui parlaient pas vraiment non plus. Des "employeurs". Des "victimes". Rien de bien stable. Comment aurait-il put comprendre sans l'aide, indirecte certes, d'Athéna ? Comment aurait-il put saisir ce que les mots pouvaient cacher ? S'il se considérait aujourd'hui comme un Chevalier de Déesse ce n'était pas du fait de ses actes non, ce n'était uniquement que par des mots. Des paroles que des personnes ont prononcé devant lui. Des personnes qui l'ont amené à croire en sa force et ses décision.

Alors quand l'Augure du Dieu Soleil vient lui aussi approuver les choix, vient tout simplement approuver ce que d'autres ont su lui dire... Et si son jugement sur Silas était sincère il n'en restait pas moins inquiet. Airôth n'était pas une mauvaise personne et pour l'avoir vécu savait que parfois même le plus bon des hommes pouvait être face à des choix le poussant à choisir une voie sombre. Il n'était pas juge de qui que ce soit, il n'était là pour cela... Et pourtant il ne pouvait s'empêcher de douter et ce dans les deux sens. Les paroles de l'Augure semblaient justes et si ce dernier lui rapportait ces faits ce n'était tout simplement pas pour rien et même si cela s'avérait être une mascarade... Ce que Silas avait raconté sur Arès... Le contexte reste primordial. Pourtant s'il n'estimait pas avoir à se justifier de quoi que ce soit, si l'homme face à lui qui l'avait accueillit sans conditions cherchait des réponses il accepterait sans demi-mesure de tenter de les trouver avec lui.

- Merci pour cela, vous n'auriez pas du... Concernant mon jugement, comment dire, je pense que le contexte des choses doit être pris en compte, toujours. Comme je vous l'ai dit je ne sais que peu de choses sur ce qu'à pu faire ou non Silas. Les seules informations en ma possession sur cette rencontre sont... l'implication d'Arès. Loin de moi l'idée de tenter de jeter la faute sur une autre personne, mais je préfère m'intéresser au contexte avant les faits. Si demain vous voyez au détour d'une rue un homme poignarder un autre, que penseriez-vous ? C'est certainement un assassin, un vol qui a mal tourné, un règlement de compte. Dans tous les cas cette homme est et restera un meurtrier. Pourtant si vous étiez arrivé plus tôt, peut-être auriez vous vu ce "meurtrier" tenter de se défendre d'un détrousseur, retournant sa lame contre lui par mégarde...

A
cceptant cette miche de pain avec le plus grand étonnement il ne la mis pas en bouche, pas directement. les révélations qu'avaient pu lui faire Adalrik l'intéressaient au plus au point et chacune de ses paroles semblait juste. Il savait qu'Apollon n'était pas un dieu belliqueux, s'approchant plus de l'harmonie des choses. Cela se ressentait aussi dans les dires de sa voix sur terre, de cet homme blond illuminé d'une lueur radieuse et apaisante. Par ses derniers mots il cherchait l'avis de l'Egyptien... Cherchait-il à lui montrer une nouvelle voie ? A lui expliquer plus profondément pourquoi ?

- La fin d'un cylce... effectivement c'est possible. Il y a tant de chose... Rome... Je ne saurais vous dire réellement. Je viens à peine d'arriver et ne cesse d'être émerveillé par tant de choses. Ma vision du monde est limitée à mon vécu et je pense ne pas être assez sage pour avoir un avis constructif sur la question. Ma vision est biaisée. Mais vous êtes honnête avec moi, j'aime à le croire, donc je le serais avec vous. Je pense que le monde est triste, les hommes sont... certainement dans l'erreur. Trop de gens souffrent et malgré la beauté de Rome il suffit de regarder au loin de certaines ruelles pour voir des gens enchainés, prêts à être cédés à des personnes avides et imbues. Des femmes vendant leurs corps pour le compte de personnes profitant de leurs faiblesses... Incapables de comprendre ce qu'est réellement une personne.

S
on vécu parlait pour lui, le semblant de confiance que lui accordait Adalrik avait suffit à lui faire ouvrir des portes et s'il restait méfiant, après tout si le Grand Pope était dans le questionnement au sujet des serviteurs d'Apollon, il pouvait au moins lui donner un réel avis sur ce qu'il pensait vraiment. A son niveau. Ce qu'il avait vu l'avait émerveillé oui, tout ce que l'Augure tentait de lui montrer, ces bâtiments rayonnants tant par leur beauté que leurs éclats... Pourtant Airôth n'avait pu s'empêcher de regarder ailleurs parfois, curieux de voir ce qui pouvait entourer de tels lieu. Ils les avait vu ces esclaves, ces prostituées, ces enfants... Peut être était-ce là ce que cherchait à lui montrer réellement son interlocuteur, lui qui parlait de lumière sans cesse... Peut être cherchait il à lui faire dire que si la lumière existait, l'ombre était tout aussi présente. Il lâcha un léger soupire sur ses derniers mots avant de reprendre.

- Néanmoins je ne crois pas qu'il faille forcément châtier tous ces gens... Vous savez je n'ai pas toujours fait des choses respectables. J'ai été dans l'ombre. Pourtant Athéna a cru en moi et m'a offert une chance de prouver que je n'étais pas une mauvaise personne... Des gens croient en moi, plus que ma Déesse certainement. Je ne peux pas les décevoir et... si cela m'est arrivé à moi, pourquoi pas à d'autres ? Qu'en pensez-vous ?



[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) Signature
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1707-deukalyion-algos-gen https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1714-deukalyion-algos-general-du-kraken
SunildaSunildaArmure :
Corbeau de Borée (Nord et Hiver)

Statistiques
HP:
[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) G-bleu1150/1150[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) V-bleu  (1150/1150)
CP:
[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) G-rouge900/900[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) V-rouge  (900/900)
CC:
[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) G-jaune1350/1350[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) V-jaune  (1350/1350)
Message Re: [30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission)   [30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) EmptyDim 3 Avr - 11:46


La chaleur était accablante, même pour le peuple romain qui se pressait dans l'ombre pour rechercher un peu de fraîcheur. Mais les esclaves, eux, n'avaient pas le droit à ce luxe. Le soleil pesait sur eux comme de lourdes roches posées sur leurs épaules. La plupart finissaient par s'évanouir, épuisés ou assoiffés, faute d'être abreuvés, tout animal qu'ils étaient, mais leurs maîtres ne les bougeaient pas. Ils restaient là, immobiles à mourir à petit feu sous les yeux de leurs compagnons d'infortune. Quelques femmes avaient été placées sur une petite estrade, par ordre de prix, de taille, sur des critères de beauté ou parce qu'elles étaient « un peu spéciale ». On les exposait à la vue de tous, à peine vêtues, surveillées tout de même par un homme qui tenait le fouet. Pour les probables larcins, mais surtout dans l'éventualité où elles voulaient essayer de tenter la chance et s'enfuir. Enchaînées de la sorte c'était une précaution bien inutile. Un plaisir sadique et malsain, en réalité. L'homme au fouet qui tournait comme une abeille autour de ces fleurs ne se gênait pas pour profiter de la situation en laissant courir ses yeux sur ces corps pratiquement offerts, parfois même faisait mine de vérifier leurs chaînes pour mieux les toucher. Il était là pour faire en sorte que les ventes se déroulent bien, le maître l'avait prit lui pour ses talents d'orateur ainsi que ses muscles. Une pierre, deux coups. Un bénéfice dont ils profitaient tous les deux.

Ses yeux s'étaient tout particulièrement portés sur une petite femme à la peau très blanche et qui, visiblement, souffrait des morsures brûlantes de l'astre du jour. Sa longue tresse noire n'était plus qu'un vague souvenir, l'écheveau de sa chevelure, si sombre, autant que pouvait l'être un ciel nocturne, s'agitait légèrement sous l'effet d'une brise qui s'était prit à souffler. Salutaire, apportant avec elle une note agréable qui fit soupirer d'aise, cette femme étrange. Sa tunique, à la mode romaine, ne dissimulait pas grand chose de son anatomie. Assez flatteuse. On la vendait comme une « beauté exotique » des contrées nordiques et sauvages. Capable de se battre et de tout un tas d'autres choses. Elle était la plus chère du cheptel et étrangement, elle n'avait jamais trouvé preneur. La raison étant toute simple, quelque chose en elle faisait peur. Elle avait même participé aux jeux du Colisée et ses « dons particuliers » l'avaient sauvé bien souvent des dents des lions. Blessée, on l'avait placée là pour attirer la populace. Et son maître comptait sur sa petite renommée pour vendre davantage tout en s'efforçant d'éconduire habilement ceux qui seraient susceptibles de vouloir miser haut. D'autant que la petite brune s'en chargeait déjà très bien toute seule. Il lui suffisait d'ouvrir les yeux et de les plonger dans ceux de ses interlocuteurs pour qu'ils passent à autre chose. Effrayés par leur éclat améthyste.

Mais un homme, depuis quelques minutes, ne cessait de tournoyer autour d'elle. Et le quidam au fouet n'aimait pas trop cela, inquiété dans ses projets du soir avec l'esclave en question. Les formes qu'il devinait sous le mince tissu était pour lui une bien belle promesse de plaisir qu'il voulait à tout prix assouvir depuis qu'il l'avait vu. Les hommes étaient des bêtes et la jeune femme le savait que trop bien.

« Quel est ton nom, jeune fille ? » l'interrogea l'intéressé en la désignant du doigt. Aussitôt l'homme au fouet s'était interposé avec un grand sourire. « C'est qu'elle est malade et ... »

L'autre l'interrompit d'un geste de la main.

« Ce n'est pas à toi que je m'adresse, montres la moi. »

Bon gré mal gré, il s'exécuta et poussa l'esclave en avant qui tituba légèrement. Ses yeux semblaient s'être brusquement allumés quand, plus loin, deux autres personnes cheminaient sur les pavés romain. Particulièrement sur le géant aux cheveux blonds, presque blancs qui portait une chose volumineuse dans son dos. Recouvert et caché par un large morceau de cuir mais assez mal car elle put voir et reconnaître la « boîte » qu'elle même transportait. Un Taureau.

Le Taureau Blanc!

Alors elle voulut aller vers lui, et en oublia presque sa position actuelle. On l'arrêta, lui ordonna de rester immobile tandis qu'ils l'inspectaient ensemble sous toutes ses coutures. L'acheteur, qui avait prit entre ses doigts le visage de la petite sembla avoir remarqué son manque d'intérêt pour lui, ce moment d'égarement car, à son tour, il l'exhorta à le regarder dans les yeux. Elle ne le fit pas, s'agita davantage. Et puis tout s'accéléra. Vive comme l'éclair, usant d'une incroyable vitesse, la jeune femme se faufila au nez et à la barbe de son gardien pour louvoyer et atteindre les deux hommes dans un cliquetis assourdissant. La pauvre hère manqua de tomber et s'accrocha au bras d'Airôth. Ses yeux si étranges, se posèrent sur lui. Traduisant une joie incommensurable.

« C'est toi ! Je t'ai trouvé Taureau Blanc ! »

Sa tête se tourna vers l'homme-soleil à ses côtés, un fin sourire prêt à s'épanouir sur ses lèvres. Elle allait s'adresser à Adalrik mais ne le put pas. Avec violence, quelqu'un avait agrippé le collier de fer enroulant son cou blanc et gracile et la tira en arrière, lui coupant le souffle. Il la jeta à terre, un bruit d'os qui se rompt se fit entendre en même temps que le bras armé du fouet du bourreau se levait …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t700-sunilda-sainte-du-canc En ligne
DrystanDrystanArmure :
-

Statistiques
HP:
[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) G-bleu200/200[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) V-bleu  (200/200)
CP:
[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) G-rouge210/210[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) V-rouge  (210/210)
CC:
[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) G-jaune275/275[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) V-jaune  (275/275)
Message Re: [30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission)   [30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) EmptyDim 3 Avr - 17:38
Quelles pensées vous venaient à l'esprit lorsque vous entendiez parler d'un taureau? Un animal imposant et dangereux dont les redoutables charges pouvaient transpercer d'un seul coup de cornes l'imprudent qui déciderait de s'approcher trop près de l'animal ou de ce qu'il protégeait. Certes, le porteur de cette armure d'or avait les traits physiques lui permettant très probablement de parvenir en quelques secondes à un résultat identique mais son comportement et ses actes dégageaient une toute autre philosophie. Encore une preuve que l'on ne pouvait se limiter à un simple préjugé ou une simple apparence, comme ils semblaient en débattre implicitement depuis quelques minutes.

Devant les manières du Taureau lorsque l'Augure lui offrit une miche de pain, ce dernier se contenta de sourire tout en poursuivant son avancée, observant les différents étals qui les entouraient. Trop peu souvent ces derniers temps avait-il pris la peine de venir traverser ces marchés dans lesquels de multiples effluves et démonstrations venaient ravir l'ensemble de vos sens. Et c'est ainsi qu'en profitant de tout ce qui l'entourait, Adalrik écouta les explications plutôt cohérentes de l'Egyptien. Acquiesçant distraitement au début de sa démonstration, il stoppa son avancée et tourna son regard en sa direction, lorsqu'il termina sa phrase, une lueur d'amusement dans le regard .

Ne vous inquiétez pas pour le pain. Je ne peux vous offrir le gîte pour le moment mais je peux au moins vous offrir du pain après votre voyage. Pour votre exemple, vous avez raison, c'est en effet ce que je penserais si je me retrouvais face à une telle situation. Mais permettez-moi de modifier légèrement votre énoncé pour y rajouter quelques nuances. Imaginez-vous arriver quelques minutes auparavant, juste avant que cette échauffourée n'éclate. Et vous constatez que la première personne est un membre de la milice de la ville. Ce garde s'adresse à la seconde personne en ces termes: "Il nous a été signalé que des voleurs sévissaient en cette ville. Afin de limiter les risques, je vais vous éliminer car vous pourriez très bien faire partie des voleurs." Je vous retourne la question, ne penseriez-vous pas que le garde est un fou?

Laissant quelques secondes au Taureau d'Or pour réfléchir à la question qu'il venait de lui poser, Adalrik ajouta finalement, avant de reprendre leur excursion au sein du marché.

Mais comme je vous l'ai dit, je n'en veux pas à votre ami car je n'étais pas là. Et comme vous l'avez si justement dit, le Seigneur Arès venait de s'éveiller et nul doute que son influence était présente lors de cet évènement. Il n'est pas parfois surnommé le Dieu de la Destruction sans raison.


La suite des propos d'Airôth l'intéressait bien davantage. Sa vision de Rome. Ses beautés, ses souffrances. Ses lumières. Ses ombres. Ainsi, le regard du Taureau ne s'était pas limité aux monuments qu'il lui avait ouvertement présentés mais il avait su porter un regard critique sur les autres éléments à sa portée. Décidément, cette rencontre ne cessait de le surprendre, attisant les flammes de sa curiosité. A n'en point douter, son passé était emprunt d'une certaine complexité. Peut-être serait-il intéressant de croiser à nouveau son chemin à l'avenir pour en découvrir davantage.

Là où règne la Lumière, il y a toujours une part d'obscurité. Car aucun des deux ne peut envisager de vivre sans son opposé. C'est une loi inébranlable. Vous ne trouverez ainsi aucun homme qui peut se prévaloir de n'avoir jamais succombé aux Ténèbres. Alors ne soyez pas si inquiet pour votre passé. Le passé est inscrit dans le marbre alors que l'avenir ne demande qu'à être sculpté. Oui, j'ai été honnête avec vous Airôth, sans quoi je me serais contenté de me présenter comme un simple Prêtre ou je vous aurais dit être totalement votre allié. Mais même si j'ai moi-aussi ma part d'ombre, je sais faire la part des choses. Et j'apprécie notre discussion.

Tournant son regard vers le ciel pour apprécier l'avancée de la journée, la surprise saisit à nouveau Adalrik. Alors que de légers cris de stupeur venaient de s'élever de la place située à quelques distances de leur emplacement, une femme venait de surgir pour s'accrocher au bras du Taureau, telle une enfant ayant finalement retrouvé son père. A moitié nue et d'une beauté proche de celle des Prêtresses de la Tour des Vents, en dépit de son état déplorable, la jeune femme tourna sa tête dans sa direction, l'Augure s'apprêtant à la saluer. Mais avant que la discussion ne puisse débuter, la femme fut projetée en arrière, attirée par la chaine et le collier qui la retenaient prisonnière. Atterrissant sur le sol dans un craquement aussi évocateur qu'écœurant. L'Augure se tourna en direction de l'homme qui brandissait le fouet et pendant un bref instant leurs regards se croisèrent. Une seule seconde qui suffit à faire naître une lumière aussi prompte que puissante dans le regard des deux hommes. L'instant d'après, le bourreau lâchait son instrument pour tomber à genoux au sol, se tenant la tête entre les mains, et hurlant à tous que ses yeux le brûlaient et qu'il ne voyait plus. Adalrik tendit sa main en direction de la scène, s'adressant à nouveau au Taureau.

Chacun est différent. Si certains Hommes la perçoivent naturellement, il est des gens qui ne pourront jamais trouver la Lumière. D'autres encore ont simplement besoin de connaître réellement les Ténèbres pour comprendre quelle est leur voie. La nuance est parfois bien difficile et tous n'y parviennent pas. Cette femme semblait vous connaître, vous devriez aller voir son état avant qu'un autre bourreau ne vienne l'amocher davantage, vous ne pensez pas?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DeukalyionDeukalyionArmure :
Écaille du Kraken

Statistiques
HP:
[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) G-bleu1350/1350[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) V-bleu  (1350/1350)
CP:
[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) G-rouge850/850[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) V-rouge  (850/850)
CC:
[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) G-jaune1600/1600[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) V-jaune  (1600/1600)
Message Re: [30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission)   [30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) EmptyDim 3 Avr - 23:31
- A vrai dire, je pense que si nous continuons de remonter le fil ainsi nous devrions nous questionner sur les Dieux eux même...

A
irôth avait apprécié la manière dont Adalrik avait retourné la situation à son avantage et de plus il ne pouvait lui donner tord réellement : le contexte de chaque chose dépendait de tellement de détails qu'au final avoir un avis donné sur une situation était impossible en prenant en compte tout ce qui l'entourait. Ainsi donc ils continuaient leur route, chacun écoutant les paroles de l'autre et tentant de répondre aux interrogations, aux mystères. Airôth n'était pas quelqu'un de vraiment érudit, son passé l'avait forcé à apprendre à parler correctement et courtoisement mais il ne connaissait pas grand chose de la vie ou du monde comme les sages. Il possédait juste sa vision propre, son jugement personnel, son impression. Son envie de bien faire. Son désir d'être utile. Sa volonté de se racheter. Cela le poussait à s'intéresser à un tas de choses, à les effleurer sans pour autant les pénétrer totalement. Il possédait une âme, tout simplement, pure. Un cœur puissant, prêt à défendre ce qu'il pensait juste.

L'ombre et la lumière. Evidemment il avait visé juste, l'Oracle en était conscient et ne s'en cachait pas et se permettait même le luxe de faire une réflexion des plus justes. La part des choses. Était-ce là ce qui pouvait définir la part entre le bien et le mal, entre les actes bons ou mauvais ? Ce moment où le choix de chaque personne fait basculer la balance. Pourtant tout ne peut être juste éclairé ou sombre, un homme ayant fait le mal ne sera pas obligatoirement mauvais toute sa vie, tout comme un homme bon ne sera pas forcément pardonné s'il passe de l'autre côté. Rien n'est immuable, pas même la lumière qui laisse sa place à l'ombre.

- La part des choses... oui, je crois que vous avez raison. J'apprécie égale...

L
e Taureau Blanc... Airôth n'avait pas fait réellement attention au tumulte présent autour d'eux et ne fut sorti de ses songes, de sa discussion avec l'Augure, qu'à l'instant où son bras ne lui appartenait plus. A cet instant son regard descendit donc vers elle qui l'avait appelé "Taureau Blanc", cette femme qui le dévisageait de ses grands yeux profonds, son visage éclairé. La joie. Pure, comme il n'en avait presque jamais vu. Il s'était perdu un instant dans son regard, comme fasciné, tentant de voir au delà de toutes choses. Plus aucun bruit ne l'entourait. Un seul moment. Puis plus rien, d'un coup d'un seul, tout avait disparu, tout le revint et il entendit le son sec et trop connu d'une chaine claquant, suivit de qui était purement logique : la douleur. Le craquement avait du s'entendre à plusieurs mètres malgré le brouhaha. Tout était étrange en cet instant, la situation... Ses yeux s'écarquillèrent lorsqu'il la vit au sol le souffle coupé, presque immobile, choquée. Il observa sur l'instant les morsures du soleil sur sa peau blanchâtre. Depuis combien de temps était elle là à mourir lentement ? Ses yeux remontèrent vers la chaine, oh oui, le lien. Une esclave. Son sang ne fit qu'un tour, il était prêt à bondir sur l'être qui avait osé mais fut interrompu lorsqu'il ressentit près de lui la lumière. Adalrik rentrait en jeu, il avait été bien plus rapide que lui, pas assez certes car qui aurait pu prédire la scène après tout, mais il s'était interposé, avait littéralement foudroyé du regard l'être immonde qui, dans toute sa noirceur, allait vivre réellement comme tout ce qu'il incarnait : les ténèbres.

Sur le coup il ne fut pas capable, cette fois, de saisir toute la justesse des mots prononcés par l'Augure, bien dommage, car après avoir regardé l'escalavagiste il était retourné vers cette jeune femme qui l'avait agrippé. Elle souffrait il le voyait, partageant une partie de sa douleur. Un signe de tête d'approbation envers son comparse improvisé et le voilà déjà un genoux à terre près de celle qu'il allait s'empresser de secourir. Oui, il n'avait pas le temps, pour avoir trop vécu ce genre de situation il connaissait la suite : la garde, les coups... la mort. Certes aujourd'hui il était plus fort, mais il ne devait pas causer du grabuge, pas ici, pas maintenant. Hâte-toi, Taureau.

- Tu... essaies de ne pas bouger s'il te plait.

I
l avait presque mal au cœur de lui demander cela en cet instant mais il ne voulait pas la blesser plus qu'elle ne l'était. Avec ses index et ses pouces il saisit aussi délicatement que possible cette chose qui entourait le fin cou de celle qui semblait le connaître. Presque dans forcer il brisa l'étau avant de jeter un des morceau de métal, "presque" inconsciemment, dans la tête du bourreau. Elle était libre. Portant sa tête de chaque côtés rapidement pour analyser la situation, il devait réfléchir au plus vite, veiller à ce que la garde ne soit pas déjà là..

- Adalrik ! Pardonnez moi de vous demandez cela mais pouvez-vous libérer les autres ? Elles mourront pour ce que nous avons fait ici...

I
l espérait en cet instant que toutes ces paroles échangés avec l'être lumineux n'étaient pas que de simples mots mais bel et bien plus. Qu'il était comme il le prétendait, capable de faire la part des choses. Les longs bras de l'Egyptien se glissèrent sous les genoux et la nuque de l'inconnue avant de la soulever en tentant de déceler sa douleur. Un rapide coup d’œil a ses pieds lui indiquèrent clairement, vu l'angle, que le bruit était venu de sa cheville. La porter ne serait un problème pour lui. Une fois debout il chercha l'Augure, prêt à quitter les lieux au plus vite

- Accroche toi fort. Adalrik ! Il nous faut partir et trouver un médecin, vite !



[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) Signature
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1707-deukalyion-algos-gen https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1714-deukalyion-algos-general-du-kraken
SunildaSunildaArmure :
Corbeau de Borée (Nord et Hiver)

Statistiques
HP:
[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) G-bleu1150/1150[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) V-bleu  (1150/1150)
CP:
[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) G-rouge900/900[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) V-rouge  (900/900)
CC:
[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) G-jaune1350/1350[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) V-jaune  (1350/1350)
Message Re: [30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission)   [30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) EmptyLun 4 Avr - 0:32


Sunilda … Aussitôt la tête de la jeune femme se leva vers le fouet, l'ombre du bourreau qui s'apprêtait à frapper. Ses yeux se perdirent bien au delà de cette réalité pour prendre une teinte écarlate. Telle une poupée de chiffon, la jeune femme laissa les choses cheminer, suivre leur cours. Elle entendit les cris de douleur du tortionnaire, hurlant à pleins poumons quand ses yeux se consumèrent par un pouvoir lumineux. Une partie de son âme venait de lui être arrachée, sauvagement, légitimement ? Aux Dieux d'en décider mais elle, fut plus fascinée par cette manifestation invisible aux yeux de tous, que tout le reste. Peu lui importait sa propre douleur, l'os qui venait de se briser. Les yeux étaient des fenêtres sur le miroir de l'âme et en cet instant, la jeune femme pouvait contempler, en partie, toute l'horreur et la noirceur qui animait cet homme. Exacerbées par l'être lumineux qui se tenait à ses côtés, inquisiteur et pourtant si droit. Si tranquille. Elle-même n'était pas agitée, seul le Taureau Blanc paraissait troublé par ce qui se passait. Sunilda ...

Tandis qu'elle se laissait faire, obéissante, docile, l'esclave avait le regard fixé sur les nuées. « Ton âme est desséchée, comme ton cœur. Tu ne peux t'en prendre qu'à toi-même bourreau. Les hommes ont été des enfants avant de devenir des hommes. Ils perdent leur innocence en grandissant. Toi, tu aimais la leur arracher bien avant. À présent, tu es un pantin entre mes mains, quel effet cela te fais, bourreau ? »

Ses chaînes cédèrent sous la pression exercée par le Taureau. Un mince sourire flotta sur le visage de Sunilda qui semblait totalement absente, sa chevelure prenant une teinte immaculée à mesure qu'une silhouette éthérée apparaissait sous les yeux des élus du cosmos. Celle de son agresseur. Hébété, l'homme, relié par un mince lien ténu qui s'étiolait de plus en plus de son propre corps, avisait de la jeune esclave. Son « lui » vivant, venait de tomber mollement face contre terre. Entre les bras du Saint, la jeune fille frissonna. Sunilda ... Répétait inlassablement cette voix qui la mettait en garde. Avec lenteur, son index désigna l'esprit qu'elle bannit en l'espace de quelques secondes. Envoyé à la Porte des Morts, cet être ignoble ne reviendrait pas. Ne restait qu'une enveloppe vide et creuse, agitée de soubresauts. La Mort n'était pas souvent belle, ses messagères sans doute davantage. Terrible et implacable aussi.

Son lien avec le royaume noir cessa immédiatement. Toute tremblante, Sunilda se blottit davantage entre ces bras musculeux. Cette fois, elle sentit pleinement la souffrance mais la supporta dignement, comme une viking.

« Taureau Blanc ! Je dois la récupérer avant ! » fit-elle en désignant un éclat doré dans l'ombre d'une immense cage où se trouvait encore plusieurs personnes. Des hommes, des enfants principalement. Et bien d'autres esprits que Sunilda voyait aussi bien que les êtres de chair et de sang et qui imploraient. Mais elle devait rester sourde à leur plainte, elle n'avait pas le droit d'agir ainsi, par avec eux. « Je suis désolée les enfants, je ne peux pas vous laisser partir là-bas alors que vous souffrez. »

Elle parlait aux esprits égarés mais pour les autres, l'esclave leur apparaissait comme une folle qui parlait toute seule.

« Taureau Blanc, homme-soleil, nous devons partir … »

À peine ces mots furent-ils prononcés qu'une patrouille de la milice urbaine arriva sur la place du marché. Armés de lances et de boucliers, ils s'approchaient dangereusement de leur position. Ils allaient devoir agir rapidement. Ou fuir en laissant toutes ces vies derrière eux.

Sunilda ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t700-sunilda-sainte-du-canc En ligne
DrystanDrystanArmure :
-

Statistiques
HP:
[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) G-bleu200/200[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) V-bleu  (200/200)
CP:
[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) G-rouge210/210[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) V-rouge  (210/210)
CC:
[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) G-jaune275/275[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) V-jaune  (275/275)
Message Re: [30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission)   [30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) EmptyMar 5 Avr - 21:38
Ombre et Lumière. A aucun moment n'avait-il douté que l'aspect lumineux de cette journée finirait par se laisser envahir par les Ténèbres. Tel ce cycle éternel et inébranlable. Mais beaucoup oubliaient que de tels instants ne servaient bien souvent qu'à apprêter l'avènement d'une clarté encore plus puissante. Tout comme la nuit prenant la place du jour afin de permettre aux hommes de se préparer à une nouvelle journée pleine de découverte. Ne restait plus qu'à découvrir à quelle partie de l'équation cette demoiselle appartenait. Ou de s'arranger pour que cette décision leur revienne.

Observant le Taureau, Adalrik attendit que celui-ci se rende aux chevets de l'esclave qui était venue s'accrocher à son bras. Étrangement, ce dernier ne semblait pas connaître l'identité de cette dernière mais il y avait fort à parier que les quelques secondes de leur rencontre avaient attisé sa curiosité tout autant que la sienne. Toujours en contraste complet avec l'animal qu'il représentait, Airôth se rendit rapidement au chevet de l'inconnue pour lui apporter son aide. En douceur, sans laisser paraître une quelconque colère ou excitation, il lui retira les liens qui la retenaient prisonnière. Prenant soin de ne pas la blesser plus qu'elle ne l'était déjà. Toujours aussi surprenant de la part de ce représentant d'Athéna. Pourtant, c'est sur un tout autre évènement que l'attention d'Adalrik se reporta soudainement. Écarquillant les yeux devant la scène qui s'offrait à lui, l'Augure aperçut les cheveux de la jeune femme changer de couleur pendant un instant, avant qu'une silhouette blanchâtre ne fasse son apparition. Quelques secondes lui furent nécessaires pour se rendre compte exactement de quoi il était question, des secondes qui lui manquèrent pour intervenir et empêcher l'âme du bourreau de disparaître. Un soupir sortit de sa bouche lorsque le corps de ce dernier s'effondra sur le sol.

Quel dommage. J'avais espéré l'amener sur l'une des voies que j'avais entrevues. L'amener à suivre la Lumière au coeur des Ténèbres. Mais il semblerait que le destin en ait choisi autrement. Il a vécu dans l'Ombre et y est retourné. Là se trouve malheureusement la destinée de nombreux Hommes. Nous ne devrions pas nous attarder.

Si le pouvoir de la jeune inconnue semblait s'être dissipé, celui-ci n'en demeurait pas pour le moins dangereux. Plus encore s'il se retrouvait guidé par les sentiments de son possesseur. La méfiance devait prendre le pas sur sa curiosité. Si les évènements s'étaient enchainés rapidement et si la raison leur imposait de quitter les lieux au plus vite, la réaction du Taureau ne le surprit pas réellement. Bien entendu, il n'était pas envisageable pour ce dernier de disparaître sans s'assurer des conséquences de leurs actes. Et après il refusait d'admettre que la noblesse était le sentiment qui le guidait. Un léger sourire las apparut sur le visage de l'Augure alors que son regard venait de se poser sur le duo de fortune. Dans quel pétrin se retrouvaient-ils fourrés? Il ne pouvait accepter cette requête mais ne pouvait non plus rester sans agir. Plongeant ses yeux dans ceux d'Airôth.

Pensez-vous que les Ténèbres puissent être dissipés en se contentant de jeter une torche en leur sein? Un espoir bien noble mais malheureusement bien idéaliste. Si vous souhaitez faire disparaître ces ombres, il vous faudra mener un combat bien plus long, pour ne pas dire une guerre. Alors peut-être un jour l'esclavage disparaîtra du cœur des hommes pour laisser place à un sentiment de liberté. Dans un autre cycle que peut-être vous conduirez.

Marquant une courte pause pour observer les alentours, il reprit

Je ne peux libérer ces femmes, ce n'est pas mon rôle. Pas ici, pas maintenant. Néanmoins, je peux apaiser une partie de vos inquiétudes. Pour vous prouver l'estime que j'ai pour vous et dans l'espoir que vous me rendrez cette faveur, un jour, si les rôles sont inversés.

S'écartant du couple improvisé, l'Augure retira une magnifique émeraude du collier qu'il portait autour de son cou. Il se tourna alors en direction de l'homme qu'il avait reconnu comme le propriétaire des femmes et lui lança le caillou habilement, celui-ci le réceptionnant d'un regard brillant.

Prenez ceci en paiement de la jeune femme et en dédommagement de ce qu'il s'est passé. Cela suffira amplement. Prenez soin de vos autres esclaves et je repasserai peut-être avec d'autres pierres dans les semaines à venir.

Alors que le regard de l'homme demeurait incrédule devant le trésor qu'il tenait entre ses doigts, Adalrik retourna aux côtés de ses compagnons d'infortune. Acquiesçant aux propos de la jeune femme quant à la nécessité de disparaître avant que les gardes ne viennent les déranger, il ne put empêcher un léger rire lorsque le Taureau proposa de trouver un médecin. Caressant délicatement d'une de ses mains la joue de la jeune femme, il commença à s'éloigner en répondant à Airôth.

Tout comme votre Déesse ne se limite pas à la Guerre, le Seigneur Apollon a de multiples facettes. L'une d'elles lui a d'ailleurs valu le surnom de Dieu médecin. Ne restons pas là, à la vue de tous, et je vous montrerai pourquoi ce surnom est mérité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DeukalyionDeukalyionArmure :
Écaille du Kraken

Statistiques
HP:
[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) G-bleu1350/1350[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) V-bleu  (1350/1350)
CP:
[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) G-rouge850/850[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) V-rouge  (850/850)
CC:
[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) G-jaune1600/1600[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) V-jaune  (1600/1600)
Message Re: [30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission)   [30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) EmptyMer 6 Avr - 13:47
La confusion était totale, Airôth assistait là à des conversations surréalistes, ne comprenant strictement aucun mot prononcés par Adalrik et l'esclave. La faute aux cris et à l'agitation ambiante certainement, mais pas que. Sa concentration était ailleurs, préoccupée par ses souvenirs qui semblaient se calquer sur cette réalité, sur cet événement. Il n'était pas calme, le geste du bourreau raisonnait encore clairement dans ses oreilles alors qu'il essayait de comprendre ce que tous lui répondaient. Il y eu d'abord cette esclave aux yeux étrangement profonds qui lui indiquait qu'elle ne pouvait partir sans "la" récupérer. Cherchant du regard il vit dans le fond, dans une cage l'objet du désir de la blessée. Au delà de son Cosmos qui s'enflammait à mesure qu'il observait à chaque instant des ignominies qu'il ne pouvait accepter, supporter, il pu l’apercevoir. Cette boite. Comment était-ce possible ? Il ne parvenait pas à distinguer les gravures, pas encore, mais cette teinte ne pouvait que lui évoquer son propre vécu. Pour la quatrième fois il se trouvait réuni par le destin avec une de ces urnes, pur fruit du hasard certainement, mais sur l'instant il ne pouvait y croire. Etait-ce la compagnie d'Adalrik, lui qui semblait si détaché de tout, si... supérieur sans être pour autant hautain. Il dégageait quelque chose d'unique, plus qu'un pouvoir il ne pouvait le décrire.

- C'est... à toi ?!

L
a question pour elle, certes il ne la regardait pas en cet instant trop obnubilé par l'objet qu'elle avait désigné, sur la raison de sa présence ici à Rome si loin du Sanctuaire. Plus encore que tout cela une autre question se pressait dans son esprit : comment là récupérer maintenant. Cet objet était lié à elle, dès qu'il l'avait aperçut il l'avait ressenti au fond de lui, de la même manière qu'il avait ressenti le lien entre l'armure du Taureau et lui. Étrangement cela il avait été capable de le comprendre dès qu'il l'avait vue, dès qu'elle la lui avait montré, lui qui était incapable d'user correctement de son Cosmos s'étonnait d'être capable d'une telle chose. A dire vrai cela tenait plus du déclic qu'autre chose, il n'avait jamais réellement compris ce qui le liait à l'armure avant ce moment empli de confusion.

Son pas était prêt à l'instant où Adalrik s'exprima. Son mouvement se stoppa, tournant la tête vers l'augure et fixant son regard d'or. Airôth arbora un facès des plus grave, ses sourcils s'était froncés. Si ses premiers mots étaient juste, comme à son habitude, la suite ne lui fit pas plaisir, bien au contraire. Il s'en était douté, il se savait au fond de lui qu'il n'allait pouvoir accepter. Adalrik était au dessus de tout cela, il n'avait pas la même réalité que l'Egyptien, n'avait ni le même monde ni la même vision. Non, l'Augure voyait plus loin, plus haut. Instinctivement il tourna son buste dans la direction opposée à l'Oracle, comme pour protéger celle qu'il portait à bout de bras, tout en le fixant toujours avec sévérité. Il comprenait ses mots, sentait la justesse de ces dernier, pourtant il ne pouvait l'accepter. Pas lui.

Jamais. Non jamais il n'aurait pu imaginer la suite. Tout en s'exprimant sur le bon sentiment qu'ils avaient partagé jusqu'ici l'Augure décrocha une pièce de son collier, une pierre d'une très grande valeur à n'en pas douter. Il la jeta au propriétaire des lieux et des... femmes... de celle qui le connaissait. Lorsqu'il s'adressa à lui Airôth resta immobile, figé tant par la beauté du geste qu'il venait d'effectuer que ce qu'il promettait. Ce n'étaient pas des paroles en l'air, il le savait, il le sentait. Il revint vers vers eux avec la grâce qui était la sienne, laissant s’échapper comme un mince rire avant de venir caresser la joue de l'inconnue. Il les quitta alors, les inventant à lui suivre en sous-entendant clairement qu'il pouvait les aider. Encore.

Il s'apprêtait à lui suivre quand il fut interrompu par une sensation, comme une onde qui l'avait traversée. L'armure. Elle appelait. Elle parlait. Résonnant avec la sienne, cette proximité il ne l'avait jamais ressenti, il n'avait même jamais été capable de comprendre qu'une armure pouvait communiquer avec une autre et ce malgré ce que la Rougeoyante avait pu lui expliquer. Leurs sentiments, il en était l’émissaire. Son pas se pressa donc, comme aimanté vers elle, frôlant le propriétaire encore les yeux écarquillé et touchant son présent comme l'on peut toucher une femme. Il ne firent pas attention l'un à l'autre, chacun préoccupés par une force plus forte : l'avidité pour l'un et comme... une amitié pour l'autre. Ils arrivèrent devant la cage, lui et elle, il allait être compliqué de faire quoi que ce soit en la portant. Il porta son regard vers le sien avec un sourire tout en s'agenouillant. Le temps pressait et il n'avait pas les mots de toute façon, il la posa délicatement au sol, assise, veillant à sa blessure pour ne pas l’aggraver.

Écartant la ferraille comme si ce n'était que de simples rideau il tendit son bras à l'intérieur, cherchant à attraper une des lanière de cuir pour tirer l'objet au plus vite et partir. Il n'eut aucun mal à la faire venir vers lui, la sortant enfin. A côté de lui, posée au sol, l'ancienne esclave devait être soulagée. Il scruta rapidement derrière lui, observant l'esclavagiste toujours en contemplation totale, perdu dans ses pêchés. Il n’aperçut ni Adalrik ni une menace quelconque pour l'instant, aussi il redirigea son visage vers la cage, scrutant ses "habitants" avant de leur faire un léger signe de tête les inventant à sortir en passant par les barreaux qu'il avait écarté. Il ne pouvait faire plus et connaissant la peur qu'ils pouvaient tous ressentir il s'avait que certains d'entre eux, si ce n'est tous, n'oseraient pas. Il ne pouvait les forcer.

Posant sa propre urne au sol, relâchant au passage ses épaules, il s'attela rapidement à à poser le réceptacle de l'armure du Cancer, car c'était elle il l'avait vu, par dessus la sienne. S'étaient presque collées l'une à l'autre sans qu'il n'ai besoin d'agir plus, il avait l'impression qu'elles ne formaient plus qu'une ainsi, impossibles à dessouder l'une de l'autre. Parfais, le voyage serait plus simple. Il replaça donc le duo sur son dos avant de se retourner vers la beauté aux cheveux longs, lui souriant de nouveau, captant de nouveau ses prunelles pourpres dans ce lieu... Son regard... Elle le troublait. Il n'avait pas le temps pourtant, aussi il replaça ses bras sous ses jambes presque nues, il ne l'avait pas remarqué jusqu'ici, puis dans son dos avant de la ramener plus proche de son torse et se lever.

- Allons rejoindre l'homme-soleil.

I
l pressait son pas, il courrait presque même pour rattraper Adalrik qui lui, était déjà parti devant. Il n'aurait aucun mal à le retrouver, même dans une foule cette homme était radieux... Le surnom que lui avait donné la jeune inconnue était drôle, très juste mais il n'y avait pas que cela. L'homme-soleil... cela l'incarnait bien, lui, tout autant que celui dont il était le plus fervent serviteur. Pendant sa course il libéra son esprit de la tension précédente, s'accordant quelques instant pour réfléchir sur ce qu'il venait de se passer. Taureau Blanc... Qu'est-ce que cela pouvait bien dire ?

Pas le temps de penser plus, ils étaient déjà loin de tout cela et déjà et apercevaient la chevelure de feu de l'Augure devant eux...


[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) Signature
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1707-deukalyion-algos-gen https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1714-deukalyion-algos-general-du-kraken
SunildaSunildaArmure :
Corbeau de Borée (Nord et Hiver)

Statistiques
HP:
[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) G-bleu1150/1150[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) V-bleu  (1150/1150)
CP:
[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) G-rouge900/900[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) V-rouge  (900/900)
CC:
[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) G-jaune1350/1350[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) V-jaune  (1350/1350)
Message Re: [30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission)   [30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) EmptyMer 6 Avr - 14:56


Il n'y a pas de Ténèbres sans Lumière, de Lumière sans Ténèbres et puis, il y avait ce tout, cette entité, un cœur. Celui des hommes. Bien naïf était celui ou celle qui se pensait exempté de cette Loi aussi vieille que le Monde. Trop manichéenne était cette pensée. Le Bien, le Mal, ce n'était pas réellement cela le plus important. Le plus important était cette prise de conscience que l'on n'était qu'un grain de sable dans un engrenage plus grand, plus important. Une petite tâches de couleur sur la Trame des Moires. Un canevas éclatant, mais pas dénué d'une certaine forme de chaos. Si beau, si harmonieux. Sunilda observait les esprits s'agiter dans les airs, l'implorer de les emporter avec elle. Eux qui étaient enchaînés, à l'instar des corps mortels qui étaient perdus face à la libération de l'une des leurs. L'homme-soleil avait raison et elle, plus que quiconque, comprenait sa philosophie. Ses mots envers ces fantômes étaient criants d'une vérité difficile à accepter. Le Taureau Blanc ne l'acceptait pas.

Le géant parut étonné en reconnaissant la boîte de Pandore, si semblable à la sienne qu'il portait sur le dos. Sunilda s'était contentée de le regarder longuement, un fin sourire ourlant ses lèvres. Occultant la douleur qu'elle pouvait ressentir, la belle reçue une vague caresse sur sa joue pâle de la part d'Adalrik et elle sentit la douleur s'estomper légèrement. À son tour, elle lui offrit un sourire chaleureux, un rien mystérieux. Elle comprenait. Sunilda était de celle à comprendre rapidement les mots, leurs sens cachés, les bienfaits ou le poison qu'ils renferment parfois. Les deux hommes l'intriguait au plus haut point, mais n'en montrait rien, pas encore. Il y a un temps pour tout, pour chaque chose et elle, aimait observer simplement ces choses suivre leur cours. Il y eut des promesses, de vraies, de belles que la Cancer apprécia à leur juste valeur. Une émeraude donnée comme tribut, pour sceller cet accord entre eux. Une monnaie d'échange. Non, Sunilda ne valait pas tant, comme les autres esclaves. Ils n'étaient pas considérés comme des hommes. À peine comme des animaux. Mais l'ancienne fille de Jarl elle, n'avait pas oublié la valeur des choses, et une vie humaine … même dénaturée, valait … autre chose.

Déposée avec délicatesse sur le sol dallé, la jeune femme ne pipa mot, observait tranquillement la progression des gardes romains qui approchaient de plus en plus de leur position. Avant de s'intéresser au Taureau Blanc, qu'elle détailla davantage, paraissant lire en lui, au travers ses expressions, ses mimiques, ses gestes. La musique de son cœur.

« Ils ne partiront pas. »

Fit-elle tout simplement tout en avisant de ces prunelles mordorées. C'était triste, mais c'était ainsi. Les chaînes pouvaient restées invisibles. Ou ils choisissaient de garder leurs entraves parce que, au fond, ils n'avaient pas d'autre choix que celui de rester. Si il tentait leur chance, il y avait de grands risques pour qu'ils soient rattrapés ou capturés par un autre. Dans la finalité des choses, c'était la fouet ou la Mort qui les attendaient. Rares étaient les bien chanceux, en définitive. Sunilda en était la preuve la plus évidente, mais elle, elle savait que cette condition, celle d'esclave, n'était que temporaire. Elle ne s'était pas battue contre un Destin qui lui avait été révélé par le sorcier de son village. L'acceptation. Elle n'en avait pas été malheureuse, ni tiré un quelconque bonheur. Quelques leçons. Et elle tournait le dos à tout ça sans aucun regret, sans ressentir quoique ce soit. Si ce n'est, de la gratitude.

Car au dessus de leurs têtes, brillaient un magnifique soleil. Une belle journée qui n'était pas achevée.

Les bras noués autour du cou du jeune homme, Sunilda glissa ses prunelles améthystes dans celles d'Airôth.

« Rassures-toi Taureau Blanc, calme ton cœur, les choses sont ainsi faites. Même toi ne peux aller à l'encontre des règles établies. Seul le Temps effacera les blessures des Hommes. L'esclavage … comme le reste, il faut attendre. Attendre que les choses suivent leur cours. »

Pendant leur course, la jeune femme serra un peu plus fortement son étreinte, laissant son cosmos s'exprimer pour elle. Ô il y avait de la joie dans ce dernier, un espoir réveillé. Deux armures qu'elle regardait avec attendrissement.

« Vous vous entendez déjà bien toutes les deux, hm ? »

L'armure d'Or du Cancer réagit à la voix de sa gardienne en vibrant doucement. Sunilda eut un petit rire qu'elle étouffa derrière sa main. Elle se tourna vers l'Augure.

« Merci, Homme-Soleil. Merci pour elles, pour … moi. Je me suis réveillée grâce à votre Lumière, vous m'avez éclairé jusqu'au Taureau Blanc, jusqu'à ma destinée. Je savais que le Soleil aurait un rôle à jouer dans tout ceci. Le sorcier de mon village avait raison. » Une pause, un sourire, éclatant. « Mon maître m'appelle Lilith, mais en réalité je me prénomme Sunilda. Vous pouvez m'appelez Sun' ! »

Lança t-elle gaiement avant de grimacer un instant. Si fugacement … Sunilda. La guerrière « placée sous la garde du Soleil. ».

Sunilda ...

La voix qui l'appelait lui fit tourner la tête.

Sunilda ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t700-sunilda-sainte-du-canc En ligne
DrystanDrystanArmure :
-

Statistiques
HP:
[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) G-bleu200/200[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) V-bleu  (200/200)
CP:
[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) G-rouge210/210[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) V-rouge  (210/210)
CC:
[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) G-jaune275/275[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) V-jaune  (275/275)
Message Re: [30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission)   [30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) EmptyDim 10 Avr - 19:09
Les yeux. Des éléments si petits mais qui avaient gagné avec justesse le surnom de Miroirs de l'Âme. Bien souvent, lorsque les mots ne suffisaient pas à comprendre ce que les Hommes avaient dans leur coeur, le simple fait de croiser leur regard devenait suffisant pour en assimiler les plus profondes complexités. Rares étaient ceux qui se montraient capables de faire mentir leur propre regard et cette affirmation s'appliquait particulièrement bien à ceux qui faisaient preuve de spontanéité et de franchise. Exempts de toute volonté et capacité de manipulation des autres. Et comme il l'avait constaté depuis le début de leur discussion, le Taureau appartenait sans le moindre doute à cette catégorie de gens. Cette soif d'honnêteté et de bonté.

Impossible d'ignorer dès lors le regard que ce dernier lui avait jeté lorsqu'il avait déclaré ne pouvoir intervenir pour libérer les esclaves qui partageaient la condition de la jeune Sainte jusqu'alors. Évidemment, leurs discussions de la journée avaient su leur prouver que tous deux pouvaient parler librement et qu'il n'était nul besoin de se cacher. Mais leurs objectifs demeuraient bien différents tout comme l'étaient souvent leurs divinités. Surtout ces derniers temps. Peut-être Airôth comprendrait-il un jour que la Lumière que chérissait l'Augure pouvait parfois se montrer plus complexe qu'elle n'y paraissait. Il ne pouvait se contenter de foncer tête baissée par les chemins d'apparence les plus justes. Pas dans ce cycle en tout cas. Peut-être un jour se retrouveraient-ils à combattre côte à côte.

Pourtant, si la droiture du Chevalier d'or l'empêchait de suivre la même voie que celle du représentant d'Apollon, elle ne l'aveuglait pas au point de ne pouvoir percevoir les nuances dans la Lumière de ce dernier. Lorsqu'Adalrik revint à leurs côtés après avoir offert une émeraude au propriétaire des esclaves, le regard d'Airôth semblait s'être apaisé, proche de celui qu'il avait pu contempler pendant leur visite au coeur des rues romaines. Adalrik afficha un sourire serein alors qu'il poursuivait sa route, ne s'arrêtant pas pour attendre ses deux compagnons. Cela n'était pas nécessaire. Le destin n'en avait pas encore terminé avec leur étrange trio. Une situation qui l'arrangeait partiellement car il désirait savoir qui était exactement la nouvelle protégé du Taureau.

Quelques minutes s'écoulèrent où Adalrik put profiter du calme retrouvé avant que finalement des pas le rejoignent, signalant le retour de ses hôtes. L'Augure ne put s'empêcher de froncer un instant le regard en apercevant la seconde Boîte de Pandore qui surmontait celle du Taureau mais rapidement il s'en détourna pour écouter les remerciements de la jeune demoiselle. Un sourire chaleureux sur le visage, il inclina humblement la tête pour lui signifier que son aide était toute naturelle. Et lorsqu'il entendit le nom de la demoiselle, et principalement son surnom, une lueur plus intense se fit apercevoir dans son regard.

Sun. Un nom qui sonne comme une douce mélodie à mes oreilles. Certains y verraient une étrange coïncidence là où je peux apercevoir les fils du Destin qui se croisent. Si ma Lumière a pu vous guider sur la voie qui est vôtre, croyez moi que j'en suis enchanté. Désignant un instant Airôth Et je vois pourquoi vous cherchiez à rejoindre cet homme. Vous verrez, sa lumière pourra vous guider sur le reste de votre chemin, jolie demoiselle. Mais avant toute chose, laissez moi vous rendre un dernier service pour que vous puissiez suivre votre voie sans encombres.

S'approchant de la femme, l'Augure déposa délicatement sa main droite sur la cheville qui posait problème à Sunilda. Se penchant en direction de cette dernière, il déposa un léger baiser sur son front, y laissant naître une lumière qui parcourut le corps de la demoiselle pour rejoindre l'emplacement où il avait placé sa main. Quelques secondes suffirent pour que la lumière illumine totalement sa cheville avant de finalement disparaître comme elle était apparue.

Votre cheville ne devrait plus vous poser de problème. Peu nombreux sont les maux qui résistent aux arts de mon Seigneur et Dieu. J'espère qu'elle vous guidera sur la voie que vous...

La phrase de l'Augure se stoppa soudainement alors que ce dernier portait une main à sa tête. A l'instant où il avait relâché la cheville de Sunilda, une douleur l'avait frappée de plein fouet. Et alors qu'il s'apprêtait à s'expliquer, ses yeux s'illuminèrent à nouveau tandis que l'Augure prononçait ces paroles d'une voix mélodieuse.

Emplie d'or et d'ébène, la mort reprend sa vie
Au coeur de la Colchide, rocher des naufragés
La Lumière, les Ténèbres, mais quel sera son prix?
Un soleil dans la nuit, ou votre éternité


Quelques secondes plus tard, les yeux de l'Augure reprenaient leur teinte originelle alors que celui-ci semblait légèrement plus fatigué. Sans ajouter de mots, il tourna son regard vers le ciel en soupirant. Encore des paroles que seul l'avenir pouvait comprendre.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DeukalyionDeukalyionArmure :
Écaille du Kraken

Statistiques
HP:
[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) G-bleu1350/1350[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) V-bleu  (1350/1350)
CP:
[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) G-rouge850/850[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) V-rouge  (850/850)
CC:
[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) G-jaune1600/1600[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) V-jaune  (1600/1600)
Message Re: [30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission)   [30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) EmptyLun 11 Avr - 11:32
Qui était-elle vraiment ? Depuis qu'ils avaient fui Airôth n'avait de cesse de penser à tout ce qu'il venait de laisser derrière lui. Malgré l'acte aidé d'Adalrik il ne pouvait se dire autre chose qu'il avait été égoïste, guidé tant par sa curiosité que par une partie de lui au fond, seulement lui. Pourtant il ne laissait rien paraître, cherchant "L'homme-soleil" comme elle venait de l'appeler. Alors comment avait-elle bien pu faire pour lire en lui ainsi. Certes, Airôth n'était pas compliqué à comprendre, surtout dans une telle situation mais... Calme ton... cœur ? Etait-il si limpide, avait-elle réellement lu en lui en cet instant ou ses prunelles d’Améthystes le pourfendaient une nouvelle fois ?

Elle était franche, clairvoyante et précise, ses mots eurent l'effet d'un baume qui vinrent s'appliquer sur sa poitrine, un soulagement. Pas que sa phrase l'ai rassurée non, bien évidement même si cette dernière était sage et qu'il en était lui même conscient, les maux de l'hommes ne pouvaient être effacés. Taureau Blanc. Calme ton cœur. Ses paroles résonnaient dans son esprit alors qu'il sentait contre lui les bras de la jeune femme se resserrer et son Cosmos l’entourer. Peut être était-ce le combiné de tout cela qui au fond l'apaisait. Le soulageait. Être compris encore une fois.

Spéciale. Il n'avait d'autre mot en cet instant dans son esprit pour la décrire, unique, elle l'intriguait, parlait aux armures comme aux hommes. Avec son âme. Pourtant il ne cessait de se dire qu'elle lui ressemblait en un point. Elle n'avait pas parlé d'armure mais de "boite". Elle était une esclave enchaînée alors qu'elle possédait un Cosmos puissant et des pouvoirs qu'il n'avait jamais vu. Surtout, l'armure était liée à elle. Pourquoi et surtout comment s'était-elle retrouvée là bas ? Peut être qu'elle ne savait pas tout comme lui il y a un mois, peut être qu'elle aussi venait de trouver une nouvelle voie illuminée d'or.

Il n'eut pas le temps de leur parler, pas le temps de leur répondre. Sunilda... Airôth n'avait que faire de son nom d’esclave, rien que le fait d'en entendre parler le répugnait. Pourtant lui même portait toujours le sien mais là n'était pas le problème. Sunilda. Savoir enfin son nom était la première clé d'un mystère qui n'allait s'estomper qu'avec le temps, il n'en doutait pas, mais c'était au moins le premier pas. L'Augure lui semblait heureux, tant par cette découverte que par le chemin qui les avait tous amenés ici en cet instant. La lumière. Déjà il s'approchait des deux Saints, posant sa mains sur la cheville blessée et ses lèvres sur le front brûlé par le soleil de l'ancienne esclave. L'instant d'après un éclat lumineux parcourra le corps de Sun' jusqu'à se blessure avant de intensifier puis disparaître comme une étoile mourante, laissant derrière elle tant de nouvelles choses. Il avait fait appel aux dons que son Dieu lui avait offert, à la manière d'Ainia qui faisait parler les armures autour d'eux. Des gens fantastiques, extraordinaires. L’Égyptien était fasciné. Pas un mot.

Sa cheville n'était plus tordue, droite de nouveau. Intacte. Sa peau qui souffrait il y a quelques instant des morsures avides du soleil s’éclaircissait suite au passage du rayon au travers de son corps. Elle n'avait presque plus rien. Plus de blessures visibles. Airôth était encore surpris, fixant celle qu'il portait avec stupéfaction et fascination. Il parcourait son corps de ses yeux et pu apercevoir qu'elle n'était au final que peu vêtue. Une esclave, montrée pour être vendue, le tissu qui la recouvrait était inutile. Il rougit alors légèrement et profita de l'action de l'Augure pour la faire glisser jusqu'au sol avec soin. Gêné. Il la soutenait toujours par la taille de son bras gauche, au cas où, mais elle était de nouveau debout, il espérait qu'elle ne souffrait plus.

- Tu penses pouvoir tenir Sunilda ?

A
cet instant l'Augure stoppa ses paroles, frappé en pleine tête par un mal inconnu. Contre coup de son acte se dit alors l'Egyptien, un tel pouvoir devait avoir de lourdes conséquences... Ses gestes. Il ne les oublierait jamais. Adalrik était un homme bon, certes détaché du monde mais bel et bien un messager de la lumière. Juste. Les dires de Sun' coïncidaient avec sa pensé, il n'avait pu l'aider comme il le souhaitait, certes, mais il avait tout fait pour que la lumière soit. Un être admirable, encore. Ils n'eurent rien le temps de dire ou faire que déjà il parlait de nouveau ; ses yeux, son corps et sa voix ne semblaient plus les mêmes, transcendés comme l'avait été le Cancer quelques instants plus tôt. Quels pouvoirs pouvaient-ils bien posséder tous deux ? La suite il ne la comprit pas, certainement trop peu instruit ou distrait par toute cette scène, pourtant il n'en doutait pas : le message était important.

Un soulagement pour lui lorsqu'il aperçut son compagnon d'infortune redevenir "normal", autant qu'il pouvait l'être. Un soupir. Il ne souffrait plus, les yeux perdus dans l'immensité. Airôth lui tendit alors son bras droit, la main ouverte tout en soutenant toujours sa protégée de l'autre. Il devait le faire, plus que pour sa mission, pour lui. Un regard franc, un sourire tout autant expressif il interpella l'Augure encore la tête dans les nuages.

- Adalrik, permettez-moi ceci. Ce n'est pas le Chevalier qui s'adresse à vous par cette main mais bel et bien moi, en personne, qui vous remercie pour tous vos gestes. Je ne l'oublierai jamais soyez en sûr.

N
ul besoin d'en dire plus, l'Homme-soleil devait avoir compris, la dette d'Airôth était grande mais un jour il s'en affranchirait. D'Adalrik à Airôth, pas d'Augure à Saint. Ce qu'il venait de trouver valait bien plus qu'une pierre quelle qu'elle soit, le Taureau d'Airain en était persuadé et ce au delà même de sa pensée sur la "valeur" d'un être. Sunilda.


[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) Signature
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1707-deukalyion-algos-gen https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1714-deukalyion-algos-general-du-kraken
SunildaSunildaArmure :
Corbeau de Borée (Nord et Hiver)

Statistiques
HP:
[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) G-bleu1150/1150[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) V-bleu  (1150/1150)
CP:
[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) G-rouge900/900[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) V-rouge  (900/900)
CC:
[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) G-jaune1350/1350[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) V-jaune  (1350/1350)
Message Re: [30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission)   [30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) EmptyLun 11 Avr - 15:01


« Le hasard ? » Sa tête se pencha sur le côté. « Je ne crois pas au hasard. »

Un immense sourire s'installa sur ses traits pour les illuminer comme le soleil ferait en accrochant ses feux et sublimer ainsi chaque chose qu'il touche. C'était ce que représentait Adalrik pour Sunilda. L'homme-soleil. Il avait un rôle important à jouer, comme le sorcier dans son village à défaut qu'il ne paraissait pas vivre reclus dans sa maison. Ô elle se souvenait de chaque visite avec l’ermite aveugle, dont les yeux avaient été percés lors de son passage à l'âge adulte pour imiter le divin Père de toutes choses. Le grand Odin. Combien de temps n'avait-elle plus prié ? Trop longtemps, ses prières se tournaient vers tout autre chose que les divinités nordiques. Quand l'Augure désigna Airôth, la jeune femme suivit le geste et le détailla à son tour sans se départir de ce sourire si chaleureux. Elle était d'accord et le fit savoir.

« Je sais. »

Elle se laissa approcher sans aucun problème. L'esclave ne craignait pas la Voix d'Apollon, bien au contraire et ferma les yeux, comme elle le faisait avec son ami sorcier. L'espace d'un instant la jeune femme se retrouva dans la demeure froide et obscure du prophète noir, à parler de tout et de rien, des mystères du monde comme de la pluie et du beau temps. La chaleur qu'elle sentit naître sur son front, ce brasier allumé par ce simple baiser, ces lèvres si douces et si délicates, tout ceci transporta Sunilda des années en arrière où elle était encore une petite fille protégée par ses grands frères et son père, le Jarl. Une image d'elle, enfant innocente emmitouflée sous le lourd manteau de fourrure de son paternel la fit tressaillir.

NON!

Soudain le lien se brisa net, la laissant toute pantoise, légèrement blême. Elle ne devait pas se souvenir d'eux. Ne pas prononcer leurs noms, ne pas les pleurer. Sa tête dodelina un instant avant de regarder l'homme-soleil entrer en transe. Aussitôt en alerte, la jeune femme qui glissait des bras du Taureau, se figeait. Soutenue par le bras puissant du Taureau Blanc, Sun' laissa son corps être envahi par son cosmos qui était … étrangement chaud, diamétralement opposé à ce qu'elle avait pu laisser entrevoir tout à l'heure quand elle avait renvoyé l'âme du bourreau aux Portes des Esprits. Elle agissait comme une phare dans la nuit, laissant la noirceur de ses cheveux s'imprégner d'une lumière blafarde, plus immaculée que la neige qui recouvrait son village. Fascinée par les mots de l'Augure mais sur ses gardes, la jeune esclave avait porté une main jusqu'à celle du Taureau.

« Retiens moi ici, Taureau Blanc au cas où il ... »

Mais l'instant d'après, il réapparaissait. Son feu était toujours bien présent. Aussitôt la brune s'était détendue, avait retrouvé son sourire et son aspect originel. Elle offrit un petit signe de la tête à Airôth pour lui signifier que tout allait pour le mieux et dénoua ses doigts des siens pour rejoindre l'homme-soleil. À son tour elle brisa la distance entre eux pour se mettre sur la pointe des pieds et chasser des yeux clairs de l'Augure, quelques mèches qui étaient devant ce regard qui s'était enflammé.

« Merci, Prophète. Tu as été entendu. »

Elle prononça quelques mots dans sa langue maternelle avant de prendre avec délicatesse la main droite d'Adalrik qu'elle retourna pour en caresser la paume, avec douceur, fredonnant quelques notes d'une chanson presque oubliée. Sunilda se pencha ensuite pour déposer un baiser dans le creux de cette dernière. Une ancienne coutume qu'elle répétait machinalement avec le Prêtre de Lumière.

« Tu te sens mieux, homme-soleil ? Tu n'aurais pas dû t'approprier mon mal. Tu vas être fatigué maintenant. »

Du moins le supposait-elle. C'était comme ça que généralement ça se passait avec le sorcier noir. Après ses augures, il glissait dans un sommeil assez profond, se coupait au monde. Aussi s'inquiétait-elle pour le jeune homme. Perdue dans ses pérégrinations, ce fut à son tour de tourner la tête vers les nuées.

Où es-tu?

Tout prêt de toi, Sunilda.

La jeune femme poussa un léger soupir de soulagement avant d'essayer de remettre sa mince tunique en place. Un grondement sourd se fit alors entendre. Les yeux ronds, Sunilda tourna sa tête de droite à gauche. Cela recommençait. Les mains de la jeune fille se portèrent à son ventre.

« Oh, pardon, c'est moi …  » fit-elle un peu contrite, la tête basse. Elle avait donné son dernier repas aux enfants qui partageaient sa cellule. Et maintenant que toutes les émotions étaient retombées, la faim se faisait sentir. Elle grondait, comme un animal. Qu'elle était aux yeux des romains. « Taureau Blanc ? Que faisons-nous maintenant ? »

Sunilda ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t700-sunilda-sainte-du-canc En ligne
DrystanDrystanArmure :
-

Statistiques
HP:
[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) G-bleu200/200[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) V-bleu  (200/200)
CP:
[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) G-rouge210/210[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) V-rouge  (210/210)
CC:
[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) G-jaune275/275[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) V-jaune  (275/275)
Message Re: [30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission)   [30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) EmptyDim 17 Avr - 11:15
Cette étrange journée touchait à sa fin et chaque évènement, même le plus insignifiant demeurait gravé de l'esprit dans l'Augure. Il était fort probable que le Destin ne les avait pas conduits tous trois en ces lieux pour une simple promenade sous les rayons protecteurs de son Dieu. Non. Un jour, ils parviendraient à comprendre quelles en étaient les raisons et, s'ils le souhaitaient, se souviendraient que tout avait commencé en ce jour. Peut-être béniraient-ils cet instant pour ce qu'il leur avait permis d'atteindre et peut-être regretteraient-ils leurs choix, cherchant un moyen d'expier la faute qu'ils avaient commises. Mais malheureusement, personne ne pouvait prévoir quelles en seraient les conséquences. Sauf peut-être le Dieu Lumineux mais il y avait peu de chances qu'il choisisse de partager cette information sans qu'elle ne soit nécessaire à l'accomplissement de ses plans.

La fatigue envahissait lentement Adalrik, dont la dernière vision avait sapé une grande partie des forces. Ces moments apportaient souvent de précieuses informations pour ceux qui savaient les interpréter, mais elles consumaient aussi une part importante de sa lumière. Et malheureusement, c'est elles qui choisissaient bien souvent quand elles devaient intervenir. Et cette femme... Sun. Une âme partagée entre Ombre et Lumière, peut-être plus encore qu'il ne l'était lui-même. Car si lui devait jongler entre ses deux parties, il percevait au plus profond de son âme que le Seigner Lug serait toujours à ses côtés pour s'assurer qu'il demeure sa Lumière auprès des hommes. Mais cette femme pouvait-elle compter sur un tel soutien. Un instant, son regard se porta sur le Taureau et Adalrik en eut la confirmation. Certains pourraient la guider vers cette voie et peut-être lui permettraient-ils de conserver cet équilibre.

Quelque peu surpris mais aucunement dérangé, l'Augure laissa la jeune femme s'approcher de lui et dégager son visage des mèches qui camouflaient ses yeux. Un sourire bienveillant se dessina sur son visage lorsque cette dernière lui saisit la main pour y déposer un baiser, se laissant envahir par les quelques notes qu'elle venait de fredonner.

Sun. Vous êtes une femme surprenante. Vous avez raison, ce Monde ne laisse que rarement sa place au hasard. Mais bien heureusement, cela ne signifie pas que nous ne pouvons agir pour influencer notre Destin. Néanmoins, l'avenir de chacun d'entre nous peut le conduire sur de multiples voies. Ombre comme Lumière. A vous de voir quelle direction sera la plus attrayante. J'ai apprécié notre rencontre et j'espère que nous nous reverrons. Je pourrai alors découvrir quelle voie vous avez choisi de suivre. Et ne vous inquiétez pas, je récupèrerai vite. Portez-vous bien et restez loin des chaînes.

Se tournant alors dans la direction du Taureau, il écouta ses paroles avec attention avant de s'avancer dans sa direction. Tendant à son tour sa main, il accepta sa poignée de main avant de lui répondre.

Je vous remercie moi-aussi, Airôth du Taureau. J'ai apprécié notre rencontre et vous avez toute mon amitié et mon respect. Quelle que soit la route vers laquelle nous nous dirigeons, je sais que vous saurez conserver votre Lumière. Nos voies sont différentes et je ne peux savoir si demain, nous combattrons côte et à côte ou si nous nous affronterons mais sachez que dans tous les cas, vous pourrez revenir à Rome quand vous le souhaiterez et y serez le bienvenu. Un léger sourire illumina son visage Peut-être pourrai-je alors vous faire découvrir les nombreux talents des Prêtresses d'Apollon. Portez-vous bien.

Les gratifiant d'une dernière révérence et d'un dernier sourire, déposant dans la main de Sun la miche de pain qu'il s'était offerte quelques minutes plus tôt, l'Augure d'Apollon s'éloigna dans les rues de Rome. Pendant quelques secondes, les rayons de soleil se firent plus puissants, éblouissant le regard de chacun. Et quand la lumière redevint normale, Adalrik avait disparu.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DeukalyionDeukalyionArmure :
Écaille du Kraken

Statistiques
HP:
[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) G-bleu1350/1350[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) V-bleu  (1350/1350)
CP:
[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) G-rouge850/850[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) V-rouge  (850/850)
CC:
[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) G-jaune1600/1600[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) V-jaune  (1600/1600)
Message Re: [30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission)   [30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) EmptyLun 18 Avr - 15:02
Ses mots était limpides et le Taureau d'Airain s'exécutait, elle lui avait demandé de la retenir alors qu'Adalrik semblait en transe, comme elle un peu plus tôt... Il ne comprenait pas réellement ce qu'il voyait, ce qu'elle sous-entendait mais pourtant sa demande était claire. Elle avait noué ses doigts fins aux siens et lui en réponse la rapprocha de lui en la serrant par taille. L'instant de "clarté" d'Adalrick fut court et lorsque ses yeux revirent à la normal il avait senti la pression sur sa main s’atténuer. Un signe de tête plus tard et il la laissa vagabonder vers l'homme-soleil non sans un pincement au cœur. Etrange... Il la lâchait pour la seconde fois et pourtant il ne pouvait s’empêcher de ressentir comme un manque, sa présence et ses gestes qu'elle lui offraient étaient réconfortant. Chaleureux.

Il observait la scène avec candeur, heureux de voir Adalrik ainsi, Sunilda semblait avoir compris ce qu'il s'était passé en cet instant. Ils semblaient tous deux capable de communiquer avec un monde que le Taureau d'Airain ne pouvait appréhender, bien trop loin de lui. Il écoutait les paroles échangées entre ses deux compagnons tout en essayant de comprendre, Ombre et Lumière. Leurs paroles et leurs rencontre à tous trois avaient été guidées par ces dernières et la voie de Sunilda ne semblait pas claire aux yeux de l'Augure. Du fait de son action envers le bourreau ? Probable, pourtant Airôth ne désapprouvait pas son geste, bien au contraire, peut-être sa part d'ombre à lui aussi ?

La poignée de main, plus chaleureuse qu'elle n'y paraissait. Ce geste était beau et sa signification l'était toute autant. Le plus fort dans tout cela était qu'Airôth avait deviné ses paroles à l'instant même où leurs paumes s'étaient touchées. Un sourire franc allait être sa seule réponse, bien qu'il ne comprit pas réellement les dernières paroles de l'Oracle concernant les talents des Prêtresses. Sunilda interrompit le tout par un hurlement de famine, l'Egyptien porta ses yeux sur elle qui semblait plus que gênée par sa faim... Il prit un air presque attristé en pensant à ce qu'elle avait du vivre jusqu'ici. Il se préparait à fouiller dans la boite de son armure pour récupérer les quelques provision qu'il avait gardé mais Adalrik, une nouvelle fois, fit un geste. Un simple geste qui en disait long. Posant son pain dans les mains de l'ancienne esclave il se retourna rapidement pour s'enfoncer dans les rues mouvementées de Rome. Le soleil brillait. Éclatant. Le Taureau d'Airain fut obligé de porter ses yeux ailleurs et ils se déplacèrent presque instinctivement sur sa nouvelle protégée. Qu'as-tu du supporter jusqu'ici... Merci, Adalrik, encore. L'instant d'après il avait disparut. L'homme-soleil. Le temps des questions, lui, revenait à grand pas.

- Ce que nous allons faire... Rentrer chez nous pour commencer, la boite qui est tienne... va t'offrir un foyer et bien encore plus, crois moi. Je ne te force pas Sunilda cependant, tu es libre ne l'oublie pas.

I
l lui avait tendu la main en cet instant, la paume vers le ciel comme pour l'inviter à le rejoindre. Il était sincère dans ses dernières paroles, plus que jamais, et pourtant il connaissait déjà son avis à elle. Ils étaient liés, il le sentait sans savoir pourquoi ni comment, mais ses yeux lorsqu'elle s'était accroché à lui avaient parlé. Hurlé même. L'instant d'après, confiant, il la souleva à nouveau de la même manière que lorsqu'elle fut blessée. Elle l'était encore, il le savait, par la fatigue et la faim mais pas que.

- Rentrons maintenant et toi, essaye de te reposer... s'il te plait.

I
l tourna la tête pour pouvoir déposer un baiser sur son front, comme guidé par son instinct protecteur. Elle devait être exténuée et il ne la laisserait pas marcher même si elle protestait, pas dans son état. Il la sentit alors se blottir un peu plus, cherchant la meilleure place. Airôth sourit à nouveau, son cœur se déchargeait lentement. Soulagé.


- Le Taureau Blanc a un nom tu sais, Sunilda, je suis Airôth.

C
ela il lui avait chuchoté pour éviter de la déranger si elle souhait réellement dormir alors qu'il avait déjà repris la marche vers leur destination à tous deux. Le Sanctuaire. Sa mission était une réussite et il apportait avec lui bien plus que de simples informations. Tant pour Athéna que pour lui.


[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) Signature
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1707-deukalyion-algos-gen https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1714-deukalyion-algos-general-du-kraken
SunildaSunildaArmure :
Corbeau de Borée (Nord et Hiver)

Statistiques
HP:
[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) G-bleu1150/1150[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) V-bleu  (1150/1150)
CP:
[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) G-rouge900/900[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) V-rouge  (900/900)
CC:
[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) G-jaune1350/1350[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) V-jaune  (1350/1350)
Message Re: [30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission)   [30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) EmptyLun 18 Avr - 18:07

Surprenante ? Oh, non Sunilda n'avait rien de surprenant. Elle agissait comme elle devait agir, c'était tout, c'était aussi simple que ça. Comme le vent qui décidait d'une direction, elle, se laissait porter comme une feuille ballottée par sa main. Une fois encore sa tête se pencha sur le côté, comme les loups des steppes intrigués par les danses des hommes. Sunilda était une louve et elle s'amusait beaucoup du spectacle qu'on lui offrait chaque jour. Ô il n'y avait pas de fatalité, rien de dramatique. Le Monde était tel qu'il avait été créé. S'en octroyer une partie pesante, lourde, était le lot de bien des hommes et des femmes. Sunilda en avait conscience. Elle n'était pas surprenant. Elle faisait partie du Monde. Du sien.

Destin. Quel drôle de mot que celui-ci. Destin, celui qui l'avait amené à voir sa famille être décimée par la jalousie dévorante d'un voisin trop complaisant et envieux. Destin, d'avoir rencontré la vieille sorcière Bara qui lui enseigna tout sur le cosmos et le monde des Esprits. Destin qu'on lui avait murmuré : Taureau Blanc. Elle acquiesça vivement, en accord avec ce que Adalrik lui soufflait. Il n'existait aucune fatalité, sauf celle que l'on s'octroie. Ombre, Lumière, elle n'y prêtait pas de réelle importance. Tout n'était pas forcément complètement noir, et à l'inverse, même la chose la plus lumineuse qui soit pouvait être entachée.

Elle connaissait déjà les voies qu'elle allait devoir emprunter, mais n'en parla pas. L'avenir apprendrait à l'Augure ce que Sun' avait choisit d'accomplir. Où elle se serait laisser portée. Un sourire comme conclusion, la jeune femme savait, au plus profond d'elle, qu'ils seraient amenés à se retrouver. Ailleurs. Peut-être sur le chemin emprunté par Jason.

Ses chaînes. En fin de compte, n'avaient jamais existé.

« J'attendais Taureau Blanc. » Avait-elle simplement murmuré plus pour elle même et les esprits qu'autre chose. Sunilda … Elle se perdit dans ses réflexions pendant que les deux hommes échangeaient une poignée de mains.« Au revoir, homme-soleil ! »

Ses yeux ne se détournèrent pas, même au plus fort de cette soudaine flamboyance qui, normalement, aurait dû l'aveugler ou pire, lui brûler ses prunelles. Or elle ne parut souffrir nullement. D'aucuns maux. La voix du jeune égyptien la fit revenir sur Terre. Elle tourna son faciès vers lui, se mordilla les lèvres, amusée.

« Je sais, oui. Nous allons au Sanctuaire. Je te l'ai dis, je t'attendais Taureau Blanc. » Elle dodelina de la tête, de plus en plus amusée. « J'ai toujours été libre. »

La présence de la miche de pain dans sa main lui revint en mémoire et, elle se prit à l'étudier un long moment avant de mordre dedans sans douceur aucune et l'avaler goulûment. Arrivée à la moitié de cet énorme morceau, elle s'arrêta, surprise de voir le Saint se pencher de nouveau vers elle pour la soulever hors du sol. Pourtant, elle ne chercha pas à se défiler, ni même à protester. Conservant la nourriture contre elle, la femme-enfant se prit à rompre un petit morceau qu'elle eut aussitôt fait d'offrir au Taureau.

Puis, ses yeux s'écarquillèrent et elle se rembrunit, calant son petit corps plus confortablement entre ces bras musculeux. Son cœur s'était serré. Les morsures sur ses lèvres s'intensifièrent, comme si elle s'efforçait de contenir sa tristesse.

Papa …

Sunilda cala sa petite tête brune contre le torse d'Airôth.

« Je sais. »

Sunilda ...


[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission) K6ip
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t700-sunilda-sainte-du-canc En ligne
 
[30 Juin 550] Aegyptium in urbe (Mission)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Libro Scripturae :: Italia :: Rome-
Sauter vers: