Votez
I
II
III
IV
V


Mai 553 AD
 
Partagez
 

 [Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
CélestiaCélestiaArmure :
Héron de Notos (Sud et Été)

Statistiques
HP:
[Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II) G-bleu1650/1650[Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II) V-bleu  (1650/1650)
CP:
[Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II) G-rouge750/750[Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II) V-rouge  (750/750)
CC:
[Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II) G-jaune1350/1350[Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II) V-jaune  (1350/1350)
Message [Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II)   [Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II) EmptyLun 4 Avr - 16:57
Précédent : Arches d'Orichalques

Comme elle l'avait déclaré, malgré la menace des lances et des épées face à son corps dépourvu de sa chlamyde, la belle blonde n'avait jamais pas cherché à avancer davantage. Sa docilité lui obtint, au moins, de ne pas être malmenée par les soldats alors que l'ordre fut donné de l'emmener en cellule. En entendant ses mots elle resta comme sonnée sur place. C'était ainsi qu'on traitait les ambassadeurs en Atlantis ?! Simplement parce qu'elle avait posé le pied à l'entrée -même pas à l'intérieur- du domaine sous-marin ? Et où étaient-ils les généraux, lorsque les dauphins avaient emprunté la porte du Cap Sounion ? L'énergie de cette passe magique repoussait les civils loin à des kilomètres alentours, comment aurait-elle pu savoir qu'il fallait chercher un gardien à qui s'adresser pour obtenir un passe-droit ?

Peu désireuse de ternir la réputation de l’Éclatant Seigneur, elle se laissa conduire en ravalant ses commentaires quant à l'injustice qu'on lui infligeait. Ce n'était pas en provoquant un esclandre qu'on la prendrait plus au sérieux. Ainsi donc elle fut conduite dans d'horribles geôles bardées de barreaux et enfermée à l'intérieur sans même une couverture pour calmer les tremblements de son corps gelé par l'humidité. C'était encore pire que de simplement se trouver dans sa "boîte" au couvercle de coton... Son espace était restreint à une dizaine de pas d'un bout à l'autre et elle devait attendre que quelqu'un vienne la voir pour expliquer une fois qu'elle venait en paix.

Les premières heures, à peu près supportables, cédèrent le pas à l'ennui et l'ensommeillement. A ce rythme, elle allait dormir là jusqu'au lendemain... A tout hasard elle appela, en grec, en romain, mais personne ne vint. Les ordres devaient être drastiques pour qu'elle en soit réduite à cela pour si peu. Alors, elle fit la même chose que lorsqu'elle se trouvait dans le Sidh en compagnie d'Aedan et Bran : une bonne manière d'éloigner les ténèbres et le découragement était de chanter. Et cela lui ferait passer le temps un peu plus gaiement. Appuyée dos contre le fond de sa cellule, debout face à l'entrée et prête à intercepter n'importe arrivant à sa rencontre, elle laissa s'envoler dans l'air marin une mélodie douce comme le chant d'une naïade -ses cousines d'une certaine façon-, qui résonna merveilleusement bien avec l'écho des grottes aménagées en prison.


Séduite par l'acoustique particulière, la Princesse aux mille oiseaux délivra un tout autre message aux créatures qui passaient dans les environs. Poissons, sirènes, mammifères marins et même quelques enfants attentifs s'agitèrent, cherchant la source de la voix harmonieuse pour venir joindre leurs voix à la sienne. Même les gardes durent s'avouer qu'ils aimaient bien ce chant, et que le silence qui suivrait provoquerait l'abattement général pendant quelques heures. Quand ce moment arriva, la Gardienne se laissa glisser le long du mur, les jambes recroquevillées contre son corps, le menton appuyé sur ses bras qui entouraient celles-ci. Ses cheveux formaient un halo doré et épars, à tel point qu'on discernait à peine son visage lorsqu'on venait de l'extérieur, du fait de la pénombre constante de la cellule.

Attendre.


Ma couleur : #009900
Ma plume de bord : ici
Diei vidi : Thanatos, Phantasos, Hadès, Arès, Poséidon, Athéna, Apollon, Odin
J'ai câliné : Lykeios, Asclépios, Aedan, Childéric, Esmelia, Rowena, Abrarxès, Amadeus
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1827-celestia-eminence-du-heron-de https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1716-celestia-la-princesse-aux-mille-oiseaux
PoséidonPoséidonArmure :
Scale de Poséidon
Message Re: [Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II)   [Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II) EmptyMar 5 Avr - 9:53
La prisonnière. Poséidon se promenait dans son temple, ou plutôt s’amuser à courir après quelques servantes quand il capta une discussion entre le Légat et un messager. Plus que la présence de Liao, c’est la voix du messager qui l’interpella. Ce dernier était celui étant venu interrompre son échange avec la Sirène Maléfique quelques temps plus tôt. Il parlait à nouveau de la prisonnière. Le Dieu sourit simplement. Cette information n’avait pas été transmise au Légat sur le moment, ce n’était pas un important. Une impudente ayant pénétré dans son domaine de la façon dont on lui avait expliqué devait en payer le prix. Son domaine ne pouvait être violé impunément, surtout en sa présence. Cela revenait à un signe de faiblesse de sa part. Cette fois la divinité entendit le message complet, qu’il avait interrompu précédemment. Une ambassadrice. Un claquement de langue accueillit cette nouvelle, et révéla sa présence aux deux interlocuteurs. Le regard de Liao l’amusa beaucoup, et un sourire accueillit son expression de dépit devant la situation actuelle. Le Dieu s’approcha simplement et prit place sur la place de choix occupée par le Légat jusqu’à présent. Ce dernier s’écarta pour lui céder sa place dans un geste si naturel que le Dieu en fut satisfait. Il encouragea le messager à délivrer son message au complet cette fois. Sa décision avait été un peu hâtive. Cette pensée fut chassée par le récit de son comportement dans la prison.

La colère de Poséidon était très grande en cet instant, et tout Atlantis fut secouée d’un tremblement de terre. Il se chargeait lui-même de ce problème. Qu’on pénètre dans son domaine le gênait beaucoup, mais qu’on ose user d’un pouvoir pour manipuler ses enfants et les résidents de son domaine lui était totalement insupportable. Toute ambassadrice qu’elle était, elle ne bénéficierait pas d’un traitement de faveur. De toute manière, entre son Dieu et lui ce n’était pas le grand amour ni le grand respect. Ils n’étaient pas ennemis à proprement parler, mais ils s’ignoraient royalement pour le moment et depuis bien des millénaires. Au moins Apollon comprenait la nécessité des cycles, bien que dans son cas cette vision était plus extrême. Le pas du Dieu fut pesant et lourd, comme un géant approchant de sa proie pour l’écraser. Personne n’osa lui adresser la parole tant ses traits étaient fermés. Les geôles. Poséidon n’aimait guère s’y rendre. Son cosmos envahit rapidement les lieux, écrasant tous les prisonniers qu’ils soient humains, mortels, créations ou simples créatures. C’était comme si le poids des Océans pesait sur leurs épaules. De cette manière, les prisonniers se retrouvaient à genou au moment de son passage. Seul un Dieu pourrait résister à cette puissance impressionnante. Poséidon s’arrêta devant les geôles de la prisonnière. Une jeune femme blonde qu’il aurait pu trouver charmante dans d’autres circonstances, et à qui il aurait sûrement fait meilleur accueil.

_ « En plus de jouer les impudentes dans mon domaine en pénétrant pas des chemins non autorisés, dont je serais curieux de connaître les raisons, vous vous permettez de manipuler mes enfants et mes protégés. » Son regard était froid et puissant, décourageant toute réponse. « Qui que vous soyez… quel que soit la personne qui vous envoie… Vous n’êtes pas protégée des châtiments que vous encourrez pour cet affront sur mes terres. »

Le cosmos de Poséidon s’intensifia sur la jeune femme. Son ton était belliqueux et extrêmement dur. Il était prêt à l’écraser sur place par sa simple présence. Ses prochaines paroles décideraient de son sort à venir. Qu’elle continue de jouer les effrontées, et elle le regretterait amèrement. Après tout elle pouvait n’être jamais arrivée dans son domaine, et vu les protections de la prison, son cosmos serait imperceptible même au plus fin des utilisateurs de cosmos. Même d’un Dieu. Il suffirait d’un sceau de sa part pour sceller définitivement cette créature. Car à présent qu’il la voyait, il en était sûr. Ce n’était pas un être naturel. Pas un mortel. Apollon l’avait créé, il pourrait sûrement en créer une autre pour compenser sa perte et l’affront que le Dieu venait de subir. Elle allait peut-être pourrir dans ses geôles pour l’éternité sans que personne ne sache ce qu’il lui soit arrivé. Le Dieu des Océans relâcha un peu la pression afin de lui laisser l’opportunité de parler à présent, sans pour autant lui permettre de se relever plus qu'une position à genou.

_ « Attention à tes paroles créatures. Elles détermineront ton destin, et saches que je ne suis pas connu pour ma grande patience ou ma magnanimité. »

Sa décision n’était-elle pas déjà prise de toute manière. N’était-elle pas en train de plaider sa cause devant un tribunal où les juges, les jurés et le bourreau étaient une seule et même personne. Poséidon l’observait d’un regard noir. Quel ambassadeur de pacotille et quel manque de respect. Apollon cherchait-il la guerre avec lui par cet acte. Une créature sacrifiée sur l’autel d’une politique étrange.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CélestiaCélestiaArmure :
Héron de Notos (Sud et Été)

Statistiques
HP:
[Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II) G-bleu1650/1650[Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II) V-bleu  (1650/1650)
CP:
[Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II) G-rouge750/750[Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II) V-rouge  (750/750)
CC:
[Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II) G-jaune1350/1350[Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II) V-jaune  (1350/1350)
Message Re: [Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II)   [Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II) EmptyMar 5 Avr - 12:47
Un temps indéfinissable s'écoula dans un silence absolu, avant qu'une présence, écrasante, impérieuse, ne fasse son entrée dans les geôles. Célestia sentit comme un étau se refermer sur ses membres, comme si une main invisible l'avait saisie tout entière et cherchait à la broyer d'une pression. La voix dure et grave du maître des lieux tonna, l'accusant d'un crime qu'elle ne se rappelait pas avoir commis.


Manipuler... ?


Elle bascula sur le sol, son espace vital réduit à rien en quelques secondes, ses os menaçant de céder. Réagissant aussitôt à la menace, sa chlamyde étincelante se matérialisa près d'elle, splendide et gracieux héron qui défendit en une vibration explicite l'innocence de sa porteuse. Toutefois, la nymphe savait que la revêtir, bien que pour repousser légèrement le cosmos du dieu, ne conduirait qu'à un échec complet de sa mission. Elle tendit la main vers le Héron qui s'apaisa aussitôt.


Je ne porterai pas la main sur un dieu...


Même s'il ne s'était pas présenté dans les formes, il n'y avait aucun doute sur l'identité de cet homme. Sa colère aussi imprévisible que puissante, son cosmos immense, le trident qu'elle apercevait désormais dans la semi-obscurité, et ces ordres secs, implacables.

Elle inspira une goulée d'air alors qu'il lui permettait de s'exprimer, restant au sol quand elle aurait pu se redresser un peu. Des larmes glissèrent sur sa joue nerveusement.


Je ne voulais manipuler personne... Je...


Elle réalisa tout à coup qu'elle parlait dans sa langue propre, celle de la Nature qu'elle était censée protéger. Poséidon devait sans doute la connaître, mais par respect, elle songea qu'il était préférable de s'adresser à lui en grec. La jeune femme se reprit donc, le regard toujours baissé en direction de la chlamyde attentive.

"Ô Grand et Majestueux Poséidon, Empereur des mers et des océans, Seigneur des Tremblements, Maître du monde marin aussi intraitable que bienveillant... J'implore votre pardon... Je ne chercherai nullement à manipuler qui que ce soit... C'était un simple chant, célébrant le printemps et les jours de paix... J'ignorais les règles de votre demeure..."

Elle s'essuya bravement les yeux, grelottant de nouveau et le regard qui humblement ne s'était pas une seule fois porté sur lui, par respect.

"Mon père, Apollon, m'a envoyée ici pour vous faire part de son retour parmi les mortels après un siècle de silence... Jeune encore, j'ignore les us et coutumes de votre incroyable territoire... J'ai donc demandé à un dauphin de me conduire jusqu'à vous. Il a accepté, m'a menée à travers une porte située au sud de la Grèce, vers le Cap Sounion, et en la franchissant j'ai perdu connaissance. A mon réveil, on m'a simplement jetée en prison sans que je puisse m'expliquer, et me voilà ici..."

Comme il l'avait lui-même mentionné, Poséidon n'était guère connu pour sa patience, aussi avait-elle condensé au mieux l'essentiel des raisons qui l'amenaient à Atlantis. Sentant que le dieu la jugeait sans merci, elle ferma les yeux, s'attendant d'un moment à l'autre à se retrouver à nouveau dans les ténèbres des Enfers. Et à cette idée elle frémit car elle percevait toujours en son sein la marque de Thanatos, froide et dénuée de Lumière... Hadès avait été plus disposé à parler avec elle, mais elle n'avait aucune envie pourtant de retourner le saluer... De plus il serait probablement fort mécontent car elle ne détenait pas la réponse de l'Augure à propos de la proposition d'alliance.

"De grâce... tout sauf la mort... N'aviez-vous pas été alliés un temps ? Pour renverser Zeus et protéger Illion... Apollon n'a pas de raison de vouloir votre perte..."


Ma couleur : #009900
Ma plume de bord : ici
Diei vidi : Thanatos, Phantasos, Hadès, Arès, Poséidon, Athéna, Apollon, Odin
J'ai câliné : Lykeios, Asclépios, Aedan, Childéric, Esmelia, Rowena, Abrarxès, Amadeus
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1827-celestia-eminence-du-heron-de https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1716-celestia-la-princesse-aux-mille-oiseaux
PoséidonPoséidonArmure :
Scale de Poséidon
Message Re: [Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II)   [Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II) EmptyMer 6 Avr - 9:30
La colère de Poséidon était perceptible en cet instant. Il ne s’en cachait pas et la revendiquait même pleinement. Cette intruse avait joué avec ses enfants et ses protégés. Quel que soit le pouvoir utilisé ou la raison invoqué cela ne justifiait aucunement ses actions. La moindre des choses aurait été d’accepter son châtiment tout simplement. Tenant ferment son trident, son cosmos se répandait dans la prison comme pour obliger les quelques résidents à s’agenouiller en sa présence. Une marque de respect qu’il n’attendait pas forcément d’autres personnes, mais un geste de pénitence obligatoire de la part des condamnés. Après avoir exposé les reproches, Poséidon laissa enfin la demoiselle s’exprimer. L’apparition de la Chlamyde ne fit qu’attiser son énervement. D’ailleurs une secousse ébranla les geôles en cet instant. Il lui serait si facile de briser cette maigre protection d’un coup de trident. Cette envie l’étreignait et devint presque obsessionnelle. Mais autre chose attirait son attention. Certes cette personne était une création de Apollon, mais elle portait une autre marque bien différente. Une empreinte pleine de ténèbres, qu’il peinait encore à associer à un être de manière clair. Les mots de la blonde furent écoutés d’une oreille distraite. Ses explications atteignirent légèrement le Dieu des Océans, mais son attention était portée sur autre chose. Un élément qu’il voyait sans vouloir le voir, contenant une haine profonde pour le moment.

Finalement cet élément le frappa en plein visage, comme si il avait reçu un choc. Ses doigts se serrèrent sur son trident, ce dernier répandant des vagues de cosmos agressifs en réponse à la colère de son maître. Colère était un mot encore trop faible pour ce qu’il éprouvait à l’heure actuelle. La haine était ce qui motivait son geste. Ses yeux s’illuminèrent d’un vide profond et impénétrable, comme une tempête puissante balayant les Océans et rendant aveugle les marins. Sa mâchoire se crispa, et il ne prononça qu’un seul mot.

_ « Thanatos. »

Son trident vint frapper les barreaux de la cellule, et ces derniers explosèrent dans tous les sens. Certains disparurent, d’autres se plantèrent dans le mur à la manière de projectile. D’un pas lent, le Dieu des Océans s’approchait de la blonde. Dans un geste rapide et expert, la pointe du trident se trouva à quelques centimètres du visage de son interlocutrice. Prêt à frapper et apporter la mort à cette intruse. Il arma son bras et s’apprêta à l’abaisser. Quelque chose se produit. Une lueur malsaine s’afficha dans les yeux du Dieu, et un sourire sournois s’afficha sur son visage. Mais la pauvre Celestia ne pouvait rien voir écraser face contre terre par le cosmos du maître des Océans. Finalement le trident s’abaissa doucement et ne fit que couper légèrement la joue de la jeune femme. La pression se relâcha d’un coup sur la jeune femme. Poséidon fit quelques pas en arrière et quitta la cellule. Le trident se posa dans le sol, et les barreaux furent reconstitués en quelques secondes. La colère étreignait toujours ses traits, mais le Dieu avait décidé de jouer ce jeu autrement. Ses traits ressemblaient à ceux d’un enfant pris en faute quand il prononça quelques mots.

_ « Hum… Si je te tuais le Légat me ferait un sermon. » Il marqua une pause et continua de se calmer. « Tes paroles sont pleines de bonnes intentions jeune fille. Cette Chlamyde que j’aurais pu détruire a fait le bon choix en n’intervenant pas. Un simple coup de ma part et elle n’aurait plus été que cendres. » Son regard se posa lourdement sur la jeune femme. « Tu portes la marque de la mort. Et en ces lieux c’est synonyme de châtiment exemplaire. Ton cas sera évalué très rapidement. Prends ce sursis pour réfléchir à ce que tu diras à ton maître. » Le ton était cinglant, et de manière plus douce qu’il conclut simplement. « Et dis-toi que les amis d’hier peuvent être les ennemis de demain. Une ancienne alliance ne protège rien ni personne en ce monde. »

Poséidon jouait parfaitement le jeu du caprice. Sa colère avait été enfermée profondément en lui, ainsi que sa haine. Elles attendraient le moment propice pour exploser et tout ravager. Le Dieu se montrait tel qu’on le décrivait inconstant, imprévisible et mû par ses simples instincts. Ce n’était pas toujours le cas, mais cette information méritait bien quelques sacrifices. Renvoyer cette enfant vers Thanatos serait courir le risque de révéler sa présence, qui n’était pas encore parvenu à toutes les oreilles. Ce temps était précieux pour découvrir plusieurs informations.

_ « Ce que tu as à dire ne m’intéresse plus, car au travers de tes mots, ce seront les siens que j’entendrais. D’autres viendront écouter tes complaintes. » Il l’observa lourdement et fit peser légèrement son cosmos sur le corps chétif de la prisonnière. « Ne t’avises plus d’utiliser cette capacité offerte par ton créateur dans cette prison. La prochaine fois il n’y aura ni discussion ni clémence. Tu retourneras auprès de ton maître très rapidement. » Son cosmos s’éteignit à nouveau et c’est dans un sourire qu’il reprit. « Quant aux dauphins, ton créateur t’a peut-être offert le don de discuter avec la nature. Mais ces créatures sont mes messagers, et leur loyauté est meilleure que la tienne. Ils préfèreront mourir que me trahir, et d’ailleurs il faut être un peu niais ou simple d’esprit pour leur faire confiance quand on ne me sert pas. »

Sur ces paroles, Poséidon quitta les lieux n’écoutant plus les paroles de la jeune femme. Il se ferma complètement aux paroles de celle-ci et réfléchissait à la situation. La marque de Thanatos. Etait-ce un piège d’Apollon ou un acte inconsidéré sans connaître tous les tenants et aboutissant de cette situation. Cela mériterait un éclaircissement. En attendant la prisonnière resterait dans sa geôle en attendant la venue d’un autre oracle. Poséidon devait vérifier les intentions d’Apollon en ce monde, et surtout ses éventuelles alliances déjà construites. Ce qui l’énervait au plus haut point, c’est que pour le moment il allait devoir compter sur cette nièce au caractère exécrable. Arès devait déjà avoir rejoint Hadès. Ces deux-là était prédisposé à s’entendre.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CélestiaCélestiaArmure :
Héron de Notos (Sud et Été)

Statistiques
HP:
[Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II) G-bleu1650/1650[Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II) V-bleu  (1650/1650)
CP:
[Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II) G-rouge750/750[Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II) V-rouge  (750/750)
CC:
[Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II) G-jaune1350/1350[Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II) V-jaune  (1350/1350)
Message Re: [Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II)   [Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II) EmptyMer 6 Avr - 11:52
En se rendant au Sanctuaire sous-marin d'Atlantis, décidée à jouer son rôle comme il se devait, l'évêque s'était attendue à beaucoup de choses, mais certainement pas à tout cela. Qu'on lui ferme les frontières après tout, pourquoi pas ? Qu'on l'enferme dans une geôle s'inscrivait dans une suite logique à cela. Qu'on se permette de la juger et de l'insulter tout à la fois... il s'agissait de leur territoire, il y régnaient en maître. Mais que Poséidon vienne en personne pour l'accabler de son incommensurable force, sans même essayer de comprendre... Assurément la divinité surpassait sa réputation en de nombreux points.

Célestia ressortit épuisée de cette confrontation, la peur et l'incompréhension étreignant tous ses membres. Elle resta à terre longtemps, bien plus que simplement pour attendre le départ du dieu de la geôle. Poséidon avait eu l'air de vouloir mettre fin à ses jours, brutalement, mais s'était rétracté à la dernière seconde, et pourquoi ? En lisant entre les lignes, l'effroi saisit la jeune femme. Soupçonnait-il qu'elle soit à la solde du dieu de la Mort ? La marque de Thanatos l'avait-elle, tout à fait involontairement, sauvé une seconde fois ?! Plus encore que le détestable caractère du maître des mer, l'idée même qu'on puisse la prendre pour une servante des ténèbres lui donna envie de vomir. Qu'elle veuille retourner les dauphins contre l'empereur ? Absurde !

"Mon maître est Apollon, fils de Zeus et de Leto ! Et il apportera la Lumière à ce monde !"

Elle se redressa à genou sur le sol froid et dur, puis passa une main sur la coupure faite par le trident. Ce sang qui la rendait semblable aux humains lui rappela Kiev. Arès. Thanatos... Si le but du jumeau des Enfers avait été de semer la discorde, eh bien il avait réussi. Mieux qu'Eris n'aurait pu, sans doute. L'humiliation tonnant dans sa poitrine, la jolie se demanda si elle ne serait pas plus utile au dieu solaire en mourant. En cherchant bien, elle devait pouvoir trouver un moyen de se suicider ici même. En se frappant le crâne sur un mur jusqu'à s'ouvrir la peau et laisser son sang s'écouler par exemple... En tentant de s'échapper pour se faire prendre par les gardes... En utilisant à nouveau ce fameux "pouvoir", son chant de nymphe, pour "manipuler" les êtres à proximité et susciter leur compassion. Le seul problème dans tout cela... Elle ne souhaitait pas mourir, maintenant qu'elle goûtait à la douceur de la vie. A quoi bon prôner les bienfaits de la lumière si elle n'y croyait pas ?

Elle soupira et baissa les yeux, son regard tombant alors sur le diamant qui ornait sa poitrine.

"Adalrik... Je ne puis décevoir sa confiance..."

Et il n'y avait pas que lui. Aedan, Thafnout, Bran, Apollon... Elle les aimait chacun à leur manière, bien qu'elle ne leur ai pas dit explicitement, et ensemble ils formaient une équipe. Une... famille ?

"Printemps et renaissance. Espoir, lumière et confiance. Ce qu'il y a de meilleur en chacun. Ne suis-je pas cela ?"

Elle se tourna vers le Héron de Boréas, une nouvelle résolution dans le regard, et se leva pour s'approcher de la chlamyde à pas lents.


Si tu peux sortir d'ici, retourne là-bas et informe Adalrik de ce qui vient de se passer. Dis-lui que je peux attendre et que ce n'est pas la peine d'envoyer des renforts. Poséidon ne fait pas confiance à Apollon. Peut-être même à personne. Il ne faut pas attendre de renforts de lui en cas de besoin, pas pour l'instant.


Inutile d'attendre le secours d'un oiseau en ces lieux, aucun messager ne pourrait parvenir à elle. Mais peut-être pourrait-elle parvenir à envoyer le sien. Après tout, les chlamydes apparaissaient et disparaissaient dans des dimensions intangibles. Célestia n'avait pas besoin de protection en prison. C'était une chance à tenter.

"Essaie ! Va ! J'attendrai. Je vivrai."

Et sur un sourire, l'armure disparut, tentant de frayer son chemin là où sa propriétaire ne pouvait pas se rendre.


Ma couleur : #009900
Ma plume de bord : ici
Diei vidi : Thanatos, Phantasos, Hadès, Arès, Poséidon, Athéna, Apollon, Odin
J'ai câliné : Lykeios, Asclépios, Aedan, Childéric, Esmelia, Rowena, Abrarxès, Amadeus


Dernière édition par Célestia le Sam 29 Aoû - 0:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1827-celestia-eminence-du-heron-de https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1716-celestia-la-princesse-aux-mille-oiseaux
RymeRymeArmure :
Armure du Lion

Statistiques
HP:
[Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II) G-bleu1800/1800[Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II) V-bleu  (1800/1800)
CP:
[Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II) G-rouge1200/1200[Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II) V-rouge  (1200/1200)
CC:
[Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II) G-jaune1650/1650[Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II) V-jaune  (1650/1650)
Message Re: [Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II)   [Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II) EmptyMer 6 Avr - 12:07
"Une prisonnière...Dans les geôles...Poséidon"

Les chuchotements de certains gardes se révélèrent parfois trop forts au sein d'Atlantis. Des ragots s'échangeaient avec une rapidité impressionnante dès lors que quelques Marinas trop curieux s'approchaient des geôles, et la présence du dieu des Océans n'aidait en rien à atténuer une envie instinctive, un devoir somme toute des plus naturel: Rencontrer cette personne qui s'était introduit aussi facilement chez eux.

Passer le cap de l'entrée, Ariane se laissait guider par les connaissances qu'elle avait de ces lieux proscrits. Ce n'était pas la première fois qu'elle pénétrait ici, ni même la dernière. Les doigts de la jeune Ariane allèrent rencontrer le contact froid et métallique d'une pièce isolée par ses barreaux. Tant de bêtises effectuées lors de ses premières années, mais les farces ne l'avait jamais amené plus loin que le premier niveau. Non, ce cas-ci était bien différent. Original même. Un sourire s'était étendu sur ses lèvres. Qui allait-elle rencontrer en cet instant? La question était légitime pour cet étranger qui venait de lancer l'alerte dans tout Atlantis.

Et dire qu'elle venait de revenir d'Alexandrie où les menaces avaient...Non, la Marina elle-même préférait ne pas s'en souvenir. En chemin, elle avait croisé Poséidon très rapidement. Les sourcils froncés et le cosmos instable, ce dernier avait l'air si énervé qu'elle avait préféré ne pas s'en mêler. Seul un hochement de tête non remarqué lui avait été adressé. Et alors, descendant plusieurs niveaux, l'étrangère n'était plus loin. Sa "cage" était remarquable à quelques pas de là où la générale des Lyumnades se trouvaient. Des coraux particuliers avaient fini par couvrir et parfaire la sécurité qui maintenait la jeune femme en ces lieux. D'un regard plus attentif, et Ariane trouva des cheveux blonds et soyeux ainsi que le cosmos plus lumineux de la prisonnière. Une Oracle qu'on lui avait dit.

Il y avait pourtant là un quelque chose d'étrange: Acculée dans sa cellule, l'Evêque n'avait pas l'air d'être une grande menace, ni même une raison pour laquelle Poséidon se serait montré si énervé. Après tout, ce dernier aimait les jolies femmes et ce n'était pas une nouveauté.

"Essaie ! Va ! J'attendrai. Je vivrai."

Et Ariane avait vu cette scène. Elle avait vu cette sorte d'Armure se dissiper bien rapidement. Que comptait-elle faire avec cette information? Peu de choses, si ce n'est prévenir sa situation auprès de son camp, ou alors leur donner le droit d'avancer sans elle en attendant. Ses mots parlaient d'eux-mêmes. Et l'ex-Tribut comprenait bien ce sentiment.

"Je ne sais pas ce que tu as fait pour autant énerver Seigneur Poséidon, mais il faut bien croire que tu as sûrement franchit quelques limites. Quel dommage."


Le tutoiement. Peu friande des formalités avec les êtres pour qui le respect s'associait avec l'égalité, elle s'était adressée à sa vis-à-vis munie d'une certaine simplicité. En s'approchant de quelques pas, Ariane était devenue visible de l'Oracle. Les morceaux de son Ecaille s'entrechoquèrent légèrement à mesure qu'elle s'avançait lentement vers la cage. Etrangement, la douceur se dégageait de la jeune femme.

"Ce n'est pas la première fois que j'aperçois quelqu'un dans nos geôles, mais je devine que tu dois peut-être avoir faim"
Sortant son fameux bocaux de son sac, elle en ressortit quelques petits fruits verts, des friandises particulièrement appréciées par la jeune Lyumnade que l'on appelait "olives". Sa main passa le barreau, prêts à lui donner un met. "Tiens, ça t'aidera à rester éveillée. Prends-le en gage d'accueil, ça sera probablement le seul à l'heure actuelle."

A croire que les prisonniers disposaient d'un droit que les autres n'avaient pas. Mais la jeune femme avait des questions et mettre à l'aise cette personne en face d'elle était une priorité. La dernière personne à recevoir l'une de ses friandises fut cette pauvre Nüwa, punie par Poséidon, certainement présente au dernier niveau de la geôle.

"Je m'appelle Ariane, Ariane des Lyumnades. Je ne cache pas ma curiosité de te voir en ces lieux. Et puis entre nous, ça me changera des brutes épaisses."

Une olive venait d'être mangée, puis deux par la jeune femme. Ses yeux, rieurs et malicieux avant l'heure, n'avaient pourtant rien de bien terribles face à la prisonnière. Ils observaient ce nouvel être dont l'identité avait été découvert par ces soins, dans cet Ecclesia cachée par les brumes de Glastonbury.

"J'avoue tout de même que ce n'était pas bien malin de venir directement à Atlantis, surtout en ces jours si tristes. Qu'est-ce qui t'amène ici?"
Son sourire s'était élargi. A mesure que le temps passait, elle devinait les intentions de celle qui était la prisonnière aujourd'hui. Et dire que quelques mois auparavant, c'était elle qui demeurait dans sa prison dorée au Sanctuaire. Les yeux légèrement hagards, la question suivante était tout aussi compatissante que synonyme d'un test. "Tu penses qu'il viendront te chercher?"

Des jours tristes pour les uns, joyeux pour les autres. Son soupir était changeant, les réactions de la Lyumnade suivraient certainement ce même mouvement. Les Lyumnades pouvaient tout aussi bien être la douceur incarnée que tortionnaires exacerbés. Elle laissa le soin à Célestia de s'adapter à sa nouvelle situation.



[Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II) Ryme_s10

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu
InvitéInvité
Message Re: [Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II)   [Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II) EmptyMer 6 Avr - 13:35

Les geôles, un endroit où Lytès semblait destiné à se rendre fréquemment. Il ne comptait plus les fois où il s’y était arrêté. Habituellement un endroit calme et froid, le lieu parfait pour réfléchir en dehors de son pilier. Pourtant, l’origine de sa visite était tout autre en ce jour. Après un tour de garde dans Atlantis, il avait entendu des gardes discuter entre eux, avant d’interpeller le Général. Une femme blonde était arrivée au sein même du Sanctuaire sous-marin. Une représentante qui était entrée dans la moindre autorisation. Nul doute qu’elle avait terminé sa course dans les geôles. Enfermer un représentant dans une prison, cela lui semblait bien digne de son Dieu, qui lui semblait de nature colérique. Pourtant, ce qui l’avait frappé à ce moment-là, c’était la description de la jeune femme et l’énergie qu’il avait ressenti lors de cette intrusion.

Pénétrant dans les geôles, il se souvenait à quel point il appréciait ces murs froids. Il marchait d’un pas lent, profitant de ce moment de silence avant les évènements à venir. La jeune femme était d’ores et déjà enfermée, qu’il arrive quelques minutes plus tôt ou plus tard n’y changerait probablement rien. Messagère d’Apollon ou non, elle ne pouvait plus rien tenter en ces lieux.

Alors qu’il approchait, la voix se distinguait, et ses doutes se confirmaient. Puis, caché derrière un mur, il avait vu cette scène, cette armure se dissiper, disparaître avant que la voix des Lyumnades ne s’élève. Tout cela était donc l’idée de Poséidon. Toujours en retrait, il regardait attentivement les réactions de chacune. Ariane, fidèle à elle-même, donnait quelques olives dont elle semblait friande à la prisonnière. Un geste qui faisait légèrement sourire le Kraken. Après quelques minutes, il sortit de sa cachette. « Il est vrai que pénétrer dans Atlantis sans permission n’était peut-être pas la meilleure idée, surtout en ce moment » Dit-il en saluant son camarade d’un geste silencieux, avant de s’adresser à elle directement, d’une voix plus basse. « Un ordre de Poséidon ? ». En un sens, cela montrait qu’il était déjà en désaccord avec le Dieu, sans pour autant l’affirmer.

Il se tourna finalement vers la messagère dont l’aura semblait avoir quelque peu changé depuis leur dernière rencontre. « Bonjour Célestia » dit-il dans un semblant de sourire. Puis, anticipant une question qui n’arriverait peut-être pas il ajouta pour son partenaire : « Ah, on s’est rencontré durant l’une des recherches à Alexandrie il y a quelques temps ». Le kraken avait peut-être un peu changé depuis, mais surtout il portait son armure. « Bien que j’aurais préféré que l’on se retrouve dans d’autres circonstances. Alors, qu'avez-vous donc fait pour l'énerver autant? ».
Revenir en haut Aller en bas
CélestiaCélestiaArmure :
Héron de Notos (Sud et Été)

Statistiques
HP:
[Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II) G-bleu1650/1650[Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II) V-bleu  (1650/1650)
CP:
[Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II) G-rouge750/750[Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II) V-rouge  (750/750)
CC:
[Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II) G-jaune1350/1350[Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II) V-jaune  (1350/1350)
Message Re: [Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II)   [Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II) EmptyMer 6 Avr - 18:25
Le Héron venait de prendre son envol. Anxieuse, Célestia attendit. Une minute, puis deux. La chlamyde ne revint pas. Elle avait dû parvenir à s'échapper par des chemins connus d'elle seule. Le message serait délivré. Son sourire s'agrandit et une forme de soulagement lui permit de se détendre un peu. Attentive à son environnement, elle perçut presque aussitôt après le pas alourdi d'une armure et une femme se glissa près de sa cellule. Une âme généreuse qui attira sa curiosité en quelques mots. Mieux encore, elle lui offrit les précieux fruits grecs qu'elle n'avait pu décrocher des arbres sacrés d'Athènes. Ses yeux pétillèrent de plaisir à cette vue, néanmoins elle n'approcha qu'à pas mesurés. Premièrement parce qu'elle se sentait les jambes flageolantes après l'écrasant poids du cosmos de Poséidon, et en second lieu car, à l'image de l'oiseau qu'elle représentait, elle demeurait un être libre et farouche, même en cage. Elle remercia la générale d'un léger signe de tête accompagné d'un sourire, avant de picorer une, puis deux olives. Son expression montra la satisfaction de pouvoir savourer ce délice, puis elle cueillit doucement les noyaux au creux de sa main. Hors de question de les jeter. Ces fruits de Gaïa iraient embellir le jardin d'Apollon, dans un coin reculé et isolé où il ne s'offenserait pas de les voir.

"J'en cherchais justement il y a quelques heures. Merci !"

Elle s'empara d'une nouvelle olive pendant qu'Ariane lui posait ses questions. Bien évidemment les généraux ne venaient pas là que par compassion. Curiosité. Information. Envie. Toutes ces émotions si humaines et parfois traîtresses. La nymphe s'apprêta à répondre lorsqu'un autre visage, plus familier celui-là, se présenta près d'elles.

"Lytès... ?"

Ainsi donc sa présence à Alexandrie n'était pas que le fruit du hasard. Au regard de sa fonction il y passait sans doute plus de temps qu'il ne l'avait avoué pendant leurs longues conversations. Malgré sa captivité elle s'éclaira d'un nouveau sourire.

"Au moins, la prochaine fois que je voudrais vous écrire, je saurais à qui adresser ma lettre. Je songeais à la confier à un dauphin, mais avec la mésaventure qui m'arrive, je n'oserais sans doute pas. Poséidon semble être quelqu'un de... vraiment possessif."

Sans moquerie, ni une once d'ironie, la belle blonde cherchait un meilleur qualificatif, mais le premier qui lui franchissait ses lèvres semblait être, même en réfléchissant, le bon. Il protégeait SON royaume, SES créatures, SES règles. Oui, possessif.

"Si vous pouviez éviter de lui répéter que cela vient de moi."

Sa bonne humeur sembla se faner légèrement tandis qu'elle glissait les noyaux d'olive dans une poche cousue à l'intérieur de sa tunique, pour ne pas les perdre. Une question qu'elle se posait souvent revenait la hanter. Qu'était-elle pour Apollon ? En oubliant le fait qu'elle avait envoyé sa chlamyde à sa rencontre, le dieu réclamerait-il de la récupérer dans de telles conditions ?

"Je m'appelle Célestia, enchantée Ariane. Et pour te répondre, non, ils ne viendront pas. Je leur ai demandé de ne pas le faire. Je ne suis pas là pour me battre ou déclencher une guerre, et je ne suis pas assez précieuse pour que l'on me revendique ainsi. Je suis venue en ambassadrice, afin que Poséidon connaisse le retour de mon Ordre. Je suis venue m'enquérir de ce que vous, marinas, cherchez à accomplir sous les ordres de Poséidon. Je suis venue échanger sur le monde qui nous entoure et sur les changements que vous et nous envisageons de lui apporter. Je n'ai pas dû frapper à la bonne porte !"

Un petit rire traversa ses lèvres, quand on savait que c'était pour une histoire de porte qu'elle se trouvait là justement, il y avait de quoi.

La princesse aux mille oiseaux les contempla l'un et l'autre un moment. Ils étaient beaux dans leurs écailles dorées, parfaitement harmonisées au monde sous-marin. Leurs regards semblaient dignes, pas forcément en accord avec la situation présente, et désireux de savoir.

"Pourquoi les jours sont-ils tristes ? Je n'ai guère pu voir grand-chose en arrivant, mais la cité d'Atlantis semble se porter bien mieux que ce que les légendes disent. Et la présence de Poséidon, j'imagine, devrait vous encourager en ce sens. Alors pourquoi ?"


Ma couleur : #009900
Ma plume de bord : ici
Diei vidi : Thanatos, Phantasos, Hadès, Arès, Poséidon, Athéna, Apollon, Odin
J'ai câliné : Lykeios, Asclépios, Aedan, Childéric, Esmelia, Rowena, Abrarxès, Amadeus
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1827-celestia-eminence-du-heron-de https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1716-celestia-la-princesse-aux-mille-oiseaux
RymeRymeArmure :
Armure du Lion

Statistiques
HP:
[Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II) G-bleu1800/1800[Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II) V-bleu  (1800/1800)
CP:
[Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II) G-rouge1200/1200[Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II) V-rouge  (1200/1200)
CC:
[Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II) G-jaune1650/1650[Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II) V-jaune  (1650/1650)
Message Re: [Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II)   [Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II) EmptyJeu 7 Avr - 1:50
Célestia semblait heureuse des petites olives qu'Ariane avait apporté avec elle, et d'une façon, la brune la comprenait. Le goût subtile, amer et délicat de ces petits fruits verts n'avait pas d'égal. Et puis Lytès était venu les rejoindre à son tour. A cela, pas d'étonnement, Ariane était amusée de recroiser le gardien du pilier de l'Océan Arctique à ses côtés. Un grand sourire candide accueillit la venir de ce général, peut-être trop grand en cet instant, mais tel était le caractère de cette Marina. Et d'une façon, après cette rencontre avec ce Lion qui l'agaçait déjà, voir ce grand Marina imperméable à certains états d'humeur était un soulagement. A choisir, l'atlante aurait préféré embrasser le Kraken plutôt que de s'infliger une énième petite trahison. D'un mouvement rapide, Ariane s'était posée devant lui.

"Lytès, t'es venu toi aussi? Pour peu j'aurai pu penser que tu me suis ces derniers temps!"


Après tout, ce n'était pas la première fois qu'ils se croisaient dans les geôles. Tout en lui adressant un clin d'œil amusé, son attention s'était de nouveau portée sur l'Oracle. Célestia, c'était ainsi qu'elle s'était présentée, quoique le général du Kraken semblait plus informé sur l'identité de la prisonnière qu'elle ne l'était. Mais la Lyumnade ne pouvait qu'apprécier la présentation simple, partagée et chaleureuse de sa vis-à-vis, sans quoi la gallo romaine en aurait pu être quelque peu froissée.

"De même. C'est avec plaisir que je rencontre un Oracle pour la première fois de mes propres yeux."

Douce mais méfiante, il devait bien y avoir une raison pour que Célestia soit en prison aussi longtemps ,quoiqu'Ariane se fichait un peu dans le fond, de la condition de l'Oracle. La chose demeurait...Que ni le Légat, ni son dieu ne l'avaient tenues informé des détails de leur entrevue. Cela faisait depuis l'incident à Alexandrie que Liao n'avait pas été recroisé, faute de temps. A croire les événements les faisaient bouger. Quant à l'autre être en particulier...Elle n'avait pas osé le couper de ses pensées de nouveau. Pourtant Poséidon avait une parole et un jugement fixé et ce n'était pas la générale des Lyumnades qui les remettraient en question, quand bien même leur dernière conversation avait été...Mouvementée. Source de tension. Pourtant était-elle à même de juger un dieu qui avait su la pardonner pour ses fautes? La générale des Lyumnades en doutait fortement.

"Oh ne vous inquiétez pas, ce ne sera pas répété et je dirais simplement qu'il tient à son royaume. Mais fais attention à ce que tu dis tout de même, j'ai beau partagé ma passion pour les olives avec toi, je ne serai pas aussi gentille si on pousse ce sujet de conversation plus loin. Les temps sont durs et tu aurais pu te retrouver au tout dernier niveau parmi...eux."

Les monstres marins. Une brève façon de rappeler à Célestia que si elle pouvait oublier certaines formalités en la présence d'Ariane, elle n'en demeurait pas moins chez les Marinas et chez Poséidon lui-même. La Lyumnade tenait elle-même énormément à cette Atlantis qu'elle tentait de protéger depuis longtemps, quand bien même la situation dans laquelle elle s'était retrouvée cinq ans plutôt ne s'y était pas prêtée en ce sens. Ce fut néanmoins la voix de Célestia qui cassa ces brefs souvenirs. Il était vrai que mise à part Alexandrie, passer un message chez eux était une situation délicate qu'Ariane comprenait toutefois, sans nulle doute par crainte de revivre une seconde fois la perte de l'ensemble des Marinas. Mais quelle crainte en même temps? La brune n'avait plus personne et ne posséderait désormais plus le même attachement qu'elle portait aux autres. C'était du moins ce en quoi elle croyait avec fermeté.

"Je pense...Que la confier à un endroit sûr en Alexandrie suffira, des Marinas y passent régulièrement et ne lèvent pas le petit doigt pour se cacher dans le port."

Une réponse comme une autre, quoique les autres factions faisaient généralement profil bas en ces lieux. Généralement. Mais comme elle l'avait déjà plus ou moins sous-entendus, les événements d'aujourd'hui se révélaient plus agités. Haussant les épaules, Ariane avait repris la parole de façon à mieux répondre à Célestia.

"Oh ils sont tristes pour certains, joyeux pour d'autres. Mon retour a certainement dû faire un effet ici mais...Mais une personne importante vient de sombrer dans l'inconscience. Voilà tout. Et puis...Si tu es ici, tu n'es pas sans deviner que le monde est en mouvement et que les nuages se font plus gris. D'une façon oui...Heureusement que notre dieu nous a rejoint. Ca me donne le sentiment d'être...Protégée."

Il était vrai qu'Atlantis était plus lumineuse depuis le retour de Poséidon. Un retour qu'elle aurait probablement désiré garder secret, mais qu'importe, le dieu disposait d'un cosmos à l'image de l'élément qu'il contrôlait: il aurait été bien difficile d'en faire l'impasse en ces mêmes lieux dans lesquels il résidait.

"Mais passons. Tu parles des choses en mouvement et si Poséidon n'a pas pris le temps de te les poser, nous t'écoutons. Qu'es-tu venue nous apporter comme compromis ou comme nouvelle, si ce n'est celle qui dit que ton Ordre est de retour?"

Cette information, les Marinas la connaissaient déjà, mais les raisons de sa venue demeuraient un grand mystère. Alors, de ses yeux, Ariane souda soudainement les orbes vertes de Célestia. C'était un regard discret, mais pour celle qui détenait la capacité de s'offrir le luxe de connaître un peu mieux le passé d'autrui sans parole, il y avait là l'envie de détenir quelques informations sans torture et sans douleur. Pas devant Lytès en tout cas, sinon on l'aurait pris pour un monstre et puis...Elle avait une image à garder. Un peu.

Alors, la gardienne du Pilier Antarctique vit ce qu'elle n'aurait pas dû voir. Une entrevue avec ce chef qu'elle devait avoir de son côté, pas très important en soi si ce n'était ces quelques têtes qu'elle apercevait déjà. Des informations plus ou moins intéressantes mais pas forcément amusantes, dans son tempérament Ariane n'aurait su faire un tri pertinent que si on le lui avait demandé. Et puis il y avait cette autre rencontre qui...Sombre, si sombre...Un soupir fatigué s'échappa de ses lèvres.

Ariane avait l'impression que sa tête allait exploser. Se tenant la tête de ses deux mains, l'atlante regretta bien soudainement d'avoir tenté de trouver une essence dans ces souvenirs en toute discrétion. Tout était flou, mais bien présent. Le visage en sueur, l'inconscience la gagnait petit à petit. Elle prit le bras de son collège instinctivement. Difficile de rétablir l'ordre parmi ces visages qu'elle percevait désormais difficilement. Avait-elle abusé de son pouvoir face à Childéric? Non, la cause en aurait trop simpliste, mais quelque chose protégeait cette Oracle plus que de coutume. Une chose trop sombre, une chose trop intense pour ne pas mourir à la fin d'une lecture complète et attentive de la vie de Célestia. Ce que la Lyumnade n'avait pas eut le temps de faire intégralement, car Ariane posait à l'instant trop vaguement le doigt sur ces informations. Cette expérience avait littéralement été éprouvante.

"Elle..."


Etait-ce réellement une Oracle ordinaire ou un mort parmi les vivants? Ariane s'était aussitôt braquée sur elle-même bien qu'elle tentait de reprendre ses esprits. Le souffle légèrement coupé, visiblement de plus en plus agitée par la situation, Ariane reprenait de cette nervosité colérique qui l'avait parfois caractérisé. Distante, une antithèse complète de cette facette plus accueillante qu'elle avait montré face au Héron. L'atlante garderait certainement cela pour elle-même...A moins qu'on l'eut fait prier de montrer ces images incohérentes et trop éparses.



[Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II) Ryme_s10

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu
InvitéInvité
Message Re: [Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II)   [Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II) EmptyJeu 7 Avr - 16:59

Ariane semblait surprise de son arrivée, il était vrai qu’ils se croisaient un peu trop dernièrement, bien que tout cela n’avait rien de prémédité. En silence, il regarda Ariane quelques instants avant de remarquer qu’elle semblait possiblement agacée. « Tu sais bien que les meilleures rencontres se font dans les Geôles Ariane » Dit-il sur le ton de la plaisanterie, préférant se taire concernant ses impressions.

Visiblement la surprise avait fait son petit effet, et ce des deux côtés. Car si Lytès avait reconnu la jeune femme à son énergie malgré le changement qu’il percevait, il n’avait jamais su que celle-ci était l’un des représentants d’Apollon et, inversement, la blonde ne connaissait pas le statut du Général. Chacun c’était tût concernant son affiliation, concernant son rôle et tous deux n’avaient parlé que de banalités. La retrouver dans ces circonstances était déplaisant pour le Marina. Quand bien même il n’avait rien contre elle, en tout cas pour l’instant, il était dans l’incapacité de l’aider. Certes, il était en désaccord avec les méthodes de son Dieu, mais il n’était pas question de s’y opposer. Son rôle était d’obéir et ce, jusqu’à l’explosion.

Il ria d’un air quelque peu dérangé. La bonne porte… Comment dire que le terme était des plus corrects ? De ce qu’il avait compris, l’Oracle devait sa présence dans les geôles à son arrivée sur le territoire sans autorisation au préalable. C’était compréhensible au vu des temps sombres qui guettaient Atlantis. Pourtant, elle n’en restait pas moins une messagère et avant de l’y envoyer, peut-être aurait-il été préférable d’écouter ce qu’elle avait à annoncer. Jusque-là, rien d’extraordinaire. Elle ne faisait que confirmer ce que tous pensaient : le retour d’Apollon. Lytès se contenta d’un signe de la tête, montrant qu’il ne dirait rien à Poséidon et continua d’observer avant de faire une remarque à son tour : « Célestia, nous sommes dans le Sanctuaire sous-marin. Même si vos intentions ne sont pas malveillantes, vous n'auriez pas dû… y entrer de cette manière. Ne faites plus appel aux animaux marins pour venir ici… » Il fit une courte pause « Et puis…vous avez déjà suffisamment de problèmes actuellement, alors essayez de ne pas envenimer les choses d’accord ? ». Il ne parlait pas à mal, ces paroles étaient d’ailleurs plus dans le ton de la bienveillance. Seulement, il fallait dire les choses comme elles étaient et, par ces actions, la jeune femme s’était fourrée dans un sacré pétrin.

Puis quelque chose se passa. Après quelques secondes de silence, Ariane commença à se tenir la tête sous le regard légèrement inquiet du garçon, avant de lui attraper le bras. Instinctivement, Lytès s’était préparé à la réceptionner si cela était nécessaire. Il murmura à son oreille : « Qu’est-ce que tu as vu ? ». L’ambiance avait changé en peu de temps, les Lyumnades semblait s’agiter de plus en plus. « Calme-toi » ajouta-t-il d’une voix toujours basse. Tenant toujours la jeune femme, il redirigea son regard vers Célestia. Son impression ne l’avait toujours pas quitté, et l’attitude de son partenaire ne faisait qu’aller dans son sens. Il y avait quelque chose d’étrange. Un changement que Lytès ne parvenait pas à notifier. « Célestia, quelque chose en particulier s’est-il produit depuis notre rencontre ? ». Il ne voulait pas y aller par quatre chemins et cette question n’engageait à rien. Pourtant il espérait que la jeune femme réponde sans détour. Il était prêt à l’écouter.


Dernière édition par Lytès le Jeu 7 Avr - 17:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
CélestiaCélestiaArmure :
Héron de Notos (Sud et Été)

Statistiques
HP:
[Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II) G-bleu1650/1650[Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II) V-bleu  (1650/1650)
CP:
[Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II) G-rouge750/750[Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II) V-rouge  (750/750)
CC:
[Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II) G-jaune1350/1350[Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II) V-jaune  (1350/1350)
Message Re: [Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II)   [Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II) EmptyJeu 7 Avr - 17:32
La joyeuse nymphe se fit attentive, écoutant le cœur d'Atlantis battre au gré de ses représentants. Qui mieux que le peuple des mers pouvait en prendre le pouls et en perpétrer les pulsations ? Elle entendit la nostalgie de temps plus anciens, qui avaient sans doute offert le bonheur à cette femme, puis la cassure, quelque chose de perdu, et encore, jusqu'à ne plus se raccrocher à la vie que grâce à des valeurs, une cause à défendre.

"Je comprends... Alors ici aussi le cycle s'achèvera bientôt..."

Un soupir et son expression démontra d'elle-même qu'elle cherchait par où commencer, que dire et que cacher, si cacher il y avait lieu.

"Je suis supposée parler directement à votre chef, mais j'imagine que si Poséidon ne veut pas m'entendre, il faudra bien que quelqu'un d'autre s'en charge... Voyons... Le plus important déjà : Arès est... Ariane ? Tout va bien ?"

Son regard passant de l'un à l'autre, la jeune femme remarqua sans peine l'immobilité soudaine de la général des Lyumnades, mais surtout le sang qui se retirait de son visage, la sueur qui perlait sur son front. On l'avait suffisamment dévisagée sa vie durant pour qu'elle comprenne que la brune était en train de la sonder. Et en se retirant elle-même en son âme, elle sentit que l'examen n'était pas que visuel : son cosmos la parcourait, par vagues infimes qu'elle n'aurait jamais détectées si le comportement de son homologue était demeuré inchangé.

Soudain, un éclair de lucidité. Les mots cinglants du maître des eaux.

"Tu portes la marque de la mort. Et en ces lieux c’est synonyme de châtiment exemplaire. Ton cas sera évalué très rapidement. Prends ce sursis pour réfléchir à ce que tu diras à ton maître."

Une expression d'effroi passa sur le visage de l'évêque qui recula précipitamment jusqu'au fond de sa cellule, à sa place initiale, celle qu'elle n'aurait jamais dû quitter.

"Eloignez-vous de moi ! Je ne veux pas vous faire du mal ! Je porte la marque de Thanatos ! Poséidon l'a vue ! Je suis incapable de m'en débarrasser, mais j'en paye tout de même le prix ! Partez ! Je vous en prie ! Lytès... si les heures que nous avons passées ensemble ont quelque peu de valeur à vos yeux, je vous en conjure, demandez à votre dieu s'il existe un moyen de me libérer de cela, autre que la mort... Je ne veux pas servir les ténèbres, je ne veux pas trahir Apollon malgré moi... Je... n'ai aucune idée de ce que je dois faire..."

Comme précédemment, elle se laissa glisser contre le mur, avec cette glaciale impression d'injustice et d'impuissance. Thanatos l'avait piégée. Ce n'était plus un doute, mais une certitude cette fois.


Ma couleur : #009900
Ma plume de bord : ici
Diei vidi : Thanatos, Phantasos, Hadès, Arès, Poséidon, Athéna, Apollon, Odin
J'ai câliné : Lykeios, Asclépios, Aedan, Childéric, Esmelia, Rowena, Abrarxès, Amadeus
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1827-celestia-eminence-du-heron-de https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1716-celestia-la-princesse-aux-mille-oiseaux
RymeRymeArmure :
Armure du Lion

Statistiques
HP:
[Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II) G-bleu1800/1800[Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II) V-bleu  (1800/1800)
CP:
[Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II) G-rouge1200/1200[Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II) V-rouge  (1200/1200)
CC:
[Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II) G-jaune1650/1650[Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II) V-jaune  (1650/1650)
Message Re: [Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II)   [Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II) EmptyVen 8 Avr - 0:45
Sa respiration s'emballait, sa vue se troublait sous ces souvenirs obscures qui la hantaient déjà. Nulle doute, Célestia avait expérimenté la mort, voire mieux, l'Oracle avait vu cette étape de la vie sous sa forme...divine. Thanatos l'avait ressuscité et celle-ci n'avait plus totalement cette luminosité vivante dont elle se parait avec innocence. S'en eut été plutôt le contraire car la création d'Apollon portait désormais un bijou façonné par le dieu de la Mort, et bien qu'elle prônait le contraire, Ariane pressentait que cette résurrection avait été volontaire et consentie. L'atlante toussa légèrement afin de se remettre d'aplomb. En un sens, la pitié envers cette prisonnière avait retenti comme un écho déchiré dans son cœur. Pourtant, c'était avec une certaine honte que la gardienne du Pilier Antarctique considérait ce petit échec. Lire les souvenirs de Célestia était en quelque sorte humiliant et source de souffrance. Possible mais douloureux.

Ses yeux tentaient de se réadapter à cette réalité dans laquelle Ariane avait l'impression d'avoir des jambes de coton, mais il ne fallut pas plus de plusieurs minutes pour reprendre les forces nécessaires en vue d'affronter ce face à face. Désormais, l'atlante savait et remerciait intérieurement Lytès de l'avoir aidé à lutter contre ses réactions; quelques bêtises auraient pu être commises sans cette attention. Appuyé contre lui, elle reprit pourtant pied en adressant quelques remerciements.

"Je...Merci Lytès..."

Aussitôt les mots prononcés, son regard s'était fait plus dur et sa détermination plus aiguisée face à cette énigme tout aussi vivante que dangereuse. Cette rencontre aurait pu se terminer en douceur, quand Célestia révéla l'existence de cette marque dont elle faisait l'objet...En leur donnant un semblant d'ordres dissimulé sous une pointe de compassion. Et en jouant sur les émotions du Kraken. Et ça, pour les utiliser et parvenir toujours à ses besoins avec ce précieux outil qu'était l'émotionnel, Ariane ne pouvait le tolérer. Que ces dires se fassent par détresse ou non, la douceur envoutante de la Lyumnade venait de s'envoler bien loin malgré ce visage encore expressif montré aux yeux de tous.

Si Ariane détestait bien une seule chose, c'était probablement recevoir ce type de leçons. De se sentir subitement bien ignorante, bien faible quoique détentrice d'une parcelle de vérité. Et de cela, la brune se contentait de contempler, d'un regard plus sombre et plus savant, cette jeune prisonnière qui leur donnait des ordres. Fatiguée, la générale l'était, mais probablement pas suffisamment pour arrêter cette entrevue qu'elle savait désormais importante. La gardienne du Pilier de l'Océan Antarctique était devenue aussi méfiante qu'elle ne l'avait été face au Lion. Peut-être même plus remontée qu'à l'habituel, aussi énervée par cette agression soudaine et imprévue que par les exclamations de cette femme qui leur cachait à son goût trop de choses. Sa main embrasée d'une flamme d'un bleu éphémère tapa lourdement contre le mur, claquant subitement avec caprice. Non, vraiment, qui était-elle pour plaider la considération, pour jouer sur leur ressenti? Les dents serrées, Ariane retenait sa colère mais parvenait encore à comprendre ce que Célestia prononçait.

"Arrête de paniquer, nymphe. Tes paroles sont belles mais on ne détruit pas un sceau ou une marque à moins d'en briser leurs fondations.
L'urne de Poséidon et son sceau en était un très bel exemple, et la Lyumnade supposait que cette marque résidait en ce corps qu'elle avait tenté de lire... "Mais dis moi, quelle est cette essence dans ton cas alors? Nous le savons tous les deux désormais et tu partages un secret obscure avec moi.Entre nous, Poséidon t'aurait surement déjà libéré si cela avait été possible, avec moins de doutes sur ton allégeance...Surement. Mais toi...T'es là aujourd'hui. Je ne saurais pas en découdre la pleine logique de ton retour, mais oui, tu es là grâce à Thanatos en terre atlante, ce qui ne me laisse pas le choix que de continuer cette intervention avec d'autant plus d'attention."

Après tout, si la Lyumnade venait rendre visite aux prisonniers, c'était bien pour extirper quelques souvenirs que ces personnes pourraient lui offrir. D'après ce qu'elle avait vu. des gouttes de sang coulaient de son nez: Ariane était en mauvais état, mais également d'une humeur relativement massacrante. Habituellement, les manières de la Marina se faisaient plus théâtrales dans sa gaieté, mais cette fois-ci, la brune n'avait pas le choix. Sa voix se révélait soudainement calme quoique volontairement emprunte d'une mise en garde très claire. Passant une main sur son front afin de récolter quelques gouttes du liquide écarlate, ses yeux couleur océan regardaient l'hémoglobine couler le long de ses doigts.

"Je te préviens, je suis relativement peu patiente et autant te dire que je ferai en sorte que ce sang ne coule pas pour rien. L'erreur a peut-être été mienne, mais je préfère que tu répondes à nos questions calmement et simplement, sinon ma lecture ne sera cette fois-ci pas indolore puisque tu es consciente de ce qui se passe et moi armée pour résister un peu mieux à la marque sur ton corps."


Ce n'était pas totalement vrai. Le maléfice lui ferait toujours du mal si elle en venait à lire de nouveau, mais ce serait une douleur partagée et une source d'informations à double tranchant, car faire face à la mort était une chose trop nouvelle, trop inconnue. Jusqu'où Ariane pourrait-elle aller? D'un sourire étrange mais retrouvée, la brune semblait soudainement plus enjouée à l'idée de devoir jouer une nouvelle scène en son sens premier. Il y avait là un éclat d'une intelligence très particulière.

"Continues s'il te plait. Tu es émissaire, tu as été envoyée sous la volonté de ton dieu Apollon que tu ne veux point trahir après tout...et nous t'écoutons pour cela. Peut-être même que je pourrais plaider à ce que tu sortes plus rapidement de cette geôle avec un peu de chance. Alors...Que nous aurais-tu dit?

Un regard est adressé en biais à Lytès. La brune lui intime que Célestia détient plus d'informations qu'elle ne devrait. Des informations inquiétantes et concernant Atlantis.




[Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II) Ryme_s10

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu
InvitéInvité
Message Re: [Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II)   [Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II) EmptyVen 8 Avr - 18:54

La raison de la sensation de changement que ressentait Lytès venait de se préciser. La marque de Thanatos… Certains points commençaient à s’éclaircir tandis que d’autres s’assombrissaient. En effet, il pouvait comprendre désormais la réaction du Dieu, même s’il l’a trouvait toujours un peu déplacé. La prudence était prioritaire pour le moment. Silencieusement, il regardait sa partenaire. Suite à cette révélation, il était certain que la jeune femme risquait de s’emballer. Ce qu’elle avait vu avait l’air de l’avoir fragilisée, mais il ne fallait pas qu’elle entre dans ce jeu-là. Garder son calme était essentiel pour la suite. Pourtant, ses craintes la concernant étaient justifiées. En effet, la brunette venait de taper violemment le mur. Face au bruit, Lytès tourna de nouveau la tête vers elle.

Les mots d’Ariane n’étaient pourtant pas dénués de sens, bien au contraire. Maintenant, Célestia allait devoir parler et ce, peu importe combien le Kraken pouvait apprécier l’Oracle. Quoi qu’il arrive, les mots devaient sortir, ils devaient savoir. Réceptionnant le regard, il hocha la tête. Il avait compris, la jeune femme avait d’autres informations en sa possession et il fallait les connaitre, pour le bien d’Atlantis. Pourtant, il ne pouvait être en accord avec le ton employé.

« Ariane » Dit-il d’un ton sec. « Ça suffit maintenant ! ». Son cosmos venait d’éclater dans la salle avant de disparaître tout aussi brutalement. Si la jeune femme refusait, Lytès n’aurait d’autre choix que d’utiliser la force pour la calmer. Il y avait d’autres moyens, il en était certain. Posant la main sur son épaule, il murmura quelque chose à son oreille, une chose que seule la jeune femme pourrait entendre «Cesse de t’énerver. La situation est déjà suffisamment compliquée à gérer ». Il jeta un œil rapide sur la prisonnière avant de reprendre : «Il y a d’autres moyens pour obtenir ces informations. On utilisera ta solution, mais seulement en dernier recours d’accord ? ». Au fond, il espérait qu'en lui parlant, l'Oracle accepterait de dévoiler ses connaissances. Le Général ne voulait pas utiliser la force, pas contre la jeune femme.

Son regard se tourna alors sur Célestia. « Excusez-là, elle est un peu à cran en ce moment. Elle a cependant raison. Maintenant, il va falloir que vous nous racontiez tout ce que vous savez. C’est le seul moyen qui pourrait vous faire sortir d’ici, et vous savez que vous pouvez compter sur moi pour plaider votre cause si cela s’avère nécessaire ». Il fit une pause, soupirant. Ce n'était pas comme s'il avait réellement son mot à dire, mais il pourrait toujours en toucher un mot. Lentement, il s’éloigna des Lyumnades et s’approcha de la cage avant de s’accroupir : « Célestia, il n’est pas question de remettre en question le temps passé ensemble. Seulement, nous devons savoir alors, dis-nous ce que tu sais... S'il te plait». Il l’avait enfin tutoyé. C’était un moyen pour lui faire comprendre que leur relation n’avait pas changé et il espérait que le message soit passé.
Revenir en haut Aller en bas
CélestiaCélestiaArmure :
Héron de Notos (Sud et Été)

Statistiques
HP:
[Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II) G-bleu1650/1650[Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II) V-bleu  (1650/1650)
CP:
[Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II) G-rouge750/750[Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II) V-rouge  (750/750)
CC:
[Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II) G-jaune1350/1350[Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II) V-jaune  (1350/1350)
Message Re: [Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II)   [Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II) EmptyVen 8 Avr - 23:36
"Je n'avais rien à cacher..."

La peine cingla sur les chairs de la délicate nymphe, à entendre toute cette vindicte, ces suspicions, ce mépris pour ce qui était pourtant la vérité et l'émotion venue du fond d'un cœur à un autre. La jeune femme ferma les yeux, et se referma tout court. Ariane était choquée parce qu'elle avait vu, c'était compréhensible. Pouvait-elle comprendre qu'il était autrement plus douloureux de le vivre ?

Une grande lassitude s'abattit sur ses épaules, comme le poids du jour qui déclinait au-dehors. Ils voulaient savoir, ils avaient besoin de savoir...

"Je suis venue ici en paix, afin d'établir un contact entre Poséidon et Apollon. Je n'ai agressé personne, j'ai juste eu le malheur de ne pas entrer au bon endroit. Pour cela, on m'a jetée en prison. Pour cela, le maître des océans fut à deux doigts de me briser. Pour cela j'ai froid, faim, soif, peur, sommeil... Pour cela, après avoir voulu me mettre à l'aise vous me menacez et me hurlez dessus ! Et maintenant... maintenant... "s'il te plaît" ? Je suis un être hu... ! Ah non c'est vrai... Je ne suis même pas humaine... J'étais prête à vous parler de franche voix et en retour je n'ai eu que de la douleur ! Pire encore, vous violez l'intimité de mon âme pour venir y pêcher vous-mêmes vos réponses. Je suis nue, j'ai même empêché ma chlamyde de me protéger pour vous prouver ma bonne fois. Je ne suis pas une émissaire non... Je suis une prisonnière, une otage. Pourquoi devrais-je vous faire confiance si vous ne me faites pas confiance ? Ai-je lu en vos pensées et votre cœur moi ? Vas-y Ariane, tu n'attends que cela. Déchire-moi morceau par morceau pour extirper la plus secrète de mes pensées... Si c'est vraiment votre façon, à vous marinas, de vous faire des allier, je préfère autant mourir. Ainsi la malédiction de Thanatos cessera et je ne porterai plus ombrage à mon dieu. Du moins je l'espère..."

Les nerfs à vif, qu'avait-elle à perdre maintenant ? Qu'ils la dévêtent vraiment et la battent ? Leur réponse n'en serait que plus claire pour Apollon, et les informations plus précieuses à leur cacher. Elle leur serait bien plus utile vivante et coopérante que morte ou murée dans le silence. Une larme roula sur sa joue, unique, qu'elle essuya du bout des doigts, avant de sentir le sommeil la gagner. Elle avait passé des heures dans cet endroit inhospitalier, interdite. Même chanter n'était plus permis. Alors quoi ?


Ô mon père, prête-moi tes rayons
Ô mon dieu, illumine-les
Ô mon guide, auras-tu dans tes sillons
Le sang de la Gardienne qui devait
Te chuchoter à l'oreille
Conter pour toi le monde et ses merveilles.
Ô ma Lumière, enseigne-leur
Ce qu'était le monde avant qu'ils commettent leur première erreur.

Ô Apollon bien-aimé, protège mon sommeil...
Pitié... Amen...


Et tout à coup sans prévenir, la belle jeune femme dodelina de la tête et toute tension dans ses muscles disparut : elle venait de s'évanouir sous leurs yeux. Il n'était pas difficile d'estimer sa constitution fragile. Son corps n'était pas taillé pour l'effort ou l'endurance. Il était grâce, beauté, fluidité. Et en ce moment, fiévreux de n'avoir au moins se sécher et de succomber au froid. Dans ses songes elle espérait que Lytès ne lui en voudrait pas de ce revirement. Sa courtoisie et sa compassion, exemplaires, l'avaient émue. Hélas ! il existait des règles à ce jeu de la politique. Tout recevoir et ne rien donner n'en faisait point partie. L'Homme avait sa fierté et ses principes, et bien que n'étant pas humaine, Célestia tenait son modèle, son façonnage, de cette espèce à la fois si capricieuse et indifférente, si puissance et impotente.


Ma couleur : #009900
Ma plume de bord : ici
Diei vidi : Thanatos, Phantasos, Hadès, Arès, Poséidon, Athéna, Apollon, Odin
J'ai câliné : Lykeios, Asclépios, Aedan, Childéric, Esmelia, Rowena, Abrarxès, Amadeus
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1827-celestia-eminence-du-heron-de https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1716-celestia-la-princesse-aux-mille-oiseaux
RymeRymeArmure :
Armure du Lion

Statistiques
HP:
[Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II) G-bleu1800/1800[Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II) V-bleu  (1800/1800)
CP:
[Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II) G-rouge1200/1200[Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II) V-rouge  (1200/1200)
CC:
[Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II) G-jaune1650/1650[Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II) V-jaune  (1650/1650)
Message Re: [Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II)   [Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II) EmptySam 9 Avr - 1:52

A ces paroles remplies de méfiance et de colère, Lytès l'avait sermonné bien rapidement, à cette manière si adulte qui lui conférait presque le statut d'un enfant. C'était une chose bien particulière, une impression que l'atlante n'avait pas apprécié dans ses bons et mauvais sentiments. Blessée, Ariane continuait de l'être. Elle pensait réellement que cette femme derrière les barreaux manipulait son collègue par cet appel émotionnel. Ce n'était pas pour autant vrai, mais ce refus et cette attention à l'égard de la blonde l'avaient meurtrie, puis énervée. Et non seulement le Kraken avait fait preuve de plus de douceur envers la prisonnière, mais ce dernier avait vu ses efforts être balayés d'un geste de la main par les actes de l'Evêque, ceux qui furent prononcés par la suite, puis évanouie en un instant plus fugace.

Et Ariane était prête à répondre lorsque Célestia termina par exprimer sa savante comédie. Ses paroles avaient certainement une part de vérité; en cela qu'Ariane ne reniait pas ses mauvaises habitudes. A violer les pensées des personnes avant de les approcher, elle avait été cette fois-ci induite en erreur sur cette part plus humaine. Néanmoins, l'expression de son visage n'avait pas changé: il était toujours innocemment dur. Dur envers elle-même, dur envers ces autres personnes qui se plaignaient sur leur sort. Quand elle eut terminé son long laïus, le Héron s'évanouit sur le sol de sa geôle, dépourvue de ses forces d'antan. Pas d'excuses ni rien, ils étaient les grands méchants après tout. Après quelques secondes de silence pour lesquelles Ariane ne mettait que brièvement de l'ordre dans ses pensées, la générale avait alors pris de nouveau la parole.

"Ô, divin Thanatos... Je vous remercie une nouvelle fois pour ce corps que vous avez eu la faveur de m'accorder...Elle a pactisé avec la Mort. Eh bah merde, ça fait de beaux discours, ça n'assume rien, ça bafoue plus de trois lois malgré son rôle d'émissaire, ça joue à Dieu sur un territoire étranger et ça demande de la confiance et du respect. Le jour où elle considérera ses propres fautes et ses propres paroles, on en avisera de nouveau. Des excuses et des erreurs..."

Se poser en tant que victime était une chose, commettre l'erreur en était une autre. Ariane connaissait bien le sentiment que venait de vivre Célestia. Elle le connaissait, car pendant cinq ans ces douloureuses violations l'avaient touché de plein fouet. Pendant cinq ans, elle avait appris à se renier elle-même pour oublier la vérité des émotions et l'observer d'un regard nouveau. D'un regard étranger et presque fou. Ce que la blonde lui avait dit...Ne lui avait fait aucun effet. Cette journée demeurait presque banal pour l'ancien Tribut et somme toute légitime pour la personne qui venait d'enfreindre les règles du Sanctuaire Sous-Marin de plein gré. Elle, l'Oracle qui venait de pactiser de pleine volonté avec le dieu de la Mort dont elle reniait aujourd'hui ses volontés. Elle, qui venait de manipuler les messagers de Poséidon en usurpant un rôle divin si bien gardée. Innocence ou pas, un crime en restait un et il eut fallu un autre discours pour plaider en sa faveur. Pour cet émissaire envoyé chez eux, les fautes en eurent été d'une certaine ampleur. Elles montraient davantage son ignorance et son incapacité plutôt que son innocence. Les sourcils froncés, la gardienne de l'Océan Antarctique observait la jeune femme d'un regard méprisant pour cette fois-ci. Cette hypocrisie sans fin lui donnait envie de vomir.

"Je ne lis pas les pensées. Je vois seulement les souvenirs d'une jeune femme arrivée ce matin à peine et qui a déjà faim, froid et...Puis bon. Une alliance pourquoi déjà? Des intérêts trop personnels."


Pourquoi les guerriers ne faisaient-ils généralement pas cette distinction? La raison était simple: Pour eux, le passé équivalait bien à leur présent. Sauf que cette affirmation-ci était vraisemblablement fausse, erronée dans chacune de ses pièces montées de toute part. Le fait était que lire le présent l'aurait surement moins isolée de la véritable considération qu'elle aurait pu porter aux autres. Ariane ne prit même pas la peine de réfléchir aux mots adressés par la jeune femme, ceux qui décrivaient ses états d'âme: Faim, froid, soif...Elle exagérait tout de même pour une femme qui venait d'atterrir ici dans les geôles isolées depuis une matinée. Peut-être s'attendait-elle à un meilleur accueil? Et effectivement, elle aurait pu recevoir mieux que cela, si elle-même s'était remise en cause un minimum, si elle avait porté plus d'attention à ses propos face aux Marinas tout en jugeant ceux peu mâchés d'Ariane.
Soupirant, sachant pertinemment que ses émotions l'avaient induites en erreur mais non pas moins prêtes à avoir le dernier mot sans remord, Ariane faisait face aux barreaux faits de ces coraux si durs.

"Bon Lytès, cela ne me donne pas d'autres choix que de piocher dans ce que l'on m'offre. Tu m'en verras désolée même si c'est de ma faute, en grande partie."

Etre inconsciente ne signifiait pas être à l'abri de son passé. C'était deux choses bien distinctes que de s'évanouir et de ne plus être là. La générale ne doutait pas des volontés de la jeune femme, mais un devoir en était un et si Célestia s'était volontairement substituée de sa conscience, Ariane ne se ferait pas prier pour utiliser ses compétences sur l'inconsciente. Levant la tête et fermant les yeux, les Lyumnades semblaient humer l'air et en apprécier ses fragrances. Les paroles de Lytès, bien qu'elle les avait prises avec colère, auraient pourtant pu être considérées à son égard et portées à l'encontre du général, si Célestia n'avait pas joué une énième fois cette pitié qui n'aurait pas dû être là. La main tendue vers les barreaux de la geôle, Ariane s'était concentrée pour sonder une dernière fois les intentions qui l'avaient mené ici avec plus de froideur et de clarté. Comme tous, cet être fait de Lumières disait vrai mais ne retenait ni ses fautes, ni même ses propres volontés transformées en regrets quand cela l'arrangeait bien. Leur réunion et l'entretien avec Thanatos s'étaient révélés dans toute leur splendeur ainsi que ces fameux...Masques de la Mort Rouge dont Arellys avait tant parlé.

"Les Masques..."


De nouveau, Ariane regarda ce frère d'arme qu'elle eut appris à apprécier depuis peu. Ce sentiment était timide car de nature méfiante, la générale l'était contre beaucoup de personnes en raison de son passé. Le regard que lui avait adressé Lytès était du même acabit de ce dont la brune avait été habituée autrefois.

"Vas-y, je t'en prie. Range-toi du côté de cette Oracle, celle qui se pose en unique victime sans déclarer ses fautes par un orgueil tout aussi inconscient qu'elle ne l'est actuellement de nature, et dis-moi que je suis un monstre. Je ne t'en voudrais pas, ça ne serait pas la première ni même la dernière fois qu'on juge mes actes pour ce qu'ils paraissent être..."


Si je te montrais de quoi je suis capable, serais-tu dégoutée?
Certainement. Haussant les épaules, Ariane s'était détournée de la cage, pas plus concernée par ce qu'elle venait de voir, plus souffrante qu'autre chose. C'était le prix à payer pour avoir lu ce corps produit par les Enfers...Pas intégralement non, mais en partie oui. Si Célestia ressentait cela mentalement avec ses possibles peines et regrets, Ariane savait pertinemment que ce dernier effort lui couterait ses forces à venir. Pâle, les Lyumnade ne fléchiraient pas dans ce rôle ingrat mais presque humain. Elles étaient ainsi: n'affrontant guère frontalement et avec vaillance les difficultés, elles trichaient en mentant froidement. Son entrainement avait été mené de façon à ne pas tenir en compte de manière personnelle les frustrations des hôtes de ces mémoires. Le dos tourné au Kraken, la brune s'était pourtant arrêtée quelques secondes...Des secondes qui lui parurent une éternité.




[Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II) Ryme_s10

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu
InvitéInvité
Message Re: [Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II)   [Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II) EmptySam 9 Avr - 12:48

Lytès approchait peu à peu de sa limite en termes de patience. Il savait pourtant bien que l’attitude de la jeune femme était compréhensible, qu’elle était à cran dernièrement. Le problème, c’était que lui aussi était particulièrement sur les nerfs en ce moment, et que cela prenait de plus en plus le pas sur sa nature calme. Il arrivait parfois qu’il ne se reconnaisse plus lui-même. Depuis la réunion et l’arrivée de Poséidon, il avait commencé à changer. Il y avait eu la discussion avec le Légat également, qui s’était pour ainsi dire, mal terminée, et maintenant, il y avait ce problème-là. Le jeune homme arrivait purement et simplement à saturation. Plus il y pensait, plus il doutait et, plus il doutait, plus il avait le sentiment de s’éloigner de son rôle. Il n’était plus aussi certain de ces choix, la déception était bien trop présente. Peu à peu, il avait l’impression de se fermer aux Marinas. D’un geste vif de la tête, il chassa ces pensées. Chaque chose en son temps. Pour le moment, il devait s’occuper de ce qu’il se passait dans les geôles et, quand bien même il perdait patience, il allait devoir arrondir les angles.

La réponse de Célestia… Il avait pourtant espéré que cela suffise à la faire parler, qu’elle comprenne qu’il ne voulait en aucun cas avoir à utiliser la manière forte. Pourtant, il avait lamentablement échoué. Un gout amer dans la bouche, il soupira avant de se relever lentement. Ariane semblait en colère, et elle n’avait pas foncièrement tort. Les excuses n’étaient pas la clef de tout, il fallait agir. Agir au lieu de parler. Cette alliance semblait en effet dépourvue de toute logique. Mais Lytès n’appréciait pas la tournure que prenaient les événements. Ariane semblait mentalement fragile et s’emportait à la moindre occasion, laissant libre accès à la violence. Il demeura cependant silencieux face aux paroles de la jeune femme. Il ne trouvait rien à dire dans l’immédiat. La condition était d’utiliser sa méthode en dernier recours, si le dialogue ne fonctionnait pas et il avait échoué, pitoyablement. Ainsi, quand bien même il voulait l’arrêter, il ne le pourrait pas.

Ariane s’approcha des barreaux. Le jeune homme se contenta de rester dans le coin, ne faisant qu’un faible signe de la tête. Il était déçu, peut-être même écœuré d’en arriver là, mais c’était le marché. Au fond, il se demandait s’il avait bien fait de s’impliquer dans cette histoire. Lytès était une personne fière, les échecs… Il ne les supportait pas. Cette méthode, il ne l’approuvait pas non plus. Etait-ce donc la réalité des Marinas ? Il en venait à se dégouter lui-même.

« Les Masques… ». Ces mots firent réagir Lytès malgré lui. N’était-ce pas là le groupe qu’Arellys avait rencontré durant sa mission ? Que venaient-ils faire dans tout ça ? Ces informations l’intéressaient davantage compte tenu du fait qu’il était fort probable qu’ils les rencontrent à nouveau lorsqu’ils iraient à Avalon. Alors qu’il s’apprêtait à lui demander ce qu’elle avait vu, le brun se prit un élan de violence dans le visage. Intérieurement, il essayer de se calmer lui-même. Ce n’était pas le moment de s’énerver, pas ici.

Toujours assis contre la paroi, il soupira tandis que les Lyumnades lui tournaient le dos. Un énième soupir. « Tu sais pertinemment que je n’ai rien dis de tel Ariane, calme toi » dit-il avant de créer un long silence. Encore une fois, il s’écrasait devant les autres. Tout ça pour ça… Cela n’avait aucun sens. Toutes ces pensées qu’il croyait envolées venaient de réapparaître, à se demander ce qu’il faisait là, quel était le but de sa venue ici. « Dis Ariane, tu penses que… l’utilisation de la violence caractérise les Marinas… ? ». Il n’y avait là aucun reproche, seulement des doutes. Le brun s’était d’ailleurs inconsciemment exclu de l’appellation. Il n’avait pas dit « nous » mais bien « les Marinas ». Nouveau silence.

« Debout » dit-il d’un ton fatigué. Toujours le regard au sol, il s’apprêtait à parler à l’Oracle sans prendre le soin de la regarder. « Célestia, c’est ta dernière chance… Honnêtement, je préférerais apprendre ce qui doit l’être par toi et non par des manières détournées en demandant ces informations à Ariane… J’ai essayé de discuter avec toi, mais tu n’as rien voulu entendre, je pensais pourtant que tu comprendrais, c’était visiblement une erreur ». Il fit une pause. Lytès était déçu et se dégoutait d’adopter cette attitude. L’homme qui était droit, qui regardait les autres d’une manière franche, commençait à sombrer « Si tu persistes … il deviendra difficile de plaider ta cause devant les autres, sois en consciente ».
Revenir en haut Aller en bas
CélestiaCélestiaArmure :
Héron de Notos (Sud et Été)

Statistiques
HP:
[Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II) G-bleu1650/1650[Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II) V-bleu  (1650/1650)
CP:
[Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II) G-rouge750/750[Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II) V-rouge  (750/750)
CC:
[Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II) G-jaune1350/1350[Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II) V-jaune  (1350/1350)
Message Re: [Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II)   [Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II) EmptySam 9 Avr - 14:23

Apprendre.

Souffrir.

Vivre.

Jusque-là, l'oiseau était demeuré sur sa branche, à observer, à écouter. Il jouait simplement son rôle d'yeux et d'oreille d'Apollon. Kiev avait tout changé. Atlantis avait tout changé. Adalrik et Apollon demandaient d'accomplir ce dont les précédents Gardiens étaient exemptés. Nouer des alliances, mener des missions. Et la frêle et douce enfant avançait sur un chemin si tortueux qu'elle tombait. Plusieurs fois.

Quelle fut la première erreur ? Le combat contre Silas et Ludmila ? Elle se défendait. La venue en Atlantis ? Elle obéissait. Vouloir se mêler aux Hommes et nouer des liens ? Ah, peut-être bien. Pourtant, tout ce qu'elle voyait depuis que son cœur battait, la vie qu'elle contemplait, ne devenait belle que lorsqu'on la vivait de plein pieds, avec des émotions, des erreurs et des réussites.

Une douleur parcourut toute son âme à mesure que la générale fouillait son esprit à la recherche de réponses. Oui, elle avait osé dire merci à Thanatos. Ne lui avait-on pas appris à respecter les dieux, en tous temps et en tous lieux ? Si son innocence lui permettait jadis de croire qu'il s'agissait d'un bienfait, uniquement destiné à ce qu'elle porte un message, elle savait maintenant qu'il n'en était rien. Thanatos avait empoisonné son existence à jamais, et pourrait recommencer à loisir si elle tombait encore. A jamais. Et elle avait dit merci.

***

Repliée dans les tréfonds de sa conscience, épuisée tant physiquement que psychiquement, la Princesse aux mille oiseaux faisait bien pâle figure. Sur les murs de sa psyché défilaient, tantôt en langue commune et tantôt dans son langage propre, les faits marquants de cette unique année de vie mortelle.

Souffrance.

Le mot revenait de plus en plus souvent ses derniers temps. L'humanité subissait la souffrance. Tout le temps. A chaque joie son épreuve.

"Vous devriez être prudente. Les ports sont des endroits dangereux. Vous devriez retourner auprès des vôtres."

Une mise en garde de Liao.

"Merci infiniment pour ces deux belles journées, j'espère avoir de vos nouvelles et que nos routes se croiseront de nouveau chère Célestia."

La séparation et l'incertitude, et pourtant Lytès ne croyait pas si bien dire.

"Vous pouvez conserver cette pierre, je vous l'offre. Sachez Belle Célestia que je n'oublierai pas vos actions d'aujourd'hui."

La gentillesse d'Adalrik.

"Quelque chose ne va pas en Avalon. Une ombre y grandit, je tressaille. Le Monde est sur le point de basculer, la Roue se met en branle. Comme nous l'avions suspecté…"

Inquiétude et prudence. La Réponse.

"Je vais vous guider Dame Célestia."

La confiance du Merle.

"La nature de l'Homme est corrompue depuis le départ, les hommes ont été modelés par rapport aux dieux, dieux qui ne sont pas parfaits. Comprends cela et peut-être que tu pourras avancer dans la vie !"

"Mais parler ne sert ici à rien, n'est-ce pas ? Soit. Dansons alors. Peut-être qu'à force de le marteler, ton esprit finira par revenir sur le droit chemin."

"Les victimes de la Guerre sont celles qui connaissent le mieux l'influence de son Altesse Arès... Alors je t'assure, tu es entièrement sous sa coupe, Hinhin – Car je ne te manquerai pas."


Corruption. Violence. Arrogance.

Et il y avait eu ce coup de hache, tout le sang, la douleur, le néant.

"Mon sceau est désormais sur ton front et tout Spectre te reconnaitra comme une des héritières de Nyx."

Humiliation.

"Vous ne devriez pas pleurer gente demoiselle. Une fleur doit resplendir dans les pires ténèbres."

Réconfort.

"Merci, vous avez fait beaucoup pour moi sans le savoir... Faites attention à vous ! N'oubliez pas que le monde n'est pas aussi bon que vous le pensez, mais peut-être pas aussi sombre que je l'avais imaginé..."

Mise en garde.


En vérité, plus elle regardait, et plus elle elle se rendait compte que les ténèbres emplissaient plus la vie des Hommes que la Lumière. Et c'était son rôle, d'apporter cette lumière. En fin de compte, il lui semblait comprendre le message d'Adalrik. Là où il n'y avait plus de guide pour les humains, quand le désespoir paraissait complet et opaque, elle devait être présente. Apporter un peu de soulagement à ceux qui n'en possédait plus, l'espoir et la chaleur aux cœurs secs et glacés, la liberté de l'âme à défaut de celle du corps aux prisonniers. Et si elle-même ne trouvait personne pour la conduire sur le bon chemin, alors elle créerait ce même chemin. Pierre par pierre. Cela commençait par savoir où voulait aller Poséidon.

Ariane lisait-elle ses pensées en même temps que ses souvenirs ? Probablement pas, autrement elle aurait compris bien plus vite que toute cette mise en scène de Thanatos la bernait complètement, comme Célestia, comme Lytès, comme tous ceux qui s'approchaient d'elle et distinguait cette balafre invisible. Les Lyumnades, à l'image de leur océan, gelaient toute pensée et tout sentiment pour ne se concentrer que sur les faits. L'évêque pêchait par ignorance. Coupable d'avoir accepté le présent de la Mort, coupable d'avoir enfreint des lois, coupable de défendre sa dignité quand elle aurait simplement dû se soumettre aux us et coutumes de ses... "hôtes".

***
Que faire maintenant ?


Ma couleur : #009900
Ma plume de bord : ici
Diei vidi : Thanatos, Phantasos, Hadès, Arès, Poséidon, Athéna, Apollon, Odin
J'ai câliné : Lykeios, Asclépios, Aedan, Childéric, Esmelia, Rowena, Abrarxès, Amadeus


Dernière édition par Célestia le Sam 29 Aoû - 0:55, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1827-celestia-eminence-du-heron-de https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1716-celestia-la-princesse-aux-mille-oiseaux
RymeRymeArmure :
Armure du Lion

Statistiques
HP:
[Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II) G-bleu1800/1800[Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II) V-bleu  (1800/1800)
CP:
[Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II) G-rouge1200/1200[Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II) V-rouge  (1200/1200)
CC:
[Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II) G-jaune1650/1650[Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II) V-jaune  (1650/1650)
Message Re: [Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II)   [Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II) EmptySam 9 Avr - 18:48
Célestia avait offert ses secrets, des secrets que les Lyumnades avaient néanmoins trié afin de ne pas se perdre dans les informations triviales relevant d'un quotidien étranger. La brune se serait probablement oubliée elle-même si tel avait été le cas. D'une main tendue en sa direction afin d'obtenir ces réponses qu'elle souhaitait tant, Ariane s'en était accommodée bien plus facilement que si cette dernière avait toujours été consciente. La douleur serait certainement là, mais moindre: Inconsciente, elle ne relèverait que d'une part bien moins traumatisante.

Alors, un choix devait être fait et celui-ci serait fait. Du moins se contenterait-elle d'aller dans le sens tant espéré qu'était la conclusion d'un acte en suspens. Aussitôt l'idée pensée, La Lyumnade s'était détournée sans renier les sentiments qui parcouraient tout son corps. De l'hésitation, de l'incertitude, et pourtant une pointe d'espoir. Ces sentiments l'agaçaient...Car ils lui déchiraient le cœur et l'amenaient à prendre trop de reculs. Le Kraken avait pourtant pris la décence de ne pas surenchérir sur cette notion de monstre qu'on lui attribuait parfois. Une vieille habitude, un surnom d'enfance pour les gardiens du Pilier d'un Océan Inconnu pour l'heure. Alors, attendant que la seule voix masculine ne résonne, ses jambes avaient cessé de marcher seuls dans la pénombre de la geôle.

"Dis Ariane, tu penses que… l’utilisation de la violence caractérise les Marinas… ? ».

Lytès lui avait posé une question, fatidique, fracassante. Les Marinas. Si l'idée d'être inclus parmi ces Marinas était une chose plaisante, celle d'être volontairement associée à la violence en était une autre. Lytès doutait de ce qu'il voyait en cet instant et il ne fallait pas être un devin pour s'en apercevoir. La tête relevée, Ariane s'était retournée afin de faire face à Lytès, sans douter véritablement de cette étrange question malgré qu'elle n'y avait jamais pensé.

"Elle caractérise bien des choses, la violence, elle est tentante parfois, répugnante tantôt, mais tu n'es pas obligé d'en faire preuve. On n'attend pas cela de toi Lytès...Nous sommes également partenaires non? C'est que tu m'avais dit. On est là pour se soutenir en cas de doutes."

D'un regard plus doux, sa voix relevait bien plus d'une affirmation à laquelle elle semblait aujourd'hui tenir plutôt que d'une hésitation posée sous forme de question. En rentrant, tout avait dû être reconstruit et de cette reconstruction faite sans aucune aide, Ariane n'était pas si sûr que cela. Un soutien lui avait été apporté et la première personne à l'avoir appuyé de cette manière était Lytès. Lentement elle s'était rapprochée du général et de la pointe des pieds, ses lèvres s'étaient posées sur sa joue d'une manière presque enfantine. La violence? Il n'y en avait point eu, alors qu'elle avait apporté la trahison et représenté la disgrâce. En secouant la tête, ses paroles prononcés détenaient bien plus de conviction.


"Alors non Lytès, nous ne sommes pas motivés par la violence par essence. Laisse donc cela aux autres peuples, Ases ou Berzerkers dans leur globalité. C'est ce que je pense tout du moins. Je ne suis pas tous les Marinas et tu n'es pas tous les Marinas. Cependant, nous faisons partis de ce tout Lytès. Un tout où tu auras ta manière de faire les choses et où j'en aurai les miennes, un tout où les caractères sont aussi nombreux que les espèces qui peuplent les Océans, un tout qui se complète dans chacun des maillons que nous représentons. Mais...C'est naturel Lytès de douter, nous continuons à cohabiter ensemble et à prendre certaines décisions en fonction des autres. C'est une sorte "d'équilibre". Ne perds pas espoir. L'Arctique est froid mais moins inhospitalier que l'Antarctique."


C'était étrange. Habituellement, ses pensées personnelles étaient camouflées sous une pointe d'amusement, mais alors qu'elle les révélait en cet instant, la générale était prise d'un drôle de sentiment. Ce n'était plus l'indifférence adressée au sort de Célestia, mais bien une vérité éprouvée vis-à-vis d'un frère d'armes qui semblait en proie aux doutes. Un léger sourire lui avait été adressé avant qu'elle n'explique de nouveau ses plans et ses conclusions sur leur prisonnière.

"Je me doute que l'Oracle avait ses intentions et qu'elle demandait une alliance pour nous monter contre quelqu'un en particulier, c'est là toute la base de la politique. Et ce, bien malgré le fiasco total dont elle vient de faire preuve. Mais je connais ce qu'elle est, je connais ce qu'elle vit et je comprends ces lamentations qui me paraissent bien fades alors qu'au Sanctuaire je..." Une expérience presque similaire. Amère et effroyable, on finissait par fuir devant l'adversité pour ne plus rien ressentir. Pour vivre dans le déni le plus complet au dernier stade. Soudainement, Ariane chassa ses pensées de son esprit. Ce n'était pas le moment de se montrer sentimentale vis-à-vis d'une personne qu'elle ne connaissait que pour avoir partagé une passion gustative. Et surtout, ce n'était pas son genre. "Tu n'as pas à t'inquiéter pour elle. Si vraiment elle était condamnée, elle serait déjà morte. La seule chose que nous pouvons faire à l'heure actuelle, c'est au mieux influencer le jour, ou même l'heure où elle sera libérée. Et ce n'est...Pas plus mal. Qu'auraient-il fait si ça avait été toi, le porteur d'une marque qui avait menacé leur dieu et leur foyer? Bien d'autres armées l'auraient directement jeté dans les flammes sans se préoccuper de son sort..."

Une affirmation véridique. Elle ne doutait pas que Poséidon l'avait laissé vivre consciemment parce que dans le fond, Célestia n'était pas complètement une menace malgré son inconscience redoutable et relativement pénible selon Ariane.

"Cette femme porte la marque. Celle d'un dieu responsable de la mort de mon autre pauvre moitié de sang, en partie...Et de bien d'autres Marinas. Ce n'est pas une question de violence ni même de supériorité hautaine et innocente à laquelle Célestia se targue depuis le début. J'en parlerai avec Liao, ce que j'y ai vu ne va pas dans son sens mais...Je peux également prouver d'autres choses désormais malgré mes rancœurs."

Suite à cela, elle avait repris sa marche en direction de la sortie. Peut-être par respect, ou par devoir. On ne savait véritablement ses nouvelles motivations, si ce n'était cette possible défense que prendrait probablement les Lyumnades à l'égard de la prisonnière des Marinas. De son côté, Lytès avait tenté de faire quelques chose, mais son attention ne se portait pas à cette scène. Ariane était simplement pensive.



[Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II) Ryme_s10

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu
InvitéInvité
Message Re: [Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II)   [Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II) EmptySam 9 Avr - 20:11

Toujours assis dans un coin des geôles, Lytès était découragé. Non pas qu’il était très optimiste de base, mais le trop plein de questions et de doutes continuaient à ravager son esprit. Tout ce qui s’était passé dernièrement n’allait pas dans le sens de ce qu’il pensait être « les Marinas ». En fait, le retour de Poséidon avait pour ainsi dire tout chamboulé. Il n’était pas toujours en accord avec les autres, chaque personnalité était différente après tout, mais cela n’avait jamais posé de problème aux yeux du garçon. Pourtant, depuis l’arrivée du Dieu, tout semblait avoir changé. Il avait ce sentiment d’avoir perdu quelque chose. Les mots qu’il avait prononcés n’avaient obtenu aucun retour, Célestia demeurait silencieuse. Un nouvel échec. Son regard n’avait pas bougé du sol, si bien qu’il était incapable de dire ce que chacun faisait autour de lui. Il s’en fichait. Il réfléchissait.

Il entendit soudainement la voix d’Ariane résonner dans la construction. Si ce n’était pas la violence que l’on attendait de lui, qu’était-ce donc ? La peur ? L’obéissance ? Les deux ? Les changements des derniers jours n’allaient-ils pas dans ce sens ? Cependant, la jeune femme avait touché un point sensible. Lytès n’était pas le genre de personne à chercher le contact et pourtant, elle avait raison. Il l’avait dit lui-même, qu’ils étaient partenaires. Mais les choses n’étaient pas si simples. Il hocha faiblement la tête pour seule réponse. Que pouvait-il dire d’autre ? Actuellement, rien. Ce n’était pas le bon moment pour cela.

Des bruits de pas s’approchèrent de sa position, jusqu’à ce qu’il remarque la présence d’Ariane près de lui. Une sensation étrange sur sa joue, il resta immobile quelques secondes, la main sur celle-ci légèrement rougie. Qu’est ce qui lui prenait aujourd’hui ? Il s’apprêtait à la questionner du regard quand sa voix se fit à nouveau entendre. Ils n’étaient pas tous les Marinas… Une affirmation pour le moins vrai, les Marinas n’étaient un groupe de gens dont ils faisaient simplement partie. Des gens avec des expériences, des modes de vies et de pensées ainsi que des caractères différents. Elle avait compris. Compris qu’il était en proie au doute, qu’il hésitait. Pourtant, faire simplement partie d’un tout n’excusait pas tout. Tout changeait, lui également changeait, et Lytès avait peur du changement, d’autant plus lorsqu’il était brutal.

Malgré tout, il décida de garder le silence pour le moment. Son esprit était encore bien trop emmêlé pour formuler une réponse convenable. Il n’eut d’ailleurs pas le temps d’y penser que les Lyumnades reprenaient la parole, concernant l’Oracle. Ne pas s’inquiéter… C’était facile à dire… Le faire comprendre à son cerveau était une tâche plus compliquée. Mais elle semblait vouloir plaider sa cause devant les autres. Au final, c’était peut-être mieux qu’elle s’en occupe elle. Restait à savoir ce qu’elle avait vu à travers la jeune femme. Il soupira, peut-être de soulagement. Pourtant, il n’en restait pas moins inquiet. Comme elle venait de le dire, le Dieu était responsable de la mort de nombreux Marinas et ce lien que Célestia entretenait avec lui, voulu ou non, n’allait pas vraiment en sa faveur.

Il leva à peine la tête, repensant à ce qu’avait dit Ariane plus tôt. Qu’auraient-ils fait s’il avait été le porteur d’une telle marque. Probablement l’auraient-ils tué, peut-être. Il haussa les épaules. Chacun utilise sa propre manière de faire, mais voir les Marinas utiliser la violence, c’était trop. « Ariane, beaucoup de choses ont changé dernièrement… beaucoup trop...» Dit-il avant de reprendre dans un murmure « …J’ai changé moi aussi ». Il ne se reconnaissait plus. Plus les jours passaient, plus les changements se faisaient sentir, plus il avait de doutes. « Je ne sais pas comment le définir mais, c’est comme si l’on perdait quelque chose d’important. Être une partie d’un groupe n’excuse pas tout… Lorsque le groupe commencer à changer… On... verra ça plus tard» Il ne continua pas sa phrase. Ce n’était pas le lieu pour cela. Il fallait qu’il se reprenne, au moins le temps qu’il sorte des geôles. Le spectacle qu’il offrait aux prisonniers était d’un ridicule. Faible, voilà ce qu’il était. Jetant enfin un regard sur Célestia, il ajouta « Je te fais confiance et te laisse gérer ça » Il fit une pause « En espérant que le Légat t’écoute ». Le changement s’effectuait également là. Il y avait eu une cassure entre les deux hommes, un gouffre s’était créé et désormais, le Kraken ne l’appelait plus par son nom, mais par son titre.

Lytès se releva lentement. Il était toujours en plein doute, mais il lui restait des choses à faire, enfin, surement. Il devait se ressaisir pour le moment. Se comporter de cette manière ne lui ressemblait pas, tout comme la façon dont il s’était comporté avec son supérieur d’ailleurs. Puis, bientôt il partirait en mission avec la jeune femme. Il n’était pas question qu’il y ait un potentiel risque à cause de son comportement, de ses doutes. C’est ce qu’il se disait, mais il ne parvenait pas à passer outre. Il fit quelques pas avant de remarquer qu’Ariane n’était plus vraiment là, probablement depuis un moment. Il avait alors sans doute parlé dans le vide durant un long moment… Il s’approcha alors d’elle et posa sa main sur son épaule avant de dire « A quoi penses-tu donc Ariane ? »
Revenir en haut Aller en bas
RymeRymeArmure :
Armure du Lion

Statistiques
HP:
[Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II) G-bleu1800/1800[Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II) V-bleu  (1800/1800)
CP:
[Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II) G-rouge1200/1200[Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II) V-rouge  (1200/1200)
CC:
[Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II) G-jaune1650/1650[Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II) V-jaune  (1650/1650)
Message Re: [Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II)   [Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II) EmptyDim 10 Avr - 0:59
A cette légère rougeur qui avait teinté bien rapidement la peau du Kraken, Ariane avait esquissé un sourire presque attendri. Cette simple action relevait presque d'un petit miracle lorsque l'on connaissait les habitudes de la demoiselle: amertume et cynisme rongeaient parfois ses joues et ses prunelles couleur océan, mais tel n'était pas le cas face à Lytès. Elle avait simplement assisté au comportement de son vis-à-vis et à mesure que les secondes passaient sur un cadran fictif, l'écho des doutes se faisaient bien plus fort. Ce qui était passé "des Marinas" était désormais appelé un changement personnel. A cela, Ariane y trouvait bien peu de sens, probablement parce que depuis leur dernière rencontre, la plus perdue d'entre les deux Marinas fut tout simplement cette dernière. Un sourcil levé, la gardienne s'était simplement contentée des mots les plus simples et les plus brefs qui soient:

"La veille des confrontations semble changer beaucoup de choses en apparence et pourtant Lytès...Rien n'a changé. Profites simplement de l'instant. Pour moi, tu es toujours le garçon rougissant que j'ai vu au Pilier."

C'était ainsi que la jeune femme résonnait. L'expérience avait déjà été subi, et si elle pouvait bien s'éclipser de cette difficulté, dans l'unique but de ne pas revivre l'ignorance, alors chacun de ses instants présents serait gardé intact dans son esprit. C'était cela: profiter du moment où les choses pouvaient tout aussi bien être démolies ou en pleine construction. Petit à petit, malgré sa nature, Ariane préférait peut-être penser que les Marinas avaient besoin d'autant de conceptions possibles qu'ils pouvaient en exister. Un peu d'espoir ne faisait généralement aucun mal, même pour les plus sceptiques d'entre eux.

"Moi...Le Légat me manque tout de même un peu je crois bien. Je pense aller lui rendre visite dès que je peux...Enfin, passe une bonne journée Lytès, ne te laisses pas ronger par les suppositions. On refait le monde avec des "si". "

Le légat, dans le sens l'ancien Légat. Ariane avait encore du mal à se faire que Liao soit désormais à ce haut poste. Des preuves accueillant volontiers cette responsabilité sur les épaules de l'ancien général de l'Hippocampe devait être apporté.

Complètement ailleurs, Ariane avait repris sa marche, pensive, décalée par le temps. Les informations que détenaient Célestia allaient certainement compléter bien des choses. Probablement trop. Ariane serait source de connaissances en cet instant, et l'idée ne lui plaisait pas tellement finalement. Et si quelqu'un comme elle existait sur Avalon? Ou même ailleurs? Cela voudrait alors dire qu'elle n'aurait plus rien à sa disposition. Que sur un plan équivalent, elle était capable de perdre pour les autres Marinas.

Le futur nécessitait donc attention et compréhension. En marche vers le Temple, Ariane avait une discussion à entretenir avec Liao à propos de Célestia. A propos de tout.

Spoiler:
 



[Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II) Ryme_s10

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu
InvitéInvité
Message Re: [Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II)   [Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II) EmptyDim 10 Avr - 14:30

Il était toujours le même, c’était ce qu’avait dit Ariane. Pourtant, lui, il sentait sa différence grandir de jour en jour. Il se fermait peu à peu aux Marinas, et ses doutes en disaient longs. Quel que soit le sens dans lequel il observait la chose, il avait changé. Lui, les autres Marinas, tout changeait. Il était peut-être normal de douter dans une certaine mesure, mais l’était-ce de douter du Dieu que l’on sert ? Probablement pas. Malheureusement, il s’avérait que les suppositions étaient parfois nécessaires, même si l’on préférerait que nos découvertes n’aient jamais existé.

Il fit quelques pas dans la salle afin de dégourdir ses jambes restées pliées trop longtemps. Le brun réfléchissait toujours et ressassait ce qu’il s’était produit aujourd’hui, et ces derniers jours aussi. Une phrase attira son attention. « Moi… Le Légat me manque tout de même un peu je crois bien. Je pense aller lui rendre visite dès que je peux… ». Lytès eut un arrêt de quelques dixièmes de secondes et crut un instant qu’Ariane parlait de leur ancien camarade Général. Pourtant, il n’était pas si difficile de le voir, en tout cas il ne le pensait pas. Il opta donc pour la seconde hypothèse, sans la moindre preuve. La jeune femme parlait peut-être de l’ancien Légat. Le brun se souvenait de l’attitude des Lyumnades lorsqu’il lui avait rendu visite. A l’entendre parler, agir, elle semblait proche du précédent Légat. Ainsi, il était plus logique qu’elle parle de lui, plus que de l’Hippocampe. Cependant la seconde partie de la phrase ne collait pas. Lui rendre visite ? Cela signifiait qu’il était encore ici ? Son expression s’assombrit quelques instants. Il ne devait pas sauter aux conclusions, il était fort probable qu’il se trompe, mais si ce n’était pas le cas, alors Poséidon et certainement Liao également avaient d’autres choses à cacher. Quel était l’intérêt de cacher une telle information ? Il allait se pencher dessus dans les jours à venir, puis il garderait le silence, comme à son habitude. Sa nouvelle habitude.

Sans un mot, il hocha la tête en guise de salutation puis, après quelques secondes à rester planter au milieu de la pièce, il prit également la direction de la sortie. Saluant les gardes un peu plus loin, il se souvint de la scène des olives, et leur demandèrent d’apporter un peu de nourriture. Les Marinas devenaient peut-être synonymes de violence, mais ce n’était pas son cas. Du moins, pas encore. Il n’avait pas oublié l’explosion plus tôt, il ne pouvait pas. Lytès devait se rendre à l’évidence, lui aussi commençait à changer, et ce n’était pas forcément pour le meilleur.

Une fois hors des Geôles, le brun prit la direction de son pilier.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
CélestiaCélestiaArmure :
Héron de Notos (Sud et Été)

Statistiques
HP:
[Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II) G-bleu1650/1650[Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II) V-bleu  (1650/1650)
CP:
[Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II) G-rouge750/750[Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II) V-rouge  (750/750)
CC:
[Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II) G-jaune1350/1350[Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II) V-jaune  (1350/1350)
Message Re: [Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II)   [Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II) EmptyDim 10 Avr - 21:58
L'écho d'un passé qui semblait proche et lointain à la fois. Une goutte de pluie longeant les contours d'un visage avant de finir sa course dans la terre... Une autre gouttelette fut portée par le vent à l'encontre du visage évanoui de la belle nymphe alors qu'on refermait la porte des geôles après l'avoir franchie. Depuis combien de temps dormait-elle ? L'obscurité plus importante sembla indiquer qu'au-dehors il faisait nuit. Les respirations silencieuses des autres prisonniers aussi. Ainsi donc plusieurs heures s'étaient écoulées, et elle constata qu'Ariane et Lytès n'avaient pas eu la patience d'attendre qu'elle revienne à elle. Un peu de répit n'était pas pour lui déplaire.

Engourdie et gelée, la belle blonde se redressa en position assise pour constater qu'elle sentait à peine le bout de ses pieds. L'humidité ambiante ne permettait pas à ses vêtements de sécher et n'avoir mangé depuis la veille n'arrangeait pas les choses. Toutefois, quelqu'un avait fini par entendre son message, puisqu'en tournant la tête elle aperçut une petite gamelle encore légèrement fumante et un verre d'eau. Elle songea un instant à ne pas y toucher, car son comportement ne méritait aucunement récompense. Cependant, on la prendrait pour bien incohérente si elle refusait de manger après l'avoir demandé. Peut-être était-ce une manœuvre pour gagner sa confiance, creuser sa dette... ou peut-être simplement un geste de bonne volonté. Ouvrir la discussion dans les deux sens. Elle sourit. Quelle que soit la raison de ce changement, elle adressa une prière de remerciement à Apollon pour l'avoir protégée, et une autre à Poséidon pour sa survie, avant de manger lentement et de savourer ce qui se révèlerait peut-être un luxe dans les jours à venir. Qui savait combien de temps elle resterait là ?

Une fois ses besoins primaires satisfaits, Célestia s'attarda à analyser sa situation. Les événements tendaient à la placer en disgrâce auprès du maître des lieux, et peut-être de deux de es généraux qui se feraient un plaisir de répandre les informations qu'ils avaient réussi à lui extorquer. Son message demandait aux oracles de ne pas intervenir, de ne pas se mettre en danger plus que nécessaire pour elle. Sa chlamyde veillait en silence, invisible comme à son habitude, mais elle ne l'invoqua pas pour la recouvrir. Autant ne pas jeter d'huile sur le feu. La première chose à faire serait de s'excuser auprès de la prochaine âme qui lui rendrait visite.

Elle entreprit donc de retourner dans un coin de sa cellule et de s'y rouler en boule, en attendant l'aube. La proximité de la lumière lui redonnerait de l'aplomb, à n'en pas douter.


Ma couleur : #009900
Ma plume de bord : ici
Diei vidi : Thanatos, Phantasos, Hadès, Arès, Poséidon, Athéna, Apollon, Odin
J'ai câliné : Lykeios, Asclépios, Aedan, Childéric, Esmelia, Rowena, Abrarxès, Amadeus
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1827-celestia-eminence-du-heron-de https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1716-celestia-la-princesse-aux-mille-oiseaux
NimuëNimuëArmure :
Armure d'Or des Poissons

Statistiques
HP:
[Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II) G-bleu1500/1500[Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II) V-bleu  (1500/1500)
CP:
[Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II) G-rouge1500/1500[Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II) V-rouge  (1500/1500)
CC:
[Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II) G-jaune1800/1800[Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II) V-jaune  (1800/1800)
Message Re: [Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II)   [Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II) EmptyDim 10 Avr - 23:13
Oiseau sous l'eau






La fin du conte avait été bien violente pour la nouvelle Sirène Maléfique. Mais elle était parvenue à rejoindre l'Océan et, au lieu de se mêler à l'écume et de se laisser porter au royaume de la Mort, Poséidon lui-même avait décidé de lui venir en aide. Ô pauvre créature empoisonnée. Son front portait encore la marque que le Maître des Flots lui avait faite en posant son Trident d'airain. Nulle douleur, encore et toujours des incompréhensions, une laborieuse renaissance. L'atlante était rentrée chez elle mais elle ne connaissait rien de sa « maison ». Nimuë quittait sa chambre et son lit où on l'avait gentiment installée le temps de sa convalescence pour arpenter les couloirs. S'aventurer de plus en plus loin. Elle se souvenait de sa conversation avec Poséidon quand un garde avait interrompu cette dernière. Un intrus s'était glissé jusqu'à eux. Qui aurait pu être assez fou pour se risquer à sillonner impunément les terres abyssales ? Une femme, de ce qu'elle avait comprit des vagues rumeurs qui commençaient à circuler sur son compte. Une petite chose innocente et fragile. Songeuse, la Générale, d'un pas mal-assuré, s'était enfoncée dans les ténèbres des prisons. Ses jambes faisaient encore mal, comme si des dizaines de poignards s'enfonçaient à chaque pas, dans sa chair. Mais son visage ne laissait rien paraître de son mal.

Aujourd'hui elle avait un nouveau rôle à jouer.

Le bruit de ses pas se faisait de plus en plus retentissant à mesure qu'elle s'enfonçait dans le noir. Ici il faisait froid, il régnait une atmosphère moribonde qu'elle n'appréciait pas du tout. Pourtant, elle avait pu en visiter, des cellules crasseuses et nauséabondes. Mais une telle humidité, et si peu de lumière... Le clapotis de l'eau contre la roche sonnait presque comme une musique à ses oreilles, si bien qu'elle se laissa distraire, et glisser dans ses songes. Malgré elle quelques images vinrent l'assaillir. Des paroles, des actes. Tout ceci se mélangeait dans un maelstrom qui la fit tressaillir. Ses pas se stoppèrent devant un petit être de lumière tout recroquevillé dans l'ombre. Elle avait bien faillit ne pas la voir ainsi dissimulée. Comme si son éclat avait été terni. Que s'était-il donc passé ? Nimuë observa la jeune fille en silence. L'espace d'un instant une image d'elle se substitua à celle de la prisonnière. Oh, elle aussi avait été enchaînée. La blonde paraissait endormie, aussi choisit-elle de ne pas la déranger et de prendre place contre les barreaux de la cage, lui offrant ainsi son dos. Très vite elle aussi fut assaillie par la fatigue et bien qu'en colère contre la propre faiblesse de son corps la jeune pirate se laissa emporter. Très vite elle piqua du nez, ses yeux se refermèrent et sa tête dodelina un instant avec de reposer sur le côté, telle une enfant.

Mais très vite elle fut emportée dans un tourbillon cauchemardesque qui l'agita dans ses rêves. Un souffle s'extirpa entre ses lippes.

« Non … Childéric … »

Le cœur battant, ses yeux pers semblaient perdus, à tenter de percer l'obscurité ambiante. Le souffle court, le cœur malmené, elle tentait de reprendre son calme, une main posée en travers sa gorge. L'impression de la dextre immense du Prince déchu serrant son petit cou gracile était encore vive et si réelle qu'elle eut du mal à déglutir. Une prémonition ? Une future et triste réalité ? Elle chassa d'un revers de la main, quelques larmes qui s'étaient prit à perler. Avant de tourner sa tête rousse dans la direction de la jeune Princesse.

« Es-tu réveillée, petit oiseau ? Tu es bien loin de ton nid, hm ? Tiens, je t'ai apporté une couverture et quelques vêtements chauds. Je sais à quel point les prisons peuvent être gelées … Je m'appelle Nimuë O'Bannon, je suis la Sainte des … »

Elle s'arrêta brusquement en comprenant son erreur. L'expression de son visage jusqu'ici avenant se rembrunit. La jeune femme se recula davantage dans l'ombre.

« … Je suis la nouvelle Sirène Maléfique, Générale de Poséidon. »





© Never-Utopia


[Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II) 64j9
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t239-nimue-gold-sainte-des
CélestiaCélestiaArmure :
Héron de Notos (Sud et Été)

Statistiques
HP:
[Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II) G-bleu1650/1650[Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II) V-bleu  (1650/1650)
CP:
[Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II) G-rouge750/750[Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II) V-rouge  (750/750)
CC:
[Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II) G-jaune1350/1350[Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II) V-jaune  (1350/1350)
Message Re: [Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II)   [Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II) EmptyLun 11 Avr - 20:12
Le sommeil rendu léger les conditions de sa détention inconfortable, la Princesse Héron entendit sans trop de mal les pas accompagnant un nouveau courant d'air qui passèrent dans la prison. Elle n'y fit pas attention et son esprit décréta que le sommeil demeurai plus important, malgré l'arrêt de ces mêmes pas devant -ou presque ?- sa cellule. Bientôt pourtant, il y eut un peu plus d'agitation, quelques mots. Célestia sursauta au nom de Childéric et se rendit compte que la voix qu'elle venait d'entendre n'était pas un rêve. Une silhouette à peine dessinée dans l'obscurité se tenait appuyée contre la grille d'entrée. Un garde ? Probablement pas, pas avec la sécurité renforcée qui l'avait accueillie à peine le pied posé à terre. La personne remua, vivement, visiblement aux prises avec des démons qu'elle était seule à voir, plongée dans un sommeil traître et désagréable.

Le premier réflexe de la jolie blonde fut de s'approcher avec l'intention de lui transmettre un peu de lumière pour qu'elle s'apaise, mais la personne respira moins fort, de façon plus rapprochée : elle s'était réveillée. L'évêque se figea aussitôt, sans bruit. Repérée rapidement, elle ne chercha pas davantage à dissimuler sa présence et resta là où ses pas l'avaient menée. La surprise s'afficha sur son visage. Couverture ? Vêtements chauds ?

"Alors la nourriture, c'était toi aussi ?"

Son regard alla à l'écuelle et au verre d'eau qu'elle avait vidés un temps plus tôt. Puisqu'elle était là mais pas les deux autres, peut-être que finalement aucun des deux n'avait changé d'avis... A ces pensées elle échappa un léger soupir et s'assit à l'endroit même. Depuis que les dauphins l'avaient amenée au Sanctuaire sous-marin, elle allait de déception en déception. Comme si le lieu s'obstinait à vouloir la mettre mal à l'aise à chaque fois qu'un nouvel espoir lui venait.

"Merci. Et... je m'excuse pour les reproches que j'ai faits à Ariane et Lytès... Ils avaient raison sur bien des points."

Comme la rouquine lui tendait avec gentillesse, elle s'empara doucement d'une couverture épaisse, puis enfila par-dessus sa robe les étoffes offertes. Un soupir satisfait sortit bientôt de ses lèvres et elle s'y serra confortablement. Entre-temps la générale s'était présentée et son changement soudain n'échappa pas à l'ouïe fine de l'oiselle.

"Tu as quitté les Saints ? Renié Athéna ?"

Loin de juger, sa voix portait l'intonation incrédule de celle qui n'aurait pas cru cet étrange concours de circonstances possibles. Toutefois, ne souhaitant pas être indiscrète, Célestia ne demanda aucun détail. Elle préféra détourner la conversation sans attendre.

"Tu as dit Childéric dans ton sommeil... C'est étrange, j'ai rencontré une personne de ce nom récemment. Ce doit être répandu en Grèce, bien que l'accent semble plus celte, ou scandinave."


Ma couleur : #009900
Ma plume de bord : ici
Diei vidi : Thanatos, Phantasos, Hadès, Arès, Poséidon, Athéna, Apollon, Odin
J'ai câliné : Lykeios, Asclépios, Aedan, Childéric, Esmelia, Rowena, Abrarxès, Amadeus
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1827-celestia-eminence-du-heron-de https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1716-celestia-la-princesse-aux-mille-oiseaux
NimuëNimuëArmure :
Armure d'Or des Poissons

Statistiques
HP:
[Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II) G-bleu1500/1500[Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II) V-bleu  (1500/1500)
CP:
[Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II) G-rouge1500/1500[Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II) V-rouge  (1500/1500)
CC:
[Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II) G-jaune1800/1800[Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II) V-jaune  (1800/1800)
Message Re: [Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II)   [Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II) EmptyMar 12 Avr - 1:51
Oiseau sous l'eau






Un petit sourire accueillit les premiers mots de la jeune femme, rien d'autre. Elle se contentait, pour l'instant, de l'observer avec cette tranquillité qui la caractérisait dans ses moments de répits où ses pensées vagabondaient ailleurs. Comme lorsqu'elle s'était assoupie sur le rebord de la fenêtre alors qu'elle contemplait la merveilleuse cité d'Atlantis. Il lui restait tellement de choses à découvrir mais, étonnamment, ses pas l'avaient entraîné jusqu'ici, dans la noirceur. Était-elle prédisposée à tutoyer les plus épaisses ténèbres ? Oh, elle n'en avait pas peur, elle était une O'Bannon après tout. Sa famille était maudite, d'une certaine façon. Et cela, l'atlante l'ignorait encore. Fort heureusement Satine ne lui avait pas tout révélé sur son compte. Consciemment, elle apprendrait plus tard que sa petit-fille avait calculé tout ceci, espéré, même, qu'elle rejoigne les Atlantes. Car selon elle, tel était son Destin. Mais le Destin pouvait être changé, réécrit. Sans se redresser, la jeune rousse s'installa plus confortablement devant la prisonnière, repliant ses genoux sous elle, froissant sa robe bleue-nuit qu'elle arborait en toute simplicité sans autres artifices que sa beauté naturelle. La beauté des Poissons.

Son sourire s'effaça légèrement, sa tête se pencha sur le côté. S'interrogeant sur la visite de Lytès et Ariane. Ceux-là même qu'elle n'avait toujours pas croisé. Un haussement d'épaules plus tard et elle reprit d'une voix plutôt neutre.

« Je suis navrée, je ne me suis pas renseignée avant de venir. Je ne les ai pas croisé, encore. Je sais juste qu'une « intruse » s'était introduite sur nos terres, j'étais là quand Poséidon a reçu la nouvelle. Mais j'étais trop faible pour venir tout de suite. Je ne sais même pas si je serai capable de me relever, pour repartir. Ah ah … »

Glissa t-elle tout en massant ses chevilles douloureuses, s'efforçant de trouver une position plus confortable. Peine perdue. En toute chose, il y avait un prix à payer. « Tu as autant perdu que gagné », c'étaient les paroles de Poséidon à son réveil. Un soupir s'extirpa d'entre ses lèvres, au même instant que la Princesse qui devait repenser à son entrevue avec les deux autres Généraux.

« Puis … je préfère me faire une idée par moi-même. J'me suis souvent retrouvée à ta place, un peu d'humanité ne fait pas de mal. »

Elle désigna la couverture et la nourriture, les vêtements qu'elle enfilait par dessus les siens, encore humides.

« Tu devrais te débarrasser de tes autres vêtements, et te sécher un peu les cheveux. Je t'aiderais si tu veux, j'vais pas te manger et je renverrais chier les gardes un peu trop zélés. »

Sur le point de continuer, Nimuë se stoppa quand Célestia, incrédule, lui demanda si elle avait quitté les Saints, renié Athéna. Son visage se para aussitôt d'une ombre lugubre qu'elle tenta de dissimuler tant bien que mal en détournant le regard. Ses doigts n'étaient plus que des nœuds de phalanges blanchies crispées contre le tissu soyeux de sa robe de satin. La petite blonde dû se rendre compte de ce brusque revirement et du sujet épineux que représentait sa … désertion car presque immédiatement, elle changea de sujet. Pour parler de Childéric. Un lourd silence s'installa davantage. Qui dura quelques longues minutes durant lesquelles la Sirène Maléfique n'avait pas cillé d'un iota. Finalement elle reposa ses prunelles pers sur la jeune femme, un grand sourire -feint- illuminant son faciès.

« Un géant franc, longs cheveux blonds, rire-rugissant ? » La questionna t-elle, l'air de rien, espérant secrètement que … Que le Destin ne se montrerait pas si cruel. « Je n'ai pas pu … lui dire vraiment au revoir comme je l'aurais souhaité, avant que l'on m'enlève. Oh … l'appel de l'Océan est très puissant hm ... »

Un murmure, une pensée formulée à haute voix. Le regard perdu dans le vague. Un léger rire désabusé.






© Never-Utopia


[Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II) 64j9
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t239-nimue-gold-sainte-des
 
[Fin juin 550] Un oiseau sous l'eau - Diplomatie (Partie II)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Libro Scripturae :: Mare Nostrum :: Atlantis :: Pilier du Pacifique Sud :: Geôles d'Atlantis-
Sauter vers: