Votez
I
II
III


Mars 553 AD (Jusqu'à la fin de l'Event)
 
Partagez
 

 À crocs découverts [PV Saadyr]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AcamasAcamasArmure :
-

Statistiques
HP:
À crocs découverts [PV Saadyr] G-bleu1/1À crocs découverts [PV Saadyr] V-bleu  (1/1)
CP:
À crocs découverts [PV Saadyr] G-rouge1/1À crocs découverts [PV Saadyr] V-rouge  (1/1)
CC:
À crocs découverts [PV Saadyr] G-jaune1/1À crocs découverts [PV Saadyr] V-jaune  (1/1)
Message À crocs découverts [PV Saadyr]   À crocs découverts [PV Saadyr] EmptySam 16 Avr - 9:07
Citation :
Ce RP se déroule avant le procès.

À crocs découverts
feat. Saadyr

Chacun de ses pas résonnait dans l'éternité. Le trajet depuis Rodorio n'avait pas été long, encore moins en comparaison du voyage qu'elle avait fait pour arriver jusqu'ici. Un an. Il lui avait fallu un an pour gagner le Sanctuaire depuis sa terre natale. Force était d'avouer qu'elle ne s'était pas pressée ; non qu'elle soit réticente à l'idée de le rejoindre, mais puisque c'était la première fois qu'elle franchissait les frontières, autant en profiter. Puisqu'elle allait devoir défendre ce monde, n'était-ce pas la moindre des choses que de prendre le temps de le connaître ? Tous ne seraient pas du même avis, mais elle ne comptait pas forcément entrer dans les détails à ce sujet.

Sans jamais l'avoir visité, le sacré du lieu lui sauta aux yeux immédiatement. Chaque brique, chaque pierre respirait la divinité - celle dont elle porterait les couleurs dès qu'elle délaisserait sa tenue civile au profit de l'acier. Elle ne l'avait que peu fait pendant sa traversée ; elle n'en avait pas eu besoin, et ignorait dans quelle mesure elle risquait d'être identifiée. Même si elle devait avoir de meilleurs rudiments que n'en avaient la plupart des apprentis en arrivant, elle était encore loin d'être un Saint confirmé. Bientôt sous ses pas se présenta le premier temple, celui du Bélier. Qu'elle, lionne, soit accueillie par un ruminant ne manquait pas de piquant.

Chevalier du Bélier, je me présente humblement devant vous. fit-elle derrière son masque. Elle leva légèrement le bras pour découvrir le sigle qui frappait le côté de sa Pandora Box. Je suis Reba du Petit Lion, et voici ma fidèle compagne. D'un geste de la main, elle désigna le fauve qui s'avançait dans son sillage à pas feutrés. N'ayez crainte, elle ne vous fera aucun mal.

Un vague grondement remonta de la gorge de la bête, qui n'appréciait guère qu'on la taxe d'inoffensive à la première occasion. Néanmoins, bien consciente qu'elle n'était ici qu'à titre d'invitée, elle ne poussa pas la plaisanterie plus loin. La voir aussi docile en parallèle du souvenir valut un léger rire à sa propriétaire - si tant est qu'on puisse jamais apprivoiser une panthère. Bien entendu, elle doutait fort qu'un animal, aussi puissant qu'il soit, puisse faire peur à un Gold Saint... Mais l'idée était là. Ne les connaître que de réputation ne changeait rien à cela. Mettant un terme à ses manières, Chiquita vint se placer à son côté, accueillie d'une caresse.

Mais était-il seulement en sa demeure ? Pour ce qu'elle en savait, il était censé défendre son territoire ; néanmoins, malgré une sécurité notable, le Sanctuaire n'avait pas l'air en état de guerre. Et pouvait-on décemment attendre de quelqu'un qu'il garde un amas de roche à longueur de journée si ce n'était pas nécessaire ? Une main posée sur la taille, la jeune femme scruta les environs, dénombrant à la hâte les colonnes qui l'environnaient. Cette maison était gigantesque, bien plus qu'elle ne le paraissait ; elle ne manquait pas d'ombres pour se cacher. Où se terrait sa lumière dorée ?


À crocs découverts [PV Saadyr] JtTovMb
The blood makes us human
Makes us more than human
Makes us human no more.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SaadyrSaadyrArmure :
Bélier

Statistiques
HP:
À crocs découverts [PV Saadyr] G-bleu120/200À crocs découverts [PV Saadyr] V-bleu  (120/200)
CP:
À crocs découverts [PV Saadyr] G-rouge184/210À crocs découverts [PV Saadyr] V-rouge  (184/210)
CC:
À crocs découverts [PV Saadyr] G-jaune217/325À crocs découverts [PV Saadyr] V-jaune  (217/325)
Message Re: À crocs découverts [PV Saadyr]   À crocs découverts [PV Saadyr] EmptyDim 8 Mai - 17:23
Etaient-ils tous voués à passer les douze temples pour se rendre jusqu’au Grand Pope ? Là était la pensée du jeune Bélier, quand au détour d’une chaude journée de juin, une nouvelle présence se présenta à la porte de son temple dans l’espoir d’en franchir peut être le parvis et monter plus haut dans les hauteurs. A la simple perception du cosmos, fort d’une certaine bestialité sans pour autant faire preuve d’agressivité, Saadyr pour deviner approximativement le rang du chevalier qui venait lui rendre visite. Chaud et ardent, une forme d’exotisme qui se retrouvait dans son propre cosmos. Cela lui fit relever la tête loin de son travail. Les armures demandaient toujours son attention quand il n’était pas en méditation ou à l’entrainement. Le hasard voulait que les visites impromptues tombent toujours dans ces instants. Hélas pour la personne qui se présentait, le jeune Bélier n’était pas en était d’abandonner son ouvrage au risque de devoir le recommencer plus tard dans son entièreté. Parfois, la réparation des armures demandait un complète et constante attention, et laisser sa tâche à cet instant n’était guère permit. Un long soupir franchit ses lèvres, une forme de dépit. Pas d’exaspération ni d’ennui – Saadyr aimait toujours les visites et faire des rencontres – mais force était de constater que cela tombait plutôt mal. Et encore une fois, en tant que gardien il ne pouvait pas non plus se permettre de laisser passer n’importe qui, à fortiori un chevalier de bronze qu’il n’avait jamais vu, de loin comme de près. Sa voix résonna alors dans le silence paisible du temple, jusqu’ici seulement brisé par les quelques chants des cigales qui joyeusement s’agitaient dans les extérieurs chauds et propices à leur survie.

« Avancez toutes deux jusqu’à moi. »

Le son demeure à peine quelques secondes avant de s’éteindre, comme absorbé mystérieusement par les profondeurs du temple. Pourtant, conscient que celui-ci était d’une taille non négligeable – facile de se perdre entre les colonnades – le Bélier laissa son cosmos s’étendre dans une vague lumière dorée, guide d’entre les ombres pour l’emmener jusqu’à lui. Bien qu’il fut principalement occupé à ses affaires, ses mains s’afférant sur le métal particulier de l’armure qu’il était en train de réparer, il ne manqua pas de percevoir la présence féline aux côtés de la jeune bronze, celle-ci l’ayant présentée comme inoffensive. La vérité certes, mais c’était là un compagnon bien étrange, quoique fort amusant à constater. Ceci arracha d’ailleurs un sourire au Bélier.

Quand enfin les premiers pas sonnèrent à l’entrée de son atelier, il releva quelque peu le regard pour observer la nouvelle venue et son charmant animal de compagnie, resté dans l’ombre de la pièce éclairée par quelques bougies et une ouverture au plafond, laissant les lieux se gorger d’une lumière fort rare. Saadyr, au centre de celle-ci n’était vêtu que d’habit civil, démontrant une forme de décontraction mais surtout de praticité à la vue du travail qu’il effectuait. Assit en tailleur, sa longue chevelure tenue en tresse touchant le sol négligemment, il accueillit la demoiselle au visage couvert d’un masque par un simple sourire. Tout semblait d’un calme apaisant. Dans un coin, plusieurs bâtons d’encens avaient été allumés, la fumée se perdant entre les dalles pour inspirer une odeur d’orient et de secret. Sans se relever, toujours occupé à sa tâche, le jeune homme ne resta cependant pas silencieux, quoique juste concentré sur ce qu’il faisait, l’œil rapidement accaparé par l’armure.

« Bienvenue au temple du Bélier Reba. Je suis Saadyr, le gardien. Navré de ne pouvoir t’accueillir comme il se doit, comme tu le vois, je suis quelque peu occupé. »


Un charmant rire s’échappe de ses lèvres, sa voix chante avec taquinerie et légèreté. Il est ce démon d’orient que l’on retrouve dans bien des légendes, chapardeur et danseur insaisissable, dont on ne soupçonne guère l’étendu des talents.

« Quel bon vent t’amène à franchir ma maison, chère petite lionne ? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t471-saadyr-chevalier-d-or-
AcamasAcamasArmure :
-

Statistiques
HP:
À crocs découverts [PV Saadyr] G-bleu1/1À crocs découverts [PV Saadyr] V-bleu  (1/1)
CP:
À crocs découverts [PV Saadyr] G-rouge1/1À crocs découverts [PV Saadyr] V-rouge  (1/1)
CC:
À crocs découverts [PV Saadyr] G-jaune1/1À crocs découverts [PV Saadyr] V-jaune  (1/1)
Message Re: À crocs découverts [PV Saadyr]   À crocs découverts [PV Saadyr] EmptyMar 24 Mai - 17:29
À crocs découverts
feat. Saadyr

Répondant à son invitation, Reba s'engagea dans les profondeurs du temple, croisant sur son chemin l'infini d'une rangée de colonnes. Bien qu'il n'ait proféré que quelques paroles, elle savait exactement où aller - elle avait l'ouïe plus fine que la plupart et au pire, Chiquita l'aurait flairé à l'odeur. Mais que peut bien sentir un Chevalier d'Or ? Elle le saurait bien assez tôt. Malgré l'ancienneté de sa structure - plus vieille que ce monde, aurait dit Reba, mais c'était sans doute du fait de l'aura qui l'imprégnait - l'antre était en parfait état. Preuve s'il en est que les chevaliers étaient une étape entre passé et présent, le chaînon manquant, la connexion entre hier et demain. Peut-être car sans eux, de nouveau jour, il n'y en aurait aucun.

Se dressant derrière elle, Chiquita finit par passer devant pour ouvrir le passage, comme elle l'avait souvent fait au cours des derniers mois. Depuis qu'elles avaient quitté sa terre natale. Aujourd'hui plus que jamais, celle-ci était bien loin derrière : c'était en terrain grec qu'elle s'avançait, là où les Mystères n'avaient pas leur place. Pour autant, elle s'y sentait à sa place ; même eux n'avaient-ils pas plié devant Athéna ? Si sa compagne s'avançait comme à son habitude à pas feutrés, Reba ne fit aucun effort pour se dissimuler si ce n'est sa lesteté naturelle. C'est donc en pleine vue qu'elle apparut à celui qui l'avait convoquée, là où la panthère préférait rôder dans les ombres. Rares étaient ceux qui auraient pu percevoir le cliquetis de ses griffes sur le dalles, mais il ne faisait aucun doute que leur hôte en soit capable.

Aussitôt qu'elle le vit, une phrase lui revint en mémoire : Dressez-vous sans relâche... Jusqu'à ce que les moutons deviennent des lions. Bien que souveraine du royaume animal, il était des bêtes sur lesquelles elle ne pourrait point régner. Le Bélier était de ceux-là, de même sans doute que les fauves dorés qui l'attendaient en hauteur... Les prédateurs. Et cela était bon ; quand on se tient au-dessus de tous, comment peut-on entendre la voix du peuple ? Sous son masque, un souvenir se dessina alors qu'elle observait son ouvrage les bras croisés ; sur son dos, la boite chromée pesait encore. Néanmoins, à l'entendre vibrer, il lui sembla avoir ajouté un instrument dénué de son à un orchestre muet - à une mélodie d'âme et d'acier.

J'ai cru comprendre qu'il était de rigueur pour tout nouvel arrivant de se présenter devant le Grand Pope. Portant les mains à sa taille, elle précisa, se faisant plus espiègle : Je vous rassure, je n'ai aucune passion pour les volées d'escaliers.

Comme elle, cet homme - avait-il vraiment l'âge d'être appelé comme tel ? - semblait venir de loin. Preuve s'il en fallait que le Sanctuaire accueillait toutes les bonnes volontés, quand bien même il était à craindre que certains ne voient en elle qu'un cumul de tare. Qu'ils viennent. Le maître en sa demeure, en tout cas, ne sembla pas s'en formaliser. Rien d'étonnant à cela pour quelqu'un dont le travail était de plier la matière à son bon vouloir ; la forme n'est que ce que l'on en fait. Un bref instant, Reba tourna la tête en arrière, semblant prêter l'oreille aux paroles muettes que lui soufflait son armure. Son attention lui revint dès après.

C'est donc vous, le fameux réparateur ?

S'approchant de lui, Chiquita parut humer l'air, s'enquérant de ces produits qu'elle n'avait jamais connu - et pour cause : ils n'étaient pas de ce monde.


À crocs découverts [PV Saadyr] JtTovMb
The blood makes us human
Makes us more than human
Makes us human no more.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SaadyrSaadyrArmure :
Bélier

Statistiques
HP:
À crocs découverts [PV Saadyr] G-bleu120/200À crocs découverts [PV Saadyr] V-bleu  (120/200)
CP:
À crocs découverts [PV Saadyr] G-rouge184/210À crocs découverts [PV Saadyr] V-rouge  (184/210)
CC:
À crocs découverts [PV Saadyr] G-jaune217/325À crocs découverts [PV Saadyr] V-jaune  (217/325)
Message Re: À crocs découverts [PV Saadyr]   À crocs découverts [PV Saadyr] EmptySam 11 Juin - 0:57
Elle rode. Féline mais pas agressive, elle observe avec une attention particulière mais ne semble pour autant pas de ces femmes timides et cachées, celles qui d’ordinaire sous le masque qui les contraint tendent à s’effacer. Cette attitude plait au Bélier et la remarque sur les escaliers lui fait avoir un rire léger qui résonne dans le temple. La répartie suit dans la voix de Saadyr qui à nouveau se tourne vers la jeune femme, le sourire aux lèvres.

« Ah vraiment ? Je croyais que c’était pourtant une passion très répandue par ici. »

Et il taquine aussi, songeant aux bronzes qui étaient d’ores et déjà venus le voir. Cela l’amusait grandement, ces rencontres avec cette partie là de la chevalerie du Sanctuaire, mais ce n’était pas un sentiment condescendant ou mesquin. Saadyr était certes fier et orgueilleux mais pas hautain. Le contraire aurait été très mal venu de sa part quand on connaissait ses origines. Un peu plus sérieusement, il reprit la parole, retournant son regard sur le travail qu’il effectuait.

« Néanmoins, je ne crois pas que le Pope ait vocation de rencontrer tous les nouveaux arrivants. Il est fort occupé. »

A ce qu’on disait bien sur. Il ne savait que ce que racontaient les rumeurs. Tous les bronzes qui étaient passés par son temple en tout cas n’étaient pas forcément allés jusqu’au temple du chef des Saints. Certains étaient redescendus, le passage refusé par un autre chevalier d’or. Dommage pour eux. Pas que ça surprenait le Bélier à dire vrai. Et si lui était généralement conciliant, ce n’était certainement pas le cas de ses congénères.

« Enfin, je ne t’empêcherai pas de passer si telle est ton envie. »


Le jugement était rapide. Peut-être trop au goût de certain, mais cette Reba ne semblait ni un danger ni une mauvaise personne. Sans doute, comme lui l’était, emplie d’une volonté implacable et d’une soif de découverte. Et comme Saadyr l’avait lui même compris bien rapidement, les choses n’étaient pas aussi simples qu’elles en avaient l’air.

Le silence s’installa quelques instants avant que la jeune femme ne reprenne la parole, surprenant quelque peu le Bélier qui ne s’était pas attendu à la remarque. Il ne releva pas le regard mais aborda à nouveau un fin sourire tranchant son visage. Peu connaissaient ce détail où ne semblaient pas s’y intéresser. Non qu’il sous estima le savoir qu’un chevalier de bronze pouvait posséder, mais ce n’était pas forcément quelque chose de si évident. Même s’il avait à cet instant la main à la tâche. Prenant le temps de forcer la matière sous les impulsions de son cosmos, il laissa passer quelques secondes. Puis quand son regard lentement se détourna sur la silhouette féline cachée dans les ombres, lui adressant un sourire amusé, il répondit.

« Le fameux ? Hum ça sonne bien oui ! Je suis bien le fameux réparateur. » Ah comme cela l’amuse, un tel terme utilisé pour le désigner, mais si ce n’était pas de lui qu’on parlait mais du rôle qu’il représentait. L’instrument dans ses mains cogna une dernière fois la matière, frappant avec précision, semblant redonner vie à l’armure affaiblie qui avait eu besoin de son aide. Il avait terminé. Déposant son matériel, il put cette fois se détourner pleinement de l’ouvrage, faisant face à Reba, toujours assit négligemment à même le sol. « Besoin de mes services peut-être ? »

Si le regard ne fut pas dénué de cette lueur de malice, s’y lisait désormais un peu de mystère alors que doucement, les pupilles sanguine se déportèrent sur la boite que portait la Lionne sur le dos, fixant avec une certaine intensité comme si un dialogue silencieux s’engageait.

« Hum et... d’où viens-tu Reba ? »

D’un geste, il l’invita à approcher, s’asseoir en prenant place sur l’un des coussins qui trainant dans le coin, à la mode persane. La curiosité s’était éveillé chez le Bélier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t471-saadyr-chevalier-d-or-
AcamasAcamasArmure :
-

Statistiques
HP:
À crocs découverts [PV Saadyr] G-bleu1/1À crocs découverts [PV Saadyr] V-bleu  (1/1)
CP:
À crocs découverts [PV Saadyr] G-rouge1/1À crocs découverts [PV Saadyr] V-rouge  (1/1)
CC:
À crocs découverts [PV Saadyr] G-jaune1/1À crocs découverts [PV Saadyr] V-jaune  (1/1)
Message Re: À crocs découverts [PV Saadyr]   À crocs découverts [PV Saadyr] EmptyLun 13 Juin - 14:27
À crocs découverts
feat. Saadyr

Très peu pour moi. Je préfère les larges étendues de terre. rétorqua-t-elle, toujours d'humeur égale. Merci pour le droit de passage, mais je vais un peu m'attarder.

Elle ne savait si c'était la semblance d'âge mais elle se sentait plus à l'aise en sa présence. Doutant qu'il en soit de même avec ceux qui lui succéderaient, Reba prit le parti d'apprécier ce moment. Après tout, elle n'était pas pressée ; arriver jusqu'ici lui avait bien pris un an. Elle n'avait pas eu la chance d'avoir un professeur, pas au sens où on l'entendrait - mais se plaisait à penser que le monde lui avait servi de guide sur ses propres chemins. Droits ou escarpés, il n'en était aucun qu'elle ne puisse explorer... Comme tout fauve qui se respecte, elle avait fait de ce monde sa propriété, y laissant son empreinte au lieu de se laisser marquer. Une trace qu'elle comptait bien faire durer.

Je viens de la lointaine Afrique. Je pensais que ça se voyait. fit-elle en inclinant la tête, faisant tinter ses boucles d'oreille. En dépit de sa tenue, on ne pouvait manquer sa peau couleur ébène. Comme vous pouvez vous en douter... Brièvement, elle revint en arrière, refilant le cours des derniers mois comme l'on regarderait par-dessus l'épaule de sa mémoire. Qu'éclate sa bulle ne demanda que le temps d'expirer. ...Ce fut un long voyage.

Le mentionner ne rendait cela que plus réel. Reba n'était pas femme à regarder en arrière : les souvenirs sont faits pour le rester. Le présent appartient à demain ; hier est dépassé. Si elle n'oubliait pas pour autant, elle n'avait que rarement conscience du temps écoulé, d'autant plus frappant dans ce cas qu'elle avait durement rempli cette année. Combien de terres avait-elle arpenté ? Combien de monde avait-elle découvert ? Celui dans lequel elle vivait avant de prendre que la route n'était qu'une infime parcelle : la vie est infinie. Et cette pensée n'était pas pour lui déplaire, bien au contraire.

Si la grande civilisation des grecs forçait le respect, il n'était à son sens rien de meilleur que la nature triomphante. Car même en cet empire bâti de la main de l'homme, elle finira un jour par revenir - et la pierre ne sera alors plus que ruines. Car quand tous seront partis, il ne restera que la terre. Un jour, même ce Sanctuaire servirait d'engrais. La déesse n'avait pas droit d'en douter. C'est ainsi que le monde tournait, qu'importe le temps uqe ça prendrait. Mais la Mère n'était pas pressée : il faudrait encore longtemps avant que cette ère soit par le monde avalée.

Pensive, l'africaine caressa le pelage de Chiquita alors que Saadyr remettait la main à l'ouvrage. Celle-ci ne comprenait l'importance des armures qu'à travers l'affection que Reba portait à la sienne - ce n'était pas comme si elle risquait d'un jour en porter - mais c'en était assez pour savoir que l'homme n'était pas à sous-estimer. Voilà qui lui gagnerait son respect, et avec lui le droit de ne pas être dévoré - non qu'elle pensât pouvoir s'en repaître, mais quel prédateur serait-elle sans y avoir songé ? Le maître de ces lieux en tout cas - le Roi des Chevaliers - semblait peu commode, à l'entendre ainsi raconté.

Nous verrons bien. dit-elle d'un air détaché. Au pire, ça me fera visiter. Qu'en est-il de vos pairs ?

Risquait-elle de croiser d'autres Chevaliers d'Or ? Si oui, combien ? Seraient-ils aussi enclins à la laisser passer ? Bien que peu habituée aux lois du Sanctuaire, Reba osait croire que Saadyr ne livrait pas passage aussi facilement d'ordinaire. Parvenir jusqu'au Grand Pope risquait de s'avérer plus tendu qu'elle ne l'avait imaginé -ce qui, le goût du défi aidant, était loin de la rebuter. Bien que se poursuive le dialogue, la jeune femme à la peau noire n'avait pas bougé, continuant d'observer le rituel avec une fascination certaine. Tout cela était encore neuf pour elle, mais ne l'empêchait pas d'en saisir la portée.

Cela se pourrait, admit Reba, les bras croisés. Si vous n'avez pas peur de vous faire mordre, mes crocs auraient bien besoin d'entretien...

Seul se soulève le couvercle, lui permettant de se saisir du casque - la tête du lion - comme on s'emparerait d'un trophée de prestige.Aussi vint-elle s'installer sur l'édredon comme demandé, féline dans sa démarche, un grognement réprobateur montant de la gorge de Chiquita pour ne se l'être vu proposer. Laquelle n'attendit donc pas plus pour se vautrer de son plein gré, nimbant de sa présence tachetée le creux de ses reins. Et de lui tendre son heaume aux dents en effet morcelés, des fissures morcelant les crocs d'ivoire de sa peau de bête au poil d'acier.

Je ne suis pour rien dans son état, prit-elle la peine de préciser. Sûrement l'œuvre d'un de mes ancêtres qui n'a pas su à qui se mesurer...


À crocs découverts [PV Saadyr] JtTovMb
The blood makes us human
Makes us more than human
Makes us human no more.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
À crocs découverts [PV Saadyr]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Libro Scripturae :: Imperium Byzantinum :: Sanctuaire :: Temple du Bélier-
Sauter vers: