Votez
I
II
III


Février 553 AD (Jusqu'au 30 Septembre 2020)
 
Partagez
 

 [Fin Juin 550] Une nouvelle sirène

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
PoséidonPoséidonArmure :
Scale de Poséidon
Message [Fin Juin 550] Une nouvelle sirène   [Fin Juin 550] Une nouvelle sirène EmptyDim 3 Avr - 16:45
Au cœur de son temple, Poséidon avait senti la Stella s’éveiller à la surface. De mauvais souvenirs revinrent à la surface, et le Dieu des Océans s’interrogea sur la situation. A cette distance il pouvait sentir différent cosmos, dont celui du Légat. La divinité hésita longtemps sur la conduite à tenir, hésitant sur la décision à prendre. L’autre Stella était en possession d’une Saint, recrutée par Athéna. Un choix qu’il savait être calculé de la part de la protectrice de l’humanité. Il n’appréciait pas du tout cette décision, même si il en comprenait les raisons sous-jacentes. Finalement l’énergie s’arrêta brusquement. Un autre cosmos intervenait en cet instant. Ariane. Un sourire s’afficha sur le visage du maître d’Atlantis, tandis qu’il sentait aussi le cosmos d’un second Saint. Tandis que Liao ramenait la femme inconsciente avec la Stella, Poséidon partit dans les tréfonds de son temple. Dans une pièce secrète où étaient entreposé certains éléments importants pour les marinas. Peu de personnes connaissaient son existence. Le possesseur du trident s’approcha d’un saphir rougeoyant, le prit dans ses mains et se tourna vers l’urne l’ayant scellé cent ans plus tôt. Son expression était fermée et concentrée. Ce ne serait qu’une solution temporaire, mais peut-être était-elle nécessaire pour le moment. Le cosmos de Liao fut perceptible à l’entrée du Sanctuaire sous-marin. Poséidon laissa tomber la Stella Rubius dans l’urne, puis il s’ouvrit légèrement la paume de la main avec le trident avant de tracer son nom en lettre de sang. Un sceau. Cela faisait des années qu’il n’avait plus utilisé cette technique, mais elle représentait la seule solution efficace en cet instant. L’urne scellée fut enfermée dans la pièce, et le Dieu repartit vers le cœur du temple.

En retournant dans la salle du Légat, Poséidon observa un spectacle des plus étranges. Et ce qui attira son attention dans un premier temps ce n’était pas la rousse allongée sur le sol, dont il pouvait sentir l’ascendance et le mal jusqu’ici. Mais c’était surtout la première fois qu’il voyait Liao avec une réelle expression sincère. Si la situation n’était pas d’une telle urgence, le Dieu aurait probablement pris le temps de faire la remarque et de s’amuser un peu à ses dépens. Malheureusement l’état de la jeune femme était assez pitoyable pour entraîner la sympathie du Maître des lieux. D’un pas lent et puissant, son trident en main, Poséidon s’approcha de Liao et de l’inconsciente. D’un geste de la main il interrompit le Légat qui tenta de parler. Entre ses rapports et ce qu’il observait à présent, la divinité avait une vision plutôt claire de la situation. S’agenouillant aux côtés de la rousse, posant son trident à ses côtés, il posa une main sur le front de la jeune femme et son cosmos l’enveloppa quelques secondes… mais il se retira rapidement. Poséidon était face à un problème de taille, et une décision devait être prise. Il se tourna vers les écailles présentes dans la pièce.

_ « Est-ce que l’une d’entre vous souhaiterait aider et accepter cette enfant égarée d’Atlantis afin de la ramener auprès des siens et dans sa demeure. »

Un long silence pesant s’installa dans la pièce, jusqu’à ce que l’une des écailles se mette à vibrer. La Sirène Maléfique vint se placer à côté de la tête de Nimuë, sous le regard amusé de Poséidon. Un hochement de tête accueillit cette décision. Il aurait pu forcer l’une des écailles à l’accepter, mais il était toujours plus intéressant de laisser le hasard faire son œuvre. A présent, le Dieu se redressa et prit dans son trident dans la main. Il posa la pointe du milieu sur le front de la rousse, entaillant légèrement la chair blême de l’inconsciente. Le cosmos du Dieu et de l’écaille s’éveillèrent en même temps, et enveloppèrent Nimuë. Ils étaient en train de rompre le lien entre la rousse et l’armure d’Or des Poissons. Cette dernière l’a rejeté déjà de toute manière. La rousse fut prise de tremblement tandis que Poséidon lavait son sang du poison. Elle perdait ses pouvoirs de Saint, des dons qu’elle ne pourrait plus jamais utilisée à nouveau. Cela dura un temps qu’aucune personne présente n’aurait pu mesurer. Nimuë aurait besoin de repos pour reprendre des forces, Poséidon avait extrait avec l’aide de l’écaille toutes les malédictions et les douleurs présent dans le corps de cette femme.

_ « Elle a besoin de repos. Transporte-la dans une chambre Liao. »

Le Légat porta Nimuë jusque dans une chambre et l’installa confortablement. Des servantes vinrent déshabiller la jeune femme afin de lui donner des habits plus confortables, tandis que Liao était parti faire son rapport à Poséidon. Un descriptif toujours aussi détaillé des évènements. Le Dieu avait souri à plusieurs reprises devant le manque flagrant de lucidité de son Légat face à son propre cas. Finalement Poséidon avait laissé Liao veiller sur la rousse pendant une bonne partie de la nuit, et le début de la matinée avant de l’envoyer se coucher pour affronter de nouvelles obligations dans les meilleures dispositions. La demi-journée était presque pliée lorsque le Dieu sentit les tressaillements de cosmos de son invitée. Il se rendit alors au chevet de Nimuë et posa son trident dans un coin de la pièce. Assis sur le bord du lit, Poséidon prit la parole dès que la rousse ouvrit les yeux.

_ « Bonjour. De retour parmi les vivants, tant mieux. » Il l’observa et ajouta avec un air espiègle. « Liao a veillé sur toi chère enfant pendant un bon moment, et tu l’as manqué de peu. C’était sûrement son visage que tu souhaitais voir… » Il donna l’impression de réfléchir avant d’ajouter dans un murmure. « Je ne l’avais pas encore vu aussi inquiet et expressif. » Il reporta son attention sur la rousse et l’observa longuement. « Cette nuit tu as perdu autant que tu as gagné, alors reposes-toi et rassures-toi. »

Poséidon ne s’était pas présenté volontairement, car il avait envie de voir cette jeune femme à l’œuvre sans qu’elle ne connaisse son identité. Et sans le trident, vu qu’il éteignait volontairement son cosmos, personne ne pouvait le reconnaître à moins de l’avoir déjà rencontré au préalable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MorwennaMorwennaArmure :
Armure d'Or des Poissons

Statistiques
HP:
[Fin Juin 550] Une nouvelle sirène G-bleu1800/1800[Fin Juin 550] Une nouvelle sirène V-bleu  (1800/1800)
CP:
[Fin Juin 550] Une nouvelle sirène G-rouge1350/1350[Fin Juin 550] Une nouvelle sirène V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Fin Juin 550] Une nouvelle sirène G-jaune1500/1500[Fin Juin 550] Une nouvelle sirène V-jaune  (1500/1500)
Message Re: [Fin Juin 550] Une nouvelle sirène   [Fin Juin 550] Une nouvelle sirène EmptyDim 3 Avr - 19:20
Une nouvelle sirène








Nimuë, à son réveil, se sentait complètement perdue. Les yeux grands ouverts à contempler le plafond, elle tentait de faire taire les battements erratiques de son cœur et rassembler ses esprits. Ses souvenirs étaient bien trop vagues. Un fort sentiment de vide s'installait progressivement, comme une peur qu'elle ne s'expliquait pas mais qui la gagnait avec de plus en plus de force. L'origine de tout ceci était pourtant évidente. Et alors qu'elle commençait à remuer entre ses draps, une présence acheva de l'éveiller tout à fait. Dans ses prunelles pers, dansait une vague lueur d'incompréhension quand, avec douceur, elle acheva de se redresser pour s'asseoir face à l'inconnu. Ce dernier lui inspira aussitôt une vive curiosité en même temps qu'il éveillait une … once de déception. C'était vrai, la rousse s'attendait à voir le visage de quelqu'un d'autre. Aussi et sans le vouloir, malgré les paroles prononcées par l'homme à la longue chevelure carmine, ses yeux cherchèrent celui qui l'avait transporté jusqu'ici. Elle ne reconnaissait pas les appartements du Général de l'Hippocampe. Rien ne lui semblait familier, pas même … son cosmos, le parfum qu'elle ne dégageait plus. Elle commençait seulement à comprendre et son faciès s'illumina comme il s'assombrit la seconde d'après. Sa main se porta vers son front où elle put ressentir une vague énergie qu'elle ne parvint pas à identifier complètement. Mais dont l'essence faisait écho en son cœur. La cime de ses doigts glissa vers la cicatrice à son œil dont elle dégagea les quelques mèches écarlates qui tombaient devant ce dernier. Il était légèrement terne par rapport à l'autre mais ne souffrait pas de cécité. Tant mieux. Elle avait eu énormément de chance et, secrètement, elle remercia une fois encore Lesath pour son intervention. Repenser au Saint l'entraîna, obligatoirement à songer aux autres, à ceux qu'elle avait laissé derrière elle. Au Lion aussi, qu'elle avait abandonné. À une fleur qui, à peine éclose, se flétrissait déjà pour mourir.

Sa main retomba mollement près de l'autre et, inconsciemment, ses doigts se crispèrent sur le tissu. Un vague sourire fini par ourler ses lippes. Elle se calma peu à peu. La voici chez elle. Cette pensée la réconforta. Elle cessa de se perdre dans ses pensées. Puis, elle se sentait étrangement bien. En réalité elle ne s'était jamais sentie aussi en forme.

- Ah oui ? Je lui cause bien des soucis, il faut dire. Je dois être celle qui l'exaspère le plus. Pourquoi ? Il ne sourit pas souvent avec vous ? Je vous donnerais quelques conseils, si vous voulez.

Une vague lueur de malice fila dans ses yeux alors qu'elle étouffait un rire derrière une main plus rose que blanche. Nimuë reprenait quelques couleurs, bien que la fatigue était toujours lisible sur ses traits.

- Bonjour. Glissa t-elle finalement, se souvenant d'un coup les règles de politesse élémentaire. - Où suis-je ? Je ne reconnais pas cet endroit …

Machinalement, la fille O'Bannon chercha le rubis à son cou. Elle blêmit en ne le sentant pas contre sa peau et, avec précipitation se glissa hors de son lit, manqua de tomber quand elle se heurta à une grande boîte à ses pieds. Si semblable à celle qui enfermait son armure d'Or. Si différente à bien y regarder. Hypnotisée par son aura, la rousse se laissa tomber à genoux pour toucher l'objet du bout des doigts. Une agréable chaleur se répandit dans tout son corps et elle ferma les yeux pour mieux entendre et apprécier le chant qui montait crescendo dans toute la pièce baignée par la clarté du milieu du jour.

- C'est toi. Murmura t-elle interloquée. - C'est toi qui m'appelait depuis tout ce temps ? Je … je reconnais cette voix !

Acheva t-elle en se tournant tout à coup vers l'inconnu à la chevelure de feu, si semblable à la sienne. Un point commun qu'elle nota que maintenant et qui l'amusa.

- La Stella ? Où est-elle ? Atlantis ! Est-ce que tout va bien ?

Elle se souvint brusquement des recommandations qu'on lui avait fait à ce sujet et son inquiétude germa de nouveau dans son cœur, si bien, qu'elle se releva pour aller rapidement à l'une des fenêtres de la chambre. En regardant au dehors, en constatant que tout allait bien, Nimuë poussa un long soupir de soulagement, s'appuya contre l'encadrement de la fenêtre, prise d'un léger vertige. Sa longue chevelure de feu s'anima par la main invisible d'une légère brise alors qu'elle se tourna à demi vers cet homme étrange.

- Non … Je pense que j'ai bien plus gagné que perdu, Seigneur.

Dans sa main reposait une flûte qu'elle observa longuement avant de la faire disparaître en une pensée.

- Je me sens si différente …

La petite sirène se rendit alors compte qu'elle faisait face à un parfait inconnu, et qu'elle était seulement vêtue d'une robe vaporeuse. Sans en être particulièrement gênée, la pirate restait plutôt curieuse. Sans bouger de la fenêtre, ses iris tournées vers le Roi des Mers et des Océans, elle fit d'une voix douce, quoique intimidée :

- Je ne vous … connais pas et pourtant j'ai cette vague sensation que … oh, mais ... c'est ridicule. Je, je ... m'appelle Nimuë, Nimuë O'Bannon, mais Liao a dû vous le dire, le connaissant, n'est-ce pas ?





© Never-Utopia


[Fin Juin 550] Une nouvelle sirène Cxyl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t239-nimue-gold-sainte-des
PoséidonPoséidonArmure :
Scale de Poséidon
Message Re: [Fin Juin 550] Une nouvelle sirène   [Fin Juin 550] Une nouvelle sirène EmptyLun 4 Avr - 8:42
Poséidon avait envie de rencontrer cette nouvelle enfant d’Atlantis dans un contexte différent des précédents. Sans qu’elle ne puisse le reconnaître immédiatement. Il trouvait cela bien plus intéressant, et cela tromperait son léger ennui de cette position d’attente dans laquelle se trouvait son camp face à la situation globale. Trop de questions nécessitaient des réponses avant même de penser à une quelconque action de sa part. Un sourire apparut sur les traits de la divinité en entendant la réponse de Nimuë concernant les inquiétudes qu’elle pouvait causer. Certes elle n’avait pas tort, mais ce qui intéressait le Dieu des Océans pour le moment était la sincérité des expressions de son Légat lorsqu’elle semblait impliquée. Et puis voir la rousse se trompait légèrement sur le sens des mots était encore plus intéressant. Un hochement de tête accueillit la proposition de la jeune femme, comme si cela l’intéressait réellement. Alors que son intérêt était simplement porté sur la relation étrange entre ces deux atlantes. Et puis Poséidon aimait avoir quelques piques pour ses marinas, de manière à pouvoir les asticoter de temps en temps sur des sujets plus triviaux. Sa nature joueuse se présentait sous des facettes parfois bien étranges. Nimuë finit par prendre conscience de son environnement, et Poséidon sourit simplement avant de prendre la parole sur ce ton doux et paternaliste qu’il arborait parfois.

_ « Bonjour jeune Atlante. Tu es dans le temple de Poséidon, où tu as été soignée après ton arrivée. »

Une simple phrase venant appuyer les paroles précédentes sur les gains et pertes de cette nuit pour la jeune femme. Quand elle chercha le bijou normalement à son cou, Poséidon observa le silence et se contenta de rester spectateur de son attitude. Son comportement face à l’écaille de la Sirène Maléfique ainsi que ses paroles soutirèrent un large sourire au Dieu. Ainsi donc comme il le soupçonnait sa famille était liée à cette écaille. Il comprenait mieux pourquoi elle l’avait choisi sans qu’il n’ait à faire usage de son autorité malgré le lien l’unissant à l’armure d’or. Quand elle se tourna vers lui pour l’interroger, Poséidon sourit chaleureusement à nouveau avant de reprendre la parole sur un ton plus amusé.

_ « Eh bien si tu te trouves dans le temple de Poséidon. Vu son état. Je dirais que Atlantis se porte parfaitement bien même avec ta présence. Tout va bien rassures-toi mon enfant. » Il marqua une pause et reprit sur un ton plus joueur. « Des précautions ont été prises, mais peut-être que la parole du Légat aurait plus de poids vu votre proximité à tous deux. » Il sourit et conclut simplement. « Je te l’ai dit tu as perdu autant que tu as gagné cette nuit. »

Un hochement de tête accueillit les paroles de Nimuë. Enfin un peu de gratitude et de reconnaissance de sa part pour son geste. C’était une bonne chose de son point de vue. Et il ne pouvait qu’être d’accord avec sa vision des choses d’ailleurs. Tout au long de cet entretien, Poséidon n’avait cessé d’observer son interlocutrice sous toutes les coutures. Un air satisfait s’affichait sur son visage en cet instant, tandis qu’il se demandait combien de temps elle mettrait à prendre conscience de sa tenue.

_ « Peut-être parce que tu es différente. Ton pouvoir et ton allégeance sont différents à présent, mais ce qui fait de toi cet être unique est toujours présent. Il te faudra t’y adapter tout simplement. »

Poséidon parlait avec douceur, et même son expression était compatissante. C’était des gestes et des paroles sincères de sa part face à cette enfant perdue. Il lui faudrait un temps d’adaptation, et son choix était à présent. Pour le meilleur comme pour le pire. Car aucun retour en arrière n’était possible à présent, et connaissant la rancune de sa nièce, nul doute que les relations allaient être un peu plus tendues entre Atlantis et le Sanctuaire à présent. Mais le Dieu des Océans s’en moquait, il n’avait fait que rappeler à lui une enfant d’Atlantis volée par les Saints pendant son absence.

_ « Liao est un homme pragmatique, et qui n’omet aucune détail. Il s’y perde même parfois. Mais effectivement, je connais ton nom. Le mien n’a guère d’importance pour le moment, tu l’apprendras en temps et en heure. Discutons si tu le veux bien pour le moment. » Il prit place à nouveau sur le lit, vérifiant du coin de l’œil que son trident bénéficiait encore de la faveur de la pénombre. « Tu sembles bien le connaître Liao. Je trouve amusant qu’une étrange donne l’impression de le cerner plus clairement que les autres généraux d’Atlantis. Quel est ton secret ? L’as-tu séduit ? Car il ne semble pas insensible à tes charmes et je peux le comprendre »

Son espièglerie devait transparaître dans son regard pour le moment. Poséidon avait simplement envie de s’amuser, et non d’obtenir des informations par la subtilité ou les questions détournées. Et puis il était curieux de connaître leur histoire, car son Légat s’était montré généreux en détail mais avare en ressenti contrairement aux autres évènements. Trop factuel en parlant de cette rousse plutôt jolie. Puis pris par un éclair de lucidité, il lança alors.

_ « Avant que j’oublie cette boîte que tu observais tout à l’heure est ton écaille. Tu es la nouvelle générale de la Sirène Maléfique, protectrice du Pilier de l’Océan Atlantique Sud. » Il sourit et reprit alors. « Donc séduite ou pas par notre nouveau Légat. Que je sache si je dois m’effacer ou non. »

Une petite dernière provocation. De toute manière Poséidon sentait déjà un intrus arriver, et ce servant éventerait son petit secret trop rapidement à son goût. Le moment de jouer touchait à sa fin pour le moment, et il espérait simplement avoir des réponses avant que cela n’arrive. Il avait volontairement déformé le sens de sa question pour obtenir les deux versions, autant les actions de son interlocutrice que celle de son Légat qu'elles soient volontaires ou non de leur part.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MorwennaMorwennaArmure :
Armure d'Or des Poissons

Statistiques
HP:
[Fin Juin 550] Une nouvelle sirène G-bleu1800/1800[Fin Juin 550] Une nouvelle sirène V-bleu  (1800/1800)
CP:
[Fin Juin 550] Une nouvelle sirène G-rouge1350/1350[Fin Juin 550] Une nouvelle sirène V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Fin Juin 550] Une nouvelle sirène G-jaune1500/1500[Fin Juin 550] Une nouvelle sirène V-jaune  (1500/1500)
Message Re: [Fin Juin 550] Une nouvelle sirène   [Fin Juin 550] Une nouvelle sirène EmptyLun 4 Avr - 12:20
Une nouvelle sirène








Atlantis était effectivement pareille à ses souvenirs mais plus belle encore. Elle rayonnait toute en majesté comme un bijou lavé de ses salissures. Nimuë n'étais pas une idiote, et même si elle se perdait dans ses pérégrinations silencieuses, réfléchissant aux propos de cet inconnu bien familier à son endroit, elle sut que le retour de l'urne de Poséidon ici y était pour quelque chose. Ses yeux pers vagabondaient sur la cité toute entière si calme ici et ses pensées l'entraînèrent dans le passé, revivant une scène qu'elle n'aurait pu oublier avec le Général de l'Hippocampe. La jeune pirate était déjà venue dans le Temple de Poséidon mais ne s'était pas aventurée si loin. La première fois était un honneur et bien qu'elle suspectait que sa nature avait grandement aidé cet entretien entre elle et Hassan, aujourd'hui, elle se sentait toujours autant privilégiée. Combien de personnes avaient pu arpenter ces couloirs ? Observer ces mosaïques qui courraient sur tous les murs, décrivant des scènes que son esprit interpréta à sa façon, s'imaginant de glorieuses batailles, des luttes violentes entre monstres marins ou encore, des joutes navales qui faisait tant rêver la pirate qu'elle était autrefois. Qu'elle redeviendrait.

Plus sereine, une petit sourire aux lèvres, Nimuë comprenait peu à peu les changements qui s'étaient opérés ici, comme chez elle. Elle y avait aspiré depuis bien longtemps. N'avait-elle pas glissé, lors de leur première rencontre avec Liao, qu'elle viendrait un jour pour les trouver ? L'étranger s'efforçait de la rassurer au mieux, mais concernant la Stella Rubius, Nimuë ne pouvait s'empêcher d'être inquiète. Quand bien même des dispositions avaient été prises. Elle en était la gardienne et … Le bref sous-entendu – le premier d'une longue série – lui fit monter le rose aux joues. C'était assez déplacé mais en fin de compte, cela amusa plus la fille O'Bannon qu'autre chose. Cela faisait longtemps qu'elle n'avait pas pu se montrer telle qu'elle était et brièvement, ses péripéties en tant que capitaine pirate la titillèrent. Nimuë était joueuse et espiègle et voir ce parfait inconnu jouer à ses dépends fit renaître cette facette d'elle qu'elle pensait perdue. Ce fut bref, mais cette once de malice dans ses yeux en était la preuve évidente. Elle aussi elle allait se laisser tenter à ce jeu. Cet homme faisait revivre la flamme qui s'était éteinte dans son cœur, soufflée par les Saints, ses doutes, ses incertitudes. Elle feignit un air outragé en se tournant vers le Dieu toujours bien installé sur le lit.

- Je … comment ?! Je n'ai séduit personne ! Je n'ai pas de secret et … Je … je n'ai pas cette prétention de pouvoir mieux le cerner que les autres.

Ajouta t-elle en continuant son petit jeu, adoptant une mine mi-boudeuse, mi-malicieuse qui faisait briller ses prunelles. En plongeant ces dernières dans celle de son interlocuteur elle put y lire cette même espièglerie. Nimuë rentrait dans la danse sans, dans un premier temps, en avoir conscience, obéissant à un désir instinctif, profond, motivée davantage par l'attrait qu'avait sa nouvelle Scale à ses côtés. Elle était différente, mais elle se retrouvait, enfin.

- Je pense que vous vous trompez. Même si il est difficile de lire en lui, je doute qu'il me voit comme vous le suspectez. Vous, en revanche … je devine facilement vos pensées.

En se plaçant dans le contre jour, la chevelure de feu de l'atlante s'alluma de vifs reflets en même temps que l'immaculé de sa robe offrait un contraste saisissant avec le reste de son apparence. L'aura qu'elle dégageait en cet instant était bien différente de celle qu'elle projetait. Nul parfum entêtant de ses roses, de son sang empoisonné, mais une fragrance toute aussi capiteuse et hypnotique. La Sirène Maléfique était à l’œuvre sans véritablement le savoir et son attrait était indéniable. Dans les légendes, ces créatures étaient connues pour leur beauté et leur voix enchanteresse. Elles attiraient les marins pour les noyer et les emporter dans les ténèbres abyssales. Fourbes créatures. D'une démarche souple et sensuelle, Nimuë avala la distance qui les séparait pour se pencher vers l'homme aux cheveux carmin. Un sourire enjôleur sur ses lèvres, la Sirène porta sa main vers le visage de la déité des Flots et captura une mèche de sa chevelure sanguine entre ses doigts, comme elle le faisait souvent en jouant avec ses roses. Avec délicatesse, elle la glissa derrière l'oreille de Poséidon.

- Si j'avais voulu séduire Liao, je m'y serai prise de cette façon … Mais Liao est bien différent des hommes que j'ai côtoyé en mer. Vous ressemblez à l'un des hommes que j'aurais pu avoir dans mon équipage, peut-être même auriez vous fait un excellent Second …

Lui chuchota t-elle au creux de l'oreille, dans un souffle, son corps de plus en plus penché vers le sien. Des bruits de pas se firent entendre et, dans un rire cristallin, Nimuë s'échappa, accompagnée par le bruissement du tissu de sa robe. Pour le moment, il n'obtiendrait pas davantage de réponses. C'était à son tour de jouer et de pousser le jeu à son avantage.





© Never-Utopia


[Fin Juin 550] Une nouvelle sirène Cxyl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t239-nimue-gold-sainte-des
PoséidonPoséidonArmure :
Scale de Poséidon
Message Re: [Fin Juin 550] Une nouvelle sirène   [Fin Juin 550] Une nouvelle sirène EmptyMar 5 Avr - 9:51
L’inquiétude de Nimuë pour la Stella montrait clairement sa connaissance de l’artéfact, aussi sommaire soit-elle, elle avait conscience de sa dangerosité tout comme d’autres membres d’Atlantis. Un secret qui devrait être conservé pour le moment, afin d’éviter des inquiétudes disproportionnées de la part des généraux. Poséidon avait fait ce qu’il fallait dans un premier temps, le reste serait décidé en fonction de la mission en Avalon. Une perspective qu’il attendait avec impatience. Il fallait en avoir le cœur net face à cette situation. Le Dieu se concentra simplement sur son interlocutrice et le rose sur ses joues l’amusa beaucoup. Il avait fait mouche d’une certaine manière, mais comme l’autre concerné, elle semblait ne pas vouloir se rendre à l’évidence. Son amusement était très présent et son envie de jouer complètement éveillée. Ses premières réponses élargirent le sourire déjà bien présent sur les traits de Poséidon. Cette discussion prenait une tournure des plus amusantes à présent. La rousse voulait jouer. Intéressant. Il continua donc sur sa lancée. Un haussement d’épaule accueillit sa remarque sur ses pensées. La divinité doutait sincèrement qu’elle comprenne vraiment la situation, vu qu’il lui manquait une information importante en cet instant le concernant. Mais soit. Poséidon ne se priva pas pour observer le spectacle qu’on lui offrait.

_ « Je n’ai jamais eu la prétention de vouloir dissimuler mes pensées. »

Poséidon n’esquissa aucun mouvement ni aucun signe quelconque quand elle s’approcha. Son odeur était intéressante. Un mortel aurait probablement déjà succombé, mais il était un être immortel. Le Dieu des Océans. En tout cas il était ravi de voir que la Sirène faisait déjà son œuvre sur le cosmos de sa nouvelle enfant. Un pouvoir intéressant, complétant parfaitement celui des Lyumnades. Poséidon était joueur même dans les pouvoirs de ses écailles, et il s’enorgueillît de cette particularité. Jouer avec les sens et les apparences était un amusement plaisant de son point de vue. Des bruits de pas se firent entendre annonciateur de la fin d’un jeu qu’il aurait prolongé afin de tester les limites de cette jeune femme. Une nouvelle atlante des plus passionnantes en tout cas. Poséidon éclata d’un rire profond à son tour accompagnant celui de son invitée. D’un geste ferme, il retint Nimuë et l’attira à lui. Dans un mouvement rapide et doux, le Dieu déposa un baiser doux et chaste sur ses lèvres.

_ « Saches jeune fille que je ne suis le second de personne. Je suis le seul et unique en tout et en toute chose dans le monde marin. » Son cosmos explosa alors non pour écraser son interlocutrice mais pour l’envelopper simplement. « Excuse-moi une affaire urgente sûrement. »

Poséidon se dirigea vers un coin de la pièce plongé dans la pénombre. Sa main disparut dans la légère obscurité et en ressortit tenant son trident. Le Dieu se retourna vers Nimuë et lui sourit après lui avoir fait un clin d’œil. Le jeu allait devoir s’arrêter. Le messager avait couru à première vue, et le regard énervé par cette interruption lui coupa complètement son élan. Il n’osa pas parler jusqu’à ce que les traits du Dieu se radoucissent. Son explication entraîna un soupir de la part de la divinité, et l’ordre fut donné de placer l’intruse en prison. Les frontières closes lui semblaient suffisamment claires à ce sujet, et son ton empêchait toute objection de la part du pauvre homme, déjà impressionné de rencontrer le Dieu en personne. Une fois l’opportun disparu, Poséidon se tourna vers la rousse dans toute sa splendeur laissant son pouvoir s’exprimer pleinement dans une étreinte bienveillante et réconfortante.

_ « Pardonnes-moi ce petit subterfuge, mais j’avais envie de rencontrer ma nouvelle enfant. » Il marqua une pause et reprit. « Pour ton bijou, je te confirme que des précautions ont été prises. Peu pérenne mais elles seront nettement suffisantes pour une ou deux vies d’homme. » Il lui sourit tout simplement et l’invita à le regarder. « Bienvenue parmi ta famille. Nimuë, Général de la Sirène Maléfique et protectrice du pilier de l’Océan Atlantique Sud. » Poséidon s’approcha et se fut à son tour de placer une mèche derrière l’oreille de la jeune femme. Il lui glissa dans un murmure à son oreille. « Prends bien soin de notre Légat » Il s’écarta et laissa un rire puissant s’échapper avant de reprendre. « Reposes-toi. Tu as besoin de reprendre des forces, tandis que moi des affaires urgentes m’attendent à priori. »

Poséidon lui sourit une dernière fois et quitta la pièce d’un pas lent remerciant la jeune femme pour ses paroles et ce petit moment de jeu entre eux. Son expression était encore amusée par ce petit échange, car il venait de trouver un élément intéressant à exploiter à présent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MorwennaMorwennaArmure :
Armure d'Or des Poissons

Statistiques
HP:
[Fin Juin 550] Une nouvelle sirène G-bleu1800/1800[Fin Juin 550] Une nouvelle sirène V-bleu  (1800/1800)
CP:
[Fin Juin 550] Une nouvelle sirène G-rouge1350/1350[Fin Juin 550] Une nouvelle sirène V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Fin Juin 550] Une nouvelle sirène G-jaune1500/1500[Fin Juin 550] Une nouvelle sirène V-jaune  (1500/1500)
Message Re: [Fin Juin 550] Une nouvelle sirène   [Fin Juin 550] Une nouvelle sirène EmptyMar 5 Avr - 13:02
Une nouvelle sirène







La main de l'inconnu rattrapa la sienne pour la capturer en une étreinte à la fois ferme et douce. Un peu surprise par la force exercée, l'attraction qui la fit s'affaisser vers le rouquin, Nimuë ne tenta rien pour se défiler. Tout s'était passé si rapidement que son esprit n'avait pu saisir ce qui venait de se produire. D'instinct, pourtant, ses yeux s'étaient refermés. Elle n'aurait su dire si elle avait apprécié ce contact, bref, aussi léger que la caresse d'une aile de papillon. Cela l'avait troublé, à plus forte raison que c'était la première fois pour elle, qu'elle recevait ce genre de marque d'affection. Le jeu avait prit une tournure assez inattendue pour la nouvelle Sirène Maléfique dont les yeux papillonnèrent. Brusquement, la belle s'était reculée le cœur battant. Avant de se souvenir que son sang avait été lavé de sa malédiction. Voilà ce qui était le plus étonnant pour elle, le plus difficile à croire. Elle qui avait toujours fui le contact physique, une dangereuse proximité de peur de voir les êtres qu'elle aimait dépérir par sa faute. C'était déjà arrivé et jamais plus la pirate ne voulait revivre pareil instant.

Elle fut terriblement amusée par les propos tenus par son interlocuteur. Une répartie digne d'être soutenue à ses yeux. Sauf que cette dernière ne pouvait souffrir d'aucune contestation, cela, elle le découvrit tout aussi rapidement en sentant le cosmos de l'homme se libérer avec fracas. Ses prunelles s'écarquillèrent de surprise, sans mal, elle comprit qui il était. Et au lieu d'être gênée, confuse ou au moins outrée, la belle eut un immense sourire. La jeune O'Bannon le suivit des yeux, l'observa prendre son Trident caché dans les ténèbres avant de répondre à cette nouvelle provocation de la même manière. L'arrivée du messager mettait fin au mystère et, alors qu'elle écouta d'une oreille distraite le rapport du pauvre hère écrasé par la puissance du divin Père des Eaux, l'information qu'une intruse se serait introduite dans les terres atlantes lui glaça le sang. Ce pourrait t-il qu'un Saint ait pu … ? Non, Bélisaire ne l'aurait pas permis. Était-il seulement au courant de sa fuite ? Une question stupide, bien sûr. Elle écarta tout de même cette possibilité, fit taire l'inquiétude dans son cœur grâce à la puissance rassurante que dégageait la déité des Flots.

- Il n'y a rien à pardonner, Seigneur. Se contenta t-elle de lui dire à la fin de cette entrevue. - Je dois dire que cette rencontre fut bien plus intéressante que … la fois où j'ai pu rencontrer votre Nièce.

Cette fois, ce fut à son tour de rire. Sa seule et unique rencontre avec la Déesse de la Sagesse fut lors du Krusos Sunagein, où elle avait dû gagner les hauteurs du Sanctuaire alors qu'elle n'y avait jamais les pieds. C'était également à ce moment là qu'elle avait rencontré pour la première fois bon nombre de ses sœurs et frères d'armes. Ceux-là même qui n'en étaient plus désormais. Elle avait malgré tout tissé des liens avec quelques uns et fugacement, Nimuë se demanda si ces derniers sauraient ne pas se rompre. Ô comme c'était bien naïf de sa part de l'espérer. Surprise. Elle le fut une nouvelle fois. Comme Poséidon était curieux, tellement humain sous bien des aspects. Bien plus qu'Athéna, mais cela … n'était qu'une impression biaisée. Incomplète. Qu'elle balaya, plongeant ses prunelles dans celles du Dieu qui rompait encore la distance qui les séparait.

- Je vous remercie, Seigneur. Le jeu reprenait avec légèreté. Elle tressaillit. L'observa et finit par sourire avec chaleur et sincérité. - Bien … Elle se pencha à son tour chuchota, sur le ton de la confidence. - Il est juste … dommage que vous … lui ayez volé mon premier baiser.

Nimuë se recula aussi, hilare.

- Bien, Seigneur. Au besoin, vous savez où me trouver.

Elle le regarda prendre congé et, amusée par le sourire qu'il affichait encore quand il l'a quitta, Nimuë dû se rendre à l'évidence que cette petite entrevue avait calmer ses craintes. La Stella Rubius était en sécurité, la Sirène Maléfique l'avait accepté comme nouvelle porteuse et Atlantis … Atlantis rayonnait. La cité sous les eaux était devenue sa maison, comme elle l'avait toujours souhaité. Elle était rentrée chez elle, dans sa famille. Sa mère … son père ? Nimuë repensa a eux, pour la première fois depuis fort longtemps. Peut-être étaient-ils toujours en vie, peut-être se trouvaient-ils en ces lieux ? Et si c'était le cas, pourquoi l'avoir abandonné ? Une ombre s'installait progressivement qu'elle chassa d'un geste de la main. La jeune femme étouffa ensuite un bâillement mais, au lieu de retourner dans son lit, la belle choisit de prendre place sur le rebord de la fenêtre. Les minutes se bousculèrent et la jeune femme se perdit dans sa contemplation jusqu'à la somnolence. Très vite, la tête penchée sur le côté, les mains posées l'une contre l'autre sur ses genoux croisés, elle s'endormit. Pour le première fois depuis longtemps, Nimuë offrait là un magnifique tableau paisible et innocent.





© Never-Utopia


[Fin Juin 550] Une nouvelle sirène Cxyl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t239-nimue-gold-sainte-des
LiaoLiaoArmure :
Protection de Poséidon

Statistiques
HP:
[Fin Juin 550] Une nouvelle sirène G-bleu160/160[Fin Juin 550] Une nouvelle sirène V-bleu  (160/160)
CP:
[Fin Juin 550] Une nouvelle sirène G-rouge240/240[Fin Juin 550] Une nouvelle sirène V-rouge  (240/240)
CC:
[Fin Juin 550] Une nouvelle sirène G-jaune305/305[Fin Juin 550] Une nouvelle sirène V-jaune  (305/305)
Message Re: [Fin Juin 550] Une nouvelle sirène   [Fin Juin 550] Une nouvelle sirène EmptyMer 6 Avr - 9:42
:: Une atlante de retour à la maison

Le repos. Liao en avait bien besoin. Ses nouvelles fonctions étaient éreintantes surtout ses échanges avec leur seigneur, qu’il soupçonnait de le tester et de s’amuser avec lui bien plus qu’il ne le laissait paraître. Finalement les rumeurs ne faisaient état que de ce qu’il voulait bien laisser paraître aux autres. Le chinois se demandait si un seul être mortel comme immortel connaissait son véritable visage. C’était déroutant de discuter avec lui. Finalement sa place était un choix stratégique bien plus important qu’il ne l’avait cru au départ. En tout cas ce n’était que son ressenti depuis quelques temps. Les choses se mettraient en place rapidement. Depuis son éveil, les choses s’accéléraient à un rythme plus soutenu qu’il ne l’avait imaginé. Tout se précipitait. Le Légat se demandait si les généraux étaient prêts pour tout ceci. Certains semblaient encore chercher leur marque, d’autres se chercher tout simplement. Et il y avait Nimuë qui venait d’arriver. Liao aurait préféré qu’elle ait le choix de se battre pour eux ou non, mais la connaissant, il se doutait de sa réponse. Seulement la décision avait été prise pendant son inconscience, une nécessité évidemment. Au moins dès l’intervention de Poséidon, la rousse avait repris des couleurs et de la prestance montrant très rapidement des signes d’améliorations. De ce qu’il savait du côté d’Alexandrie, les choses s’étaient terminées dans le calme. Beaucoup de bruit pour rien finalement pour son plus grand soulagement, car ils avaient respecté la volonté de la jeune femme de cette manière.

Son sommeil fut court mais réparateur. A son réveil, Liao évalua à nouveau la situation. La désertion de Nimuë allait rendre les relations avec le Sanctuaire difficile mais il imaginait difficilement le lien se rompre. Stratégiquement parlant ce serait une erreur de leur part. Mais cette possibilité n’était pas exclure pour le moment. Le chinois se dit qu'il était préférable de laisser les choses se dérouler d’elle-même sans prendre les devants. Bélisaire révèlerait ses intentions au travers de sa réaction dans cette histoire. C’est d’un pas lent que Liao rejoignit la salle dédiée à sa position. On vint lui faire savoir que la blessée s’était réveillée et avait pu rencontrer Poséidon. Au moins il lui avait sûrement expliqué certaines choses et l’avait rassuré. Poséidon agissait de manière très paternelle avec les Atlantes, et cela représentait une inquiétude de moins. Sur le chemin menant à la chambre de Nimuë, Liao croisa Poséidon qui le salua. Et son sourire le rendit mal à l’aise. La rousse était endormie devant la fenêtre dans une position étrange. Mais c’est surtout son expression de sérénité qui attira l’attention du Légat. Liao pénétra discrètement dans la chambre et prit une couverture afin de la recouvrir pendant son repos. Il prit quelques secondes pour l’observe et sourit tout simplement de façon naturelle avant de porter son attention vers l’extérieur, observant par cette même fenêtre Atlantis. Le Légat soupira légèrement et fit demi-tour, prêt à quitter la chambre pour la laisser se reposer.


" We all have inner demons to fight, we call these demons, fear and hatred and anger.
If you do not conquer them then a life of one hundred years is a tragedy.
If you do, then a life of a single day can be a triumph. "
lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t233-liao-general-de-l-hipp
MorwennaMorwennaArmure :
Armure d'Or des Poissons

Statistiques
HP:
[Fin Juin 550] Une nouvelle sirène G-bleu1800/1800[Fin Juin 550] Une nouvelle sirène V-bleu  (1800/1800)
CP:
[Fin Juin 550] Une nouvelle sirène G-rouge1350/1350[Fin Juin 550] Une nouvelle sirène V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Fin Juin 550] Une nouvelle sirène G-jaune1500/1500[Fin Juin 550] Une nouvelle sirène V-jaune  (1500/1500)
Message Re: [Fin Juin 550] Une nouvelle sirène   [Fin Juin 550] Une nouvelle sirène EmptyMer 6 Avr - 12:37
Une nouvelle sirène







La jeune femme s'était endormie sereinement, le plus innocemment possible sur le rebord de la fenêtre. Bercée par cette vision de la splendide cité, cette légère musique de la vie des atlantes, il ne lui avait pas fallut longtemps pour glisser entre les bras de Morphée. Le cœur apaisé, le visage illuminé par un léger sourire qui s'épanouissait, Nimuë ne rêvait de rien. Nul rêve, nul cauchemar ne vint perturber son repos, pas une image, ne restait que le noir. Un noir qui n'avait rien d'oppressant, bien au contraire. Sa rencontre avec le Dieu des Océans, bien qu'elle fut étrange et amusante tout à la fois, avait chassé ses inquiétudes et son trouble. Prendre conscience de sa métamorphose de cette manière avait été moins brutale d'une certaine façon. Elle était devenue la Sirène Maléfique, celle qui annonce la Mort. Où avait-elle déjà entendu ça ? Cela n'avait pas la moindre importance en cet instant. Les quelques rayons du soleil qui parvenaient jusqu'à Atlantis n'étaient pas forcément chauds, ni puissants ou aveuglants aussi avait-elle ramené ses bras autour d'elle tandis qu'elle commençait à s'agiter. Vaguement, l'atlante sentit la douceur d'une étoffe se poser sur elle, pour la réchauffer et il lui fallut un certain temps pour percer le brouillard qui entourait le royaume des songes. Si bien que, quand elle ouvrit ses yeux, elle vit au dernier moment la silhouette de Liao disparaître dans les ténèbres du couloir. Un instant elle repensa aux mots de Poséidon au sujet du Légat et ces pensées la firent se redresser hâtivement. Trop rapidement. Si bien que la Sirène s'empêtra dans la couverture et tomba au sol. Un « aïe » retentissant éclata, passant outre la barrière de ses lèvres. Sa blessure sous son bras se réveilla. Confuse et grimaçante, la jeune femme rejeta le tissu au devant d'elle, dans un geste agacé et, toute ébouriffée, la belle souffla, consternée par sa propre maladresse sur cette mèche de cheveux qui lui tombait devant les yeux.

Malgré l'apparition d'une vieille prêtresse dont l'expression traduisait inquiétude et surprise, Nimuë s'était redressée sur ses deux pieds, vacillante, lâchant un juron qui étonna d'autant plus la vieille femme. Cette dernière, sur le point de lui apporter son aide et de lâcher les vêtements qu'elle tenait entre ses bras, ne sut arrêter la tornade qui la souffla en passant à ses côtés. Vainement, la main de la prêtresse s'était levée dans sa direction. Mais il était déjà trop tard. La voilà déjà partie pour rattraper le Légat et ce, en petite tenue. Écarlate et immaculé mêlés, elle courrait à vive allure sous le regard interloqué des quelques rares personnes autorisés à arpenter les lieux. Alors elle le vit, sur le point de disparaître encore au détour d'un autre couloir.

« Liao ! »

L'appela t-elle pour attirer son attention et l'obliger, peut-être à marquer une pause. Le sourire de la jeune femme s'agrandit à mesure qu'elle approchait. Ses pieds nus contre le marbre produisait un léger son, de plus en plus marqué et rapide quand elle accéléra l'allure. Soudain son expression se figea, ses yeux s'agrandirent légèrement quand elle comprit que ses jambes fatiguées l'avaient trahi. Une fois encore. Aussi ferma t-elle les yeux prête à accueillir une fois encore la douleur d'une nouvelle chute mais eut, au tout dernier moment, la surprise de constater qu'elle s'était rattrapée à quelque chose ou plutôt quelqu'un. Ou plutôt … percutée. Nimuë, crispée contre le corps de l'ancien Général, s’agrippait avec force, la tête enfouie contre son torse, ses vêtements traditionnels. Elle reconnut son parfum avant tout autre chose. Son petit minois, qui affichait un air contrit, se leva vers celui du Légat.

Pour finalement lui offrir un éclatant sourire. Précédé par un petit rire cristallin.

« J'ai bien faillis te manquer, encore ! »

Lui souffla t-elle en restant un moment ainsi, sans avoir conscience de la posture dans laquelle ils se trouvaient. En réalité, elle s'en fichait pas mal. Une scène qui aurait assurément amusé Poséidon lui-même !





© Never-Utopia


[Fin Juin 550] Une nouvelle sirène Cxyl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t239-nimue-gold-sainte-des
LiaoLiaoArmure :
Protection de Poséidon

Statistiques
HP:
[Fin Juin 550] Une nouvelle sirène G-bleu160/160[Fin Juin 550] Une nouvelle sirène V-bleu  (160/160)
CP:
[Fin Juin 550] Une nouvelle sirène G-rouge240/240[Fin Juin 550] Une nouvelle sirène V-rouge  (240/240)
CC:
[Fin Juin 550] Une nouvelle sirène G-jaune305/305[Fin Juin 550] Une nouvelle sirène V-jaune  (305/305)
Message Re: [Fin Juin 550] Une nouvelle sirène   [Fin Juin 550] Une nouvelle sirène EmptyJeu 7 Avr - 9:45
:: Une atlante de retour à la maison

Il aurait pu rester pendant des heures à la contempler. Sa sérénité était une récompense suffisante pour le Légat. Elle semblait apaisée et reposée à présent. Bien loin de l’image cadavérique renvoyée à Alexandrie. D’ailleurs, Liao se fit la réflexion qu’il devrait se renseigner auprès d’Ariane sur la finalité de cette rencontre. Aucun combat n’avait pris place et c’était une excellente chose. Le moment n’était pas encore venu de montrer des actions ou des intentions belliqueuses envers quiconque. Le chinois avait l’intention de laisser les autres camps venir à eux à présent, en quête de leur positionnement. C’était une action et un choix logique de son point de vue. Evidemment cela supposait le même raisonnement de la part de ses homologues, ce qui n’était pas sûr. Pour le moment, l’ancien général ne voyait aucun mal à patienter un peu. Après avoir déposé une couverture sur les épaules de la rousse, Liao fit demi-tour et quitta la pièce. De nombreuses obligations l’attendaient. Des interrogations méritaient de s’y atteler rapidement, en compagnie de Poséidon ou seul d’ailleurs. Cette dernière solution lui paraissait bien plus attrayante pour le moment. Les sourires de son seigneur ne laissaient rien présager de sérieux ni de bon pour lui. Son espièglerie était très grande. Et pourtant le Légat sentait bien que tout ceci n’était qu’une façade. Et les souvenirs des anciens Légat transmis par l’écaille abondaient dans ce sens.

C’est d’un pas rapide et décidé que Liao arpentait les couloirs du temple en direction de la salle où se trouvait certaines affaires de son prédécesseur ainsi que les siennes. Concentré, il ne prêtait aucune attention aux bruits autour de lui ni même aux présences. Il était habitué à plus de solitude, et il s’enfermait régulièrement afin de retrouver cette paix nécessaire à ses réflexions. Au détour d’un couloir, Liao entendit son prénom derrière lui. Ses premiers pas le firent dépasser le mur avant de se reculer pour regarder qui l’interpellait. C’était avec un sourire sincère qu’il observait une rousse en petite tenue courir vers lui. Une expression sincère qui aurait étonné quiconque connaissait bien le chinois. Nimuë était la seule à provoquer ce genre de réaction chez lui. Des émotions sincères et non contenues. Elle ressemblait à une enfant pleine de vie, et ce spectacle suffit à rassurer pleinement le Légat sur son état. Et pourtant l’homme fit les signes de faiblesse avant la jeune femme. Dans un mouvement rapide, Liao s’était retrouvé à portée pour rattraper la jeune femme avant qu’elle ne chute. Une impression de déjà vu, sauf que cette fois elle restait consciente. C’est avec une expression de tendresse profonde et un sourire qu’il observait la rousse dans ses bras. De nouvelles expressions faisant fonctionner des muscles dont il n’avait plus l’habitude à force de toujours vouloir tout maîtriser tant chez lui qu’autour de lui.


_ « Pourquoi tant d’inquiétude et d’empressement. Reposes-toi avant toute chose. Nous aurons l’occasion de nous revoir très souvent à présent puisque tu es à m… nos côtés à présent. Et tu es la bienvenue. Il me semble que même notre seigneur t’a accueilli et a dû te le signifier à sa manière. »

Liao prit alors conscience des quelques personnes les observant et de sa propre expression. Ses joues rosirent très légèrement, et ses traits se fermèrent légèrement conservant une douceur adressée à son interlocutrice. Une légère gêne l’étreignit en cet instant. Le Légat aida la jeune femme à se redresser avant de reprendre la parole.

_ « Je te raccompagne à ta chambre, et nous aurons le loisir de discuter autant que tu voudras. Général. » Il avait insisté sur ce dernier terme comme pour lui rappeler une nouvelle fois qu’elle était officiellement atlante. « Je suppose que tu as compris ma nouvelle position depuis notre dernière rencontre. Les choses se sont un peu précipitées depuis le Sanctuaire. »

C’est d’un pas lent, offrant son bras pour soutenir la rousse que le Liao prit la direction de la chambre assignée à la jeune femme, en attendant qu’elle ne rejoigne son pilier. Son état s’était amélioré de manière spectaculaire. Poséidon avait lavé son sang du poison, mais aussi nettoyé une sorte de malédiction selon ses mots. Nimuë lui raconterait tout ceci si elle le souhaitait, car il ne lui poserait jamais la question. De toute manière cela n’avait aucune incidence sur la situation actuelle. Que son départ soit justifié ou non, elle avait quitté les Saints et laissé son armure d’Or. Bélisaire réagirait sûrement à tout ça, mais il doutait que cela ne déclenche réellement une guerre en cet instant. Liao avait retrouvé la sobriété de ses traits, et seul son regard restait encore doux et joyeux en cet instant.

_ « Vais-je devoir te prêter une nouvelle robe de cette garde-robe qui ne m’appartient pas à l’origine ? » Liao sourit simplement après ce rappel de leur première rencontre. « Au fait je profite de l’occasion pour te dire que ton navire se porte à merveilles, et que Old John fait de l’excellent travail pour nous. Même si il est un peu ronchon, tu devrais aller le rassurer quand tu seras en forme. Et au cas où tu t’inquièterais, Childéric est reparti dans le même état qu’à son arrivée. Ariane a géré la situation après notre départ, mais le Lion semblait avoir sa propre idée sur la question. »

Liao lui montrait qu’il avait honoré ses promesses envers Nimuë. Même si la dernière avait été moins certaine, et qu’il doutait que cela soit Ariane qui ait vraiment œuvré dans ce sens. Childéric semblait plutôt avoir pris cette décision pour des raisons bien obscures après tout ce discours belliqueux.


" We all have inner demons to fight, we call these demons, fear and hatred and anger.
If you do not conquer them then a life of one hundred years is a tragedy.
If you do, then a life of a single day can be a triumph. "
lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t233-liao-general-de-l-hipp
MorwennaMorwennaArmure :
Armure d'Or des Poissons

Statistiques
HP:
[Fin Juin 550] Une nouvelle sirène G-bleu1800/1800[Fin Juin 550] Une nouvelle sirène V-bleu  (1800/1800)
CP:
[Fin Juin 550] Une nouvelle sirène G-rouge1350/1350[Fin Juin 550] Une nouvelle sirène V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Fin Juin 550] Une nouvelle sirène G-jaune1500/1500[Fin Juin 550] Une nouvelle sirène V-jaune  (1500/1500)
Message Re: [Fin Juin 550] Une nouvelle sirène   [Fin Juin 550] Une nouvelle sirène EmptyJeu 7 Avr - 11:54
Une nouvelle sirène







Le temps, l'espace de quelques secondes qui lui parurent toute une éternité, suspendit son cours. Elle ne voyait que son visage pourvu de ce sourire qu'elle aimait tant voir s'épanouir sur ses traits. Nimuë y répondit de la même manière, resserrant légèrement son étreinte avant de se reprendre. Se ressaisir. Si bien que toute trace de ce sourire enjôleur l'avait quitté, embarrassée, sans nul doute, sentant qu'elle était en train de piquer un fard. Et que lui aussi. Aussitôt la belle s'était rembrunit, honteuse d'avoir attiré sur lui tant de regards indiscrets qui assurément, feraient naître des chuchotis, des rumeurs, voire des moqueries. Le mettre dans une telle situation n'était pas envisageable aussi plaça t-elle avec hâte un masque qu'elle n'avait plus porté et qu'elle pensait n'avoir plus à remettre en place. D'une voix assez forte pour se faire entendre par leurs « spectateurs » de circonstance, Nimuë déclara :

« Veuillez m'excusez, Légat et pardonnez ma maladresse. Je vous remercie pour votre sollicitude … »

Ce brutal revirement aurait de quoi étonner le jeune homme, surtout après l'avoir un peu côtoyé. Il l'avait pourtant vu sous bien des jours, bien des aspects. Peut-être ne s'en étonnerait-il pas en fin de compte. Quoiqu'il en soit elle accepta tout de même le bras qu'il lui offrait, presque d'une manière solennelle, mesurant ses pas et sa démarche pour ne rien trahir de son émoi. Pas besoin de davantage de mots. Elle lui avait fait comprendre qu'elle connaissait sa nouvelle position d'une manière explicite. Directe, comme elle le faisait toujours. Sur le chemin du retour, la jeune Sirène ne sut s'empêcher de lui jeter quelques coups d’œil, brefs à la dérobée. Lire dans les prunelles du Légat et y saisir l'expression qui y flottait ne fut pas compliquée et eut le don d'arracher un petit soupir de soulagement à la jeune femme. L'allusion à sa tenue fit renaître une lueur d'amusement dans ses yeux pers, un petit sourire charmeur aussi. Mais elle ne pouvait se permettre de se montrer trop joueuse, aussi se contenta t-elle de lui glisser, dans un souffle avant qu'il ne reprenne son discours.

« Pourquoi ? Tu n'aimes pas celle-ci ? Poséidon semblait la trouver très à son goût. » Son air se fit plus mutin, avant qu'il ne meurt dans l’œuf, occulté par le souvenir de John, puis de Childéric. « Je ne veux rien savoir. »

Fit-elle plus sèchement qu'elle ne l'aurait voulut, se murant dans un profond silence. Il y avait des ombres qui se bousculaient à l'intérieur de ses prunelles. Une déception palpable qui lui fit resserrer son étreinte sur le bras du Prêtre de Poséidon.

« Je … excuse-moi Liao. C'est juste … que je ne veux pas y repenser. »

C'était trop douloureux, ses plaies étaient encore à vifs, certaines d'ailleurs, ne se refermaient sans doute pas. Il lui avait fait du mal, comme elle lui en avait fait. Ainia s'était enfuie de la même manière, à l'époque. Elle aussi s'était dérobée sans un mot, affectant son bien-aimé et le Lion qui lui avait gardé rancune. Même si la situation était différente, le résultat était le même et … non, Nimuë ne voulait pas qu'une ombre ternisse sa renaissance. Pas maintenant. Cela compromettrait son fragile équilibre. Cette sérénité que même Liao avait pu entrevoir dans sa chambre.

« Mais je suis heureuse d'entendre ça ! J'irai voir 'John quand je serai en mesure de me déplacer sans tomber. J'ai l'impression d'avoir des couteaux qui me transpercent les pieds et les jambes. »

Fin du conte.

« Poséidon ne se trompait pas en disant que j'avais autant gagné que perdu, même si … j'aime à penser que pour l'heure, j'ai davantage gagné … La Mer me manquait trop, tu … vous me manquiez trop. » Se reprit t-elle en riant afin de cacher son trouble. « Peut-être m'autoriseras-tu, Légat, à reprendre mes activités d'autrefois ? »

Glissa t-elle malicieusement en sous-entendant son rôle de Capitaine à la tête de son navire. Secrètement elle en rêvait. Pouvoir à nouveau voguer sur les flots la laissait toute rêveuse.

« Excuse-moi pour tout à l'heure, je ne voulais pas t'incommoder. Tu … »

L'apparition de la vieille prêtresse de tout à l'heure coupa court à cet échange. En voyant le regard sévère de la dame, Nimuë s'était d'instinct détachée de Liao, se rendant compte sur le coup, de ce contact prolongé. Trop long. Mais elle en oubliait une chose importante. La vieille s'inclina devant le Légat avec respect avant de s'adresser à la Sirène Maléfique.

« Vous ne devriez pas vous présenter ainsi devant notre Légat mademoiselle, c'est inconvenant, suivez-moi je vous prie. »

Nimuë attendit que la vieille lui ait tourné le dos pour lui tirer la langue, telle une enfant prise en faute et agacée d'être sermonner de la sorte. Après quoi elle fit un signe discret au chinois pour qu'il s'installe en l'attendant. Il y eut, pendant les quelques minutes où elles s'étaient retirées toutes les deux derrière un paravent, de vagues protestations, des chuchotements étouffés. Mais quand elle reparut enfin, en s'extirpant des ombres, Nimuë semblait être redevenue celle qu'elle avait été autrefois. Habillée d'une robe d'un bleu assez sombre, elle rappellerait aussitôt quelque chose à Liao pour y avoir fait allusion dans le couloir. Elle n'avait pas voulu de celle présentée par la prêtresse, mais celle-ci qu'elle avait emporté avec elle. L'une des seule chose qu'elle avait prit avec elle avant de quitter le Sanctuaire. Ses cheveux avaient été coiffés avec soin et relevé pour l'occasion dans une coiffure un peu complexe ceint d'une grande et belle tresse qui faisait le tour de sa tête. Où elle aurait pu y accrocher une rose. Autrefois. Mais elle ne possédait plus aucun ornement. Plus de bijoux. Pas de pierre rouge à son cou. Qu'elle cherchait instinctivement alors qu'elle finissait de rejoindre Liao, perdue dans ses pensées.

« Quel rôle vais-je devoir jouer maintenant, Liao ? »





© Never-Utopia


[Fin Juin 550] Une nouvelle sirène Cxyl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t239-nimue-gold-sainte-des
LiaoLiaoArmure :
Protection de Poséidon

Statistiques
HP:
[Fin Juin 550] Une nouvelle sirène G-bleu160/160[Fin Juin 550] Une nouvelle sirène V-bleu  (160/160)
CP:
[Fin Juin 550] Une nouvelle sirène G-rouge240/240[Fin Juin 550] Une nouvelle sirène V-rouge  (240/240)
CC:
[Fin Juin 550] Une nouvelle sirène G-jaune305/305[Fin Juin 550] Une nouvelle sirène V-jaune  (305/305)
Message Re: [Fin Juin 550] Une nouvelle sirène   [Fin Juin 550] Une nouvelle sirène EmptyVen 8 Avr - 9:34
:: Une atlante de retour à la maison

Une tornade rousse avait atterri dans ses bras, et il reconnaissait bien Nimuë dans ce simple geste. En tout cas telle qu’elle était dans ses souvenirs, et tel qu’il l’avait toujours imaginé en pleine forme et libre de ses mouvements. Liao l’avait attrapé avant une énième chute. Il se portait à son secours pour la seconde fois en deux jours. A croire que cela allait devenir une habitude. Cette réflexion le fit sourire intérieurement dans la mesure ou la probabilité était très forte que ce soit le cas. Passé le plaisir de la revoir, le Légat se rendit compte de la situation et de l’endroit. Une légère gêne l’étreignit. Non par crainte des jugements ou des rumeurs, ce dont il se moquait royalement, mais plus par le fait qu’il s’était laissé aller et se conduisait de manière totalement naturelle. Un geste incontrôlé, lui qui vouait sa vie à maîtriser tout ce qu’il pouvait. Un mode de vie nécessaire selon lui pour acquérir la discipline à son rôle de combattant, de général et à présent de chef d’armée. Les temps étaient durs, et il ne pouvait rien laisser au hasard. Le chinois aida la jeune femme à se redresser, et lui adressa de nouvelles paroles. Elles furent placées sous le signe du réconfort et non de la critique face à son attitude. Il avait envie qu’elle se sente bien et à l’aise dans ce lieu et en sa compagnie. Tout simplement. Sa réponse reçut un simple signe de tête pour montrer que ce n’était rien. Durant l’espace d’une à deux seconde, Liao s’interrogea sur l’attitude de son interlocutrice avant de comprendre ce qu’elle faisait.

Offrant son bras comme aide, le Légat reconduisit la rousse vers sa chambre. Son rythme de marche s’adaptait aux difficultés de son interlocutrice. Elle était encore faible malgré son apparente vigueur. Son moral semblait excellent et c’était un excellent signe pour l’avenir. Son état l’avait grandement inquiété sur le port d’Alexandrie, fantomatique et famélique. Le chinois aurait aimé en savoir plus afin d’être mieux informé, mais cela tenait de la vie privée de Nimuë. Le choix de révéler ses informations ou non lui revenait de plein droit. Durant le trajet, comme pour meubler le silence, Liao reprit la parole. Un fait étonnant pour une personne comme lui appréciant le silence. Homme de peu de mots d’habitude, il se trouvait bien loquace en cet instant. Un nouveau sourire sincère accueillit sa première réponse, qui finalement n’était pas vraiment nécessaire. Par la suite, un hochement de tête approuva sa demande. Il comprenait son envie de ne rien savoir, et plus que pour révéler des informations, il avait évoqué ses sujets afin de la rassurer complètement sur la situation. Un mouvement de tête réprobateur fut sa première réponse, avant qu’il n’ajoute simplement.


_ « Point d’excuse dans cette situation je comprends. Ces paroles n’avaient pour but que de te rassurer tout simplement. »

Même si sa sérénité était évidente en apparence, certaines plaies intérieures mettraient du temps à se stabiliser. Connaissant la rousse, elle devait s’inquiéter pour les personnes laissées derrière elle. Certes certains du Sanctuaire ne comprendraient pas comme le lion. Mais les véritables amis de Nimuë, ceux l’aimant sincèrement, seraient à même d’appréhender toute la situation. Sa place était en Atlantis. Son attitude actuelle le prouvait bien plus qu’un beau discours ou une démonstration logique et complexe. Liao ne releva pas son envie de voir son vieil ami, et il sentait bien sa faiblesse dans ses jambes. Bien que peu lourde, le Légat devait la soutenir avec fermeté à chaque pas. Poséidon. Un Dieu étrange et fantasque du point de vue du chinois. Un léger sourire rassurant s’afficha quelques secondes sur le visage de Liao, qui avait retrouvé sa contenance à présent. Une habitude plus qu’une envie de se détacher de Nimuë. C’était plus pour dissimuler ses propres sentiments en cet instant. Il était sincèrement heureux pour elle, et la voir ainsi l’emplissait de chaleur. Un haussement d’épaule accueillit la question de Nimuë suivi de près par un sourire. Un geste espiègle si rare chez lui. Il retrouvait un peu les jeux de son enfance avec son père d’adoption, quand il se taquinait l’un et l’autre. Le Légat allait prendre la parole, quand une vieille femme s’interposa.

_ « Ce n’est pas grave. Les circonstances sont particulières, et n’est-ce pas mieux de la voir ainsi qu’à son arrivée. Vous n’êtes pas d’accord. »

Des paroles douces mais fermes. La vieille femme fit un signe de tête respectueux envers Liao. Sa nouvelle fonction avait montré à de nombreuses personnes l’autorité qu’il avait toujours eue, mais dont il ne s’était jamais servi. Commander était un souvenir de son ancienne vie. Son modèle était l’homme qui lui avait tout appris. Fermeté et douceur. Opiniâtreté et compréhension. Un subtil mélange difficile à trouver, mais qui semblait naturel pour le Légat ayant vécu presque toute sa vie auprès d’un tel homme. Sur invitation de Nimuë, Liao s’installa puis se leva pour se diriger vers la fenêtre contempler Atlantis. Son cosmos se répandit et son protecteur silencieux, l’être qu’il était censé représenter, se dessina derrière lui. Figure géante et imposante. Tel un berger veillant sur son troupeau, prêt à frapper toute personne tentant de lui en enlever une partie. Même si Liao ne considérait pas les Atlantes et les généraux comme des moutons ou du bétail. Loin de lui cette simple idée. A cet instant, la voix de la rousse le ramena à l’instant présent. Il se tourna et sourit à la jeune femme. Elle était magnifique ainsi. Des pensées qu’il n’aurait jamais eues auparavant. Son regard exprima ce que ses mots conservaient.

_ « Eh bien tu joueras le rôle dont tu aurais envie tout simplement. J’aurais préféré que tu aies le choix de nous rejoindre en tant que combattante ou en tant que simple habitante. Malheureusement le poison dans ton sang nécessitait un attachement plus profond à Atlantis, de manière à couper les liens avec la source de ton pouvoir. » Il marqua une pause et soupira. « Nous n’avons eu guère le choix, et j’espère que tu ne nous en tiendra pas rigueur. Enfin Poséidon n’a pas eu le choix, et je n’ai rien fait pour l’arrêter. » Il s’éloigna légèrement de la fenêtre avant de continuer. « Quant à la Stella, ce bijou était un héritage j’en suis conscient. Malheureusement son importance est bien trop grande pour qu’il se promène ainsi sur Atlantis. D’ailleurs j’aimerais que ce fait reste entre nous si tu le veux bien. Nous avons des inquiétudes plus grandes, et j’aurais même préféré que tu ne le saches pas non plus. »

Les paroles de Liao pouvaient paraître dures. Mais une nouvelle fois, il jugeait qu’éparpiller les pensées des généraux était dangereux. Non pas envie de dissimulation ou de manipulation, mais pour qu’il se concentre sur leur devoir. Connaître ce secret pourrait les amener à vouloir quitter leur pilier dans un moment délicat, pour protéger ce trésor. Ou alors à fournir des informations de façon involontaire à leurs ennemis. Ce n’était pas un manque de confiance, mais quand on connaissait le pouvoir des Lyumnades, on pouvait aisément s’inquiéter outre mesure de ce détail. Quel pouvoir pouvait recéler les autres camps.

_ « Rassures-toi. Je ne suis pas homme à manipuler ou à influencer, mais je dois penser à la sécurité de notre domaine ainsi qu’à celle des généraux. Aussi dur que cela puisse pareil, c’est un poids que je dois porter seul à présent. » Il marqua une nouvelle pause pour sourire avant de reprendre. « Et toi que souhaites-tu faire à présent de cette vie ? Comme certains ont dû le comprendre. Pour le moment j’attends un mouvement des autres camps, afin de les laisser dévoiler leurs cartes tout simplement. »

C’était un simple fait et une évidence pour lui en cet instant. Ce ne serait guère judicieux de montrer son jeu pour le moment. Quelque chose lui disait de toute manière que les autres camps s’apprêtaient à bouger, et qu’ils tenteraient de connaître la position des marinas avant d’agir. Honnêtement Liao n’avait aucune idée des alliances qu’il allait mener ou non à présent. Seules les paroles des autres camps lui feraient prendre une décision définitive.


" We all have inner demons to fight, we call these demons, fear and hatred and anger.
If you do not conquer them then a life of one hundred years is a tragedy.
If you do, then a life of a single day can be a triumph. "
lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t233-liao-general-de-l-hipp
MorwennaMorwennaArmure :
Armure d'Or des Poissons

Statistiques
HP:
[Fin Juin 550] Une nouvelle sirène G-bleu1800/1800[Fin Juin 550] Une nouvelle sirène V-bleu  (1800/1800)
CP:
[Fin Juin 550] Une nouvelle sirène G-rouge1350/1350[Fin Juin 550] Une nouvelle sirène V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Fin Juin 550] Une nouvelle sirène G-jaune1500/1500[Fin Juin 550] Une nouvelle sirène V-jaune  (1500/1500)
Message Re: [Fin Juin 550] Une nouvelle sirène   [Fin Juin 550] Une nouvelle sirène EmptyVen 8 Avr - 12:13
Une nouvelle sirène







Il était le Légat désormais, une figure emblématique, un gardien parmi eux. L'ombre gigantesque qu'elle voyait s'étendre en était la preuve la plus flagrante et, avant même qu'elle ne se pose la question, son écaille lui susurra qu'il était devenu le Géant Polyphème. Celui qui veillera sur la cité d'Atlantis, chose qu'il était en train de faire actuellement. Le regard perdu sur la cité d'Atlantis. Nimuë repensa alors à Hassan et se demanda ce qui avait bien pu se passer ici. Le réveil de Poséidon, selon toute vraisemblance, avait dû agiter jusqu'aux fondations même de la ville. Elle avait trouvé le Dieu assez déconcertant tant dans sa manière de faire que de s'exprimer. Joueur, espiègle à l'excès, la jeune atlante avait déjà quelques soupçons. Sans être manipulateur, le Roi sous les Eaux dissimulait autre chose, un autre visage. Il jouait un rôle, comme elle, avait joué le sien en tant que Capitaine. Le Capitaine Jack O'Bannon. Et alors qu'elle plongeait ses prunelles dans celles de Liao, Nimuë commençait à entrevoir une véritable possibilité. Une envie, un désir qu'elle avait profondément enfouit et qu'elle ne saurait museler à présent. Sa Scale vrombit à nouveau, la jeune pirate la comprenait bien. Bien plus que lorsque l'Armure des Poissons dialoguait avec elle. Ce lien avait été délicat à mettre en place là où il semblait … évident et naturel avec la Sirène Maléfique. Un mince sourire ourla ses lippes. Elle se garda bien de dire à voix haute, ce que toutes les deux pensaient. Mais un tel regard, venant du Légat lui-même, ne saurait les tromper. Parfois les mots n'étaient pas nécessaires pour exprimer un ressenti, une émotion, même fugace. La beauté des Poissons étaient évidentes et cultivée, exigée en toutes choses, par Lucius son ancien maître qui l'avait forgé en ce sens. Désormais, c'était autre chose qui faisait son œuvre chez Nimuë de la Sirène Maléfique. Qu'il fallait dompter, apprivoiser. Sa nature profonde se révélerait peu à peu. « Ce qui faisait d'elle un être singulier, particulier. » Liao puis Poséidon lui-même avaient constaté ce trait unique, qu'elle cachait en son sein. Par peur ? Parce que des chaînes l'avaient entravé de plus en plus fortement à mesure que le Sanctuaire lui était apparut ?

Le rôle qu'elle devait jouer était clair et limpide. Mais ce n'était pas cela qu'elle avait voulut entendre. Tant pis, son sourire s'agrandit malgré tout. Elle le rassura, à sa façon.

« En décidant de quitter le Sanctuaire mon choix était déjà prit, Liao. Il n'y a nul regret en mon cœur, comme tu ne dois pas regretter ton inaction. Je … savais qu'un jour je deviendrais la Sirène Maléfique. Elle me l'a dit. » Elle désigna l'armure à ses côtés qui flamboyait de mille feux. Mais la jeune rousse ne faisait pas allusion qu'à cette dernière, Satine le lui avait dit également. « Et je suis heureuse, désormais. »

La suite du discours de Liao la rembrunit. Sa main qui cherchait inconsciemment le bijou à sa gorge retomba le long de son corps.

« Je comprends. » Malgré sa tentative de la rassurer sur le sujet, Nimuë resta sourde au reste de ses paroles. Bien sûr qu'elle ne révélerait rien de tout ceci, bien sûr qu'elle comprenait les choix qu'ils avaient dû faire pour la mettre en lieu sûr, mais ce n'était pas la peine de la mettre de côté. « Je sais que j'en suis la Gardienne. C'est … bien plus qu'un simple héritage ! » Elle avait légèrement haussé la voix, avant de se reprendre. Les sourcils toujours froncés dans une expression contrariée. « Je ne dirais rien, mais ça ne m'empêchera pas de … et bien de faire ce qui doit être fait ! »

À présent qu'elle fuyait son regard, occultant par ce geste cette vague colère qu'elle n'expliquait pas, Nimuë s'était figée. Paraissant réfléchir à ses prochaines paroles. À ce que lui avait dit Liao jusqu'ici. Ô la demoiselle était prompte à réagir, mais elle était capable d'un peu de retenue, comme son homologue quand le besoin s'en faisait ressentir. Faire naître une nouvelle tempête carmine n'arrangerait rien son état et elle était certaine que ce genre de discussion ne mèneraient à rien. Finalement, un vague soupir s'échappa d'entre ses lèvres.

« Je sais que tu n'es pas comme ça. Contrairement à ce que tu as pu montrer face à Bélisaire. Je sais que c'est bien plus que ça. Je n'entends rien à vos jeux politique pourtant … Je ne peux m'empêcher de penser qu'un peu de franc parler ne serait pas un mal dans les … quêtes diplomatiques. Ce que je veux dire … » Elle marqua un courte pause pour s'approcher de la fenêtre, regarder au dehors. « Ce que je veux dire c'est que je veux vous aider. Comme je ne veux plus être enchaînée. Je … je voudrais prendre le commandement des forces navales atlantes. Comme j'aimerais te seconder, lors des entrevues diplomatiques. »

Elle lui fit face, déterminée. Sauvage et farouche. Cette petite tornade rousse.

« Tu n'as pas à supporter un tel fardeau seul. Laisse moi t'aider, s'il te plaît. »






© Never-Utopia


[Fin Juin 550] Une nouvelle sirène Cxyl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t239-nimue-gold-sainte-des
LiaoLiaoArmure :
Protection de Poséidon

Statistiques
HP:
[Fin Juin 550] Une nouvelle sirène G-bleu160/160[Fin Juin 550] Une nouvelle sirène V-bleu  (160/160)
CP:
[Fin Juin 550] Une nouvelle sirène G-rouge240/240[Fin Juin 550] Une nouvelle sirène V-rouge  (240/240)
CC:
[Fin Juin 550] Une nouvelle sirène G-jaune305/305[Fin Juin 550] Une nouvelle sirène V-jaune  (305/305)
Message Re: [Fin Juin 550] Une nouvelle sirène   [Fin Juin 550] Une nouvelle sirène EmptyVen 8 Avr - 23:23
:: Une atlante de retour à la maison

Profitant de la légère indisponibilité de Nimuë, pendant qu’elle s’habillait, Liao s’était plongé dans l’observation d’Atlantis. Une lourde responsabilité pesait sur ses épaules. Malgré tout, il se sentait serein et apte à remplir ce rôle. Une assurance qu’il conservait dans le secret de son esprit et de son âme. Le chinois ne put rester de marbre quand la rousse apparut enfin vêtue. Aucun mot ne sortit mais il comprit que l’intéressée avait capté son message d’une manière ou d’autre. C’était cette compréhension qui le gênait et lui plaisait en même temps. La nouvelle protectrice du pilier de l’Océan Atlantique Sud interrogea le Légat sur son nouveau rôle. Il y avait si peu à dire finalement, dans la mesure où ces fonctions n’étaient guère différentes des précédentes en tant que Saint. Les changements s’opéraient sur les domaines respectifs à la charge des généraux ainsi que sur la disposition de la cité. Ce n’était pas un chemin de croix à parcourir, mais plutôt un éparpillement des forces tout simplement. Sa première intervention fut simple et se contenta des faits. Des excuses par la même occasion, car il jugeait ces dernières obligatoires dans la situation actuelle. Complétées par des explications supplémentaires et une requête. C’était peut-être beaucoup demander dans la situation actuelle. La réponse de la rousse rassura le Légat sur la situation actuelle. Elle acceptait la situation tout simplement, et semblait réellement épanouie et heureuse pour le moment. Tout ce qu’il espérait c’était que cela dure le plus longtemps possible.

Après ce petit discours, Liao ressentit l’obligation d’ajouter quelques éléments évidents selon lui. Mais il comprenait depuis son entrevue délicate avec Lytès que certaines choses méritaient d’être exposées, plutôt que de simplement croire que l’interlocuteur allait comprendre tout simplement. D’ailleurs l’attitude du Kraken lors de cette entrevue l’avait beaucoup étonné et dérangé. Pour le moment il n’en avait pas parlé avec Poséidon, mais il jugeait qu’il devrait peut-être lui faire part des inquiétudes du général. Cela lui faisait penser qu’Ariane mériterait une entrevue, de manière à la sonder à son tour. Nimuë le ramena à l’instant présent, dans cette pièce, en sa compagnie. Le sujet sur la Stella était clos pour le moment. Le Légat n’était pas fermé à la discussion pour le moment, mais Poséidon avait pris cette décision. Peut-être consentirait-il à donner la protection du joyau à la Sirène Maléfique à l’avenir. Bien que le chinois ne souhaitait guère voir une arme de cette puissance quitter les murs d’Atlantis. Le Légat préférait éviter de se lancer dans un débat pour le moment, et ce dernier attendrait que son interlocutrice se porte mieux. Un sourire étreignit les lèvres de Liao sur le moment. Nimuë termina son discours. Elle retrouvait de toute évidence sa flamme et sa fougue à présent que sa santé allait mieux. C’est sur un ton très doux que Liao reprit la parole.


_ « Je comprends ta requête et tes demandes. Ton aide me sera précieuse comme celle des autres généraux, et je l’accepterais volontiers à chaque fois qu’elle sera nécessaire. Ne crois pas que je veuille m’accaparer ce rôle et ses obligations, je les accepte car les atlantes en ont besoin et que je pense pouvoir tenir cette position efficacement. » Il marqua une pause et s’installa sur le lit. Son regard était toujours posé sur la rousse. « Mais tu te trompes sur un point, je peux me montrer manipulateur et retors si c’est nécessaire et je ferais ce qui doit être fait pour assurer la protection des atlantes et d’Atlantis. N’en doute jamais. Cependant contrairement à Bélisaire, je ne joue pas avec mes camarades ou hommes… Tu ne seras jamais dans l’ombre ou l’ignorance avec moi lorsque tu seras envoyé en mission ou pour accomplir un devoir particulier. Même si toutes les informations ne seront pas forcément révélées immédiatement. » Cette pause était plutôt la marque d’une appréhension, mais il continua malgré tout. « Je tenais simplement à ce que cela soit clair entre nous. Attention j’ai toujours été honnête et sincère avec toi, comme je le suis en cet instant. »

Et c’était probablement ces détails qui le gênaient le plus et le perturbaient plus que de raisons. Il avait confiance en Nimuë, mais finalement il avait l’impression que les gens avaient une plus haute opinion de lui que nécessaire. Enfin le Légat avait une nouvelle fois jugé nécessaire de clarifier ces points avant de continuer. Dans un soupir il lâcha simplement.

_ « J’ai du mal à trouver mes mots en ta compagnie, c’est un peu gênant. » Il avait murmuré ces mots avant de reprendre plus haut. « Pour les ambassades, notre petit nombre nous obligera sûrement à devoir changer régulièrement de général. Mais tu auras aussi ta part dans ce domaine, sauf avec le Sanctuaire pour des raisons évidentes. Pour le moment en tout cas. » Il marqua une pause et reprit avec cette expression posée qu’elle lui connaissait bien à présent. « Concernant ta requête des forces navales, tu peux être chargée de celles basées à Alexandrie sans problème. Pour les autres Océans, chaque général est responsable de sa zone malheureusement. Et c’est un droit que je ne souhaite pas leur retirer. D’ailleurs tu es libre d’aller et venir à ta guise, n’oublie pas simplement que ton pilier est sous ta protection. »

Des paroles simples et sincères, sur un ton du même acabit. Il était ravi de voir Nimuë comme ça, et de retrouver cette femme pleine de force qu’il avait connu. Nul doute qu’elle ferait des ravages dans son écaille à présent. Le Légat s’attendait à une réponse dont la teneur lui échappait encore. Les réactions de la rousse l’étonnaient régulièrement. Tantôt provocatrice. Tantôt plus douce. Et puis il doutait beaucoup de sa capacité à juger les gens à présent.

_ « Est-ce que tout ceci te conviendrait. Et pour conclure, je dirais que malheureusement avec les autres camps, les jeux politiques sont une nécessité afin de ne pas révéler nos atouts avant l’heure. Dévoiler son jeu c’est prendre le risque d’être pris au dépourvu. C’est comme marcher sur le bord d’un à-pic… Le moindre courant d’air peut vous faire juter. »


" We all have inner demons to fight, we call these demons, fear and hatred and anger.
If you do not conquer them then a life of one hundred years is a tragedy.
If you do, then a life of a single day can be a triumph. "
lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t233-liao-general-de-l-hipp
MorwennaMorwennaArmure :
Armure d'Or des Poissons

Statistiques
HP:
[Fin Juin 550] Une nouvelle sirène G-bleu1800/1800[Fin Juin 550] Une nouvelle sirène V-bleu  (1800/1800)
CP:
[Fin Juin 550] Une nouvelle sirène G-rouge1350/1350[Fin Juin 550] Une nouvelle sirène V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Fin Juin 550] Une nouvelle sirène G-jaune1500/1500[Fin Juin 550] Une nouvelle sirène V-jaune  (1500/1500)
Message Re: [Fin Juin 550] Une nouvelle sirène   [Fin Juin 550] Une nouvelle sirène EmptySam 9 Avr - 1:56
Une nouvelle sirène







Machinations, manipulations. Il lui disait qu'elle s'était trompée et sur l'instant le cœur de la rousse avait manqué un battement. Elle s'était reculée telle une panthère que l'on agresse. Presque sur le point de battre en retraite, son regard, changé, sondait son interlocuteur avec une intensité renouvelée. Mais impitoyablement froide, étouffée, meurtrie car au fond c'était bien de cela qu'il s'agissait. L'éclat d'une lame, assassine dansait dans le fond de ses yeux et elle se souvint alors de la ressemblance entre les deux hommes. Quand bien même … quand bien même … Ô il y avait la force des mots et leur attrait mais cela ne suffisait pas aux yeux de la jeune femme. Actes et conséquences réfléchies. On traitait l'ancienne Rose de Sanctuaire d'imbécile. Était-ce cela ce qu'il sous entendait sous ce « Même si toutes les informations ne seront pas forcément révélées immédiatement. » ? Ses mâchoires se crispèrent, à l'instar de ses poings qu'elle gardaient résolument le long de son corps. Bientôt ses doigts vinrent froisser la fine étoffe de sa robe. Si c'était nécessaire, il agirait toujours pour les atlantes. Toujours. Ce mot éclata dans son esprit comme un miroir qui se fendille puis se brise.

« Dis moi alors … si tu te dis honnête envers moi. » Brusquement ses traits exprimèrent une éclatante colère qui fit miroiter ses iris déjà bien enflammées. « Qu'aurais-tu fais si j'avais pris la décision de rester là-bas et que l'envie t'avais prit de briser l'armistice avec les Saints ? Car au fond … ce n'est que du vent, n'est-ce pas ? Une couverture. Hmph ! Je déteste tellement … »

Elle ferma ses yeux pour tenter de se contrôler. Fit les cents pas tandis que le Légat pouvait l'observer à loisir, assit sur son lit. Puis la Sirène s'immobilisa, se prit à sourire.

« Tu aurais demandé aux autres de m'abattre, hm ? Moi, « l'atlante » ? Mais … la question ne se pose pas, n'est-ce pas, elle n'a rien à faire là … c'est cela que tu penses ? Peut-être suis-je trop stupide, moi et ma grande gueule pour comprendre tous vos … jeux. » Nimuë avait presque craché ce dernier mot avec mépris. « Même si toutes les informations ne seront pas forcément révélées immédiatement. Qu'est-ce que ça signifie Liao ?! Des demis vérités ? De l'omission ? Non. Ce n'est pas ainsi que tu parviendras à nous protéger. Franchise. Une vraie franchise. Crois-tu que je serai capable de compromettre réellement l'avenir de votre … notre camp ? J'ai cette sensation que tu … doute et te trompe sur mon compte. »

Il y avait eu ce murmure. Cette déconvenue. Une gêne, voilà tout ce qu'elle représentait. « Générale ».

« Oh ne t'en fais pas pour ça ! J'ai … l'habitude de protéger des pierres. Il est juste amusant que tu … »

Un sourire ironique, mais la jeune femme n'acheva pas sa phrase. Il ne la comprenait pas. Avait-il seulement cherché réellement à comprendre au delà des choses, de ce qu'elle avait bien pu lui montrer, lui dire ? Ses réactions étaient parlantes, criantes d'une vérité dure à supporter. Mais le voyait-il ?

« Je vous montre ce que je veux bien vous montrer de moi, sache-le. Je ne suis pas qu'une imbécile. Oui, je suis déconcertante, oui, je suis une gêne, une source perpétuelle d'ennuis. J'apporte la Mort dans mon sillage. Je révèle aux hommes et aux femmes que je rencontre leur nature profonde. Je suis un poison. Une Sirène Maléfique. »

La rousse, d'un pas souple et hâtif, brisa la distance qui les séparait, comme elle l'avait fait avec Poséidon, allant jusqu'à poser ses mains sur les épaules du chinois. Mais là où elle avait pu minauder avec le Dieu en ce seul jeu qu'elle connaissait mais ne maîtrisait pas au final, vengeance perfide et dangereuse, cette fois, ce n'était pas le cas. Bien au contraire. Une certaine dangerosité se faisait ressentir, propre à cette nouvelle aura qu'elle arborait. Ses yeux tempêtaient, étaient pareils aux éléments que le Roi des Océans faisaient se lever lors de ses plus brutales colères. Dans un déchaînement inquiétant. Violence et variations. Douceur et provocation.

« Tu restes un mystère pour moi. » Glissa t-elle en approchant son visage du sien. « Liao … ne cherche jamais à me dissimuler quoique ce soit. Jamais. Fais moi confiance, ou ne le fait pas du tout. Je n'accepte pas les demis mesures. Ne me manipule pas … »

Nimuë détourna son regard, ses mains se serrèrent davantage sur le vêtement du Légat.

« … Ne me brise pas comme … »

Lucius.

« Tu sais … Tu sais qu'ils viendront pour moi pour me tuer ? Ils vont me traquer ... Et je sais que … je ne serai pas toujours protégée et je m'en moque. Si je dois mourir, alors … d'accord, mais ce ne sera pas sans combattre. Je suis honnête. Vraiment honnête. Je ne joue pas à vos jeux. »





© Never-Utopia


[Fin Juin 550] Une nouvelle sirène Cxyl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t239-nimue-gold-sainte-des
LiaoLiaoArmure :
Protection de Poséidon

Statistiques
HP:
[Fin Juin 550] Une nouvelle sirène G-bleu160/160[Fin Juin 550] Une nouvelle sirène V-bleu  (160/160)
CP:
[Fin Juin 550] Une nouvelle sirène G-rouge240/240[Fin Juin 550] Une nouvelle sirène V-rouge  (240/240)
CC:
[Fin Juin 550] Une nouvelle sirène G-jaune305/305[Fin Juin 550] Une nouvelle sirène V-jaune  (305/305)
Message Re: [Fin Juin 550] Une nouvelle sirène   [Fin Juin 550] Une nouvelle sirène EmptySam 9 Avr - 14:57
:: Une atlante de retour à la maison

La franchise. C’était le choix fait par Liao lors de son échange avec Nimuë. Le Légat pensait sincèrement qu’elle comprendrait certaines choses, même si il se doutait que sa réaction ne serait pas des plus optimistes et heureuses à ce sujet. Son attitude montrait clairement que les mots qu’il prononçait l’affectaient. Ce comportement l’étonnait. Lui-même n’avait pas été choqué ni offusqué lorsque Poséidon lui avait annoncé que certaines choses ne lui seraient révélées que le moment venu. Il comprenait parfaitement cette attitude et ce choix, surtout lorsqu’on parlait de guerre et de stratégie militaire. Liao ne comprenait pas vraiment cette méfiance à l’égard des secrets. De toute manière, avec ou sans secret, ils étaient tous les jouets dans des Dieux dans un combat dont l’enjeu était l’avenir de la terre. Le libre arbitre était une chose amusante, mais dont il n’usait finalement pas vraiment. C’était complexe et étrange à la fois, mais le chinois n’était pas homme à se draper dans des faux-semblants ou de belles paroles. Encore une fois il se retrouvait dans la situation qu’il avait vécue avec le général du Kraken. Faire ce qui est nécessaire pour la sauvegarde d’Atlantis. C’était une volonté bien ancrée en lui maintenant, même si Nimuë était la seule personne qui l’empêcherait d’accomplir celle-ci pleinement et sans état d’âme. Son regard se fit lourd tandis qu’elle l’interrogeait à nouveau sur son comportement. Son ton était neutre quand il reprit.

_ « Je suis ravi que la question ne se pose pas… Je crois que je n’aurais jamais pu lever la main sur toi, et tu le sais bien. Et cela aurait été un crève-cœur de devoir t’affronter quelles qu’auraient pu être les circonstances. Je t’avoue que je ne sais pas ce que j’aurais fait exactement. » Il marqua une pause avant de continuer. « De toute manière, crois-moi ce sont les Saints qui le briseront en premier. Que tu sois impliquée ou non d’ailleurs. Ne te fais pas d’illusions sur les intentions d’Athéna et de Bélisaire dans ce domaine. »

Liao était persuadé qu’une fois les autres camps repoussaient, le Sanctuaire s’intéresserait de plus près au marina. Cet armistice était un pion stratégique dans le jeu du Grand Pope, dont il se servirait à son avantage le moment venu. Le tout serait de voir ce que les autres camps allaient proposer. Mais au moins pour cette première attaque, les marinas comptaient bien ne pas participer activement à l’attaque du Sanctuaire. La parole du chinois était importante à ses yeux dans ce domaine. Nimuë continua sur les demi-vérités, et Liao l’observa attentivement. Son expression était revenue à son habitude première maintenant qu’ils étaient entrés dans une phase de conversation plus sérieuse. Effectivement se trompait-il sur son compte comme il avait déjà commis l’erreur de se fourvoyer sur le caractère du Kraken. Le silence fut sa première réponse et sa seule réaction pour le moment, le temps qu’elle puisse exprimer pleinement le fond de ses pensées. Un soupir accueillit sa remarque sur les paroles malheureuses qu’il avait eu précédemment. A croire qu’on tentait toujours d’interpréter ses paroles, plutôt que de les prendre dans le sens qu’il avait envie de les dire. Même avec les généraux il allait être amené à jouer ce rôle alors… Cette pensée le mina profondément. Son attention resta pourtant portée sur la jeune femme, qui ne pourrait lire les troubles de son cœur en cet instant. Liao se redressa et fit face à la jeune femme. Il la fixa intensément et prit un peu de temps avant de prendre la parole.

_ « Tu te méprends sur plusieurs points. Je ne t’ai jamais considéré comme quelqu’un de stupide ni même comme un poison ou une nuisance. Tu dois te détacher de ces images, car elles ne reflètent que tes propres craintes malheureusement… La sirène maléfique n’est qu’un terme. Chacun des généraux représentent une créature ou un monstre, mais cela ne les oblige aucunement à coller à cette image. » Il soupira légèrement avant de continuer. « Tu restes un mystère pour moi aussi, et quand je dis que c’est gênant que je ne trouve pas mes mots. Cela signifie simplement que ce que cela veut dire. Que j’ai du mal à exprimer mes pensées quand je suis en ta présence. Rien de plus rien de moins. »

Ces premiers points étaient réglés à présent, ou en tout cas il espérait que Nimuë comprendrait que cette vision tronquée d’elle-même n’avait plus sa place à présent. Ce n’est qu’à force de son convaincre d’être ainsi qu’elle l’était devenue. Tout être humain possède une propension naturelle à faire coller toute action ou tout évènement à sa vision des choses, aussi erronée et incorrecte soit-elle.

_ « Ils viendront probablement… Mais je n’en suis pas si sûr que cela malgré tout. Pas pour l’instant du moins. Je ne te demande pas de jouer un jeu quelconque. Bien au contraire reste comme tu es et reste celle que tu es. » Il marqua une pause indiquant clairement que ce qui allait suivre était important. « Seulement comme je te le dis, mes réponses ou notre attitude envers les autres camps pourraient se surprendre ou te choquer. Tu auras l’occasion de t’exprimer comme tous les généraux, mais uniquement entre nous. Vis-à-vis de l’extérieur nous ne devons montrer aucune dissension. De plus les Saints sont et resteront nos amis, tout comme il nous considère ainsi. Je te l’ai dit lors de notre entrevue à Rodorio, et ce fait n’a pas changé à l’heure actuelle. Même si nous devons penser à la situation actuelle, nous devons aussi envisager l’avenir avec toutes les hypothèses qui s’y rapportent. Voilà ce que je veux dire lorsque je parle de la nécessité de jouer le jeu de la politique avec les autres camps. » Un soupir précéda ses précédentes paroles. Son ton s’adoucit et Liao plongea ses pupilles dans celles de son interlocutrice. « Ensuite je vais te dire ce que j’ai déjà dit à un autre général, mais de manière plus explicite. Si je te disais qu’un trésor important était dissimulé à un endroit particulier d’Atlantis, et que la cité était attaquée que ferais-tu ? En toute honnêteté. Si ton pilier n’était pas menacé, et que des présences obscures se dirigeaient vers ce trésor. »

Liao laissa le temps à Nimuë de réfléchir à la situation, même si il n’attendait pas de réponse. Le réflexe premier serait de protéger ce trésor ou ce secret. Il doutait que la rousse le contredise sur ce point, bien qu’il puisse être surpris malgré tout. Encore une fois ils se connaissaient sans se connaître. Ils allaient devoir apprendre à s’appréhender au quotidien maintenant.

_ « Tu tenterais de les intercepter. Une réaction normale et logique, mais ton pilier serait à la merci d’attaque sournoise et pourrait être détruit. Un trésor peut se perdre et être repris. Il peut être volé mais ne pas pouvoir être utilisé. Mais si un pilier est détruit, c’est tout notre domaine qui se fragilise… offrant une victoire plus facile à nos ennemis. Si nous sommes vaincu, il ne nous reste plus aucune chance ni aucune échappatoire. » Il marqua une pause et parla d’un ton plus ferme. « Peux-tu me jurer que les informations que je pourrais te révéler ne te détourneront pas de ton devoir et de tes obligations, que ta concentration n’en pâtira pas… Si oui alors je te révèlerais ces informations, et tu seras alors responsable de tes actes tout comme tu seras dépositaire de ce secret avec moi. »

La même proposition qu’au Kraken. Chaque général pourrait faire son choix, mais il en assumerait les conséquences le moment venu. Lytès n’avait même pas prêté attention à cette proposition. Le Légat voulait bien reconnaître que ses mots et son approche avaient été peu avisées, mais le comportement de Lytès était celui d’un enfant capricieux peu ravi d’apprendre que le monde des adultes est difficile et fait de choix contraignant. Nimuë allait pouvoir choisir sa propre voie maintenant.


" We all have inner demons to fight, we call these demons, fear and hatred and anger.
If you do not conquer them then a life of one hundred years is a tragedy.
If you do, then a life of a single day can be a triumph. "
lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t233-liao-general-de-l-hipp
MorwennaMorwennaArmure :
Armure d'Or des Poissons

Statistiques
HP:
[Fin Juin 550] Une nouvelle sirène G-bleu1800/1800[Fin Juin 550] Une nouvelle sirène V-bleu  (1800/1800)
CP:
[Fin Juin 550] Une nouvelle sirène G-rouge1350/1350[Fin Juin 550] Une nouvelle sirène V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Fin Juin 550] Une nouvelle sirène G-jaune1500/1500[Fin Juin 550] Une nouvelle sirène V-jaune  (1500/1500)
Message Re: [Fin Juin 550] Une nouvelle sirène   [Fin Juin 550] Une nouvelle sirène EmptyDim 10 Avr - 10:17
Une nouvelle sirène






C'était à croire qu'ils ne parlaient pas la même langue. Ses réponses eurent tôt fait de faire taire tous ses signes de colères, occultant tout sentiment, relégué dans les tréfonds froids de son esprit. Interdite, la jeune femme écoutait, comme elle se l'était elle même promit lors du face à face avec Bélisaire et Liao. Sa bouche s'ouvrait et se refermait sans qu'aucun son ne daigne se heurter au discours du Légat. Que pouvait-elle répondre de toute façon ? Ce n'était pas cela qu'elle voulait entendre. Elle recherchait quelque chose chez son interlocuteur, une chose qui ne se manifesta pas, alors elle s'était rembrunit, alors la jeune atlante avait baissé la tête, s'était reculée, joignant ses mains devant elle. Dans une attitude d'écoute et d'attente. Liao était froid et pragmatique, il ne cherchait pas à aller au delà du sens premier des mots. Ce constat lui fit mal, elle qui s'était dévoilée un peu plus au jeune homme, elle qui n'aimait pas se mettre à nu. Elle l'écoutait sans l'interrompre, comprenait bien des choses. Oui, Bélisaire lui avait soufflé que la philosophie atlante était bien différente de celle des Saints. Et de la sienne ? Si on ne lui révélait pas tout, aucunes chances qu'elle comprenne. Les secrets, elle n'aimait pas ça, ils étaient la porte ouvertes au mensonge, à la trahison et bien d'autres encore. Stratagèmes, ruses et manipulations. L'apanage des faibles selon sa vision brute des choses.

Il fallait jouer un rôle illusoire. Cela, elle savait très bien le faire. Faire croire que tout allait bien, faire croire que l'on était ce que l'on ne paraissait pas. Un mince sourire flotta sur ses lippes tandis que sa chevelure de feu occultait un peu plus ce dernier quand elle baissa la tête vers le sol, contemplant le dallage en marbre blanc sous ses pieds encore nus. Si il voulait qu'elle joue, elle jouerait. Son petit minois de poupée se releva vers le jeune homme dans une expression distante et fermée qui se voulait sérieuse. Presque contrariée. D'un pas lent, la jeune rousse alla s'installer à son tour sur le lit.

« Non, je ne ferai pas cela. »

Comme il se fourvoyait sur son compte, comme il se trompait. Comme il ne la comprenait pas, comme elle ne le comprenait pas ! Il ne voyait en elle qu'un « autre Générale ». Un petit sourire désabusé pour toute réponse.

« Poséidon s'est bien trompé. » ce n'était qu'un vague murmure qu'elle balaya d'un geste de la main avant de reprendre. « Tu es un grand garçon, Liao. Tu es désormais Légat et nul doute que Poséidon a vu en toi toutes les qualités nécessaires pour protéger ce … « trésor ». Si tu n'en es pas capable et bien … c'est que tu n'étais pas assez fort, et vous aurez donc échoué tous les deux. Toi et Poséidon. Que me disait-on déjà ? Oh, oui. Chacun son fardeau. Je resterais avec mes pierres. J'ai l'habitude. »

Jurer. Promesse. Ses mâchoires se crispèrent. Elle continua sans toutefois le regarder.

« Je viens de te le dire. Fait moi confiance ou ne le fait pas du tout, c'est à toi de choisir. Moi je sais que je ne trahirai pas ma parole. Je n'en ai qu'une, tu devrais pourtant le savoir Liao ... »

Elle était blessée. Les mots rien que les mots. Et les actes dans tout ça ? Se souvenait-il de ce qu'elle avait fait ? Même lors de leur première rencontre ? La pirate qu'elle était n'était pas drapée de mauvaises intentions. Elle se sentait juste et honnête. Prête à faire son devoir. C'était ce qu'elle allait faire, quand bien même, un court instant, elle se demanda si elle n'était pas tombée de Charybde en Scylla. Qu'à cela ne tienne, elle irait parler de ses maux à Poséidon. Nimuë se sentait proche de la divinité. Peut-être comprendrait-il ses mots et sa franchise ? Au delà du jeu.

« Je te laisse décider Liao, moi je suis fatiguée. »

Il est vrai que la fatigue reprenait place sur ses paupières, la douleur sur son corps. Mais son cœur souffrait davantage pour des raisons qui lui échappaient. En signe de soutien, son écaille vibra légèrement.






© Never-Utopia


[Fin Juin 550] Une nouvelle sirène Cxyl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t239-nimue-gold-sainte-des
LiaoLiaoArmure :
Protection de Poséidon

Statistiques
HP:
[Fin Juin 550] Une nouvelle sirène G-bleu160/160[Fin Juin 550] Une nouvelle sirène V-bleu  (160/160)
CP:
[Fin Juin 550] Une nouvelle sirène G-rouge240/240[Fin Juin 550] Une nouvelle sirène V-rouge  (240/240)
CC:
[Fin Juin 550] Une nouvelle sirène G-jaune305/305[Fin Juin 550] Une nouvelle sirène V-jaune  (305/305)
Message Re: [Fin Juin 550] Une nouvelle sirène   [Fin Juin 550] Une nouvelle sirène EmptyDim 10 Avr - 11:28
:: Une atlante de retour à la maison

La sensation que la situation lui échappait encore l’étreignit avant même toute réaction ou toute réponse de son interlocutrice. S’était-il encore fourvoyer ou tromper de discours. Sa démarche n’était-elle pas la bonne. Finalement Bélisaire n’avait-il pas raison en agissant de la sorte. Liao ne comprenait pas vraiment ces réactions inappropriées selon lui. Son passé militaire jouait-il contre lui dans ce domaine. Après tout, dans la mesure de ses connaissances, aucun autre général n’avait eu à agir en tant que soldat ou commandant de soldat. Être capitaine pirate était une fonction bien différente que de mener des hommes au combat et d’utiliser une stratégie élaborée et complexe. Le problème devait venir de cette vision différente. Ils étaient des soldats dans une guerre les dépassant tous de loin, entre des forces qui jouaient avec eux comme un enfant jouerait avec des figurines. D’autant plus que son discours était préventif en cet instant. Le Légat n’en savait guère plus à l’heure actuelle, et Poséidon lui cachait encore des choses. Certaines des pensées lui restaient encore inconnues, même si il pensait en avoir deviné certaines depuis peu. Soit elle le contredisait sur sa manière de voir les choses, et il pouvait bien lui accepter cette révélation. Après tout, elle était libre d’agir comme elle le souhaitait. Dans ce cas, à quoi bon connaître l’existence de ce trésor ou de ce secret si c’est pour agir comme si il n’existait pas. Vraiment le chinois ne comprenait plus la situation.

Poséidon s’était trompé. Liao n’exprima aucune émotion en cet instant, mais ses paroles le touchèrent bien plus qu’il ne le pensait. Effectivement la divinité s’était peut-être trompée sur la personne. Peut-être menait-il le Sanctuaire sous-marin à sa perte avec ses méthodes particulières et sa manière d’appréhender les choses étrangères à cette partie du monde. C’était la première fois qu’il se sentait aussi étranger dans ce domaine, bien plus que lorsqu’il ne parlait pas la langue. Nimuë se braquait aussi, mais d’une manière différente du Kraken. Il s’était attendu à la réaction de la rousse, et avait envisagé la possibilité que son passé et son expérience influencent ses réponses et ses actions lors de cette conversation. Son regard restait d’une neutralité désarmante. Son moyen de défense pour ne pas montrer son trouble et ses doutes. Finalement le discours de son interlocutrice parlait de confiance plus directement que Lytès, mais encore une fois c’était une notion à sens unique. Lui manquait de confiance en eux, mais comment devait-il prendre leur réaction dans ce cas. Prenait-on en compte ses propres ressentiments dans cette situation. En tout cas Liao en était convaincu à présent, son approche n’était pas la bonne et Nimuë serait la dernière à bénéficier de celle-ci. Même avec ses propres camarades, il allait devoir surveiller et choisir ses mots avec attention. Pour le moment la jeune femme ne devait avoir que l’impression de voir les rouages de l’esprit du Légat fonctionner.


_ « Soit je vais donc te laisser te reposer. Et je me permettrais simplement de te poser la question différemment Nimuë. As-tu seulement confiance en moi ? Pourquoi crois-tu que les choses qu’on ne dit pas sont un manque de confiance ? As-tu toujours été aussi franche et directe avec moi sur tous les sujets te concernant ? Je ne t’ai posé aucune question, mais tes blessures n’étaient pas que d’origine Saint de ce que j’ai compris. » Il leva sa main et stoppa toute intervention pour continuer sur sa lancée. « Rassures-toi. Je ne te demande pas de m’en parler ou de t’exprimer à ce sujet, si tu ne le souhaites pas. C’est un choix de ta part… Tout comme ta relation avec le Lion d’ailleurs. »

Liao était en train de se fermer là où il s’était ouvert un peu. Le manque de confiance, l’idée qu’il menait les atlantes à leur perte et qu’il avait peut-être fait une erreur en acceptant docilement sa position le travaillaient beaucoup, et le touchaient énormément. Seulement il n’était pas comme Lytès ou Nimuë, capable d’exprimer son mal-être profond de manière aussi franche et aussi directe. Elle avait raison. Ils restaient un mystère bien plus entier pour l’autre. Silencieux Liao réfléchissait et après un long soupir, il reprit simplement.

_ « Le pire dans tout ça. C’est que ta réaction comme celle du Kraken touche des choses que moi-même j’ignore. Vous savez exactement ce que je sais. Quand Poséidon m’a tenu un discours similaire à celui que je viens de faire, cela ne m’a pas affecté. J’ai accepté la situation. Je lui fais confiance, et si il juge que certaines choses doivent m’être inconnues à l’heure actuelle, je comprends tout simplement. » Il marqua une pause et se releva. « Après tout je suis un étranger en ces terres. Mes actions et mes pensées sont peut-être inappropriées pour cette partie du monde. Ou peut-être ai-je toujours considéré à tort les atlantes comme une armée où les soldats partageaient un lien très fort. Comme tu le dis je mène peut-être les atlantes à leur perte tout comme Poséidon. Peut-être a-t-il commis une erreur en me choisissant. »

Liao n’avait pu retenir ses pensées face à la rousse. Autant la réaction de Lytès l’avait étonné et surpris, mais elle l’avait moins touché personnellement que celle de la rousse. Ils pourraient ensemble se plaindre de ce simulacre de Légat qu’ils avaient en ce moment. Le chinois se prit à espérer le retour de Hassan, afin de reprendre sa place de général et lui laissait la gestion d’Atlantis et des généraux.

_ « Pour le moment je vais te laisser te reposer. J’ai besoin de réfléchir, et nous aurons l’occasion d’aborder ce sujet à nouveau. Si tu penses pouvoir en apprendre plus de notre seigneur, n’hésites pas à le consulter. Désolé de te décevoir. »

La surprise serait complète pour elle si elle imaginait Poséidon plus loquace que lui. Le Dieu était encore plus secret et mystérieux qu’il ne pouvait l’être, et bien plus manipulateur ou joueur selon le point de vue. Il semblait adepte des demi-vérités ou des semi-révélations. Soit il testait ses troupes, soit c’était simplement dans sa nature. Liao fit un sourire triste à Nimuë, accompagné d’un signe de tête pour la saluer.


" We all have inner demons to fight, we call these demons, fear and hatred and anger.
If you do not conquer them then a life of one hundred years is a tragedy.
If you do, then a life of a single day can be a triumph. "
lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t233-liao-general-de-l-hipp
MorwennaMorwennaArmure :
Armure d'Or des Poissons

Statistiques
HP:
[Fin Juin 550] Une nouvelle sirène G-bleu1800/1800[Fin Juin 550] Une nouvelle sirène V-bleu  (1800/1800)
CP:
[Fin Juin 550] Une nouvelle sirène G-rouge1350/1350[Fin Juin 550] Une nouvelle sirène V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Fin Juin 550] Une nouvelle sirène G-jaune1500/1500[Fin Juin 550] Une nouvelle sirène V-jaune  (1500/1500)
Message Re: [Fin Juin 550] Une nouvelle sirène   [Fin Juin 550] Une nouvelle sirène EmptyDim 10 Avr - 13:36
Une nouvelle sirène






Sa relation avec le Lion d'Or. Ô non, elle ne voulait pas y penser, pas maintenant, pas comme ça. Pourquoi avoir glissé cela au beau milieu de ces paroles ? De ce discours qui la faisait se recroqueviller un peu plus encore. C'était mettre Nimuë devant un fait accomplit, un souvenir pénible qu'elle essayait de maintenir avec délicatesse. Quelque chose qu'elle ne souhaitait pas partager, qui n'avait pas sa place ici. Cela lui remémorait les échanges qu'ils avaient eu tous les deux, l'instant où tout s'était brisé, sur une nouvelle déconvenue. Une nouvelle incompréhension. On lui montrait à quel point elle était douée pour provoquer des catastrophes. À quel point elle pouvait faire du mal. Son dos finit par toucher le mur derrière elle. Ses pieds froissèrent davantage les draps. Un moment, elle avait voulu s'exprimer mais fut stoppée par une main, impérieuse qui s'était dressée pour l'en dissuader. Ses yeux s'assombrirent. Ce moment où il avait choisit de lui parler de Childéric. Oh mais bien sûr qu'elle était « rassurée » ! Ses bras s'enroulèrent autour de ses jambes, son menton, se poser délicatement contre ses genoux. Dans une attitude presque … boudeuse. Les sourcils froncés, Nimuë était muette, muette et sourde à tout autre chose. L'ancienne Sainte d'Athéna avait replacé ses quelques maigres barrières pour se refermer telle une huître qui, quelques minutes auparavant, avait exposé son propre trésor. Une perle iridescente qu'elle ne voulait plus montrer désormais.

« Tout comme ta relation avec le Lion … » grinça t-elle doucement en reprenant les mots du Légat qu'il avait dressé contre elle comme une lame. « Tu ne comprends pas, tu parles de choses que tu ne connais pas. Laisse Childéric en dehors de ça. Si tu veux me demander quelque chose, fais-le. Mais ne t'obstine pas à garder le silence. »

Elle n'avait pas réfléchit avant de parler. Une erreur sans doute, mais la pirate atlante était ainsi faite. La fatigue reprenait ses droits de plus en plus rapidement mais elle ne pouvait ignorer les battements étatiques de son cœur malmené. Quand cela cessera t-il donc ? Se demandait-elle alors qu'elle levait ses yeux vers Liao qui une fois encore, se trompait. Ce murmure, il l'avait mal interprété et la jeune femme, sur l'instant, en fut peinée. Doucement, elle secoua sa chevelure carmine. Mais elle ne bougea pas.

« Tu m'as mal comprise Liao. Je ne remettais pas en question … Oh … Qu'importe. Tu fais un excellent Légat, n'en doute pas un instant et quoiqu'il arrive, je te suivrais. Je suis ici avec toi après tout, non ? »

Un soupir, elle reprit, d'une voix blanche.

« Je vais te laisser réfléchir, mais je suis non pas déçue mais … triste. Je pensais que tu me faisais confiance. Tu m'aurais parlé de ton trésor, comme je voulais te parler du mien. Depuis le début, je ne parlais pas d'autre chose. » Ses yeux apaisés se portèrent dans la direction du chinois. Un petit sourire étira le coin de ses lippes. « J'ai confiance en toi. Je ne veux juste pas … Tout détruire … Je ne sais pas. Oublie cela. »

Lentement, la jeune femme s'allongea sur son lit, ferma les yeux quelques secondes avant de les rouvrir. Regarder gravement Liao.

« Liao ? »

L'éclat dans ses yeux venait de s'éteindre.

« Poséidon pense que j'arrive à mieux te cerner que les autres Généraux. Je pense qu'il se trompe sur ce point. C'est tout, « rien de plus rien de moins. » hm ... » Fit-elle en l'imitant, en reprenant ses propres mots avec l’ersatz d'un sourire. « Comme je reste un mystère pour toi. »

Elle eut un petit air triste.

« Notre Dieu m'a donné quelques directives à ton sujet. Il m'a demandé de prendre soin de toi. C'est assez contradictoire avec ce que tu me demandes à propos de ton fameux « secret », hm ? Peut-être cherche t-il a te faire passer un message après tout. »

Dans un soupir, elle se retourna pour lui présenter son dos, le vif éclat de sa chevelure de feu. Son corps endolorit se recroquevilla encore. Elle n'était pas une nuisance et pourtant elle ne pouvait s'empêcher de penser qu'elle était encore un poison pour son entourage.





© Never-Utopia


[Fin Juin 550] Une nouvelle sirène Cxyl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t239-nimue-gold-sainte-des
LiaoLiaoArmure :
Protection de Poséidon

Statistiques
HP:
[Fin Juin 550] Une nouvelle sirène G-bleu160/160[Fin Juin 550] Une nouvelle sirène V-bleu  (160/160)
CP:
[Fin Juin 550] Une nouvelle sirène G-rouge240/240[Fin Juin 550] Une nouvelle sirène V-rouge  (240/240)
CC:
[Fin Juin 550] Une nouvelle sirène G-jaune305/305[Fin Juin 550] Une nouvelle sirène V-jaune  (305/305)
Message Re: [Fin Juin 550] Une nouvelle sirène   [Fin Juin 550] Une nouvelle sirène EmptyLun 11 Avr - 9:03
:: Une atlante de retour à la maison

Pourquoi avait-il abordé ce sujet de la relation qu’elle entretenait avec le Lion. Une erreur et une motivation inconsciente. Le mal était fait malheureusement ou heureusement. Nimuë se referma sur elle-même, tout comme Liao finalement. L’un comme l’autre était des introvertis dans l’âme, préférant se réfugier dans leur monde et leur domaine plutôt que de s’ouvrir et de parler franchement des choses gênantes ou énervantes. Bien que dans ce domaine le chinois était un cran au-dessus de la rousse. Le Légat avait été blessé par certaine chose. Vexé était un mot trop fort pour la situation, même si sa réaction pouvait laisser penser à cette émotion. La nuance était importante pour lui-même. Lutter contre ses démons était un combat de chaque jour et de chaque instant, et ces paroles de son mentor lui revenaient souvent en mémoire. Et pourtant il avait l’impression que la signification de ces mots lui échappait encore pour le moment. Liao observa attentivement la jeune femme, avec cette expression neutre dont il ne dépareillait que rarement. Il était inutile de le lui rappeler. Ils ne se comprenaient pas finalement, et peut-être avait-il commis une erreur de plus en l’ayant invité au Sanctuaire sous-marin lui-même. Bien qu’il restait convaincu que c’était la meilleure solution pour lui. Garder le silence. C’était effectivement la solution qu’il choisissait afin d’éviter de prononcer de nouvelles vexantes ou blessantes sans intention de le faire.

Finalement le Légat reprit la parole pour conclure sur la question de la confiance. Il avait besoin de s’exprimer un peu sur ce point de vue, qui le travaillait beaucoup depuis sa discussion avec le Kraken. Le chinois ne les comprenait pas du tout. Ils étaient encore guerre et constituait une armée. Leur lien était très fort, presque familiaux pour certains, mais cela ne changeait en rien la réalité de leur situation et de leur devoir. Sans exprimer la moindre expression en dehors des mots choisis, Liao conclut simplement sur le fond de ses pensées au sujet d’erreur, de rôle et de choix d’approche. Il était frappé de plein fouet par la différence entre sa conception des choses, et celle de ses interlocuteurs. Les différences culturelles lui paraissaient être la meilleure explication, dans la mesure où ils avaient tous évolué dans un environnement similaire. Les paroles de Nimuë furent accueillies d’un hochement de tête, mais la conviction n’y était pas pour le moment. Le Légat décida alors de prendre congé, avant de laisser la situation dégénéré trop rapidement et de manière irréversible. La réflexion était de mise pour lui. Une petite remise en question dans ses méthodes. Faire confiance une nouvelle fois, et pourquoi ne pouvait-elle pas lui faire confiance lorsqu’il lui annonçait simplement que des choses devaient rester cacher. Finalement c’était un cercle sans fin dont ils ne sortiraient jamais.


_ « N’oublions pas justement, mais avançons simplement. Et je te le redis mes paroles n’avaient qu’un but explicatif et préventif. Cela ne signifie pas que j’ai décidé de vous cacher des choses. »

La seule information dissimulée était une demande expresse de Poséidon. Le morceau de métal devait rester un secret connu d’eux seuls, et des Ases ayant participés à la mission en Brittania. Le seigneur des Océans semblaient se méfier des nordiques. Liao s’écarta et se dirigea vers la sortie quand Nimuë prit place sur le lit pour se reposer à nouveau. Il se tourna lorsqu’elle l’interpella, et son regard se posa sur elle. Poséidon et ses paroles énigmatiques.

_ « Pour la dernière fois je n’ai choisi de te dissimuler le moindre secret. Donc ne penses plus à ça. » Bien que maintenant il se montrerait encore plus secret à propos des affaires d’Atlantis. Il reprit rapidement. « Et concernant notre seigneur, méfie-toi. Ses paroles n’ont pas forcément le sens que nous comprenons ou pensons. C’est un être fantasque et facétieux. A mon avis ses paroles n’avaient pas le sens que tu penses. J’ai l’impression que ce message s’adresse à nous deux. Enfin nous le serons rapidement si les chemins que nous prenons ne lui conviennent pas. » Liao sourit simplement à Nimuë. « Reposes-toi et reprends des forces. N’oublie pas ton écaille lors de tes premiers déplacements. Ce sera plus prudent et plus officiel, le temps que les gens s’habituent aux changements. »

Liao s’inclina une dernière fois, et sortit de la pièce d’un pas lent et léger. De nombreuses choses allaient devoir être réfléchie et revue dans son comportement et ses décisions. Finalement son choix avait été le mauvais, et il n’aurait même pas du tenter cette approche avec la rousse. Un deuxième essai était stupide de sa part. C’est plongé dans ses réflexions qu’il arpenta les couloirs du temple, ignorant sans méchanceté les gens qui croisaient sa route.


" We all have inner demons to fight, we call these demons, fear and hatred and anger.
If you do not conquer them then a life of one hundred years is a tragedy.
If you do, then a life of a single day can be a triumph. "
lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t233-liao-general-de-l-hipp
 
[Fin Juin 550] Une nouvelle sirène
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Libro Scripturae :: Mare Nostrum :: Atlantis :: Temple de Poséidon-
Sauter vers: