Votez
I
II
III


Février 553 AD (Jusqu'au 30 Septembre 2020)
 
Partagez
 

 [Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
ZvezdanZvezdanArmure :
Pontifex

Statistiques
HP:
[Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] G-bleu1650/1650[Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] V-bleu  (1650/1650)
CP:
[Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] G-rouge1350/1350[Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] G-jaune1650/1650[Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] V-jaune  (1650/1650)
Message [Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther]   [Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] EmptySam 4 Juin - 2:22
Hm. Alors ce sont là les facultés de la Tarentule. Ou au moins une partie. Intéressant. Très intéressant. Un avantage qu'il serait idiot de ne pas mettre à profit. S'il ne semble pas monté pour le combat, ce tout qu'est le Berserker de la Tarentule pourrait devenir un atout plus que majeur selon l'utilisation qui est faite de ses dons particuliers. Un fait concret qui n'est pas tombé dans l'oreille d'un sourd.

Alors quelques jours après le rapport, lorsque la douleur des affrontement s'est à peu prés estompée, je suis là, à marcher vers leurs quartiers, une grande pomme entre les mains comme seul reste d'un bon déjeuner. Ils ne sortent pas souvent, de ce que j'ai cru comprendre. Ce n'est pas plus mal comme ça. Leur apparence frêle et fragile serait prompte à leur attirer des soucis même en ces lieux, alors qu'il devrait supposément s'agir de leur nouveau foyer. Mais je sais me faire strict quant à ces problèmes-ci. Le mot est passé, et désormais tous le savent : s'il devait arriver malheur à une recrue sans qu'aucune intervention extérieur ni motif logique soit mis en avant, les responsables seraient traqués, trouvés et... Heh. Pire qu'exécutés, qui sait. Je n'aime pas avoir à me faire strict de façon si unilatérale, mais... Mais merde, si quelques sauvages ne savent pas se tenir, alors je prendrai sur moi de les dresser. J'ai pas envie de voir des frères d'arme s'entre-tuer pour du vide.

J'y pense, alors que j'évolue doucement dans les couloirs, sifflotant, mains dans les poches, plus à l'aise qu'à mon retour. Les questions sont là, les doutes aussi, quelques sentiments résidus de l'attaque du Sanctuaire et de tout ce qui s'y est passé. Mais je tâche de refouler tout ça sous une bonne humeur qui si elle n'est pas forcée est quelque peu exagérée. Une façon comme une autre de gérer le trop-plein de trop de choses dans ma cervelle.

Alors finalement j'arrive. Tseh, ça a changé depuis la dernière fois... Charmant. Charmante petite parodie de maisonnée toute faite de chair et de boyaux. Un sourire un peu jaune qui se dessine à mes lèvres à la vue de l'édifice. Au dehors, de la viande fumée. Un morceau bien entamé, encore costaud mais déjà, plus moyen de deviner les contours de la bête. Quelle ambiance doucement dérangeante, que cette petite famille d'apparence si commune, mais avec ce petit quelque chose inquiétant qui s'en dégage, le tout avec tel environnement comme lieu de vie. Un sourire résigné, cette fois-ci. J'imagine que ça change. Quelle que soit la part de monstre qui sommeille chez eux, elle n'est pas aussi brute et évidente que celle de beaucoup ici. Mais elle est présente, ça pour sûr. On parle ici de serviteurs d'Arès, après tout.

Ainsi, je sais. Je sais et assume cette part que j'attribue à chacun d'entre nous. Aussi est-ce sans crainte que je progresse d'un pas lent, le regard qui vadrouille un peu partout. Pourquoi aurais-je la moindre crainte, après tout ? Sans un mot, je m'approche de l'absence de porte du devant. Mon bras s'avance lentement, non pas pour ouvrir une béance de chair en guise d'entrée mais pour infuser un peu de mon Cosmos dans la structure, une façon comme une autre de signifier ma présence aux sens de ses habitants. Un coup de croc dans la pomme à ma main, l'attente d'une arrivée à la porte.

Nous allons devoir creuser un peu plus quant à tes capacités et à savoir à quel point elles sont exploitables, Tarentule.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2032-zvezdan-cardinal-de-
EstherEstherArmure :
Cuirasse de la Tarentule

Statistiques
HP:
[Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] G-bleu900/900[Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] V-bleu  (900/900)
CP:
[Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] G-rouge450/450[Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] V-rouge  (450/450)
CC:
[Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] G-jaune1650/1650[Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] V-jaune  (1650/1650)
Message Re: [Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther]   [Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] EmptyDim 5 Juin - 0:09
Tous les jours, Esther sortait sa conscience de son enveloppe charnelle, parcourant les territoires pour parvenir à des endroits qu'elle ne se serait jamais imaginé visiter quelques mois plus tôt. Rarement lui prenait l'envie de sortir autrement que via sa projection astrale. La mission s'affichait comme un prétexte, mais il ne fallait pas se leurrer sur les raisons de son zèle dans sa tâche d'observation. Sans compter que cette dernière donnait lieu à quelques digressions que la Tarentule se garderait bien de révéler à ses pairs. Elle avait bien besoin de ces discussions avec des personnes sortant de son environnement direct. Avec eux, qui n'influeraient jamais sur son quotidien, elle était libre de livrer ses sentiments, encore qu'une telle ouverture sur l'extérieur n'était pas des plus viables sur le long terme.

Il arrivait bien des moments où la petite s'attribuait des libertés au sein du Dédale de chair, comme en témoignait sa dernière rencontre avec César, ou – si on poussait plus loin dans le temps – celle avec Thafnout. Pour autant, jamais elle ne risquait à s'aventurer physiquement hors des murs de sa maisonnée. Chaque fois, son spectre s'occupait d'amener les objets de sa curiosité auprès d'elle. Et quand ses devoirs l'amenaient à faire acte de présence auprès de ses supérieurs, sa mère s'occupait pour elle de l'étiquette. Une présence qui se justifiait certes par une maigre expérience, mais quelle expérience... Se voir ainsi agressée par la Panthère alors même qu'elle était loin de lui avoir donné matière à ce comportement. Des congénères lunatiques, ou tout du moins imprévisibles, qui forçaient à la prudence. Il était question de survivre, après tout. Le temps où une pensée suffisait à supprimer la menace lui paraissait dorénavant bien loin.

Néanmoins, ce temps où la Tarentule se trouvait protégée dans son petit cocon artificiel devait s'achever en l'instant, un invité transmutant une part de son cosmos dans la paroi organique de sa résidence. Ce cosmos, au moins, lui était familier de la première fois qu'elle en rencontrait de pareil. Celui-là même qui l'avait accueilli dans cette citadelle. Un jeune homme des plus curieux, l'esprit vif et le verbe agile. Elle lui devait beaucoup. Aussi lui ouvrait-elle assez rapidement l'accès à son cocon familial. Esther interrompait seulement ses pérégrinations à plusieurs milliers de kilomètres de là. Il allait lui falloir un peu de temps pour émerger de son long songe. En attendant, Aubrée accueillait Zvezdan. Si elle affichait un sourire, sa froideur habituelle demeurait inchangée depuis la dernière fois qu'ils s'étaient quittés.

-Cardinal.


Gardant quelques secondes son regard dans le sien, elle finit par lui adresser une sobre révérence, avant de simplement reprendre.

-Est-il quelque chose que je puisse faire pour vous ?

Ne sachant guère la raison de sa venue, elle allait se montrer attentive à ses mots et expressions. Elle s'adapterait bien, peu importe l'objet de sa visite.


[Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] Esther11

Codes couleur dialogues : Esther, Arachné.
Chroniques d'une Tarentule, Armure.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1809-esther-de-la-tarentule
ZvezdanZvezdanArmure :
Pontifex

Statistiques
HP:
[Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] G-bleu1650/1650[Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] V-bleu  (1650/1650)
CP:
[Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] G-rouge1350/1350[Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] G-jaune1650/1650[Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] V-jaune  (1650/1650)
Message Re: [Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther]   [Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] EmptyDim 5 Juin - 1:17
Bonjour, Aubrée.

Le même sourire de circonstance de mon côté, bien que j'y mette un peu plus de chaleur. Une simple main levée pour lui signifier le dispensable d'une révérence formelle, suivi d'un rapide signe de tête en guise de salut. De suite après, un rapide coup d’œil par-dessus son épaule pour examiner l'intérieur. Hm. La même harmonie entre meuble et murs de chair que partout ailleurs. Je m'y attarde un court instant pour vite reporter mon regard dans le sien.

En effet, oui. L'exposé de vos capacités lors du rapport de mission m'a laissé songeur. Ca ajouté à ce que j'ai pu en deviner du sillage que précédait votre arrivée... Une fois de plus, vous avez piqué ma curiosité.

Pas qu'il en faille beaucoup, mais eux pouvaient se targuer de le faire avec une certaine intensité. Je me rappelle encore de ce parterre de corps sans vie, une vie qu'ils semblaient s'être arrachés de leur propres mains. Contrôle mental ? Illusion ? Manipulation toute autre ? Quoiqu'il en soi, pour ces effets, ce sont là des capacités qui s'annoncent plus que redoutables si placées entre de bonnes mains. Il s'agirait aussi de s'assurer de ça.

Ca mis à part, voyez ça dans le même temps comme une simple visite de courtoisie. Je ne suis pas seulement curieux de vos facultés, mais aussi de votre séjour ici. Vous vous y faites ? Aucun souci avec les locaux ?

Normalement aucun, oui. La question n'est pas posé sans une once de malice étant donné les mesures prises en amont. Mais cette curiosité quant à leur évolution en ces murs est sincère. Ils sortent du cadre ici, ça ne peut qu'être intéressant de voir progresser ce genre d'inhabituels. A cet intérêt presque scientifique s'ajoute une mince inquiétude pour le sort de la petite. Je n'aime pas voir des enfants marcher pleins pieds dans cette marre de sang qu'est la Guerre Occulte, plus encore de notre côté du miroir. Un second coup de croc dans la pomme à ma main, puis les mots suivants qui partent entre deux machouillis.

Quoiqu'il en soi, j'aimerai m'entretenir de certains points avec vous. Par vous, j'entends « les » Berserkers de la Tarentule.

Un sourire entendu pour précéder ma réplique, suivi d'un coup du menton vers l'intérieur de la maison, le regard s'y faisant plus insistant, le tout précédé d'un unique pas en avant.

Je peux ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2032-zvezdan-cardinal-de-
EstherEstherArmure :
Cuirasse de la Tarentule

Statistiques
HP:
[Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] G-bleu900/900[Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] V-bleu  (900/900)
CP:
[Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] G-rouge450/450[Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] V-rouge  (450/450)
CC:
[Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] G-jaune1650/1650[Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] V-jaune  (1650/1650)
Message Re: [Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther]   [Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] EmptyDim 5 Juin - 12:53
Fidèle à sa désinvolture, il insistait sur la vanité des manières à prêter à son adresse. Définitivement, ce jeune homme ne se faisait pas à l'étiquette, et Aubrée ne s'embêterait plus à la respecter outre mesure. Elle devinait que le cardinal disposait de moyens autres pour imposer son respect à ses troupes, un respect tenant sur autre chose que des formulations de politesse sans substance. Si on pouvait le comprendre qu'en pareil endroit, ce type de bienséance n'ait pas grand sens, la diasporas des personnalités était telle qu'il valait mieux s'y conformer préventivement, et attendre après coup que ledit supérieur donne le ton. Le sien était à la décontraction, et c'est en sa qualité de visiteur qu'il se rendait dans sa maisonnée.

À l'entendre, ce qu'elle avait laissé deviner de ses compétences avait davantage intéressé le cardinal de la guerre que le contenu de son propos au cours de son rapport devant le Pontifex, au point de l'occulter complètement. Non, cela se justifiait autrement. Contrairement à ses dires, quelque chose orientait sa venue ici ; un intérêt, et il se précisait. En effet, elle se souvenait lors de leur première rencontre du soin prêté à s'enquérir des capacités de chacun des combattants dans ces murs, et de comme l'ignorance de ces dernières avait pu par le passé lui nuire. Déjà quand ils s'étaient quittés, promesse avait été faite de lui préciser les siennes. Cependant, il n'avait fallu que quelques semaines pour qu'on se décide à la mettre à l'épreuve à Carthage. En somme, son potentiel avait été mis en évidence sur le terrain, non sans subtilité, car il n'était pas certain que les informations données permettent de saisir la nature de son pouvoir. Ce dernier la desservirait, si elle ne l'amenait pas correctement. Son regard dans le sien. Était-ce le bon moment ?

-Des soucis ?

Ces mots la conduisaient vers une courte réflexion, évaluant rapidement ses expériences depuis son arrivée ici. De manière évidente, elle n'avait pas la sensibilité de sa fille et analysait son vécu avec la froideur qui la caractérisait. Pour autant, elle esquissait tout de même un léger sourire amusé.

-Il est bien ce César... Un drôle de personnage. Mais il est plus un souci pour lui-même que pour les autres. J'espère qu'il n'est pas mort, depuis le temps où on s'est vus. Il devrait vous plaire. À bien des égards, il vous ressemble... en faisant fi des apparences, bien sûr.

Effectivement, ils partageaient une légèreté de même nature. César n'était que plus investi dans cette philosophie où l'image de soi importe guère. Abandonnant un moment le contact visuel avec son interlocuteur, ses pensées se faisaient un peu plus évasives, cherchant à saisir son sentiment général. Et dieu sait comme il était difficile à effleurer. En parallèle, elle l'avait simplement laissé entrer dans sa demeure. Était-il seulement une chose qu'elle pouvait se permettre de lui refuser, après tout ? Sans la bienséance, il demeurait un cardinal.

-Je m'adapte et veille à ce qu'il en soit de même pour ma fille. Hélas, je crains qu'elle ait le mal du pays. Mais j'ose espérer que ça ne dure pas. Elle ne craint rien ici, après tout.

Sur cette dernière parole, Aubrée retrouvait le contact visuel avec son vis-à-vis, avec ce même regard entendu que celui qu'il lui avait asséné dans une remarque toute autre. Et justement, qu'elle achève de s'exprimer, et il ne fallait pas très longtemps avant que de petits bruits se laissent entendre dans l'une des béances de la pièce principale. Peu de temps après, ladite béance s'élargissait dans un son empreint de viscosité, faisant apparaître de l'obscurité la silhouette d'une enfant. Si son expression allait d'abord pour traduire une grande fatigue caractéristique d'un long songe passé, celui-ci s'éclairait à la vue du nouvel arrivant.

-Zidane ?

Vraisemblablement, Esther s'était encore mal accommodée avec la prononciation du nom de cet homme, et le temps avait arrangé ce défaut de telle sorte à le dénaturer complètement. Mais après tout, la bienséance importait peu ; il lui avait bien fait comprendre.


[Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] Esther11

Codes couleur dialogues : Esther, Arachné.
Chroniques d'une Tarentule, Armure.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1809-esther-de-la-tarentule
ZvezdanZvezdanArmure :
Pontifex

Statistiques
HP:
[Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] G-bleu1650/1650[Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] V-bleu  (1650/1650)
CP:
[Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] G-rouge1350/1350[Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] G-jaune1650/1650[Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] V-jaune  (1650/1650)
Message Re: [Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther]   [Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] EmptyDim 5 Juin - 14:18
César, hein ?

Le nom m'était venu aux oreilles une ou deux fois depuis mon retour. Un apprenti, si j'ai bien compris. Et un bien perché. Le genre qui ne doit sa survie qu'à ses rencontre pour le moment bienheureuses. Tseh, attend voir de tomber sur une grande ponte affublée d'un bon gros balais dans le fion, ça va te faire tout drôle quand il te retombera dessus. Faudrait que j'en profite avant que le pire n'arrive, ce serait quand même dommage de passer à côté du phénomène. Un mince sourire amusé au visage à la mention d'une potentielle ressemblance avec l'énergumène.

Eh bien j'imagine qu'il me faudra le rencontrer tôt ou tard pour attester de la chose, en ce cas.

Sans un mot de plus, j'avance tranquillement dans la demeure après que la mère m'y ai invité. De là, chercher un endroit où s'asseoir pour vite tomber sur la modeste table en bois et y prendre place sans plus de cérémonie. Une oreille occupée à apprécier le croustillant de la pomme sous ma dent, l'autre dédiée à capter les mots d'Aubrée. Elle ne craint rien, oui. Une vérité que j'aurais pu nuancer, mais je n'en fais rien. En effet, les murs du Dédale offrent une sécurité plus que certaine, là est un fait qu'il convient de ne pas remettre en doute. Tseh, par contre... C'est aussi des murs parfaits pour s'enfermer avec quelques tarés de la pire espèce. Il tient à savoir gérer ses fréquentations une fois installé. Eux semblent avoir choisis la méthode la plus radicale en s'épargnant tant que possible le contact avec la faune locale. Ce qui en soi n'est pas une mauvaise chose. Du moins pour le moment. J'acquiesce silencieusement à son affirmation de plus tôt, la main qui jongle avec ce qui reste du fruit entre mes mains.

Je vois. Heh, certains s'y font rapidement à cet endroit, mais c'est plus que légitime de pas s'y sentir à l'aise en quelques jours à peine. C'est-à-dire que c'est pas non plus l'architecture la plus répandue là-dehors, puiiiiis, elle est pas sans s'accompagner de son petit effet lugub-
Le bruit de succion propre aux diverses ouvertures du Dédale qui se fait entendre sur ma droite. J'y détourne mon regard pour me retrouver devant une « porte » ouverte sur l'obscurité, et quelqu'un qui s'en échappe doucement. Bien vite, la silhouette d'Esther se devine en une démarche fatigué, les traits marqués du même mal. Je croise son regard, puis cette fatigue semble s'estomper un peu. Viens alors jusqu'à mes oreilles cette chanson si souvent entendue. Un fin sourire espiègle se colle à mes lèvres à l'entendre tenter de remettre mon nom.

Zvezdan. Zvez, si tu préfères. Ou autre chose, j'ai l'habitude !

On a du mal à s'en offusquer de cette scène qui se rejoue à mes sens depuis de longues années. Que voulez-vous, ce qui se prononce facile par chez moi est un véritable exercice oral chez d'autres.

Pardon de devoir te réveiller, Esther. Tu vas bien ? Pas trop flippant les murs qui bougent et autres portes-sphincter ?

Parce que c'était pas mon gros trip ces trucs, lors de mes premiers jours ici. Arrivé un temps on finit par presque y trouver un certain charme, un aspect utilitaire, mais de prime-abord... Ca reste de putains de murs qui respirent et des portes qui : Petit un, s'ouvre en un chuintement dégueulasse, petit deux, nécessitent qu'on se plonge à même la chair pour passer de l'autre côté. Donc ouais, on fait plus rassurant pour qui vient du monde commun, éveillé ou non. Ca sans parler des créatures qui se devinent à l'intérieur des murs dans certaines sections.

Un instant, mes sourcils se froncent légèrement sous une interrogation qui vient me taper à la conscience : où est le père ? A cette question se suit la réponse que je me donne à moi-même bien vite après en un souvenir de la première rencontre. Ce retrait, suivi de ce long déclin, pour ne plus être qu'une parodie d'être vivant, à peine bonne à mettre un pas devant l'autre. Et ces mots. « Un mal qu'aucun ne peut apaiser, si ce n'est nous. Moi le premier ». Un court laps de temps, mon regard se détourne des deux femmes pour fixer le bois de la table en une intense réflexion. Hm. Non, pas maintenant. Ce risquent d'être là les questions qui fâchent, autant se garder ça pour une fin d'entretien, voire pour une rencontre ultérieure. Pour le moment, faire abstraction, relever la tête et détourner le regard vers Aubrée.

Oh et, tant que je suis là : Vous vous êtes mis à la tâche dont il a été question lors du rapport ? Vis-à-vis du Sanctuaire.

Curieux là-dessus aussi, oui. Le Sanctuaire. Curieux de savoir comment il se porte depuis l'attaque. Curieux de beaucoup de choses que j'aimerai voir de mes propres yeux plutôt que de demander le récit perçu au travers d'un autre regard. C'est vraiment un don fabuleux que le leur. Il allait plus tard être question des nombreuses applications possibles et imaginables avec celui-ci.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2032-zvezdan-cardinal-de-
EstherEstherArmure :
Cuirasse de la Tarentule

Statistiques
HP:
[Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] G-bleu900/900[Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] V-bleu  (900/900)
CP:
[Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] G-rouge450/450[Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] V-rouge  (450/450)
CC:
[Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] G-jaune1650/1650[Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] V-jaune  (1650/1650)
Message Re: [Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther]   [Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] EmptyLun 6 Juin - 0:06
Portant sa main devant sa bouche, Esther montrait sa gêne d'avoir ainsi écorché le nom d'une personne à qui elle devait beaucoup. Le souffle coupé, ce n'était pas la première fois que la petite dérapait, comme en témoignait sa rencontre auprès de Lykeios. Une facette distraite de sa personnalité qui lui était difficile de corriger, en cela qu'il suffisait d'un instant de relâchement. Mais au moins, elle ne s'était jamais mise en danger devant les mauvaises personnes. Chose qui s'expliquait naturellement par le fait qu'il est difficile de se relâcher autrement que devant des personnes a priori sûres. En l'occurrence, Esther se reprenait dans l'optique de montrer sa bonne volonté, zozotant à souhait.

-Zvédane... Zvez...dane... Zvezdan... Zvezdan... Zvezdan ! Zvezdan Zvezdan Zvezdan ! C'est bon ! Je l'ai !

Elle avait bien dû lâcher un postillon dans le tas. Dans les premiers essais du moins. Car après s'être répétée autant, elle pouvait dorénavant se targuer d'être une experte de la prononciation du non de ce cardinal fort patient. Une douce ironie, quand on entend que la guerre n'attend pas.

-Oui ! Je vais bien ! Je suis contente de te voir !

Toute enthousiaste qu'elle était d'ainsi recevoir de la visite, sa surprise heureuse devait céder sa place à une moue sceptique.

-Les murs ? Ils ont quoi les murs ?

Sitôt, elle jetait un œil inquiet sur les béances sur lesquelles le cardinal de la guerre mettait l'accent.

-Il ne faut pas les nourrir... Si ?

Une crainte somme toute justifiée, quand on sait qu'elle s'était bien gardée de les aider à se repaître depuis son arrivée dans cet endroit. Il ne manquerait plus que ça... qu'elles se fassent avaler par ce Dédale de chair en voulant emprunter une béance. Personne ne lui avait parlé de ce risque, en tout cas... Heureusement, Aubrée était là pour reposer un peu la tension, non très naïve sur la nature de cette citadelle.

-Ne sois pas stupide... Enverrais tu les tiens loger résidence dans la gueule du loup ? ... Ceci dit, la remarque n'est pas impertinente. Cette chose est vivante, probablement douée d'une conscience. Je serais curieuse de connaître son histoire...

Il n'y avait bien que les éléments tangibles qui intéressaient Aubrée, à l'inverse de sa fille qui ne saisissait vraiment que l'émotionnel. Manifestement, leur personnalité était complémentaire. Encore que l'on pouvait y voir tout bêtement une mère soucieuse des réalités de ce monde en compagnie de sa fille animée par les fantaisies tapies ça et là dans son environnement proche. En ce sens, l'écart de maturité était naturel. Mais les deux prenaient – à un degré différent – une expression plus sérieuse quand Zvezdan les ramenait à leur mission. Si Esther s'asseyait à table, l'air à mille lieux de ces conversations d'adultes, Aubrée demeurait debout, disposée à rendre un rapport improvisé à son seigneur.

-Pour sûr, quand notre regard n'est pas distrait ici-bas, il se situe là-bas. Hélas, je dois dire qu'il n'y a pas grand chose à en retirer. Je dirais qu'ils sont encore sous le choc de la dernière offensive. Il leur faudra du temps pour se ressaisir. Mais ça... vous le savez mieux que moi.

Son regard se perdait alors dans le vide, le doigt adossé sur ses lèvres. Elle songeait à des souvenirs qui remontaient maintenant à quelques jours.

-Maintenant que j'y pense, il y a bien quelque chose que j'ai vu. Rien qui ne soit parti du Sanctuaire, mais qui en revenait. Trois Saints... que je me souvienne de leur nom...

Se massant les paupières, il lui fallait un petit moment pour que ceux-ci lui reviennent.

-Airôth, Xanathos et... celui-là, aux portes de la mort... Nahel, si je me souviens bien. Car oui, ils étaient dans un piteux état. J'ignore d'où ils revenaient, mais ils n'étaient pas porteurs de bonnes nouvelles, manifestement. Leur échange fut bref, je n'ai pas pu saisir beaucoup d'informations. J'ignore par exemple d'où ils revenaient. Ils ont parlé d'une prêtresse dont la puissance aurait soudainement augmenté, les prenant de court. Ah... et ils mentionnaient également un guerrier divin. Cela vous évoque-t-il quelque chose ?

Car si la Tarentule disposait d'une culture relative sur le monde cosmique et même sur le monde des hommes, la personne en face d'elle en saurait probablement plus. Le Cardinal était d'une autre envergure, après tout.


[Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] Esther11

Codes couleur dialogues : Esther, Arachné.
Chroniques d'une Tarentule, Armure.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1809-esther-de-la-tarentule
ZvezdanZvezdanArmure :
Pontifex

Statistiques
HP:
[Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] G-bleu1650/1650[Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] V-bleu  (1650/1650)
CP:
[Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] G-rouge1350/1350[Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] G-jaune1650/1650[Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] V-jaune  (1650/1650)
Message Re: [Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther]   [Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] EmptyLun 6 Juin - 6:32
Eh bah voilà, tu vois, pas si compliqué !

Un franc sourire au visage, doublé d'un soupir de soulagement à mon esprit de ne pas être à portée des postillons de la petite. Mais son énergie m'arrache un air largement détendu. Cette candeur, le frais d'une jeunesse innocente en ces lieux si inhospitaliers, ça... ça fait juste du bien. Tout bêtement. C'est simplement agréable de tomber sur une boule de vie comme ça, un petit bout d'humanité, simple, au moins en apparence, qui s'émerveille de tout et de rien. Qui s'effraie de tout et de rien, aussi.

A son inquiétude, je réponds d'un soupir bienveillant. A sa question, je réponds d'un rire non-dissimulé, une quinte de toux qui suit ça après qu'un bout de pomme me soit resté en travers de la gorge. L'oeil clairement amusé par la situation, j'observe la mère répondre aux inquiétudes de sa fille, une pensée paisible à voir ces simples rapports de famille. Une pensée presque... Presque envieuse. Je ne sais pas si c'est parti pour durer, mais voir une famille tenir face à ce monde si rude, plus encore dans le camp d'Arès... Une fantaisie plaisante à observer.

Ceci dit, la remarque n'est pas impertinente. Tseh, oooooooh, oui, Plus que jamais. Une fois n'est pas coutume, lorsqu'il est question de ce Dédale et de sa nature vorace, la silhouette de ce grand balourd de Borya malmené par des murs qui prennent vie me vient rapidement à l'esprit. A cette pensée, un rapide rire qui part dans le vent, cette fois-ci sans faire écho à quoique ce soit de l'extérieur. Je songe seulement, et ce à quoi je songe m'arrache ça.

Je ne crois pas qu'il appartienne à quiconque ici de connaître l'histoire du Dédale. Il y a des faits et évidences sur cette entité, mais même moi, même le Pontifex lui-même ne sait sûrement pas tout de cet édifice cœur battant et poumons actifs. M'est avis d'ailleurs que c'est une bonne chose en soi.

Certaines vérités n'ont pas à être entendues de l'oreille de l'homme, pas plus qu'elles n'ont à être répétées par sa bouche. Alors je clame ça à Aubrée d'une voix détachée, sans reproche aucun quant à son questionnement. Juste... Heh, j'ai moi-même pas envie de savoir. Ce truc est vivant, conscient. Il communique, à sa façon. Et si j'ai fini par m'y faire, par y trouver un aspect utile en quelques moments, par quasiment apprécier la chose, ça reste non sans une pointe d'appréhension quant aux zones d'ombre qui entourent l'endroit. Pour l'heure, me contenter de ce bout de Dédale, de l'hospitalité de la Tarentule.

Et de son rapport. Je la fixe d'un regard définitivement intéressé, et si mes sens sont en alerte à plein temps, ici ça n'est pas dissimulé, ni partiel. une attention encore jamais affichée se dessine sur mes traits, véritablement scotché par cette faculté. Et ce pour tant de raisons... Tant pour son aspect stratégique que pour son aspect pratique, pour le sentiment de liberté qu'il accompagne, pour les possibilités... Le regard pétillant à cette idée, je retrouve en lucidité lorsqu'elle revient sur l'attaque, une vague mélancolie qui passe dans le regard à cette mention, ça et un poing serré sur le bois de la table. Encore, cette danse entre fureur et peine. Une danse qui parfois se fait combat ou étreinte. Ici, un simple pas dessiné une seconde en quelques signes extérieurs fugaces, une voix clame et posée qui s'élève.

Je le sais, oui. Et l'apprécie. Ce temps, il va nous falloir le mettre à contribution.
Et ce sera fait. Très clairement. Déjà, des possibilités s'étaient dessinées lors du rapport, et j'aurais à en parler plus en avant à Thivan. Mais pour l'heure, ces Saints. Ce souvenir. Trois ? Trois, et un proche du trépas. Bien. C'en sera toujours un de moins à combattre. Un rictus se dessine à mes lèvres à cette mention, plus mince qu'il ne l'aurait été il y a quelques jours. Une rapide pensée pour ce Saadyr, pour l'échange de coups, de mots et de ressentis. Sournoise, la remise en question s'est insinuée dans mon esprit. Ou... Non. Non. Pas à ce point-ci. S'il m'a déstabilisé, ça n'est pas ça qui va faire disparaître des années et des années de Rage accumulée, contenue, enfermée dans un corps trop petit pour tant de sentiment. Au mieux a-t-il fait redescendre la pression un moment. J-... Rapport, Zvez, rapport, vagabonde pas trop loin dans tes pensées.

Mon expression se fait le reflet d'une réflexion marquée du sceau de la perplexité en entendant ses mots. Le Guerrier Divin, la Prêtresse dont la puissance aurait soudainement augmentée...

Les Ases.

Deux mots qui partent d'un ton plus grave, coude sur la table, pouce rejoints sur l'arrête du nez. Ca cogite fort là-dedans. Oui les Ases, qui d'autres ? Guerrier Divin est certes un terme large, mais ça associé à Prêtresse, et ce calme plat, trop plat dont j'attends depuis longtemps qu'il cesse ... Les bottes du Sanctuaire ont trop longtemps piétinées la glace Asgardienne, et j'avoue être surpris qu'elle ne cède que maintenant. Qu-est-ce que les Saints ont été foutre chez les Ases ? Qu'est-ce que ça signifie que cette soudaine montée en puissance ? Hm. Ca ne me plait que très peu. Ca autant que ça peut vouloir dire que les choses vont en notre sens, selon la lecture. Trois Saints qui reviennent mal en point d'une rencontre avec les Ases... Ca ne reste qu'une version plausible parmi tant d'autres, mais si les choses se sont goupillés comme la logique le voudrait, ça ne fait que nous conforter dans nos projets. Je pense et repense les données sous différents angles quelques secondes, perdu dans le fil de mes pensées, pour finalement me redresser vers Aubrée en un sourire reconnaissant.

Merci bien, Aubrée. Et n'hésitez pas à revenir sur le moindre détail qui se rappelle à vous. Aussi maigres puissent-elle paraître, ces informations ne manquent pas d'amener de nouvelles perspectives sur le tableau. Continuez comme ça, la connaissance est une ressource précieuse dont nous manquons trop à mon goût à l'heure actuelle. Je mise beaucoup sur vous deux.

Les lèvres s'étirent encore pour appuyer cet aveux. Oui, leurs facultés sont une chose rare qu'il serait bien malheureux de sous-estimer. Des combattants forts et impitoyables, nous n'en manquons pas, et celui qui pense pouvoir gagner une guerre à cette seule force est bien idiot. Le plus puissant des bras s'il est balancé à l'aveugle de droite à gauche n'arrivera à rien de très concret si ce n'est à malencontreusement frapper le corps auquel il est rattaché. Esther et Aubrée sont la paire d'yeux qui nous permet de voir, en l'état, ou en tout cas sont-elles potentiellement les agents les plus efficaces dans cette guerre d'information.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2032-zvezdan-cardinal-de-
EstherEstherArmure :
Cuirasse de la Tarentule

Statistiques
HP:
[Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] G-bleu900/900[Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] V-bleu  (900/900)
CP:
[Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] G-rouge450/450[Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] V-rouge  (450/450)
CC:
[Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] G-jaune1650/1650[Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] V-jaune  (1650/1650)
Message Re: [Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther]   [Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] EmptyMar 7 Juin - 13:24
Il n'y a pas à dire, cet homme était bizarre à sa manière. Son inquiétude vis-à-vis de cette citadelle de chair prêtait donc au rire. Il valait mieux ne pas se mettre dans sa tête... En tout cas, d'un point de vue de spectateur, Esther trouvait un second point commun entre le Cardinal de la guerre et César dans leur toux ponctuant leur rire. Et se voir ainsi moquée lui inspirait une moue boudeuse tandis qu'il s'entretenait avec sa mère sur des choses plus sérieuses. Pour autant, si elle ne participait plus directement à la conversation, au contraire d'Aubrée qui se perdait dans le vide pour restituer des souvenirs, Esther investissait une attention particulière à l'égard de ce que pouvait exprimer de non-dits leur « invité ». Et il y avait beaucoup à en dire.

Selon toute vraisemblance, il n'était pas des plus emballés à l'idée de savoir ce qui se tramait derrière la genèse du Dédale de chair. Peut-être valait-il mieux que cela reste un secret, en effet. Encore qu'il valait mieux découvrir le pot-aux-roses avant qu'il s'impose à soi au moment le plus inopportun. Mais ce qui devait le plus interpeller la jeune Tarentule était le ressentiment montant en crescendo au moment où Aubrée évoquait la surveillance du Sanctuaire, et le peu de mouvement qui s'en dégageait. Alors quoi, le résultat de leur raid n'avait-il pas été à hauteur des espérances ? Force était de constater que Zvezdan attachait à ce raid une expérience individuelle des plus torturées, si elle en croyait les signes voulant bien se profiler à elle.

Mais leur expression à toutes les deux finissent par se détacher un instant du sien pour traduire de l'étonnement à la mention des « Ases ». Manifestement, il était de nombreuses choses qu'elles ignoraient et que ses congénères savaient. Une prise de conscience qui allait pour la desservir, eu égard au rôle à présent sien. Tout satisfait qu'il était vis-à-vis de son rapport, il n'en devrait pas moins laisser échapper quelques informations s'il désirait un travail de reconnaissance plus efficace.

-Vous m'en voyez honorée, Cardinal. Mais gardez vous d'attentes trop élevées. Mes capacités ne sont pas une science exacte. Il sera toujours des éléments qui passeront dans mon angle mort. Mais je peux pallier à ces difficultés si vous me précisez vos attentes. Est-il des personnes, des lieux, des habitudes qui vous intéressent plus que d'autres ?

Laissant planer un moment de silence, il lui restait une chose à vérifier auprès de son interlocuteur. Quelque chose qui, sur le moyen terme, lui permettrait d'évaluer sa place entre ces murs.

-Si je puis me permettre... Qui sont ces Ases ? Je ne connais de ce monde que nos alliés les Oracles et nos ennemis les Saints. Quelles sont les autres entités de ce monde ? Tous les détails importent, dites vous. Aussi, il n'en est aucun que je voudrais occulter sous prétexte d'en ignorer l'intérêt.

Esther quant à elle retenait sa tête entre ses mains, les coudes adossés à la table. Elle avait cessé de bouder, et une question lui trottait l'esprit depuis maintenant un certain temps.

-Comment ça s'est passé là-bas ? T'as vu quelque chose ?

Une question qui pouvait apparaître indiscrète, mais qui avait été dite dans le plus grand naturel. Aucune limite n'avait encore été posée, et c'était au Cardinal de s'en charger au besoin. En attendant, la Tarentule répondait à l'émotion que le souvenir de l'attaque avait inspiré au chef de guerre. Cette dernière l'intriguait, et il était difficile de déterminer quoi de l'empathie ou de la curiosité dominait en l'instant sur son visage enfantin.


[Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] Esther11

Codes couleur dialogues : Esther, Arachné.
Chroniques d'une Tarentule, Armure.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1809-esther-de-la-tarentule
ZvezdanZvezdanArmure :
Pontifex

Statistiques
HP:
[Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] G-bleu1650/1650[Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] V-bleu  (1650/1650)
CP:
[Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] G-rouge1350/1350[Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] G-jaune1650/1650[Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] V-jaune  (1650/1650)
Message Re: [Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther]   [Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] EmptyMar 7 Juin - 23:56
Rah. Parti comme c'est, je vais encore devoir jouer le guide touristique de monde des Guerres Divines. Mais c'est normal. Plus encore pour qui se retrouve investi d'un rôle tel que le leur. Si elles obtiennent des informations qu'elles ne comprennent pas, elles pourraient les négliger à tort pour se concentrer sur du détails superflu. Hm... Bon, j'imagine qu'un rapide résumé est de mise.

Mais avant ça, spécifier mes attentes quant à leur mission de tous les jours. Une moue songeuse à passer en revue les potentiels intérêts à droite à gauche. Les différents acteurs. Ce Pope, notamment, qui m'inquiète par le soudain de sa prise de pouvoir. Tout ça, ça ressemblait à une vaste farce, une pièce de théâtre où le rôle d'acteur m'a été imposé sans que j'en sois au fait. Une mort programmée, un passage de flambeau prévu de longue date. Les derniers mots de Bélisaire laissaient en tout cas largement penser ça. Hm, oui, le Sanctuaire, son dirigeant et ses prochaines actions. Là va être la priorité. Il est bien le cas des Ases qui me préoccupe, mais je crains trop un rapide mouvement des Saints pour jouer le risque d'un mouvement de troupes passant à côté de la vigilance de la Tarentule.

Hm... Continuez de préciser votre attention sur le Sanctuaire. Je doute qu'ils restent longtemps inactifs face à l'assaut subit, et je suis curieux des changements qui pourront s'observer chez eux maintenant qu'un nouveau Pope régit les lieux. Voyez comment le moral évolue de façon générale. Tant que possible et sans jamais trop risquer, tentez de grappiller des infos sur cet Akritès. Ce qui se dit, s'observe, les rumeurs... Tout est bon à prendre. Les infos concrètes sont importantes, mais ce serait une erreur de négliger les on-dits. Il s'agira ensuite de démêler le vrai du faux. Ce dirigeant ne m'inspire pas confiance... Nous laisser partir sans combattre comme il l'a fait, voilà un geste trop inhabituel à mon goût.

Un geste que je ne comprends pas. Et ça ne me plait pas du tout. Il serait facile de mettre ça sur le dos d'un sorte d'honneur guerrier vide d'intérêt comme de sens, mais je peine à croire qu'un dirigeant puisse se permettre tel manque de pragmatisme et survivre très longtemps. Heh, puis c'est pas comme si ça avait l'air d'étouffer ses sous-fifres que d'achever des combattants bien entamés. Non, résolument, je n'aime pas la zone d'ombre qui entoure cet homme.

Plus tard, peut-être vous enverrais-je chez les Ases préciser les précédentes informations récoltées. N'y jetez pas un œil tant que je ne vous confirme pas cette consigne.
Puisque s'il le faut, j'irais moi-même sur place faire la lumière sur ce qui se trame en Asgard. Quoique ce soit, c'est digne d'intérêt en ça que ça montre un mouvement des Ases, eux qui se font très, trop discrets depuis maintenant trop longtemps. Je vois un allié potentiel en eux, mais c'est là une position qu'il va falloir confirmer, puis ensuite consolider. J'avais auparavant une certaine appréhension à leur égard, mais si cette nouvelle comme quoi trois Saints reviennent de chez eux amochés est à interpréter comme je le pense, alors sûrement que ma vigilance si elle reste entière peut se permettre de laisser filtrer une possible visite en Terre Glacée. Un vague soupir agacé à cette pensée. Super, un autre voyage chez les glaçons... Mes tremblements frigorifiés ont hâte. Ah, tiens, et donc, le topo. Je m'étire longuement à la perspective de ce petit exposé que je vais m'évertuer à faire aussi synthétique que possible. Pour plus tard leur faire part de quelques détails si ça s'avère nécessaire. Doooooonc....

Les Ases sont les suivants du Dieu Odin. Ils veillent en Asgard, dans le grand Nord, leurs combattants se font appeler Guerriers Divins, là où la représentante Terrestre de leur Maître se fait appeler la Grande prêtresse, d'où le lien fait plus tôt avec vos informations. Il y a aussi les Marinas, suivants de Poséidon, établis à Atlantis. Porteurs des Scales. Ou écailles. Leurs armures, quoi. Nos rapports avec ces deux factions sont en l'état au point mort, pas étonnant que vous en ayez pas plus entendu parler qu'ça. Puis... Il y a les Spectres. Suivants d'Hadès. Leur cas est particulier, Ils sont plus ou moins dormants, pour le moment.

Et plus au moins nos alliés, aussi. Paraît-il. Mais ça, C'est une info qui ne circule que parmi les Cardinaux, du moins tant que la coopération ne se fait pas évidente aux yeux de tous.

Je vous ferai parvenir des documents avec de plus amples informations pratiques sur ces différentes forces s'il le faut, du peu qui est su d'eux.

Tous ont leurs secrets, et peu d'encre saurait au final tâcher les éventuels parchemins que je pourrais leur envoyer. Mais ce sera toujours ça de plus.

Mon regard se tourne vers Esther lorsqu'elle se met à intervenir dans la conversation. Comment ça s'est passé ? Heh... Un mince sourire en y repensant, les yeux qui se ferment en amande, une façade polie et compatissante pour fermer toute lecture de ce que mon regard peut laisser voir. Qu'est-ce qui se passe en temps de Guerre à ton avis, petite ? Qu'est-ce qu'on voit sur un champ de bataille ?

Des morts. Beaucoup de morts. J'ai vu du sang couler, des deux côtés. J'ai vu des choses, entendu des mots. J'ai tué le Pope, avec l'assistance de l'Épervier. Puis j'ai vu son successeur entrer en scène dès le dernier souffle de Bélisaire, comme pour se caler sur ce qu'aurait dû être sa prochaine inspiration. C'est comme s'ils n'avaient jamais perdu de Pope. Comme si tout n'avait été qu'une scène dont j'ignore encore les tenants et aboutissants. D'où votre toute récente attribution.

Du reste... Une jeune fille n'a pas besoin d'entendre les détails macabres, n'est-ce pas ?

Je me penche au-dessus de la table pour l'atteindre l'avant-bras et lui ébouriffer les cheveux d'un geste taquin, le rictus à mes lèvres qui prend une teinte espiègle. Je me doute qu'elle a déjà vu beaucoup puisqu'elle est ici, pas pour autant que je veux lui en imposer plus. Pas pour autant que je veux m'en imposer plus. J'ai assez de moi-même pour ressasser ces choses tout seul, pas besoin qu'on m'y ramène pour ajouter encore une couche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2032-zvezdan-cardinal-de-
EstherEstherArmure :
Cuirasse de la Tarentule

Statistiques
HP:
[Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] G-bleu900/900[Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] V-bleu  (900/900)
CP:
[Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] G-rouge450/450[Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] V-rouge  (450/450)
CC:
[Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] G-jaune1650/1650[Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] V-jaune  (1650/1650)
Message Re: [Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther]   [Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] EmptyMer 8 Juin - 1:34
Effectivement, qu'il s'occupe de décrire ce personnage, et Aubrée se confondait dans son sentiment partagé. Une tête finit toujours par en remplacer une autre, et si personne ne fait autorité, les fortes personnalités dilapident le territoire en clans rivaux dans une lutte de pouvoir. Ici, le trait était forcé au point que leur nouveau chef semblait avoir attendu ce moment pour se manifester et prendre la place de son prédécesseur. Une passation de pouvoir expéditive. Était-ce ainsi que cela fonctionnait chez eux ? Une conception difficilement tenable, quand on considère les portes ouvertes aux intrigues, trahisons et assassinats. Des pratiques qui ne servaient que rarement si ce n'est jamais l'intérêt général. Zvezdan lui-même semblait sceptique sur ce point, d'où l'accent mis sur la collecte d'informations autour de cet Akritès. Un homme bien en confiance, au vu de la chance laissée au Cardinal de la guerre et qui relativisait le bon résultat de leur offensive. Que de très peu, puisque aucune perte n'était à déplorer quand l'ennemi s'était vu décapiter.

Cependant, qu'un meneur soit réapparu si rapidement, et que ce dernier soit assez en confiance pour laisser repartir ceux ayant assassiné son prédécesseur devant ses hommes certainement furieux de cette mansuétude... D'une part, il méprisait une opportunité d'affaiblir considérablement l'adversaire, d'autre part, il fragilisait son pouvoir tout juste établi. Pour se mettre ainsi en difficulté, il devait soit être joueur ou sot, soit disposer d'une carte maîtresse majeure. La tarentule en saurait plus à force d'observation, encore qu'il lui serait difficile sinon impossible de surveiller directement l'individu en question. Pour se faire, il devait sortir de ses quartiers. Autrement, elle allait devoir se contenter des miettes lâchées devant le seuil de leur Sanctuaire. En attendant, Aubrée acquiesçait simplement aux requêtes de son seigneur.

Son regard s'éclairait un peu plus quand le sujet des Ases – puis des Marinas et Spectres – arrivaient sur la table. Au moins pouvait-elle dire que sa place dans ce Dédale de chair était trouvé, tant ses supérieurs anticipaient déjà sur des missions futures alors même qu'elle revenait de Carthage et abordait la surveillance du camp ennemi. Plus ils trouvaient matière à la rendre utile, et moins il était à craindre d'être mise dans une situation précaire, comme aurait pu l'être ce raid. Qu'elle toise sa fille recevoir quelques marques d'affection du jeune homme, Aubrée se refusait à l'idée même de la voir directement exposée au combat. Dès le début, le message avait été clair. Ils n'étaient pas des combattants.

Silencieuse, elle ne poserait pas plus de questions sur les Grands de ce monde. Toutes les informations nécessaires se trouveraient certainement dans les documents qu'il lui ferait parvenir plus tard. Aussi valait-il mieux ne pas l'ennuyer plus sur des éléments dont il était possible de s'enquérir par soi-même.

Esther de son côté n'abandonnait à aucun moment le contact visuel avec son interlocuteur. Au contraire de sa mère, aucune étiquette ne l'animait. Elle le regardait pour ce qu'il était, et non pour ce qu'il représentait. Aussi ses pensées étaient-elles nues de toute précaution que la bienséance imposait. Dans cette optique, il devenait naturel pour elle de relever le paradoxe entre le titre de son vis-à-vis et ce qu'il exprimait lorsqu'il était mis au fait de son « champs d'expertise ». En l'instant, sa façade artificielle ne disait rien des émotions prêtées à ses paroles. Son visage avait la condescendance d'un adulte envers un enfant, ce qui était bien naturel. Pour autant, qu'elle se départisse de l'instant pour repenser au passé proche ainsi qu'à des souvenirs plus lointains. Ce jeune homme avait un rapport particulier avec la violence ; torturé. Quelque chose d'assez peu anodin : alors même qu'il incarnait la Guerre, il semblait y attacher un sentiment négatif. Une ambivalence, comme un rouage déréglé rendant branlante – si ce n'est instable – un mécanisme. Celle-ci l'avait tracassé depuis un certain temps, pour atteindre ici son point culminant. Cela devait se traduire par une mine ne répondant que peu aux marques d'affection de son interlocuteur. À l'inverse, son visage frisait l'impassibilité. Son regard, lui, était incisif.

-Tu ne donnes pas l'air d'aimer ce que tu fais.

Clair, sans fioriture ; nul maquillage à une pensée des plus simples, mais d'une portée dangereuse. La forme n'y était pas, ce qui pouvait être un mal. Aubrée n'était pas naïve de cela, comme le montrait son attitude inquiète ; là où son expression ne donnait à voir – jusqu'à présent – que placidité. L'atmosphère à venir allait dépendre de la réaction de Zvezdan.


[Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] Esther11

Codes couleur dialogues : Esther, Arachné.
Chroniques d'une Tarentule, Armure.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1809-esther-de-la-tarentule
ZvezdanZvezdanArmure :
Pontifex

Statistiques
HP:
[Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] G-bleu1650/1650[Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] V-bleu  (1650/1650)
CP:
[Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] G-rouge1350/1350[Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] G-jaune1650/1650[Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] V-jaune  (1650/1650)
Message Re: [Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther]   [Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] EmptyMer 8 Juin - 3:07
Le sourire se fige un instant, en une expression qui peut sembler comme le bris d'un masque. Un sourire qui perd tout son naturel pour se faire grossièrement forcé, puis finalement disparaître alors que je fixe l'enfant de deux yeux vidés de tout l'amusement de plus tôt. Ne reste qu'un visage amer, presque morne. Pas de vraie colère envers la gamine, non. Finalement, le sourire revient de façon fugace, avec un rapide soufflement de nez, ça après quelques seconde d'un lourd et pénible silence.

Pas vraiment, non.

Et pourtant. Tseh. La petite a mis le doigt sur un paradoxe plus saugrenu encore qu'elle ne peut l'imaginer. Je lance un regard entendu à Aubrée, comme pour calmer l'inquiétude que je sens poindre. Je ne vais pas juste commencer à m'offusquer d'une proximité que j'ai moi-même initié. La petite fera mieux de ne pas réserver ce genre de franchise à n'importe qui ici, cela dit.

Mais il est question d'enjeux plus complexes que ça, Esther. Que de savoir si c'est fait par passion, nécessité ou contrainte. Autant pour moi que pour les Berserkers. Beaucoup ici s'y complairont sans plus se torturer l'esprit, dans cette violence sans borne et sans raison. D'autres non. La résultante restera pourtant la même : Nous plongerons tous nos mains dans le rouge d'un plein chaudron de sang, qu'on le veuille ou non. Nous l'avons après tout tous fait avant même d'être reconnus par Arès.

Même toi, ma grande. Ca n'est pas dit par les mots, mais le regard vaguement sévère qui les accompagne le clame bien assez fort. J'oublie la gamine un moment, pour parler à la Tarentule. Au Berserker. Je l'ai dit, je le dit, je le répéterait encore et toujours : On ne devient pas suivant d'Arès avec les mains propres. Alors sans en connaître le détail, je sais, Esther. Je sais qu'un monstre se cache derrière toi et ta mère, comme je sais cette vérité s'appliquer à tous ici.

Comme je sais qu'un monstre n'est pourtant pas forcément dénué de ses bons côtés.

Chose qu'on tend à trop facilement oublier, lorsqu'on se glisse dans la peau de la masse armée de ses torches, prête à chasser le Monstre avec un grand M, la source et l'incarnation de tous les maux. On le chasse, on le haït, on en a peur et en même temps on en est curieux. Une curiosité qui lorsqu'elle est rassasiée ne s’embarrasse pas du corps, plutôt même, elle utilise ce qu'elle a appris pour s'en débarrasser plus facilement. Même les monstres ont leur Monstres à eux. Heh. Je sais de quoi je parle, absolument, oui.

Et toi Esther ? Tu aimes ce que tu fais ? Ce qui justifie ta Cuirasse ?

La curiosité retrouve sa marque sur mes traits, mais alors sans ses atours enfantins d'habituellement. Quelque chose de beaucoup plus sérieux, un intérêt profond. La question se pose avec un regard en coin vers la mère, comme pour guetter une réaction. La question se pose avec une pensée pour ces corps dans leur sillage lors de notre première rencontre. Une pensée pour Brieux, aussi. La question se pose finalement avec une attention toute particulière à la réaction, aux mots, ceux qui sortent comme ceux qui sont retenus.

Aimer ce que je fais. Il faut bien être fou pour aimer ça. J'y pense, puis je souris une nouvelle fois, là encore pour me moquer de moi-même. Il m'arrive bien souvent de flirter avec cette dite folie. De m'y abandonner, de la laisser s'exprimer à travers moi. Mais je continue de lutter. Une lutte vaine et handicapante, d'un point de vue purement pragmatique. Alors la même question qu'au Sanctuaire revient faire surface :

Ne serait-ce pas infiniment plus simple si j'arrêtais de lutter ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2032-zvezdan-cardinal-de-
EstherEstherArmure :
Cuirasse de la Tarentule

Statistiques
HP:
[Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] G-bleu900/900[Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] V-bleu  (900/900)
CP:
[Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] G-rouge450/450[Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] V-rouge  (450/450)
CC:
[Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] G-jaune1650/1650[Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] V-jaune  (1650/1650)
Message Re: [Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther]   [Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] EmptyMer 8 Juin - 20:36
Soumis à un destin dont il fallait bien s'accommoder. À bien des égards, Esther se sentait proche de Zvezdan dans sa manière de penser. Comme lui, son armure était venue à elle plutôt que l'inverse. Aussi, ce qu'elle était devenue résultait davantage des suites de l'adaptation que d'un choix de vie. Ils sont peu nombreux dehors à choisir leurs cartes à la naissance. Et pour certaines, elle collait à la peau de leur réceptacle et s'incrustait même au-delà à mesure que son sort se confondait dans un dessein le dépassant. Il incombait à ce dernier de demeurer sur scène – d'exécuter ce pourquoi il existait – le plus longtemps possible. Dans tous les cas, il ne lui appartenait pas de mépriser son essence, sauf à fragmenter ce sur quoi sa vie tenait. Cette réalité avait été assimilée par la Tarentule si profondément qu'elle ne réagit pas au regard de son interlocuteur quand il parlait de leur finalité à tremper pour chacun les mains dans le sang.

De toute évidence, il ne se trompait pas sur ses spéculations. Esther ne faisait pas exception aux sacrifices bordant la genèse de chaque berserker. Chaque héritier d'Arès avait vécu une expérience refoulant son humanité dans l'abysse de sa conscience. Cette démission pouvait bien être assumée dans une attitude ouvertement destructrice et en même temps libératrice à l'instar d'un exutoire... Cependant, en des cas plus rares mais pas moins insidieux, l'humanité survivait dans son côtoiement avec cette monstruosité nouvelle dans une mascarade précaire. Le berserker en question devenait alors une bombe qui attendait d'être révélé à sa vraie nature pour exécuter l’œuvre de son dieu.

Esther pour sa part fuyait sa nature dans ses familles artificielles successives, la maintenant dans cette position d'où elle n'était que la spectatrice des horreurs se profilant sous ses yeux. Un amour que sa Mère lui avait arraché alors qu'elle atteignait seulement l'âge de raison, et que la Tarentule s'évertuait à ressusciter indéfiniment pour ne pas se voir tisser la toile dévorant tout ce sur quoi elle tenait. Aussi se découvrait-elle avec le Cardinal de la guerre une empathie mal définie dans ses soubassements ; inconsciente. L'exprimer lui procurait un bien-être éphémère, alors même que son entretien menaçait ce qui la protégeait.

-Elle n'est pas ma Cuirasse, elle est ma Mère. Elle m'a mis au monde et c'est pour elle que je vis. Je lui obéis, car si je ne le fais pas...

Ses yeux avaient quitté ceux de Zvezdan pour se perdre dans une peur viscérale mais muette. Lui venait à l'esprit l'expression du courroux de sa Mère. Ce dernier était de telle nature qu'Esther ne doutait pas d'être jetée au profit d'un réceptacle plus docile, si jamais elle dépassait la ligne. S'ajoutait à l'angoisse de décevoir sa génitrice celle de la voir se lasser de son spectacle au profit d'un jouet plus divertissant. Ces derniers temps, elle se sentait davantage tirée vers cette voie, comme en témoignait la disparition de sa Mère dans ses songes depuis qu'ils étaient partis de Carthage. En parallèle, Aubrée se faisait plus nerveuse. La tournure que prenait la conversation ne lui plaisait pas, ce qui justifiait qu'elle œuvre à l'avorter.

-Cardinal, est-il autre chose que nous puissions faire pour vous ?


[Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] Esther11

Codes couleur dialogues : Esther, Arachné.
Chroniques d'une Tarentule, Armure.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1809-esther-de-la-tarentule
ZvezdanZvezdanArmure :
Pontifex

Statistiques
HP:
[Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] G-bleu1650/1650[Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] V-bleu  (1650/1650)
CP:
[Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] G-rouge1350/1350[Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] G-jaune1650/1650[Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] V-jaune  (1650/1650)
Message Re: [Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther]   [Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] EmptyJeu 30 Juin - 7:37
Mes yeux se plissent aux mots d'Esther. Sa mère ? Qu'est-ce que ça veut dire ? Elle me fuit du regard, l'air apeurée. Sa mère... Hm... Le mystère déjà trop épais autour d'elle continue de gagner en opacité. Elle. Elles, en fait. La Tarentule multiple, jadis trio, désormais duo. Je me rappelle, oui. La première rencontre, ces trois Cosmos identiques, et leur visage lorsque je leur ai dit savoir, ressentir ça. Ces corps dans le sillage, leur disposition. Le père, d'abord taciturne protecteur, puis ensuite carcasse vidée de tout semblant de vie, réduite au rôle d'automate à peine bon à traîne sa fille à moitié mourante dans leurs quartiers. Lui qui devait être la clef de sa guérison. Et maintenant qu'il n'est plus là, qu'il a disparu, en effet, elle est guérie. Elle est bien vivante, cette Esther. Pas en ce moment même, non. Mais celle qui est apparue à mes yeux plus tôt était énergique, elle était... Enfant. Tout simplement. Et maintenant cette mère. Cette mère qui n'est pas Aubrée, non, mais sa Cuirasse. Une mère à laquelle il faut obéir. Je réfléchis. Je l'observe silencieusement quelques instants, à cogiter, le perplexe se lit dans mes prunelles sans que je ne cherche à le cacher. A peine Aubrée élève-t-elle la voix que la mienne s'élève plus haut encore, pour l'interrompre sans préavis.

Silence.

Autoritaire, froid, le ton ne laisse que peu de doute quant au sérieux revêtit depuis maintenant quelques secondes. Il installe une distance certaine, celle d'un subordonné envers son supérieur, un supérieur bien peu flexible. Exit l'habit de l'arrangeant Cardinal compatissant. Je veux des réponses, et j'en veux de sa part à elle, à la petite, pas de sa mère. Pas un regard vers Aubrée, pas un geste. Juste ce simple impératif, et la réflexion qui se poursuit, sourcils froncés. Finalement, je relève les yeux vers Esther, une intense flamme qui danse dans les pupilles. Le froid de ma précédente réplique s'envole, la voix reprend son habituelle chaleur, quoiqu'un peu plus grave.

C'est parce que tu lui as obéis que ton père est absent ?

Absent, oui. Heh... Plus j'y pense, et plus il me semble qu'il était déjà mort une fois cette porte passée. Le regard vide, la démarche lente, machinale. Celle d'un condamné vers le billot. Sa mère... Qu'es-tu, Tarentule ? Qu'es-tu vraiment, quelles chaînes te retiennent tant ? Quelle contrainte peut bien surpasser celle qui t'impose ton statut de soldat d'Arès, quelle allégeance peut bien égaler si ce n'est surclasser celle qui te lie au Dieu de la Destruction ? Ces yeux qui fuient, cette peur... Et ces mots. Ces mots qui expectent le pire, qui annoncent les pires supplice à la jeune fille si d'aventure elle devait manquer aux exigences de cette mère.

Tu peux m'expliquer, Esther ? Est-ce ta mère depuis toujours ?

Autant entrer dans le jeu. J'ai encore bien des réticences et doutes mais ce monde sait se faire plus étrange que beaucoup pourraient le penser. Même les éveillés ne sont pas à l'abri de quelques surprises et découvertes saugrenues, de mystères occultes étrangers même aux élus des Dieux. Pour autant... Dur encore de dire s'il s'agit d'un simple masque sans attache, totalement factice, ou une vérité bien tangible, mais elle me paraît rester ce qu'elle semble être par bien des aspects : un enfant. Alors je mesure mes mots, modère mes questions, plus nombreuses et pressantes si elles avaient été posées à autrui.

Mais même ça, ça pourrait changer selon comme la discussion progresse. Selon les réponses, les réactions. Les révélations.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2032-zvezdan-cardinal-de-
EstherEstherArmure :
Cuirasse de la Tarentule

Statistiques
HP:
[Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] G-bleu900/900[Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] V-bleu  (900/900)
CP:
[Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] G-rouge450/450[Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] V-rouge  (450/450)
CC:
[Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] G-jaune1650/1650[Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] V-jaune  (1650/1650)
Message Re: [Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther]   [Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] EmptyJeu 30 Juin - 18:06
Un instant suffit pour que la discussion prenne une tonalité totalement différente. En effet, la tension avait grimpé d'un cran après que le Cardinal somme Aubrée de se taire. Pour la première fois, il faisait montre de son rang pour imposer sa volonté, si bien que la Tarentule était mise dos au mur. Car s'il prenait soin de retrouver une mine rassurante pour s'adresser à Esther, les mots employés agissaient comme le plus mortel des poisons. Peu importe de quelle manière ils étaient enrobés, ils passaient outre les différentes barrières préservant la petite araignée d'elle-même. Que cet homme s'approche et son attitude se fait plus fuyante que d'accoutumée. Son expression dit ses tentatives de faire fi des paroles, de ne pas les assimiler, les ignorer ; des efforts vains au vu de l'élan pris par son interlocuteur. Selon toute vraisemblance, il était déterminé à aller au bout de l'effort, de sorte à la laisser sans échappatoire.

-Mon père ?

Ses prunelles d'émeraude balayent l'environnement sans jamais rejoindre le regard de Zvezdan. Néanmoins, qu'on s'attarde un peu sur ses pupilles, et on pouvait y lire qu'elle regardait tout et rien à la fois, à l'instar des mouvements oculaires se devinant sous les paupières une fois les songes du sujet amorcés. Les images se profilant dans son champ de vision appartenaient à un monde étranger à la réalité ; son monde. En l'occurrence, des silhouettes abstraites figées dans des souvenirs refoulés. Les traits de son expression traduisent l'incompréhension paniquée. Les secondes filant rendent son teint plus pâle.

-Je... je ne vois pas... Ma... mère ?

Une pulsation cardiaque fait vibrer son enveloppe charnelle et instille un frisson longeant son échine. L'espace d'une fraction de seconde, lui vient la vision de prunelles de rubis se fichant dans les siennes terrorisées. Son esprit s'emporte d'une tétanie momentanée. Derrière le Cardinal, un bruit sourd ; Aubrée venait de s'effondrer au sol, le regard creux. Se tenir le crâne, tremblotante, la sueur commençait à perler sur son front et sa respiration se faisait irrégulière, quand ce n'était pas difficile. Soudain, sentir son esprit transporté en un autre lieu autant familier qu'étranger. Cette maison ne lui rappelait nul souvenir, mais son odeur de terre sèche et de pain... l'air ambiante glissant sur son visage d'une manière singulière, fraîche et humide... mais surtout, le visage de cette femme, son regard et son sourire rayonnant d'une chaleur naturelle. Ces sensations... Esther les connaît toutes, et elles viennent à Zvezdan comme le souvenir d'un autre. Il lui est possible de s'en prémunir aisément voire de doser la part de l'imagination et celle de la réalité. Aussi peut-il entendre des lèvres de la petite un unique mot invoqué fébrilement.

-Maman ?

Dans un état de stupeur, Esther perd le contrôle sur sa propre psyché. Sa conscience s'efface devant cette réminiscence gagnant en couleur à mesure qu'elle progresse. Ce souvenir, elle le connaît. Non pas simplement le lieu, mais le moment. Les émotions éprouvées lui reviennent comme un retour de flamme prompt à paralyser son fil de pensées. Spectatrice d'une scène exaltant sa propre impuissance. La femme s'adresse à elle. Les sons lui parviennent mais non pas les mots. Sa figure vire vers une colère que rien n'annonce. La scène se tronque et des secondes sautent, si bien que la petite se retrouve à terre sans que rien ne l'y prépare, tétanisée ; le visage de cette femme à quelques centimètres du sien.

-Non... Non...

Devant le Cardinal, Esther tombe de sa chaise et se confond dans son hallucination. Inconsciemment, elle sait. L'abysse est à deux pas, et ces images l'y poussent. De toutes ses forces, elle veille à les réprimer. Sitôt, le souvenir se fragmente, les fondations de la maisonnée se fracturent. Des tombées de poussières s'échappent du plafond. Sa vue se brouille. Le sourire de la femme devant elle apparaît comme le dernier élément avant de retrouver la maîtrise de sa psyché. Le cauchemar éveillé venait de prendre fin. Encore sous le choc, Esther semblait vidée de ses forces. Étendue par terre, son regard se faisait toujours fuyant. De longues secondes se passaient dans le silence, avant que la Tarentule n'exprime une ultime supplication.

-S'il te plaît... Va-t-en...


[Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] Esther11

Codes couleur dialogues : Esther, Arachné.
Chroniques d'une Tarentule, Armure.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1809-esther-de-la-tarentule
ZvezdanZvezdanArmure :
Pontifex

Statistiques
HP:
[Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] G-bleu1650/1650[Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] V-bleu  (1650/1650)
CP:
[Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] G-rouge1350/1350[Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] G-jaune1650/1650[Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] V-jaune  (1650/1650)
Message Re: [Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther]   [Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] EmptyVen 1 Juil - 20:42
Trop vite. Tout s'est fait trop vite. La peur déjà présente se démultiplie, la volonté de s'échapper de la conversation se fait plus évidente encore. Mise au pied du mur, elle préfère s'y adosser, assise, tête dans les genoux et mains qui couvrent les oreilles. C'est à peine si elle a l'air de comprendre ce dont je parle. Son père. Elle le clame comme s'il s'agissait déjà d'un, lointain souvenir. Un songe. Et c'est bien ce qu'elle semblait faire ici-même songer. Ces yeux qui glissent, qui voyagent de droite à gauche sans jamais s'arrêter sur un point particulier, sans jamais me rejoindre. Elle est là, à se perdre de plus en plus, incapable de répondre, livide, plus encore à chaque seconde qui passent.

Puis ce soubresaut. Ce spasme soudain, suivi de la chute d'Aubrée, tombée comme une marionnette, inconsciente, sans le moindre geste pour freiner sa chute, comme si l'esprit avait cédé d'un coup. Je vois ça et retourne mon regard vers Esther, met en relation les deux événements. Ce Cosmos partagé, cette relation étrange, celle-la même qui donnait une famille toute faible et pâlotte à l'entrée, puis maintenant celle qui fait s’effondrer Aubrée en réaction à la tourmente de sa fille... Une tourmente qui ne fait alors que s'intensifier. Ces mains qui se joignent autour de son crâne, cette respiration difficile... J'ai presque l'impression de me voir lorsque... Les sourcils qui se froncent à cette pensée parasite que j'écarte rapidement.

Que je le veuille ou non, d'autres choses se seraient de toute façon vite imposées à ma psyché pour reléguer ça au second plan.

Ca change. Ca change comme quand j'use de mes pouvoirs. Sauf qu'ici, ça ne vient pas de moi. Les murs de la maison perdent de leur consistance organique pour revenir à quelque chose de plus commun. L’atmosphère d'une parfaite petite demeure paysanne sans prétention. Et cette femme. Chaleureuse, par son regard comme par son sourire. Puis le mot de la petite de suite après.

« Maman ».

Et pour faire écho à ce mot, le Chaos. De l'image sans le son, au moins pas tout. Des paroles clamées d'une voix sourde, inaudible, puis la colère qui prend place sur les traits de la mère, là, comme ça d'un coup. Après, ça commence à se perdre. Au récit s'ajoute des trous, des scènes tronquées. Ca finit sur Esther, au sol, paralysée, et cette mère toute proche d'elle. Dans ce songe comme en face de moi, elle tombe, un cauchemar trop vivant pour y rester indifférent. J'observe le tout en spectateur malaisé, voire nerveux. J'ai l'impression de me voir, encore une fois. Cette perte de contrôle, ce reflux d'un passé qu'il convient d'enterrer...

Et il semble effectivement en passe de revenir d'où il vient. La maison s'affaisse sur elle-même, structure branlante, menaçant de tomber sur les têtes plus bas. Le tout perd en clarté, ne reste alors que ce sourire figé à quelques centimètres. Poing serré, dents qui grincent, j'assiste au tout pour le voir s'achever, la petite au sol, effrayée, traumatisée. Sans un geste brusque, je m'approche doucement. J'entends ses mots. Le regard morne, je baise les yeux vers elle, la culpabilité au visage. J'avais pas prévu ça. Je ne pensais pas que...

Un soupir. Sujet comme je suis à ces flashbacks, hallucinations et autres cauchemars montés de toutes pièces, je n'aime le voir chez autrui, pas chez elle en tout cas. Pas chez une enfant, et encore moins sous l'impulsion de mes questions. Alors quand j'arrive à son niveau, je passe une main derrière sa nuque pour la redresse un petit peu puis la soulève délicatement du sol. Je m'assied sur une chaise puis la garde comme ça dans mes bras, le regard inquiet, une main qui lui caresse doucement les cheveux.

C'est fini Esther, c'est fini... Je voulais pas...

Je lance un rapide regard vers Aubrée. Ce n'est pas le visage de ce songe. Hm... Les questions continuent de s'empiler, mais pourtant, pas question de fouiller plus loin que ça pour le moment. Alors je garde la petite contre moi, tiraillé entre la quête de réponse et l'inquiétude. La culpabilité. Et cette scène... Un malaise que j'aurais encore du mal à expliquer tout le long de ce songe. Un malaise, un écho, une voix qui me susurre qu'au fond, ça m'est familier à moi aussi, d'une certaine façon... D'un coup, sans s'annoncer, le visage de maman s'impose à mon esprit. Il se confond avec le réel pour finalement l'occulter, et bientôt, je ne vois qu'elle. A cette vision, mes yeux s'ouvrent grand, la main sur mon genoux qui serre, griffe, lacère. Les yeux finissent par se fermer en une grimace endolorie, un gémissement soudain, la main au genou qui se lève à la tempe pour soulager la vague de douleur. Quelques tremblements ça et là, la mâchoire qui claque quelques secondes, le souffle rapide, difficile. C'est pas le moment... Vraiment pas. Calmer la colère, réprimer peur et peine. Le trio qui me menace trop souvent à mon goût. Un long soupir. Tu vois, Zvez ? Tu vois comme c'est insupportable, ces retours en arrière ? Et toi tu imposes ça à une gamine.... Je retourne mon regard vers elle, compatissant, peut-être trop. Mais peu importe. C'est encore un gosse, quoiqu'on en dise, Berserker ou non...

Excuse-moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2032-zvezdan-cardinal-de-
EstherEstherArmure :
Cuirasse de la Tarentule

Statistiques
HP:
[Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] G-bleu900/900[Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] V-bleu  (900/900)
CP:
[Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] G-rouge450/450[Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] V-rouge  (450/450)
CC:
[Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] G-jaune1650/1650[Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] V-jaune  (1650/1650)
Message Re: [Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther]   [Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] EmptyDim 3 Juil - 23:08
Quand bien même son abattement l'avait privée de toute énergie, faisant d'Esther un être amorphe, cela ne se retrouvait guère dans ses prunelles désespérées de son impuissance. Aussi se montrait-elle des plus crispées tandis que le Cardinal de la guerre s'affairait à la porter. Ces intentions lui apparaissaient opaques, chose des plus naturelles. Et quelle fut sa surprise devant les marques de tendresse que Zvezdan daignait lui accorder alors même qu'il était à l'origine de l'état dans lequel elle se trouvait à présent. De toute évidence, l'incompréhension figeait sa pensée, ce qui se retrouvait dans son regard éperdu.

Pour autant, cette confusion devait s'user à mesure que la chaleur et la douceur de ces caresses sur son cuir chevelu l'apaisaient, la ramenant à son épuisement ; comme une permission de lâcher prise. En quelques instants, la jeune Tarentule s'était endormie, éprise de l'affection familière d'un père et ce, alors même que ce dernier imposteur était en proie à des émotions dangereuses. En outre, une situation où s'opposaient une réalité menaçante et l'impression de se trouver enfin en sécurité. Sa vie reposait toute entière entre les mains d'une personne mal-connue.

Ainsi filaient les secondes voire minutes dans un silence relatif, eu égard aux bruits visqueux des parois balbutiantes du Dédale. Et pourtant, la candeur de la scène pouvait permettre d'en faire fi, vectrice potentielle de réminiscences éloignées des affres de la guerre. Un moment de paix que la Citadelle de chair ne pouvait rendre qu'éphémère. En effet, l'une de ses enfants devait l'interrompre. Cette dernière s'incarnait dans l'enveloppe charnelle d'Aubrée, jusque là guère plus vive qu'un cadavre ; les signes vitaux apparents en plus.

La jeune femme se redresse lentement, sans exprimer aucun signe de fatigue. Si son aura demeure glaciale, une subtilité présage le danger. Cependant, cette impression est diffuse. Nul indice concret ne préfigure une quelconque hostilité de sa part. L'attitude neutre et l'expression impassible, son caractère malsain se retrouvait tout entier dans sa présence prompte à instiller l'instinct de fuite chez un animal. Un temps silencieuse, son regard finit par rencontrer celui du Cardinal. Sa voix est d'une chaleur froide. C'est là le sentiment intrinsèque, sans artifice aucun.

-Si je devais m'attendre à une pareille vision en un tel lieu... Est-ce là le nouveau visage de la Guerre ?

Un sourire ironique se dessine sur son visage, avant de se faire plus mystérieux. Qu'elle se relève avec nonchalance, ses pas l'amènent près du Cardinal, sans rentrer dans sa sphère intime. Elle debout et lui assis, la jeune femme était bien obligée de le toiser. Son sourire s'efface.

-Elle m'appartient. Trouvez-vous à y redire ?

Son regard et son intonation laissaient deviner qu'elle attendait plus que des mots – en eux-mêmes dispensables – de la part de son interlocuteur.


[Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] Esther11

Codes couleur dialogues : Esther, Arachné.
Chroniques d'une Tarentule, Armure.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1809-esther-de-la-tarentule
ZvezdanZvezdanArmure :
Pontifex

Statistiques
HP:
[Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] G-bleu1650/1650[Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] V-bleu  (1650/1650)
CP:
[Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] G-rouge1350/1350[Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] G-jaune1650/1650[Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] V-jaune  (1650/1650)
Message Re: [Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther]   [Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] EmptyLun 4 Juil - 4:59
De longues minutes comme ça, dans le calme relatif que peut offrir le Dédale et ses divers bruits de fond. Elle s'endort rapidement, sans que je ne bouge pour autant, sans un regard vers le corps au sol, yeux rivés sur la petite, reflets d'une tendresse compatissante à son égard. J'ai toujours détesté ça. Voir des enfants sur une zone de guerre. Des enfants destinés à la guerre, d'une manière ou d'une autre. Trop longtemps j'ai vu Aubrée comme l'aspect principale du Berserker de la Tarentule, un à priori bon à me soulager sur les implications de la petite. Mais... Mais c'est bien plus compliqué que ça, à vrai dire. Une complexité qui prend une teinte de plus en plus malsaine à mesure qu'elle gagne en épaisseur.

Et ce n'est pourtant là que le début.

Quand elle se lève, je ne lui accorde pas un regard, continue de fixer Esther, de doucement caresser ses cheveux. Oh, je le sens, oui. Ce n'est pas Aubrée. Un instant, ma Cuirasse semble comme... Mes sourcils se froncent. Je ressens comme quelque chose qui émane de ma Cuirasse. Si je n'avais pas réagit à temps, les plaques de mon armure se seraient collées à mon corps là maintenant, comme en réaction à cette présence nouvelle. Cette présence glaciale, menaçante, prompte à instaurer le malaise. Malgré ça, cette présence qui ne parvient pas à me faire décoller les yeux de l'enfant dans mes bras. A aucun moment. J'ai compris, oui. La réaction de mon armure, les mots d'Esther plus tôt. Ainsi donc est-ce la Cuirasse de la Tarentule plus haut au-dessus de ce visage qui refuse pour le moment de lui accorder plus d'attention.

- Ta surprise quant à cette vision est au moins égale à la mienne quant à l'anomalie que tu es.

Oui. Une surprise qui ne s'imprime pas sur les traits, mais qui paradoxalement à concept même de surprise, s'instille lentement dans l'esprit, au compte-goutte. Les pièces du puzzle s'assemblent les unes après les autres. Tout. La rencontre aux portes, le Cosmos triple, la disparition du père, cette espèce d'osmose entre mère et fille, différentes mais bien complémentaires, comme les deux faces d'une même pièces. Une pièce qui – le père l'aura prouvé – était capable de se transformer en un dès à trois faces, voire peut-être plus. Et à l'intérieur de cette énigme, derrière cette couche lorsque l'on gratte un peu plus, la voici elle. Celle qui contrôle, qui ordonne puisque Esther dit obéir. Doucement, je relève mon visage vers le sien.

- Et c'est lui-même, en effet. Vous autres Cuirasses semblez avoir un goût certain pour les esprits instables. Au moins toutes n'ont pas l'indécence d'aller jusqu'à façonner cette psyché de leurs propres moyens.

A ces paroles, le regard jusqu'ici neutre se teinte d'une animosité absolue. « Elle m'a mis au monde », disait Esther. « Elle est ma Mère », « c'est pour elle que je vis ». Tout ça, la nature même de cette Cuirasse incarnée... Oui, nul doute qu'elle a sa part de responsabilité dans le sort de la petite. Déjà était-elle pourvue de la Cuirasse avant-même son arrivée au Dédale, élue, choisie. C'est... Nouveau. L'influence des armures de tout Guerrier Divin est connue et reconnue, ces entités sont douées d'une conscience qui leur est propre, elle choisissent leurs porteurs plus que l'inverse. Mais jamais encore je n'ai eu vent d'une qui agissait de façon si directe avec son porteur, moins encore avec le monde lui-même.

J'entends ses derniers mots. Un mince sourire. Le regard s'il garde cet aspect furieux s'éclaire toutefois d'une lueur amusée. Une fois de plus, cet espèce d'appel que je sens. Ma Cuirasse. Pas un mot, pas un rien, comme ça l'a toujours été. Mais elle est là, présente, elle écoute, elle voit. Elle se devine par cette espèce de nuance étrange dans mon Cosmos.

- Quand est-ce, ce moment où tu as oublié ta place pour te permettre l'extravagance de telles manifestations ?

Anomalie. J'ai pesé mes mots plus tôt. Je suis réellement curieux quant à la question, à vrai dire. Pourquoi elle ? Pourquoi la Tarentule plutôt qu'une autre, pourquoi d'autres Cuirasses n'agissent-t-elles pas de la sorte ? Sans un mot, je baisse mon regard vers la petite. La pauvre petite...

J'aimerais vous briser. Vous tous. Toi, Lui, eux. Que puisse cesser cette sinistre blague.
Des pensées bien équivoques. Des pensées qui coulent en même temps que ma main passe dans ses cheveux, plus tendrement qu'auparavant, une empathie encore renforcée à la vue de cette entité. A l'appréhension de ce qu'elle a dû subir... Vous briser, oui.

Vous. Vous, la somme de tout ce qui empêche ce monde de tourner si du sang ne coule pas par centaines de litres. Vous qui réclamez toujours plus pour de toujours plus vaines fins.

Toi. Toi qui t'amuse du sort d'une pauvre enfant, à la malmener, à la terrifier, à te nourrir de tout ça. Toi qui ne respecte rien, qui dénature la relation du Guerrier avec sa Cuirasse pour en faire un vain rapport de force.

Lui. Lui par qui la Guerre ne cesse jamais. Lui à qui tu dois la vie. Lui à qui je dois ma Cuirasse. Mon sort, ma vie à moi, le tournant qu'elle a pris. Lui par qui nait le Chaos et meurt le monde.

Eux. Eux que je veux morts depuis longtemps. « Eux », comme c'est large. Eux, les Saints, eux, l'Empire. Eux, La Guerre. Eux pour qui la Guerre doit continuer, au nom de leurs caprices et lubies
.

Je pense à tout ça, oublie presque la Tarentule pour ne me concentrer que sur ce flot de pensées et la silhouette de la gamine. Puis j'y reviens.

- Te sentirais-tu menacée dans la garde de ta possession pour me poser telle question ? Un sourire narquois qui se dresse, un soupir las. Elle t'appartient, oui. Autant que j'appartiens à la mienne. Autant que nous tous appartenons à Arès. Cette dernière vérité doit surpasser toutes les autres, tâche de ne pas l'oublier.

Un avertissement qu'il sera bon de prendre en compte. L'homme se révolte de ce traitement, mais il n'a pas son mot à dire dessus. C'est le lot des Berserkers, c'est les agissements d'une Cuirasse sur son porteur, et il est bien difficile d'atteindre ces entités. Le Cardinal lui, s'inquiète de cette espèce de relation malsaine et de ce qu'elle pourrait donner sur le plan militaire. Si cette Cuirasse devait être plus consciente encore que les autres d'une certaine façon, si elle devait être capable de se découvrir des intérêts divergents vis-à-vis de ceux des Berserkers... Je ne sais pas. Ce cas est encore trop nouveau pour que je sache réellement à quoi j'ai à faire.

Alors je reste ici. Assis, à fixer la gamine, toujours sans m'encombrer de la présence de cette Tarentule. Heh, elle était de tout façon là depuis le début, de toute évidence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2032-zvezdan-cardinal-de-
EstherEstherArmure :
Cuirasse de la Tarentule

Statistiques
HP:
[Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] G-bleu900/900[Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] V-bleu  (900/900)
CP:
[Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] G-rouge450/450[Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] V-rouge  (450/450)
CC:
[Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] G-jaune1650/1650[Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] V-jaune  (1650/1650)
Message Re: [Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther]   [Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] EmptyLun 4 Juil - 20:21
Arachné le laissait parler sans ne donner mot. Selon toute vraisemblance, il avait beaucoup de ressentiment à lui adresser. Mais au fond, elle n'en attendait pas moins de sa part, l'ayant presque convié à cette impertinence. Le vernis ne l'intéressait que peu, prenant le plus grand plaisir à gratter dessus pour y découvrir la matière intrinsèque. D'aucun n'était dupe de l'identité de l'autre. Son interlocuteur outrepassait même la bienséance d'usage ; arrogant. Aussi lui prête-t-elle un sourire opaque, le faciès placide. Une anomalie ? D'où cette parole avait été proférée, cela ne manquait pas de saveur. Qu'il continue sur sa lancée, et la jeune femme peinait à étouffer son amusement. En effet, elle entendait des mots à la connotation singulière, délivrés sous le toit vicié du Dédale. Quel berserker se souciait encore de décence ? Vertu hypocrite des bons vivants. Et cet ultime avertissement...

-Je connais la place de chacun, la vôtre comprise.

Le ton sec, son regard se faisait des plus incisifs. Il était une réalité que la force usurpée de ce garçon lui empêchait de voir, et la Tarentule comptait bien débarrasser Zvezdan de ses illusions apparentes.

-Ce Vent est pour vous une tornade mortelle et pour moi une brise ennuyeuse. Nous ne vivons pas sur le même plan d'existence, jeune homme. Faites donc l'esclandre de votre puissance. Elle n'est pas plus la vôtre qu'elle m'affectera. Enfin... vous pouvez toujours briser ma protégée. C'est ce que vous ferez, à terme.

Marquant une pause, elle rompait le contact visuel avec son vis-à-vis. Le doigt sur ses lèvres, Arachné songeait à une remarque qu'il lui était commun d'entendre, sous diverses formes et de personnes bien différentes ; moins de la part de semblables, ceci dit. Dire qu'il demeurait des enfants d'Arès pour juger sa manière d'honorer son dieu... Ce garçon... quel passé avait-il pu avoir – ou ne pas avoir – pour ainsi s'offusquer de pareilles vétilles ?

-Je suis friande de tragédies, il est vrai. C'est dans notre nature... mais n'est pas sophistiqué qui veut.

Derrière ces mots, Arachné insistait d'une part sur leur attirance commune pour la souffrance – n'incarnait-il pas l'un des quatre fossoyeurs de l'humanité, après tout ? –, d'autre part, sur ce qui semblait les distinguer de prime abord. Effectivement, des siècles avaient été investis pour transcender à l'état d'Art sa propre voie de la destruction, quand le Cardinal feignait de subir la sienne. Ou alors, il n'était pas encore arrivé à maturation, plus simplement.

-La nourriture a une âme qu'il convient de savourer... Il n'y a bien que les rustres pour se précipiter dessus, sans aucune forme de considération. Au final, elle leur échappe à tous ; ce pourquoi ils demeurent livides... Nul ne connaît ni ne peut comprendre mon plaisir, si ce n'est lui.

Durant ces quelques paroles, Arachné s'était défaussée de son interlocuteur pour se diriger vers la table d'où se tenait un couteau. Sa main avait lentement glissé du bois jusque la lame, saisissant le poignet pour rentrer doucement le tranchant sur le bout de son doigt. Qu'un filet carmin s'en échappe, elle devait le regarder un instant, avant de l'essuyer dans un baiser de gourmet. À la fin de sa petite dégustation, regarder du coin de l’œil sa fille endormie.

-Il se garde les meilleurs morceaux... ou presque.

Sitôt, relâcher le couteau dans l'optique de retourner auprès de sa protégée ; l'expression empreinte d'une bienveillance égoïste. Sans geste brusque aucun, ses doigts viennent effleurer le front d'Esther, y laissant la marque de son propre sang.

-La sienne de nature est d'être une bonne élève. À vivre ses masques, elle m'est divertissante.

Son regard prend une teinte plus froide après s'être tourné vers le Cardinal de la Guerre. Le même sourire ironique que tantôt.

-La compagnie de cette poupée vous sied à merveille.

L'instant d'après, se redresser, retrouvant son air glacial. À son tour, elle portait un jugement sévère sur ce jeune homme. De nouveau, lui revenait en tête cette interrogation « Est-ce là le nouveau visage de la Guerre ? ».

-C'en est risible...


[Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] Esther11

Codes couleur dialogues : Esther, Arachné.
Chroniques d'une Tarentule, Armure.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1809-esther-de-la-tarentule
ZvezdanZvezdanArmure :
Pontifex

Statistiques
HP:
[Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] G-bleu1650/1650[Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] V-bleu  (1650/1650)
CP:
[Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] G-rouge1350/1350[Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] G-jaune1650/1650[Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] V-jaune  (1650/1650)
Message Re: [Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther]   [Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] EmptyMar 5 Juil - 16:29
- Je la connais moi-même bien avant toi.

Comme j'aimerais pouvoir simplement cogner dessus. Là, maintenant, sans retenue, sans se soucier de rien. Juste la faire taire, juste effacer ce sourire que je devine sans même daigner y lever mon regard. Qu'elle ravale ce ton sec, ses jugements. Les choses seraient bien si elles étaient si simples. Mais non. Je le sais, ça ne l'est pas. Et je ne t'ai pas attendu pour être au fait de telles réalités.

- Elle est la mienne, si. Magnifiée, influencée par le sceau de la Guerre, mais mienne tout de même. Pour autant, je n'ai à aucun instant la bêtise de penser pouvoir agir avec contre toi. Heh, pas l'envie qui manque, ceci dit.

Ça non. Un sourire désabusé aux lèvres lorsque les derniers mots sont prononcés. La briser ? Mon regard braqué sur le visage de la petite gagne en intensité.La briser... Dans un premier temps, mon esprit me hurle le contraire, m'assure le risible d'une telle perspective. Puis quelques secondes passent. Alors, un murmure, silencieux, insidieux, presque imperceptible. Elle a raison, tu sais. Mes sourcils se froncent de nouveau. Tais-toi, conscience. Tais-toi et remet ces questionnements internes à plus tard. Je ne t'ai déjà accordé que trop de temps et d'énergie aujourd'hui.
Hélas, le discours de la Tarentule me force bien à cette lutte interne, mieux, à la mettre en évidence. « Notre » nature ? Tseh. Content que ce soit si simple de ton côté du miroir.

- Tu l'as dit, nous ne sommes pas du même plan d'existence. Tu es conçue, destinée pour ça. Pour nous autres êtres humains, la chose peut s'avérer plus complexe que ça.

Qu'il est facile de mettre ses agissements sur le compte d'une nature profonde, inébranlable lorsque l'on n'est ni plus ni moins que l'incarnation d'unes des facettes du Chaos. Non, Cuirasse, non. L'essence humaine se veut hélas bien plus torturée que cela. Son esprit plus encore. Mais qui es-tu pour comprendre ça ? Vous autres avez encore une position bien facile à tenir. Etre un concept plus qu'un individu. Être Mort, Être Pestilence, Être Famine. Être Guerre. Être tout ça plutôt que l'Homme qui vit sous la Cuirasse, oublier cette humanité pour embrasser le rôle d'icône. De parfaite représentation. Eh bien non, Tarentule. Là n'est pas dans mes souhaits. Pourtant, ma Cuirasse a jugée bon de me choisir. Ou tout du moins de m'accepter. Pourquoi ? Je l'ignore bien moi-même. Et je doute fort lui arracher l'aveu de ce choix, elle n'a pas ton attrait pour les apparitions mystiques...

Je lève un instant le regard vers elle. « La nourriture ». J'écoute et regarde, mon attention alors captée pleinement. Je regarde la lame doucement rentrer dans la chair, en extirper ce rouge si familier. Dégoût et attrait se mélangent, l'un clair et affiché, l'autre sous-jacent et inavoué. Du mélange des deux sentiments résulte ce regard qui glisse pour suivre la trace du sang qui coule. Un clignement d’œil surpris lorsqu'elle impose ses lèvres pour mettre fin à la coulée sanguine, les yeux qui se plissent comme à la sortie d'un rêve. Heh, ces mots... Si même les bouts de métal commencent à se permettre le luxe de l'Ego...

Et la voilà qui approche. Alors mon regard se détache définitivement de la petite pour se braquer sur elle. Pas un geste, rien. Simplement, une vigilance immobile mais extrême, tant et si bien que la réaction serait immédiate si elle devait entreprendre quelque action inconsidérée. La promesse de cela qui filtre de mes prunelles alors qu'elle approche cette main ensanglantée.
Et de la promesse silencieuse, je passe à la colère sourde. « Divertissante ». Le mot me résonne plusieurs fois en tête alors qu'un éclair de haine traverse mes yeux. La main qui passe dans cette chevelure ébène se crispe d'un geste réprimé au mieux. L'envie de resserrer cette poigne sur son cou pour lui retirer la vie en une longue suffocation, une envie qui juste un instant, a failli supplanter la raison qui me souffle l'impossible de la manœuvre. Au mieux Aubrée en mourrait. Tseh, qu'est-ce qu'Aubrée au final, à bien y penser ? Une façade ? Un artifice ? Une coquille vide ? Je ne sais pas. Je m'en fiche.

- Divertissante...

Le mot retenti une énième fois, plus que dans mon crâne, cette fois-ci. C'est faible, discret, murmuré en un sifflement plein de fiel. Alors je me lève doucement, dépose délicatement la petite au creux du fauteuil dans mon dos. Je reviens alors vers la Tarentule, les prunelles chargées de flammes furieuses, ce même alors que le visage reste parfaitement serein.

- S'il ne s'agit que de ça, continue donc ce petit jeu qu'est le tiens, Tarentule. Mais ça sans ne plus jamais apparaître devant mes yeux. Pas le même plan d'existence, oui... Et il convient que chacun reste dans le sien.

Pour conclure ces mots, le bras tendu en avant, le bout de l'index qui vient se poser délicatement sur son front. Une concentration de Cosmos, en ce point précis, la vague d'énergie se libère alors en une onde mentale bonne à renvoyer l'esprit dans son corps d'origine. Mon bras vient rattraper le corps inconscient d'Aubrée avant qu'il ne chute, ce pour le placer aux côtés de celui de sa fille. Alors ma voix s'élève de nouveau, puisque je sais qu'elle peut toujours m'entendre.

- Que ton œuvre suive donc son cour. Je ne suis personne pour juger de tes méthodes, pas plus que je ne t'ai attendu pour vivre parmi les monstres et m'en accommoder. Contente-toi d'obtenir des résultats.

Triste vérité que j'ai vite eu fait d'assimiler bien des années auparavant. J'en ai croisé des visages, en cinq années dans ce Dédale. Des visages, des histoires, des personnalités, des esprits plus dérangés et malsains à chaque fois. Plus d'une fois, je n'ai pas aimé ce que j'ai vu. Mais nous sommes ici dans l'Antre d'Arès, ces choses sont une banalité, un quotidien, une nature normale que chacun s'assume puisque s'il y a bien un lieu où personne ne viendra le la leur reprocher, c'est ici. Tseh. Tu parles d'une aide pour qui ne veut pas tomber dans les mêmes travers. Un dernier regard vers la petite, puis je me retourne pour lentement évoluer vers le pas de la porte.

- Je reviendrai m'assurer des facultés de la petite, en temps voulu.

Pour le moment, mieux vaut encore que je m'éclipse. Avant d'enrager plus, avant qu'un geste de trop ne parte sur un coup de sang.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2032-zvezdan-cardinal-de-
EstherEstherArmure :
Cuirasse de la Tarentule

Statistiques
HP:
[Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] G-bleu900/900[Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] V-bleu  (900/900)
CP:
[Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] G-rouge450/450[Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] V-rouge  (450/450)
CC:
[Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] G-jaune1650/1650[Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] V-jaune  (1650/1650)
Message Re: [Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther]   [Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] EmptyVen 8 Juil - 19:49
Le corps d'Esther flotte livide sur un océan d'encre, à l'instar d'un cadavre. Insipide, son regard est celui d'une tête coupée. En quelques occasions, ses pupilles dansent doucement dans ses orbites. Le plafond n'est pas moins sombre que ce sur quoi elle repose. Son corps suit un courant mystérieux, dont il est impossible de visualiser la destination. Dans un état de torpeur, on ne pouvait guère discerner les traits d'inquiétude qu'instille un tel environnement. N'est-ce pas parce que le mal a déjà été fait ? Nul risque d'être abandonnée, puisqu'elle l'est déjà. Nul risque de se perdre, puisqu'elle l'est déjà. Nul risque de se noyer, puisqu'elle l'est déjà. Qu'elle se concentre, l'enfant ne devine pas sa présence. Elle est seule. La mélancolie l'endort. Elle voudrait s'y fondre. Forte de cette volonté désabusée, son enveloppe charnelle coule lentement dans ce flot enténébré. Ce faisant, aucune souffrance ne vient la tourmenter. Elle n'est plus rien.

C'est là son sentiment viscéral, mais une force étrangère vient semer la confusion dans son esprit. Cette dernière apparaît dans un revirement du courant. Il ne va plus pour l'attirer dans l'abysse, mais pour tournoyer autour d'elle-même. Ce tourbillonnement s'accélère, si bien que cet océan s'ouvre en un tunnel creusant vers le ciel. Épicentre de ce cataclysme, la voilà tomber dans le vide alors même que l'immense masse de flot se fait aspirer dans les airs. La vue ne lui est pas rendue pour autant. Simplement, sa chute s'accélère, avec elle l'appréhension de l'atterrissage. Son cœur se remet à battre. Sa respiration reprend. Ses couleurs lui reviennent. L'illusion de la Mort ne se dissipe que pour mieux l'exposer à sa réalité. Un œil gigantesque, les iris de rubis, se dessine là où elle devait tomber.

Avalée par la pupille, Esther se réveille dans un vertige prompte à leurrer ses perceptions. Brusquement redressée, sa respiration se fait courte. Sur elle, la sensation désagréable de l'habit trempé de sueur. L'air caressant sa peau, Esther se recroqueville sur elle-même toute grelottante. Quelque chose manque. Son instinct le lui susurre. À ce moment, elle remarque à ses côtés le corps endormi de sa mère. Du soulagement se retrouve sur son faciès, mais bien vite, il vire en scepticisme dans un moment de flottement. Quelque chose ne va pas. Qu'elle saisisse la main d'Aubrée, un tressaillement lui fait lâcher prise. Une douleur afflictive lui prend à l'estomac. Ses cordes vocales se crispent. Des fourmillements remontent de sa mâchoire jusqu'aux yeux. Sitôt, son expression se défigure en une moue affreuse, venant se réfugier sur le corps sans vie de sa mère. S'entendait dans la pièce le glapissement de ses sanglots.


[Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther] Esther11

Codes couleur dialogues : Esther, Arachné.
Chroniques d'une Tarentule, Armure.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1809-esther-de-la-tarentule
 
[Mi-Juillet 550] Nouvelle rencontre, nouvelles questions et ambitions [PV Esther]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Libro Scripturae :: Transylvania :: Dédale de Chair :: Crocs destructeurs-
Sauter vers: