Votez
I
II
III
IV
V


Mai 553 AD
 
Partagez
 

 [1ers jours de juillet 550] Croisée des chemins

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
OrionOrionArmure :
Sagittaire

Statistiques
HP:
[1ers jours de juillet 550] Croisée des chemins G-bleu220/220[1ers jours de juillet 550] Croisée des chemins V-bleu  (220/220)
CP:
[1ers jours de juillet 550] Croisée des chemins G-rouge240/240[1ers jours de juillet 550] Croisée des chemins V-rouge  (240/240)
CC:
[1ers jours de juillet 550] Croisée des chemins G-jaune265/265[1ers jours de juillet 550] Croisée des chemins V-jaune  (265/265)
Message [1ers jours de juillet 550] Croisée des chemins   [1ers jours de juillet 550] Croisée des chemins EmptyVen 6 Mai - 13:06
Bon sang, je ne m'étais pas attendu à une telle réaction !
A une vitesse fabuleuse, cette étrange femme m’avait attaqué sans que je n'eusse le temps de réagir, tant je fus surpris par cet assaut incompréhensible.
Une nuée d'étoiles fusa vers moi, avant de m'assaillir. La douleur me coupa les jambes, et je me sentis perdre pied lorsque la puissance cosmique se décida à me relâcher de son étreinte. Avais-je déjà ressenti pareil tourment ? J'en doutais.
Les étoiles pénétrèrent mon corps, perforèrent ma chair faible, non protégé par une armure, un surplis ou une cuirasse. La peau d'un homme simple. Une étrange énergie chercha à me protéger de cet assaut, mais mon esprit était bien trop assommé pour l'en empêcher ou au contraire l'encourager. Peu à peu, je finis par percevoir une sorte de lumière se répandre dans tout mon corps, et la douleur commença à refluer lentement. Dans les brumes de mon inconscience, je tentais de me rappeler le dernier souvenir que j'avais de cet éclat. Il me semblait l'avoir déjà brièvement ressenti... Lors de mon procès peut être, ou même avant. Mais impossible de réfléchir dans une telle situation.
Je sentis alors un contact physique et lorsque je parvins enfin à ouvrir les yeux, je fis cette femme, Hélèna, à genou à mes cotés. Me soignait-elle ou m'achevait-elle ?
J'entendis alors ses propos, m'étonnant de leur teneur. La liberté de choisir ? Protéger par les étoiles ? Un sentiment puisant s'éveilla en moi, et à ma grande surprise je sentis des larmes coulaient de mes joues alors qu'un grand sourire se dessinait sur mon visage. Ma rédemption... Était-elle enfin accessible, là juste devant moi ?
Sans autre forme de cérémonie, Héléna renvoya Lesath, Childéric et Silas, pour nous encourager Rahi et moi à la suivre. Je dus attendre encore quelques minutes pour trouver la force de me relever, et je le fis en massant mon épaule endolorie, comme tout le reste de mon corps.

Je... Je ne vous connais pas, ma dame, mais je pense que je vous dois un grand merci. J'ignore ce que vous m'avez fait mais je perçois un changement qui m'est encore inconnu. Néanmoins une chose est sure... Il ne peut en ressortir que du bon.

La mythologie regorge de purifications par le feu, dans la douleur. Des religions entières prônent de tels procédés. Et pour en avoir fait les frais à l'instant, je commençais à comprendre cette nécessité. Je me sentais différent, comme dépossédé d'une main puissante et obscure qui enserrait jusqu'alors mon cœur.
Le corps couvert de sang, malgré l’arrêt de l’hémorragie, je ne devais pas avoir bonne mine. Et pourtant, mon sourire était sincère.
Peu avant que je ne me relève, j'avais entendu Héléna parlait de Belisaire, et d'une situation conflictuelle au Sanctuaire. Mais malgré un sentiment d'urgence et d’inquiétude, mon instinct me soufflait que je me devais de demeurer encore ici. Si une femme de la trempe d'Héléna désirait me parler, il était hors de question de jouer les filles de l'air.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t369-sagitarrius-no-orion
InvitéInvité
Message Re: [1ers jours de juillet 550] Croisée des chemins   [1ers jours de juillet 550] Croisée des chemins EmptyVen 6 Mai - 14:14

Ils étaient arrivés comme un cheveu sur la soupe. Trois Saints, deux Gold… Décidément ce Pope aimait voir les choses en grand. Râhi s’était alors relevé rapidement, manquant de tomber. C’était bien le moment. Puis elle s’était adressée à lui, de nouveau. Des mots qui provoquèrent une nouvelle colère intériorisée. Quel besoin avait-elle d’étaler son passé ainsi ? Parlant d’évènements que lui-même ignorait ? Cela l’énervait profondément. Tous ces mots n’avaient pour lui aucun sens et, quand bien même ce châle lui procurait un air de déjà vu, tout cela semblait plus à un mensonge, un mauvais rêve, une flopée d’excuses.

Le blond était resté silencieux face à tout cela, se contentant d’un simple regard froid qui en disait long sur ce qu’il pensait tandis qu’Hélène était apparu devant Arbhaal, le frappant. Rester ici ? Qu’avait-il à y gagner ? Râhi ne voulait plus de mensonges et, quand bien même l’original lui criait de rester, il n’était pas sûr d’en avoir très envie. Suivons-là, je veux savoir… et je suis sûr que toi aussi. Il se faisait trop insistant, si bien qu’il finit par céder. De toute manière, si la façon dont tournait la chose ne lui convenait pas, il serait toujours à temps de partir. Pour aller où ? Retourner au Sanctuaire ? Retourner près de ceux qui nous ont trahis ? C'était pourtant une possibilité, car certains points abordés précédemment l’inquiétaient.

Une fois éloigné des trois autres, il sortit enfin du silence. « C’était quoi ce cirque ? Qui t’a permis de parler de ça en présence des autres ? Et c’est quoi toute cette histoire de Saint de la Vierge, de Démons ? Et d’ailleurs, tu fais quoi de la disparition de la rouquine hein ? » Non, tais toi... Il était visiblement sur les nerfs et se fichait pas mal de la colère d’Hélène, sa façon de faire lui déplaisait, et il ne la craignait pas.

« Un libre arbitre ? » commença-t-il en repensant aux évènements récents « Ne me fait pas rire, tout ça c’est juste des conneries » finit-il dans un murmure avant de reprendre plus haut et d'un ton faussement plus calme « Tu disais que c’était à moi de venir ici… Qu’est-ce que ça signifie ? ». Perdu, c’était un peu ce qu’il était : un enfant perdu et en colère. Puis un groupe de mot lui revint en mémoire « Je crois que ça chauffe là-bas ». Il retomba dans un silence pesant, essayant tant bien que mal de réfléchir à ces paroles. S’il y avait un problème au sanctuaire… On s’en fiche d’eux. Non. Quand bien même il n’en avait pas réellement conscience, Râhi se sentait concerné par le sanctuaire… pour une raison inconnue. Un regard vers l’ancien Cardinal d’Arès, il murmura : « On devrait y aller… ». Il n’était plus Saint, mais peu importe. Pourquoi ?
Revenir en haut Aller en bas
HélènaHélènaArmure :
Aucune

Statistiques
HP:
[1ers jours de juillet 550] Croisée des chemins G-bleu0/0[1ers jours de juillet 550] Croisée des chemins V-bleu  (0/0)
CP:
[1ers jours de juillet 550] Croisée des chemins G-rouge0/0[1ers jours de juillet 550] Croisée des chemins V-rouge  (0/0)
CC:
[1ers jours de juillet 550] Croisée des chemins G-jaune0/0[1ers jours de juillet 550] Croisée des chemins V-jaune  (0/0)
Message Re: [1ers jours de juillet 550] Croisée des chemins   [1ers jours de juillet 550] Croisée des chemins EmptyMar 10 Mai - 17:49
- Du bon ? On verra...

Elle n'avait pas eut le temps de répondre que le second lui tombait dessus pour lui faire la morale. On pouvait pas dire que Rahi avait hérité de la sagesse de sa constellations, encore moins que celle de son père. Enfin bon, c'était qu'un sale gosse paumé.

- Tu vas déjà baisser le ton connard ! Je n'ai pas la patience de Bélisaire ou des chevaliers qui ont dû croiser ton caractère de merde. Alors, quand on veut des réponses... On le demande poliment ! Et je parle comme je veux où je veux, enfoiré... Tu veux pas qu'on te dicte ta conduite mais tu le fais aux autres... Se retournant vers lui. Alors ta morale de merde, je me la carre dans le cul !

Puis, touchant la porte d'entrée de la tour, elle l'ouvrit et fit signe aux deux gosses de la suivre. Elle n'avait répondu à aucune des questions de Rahi, elle comptait bien l'éduquer sur le sens du protocole et du respect. Comme elle l'avait dit, elle n'avait rien du Grand Pope et n'en avait rien à foutre des convenances. Ce gosse venait chez elle, et dans sa bonté, Hélèna avait souhaité lui donner des éléments de son passé. Et, surprise, ce connard la prenait de haut... Mais, histoire de bien se faire comprendre de l'ancien Chevalier de la Vierge.

- Tu es libre de te barrer ou de nous suivre. Mais si tu me suis et que tu me parles encore une fois avec ce ton, je te butte.

La menace n'était pas en l'air et il pouvait partir maintenant s'il le voulait. Le Pope lui avait dit qu'il avait son libre arbitre et Hélène avait la même philosophie en la matière. Il avait donc le choix de franchir la porte devant lui ou non. Mais s'il le faisait, il acceptait le contrat. Dans la grande sallé qui s'ouvrait devant Hélène, quelques armures de bronze et d'argent étaient en piteux état. Des jeunes gens étudiaient les armures avec soin et faisaient des écrins de terre cuite pour y verser un métal fondu.

- Arbhaal, je veux savoir comment tu vois la Déesse de la Sagesse ? Pourquoi renoncer à Hadès ? ou même Arès ? Je ne parle pas d'émotions ou autres, je parle de ta Foi... Elle en est ou ?

Elle avait pris trois verres en terre cuite et attendait de savoir la décision de Rahi.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
OrionOrionArmure :
Sagittaire

Statistiques
HP:
[1ers jours de juillet 550] Croisée des chemins G-bleu220/220[1ers jours de juillet 550] Croisée des chemins V-bleu  (220/220)
CP:
[1ers jours de juillet 550] Croisée des chemins G-rouge240/240[1ers jours de juillet 550] Croisée des chemins V-rouge  (240/240)
CC:
[1ers jours de juillet 550] Croisée des chemins G-jaune265/265[1ers jours de juillet 550] Croisée des chemins V-jaune  (265/265)
Message Re: [1ers jours de juillet 550] Croisée des chemins   [1ers jours de juillet 550] Croisée des chemins EmptyMar 10 Mai - 18:44
Et ben... En voila une qui ne machait pas ses mots... Quelle mégère !
Lesath ne s'était pas trompé à son sujet. Ce pauvre Rahi venait de se prendre un sacré coup de vent dans les bronches. Discret, pour une fois, j'écoutais sans prononcer un mot, suivant la maitresse de Jamir dans son antre. J'adressais un hochement de sourcil d'encouragement envers l'ancien chevalier d'or de la Vierge, posant brièvement ma main sur son épaule sur mon passage. Il devait trouver le moyen de ravaler sa fierté si le jeu en valait la chandelle.
Le spectacle qui s'offrit à moi me surprit. Voir ces jeunes gens occupaient à réparer des armures n'était pas anodin pour un home qui en avait tant détruites durant sa précédente existence.
Mais Hélène eut tôt fait de me ramener à la réalité. Je me tournais vers elle, arborant un air pensif. La question était loin d'être simple, tant j'avais moi même du mal à faire le tri dans mes sentiments. Certes, la rupture avec mes anciennes divinités était réelle et sincère, mais concernant la Foi... Je ne m'étais jamais considéré comme un saint homme, dans le sens croyance du terme. Serais-je différent en temps que serviteur d'Athéna ?

Concernant Arès, je n'ai jamais réellement cru en sa cause. Le pacte qui nous a uni était uniquement basé sur des intérêts convergents. Mais pour Hadès, c'est différent. J'ai sincèrement tout donner pour lui. J'ignore si c'est cela la Foi mais disons que pour moi ce fut ce qui s'en rapprochait le plus. Je n'avais plus d'espoir dans la vie, dans l'humanité. Dans un tel état d'esprit, comment ne pas croire en un dieu qui souhaite priver les hommes de tout libre arbitre pour devenir le berger de ce troupeau ?

Oui, mes années au service du sombre monarques s'expliquaient ainsi de manière logique. Hadès m'avait offert le pouvoir, la reconnaissance, le statut. Mais la Foi ? Non, à bien y réfléchir, il s'agissait davantage d'une sorte de facilité, de lâcheté. J'avais fini par y perdre à mon tour toute capacité de jugement... Jusqu'à récemment.

Quand à Athéna... Je vois en elle l'espoir. Lorsque je me suis rendu compte que le monde sous Hadès ne serait qu'une bande de marionnettes privées à jamais de joie, d'amour, de passion, j'ai pris peur. Que resterait-il après la victoire du seigneur des Enfers ? Rien, hormis lui. Je... Je ne veux pas, plus être un esclave. Je veux être libre de me tromper, d'être fou d'amour ou de cogner sur le premier venu s'il le mérite. Alors j'ignore s'il s'agit là de sentiments ou de Foi, mais si je dois dédier ma vie à la cause d'une divinité, je veux que ce soit Athéna. Parce que j'ai besoin de croire en elle.

Le regard empli de conviction, je fixais Hélène pour l'assurer de ma sincérité. La Foi... N'est-ce pas servir aveuglément une entité supérieure, une cause, un but qui nous dépasse ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t369-sagitarrius-no-orion
InvitéInvité
Message Re: [1ers jours de juillet 550] Croisée des chemins   [1ers jours de juillet 550] Croisée des chemins EmptyMer 11 Mai - 9:55

C’est que la vieille commençait à s’énerver en plus. De mieux en mieux. En réalité, il se fichait pas mal des réponses le concernant, il avait simplement cédé à l’original, une fois de plus et il n’aurait pas dû. Menteur. Et puis, ils avaient quoi tous à parler de ce Pope à deux sous en ce moment ? Ça devenait franchement lourd.

La femme ouvrit la porte et leur intima de la suivre, insistant sur le fait qu’il était libre de faire son choix. Une blague. Le blond avait une folle envie de rire en entendant cette phrase. Pensait-elle sérieusement qu’elle obtiendrait un quelconque respect en le menaçant ? C’était bien mal le connaitre. Une main se posa d’ailleurs sur son épaule. Un geste dont il se dégagea rapidement, le visage blême. Pas de contact, surtout pas. Ne le laisse pas nous approcher, ni lui… ni un autre… ne faisons plus cette erreur. Non, il ne la ferait plus, il se l’était promis.

L’homme qu’il ne connaissait pour ainsi dire pas passa alors la porte, entamant une discussion avec Hélène, qui enchainait les verres. Lui, il était resté sur le pas de la porte, le regard vide. Il se demandait comment il avait pu ne pas voir cette main s’approcher de lui. Puis un retour en arrière dans sa tête et tout devint plus clair. A ce moment-là, Râhi était concentré sur autre chose. Plus précisément sur les mots de celle qui semblait en savoir long sur lui, ou qui croyait savoir.

Un léger rire sinistre s’échappa de ses lèvres. « Parle comme tu veux, mais pas quand ça concerne l’histoire d’un autre. Mon passé ne les concerne pas, tu n’avais pas à... T’as merdé, c’est tout ». Elle n’avouera pas, elle est comme lui. Agacé, c’était un peu son humeur pour le moment et pourtant sa voix restait parfaitement neutre. Cette femme qui croyait tout savoir, elle l’énervait et pourtant, il avait décidé de ne plus rien montrer. « Tu veux me buter ? » Il éloigna légèrement les bras de sa poitrine « Vas-y…fais-toi plaisir, ça changera quoi… ? ». Ajoutant pour lui-même, d’une voix presque inaudible « comme si tout ça avait un sens…». Qu’est-ce qu’elle attend … ? Probablement le meilleur moment, tout simplement, comme les autres. Il attendait tandis que l’original se mêlait à lui par moment, laissant son regard s’assombrir toujours un peu plus. Ne la laisse pas faire.

Après avoir passé quelques secondes immobiles à attendre, il s’appuya sur l’encadrement de la porte. Qu’est ce qui l’attendait s’il entrait ? Rien. Il n’avait aucune certitude sur les intentions de cette femme, et rien n’affirmait qu’elle dirait la vérité, si tenté qu’elle se décide à parler. Le blond finit alors par s’accroupir « Au final, tu ne sais rien n’est-ce pas ? ». Son ton était plus calme, empreint d’une certaine tristesse, déception, autre chose peut-être… Il ne parvenait pas à mettre un nom sur cet étrange sentiment. Sans doute connaissait-elle son passé mieux que lui, mais elle ne savait rien de lui, de ses peurs, de ce qu’il cachait en réalité. Non, elle ne savait rien. Au fond, il ne pouvait rien attendre d’elle, et il n’en attendait probablement plus rien.

Le blond n’avait plus prononcé le moindre mot, s’enfermant dans un nouveau silence, dressant une nouvelle barrière, une nouvelle protection bien plus solide que les précédentes. Enfin, il l’espérait.
Revenir en haut Aller en bas
HélènaHélènaArmure :
Aucune

Statistiques
HP:
[1ers jours de juillet 550] Croisée des chemins G-bleu0/0[1ers jours de juillet 550] Croisée des chemins V-bleu  (0/0)
CP:
[1ers jours de juillet 550] Croisée des chemins G-rouge0/0[1ers jours de juillet 550] Croisée des chemins V-rouge  (0/0)
CC:
[1ers jours de juillet 550] Croisée des chemins G-jaune0/0[1ers jours de juillet 550] Croisée des chemins V-jaune  (0/0)
Message Re: [1ers jours de juillet 550] Croisée des chemins   [1ers jours de juillet 550] Croisée des chemins EmptyJeu 12 Mai - 1:49
Hélène écoutait avec soin la discussion avec ces deux là. Autant le premier montrait au moins une volonté de s'expliquer, autant la second... Soufflant, elle prit une gorgée de vin avant de reprendre la parole. Tout cela était assez complexe pour l'ancien Juge des Enfers, il était maintenant libéré des dernières chaînes de cosmos infernal qui l'empêchait de devenir un serviteur de la Déesse de la Sagesse. Mais, était-il capable de prouver sa bonne volonté ? Elle ne savait pas que penser mais le bénéfice du doute était là.

- Voilà de belles paroles... Mais tu devras faire tes preuves tu t'en rends compte ? En plus, "croire" ne suffira pas, on te demande d'avoir la Foi envers elle. Sais tu ce qu'est le Rêve de notre Déesse ? C'est la pierre angulaire de tout et sans comprendre cela, tu ne peux avancer.

Merdé ? Il prenait donc la parole. Mais pour qui se prenait-il ? Le regard de la Gardienne le fixait froidement. Il montrait son torse comme cela, comme si mourir était une chose comme une autre... Sensiblement, elle se rendait compte qu'elle avait affaire à un dépressif chronique ou à un suicidaire. Voilà une chose que Bélisaire ne pouvait comprendre d'une certaine façon... Alors qu'elle tournait lentement son vin dans son verre...

- Tu veux te suicider ? Non mais si c'est cela, pourquoi tu te balances pas dans le ravin d'à côté ? Personne ne te retient.

Puis, il s'accroupissait avec ce regard d'enfant perdu. Ne rien savoir ? Il jugeait facilement des autres et se donnait des solutions sans se poser de vraies questions.

- Ne rien savoir... As tu seulement posé une question ? Tu te poses en victime depuis tellement longtemps, que les autres sont responsables de tes malheurs... que tu as fermé ton esprit à toute vérité, qu'elle soit bonne ou mauvaise. C'est assez navrant. Donc, oui, j'ai des réponses mais, vu ta réaction, es tu prêt à les écouter sinon à les entendre ?

Le ton était posé et froid. Il était inutile d'aller plus loin s'il continuait à penser ainsi...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
OrionOrionArmure :
Sagittaire

Statistiques
HP:
[1ers jours de juillet 550] Croisée des chemins G-bleu220/220[1ers jours de juillet 550] Croisée des chemins V-bleu  (220/220)
CP:
[1ers jours de juillet 550] Croisée des chemins G-rouge240/240[1ers jours de juillet 550] Croisée des chemins V-rouge  (240/240)
CC:
[1ers jours de juillet 550] Croisée des chemins G-jaune265/265[1ers jours de juillet 550] Croisée des chemins V-jaune  (265/265)
Message Re: [1ers jours de juillet 550] Croisée des chemins   [1ers jours de juillet 550] Croisée des chemins EmptyVen 13 Mai - 11:08
Pauvre Rahi... La maitresse des lieux ne le ménageait pas !
J'écoutais leur échange d'un air circonspect, me retenant de défendre le jeune garçon. Pourquoi l'aurais-je fait ? Je ne savais rien de son histoire ou des reproches abreuvés par Hélène. Alors autant me taire et essayer de comprendre un minimum les causes de la tension entre ces deux là. Pourtant l'envie ne manquait pas...
Manière de distraire Hélène quelque seconde de sa "victime", je répondis à son propos, d'un air sérieux.

Pour avoir le droit d'être accepté par les saints, j'ai du subir un procès composé de trois chevaliers d'or, dont Saadyr du Bélier, et du Grand Pope. Le fait de devoir faire mes preuves est clairement logique vu l'issue de ce tribunal. Je n'attends que ça ! C'est pour cela que je suis venu ici sur ordre du Grand Pope. Ce dernier a jugé qu'obéir à ses directives était déjà un bon point de départ.

Docile, voire servile, voilà ce que j'aurais jadis pensé de mon comportement actuel. Mais au final, j'avais décidé de croire dans les intentions et la sagesse du représentant d'Athéna sur terre. Malgré sa retenue et sa froideur, j'avais bien conscience que Belisaire avait fait preuve d'humanité en acceptant que je sois soumis à un procès juste. D'autres que lui m'aurait fait exécuté sur le champ.

Quand au rêve de notre déesse... Je n'ai pas eu l'occasion d'en entendre parler de manière concrète, mais de ce que je sais, je sens, je pense qu'elle désire avant tout préserver l'humanité en lui apportant la sagesse nécessaire pour se libérer du joug des dieux avides de pouvoir. Nous offrir la liberté de choisir, de nous tromper et d'avancer. Il y a bien longtemps, je l'ai tenue dans mes bras alors qu'elle n'était encore qu'un nourrisson et j'ai senti un amour sans limite irradié de son cosmos. Nul mortel ne resterait de marbre face à cela.

Ce souvenir me ramena loin en arrière. A cette époque où la mort jonchait mon chemin et où j'avais fait le choix fou d'épargner l'ennemie sans défense de mon souverain de l'époque.

Je ne demande pas mieux qu'à faire mes preuves, vois-tu. Protéger le sanctuaire, guider les nouvelles générations... Cette seconde vie est une chance unique. Je ne devrais pas être ici et pourtant me voici. Alors autant faire en sorte qu'il en ressorte un peu de bien. Je suis loin d'être un ange, mais j'aimerais bien au moins donner le meilleur de moi même pour trouver un sens à mon existence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t369-sagitarrius-no-orion
InvitéInvité
Message Re: [1ers jours de juillet 550] Croisée des chemins   [1ers jours de juillet 550] Croisée des chemins EmptyVen 13 Mai - 12:39

Râhi écoutait la discussion sans plus. Les grand discours, ce n’était pas vraiment pour lui et c’était exactement ce que faisait l’autre Saint : se justifier avec de grands discours. Il avait entouré ses jambes de ses mains, c’était un peu comme une position de protection, une protection d'enfant, puis il remarqua quelque chose à son poignet. Alors le tissage était encore là… Il semblait qu’il avait plutôt bien tenu pour une chose qui semblait si fragile. Ses doigts frôlèrent l’objet d’un geste hésitant, ne voulant pas prendre le risque de le briser. Le blond était comme ailleurs, enfermé dans un silence qu’il utilisait comme défense. Un peu maladroit, certes, mais il n’en restait pas moins un outil.

Croire, voilà un mot qui le faisait grandement rire. Et c’était d’ailleurs ce qu’il avait fait : étouffer un rire, ou plutôt une sorte de soupir. Il était impossible de croire, croire n’était rien d’autre qu’une faiblesse. Tout ça n’était qu’illusion, mais les paroles semblaient valoir tellement plus que les actes. De toute manière, ce n’était pas à lui qu’elle s’adressait. Un regard froid se posa sur lui, comme de nombreux autres l’avaient fait auparavant. Le blond n’avait pas eu besoin de le voir, il le sentait, et c’était bien suffisant. Tout ce dont était capable cette femme, c’était de faire des remarques, rien d’autre. En réalité, elle n’avait tout simplement aucune force autre que ces paroles vides. Des paroles, mais des paroles sans actes. Finalement, elle n’est pas mieux que les autres. Regarde, elle se trompe sur notre compte, elle est incapable de nous comprendre et d’ailleurs, elle ne le veut pas. C’était vrai, le masque l’avait remarqué également. Esquiver la conversation quand cela l’arrangeait avant de prononcées des paroles aux informations erronées.

Les lèvres du garçon bougeaient, mais aucun son ne semblait en sortir. Une discussion s’était engendrée avec lui-même, où il répondait à ses propres remarques, aux remarques de l’original avant de se poser d’autres questions. Elle nous croit même suicidaire, la bonne blague. Non, il ne l’était pas, ni l’un, ni l’autre. Sans un regard vers elle, il murmura « Tu fais des menaces, mais il semblerait au final que cela ne soit que des mots » Il soupira avant de reprendre la parole d’un ton neutre, et pourtant, il était fatigué de tout cela « J’attends peut-être la mort, mais je ne suis pas suicidaire. Tu te trompes, encore une fois » . Non, il ne se suiciderait pas, ce n’était pas son but. Seulement, il ne craignait pas la mort et son existence n’avait strictement aucune utilité, une erreur. Il y avait pourtant bien une raison qui lui ferait commettre un tel acte, si jamais… Ce n’était pas le sujet.

Sans s’en rendre compte, sa main avait légèrement resserré sa prise tandis que ses yeux restaient fixés sur son poignet. « Des questions auxquelles tu ne réponds que lorsque ça t’arrange visiblement. Qu’est-ce que tu sais de moi, de ces dix-huit dernières années? Oui, j’ai merdé, plusieurs fois même. J’ai merdé au temple, j’ai merdé avec le p’tit Bélisaire, j’ai merdé avec mon armure, et probablement même avant ça, et certainement que je vais merder encore dans les prochaines minutes. Mais tu vois Hélène, j’assume mes conneries et je ne les ai jamais, je dis bien jamais, refourgués sur le dos d’un autre » . Il détourna finalement le regard du tressage pour fixer la femme d’un regard des plus sombres. L’original était en colère. « Alors tu vois, tes remarques et tes histoires de victimes, tu peux te les garder » . Qu’est-ce que tu fais bon sang ? Au final, il avait déballé la plupart de ses fautes récentes, sans pour autant rentrer dans le détail, mais c’était comme une preuve. Une preuve qu’il ne comptait pas mentir, qu’il assumait.

Il finit par se lever, manquant de retomber sur le sol. Toujours les yeux assombris posés sur elle, il continua « Ma réaction ? C’est ta nouvelle excuse ? N’est-ce pas plutôt toi, celle à l’esprit fermé et qui cherche un responsable pour avoir une raison de se taire ? Si tu ne veux rien dire, très bien libre à toi, je ne dérangerais pas ta conversation avec Or… Ar… bref, avec lui plus longtemps. Dans ce cas-là, renvoie-moi donc plutôt au Sanc… d'où je viens… » . Une reprise maladroite, des derniers mots prononcés inconsciemment, qui trahissait probablement ses pensées. Des sentiments que lui-même ignorait. Visiblement, sa présence ici n’était plus souhaitée et Hélène ne semblait avoir aucune envie de dévoiler la moindre information. Pourquoi là-bas ? On s’en fou d’eux, ils nous ont abandonnés. Un murmure, une dispute, un désaccord.
Revenir en haut Aller en bas
HélènaHélènaArmure :
Aucune

Statistiques
HP:
[1ers jours de juillet 550] Croisée des chemins G-bleu0/0[1ers jours de juillet 550] Croisée des chemins V-bleu  (0/0)
CP:
[1ers jours de juillet 550] Croisée des chemins G-rouge0/0[1ers jours de juillet 550] Croisée des chemins V-rouge  (0/0)
CC:
[1ers jours de juillet 550] Croisée des chemins G-jaune0/0[1ers jours de juillet 550] Croisée des chemins V-jaune  (0/0)
Message Re: [1ers jours de juillet 550] Croisée des chemins   [1ers jours de juillet 550] Croisée des chemins EmptySam 14 Mai - 15:52
Le Rêve. Un Idéal que la Déesse voulait apporter à l'Humanité. Si Apollon souhaitait le renouveau par le changement des cycles, Athéna souhaitait offrir aux hommes un havre où la Raison serait la pierre angulaire de tout. La Foi était une chose sacrée mais elle empêchait de penser par soit même, de garder son libre arbitre afin de tisser sa propre destinée. C'était la raison pour laquelle elle s'était battue pour que le Credo se mette en place. La paix de l'Eglise avait été tissé dans la raison... Mais l'Eglise de Rome s'opposait à cette vision.... L'Histoire était en marche !

- Tu as tenue la Déesse entre tes bras ! Mais cela ne suffit pas, tu devras apprendre ce qu'est le Rêve pour comprendre la raison de nos actions. Constantinople est la première pierre de cet édifice qu'Athéna construit depuis des siècles, il doit rester le berceau de la connaissance et de la Raison dans un monde de plus en plus en proie à ses propres sauvageries.


Un sourire en coin, elle but une gorgée de vin en entendant les derniers mots d'Arbhaal.

- Tu penses que l'on peut faire ses preuves par le combat uniquement ? Pour l'instant, tu resteras ici et tu liras quelques ouvrages de philosophie et aussi des parchemins sur quelques héros de la Chevalerie, leurs mémoires... Si tu dois servir Athéna, fais le avec ta tête, pas tes poings... C'est la base d'une bonne stratégie !

Rahi reprenait la parole avec cette arrogance habituelle. Il était pas suicidaire ?

- Bah fais en sorte que cela ne se ressente pas... Evite les conneries du genre "Frappe moi, vas y", cela passera mieux !

Puis, il en vint enfin aux faits.

- De tes 18 derniers printemps, j'en sais rien. En cela tu as raison et je vais pas te faire de commentaires là dessus... Silence soudain, puis éclat de rires. Tu t'es pris la tête avec Bélisaire, tiens donc ! Comme c'est étonnant ! Mais tu es encore vivant... Reprenant son calme. Tu assumes. C'est déjà une bonne chose. Soit. Je sais qui était ton père, ce qu'il est advenu de lui... Son armure a dû graver tous ses souvenirs lors de ses derniers combats. Mais là n'est pas la question. Qui suis je ? Mais je pense que tu ne veux pas le savoir, la douleur serait trop forte pour toi. La coquille que tu as créé te protège des autres c'est vrai mais elle te détruit en même temps.... Cynisme, repli sur soit... Je me trompe ? Si oui, dis moi pourquoi ?

Elle prenait sur elle pour le comprendre. Au fond d'elle, elle souhaitait apaiser les choses mais si il repartait dans cette arrogance puérile. Cela finirait assez vite...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
OrionOrionArmure :
Sagittaire

Statistiques
HP:
[1ers jours de juillet 550] Croisée des chemins G-bleu220/220[1ers jours de juillet 550] Croisée des chemins V-bleu  (220/220)
CP:
[1ers jours de juillet 550] Croisée des chemins G-rouge240/240[1ers jours de juillet 550] Croisée des chemins V-rouge  (240/240)
CC:
[1ers jours de juillet 550] Croisée des chemins G-jaune265/265[1ers jours de juillet 550] Croisée des chemins V-jaune  (265/265)
Message Re: [1ers jours de juillet 550] Croisée des chemins   [1ers jours de juillet 550] Croisée des chemins EmptyDim 15 Mai - 12:00
Des livres ? Moi ?!
Oh bon sang, je n'avais ni la tête, ni le caractère d'un rat de bibliothèque ! Certes, je reconnaissais volontiers l'utilité de la transmission des connaissances, pour avoir en de rares occasions pris le temps de consulter certains ouvrages, mais là ce n'était franchement pas le moment.
J'ouvris la bouche pour révéler la destinée de Constantinople, cette fameuse cité pleine de promesses aux yeux d'Hélène, mais je me ravisais à la dernière seconde. De telles informations pouvaient être fort dangereuses et je ne tenais pas à ternir les espoirs de cette femme.

Des livres de philosophie... Ce ne sera pas la première fois...

Vaincu, je lançais un regard affligé sur mon interlocutrice. J'avais déjà parcouru quelques ouvrages de ce type, voilà fort longtemps, durant mon adolescence, mais je n'en gardais que de vagues souvenirs. Même si je comprenais au fond l'objectif visé, qui était de calmer mes ardeurs tout en essayant de faire rentrer un soupçon de sagesse et de modération dans ma caboche, mais si le Sanctuaire était en danger, je n'étais peut être pas à ma place ici.

Je sais bien que je ne deviendrais pas un chevalier uniquement en semant la destruction sur ma route et en cognant sur les ennemis d'Athéna. Tout est question de mesure, je suppose... Quand au fait de lire des récits d'anciens Saints valeureux, cela ne m'empêchera pas de garder en mémoire ceux qui jadis se sont opposés à moi et ont tout donnés pour sauver Athéna.

La dispute entre Hélène et Rahi gagnait en intensité, et je restais coi face à la hauteur et à l'épaisseur du mur qui opposait ces deux là. La maitresse des lieux semblait faire un réel effort pour se calmer mais l'ancienne Vierge ne cessait de la provoquer. L'espace d'un instant, je faillis lui coller mon poing dans la tronche pour l'expédier contre le mur opposé, mais je repensais aux dernières paroles d'Hélène... Sagesse.

Rahi... Peut être devrais tu tout simplement écouter Hélène. Accumuler les reproches ne rime à rien. Prends ce qu'elle a à te donner, fais le tri et fais ce que bon te semble. Je ne te connais pas vraiment, mais je peux t'assurer que personne ne te veut du mal ici. Et en toute franchise, je pense que personne n'est là pour te juger. Qui le pourrait ? Je suis un ancien meurtrier dévoué à l'ennemi juré de notre déesse, et je suis certain qu'Hélène a également plusieurs taches sur son plumage blanc. Le contraire serait étonnant car dès lors qu'une personne vit, elle commet des erreurs.

Je me rapprochais du jeune homme et vint me placer devant lui, la mine sérieuse, sans pour autant lui bloquer la vue vers Hélène.

Si tu rejette systématiquement toutes les mains tendues, tu t'apercevras un jour que plus personne ne viendra vers toi. Tu seras une âme solitaire, et pour avoir vécu ça, je ne te le souhaite pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t369-sagitarrius-no-orion
InvitéInvité
Message Re: [1ers jours de juillet 550] Croisée des chemins   [1ers jours de juillet 550] Croisée des chemins EmptyLun 16 Mai - 15:36

Encore ce rêve, un mot qui revenait bien trop souvent à son gout. Non pas que l’idée n’était pas louable, elle l’était certainement, peut-être… Il se sentait simplement extérieur à tout cela. Non pas que cela ne le concernait pas, simplement qu’il pensait ne pas y avoir droit. C’était une notion dont il ignorait tout. Râhi n’était que destruction, rien d’autre. Ainsi, il écoutait d’une oreille la conversation entre la femme et le Saint, se passant de tout commentaire.

Le blond se tourna brusquement vers l’homme qui semblait s’approcher de lui. Une remarque qui l’avait passablement énervé, comme d’habitude. Une intervention qui n’avait pas lieu d’être, une discussion qui ne le concernait pas, c’était ce que son regard lui faisait clairement comprendre. Sans doute aurait-il été préférable de réfléchir plus longtemps, de se taire mais, dans le cas où le message n’avait pas été compris la première fois, il prononça quelques mots à son intention : « La solitude me convient plus que tu le penses. Garde donc ta morale pour toi… Cette histoire ne te concerne pas ». Tu es un menteur. Oui, il l’était. Un mensonge de plus qu’il estimait nécessaire à leur protection. La façon de dire les choses n’était clairement pas la bonne, mais Râhi n’avait jamais su trouver les mots en plus de vingt ans d’existence. Tout ce qu’il signifiait à travers ce mensonge, c’était que le Saint devait rester extérieur à cette histoire, que personne ne devait savoir à propos de lui. De la gêne, ou autre chose… qui sait.

Il se tourna finalement vers Hélène, comme s’il s’était subitement calmé. Il s’adaptait au gens, à ce qu’ils voulaient voir, ou à ce qu’ils méritaient, selon lui. Chacun était dans une case, et son comportement jouait en conséquence. Elle avouait donc ne pas savoir, et mieux encore, elle n’avait rien commenté. C’était, en un sens, préférable pour l’un comme pour l’autre. Ignorant sa première remarque, il alla directement à l’essentiel : « A t’entendre, on dirait que le fait que je sois encore là relève presque du miracle » Une remarque prononcée d’un ton faussement étonné, des mots qui ne l’arrangeait pas. Peut-être qu’il aurait préféré ne plus être là, justement.

L’ancien Saint tourna légèrement la tête vers Arbhaal. En réalité, il aurait voulu que toute cette discussion n’ait lieu qu’entre Hélène et lui. Des mots qu’il ne devrait pas entendre, des sons qui ne devraient trouver aucune autre oreille, aucun témoin. Il soupira, se retournant vers elle : « Je ne sais rien de lui. A vrai dire, je ne me souviens même pas de son visage, ni d’avoir entendu sa voix ne serait-ce qu’une fois, c'est comme s'il était un parfait inconnu ». Pourtant menteur, les sentiments du garçon se reflétait par moment dans ses yeux. De la peine, de la souffrance, de l’incompréhension… Des questionnements, tout simplement.

Il tiqua légèrement, elle avait anticipé l’une de ses questions. Il se demandait pourtant, quel était son rôle à elle dans tout ça, comment elle pouvait en savoir autant, comment elle avait pu le connaitre… Cependant il hésitait à en demander plus. Allez, vas y, qu'est ce que tu attends? Tiraillé entre une envie, un besoin de savoir, et la crainte d’être plongé dans une nouvelle terreur ou pire, de voir tout ce qu’il avait construit jusqu’à présent disparaître en même temps que ce qu’il imaginait. Il avait construit sa vie, son masque, sa protection sur des suppositions… Que risquait-il de se produire si tout cela venait à s’écrouler ? Allons donc, je suis certain que tu le sais. Probablement qu’au fond de lui, il savait et qu’il ne voulait pas se l’avouer.

« Une coquille… ? Détruire … ? » Il réfléchissait. « De quoi tu parles ? Que cherches-tu a savoir ? » Non, ce n’était pas une moquerie, Râhi ne voyait pas réellement où voulait en venir la jeune femme, ou plutôt, peut-être qu’il ne voulait pas le voir. « Si tu penses que je ne devrais pas savoir… pourquoi avoir demandé à ce que je reste ici ? Quel est… le but de cette conversation ? ». Il ne comprenait pas, il ne comprenait plus. « Pourquoi suis-je encore là...? ». Dans ce monde.
Revenir en haut Aller en bas
HélènaHélènaArmure :
Aucune

Statistiques
HP:
[1ers jours de juillet 550] Croisée des chemins G-bleu0/0[1ers jours de juillet 550] Croisée des chemins V-bleu  (0/0)
CP:
[1ers jours de juillet 550] Croisée des chemins G-rouge0/0[1ers jours de juillet 550] Croisée des chemins V-rouge  (0/0)
CC:
[1ers jours de juillet 550] Croisée des chemins G-jaune0/0[1ers jours de juillet 550] Croisée des chemins V-jaune  (0/0)
Message Re: [1ers jours de juillet 550] Croisée des chemins   [1ers jours de juillet 550] Croisée des chemins EmptyMer 18 Mai - 15:43
Hélène souriait en voyant la tête de l'ancien Juge des Enfers. Cette simple façon de réagir démontrait une certaine Humanité et cela était un plaisir il fallait l'avouer. Posant les fesses sur le recoin d'une table, elle levait la main pour faire apparaître un livre épais et lourd. Il fit voler la poussière en tombant devant Arbhaal.

- Je pense que tu dois lire ceci... Si tu as connu un Chevalier du Sagittaire, tu te dois de comprendre la nature même de cette Armure.... Un second livre apparut sur le premier. Ce livre traite du Rêve d'Athéna, de la mise en place d'un Age de Raison. Platon en est un excellent exemple.

Chiron. Protecteur des Héros, maître de dieux tels que Asclépios. Il était une âme douce et forte. Guerrier, sage et protecteur des simples gens. C'était cette vie, à l'aune d'un idéal, que la Gardienne de Jamir voulait enseigner à celui qui n'avait connu que les ravages de la mort. Puis, tournant la tête, elle vit ce dernier prendre à partie l'ancien chevalier d'or de la Vierge. La réponse de ce dernier était à la hauteur de toute la discussions qu'il y avait eu jusqu'ici. Une certaine arrogance, une certaine volonté de se considérer comme "à part des autres". Cette victimisation devenait une habitude et cela commençait à courir sur sa bonne volonté...

Il se retourna enfin vers elle afin de poser des questions. Surprise par cette réaction qui changeait un peu de son attitude habituelle, il était en train - enfin - de se poser les questions de sa présence ici.

- Tu y arrives enfin.... Croisant les bras. Oui, une coquille... Elle te préserve de toi même, de tes peurs. C'est une chose naturelle de vouloir protéger les autres quand on sent que l'on est soi-même un danger pour eux. C'est cela que tu dois savoir, t'en rendre compte afin de pouvoir dépasser ce blocage qui te mine depuis des années... Je veux simplement que tu crois en toi même !

La réponse d'Hélène était professorale. Sans une once de colère ou de mépris. Ce n'était pas le propos de cette discussion après tout, Rahi devait comprendre la raison de sa présence, des questions qui lui permettraient d'appréhender la raison de son existence en ce monde.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
OrionOrionArmure :
Sagittaire

Statistiques
HP:
[1ers jours de juillet 550] Croisée des chemins G-bleu220/220[1ers jours de juillet 550] Croisée des chemins V-bleu  (220/220)
CP:
[1ers jours de juillet 550] Croisée des chemins G-rouge240/240[1ers jours de juillet 550] Croisée des chemins V-rouge  (240/240)
CC:
[1ers jours de juillet 550] Croisée des chemins G-jaune265/265[1ers jours de juillet 550] Croisée des chemins V-jaune  (265/265)
Message Re: [1ers jours de juillet 550] Croisée des chemins   [1ers jours de juillet 550] Croisée des chemins EmptyMer 18 Mai - 18:43
Ce fut plus fort que moi.
A la vue de cet ouvrage massif dans lequel j'allais devoir me plonger de longues et interminables heures durant, je blêmis, sentant mes yeux sortir de leurs orbites. Bon sang, qu'est ce qu'il ne fallait pas faire pour obtenir sa rédemption...
Toutefois, Hélène avait réussi à piquer ma curiosité. Un livre qui parlait de l'armure d'or du sagittaire ?! Que voila un appât parfait pour moi ! Dans un futur lointain, et dans un long passé pour moi, j'avais fait du porteur de cette armure un frère d'arme et de coeur. Lui et moi avions mener une rugueuse aventure lors de notre prime jeunesse, pour ne nous revoir qu'une fois adulte. Et perdu sur deux chemins opposés. Mon ami, que dirais-tu en me voyant aujourd'hui ?
Un sourire nostalgique perça mon air austère alors que je me saisissais du livre apparu comme par magie. Mais la "punition" ne s’arrêtait pas là. J'allais devoir entreprendre de saisir les subtilités d'un autre ouvrage, bien plus large dans son sujet. Le rêve d'Athéna, rien de moins...
Les deux recueils entre les mains, je me retournais vers Rahi, d'un air désapprobateur. J'avais voulu l'aider et je me faisais envoyer paitre... L'espace d'un instant, je manquais lui coller une droite pour l'envoyer creuser une nouvelle porte dans le mur le plus proche mais je me contins. Ce n'était qu'un pauvre gosse paumé, et la violence, même poussée par la bienveillance, ne l'aiderait pas. Il s'en saisirait comme d'une excuse pour fuir. Encore.

La solitude ne convient qu'aux morts. Et je suis très bien placé pour te l'affirmer.

Oserait-il avoir la mauvaise fois de me contredire sur ce sujet ? Moi l'ancien juge des enfers, l'une des fonctions les plus solitaires possibles ?
Uniquement concentré sur ma lecture future, autant pressé d'en finir que d'en découvrir le contenu, je m'assis contre un mur et ouvrit tout d'abord celui sur le rêve de notre déesse. Autant débuter par les bases avant de viser ce qui me touche de plus prêt...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t369-sagitarrius-no-orion
InvitéInvité
Message Re: [1ers jours de juillet 550] Croisée des chemins   [1ers jours de juillet 550] Croisée des chemins EmptyJeu 19 Mai - 12:19

Des livres apparurent alors, ne laissant qu’un soupir silencieux au blond. Pensait-elle réellement que tout n’était que lecture ? Que cela pourrait changer un homme ? N’était-ce pas un peu trop simple ? Bon, tant pis. Cela ne le concernait pas après tout. Pourtant, de son côté il repensait encore à ce soit disant Rêve. Il n’était pas porté sur la réflexion, mais il se posait tout de même des questions dessus, ou plutôt sur les faces cachées de celui-ci. Des faces sans doute un peu plus sombres car la lumière n’était qu’une forme de mensonge. Une illusion visant à faire miroiter aux hommes le bonheur avant de le retirer froidement, un moyen de s’assurer qu’ils obéissent, qu’ils croient. Le Rêve d’Athéna semblait néanmoins plus complexe et Râhi savait pertinemment qu’il était incapable de comprendre, de réfléchir à ce sujet de manière posée. Peut-être était-il différent, peut-être ne l’était-il pas. Bien sûr que non. Il n’en avait aucune idée, seulement que cela lui paraissait être tel un fantôme. Quelque chose que l’on ne sent pas forcément, que l’on ne peut pas voir non plus et pourtant auquel on nous demande de croire. En somme, quelque chose d’irréel et, quelqu’un qui estimait ne pas y avoir droit ne pouvait simplement pas comprendre, ne pouvait pas avoir confiance.

Après avoir récupéré les livres, Arbhaal se retourna alors vers lui. Des airs de reproches, c’était tout ce que Râhi sentait de cet homme. Il était de toute évidence énervé, probablement la réponse ne lui avait guère plu. Tant pis, il n’était pas là pour plaire aux autres ni pour espérer obtenir une quelconque aide. Il ne voulait aucun lien, aucun. Pourtant, le blond avait attendu que le coup parte, mais rien ne s’était produit.

« Pense ce que tu veux ». Une réponse simple, claire et nette. Il rejetait systématiquement les autres, il ne voulait pas de pitié ou autres noms que l’on pourrait donner à cela. Donner pour mieux prendre. Il ne fallait pas accorder sa confiance, et il ne comptait pas contracter d’autres dettes, parce qu’il avait déjà prévu…

Finalement, il tourna la tête vers Hélène. « Si tu t’inquiètes pour la menace que je pourrais représenter pour le Sanctuaire, tu ne devrais pas. J’ai déjà pris mes dispositions pour le cas où je deviendrais trop dangereux pour eux ». Dit-il, un semblant de sourire aux lèvres. Un sourire qui n’en était pas un, une solution dont il préférerait ne pas avoir recours. Tu n’oserais pas, on ne leur doit rien et ils n’auraient que ce qu’ils méritent. Tu le sais. Il le savait, mais la décision était prise depuis déjà bien longtemps. Pourquoi tu te laisses embobiner… Tu dois simplement me servir de protection, rien d’autre. La protection passait par le contrôle et si le contrôle disparaissait totalement, si le risque devenait trop grand, il était prêt. Il ne pouvait plus se le permettre.

En un sens, il avait esquivé la question… A moins que cela était ce qu’Hélène espérait entendre. Sans réellement en avoir conscience, il était concerné par le Sanctuaire et était lié à lui et quand bien même il resterait le Râhi menteur et instable, il n’irait pas contre eux. Il ne le pouvait pas. Sinon, pourquoi ne voudrait-il pas s’éloigner ? Tu veux simplement voir l’étendue des dégâts, et ceux que l’on créera dans le futur, voir la destruction, parce que c’est ce que nous sommes : la destruction. Non, c’était autre chose.

Une question qu’il voulait poser, mais qui demeura sous silence… L’état du Sanctuaire. Franchement, comment pourrait-il avouer? Pas moyen… Un nouveau regard vers Hélène « Si la leçon est terminée, tu peux me renvoyer d’où je viens. Mais attends-toi à ce que je repasse te voir, j’ai encore des questions à te poser ». Des questions sur mon père. Mais pas que.
Revenir en haut Aller en bas
HélènaHélènaArmure :
Aucune

Statistiques
HP:
[1ers jours de juillet 550] Croisée des chemins G-bleu0/0[1ers jours de juillet 550] Croisée des chemins V-bleu  (0/0)
CP:
[1ers jours de juillet 550] Croisée des chemins G-rouge0/0[1ers jours de juillet 550] Croisée des chemins V-rouge  (0/0)
CC:
[1ers jours de juillet 550] Croisée des chemins G-jaune0/0[1ers jours de juillet 550] Croisée des chemins V-jaune  (0/0)
Message Re: [1ers jours de juillet 550] Croisée des chemins   [1ers jours de juillet 550] Croisée des chemins EmptyJeu 19 Mai - 13:08
Alors qu'Arbhaal prenait le temps de lire bon gré mal gré, le comportement de Rahi avait fini de l'exaspérer. Après un court moment, elle dévisageait ce dernier et tournait la tête en direction d'Arbhaal. D'un signe de la main, elle invitait l'ancien chevalier d'or de la Vierge qu'elle lui donnait son congé définitif. Elle n'avait plus envie de débattre plus longtemps avec lui de toute façon, cela ne servait à rien à bien comprendre les questions. Un autiste reste un autiste ! Il resterait donc seul à regarder le monde tourner, tant pis pour lui...

- Tu peux t'en aller, je vais donner quelques petites choses à Arbhaal avant de le laisser aussi repartir au Sanctuaire.

Attendre qu'il repasse ? Elle n'avait aucune envie d'avoir de nouveau ce genre de conversation stérile. Rahi ne changerait jamais d'avis sur lui même comme sur les autres... Donc elle ne comprenait pas sa volonté de revenir pour parler de choses qui lui passaient au dessus. En attendant, elle s'approchait d'un coin de l'immense salle de forge et balançait quelques objets futiles avant de voir ce qu'elle cherchait.

- Tiens Arbhaal, tu as ici certains écrits d'une personne de ma connaissance. Lis les et va dans les montagnes au nord de la Grèce, près de Delphes. Si tu le trouves, tu avanceras dans l'idéal que tu veux embrasser, peut-être...

Il y avait à l'intérieur différents documents faisant référence à un ancien chevalier dans la région. Denahi était certainement aller là bas après des années de service auprès de la Déesse de la Guerre. Il ferait un bon maître pour comprendre le chemin encore à parcourir.

- Tu as ici les lettres de l'ancien chevalier d'or du Sagittaire, essaie de voir ce que ce dernier peut t'apprendre ! Vas directement là bas, les Saints peuvent se débrouiller sans toi... Tu as une quête personnelle à faire et cela doit être ta priorité !

Elle avait donc fini sa part du travail et avait libéré ses étoiles. Maintenant, c'était à lui de choisir une nouvelle voie dans la compréhension de son cosmos. Pour Rahi, elle n'avait pas esquissé le moindre mot, elle n'avait plus envie de parler à ce mur de chair...

Citation :
Fin du RP pour Hélèna. Vous pouvez faire ce que vous voulez.

Arbhaal, les lettres parlent d'une vallée près de Delphe où l'ancien chevalier du Sagittaire semble s'entrainer depuis des années.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
OrionOrionArmure :
Sagittaire

Statistiques
HP:
[1ers jours de juillet 550] Croisée des chemins G-bleu220/220[1ers jours de juillet 550] Croisée des chemins V-bleu  (220/220)
CP:
[1ers jours de juillet 550] Croisée des chemins G-rouge240/240[1ers jours de juillet 550] Croisée des chemins V-rouge  (240/240)
CC:
[1ers jours de juillet 550] Croisée des chemins G-jaune265/265[1ers jours de juillet 550] Croisée des chemins V-jaune  (265/265)
Message Re: [1ers jours de juillet 550] Croisée des chemins   [1ers jours de juillet 550] Croisée des chemins EmptyJeu 19 Mai - 18:30
Le malheureux Rahi venait de se faire congédier de la plus froide des façons, mais en toute franchise il l'avait bien chercher. Et limite s'en tirer à bon compte.
Détournant mon attention de l'ancienne vierge, pour l'heure incapable d'entendre la raison la plus élémentaire, je remerciais Hélène d'un signe de tête, tout en m'effrayant intérieurement d'avoir un surcroit de lecture. Mais le jeu semblait en valoir la peine.
Je me retrouvais donc avec une nouvelle mission en vue. Et pas n'importe laquelle ! Je sentais au fond de moi que cette fois ci mon destin allait enfin définitivement changer pour le meilleur. Du moins je l'espérais.
J'eus envie d'insister sur la nécessité de me rendre sans attendre au Sanctuaire pour soutenir mes nouveaux compagnons, mais je sentis que c'était là parole vaine. Mon heure n'était pas encore venue et je devais leur faire confiance. Une chose à laquelle je n'étais aucunement habitué.
C'est alors qu'Hélène me fit passer des lettres écrites de la main de l'ancien chevalier d'or du Sagittaire de cette époque. Un précieux témoignage qui me fit frissonner. Pour un peu, j'aurais eu l'impression que c'était Eldyr en personne, revenu de mon passé, qui allait s'exprimer par ces mots écrits. Le symbole était loin d'être anodin pour moi.

Merci Hélène. En toute franchise, je me sens mal à l'aise de partir accomplir ma quête en sachant que les Saints subissent une attaque... Mais je suppose qu'il serait arrogant de me sentir indispensable...

La moue que je laissais entrevoir signifiait que j'étais bel et bien arrogant mais que je tentais de lutter contre ce réflexe. Même désireux d'accomplir une sincère rédemption je ne pouvais changer ma nature, le feu qui couvait en mon âme de guerrier.

Je reviendrais te rapporter ces ouvrages le moment venu.

Car ils étaient trop précieux pour demeurer dans la nature, même sous ma protection. Après une longue expiration, je me détournais, déjà entièrement orienté dans mes pensées par la mission à venir. Je poursuivais ma route vers une destination inconnue, vers un avenir incertain. Mais en toute liberté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t369-sagitarrius-no-orion
InvitéInvité
Message Re: [1ers jours de juillet 550] Croisée des chemins   [1ers jours de juillet 550] Croisée des chemins EmptyJeu 19 Mai - 18:53


Un simple claquement de langue pour seule réponse. Cette femme se croyait tout permis et semblait s’amuser à le pousser à bout. Peu importe, il prendrait seul ses décisions comme il l’avait toujours fait et, s’il n’avait pas eu de réponses concernant son passé, il trouverait un autre moyen d’en obtenir et reviendrait dans cette tour lorsque le moment sera venu.

Tournant les talons, il s’arrêta néanmoins à l’entente de la mention du Saint du Sagittaire. Un souvenir, un soupçon de peine puis il reprit sa marche vers l’extérieur en pestant « Tss, franchement, elle aurait pu me téléporter là-bas ». Des mots probablement inaudibles, prononcés tandis qu’il repensait à tout ce qui s’était déroulé, une fois de plus. Tout ce qu’avait fait Hélène, c’était de lui faire miroiter ces choses avant de lui retirer ce semblant d’espoir. Mais Râhi savait qu’il ne pouvait rien attendre d’elle, qu’elle n’était pas disposée à le faire, alors il reviendra lorsqu’il aura trouvé lui-même quelques réponses.

S’éloignant de la porte, il eut une idée… ou plutôt un semblant d’idée. Cela ne serait pas chose facile, mais c’était pour le moment, le moyen le plus rapide d’obtenir quelques explications. Le blond allait donc devoir la retrouver… Tu es sûr ? Il ne l’était pas, mais il n’avait plus d’autres possibilités. Il était temps pour le jeune homme de faire des choix, et d’en assumer les probables conséquences.

Tandis qu’il avançait, sans un regard sur la tour, l’original se faisait bavard. Je te l’avais bien dit, que cette femme ne dirait rien. Il avait raison. Alors, où allons-nous ? Quelle question, où pouvait-il aller autre qu’au Sanctuaire ? Il n’en est pas question. Si, il irait, et le temps commençait à presser. Ces mots résonnaient toujours dans sa tête. Pourquoi ? Il n’en savait rien. Alors partons plutôt... Non, d’abord le Sanctuaire, ensuite sa mémoire.

Citation :
Terminé !
Revenir en haut Aller en bas
 
[1ers jours de juillet 550] Croisée des chemins
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Libro Scripturae :: Profana Erunt :: Jamir-
Sauter vers: