Votez
I
II
III


Mars 553 AD (Jusqu'à la fin de l'Event)
 
Partagez
 

 [Mi Juillet 550 - île de Salamine] Absolution & malédiction [PV : Nimue]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
MorwennaMorwennaArmure :
Armure d'Or des Poissons

Statistiques
HP:
[Mi Juillet 550 - île de Salamine] Absolution & malédiction [PV : Nimue] - Page 2 G-bleu1500/1500[Mi Juillet 550 - île de Salamine] Absolution & malédiction [PV : Nimue] - Page 2 V-bleu  (1500/1500)
CP:
[Mi Juillet 550 - île de Salamine] Absolution & malédiction [PV : Nimue] - Page 2 G-rouge1500/1500[Mi Juillet 550 - île de Salamine] Absolution & malédiction [PV : Nimue] - Page 2 V-rouge  (1500/1500)
CC:
[Mi Juillet 550 - île de Salamine] Absolution & malédiction [PV : Nimue] - Page 2 G-jaune1800/1800[Mi Juillet 550 - île de Salamine] Absolution & malédiction [PV : Nimue] - Page 2 V-jaune  (1800/1800)
Message Re: [Mi Juillet 550 - île de Salamine] Absolution & malédiction [PV : Nimue]   [Mi Juillet 550 - île de Salamine] Absolution & malédiction [PV : Nimue] - Page 2 EmptyJeu 7 Juil - 11:21
Ta constellation







Oh oui, le temps des fuites était terminé. Il s'achevait par la capture d'un petit poisson qui n'avait jamais eu de cesse de se faufiler pour échapper … pour échapper à qui au juste ou à quoi ? Le Lion connaissait déjà la réponse, et la légère peur qu'il pouvait lire dans les yeux de la belle ne faisait que confirmer tout cela. Pourtant, Nimuë s'était laissée faire, n'avait opposé aucune résistance quand Childéric la força à se retourner vers lui. À lui faire face. Ses iris prêtes à se détourner, la jeune femme fit un grand effort pour l'affronter et se perdre de nouveau dans les prunelles du Saint. Pas de colère, pas de jugement, elle n'y vit rien d'insurmontable si ce n'étaient les paroles qu'il prononça pour elle. La perspective d'une éternité fit s'installer un voile obscur sur son visage qui n'était plus paré de son sourire. Sourire qu'il avait su faire renaître.

L'orage continuait son chant tandis que la pluie redoublait, plaquait vêtements et chevelures de ces deux êtres perdus au beau milieu d'une plage au sable d'or. Un frisson, la jeune femme secoua la tête. Elle refusait l'éternité. N'en désirait pas. Pas plus que de voir le Lion triste dans sa vieillesse. Illusoire, cela aussi, autant que lui, le savait. Soldat. Encore un moment, la Sirène Maléfique resta là, à l'instar d'une statue de marbre, n'osant briser ce moment. Leur éternité. Pourtant elle se dégagea lentement de la poigne du Lion, d'un léger mouvement des épaules. Mais pas pour se reculer. Pour avancer. Un pas après l'autre jusqu'à lui, jusqu'à réduire la distance qui les séparait encore. Il n'en manquait plus qu'un pour le heurter. Nimuë, non sans hésiter, leva ses mains pour envelopper Childéric entre ses bras. Le capturer à son tour. Brider la bête qui sommeillait en lui, peut-être ?

Sa petite frimousse rousse disparut quand elle l'enfouit contre le torse du Lion d'Or, se laissant aller quelques instants à ses pleurs silencieux. Mouiller un peu plus encore le tissu détrempé de sa chemise.

Soldat.

Pourquoi suis-je en train de pleurer ? Je ne me sens pas vraiment triste, non. C'est autre chose. De plus lourd, de plus étouffant, là, contre mon cœur. Je comprends le poids de notre fatalité. De notre Destin. Oui tu as raison Childéric, comme il est bien cruel avec nous. Je ne veux faire de mal à personne. Je ne veux pas te faire souffrir.

Soldat.

La pirate essuya l'eau et les larmes qui glissaient contre ses joues tout en redressant la tête vers le jeune prince déchu. Que pouvait-elle faire d'autre que de lui sourire en cet instant ? Et tromper le chagrin ? L'étau dangereux qui se resserrait sur eux ? Muette, elle n'avait plus de mot à échanger avec lui. Tout juste quelques pensées fugaces et pénibles que bientôt, ils allaient se séparer. Encore.

Elle ne voulait pas de l'éternité. Non. La simple idée de perdre encore et encore ce qu'elle avait eu du mal à construire l'effrayait autant qu'elle la révoltait ! Laissant contre son palais un goût amer.

Je ne veux pas que tu sois qu'un soldat. Et tu m'as offert ta mort !

Paraissait-elle lui crier par la pensée ! Mais pouvait-il lire en elle ? Nimuë ne le savait pas, pas plus qu'elle pouvait lire ce qu'il ressentait en cet instant. Au dessus de leurs têtes les nuages s'étaient écartés, le calme était revenu, cédant sa place à un millier d'étoiles. Le spectacle était à couper le souffle, laissant la jeune femme toute pantoise. Émerveillée aussi. Les yeux rivés dans les cieux étoilés, la belle cherchait les constellations. Celle de son ami.

La fille O'Bannon eut un éclatant sourire en la devinant, là-bas, non loin d'eux à les veiller.

« Je veillerai à ce qu'elle ne s'éteigne jamais, Childéric. »

Voyait-il ce qu'elle contemplait ? Elle raffermit son étreinte, colla son corps au sien plus étroitement comme si elle avait peur à son tour qu'il lui échappe.





© Never-Utopia


[Mi Juillet 550 - île de Salamine] Absolution & malédiction [PV : Nimue] - Page 2 Cxyl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t239-nimue-gold-sainte-des
ChildéricChildéricArmure :
/

Statistiques
HP:
[Mi Juillet 550 - île de Salamine] Absolution & malédiction [PV : Nimue] - Page 2 G-bleu260/260[Mi Juillet 550 - île de Salamine] Absolution & malédiction [PV : Nimue] - Page 2 V-bleu  (260/260)
CP:
[Mi Juillet 550 - île de Salamine] Absolution & malédiction [PV : Nimue] - Page 2 G-rouge330/330[Mi Juillet 550 - île de Salamine] Absolution & malédiction [PV : Nimue] - Page 2 V-rouge  (330/330)
CC:
[Mi Juillet 550 - île de Salamine] Absolution & malédiction [PV : Nimue] - Page 2 G-jaune216/216[Mi Juillet 550 - île de Salamine] Absolution & malédiction [PV : Nimue] - Page 2 V-jaune  (216/216)
Message Re: [Mi Juillet 550 - île de Salamine] Absolution & malédiction [PV : Nimue]   [Mi Juillet 550 - île de Salamine] Absolution & malédiction [PV : Nimue] - Page 2 EmptyMer 13 Juil - 2:14
    Le lion plongea son regard dans les yeux de la jeune femme, dans lesquelles il pouvait lire de la peur. Oh, oui, qu'il savait d'où cette peur venait. Pour une fois, il lui était impossible de fuir obligé d'avancer. Voilà un moment que le lion en avait assez des allers et venus de la jeune femme, qu'il voulait l’empêcher de fuir. Mais jamais il n'avait eu l'occasion de faire en sorte qu'elle reste. Et il avait échoué une fois de trop, et elle avait quitté à jamais le Sanctuaire et la déesse que servaient les deux guerriers. Cette fois-là, la seule où il aurait vraiment fallu la faire rester, il s'était montré incapable de l'aidé. Peut-être maintenant, mais c'était trop tard. Trop tard, mais trop tard, c'est toujours mieux que jamais. La violence de la pluie avait beau redoubler, le lion avait décidé de rester et il resterait. Atlas porteur du monde, stoïque et fort. Perdu, dans les yeux l'un de l'autre. Il vit à quel point sa progression était difficile et cela le toucha encore plus.

    Quand elle ferma ses bras autour de lui, aussi large qu'il était, il en fit de même autour de la jeune femme, bien plus petite et plus menu que lui. Et il la laissa pleurer autant qu'elle en avait besoin. C'était là l'ultime moment d'intimité qu'il partageait. Un abandon total, sans illusion, sans rien. Juste eux, centre du monde. Le lion vient alors délicatement posé une de ses mains à l'arrière du crâne de la jeune femme pour la protéger du monde extérieur, le temps qu'elle retrouve la paix dont elle avait besoin. Pour une fois, le poing du lion servait à autre chose qu'à détruire. Il pouvait enfin être utile à celle qui, au final, avait pris une place importante dans sa vie. Il relâcha sa main quand il sentit la tête de la jeune femme bougée et une fois de plus, leurs regards se croisèrent et en dirent bien long. Et le lion ne put rien faire d'autre que lui sourire. Ils étaient maintenant liés par un serment, le lion avait fait à la belle l'ultime cadeau, celui de sa liberté, celui de choisir, quand il allait mourir.

    Engagement qu'il ne pourrait malheureusement pas tenir, car même s'il aurait vraiment voulu, il n'avait pas sa propre vie entre ses mains. Le lion fut surpris de voir la nuit chasser l'orage. La journée avait passé si vite... Leur dernière journée, le début du reste de leur vie. Côte à côte les deux guerriers levèrent les yeux vers le ciel. Lion se perdit dans l'immensité des étoiles. Comment des choses si étranges pouvait lier à ce point la vie des hommes ? Un mystère de plus. Puis, le lion regarda les étoiles des constellations d'or. Presque chacune d'entre elles renvoyait maintenant le lion à quelque chose à des souvenirs bons ou mauvais. Ou à des gens qu'ils aimaient et d'autres pour qui il n'éprouvait pas la moindre once de sympathie. Les mots de la jeune femme recentrèrent le lion d'or sur elle. Oui... les étoiles brilleraient pour toujours....

    Il ressent de plus la jeune femme se serrer encore plus contre lui. Au moment où il aurait dû être le plus content, une profonde vague de plénitude s’empara de lui. Pour la première fois depuis longtemps, il était serein. La bête, toujours présente, mais calmer, museler même. Il ressent à ce moment précis, tout le poids qu'elle faisait les étoiles brilleraient mais lui, il ne brillerait pas longtemps. Repousser la mort, repousser la fin, maintenant, il avait une raison de le faire. Peut-être qu'il y réfléchirait à deux fois avant de donner sa vie maintenant... Peut-être.

    « - Moi je ferais en sorte qu'elle soit à tes côtés aussi longtemps que possible. Je t'ai donné ma mort et c'est là le plus beau cadeau que je puisse faire. Tu es maintenant ma raison de vivre et surtout, ma raison de mourir. J'espère que tu trouveras, dans ta vie, la paix à laquelle tu aspires et peut-être, qui sait, que nous la trouverons à deux, cette paix. Cette paix qui, fera autre chose de nous que des soldats... »

    La paix... ce mot avait un goût étrange dans la bouche du lion d'or. Pourrait-il être capable de faire autre chose que de vivre en tant que soldat... Rien n'était moins sûr, de toute façon, il le savait, le destin ne lui en laisserait pas l'opportunité.

    « - Si j'avais pu, je ne t'aurais pas laissé partir... Pas à chaque fois... »


“Give as few orders as possible
once you've given orders on a subject, you must always give orders on that subject.”


[Mi Juillet 550 - île de Salamine] Absolution & malédiction [PV : Nimue] - Page 2 Deric_11
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t231-childeric-chevalier-d- https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1718-childeric En ligne
MorwennaMorwennaArmure :
Armure d'Or des Poissons

Statistiques
HP:
[Mi Juillet 550 - île de Salamine] Absolution & malédiction [PV : Nimue] - Page 2 G-bleu1500/1500[Mi Juillet 550 - île de Salamine] Absolution & malédiction [PV : Nimue] - Page 2 V-bleu  (1500/1500)
CP:
[Mi Juillet 550 - île de Salamine] Absolution & malédiction [PV : Nimue] - Page 2 G-rouge1500/1500[Mi Juillet 550 - île de Salamine] Absolution & malédiction [PV : Nimue] - Page 2 V-rouge  (1500/1500)
CC:
[Mi Juillet 550 - île de Salamine] Absolution & malédiction [PV : Nimue] - Page 2 G-jaune1800/1800[Mi Juillet 550 - île de Salamine] Absolution & malédiction [PV : Nimue] - Page 2 V-jaune  (1800/1800)
Message Re: [Mi Juillet 550 - île de Salamine] Absolution & malédiction [PV : Nimue]   [Mi Juillet 550 - île de Salamine] Absolution & malédiction [PV : Nimue] - Page 2 EmptyMar 19 Juil - 13:29
Ta constellation






Tu m'as offert ta Mort. Mais ce n'est pas cela que je voulais t'entendre dire …

Cette constatation l'avait frappé en plein cœur. Pourtant, elle ne voulait pas bouger, pas encore. Pas après ce qu'il venait de lui dire. Silencieuse, elle se drapait dans un inquiétant mutisme. Childéric qui la connaissait un peu, pouvait savoir que ce n'était pas bon signe. La sentir se raidir tout à coup, l'ombre dans ses prunelles … autant de signes qui avaient de quoi inquiéter le Lion. Ou au moins l'interroger.

Il n'avait pas voulu la laisser partir ? Elle le savait. Childéric le lui avait prouvé en bravant l'interdit pour aller la rechercher à Alexandrie, alors qu'elle venait de s'enfuir pour trouver refuge auprès de l'Océan. Ce souvenir qu'elle conservait s'étiolait, même maintenant que la jeune pirate s'efforçait de le reconstituer. Il y avait une partie manquante, celle qu'il lui avait révélé quelques temps plus tôt. Jusqu'à maintenant elle n'avait pas désiré s'en soucier. Mais maintenant, tout semblait différent. Comme elle savait qu'ils n'avaient pas d'autre choix que celui de se séparer. Vouloir jouer avec les fils du temps était dangereux et Nimuë ne pourrait accepter qu'il prenne encore des risques inconsidérés pour elle.

« Nous verrons. »

S'était-elle contenté de lui répondre après un temps qui avait semblé bien long. Trop long. Ce poids sur son cœur devenait de plus en plus insupportable. La séparation, aussi dure qu'elle puisse être, était inévitable. Sa main se glissa dans la sienne en une dernière étreinte. Un ultime échange. Un sourire, un regard. Que pouvait-elle lui offrir en retour ? À une Sirène perdue et désabusée ? Childéric pouvait lire facilement la tourmente qui régnait dans ses yeux pers. Pourtant, jamais de sa vie elle fut aussi lucide. Et amère. Les mots du Lion sonnaient étrangement à ses oreilles et elle en comprenait la teneur. Quand bien même elle interprétait encore. Mal, probablement. Mais quelle importance ? Il semblait évident que c'était trop tard.

Merci de m'avoir retenu cette fois.

Paraissait crier ses iris tremblantes piquetées d'étoiles. Alors elle se mit sur la pointe des pieds et l'invita, d'une main crispée sur sa chemise, à se pencher sur elle. Lui, le géant dont l'ombre la protégeait du monde.

« Prend soin de toi Childéric … »

Avec délicatesse, ses mains allèrent cueillir le visage du Saint. Ses mains étaient froides et tremblantes mais ce baiser qu'elle déposa au milieu de son front lui, était empreint d'une chaleur ardente. Elle resta un moment ainsi avant de reculer ses lèvres, les mordre pour mieux les marquer et se souvenir. Le goût doux amer de cette séparation. La jeune femme avait posé son front contre celui du jeune homme, et attendit de trouver les mots. Beaucoup se heurtèrent à la barrière de ses lèvres. Sans jamais pouvoir sortir. Prisonniers. Elle ne voulait rien regretter.

Elle se recula, non sans hésiter. Le contempla une dernière fois pour lui offrir un sourire. Et se détourna pour regagner à grands pas hâtifs, le cocon de sa cabine. Old John n'osa pas aller la voir, il tourna son regard vers la plage d'un air pensif, une lettre froissée entre ses mains. Lui non plus ne devait rien regretter. Et pourtant …

« Je suis Celle-qui-annonce-la-Mort. »

Nimuë se laissa tomber en arrière, chuter parmi les coussins et ses draps. Elle retira ses bottes détrempées, se débarrassa de ses vêtements et s'enroula dans sa couverture. Loin du monde. Dans le souvenir de son Ombre.





© Never-Utopia


[Mi Juillet 550 - île de Salamine] Absolution & malédiction [PV : Nimue] - Page 2 Cxyl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t239-nimue-gold-sainte-des
ChildéricChildéricArmure :
/

Statistiques
HP:
[Mi Juillet 550 - île de Salamine] Absolution & malédiction [PV : Nimue] - Page 2 G-bleu260/260[Mi Juillet 550 - île de Salamine] Absolution & malédiction [PV : Nimue] - Page 2 V-bleu  (260/260)
CP:
[Mi Juillet 550 - île de Salamine] Absolution & malédiction [PV : Nimue] - Page 2 G-rouge330/330[Mi Juillet 550 - île de Salamine] Absolution & malédiction [PV : Nimue] - Page 2 V-rouge  (330/330)
CC:
[Mi Juillet 550 - île de Salamine] Absolution & malédiction [PV : Nimue] - Page 2 G-jaune216/216[Mi Juillet 550 - île de Salamine] Absolution & malédiction [PV : Nimue] - Page 2 V-jaune  (216/216)
Message Re: [Mi Juillet 550 - île de Salamine] Absolution & malédiction [PV : Nimue]   [Mi Juillet 550 - île de Salamine] Absolution & malédiction [PV : Nimue] - Page 2 EmptySam 23 Juil - 18:36
    Le lion savait que le silence voulait beaucoup pour la jeune femme… Et que ce moment sans bruit était lourd de signification et de conséquence… Au moment où aucun son n’est sorti de sa bouche, Childéric savait, il avait compris. Une fois de plus elle allait partir. Les deux simples mots de la jeune femme qui enfin, vinrent briser cet oppressant silence, furent deux lames dans le cœur du géant d’or. S’il pouvait lire une part de la souffrance qu’elle ressentait dans les yeux de la jeune femme, ceux du lion reflétaient un vide similaire. Abandon et adieux… Il serra la main de la jeune femme quand elles se croisèrent, que pouvait-il faire. Au final, jamais il n’avait été capable de la retenir et jamais il n’y arriverait. C’était comme vouloir retenir de l’eau entre ses doigts, indubitablement, elle finit par s’échapper et s’écouler.

    Il laissa la jeune femme poser ses lèvres sur son front, incapable de faire autre chose qu’une fois de plus laisser le torrent s’écouler. Il pouvait sentir dans son cœur la bête cogner contre les barrières et les cages qu’il avait dressées bientôt il ne pourrait plus la retenir et il devrait la laisser s’exprimer et alors, que se passerait-il ? Que deviendrait-il ? Rien… Il lui rendit son sourire quand elle se mit à dévorer la distance entre eux… Cette distance qu’il ne pourrait jamais combler et qui au final, représentait le fossé qui existait entre eux. Plus ils se rapprochaient et plus ils s’éloignaient se rapprochant sans jamais vraiment se trouver. Une triste destinée. Le lion resta là, seul et vide quelques instants, perdu. Il hésita et se remit en route vers le port pour repartir.

    En chemin, un groupe d’hommes passablement aviné bousculèrent Childéric et voulurent s’en prendre à lui, fort de leur nombre et de la quantité d’alcool consommé. Il n’en fallait pas plus pour que la bête explose, les yeux du lion se fendirent, pupilles étroites et prédatrices, les yeux d’un animal en chasse. D’un lion qui va sauter sur sa proie. Il se décala alors sur le côté trop vite pour que les sacs à vins agressifs puissent le suivre et d’un simple mouvement terminant son pas, il écrasa la cheville de celui qui avait voulu le frapper. Poussant le poids de son corps sur son pied, il entendit le craquement sinistre des os de l’homme en question quand ce dernier s’écroula par terre dans un cri. Les autres prirent leur jambe à leur coup laissant le lion assoiffé de sang seul avec sa proie. Il se mit à califourchon sur l’homme au sol et commença à frapper. Et à frapper. Il entendit le craquement des dents se déchaussant de la mâchoire. Et il continua de frapper. Il ne se retient qu’au dernier moment… au moment où le moindre coup supplémentaire lui aurait été fatal.

    Il venait de reprendre le contrôle de son cœur et de ses émotions et il savait ce qu’il avait à faire à ce moment-là. Il était loin de tout au moment où la colère et sa personnification avaient pris le dessus sur lui. Il laissa l’homme sur place, gargouiller dans son sang. Son sort ne l’intéressait pas, ne l’intéressait plus. Qu’il vive ou qu’il meurt, le sort en déciderait. Le lion se remit en route vers le navire de la jeune femme. Ne pas penser, juste faire après tout… Il se présenta devant le navire et… Il luttait contre lui pour ne pas laisser la bête de son cœur une fois de plus prendre le dessus sur lui. Bientôt elle aurait dévoré tout ce qu’il était, mais il entendait ne pas lui faciliter la tâche… Il garda son calme tout le long et expliqua qu’il avait un dernier message à transmettre à la jeune femme qui dirigeait ce navire, ce monde.

    Finalement, se fut John qui le laissa entrer. Le lion se présenta devant la cabine de la jeune femme et il put sentir qu’il était encore sur le point de craquer. Le visage couvert de sang et le bruit des os couplé au gargouillis de sang de l’homme qu’il avait laissé pour mort lui revinrent à l’esprit. La bête s’était gorgé de cette douleur et des sentiments de celui qu’elle empoisonnait. Rapidement, les yeux du lion se fendirent au moment où il s’apprêta à frapper à la porte mais avec un effort de volonté colossal il se reprit. Il avait craqué une fois et c’était la fois de trop. Le genre de péché qui ne permet aucune rédemption. Calme, son aura débarrasser de toute souillure de la bête, pour un temps du moins. Il esquissa le geste nécessaire pour frapper à la porte. La jeune femme avait-elle été prévenu de l’arrivée du lion, il ne savait pas, sûrement, peut-être… Non, il ne frapperait pas, il n’entrerait pas… Il n’avait pas sa place dans ce monde… Il colla donc son front à la porte et commença à vider son sac.

    « - J’ai une cicatrice, qui va de la droite de mon cou à ma poitrine. C’est une nuit, mon maître, qui a essayé de me trancher la gorge. La lame avait déjà pénétré dans mon cou, je me suis débattu et elle a rebondi sur un os et à glisser tout le long de ma poitrine. J’en ai une autre sur la jambe dans le mollet, un coup de lance qui à l’origine, devait m’ouvrir le ventre que je n’ai pas réussi à éviter. Et des histoires comme ça, j’en ai pratiquement une par cicatrice. Je t’ai déjà dit un jour que les cicatrices sont des blessures qui ne saigne plus mais ne se referme jamais. J’en suis recouvert… »

    C’était une histoire que le lion ne pouvait dire à personne. Ni à Silas, peut-être à Ainia. Mais à personne d’autre, ils ne pourraient pas vraiment comprendre alors lui déjà avait du mal à savoir vraiment. Mais il fallait qu’il en parle et surtout à elle, la seule fondamentalement, capable de comprendre qui était vraiment le lion et ce qu’il avait vécu. Il s’adossa alors au mur à côté de la porte et se laissa glisser par terre, il fallait qu’il continue de parler. Tant pis si, et c’est sûrement ce qu’il faisait, tout l’équipage de Nimue l’écoutait et que quelqu’un pourrait utiliser ça contre lui mais tant pis, au diable tout ça.

    « - J’étais un jeune homme très différent de qui je suis maintenant. Une vraie tête de mule, encore pire que maintenant. Je passais mon temps à faire n’importe quoi, à vouloir préparer ma revanche sur mes oncles… Quel rêve stupide. À vouloir faire la guerre des hommes… Comme si j’avais une place dans ce monde ! Mon maître m’a fait comme je suis maintenant, comme il a voulu que je sois. Dans mon propre sang. Il a tout fait pour que je sois le soldat parfait. Sans rien d’autre que la guerre dans la tête et le cœur et il a presque réussi… Qu’est-ce que j’ai à moi au final ? Rien… Si je devais perdre mon armure demain et être chassé du sanctuaire où’est-ce que je serais ? Rien. Il a fait de moi un soldat, bon simplement à mourir. Et le pire dans tout ça, c’est qu’il a fait en sorte que je le tue, de mes propres mains, et que je sois désolé de ça… »

    Au final, la vie du lion était vide. Il n’avait connu que l’entraînement de son maître et les violences de ce dernier. Et le pire, c’est que maintenant, il était presque venu à le comprendre, à l’aimer… presque. Mais qui avait-il d’autre au fond ? Personne… Il vivrait et mourrait seul. Il n’arrivait déjà pas à savoir qui il était vraiment. Il savait qui il aurait été et qui il serait, mais pas qui il est. Prince oublié et soldat divin… Mais au fond, ne pouvait vraiment être qu’un soldat . Qui pouvait bien être Childéric ?

    « - Et je pense que de tous, tu peux comprendre tout ça. De tous, tu es la seule capable de faire quelque chose de tout ça… Je ne sais pas… Pourquoi je reviens toujours vers toi, systématique, qu’importent les risques et qu’importe ce qui se passe entre nous. Et qu’importe le nombre de fois où tu fuis… On aime ceux qui nous font du mal et on fait du mal à ce qu’on aime… »(« - Et je pense que de tous, tu peux comprendre tout ça. De tous, tu es la seule capable de faire quelque chose de tout ça… Je ne sais pas… Pourquoi je reviens toujours vers toi, systématique, qu’importent les risques et qu’importe ce qui se passe entre nous. Et qu’importe le nombre de fois où tu fuis… On n’aime ceux qui nous font du mal et on fait du mal à ce qu’on aime… »


“Give as few orders as possible
once you've given orders on a subject, you must always give orders on that subject.”


[Mi Juillet 550 - île de Salamine] Absolution & malédiction [PV : Nimue] - Page 2 Deric_11
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t231-childeric-chevalier-d- https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1718-childeric En ligne
MorwennaMorwennaArmure :
Armure d'Or des Poissons

Statistiques
HP:
[Mi Juillet 550 - île de Salamine] Absolution & malédiction [PV : Nimue] - Page 2 G-bleu1500/1500[Mi Juillet 550 - île de Salamine] Absolution & malédiction [PV : Nimue] - Page 2 V-bleu  (1500/1500)
CP:
[Mi Juillet 550 - île de Salamine] Absolution & malédiction [PV : Nimue] - Page 2 G-rouge1500/1500[Mi Juillet 550 - île de Salamine] Absolution & malédiction [PV : Nimue] - Page 2 V-rouge  (1500/1500)
CC:
[Mi Juillet 550 - île de Salamine] Absolution & malédiction [PV : Nimue] - Page 2 G-jaune1800/1800[Mi Juillet 550 - île de Salamine] Absolution & malédiction [PV : Nimue] - Page 2 V-jaune  (1800/1800)
Message Re: [Mi Juillet 550 - île de Salamine] Absolution & malédiction [PV : Nimue]   [Mi Juillet 550 - île de Salamine] Absolution & malédiction [PV : Nimue] - Page 2 EmptyDim 24 Juil - 14:26
Semblables







Le sommeil ne fut pas long à tomber sur ses paupières. Pour une fois, Nimuë sombra dans le royaume des songes sans avoir à le chercher. Morphée n'avait eu qu'à la cueillir entre ses bras, telle une fleur dans un jardin et l'emporter. Pendant un temps, tout était calme dans la cabine de la jeune femme. Pas un bruit, juste le son paisible de sa respiration. À peine perturbé par la danse des vagues qui s'échouaient contre la coque du Blodyn a'r Ddraenen, son navire. La Rose Sanglante. Pourtant, cette douce quiétude laissa place à une ombre qui grandit, s'étendit de plus en plus vite sur la jeune femme allongée dans son lit. Elle commença à s'agiter, à crisper ses doigts sur le tissu blanc qui recouvrait son corps dénudé. Des gémissements étouffés, des plaintes presque inaudibles. Des soupirs affligés. Quelques larmes prêtes à naître.

Là où elle se tenait dans ses rêves tout n'était que noirceur et incertitude. Il lui fallut un temps pour que ses prunelles ne s’accommodent à l'obscurité ambiante. L'éclat d'une flamme vacillante l’interpella tout à coup et sa source lumineuse finit par chasser les ténèbres. Nimuë se trouvait dans une chambre, chichement éclairée par les bras d'argent de la lune qui s'essayait à s'engouffrer au travers les fenêtres en pierre donnant sur une grande cour en contrebas. Où était-elle ? La jeune femme n'eut pas le temps de s'interroger davantage qu'un cri déchirant non loin d'elle la fit frissonner d'effroi. Ses yeux tombèrent sur deux silhouettes penchées l'une sur l'autre. Une femme à la longue chevelure rousse, alitée, s'efforçait de donner la vie et de se libérer du fardeau de la douleur qui en découlait. Cette dernière regardait l'autre personne avec un mélange de peur et de désespoir qui serra le cœur de la Sirène Maléfique. Sa détresse l'avait aussitôt émue, parce qu'elle lui ressemblait étrangement, parce que le son de sa voix quand elle s'adressa au second protagoniste fit vibrer tout son être d'une manière déraisonné. Si familière mais pourquoi ?

« Aoden il va falloir que tu … que tu m'écoutes ... » L'homme prit avec douceur et tendresse la main que la femme lui tendait. Sans cesser de poser des baisers dans le creux de sa paume, il l'écouta. Nimuë ne fit rien pour s'approcher. « Souviens toi de ce que tu m'as … promis. Prend-le. »

Il secoua la tête avec énergie, se refusant à faire ce qu'elle lui suggérait de faire. Le pauvre hère n'avait de cesse de répéter ces mots : « Non. Jamais. Je ne le peux pas. Ne le veux pas. Pitié … Aliénor. »

Aliénor. Cette dernière, pourtant, s'était redressée dans un effort surhumain qui lui arracha un rictus de souffrance pour s'emparer de quelque chose dans les replis de ses couvertures. Un éclat métallique, argenté fit bondir la Sirène Maléfique en avant. Prête à rejoindre le couple, elle s'écrasa contre une barrière invisible qui la tint à l'écart. Elle assista impuissante à la suite. Tout ce sang, ces hurlements … Les pleurs. Et le silence. Un murmure.

« Nimuë … »

La jeune O'Bannon se réveilla en sursaut, un cri au bord des lèvres. Le souffle court et le corps tout tremblant, la belle tentait de rassembler ses pensées quand elle sentit dans un même temps le cosmos de Childéric se manifester, non loin. Il était là, derrière la porte et sans même y réfléchir, encore toute pantoise, elle s'extirpa de son lit, s'enroula rapidement dans son drap immaculé pour le rejoindre en silence. Prête à ouvrir la porte, elle stoppa son geste, le suspendit. Alors elle l'écouta à travers le bois, n'osa pas bouger lorsqu'il lui confia son cœur. Ses confessions étaient poignantes et avec le souvenir de son cauchemar, elle ne put s'empêcher de sombrer dans une profonde affliction. Ils n'en eurent pas conscience mais tous les deux posèrent leur front contre cette mince muraille qui les séparait. Ensemble ils s'étaient laissés glisser. À la fin, Nimuë resta un long moment dans sa posture avant de la briser, de se relever et d'ouvrir la porte. Non sans avoir hésité. Tant pis lui avait hurlé sa tête ! Va-y avait clamé son cœur.

« Oh Childéric … »

Avait-elle susurré en le trouvant là, dans l'ombre. Avalé dans ses propres ténèbres. La jeune pirate s'était avancée de quelques pas pour mieux s'agenouiller face à lui dans un froissement de tissus. À la faveur d'un rai de lumière qui tomba devant les yeux du Saint, elle découvrit le sang qui maculait son visage. Si dans ses prunelles pers une ombre s'était glissée, de tristesse et d'égarement, cela ne l’empêcha pas de cueillir son faciès entre ses mains, le porter vers le sien. Son cosmos s'était manifesté pour le calmer, tenter de chasser la Bête qui régnait, prête à bondir. Elle n'avait pas peur. Pas une seule seconde. Délicatement, elle utilisa un pan de sa mise improvisée pour enlever toute trace de souillure, retirer l'écarlate. Se faisant ses yeux n'avaient pas quitté les siens, tentant de lui faire comprendre ce qu'aucun mot ne saurait traduire …

Ses bras s'enroulèrent autour de son cou pour le capturer. Ne plus jamais le laisser partir. Museler cette Bête de Sang comme elle avait dû faire avec la sienne. Semblables.

« Je ne veux pas être celle qui apportera ta Mort ... »


Pardonne-moi ...




© Never-Utopia


[Mi Juillet 550 - île de Salamine] Absolution & malédiction [PV : Nimue] - Page 2 Cxyl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t239-nimue-gold-sainte-des
ChildéricChildéricArmure :
/

Statistiques
HP:
[Mi Juillet 550 - île de Salamine] Absolution & malédiction [PV : Nimue] - Page 2 G-bleu260/260[Mi Juillet 550 - île de Salamine] Absolution & malédiction [PV : Nimue] - Page 2 V-bleu  (260/260)
CP:
[Mi Juillet 550 - île de Salamine] Absolution & malédiction [PV : Nimue] - Page 2 G-rouge330/330[Mi Juillet 550 - île de Salamine] Absolution & malédiction [PV : Nimue] - Page 2 V-rouge  (330/330)
CC:
[Mi Juillet 550 - île de Salamine] Absolution & malédiction [PV : Nimue] - Page 2 G-jaune216/216[Mi Juillet 550 - île de Salamine] Absolution & malédiction [PV : Nimue] - Page 2 V-jaune  (216/216)
Message Re: [Mi Juillet 550 - île de Salamine] Absolution & malédiction [PV : Nimue]   [Mi Juillet 550 - île de Salamine] Absolution & malédiction [PV : Nimue] - Page 2 EmptyMer 27 Juil - 0:09
    Childéric était maintenant seul face à lui, devant une situation des plus pathétiques. Là, affalé dans sur le bois du navire à livrer son cœur à une porte qui n’avait rien à lui répondre. À quoi bon ? Pourquoi faisait-il tout ça ? Il ne savait pas vraiment. Il ressentait juste ce profond besoin viscéral d’être là à ce moment précis. Il avait mal, très mal. Mais c’était ici qu’il voulait avoir mal et pas ailleurs. Il avait ce besoin de savoir, sans précisément savoir quoi, mais de savoir. De voir. Il était perdu et avait au fond, besoin de retrouver son chemin. C’est pour ça qu’il avait fait tout ça et qu’il était revenu malgré tout, qu’il revenait malgré tout à chaque fois. Systématiquement, il revenait vers la jeune femme qui au fond, à chaque fois, le laissé encore plus perdu que quand il était venu…

    Il releva la tête, quand il entendit la porte à laquelle il avait parlé pendant un long moment grincer. Il releva alors doucement la tête et il vit la jeune femme sortir de sa cabine. Il ne discerne pas grand-chose dans l’ombre de la cabine, mais il savait. Il sursauta légèrement quand il l’entendit prononcer son nom du bout des lèvres. Ce nom, le rappela légèrement à lui et il tressauta légèrement. La lumière qui filtrait que très peu donnaient à l’apparition que venait de faire la jeune femme devant lui quelque chose d’éthéré. De même, il ne s’attendait pas à ce qu’elle essuie le sang du son visage. Il n’y avait même pas pensé. Il venait de pratiquement battre un homme à mort et c’était laissé emporter, par la fureur et le sang…

    Il sentit un reflux de bile dans sa gorge lui brûler l’intérieur de la gorge. Le dégoût était là. Celui de lui-même et celui de tout le reste. Mais que pouvait-il faire d’autre ? C’était une machine à tuer. Le soldat parfait, qui malgré tout, exécute les ordres sans poser de questions. Qui tue sans remords, sans regret. Qui sert et qui meurt, qu’importent les risques. Car c’est tout ce qu’il avait dans la vie ses crocs, capable de tout déchirer. Son poing, qu’il avait donné à Athéna et qu’avait-il d’autre, si ce n’est une vie simplement vouée à être terminé ? Si seulement il pouvait faire le choix d’Achille… Celui de la mort, jeune et seul, mais couvert de gloire. Non qu’il cherche la gloire, mais qu’on se souvienne de sa mort, à défaut de se souvenir de sa vie.

    Il se sentit apaisé quand la jeune femme effaça le sang de son visage. Peut-être que c’était aussi l’effet de ce qu’elle voulait faire avec son cosmos, pour calmer la bête qui grognait dans son cœur. Elle s’était nourri tout à l’heure mais ne crachait jamais sur une occasion et le lion la sentit se débattre pour s’accrocher à la jeune femme et saisir ce qu’il pouvait mordre. Mais ça, Childéric ne la laissera pas faire. Dans un effort de volonté surhumain, il dévia l’ire de la bête sur son propre être que sur la jeune femme. Il se perdit dans ses yeux, c’est ce qui l’avait gardé debout. Peut-être que la jeune femme avait pu voir la lutte dans laquelle était plongé le lion, le combat qu’il avait mené. Peut-être qu’elle avait compris. Le lion lu, avait vu dans ses yeux beaucoup de choses et ce qu’il fit lui fit comprendre pourquoi il avait fait tout ça. Pour ce genre de regard…

    Le lion se laissa faire et porta à son tour ses bras autour de la jeune femme. Il l’entendit dire qu’elle ne voulait pas du cadeau du lion. Mais qu’avait-il d’autre à offrir ? Il avait donné ses poings à Athéna et sa vie n’avait pas de valeur. Que pouvait-il faire d’autre ? Le lion attira la jeune femme vers lui et la serra contre son corps. Comme si de cette façon, il l’empêcherait de fuir, elle ne partirait plus. Pour une fois, elle resterait. Mais au fond de lui, il savait, que jamais ce qu’il voulait ne pourrait avoir lieu, que jamais, il ne connaîtrait la paix. Devant eux, tout n’était que drame et chaos. Il posa alors sa tête sur l’épaule de la jeune femme, et lui murmura :

    « - Tu ne causes pas la mort petit poisson. Mais qu’est-ce que je pourrais te donner d’autre alors ? C’est la seule chose que j’ai vraiment à moi… C’est la seule chose à quoi mène ma vie… Je ne sais même pas si je ne veux pas mourir. De toute façon, je ne pourrais jamais élever des chèvres avec toi. Je ne l’ai encore dit à personne, mais ce vice dans mon cosmos, il ronge ma vie doucement. C’est ça qui a tué mon maître, et qui me tuera moi. Personne ne sera là pour l’effacer et je ne suis même pas sûr de vouloir, j’ai besoin de son pouvoir… pour servir. »

    Servir, c’était là tout le tragique de la vie de Childéric. Il ne vivait pas pour lui. Ne l’avait jamais fait. Pendant plus de vingt ans, on lui avait dit de vivre pour Athéna et surtout, de mourir pour elle. Si bien, qu’il avait été dépossédé de tout. Absolument tout. Marqué par le chaos de la guerre, marqué par la vie de son maître, marqué par l’absence de liens et de possessions. Bon à se jeter tête baissée dans le feu et de fracasser n’importe quel obstacle de la force de ses poings. Son existence, c’était ses poings. Ses crocs, qui n’étaient là que pour lacérer les chairs des ennemis qu’on lui désignait !


“Give as few orders as possible
once you've given orders on a subject, you must always give orders on that subject.”


[Mi Juillet 550 - île de Salamine] Absolution & malédiction [PV : Nimue] - Page 2 Deric_11
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t231-childeric-chevalier-d- https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1718-childeric En ligne
MorwennaMorwennaArmure :
Armure d'Or des Poissons

Statistiques
HP:
[Mi Juillet 550 - île de Salamine] Absolution & malédiction [PV : Nimue] - Page 2 G-bleu1500/1500[Mi Juillet 550 - île de Salamine] Absolution & malédiction [PV : Nimue] - Page 2 V-bleu  (1500/1500)
CP:
[Mi Juillet 550 - île de Salamine] Absolution & malédiction [PV : Nimue] - Page 2 G-rouge1500/1500[Mi Juillet 550 - île de Salamine] Absolution & malédiction [PV : Nimue] - Page 2 V-rouge  (1500/1500)
CC:
[Mi Juillet 550 - île de Salamine] Absolution & malédiction [PV : Nimue] - Page 2 G-jaune1800/1800[Mi Juillet 550 - île de Salamine] Absolution & malédiction [PV : Nimue] - Page 2 V-jaune  (1800/1800)
Message Re: [Mi Juillet 550 - île de Salamine] Absolution & malédiction [PV : Nimue]   [Mi Juillet 550 - île de Salamine] Absolution & malédiction [PV : Nimue] - Page 2 EmptyMer 27 Juil - 10:17
Bêtes







Accablé par tant de maux, le Saint du Lion continuait de sombrer petit à petit entre les bras d'une Nimuë impuissante. Ce sentiment, elle le détestait. Autant qu'elle n'aimait pas voir Childéric tenir un tel discours. Et pourtant oh oui pourtant ! Elle le comprenait que trop bien. Sa question l'avait rembrunit : que pouvait-il lui offrir d'autre ? Sans le savoir le prince déchu lui donnait plus qu'il ne le soupçonnait. En lui ouvrant son cœur, en lui confiant une partie de ses peurs et de son âme, il venait de faire un pas gigantesque vers la pirate. Comblant peut-être cette distance érigée entre eux. Bêtes rongées par le passé. Esclaves de leurs maîtres respectifs. Ses bras se resserrèrent davantage autour du géant franc qui tenait plus étroitement la jeune femme contre lui. Cette pensée fugace qu'il pourrait la briser avec facilité lui traversa l'esprit, pire, la fit sourire. Sa main s'était alors perdue dans la chevelure du jeune homme dans le seul et unique but de finir de l'apaiser. Après un temps durant lequel seul le chant des vagues s'échouant contre la coque du navire fut audible, elle prit la parole.

« Si, il y a une chose qui t'appartiens et t'appartiendras toujours. » Elle se recula un peu pour poser une main contre le torse du Saint, à l'endroit où battait son cœur. « Qu'importe le nombre de fois où il a été assaillit par la volonté de ton maître, malmené, piétiné ou écrasé, il ne saurait changer. J'y entrevois toujours ce jeune garçon, cette tête de mule qui avait ses rêves. Comme le mien renferme toujours le souvenir de cette petite fille qui rêvait de l'Océan et d'aventures. »

Un sourire encourageant sur ses lèvres, Nimuë prit avec douceur la propre dextre de son ami pour la guider vers son cœur à elle. Il pourrait alors sentir ce dernier battre de plus en plus furieusement. L'impression qu'elle en avait était à la limite de la douleur mais elle ne fit rien pour y mettre un terme. Ses yeux plongés dans les siens, la fille O'Bannon continua :

« Je suis toujours un poison pour mes semblables, une gangrène qui finira par ronger ton cœur. Je suis maudite, tu comprends ? Oh mais tu le sais déjà, je te l'ai déjà dis … Tu te souviens de notre première rencontre ? »

Où les rôles avaient été quelque peu inversés. C'était elle qui avait récolté le sang, cette nuit-là. Et le Lion d'Or avait été déjà là à ses côtés … Une ombre s'installait progressivement dans ses prunelles claires.

« Un homme, il y a peu m'a tiré les cartes. Tu sais quelle carte il a retourné pour moi ? L'Ermite. Celui qui est condamné à rester seul toute sa vie. » Une pause, Nimuë baissa légèrement la tête vers les ténèbres, occultant son expression d'intense tristesse. « Je vais vivre très longtemps. Trop longtemps. Cela veut dire que je vais perdre tout ce qui m'est cher petit à petit. Tout va recommencer à chaque fois. J'ai peur de cela. Comme avant j'avais peur de perdre mon humanité, de m'attacher. C'est faux. J'ai toujours cette crainte en moi qui me pousse à … toujours fuir. À toujours partir avant … que … Je ne sais pas. Savoir que j'aurais un enfant … »

La présence d'Endymion, ce beau Diable dans sa vie l'enchaînait dans tout ce noir, cette infinie où elle évoluait en solitaire. Quoique harassée par le Dragon des Mers dont les desseins étaient troubles, limpides et destructeurs tout à la fois. Avec une telle volonté de nuire qui faisait s'éveiller les instincts sombres de la belle, qu'adviendrait-elle ?

« Je voudrais t'aider, partager ta douleur. Quitte à évoluer dans les ténèbres à tes côtés. Je ne connais qu'elles après tout. Mais t'entraîner dans ma chute … » Un soupir. La jeune femme relâcha les doigts du chevalier. « Tu sais que j'ai été brisée. Tu sais que je suis une Bête. Tu sais que je suis comme toi c'est cela qui t'amènes toujours vers moi. Tu me ressembles. Nous sommes des Bêtes qui portent les mêmes stigmates. Tu as vu mes cicatrices, cette fois-là. »

Alors elle s'agenouilla devant lui, se détourna avec lenteur. D'une main elle dégagea sa longue chevelure écarlate pour ensuite dénouer doucement le drap dans lequel elle s'était enroulée, dévoilant son dos. Les cicatrices n'étaient plus là, effacées par la main de Poséidon qui l'avait sauvé, lavée de sa Souillure. Dans ce clair-obscur, la jeune femme rejouait une scène qui s'était déjà jouée il y a quelques temps. Quand elle était encore au Sanctuaire, devant le jardin de Childéric.

« Il n'y a plus rien et pourtant … Je sais qu'elles y sont encore. Invisibles. Elles avaient aussi leur propre histoire. »

À demi, la rousse se tourna vers le Saint.

« Je sais que je suis toujours habitée par le fantôme de mon maître. Comme toi, du tien. Servir … Et pourtant tu désires m'offrir quelque chose … Non ?»

Son dernier mot, cette interrogation, elle l'avait soufflé dans un murmure.





© Never-Utopia


[Mi Juillet 550 - île de Salamine] Absolution & malédiction [PV : Nimue] - Page 2 Cxyl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t239-nimue-gold-sainte-des
ChildéricChildéricArmure :
/

Statistiques
HP:
[Mi Juillet 550 - île de Salamine] Absolution & malédiction [PV : Nimue] - Page 2 G-bleu260/260[Mi Juillet 550 - île de Salamine] Absolution & malédiction [PV : Nimue] - Page 2 V-bleu  (260/260)
CP:
[Mi Juillet 550 - île de Salamine] Absolution & malédiction [PV : Nimue] - Page 2 G-rouge330/330[Mi Juillet 550 - île de Salamine] Absolution & malédiction [PV : Nimue] - Page 2 V-rouge  (330/330)
CC:
[Mi Juillet 550 - île de Salamine] Absolution & malédiction [PV : Nimue] - Page 2 G-jaune216/216[Mi Juillet 550 - île de Salamine] Absolution & malédiction [PV : Nimue] - Page 2 V-jaune  (216/216)
Message Re: [Mi Juillet 550 - île de Salamine] Absolution & malédiction [PV : Nimue]   [Mi Juillet 550 - île de Salamine] Absolution & malédiction [PV : Nimue] - Page 2 EmptyJeu 28 Juil - 11:37
    Étrangement, le lion se sentait bien au milieu du vide. Il venait de jeter pour la première fois en longtemps un regard lucide sur sa vie et sur ce qu’elle représentait. On avait fait en sorte qu’à aucun moment il ne prenne le temps de vivre pour lui toujours pour autre chose. De vivre pour mourir. C’était toujours ce qu’il désirait le plus, une mort de soldat, une mort digne, qu’on chantera comme celle d’Achille. Mais à ce moment précis, où il n’existait rien d’autre que lui et la jeune femme qu’il serrait dans ses bras. Petite boule de chaleur collée contre lui. Oui, à ce moment précis il existait autre chose que la mort à venir. Que la guerre et que les dieux, pour ce petit moment, il n’existait qu’eux. Leur seul véritable moment…

    Le lion sentit quand elle parla de son cœur, à quel point il était en vérité mort. Qu’il ne restait plus rien de l’enfant qui avait des rêves, fous et irréaliste, inutile. Car avant tout, pour avoir des rêves il faut exister. Il faut avoir une prise sur le monde, prise que le lion n’avait pas. Oui, son maître l’avait brisé et il ne restait plus rien, un tas de miette. Une bête dressait à montrer les crocs sur tout ce qui bouge et qui viseraient la gorge sans faillir de l’ennemi qu’on lui désignerait, même si pour ça, il devait se faire larder de lame. Mais il ne pouvait briser l’espoir, il se contenta d’écouter les mots qui sortaient de la bouche de la jeune femme.

    Le lion répondit à la dernière réplique de la belle par un sourire, oui, elle avait touché son rêve du doigt alors que de ce qu’était le lion, il ne restait que des « si ». Être en face de cette vérité fut difficile pour lui, mais il devait faire, que pouvait-il faire d’autre… De toute façon, il n’en avait pas pour longtemps. Il sursauta quand elle prit sa main pour la coller contre son propre cœur. C’est à ce moment-là que Childéric se rendit compte de la tenue que portait la jeune femme. Et là, il l'a vu enfin comme une femme, comme ce qu'elle était. Sourire et regard, beaucoup plus se disaient entre eux de cette façon que par les mots. Incapables qu’ils étaient de mettre clairement les choses en forme, alors qu’elles étaient justes sous leur nez…

    Il l’écouta parler de malédiction et dans ses yeux, ce fut au tour de la jeune femme de voir tout ce que pensait le lion de ça. Jamais il n’avait été impressionné par son sang maudit, aussi dangereux qu’il soit. Et ce n’est pas maintenant qu’il prendrait ça en considération. Tout ça, la jeune femme pouvait le lire dans la flamme qui était né dans les yeux du lion d’or. Oh que oui, il se souvenait parfaitement de cette première rencontre, et de toutes les autres aussi. Car depuis ce jour-là depuis qu’il avait découvert une jeune femme blessée dans une cabane dans les hauteurs lointaines du Sanctuaire…

    « - Et même après tout ça, je reviens toujours vers toi… »

    Il l’écouta ensuite parler des cartes. La pratique semblait étrange au lion d’or et n’en avait jamais entendu parler de ce genre de chose. Mais la symbolique semblait importante pour la jeune femme. Il comprit rapidement la symbolique qu’avait l’ermite pour la jeune femme et la destinée qui lui était réservée. Cette longue vie qui lui faisait peur. Cette longue vie pleine d’espoir et de vide à la fois. Cette enfant qu’elle aurait un jour et la famille qui en suivrait. Tout ça, de tout savoir, oui, ça avait quelque chose d’effrayant. Va-t-on toujours aussi joyeusement vers la mort quand sait finalement, quand et où elle va arriver.

    « - Tu sais l’ermite est avant tout un moine, jamais tu ne pourras être moine, désolé de te l'apprendre petite sirène. Et jamais tu ne seras seule. Qu’importe le temps et tout ce qui se passe, tu ne seras pas seule, jamais ! J’y veillerais, je te le promets ! »

    Le lion sourit alors, en vérité il ne savait pas quoi dire d’autre que ça mais c’était vrai. Simple et vrai. La jeune femme savait, contre son gré et sa volonté, souvent attiré les gens à elle. Comme elle l’avait fait pour le lion d’or ou pour l’équipage qu’elle avait autour d’elle. Sans oublier ce second si fidèle. Il fut touché au cœur quand elle se proposa de partager sa douleur, de partager la bête, mais il ne pouvait faire ça à personne, surtout pas à Nimue. Surtout pas à la jeune rousse qu’il avait devant lui. Pour rien au monde il ne voulait l’exposait elle a tout ça. De tous, c’était la plus à même de comprendre ce qu’il avait vécu et le poids énorme qu’il avait sur ses épaules. Pas plus qu'elle n'avait voulu l'exposer à son sang, mais c'est lui qui était venu. Elle verrait bien assez tôt de tout façon, ce qu'il en était, alors autant ne pas gâcher un des seuls moments de bonheur qu'ils pouvaient espéré, ou du moins, quelque chose qui s'en rapproche.

    Le lion passa doucement ses doigts sur le dos de la jeune femme là où jadis se trouvait une légion de cicatrice, il n’avait là sous yeux que la douce peau d’albâtre de la jeune femme. Oui, les cicatrices sont des plaies qui ne se referment jamais vraiment, mais la belle rousse s’en était débarrassé. Les plaies s’étaient-elles finalement vraiment refermé ? Le corps pouvait se réparer mais les souffrances pouvaient rester, on parle de soldat ayant perdu leur jambe pouvant encore la sentir et en souffrir. Les mots qui sortirent alors de la bouche du lion, il y avait de forte chance qu’il les regrette mais ils sortirent tout de même.

    « - Raconte-moi leurs histoires. »

    La suite, le lion savait parfaitement ce qu’elle voulait dire. Il en avait appris peu sur le maître de la jeune femme, mais il savait ce que son maître était mais malgré tout… Malgré tout, qu’avait-il d’autre que lui dans sa vie et qu’aurait-il été sans lui ? Rien, un bébé qu’on aurait tué rapidement pour éviter les problèmes. Il était né au mauvais endroit au mauvais moment. C’était tout, ce qui pouvait résumer la vie du lion d’or. Un bébé dont personne ne voulait à qui on avait donné un usage. C’est tout, il n’était que le résidu du destin utilisé pour faire autre chose. Il savait au fond, ce qu’il lui donnerait… Oui, c’était pourtant simple et il aurait dû y penser. Il lui donnerait si le destin lui en laissait l’occasion...

    « - Oui… »

    Même si le lion savait déjà ce qu’il lui donnerait, la prochaine qu’il se reverrait, s’il y avait une prochaine fois… De ça, aucun des deux ne pouvait le savoir. Peut-être de toute façon, ne verrait-il pas demain.


“Give as few orders as possible
once you've given orders on a subject, you must always give orders on that subject.”


[Mi Juillet 550 - île de Salamine] Absolution & malédiction [PV : Nimue] - Page 2 Deric_11
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t231-childeric-chevalier-d- https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1718-childeric En ligne
MorwennaMorwennaArmure :
Armure d'Or des Poissons

Statistiques
HP:
[Mi Juillet 550 - île de Salamine] Absolution & malédiction [PV : Nimue] - Page 2 G-bleu1500/1500[Mi Juillet 550 - île de Salamine] Absolution & malédiction [PV : Nimue] - Page 2 V-bleu  (1500/1500)
CP:
[Mi Juillet 550 - île de Salamine] Absolution & malédiction [PV : Nimue] - Page 2 G-rouge1500/1500[Mi Juillet 550 - île de Salamine] Absolution & malédiction [PV : Nimue] - Page 2 V-rouge  (1500/1500)
CC:
[Mi Juillet 550 - île de Salamine] Absolution & malédiction [PV : Nimue] - Page 2 G-jaune1800/1800[Mi Juillet 550 - île de Salamine] Absolution & malédiction [PV : Nimue] - Page 2 V-jaune  (1800/1800)
Message Re: [Mi Juillet 550 - île de Salamine] Absolution & malédiction [PV : Nimue]   [Mi Juillet 550 - île de Salamine] Absolution & malédiction [PV : Nimue] - Page 2 EmptyJeu 28 Juil - 13:23
Rose Noire







Une promesse, des sourires et des regards. En comparaison, les roses qu'elle avait fait pousser dans son Temple, qu'elle avait cueillies faisaient bien pâle figure. N'avaient que peu de valeur face à quelques fleurs. Empoisonnées. Mais là elle sentait que rien n'était souillé par ce mal latent qui grandissait toujours un peu plus autour d'elle. D'eux. Une petite chose certes fragile mais au combien précieuse et éclatante. Un petit rien que la jeune femme allait s'efforcer de conserver, de protéger au-delà de tout. Car cela prenait une importance de plus en plus évidente pour Nimuë qui, plus sereinement, observait le Saint. Peut-être qu'à deux ils parviendraient à sortir la tête hors de l'eau. Oui, il fallait espérer et y croire au moins un peu. Il y avait quelque chose de bon dans l'espérance, elle faisait naître une petite flamme que l'on croyait éteinte et perdue à jamais. Ce Feu que beaucoup s'essayait à raviver chez elle. Sans vraiment de succès. Combien de temps cela durerait ? Oh la jeune pirate n'allait pas se la poser, cette question. Vivre ce moment, vivre dans le présent était pour elle d'une priorité absolue. Surtout dans ce cas précis. Après tout ce qu'elle avait dit. Après tout ce que Childéric venait de lui dire. Précieux instants.

Très légèrement la belle avait frissonné quand le franc avait posé ses doigts sur sa peau, que la cime de ces derniers avaient effleuré son dos, une partie de son histoire. Comme un livre que l'on dévore à chaque page. Seulement, il était bien rare que Nimuë se dévoile de la sorte. À bien y penser, il était l'un des seuls à en savoir autant sur son passé. Elle ne lui répondit pas immédiatement, s'interrogeant sur la chose qu'il voudrait lui donner. Mais elle comprenait. Une prochaine fois ? Dans le fol espoir de revivre pareil moment ? Un rêve sans doute illusoire. Ou non. Ne lui avait-il pas dit que malgré tout, malgré tout ça, il revenait vers elle ? Et elle, vers lui ?

Ils se reverraient, de cela, la capitaine en était presque certaine.

« Je te préviens, elles ne sont pas aussi … épiques que mes aventures en tant que Jack O'Bannon ! » Un sourire qui s'évanouit très vite, laissant place à une expression plus amère. « Il va te falloir faire un petit effort d'imagination mon p'tit Lion ou … hm … Non, après tout, je peux te montrer. »

La jeune femme savait l'expérience désagréable. Pour lui comme pour elle mais cela n'avait pas vraiment d'importance après ce qu'ils venaient de partager. Un peu d'inconfort n'était rien en comparaison. Renouant son drap sur son corps plus étroitement, elle se retourna tout à fait dans sa direction, s'approcha doucement jusqu'à lui. L'hésitation la submergea, la fit s'immobiliser. Ses yeux cherchaient encore une réponse dans les prunelles du Lion d'Or. Un léger soupir et la belle captura le visage du Saint entre ses mains, l'attira vers le sien, délicatement. Une douce et entêtante fragrance de sang flottait encore sur le jeune homme. Plus enivrante que l'étreinte de l'alcool. Il lui fallut fournir un effort surhumain pour ne pas se perdre à son tour dans des souvenirs trop douloureux. Sans qu'elle n'en ait conscience, la Rose Noire commença à s'éveiller, à se dessiner au milieu de son front dans un entrelacs de ronces, de feuilles sombres et de pétales à peine éclos. Elle ferma ses paupières et concentra son cosmos qu'elle projeta dans l'esprit de Childéric.

« Non maître Lucius je vous en supplie ! Ne me punissez pas je … j'ai juste voulu … Non ! Pitié ! Je ne veux pas y retourner ! Je ferais ce que vous voulez mais non ! NON ! NON ! »

Il y eut d'abord des supplications, des appels répétés alors que le noir les enveloppait tous les deux. La voix d'une toute jeune fille qui s'élevait crescendo un peu partout. Issue du néant. Des images se succédèrent alors dans un rythme frénétique, comme si Nimuë ne désirait pas trop en montrer. Ni rien revivre de tout ça. Le plus souvent on pouvait deviner deux silhouettes postés en haut d'un précipice plein de sarments épineux d'où une petite chose à la longue et éclatante chevelure rousse était précipitée dans un grand cri. On la vit une fois chuter lourdement sur le sol, une épine, plus grosse qu'un pieu en bois, se planter en travers son épaule. Parfois les punitions étaient moins spectaculaires, plus classiques. Oh elle connaissait très bien la morsure du fouet. Elle se souvenait de la honte qu'elle avait éprouvé quand il la forçait à quitter ses vêtements pour lui apprendre l'une de ses « leçons » comme il disait. Elle entendait encore la voix de Lucius, le son de l'outil d'asservissement qui claquait dans l'air. Cela Childéric pouvait l'entendre et le voir aussi. Constater ces scènes dans toute leur cruauté, monstruosité. Une vérité toute crue probablement difficile à regarder. Elle-même ne l'acceptait pas et en était profondément dégoûtée.

« Et pourtant, tu ne peux t'empêcher de m'aimer encore. »

« Non ! C'est faux ! »

La voix qui avait éclaté dans leurs esprits était proche et lointaine dans un même temps. Sépulcrale et elle venait de frapper Nimuë en plein cœur. Sa réponse, elle l'avait hurlé de dépit tandis qu'elle mit fin à la vision, ouvrait de nouveau les yeux. Tremblante comme une feuille, désemparée, la jeune femme semblait en état de choc. Et la Rose Noire s'était effacée presque aussitôt. Les deux mains devant la bouche, à lutter contre une envie de vomir, la belle se recroquevillait sur elle-même, cherchant à calmer les battements erratiques de son cœur.





© Never-Utopia


[Mi Juillet 550 - île de Salamine] Absolution & malédiction [PV : Nimue] - Page 2 Cxyl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t239-nimue-gold-sainte-des
ChildéricChildéricArmure :
/

Statistiques
HP:
[Mi Juillet 550 - île de Salamine] Absolution & malédiction [PV : Nimue] - Page 2 G-bleu260/260[Mi Juillet 550 - île de Salamine] Absolution & malédiction [PV : Nimue] - Page 2 V-bleu  (260/260)
CP:
[Mi Juillet 550 - île de Salamine] Absolution & malédiction [PV : Nimue] - Page 2 G-rouge330/330[Mi Juillet 550 - île de Salamine] Absolution & malédiction [PV : Nimue] - Page 2 V-rouge  (330/330)
CC:
[Mi Juillet 550 - île de Salamine] Absolution & malédiction [PV : Nimue] - Page 2 G-jaune216/216[Mi Juillet 550 - île de Salamine] Absolution & malédiction [PV : Nimue] - Page 2 V-jaune  (216/216)
Message Re: [Mi Juillet 550 - île de Salamine] Absolution & malédiction [PV : Nimue]   [Mi Juillet 550 - île de Salamine] Absolution & malédiction [PV : Nimue] - Page 2 EmptyDim 31 Juil - 14:44
    Le lion adressa un sourire plein de compassion et d’affection à la belle rousse qu’il avait en face de lui. Même si certaines sont épiques, les histoires de cicatrices sont souvent pleines de douleur et de souffrance. D’une souffrance dont il est parfois difficile de se détacher comme c’était le cas pour le lion. La plaie se ferme mais ne se soigne jamais. Il écouta donc la jeune femme qui s’apprêtait à lui raconter son histoire à elle. Il en avait presque oublié ce pouvoir qu’elle avait de pouvoir faire revivre son passé aux gens qu’elle visait. Tous les deux avaient déjà vécu une expérience de la sorte, une triste histoire où le maître de la jeune femme tenait un sinistre rôle. Childéric savait qu’il reverrait les mêmes protagonistes !

    Et il ne manqua pas. Il se laissa faire de la jeune femme, s’abandonnant à ce qu’elle désirait lui montrer. Il la regarda donc, coller son front au sien et il laissa le cosmos qu’elle utilisa faire entrer le lion dans son monde intérieur. Les cris que le lion entendit tout d’abord le mirent au supplice. Il savait que la relation que la jeune femme avait avec son maître était des plus sales et des plus malsaines. Non pas que sa propre histoire soit mieux, mais au moins, il n’avait pas subi le genre de chose qu’une femme peut subir. En écho au hurlement de la jeune femme, le cosmos du lion se mit sans que Childéric en soi conscient à entrer en résonance avec toute cette souffrance. Celle qu’il éprouvait en ce moment même, pour lui et pour la jeune femme et surtout à la douleur de Nimue…

    De nombreuses cicatrices du lion d’or se mirent alors à le bruler, il pouvait ressentir la douleur de son propre corps alors qu’il l’avait comme quitté pour voir ce qu’avait vécu la jeune femme. Au fond, ils avaient eu une vie bien trop semblable. Le lion se souvenait, aussi de la morsure du fouet que son maître utilisé. Mais aussi de bien d’autres armes. De la lance, de l’épée, de la hache et des flèches. Mais pas seulement, il se souvenait aussi de la douleur qu’il avait ressenti, quand son maître l’avait forcé à passer une journée en appui sur les poings, lacérant sa peau et allant presque jusqu’à ce qu’il s’appuie presque sur ses os. Et de bien d’autre chose encore…

    La voix de la jeune femme fit revenir le lion dans le monde réel, dans ce navire qui était celui de la jeune femme. Et sa main se trouvait, sans qu’il ne s’en soit rendu compte, sur les flancs de la jeune femme. Et il sentit en réalité, ce que d’instinct il avait fait… Ses crocs s'étaient plantés dans quelque chose de différent, dans quelque chose qu’il n’avait jamais vraiment pu gouter, put toucher. Oh maintenant, ses crocs pouvaient fracasser directement le cosmos plutôt que le corps, ou encore la volonté de son adversaire. Mais là, il goutait plutôt qu’il sentait, dans quoi il avait mis ses dents. Le lion d’or avait planté ses dents dans le désespoir de la jeune femme et dans la honte qu’elle ressentait.

    Les yeux du lion étaient devenus ceux de la bête, mais son cosmos, toujours aussi bestial, n’avait rien d’un prédateur. Il sentait la bête de son cœur en osmose avec son propre être, pour la première fois, il communiait avec sa malédiction. Et après avoir planté ses crocs, le lion les retira et avec eux, vint un fragment de ce dans quoi il s’était planté. Oh, tout le mal que ressentait la jeune femme ne disparaîtrait pas. Mais il serait pour elle, peut-être un peu moins amère ou un peu moins douloureux, vu le peu qu’avait dévoré le croc. Le lion lui sentit le poids de tout ce qu’il avait pris, et il sentit son cosmos s’en nourrir. Il était au moins aussi perdu que la jeune femme de ce qu’il venait de se passer et son cosmos s’éteint alors, retrouvant son clame habituel, plus détendu, moins contenu et peut-être, un peu moins bestial. Plus proche, de celui que le lion d’or avait quand ils se sont rencontrés.

    Il attrapa alors de ses deux bras la jeune femme et l’attira contre lui. Il ne savait pas quoi dire à propos de ce qu’il venait de faire. Il ne savait pas vraiment, il ne pouvait pas l’expliquer... Son maître lui avait toujours dit, que le croc du lion serait capable de toucher n’importe quoi et que rien ne pourrait lui résister. Et s’il pouvait même toucher ce qui n’existe pas et arracher en plus du cosmos, l’être des gens et leurs sentiments… Mais il murmura à l’oreille de la jeune femme :

    « - Je comprends… du moins une partie. Mais nous sommes ensemble maintenant et tout ça n’arrivera plus jamais, je te le promets ! »


“Give as few orders as possible
once you've given orders on a subject, you must always give orders on that subject.”


[Mi Juillet 550 - île de Salamine] Absolution & malédiction [PV : Nimue] - Page 2 Deric_11
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t231-childeric-chevalier-d- https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1718-childeric En ligne
MorwennaMorwennaArmure :
Armure d'Or des Poissons

Statistiques
HP:
[Mi Juillet 550 - île de Salamine] Absolution & malédiction [PV : Nimue] - Page 2 G-bleu1500/1500[Mi Juillet 550 - île de Salamine] Absolution & malédiction [PV : Nimue] - Page 2 V-bleu  (1500/1500)
CP:
[Mi Juillet 550 - île de Salamine] Absolution & malédiction [PV : Nimue] - Page 2 G-rouge1500/1500[Mi Juillet 550 - île de Salamine] Absolution & malédiction [PV : Nimue] - Page 2 V-rouge  (1500/1500)
CC:
[Mi Juillet 550 - île de Salamine] Absolution & malédiction [PV : Nimue] - Page 2 G-jaune1800/1800[Mi Juillet 550 - île de Salamine] Absolution & malédiction [PV : Nimue] - Page 2 V-jaune  (1800/1800)
Message Re: [Mi Juillet 550 - île de Salamine] Absolution & malédiction [PV : Nimue]   [Mi Juillet 550 - île de Salamine] Absolution & malédiction [PV : Nimue] - Page 2 EmptyDim 31 Juil - 15:30
Défenses







« Pourquoi ? »

Un murmure, un souffle, pratiquement rien. Ça recommençait, plus fort, mais plus fragile à la fois. Voix tremblante, désabusée. Outrée. Comment avait-il pu faire cela ? Sentir ces crocs se refermer sur elle, dans son esprit en même temps que son maître lui était apparut l'avait laissé abattue, éplorée et tremblante entre ces bras puissants. Oh oui, elle avait eu raison de penser que ces derniers pourraient aisément la briser. Cette morsure en était la preuve. Il venait de la déposséder. Éperdument son regard plongea dans celui de Childéric.

« Pourquoi as-tu fais cela ? »

Un sursaut, une frénésie. Son corps s'anima tout à coup pour tenter de s'extraire de cette étreinte, une nouvelle qu'il lui imposait. Ses poings allèrent molester la poitrine du Lion sans véritablement pouvoir y mettre de la force. Et elle pleurait, comme elle n'avait jamais pleuré encore. Ou si, quand elle était cette adolescente perdue et brisée. Capturée et recluse comme une bête. Elle n'avait pas pu se défendre. Il lui avait arraché une partie de son passé, de ses tourments. Sans lui demander.

« Tu ne pouvais pas ! Tu n'avais pas le droit! De … de t'imposer ça … »

Alors, telle un pantin désarticulée, la rousse se laissa tomber en avant contre le torse du Saint. Inerte et vaincue, les larmes brûlantes continuant inexorablement leur course. Contre l'habit du jeune homme, dans ces draps souillés de sang ou bien cette chevelure de feu qui dansaient, vaporeuse.

« Plus jamais … promesse. »

Parvenait-elle à prononcer entre deux sanglots, mi-honteuse, mi-fâchée contre elle-même plus que contre lui. Les secondes filèrent les unes après les autres. Caché dans l'ombre et alerté par les cris, Old John les observait. Lui aussi avait eu peur. Et il craignait plus encore pour Nimuë qui venait de se débarrasser de ses dernières défenses. Lui-même n'était pas parvenu à retrouver la fillette qu'il avait aimé dès la première seconde où elle était apparue dans sa vie. Peut-être était-il déçu d'avoir échoué là où ce Saint paraissait avoir réussit. Il se retira en silence. Le second du Capitaine O'Bannon n'était rien pour en décider.

Ses épaules avaient cessé de trembler, d'être secouées par intermittence. Elle semblait plus calme, au moins apaisée. Alors elle releva la tête dans la direction de Childéric, ne fit rien d'autre qu'échanger un regard lourd de sens. Juste un peu plus de silence. Et de sa musique. Juste encore un peu. Juste être là.

« Je t'en supplie, ne recommence jamais ça. »

Son regard se fit plus farouche, plus sévère. Une sorte d'avertissement qu'elle lui lançait. Oh oui, il en avait déjà fait beaucoup. Peut-être trop mais elle comprenait pourquoi il avait fait ça. Pourquoi la Bête avait agi de la sorte. Pouvait-elle vraiment lui en vouloir ? La réponse était claire et limpide. Plus encore quand, avec fermeté et douceur tout à la fois, elle encadra ce visage entre ses doigts, l'approcha du sien avec lenteur. Souffles entremêlés, drôles de sensations étranges mais agréables. Une chaleur approchant du feu d'un brasier. Oui, ils pourraient se brûler les ailes, mais qu'importe. En cet instant cela ne la concernait plus. Les paupières mi-closes, le cœur battant furieusement contre sa poitrine, la Sirène Maléfique s'apprêtait à offrir son baiser. S'arrêta.

Proche du gouffre, comme à chaque fois. Toujours.

L'une de ses mains quitta la faciès du Saint d'Athéna pour dénouer le drap, le laisser glisser sur sa peau marmoréenne en un froissement soyeux.

Pour laisser tomber ses dernières murailles.





© Never-Utopia


[Mi Juillet 550 - île de Salamine] Absolution & malédiction [PV : Nimue] - Page 2 Cxyl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t239-nimue-gold-sainte-des
ChildéricChildéricArmure :
/

Statistiques
HP:
[Mi Juillet 550 - île de Salamine] Absolution & malédiction [PV : Nimue] - Page 2 G-bleu260/260[Mi Juillet 550 - île de Salamine] Absolution & malédiction [PV : Nimue] - Page 2 V-bleu  (260/260)
CP:
[Mi Juillet 550 - île de Salamine] Absolution & malédiction [PV : Nimue] - Page 2 G-rouge330/330[Mi Juillet 550 - île de Salamine] Absolution & malédiction [PV : Nimue] - Page 2 V-rouge  (330/330)
CC:
[Mi Juillet 550 - île de Salamine] Absolution & malédiction [PV : Nimue] - Page 2 G-jaune216/216[Mi Juillet 550 - île de Salamine] Absolution & malédiction [PV : Nimue] - Page 2 V-jaune  (216/216)
Message Re: [Mi Juillet 550 - île de Salamine] Absolution & malédiction [PV : Nimue]   [Mi Juillet 550 - île de Salamine] Absolution & malédiction [PV : Nimue] - Page 2 EmptyLun 1 Aoû - 0:18
    Le lion ne savait pas vraiment quoi répondre à ce que la jeune femme lui disait. Il n’était pas vraiment capable de mettre des mots sur ce qui venait de se passer ici. Oui, il venait de lacérer les sombres sentiments de la jeune femme, l’allégeant ainsi de son fardeau. Il avait senti le mal complet transvasé d’un corps et à autre, phagocyté par l’énergie du lion qui fit cette souffrance sienne. Mais il la sentait se dissoudre dans son cosmos et fusionnait avec cette bête qui incarnait le croc du lion. Il sentait presque ronronner de contentement. Depuis longtemps, il ne s’était pas senti aussi en paix avec lui-même depuis longtemps.

    Il n’avait toujours pas de réponse à pourquoi. En réalité, il avait agi d’instinct. Et il ne pouvait rien faire d’autre que subir l’ire de la jeune femme. D’encaisser, encore une fois, les pleurs et les coups. Mais encore une fois, il ne bougea pas et il resta là, comme il l’avait dit, comme il l’avait promis. Oui, il n’avait pas le droit de faire ça, dans le fond, il s’en voulait. Il n’aurait pas dû… Il aurait dû être capable de contrôler son pouvoir. Et surtout savoir ce qu’il avait fait vraiment. Qu’aurait-il pu arracher ainsi de ses crocs, qu’aurait-il pu faire d’autre… Du mal, encore toujours. Ses poings qui n’étaient bons au fond qu’à ça.

    « Plus jamais ! »

    Les deux êtres étaient alors restés là, dans un silence total. Où, dans cette absence de bruit, seulement entre coupés par les sanglots de la jeune femme et la respiration du lion. Dans ce petit monde qui était le leur, se disait bien plus de chose qu’il ne pourrait ou n’oserait jamais s’avouer l’un à l’autre. Il ne s’était rencontré qu’il y a quelques moins, dans une nuit sombre, couverte du sceau du sang et depuis, une vie entière c’était passé. C’est comme si tout ça, n’était qu’ombre et souvenir. Souvenir et ombre. Puis, finalement, elle s’arrêta et demandé quelque chose au lion. Une chose qu’il ne pouvait refuser. Il hocha donc de la tête. De toute façon, il n’était pas sûr d’être capable de le faire et c’était trop risqué pour qu’il essaie encore…

    Oh oui, une vie entière venait de passer et tout était différent. Il sursauta quand la jeune femme brisa l’espèce de transe dans laquelle il se trouvait. Le lion laissa faire la jeune femme, surpris par ce qu’elle venait de faire. Il fut encore plus surpris quand elle s’arrêta. Mais c’est à ce moment-là qu’il comprit enfin quelque chose d’important. De très important même. C’est pour ce moment-là qu’il lui avait couru après aussi longtemps. Oui, il n’avait plus de place dans son cœur pour les rêves, tout cela était mort depuis longtemps. Il ne restait plus rien du jeune garçon prêt à prendre les armes pour ses terres, ce garçon n’existait plus. Mais il n’en restait pas moins quelque chose qui avait survécu à tout ce que son maître lui avait fait subir…

    Il hésita malgré tout un instant, est-ce que tout ça avait une place dans sa vie ? Un soldat comme lui pouvait-il se permettre d’avoir une vie propre, d’avoir de l’espoir. D’avoir quelque chose qui l’aiderait à vouloir garder sa vie pour lui. La conversation qu’il avait eue avec l’étrange blondinette dans le temple d’Athéna lui revient alors. Peut-être qu’un soldat avait droit à l’espoir après tout. Peut-être que la mort n’était pas la seule porte qui s’offrait à lui. Peut-être, qu’il ferait le choix inverse d’Achille. La paix et l’oublie plutôt que la gloire de la mort et la glorieuse mort. Peut-être que devant le choix final, il ferait celui de la vie. Mais vaudrait alors son poing ? Que vaudrait sa vie s’il avait peur de mourir, serait-il capable de servir. Qu’importe l’avenir au fond, pour eux, n’existait que le présent. Lui n’avait pas de futur de toute façon alors au diable les questions et au diable les errements. C’est comme si, pour la première fois, le lion regardait vraiment la jeune femme qu’il avait en face de lui.

    Et il saisit l’instant, et pas seulement. Une nouvelle fois, il colla la belle rousse contre lui. Pas comme il l’avait fait plus tôt, pour la protégée du monde mais bien pour qu’elle soit là, contre lui. Corps contre corps. Et enfin, il saisit ce que la vie lui donnait et enfin, les deux êtres qui se cherchaient finir par se trouver, au moment où leurs lèvres se touchèrent… Tant de choses passaient alors à ce moment dans l’esprit du lion. Oh, des femmes, il en avait connu. Mais jamais comme ça… Peut-être oui, qu’elle avait raison après tout, peut-être qu’il restait quelque chose en lui qui n’était pas encore mort.


“Give as few orders as possible
once you've given orders on a subject, you must always give orders on that subject.”


[Mi Juillet 550 - île de Salamine] Absolution & malédiction [PV : Nimue] - Page 2 Deric_11
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t231-childeric-chevalier-d- https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1718-childeric En ligne
MorwennaMorwennaArmure :
Armure d'Or des Poissons

Statistiques
HP:
[Mi Juillet 550 - île de Salamine] Absolution & malédiction [PV : Nimue] - Page 2 G-bleu1500/1500[Mi Juillet 550 - île de Salamine] Absolution & malédiction [PV : Nimue] - Page 2 V-bleu  (1500/1500)
CP:
[Mi Juillet 550 - île de Salamine] Absolution & malédiction [PV : Nimue] - Page 2 G-rouge1500/1500[Mi Juillet 550 - île de Salamine] Absolution & malédiction [PV : Nimue] - Page 2 V-rouge  (1500/1500)
CC:
[Mi Juillet 550 - île de Salamine] Absolution & malédiction [PV : Nimue] - Page 2 G-jaune1800/1800[Mi Juillet 550 - île de Salamine] Absolution & malédiction [PV : Nimue] - Page 2 V-jaune  (1800/1800)
Message Re: [Mi Juillet 550 - île de Salamine] Absolution & malédiction [PV : Nimue]   [Mi Juillet 550 - île de Salamine] Absolution & malédiction [PV : Nimue] - Page 2 EmptyMar 2 Aoû - 17:34
Aube







Ce fut le chant des mouettes et des vagues qui tira Nimuë de ses songes. Ses prunelles s'ouvrirent doucement avant de les refermer presque aussitôt. La lumière d'or qui tombait dans la pièce l'agaça, lui blessa les yeux. Mais très vite ce sentiment s'envola, relégué au fin fond de son esprit pour qu'un sourire n'illumine son visage. L'esprit encore embrumé, la rousse se frotta les paupières pour chasser les dernières traces de sommeil. S'approcher du jeune homme reposant à ses côtés. Pour l'heure l'ancienne Sainte des Poissons ne réfléchissait pas aux conséquences de tout ceci, ne songeant qu'à l'instant présent. Ainsi plongés dans leur bulle. Dans ce petit cocon qu'ils avaient pris soin de tisser, la veille. La nuit dernière. Elle n'aurait jamais envisagé pareil dénouement … à bien y réfléchir, Childéric non plus. Une légère ombre passa sur son visage. Devaient-ils avoir quelques regrets ? Pour elle-même, la belle secoua légèrement la tête alors qu'elle se penchait pour déposer un baiser sur le front du géant franc.

Nul besoin de l'éveiller si il dormait encore. Il devait être comme elle et ne connaître que peu l'étreinte de Morphée. Le plus silencieusement possible, Nimuë se glissa hors de ses draps, se dirigea d'un pas léger jusqu'à son armoire où elle piocha une longue chemise qu'elle enfila sans la refermer. De là elle marcha -toujours furtivement- jusqu'à son bureau, s'arrêta en voyant une bouteille de vin à moitié vide qui trônait en plein milieu. Elle s'en saisit et, au lieu d'en goûter la saveur légèrement épicée, la rangea dans son tiroir. Se faisant elle finit par remarquer le papier froissé qui avait glissé jusqu'à elle.

Ses mâchoires se crispèrent en reconnaissant le message. Sa langue maternelle. Ses doigts se refermèrent dessus pour l’abîmer plus encore. Faisant face à la fenêtre laissée ouverte, la Sirène Maléfique s'apprêta à lever la main pour lancer le mot dans l'Océan. Stoppa son geste. Se mordit la lèvre inférieure dans l'une de ses mimiques qui augurait une colère couvée. Contenue. Bien sûr, elle n'oubliait pas son rôle, son devoir. Sa mission. Elle savait que John n'attendait qu'un mot d'elle pour lever l'ancre.

Perdue dans le fil de ses pensées, la jeune femme prit place sur le rebord de la fenêtre pour se perdre dans la contemplation des flots. Baignée par la lumière de ce nouveau jour qui installait ses couleurs dans les cieux, la flamboyance de ses cheveux allumés par la main de l'aube, elle se tint dans cette parfaite immobilité. Oscillante.

Il était troublant pour elle de se voir autant partagée entre des émotions aussi vives que contradictoires. Heureuse et triste. Perdue et lucide. En colère et profondément tranquille tout à la fois. Il régnait un drôle de chaos dans sa tête. Une petite danse qui pour l'heure était contenue par une autre musique, une seconde présence à ses côtés. Son regard pers se tourna vers la silhouette du chevalier et son petit sourire s'étira à nouveau.

La perspective de le voir s'en aller ne l'enchantait guère mais ils n'avaient hélas pas bien le choix. Son absence allait être remarquée et la dernière chose que la jeune femme souhaitait, c'était qu'il ait des ennuis à cause d'elle. Ils n'appartenaient pas au même monde et pourtant … ils avaient accepté cela. Cette nuit avait scellée quelque chose entre ces deux êtres. Finalement, il n'était peut-être pas trop tard pour eux. Oh, elle aimerait bien y croire.





© Never-Utopia


[Mi Juillet 550 - île de Salamine] Absolution & malédiction [PV : Nimue] - Page 2 Cxyl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t239-nimue-gold-sainte-des
ChildéricChildéricArmure :
/

Statistiques
HP:
[Mi Juillet 550 - île de Salamine] Absolution & malédiction [PV : Nimue] - Page 2 G-bleu260/260[Mi Juillet 550 - île de Salamine] Absolution & malédiction [PV : Nimue] - Page 2 V-bleu  (260/260)
CP:
[Mi Juillet 550 - île de Salamine] Absolution & malédiction [PV : Nimue] - Page 2 G-rouge330/330[Mi Juillet 550 - île de Salamine] Absolution & malédiction [PV : Nimue] - Page 2 V-rouge  (330/330)
CC:
[Mi Juillet 550 - île de Salamine] Absolution & malédiction [PV : Nimue] - Page 2 G-jaune216/216[Mi Juillet 550 - île de Salamine] Absolution & malédiction [PV : Nimue] - Page 2 V-jaune  (216/216)
Message Re: [Mi Juillet 550 - île de Salamine] Absolution & malédiction [PV : Nimue]   [Mi Juillet 550 - île de Salamine] Absolution & malédiction [PV : Nimue] - Page 2 EmptyVen 5 Aoû - 0:32
    Le lion n'avait que très peu dormis cette nuit, pour plusieurs raisons. L'une plus joyeuse car enfin, la nuit avait offert aux deux êtres ce qu'ils avaient longtemps cherché. L'autre, vient après cette petite bulle de paix et de bien-être qu'ils avaient partagée... Il s'était perdu dans ses pensées. Il était content de ce qui venait de se passer, il ne le regrettait pas. Mais... après ? C'était ça la grande question qu'il se posait. À quoi le monde ressemblerait après tout ça . Ils s'étaient tous les deux isolés de l'univers entier pendant quelques instants précieux qui n'appartenaient qu'à eux et vraiment à eux. Mais il y avait un après, il y a toujours un après. Et les heures avaient doucement défilé sans qu'ils ne les voient passer... Il s’assoupit avec l'aube qui venait presque d'arriver et fit réveiller par la jeune femme déposant doucement un baiser sur son front....

    Il faut dire qu'il avait connu pire comme réveil et un sourire apparut alors sur ses lèvres. Tout ça était bien réel finalement. Étrangement, il se sentait en paix, tant avec lui-même qu'avec son cosmos. Si on lui avait dit que tout aurait terminé comme ça après qu'il eut répondu, encore une fois, à la demande de la jeune femme, jamais il ne l'aurait cru. Mais le destin, décidément, maître cruel, savait s'y faire avec ces deux-là pour s'amuser, les plongeant systématique vers le drame et la tragédie. Il regarda la jeune femme se déplacer dans sa cabine, remarqua qu'elle faisait soin de faire le moins de bruit possible. Ce qui l'amusa aussi un petit peu. Il se retourna alors et se rendort pour quelques minutes de plus....

    Il finit par se redresser et se tourner vers la jeune femme, qu'il croisa entrain de le regarder lui, un petit sourire sur les lèvres. Sourire auquel il répondit. Il repoussa donc le drap pour se lever et alla déposer un baiser sur les lèvres de la jeune qu'il enserra alors dans ses bras. Au diable tous le reste. Il resta ainsi quelques secondes et... ce fut la fin du rêve. Il savait qu'il lui fallait partir. Qu'il n'aurait dû rester absent qu'une journée tout au plus et qu'il ne serait de retour que vers le début de l'après-midi dans son temple, s'il allait vite... Autant dire, suffisamment de temps pour qu'on se pose des questions à son sujet. Et que dirait-il alors ? Le lion poussa un profond soupir et se mis à ramasser ses propres affaires et à se rhabiller tout d'abord.

    Il fallut peu de temps pour rassembler ses maigres possessions et les remettre sur son dos. Période durant laquelle il ne dit rien à la jeune femme. A vrai dire, il se servit du temps pour réfléchir à ce qu'il allait dire. Car après cette nuit, il allait devoir se séparer et qui sait s'il pourrait se revoir et si jamais le destin leur offrait cette chance, les circonstances de leur rencontre serait-elle sous des auspices similaires, ou seraient-ils portés par le sang et la guerre et devraient-ils lever le poing l'un contre l'autre ? En seraient-ils tous les deux au moins capable... Le lion doutait. Il espérait simplement ne jamais à avoir à faire ce choix. Une fois habillé il se tourna vers la jeune femme.

    « - Je suis désolé mon petit poisson, je dois rentré et toi aussi je suppose... Mais, je t'ai faits une promesse et je la tiendrais. Plus jamais... J'aurais aimé resté ici ou ailleurs avec toi mais... Un jour peut-être, nous aurons notre petite vie à nous, avec notre élevage de chèvres, ça serait une jolie fin à toute cette histoire je trouve... Et j'aurais un cadeau pour toi, lors de notre prochaine rencontre ! J'espère qu'il te plaira ! »

    Le lion se retourna alors vers la jeune femme avec qui il avait partagé une nuit. Et quelle nuit. Il prit alors délicatement ses mains dans les siennes et posa un dernier baiser sur ses lèvres, un adieu final. Le cœur lourd, il tourna les talons. Il croisa les hommes de la jeune femme, déjà sur le pont, dont le fameux second qui le jeta un coup d'oeil à la dérober. Le lion fit une petite halte pour le saluer le second... Il sentit le malaise qu'il y avait maintenant... Mais c'est surtout pour lui renouveler la promesse qu'il lui avait faite plus tôt. Si jamais cet Endymion ou qui que ce soit d'autres surpassait le jugement de la jeune femme ou sa volonté, il pourrait compter sur le lion pour montrer les crocs. Et il quitta alors le navire, sur lequel il jeta un dernier regard et se remit en route vers le petit port par lequel il était arrivé pour rentrer vers le continent, vers le Sanctuaire, vers la guerre... et la mort.


“Give as few orders as possible
once you've given orders on a subject, you must always give orders on that subject.”


[Mi Juillet 550 - île de Salamine] Absolution & malédiction [PV : Nimue] - Page 2 Deric_11
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t231-childeric-chevalier-d- https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1718-childeric En ligne
 
[Mi Juillet 550 - île de Salamine] Absolution & malédiction [PV : Nimue]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Libro Scripturae :: Imperium Byzantinum :: Provinces byzantines-
Sauter vers: